Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 2. L'idéal d'une humanité épanouie

Chapitre 5. L’ODD 1 et l’élimination de la pauvreté d’ici 2030

Un objectif hors d’atteinte

Jean-Pierre Cling

Résumé

Ce chapitre s’interroge sur la portée et les chances de succès de l’ODD 1 consacré à l’élimination de la pauvreté, qui succède à l’OMD 1 dédié au même objectif. Nous présentons tout d’abord un bilan sommaire de l’OMD 1 sur la pauvreté, qui a atteint – voire dépassé – l’objectif de division par deux de la pauvreté monétaire extrême au niveau mondial et dans de nombreux pays. À partir de ce constat, l’ODD 1 se limite-t-il seulement à chercher à compléter le travail des OMD en matière de pauvreté, ou bien traduit-il un changement qualitatif dans l’approche de la lutte contre la pauvreté ? Nous montrons que l’ODD 1 prolonge pour l’essentiel l’OMD1, tout en l’élaguant de plusieurs thèmes (emploi, faim) qui font chacun l’objet d’ODD spécifiques ; en sens inverse, il marque un élargissement thématique à la question de la résilience des pauvres. Enfin, la multiplication des ODD ne va-t-elle pas rendre plus difficile la réalisation de cet Objectif, sachant que, comme pour les autres ODD, la question de l’atteinte de cet Objectif est indissociable du suivi de sa mise en œuvre ?

Texte intégral

ODD 1 : « Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde »

  • 1 Nous ne traitons pas ici de la question de la pauvreté dans les pays développés, qui est évidemmen (...)

1Au début du xxie siècle, la persistance d’une pauvreté endémique dans de nombreux pays en développement1 est difficilement compréhensible, compte tenu du progrès technique extraordinaire atteint par l’humanité et de l’accroissement considérable du revenu mondial au cours du siècle dernier (Pogge, 2002). Dans le prolongement de l’OMD 1 (Objectif du millénaire pour le développement 1), l’ODD 1 (Objectif de développement durable 1) « Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde » a un caractère transversal et manifeste la priorité n ° 1 accordée depuis les années 2000 par la communauté internationale à la lutte contre la pauvreté.

2L’ODD 1 vise à éliminer la pauvreté sous toutes ses formes, sachant que la pauvreté monétaire ne constitue qu’une dimension des différentes formes de dénuement. L’approche en termes de « capabilités » de SEN (1985) insiste par exemple sur l’importance du niveau d’éducation, sur celle de la santé et de l’espérance de vie mais aussi de la liberté d’expression politique comme éléments du bien-être et du développement humain. Mais la pauvreté monétaire constitue une dimension centrale de la pauvreté, d’où la priorité accordée par les OMD comme par les ODD à cette question. Ce chapitre s’interroge sur la portée et les chances de succès de l’ODD 1.

L’OMD 1 sur la pauvreté : un Objectif mobilisateur atteint dans beaucoup de pays

3Les années 1990 ont été marquées par une remise en cause croissante des politiques de développement suivies jusqu’alors et de l’action des institutions internationales, remise en cause due à plusieurs facteurs liés entre eux : échec des politiques d’ajustement structurel menées depuis les années 1980 ; crise de la dette ; stagnation voire montée de la pauvreté dans de nombreux pays en développement (en Afrique en particulier) ; remise en cause de la légitimité des institutions de Bretton Woods (Banque mondiale et FMI). L’écho remporté par le mouvement altermondialiste durant cette décennie et son slogan « 50 ans, cela suffit » (la Banque mondiale et le FMI ont été créés en 1944) témoignent de cette contestation générale, qui s’est prolongée dans les années 2000.

  • 2 En anglais : Our dream, a world free of poverty.

4Cette contestation est allée de pair avec une chute des montants alloués à l’APD à la suite de la fin de l’affrontement Est-Ouest et du fait de la « fatigue de l’aide ». Dans ce contexte, on a assisté à une prise de conscience de la nécessité d’une remobilisation de la communauté internationale en faveur des PED et pour la réduction de la pauvreté. Le slogan affiché dans le hall d’entrée du siège de la Banque mondiale à Washington depuis cette époque – « Notre rêve, un monde sans pauvreté »2 – traduit cette préoccupation nouvelle qui a débouché sur l’adoption des OMD par l’Assemblée générale des Nations unies en 2000, et plus particulièrement de l’OMD 1 qui fixait comme objectif : « Éradiquer l’extrême pauvreté et la faim ».

5Comme pour chacun des OMD, plusieurs cibles étaient associées à cet Objectif, dont la première était : « Diviser par deux entre 1990 et 2015 la proportion de la population dont le revenu est de moins de 1 dollar par jour ». L’OMD 1 était donc centré sur une approche monétaire et absolue de la pauvreté (avec comme indicateur le seuil de pauvreté à 1 dollar par jour fixé par la Banque mondiale), même si d’autres cibles y étaient également incluses (la réduction de la faim en particulier) et si les autres OMD témoignaient d’une approche multi-dimensionnelle de la pauvreté inspirée des travaux d’Amartya Sen et du Pnud en matière de développement humain (Pnud, 1990-2016). Dans l’esprit de beaucoup, les OMD se résumaient toutefois à l’OMD 1, et plus particulièrement à la réduction de la pauvreté monétaire, ce qui justifie de centrer notre analyse sur cet aspect.

6L’adoption de l’OMD 1 s’est traduite par un alignement de toutes les agences de développement sur la lutte contre la pauvreté. Outre l’exemple déjà cité de la Banque mondiale, dont les stratégies de lutte contre la pauvreté ont été adoptées par tous les pays à bas revenu (pour qui c’était une condition pour recevoir des financements internationaux et pour bénéficier de l’initiative internationale d’allégement de la dette/PPTE), notons ainsi que le traité de Lisbonne (2007) affirme que « la politique de coopération de l’UE aura comme premier objectif la réduction et, à long terme, l’éradication de la pauvreté ». Grâce au caractère mobilisateur de l’OMD 1 (et plus généralement des OMD), l’aide publique au développement s’est remise à progresser dans les années 2000, avec une forte hausse de la part des dépenses sociales dirigées vers la lutte contre la pauvreté.

7L’accent mis sur le suivi et l’évaluation des politiques a par ailleurs conduit à un effort statistique sans précédent dans les pays à bas revenu (Afrique en particulier), bénéficiant aux « enquêtes ménages » qui sont le principal outil du suivi de la pauvreté et de la sous-alimentation (Bedecarrats et al., 2016).

8Le coup de projecteur mis sur la lutte contre la pauvreté au niveau mondial a également suscité un débat intense sur le contenu des politiques mises en œuvre et sur la réalité du changement opéré. Ce débat a stimulé la recherche sur le développement et les études sur les déterminants de la réduction de la pauvreté. Un des reproches essentiels adressés à l’OMD 1 portait ainsi sur le fait que la question des inégalités économiques et sociales n’était pas prise en compte alors qu’elle était incontournable (Cling et al., 2002).

9Il est difficile de tirer un bilan global d’un Objectif tel que l’OMD 1 (on pourrait appliquer cette réserve aux autres OMD à des degrés divers), au-delà du simple constat de l’atteinte ou non d’un objectif quantitatif – ici la division par deux de la pauvreté extrême qui constituait sa principale cible (cf. supra). En effet, comme on l’a vu ci-dessus, l’adoption de cet Objectif a elle-même eu un impact sur les politiques au niveau international et national qui le dépasse. En sens inverse, l’atteinte de cet Objectif (au niveau mondial ou pour un pays ou zone géographique) ne peut être attribuée de manière simpliste à l’effet des efforts mis en œuvre suite à son adoption, dans la mesure où elle résulte dans de nombreux cas de trajectoires et de politiques économiques suivies par les pays concernés depuis de nombreuses décennies. Ainsi, les pays qui ont le plus réduit la pauvreté depuis les années 1990 (Chine, Vietnam) sont ceux qui ont enregistré les plus forts taux de croissance économique au niveau mondial sur une longue période et qui ont suivi des politiques hétérodoxes qui précédent de plusieurs décennies l’adoption de l’OMD 1. Enfin, la forte imprécision des statistiques dans ce domaine doit être soulignée (cf. infra, ce chapitre).

10Quoi qu’il en soit, on observe que la cible 1 de l’OMD 1, à savoir la division par deux de la pauvreté extrême entre 1990 et 2015, a été atteinte largement au niveau mondial (de 35 % à 11 % au seuil de pauvreté à 1,9 dollar/jour). Ce succès mérite d’être noté, dans la mesure où de nombreux OMD n’ont pas été atteints (Nations unies, 2015). Selon le découpage de la Banque mondiale, cette réduction a bénéficié à toutes les grandes zones géographiques (avec une réduction massive de la pauvreté en Asie), à l’exception de l’Afrique subsaharienne. Le sous-continent est la seule grande région où le nombre de pauvres a augmenté entre 1990 et 2015 (il représente encore 41 % de la population africaine). La pauvreté extrême (près de 800 millions de personnes au niveau mondial) est aujourd’hui concentrée en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud (Inde surtout).

L’ODD 1, simple prolongement de l’OMD 1 ou changement qualitatif ?

11Dès 2013, le Groupe de personnalités de haut niveau constitué par le Secrétaire général de l’ONU pour préparer le lancement des Objectifs de développement durable avait considéré que « les travaux lancés dans le cadre des OMD doivent être achevés, le point central étant d’éliminer l’extrême pauvreté de la surface du globe à l’horizon 2030. Les dirigeants ont fait cette promesse maintes et maintes fois au cours de l’histoire. Aujourd’hui, elle peut enfin être honorée » (Nations unies, 2013).

12Comme le montre cette déclaration, l’objectif d’éradication de la pauvreté ne pouvait qu’être le premier des ODD (comme c’était déjà le cas pour les OMD) et poursuivre les efforts engagés depuis 2000 avec une ambition accrue, compte tenu des progrès déjà réalisés. En ce sens, et particulièrement pour l’ODD 1, il s’agit de « compléter le travail des OMD », selon l’expression de Hugon (2016), sachant que, cette fois-ci, il ne s’agit plus seulement de réduire la pauvreté extrême mais de l’éliminer complètement.

  • 3 Nous ne détaillons pas ici l’élargissement du champ géographique qui est commun à des degrés diver (...)

13S’il s’inscrit essentiellement dans le prolongement de l’OMD 1, l’ODD1 est aussi beaucoup plus large : alors que l’OMD 1 portait essentiellement sur la pauvreté monétaire, les autres dimensions de la pauvreté (éducation, santé, accès à l’eau, etc.) faisant l’objet des autres OMD, l’ODD1 couvre à lui seul les différentes formes de pauvreté3. Au-delà de l’élimination de la pauvreté monétaire qui constitue sa cible 1, les autres cibles élargissent la perspective : la cible 2 vise la division par deux de la pauvreté multidimensionnelle, tandis que la cible 3 vise à renforcer la protection sociale des populations pauvres et vulnérables et que la cible 4 concerne l’amélioration de l’accès aux services de base (selon l’approche en termes de « besoins essentiels »). En sens inverse, l’éradication de la faim dans le monde, qui était intégrée dans l’OMD 1, fait cette fois-ci – et à juste titre selon nous, notamment parce que l’élimination des famines représente un problème particulier – l’objet d’un ODD spécifique (ODD 2).

  • 4 Cf. l’ODD 9 (« Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui p (...)

14L’élargissement thématique à la question de la résilience (cible 5) est également à souligner. Ce concept se réfère globalement à la capacité à absorber les chocs et à s’adapter à un environnement en évolution. Il faut noter que ce renforcement de la résilience se retrouve dans l’intitulé de plusieurs Objectifs ou de leurs cibles4.

15La cible de l’ODD 1 sur ce thème vise ainsi à « renforcer la résilience des pauvres et des personnes en situation vulnérable… » face à des chocs ou catastrophes naturelles (ainsi qu’à des chocs économiques et sociaux). Les trois indicateurs associés à cette cible se retrouvent également dans plusieurs autres Objectifs sous une formulation identique : nombre de décès, de disparus et de victimes suite à des catastrophes ; pertes économiques directement attribuables à ces catastrophes ; nombre de pays ayant mis en place des stratégies pour la réduction des risques de catastrophe. Dans la pratique, ces indicateurs se réfèrent surtout aux catastrophes naturelles, même si l’intitulé de cette cible est en principe plus large. Au-delà de la terminologie de la résilience, quelque peu galvaudée, il s’agit d’une innovation essentielle qui marque la prise de conscience de la montée de ces catastrophes dans le monde, en liaison avec le changement climatique.

  • 5 En 2011, soit quelques mois après le premier subi l’année précédente, la ville de Christchurch a é (...)
  • 6 Le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 a été adopté lo (...)

16Ici encore, comme c’est le cas d’une manière générale pour l’ODD 1, cette préoccupation concerne pour beaucoup les pays en développement ; en effet, les victimes de ces catastrophes « environnementales » sont généralement peu nombreuses dans les pays développés, où la protection de la population est beaucoup mieux assurée et la qualité de construction – en particulier antisismique – nettement supérieure. Il est ainsi remarquable de constater que le séisme survenu en Haïti en 2010 a provoqué plusieurs centaines de milliers de morts (et un nombre supérieur de déplacés), tandis que celui intervenu en Nouvelle-Zélande (à Christchurch) la même année, pourtant de magnitude équivalente, n’a fait aucune victime (Châtaigner, 2014)5. La lutte contre les chocs environnementaux et leurs conséquences, qui s’inscrit dans la mise en œuvre du cadre de Sendai6, apparaît ainsi comme un élément essentiel dans la lutte contre la pauvreté.

17Une des principales critiques adressées à l’ODD 1 porte sur le fait qu’il se centre sur les résultats et non sur les déterminants de la pauvreté (Egil, 2015). Effectivement, la lutte contre la pauvreté doit s’appuyer sur une analyse des mécanismes internationaux et nationaux à l’origine de la pauvreté, en Afrique en particulier où celle-ci est la plus répandue. Comme le soulignait déjà Pogge (2002) à propos de l’OMD 1, les arrangements institutionnels au plan international sont causalement impliqués dans la reproduction de la pauvreté extrême de masse. Et le reproche fait aux pays les plus pauvres d’être mal gouvernés et corrompus ne devrait pas non plus conduire à oublier la responsabilité des États et des multinationales des pays développés dans le maintien de ces situations.

  • 7 Jusqu’au début des années 2010, la Banque mondiale a affirmé que des politiques de croissance mené (...)
  • 8 Selon la définition de la Banque mondiale, la prospérité partagée est mesurée à partir de la crois (...)

18Le fait d’avoir inclus un Objectif dédié à la réduction des inégalités internationales et nationales (ODD 10) constitue à cet égard un progrès indéniable dans cette direction, qu’il conviendra de suivre attentivement au cours des prochaines années (cf. chap. 14 et 15, cet ouvrage). Il est manifeste que la réduction de la pauvreté dépend de la croissance économique, mais aussi des politiques de réduction des inégalités de toutes sortes (sociales, régionales, ethniques, etc.). Alors que la Banque mondiale avait refusé jusqu’à présent de prendre en compte l’importance des rapports sociaux dans la formation des inégalités7, il est encourageant de constater qu’elle a changé de position à cet égard : officiellement, son principal objectif n’est désormais plus seulement de réduire la pauvreté mais aussi de viser une « prospérité partagée »8. Le premier rapport de la Banque mondiale sur ce thème dresse ainsi un état des lieux mondial sur la question relativement taboue jusqu’alors des inégalités (Banque mondiale, 2016 a).

  • 9 On distingue traditionnellement deux formes de lutte contre le changement climatique : une stratég (...)

19On peut tout de même s’interroger sur les chances de succès de l’ODD 1, en particulier en ce qui concerne l’élimination totale de la pauvreté extrême. Dans la pratique, la lutte contre la pauvreté extrême dans le cadre de l’ODD 1 devrait être concentrée géographiquement et concerner surtout les pays pauvres d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud (Inde). Selon l’étude de l’ODI (Nicolai et al., 2015) qui constitue à notre connaissance la plus sérieuse parue à ce jour sur ce sujet, le nombre de pauvres pourrait ainsi continuer à croître en Afrique subsaharienne du fait de la croissance démographique, tandis que le taux de pauvreté continuerait à diminuer. Même si on peut saluer la réduction des conditionnalités imposées par les institutions de Bretton Woods, qui liaient jusqu’en 2015 l’octroi de leurs financements concessionnels à leur validation de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté proposée par les PED, le fait de ne plus imposer cette condition pourrait diminuer la priorité accordée à ces questions par les pays les plus pauvres, d’Afrique en particulier. Un autre élément va dans la même direction : nous sommes en effet dans un contexte où les objectifs environnementaux prennent de plus en plus d’importance, ce qui se reflète dans la définition de plusieurs ODD relatifs à ces questions, parmi lesquels l’ODD 13 sur la lutte contre le changement climatique9.

Les difficultés de suivi de l’ODD1

20La fixation d’objectifs quantifiés implique de pouvoir suivre précisément leur réalisation. Dans le cas de l’ODD 1, ce suivi est particulièrement délicat, malgré la multiplication des enquêtes auprès des ménages au cours des deux dernières décennies (voir ci-dessus). Ces difficultés sont à la fois de nature institutionnelle (qui est responsable du suivi de cet Objectif ?) et technique. La mesure de la pauvreté monétaire, tirée d’enquêtes-ménages particulièrement fragiles dans les pays les plus pauvres, repose sur des définitions conceptuelles et des méthodologies complexes (à la différence d’un indicateur comme le taux de scolarisation, beaucoup plus facile à calculer). Nos commentaires présentés dans cette partie reprennent quelques-unes des principales critiques et recommandations présentées dans le rapport de la commission constituée par la Banque mondiale sur le suivi de la pauvreté, présidée par l’économiste Anthony Atkinson (Banque mondiale, 2016 b).

21On peut tout d’abord relever que l’indicateur de pauvreté extrême correspondant à la première cible de l’ODD 1 a été fixé par la Banque mondiale de manière relativement arbitraire et unilatérale : il s’agit du seuil international de 1,25 dollar par jour (actualisé pour l’inflation à 1,90 dollar par jour en 2016). Dans ce domaine, cette organisation est à la fois juge (elle est responsable de la mesure) et partie (cette mesure évalue son action). Cet indicateur reflète d’ailleurs une approche « utilitariste » du bienêtre à partir du revenu ou de la consommation, même si l’ajout des services de base permet de compléter cette approche. Quoi qu’il en soit, et comme le suggère Reddy (2006), l’ONU serait sans doute plus légitime pour assurer la responsabilité du suivi de la pauvreté que la Banque mondiale, ou au moins pour définir le cadre de mesure (comme elle le fait pour les comptes nationaux par exemple). À minima, il conviendrait que la Banque mondiale constitue un groupe de travail à l’aide d’experts extérieurs pour la définition de ces indicateurs, comme le recommande le rapport de la commission Atkinson (ibid.).

22La deuxième cible de l’ODD 1 concerne la réduction de moitié de la proportion de la population souffrant d’une forme de la pauvreté, celle-ci étant mesurée cette fois-ci selon la définition adoptée dans chaque pays. Cet ajout permet de dépasser le caractère quelque peu artificiel du seuil de pauvreté international fixé par la Banque mondiale, responsable d’une mesure finalement peu suivie dans chaque pays, où l’on s’intéresse plutôt à la mesure de la pauvreté selon le seuil défini au niveau national. En même temps, l’acceptation de l’utilisation de seuils différents selon les pays implique que l’on renonce à la comparabilité internationale des données, et donc à la mesure de l’atteinte de cette cible au niveau mondial. Seules des régions du monde adoptant une même définition (cf. par exemple le cas de l’UE qui retient un concept de pauvreté relative fixée à 60 % du revenu médian) pourront comparer les pays entre eux.

23Une troisième critique, de nature plus technique, est liée aux difficultés que rencontrent les enquêtes auprès des ménages pour mesurer précisément le revenu et la consommation de l’ensemble de la population. Devarajan (2013) soulignait ainsi que le suivi de la pauvreté monétaire en Afrique reposait sur des estimations très imprécises, compte tenu de la faible fréquence et de la qualité médiocre de ces enquêtes. Un autre problème majeur tient à l’exclusion des groupes de population marginaux, qui sont pourtant généralement les plus pauvres : migrants, populations nomades, ethnies minoritaires, etc. (Banque mondiale, 2016b ; Randall, 2016). Par ailleurs, les données macro-économiques (indice des prix à la consommation) qui servent à établir les seuils de pauvreté dans les PED ne couvrent généralement que les zones urbaines, alors que les zones rurales concentrent la majorité des pauvres. Cela fragilise sensiblement ces mesures de pauvreté. Enfin, la mesure de la pauvreté selon un seuil comparable par pays requiert la correction des taux de change par la méthode dite de parité de pouvoir d’achat soumise à de grandes erreurs de mesure. Rappelons par exemple que la révision des statistiques de pauvreté par la Banque mondiale à la suite de la prise en compte des résultats du programme international de comparaison des prix 2005 s’était traduite par un plus que doublement du nombre de pauvres en Chine et par une hausse de près de 500 millions du nombre de pauvres au niveau mondial. La révision effectuée à la suite de la publication des résultats du même programme pour 2011 a entraîné une révision en sens inverse de la pauvreté en Chine et en Inde également de très grande ampleur.

Conclusion

24La fixation d’un Objectif mobilisateur tel que l’ODD 1 était incontournable, dans le prolongement de l’OMD 1 déjà consacré à l’élimination de la pauvreté. Prolonger la dynamique de la dernière décennie – couronnée de nombreux succès – dans ce domaine était en effet un impératif unanimement reconnu. C’est la raison pour laquelle l’adoption de l’ODD 1 est allée de soi dès le départ, à la différence d’autres Objectifs adoptés de haute lutte (voir notamment l’exemple de l’ODD 16 dans le chapitre 22 de cet ouvrage et dans Cling et al., 2016). Encore faut-il pour réussir, comme c’est bien sûr le cas pour tous les ODD, que cet Objectif soit répercuté dans les politiques internationales et nationales de développement. Il est encore trop tôt, au moment de la rédaction de ce chapitre, pour déterminer avec précision comment vont évoluer les politiques de développement au cours des prochaines années, à la suite de l’adoption de cet ODD 1. Il est d’ores et déjà probable qu’avec l’adoption de l’ODD 1 en même temps que celle de 16 autres Objectifs consacrés au développement durable dans ses différentes dimensions, on assiste à un élargissement des priorités que se fixe la communauté internationale, au-delà de la lutte contre la pauvreté monétaire. En même temps, et cela vaut non seulement pour les PED sur lesquels porte ce chapitre mais aussi pour les pays développés, il est manifeste que seule une transformation des rapports économiques et sociaux aux plans international et national peut véritablement permettre à long terme l’éradication de la pauvreté.

Bibliographie

Références bibliographiques

Banque mondiale, 2016 a – Taking on Inequality. Poverty and Shared Prosperity 2016, Washington.

Banque mondiale, 2016 b – Monitoring Global Poverty. Report of the Commission on Global Poverty, Washington.

Bedecarrats F., C ling J.-P., Roubaud F. (eds), 2016 – Gouverner par les nombres en Afrique. Numéro spécial Afrique Contemporaine, 258 (3).

Châtaigner J.-M. (dir.), 2014 – Fragilités et résilience. Paris, Karthala.

Cling J.-P, Razafindrakoto M., Roubaud F. (eds), 2002 – Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté. Paris, Economica.

Cling J.-P, Razafindrakoto M., Roubaud F., 2016 – L’ODD 16 sur la gouvernance et sa mesure : L’Afrique en tête. Numéro spécial Afrique Contemporaine, 258 (3).

Devarajan S., 2013 – Africa’s Statistical Tragedy. Review of Income and Wealth, 59 (S1) : S9-S15.

Dollar D, Kraay A., 2001 – Growth is good for the poor. Working Paper 2587, Banque mondiale, Washington.

Egil F., 2015 – Les Objectifs de développement durable, nouveau « palais de cristal » ? Politique africaine, 2015/4, 140 : 99-120.

Hugon P., 2016 – Du bilan mitigé des Objectifs du Millénaire pour le développement aux difficultés de mise en œuvre des Objectifs de développement durable. Mondes en Développement, 44, 174 : 15-32.

Nations unies, 2013 – Pour un nouveau partenariat mondial : vers l’éradication de la pauvreté et la transformation des économies par le biais du développement durable. Rapport du Groupe de personnalités de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015, Nations unies, New York.

Nations unies, 2015 – Objectifs du Millénaire pour le développement. Rapport 2015. New York.

Nicolai S., Hoy C., Berliner T., Aedy T., 2015 – Projecting progress Reaching the SDGs by 2030. Overseas Development Institute, Londres.

Pnud, 1990-2016 – Rapport sur le développement humain. Programme des Nations unies pour le développement, New York.

Pogge T., 2002 – Poverty and Human Rights ; Cosmopolitan Responsabilities and Reforms. Cambridge, Polity Press.

Randall S., 2016 – Facteurs de visibilité et d’invisibilité statistique dans les données démographiques africaines. Numéro spécial Afrique Contemporaine, 258 (3).

Reddy S., 2006 – Counting the Poor : the Truth about World Poverty Statistic. Socialist Register, Vol. 42, Issue 42 : 169-178.

Sen A. K., 1985 – Commodities and Capabilities. Amsterdam, North-Holland.

Notes

1 Nous ne traitons pas ici de la question de la pauvreté dans les pays développés, qui est évidemment une question grave et non résolue.

2 En anglais : Our dream, a world free of poverty.

3 Nous ne détaillons pas ici l’élargissement du champ géographique qui est commun à des degrés divers à tous les ODD (puisque les OMD ne couvraient que les PED), même si la pauvreté extrême touche surtout les pays en développement.

4 Cf. l’ODD 9 (« Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation »), l’ODD 11 (« Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ») et l’ODD 13 (« Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions »). Dans ce dernier Objectif, la cible 13.1 s’intitule : « Renforcer, dans tous les pays, la résilience et les capacités d’adaptation face aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles liées au climat ».

5 En 2011, soit quelques mois après le premier subi l’année précédente, la ville de Christchurch a été victime d’un second séisme, qui cette fois a fait plusieurs dizaines de victimes.

6 Le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 a été adopté lors de la troisième Conférence mondiale de l’ONU tenue à Sendai au Japon le 18 mars 2015. Les actions prévues dans le cadre des ODD sur ce thème s’inscrivent donc en cohérence avec cet accord international.

7 Jusqu’au début des années 2010, la Banque mondiale a affirmé que des politiques de croissance menées conformément au consensus de Washington (stabilisation macro-économique, ouverture au commerce international, etc.) constituaient le principal moyen de réduire la pauvreté dans les PED (Dollar et Kraay, 2001).

8 Selon la définition de la Banque mondiale, la prospérité partagée est mesurée à partir de la croissance du revenu moyen ou de la consommation de 40 % de la population aux plus bas revenus dans un pays donné. L’idée sous-jacente est que la croissance n’est pas suffisante en elle-même et qu’elle doit être équitable.

9 On distingue traditionnellement deux formes de lutte contre le changement climatique : une stratégie d’atténuation visant à ralentir ce changement ; une stratégie d’adaptation. Dans cette dernière catégorie figure le renforcement de la résilience des pauvres face aux chocs ou catastrophes naturelles, qui constitue une des cibles de l’ODD 1. À ce titre, mais aussi parce que le changement climatique affecte plus gravement les pays pauvres, la lutte contre le changement climatique va aider directement et indirectement à la mise en œuvre de l’ODD 1.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search