Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 2. L'idéal d'une humanité épanouie

Introduction

Patrick Caron

Texte intégral

1L’ambition transformatrice des ODD porte en elle l’utopie d’une humanité sereine et épanouie, en affirmant la place essentielle accordée au développement humain et social. Pas uniquement par éthique, pour des considérations morales ou caritatives, pas uniquement pour compenser ou rendre acceptables les désordres générés par les évolutions accélérées des dernières décennies, mais bien aussi pour ce qu’elle implique d’interactions et de compromis entre les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement, signalant ainsi l’impasse à laquelle nous conduisent les fractures à l’œuvre. L’ordre de numérotation des ODD accorderait-il la primeur à cette dimension humaine et sociale du développement ? Certainement pas ! Il n’empêche que les cinq premiers de la liste lui font la part belle, en abordant sous différents angles les questions de pauvreté (ODD 1), de sécurité alimentaire (ODD 2), de santé durable (ODD 3), d’accès à l’éducation (ODD 4) et à l’égalité des sexes (ODD 5). Associons-leur pour compléter cet ensemble l’ODD 11, qui rend compte de l’importance de la résilience urbaine.

2Pour ces 6 ODD, la deuxième partie de l’ouvrage réunit ainsi les analyses critiques de différents auteurs, avec une attention particulière portée à cette dimension humaine et sociale.

3Jean-Pierre Cling (chap. 5) montre tout d’abord comment l’ODD 1 (« Éliminer l’extrême pauvreté »), prolongeant le premier des Objectifs du millénaire pour le développement dédié au même objectif (1990-2015) « tout en l’élaguant de plusieurs thèmes (emploi, faim) qui font chacun l’objet d’ODD spécifiques », modifie profondément le regard porté sur la pauvreté. Il ne s’agit plus là d’une question caritative ou strictement monétaire : en s’intéressant aux rapports sociaux dans la formation des inégalités et en visant une « prospérité partagée », selon les mots de la Banque Mondiale, ce sont bien là les ressorts du développement qui retiennent l’attention. Pour autant, le suivi en sera difficile et, en conséquence, les résultats critiquables.

4Pour Alain Billand et Patrick Caron (chap. 6), les trois piliers de l’ODD 2 (« Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable »), à savoir « faim, sécurité alimentaire et nutritionnelle, agriculture durable » sont moins nécessairement liés l’un à l’autre qu’il n’y paraît et ne sont pas associés par hasard. Il s’agit là d’un véritable choix, alors que sécurité alimentaire et pauvreté étaient couplées dans les OMD et que la croissance brutale des questions d’obésité souligne le lien à l’ODD 3 traitant de la santé : « […] l’ODD 2 apparaît donc innovant à plus d’un titre, en particulier grâce aux interconnexions nouvelles qu’il propose » et aux leviers sur lesquels il suggère d’agir.

5Les auteurs du chapitre concernant l’ODD 3 (« Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge »), Jean-François Guégan, Gerardo Suzán Azpiri, Séraphin Kati-Coulibaly, Didier Nkoko Bonpamgue et Jean-Paul Moatti, insistent eux aussi sur le caractère transversal de cet ODD et sur son interconnexion aux autres (chap. 7). Ils montrent comment, au cœur de l’action pour l’atteinte des ODD, la santé est dorénavant affirmée comme centrale à l’échelle globale et, requérant une vision de long terme, agit comme un levier « démultiplié et universel » pour une « santé globale ».

6Personne ne niera l’importance d’un projet global d’éducation pour la réalisation de l’Agenda 2030. En examinant l’ODD 4 (« Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ») et en mettant en garde contre une « maladie de la performance », Nolwen Henaff, Ha Thi Thai Trân et Loan Thi Bich Dinh en redessinent les contours et les enjeux (chap. 8). À l’aune des objectifs concrets identifiés et des incertitudes concernant les moyens mobilisables, elles questionnent toutefois l’ambition portée et le réalisme des promesses formulées.

7Auteure du chapitre consacré à l’ODD 5 (« Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles »), Dilek Elveren (chap. 9) se réjouit de la consécration d’une approche fondée sur les résultats, et non plus seulement sur les objectifs. Elle montre comment l’ODD 5 constitue une réelle avancée pour les femmes et les filles, mais pointe néanmoins les angles morts et les doutes subsistant sur les modalités de mise en œuvre des cibles établies. Elle attire également l’attention sur les limites d’une approche « utilitaire » réduite à une vision libérale du développement et minimisant les dimensions et implications multiples d’une nécessaire autonomisation.

8Pour illustrer cet ODD, Karine Guldemann fait part dans un « Focus » de l’engagement de la fondation Elle pour l’éducation des filles et leur émancipation à travers le monde. À travers l’exemple de quelques projets soutenus, l’auteure appelle à renforcer l’impact des actions conduites en combinant les forces du monde de l’entreprise, des ONG et celles de la puissance publique.

9Catherine Paquette (chap. 10), auteure du chapitre consacré à l’examen de l’ODD 11 (« Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables »), ose l’image de l’utopie pour qualifier les dynamiques urbaines en Amérique latine. Cette ville innovante, qui est tout à la fois le moteur historique des transformations politiques et sociales et un lieu de possible déperdition et de tous les extrêmes qui font peur, est ainsi affirmée comme centrale pour trouver le chemin du développement économique et social. L’auteure questionne en particulier notre capacité à penser la gouvernance des villes dans une perspective de développement durable.

10Pauvreté, égalité, sécurité, santé, autonomie, résilience… C’est donc vers une humanité sereine et épanouie qu’il nous faut cheminer, une humanité porteuse de développement durable dans toutes les dimensions de ce concept. Pour autant, n’oublions pas que ce sont bien les 17 ODD qui, chacun à leur manière, embarquent la dimension humaine et sociale classiquement présentée comme l’un des trois piliers du développement durable. Le développement humain illustre peut-être plus encore que ses deux acolytes la complexité des processus à l’œuvre, en raison de l’enchâssement des processus qui le caractérisent et de l’importance de l’association des parties prenantes, pour comprendre comme pour agir. Notons en outre que chacun de ces chapitres invite les communautés scientifiques à se positionner différemment, en renouvelant leurs questions, leurs relations avec les acteurs non scientifiques et leurs manières de regarder et mesurer les objets de leurs travaux. En lien, très probablement, avec l’importance accordée aux indicateurs, et en écho à cette dimension humaine et sociale si difficile à saisir et porteuse de controverses, la question des référentiels de mesure pour le suivi des ODD paraît centrale.

Auteur

Président du Groupe d’experts de haut niveau (HLPE) du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search