Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 1. Les ambitions d'un dialogue universel et inclusif

Chapitre 3. Les ODD vont-ils façonner de nouvelles relations Nord-Sud ?

Étienne Hainzelin et Michel Eddi

Résumé

En formulant l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs, la communauté internationale a aussi remis en cause les découpages classiques du monde, en particulier l’opposition Nord-Sud. D’une part, devant les exigences du développement durable, tous les pays sont interpellés par rapport à leur situation propre et peuvent être donc considérés comme étant « en développement ». D’autre part, les grands défis du développement transcendent le plus souvent les frontières, et Sud et Nord sont de ce fait confrontés ensemble aux défis de la grande pauvreté, du changement climatique, de la dégradation de l’environnement et des limites de la planète. De plus, du fait de leur complexité et de leurs dimensions, ces grands défis exigeront des coalitions très larges d’acteurs – acteurs publics, acteurs de la société civile, entreprises, scientifiques, etc. – au Nord comme au Sud dans lesquelles les États, garants de la cohérence des actions au niveau national, ne seront pas toujours le moteur principal des transformations. Les ODD ont de fait refaçonné les relations Nord-Sud. Ils offrent par ailleurs également un rôle crucial à la science.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Alors que l’état du monde semble se détériorer continuellement, avec la montée des populismes et des égoïsmes nationaux, la méfiance généralisée vis-à-vis des politiques, les catastrophes écologiques et climatiques annoncées, faut-il céder au pessimisme et constater l’impuissance publique internationale ?

Depuis la naissance en 1945 d’une volonté internationale incarnée par l’ONU, si les innombrables accords internationaux dans le vaste domaine du développement ont fait avancer tel ou tel indicateur, ils n’ont pas permis de dessiner un monde neuf, d’éradiquer la pauvreté et la faim, de réduire les inégalités criantes. Certes, on connaît les avancées saluées dans le bilan des OMD, certains pays ayant accompli de réels progrès sur ce chemin. Mais il est clair que l’humanité est encore notoirement loin du compte : avec l’urgence et l’accumulation des problèmes qui se posent, chacun pressent que des actions décisives doivent être menées au niveau international, faute de quoi ...

Auteurs

Conseiller du président-directeur général du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et professeur invité à l’École de développement international et mondialisation de l’université d’Ottawa.

Président-directeur général du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540