Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

Mise en œuvre du Projet de la Grande Muraille Verte (GMV) : la Composante Tchadienne

Abakar Mahamat Zougoulou y Djimramadji Alrari

Resumen

Le Tchad est un des onze (11) pays ayant souscrit à la mise en œuvre du Projet de la Grande Muraille Verte (GMV). Le processus de cette mise en œuvre a bénéficié d’une importante attention des plus hautes autorités. Ce qui a permis dès janvier 2008 la formulation d’un projet conceptuel sur la base des acquis existants. Le projet répond parfaitement aux objectifs de la Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté (SNRP) et à ceux du Programme de la GMV. Le schéma conceptuel assorti de l’identification d’un tracé ou dorsale dès janvier 2008 est axé sur une vision de résolution de la problématique de la gestion des ressources en général avec un accent sur l’arbre en tant que vecteur de stabilisation des terres dégradées et la promotion d’un développement intégré de gestion systémique le long du tracé. La mise en œuvre du projet GMV/Tchad suit un certain nombre de critères clés, notamment la participation à toutes les échéances (réunions, colloques…) en vue d’échanger sur les expériences des pays et de mieux comprendre le mécanisme, l’intégration des communautés villageoises le long du tracé et la valorisation des savoirs traditionnels, les études biogéographiques et écologiques, le choix des espèces, le choix des systèmes d’irrigation, le développement d’un cadre institutionnel et de partenariat pour le financement.
Les résultats positifs obtenus de certains projets similaires seront capitalisés dans l’approche. Le long du tracé il y a en effet des expériences de Projets notamment le projet pilote « Opération acacia » et le Programme National de Développement des Ceintures Vertes (1er tiers du tracé), le Volet Gestion Communautaire des Ecosystèmes (2e tiers du tracé), le Projet de Développement du Ouaddai et Biltine (3e tiers du tracé), etc. Sur le plan méthodologique, diverses études seront faites par le biais des consultations nationales et échanges avec les expériences d’autres pays afin d’assurer une réussite au Projet. Un accent particulier sera mis sur les compétences nationales à travers des contrats qui seront conclus avec divers groupements bénéficiaires (éco-villages, prestataires privés, services techniques, institutions de microfinance…).

Entradas de índice

Texto completo

Introduction

1Le Tchad est un pays enclavé dont les trois quarts de la superficie sont désertiques. La dégradation des terres constitue une problématique majeure avec comme conséquences la déforestation, la baisse de productions agricoles et fourragères et leur cortège d’insécurité alimentaire, de famine, de migration humaine et animale y compris la faune sauvage. Face à cette situation, des efforts ont été déployés par le Gouvernement à travers des programmes et projets mais les résultats obtenus jusque-là sont en deçà de ceux escomptés. En effet, ces actions ont pour la plupart des portées très limitées car isolées dans l’espace, mal coordonnées et souvent inappropriées.

2L’ampleur du phénomène de désertification au Tchad nécessite des actions de grande envergure. C’est ainsi que le Tchad a souscrit à l’initiative de la mise en œuvre de la « Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel ».

3La mise en œuvre de la Grande Muraille Verte est une réponse concrète en rapport avec les changements climatiques et la dégradation des ressources naturelles. Le Tchad travaille à sa mise en œuvre et un projet de document de stratégie a été élaboré avec un tracé obéissant à l’utilisation d’un système de gestion systémique dans lequel les systèmes de production ruraux sont intégrés.

Données géographiques et climatiques

4Le Tchad est un vaste pays de 1 284 000 km2 avec environ onze (11) millions d’habitants. Il est situé entre 8° et 24°N et entre 14° et 24° E. Suivant la zonation bioclimatique, il est subdivisé en trois grands domaines :

  • le domaine saharien (47 % de la superficie totale) est caractérisé par une pluviométrie inférieure à 200 mm et une végétation très rare, à l’exception des oasis ou toute la vie s’y concentre ;

  • le domaine sahélien (43 %) avec 200 à 600 mm/an et une végétation de steppe arbustive dominée par des épineux, particulièrement les acacias ;

  • le domaine soudanien (10 %) avec plus de 800 mm/an et une végétation de savanes et des forêts claires.

Figure1

Figure1

Localisation des zones bioclimatiques du Tchad.

Tracé et axes stratégiques de la GMV/Tchad

Critères de développement du tracé de la dorsale

5L’identification du tracé de la composante GMV du Tchad s’est basée sur les contraintes suivantes :

  • la jonction du tracé avec celui du Niger ou du Nigeria (Lac Tchad comme référence de relais) ;

  • la proximité des peuplements humains en vue de développer une gestion systémique tenant compte de l’agriculture et de l’élevage domaine par excellence de cette zone ;

  • la délimitation du tracé entre les isohyètes 150 mm-350 mm comme repères ;

  • le choix des espèces, fonction de l’existant et de l’orientation vers des espèces adaptées et qui apportent des revenus aux populations ;

  • le choix des systèmes de mise en valeur et de suivi.

Axes stratégiques du Projet GMV/Tchad

6Un projet de base a été élaboré dont le but global est de travailler en synergie avec les autres pays membres du tracé en vue de lutter contre la Désertification, l’avancée du désert, la dégradation écologique des régions arides et semi-arides et la pauvreté des populations de ces zones par des activités génératrices de revenus.

  • Les actions globales intégrées et coordonnées offriront un développement intégré de ces zones et de meilleures conditions de vie aux populations.

  • Les axes spécifiques visés dans la réalisation de la GMV Tchad sont :

  • La restauration du couvert végétal et le potentiel productif des terres dégradées ;

  • La promotion d’une gestion intégrée des ressources naturelles garantissant la sécurité alimentaire ;

  • La préservation des écosystèmes d’importance capitale et la diversité biologique ;

  • L’amélioration des conditions de vie et le revenu des populations rurales en particulier les femmes et les jeunes ;

  • Le renforcement des capacités techniques et institutionnelles des acteurs et des services de l’Etat et la coopération régionale.

Etat d’avancement du développement du projet GMV/Tchad

7Plusieurs actions menées dans le cadre de projets sont capitalisées et ont permis de faire le montage du Projet. Les orientations retenues dans la mise en œuvre du projet sont en particulier le choix définitif du tracé (2e) établi en mai 2009, le choix des espèces clés, les systèmes de mise en valeur et de suivi et la capitalisation des savoirs traditionnels.

Choix du tracé

8En se basant sur les données définissant le tracé de la GMV, qui doit se situer entre les isohyètes 150 mm -350 mm, un premier tracé a été développé en janvier 2008 (Fig. 2).

Figure 2

Figure 2

1er tracé de la dorsale (janvier 2008).

Figure 3

Figure 3

2e tracé de la dorsale (mai 2009).

9D’une longueur de 1206 km, le tracé prend sa source à l’extrême nord du Lac Tchad, relais du tracé Nigérien et se termine dans la Région de Wadi Fira (frontière soudanaise). Compte tenu de l’extrême aridité de la zone et étant entendu que le Lac Tchad constitue un rempart de prise de relais à partir du Niger ou du Nigeria, un second tracé a été développé en 2009 (Fig.3). Il a comme point d’encrage, la Région de Hadjer Lamis à partir de Gredaya (confins sud du Lac Tchad) et comme finalité la frontière soudanaise au niveau de la Région de Wadi Fira (Guereda).

10Ce second tracé qui va donc de Gredaya à Guereda est évalué à 1 010 km. Il implique quatre (04) Régions : Hadjer Lamis, Barh El Ghazal, Batha Ouaddai et Wadi Fira. Les caractéristiques pédologiques montrent que la majorité du tracé est occupé par des zones sablonneuses avec des poches de zones oasiennes. À l’extrême est, frontalière avec le Soudan, le tracé sera dans une zone rocailleuse.

Choix des espèces

11Le choix des espèces est un critère clé pour la réussite du projet. Il permet de mettre en œuvre des actions d’aménagement des terres dégradées et de préservation des écosystèmes naturels avec des espèces adaptées en vue de freiner efficacement l’avancée du désert. En ce qui concerne les actions de reboisement, de plantation privée et de stabilisation des dunes l’accent sera particulièrement mis sur les espèces adaptées aux conditions locales et servant de rempart pour lutter efficacement contre la désertification. Il faut noter que d’une région à l’autre, il y a une certaine spécificité régionale et même locale qui nécessite une orientation du choix des espèces. On citera un certain nombre d’entre elles en fonction de leur importance :

  • Acacia senegal et Acacia seyal : Toutes les Régions où se situe le tracé sont concernées ou cette espèce se développe en peuplement pur dans 3/4 de leur superficie. De par son importance sur le plan écologique et socio-économique à travers la lutte contre l’érosion, la fertilisation des sols, et surtout l’amélioration de l’économie rurale par la gomme arabique qu’elle exsude ;

  • Acacia nilotica : Elle se développe bien dans les zones de bas fonds et existe bien en peuplement important dans la plupart de ces Régions ;

  • Faidherbia albida : Espèce emblématique reconnue par les agro pasteurs pour la fertilisation de leurs champs et qui est très adaptée dans plusieurs Régions du tracé

  • Balanites aegyptiaca : Très résistante aux intempéries et utilisée comme bois d’œuvre et en alimentation humaine ;

  • Phoenix dactylifera : Peuplements végétaux essentiels des ouaddis de la Région du Bahr El Ghazal principalement avec son apport en tant que source de revenu aux populations ;

  • Prosopis juliflora : Espèce envahissante utile pour les zones dunaires à ensablement important ;

  • Parkinsonia acculeata : Importante dans les différentes Régions du tracé pour la fixation des dunes de sable, l’amélioration de la fertilité des sols, la fourniture du bois de chauffe et du fourrage pour le bétail ;

  • Commiphora africana : dans la région du Wadi Fira, économiquement utile pour sa gomme très appréciée comme encens au Soudan et au Nigeria et donc une source de revenu aux populations.

12Les photos 1 et 2 ci-après illustrent quelques activités de projets pilotes réalisés sur le tracé.

Photos 1 et 2

Photos 1 et 2

Activités dans les Projets pilotes (Opération acacia) dans le premier tiers du tracé.

Choix du système de mise en œuvre

13Outre l’apport des eaux de pluies, le système consiste en la valorisation des acquis techniques et méthodologiques des projets exécutés et qui ont réussi dans ce domaine notamment le projet pilote « Opération acacia » à travers la récupération du sol par le système vallerani.

14C’est un système de maîtrise de l’eau qui récupère les terres dégradées et le captage des eaux de ruissellement dans des micro-bassins (demi-lunes, zai, diguettes, cordons pierreux, banquettes…), par des technologies appropriées (techniques locales et mécanisée…).

15Ce système que nous avons mis en œuvre permet notamment :

  • une diminution de l’érosion hydrique et une augmentation de l’infiltration des eaux de pluie grâce au micro -bassins de retenue d’eau favorisant une régénération naturelle des herbacées qui améliorent la production pastorale ;

  • une intensification de la production agro-sylvo-pastorale, par la mise en aménagement des terres, la restauration du couvert végétal et la diffusion d’itinéraires techniques adaptés aux conditions pédoclimatiques et appropriables par les populations ;

  • une diversification des activités de production visant l’amélioration de la sécurité alimentaire et des conditions de vie et de revenus ;

  • une prise en compte des contraintes majeures liées à la sécurité alimentaire à savoir notamment l’insuffisance de terres de cultures et de pâturages, l’insuffisance des capacités des producteurs du point de vue technique, financier et organisationnel.

16La technique favorise une diminution de l’érosion hydrique et une augmentation de l’infiltration des eaux de pluie grâce aux micro-bassins de retenue d’eau, une régénération naturelle des herbacées améliorant la production pastorale. La même technique est utilisée pour la ceinture verte de N’Djaména.

17Les photos 3 et 4 illustrent quelques aspects liés à cette technique.

Photo 3

Photo 3

Sillon de retenue d’eau creusé avec la charrue Treno.

Photo 4

Photo 4

Micro-bassins de retenue d’eau creusés avec la charrue Delfino.

Valorisation des savoirs traditionnels

18Vivant dans ces zones depuis des décennies, voire des siècles, les populations locales ont acquis des connaissances, des techniques et des expériences non négligeables. Ces connaissances méritent d’être capitalisées, valorisées et vulgarisées dans le cadre de la mise en œuvre du projet à travers des partages et des échanges régionaux et/ou nationaux. Les savoirs traditionnels ont été démontrés lors la mise en œuvre de plusieurs projets pilotes.

19Dans le premier tiers du tracé les populations riveraines du Lac Tchad sont très connues pour leur connaissance en techniques de maraîchage et d’agroforesterie.

20Dans le second tiers (zone dunaire), les populations du Bahr Elghazal et du Batha sont de grands exploitants de gommeraies et dans le Ouaddai et le Biltine. Les savoirs des populations locales dans l’exploitation des ouaddis sont démontrés dans le cadre des projets de la Coopération allemande et ont fait tâche d’huile dans plusieurs régions du pays.

Plan méthodologique d’exécution

21Au Tchad, tous les projets du secteur rural dont l’environnement sont pilotés par le Haut Conseil National pour l’Environnement constitué de représentant de 16 Départements Ministériels et le Comité Technique de Suivi (CTS) qui est un collège de Secrétaires Généraux des départements du secteur rural.

22Le projet GMV/Tchad aura donc ce dispositif au sommet. Il dispose en outre d’une Coordination nationale actuellement pilotée par le Ministère de l’Environnement et des Ressources Halieutiques à travers la Direction des Forêts et de la Lutte Contre la Désertification (en attendant la mise en place effective) de l’Agence Nationale sur la GMV (en projet de création). Cette Agence aura un Comité technique et scientifique constitué de chercheurs de haut niveau et dans divers domaines opérant dans les structures d’enseignement (départements ministériels, universités et instituts) et de recherche (laboratoires spécialisés (Institut Tchadien de Recherche Agronomique pour le Développement (ITRAD), Laboratoire des Recherches Vétérinaires et Zootechniques (LRVZ), Laboratoire d’Analyse des Eaux et de l’Environnement (LABEEN).

23La décentralisation est indispensable pour assurer l’exécution, la coordination et le suivi efficaces des activités. Elle est un gage de réussite pour le projet et le partenariat qui sera mis en place. Pour ce faire, elle nécessitera la mise en place d’un cadre institutionnel adéquat tant au niveau central que décentralisé se présentant comme suit.

NIVEAU NATIONAL :

  • Le Haut Comité National pour l’Environnement

  • Le Comité Technique de Suivi

  • L’Agence Nationale sur la GMV (Coordination Nationale responsable de la mise en œuvre et de l’exécution technique des activités)

  • Un Comité technique et scientifique constitué d’experts nationaux dans divers domaines.

NIVEAU DÉCENTRALISÉ

  • Le Comité de pilotage régional sera assuré par les Comités Régionaux d’Action (CRA) mis en place dans le cadre du Plan d’Intervention pour le Développement Rural (PIDR) ;

  • Une Coordination régionale pour la supervision et suivi ;

  • Des partenaires opérationnels (Communautés de base, Communes, ONGs, Services techniques étatiques…).

24Des contrats seront conclus avec divers groupements bénéficiaires (écovillages, prestataires privés (Société civile, ONGs, services techniques, institutions de micro finance…).

25Diverses études seront faites par le biais des consultations afin de mettre un accent particulier sur les compétences nationales.

26Des protocoles d’accord et de collaboration pourront être également signés avec d’autres partenaires surtout le PAM qui, par le biais d’un programme du type « Food for Work » pourrait appuyer les bénéficiaires dans la réalisation des activités, notamment celles relatives aux DRS/CES, plantation, gardiennage…).

27La mise en place d’un partenariat entre tous les acteurs concernés est indispensable pour la réussite du projet. Pour ce faire, le projet développera un partenariat étroit avec les producteurs d’une part et avec les structures administratives et techniques d’autre part, ainsi qu’avec les ONG et projets intervenant dans chacune des zones du projet. Le projet s’appuiera particulièrement sur les structures de base dynamiques existantes (groupements/associations villageoises, unions de groupements villageois, comités villageois de gestion, comités inter-villageois de gestion ; communautaires…). Dans les zones où ces organisations n’existent pas, le projet s’attellera à leur mise en place. Pour les groupements nouvellement mis en place, le projet appuiera leur structuration et accompagnera leur reconnaissance juridique.

Résultats de quelques projets et programmes

28Dans le cadre de la mise en œuvre de la Grande Muraille, certains projets existants pourront être intégrés ou capitalisés dans la composante GMV/Tchad. Il s’agit en particulier du Programme de Développement des Ceintures Vertes avec diverses composantes et du Programme National de Sécurité alimentaire.

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES CEINTURES VERTES

29Ce programme est une initiative de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat. Il vise une prise en compte de la lutte contre la désertification dans les zones urbaines à l’échelle national. De 2008 à maintenant ce programme a entamé ces activités avec la ville de N’Djaména et s’est élargi à toutes les autres villes du pays dont les villes principales et secondaires se trouvant le long du tracé. Quatre projets majeurs constituent des actions principales utilisables dans le développement du projet de la GMV Tchad.

La Ceinture Verte de N’Djaména

30La zone du projet est le pourtour de la ville de N’Djaména, allant des berges du Chari à Gassi à celles de Mara distant de quarante (40) km. La zone est d’un point topographique, généralement plate mais disposant par endroit des bas fonds. L’espace à reboiser est une bande en demi-cercle de 200 mètres de large et de 40 000 mètres de long, soit 800 hectares. Cette bande est distante de 300 mètres du canal de conduite des eaux.

31Une première phase a été lancée servant de site pilote et est actuellement opérationnelle. Elle est d’une longueur de 2,2 km et d’une largeur de 200 mètres équivalent à 44 hectares. La phase actuelle, objet du présent projet est de 37,8 km de long et 200 mètres de large, soit 756 hectares à reboiser. La durée de réalisation de ce projet est de trois (3) années, soit 252 hectares par an. Le projet bénéficiera à terme, à toute la population de la ville, soit environ un (1) million de personnes par l’atténuation du vent et de la chaleur et à tous les villages se trouvant dans le périmètre de la ville par l’augmentation de leur revenu assurant ainsi leur sécurité alimentaire. Les équipements hydrauliques permettront aux femmes des zones concernées à satisfaire leurs besoins en eau. L’intégration de ce dispositif à d’autres systèmes de productions ruraux notamment le maraîchage permettra d’améliorer les conditions de vie des populations. Le projet bénéficiera également aux agents de l’Etat, qui feront de ce projet un atout d’expérimentation technique pour l’ensemble du pays.

Le projet pilote Opération acacia (PPOA)

32Développé dans le cadre de la Coopération Tchad Italie à travers la FAO, il a permis de mettre en œuvre des actions de développement de pépinières villageoises dans plusieurs régions du pays et particulièrement celles traversées par le tracé. Les acquis seront mis à contribution notamment l’utilisation de la technologie vallerani. C’est une technique de récupération des terres dégradées qui a fait ses preuves et dont les populations se sont appropriées. Ce système vallerani a permis en 2007, la récupération de 395 ha dans 12 sites. Par la suite la capitalisation des résultats de la phase pilote du POA s’est développée sur le plan quantitatif et du point de vue effets/impacts sur le milieu et la population cible.

Le Projet de développement régional du Département de Biltine (PRDB) et le Projet de développement local du Ouaddai et Biltine

33Dans cette zone du pays constituant le dernier tiers du tracé de la GMV il y soixante sept (67) bassins) versants. Le PRDB et le PRODABO ont été initiés dans le cadre du développement de l’Agroforesterie pour le premier et l’aménagement des Ouaddis pour le second dans la Région de Biltine actuel Wadi fira et le Ouaddai. Utilisant le système de récupération des terres par les cordons pierreux plusieurs superficies sont récupérées et exploitées à des fins agricoles.

LE PROGRAMME NATIONAL DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

34Outre les projets du Programme de Développement de Ceintures Vertes, projets qui ont des acquis certains, il existe le grand Programme National de Sécurité Alimentaire. Dans ce grand programme seront développés quatre projets dont trois intéressent particulièrement le tracé de la GMV. Il s’agit en particulier des projets suivants :

  • projet d’appui à la filière Palmiers dattiers (important pour le 1er tiers du tracé) ;

  • projet d’appui à la filière Gomme Arabique (2e tiers) ;

  • projet d’appui aux autres produits forestiers non ligneux qui apportera des revenus substantiels aux populations.

Mécanismes de suivi-évaluation et contraintes

35L’atteinte des objectifs et des résultats attendus du projet majeur de la Grande Muraille Verte, passe nécessairement par la mise en place de mécanismes performants de suivi-évaluation et de réaction.

Suivi

36Le suivi du projet sera fait à travers un mécanisme de suivi par les Délégations régionales dans lesquels il y a des antennes régionales. Un rapport de suivi sur l’état d’avancement des activités de terrain sera fourni chaque trois (03) mois à la coordination nationale. Sur la base des rapports trimestriels, la coordination nationale du projet produira des rapports semestriels et annuels qui dresseront le bilan des activités tout en faisant ressortir les contraintes et les atouts assortis des mesures correctionnelles. Ces rapports seront transmis au comité de pilotage, au ministère de tutelle et aux bailleurs. À la fin du projet, un rapport final mettant un accent particulier sur les résultats et les impacts environnementaux et socio-économiques sera rédigé. Les résultats obtenus et les leçons tirées seront capitalisés.

37Dans le cadre de telles activités de suivi, les techniques modernes basées sur l’imagerie satellitales et les GIS sciences seront développées.

Evaluation

38Un dispositif d’évaluation interne sera mis en place par le projet incluant l’auto-évaluation par les bénéficiaires. A la fin de chaque trimestre, les activités de terrain feront l’objet d’évaluation par la composante en charge sur la base des indicateurs prédéfinis. Au niveau externe, une évaluation à mi-parcours est prévue à la troisième année d’exécution du projet. Cette évaluation permettra de dresser le bilan à mi-parcours et faire des orientations concrètes pour la suite du projet. Le projet fera enfin l’objet d’une évaluation finale par les donateurs et le Gouvernement.

Atouts et contraintes du projet

39Atouts : les atouts sont assurément la forte volonté politique afin de mettre en œuvre le projet ainsi que la prise de conscience des populations vivant le long du tracé malgré leur précarité.

40Contraintes : elles sont d’ordre physique et socio-économique.

41Sur le plan physique, on note :

  • une pluviométrie aléatoire ne favorisant pas une bonne production agro-sylvo-pastorale d’où l’utilisation de systèmes d’irrigation d’appoint ;

  • les sécheresses cycliques avec comme conséquences l’avancée du désert et l’ensablement de certaines zones ;

  • l’apparition de plusieurs poches de glacis dont la mise en valeur agricole est difficile avec les moyens rudimentaires des paysans, ce qui nécessite une intervention importante afin de viabiliser les zones ;

42Sur le plan socio-économique :

  • une forte pression humaine et pastorale sur les ressources forestières résiduelles ;

  • la faiblesse de l’encadrement des producteurs ;

  • la persistance de systèmes de production extensifs nécessitant des aménagements ;

  • l’insuffisance de points d’eau ;

  • le taux d’analphabétisme élevé et l’exode rural important.

Perspectives

43En perspective nous avons un plan stratégique qui sera validé par le Comité Technique de suivi (CTS) et dont les activités essentielles sont :

  • La création de l’Agence Nationale sur la GMV (avant le sommet des Chefs d’Etat) ;

  • L’adoption du projet mettant en place le Comité Technique et Scientifique de la GMV ;

  • La proposition du projet de base pour financement par l’Etat par rapport aux actions urgentes notamment les études pédologiques, géomorphologiques, sociologiques et économiques… et les actions d’information et de sensibilisation des populations des zones du tracé ;

  • Le développement d’une carte d’occupation en fonction des données du terrain ;

  • La finalisation du projet sur la base des nouvelles données ;

  • La mobilisation des fonds pour la mise en œuvre effective par l’Etat et les bailleurs.

Índice de ilustraciones

Título Figure1
Leyenda Localisation des zones bioclimatiques du Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 120k
Título Figure 2
Leyenda 1er tracé de la dorsale (janvier 2008).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 72k
Título Figure 3
Leyenda 2e tracé de la dorsale (mai 2009).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 72k
Título Photos 1 et 2
Leyenda Activités dans les Projets pilotes (Opération acacia) dans le premier tiers du tracé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 256k
Título Photo 3
Leyenda Sillon de retenue d’eau creusé avec la charrue Treno.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 52k
Título Photo 4
Leyenda Micro-bassins de retenue d’eau creusés avec la charrue Delfino.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2149/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 75k

Autores

Directeur des Forêts et de la Lutte contre la Désertification,
Ministère de l’Environnement et des Ressources Halieutiques du Tchad
(abakar_zougoulou@yahoo.fr)

Chef de Projet « Opération acacia »,
Ministère de l’Environnement et des Ressources Halieutiques du Tchad

© IRD Éditions, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540