Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Introduction générale

Jean-Marc Châtaigner et Patrick Caron

Texte intégral

1« Transformer les vies tout en préservant la planète », telle est l’ambition du Programme de développement durable 2030, entré en vigueur le 1er janvier 2016 et issu d’un long processus de négociation entre le sommet de Rio + 20 de juin 2012 et le sommet des chefs d’État aux Nations unies les 26 et 27 septembre 2015. L’engagement des 193 États membres sur une nouvelle feuille de route internationale, constituée de 17 Objectifs de développement durable (ODD), succédait ainsi aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), adoptés en 2000. Ce nouvel agenda international offre un cadre unique et inédit dans l’histoire de l’humanité.

2Porté par une vocation universelle, tout comme l’accord de Paris sur le Climat conclu la même année, l’Agenda 2030 pour le développement durable s’affiche comme un projet collectif global. Il renouvelle les conceptions des espaces géographiques précédemment institués, en réinventant les rapports entre les pays industrialisés, en particulier ceux de l’OCDE, les pays émergents comme la Chine ou l’Inde, les pays à revenu intermédiaire et les pays les moins avancés. Le classique rapport de force Nord/Sud issu du processus de décolonisation et des années de guerre froide en est radicalement remis en cause : l’idée d’un modèle unique de développement économique fondé sur la seule croissance du produit intérieur brut (PIB) paraît avoir vécu, remplacée par la construction de trajectoires plurielles et singulières de développement propres à chaque pays, à chaque lieu. Dans l’étroite filiation des travaux du Club de Rome au début des années 1970 et du rapport Brundtland publié dans les années 1980, ce nouveau cadre invite in fine la communauté internationale à assumer collectivement et de manière solidaire la responsabilité d’un modèle de développement durable à léguer aux générations futures.

  • 1 3e partie, chapitre 11 : ODD 7 – L’accès de tous à l’énergie est-il un Objectif durable ?

3Dans un monde globalisé et multipolaire, source de méfiance et de défiance, et en contrepoint d’une tendance lourde au repli et à l’isolationnisme, que l’on retrouve aujourd’hui aux États-Unis avec l’élection de Donald Trump ou encore au Royaume-Uni avec le Brexit, le nouvel agenda onusien porte en son sein une ambition paradoxalement transformatrice, une utopie dessinant un « horizon humain qui ne se réduit pas à la mobilité du capital financier et à la flexibilité de la main-d’œuvre », comme l’indique Gaël Giraud1 dans son chapitre dédié à l’analyse de l’ODD 7. Mais c’est pourtant ce décalage persistant entre la réalité économique d’un monde fini et le jeu de rôles auquel s’adonnent les États, si souvent limités dans leurs réelles capacités d’action, qui participe aussi à la peur diffuse de la mondialisation et questionne la véritable capacité du monde actuel à déployer une réponse coordonnée, cohérente, universelle et réalisable.

4Dans ce contexte, la science fait également l’objet de suspicions diverses. Au moment où l’usage des résultats des recherches soulève de nombreuses controverses et où les évidences scientifiques sont de plus en plus régulièrement remises en cause par des idéologies obscurantistes et réactionnaires, ce nouveau cadre international invite les communautés scientifiques à se mobiliser, à accompagner les transformations ciblées par les ODD, à questionner les contradictions qu’ils peuvent présenter pour éviter la dilution des priorités et favoriser leur mise en œuvre. Le rôle de la science est et sera donc déterminant, grâce notamment à une posture et des fonctions revisitées. Il ne s’agit plus seulement de produire des connaissances conduisant à de nouvelles évolutions technologiques, mais également de faire émerger celles permettant de guider l’intelligence du monde, de nourrir l’imagination de futurs possibles et d’accompagner l’innovation sociale et sociétale. La science peut et doit agir comme moteur de développement et jouer un rôle clé dans les coalitions d’acteurs pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030. L’enjeu est de taille. Face à la fracture mondiale du savoir et à sa prise en compte insuffisante dans la formulation de l’Agenda 2030, les communautés scientifiques doivent en particulier s’organiser pour permettre un accès universel à la production de connaissances scientifiques. Qu’il s’agisse de traiter de questions particulières ou globales, la réduction du fossé et de l’asymétrie en matière de production scientifique entre pays, en ne laissant aucune communauté à la marge, est indispensable dans la perspective d’une contribution éclairante et avisée à la mise en œuvre d’actions vers les ODD.

5De cette nécessité est née l’idée de cet ouvrage collectif. Première production francophone traitant de la contribution des sciences à l’Agenda 2030 des Nations unies, cette entreprise réunit les contributions d’une soixantaine d’auteurs de multiples horizons disciplinaires et géographiques : éminents chercheurs des grands instituts français de recherche pour le développement, membres et experts d’agences des Nations unies, d’agences de développement, de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), de laboratoires de pensée (« think tank ») ou encore d’organisations non gouvernementales (ONG). L’ouvrage fédère ainsi scientifiques, théoriciens et praticiens du développement dans un même esprit et autour d’une même ambition : apporter une lecture dialectique permettant d’éclairer les enjeux de l’Agenda 2030 pour le développement durable et le rôle que peut aspirer à jouer la science.

6Le lecteur trouvera dans cet ouvrage, pluriel dans sa conception, différentes clefs de lecture de l’Agenda et de ses Objectifs de développement durable, lui permettant de se construire un point de vue au carrefour de l’analyse scientifique et de l’expérience d’acteurs du développement et d’organisations internationales. Cette approche collective permet d’interpréter les multiples composantes et facettes de l’Agenda, en éclairant chaque Objectif de développement durable et les interactions qui l’unissent à d’autres par de nombreuses illustrations Elle vise également à cheminer au gré des ambitions, contradictions et paradoxes de cet Agenda universel. Et il n’en manque pas : miroir aux alouettes pour certains, en raison des moyens et changements qu’il requiert, marqué avant tout par les contradictions inhérentes à sa construction pour d’autres, ou, enfin, consensus et utopie transformateurs dont il faut s’emparer malgré leurs imperfections pour ses supporters. Chacun à leur manière, les chapitres consacrés à un ODD adoptent l’une ou l’autre de ces rhétoriques pour porter un regard original. Nous avons souhaité une telle hétérogénéité. Ainsi, certains se saisissent d’un ODD particulier pour le discuter et planter le décor de l’ensemble de l’Agenda 2030. D’autres passent un ODD à la loupe pour en saisir les enjeux, les contradictions, la portée, les défis. D’autres enfin analysent un thème ou un secteur d’activité et questionnent son positionnement au regard de l’Agenda dans son ensemble.

7La recherche peut renforcer notre capacité à atteindre les Objectifs proposés, à imaginer et construire le futur de nos socio-écosystèmes et à élaborer des programmes de développement et des politiques publiques à différentes échelles. Les talents, compétences et ressources des différents pays (et nous avons tous à apprendre les uns des autres) doivent permettre de comprendre finement la dynamique d’un système, en intégrant, comme y invitent les ODD, ses dimensions économiques, environnementales et sociales. Les scenarii à élaborer requièrent une science d’excellence, intégratrice et mobilisant différentes disciplines pour nourrir le dialogue politique citoyen. À titre d’exemple, la transformation attendue de l’agriculture doit mobiliser des modélisateurs pour mieux saisir l’impact du changement climatique, des généticiens pour anticiper les enjeux, des agronomes pour inventer de nouvelles pratiques agraires et préserver les sols, des sociologues pour comprendre et accompagner les changements et leurs impacts, des économistes pour valoriser les produits et réguler les marchés… Pour rendre compte d’une telle diversité et de sa richesse, l’ouvrage s’articule en six parties distinctes permettant une mise en perspective et une lecture cohérente. Dans chacune d’entre elles, les auteurs questionnent la faisabilité de ces ODD livrés sans réel mode d’emploi et la capacité à concevoir de nouveaux modèles de développement établis sur une conscience collective revitalisée et sur le pari d’une reconnaissance des biens communs. Les contributions proposées offrent également des perspectives en matière de recherche et de développement qui stimulent nos façons d’articuler la science et la politique, dans la perspective de l’Agenda 2030.

8La première partie, « Les ambitions d’un dialogue universel et inclusif », offre un cadre introductif en intégrant quatre analyses complémentaires de l’Agenda 2030, en considérant tant sa portée politique et diplomatique que son rapport à la science. Les différents chapitres rappellent l’origine de l’Agenda, le processus de négociation qui lui a permis de voir le jour et lui confère sa légitimité, la nécessaire mutation des rapports entre la science et la société mais aussi des découpages classiques du monde, historiquement marqués par les rapports entre Nord et Sud, pour une plus grande co-construction.

9La deuxième partie, « L’idéal d’une humanité épanouie », est dédiée au développement humain et social. Elle réunit les analyses critiques de différents auteurs sur les ODD 1, 2, 3, 4, 5 et 11, et aborde notamment, sous différents angles, les questions de lutte contre la pauvreté, de sécurité alimentaire, de santé durable, d’accès à l’éducation, à l’égalité des sexes, et la résilience urbaine. Elle questionne l’ambition transformatrice des ODD et l’utopie portée par l’Agenda, en réponse à l’impasse dans laquelle nous conduisent les fractures sociales et politiques à l’œuvre. Elle explore les trajectoires rêvées vers une humanité sereine et épanouie, l’enchâssement des processus à l’œuvre et pointe les contradictions, blocages et controverses qui sèment le chemin d’embûches. Elle souligne enfin l’importance de l’association des parties prenantes, pour comprendre comme pour agir.

10La troisième partie, « De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable », examine les ODD participant au développement d’une économie durable et inclusive, en regroupant les regards sur les ODD 7, 8, 9, 10 et 12. Les auteurs apportent leur éclairage à travers six chapitres sur les conditions permettant la réduction des inégalités, une croissance équitable et pourvoyeuse d’emplois décents, des modes de consommation, de production et d’industrialisation durables. Ils questionnent le modèle de croissance économique libéral, qui a accouché de son propre « monstre » en stérilisant les conditions de sa survie. L’accroissement des inégalités, la fragilisation des emplois, la fracturation de la cohésion sociale, l’épuisement des ressources par une production et une industrialisation effrénées ont généré un nouveau paysage mondial qui met l’humanité face à une responsabilité historique et à un défi sans précédent.

11La quatrième partie de l’ouvrage, « Faire face aux défis environnementaux », traite des biens publics environnementaux qui nous unissent. L’eau, l’air, la terre et ses ressources, la biodiversité constituent le socle, traversé par une dégradation et une fragilisation sans précédent, de nos activités humaines. Cette partie rassemble cinq contributions sur les ODD 6, 13, 14 et 15, permettant d’étudier et d’illustrer ces thèmes majeurs de l’Agenda 2030 : les changements climatiques et leurs impacts, l’exploitation des océans et des ressources marines, des écosystèmes terrestres, ou encore l’utilisation de la ressource en eau. Les auteurs s’attachent à exposer les mesures scientifiques permettant de mieux saisir l’ampleur des changements environnementaux en cours. Ils questionnent l’adéquation des solutions à prendre d’urgence pour faire face aux dérèglements.

12La cinquième partie, « L’avènement d’un nouveau partenariat mondial », se penche sur les enjeux de gouvernance et de partenariat mondial pour le développement durable, à travers quatre chapitres disséquant les ODD 16 et 17. Les auteurs questionnent les leviers favorisant l’avènement de sociétés pacifiques, ouvertes et inclusives, soucieuses d’un développement partagé et durable. La notion de gouvernance y est considérée selon deux aspects : d’une part liée à l’environnement politique, institutionnel, de paix et de sécurité favorable à la réalisation des ODD ; d’autre part rattachée au pilotage de l’Agenda 2030 et des différents dispositifs prévus pour permettre sa mise en œuvre et son suivi.

13Enfin, la sixième et dernière partie, « Des intentions à la réalisation de l’Agenda 2030 », porte sur les enjeux et modalités permettant de transformer les intentions en réalisations tangibles. Les différentes contributions offrent un angle de lecture transversal et analysent les chantiers à conduire et les conditions à réunir pour la concrétisation des ODD. Mais elles ne s’arrêtent pas là. Plusieurs pistes sont explorées pour l’atteinte des ODD, que ce soit la capacité d’un secteur comme l’agriculture à constituer un levier d’action, la place de la recherche pour le développement ou encore l’accompagnement et la coopération pour l’innovation.

14En examinant les 17 ODD selon divers points de vue et en identifiant les interrogations qu’ils soulèvent, de même que leurs interactions, ce sont ainsi de nouvelles perspectives que nous proposons dans cet ouvrage.

  • 2 L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), en français Société pour l’attribut (...)

15Cette ambition nous conduit en particulier à nous affranchir d’une position classique du développement durable, qui serait limitée à la conciliation de l’économique, du social et de l’environnemental. Il convient à cet effet d’affirmer ce qui est un enjeu essentiel : repenser la cohérence entre processus de développement local, politiques nationales et cadres supra-nationaux, et concevoir et mettre en œuvre, en conséquence, de nouvelles formes de gouvernance et de partenariat. La prise en compte de l’émergence de nouveaux acteurs transnationaux (ONG internationales, entreprises, fondations…), parfois plus puissants que les États, dans les financements mis en œuvre ou encore dans la définition de politiques publiques, voire de normes internationales (on pensera à l’Icann2 dans le domaine de l’Internet), est à cet égard impérative.

16Dans ce mouvement nécessairement intensif en connaissances, la science souhaite s’inviter et prendre toute sa place pour nous permettre de nous projeter mieux et plus aisément dans l’avenir, et contribuer à la nécessaire action transformatrice.

17Nous ne pouvons conclure cet ouvrage sans manquer de remercier toutes celles et ceux qui y ont contribué, bien évidemment en tout premier lieu les auteurs, qui ont accepté de se livrer à des exercices de relectures croisées de leurs contributions respectives, ainsi que les Éditions de l’IRD, qui ont procédé à un important travail de mise en forme éditoriale. Mention toute spéciale doit être faite à Morgane Tous et Guillaume Debrie, qui ont conduit avec fermeté, mais avec tact et doigté, l’important travail de sollicitation et de relance des auteurs pour aboutir à la remise de l’ensemble des chapitres et à ce beau résultat final qui, nous l’espérons, convaincra tous nos lecteurs.

Notes

1 3e partie, chapitre 11 : ODD 7 – L’accès de tous à l’énergie est-il un Objectif durable ?

2 L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), en français Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, est une autorité de régulation de l’Internet. Créée en 1998 au terme de longues négociations menées par le vice-président américain Al Gore avec toutes les parties prenantes – chercheurs, industrie des télécommunications, fabricants d’équipements, fournisseurs de contenus, administrations diverses – l’Icann est une organisation de droit californien sans but lucratif. Son rôle premier est d’allouer l’espace des adresses de protocole Internet, d’attribuer les identificateurs de protocole (IP), de gérer le système de noms de domaine de premier niveau (génériques et nationaux) et d’assurer les fonctions de gestion du système de serveurs racines du DNS.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search