Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

La mise en œuvre de la composante nationale Grande Muraille Verte du Sénégal : approches, réalisation et impact

Matar Cisse et Papa Sarr

Texte intégral

Historique et contexte

1Le programme « Grande Muraille Verte » (GMV) est né lors du sommet des Leaders et Chefs d’Etat de la Communauté saharo-sahélienne (CEN-SAD) tenu à Ouagadougou (Burkina Faso) du 1er au 2juin 2005, pour répondre à une préoccupation majeure du continent : les efforts conjugués de la dégradation du milieu rural naturel et de la sécheresse.

2Suite à la proposition des Etats de la Communauté saharo-sahélienne, le Sénégal a abrité du 26 au 27 juillet 2005 à l’Hôtel Méridien Président la réunion des experts portant sur la création d’une Autorité du Sahara pour le développement de l’Afrique.

3Cette rencontre a été présidée par le Chef de l’Etat, Maître Abdoulaye WADE, qui avait engagé le Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature à démarrer la réalisation de la portion du programme (GMV) impartie au Sénégal.

4Lors du Conseil des Ministres du 30 mars2006, le Chef de l’Etat avait demandé au Gouvernement, dans le cadre de l’édification de la GMV, de travailler à l’identification des espèces et l’implication massive des populations dans les opérations de reboisement.

5Conçu comme un ensemble d’actions et d’interventions multisectorielles de conservation et de gestion des ressources naturelles et de lutte contre la pauvreté, le programme GMV s’inscrit dans le Plan d’Action de l’Initiative Environnementale du NEPAD qui a pour ambition de contribuer à l’éradication de la pauvreté, d’assurer la croissance et le développement durable grâce, entre autres mesures, à une gestion rationnelle, participative et intégrée des ressources naturelles et de l’environnement.

6Il figure parmi les axes prioritaires de la stratégie de développement rural et de gestion des ressources naturelles de la CEN-SAD adoptée par la 9e Conférence des Leaders et Chefs d’Etat tenue à Syrte (Libye) en juillet 2007.

7C’est ainsi que dès août 2008, les opérations de mise en œuvre de la composante sénégalaise de la GMV ont démarré dans la région de Louga (Département de Linguère), par des chantiers de reboisement. Les opérations de terrain, menées selon une démarche participative avec une forte implication des populations locales, des étudiants et élèves avec l’encadrement des agents des Eaux et Forets, portent en priorité sur le reboisement et les formes de restauration basées sur la régénération naturelle, la défense et la conservation des sols.

Le tracé de la Grande Muraille Verte (GMV) au Sénégal

Figure 1

Figure 1

Tracé Indicatif Global du projet majeur de la Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti. Localisation de la GMV au Sénégal.

8Le choix de la localisation de la composante sénégalaise de la Grande Muraille Verte est fait en tenant compte du Tracé Indicatif global du projet de la Grande Muraille Verte (fig. 1).

9La GMV est conçue pour se situer à des latitudes où la pluviométrie moyenne annuelle est comprise entre 100 et 400 mm. Le tracé a été obtenu en utilisant une base de données contenant les limites phytogéographiques disponibles permettant de bien localiser le zonage climatique, une carte de l’occupation du sol identifiant les limites des grandes formations végétales et les limites des pays dans la sous-région.

10Compte tenu de la configuration et des caractéristiques écologiques par endroits de la Grande Muraille Verte, la longueur de celle-ci à l’intérieur du Sénégal est de 545 km depuis la côte Ouest de la région de Louga, passant par les régions de Matam, et Tambacounda jusqu’à la frontière avec la République du Mali (fig.2). Soit une superficie d’environ 817 500 ha.

11Sur le plan de l’occupation humaine, la zone sélectionnée correspond à une zone dominée par l’activité pastorale avec un élevage extensif et l’activité agricole. C’est aussi la principale zone pour la production de la gomme arabique, un des produits d’exportation du Sénégal qui apporte une contribution significative à l’économie nationale (le Sénégal a été pendant longtemps le deuxième pays producteur mondial après le Soudan).

12Malgré la longue saison sèche qui la caractérise, cette zone présente l’avantage d’avoir un potentiel végétal et écologique (formations végétales dominées par les espèces appartenant aux genres Acacia et Balanites, des xérophytes qui présentent tous des mécanismes d’adaptation à la sécheresse) pouvant permettre la conduite d’activités de reconstitution de la végétation.

Figure 2

Figure 2

Tracé de la Composante nationale sénégalaise de la Grande Muraille Verte

13C’est ainsi que l’édification de la GMV va toucher près de 15 Communautés Rurales situées dans l’emprise du tracé indiqué et dans différentes régions et communautés rurales du Sénégal (Louga, Matam, Tambacounda) (fig. 3, 4 et 5).

Figure 3

Figure 3

Localisation de la GMV dans la région de Louga (Sénégal).

Figure 4

Figure 4

Localisation de la GMV dans la région de Matam (Sénégal).

Figure 5

Figure 5

Localisation de la GMV dans la région de Tambacounda (Sénégal).

Stratégie de mise en œuvre

14De manière stratégique, il a été toujours entendu que les opérations de terrain devront être menées selon une approche intégrée et participative, qui porte en priorité sur le reboisement et les formes de restauration basées sur la régénération naturelle, la défense et la conservation des sols. A cet égard, une constante demeure permanente, il s’agit de la prépondérance de l’arbre dans les unités aménagées.

15L’approche vise également à mettre en synergie des actions d’atténuation des effets de la désertification avec celles de mise en valeur des potentialités que renferment les zones en question.

16Toutefois, l’espace aménagé ne devra pas être considéré comme une bande de plantations ligneuses continues, mais plutôt comme une succession d’unités vertes au niveau des terres à vocation agricole et sylvo-pastorale pouvant prendre certains contours pour éviter des obstacles (cours d’eau, sols rocailleux, montagne et collines de roche) ou rejoindre des zones habitées. Elle intègre plusieurs systèmes d’utilisation des terres.

Etat d’exécution de la GMV/Sénégal et perspectives

17Les premières opérations d’édification de la GMV ont démarré en août 2008 par la plantation d’une superficie totale de 5 200 hectares sur le site des terroirs villageois entre Windou Thiengolly et Tessékéré, dans la Communauté Rurale de Tessékéré, Arrondissement de Yang-Yang.

18Ce choix obéit à un certain nombre d’arguments liés à la coïncidence avec la proposition de tracé et l’existence dans ce site d’atouts sur le plan des infrastructures, des équipements et des expériences capitalisées en matière de plantations et de gestion des ressources naturelles en général.

19Un travail du sol a été effectué pour augmenter les chances de réussite des plantations. L’Acacia senegal (gommier), le Balanites aegyptiaca (soump) et le Ziziphus mauritiana (sidem) sont les principales espèces utilisées.

20Le programme de reboisement de la composante Sénégal de la GMV n’a pas été conduit avec les seuls efforts déployés par le Service forestier. En fait, il a nécessité la mobilisation de multiples et divers acteurs impliqués dans les activités de reboisement. C’est ainsi que le Ministère de la Jeunesse a mobilisé deux cents jeunes pendant quinze jours dans le cadre « des vacances citoyennes ».

21C’est aussi le cas de l’Association « Sukyo Mahikari » qui s’est engagée aux côtés du service forestier de manière bénévole des actions de grande envergure notamment grâce au dynamisme du groupe actif que constitue sa jeunesse, venant de différents pays d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique pour participer à l’édification du programme de la GMV.

22L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) s’est également illustrée en étroite collaboration avec la DEFCCS des vacances citoyennes dans le cadre d’un programme qu’elle s’est définie afin de mieux participer, en tant qu’institution, à l’œuvre de développement du pays et plus particulièrement de la Grande Muraille verte. Des activités de reboisement, de prestations de soins médicaux et distribution de médicaments, d’alphabétisation ont été dispensées notamment aux groupements de femmes et associations de jeunes en guise de contribution à l’édification de la GMV par les étudiants et les enseignants encadreurs grâce à l’appui et au soutien des services compétents.

23A cette diversité d’acteurs, il faut ajouter la présence de l’armée nationale qui a assuré une bonne partie de la logistique pendant toute la durée des activités de terrain.

24Au total, le bilan des réalisations de la GMV pour la campagne de reboisement 2008 avec un taux de survie estimée entre 65 et 80 % se décline comme suit :

25– Une production totale et installation de 2 298 293 plants avec les espèces suivantes :

26Acacia senegal (gommier);

27Balanites aegyptiaca (soump)

28Ziziphus mauritiana (sidem);

29Acacia radiana (seing).

30– Plantation sur une superficie totale de 5 203 ha, répartie en sept (07) parcelles, pendant une durée effective de plantation de 28 jours. Le travail du sol a facilité le piquetage, la trouaison et a favorisé le développement du système racinaire des jeunes plants.

31– Pour les activités de plantation, les différents participants ont été organisés en camps ; un site de reboisement était affecté à deux ou plusieurs structures selon la dimension de la parcelle et la proximité du camp d’accueil.

Photo 1

Photo 1

Production et entretien de pépinières GMV.

Photo 2

Photo 2

Travail du sol et plantation de plants dans le corridor de la GMV.

Photo 3

Photo 3

Activité populaire de mise en œuvre de la Grande Muraille Verte.

32Au titre de 2009, la production de plan a prévu un total de 2 750 000 plants et un programme d’installation de 5 000 ha compte tenu des contraintes financières. Les localités rurales visées dans la région de Louga sont Labgar (Département de Linguère) et Loughèré Thioly Thioly (Département de Ranérou).

33La planification de production de plants est prévue dans quatre (04) pépinières qui bordent le tracé. Il s’agit des pépinières installées à Labgar (1 006 879 plants), Loughèré Thioly Thioly (660 000 plants), Téssekéré (198 303 plants) et Widou Thiengoly (883 421 Plants)

34A coté des actions de reboisement, il est prévu également :

  • des actions de protection contre les incendies avec la réalisation de 2100 km de pare-feux nouveaux et la réhabilitation de 1 100 km anciens,

  • l’initiation de bassins de rétention d’une capacité de 25,000 m3 au niveau de Labgar,

  • le démarrage d’activités maraîchères avec la création de groupements de promotion féminine dans les localités de Widou, Tessékéré, Labgar et Amaly (région de Louga).

Impacts socio-économiques

35Dès la première année de mise en œuvre de la Grande Muraille Verte, quelques impacts positifs sont déjà notés, outre la reconnaissance de la pertinence de l’initiative, la forte mobilisation populaire et l’implication massive des habitants des terroirs. Ces premiers impacts se situent dans la rémunération, la facilitation de l’écoulement de produits locaux, les activités de maraîchage et les soins de santé gratuits.

Rémunération

36La main-d’œuvre locale est rémunérée à hauteur de 54 795 FCFA par mois, permettant aux étudiants et élèves ressortissants de prendre en charge les frais de scolarité, les fournitures, et même d’appuyer leurs parents.

Ecoulement de produits locaux

37Pour le seul camp de reboisement de Widou, 315 têtes de petits ruminants ont été acquises pour les besoins de la nourriture. Un boulanger traditionnel multiplie sa production par 4,5 durant la campagne, pendant que les femmes font de très bonnes affaires avec la vente de lait et des produits dérivés comme l’huile et le beurre, éloignant le spectre de la mévente. Des circuits de distribution s’organisent dans cette filière Lait, prospectant les coins les plus reculés du Ferlo pour servir les camps.

Produits de cueillette générés par les parcelles clôturées

385 750 kilogrammes de fruits de Balanites ont été ramassés dans une parcelle test, auxquels il faut ajouter les quantités issues du Zizyphus, la récolte de gomme, et l’importante quantité de la biomasse herbacée issue des parcelles clôturées.

Maraîchage

39Le maraîchage a permis aux Groupements féminins d’enregistrer de nouvelles adhésions et de retrouver une nouvelle dynamique : recettes générées, autoconsommation et qualité nutritionnelle…

  • 321 000 fcfa à Labgar

  • 800 000 fcfa à Widou Thengoly

  • 150 000 fcfa à Téssékéré

  • 127 000 fcfa à Amaly

40Cette activité de maraîchage a généré 1 398 000 francs pour une campagne de contre-saison froide.

41Les autres dimensions perceptibles concernent l’inversion du phénomène de l’exode, l’intérêt pour l’alphabétisation, sans compter les dons en nature qu’apportent certains partenaires actifs sur les lieux durant les opérations.

Soins de Santé primaire

42La Faculté de Médecine, d’Odontologie et de Pharmacie de l’Université de Dakar dans le cadre de camps de vacances citoyennes a participé en apportant des consultations et soins gratuits aux populations et en particuliers aux enfants et aux femmes.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Tracé Indicatif Global du projet majeur de la Grande Muraille Verte Dakar-Djibouti. Localisation de la GMV au Sénégal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2
Légende Tracé de la Composante nationale sénégalaise de la Grande Muraille Verte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3
Légende Localisation de la GMV dans la région de Louga (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 4
Légende Localisation de la GMV dans la région de Matam (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5
Légende Localisation de la GMV dans la région de Tambacounda (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 1
Légende Production et entretien de pépinières GMV.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 2
Légende Travail du sol et plantation de plants dans le corridor de la GMV.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 3
Légende Activité populaire de mise en œuvre de la Grande Muraille Verte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2146/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteurs

Direction des Eaux et Forêts et de Conservation des Sols du Sénégal du Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et des Bassins de Rétention du Sénégal.
cissematar@orange.sn

Direction des Eaux et Forêts et de Conservation des Sols du Sénégal du Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et des Bassins de Rétention du Sénégal.
cissematar@orange.sn

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540