Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

Grande Muraille Verte : approches, types d’aménagement et cadre stratégique d’intervention par la République du Niger

Hamadou Mamoudou et Maisharou Abdou

Texte intégral

Présentation du Niger

Cadre géographique et milieux naturels

1Pays enclavé de l’Ouest africain, le Niger est situé en marge sud du Sahara. Il est caractérisé par :

  • 1267 000 km2 dont environ de 500 000 km2 de déserts véritables (Ténéré, Tall) ;

  • un vaste espace, reposant sur le socle africain primitif, marqué par des massifs montagneux très anciens affleurant au nord-ouest (Aïr).

2Le gradient d’aridité décroissant du nord au sud offre à considérer quatre grands types de milieux naturels : (i) les milieux de la zone saharienne (moins de 200 mm de pluie par an) occupent 620 000 km2 soit 48 % du territoire ; (ii) ceux de la zone sahélo-saharienne (200 – 350 mm) s’étendent sur 350 000 km2 soit 28 % du territoire ; (iii) ceux de la zone sahélienne (350 – 500 mm) couvrent 200 000 km2 soit 16 % ; et enfin (iv) ceux de la zone soudano-sahélienne (550 – 600 mm), qui occupent environ 100 000 km2,soit 8 % du territoire.

3Ces différents milieux matérialisent géographiquement des bandes orientées Ouest-Est, les deux dernières bandes (zone sahélienne et zone soudano-sahélienne) abritant 80 % de la population totale du pays.

4Les milieux sahariens sont caractérisés par un climat hyperaride. En dehors du désert du Ténéré où la végétation est presque inexistante, l’espace est dominé par une steppe arbustive discontinue. Des boisements particulièrement denses se rencontrent le long des koris et dans les zones d’épandage.

Figure 1

Figure 1

Carte administrative du Niger

5Les milieux sahélo-sahariens à vocation pastorale présentent une grande homogénéité édaphique puisque dans l’ensemble de la zone dominent les sols du type brun aride sur sable éolien. Le genre acacia y est très présent sous forme de pseudo-steppes.

6Les milieux de la zone sahélienne proprement dite sont dominés par des recouvrements éoliens sablonneux. Les gradients d’humidité y définissent deux grands types de sols : les sols bruns-rouges sur sables éoliens au nord et les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés sur sables, au sud. La végétation prend la forme d’une savane arbustive. Ces milieux sont à vocation agro-pastorale et se caractérisent par une forte densité de population.

Cadre social et utilisation de l’espace

7La population du Niger est estimée à 13 millions d’habitants en 2007, avec un taux moyen d’accroissement de 3,3 %. Elle est majoritairement jeune (plus de 50 %) et rurale à 85 %. Le profil de pauvreté défini au plan national indique qu’il y a 63 % de pauvres. De cette population pauvre, 86 % habitent en milieu rural, 66 % vivent en dessous du seuil de pauvreté officiellement établi. Trois Nigériens sur quatre vivent principalement d’agriculture et d’élevage. La « concentration spatiale » de la population dans la bande sud provoque de profonds déséquilibres qui accélèrent la dégradation du potentiel productif des terres et la disparition des boisements naturels.

8Le potentiel en terres utilisables à des fins de productions rurales est de l’ordre de 322 000 km2, soit 25 % de la surface totale du pays, correspondant aux terres « affectées » à l’agriculture, l’élevage et aux forêts. Les superficies mises en cultures vivrières de mil et de sorgho (principales spéculations) ont augmenté de 65 % en moyenne au cours des quinze dernières années (4 361 813 à 6 659 930 ha ; les superficies emblavées en mil ont en moyenne augmenté de 68 %). La saturation des terres cultivables dans les zones soudano-sahéliennes et sahélienne fait que le front agricole avance sur les terres fragiles de la zone sahélo-saharienne à vocation essentiellement agricole.

9La forêt nigérienne couvre 16 000 000 ha (soit environ 2 % du territoire), constitués de : (i) brousses tigrées et formations associées ; (ii) formations sur substrats sableux ; (iii) forêts dites de bas-fonds et galeries forestières ; (iv) doumeraies ; (v) rôneraies, (vi) les gommeraies et (vii) parcs arborés. Quoique relativement peu maîtrisées (étendue, sylviculture) et dans un état de détérioration le plus souvent très avancé, les ressources forestières contribuent à la satisfaction de besoins cruciaux et multiples des populations, ainsi qu’à la création de richesses au plan local et national (210 espèces végétales contribuent directement à l’alimentation humaine, particulièrement pendant les périodes de disette et de famine ; 235 espèces sont consommées par le bétail ; 270 sont utilisées en pharmacopée traditionnelle ; 127 espèces dans l’artisanat et l’habitat, etc.). D’autres produits comme la gomme arabique sont exportés.

10Les ressources naturelles du Niger sont soumises à diverses contraintes : les facteurs naturels (sécheresses, baisse des nappes, etc.), responsables du recul de nombreux espaces boisés (dessèchement des arbres et ensablement de cuvettes dans la région de Diffa par exemple), et les facteurs anthropiques, qui se caractérisent par un rythme de déforestation qui se situerait autour de 80 000 ha par an, exercent de très fortes pressions sur les formations forestières. La disparition de la couverture forestière fragilise l’environnement de production rurale. Les défrichements agricoles anarchiques ouvrent la voie à une détérioration encore plus poussée des terres déjà surexploitées. Les feux de brousse récurrents et dévastateurs constituent aussi une grave menace à l’intégrité et la richesse des parcours en zone sahélo-saharienne et des forêts naturelles à travers tout le pays.

11Ainsi, les aléas climatiques et la pression démographiques constituent les contraintes principales du développement du Niger. En effet, la dégradation des écosystèmes résulte de la conjonction d’une situation climatique particulièrement défavorable et une pression anthropique des plus fortes (doublement de la population tous les 25 ans), qui se traduit par la remontée des cultures vers le nord, la diminution des espaces pastoraux et des terres forestières disponibles.

12La pression démographique sur les ressources accélère la disparition du couvert végétal, ce qui a pour conséquences l’intensification du phénomène de l’érosion génétique, l’appauvrissement des sols, la vulnérabilité accrue des sols à l’érosion éolienne et hydrique et la baisse de la productivité des terres.

13Aussi, la pression démographique accélère la progression des cultures au nord de la limite agricole fixée par la législation nationale menace de compromettre l’équilibre précaire établi au niveau des écosystèmes pastoraux qui font, en conséquence, l’objet de modifications structurelles profondes en raison de la pression humaine et animale croissante. Cette dynamique se poursuit dans la zone pastorale par une raréfaction des pâturages herbacés et ligneux ; une réduction des capacités de charge (amenuisement progressif des bilans fourragers annuels) ; un accroissement du cheptel en nombre et une tendance à l’assèchement climatique et à l’avancée du désert vers le sud.

14Ce phénomène préoccupe sérieusement les communautés pastorales et agricoles, notamment les Peul Bororo et les Touareg du Tamesna et du Tadress, qui ont tendance à se replier plus au nord où les ressources pastorales sont maigres, ou sont forcés à descendre précocement vers le sud agricole, entraînant très souvent des affrontements meurtriers entre les pasteurs et les agriculteurs. En conséquence, il importe en priorité d’apporter une réponse adéquate à cette situation, afin de conserver le mode de vie séculaire de ces communautés et éviter ainsi cette descente spontanée et massive des animaux dans la zone agricole (1/4 de la superficie nationale) qui abrite déjà les trois quarts (3/4) de la population nationale. On assiste dans cette zone, depuis longtemps, à une saturation foncière, à une dégradation accélérée et à un appauvrissement considérable des terres de culture et de pâturage.

Rappel des objectifs de la Grande Muraille Verte

15Le programme de Grande Muraille Verte pour l’espace CEN-SAD exprime une volonté politique forte d’accélérer, consolider et renforcer la mise en œuvre des Programmes d’Action Nationaux de Lutte contre la Désertification et leur mise en synergie avec les programmes d’adaptation aux changements climatiques et de préservation de la biodiversité.

16Le programme Grande Muraille Verte est essentiellement à caractère de lutte contre la désertification (LCD) qui doit bénéficier des appuis et des apports des institutions et mécanismes de la CCD et leur apporter, à son tour, les impulsions nécessaires à la consolidation de la foresterie rurale, urbaine et périurbaine, des infrastructures socioéconomiques et des actions de développement créatrices de revenus et d’emplois, et donc stabilisatrices de populations et notamment des jeunes de plus en plus tentés par l’exode et l’émigration.

17L’objectif principal de la Grande Muraille Verte est d’assurer le développement durable dans les régions sahélo-sahariennes et d’améliorer les conditions de vie des communautés concernées à travers un ensemble concerté et cohérent d’interventions visant la conservation, l’exploitation durable et l’aménagement des ressources naturelles et le renforcement des infrastructures.

18Les objectifs spécifiques du Programme Grande Muraille Verte sont : améliorer l’efficience des efforts en matière de foresterie rurale, urbaine et périurbaine à vocation ceinture verte, moyennant de meilleurs échanges d’expériences ; renforcer la place et le poids de la foresterie dans les programmes et plans nationaux de développement ; mettre au point de nouvelles formules de développement durable, intégrant les trois dimensions : protection durable des infrastructures et des ressources naturelles ; production d’énergie vertes et de produits vivriers ; création d’emplois et de revenus durables pour les jeunes de plus en plus tentés par l’exode et l’émigration.

19Le programme Grande Muraille Verte doit venir en appui aux projets planifiés ou en cours d’exécution, pour en améliorer l’efficacité technico-économique et la durabilité des impacts à travers quatre grands types d’action :

  1. définition des référentiels techniques : Le programme devra capitaliser les acquis scientifiques, techniques, socioéconomiques et institutionnels des expériences passées et valoriser les savoir-faire locaux et nationaux, à travers l’analyse des facteurs de réussite et des facteurs d’échecs portés par les expériences des pays CEN-SAD afin d’identifier les meilleures pratiques réussies et en faire profiter l’ensemble de l’espace ;

  2. renforcement de la recherche scientifique : Le Programme Muraille Verte est appelé à mobiliser les institutions de recherche sur les problématiques auxquelles sont confrontés les projets de terrain et construire une stratégie et des programmes coordonnés de recherche d’accompagnement impliquant les centres, stations et laboratoires compétents dans les champs d’action thématique et spatial de la Grande Muraille Verte ;

  3. renforcement des capacités grâce à un apport pédagogique d’actions de formation et d’échanges entre les pays de l’espace ;

  4. mobilisation des financements intra-région CEN-SAD et au niveau international, à travers une meilleure dynamisation et un meilleur encadrement des mécanismes mis en place par les conventions environnementales et la création d’une solidarité interrégionale.

Emprise de la Grande Muraille Verte au Niger

20Au Niger, le Programme de Grande Muraille Verte matérialise la volonté politique nationale d’engager des efforts importants de réhabilitation écologique et socio-économique des zones sahéliennes, sahélo-saharienne et saharienne. Son approche globale met l’accent sur la restauration des terres et le reboisement, la gestion locale et écologiquement rationnelle des espaces agro-sylvo-pastoraux et la promotion d’une dynamique de développement intégré dans les zones traversées.

Approches, types d’aménagement et cadre stratégiques d’intervention

CARACTÉRISTIQUES TYPOLOGIQUES DES SYSTÈMES DE PRODUCTION AU NIGER

21L’identification des systèmes de production sur une base géographique utilisant des données différentes et une échelle variable, régionale, départementale ou locale a été menée par le Centre Régional AGRHYMET (CRA, Projet AP3A, 2002).

22En procédant par la même approche et en suivant la méthodologie développée par le CRA, une classification à l’échelle du pays a été établie de façon à mettre en évidence les grands modes d’exploitation agricoles et/ou pastoraux du milieu par les communautés paysannes. L’hypothèse de base étant que l’économie du pays se base sur l’agriculture et l’élevage, l’identification des systèmes de production donne un cadre économique de référence des conditions de vie des populations. Sur la base de l’activité de production principale, on distingue deux grandes classes, à savoir : les systèmes de productions agricoles et les systèmes de productions pastorales.

  1. Les systèmes de production agricoles identifiés sur la base des cultures pratiquées, l’intensité culturale et le niveau des précipitations. Ils se déclinent en quatre grands types sur la base de la culture prévalant (systèmes de production vivriers, de rente, rizicoles et mixtes).

  2. Les systèmes de production pastoraux se distinguent entre eux sur la base du type de gestion de l’élevage adopté (nomade, transhumant ou agro-pastoral) ;

  3. Les systèmes de production sylvicoles qui se composent des forêts de Combrétacées, des gommeraies, des dommeraies et des parcs agroforestiers, qui en plus de la production des produits forestiers ligneux et non ligneux, servent également des espaces pastoraux.

23Tenant compte de l’incidence des surfaces occupées par chaque type de cultures dans une unité administrative et de l’importance de la zone pastorale dans cette unité administrative (occupation totale ou en partie), plusieurs systèmes de production suivants ont été identifiés pour le Niger, à savoir les systèmes de production vivrière et vivrière pastorale, les systèmes de production mixte et de production mixte pastorale et le système de production pastorale (Fig. 2).

Niger - Système de production - AGRHYMET

Niger - Système de production - AGRHYMET

Source des données
CENTRE REGIONAL AGRHYMET
Figure 2. Carte des systèmes de production au Niger

DÉTERMINATION DE TYPES D’AMÉNAGEMENTS

24Le Programme Grande Muraille Verte se veut au Niger comme un ensemble d’actions d’aménagement de nature agro-sylvo-pastorale, de protection de l’environnement, mais également de l’amélioration de la production agricole en vue d’améliorer les conditions de vie des populations et assurer ainsi la durabilité des investissements qui y seront consentis. Dans la mise en œuvre de ce programme, les aménagements à retenir doivent impérativement tenir compte de la physiographie et du climat des zones traversées et de systèmes traditionnels de production rencontrés dans la zone d’emprise. C’est pourquoi l’établissement de la cartographie d’occupation des terres (COT) de la zone d’emprise de la Grande Muraille Verte et des Bassins de Rétention doit être un préalable à la définition exacte des aménagements à proposer. Cette COT permettrait de passer à la loupe les différents systèmes de production existants en vue de faire de bonnes propositions sur les aménagements à entreprendre.

25En effet, le Niger présente une réalité complexe, avec des spécificités assez marquées dans certaines régions liées à de nombreux facteurs parmi lesquels la disponibilité en l’eau est l’un des plus importants. Ainsi, les écosystèmes à plus faible pluviométrie correspondent aux zones pastorales (la limite septentrionale des cultures correspond plus ou moins à l’isohyète des 300 mm), par contre les zones à hautes potentialités pluviométriques sont exploitées par des systèmes de production de cultures vivrières ou de cultures de rente. A l’intérieur de ces grands ensembles, on rencontre par ailleurs, relativement à la disponibilité des eaux de surface et/ou souterraines, des systèmes de production irrigués et de cultures de rente.

26Aussi, cette réalité est souvent d’autant plus complexe que la croissance et les mouvements des populations, les changements du mode de vie, une longue série de sécheresses, la présence de certains marchés transfrontaliers et bien d’autres facteurs influencent fortement le développement des systèmes de production agro-sylvo-pastoraux. Ainsi, les différents systèmes de production sont souvent intégrés, en particulier l’intégration agriculture-élevage qui est activement croissante ces dernières décennies.

27C’est pourquoi la définition de types d’aménagement à proposer serait intimement liée aux systèmes physiographiques existants dans l’emprise de la grande muraille et aux principaux systèmes de production agro-sylvo-pastoraux traversés. Ainsi, la réalisation de la Cartographie d’Occupation des Terres (COT) aiderait à mieux définir les types d’aménagement à proposer dépendamment de l’approche Programme Unique Intégré et Multisectoriel ou de l’approche programme par bassin.

APPROCHE PROGRAMME INTÉGRÉ ET MULTISECTORIEL

28L’approche Programme Unique Intégré et Multisectoriel perçoit le Programme Grande Muraille Verte comme un Programme de Développement Intégré dans l’emprise régionale de la muraille au sein duquel une ceinture de végétation multi-espèces large de 15 km et longue de 7 000 km. Ce programme va intégrer plusieurs systèmes d’utilisation des terres suivants avec des projets d’aménagement correspondants. Il s’agit notamment de :

  1. l’aménagement des formations végétales naturelles ;

  2. la réalisation de nouvelles plantations et la réhabilitation des plantations existantes ;

  3. la restauration des terres pour des fins de production agro-sylvicoles ;

  4. l’aménagement des espaces pastoraux et aires de pâturage ;

  5. la réhabilitation et la création des parcs animaliers ;

  6. l’aménagement des réserves communautaires de faune ;

  7. la création des parcs et réserves botaniques ;

  8. la promotion des vergers fruitiers et de la production maraîchère.

29À la différence de l’approche programme intégré par bassin, la mise en œuvre du programme grande muraille verte selon l’approche intégré et multisectoriel sera assurée par les instances retenues dans l’organigramme de la Grande Muraille Verte et de Bassins de Rétention dont l’Unité Coordination au niveau national va assurer la synergie des interventions et la complémentarité des actions avec les projets et programmes existants, qui dans la majorité des cas, ont des objectifs, des stratégies et des zones d’intervention diffèrent.

Figure 3.

Figure 3.

République du Niger : Limite administrative des régions
Système de production au Niger

APPROCHE PROGRAMME INTÉGRÉ PAR BASSIN

30La mise en œuvre du programme grande muraille verte selon l’Approche Programme Intégré par Bassin tient compte des spécificités des différents bassins et des systèmes de production traversés par l’emprise de la muraille dans les différentes zones. Tenant compte du cadre schématique de la grande muraille verte, sept (7) bassins peuvent être concernés au Niger :

  1. Le bassin du Fleuve Niger et de Anzourou ;

  2. Le bassin du Liptako-Gourma ;

  3. La zone du Tamesna, Ader-Doutchi-Majia et Tadress ;

  4. Le bassin de l’Irhazer -Oasis de l’Aïr et du Kawar ;

  5. Damagaram-Mounio-Manga ;

  6. Système Goulbi et Korama ;

  7. Bassin du Lac Tchad.

31En plus du programme intégré par bassin, il est proposé la conduite des actions azonales composées de la réhabilitation de la ceinture verte de Niamey, la réhabilitation et l’édification des ceintures vertes périurbaines au niveau des villes et villages de l’emprise de la grande muraille dont la capitalisation avec des actions des programmes passés et en cours contribueront ainsi à la construction de la Grande Muraille Verte par l’édification d’une bande verte de 15 km de large et 1 500 km de long composée des espèces d’arbres adaptées au milieu et apportant une valeur ajoutée au point de vue économique, social et culturel.

32(Les espèces proposées pour la partie du Niger feront l’objet d’une autre communication)

33Il faut noter que l’approche de programme intégré par bassin offre des opportunités de mise en œuvre des actions concertées entre le Niger et les Etats voisins dans certains bassins d’intervention.

Figure 4

Figure 4

Source : IGNN – Limites administratives

TYPES D’AMÉNAGEMENT PROPOSÉS

34Les types d’aménagement à entreprendre dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Grande Muraille Verte viseront à augmenter les productions agro-sylvo-pastorales, à renforcer et préserver les ressources ligneuses ; à renforcer les puits et les réservoirs de séquestration de carbone, à travers la restauration des terres dégradées, l’aménagement participatif des forêts naturelles de l’Etat, la gestion communautaire et durable des forêts domaniales, la réhabilitation de la ceinture gommière avec les plantations à base d’espèces locales de valeur et à croissance rapide.

35En effet, la réhabilitation de la ceinture gommière va constituer un véritable rempart à l’avancée du désert et à la progression des cultures dans la zone pastorale. Elle constituera également une zone d’intenses productions agro-sylvo-pastorales qui aurait pour effet l’amélioration des conditions climatiques, non seulement à l’échelle locale, mais également à l’échelle internationale grâce à la biomasse et son impact sur la régulation des flux gazeux. Les boisements qui seront créés constitueront également un moyen de conservation de la biodiversité végétale, mais aussi faunique et microbienne. Le programme GMV prévoit également la réhabilitation et la création des parcs animaliers, l’aménagement des réserves communautaires de faune, la création des parcs et réserves botaniques et la promotion des vergers fruitiers et de la production maraîchère.

36Tenant compte de la nomenclature de systèmes de production, des objectifs de la grande muraille verte, de l’orientation générale de son tracé et de l’approche programme intégré par bassin, les aménagements suivants pourraient être proposés pour le Niger :

  1. Amélioration de la production agricole et sylvicole et la protection du Fleuve Niger contre l’ensablement ;

  2. Aménagement des forêts naturelles du bassin de Liptako-Gourma ;

  3. Réhabilitation de la Ceinture gommière du Niger ;

  4. Amélioration de la production sylvo-pastorale dans le Tamesna et le Tadress ;

  5. Restauration des terres et renforcement de la production agricole et sylvicole dans l’Ader-Doutchi-Majia ;

  6. Gestion intégrée des oasis de l’Aïr et du Kawar ;

  7. Lutte contre l’ensablement dans le Mounio-Manga ;

  8. Protection des zones de production du Goulbi et des Korama ;

  9. Protection du lac Tchad contre l’ensablement ;

  10. Création et développement des Ceintures Vertes Péri-Urbaines.

Cadre stratégique d’intervention

37Le programme GMV va contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et à la mise en œuvre des conventions post Rio et des Accords Multilatéraux pour l’Environnement. Au Niger, le Programme de Grande Muraille Verte s’accorde avec la stratégie de développement accéléré et de lutte contre la pauvreté (SD/RP) et la stratégie du développement rural (SDR), qui sont les deux principaux documents stratégiques d’orientation du Gouvernement. Le programme GMV va également contribuer à la mise en œuvre de la stratégie nationale de relance de la production et de la commercialisation de la gomme arabique et de la stratégie de relance du secteur de l’élevage.

38En effet, la SDRP adoptée en 2006 par le gouvernement du Niger a pour objectif de diminuer l’incidence globale de la pauvreté des populations nigériennes de 63 % à moins de 50 % à l’horizon 2015. Pour atteindre cet objectif, quatre axes stratégiques majeurs ont été définis à savoir : (i) la promotion d’une croissance économique durable et soutenue, créatrice d’empois et distributive de revenus ; (ii) le développement des secteurs productifs et la sécurité alimentaire ; (iii) le développement des services sociaux de base pour un accès des plus démunis aux services de santé, d’éducation et d’eau potable et (iv) le renforcement des capacités humaines et institutionnelles, notamment la bonne gouvernance, la décentralisation et le renforcement de l’Etat de droit.

39La SDR adoptée en 2003 quant à elle confirme que les ruraux constituent l’essentiel de la population nigérienne (83 %) et sont les plus touchés par la pauvreté et l’extrême pauvreté (60 % vivent en dessous du seuil de pauvreté). Elle confirme également le rôle moteur que doit jouer le secteur rural pour relance de l’économie nationale, au regard des potentialités existantes largement sous exploitées dans divers domaines. Dans cette perspective, trois objectifs stratégiques déclinés en 14 programmes ont été retenus, notamment : Favoriser l’accès des ruraux aux opportunités économiques pour créer les conditions d’une croissance économique durable en milieu rural ; Prévenir les risques, améliorer la sécurité alimentaire et gérer durablement les ressources naturelles pour sécuriser les conditions de vie des populations ; Renforcer les capacités des institutions publiques et des organisations rurales pour améliorer la gestion du secteur rural. Le programme Grande Muraille Verte contribue notamment à la mise en œuvre du programme 10 : Préservation de l’environnement, et du programme 13 : Restauration des terres dégradées et reboisement.

40La Stratégie de relance de la production et de la commercialisation de la gomme arabique a pour objectif global le développement économique et social de la nation par la relance du secteur privé. Elle vise la lutte contre la désertification et la lutte contre la pauvreté à travers trois objectifs spécifiques suivants : (i) l’amélioration des conditions de vie des acteurs intervenant dans l’ensemble des maillons de la chaîne de la filière gomme ; (ii) le rehaussement de la contribution de la filière gomme à l’économie nationale et la satisfaction des besoins des rurales ; (iii) la sauvegarde et le maintien de l’équilibre écologique dans les zones de production de la gomme arabique.

Mise en œuvre du programme au Niger

Stratégie de mise en œuvre

41La mise en œuvre du programme GMV sera basée sur une l’approche participative (participation volontaire et effective des populations bénéficiaires). Cette implication directe et volontaire des populations dans toutes les phases du programme constitue un des points forts de la réussite du programme. Les interventions du programme seront concentrées autour des axes prioritaires suivants :

  1. L’amélioration des productions agro-sylvo-pastorales par des actions mécaniques d’aménagements anti-érosifs à travers l’utilisation de la technologie Vallerani de récolte des eaux de ruissellement ;

  2. Les actions de restauration et de protection de l’environnement ;

  3. Le renforcement des capacités des acteurs par des actions de sensibilisation, d’information, de formation renforcement des capacités de tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des activités du programme ;

  4. La mise en œuvre des actions complémentaires créatrices de revenus destinées à soulager les populations des problèmes immédiats et qui pourraient constituer un obstacle à la réussite des aménagements proposés.

42Pour s’assurer de la réussite de ces actions, le programme veillera sur le renforcement des capacités des acteurs et de l’efficacité des structures d’encadrement des populations par :

  • Une connaissance du milieu tant physique que socio-économique de la zone d’intervention ;

  • Une sensibilisation/formation des populations aux problèmes environnementaux sur une base participative ;

  • Une sélection très poussée des encadreurs qui suivront les formations périodiques et un suivi technique régulier et efficace ;

  • La prise en compte des expériences similaires menées par d’autres projets et programmes ;

  • Le développement de la collaboration et de synergies avec les projets et programmes en cours dans la zone ;

  • Une organisation efficace des populations à travers la mise en place des comités locaux de gestion ;

  • Une programmation souple des activités respectant l’approche de gestion axée sur les résultats.

43La problématique générale étant la dégradation accélérée des ressources naturelles des zones d’intervention, l’exécution des activités du programme reposera sur les principes suivants :

  • Le respect strict de la vocation primaire des sites ;

  • Une identification et une prise en compte des paramètres qui garantissent la durabilité des aménagements avant toute intervention ;

  • L’implication et la responsabilisation des populations et des autorités politiques administratives dans toutes les phases d’exécution du programme.

CADRAGE INSTITUTIONNEL

44Le Ministère de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification (ME/LCD) va assurer la tutelle du programme. L’Unité Nationale de Coordination du programme est basée à Niamey avec les antennes régionales représentées par les Directeurs Régionaux de l’Environnement des Régions concernées ;

45Au niveau national, un Comité National d’Orientation présidé par le Ministre de l’Environnement est créé comprenant toutes les institutions impliquées. Ce Comité National d’Orientation est assimilé au Cadre de Concertation pour les programmes 10, 13 et Sous-programme 4.4 de la SDR. Il est présidé par le Ministre de l’Environnement. Il a pour entre autres attributions de faciliter les échanges d’informations sur les initiatives des différents partenaires portant sur la mise en œuvre des programmes concernés de la SDR, contribuer à la mobilisation des partenaires nationaux et internationaux pour la mise en œuvre de ces programmes et à conduire un plaidoyer pour la mobilisation des ressources nécessaires à la gestion durable des terres et de l’environnement d’une façon générale.

46Le Comité National de Pilotage présidé par le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement ;

47Un Comité Scientifique est en cours de construction et serait présidé par un chercheur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey à l’image du Comité Scientifique de la mise en œuvre du projet ROSELT Niger ;

48Au niveau régional, le programme sera placé sous la tutelle technique des Secrétaires Généraux Adjoints des Gouvernorat (Coordonnateurs Régionaux de la mise en œuvre de la SDR). Les Directeurs Régionaux de l’Environnement (Chefs d’Antennes Régionales) assureront la Coordination de l’exécution des travaux du Programme. Le suivi/supervision des travaux sera assuré par le Comité Technique Régional de Suivi/Supervision ;

49Au niveau local, les Services Départementaux de l’Environnement vont assurer la coordination de l’exécution des activités du programme et le suivi/supervision des travaux sera assuré par le Comité Technique Sous-Régional d’appui à la mise en œuvre des activités.

SYSTÈME DE SUIVI ET DE L’ÉVALUATION

  • 1 La performance se définit comme la progression vers la réalisation de résultats escomptés.

50Le système de suivi et de l’évaluation à mettre en place pour le suivi et l’évaluation du programme grande muraille verte doit tenir compte des exigences du moment. On doit se mettre à l’esprit dès le départ que « le suivi et l’évaluation sont des instances de réflexion quant à l’exécution du programme et à la réalisation de ces résultats et de ces objectifs ». Plus précisément, le but général du suivi et de l’évaluation est de mesurer et d’évaluer la performance1 afin de mieux gérer les effets (résultats intermédiaires) et les impacts (résultats finaux ou de développement) du programme.

51Ce système de suivi/évaluation va se concentrer sur le suivi et l’évaluation des effets et des impacts du programme. Le suivi et l’évaluation des effets concernent la collecte et l’analyse systématique de données afin de suivre les changements depuis la situation de référence jusqu’aux effets attendus du programme et d’appréhender pourquoi il y a eu ou non le changement. Le suivi constitue en ce sens un moyen de contrôle des prévisions par rapport aux réalisations et un outil de gestion, puisqu’il rend possible des réorientations des actions et permet ainsi d’adapter le projet à l’évolution du contexte en repérant d’éventuelles anomalies en cours d’exécution. Les activités de suivi permettent ainsi de comparer le rendement prévu avec le rendement atteint.

52L’évaluation doit rendre compte des enseignements tirés des expériences vécues dans le cadre de la mise en œuvre du programme. L’évaluation est donc une opération sélective qui vise à apprécier systématiquement et de manière objective les progrès dans la réalisation des effets attendus du programme. Il ne s’agit pas d’une activité ponctuelle, mais d’une opération qui suppose une série d’évaluations différentes quant à leur objet et le degré de détail. L’évaluation doit être effectuée à plusieurs moments pour répondre à l’évolution des besoins en connaissances critiques et en apprentissage tout au long de la réalisation des effets du programme.

53Toutes les évaluations – même celles portant sur la pertinence, l’efficacité et d’autres critères – doivent être reliées aux effets par rapport à la seule performance ou aux produits immédiats du programme.

54Tenant compte de tout ce qui précède, les instances suivantes de suivi/évaluation peuvent être préconisées dans le cadre de ce programme, à savoir :

55L’évaluation à mi-parcours du programme qui doit être centrée sur l’efficacité, l’efficience et le caractère propice (aspects favorables de la démarche) de l’exécution du programme. Elle doit être entreprise vers la fin de la première moitié de la vie du programme. Si elle est bien conduite, elle doit mettre en exergue les contraintes et proposer les solutions opérationnelles et de tirer les leçons de la conception, de la mise en œuvre et de la gestion du programme.

  1. Suivi du rendement et de la performance du programme basé sur la confrontation de données de base (qui décrivent la situation au début du programme ou situation de départ à un temps T0) et les données collectées à un temps T1 et mesurer ainsi le changement. Les données de base doivent être recueillies dès le début de la mise en œuvre du programme. Elles peuvent provenir d’études ou de statistiques existantes. Les données collectées sur la performance du programme (le pas de collecte des données à préciser) servent à rendre compte des résultats atteints eu égard des résultats escomptés et de ceux de la situation de référence.

  2. Elaboration des rapports périodiques (semestrielle ou annuelle) sur les résultats informant sur le degré d’atteinte des résultats et les écarts entre les résultats escomptés et les résultats atteints, le cas échéant. Ils offrent également l’occasion de réviser les intrants au besoin et de mettre à jour les informations reliées au contexte du programme et à la gestion des risques. Des rapports d’étapes doivent notamment décrire les résultats réels obtenus pendant la période couverte à chaque niveau de la chaîne des résultats ainsi que les écarts entre les résultats prévus et réels en expliquant la situation et en expliquant comment gérer les enjeux qui interviennent en raison de ces écarts. Les rapports d’étapes fournissent l’occasion de faire le point sur les réalisations, d’analyser les défis auxquels il faut faire face, et d’adapter les stratégies en vue d’atteindre les objectifs. Ils facilitent également la communication et contribuent ainsi à assurer une transparence au sein des instances de décision du programme.

  3. Evaluation finale qui doit intervient à la fin d’un programme. Au-delà des aspects traités par l’évaluation à mi-parcours, une évaluation finale traite également des signes avant-coureurs d’impact et de la durabilité des résultats, englobant le concours au renforcement des capacités et à la concrétisation des objectifs environnementaux globaux. L’évaluation finale permet également de décider de la réalisation ou non d’une phase complémentaire au programme.

  4. Une évaluation à posteriori destinée à identifier les impacts du programme. Elle pouvait être réalisée deux ans ou plus après l’achèvement du programme. Cette évaluation met l’accent sur la durabilité des résultats du programme et sur les leçons apprises (meilleures et pires pratiques, coûts prévus et non prévus, application des enseignements aux niveaux sectoriel, thématique et transfrontières) en tant que bases de l’élaboration de politiques et de la planification ultérieure.

56La collecte et l’analyse des données sur le rendement lors des opérations de suivi/évaluation vont offrirent l’occasion aux instances supérieures du programme de voir :

  • si le programme respecte le calendrier et l’utilisation prévue des ressources ;

  • si la stratégie de gestion des risques s’avère efficace ;

  • si l’on éprouve des difficultés qui nécessitent une redéfinition des produits ou une réaffectation des ressources ;

  • les leçons à tirer pour améliorer les pratiques de gestion du programme, ajuster le tir au besoin pour s’assurer que le programme atteint les résultats escomptés, faire des propositions pour l’avenir et feront l’objet d’un rapport ;

  • l’efficacité du programme.

57La fréquence de la collecte de ces données doit être réaliste tenant compte des capacités du programme tout en fournissant l’information nécessaire à la prise de décisions : au commencement du programme, l’on doit recueillir des données périodiquement et à intervalles plutôt rapprochés pour obtenir l’information dont on a besoin pour redresser le tir et améliorer les résultats. Au fil du temps, la fréquence de la collecte des données diminue ; les rapports doivent surtout mettre l’accent sur l’atteinte des extrants ou résultats immédiats et des effets (résultats intermédiaires).

58Dans tous les cas, toutes les parties prenantes doivent participer à la définition de ce qui sera suivi et évalué, de qui prendra part à ces exercices, de leurs périodicités, des méthodes participatives de collecte et d’analyse des données et de la manière dont les constatations seront consolidées. L’avantage de la participation des parties prenantes les conduit dans la majorité des cas à donner une suite plus favorable aux recommandations de ces exercices puisqu’elles (ces recommandations) viennent d’elles-mêmes.

59Aussi, les informations collectées lors du suivi et de l’évaluation doivent être partagées par une large communication d’information. Il s’agit de fournir systématiquement et en temps utile des renseignements vitaux à intervalles réguliers pour espérer un retour d’information, une opération par laquelle des informations et des connaissances sont diffusées et utilisées pour évaluer les progrès globaux sur la voie de la réalisation des résultats ou pour confirmer la réalisation des résultats. Il peut s’agir de constatations, de conclusions, de recommandations et d’enseignements tirés de l’expérience.

Risques et mesures d’atténuation

Risques

60Les risques majeurs suivants doivent être pris en considération. Il s’agit notamment de :

  • Aléas climatiques : les sécheresses sont fréquentes au Niger. L’insuffisance et l’irrégularité des précipitations et des inondations pourraient compromettre la réussite des plantations réalisées et des bassins de rétention construits ;

  • Participation des populations locales : à cause de la prévalence et du degré de la pauvreté dans les zones d’intervention du programme, les populations locales pourraient donner plus de priorité aux actions portant sur la satisfaction de leurs besoins individuels plutôt que sur les actions durables de gestion de ressources naturelles. Ainsi la participation effective des populations aux travaux de restauration et de protection des ressources naturelles pourrait enfreindre l’atteinte des résultats attendus du programme et donc un défi à relever ;

  • Faible capacité institutionnelle et instabilité politique : faiblesses capacités institutionnelles au niveau national et local pourraient compromettre la mise en œuvre du programme au Niger. Le processus de la décentralisation au Niger présente encore de nombreux défis notamment : le renforcement de la gouvernance locale, la mobilisation des ressources financières au niveau local, le développement et le renforcement de la citoyenneté et le renforcement de coopérations intercommunales et transfrontière.

Mesures d’atténuations

61Les mesures d’atténuation suivantes sont proposées pour réduire ces risques :

  • Réduction des risques climatiques : le programme doit se focaliser sur les approches et techniques de gestion durable des ressources naturelles compatibles aux sécheresses prolongées et les variations climatiques. La durée relativement longue du programme peut être aussi perçue comme une mesure d’atténuation. La collaboration du programme avec le plan d’action national d’adaptation (PANA) aux changements climatiques adopté récemment par le Niger offre les possibilités de la prise en compte des résultats du PANA dans les actions et les stratégies du programme.

  • Renforcement de la participation des populations locales : l’approche participative prôner par le programme va assurer la mobilisation des populations locales. La mise en œuvre des activités créatrices des revenus prévues par le programme pourrait également favoriser l’implication des populations dans l’atteinte des résultats du programme.

  • Responsabilisation des institutions de gouvernance locale : le programme va en premier lieu focaliser son intervention sur le renforcement des capacités en gestion durable des ressources naturelles au niveau local, régional et national avec un accent particulier le relèvement des défis de la décentralisation par : (i) la sensibilisation sur les enjeux de la dégradation de l’environnement et les approches de gestion durable de ressources ; (ii) l’amélioration de revenus locaux par la vente des services des écosystèmes et (iii) le renforcement de pouvoir de décisions des institutions locales sur la gestion et la mise en valeur des ressources naturelles.

Notes

1 La performance se définit comme la progression vers la réalisation de résultats escomptés.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte administrative du Niger
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2143/img-1.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Niger - Système de production - AGRHYMET
Légende Source des donnéesCENTRE REGIONAL AGRHYMETFigure 2. Carte des systèmes de production au Niger
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2143/img-2.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Figure 3.
Légende République du Niger : Limite administrative des régionsSystème de production au Niger
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2143/img-3.jpg
Fichier image/, 292k
Titre Figure 4
Légende Source : IGNN – Limites administratives
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2143/img-4.jpg
Fichier image/, 405k

Auteurs

Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification. Niamey, Niger

Ministère de l’Hydraulique et de l’Environnement

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540