Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

La Grande Muraille Verte : espèces végétales et systèmes de valorisation et de gestion. Cas de la République de Djibouti

M. Mohamed Moussa Ibrahim, M. Aboubaker Doualé Wais and Bouh Houssein Ofleh

Full text

Présentation générale de la République de Djibouti

Contexte géologique

1Les formations volcaniques issues de la tectonique des plaques recouvrent les roches du socle sédimentaire, calcaires jurassiques et grès crétacé (Fig. 1). A la fin du miocène, les basaltes Adolei (25 Ma) caractérisent la première rupture au sein du bloc Arabo-Nubien. Ces basaltes fortement altérés sont affectés par l’activité hydrothermale. Au cours de ce premier mouvement la tectonique est contrôlée par le rift éthiopien avec une extension Nord-Sud. Cette phase est suivie par une expansion lente au cours de laquelle se mettent en place les rhyolites Mabla (15 Ma) dans une large zone de déformation sénestre. Après une période d’érosion, les basaltes de Dalha se mettent en place en discordance (3.4-9 Ma) sur les rhyolites. Les basaltes Somalis sont presque contemporains des basaltes de Dalha et se localisent dans la partie Est du pays. L’extension N160°E correspondrait aux premiers mouvements ayant permis la mise en place des basaltes de Dalha, laquelle aurait progressivement tourné à N20°E. Entre 3.4 et 1.5 Ma, les basaltes stratoides et les basaltes de Golfe caractérisent l’expansion des plaques et l’ouverture du Golfe de Tadjourah. Les basaltes de Golfe sont localisés de chaque côté du Golfe de Tadjourah et sont considérés comme les premiers épanchements de la ride de Tadjourah. (Barberi et al., 1974 ; Barberi & Santacroce 1980 ; Black et al., 1974 ; Chessex et al., 1974 ; CNRS-CNR 1973 ; ISERST 1985-1995). Au tout début de l’ouverture du Golfe de Tadjourah, la bordure Ouest du bloc d’Ali Sabieh agit comme une zone de déformation dextre en relation avec l’extension Nord-Sud à N20°E tournant ensuite à N40°E. Les formations volcaniques récentes sont localisées dans la région du rift d’Asal et du rift Manda Inakir. Les formations sédimentaires se trouvent sur les plaines littorales, les bassins du Sud-Ouest et du Nord-Ouest ainsi que le long des oueds. Durant le moi-pliocène, les roches sédimentaires (argiles et alluvions) sont intercalées dans les basaltes de Dalha. Durant le pliocène, les périodes humides et arides se succèdent avec la mise en place des basaltes stratoides. Des calcaires, argiles et diatomites sont intercalés dans ces formations basaltiques et remplissent les principaux bassins sédimentaires durant l’ouverture du Golfe de Tadjourah. Le remplissage sédimentaire dépasse plusieurs centaines de mètres dans les bassins. Dans les zones côtières, les conglomérats et les alluvions pliocènes recouvrent les roches volcaniques. Au cours du quaternaire, les sédiments marins (calcaires coralliens et calcaires) se déposent dans les zones côtières. Depuis 100 000 ans BP interviennent cinq phases d’extension majeures des lacs durant les phases humides donnant lieu à des dépôts de calcaires, diatomites et argiles (CNRS-CNR 1973 ; Gasse 1975 ; Gasse et al., 1980 ; ISERST 1985-1995).

Figure 1

Figure 1

Géologie de la République de Djibouti

Géographie, géomorphologie

2Djibouti est l’un des plus petits pays d’Afrique avec 372 km de côtes et une superficie totale de 23 200 km2, dont 100 km2 de surface d’eau (lacs Abbé et Assal) et 220 km2 de forêt (forêts du Day et des Mablas). Il est entouré par l’Erythrée au nord, l’Ethiopie à l’ouest et au sud, et par la Somalie au sud-est. Résultat d’une zone sismique (croisement de trois plaques tectoniques), le relief est d’origine basaltique et rhyolithique très accidenté, entrecoupé de dépressions sédimentaires ou fluvio-lacustres et de plaines endoréiques. Le Mont Moussa Ali culmine à 2 010 m alors que le lac Assal se situe à 155 m en dessous du niveau de la mer.

Démographie et mode de vie

3La population, a été estimée à 700 000 habitants en 2004, soit une densité de 31 habitants/km2, mais plus de 400 habitants/km2 dans la capitale. La population urbaine représente 84 % de la population totale et plus de 75 % des habitants se concentrent à Djibouti ville. La population rurale représenterait 16 %. Elle se trouve dans les villages ruraux de moins de 1 500 habitants et dans les campements. Les campements sont souvent très dispersés dans la nature. Bien que l’on note une certaine sédentarisation d’une partie de la population rurale qui se verse dans les activités agricoles ou migre vers les centres urbains, le mode de vie nomade demeure encore assez répandu. La vie pastorale de ces populations est réglée par les parcours de transhumance saisonniers d’amplitude comprise 100 à 300 km. On assiste à une surexploitation des niches écologiques entrainant à moyen terme une désertification réelle et un exode progressif des populations de pasteurs transhumants dans cette région semi-aride. De façon générale, la République de Djibouti connaît une situation de pauvreté très marquée. Les enquêtes EDAM (1996 ; 2002) révèlent une aggravation de la pauvreté (pauvreté relative et population vivant dans l’indigence) entre 1996 et 2002. En milieu rural, la situation est particulièrement dramatique avec une pauvreté relative de 96.7 % et 83 % de la population vivant dans l’indigence. Ces taux montrent clairement les difficultés qu’ont les populations rurales face aux conditions de vie difficile.

Contexte climatique

4Globalement, il existe peu de données climatologiques sur le pays. On ne dispose pas à l’heure actuelle d’un suivi climatologique complet et bien réparti sur l’ensemble du territoire. Deux stations climatologiques collectent les données à Djibouti-Serpent et Djibouti-aérodrome (Météorologie Nationale). En dehors de ces données, il existe des données ponctuelles de précipitations ainsi que les données du réseau hydroclimatologique installé par la Coopération Hydrogéologique Allemande (CHA) en 1978 et suivi ensuite par l’Institut Supérieur d’Etudes et de Recherches Scientifiques et Techniques (ISERST) (Fig. 2).

5Les résultats présentés sommairement sont issus des travaux de la Coopération Hydrogéologique Allemande (1982). Le climat de Djibouti est de type tropical aride. On distingue une saison fraîche (22-30 °C) d’octobre à avril et une saison chaude (30-40 °C) de mai à septembre pendant laquelle un vent de sable chaud et sec (khamsin) souffle une cinquantaine de jours par an. L’évapotranspiration moyenne annuelle est estimée à 2 000 mm. Les précipitations sont faibles ; elles tombent de façon orageuse, erratiques, et provoquent des inondations : 5 pour cent seulement du volume s’infiltrent et contribuent à la recharge des nappes. En mai, juin et septembre, le taux d’humidité peut atteindre 100 pour cent. Le maximum des précipitations mensuelles annuelles est observé dans les montagnes à l’ouest de Tadjourah (massif du Goda). Les précipitations diminuent brutalement en direction du nord-est vers la côte à Obock-Khor Angar-Doumeira avec 50 à 100 mm par an. Dans les regions septentrionales du pays, les précipitations annuelles sont de 100 à 150 mm (Dorra-Balho), alors que dans les régions de l’ouest (plaine de Hanlé, plaine de Gobaad les précipitations dépassent 150 mm. Au sud du pays, dans la plaine littorale, les précipitations annuelles se situent entre 130 et 200 mm, et diminuent en direction de Dikhil. La moyenne annuelle des précipitations à l’échelle du pays est de l’ordre de 150 mm.

Figure 2

Figure 2

Précipitations moyennes annuelles (mm) (CHA, 1982)

Ressources hydrauliques

6Du fait de la faible pluviosité, le territoire de Djibouti ne compte aucun cours d’eau permanent. Les eaux de surface ne sont utilisées que ponctuellement (ce sont généralement des points d’eau temporaires) pour l’hydraulique pastorale. Il s’agit dans ce cas de retenues de surfaces naturelles ou artificielles, de gueltas, de sources froides et de sources chaudes provenant des manifestations géothermiques. La seule ressource d’eau permanente provient uniquement des eaux souterraines. La recharge des nappes se fait principalement lors des crues parfois violentes des oueds qui inondent les alluvions qui couvrent le fond des vallées. Dans le contexte de la République de Djibouti, les ressources en eaux souterraines sont primordiales. Il existe dans le pays différents réservoirs souterrains susceptibles d’être exploités pour l’eau potable ou pour l’irrigation et la production agro-pastorale en général. Les aquifères peuvent être repartis en trois types :

  • Les nappes d’inféroflux ou nappes alluviales, sont localisées dans les formations sédimentaires qui accompagnent les oueds. Ces nappes superficielles sont assez intensément exploitées par la population rurale à l’aide de puits traditionnels et cimentés.

  • Les aquifères côtiers d’extension moyenne constitués de roches volcaniques et d’intercalation des formations sédimentaires. Bien qu’elle présente de fortes salinités en profondeur, c’est la ressource principalement exploitée actuellement pour l’alimentation des agglomérations principales (dont la ville de Djibouti). Ces aquifères sont en principe réalimentés par l’intermédiaire des nappes d’inféroflux lors des crues des oueds.

  • Les aquifères régionaux de grande extension, couvrent les régions sud et ouest du pays, dont l’épaisseur peut atteindre plusieurs centaines de mètres. Les forages traversent de grands volumes de trapp de basaltes stratoides. Cette ressource présente potentiellement un réservoir intéressant pour l’alimentation en eau potable et le développement futur du pays.

7Dans le cadre du programme de la GMV, nous comptons utiliser les nappes d’inféroflux et les eaux de surface mobilisables. Tout au long de l’itinéraire proposé, il existe déjà une dizaine de retenues dont les surplus seront utilisés pour la sylviculture. Bien évidemment, d’autres aménagements seront planifiés dans le cadre du présent programme.

Qualité chimique des eaux souterraines

8Les eaux souterraines couvrent la plus grande partie des besoins en eau du pays. Elles proviennent de l’infiltration des eaux de ruissellement dans les lits d’oueds. Lors de l’infiltration ainsi que lors de leur séjour dans les aquifères, elles lessivent des terrains sédimentaires et volcaniques et acquièrent de cette façon une signature chimique propre et évolutive. Ceci s’opère sur de longues périodes où surviennent des échanges chimiques entre l’eau et les différents types de roches sous l’influence, de plus, de la température qui est relativement élevée. Les concentrations de certains éléments présentés ci-dessous dépassent les normes OMS internationales pour la potabilité de l’eau (Lyonnaise des eaux, 1986). Les eaux des aquifères volcaniques se caractérisent généralement, pour les cations, par des taux élevés en Na+ puis, en ordre décroissant, en Ca++ et Mg++. Pour les anions, elles montrent une dominance du Cl-puis des SO42-et HCO3-. Les aquifères sédimentaires révèlent aussi une tendance alcaline et, à un degré inférieur, les ions Ca++. Au niveau des anions, il apparaît deux pôles répartis entre les Cl- et HCO3-. Dans certains cas, il est possible de trouver des proportions importantes en SO42-comme dans les formations des grès crétacés de la région d’Ali Sabieh. D’après l’analyse de la qualité des eaux par le diagramme de Piper, les eaux à Djibouti sont le plus souvent chlorurées-sodiques. Mais elles peuvent se classer parmi les tendances diverses comme sulfatées ou bicarbonatées. En général, les eaux à Djibouti présentent des teneurs variables de NO3- dont l’origine reste encore à établir précisément. En effet, le secteur agricole qui cherche à se développer depuis une vingtaine d’années, se cantonne à des méthodologies artisanales sans emploi excessif d’engrais. Dans le secteur de Mouloud, les taux de nitrates dépassent 150 mg.l-1 au fur et à mesure que la nappe voit sa piézométrie s’abaisser. En ce qui concerne le développement agricole, il existe d’importantes limites à cause de la qualité de l’eau. Le SAR (SAR = Na+ /SQR (Ca++ + Mg++)/2 permet de mesurer cette limite. Les eaux des aquifères volcaniques présentent en règle générale, des valeurs de SAR faibles, donc relativement favorables pour l’irrigation. Les eaux des aquifères sédimentaires ont des valeurs relativement élevées et se prêtent donc difficilement à l’irrigation. C’est aussi le cas des séries volcaniques sous-jacentes aux formations sédimentaires. Il existe enfin d’autres limites à l’irrigation liées à l’excès des ions sodium, des chlorures et du bore.

Ressources pédologiques

9Les ressources pédologiques ont été peu étudiées en République de Djibouti. Les conditions climatiques et les affleurements géologiques qui sont en grande partie volcaniques avec moins de 25 % de terrains sédimentaires et les formations pédologiques généralement peu développées, ainsi que les problèmes de salinité des sols et des eaux ne présentent pas un cadre très favorable au développement agricole. L’expérience de terrain montre que les ressources pédologiques aujourd’hui exploitées pour le développement des cultures par irrigation sont de deux types principaux. Le premier concerne les dépôts sédimentaires récents et actuels, voire le pléistocène dans certains cas, que l’on trouve le long des oueds principaux. Le second est représenté par les dépôts d’altération des basaltes associés à des produits détritiques qui se caractérisent par des formations sablo-limoneuses de couleur rouge-ocre situés sur les affleurements des basaltes. Une étude pédologique a été réalisée par Resource Development Associates (1983) à l’échelle de la République de Djibouti. Elle a consisté à la collecte de 1 000 échantillons répartis au hasard dans le pays et d’en tirer les caractéristiques pédologiques essentielles du pays. Sur cet échantillonnage, on a procédé à une analyse détaillée de terrain et de laboratoire pour en déterminer les caractéristiques physiques et chimiques, ainsi que l’intérêt pour les différents types de cultures. Sur la base de ces résultats, RDA (1983) effectue une classification des principaux sols disponibles à Djibouti tout en tenant compte de la recharge de l’eau, du développement agricole, de l’élevage, des projets d’implantations et d’ingénierie. Le but est de permettre d’avoir suffisamment d’information pédologique afin de planifier le développement agricole. Il est cependant précisé que l’étude permet une approche globale des ressources pédologiques de la République de Djibouti et que les éléments essentiels sont fournis par l’étude afin de conduire des études plus détaillées lors d’un développement agricole spécifique.

Tableau 1

Tableau 1

Affectation des terres en République de Djibouti

10Dans le pays on rencontre principalement deux grandes catégories de sols :

  • Les sols en place (sols bruns profonds issus de basalte, lithosols, sols calcaires coralliens) et les sols d’apport (colluvions, alluvions fluviolacustres).

  • Les sols cultivables sont alluvionnaires ou sédimentaires, parfois salés, pauvres, mais améliorables.

11L’affectation des terres en République de Djibouti est synthétiquement présentée au tableau ci-après. Cependant, il y a lieu de souligner que les ressources classées dans la rubrique Terres marginales peuvent en partie être valorisées avec quelques aménagements plus conséquents et des techniques plus adaptées.

Irrigation

12Il y a encore une vingtaine d’années, la population rurale était de tradition pastorale et ses activités se cantonnaient essentiellement autour de l’élevage. Cette identité demeure encore mais en parallèle, avec un appui important du Gouvernement, la population s’est consacrée de plus en plus à l’agriculture irriguée, à cause du climat, lorsque les conditions naturelles le permettaient. Bien qu’à ce jour le secteur agricole ne représente que 1.5 % du PIB et 10 % des besoins alimentaires en fruits et légumes, les indicateurs du secteur laissent apparaître un rapide essor : 40 exploitants en 1970 et 1 500 en 1998 (MAEMH, 1996 ; Mohamed & Abdallah, 1998). Aujourd’hui, la superficie irriguée représente seulement 40 % des terres clôturées qui sont elles-mêmes estimées à 10 % des terres cultivables et irrigables. On estime que 2 000 ha (y compris ceux déjà clôturés) sont facilement irrigables en raison de la disponibilité en eau. Les besoins en eau pour l’agriculture varient au cours de l’année en fonction des cultures. Ils fluctuent entre 10 000 m3/an/ha et 16 000 m3/an/ha soit respectivement en débit journalier 33 m3/jour/ha et 45 m3/jour/ha. Les besoins annuels pour les 388 ha irrigués s’élèveraient entre 4millions m3 et 5millions m3. Les programmes nationaux prévoient entre autres l’intensification de la production agricole, ce qui consisterait en un premier temps à utiliser l’ensemble des périmètres clôturés, soit 1 000 ha. Les volumes d’eau à mobiliser pour une telle intensification de la production seraient de 10 Mm3 à 16 Mm3. Le supplément nécessaire par rapport à l’exploitation en eau actuelle se situe dans la fourchette 6Mm3 à 10 Mm3, ce qui revient à plus que doubler les volumes d’eau.

La flore

13La désertification touche plus de 90 % du territoire national et représente le problème écologique le plus grave dans le milieu rural. Sur le plan naturel, les ressources limitées favorisent l’expansion de la désertification. Le climat aride, caractérisé par de faibles précipitations, ne fournit qu’un apport hydrique restreint à la végétation. La qualité des sols est assez pauvre. Ce sont des sols issus de l’altération des roches mères basaltiques et rhyolitiques (85 %), des sols à texture sablo-limoneuse (10 %), compacts et peu perméables, et des sols halomorphes (5 %) des plaines côtières. Les vents chauds et secs du nord-ouest et du sud-est, et les érosions hydrique et éolienne expliquent, avec les autres paramètres, la faible couverture végétale. Mais il existe aussi une importante pression anthropique liée en particulier à la création des points d’eau ruraux provoquant le regroupement des populations et de leur cheptel. On voit alors se développer la coupe de bois de chauffe, le surpâturage et des pratiques agricoles parfois mal adaptées. Les phénomènes de changements climatiques, s’ils ne sont pas atténués, vont sans doute rendre plus sévères les paramètres naturels environnementaux et la lutte contre la désertification n’en sera que plus difficile. Les milieux forestiers connaissent un équilibre fragile. Ce sont les forêts de Madgoul, de Mabla et la forêt du Day, la plus importante. Leur survie est conditionnée par les actions anthropiques et surtout les ressources en eau. La forêt de Madgoul se situe dans une cuvette limoneuse au pied du mont Moussa Ali. Les forêts de Mabla et du Day se trouvent sur les massifs de Mabla et de Goda. Des études menées sur la forêt du Day montrent à quel point cette forêt dépend des conditions particulières du site (Blot, 1991). Bien que restreinte à la forêt du Day et sur une période donnée, l’étude démontre le rôle des précipitations occultes dans l’apport hydrique aux plantes. Les précipitations occultes liées à la présence de nuages de contact dépendent des vents, de l’orographie, de la densité des populations végétales, du tapis végétal et du sol. Par rapport à la pluviométrie, ces précipitations peuvent couvrir entre 40 % et 50 % des apports hydriques aux plantes. Les changements climatiques qui pourraient amener des modifications dans la température et la nébulosité sur un site particulier comme celui du Day pourrait mettre en péril la survie, déjà difficile, d’une telle forêt. La biodiversité est étroitement liée aux ressources en eau. Djibouti compte 641 espèces végétales et en faune terrestre, 327 espèces d’animaux et d’oiseaux (Ministère de l’Environnement, du Tourisme et de l’Artisanat, 1998). L’avancée de la désertification causée par les modifications des conditions climatiques sans omettre les actions anthropiques, contribuera à la modification ou à la destruction des habitats de la faune terrestre.

Tableau 2

Tableau 2

La typologie de la diversité floristique du pays

Analyse phytogéographique de la diversité floristique

14A défaut de données de recherches contradictoires, l’essentiel des informations ayant servi à l’analyse phytogéographique, est tiré des documents existants en matière de végétation, notamment de La végétation et les potentialités pastorales de la République de Djibouti et de Plantes vasculaires de la République de Djibouti (Audru et al., 1987,1994) respectivement. Tous les chercheurs scientifiques et amateurs qui se sont penchés de près sur la végétation du pays s’accordent sur le fait qu’elle constitue bien une curiosité de la diversité floristique à découvrir et à redécouvrir, et de ce fait, lui accorder peu d’intérêt serait injuste. Les connaissances actuelles de la diversité floristique de la République de Djibouti (non encore exhaustive) sont synthétisées telles que présentées ci-après.

Tableau 3

Tableau 3

Diversité floristique de la République de Djibouti

Objectifs et résultats attendus

15La Grande Muraille Verte (GMV) est perçue comme une bande de végétation multi-espèces reliant Dakar à Djibouti. Elle est localisée dans la zone sahélienne avec une pluviométrie annuelle moyenne comprise entre 100 et 400 mm.

Objectif global du projet

16L’objectif général du programme d’édification de la GMV consiste à contribuer à la lutte contre l’avancée du désert et à la mise en valeur des zones saharo-sahéliennes par une gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la pauvreté.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

17Les objectifs spécifiques visent :

  • La promotion d’activités agro-sylvopastorales génératrices de revenus et la satisfaction des besoins des populations rurales (en produits ligneux et/ou non ligneux) ;

  • La diversification des systèmes d’exploitation des terres ;

  • La conservation/valorisation de la biodiversité ;

  • La restauration/conservation des sols ;

  • L’amélioration de la séquestration du carbone CO2 dans les végétaux et les sols.

18L’initiative « Grande muraille Verte » intègre ainsi divers mécanismes de développement humain, tels que le développement durable, le développement propre et la lutte contre la pauvreté.

EFFETS ET IMPACTS ATTENDUS

19L’édification de la Muraille Verte dans ces zones arides et déshéritées aura des effets et impacts très positifs sur les populations et leur cadre de vie. En particulier, la GMV assurera un développement intégré et aura divers effets et impacts dans sa zone d’emprise. Les effets et impacts attendus sont notamment :

  • L’augmentation des revenus des populations locales

  • L’amélioration de la santé chez les humains et les animaux

  • L’inversion du phénomène de l’exode rural

  • La réduction de l’érosion des sols

  • L’amélioration de la structuration des sols

  • L’accroissement du taux de boisement

  • La relance de l’agriculture et de l’élevage

  • La restauration de la biodiversité végétale et animale

  • L’accroissement de la couverture des besoins en produits forestiers

Méthodologie d’identification du tracé de la GMV

20Dans le choix du tracé nous avons tenu compte des paramètres suivants :

  • La géomorphologie

  • La topographie

  • La pluviométrie

  • Les ressources hydrauliques mobilisables

  • Les ressources édaphiques

  • Et la présence de populations mobilisables.

21Le maximum des précipitations annuelles (>300mm) est observé dans les montagnes à l’ouest de Tadjourah (massif du Goda). Dans cette région, la géomorphologie n’est pas favorable. Donc, le tracé doit impérativement se trouver dans le tiers inférieur du territoire. Dans cette zone la pluviométrie est comprise entre 150 et 200 mm. Des cours d’eau pérenne n’existent pas, cependant des bassins de rétention et beaucoup des forages ont été réalisés ces dernières années par le ministère de l’Agriculture. Dans les zones habitées (Villages) les populations locales seront consultées et associées à la conception, à la mise en œuvre et à la conservation de la réalisation. Ainsi le tracé de la GMV partira de la plaine côtière de Djibouti-Loyada, bifurquera vers Holl Holl. Ensuite, il traversera les plaines du Grand et Petit Bara, empruntera la plaine de Balambaley, longera le plateau de Daka en passant par les plaines de Hanlé et de Gobaad et de là rejoindra l’Ethiopie par le village d’Afambo.

Figure 3

Figure 3

Tracé de la GMV.

Les espèces végétales proposées

22Dans le choix des espèces végétales pour la GMV, nous avons tenu compte d’un certain nombre de paramètres tels que :

  • Leurs mécanismes d’adaptation à la sécheresse et aux conditions climatiques difficiles,

  • Leur utilité pour les besoins de la population locale,

  • Leur existence dans d’autres pays traversés par la GMV,

  • Le consentement de la population sur les espèces végétales.

23Par ailleurs, nous allons d’abord favoriser les espèces existantes et économiquement rentables et acceptées par la population locale, et en particulier les fruitières forestières qui contribuent à l’équilibre nutritionnel des populations et à la lutte contre la pauvreté. Ensuite, nous allons essayer d’introduire de nouvelles espèces non existantes dans la région et tester leur adaptabilité au contexte local. Nous avons reporté dans le tableau suivant la liste indicative d’espèces végétales répondant aux critères ci-dessus.

Tableau 4

Tableau 4

Liste indicative d’espèces végétales dans le cadre de la GMV

Les systèmes de mise en œuvre et de suivi susceptibles d’être adaptés au contexte local

24Après un engagement politique matérialisé par l’adoption d’un décret portant création du Comité Interministériel de Pilotage de la composante nationale de la Grande Muraille Verte, Djibouti s’apprête à mettre en place le cadre institutionnel y afférent.

25La coordination générale sera assurée par le Ministère de l’Environnement. Le Ministère de l’Agriculture se voit confier la conduite des travaux de terrain. L’orientation technique sera pilotée en grande partie par le CERD, surtout en matière de mobilisation des ressources hydrauliques et de la multiplication in vitro de certaines plantes. Plusieurs autres institutions interviennent dans leurs domaines respectifs de compétences. Dès l’entame de l’opération, la commission nationale de coordination entend entreprendre une sensibilisation et une communication soutenues avec les populations, notamment, celles des régions concernées par le tracé de la GMV. Le choix définitif du tracé et des espèces préconisées se fera de la manière la plus participative possible. Compte tenu de la faible densité de population de la bande de verdure nationale, il est envisagé la sédentarisation des populations autour de périmètres agro-pastoraux aménagés. L’opération s’efforcera d’introduire et de promouvoir des sources d’énergie renouvelable pour préserver la biomasse. Elle fera recours à l’expertise locale, régionale et internationale pour surmonter toute difficulté éventuelle. Les techniques de reboisement seront des plus faciles à maîtriser par les populations. A chaque étape, il sera recherché l’adhésion totale des populations concernées. Sous la houlette du Comité Interministériel de Pilotage, la commission nationale de coordination mettra en place un système de suivi/évaluation aussi souple et transparent que possible.

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Géologie de la République de Djibouti
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-1.jpg
File image/, 268k
Title Figure 2
Caption Précipitations moyennes annuelles (mm) (CHA, 1982)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-2.jpg
File image/, 164k
Title Tableau 1
Caption Affectation des terres en République de Djibouti
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-3.jpg
File image/, 100k
Title Tableau 2
Caption La typologie de la diversité floristique du pays
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-4.jpg
File image/, 660k
Title Tableau 3
Caption Diversité floristique de la République de Djibouti
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-5.jpg
File image/, 156k
Title Figure 3
Caption Tracé de la GMV.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-6.jpg
File image/, 252k
Title Tableau 4
Caption Liste indicative d’espèces végétales dans le cadre de la GMV
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2134/img-7.jpg
File image/, 296k

Author(s)

Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Mer, chargé des Ressources Hydrauliques

Ministère de l’Habitat de l’Urbanisme de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire

Centre d’Etude et de Recherche de Djibouti

© IRD Éditions, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540