Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

L’analyse des expériences de mise en place de ceintures vertes au niveau du circum-Sahara

Mourad Briki et Nabil Ben Khatra

Résumé

La menace de la désertification est importante en Afrique sub-saharienne et ce, particulièrement, dans la zone circum-saharienne caractérisée par des climats allant de l’hyper-aride au subhumide sec. Les sources de vie dans les pays de cet espace sont fortement dépendantes des ressources en sol, en eau et en végétation fragilisées par des pressions de plus en plus croissantes.
Combinée à des facteurs anthropiques, la sécheresse a sérieusement affecté les équilibres écologiques, entraînant une dégradation des ressources naturelles, des sols et une baisse des productions agricoles. Sur le plan socio-économique, la chute des potentiels agricoles a réduit de façon drastique les revenus des populations, ce qui, conjugué au manque de sources alternatives de revenus, explique la persistance de la pauvreté en milieu rural.
Face aux constats établis sur la dégradation des terres au niveau du circum-Sahara, des actions de réhabilitation des terres ont été menées. L’accent a été mis sur des programmes de reboisement.
Le présent document récapitule et analyse les principales expériences de ceintures et barrages verts en Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est et Afrique du Nord. Une analyse plus approfondie de l’expérience algérienne a été réalisée en vue de dresser le bilan des réalisations et de tirer les leçons aussi bien des aspects positifs que négatifs.
Il en ressort que la mise en œuvre de telles initiatives doit tenir compte des dimensions écologique et socioéconomique. Elles doivent se baser sur les établissements humains construits autour d’une agriculture viable grâce à l’irrigation et à la gestion durable des ressources pastorales.

Texte intégral

Les expériences de reboisement dans le circum-Sahara

1L’idée de ceinture verte est née avant la conférence des Nations Unies sur la lutte contre la désertification organisée en 1977 à Nairobi, avec les projets « ceinture verte » de Niamey (1965), « barrage vert » en Algérie (1971) et la « ceinture verte » de Nouakchott (1975). Dans les autres pays circum-sahariens, les activités de reboisement et les activités de fixation de dunes étaient déjà une « tradition » des services forestiers.

Expériences en Afrique de l’Ouest

2L’idée de ceinture verte périurbaine est née en réponse à une problématique de dégradation des espaces sylvo-pastoraux, ayant engendré un besoin de protection contre l’ensablement, de dépollution d’un environnement urbain poussiéreux et d’approvisionnement en bois de feu. Ce concept a évolué par la suite en assimilant l’aménagement intégré agro-sylvo-pastoral à une ceinture verte « ouverte » et « discontinue ».

3En Mauritanie, c’est le pays où l’expérience de ceinture verte est la plus diversifiée et la plus large, en termes de nombre et de répartition de projets ou de sites. Plusieurs types de ceintures vertes ont été installés, toutes à vocation de protection et non de production :

4Le modèle « grande agglomération » : dans la capitale nationale et les capitales régionales :

  • la ceinture de Nouakchott, sous climat saharien : stabilisation mécanique suivie d’une fixation biologique (plantation, essentiellement de Prosopis juliflora) avec irrigation ; elle a joué un rôle important dans la protection de l’agglomération et des quartiers périphériques, ainsi que dans l’emploi informel ;

  • la ceinture verte de Kiffa, en zone sahélienne : reboisement direct sans stabilisation mécanique ni irrigation, de cordons dunaires en mouvement. Cette ceinture est intéressante de par son coût d’installation relativement faible.

5Le modèle « agglomération et zone de culture » dans les oasis en zones saharienne et sahéliennes : ce sont des ceintures vertes de 15 à 335 ha susceptibles d’assurer une protection efficace et une production de bois pouvant couvrir les frais d’entretien ;

6Le modèle « route » : il s’agit de sites de 5 à 15 ha, destinés à des protections ponctuelles ;

7L’expérience mauritanienne a porté sur plus de 100 sites et a permis de montrer que la participation des populations s’est avérée possible sur une base contractuelle définissant les conditions et les modalités de partage des coûts directs.

8Au Niger, on peut distinguer deux modèles ceinture verte. La « grande agglomération », avec la ceinture verte de Niamey (2 500 ha), et les « agglomérations et cuvettes aménagées », en zones sahariennes qui sont de petites ceintures de protection (de 10 à 150 ha) couvrant une superficie cumulée de moins de 1 000 ha.

9Au Mali, l’expérience en matière de ceintures vertes est relativement récente (1990). Elle concerne le programme de lutte contre l’ensablement dans les régions de Tombouctou et de Gao. Selon le concept développé la ceinture verte est formée de deux parties :

  • un périmètre de « protection intensive », situé à proximité immédiate de l’agglomération et dans lequel les dunes sont mécaniquement stabilisées puis biologiquement fixées ;

  • un périmètre de « protection extensive », situé dans les zones dites « de ravitaillement », en amont du périmètre de protection proprement dit, au titre de la réduction de la pression des dunes mobiles sur ce dernier.

10L’approche suivie au niveau des modalités de mise en œuvre est assez originale. Pour la production de plants de pépinière, trois voies possibles ont été prospectées et testées (régie, producteurs privés et populations). Concernant la stabilisation mécanique et la plantation des arbres, deux modalités : 1), une phase en régie, dans des sites pilotes et 2), et une phase extension dans l’espace et transfert de responsabilités aux populations.

11Au Sénégal, l’originalité conceptuelle de la ceinture verte de Dakar réside dans le fait qu’elle soit composée d’un « réseau de forêts naturelles mises sous régime forestier », consolidé et complété par, d’une part, des plantations et des périmètres de stabilisation de sol et d’espaces verts, et d’autre part, de plantations routières, impliquant les municipalités et les communautés locales.

12Au Burkina Faso, les éléments les plus saillants de l’expérience de la ceinture verte de Ouagadougou sont :

  • l’option pour un concept : « la ceinture verte est un élément de l’aménagement paysager en milieu urbain et périurbain » ;

  • l’option pour une participation communautaire ;

  • l’option pour l’irrigation d’entretien, bien que le climat soit soudanien (700 mm de pluie).

13Globalement, malgré des approches saines, d’énormes difficultés persistent, notamment dans les quartiers périphériques, empêchant l’extension ou la consolidation des efforts, voire même hypothéquant les réalisations déjà menées, faute de solution adéquate pour une gestion durable des acquis.

Afrique de l’Est

14Les pays de cette sous-région s’orientent davantage vers le concept de réhabilitation d’écosystèmes fragiles fondé sur l’adaptation du mode d’utilisation des terres et sur la décentralisation des responsabilités au niveau des institutions locales. Deux expériences méritent d’être citées :

15l’expérience kenyane en matière de plantation d’arbres est originale à double titre : primo, le concept est fondé sur le principe d’une conservation de l’environnement en valorisant les ressources et le savoir faire locaux. Secundo, la plantation d’arbres a joué un rôle catalyseur et intégrateur d’actions de développement et un rôle conservateur de la diversité biologique.

16L’expérience soudanaise, dans laquelle l’implication d’institutions locales a permis la réhabilitation de l’écosystème en voie de dégradation et l’exploitation forestière durable d’une réserve naturelle en région sèche.

Afrique du Nord

17L’idée d’ériger des « barrières forestières » pour protéger les agglomérations et les routes contre « l’avancée des dunes » était née dès le début des années 60 dans la plupart des pays nord-africains, en même temps que l’idée de réhabiliter par le reboisement des espaces dégradés et considérés à vocation forestière.

18Au niveau sous-régional, un projet « ceinture verte en Afrique du nord » a été initié par le PNUE, dans le cadre de la coopération dans le domaine de la sécurité alimentaire. Le projet n’a pas atteint ses objectifs mais a toutefois permis des réaliser des études sectorielles et ponctuelles et à l’organisation de rencontres sous forme de séminaires et de sessions de formation sur des thèmes variés, sans rapport direct avec les efforts des pays sur le terrain.

19Les expériences nationales suivantes méritent une attention particulière :

  • L’expérience tunisienne est très ancienne et a porté sur la protection des oasis et leurs agglomérations et sur la protection des routes. Les réalisations ont totalisé 20 000ha. Les plantations sont faites aussi bien avec des espèces locales qu’avec des espèces introduites.

  • L’expérience marocaine a démarré en 1915, avec la fixation biologique des dunes maritimes sur la côte atlantique, pour la protection de villes comme Tanger, Kénitra et Agadir. Les conditions pluviométriques, le plus souvent favorables (200 à 750 mm/an) autorisaient le recours à des espèces introduites à croissance rapide comme l’Eucalyptus, l’Acacia cyanophylla et l’Acacia cyclops. Les réalisations ont totalisé plus de 34 000 ha de plantations en 60 ans. La taille de la ceinture varie beaucoup d’un site à l’autre, elle va de 14 000 à 12 000 ha. Quant aux ceintures vertes de protection de palmeraies et agglomérations continentales, elles n’ont démarré qu’en 1979. Elles sont installées selon les mêmes techniques que celles utilisées en Tunisie, en Mauritanie et au Niger. La taille de la ceinture est très variable d’un site à l’autre, allant de 3 à 165 ha.

20En Egypte, deux types de réalisation méritent d’être cités. 1), Des ceintures vertes de lutte contre l’ensablement, utilisant les eaux usées traitées ou les eaux de mauvaise qualité des nappes profondes ; et 2), la ceinture verte périurbaine du Caire, composée de bandes boisées de 50 mètres de largeur et les espaces verts à l’intérieur des agglomérations.

Le Barrage vert de l’Algérie

21Dans les années soixante, l’Algérie s’est retrouvée face à des préoccupations environnementales, caractérisées par la régression très significative des nappes alfatières, entraînant une intensification des phénomènes érosifs dans les zones montagneuses et l’apparition de paysages désertifiés dans la steppe.

22L’idée du barrage vert s’est concrétisée en 1971 dans l’objectif de ralentir le processus de la désertification par une action de reforestation. Sa conception ne sera revue que plus tard, en 1982. L’objectif fondamental devint alors le rétablissement et le maintien de l’équilibre écologique du milieu par une exploitation rationnelle des ressources naturelles avec pour finalité la promotion socioéconomique des populations. Il s’agissait donc d’une approche intégrée visant à : 1), améliorer le niveau de vie des populations ; 2), restaurer et augmenter le potentiel productif des terres ; 3), reconstituer les peuplements forestiers disparus et reboiser les terres à vocation forestière ; 4), mettre en valeur les terres pastorales et agricoles et fixer les dunes ; et 5), mobiliser les ressources en eau superficielles et souterraines.

LOCALISATION

23Le barrage vert consistait en un reboisement de 3 millions d’hectares dans l’étage bioclimatique semi-aride Le champ d’intervention du barrage vert est constitué par la zone présaharienne comprise entre les isohyètes 300 mm au nord et 200 mm au sud. Il représente une bande de prés de 1 500 km de long sur 20 km de large.

DONNÉES SUR LE MILIEU PHYSIQUE ET HUMAIN

24La zone du barrage vert est caractérisée par la faiblesse des précipitations annuelle qui oscillent entre 100 et 400 mm. La moyenne des minima du mois le plus froid se situe entre -1,7 et +1,8 °C, celle des maxima du mois le plus chaud entre 33 et 41 °C. Le nombre de gelées peut s’élever à 40 jours/an et les vents chauds (sirocco) peuvent se manifester entre 20 et 30 jours par an. L’influence du Sahara dans cette zone se traduit par un climat sec et chaud.

25La végétation est essentiellement constituée de forêts et steppes arborées à pin d’Alep, genévrier de Phénicie et chêne vert. La steppe graminéenne est à base d’alfa, sparte et drinn sur sol sableux. La steppe à armoise blanche occupe les sols à texture fine, elle constitue un excellent parcours pour les troupeaux.

26Les sols de la zone du barrage vert sont caractérisés par une faible profondeur, un taux élevé de calcaire actif dû à son accumulation sous différents types et à la présence d’une dalle calcaire. La grande majorité des sols sont classés comme calci-magnésiques.

27L’activité économique s’organise autour de la production ovine et, accessoirement, de la céréaliculture en sec. La population se divise en trois catégories : les nomades, les semi-nomades, qui ont une activité pastorale et restent liés à la terre qu’ils cultivent eux-mêmes et les sédentaires.

ETAPES DU BARRAGE VERT

28La réalisation du barrage vert a connu plusieurs étapes :

29Etape 1 : de 1971 à 1980, le ministère de la Défense Nationale a mis les grands moyens pour mettre en œuvre un reboisement massif et à grande échelle par la monoculture du pin d’Alep.

30Les reboisements effectués visaient à relever le taux de couverture forestière de la zone par la reconstitution des forêts dégradées de l’Atlas saharien.

31Etape 2 : de 1981 à 1990, réalisée conjointement entre les services des forêts et le ministère de la Défense Nationale. Elle a consisté à mettre fin à la monoculture par l’introduction d’une quinzaine d’espèces végétales.

32Etape 3 : après le retrait du ministère de la Défense nationale du projet entre 1990 et 1993, le barrage vert a connu, de 1994 à 2000, une nouvelle dynamique qui a touché essentiellement l’extension du patrimoine forestier et sa protection, la lutte contre la désertification et le renforcement des infrastructures.

33Depuis 2000, Programme National du Développement Agricole a inscrit dans ses préoccupations la question du reboisement comme moyen de lutte contre la dégradation des terres et ainsi que comme moyen d’assurer une mobilisation additionnelle de ressources et une amélioration des revenus des populations locales.

ETUDES RÉALISÉES ET TYPES D’INTERVENTION

34Durant la première décennie (1970-1980), les travaux ont été réalisés en l’absence d’études globales permettant de disposer d’un schéma directeur d’aménagement et le tracé du barrage vert ayant été réalisé à main levée, aucune étude du milieu n’a été élaborée. Les travaux ont été exécutés sur la base de projets d’exécution et n’ont concerné que l’action de reboisement. A l’issue de cette période, un bilan de l’expérience a permis d’identifier les insuffisances et sur cette base, des études ont été réalisées pour disposer de zones pilotes représentatives des différentes situations écologiques et socio-économiques., les plantations étaient faites à base d’un projet d’exécution. Entre 1974 et 1983, aucune opération n’a été réalisée sur les anciens reboisements, l’amélioration pastorale et les plantations fruitières ont été négligées, la construction des pistes et des points d’eau ainsi que les corrections torrentielles n’ont pas été prises en compte.

35Le bilan des interventions, selon l’Agence Nationale des forêts (1990) : près de 106 000 hectares soit 86 % des plantations sont des essences forestières (pin d’Alep) suivi par l’amélioration pastorale avec près de 13 000 hectares (12 %), plantations fruitières avec 2 300 hectares (0,5 %) et les fixations de dunes avec 1 900 hectares (0,5 %). Les réalisations sont fonction des spécificités des régions ; la fixation des dunes n’a concerné que les zones à fort ensablement.

ZONES D’IMPACT

36Pour effectuer des plantations, des défrichements importants ont été opérés sur des nappes alfatières relativement bien conservées ou dans des couloirs de transhumance. Des terres de statut « arch » (tribal) ont subi le même sort. Les reboisements sur terrains plats à vocation pastorale ont provoqué des situations conflictuelles avec les éleveurs qui arrachaient les jeunes plants ou faisaient paître leurs troupeaux dans les plantations. Après promulgation de la loi 83.18 du 13 août 1983, les terres « arch » ont été revendiquées par les populations.

INVESTISSEMENT

37Les investissements consentis aux travaux du barrage vert depuis son lancement jusqu’en 1995 s’élèvent à 25 milliards de dinars (340 187 000,00 US dollar). Néanmoins, ce chiffre reste très en deçà de la réalité si l’on prend en compte l’apport des services de la Défense nationale (main-d’œuvre et matériel gratuits).

RÉSULTATS OBTENUS

38Même si aucune étude d’évaluation n’a été élaborée pour quantifier réellement les résultats de ce projet, le barrage vert a permis néanmoins de :

  • reconstituer des massifs forestiers dégradés de l’Atlas saharien sur une superficie qui avoisinerait les 300 000 ha,

  • réaliser des ceintures vertes et de fixation de dunes sur prés de 5 000 ha pour protéger les centres de vie et les infrastructures socioéconomiques des dangers de l’ensablement,

  • lutter contre l’érosion par la mise en place d’ouvrages antiérosifs,

  • aménager des plantations pastorales pour augmenter l’offre fourragère, sur 25 000 ha,

  • mettre en valeur des actions agricoles essentiellement par l’arboriculture rustique au profit des populations concernées,

  • mettre en place de réseaux de pistes (5 000 km) pour désenclaver les populations,

  • réaliser 90 points d’eau pour la mobilisation des ressources hydriques au profit des populations.

BILAN DES RÉALISATIONS ET ANALYSE

39Le barrage vert en tant qu’ouvrage stratégique a contribué essentiellement au rétablissement et au maintien de l’équilibre écologique local. Il a permis de reculer les limites sud de l’Algérie forestière. Il a contribué aussi sur le plan socioéconomique à l’amélioration des conditions de vie des populations locales, estimée à 6 millions d’habitants, au niveau de la steppe. Cette amélioration s’est traduite par l’amélioration des revenus des ménages ruraux et le désenclavement des zones isolées.

40En dépit des résultats obtenus, les réalisations dans le cadre du barrage vert sont loin d’être satisfaisantes et sont même en deçà des objectifs fixés. Le faible taux de réussite (30 %) reste en deçà des prévisions escomptées.

41Les causes de la non-atteinte des objectifs initiaux peuvent être résumées ainsi :

  • Monoculture du pin d’Alep : l’utilisation du pin d’Alep a entraîné une prolifération de la chenille processionnaire du pin qui a détruit une grande partie des reboisements. Le choix des espèces n’a été rectifié qu’en 1982 par l’introduction de diverses espèces telles que le chêne vert, le cyprés vert, le Prosopis juliflora et quelques espèces fruitières (amandier, abricotier, figuier et grenadier).

  • Absence totale d’études d’approche, de faisabilité et de milieu préalables (études sur le climat, sol, eau, socio-économie, occupation des terres…). Les plantations étant effectuées sur la base d’un projet d’exécution, le tracé même du barrage vert a été réalisé à main levée. Le choix des terrains de reboisement n’a pas été toujours judicieux.

  • Qualité des graines : les graines destinées à la production des plants en pépinières ont été collectées aléatoirement, même sur les arbres malades. Des cônes non encore mûrs ont été récoltés, le résultat direct a été la non-germination d’une grande quantité des graines.

  • Provenance des graines : les plants destinés à la réalisation du barrage vert ont été produits en majorité dans les pépinières de l’Algérie du Nord, dans l’étage bioclimatique humide et subhumide et plantés dans une zone à étage bioclimatique semi-aride, une fois mis en terre, les plants ne supportent que difficilement le nouveau milieu.

  • Elevage des plantes dans les pépinières : Le séjour des plants dans les pépinières a été trop long (1 année) alors que des travaux scientifiques ont montré que ce séjour ne doit pas dépasser six mois au risque d’affecter la qualité du plant.

  • Transport des plants : les plants ont été acheminés vers la zone de plantation dans des bacs plastiques favorisant le dessèchement.

  • Travail au sol : étant donné que les échecs pouvaient être provoqués par la présence des dalles calcaires qui empêchaient la pénétration du système racinaire dans le sol. L’utilisation du rooter avant la plantation permettait de casser ces dalles. Par contre, cette technique a montré ses limites car elle provoquait la dessiccation rapide du sol en augmentant la surface de contact avec l’air.

  • Densité de plantation : en dépit de la faible disponibilité en eau, il a été décidé empiriquement de planter 2 000 plants/hectare, densité utilisée généralement pour assurer un élagage adéquat des arbres destinés à la production de bois et non pas à la protection.

  • Date de plantation : les plantations ont été effectuées généralement entre septembre et mars, période où la pluviosité est la plus importante. Cependant, des travaux ont montré qu’il y a arrêt de croissance, dans certaines zones du barrage vert, entre décembre et mars à cause des basses températures et des gelées assez fréquentes durant cette période.

  • Qualification du personnel : en 1982, après avoir dressé un bilan des opérations de reboisements, le ministère de la Défense Nationale décida d’affecter systématiquement au barrage vert des universitaires à profil particulier (écologues, agronomes…)

  • Mécanisation des plantations : l’importance des surfaces à planter (20 000 hectares/an) a poussé les services forestiers et les unités de réalisation à envisager la mécanisation des plantations. En 1982, les premières expérimentations avec des tarières ont donné d’excellents résultats pour les plantations pastorales et fruitières, par contre leur utilisation sur des sols caillouteux et inclinés s’est avérée peu concluante.

  • Insuffisance des programmes d’entretien et de protection eu égard à l’ampleur de la dégradation.

  • Retard dans les opérations d’intégration des terres du barrage vert au domaine forestier national. Les services forestiers ne possèdent pas de pièce justificative de l’appartenance du barrage vert au domaine forestier national,

  • Inexistence de cartographie précise et exacte du barrage vert par wilaya (département) pour permettre aux services forestiers de délimiter l’espace total afin de planifier l’intégration des terres et leur reboisement,

  • Manque d’encadrement chargé de la surveillance de l’ouvrage : les reboisements sont totalement abandonnés et livrés aux actions de dégradation perpétrées par les populations (pacage illicite, coupe de bois illicite et défrichements),

  • Non-intégration de la population locale dans les activités du projet et le manque de suivi-évaluation des activités du projet.

42De tous les travaux réalisés dans le cadre du barrage vert, seuls les routes, les points d’eau, les retenues collinaires et les vergers arboricoles, cédés gratuitement, ont été bien acceptés. Ils ont permis en effet le désenclavement et constituaient des points d’abreuvement pour les troupeaux. En revanche, les plantations d’espèces forestières ont réduit les terrains de parcours. Il s’avère que la réussite du barrage vert ne peut se faire d’abord que par la mise en place d’un code pastoral tenant compte des données socioéconomiques.

Conclusion

43Qu’il s’agisse de ceinture, de barrage, ou de muraille, les actions ont été toujours curatives, et généralement ponctuelles, en rapport non pas avec l’importance du danger, mais avec les moyens disponibles.

44Malgré l’évolution dans la perception des problématiques de lutte contre la désertification et de développement durable et vers l’intégration de ces concepts de sorte que les actions de protection soient considérées comme étant des actions d’aménagement et de développement, l’appellation « ceinture verte » se maintient pour les grandes villes (Nouakchott, Tombouctou, Le Caire), très probablement pour son effet sensibilisateur et mobilisateur à la fois pour les populations, pour les décideurs et pour les partenaires de coopération.

45L’expérience des pays africains et de leurs partenaires de coopération est techniquement très enrichissante. Si dans l’ensemble les paquets techniques semblent maîtrisés, dans les détails de nombreuses améliorations restent possibles, voire nécessaires, dans le sens notamment d’une réduction des coûts grâce à de meilleurs choix techniques.

46La multitude des référentiels techniques utilisés, d’un pays à l’autre et à l’intérieur d’un même pays, est à la fois une richesse en paquets techniques susceptibles de répondre à la grande diversité des situations et une insuffisance dans la mesure où il n’y en a pas qui se soient imposés pour un usage généralisé.

47En dépit des nombreuses publications de type rapport d’évaluation, manuel ou guide, etc., les acquis des projets sont loin d’être partagés, c’est-à-dire mémorisés et rendus facilement accessibles et, dans tous les cas, ils ont rarement informé les décisions politiques ou les myriades de projets plus ou moins liés.

48Afin de réussir une ceinture verte, des actions doivent être entreprises à long terme :

  • intégration des populations locales comme parties prenantes du projet,

  • résolution des contraintes liées à la nature juridique des terres,

  • consolidation du dispositif de surveillance et des mécanismes de suivi-évaluation,

  • extension des campagnes de sensibilisation à tous les acteurs et à tous les niveaux,

  • prise en compte des causes de la déforestation et de la désertification (coupe de bois, surpâturage, défrichement…) en adoptant une approche intégrée pour couvrir les besoins des populations locales en bois, agriculture, énergie…,

  • prise en compte de la disponibilité des ressources en eau dans la zone de plantation,

  • considération de la sylviculture et le choix des espèces à planter comme les plantes fourragères, les arbres fruitiers.

Bibliographie

ANF. Le barrage vert : bilan et perspective.

Alger : Agence Nationale des Forêts, 1990 ; 95 p.

Bensaid S. Bilan critique du barrage vert. Sécheresse n° 3, vol 6, septembre 1995

Direction Générale des Forêts, 2005 ; Synthèse sur le barrage vert.

FAO, 2005; Green wall for the Sahara, FAO contribution to the consultative expert meeting organized by the African union (Addis Abeba, july 19th 2005)

IGAD, 2006. Green belt movements, forestry, degradation and desertification in the IGAD region. Document de travail, projet « muraille verte en Afrique », 5 p.

Kadhi Hanifi, 2006. Le barrage vert algérien. Document de travail, projet « muraille verte en Afrique », 16 p.

Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), 2006. Le barrage vert algérien. Document de travail, projet « muraille verte en Afrique », 10 p.

Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), 2006. Les ceintures vertes dans les villes sahéliennes d’Afrique. Document de travail, projet « muraille verte en Afrique »,16 p.

Programme d’action sous-régional de lutte contre la désertification au Maghreb http://www.maghrebarabe.org/fr/SG_UMA/etudes/9.htm

Rapport national de l’Algérie sur la mise en œuvre de la Convention de Lutte Contre la Désertification.
http://www.unccd.int/cop/reports/africa/national/2004/algeria-fre.pdf

Auteurs

Observatoire du Sahara et du Sahel, Bd, leader Yasser Arafat. BP 31 -Tunis 1080
www.oss-online.org,
Mourad.briki@oss.org.tn
nabil.benkhatra@oss.org.tn

Observatoire du Sahara et du Sahel, Bd, leader Yasser Arafat. BP 31 -Tunis 1080
www.oss-online.org,
Mourad.briki@oss.org.tn
nabil.benkhatra@oss.org.tn

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540