Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie II. Mise en valeur et suivi de la Grande Muraille Verte

Le couplage de la télédétection et de l’observation locale : outil fondamental pour toutes les étapes de la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte

Nabil Ben Khatra and Mourad Briki

Abstract

La dégradation des terres constitue un important fléau entravant la mise en œuvre de stratégies de développement durable au niveau du circum-Sahara. Découlant d’une vision politique éclairée, l’initiative Grande Muraille Verte représente une réponse au constat fait sur l’état des ressources et les conditions des populations au niveau de la partie concernée de la région.
Processus continu et durable portant sur de vastes étendues très peu cartographiées et documentées, l’initiative Grande Muraille Verte exige le recours à l’utilisation du tandem observation spatiale – surveillance locale. En effet, le recours aux techniques de la télédétection, couplant l’exploitation des images satellitaires et des données de terrain, est incontournable à toutes les étapes de la mise en œuvre de l’initiative. Des études préparatoires aux différentes phases de réalisation des activités, l’observation spatiale offre des avantages considérables en termes de coût et de délais. Ces avantages sont d’autant plus importants que l’espace considéré est très vaste et difficile d’accès.
Les pays et les différentes institutions de la région ont mis en place des structures techniques compétentes en matière de télédétection. Certains de ces pays disposent de satellites d’observation de la terre et ont affiché leur engagement à valoriser leurs images au profit d’initiatives sous régionales et régionales. Parallèlement, et à différents niveaux, des réseaux d’observatoires de surveillance environnementale ont été mis en place. D’autres démarrent sur la base de leurs acquis. Tant d’acquis sont à valoriser pour appuyer les initiatives et les programmes dédiés à la réhabilitation des terres au niveau de la région. La grande muraille verte constitue un enjeu majeur pour le circum-sahara, mais également une opportunité permettant la mobilisation de tous partenaires et la valorisation de leur savoir au service du développement durable.

Full text

Introduction

1Les pays de l’aire d’action de l’OSS sont, au niveau mondial et africain, parmi ceux qui connaissent des mutations profondes très préoccupantes pour les ressources naturelles et l’environnement. Ces changements sont le résultat de facteurs naturels et anthropiques tels que les variabilités et les changements climatiques, l’accroissement de la population et du cheptel, la substitution des modes de gestion traditionnels et collectifs de l’espace, l’instabilité politique et sociale, etc. En outre, la globalisation de l’économie incite les populations à adopter de nouveaux modes de consommation et de production afin d’améliorer leurs conditions de vie. Ces facteurs impliquent une plus grande sollicitation des ressources naturelles dont les conséquences sont très lourdes sur les plans écologique, économique et social.

2Cette situation incite les structures en charge de la gestion de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de la planification du développement à collecter, gérer, traiter de façon appropriée les données environnementales qui décrivent les milieux naturels et leur mise en valeur, et de diffuser, en temps voulu, une information fiable sur l’état de l’environnement et sur la distribution et l’évolution des ressources naturelles. Ceci est devenu d’autant plus nécessaire que les pays, en ratifiant les conventions internationales sur l’environnement, se sont engagés à se doter d’instruments de suivi-évaluation des programmes d’action, d’une part, et de dispositifs de gestion de données et d’informations environnementales, d’autre part.

Contexte

3La gestion des espaces dégradés, et notamment leur réhabilitation, exige le recours à des systèmes d’observations fiables et pertinents apportant un réel appui au processus décisionnel. En effet, l’information issue de données précises et à jour constitue l’élément de base permettant d’asseoir, sur des bases solides, toute stratégie de gestion des ressources naturelles et de préservation de l’environnement.

4Découlant d’une vision stratégique éclairée et d’une volonté politique affichée, la Grande Muraille Verte doit se traduire en concepts techniques permettant la mise en valeur intégrée d’un espace menacé. La mise en œuvre d’un projet d’aménagement d’une telle envergure requiert le recours à des informations à références spatiales valides et à jour.

5Cependant, les données cartographiques au niveau de la région sont souvent obsolètes et peu adaptées. En effet, au niveau des zones à faible potentiel économique, les cartes sont rarement mises à jour et sont à des échelles non appropriées à des projets d’aménagement. Dans ce contexte, le recours à la cartographie basée sur l’exploitation des données satellitales s’avère incontournable. La Télédétection permet en particulier d’élaborer différents produits cartographiques thématiques utiles et indispensables pour une approche intégrée.

Potentialités de la télédétection pour le suivi des espaces et des ressources

6La muraille verte est un processus qui doit être viable et évolutif. Il ne s’agit pas d’une réalisation figée dans le temps et cantonnée dans l’espace. L’identification des actions à entreprendre, la planification de leur mise en œuvre, le suivi de leur réalisation et l’évaluation de leurs impacts exigent le recours à un système observationnel global, homogène, fiable et objectif.

7L’apport des informations issues des données satellitales pour le suivi des ressources naturelles est incontestable. La multitude des applications basées sur l’outil télédétection ainsi que la fiabilité des produits qu’elles génèrent le confirment.

8Relativement au suivi des surfaces naturelles (sol et végétation), la télédétection permet l’élaboration d’inventaires spatialisés et la caractérisation de l’état des ressources, l’estimation et la prévision des variations de l’occupation et de l’utilisation des sols ainsi que l’appréciation et la quantification des productions des couverts végétaux stratégiques (céréales, parcours, forêts…).

9En matière de gestion des ressources en eau, l’apport de la télédétection n’est pas moindre. L’outil permet l’élaboration d’une cartographie à jour de l’hydrographie surfacique et linéaire. De même, en se basant sur la cartographie de l’occupation du sol, il est possible d’estimer et de suivre l’évolution spatiale et temporelle de la consommation en eau.

10Pour certaines applications, le recours à la télédétection peut remplacer les méthodes classiques de suivi des ressources naturelles. Pour d’autres, l’outil peut être fournisseur de données de bases. Il permet également la mise en place de systèmes parallèles pour la validation ou la confrontation des résultats des systèmes classiques d’élaboration de l’information.

Apport de la télédétection aux différentes étapes de la GMV

11Comme tout programme de son envergure, la mise en œuvre de l’initiative GMV emprunte une suite logique pouvant être structurée autour d’étapes clés. De l’idée initiale à l’étude d’ingénierie, en passant par les études exploratoires et de faisabilité, la conduite du processus est consommatrice de données et informations souvent à référence spatiale, notamment cartographique. Sur la base, d’une part, de l’analyse des besoins en données et d’autre part de l’offre actuelle, il s’agit alors d’identifier les sources potentielles répondant aux attentes tenant en compte des objectifs fixés et les itinéraires techniques à adopter.

L’idée initiale

12L’idée initiale d’un programme ou d’un projet émane de la créativité et de l’esprit d’innovation dont tout décideur ou promoteur est doté. Elle peut découler d’un processus d’induction, relevant de l’intuition et résultant généralement de la confrontation de données disparates, ou de déduction basée sur des conclusions tirées de l’analyse d’une situation.

13La GMV en est un exemple qui illustre le développement d’un choix politique face à des constats faits sur l’état de la dégradation des terres au niveau de la région. Cette initiative constitue une réponse stratégique qui prend en considération le contexte international marqué par la mondialisation et les problématiques environnementales aggravées par les changements climatiques. En effet, l’idée de la GMV n’a pu prendre forme que sur la base d’une lecture actualisée et spatialisée des problématiques de dégradation des terres et de sécheresse au niveau du circum-Sahara. Les produits de la télédétection ont été incontournables pour l’établissement des constats et l’analyse des origines des dysfonctionnements et leurs dynamiques.

14Les données basse résolution permettent de calculer des indices de végétation donnant une idée précise sur la répartition de la végétation et son état à une échelle suffisante pour ce niveau de réflexion. Pour une analyse plus fine des phénomènes rencontrés, les données haute résolution sont indispensables. Les applications à cette échelle exigent le recours à des données et informations collectées directement sur le terrain. L’observation locale permet en effet la compréhension des causes et l’évaluation des conséquences de la dégradation des terres. Il s’agit d’un outil incontournable pour cerner les problématiques et proposer des solutions idoines.

L’étude exploratoire

15La volonté politique étant acquise, il est important de passer à une étude exploratoire permettant de connaître les grandes lignes de l’initiative afin de mobiliser tous les partenaires concernés et de drainer les fonds nécessaires. L’étude exploratoire est une démonstration de la validité de l’idée de l’initiative. Elle permettra de préciser la nature des réalisations, de les évaluer et de convaincre de l’intérêt de l’initiative aux différents niveaux de décision.

16Sur un territoire aussi vaste et aussi mal étudié et documenté que la zone concernée par l’initiative GMV, le recours à l’imagerie satellitaire est incontournable. L’étude exploratoire détermine le cadre général du projet, sans en préciser les limites qui seront établies par les études ultérieures. Elle porte essentiellement sur la nature des actions à entreprendre suite à une analyse des problématiques rencontrées et à la compréhension des spécificités nationales et locales. Sur la base de spatio-cartes actualisées, l’étude définira les grandes lignes du projet grâce à la vision d’ensemble que permet ce produit cartographique.

17Des échantillons présentant des situations concrètes doivent accompagner l’étude exploratoire. Il s’agit de présenter des études de cas sur la base de données et informations décrivant l’espace à des échelles mettant en évidence les enjeux que l’initiative représente pour l’environnement et pour les populations concernées. En plus des données haute résolution servant à la réalisation des cartes thématiques actualisées, cette étape devra se baser sur des informations collectées au niveau des observatoires locaux décrivant l’état et l’historique du milieu et le fonctionnement et la dynamique de sa population.

18L’étude exploratoire conduira en définitif à l’identification des espaces et des populations qui seront concernées ainsi que le ciblage des techniques et des approches à adopter. Enfin, cette étape dégagera les intérêts et les bénéfices de la mise en œuvre de la GMV.

L’étude de préfaisabilité

19Le but de l’étude de préfaisabilité est de déterminer la rentabilité de l’initiative GMV, en établissant les coûts avec une marge d’erreur acceptable, pour susciter l’intérêt des investisseurs et partenaires éventuels. Contrairement à l’étude exploratoire, qui devrait être destinée aux promoteurs de l’initiative, l’étude de préfaisabilité est destinée à tout partenaire de développement que l’on pourrait éventuellement sensibiliser au projet.

20Cette étude vise essentiellement la réorientation de l’initiative et la précision des critères d’évaluation. Elle permet de susciter l’intérêt d’investisseurs ou de partenaires au développement qui participeront au financement des réalisations. Elle devrait préciser les limites du projet et ses implications. Les coûts y sont évalués à partir de la liste des principales réalisations et de leur quantification ainsi que des données issues de projets similaires, récemment réalisés.

21Si les données sur les coûts unitaires de réalisation sont faciles à obtenir, la détermination exacte des volumes à réaliser est cruciale. Les techniques de la télédétection permettent heureusement de les évaluer avec une grande précision.

22L’intégration des cartes thématiques produites dans un système d’information géographique permet une multitude d’analyses et de croisements ainsi que le calcul de paramètres géométriques telles que les superficies et les distances.

23D’autre part, les cartes thématiques issues des données de télédétection sont également incontournables lorsqu’il s’agit de définir d’une manière rationnelle et objective les critères à considérer pour choisir l’emplacement des actions à réaliser.

L’étude de faisabilité

24L’étude de faisabilité est la clé de voûte de la réussite de la mise en œuvre de la GMV, car elle sert de référence à toutes les étapes ultérieures de son déroulement. Elle vise l’élaboration d’un document qui servira de référence à toutes les étapes ultérieures du projet et qui permettra de faire sa promotion et de définir son schéma de financement.

25Cette étude fixe les limites du projet et permet d’en mesurer toutes les implications. Le calcul des coûts y est basé sur des données plus précises. Elle se doit d’être un document de référence complet et permet de faire une analyse en profondeur du projet et de le réévaluer au besoin.

26Pour la GMV, l’élaboration de ce document se basera essentiellement sur des cartes thématiques à différentes échelles. Ces cartes permettront de définir l’organisation spatiale des réalisations, de préciser les contraintes de la mise en œuvre des actions ainsi que d’évaluer les quantités et les coûts des différentes composantes.

Perspectives

27Pour la mise en œuvre de la GMV, les données cartographiques et celles à références spatiales constituent des supports d’information inéluctables. Celles issues des données satellitales sont les mieux adaptées pour le contexte régional. Ceci se justifie, d’une part, par le faible coût qu’engendre l’élaboration de cartes thématiques par la télédétection par rapport à celui engendré en utilisant les méthodes classiques, et d’autre part, par l’avantage qu’elle présente en terme de délais de réalisation. Ces avantages sont d’autant plus attractifs lorsqu’il s’agit de traiter de vastes étendues.

28Une fois le processus de la mise en œuvre de la GMV est lancé, un système de suivi doit être mis en place. La nature de l’initiative (processus de développement continu dont la réalisation peut être abordée à plusieurs niveaux) exige que ce système soit pérenne et multi-échelle. Ce système permettra également d’appuyer toutes les initiatives environnementales au niveau de la région et facilitera ainsi leur intégration. Heureusement, la région est dotée de capacités techniques permettant d’asseoir un système de suivi intégré.

29Plusieurs centres nationaux, sous-régionaux et régionaux ont été mis en place et ont développé des capacités techniques considérables leur permettant de jouer un rôle de premier ordre en matière d’exploitation des données satellitales pour le suivi de la GMV et d’autres programmes environnementaux au niveau de la région. Le savoir faire couvre les différentes échelles de travail et les différentes disciplines en rapport avec la mise en œuvre de l’initiative. AGRHYMET, à titre d’exemple, a développé des capacités considérables en matière de suivi de la sécheresse au Sahel.

30Certains pays de la région sont dotés de satellites d’observation de la terre et ont affiché leurs volontés à mettre leurs produits au profit d’initiatives régionales. L’Agence Spatiale Algérienne a montré les potentialités des images de Alsat-1 pour le suivi du programme forestier du pays. Les programmes spatiaux se développent et s’intéressent de plus en plus à la surveillance des ressources naturelles. Tant d’exemples similaires incitent à développer des systèmes d’observations basés sur les données spatiales.

31D’autre part, en appui aux systèmes spatiaux, les systèmes d’observation au niveau local émergent au niveau de la région avec le développement des observatoires locaux faisant partie de réseaux à différents niveaux. Sur la base des acquis de son programme ROSELT, l’OSS a lancé un programme pour appuyer ses pays membres dans la mise en place de dispositifs nationaux de surveillance environnementale.

32Dans ce contexte, la GMV s’avère non seulement un programme visant la réhabilitation de l’espace circum-saharien, mais aussi une opportunité pour renforcer l’intégration régionale et le renforcement du partenariat Sud-Sud.

Bibliography

AIDCCD – Active exchange of experience on indicators and development of perspectives in context of UNCCD:Report on the state of the art on existing indicators and CCD implementation in the UNCCD Annexes, Edited by Enne G and Yeroyanni M.

Ben Khatra N, 1994 : Télédétection appliquée aux statistiques agricoles tunisiennes. Mémoire de Master SILAT, ENGREF Montpellier, France.

Bennouna T, 1996 : Caractérisation et suivi des terres de parcours en milieu aride par télédétection. Cas de la cuvette de Taznakht, Anti-Atlas marocain, thèse nouveau doctorat.

Ferdinand Bonn, 1998 : Précis de télédétection, volume II : applications thématiques, Presses de l’Université du Québec, ISBN : 9782760508880

Jauffret S. 2001 : Validation et comparaison de divers indicateurs de changements à long terme dans les écosystèmes méditerranéens arides. Application au suivi de la désertification dans le sud tunisien. Thèse de doctorat, Université de Marseille III (en collaboration avec l’IRD), France. 372 p.

M’hiri A, 2005 : Concepts et outils méthodologiques d’élaboration des outils du suivi-évaluation du PAN/LCD : le tableau de problématisation de la désertification, la grille des indicateurs et le tableau de bord de la LCD : application au cas de la Tunisie.

OSS, CILSS, 2001. Indicateurs d’impact et de mise en œuvre du PAN/LCD, concepts et expériences en Afrique, Asie et Amérique latine, Ve conférence des Parties de la CCD, Genève, 1-12 octobre 2001.

OSS, 2002. Utilisation des observations locales pour le suivi-évaluation du programme d’action national de lutte contre la désertification.

ROSELT/OSS, 2004. Conception, organisation et mise en œuvre de ROSELT.

ROSELT/OSS, 2004. Un dispositif commun de surveillance de la désertification en Afrique circum-saharienne.

ROSELT/OSS, 2004. Contribution Technique 9 : Recherche d’Indicateurs de désertification par analyse comparative de quelques observateurs (ROSELT/OSS)

Tro A, Yergeau M et Goze B, 1990 : « Utilisation de la télédétection pour l’aménagement agricole au Sahel », Télédétection & Sécheresse, John Libbey Eurotext 1990, Paris. pp. 121-1.

© IRD Éditions, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540