Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Les auteurs

Texte intégral

1Soufian AL KARJOUSLI,
est linguiste et islamologue et associé à l’UMR 6173 CITERES de Tours. Il enseigne à SUPELEC Rennes et Saint-Cyr-Coëtquidan. Il a participé au FSP « Mali contemporain » dans l’axe « Patrimonialisation et stratégies mémorielles du religieux au Mali. Mises en scène de la culture religieuse et recompositions de l’identité nationale ».

2Shaka (Issaka) BAGAYOGO,
anthropologue à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA) de Bamako (Mali), professeur associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Il est auteur d’une vingtaine de publications sur le Mali en histoire, en anthropologie et en éducation dont : Les signes distincts d’une personne ; Etat et pouvoir au Mali ; La crise de l’enseignement supérieur ; Terre-terroir-territoire ; Chansons, poèmes, épopées et légitimation politique au Mali 1960-1990 ; Les jeunes et l’Etat au Mali ou les revers d’une désarticulation ; Un Africain aux champs : leçon d’un stage ; Naissance et transformation de la classe ouvrière en Afrique. Il est lauréat du prix International Fellow du Wissenchaft College Zu Berlin et Chevalier de l’ordre international des Palmes académiques du CAMES. En 2010, il est élu Expert du Forum du Tiers Monde.

3Bouréma Fasséry BALLO,
est expert statisticien responsable du traitement des données et des analyses statistiques et économétriques au sein de l’Observatoire du Développement Humain Durable (ODHD) à Bamako. Il participe à la conception et à l’analyse des enquêtes menées par l’ODHD, servant notamment à la rédaction du rapport national sur le développement humain (RNDH).

4Monique BERTRAND,
est géographe, directrice de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement. Spécialiste des questions urbaines en Afrique subsaharienne francophone et anglophone, au Mali depuis 1986, elle travaille sur les dynamiques sociales et territoriales des villes petites et moyennes, puis des grandes agglomérations.

5Jean-Etienne BIDOU,
est géographe, chercheur au sein de l’Institut de Formation et de Recherche en Education à l’Environnement (IFREE). Il travaille sur l’analyse de la pauvreté et des inégalités en milieu rural en Afrique de l’Ouest et à Madagascar. Ses recherches actuelles portent sur les articulations à différentes échelles des vulnérabilités sociales et environnementales.

6Brian BLANKESPOOR,
est spécialiste des questions d’environnement au département de la recherche de la Banque mondiale. Ses travaux portent sur les aspects spatiaux du développement en lien avec les transports, l’économie géographique, les bassins fluviaux internationaux, et le changement climatique.

7Joseph BRUNET-JAILLY,
économiste, a été de 1970 à 1986 Professeur à la Faculté des Sciences Economiques d’Aix-en-Provence, et son Doyen (1979-1983), puis à partir de 1986 Directeur de Recherches à l’IRD, et enfin son Représentant à Bamako (2000-2004). Il enseigne maintenant à Sciences-Po Paris tout en exerçant comme consultant indépendant. Son domaine de spécialité est l’économie de la santé.

8Jacques CHARMES,
est économiste et statisticien. Directeur de recherches émérite IRD au Centre Population et Développement (CEPED : Université Paris Descartes-INED-IRD), il a été antérieurement directeur du département « Sociétés et Santé » à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France) et professeur d’économie à l’Université de Versailles. Dans les années 1980 et 1990, il a participé à la conception et à l’analyse de la première enquête nationale mixte sur le secteur informel au Mali en 1989, puis à l’Enquête Malienne de Conjoncture Economique et Sociale (EMCES) en 1994. Il a été coprésident, avec le professeur Doulaye Konaté, du projet « Mali contemporain » dont les études sont la matière de cet ouvrage.

9Ibrahima CISSÉ,
socio-anthropologue, diplômé en Population et Développement est chargé de recherche à l’Institut d’Economie Rurale de Bamako. Il a travaillé sur les migrations rurales, les politiques agricoles et le développement durable au Mali. Il a réalisé de nombreuses études socio-économiques pour des aménagements hydro-agricoles et des évaluations d’impacts environnementales et sociales de projets.

10Diama CISSOUMA TOGOLA,
est Professeure de géographie à l’Université de Bamako. Ses derniers travaux ont porté sur l’étude des villes saintes du Mali, notamment à travers sa participation au programme « Patrimonialisation et stratégies mémorielles du religieux. Mises en scène de la culture religieuse et recompositions de l’identité nationale » du FSP « Mali contemporain »

11Jean-Paul COLLEYN,
est directeur d’études à l’EHESS. Il mène des recherches de terrain au Mali depuis 1972, ainsi que dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Il est l’auteur d’une trentaine de films documentaires, de 14 livres et de très nombreux articles. Films : Les Chemins de Nya, Chronique d’une saison sèche, Vivre avec les dieux. Livres : Les chemins de Nya ; Eléments d’anthropologie sociale et culturelle ; Le regard documentaire ; Bamana (visions d’Afrique) ; L’anthropologie (avec Marc Augé) ; Les chevaux de la satire.

12Baba COULIBALY,
est diplômé de l’Université de Bamako et d’Aix-Marseille Université. Docteur en géographie, il travaille sur les problématiques de la décentralisation et de la gouvernance des ressources en eau. Il est actuellement attaché de recherche à l’Institut des Sciences Humaines (ISH), et chargé de cours à la Faculté d’Histoire et de Géographie (FHG) de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion Bamako (USSGB).

13Hawa COULIBALY,
doctorante en géographie du développement, Laboratoire CESSMA (Centre d’études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques), Université Paris-Diderot sous la direction de Laurent Faret et de Stéphanie Lima. Sa thèse porte sur la participation des migrants aux actions de coopération décentralisée dans la région de Koulikoro.

14Tiéman COULIBALY,
titulaire d’une maîtrise ès lettres a commencé par enseigner dans le secondaire, avant de reprendre ses études pour obtenir un DEA puis une thèse de doctorat en sciences de l’éducation à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA). Il est désormais chercheur à l’Institut des Sciences Humaines de Bamako. Son domaine d’investigation, riche et varié, porte sur la décentralisation, la pauvreté, l’excision, les droits des femmes et des enfants, la jeunesse, les études d’impact environnemental et social.

15Christophe DAUM,
est anthropologue, maître de conférences à l’Université de Rouen. Il a été en délégation à l’Institut de Recherche pour le Développement à Bamako, pendant quatre ans (2006-2010). Ses recherches portent sur les migrations internationales des Maliens et leurs conséquences sur le changement social dans le pays d’origine.

16Mahamadou DIAWARA,
sociologue de formation, est consultant en analyse du développement, en gouvernance et action publique locale. Membre de Laboratoire Citoyennetés (Burkina Faso) et du Laboratoire Andal (Mali), il a participé à plusieurs programmes de recherche internationaux sur l’Etat, les services publics et la gouvernance démocratique et a produit plusieurs rapports sur ces questions. Il a aussi publié dans des ouvrages collectifs notamment avec : René Otayek, Filiga Michel Sawadogo et Jean Pierre Guingané (sous la direction de), Le Burkina entre révolution et démocratie (Khartala, 1996) ; René Otayek (sous la direction de), Dieu dans la Cité : dynamiques religieuses en milieu urbain ouagalais (Editions du Centre d’Etudes d’Afrique Noire, 1999). Sa dernière parution, cosignée avec Isaline Bergamaschi, porte sur l’intervention militaire française au Mali, The French Military Intervention in Mali : Not Exactly Françafrique, But Definitely Post-colonial, in Bruno Charbonneau and Tony Chafer, Peace Operations in the Francophone World : Global Governance meets Post-colonialism (Routledge, 2013). Ses travaux actuels portent sur la recomposition du champ politique malien suite à la crise de 2012.

17Elina DJEBBARI,
après une thèse en ethnomusicologie, soutenue en 2013 à l’EHESS, sur les politiques culturelles au Mali à travers la patrimonialisation et la spectacularisation des musiques et des danses « traditionnelles » au sein du Ballet national et des troupes privées, est chercheure associée post-doctorante au King’s College de Londres au sein du projet Modern Moves (Conseil Européen de la Recherche, dir. Ananya Jahanara Kabir).

18Anne DOQUET,
est anthropologue, chercheuse à l’IRD, membre de l’Institut des Mondes Africains (IMAF, EHESS, Paris). Depuis 2001, ses recherches se sont concentrées sur les mises en scène de l’authenticité au Mali et sur les recompositions identitaires liées au développement du tourisme. Elle s’intéresse parallèlement à la place des représentations de l’Occident dans les constructions identitaires du Mali contemporain, particulièrement dans les rapports de genre. Elle a notamment publié Les masques dogon : ethnologie savante et ethnologie autochtone (Paris : Karthala, 1999).

19Isabelle DROY,
est socio-économiste à l’IRD (UMI Résiliences) et chercheure associée au LAM (Les Afriques dans le Monde). Ses travaux sont orientés sur l’analyse des nouvelles formes de vulnérabilité et d’inégalités (notamment de genre) en milieu rural en Afrique de l’Ouest et à Madagascar, dans un contexte de rapides changements socio-économiques et environnementaux. Elle conduit aussi des recherches méthodologiques sur les observatoires socio-économiques. Parmi ses publications récentes : Bidou J.-E., Droy I. (2013) De la vulnérabilité individuelle aux syndromes de vulnérabilité : quelles mesures ? Revue Tiers Monde, no 213, janvier-mars, 123-142.

20Assa GAKOU DOUMBIA,
statisticienne, est actuellement Chef du Département des Statistiques Démographiques et Sociales à l’Institut National de la Statistique (INSTAT) du Mali. Ses travaux portent sur les questions sociales, notamment la pauvreté, l’emploi et la migration au Mali.

21Rémi GENEROSO,
est docteur en économie de l’Université de Versailles, actuellement en post-doc à Economix (Université Paris Ouest). Il travaille sur la thématique des migrations et du changement climatique en Afrique de l’Ouest.

22Vincent GERONIMI
est maître de conférences en économie, habilité à diriger les recherches (HDR), directeur-adjoint du Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités (CEMOTEV/Université de Versailles St Quentin), et membre du Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement (GEMDEV). Il travaille sur la thématique du développement soutenable, appliqué aux économies rentières et aux économies insulaires.

23Gilles HOLDER,
est anthropologue au CNRS et chercheur à l’Institut des Mondes Africains. Il a coordonné le projet PUBLISLAM sur les espaces publics religieux en Afrique de l’ouest et publié notamment : Chérif Ousmane Madani Haïdara et l’association islamique Ançar Dine (2012) ; Un pays musulman en quête d’État-nation (2013). Il vient de codiriger avec Moussa SOW L’Afrique des laïcités (2014).

24Youssouf KAREMBE,
est doctorant à l’Institut Supérieur de Formation à la Recherche Appliquée (ISFRA) de Bamako. Il est chargé d’animation pédagogique à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports de Bamako où il intervient également comme chargé de cours. Il s’intéresse aux dynamiques sociales qui ont un impact sur le développement local à travers les réformes politiques dont la démocratisation et la décentralisation. Il a été lauréat :

  • de l’Institut d’études sur l’enfance et la jeunesse du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à Dakar en 2006
  • de l’Université d’été du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), à Niamey en 2012.
  • de l’Institut sur la gouvernance démocratique du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à Dakar, Sénégal, en 2012.

25Yada KASSOGUE,
est doctorante à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Elle s’est toujours intéressée au phénomène de migration féminine chez les dogon depuis la préparation de son master d’anthropologie à l’Université de Bamako. Des parties de sa thèse ont été présentées dans différents colloques au Mali, en France et en Allemagne. Le chapitre qui paraît dans le présent livre est aussi tiré de cette même thèse.

26Amadou KEITA,
est Maître de Conférences à l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako et Coordinateur Général du Groupe d’Etude et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA). Chercheur et écrivain, il est auteur ou co-auteur de plusieurs publications. Depuis 2012, il est membre de la Cour Constitutionnelle du Mali.

27Amaga Doguélou KODIO,
titulaire d’un D.E.A. de l’Université de Liège et d’un Doctorat de l’Université de Bamako, dirige depuis 2004 le Programme Ressources Halieutiques (PRH) de l’Institut d’Economie Rurale (IER). Ses travaux portent sur le transfert des technologies aquacoles, sur la bio-écologie des ressources halieutiques et sur le développement de méthodologies pour le suivi des pêcheries.

28Doulaye KONATE,
est historien et archéologue. Docteur ès Lettres de l’Université d’Aix-en-Provence (France), il est Professeur à la Faculté d’histoire et de géographie de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako. Il a enseigné précédemment à l’Ecole Normale Supérieure de Bamako. Il a aussi occupé les fonctions d’Inspecteur général de l’éducation pour l’histoire et la géographie. Ancien Recteur de l’Université de Bamako, il est actuellement Président de l’Association des historiens du Mali (ASHIMA) et Président de l’Association des Historiens Africains (AHA). Auteur et coauteurs de nombreux ouvrages, il est l’un des contributeurs de l’ouvrage « Les manuscrits de Tombouctou : secrets, mythes et réalités » et il a dirigé l’ouvrage collectif « Le Mali entre doutes et espoirs », tous deux parus en 2013. Avec Jacques Charmes, il a présidé le comité scientifique du projet de recherches « Mali contemporain »

  • 1 Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires – Centre Interdisciplinaire d’Etud (...)

29Stéphanie LIMA,
est maître de conférences en géographie et aménagement à l’Université Champollion d’Albi et membre du LISST-Cieu1 de l’Université de Toulouse. Elle a travaillé sur la décentralisation au Mali et particulièrement sur le découpage communal, mais aussi sur les circulations migratoires et les territorialités des migrants. Coulibaly Hawa et Lima Stéphanie « Crise de l’État et territoires de la crise au Mali », EchoGéo mis en ligne le 27 mai 2013, URL : http://echogeo.revues.org/​. Lima Stéphanie, 2013, Un Etat faible, des territoires en devenir, in Gonin Patrick, Kotlok Nathalie. & Pérouse de Montclos Marc-Antoine, (dirs.) La tragédie malienne, Paris, Vendémiaire, pp. 93-111

30Claire MAINGUY,
est maître de conférences en économie, habilitée à diriger les recherches (HDR), membre du Bureau d’économie théorique et appliquée (BETA/Université de Strasbourg). Elle est aussi membre du Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement (GEMDEV), réseau multidisciplinaire de chercheurs sur le développement. Elle travaille sur l’insertion asymétrique des pays les moins avancés dans les échanges internationaux et notamment sur les filières cotonnières en Afrique de l’Ouest.

31Sandrine MESPLÉ-SOMPS,
est chercheur économiste à l’IRD au sein de l’UMR IRD-Université Paris Dauphine, DIAL (Développement, Institutions et Mondialisation). Ses recherches portent sur les questions de pauvreté, d’inégalités, d’urbanisation et d’impact de la migration en Afrique.

32Pierre MORAND,
écologue et docteur en biostatistiques (Paris 7), a développé des modèles de dynamique des ressources halieutiques continentales. Il étudie actuellement les vulnérabilités des communautés de pêcheurs ouest-africains faisant face aux différentes dimensions du changement global. Il réalise des expertises sur les enquêtes statistiques de recensement et de suivi des pêcheries artisanales

33Emmanuelle OLIVIER,
est ethnomusicologue au CNRS, membre du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage. De 2009 à 2013, elle a coordonné le projet ANR GLOBAMUS « Création musicale, circulation et marchés d’identité en contexte global ». Elle a récemment dirigé l’ouvrage Musiques au monde. La tradition au prisme de la création (2012) et un numéro de Volume ! La revue des musiques populaires sur « Auteurs, œuvres et droits en tension : musique et danse dans la globalisation » (2014).

34Anne OUALLET,
est Professeure de géographie à l’Université de Rennes 2 et chercheure dans l’UMR, CNRS, ESO Espace et Société ESO, UMR 6590. Ses derniers travaux se sont inscrits dans l’axe « Patrimonialisation et stratégies mémorielles du religieux au Mali. Mises en scène de la culture religieuse et recompositions de l’identité nationale » du FSP « Mali contemporain »

35Pierre PRUD’HOMME,
est doctorant en anthropologie à l’Université Aix-Marseille, au sein de l’Institut des Mondes Africains (IMAF, CNRS – UMR 8171). A partir d’un terrain auprès des associations islamiques à Bamako, sa thèse porte sur les transformations de la sphère islamique malienne à la lumière de la crise que traverse le pays depuis 2012.

36Anne-Sophie ROBILLIARD,
est chercheur, économiste à l’IRD au sein de l’UMR IRD-Université Paris Dauphine, DIAL (Développement, Institutions et Mondialisation). Ses recherches portent sur l’analyse du marché du travail et l’impact des politiques publiques de lutte contre la pauvreté.

37Harris SELOD,
est économiste sénior au département de la recherche de la Banque mondiale. Jusqu’en 2008, il était chercheur à l’INRA et professeur associé à l’Ecole d’Economie de Paris. Ses travaux récents portent sur les droits fonciers, les transports, et l’urbanisation des pays en développement.

38Famory SINABA,
est chercheur agroéconomiste à l’Institut d’Economie Rurale (IER) du Mali. Ses recherches portent sur les dynamiques des systèmes de production et de consommation, l’organisation et les performances des chaînes de valeur, l’évaluation d’impacts des politiques et systèmes d’innovation agricoles. Il s’intéresse aussi à l’appui conseil aux organisations paysannes et aux agro-entrepreneurs, et réalise des expertises sur les stratégies de marketing et de business inclusif dans les chaînes de valeur agricoles. Il étudie actuellement les vulnérabilités et les stratégies de résiliences des socio-éco-systèmes face aux changements climatiques, aux fluctuations des marchés, à l’évolution des politiques publiques et à l’émergence du secteur de l’action collective.

39Sadio SOUKOUNA,
est doctorante en Science politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle est rattachée à l’institut des modes africains (IMAF) et au laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers. Sous la direction de Jérôme Valluy et de Patrick Gonin, elle prépare une thèse intitulée « L’inscription des enjeux migratoires dans l’action publique internationale des collectivités territoriales françaises au Mali. Cas d’étude de la coopération entre les communes de la Région Ile de France et les localités de Kayes (Mali) ».

40Mamy SOUMARE,
est géographe, enseignant au département de géographie de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako, chercheur associé au laboratoire Sotubagis (Institut d’Economie Rurale), président du Réseau de Compétence en Ingénierie du Développement Territorial et de l’Information spatialisée en Afrique de l’Ouest (RIDGIS). Il a conduit plusieurs recherches sur l’agriculture et la gestion des ressources naturelles par les acteurs locaux en Afrique de l’Ouest.

41Moussa SOW,
ancien étudiant de l’Université de Lyon. II est Directeur de Recherche à l’Institut des Sciences Humaines du Mali, actuellement responsable du programme : « Chefferies périphériques et Etat de Ségou ».
Principales publications :

  • Dolores Koenig, Tieman Diarra, Moussa Sow : Individuality and Innovation in African Development. Changing production strategies in rural Mali, University of Michigan Press, 1998. (ce livre résulte en partie de nos travaux de suivi sur le terrain du processus de recasement des populations des villages déplacés lors de la construction du barrage de Manantali) ;
  • Sosso village et Sosso royaume : quels rapports ? Numéro Spécial de la revue Etudes Maliennes, no 66, 2007 ;
  • Chefferies périphériques et Etat de Ségou : quelles relations ?, Numéro Spécial de la revue Etudes Maliennes, no 73, 2010 ;
  • Alain Le Pichon, Moussa Sow : Le renversement du Ciel, préface de Umberto Eco, CNRS Editions, 2011
  • Gilles Holder, Moussa Sow (sous la direction de) : L’Afrique des laïcités – Etat, religions et pouvoirs au Sud du Sahara, Editions Tombouctou et IRD-Editions, 2013.

42Arouna SOUGANE,
est Chef de la Cellule de Coordination et de Coopération Technique et Institutionnelle à l’Institut National de la Statistique du Mali. Titulaire d’un DEA en macroéconomie appliquée et d’une maîtrise en économétrie, il est doctorant à l’Université Paris-Dauphine. Il a participé à la conception et à la réalisation de plusieurs enquêtes auprès des ménages. Il est coauteur de plusieurs articles : Multiples dimensions de la pauvreté, gouvernance et démocratie : le point de vue de la population malienne DT DIAL/2008-06, www.dial.ird.fr/content/download/49581/380077/ (avec Mathias Kuepie et Emmanuelle Lavallée) ; Mobilisation associative et politique des citoyens maliens : les disparités socioéconomiques et régionales, Les Cahiers du CEPS/INSTEAD no 2010-08 (avec Mathias Kuepie), http://www.ceps.lu/​?type=module&id=104&tmp=1524 ; Pauvreté multidimensionnelle et conditions de vie au Mali (2001-2006) PPMA 11262, 59 p. http://portal.pep-net.org/​projects/​view/​zone/​public/​id/​11262 (avec Kassim Dabitao, Aoua Dembélé et Fadimata Haidara) ; Participation citoyenne au Mali : entre mobilisation associative et engagement politique, Lien social et Politiques, no 71, 2014. http://www.erudit.org/​revue/​lsp/​2014/​v/​n71/​1024746ar.html?vue=resume&mode=restriction (avec Mathias Kuepie)

43Gilles SPIELVOGEL,
est maître de conférences en économie à l’Institut d’études du développement économique et social (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur la géographie économique des pays en développement et sur les déterminants économiques et politiques des migrations internationales.

44Céline THIRIOT,
est maître de conférences en Sciences Politiques à Sciences-Po Bordeaux et chercheure au laboratoire : Les Afriques dans le Monde (LAM-UMR du CNRS). Ses recherches en politique comparée portent sur les processus de transition politique et les modalités de la participation politique dans les nouveaux régimes mis en place en Afrique depuis les années 90. Elle a piloté avec Amadou Keita le programme « Etat en action, Etat en consolidation » dans le cadre du FSP Mali Contemporain.

45Kadari TRAORÉ,
est enseignant-chercheur à la Faculté de droit privé, Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako. Titulaire de deux DEA (droit privé et sociologie), il finalise sa thèse de doctorat en Science Politique à l’Université de Bordeaux. Coordinateur général adjoint du Groupe d’Etude et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA), il a participé à plusieurs programmes de recherche sur les politiques publiques et les réformes de l’Etat au Mali et dans la sous-région ouest-africaine.

Notes

1 Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires – Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540