Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Conclusion. Le Mali contemporain, un grand chantier pour la recherche

Joseph Brunet-Jailly, Jacques Charmes et Doulaye Konaté

Texte intégral

  • 1 La comparaison est empruntée à Paul Veyne : Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Editions du Seu (...)

1Le présent ouvrage donne une idée de ce que peut apporter la recherche à la connaissance de la société : les chercheurs en sciences sociales sont capables d’enquêter au plus près de la population, et de synthétiser leurs observations en offrant au lecteur un tableau beaucoup plus complet que ce que chacun peut remarquer autour de soi. Ils prennent le temps nécessaire au recueil d’observations de qualité, et travaillent en utilisant des méthodes qui garantissent la fiabilité de leurs résultats, et en respectant des principes éthiques assurant si nécessaire l’anonymat des répondants et la franchise de leurs réponses. Comme les premiers historiens, comme les reporters aujourd’hui1, les chercheurs enquêtent et décrivent la société : c’est le fait que leurs observations sont guidées par des hypothèses parfois très précises, et que les conditions de l’observation sont rigoureusement définies, qui distingue le travail d’un chercheur de celui d’un reporter, sur qui par ailleurs pèse une contrainte de temps parfois très contraignante.

2Au moment où s’organisait le colloque conclusif du projet qui devait aboutir à cet ouvrage paraissait à Bamako, aux éditions Tombouctou, un volume dirigé par Doulaye Konaté et intitulé « Le Mali entre doutes et espoirs : réflexions sur la Nation à l’épreuve de la crise du Nord ». Ce volume montrait que quelques chercheurs Maliens (et un Français) avaient été incités par les évènements que vivait alors le Mali à mettre à la disposition du public – et éventuellement des décideurs, s’ils étaient soucieux de nourrir leur propre réflexion à des sources autres que les expertises foisonnantes–, les connaissances qu’ils avaient rassemblées et les interprétations qu’ils pouvaient en proposer. Une telle initiative, s’apparentant à une prise de parole dans une assemblée d’ordinaire muette, était tout-à-fait remarquable : les chercheurs et universitaires du groupe se montraient disposés à partager avec le public et avec les décideurs leurs analyses et les conclusions qu’on devrait en tirer pour l’action publique. L’initiative affichait clairement la volonté de ses auteurs de contribuer à la promotion d’un débat citoyen démocratique large. Cet ouvrage pouvait aussi nourrir la réflexion des décideurs, pour autant qu’ils y trouveraient un quelconque intérêt.

3En publiant « Le Mali entre doutes et espoirs » l’an dernier, et aujourd’hui le présent volume, les chercheurs ont fait le premier pas, les uns en citoyens pleinement engagés dans la vie – et dans les malheurs– de leur société, les autres, étrangers, soucieux eux aussi de contribuer à la sortie de crise, tout en restant à la place qui peut leur être faite.

***

4Comme on l’a rappelé dans l’introduction à cet ouvrage, la plupart des rencontres phares du projet Mali contemporain – et c’était le cas évidemment pour le colloque conclusif– ont été l’occasion d’un large échange avec la presse et le public, mais assez peu avec les décideurs, qui prennent rarement part aux débats qu’occasionne ce type de réunions, n’en assurant la plupart du temps que les moments les plus formels (ouverture et clôture officielles qui ne constituent pas vraiment des temps de discussion). Pourtant les deux années récentes ont été l’occasion de grands débats au Mali.

5Parmi ces rencontres, les assises nationales et les états généraux de la décentralisation qui offraient l’occasion aux différentes composantes du pays de débattre librement des problèmes de la nation éprouvée par la crise, et de proposer des solutions de sortie de crise ainsi que des modalités d’organisation du vivre-ensemble. Même si certaines propositions du gouvernement y étaient en discussion, ces différentes Assises n’avaient pas pour objectif de mettre au point un programme d’action. Mais elles ont joué un rôle important au plan de la restauration symbolique de l’unité de la nation, et à ce titre elles ont constitué un test pour nombre de ressortissants des régions du Nord (y compris ceux venus des camps de réfugiés des pays voisins) : ils saisissaient cette occasion pour réaffirmer leur appartenance au Mali face à un Etat dont certains estimaient qu’il les avait un temps abandonnés à leur sort suite à l’occupation des djihadistes et de leurs alliés qui tentaient de les soumettre à leurs agendas respectifs. Pour ceux qui, craignant pour leur sécurité, avaient hésité à venir, la démonstration a été faite qu’ils pouvaient participer en toute sécurité à de telles rencontres à Bamako, faire part de leurs desiderata sur la gouvernance, et débattre de l’avenir de leur pays.

6Les thèmes en débat, le mode d’organisation (inclusif) et l’atmosphère qui a régné pendant ces réunions ont assuré à ces rencontres leur dimension éminemment politique. Les débats ont effectivement permis d’exprimer librement des opinions très diverses sur le diagnostic de la situation, en faisant cas d’expériences concrètes et en précisant à quelles conditions le pays pourrait se reconstruire et parvenir à la réconciliation. Le simple fait d’exprimer publiquement des oppositions frontales au sein de la société sur le rôle des uns et des autres dans la mal gouvernance, qui a conduit à l’effondrement du pays, et d’en débattre, représentait une évidente libération de la parole, ce qui, on l’a lu plus haut, n’est pas banal au Mali.

7Il faut comprendre aussi l’absence de direction des débats, qui a été relevée par certains observateurs. Elle s’imposait en raison de la fragilisation du corps social liée à la crise et de la défiance de nombre de participants à l’égard de l’autorité de l’Etat : le moindre soupçon de « caporalisation », qu’aurait pu susciter chez les participants (soucieux de s’exprimer librement après tant d’années de faux fuyants) une volonté affirmée, de la part des représentants du gouvernement, de peser sur les débats, aurait condamné l’exercice à prendre fin prématurément. C’est pourquoi les sessions en plénière n’avaient pas de président, mais bien des modérateurs, la différence n’étant pas que sémantique.

8Il faut donc bien le reconnaitre : de très larges débats ont eu lieu, à l’initiative du gouvernement, et en dehors de l’Assemblée comme en dehors des partis. Après ce travail de large consultation politique, il reste cependant au gouvernement la tâche de concevoir des stratégies qui s’attaquent effectivement aux problèmes identifiés, et de mettre au point les solutions appropriées et leurs modalités d’exécution. Les résultats des recherches en sciences sociales peuvent s’avérer d’une certaine utilité dans l’approche de ces solutions ; alors, les chercheurs pourraient à nouveau contribuer, à leur façon, à la sortie de crise.

***

9S’il est vrai que les problèmes politiques doivent se régler par le débat politique, et non pas par les armes ou par toute autre forme de violence, l’ambition de chercheurs soucieux de contribuer à la sortie de crise ne peut être que de nourrir ce débat, en y apportant ce qui peut résulter de leur travail, une vue synthétique des problèmes, une vue plus large et mieux étayée que celle dont dispose chaque observateur individuel. Tel a été le rôle qu’a joué – et que continue à jouer– le livre « Le Mali entre doutes et espoirs » puisque de nombreux débats ont été organisés autour de cette publication, à l’initiative de groupes et institutions les plus divers, au Mali et à l’étranger. Le projet « Mali contemporain » avait également l’ambition de participer à l’épanouissement d’un espace de débat pour favoriser l’émergence d’une vraie opinion publique.

  • 2 Comprendre : Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté, document de base (...)
  • 3 On peut penser en particulier aux auteurs d’ouvrages tels que : Charles Gremont, André Marty, Rhis (...)

10Evidemment, il faut reconnaître aussi que le présent volume ne couvre pas, et pas plus que celui qui a été dirigé par le Recteur Doulaye Konaté, la totalité des problèmes du Mali contemporain. Chacun y aura remarqué, par exemple, que les problèmes spécifiques du Nord ne sont qu’évoqués dans « Le Mali entre doutes et espoirs », et sont absents du présent volume. De même, alors que la société est travaillée par le prosélytisme islamique, les chercheurs n’ont pas enquêté auprès des jeunes prêcheurs, marabouts, imams avec l’attention qu’ils ont portée aux jeunes en général ; ou encore, la stratégie de développement n’est pas abordée dans ces ouvrages alors que d’une part les CSCRP2 mériteraient une sérieuse analyse critique et d’autre part l’évolution du contexte écologique du Sahel exigerait d’être sérieusement prise en considération ; et la liste des questions qui restent à examiner n’en est ici qu’à ses premières lignes. Pour aider à faire le diagnostic approfondi de la crise, et à dégager les axes d’une sortie de crise, il faudrait donc à l’évidence en appeler à la totalité de la communauté des chercheurs3.

***

11Pour cette raison, il serait important d’amplifier la dynamique enclenchée par le projet Mali contemporain, de recherches en sciences sociales et de la collaboration internationale, « notamment au travers d’un soutien multiforme aux jeunes chercheurs maliens qui se sont investis avec enthousiasme dans les activités du projet ». Telle est la demande que les chercheurs voudraient adresser aux promoteurs de ce projet.

12En effet, la crise malienne a mis en évidence la nécessité et même l’urgence pour les chercheurs maliens de travailler à une meilleure connaissance des différentes communautés de leur pays. L’absence d’informations précises sur les communautés du nord, relevée tant au niveau du présent ouvrage que du précédent cité, est tout à fait illustrative de ce déficit de connaissances qui ne peut se combler que par la détermination à entreprendre, sur ces sujets, un travail de longue portée. Les chercheurs maliens ont expérimenté que, autant le regard de l’autre peut leur être utile pour mieux comprendre un certain nombre d’aspects des réalités sur leur propre pays, – et la préparation de cet ouvrage leur a beaucoup appris à cet égard–, autant il leur est insupportable que ce pays leur soit indéfiniment raconté, à eux-mêmes et au monde, par autrui, comme on l’a vu au cours de la crise, avec l’apparition de nuées d’« experts du Mali », d’experts en tous genres à vrai dire, dont certaines analyses, largement relayées par de grands médias internationaux, ont contribué, par leur caricaturale simplicité, à donner aux Maliens l’impression d’être étrangers à eux-mêmes. C’est le cas pour cette supposée confrontation entre sudistes sédentaires et nordistes nomades, ou encore plus simplement entre blancs situés au nord et noirs au sud. La connaissance des différentes communautés ethnoculturelles maliennes, telles que les touarègues par exemple, est encore aujourd’hui largement tributaire des descriptions qu’en ont laissées les administrateurs coloniaux, et les travaux récents produits à leur sujet au Mali sont plutôt rares. Or la connaissance documentée de l’histoire et des habitus des différentes communautés du pays contribuerait sans nul doute, une fois largement diffusée dans la population, à changer les regards que les uns ont sur les autres, ce qui renforcerait l’« inter-culturalité » au bénéfice du « vivre ensemble. » Une telle base de documentation constituerait aussi un outil précieux aux mains des décideurs et des partenaires dans la gestion de la « diversité » malienne.

13Terminons en signalant à quel point aussi les recherches sur le Mali contemporain ont montré l’extrême utilité qu’aurait l’écriture d’une histoire récente du Mali, car un manque traverse l’ensemble de l’ouvrage. En effet la plupart des auteurs ont tenté, chacun à sa manière, de résoudre cette incontournable question du temps plus ou moins long dans lequel ils inscrivaient leur objet. Mais leurs différents développements font apparaître clairement que la compréhension de ce qui se passe aujourd’hui au Mali tient non seulement du temps long, mais aussi de temporalités plus proches définies par des événements marquants tels que la colonisation et la décolonisation, qui marquent le début de la construction de l’Etat-Nation malien, à travers différents régimes politiques ; évènement marquant aussi, assurément, l’accélération de l’insertion dans le monde globalisé sous la pression des bailleurs. La lisibilité de l’actualité malienne ne peut donc se passer de la connaissance des tendances lourdes qui ont marqué ces tournants successifs.

14Or, précisément, la période qui va de l’après-guerre (1946) à nos jours, cette période qui est certainement la mieux fournie en documents d’archives, est paradoxalement aussi la moins connue, parce que la moins étudiée de l’histoire du Mali. Les raisons en sont certainement nombreuses, mais la principale semble être la difficulté intrinsèque reconnue à l’étude de l’histoire des temps présents, surtout dans un pays où les mises en récit du passé font toujours l’objet de beaucoup de passions dont le présent est l’enjeu principal. Cette recherche transdisciplinaire sur le Mali contemporain participe concrètement de l’ouverture de ce chantier et fait donc l’obligation aux historiens d’une mise en perspective de précieuses données recueillies et analysées à travers les diverses contributions.

***

15Il ne fait aucun doute que le Mali dispose, dans les sciences sociales, si utiles pour se situer dans un monde globalisé en train de se réorganiser de fond en comble, d’une capacité de recherche sous-utilisée. Il suffit d’une initiative et de quelques moyens pour la mobiliser, comme le programme « Mali contemporain » l’a montré. Mais il y a une condition, et ce programme la respectait, et son succès en est résulté : ce sont les chercheurs eux-mêmes, à l’occasion d’un séminaire initial largement ouvert, qui ont énuméré les thèmes de recherche qui leur paraissaient prioritaires. Cette liberté est décisive, car dès qu’un thème est commandé, le chercheur est contraint et sa liberté d’investigation est compromise.

16A l’évidence, le Mali contemporain constitue un immense champ d’investigation pour les chercheurs ! Et le Mali contemporain gagnerait à écouter ses chercheurs !

Notes

1 La comparaison est empruntée à Paul Veyne : Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Editions du Seuil 1983 (Points-Seuil Essais, 2014)

2 Comprendre : Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté, document de base exigé de chaque pays bénéficiaire d’une aide du système des Nations-Unies (Banque Mondiale, FMI, etc)

3 On peut penser en particulier aux auteurs d’ouvrages tels que : Charles Gremont, André Marty, Rhissa Ag Mossa, Younoussa Hamara Toure : Les liens sociaux au Nord Mali, Karthala, 2004 ; Marty, A. : de la rébellion à la paix au Nord-Mali, l’indispensable complémentarité de l’Etat et de la société civile, in Châtaigner, J.M., Magro, H., Etats et Sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement, Karthala, 2007 (p. 291-306) ; André Bourgeot (dir.), Horizons nomades en Afrique sahélienne. Sociétés, développement et démocratie, Paris, Karthala, 1999, 491 p. ; Marc Raffinot : Croissance et réduction de la pauvreté au Mali : quelques éléments de réflexion, Canadian Journal of Development Studies, Revue canadienne d’études du développement, vol XXVII, no 4, 2006, p. 551-565.

Auteurs

Économiste, a été de 1970 à 1986 Professeur à la Faculté des Sciences Economiques d’Aix-en-Provence, et son Doyen (1979-1983), puis à partir de 1986 Directeur de Recherches à l’IRD, et enfin son Représentant à Bamako (2000-2004). Il enseigne maintenant à Sciences-Po Paris tout en exerçant comme consultant indépendant. Son domaine de spécialité est l’économie de la santé.

Économiste et statisticien. Directeur de recherches émérite IRD au Centre Population et Développement (CEPED : Université Paris Descartes-INED-IRD), il a été antérieurement directeur du département « Sociétés et Santé » à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France) et professeur d’économie à l’Université de Versailles. Dans les années 1980 et 1990, il a participé à la conception et à l’analyse de la première enquête nationale mixte sur le secteur informel au Mali en 1989, puis à l’Enquête Malienne de Conjoncture Economique et Sociale (EMCES) en 1994. Il a été coprésident, avec le professeur Doulaye Konaté, du projet « Mali contemporain » dont les études sont la matière de cet ouvrage.

Historien et archéologue. Docteur ès Lettres de l’Université d’Aix-en-Provence (France), il est Professeur à la Faculté d’histoire et de géographie de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako. Il a enseigné précédemment à l’Ecole Normale Supérieure de Bamako. Il a aussi occupé les fonctions d’Inspecteur général de l’éducation pour l’histoire et la géographie. Ancien Recteur de l’Université de Bamako, il est actuellement Président de l’Association des historiens du Mali (ASHIMA) et Président de l’Association des Historiens Africains (AHA). Auteur et coauteurs de nombreux ouvrages, il est l’un des contributeurs de l’ouvrage « Les manuscrits de Tombouctou : secrets, mythes et réalités » et il a dirigé l’ouvrage collectif « Le Mali entre doutes et espoirs », tous deux parus en 2013. Avec Jacques Charmes, il a présidé le comité scientifique du projet de recherches « Mali contemporain »

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540