Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Quatrième partie. Migrations, urbanisation, transferts

Migrations et transferts : un état des lieux

Arouna Sougane

Texte intégral

1Les mouvements migratoires sont une réalité sociale de première importance au Mali. La situation géographique du pays à l’intersection des grands axes marchands entre le Maghreb et l’Afrique Subsaharienne et le mode d’utilisation de l’espace, comme partout dans le sahel ont été les principaux facteurs de la migration bien avant la période coloniale. La colonisation, en faisant du Mali un pourvoyeur de main-d’œuvre pour les pays voisins de la sous-région, a contribué à ouvrir ce mouvement vers l’extérieur et à façonner son orientation et sa composition.

2Les sécheresses récurrentes depuis les années 1970 et les évolutions dans les domaines économique, politique et social, ont fait apparaître des nouvelles formes de mobilité et des nouveaux comportements migratoires, ce que Gonin et Kotlock (2013) appellent « la mondialisation par le bas ». Malgré son importance dans la vie socioéconomique du pays, les statistiques disponibles pour mesurer la migration sont parcellaires et controversées.

3Plusieurs travaux ont été réalisés pour établir le profil migratoire au Mali (Ballo, 2009 ; Cissé et Doumbia, 2012) sur la base des données du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH), qui ne renseigne que les migrations internationales des cinq dernières années, ou utilisant des enquêtes plus anciennes abordant le sujet de façon très partielle. Notre étude mobilise les données d’une enquête représentative au niveau national qui traite le sujet de manière plus détaillée. Il s’agit de l’Enquête Modulaire et Permanente auprès des Ménages (EMOP), menée par l’Institut National de la Statistique (INSTAT) en 2011.

4Le présent chapitre est organisé en cinq sections. Dans une première section, nous présentons les différentes mesures de la migration. Les tendances actuelles des migrations interne et internationale et les caractéristiques des migrants sont exposées respectivement dans les deuxième et troisième sections. La quatrième présente les principales destinations des migrants et la cinquième étudie l’ampleur des transferts envoyés par les migrants et les différences de niveaux de vie qu’ils sont susceptibles d’engendrer entre les ménages bénéficiaires et les non bénéficiaires.

Mesure des migrations au Mali : atouts et limites de l’EMOP 2011

5Au Mali, avant l’EMOP 2011, la seule enquête, à couverture nationale, spécifiquement dédiée à l’étude de la migration avait été réalisée en 1992-1993 dans le cadre du Réseau Migrations et Urbanisation en Afrique de l’Ouest (REMUAO) : l’Enquête Malienne sur la Migration et l’Urbanisme (EMMU). Depuis lors, seuls les deux Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat (RGPH 1998 et 2009) et quelques enquêtes nationales avaient abordé le sujet, mais de façon parcellaire et indirecte tant sur le plan de la mesure que des concepts utilisés.

Définition de quelques concepts sur la migration (inspiré de l’EMMU)
La migration : La migration se définit comme le fait pour un individu de changer d’espace de vie habituel durant une période de temps donnée. En considérant l’espace national, tout changement de résidence à l’intérieur de cet espace, pour une certaine durée minimale, est une migration interne. Lorsque le changement s’effectue en dehors de cet espace, on parle de migration externe (ou internationale).
La migration durée-de-vie : Le migrant durée-de-vie est tout individu qui a effectué une migration à un moment donné de sa vie. Si l’individu se trouve à nouveau à son lieu de naissance au moment de l’enquête, il est appelé migrant de retour.
La migration récente ou ancienne : elle est dite récente lorsqu’elle s’est effectuée au cours des cinq dernières années ; au-delà de cinq ans, elle est dite ancienne.

  • 337 Le recensement permet également d’obtenir l’effectif de la population étrangère vivant au Mali, ce (...)

6En renseignant sur le lieu de naissance, la durée de résidence, les lieux de résidence antérieure et actuelle, le RGPH permet d’obtenir des statistiques sur la migration interne avec le dénombrement des personnes ayant changé de résidence à un moment donné de leur vie337. En 2009, le recensement comporte une section sur l’émigration internationale qui renseigne sur les départs à l’étranger de membres des ménages au cours des cinq dernières années. Mais il ne permet pas de connaître, de façon exhaustive, l’effectif des Maliens vivant à l’extérieur car il ne comptabilise ni les résidents maliens à l’extérieur depuis plus de cinq ans, ni les personnes de nationalité malienne nées et résidant à l’étranger, ni celles dont le ménage dans son entier a migré. En ce qui concerne la migration interne, le RGPH ne l’appréhende qu’entre cercles et non entre villages (alors que le village constitue la plus petite entité administrative).

7Sans avoir un objectif spécifiquement dédié à l’étude du phénomène, deux enquêtes nationales appréhendent sommairement la migration : l’Enquête Permanente sur l’Emploi auprès des Ménages (EPAM) et l’Enquête Agricole de Conjoncture (EAC). La première permet juste de distinguer les individus qui ont effectué un séjour de plus de six mois en dehors de leur lieu de résidence actuelle.

  • 338 L’EAC dont l’objectif est de fournir les données détaillées sur les caractéristiques conjoncturell (...)

8Depuis le Recensement Général de l’Agriculture (RGA) en 2004, l’EAC338 a un volet sur la vulnérabilité qui inclut une section concernant la migration : elle collecte des informations sur les membres du ménage vivant en dehors de leur localité depuis plus de six mois : destination, motif de départ, envois de fonds et leur utilisation. Cependant, cette enquête ne concerne que les ménages agricoles.

  • 339 En 2001, a eu lieu le Recensement Administratif à Caractère Electoral (RACE)

9D’autres sources permettent d’évaluer la migration internationale au Mali : le Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil339 (RAVEC) et les enregistrements réguliers au niveau des représentations diplomatiques et des services d’émigration et d’immigration (police des frontières). Le RAVEC n’a pas réussi à enrôler tous les Maliens vivant à l’extérieur du fait des problèmes techniques et politiques, mais également à cause de la réticence de certains migrants à être enregistrés dans des fichiers informatisés dont l’usage pourrait être détourné des objectifs énoncés. Par exemple, les émigrés en situation irrégulière ne sont pas prêts à alimenter des bases informatiques qui pourraient attirer l’attention de l’administration du pays d’accueil et favoriser leur reconduction à la frontière.

10Le tableau 1 donne un aperçu de quelques sources de données sur la migration au Mali depuis 2005. Il montre que la diversité des définitions et de la couverture géographique retenues rend difficile la comparaison des données obtenues et l’estimation du nombre exact des migrants maliens. La Banque mondiale qui définit un migrant comme une personne vivant dans un autre pays que celui de sa nationalité, estime à plus d’un million le nombre de migrants maliens en 2010, dont plus de 600 000 résideraient dans les pays voisins. Le RAVEC qui adopte une définition similaire n’a dénombré qu’un peu plus de 265 000 électeurs maliens établis à l’extérieur. Même s’il ne s’agit que des personnes âgées de 18 ans et plus, ce nombre semble largement sous-estimé pour diverses raisons comme l’insuffisance des ressources humaines et matérielles consacrées à cette opération, et celles citées plus haut.

Tableau 1 : Estimation des migrations au Mali à partir des différentes sources disponibles depuis 2005

Tableau 1 : Estimation des migrations au Mali à partir des différentes sources disponibles depuis 2005

(1) ou avec l’intention de rester plus de six mois si la durée du séjour n’atteint pas six mois au moment de l’enquête

11Alors que, pour la Commission de l’Union Africaine « une diaspora est constituée des personnes d’origine africaine vivant hors du continent africain », le Ministère des Maliens de l’Extérieur estimait à plus de 4 millions le nombre de « Maliens de l’extérieur » dont neuf dixièmes installés en Afrique, et moins de 6 % en Europe (Gonin et Kotlock, 2013).

12Selon le RGPH 2009, la mobilité interne, quant à elle, concernait 2,6 millions d’individus sur une population totale de 14,5 millions, soit 18,1 % pendant qu’environ 107 493 personnes s’étaient installées à l’extérieur du pays au cours des cinq années précédentes (Cissé et Doumbia, 2012). Ces chiffres ne tiennent compte ni des départs antérieurs à 2004, ni les enfants de parents maliens nés à l’étranger, ni des individus ayant migré avec tous les membres de leur ménage.

  • 340 L’EMOP est un dispositif d’enquête visant la production régulière et permanente des données sur la (...)

13En 2011, l’INSTAT, collaborant avec l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), a intégré un module détaillé sur la migration au deuxième passage de l’EMOP340.

  • 341 Ce dernier point ne sera pas abordé dans le cadre de ce chapitre (pour plus de détail voir Chauvet(...)

14L’auteur a participé à la conception et à la mise en œuvre sur le terrain de ce module qui comportait principalement deux sections : (i) l’histoire migratoire interne et internationale des membres du ménage présents au moment de l’enquête ; (ii) l’émigration (interne et internationale) des personnes originaires des ménages. Les caractéristiques individuelles de celles-ci (âge, sexe, lien avec le chef de ménage, statut matrimonial, niveau d’instruction, etc.) ainsi que les transferts effectués et leur participation politique et associative341 ont également été collectées.

  • 342 Le taux de croissance inter-censitaire est de 3,6 % (INSTAT, RGPH 2009).

15Malgré la diversité des approches, la comparaison systématique de l’EMOP avec les autres sources de données sur la migration montre une cohérence assez satisfaisante. Pour ce faire, nous avons repris le calcul des effectifs des migrants à partir des données de l’EMOP en utilisant les concepts utilisés par les autres sources et en se plaçant dans le même horizon temporel et spatial. Concernant la migration interne, les estimations de l’EMOP et de l’EPAM sont cohérentes entre elles, puisqu’elles ne diffèrent que de 5,6 %, ce qui peut simplement correspondre au croît démographique entre les deux années qui séparent les deux enquêtes342. De même, ces enquêtes fournissent des données assez cohérentes avec celles du RGPH, leur base de sondage.

16Par ailleurs, les estimations obtenues à partir de la seconde définition retenue de l’EMOP sont cohérentes avec celles de l’EAC. En ne considérant que les migrants qui sont partis avant 2008 au sein des ménages agricoles, on obtient à partir de l’EMOP un effectif de près de 179 000 individus, à comparer à près de 177 000 pour l’enquête agricole.

17Par rapport à la migration internationale, les estimations de l’EMOP sont très proches de celles du RGPH, lorsqu’on ne considère que les partants sur la période 2004-2009. On obtient 101 960 migrants internationaux pour 107 316 selon le RGPH. En se limitant à nouveau aux migrants partis avant 2004 au sein des ménages agricoles, on obtient un effectif de migrants internationaux cohérent entre l’EMOP et l’EAC (126 675 pour l’EMOP contre 124 549 pour l’EAC).

  • 343 Elle ne permet pas de dénombrer de façon exhaustive les Maliens établis à l’étranger, notamment pa (...)

18Au vu de la cohérence d’ensemble avec les opérations précédentes et malgré quelques insuffisances343, nous pouvons commencer une analyse détaillée des données de l’EMOP.

Tendances de la migration interne et externe

  • 344 Ici le cercle, qui est le troisième niveau de l’organisation administrative du Mali, est considéré (...)

19La migration interne est un phénomène vécu sur l’ensemble du territoire national. En 2011, plus de trois millions d’individus avaient effectué un séjour de plus de six mois, au moins une fois, dans une autre localité344 du pays, soit 20,0 % de la population résidente (Tableau 2). Cette catégorie comprend non seulement les personnes ayant changé de lieu de résidence au moins une fois au cours de leur existence mais également les migrants internes de retour. En retranchant ces derniers, la proportion de migrants au sein de la population calculée à partir de l’EMOP est conforme aux 16,0 % de migrants du RGPH (Cissé et Doumbia, 2013).

20Il existe des disparités s’agissant de l’ampleur du phénomène selon les régions. La figure 1 révèle que la migration interne mesurée par les individus qui ont effectué au moins un déplacement, est plus prononcée dans les régions de Ségou, Mopti et Kidal où plus d’un cinquième des résidents a séjourné plus de six mois dans une autre localité du pays. Cette proportion est sensiblement égale quel que soit le milieu de résidence.

Figure 1 : Proportion de la population résidente ayant effectué au moins une migration par région et milieu de résidence

Figure 1 : Proportion de la population résidente ayant effectué au moins une migration par région et milieu de résidence

Source : auteur d’après EMOP 2011

21Dans la suite, nos analyses porteront principalement sur le sous-ensemble de la population composé des personnes qui vivaient auparavant dans les ménages, et qui, pour une raison ou une autre, résident actuellement en dehors de leur localité d’origine depuis plus de six mois. Ces individus sont appelés migrants et leur ménage d’origine « ménage participant à la migration » ou « ménage avec migrant ». Ces individus sont au nombre d'environ 790 000 personnes. En fonction de leur résidence actuelle, ils sont soit migrants internes, soit migrants internationaux.

22Les migrants internes sont estimés à près de 462 000 personnes, soit 58,4 % des migrants. Ils sont originaires de tout le pays mais avec des disparités selon les régions et les milieux de résidence. Les régions de Sikasso, Kayes et Ségou constituent les principaux pôles de départ. Alors que ces trois régions comptent moins de la moitié de la population résidente, six migrants sur dix sont originaires de l’une d’elles.

23Le taux de migration interne est plus élevé dans les régions de Ségou, Mopti, Gao et Sikasso où les migrants internes représentent plus de 3 % de la population résidente (figure 2). Ce taux est plus faible à Bamako avec moins de 1 %. Il est légèrement plus élevé en milieu rural.

24S’agissant de la migration internationale, l’effectif des expatriés est estimé à 329 000 personnes, soit 2,0 % de l’ensemble de la population malienne. Ces estimations, bien que largement inférieures à celles du Ministère des Maliens de l’Extérieur, sont cohérentes avec celles du RGPH 2009 (voir plus haut). L’ampleur de la migration internationale est plus prononcée dans les régions de Kayes et de Sikasso dont la moitié des migrants internationaux sont originaires. Il faut noter qu’une proportion non négligeable (plus de 10 %) d’expatriés est originaire de Mopti, Koulikoro et Ségou.

25Le district de Bamako est plus concerné par la migration internationale que par la forme interne : le taux de migration atteint 1,3 % pour l’internationale alors qu’il n’est que de 0,5 % pour l’interne.

Figure 2 : Taux de migration ( %) par région et milieu de résidence

Figure 2 : Taux de migration ( %) par région et milieu de résidence

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur

Tableau 2 : Répartition de la population malienne selon le statut migratoire, par région et milieu de résidence

Tableau 2 : Répartition de la population malienne selon le statut migratoire, par région et milieu de résidence

(1) Personnes ayant vécu plus de six mois, au moins une fois, dans une autre localité du pays.
(2) Personnes vivant au moment de l’enquête et depuis plus de six mois dans une autre localité que celle de résidence de son ménage d’origine.
Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur

Figure 3 : Répartition des migrants internes (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine

Figure 3 : Répartition des migrants internes (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine

Figure 4 : Répartition des migrants internes (personnes résidant en dehors de la localité du ménage) par région d’origine

Figure 4 : Répartition des migrants internes (personnes résidant en dehors de la localité du ménage) par région d’origine

Figure 5 : Répartition des migrants internationaux (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine

Figure 5 : Répartition des migrants internationaux (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine

Caractéristiques des migrants internes et externes

26Le tableau 3 donne les principales caractéristiques de la population suivant son statut migratoire. Il montre que la migration malienne est essentiellement masculine : les femmes ne constituent que 16,5 % de la population migrante alors qu’elles représentent plus de la moitié de la population résidente. Par ailleurs, lorsqu’elles migrent, elles le font plus volontiers en interne qu’à l’international.

27Les migrants sont, d’une façon générale, plus scolarisés que les non migrants. En effet, alors que plus de deux tiers de la population résidente âgée de 18 ans et plus n’ont jamais été à l’école, près de la moitié des migrants a au moins été à l’école primaire. Mais les individus scolarisés sont, en proportion, plus nombreux au sein des migrants internes que parmi les migrants internationaux. L’importance de l’instruction chez les migrants internes est en partie illusoire : elle s’explique par les migrants à destination de Bamako et par le niveau scolaire des cadres migrant vers Kidal. Dans ce dernier cas, trois immigrants sur quatre ont au moins le niveau secondaire, il s’agit essentiellement des fonctionnaires et des agents des organisations non gouvernementales qui y sont affectés.

  • 345 Au Mali, l’enseignement fondamental correspond aux neuf premières années d’études. Il est couronné (...)

28Seulement 11,6 % de la population résidente ont dépassé l’enseignement fondamental345. Cette proportion est légèrement plus élevée parmi les migrants internationaux et deux fois et demi plus au sein des migrants internes. Bamako, la capitale, abrite la plupart des grandes écoles et des emplois salariés mais aussi : 58,9 % des migrants internes ayant le niveau secondaire et 74,8 % de ceux ayant le niveau supérieur.

29S’agissant des migrants internationaux, l’importance de la proportion des non scolarisés caractérise les émigrés maliens établis en Afrique. Deux tiers des migrants maliens résidant en Côte d › Ivoire n’ont jamais été scolarisés, alors que cette proportion est de 58,1 % pour les autres pays d’Afrique. Le niveau d’instruction est plus élevé au sein des migrants internationaux qui sont installés aux Etats-Unis d’Amérique où plus de la moitié a au moins le niveau secondaire. Cette proportion est de 23,1 % pour ceux résidant en France et 13,9 % pour le reste de l’Europe.

30En moyenne, la population migrante est de 11 ans plus âgée que celle des sédentaires. L’âge moyen des migrants est de 32 ans contre 21 ans pour les non migrants. Cette différence s’explique surtout par la faible proportion d’enfants parmi les migrants, dont seulement un dixième a moins de 18 ans. Il y a aussi une différence entre les migrants internationaux dont l’âge moyen est estimé à 35 ans et les migrants internes pour lesquels il n’est que de 30 ans. Alors que plus de la moitié de la population résidente a moins de 18 ans, seulement 9,2 % des migrants sont de cette tranche (11,7 % pour les migrants internes et 5,7 % pour les migrants internationaux).

31Dans l’ensemble du pays, la taille moyenne des ménages est estimée à 11 personnes. Mais elle est encore plus élevée au sein des ménages dont sont originaires les migrants. L’écart est plus grand encore avec les ménages participant à la migration internationale. Cissé et Doumbia sont parvenus au même constat concernant les régions de Kayes et Sikasso. Ils concluaient que la migration « dont on aurait pu penser qu’elle fragilisait le tissu social et familial dans les villages d’origine, apparaît au contraire comme le consolidant, à Kayes comme à Sikasso » (Cisse, Doumbia, 2010 : 192). Dans l’ensemble du pays, les familles élargies c’est-à-dire les ménages composés du chef de ménage, son (ou ses) conjoint, ses enfants, d’autres personnes apparentées et non apparentées, représentent 79,3 % des ménages. Cette proportion est de 64,8 % au sein des ménages sans migrant, de 77,2 % chez les ménages participant à la migration interne et 81,2 % chez ceux participant à la migration internationale.

Tableau 3 : Caractéristiques sociodémographiques des Maliens selon leur statut migratoire

Résidents

Migrants internes

Migrants internationaux

SEXE

Féminin

50,5

19,7

12,1

NIVEAU D’INSTRUCTION DES 18 ANS ET

Non scolarisé

67,5

49,1

59,7

Fondamental 1

13,5

12,6

17,8

Fondamental 2

7,5

9,9

9,8

Secondaire

8,3

15,8

7,3

Supérieur

3,3

12,6

5,3

GROUPE D’AGE

Moins de 18 ans

53,1

11,7

5,7

de 18 à 25 ans

15,1

27,5

19,3

de 26 à 35 ans

12,2

31,7

34,2

de 36 à 45 ans

7,8

17,1

22,0

Plus de 45 ans

11,8

12,0

18,8

TYPE DE MENAGE

Uni-personnel

0,3

0,5

0,5

Couple sans enfant

0,4

1,4

0,6

Couple avec enfant

11,8

14,7

14,3

Nucléaire monoparental

0,7

2,0

1,0

Monoparental élargi

43,3

39,9

37,9

Elargi

43,6

41,6

45,7

TOTAL

100

100

100

Age moyen

21

30

35

Taille moyenne des ménages

10

12

14

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.

Principales destinations des migrants internes et externes

  • 346 Calculé comme la différence entre le nombre de migrants installés dans la région et ceux partis de (...)

32Bamako est le principal pôle d’attraction des migrants internes (Tableau 4), accueillant plus de la moitié (53,2 %) des personnes vivant dans une autre localité que celle de leur ménage d’origine. Cette proportion s’approche de celle des résidents de Bamako qui sont nés ailleurs (61,0 %) obtenue à partir des données du RGPH (Mesplé-Somps et al. 2014). La capitale est la première destination des migrants internes en provenance de toutes les régions du pays sauf Kidal. Le solde migratoire346 est négatif dans toutes les régions sauf Bamako qui enregistre vingt-deux fois plus d’immigrants que d’émigrants internes et Kidal qui compte deux fois plus d’immigrants que d’émigrants internes.

33La région de Kayes constitue la première destination des migrants internes en provenance de Bamako. Il s’agit probablement d’une ruée vers l’or, car cette région abrite la plupart des sociétés minières du pays. Elle est suivie des régions de Ségou et de Mopti (cf. tableau 4).

34L’émigration d’une région vers une autre n’est pas très fréquente, à peine 10 % des migrants internes, à quelques exceptions près et mise à part l’émigration vers Bamako. La région de Ségou est une destination non négligeable pour les ressortissants de Tombouctou et de Kidal. La région de Gao reçoit près d’un tiers des migrants internes en provenance de Kidal.

Tableau 4 : Lieux de résidence et d’origine des migrants internes

Tableau 4 : Lieux de résidence et d’origine des migrants internes

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur

  • 347 D’après le RGPH 2009, le taux d’accroissement de la population en milieu urbain est de 6,1 % contr (...)

35Par rapport au milieu de résidence, plus de la moitié des migrants ruraux sont établis à Bamako. La capitale est suivie des régions de Sikasso, Ségou et Mopti qui en reçoivent chacune un dixième. La mobilité à l’intérieur des régions n’est pas négligeable. Un migrant interne sur cinq réside dans une autre localité de sa région d’origine. Cette proportion est importante à Kayes, Mopti et Kidal. Elle est plus faible dans les régions de Koulikoro et Gao. La forte croissance de la population urbaine au cours de ces dernières années résulte en partie d’une migration du milieu rural vers les capitales régionales ou les chefs-lieux de cercle (c’est-à-dire les villes secondaires)347.

36Si la migration interne est majoritairement dirigée vers Bamako, qu’en est-il de l’émigration internationale ? Le tableau 5 donne une répartition des migrants internationaux maliens suivant leur destination et la région de départ.

37L’émigration internationale est plus marquée à Kayes où les émigrés représentent près de 4,0 % de la population résidente. Plus d’un quart des migrants internationaux est originaire de cette région (tableau 5). Elle est suivie de la région de Sikasso dont la participation à l’émigration internationale est en baisse (Cissé et Doumbia, 2012). La crise qu’a traversée la Côte d’Ivoire, au cours de cette dernière décennie, a sans doute réduit le mouvement migratoire partant de cette région. Le milieu rural demeure le principal point de départ des migrants internationaux. En effet, quatre émigrés sur cinq sont originaires du monde rural. Cette même tendance est observée au sein des partants au cours des cinq ans ayant précédé le recensement (Cissé et Doumbia, 2012).

38Dans l’ensemble, l’émigration malienne est essentiellement dirigée vers d’autres pays africains, en particulier les pays limitrophes comme la Côte d’Ivoire. En effet, près de trois quarts des migrants internationaux résident dans un autre pays africain, dont 39,2 % en Côte d’Ivoire. Ce pays constitue la destination favorite des migrants originaires surtout des régions de Sikasso, de Tombouctou et Mopti. Le Sénégal constitue également une destination non négligeable des migrants maliens, particulièrement ceux de la région de Tombouctou, mais aussi ceux de Kayes, dont la région est limitrophe de ce pays.

39En dehors du continent africain, la France est la principale destination des migrants maliens et surtout de ceux originaires de la région de Kayes et du district de Bamako. Dans l’ensemble, d’après nos sources, environ 57 000 Maliens résideraient en France, soit 17,2 % des émigrés maliens. Plus d’un tiers des migrants de la région de Kayes y est installé, représentant plus de la moitié de la diaspora malienne dans ce pays.

40Les migrants originaires du District de Bamako et la région de Koulikoro sont également orientés vers la France dans une proportion assez importante : un tiers des migrants de Bamako et un cinquième de ceux de Koulikoro sont établis dans ce pays. Ils représentent ensemble 30,4 % des ressortissants maliens vivant en France.

41La proportion de femmes parmi les migrants internationaux est la plus élevée au sein de la communauté malienne vivant aux Etats-Unis, puis de celle établie en France. Les Etats-Unis se distinguent également par la proportion relativement faible de migrants ruraux.

Tableau 5 : Répartition des migrants internationaux par région d’origine et pays de destination

Tableau 5 : Répartition des migrants internationaux par région d’origine et pays de destination

(*) Répartition des migrants internationaux des cinq années précédant le recensement (Cissé et Doumbia, 2012).
Source : EMOP 2011 et RGPH 2009 calcul de l’auteur.

Transferts et migration, intensité et contribution aux conditions de vie

42Les transferts représentent, sans nul doute, l’élément le plus attendu, le plus immédiat et le plus facile à saisir de la relation entre les migrants et leurs ménages ou communautés d’origine. Nous n’oublions pas que des transferts importants peuvent se présenter sous d’autres formes : Levitt (1998) appelle transferts sociaux « les pratiques, les identités et le capital social transmis par les communautés de destination aux communautés d’origine, les idées novatrices, réseaux transnationaux utiles, connaissances, valeurs politiques, réformes de l’action publique et nouvelles compétences technologiques sont autant de transferts sociaux » (cité par Melde, 2011, p. 7). Mais, dans cette section, nous nous intéressons uniquement aux transferts financiers qui constituent une source importante de revenus pour les ménages, et en l’absence d’un système formel de sécurité sociale, une assurance face aux aléas de la vie quotidienne.

Mesure des transferts : méthodologie et montant

43Les transferts « personnels » ou « privés », dont il est question ici, représentent « tous les transferts en espèces ou en nature envoyés ou reçus par des migrants et des individus dans le pays d’origine » (Melde, 2011 p. 5). Dans le cas du Mali, la diversité des canaux utilisés (formels et informels) et la multiplicité de leur forme rendent difficile leur quantification précise. Comme à propos de la détermination de l’effectif des migrants, il existe plusieurs sources pour estimer le volume des transferts, et les montants qu’elles donnent sont très variables.

44Ainsi, la Banque mondiale estimait, en 2011, à plus de 200 milliards de francs CFA le montant des envois en faveur du Mali, pendant que la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, dans le cadre de l’établissement de la balance des paiements, l’évaluait à plus de 350 milliards de francs CFA pour la même année. Il faut noter que ces deux estimations qui concernent uniquement les transferts internationaux, incluent à la fois la rémunération des travailleurs expatriés et les transferts « personnels » (BCEAO, 2013).

45Notre objectif est à la fois de fournir le montant des transferts tels que déclarés par les ménages récipiendaires et de donner un aperçu de leur distribution selon leur provenance et les régions de destination.

46D’après notre enquête, les ménages d’origine des migrants ont reçu au total plus de 86 milliards de FCFA de leurs membres vivant en dehors de leur localité, soit une moyenne de 206 500 FCFA environ par ménage concerné. Ces transferts proviennent aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du pays. Alors qu’ils ne représentent que 41,6 % des personnes résidant en dehors de leur localité, les migrants internationaux effectuent près de quatre cinquièmes (78,2 %) des transferts envoyés aux membres des ménages restés sur place. Ce résultat s’explique par le faible niveau de rémunération au Mali : il réduit les capacités d'intervention des migrants internes comparativement à ceux installés dans les pays plus nantis avec des salaires plus élevés.

47Bamako est la première source des transferts internes avec 54,2 % du montant, soit plus de dix milliards de FCFA. En plus d’être la première destination, la capitale accueille les migrants internes dont le niveau d’instruction est au moins le secondaire : près de trois quarts d’entre eux ont atteint le niveau supérieur et 59,2 % le niveau secondaire. Ces deux groupes forment la catégorie des cadres supérieurs et moyens au sein de l’Administration Centrale et des grandes entreprises (publiques ou privées) avec une rémunération relativement élevée.

48Malgré la présence de moins du dixième des migrants internes, la région de Kayes, avec plus du cinquième (21,0 %) des transferts internes, se présente comme la deuxième provenance des fonds. Ce résultat s’explique par le niveau d’instruction relativement plus élevé au sein des migrants installés dans cette région mais aussi par la présence des sociétés minières où les rémunération sont plus élevées, et enfin par la présence des sites d’orpaillage.

49L’écrasante majorité des montants envoyés par les migrants internes est destinée au milieu rural dont sont originaires huit migrants sur dix. Les régions de Ségou et Sikasso sont les principales bénéficiaires (tableau 6). S’il est vrai que la majorité des ressortissants de ces deux régions ont choisi la capitale comme résidence, ils se distinguent également par leur niveau d’instruction. Près de la moitié des migrants internes ayant atteint le niveau secondaire et le niveau supérieur en sont originaires.

50S’agissant des transferts internationaux, ils proviennent essentiellement des pays d’Afrique et de la France. Plus de la moitié des fonds sont envoyés d’un pays africain (dont 29,5 % des pays de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et 30,2 % de la France. Au sein de la CEDEAO, les envois de fonds en provenance de la Côte d’Ivoire, qui accueille la majorité des ressortissants maliens résidant en Afrique, ne représentent que 5,1 % du montant total, derrière le Sénégal et le Niger. Si la crise qu’a traversée la Côte d’Ivoire, au cours de cette dernière décennie, constitue une première explication, d’autres facteurs liés aux caractéristiques des migrants résidant dans ce pays permettent de comprendre la part relativement faible qu’apportent les immigrés maliens de ce pays. En effet, les Maliens de Côte d’Ivoire se distinguent par leur niveau d’instruction très faible : plus de deux tiers d’entre eux n’ont jamais été scolarisés, 3,2 % ont le niveau du secondaire et 1,7 % le niveau du supérieur (à comparer respectivement à 7,1 % et 5,0 % pour l’ensemble des migrants internationaux.

Tableau 6 : Répartition des montants globaux des transferts (internes et externes) par région et pays d’origine et région de destination

Tableau 6 : Répartition des montants globaux des transferts (internes et externes) par région et pays d’origine et région de destination

* Les pays de la CEDEAO sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Libéria, le Mali, le Nigéria, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.
Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.

51Avec plus de la moitié du montant total, la région de Kayes est la première bénéficiaire des transferts internationaux. Elle a reçu plus de 34 milliards de FCFA dont près de la moitié en provenance de la France. En dehors de Kayes, seules les régions de Koulikoro et Ségou et le district de Bamako ont reçu plus de 10 % du total des transferts internationaux. Les autres se partagent moins de 13 % de ce total. Sikasso, la deuxième région d’émigration après Kayes, fait probablement les frais de la crise en Côte d’Ivoire, principale destination de ses migrants internationaux.

52L’importance pour chaque région de la migration malienne est clairement indiquée par la distribution régionale de la population suivant le statut migratoire du ménage et des envois de fonds des migrants (tableau 7).

Tableau 7 : Pourcentage d’individus vivant dans un ménage avec au moins un migrant et recevant des transferts selon les régions et le milieu

Tableau 7 : Pourcentage d’individus vivant dans un ménage avec au moins un migrant et recevant des transferts selon les régions et le milieu

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.

53Sur le plan interne, toutes les régions montrent une certaine ouverture. Dans les régions de Sikasso, Ségou et Mopti un tiers de leur population vit dans un ménage avec au moins un migrant interne. S’agissant de la migration internationale, un Malien sur cinq vit dans un ménage avec au moins un migrant international. Avec plus d’un tiers de ses ménages concernés, la région de Kayes est, comme attendu, la plus ouverte vers l’extérieur. Elle est suivie des régions de Koulikoro et Sikasso. Dans les autres régions, moins de 10 % des ménages sont concernés par le phénomène.

54La participation à la migration interne ne garantit pas toujours de bénéficier d’un transfert de la part des membres vivant ailleurs. En effet, moins de la moitié des ménages participant à la migration ont reçu un transfert de leurs migrants. Il existe cependant des disparités selon le type de migration et la région d’origine. La figure 6 révèle que les migrants internationaux sont plus actifs en matière de transfert que les migrants internes. Seulement un tiers des ménages ont bénéficié des envois de fonds de leurs migrants internes, alors que cette proportion dépasse la moitié des ménages en ce qui concerne les migrants internationaux.

55Les ménages de la région de Kayes sont les principaux bénéficiaires des transferts internationaux. Ils sont suivis de ceux de Bamako. Une bonne majorité des ménages bénéficie des transferts internationaux dans les régions de Koulikoro, Tombouctou et Kidal. Les ménages des régions de Ségou, Sikasso et Kayes sont les plus grands bénéficiaires s'agissant des transferts internes.

Figure 6 : Proportion des ménages participant à la migration et recevant des transferts

Figure 6 : Proportion des ménages participant à la migration et recevant des transferts

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur

56Le mécanisme de solidarité entre les migrants et leur ménage d’origine qui se traduit par les transferts de fonds semble donc bien fonctionner pour une frange non négligeable de la population, surtout dans la région de Kayes. Contribue-t-il à améliorer les conditions de vie des bénéficiaires ?

Contribution des transferts aux conditions de vie des ménages

57Malgré les effets négatifs qu’elle peut produire, la migration offre d’importantes opportunités pour l’amélioration des revenus des ménages, l’accès à l’éducation et aux soins sanitaires, ainsi qu’aux services bancaires. Une enquête réalisée auprès des ménages au Mali en 2006 faisait apparaître que « les transferts des migrants internationaux réduisent la pauvreté de 5 à 11 % au niveau national et l’indice de Gini d’environ 5,0 %. Les ménages appartenant aux quintiles les plus pauvres apparaissent plus dépendants des transferts pour assurer leur consommation, du fait de dotations en capital physique et humain insuffisantes pour leur permettre d’accéder à d’autres sources de revenu » (Gubert et al., 2010, p. 1023).

58Le tableau 8 donne le poids relatif des transferts reçus (suivant les deux types de migration) dans les dépenses totales des ménages en 2011. Il montre que, d’une manière générale sur l’ensemble de la population, la part des envois de fonds dans les dépenses est faible. Les transferts internes ne représentent que 0,5 % des dépenses des ménages pris dans leur ensemble ; même calculée pour les seuls ménages ayant au moins un membre résidant dans une autre localité du pays, cette part ne dépasse pas 5,5 % de leurs dépenses.

59Les transferts internationaux sont plus importants : ils représentent moins de 2 % de la consommation de l’ensemble des ménages, mais 10,9 % de celle des ménages participant à la migration internationale. Leur part atteint même, pour ces derniers, 16,3 % dans la région de Kayes et 13,5 % à Ségou. L’importance de ces flux de transferts a baissé relativement en 2006, puisqu’ils représentaient 4,0 % de la consommation des ménages et 18,0 % de celle des ménages récipiendaires (Gubert et al., 2010). Cette baisse résulte très probablement de la crise internationale de 2008 qui a réduit les revenus des migrants et donc leur capacité à transférer.

60Finalement, la contribution des transferts dans le niveau de vie courant des ménages est globalement plus modeste qu’on ne l’imagine. De plus, au regard du tableau 9, les ménages dont sont originaires les migrants ne semblent pas avoir des niveaux de vie moyens supérieurs à ceux des ménages sans migrant. Ils sont même significativement inférieurs pour les ménages avec migrants internes (avec ou sans transferts) et pour les ménages avec migrants internationaux sans transferts. L'examen de la distribution des dépenses par tête par quintile montre que les ménages avec au moins un migrant interne sont proportionnellement plus nombreux au sein des 20 % des ménages les plus pauvres en termes de dépenses par tête. Tel est le cas qu'ils bénéficient ou non des transferts de la part de leurs migrants. Ces résultats suggèrent l'existence d'un effet désincitatif de la migration sur les membres qui restent sur place. Nous cherchons à comprendre cet effet en examinant l'impact de la migration sur l'éducation des enfants et sur la production agricole dans les travaux futurs (cf. thèse de l'auteur en instance de soutenance).

Tableau 8 : Part des envois de fonds dans les dépenses des ménages

Tableau 8 : Part des envois de fonds dans les dépenses des ménages

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur

61Par rapport à l’ensemble des ménages (base 100), l’indice des dépenses par tête des ménages qui reçoivent un transfert d’un migrant interne est de 91 (Tableau 9), et il baisse à 83 pour les ménages qui ne bénéficient pas de transfert de ses migrants. Au sein des ménages avec un migrant international, la situation est meilleure uniquement pour ceux qui reçoivent des envois de fonds ; sinon, les ménages sans migrant ont une dépense moyenne supérieure.

62Les conditions de logement s’améliorent lorsque le ménage bénéficie des transferts internationaux. Inversement les ménages qui ont un migrant interne sont moins bien lotis que les ménages sans migrant. Comme la grande majorité des migrants (internes ou internationaux) est originaire du milieu rural où la distribution d’électricité et d’eau reste faible, le rôle de la migration internationale passe essentiellement par les associations de migrants qui participent activement au développement de leur localité par le financement des projets d’adduction d’eau et d’électrification (Mesplé-Somps et al., 2014).

63De cet examen, plusieurs éléments se dessinent. D’un côté, il semble que les ménages dont sont originaires les migrants internes sont plus pauvres que la moyenne, mais que lorsque la migration génère des transferts, elle permet d’améliorer certains aspects des conditions de vie des ménages récipiendaires. D’un autre côté, les ménages avec migrants à l’international sont plus aisés, surtout ceux bénéficiant de transferts. Toutefois, de cette analyse statistique descriptive et statique, il est impossible de savoir si, antérieurement à la migration ces ménages étaient déjà plus riches que les autres ménages, ce qui d’ailleurs leur aurait permis d’envoyer des membres en migration, ou, au contraire, si leur niveau de vie a été amélioré du fait de la migration d’un de leurs membres. Par ailleurs, il est possible que les transferts réduisent les incitations à générer des revenus propres, les transferts jouant un rôle d’assurance mais aussi de revenu minimum de subsistance. Si tel est le cas, les niveaux de vie des ménages récipiendaires pourraient être supérieurs en l’absence de transferts. Ces questions ne pourront être tranchées qu'à travers des analyses plus approfondies.

Tableau 9 : Niveau de vie et envoi de fonds

Tableau 9 : Niveau de vie et envoi de fonds

Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.

Conclusion

64En mobilisant les données de l’EMOP, nous avons pu caractériser la migration malienne dans ses deux aspects : interne et externe. Nos résultats montrent que la migration reste une réalité vivace touchant toutes les régions du pays avec, cependant, des disparités marquées en termes d’ampleur et de destination des migrants. En effet, plus d’un tiers de la population vit dans un ménage dont au moins un membre réside ailleurs depuis plus de six mois. Le phénomène est plus marqué pour la migration interne qui concerne près de 30 % de la population. La migration internationale, quant à elle, concerne une personne sur quatre qui vit dans un ménage dont au moins un membre réside à l’extérieur. Bien que plus répandu à Kayes et Koulikoro, ce phénomène touche une frange non négligeable de la population dans toutes les régions du pays (au moins un dixième).

65La migration interne profite moins aux ménages d’origine que la migration internationale, qui à elle seule génère près de quatre cinquièmes des transferts. Cependant et contrairement aux attentes, ces derniers ont une contribution relativement modeste aux dépenses de consommation des ménages. Leurs montants semblent positivement corrélés au niveau d’instruction des migrants internes. En effet, les régions dont les migrants sont plus instruits, sont celles qui reçoivent plus de transferts internes.

66Plusieurs travaux ont mis en évidence l’existence d’une relation entre les envois de fonds des migrants et la pauvreté des ménages. Nos résultats semblent corroborer cette thèse dans la mesure où les conditions de vie (mesurées par les conditions de logement et le niveau des dépenses) semblent meilleures au sein des ménages bénéficiant des transferts, surtout internationaux. Cependant, en l’état actuel de ce travail il est hasardeux de tirer une conclusion quant à la relation de causalité dans la mesure où on ne sait pas encore si cette amélioration est antérieure ou non à la migration.

67Les migrants, surtout internationaux, sont en général des hommes originaires du milieu rural, plus instruits que la moyenne nationale, et en majorité d’âge compris entre 18 et 35 ans. Cette sortie de jeunes relativement mieux formés ne manque pas de susciter des interrogations sur ses conséquences sur les ménages d’origine. L’agriculture étant la principale activité économique dans le milieu rural qui est le plus touché par la migration, quel est l’impact du départ d’un de ses membres sur la production agricole du ménage ? Les transferts générés par la migration contribuent-ils à changer le comportement agricole des ménages bénéficiaires ? Quel est son impact sur l’éducation des enfants ? Les migrants de retour représentent une proportion non négligeable de la population résidente. Il est important de savoir si l’expérience migratoire vécue par cette catégorie de la population a constitué un atout ou un handicap à leur insertion sur le marché du travail. Un examen plus approfondi, à travers des analyses multivariées, des données de l’EMOP et de l’EAC permettra non seulement d’évaluer les effets de la migration sur la scolarisation des enfants et sur la productivité agricole, mais également d’estimer la probabilité d’insertion des migrants de retour sur le marché du travail.

Bibliographie

Bibliographie

ANPE/DOEF (2008), Enquête Permanente Emploi auprès des Ménages (EPAM) 2007 : premiers résultats, Agence Nationale Pour l’Emploi, Bamako.

ANPE/DOEF (2011), Enquête Permanente Emploi auprès des Ménages (EPAM) 2010 : premiers résultats, Agence Nationale Pour l’Emploi, Bamako.

Ballo, M., (2009), Migration au Mali : Profil national 2009, Office International des Migrations, accessible à l’adresse http://publications.iom.int/bookstore/free/Mali_Profile_2009.pdf.

Banque mondiale (2011), Migration and Remittances Factbook, deuxième édition, accessible à l’adresse http://siteresources.worldbank.org/INTLAC/Resources/Factbook2011-Ebook.pdf.

BCEAO (2013), Synthèse des résultats des enquêtes sur les envois de fonds des travailleurs migrants dans les pays de l’UEMOA, Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest, Dakar. Accessible à l’adresse http://www.bceao.int/IMG/pdf/synthese_des_resultats_des_enquetes_sur_les_envois_de_fonds_des_travailleurs_migrants_dans_les_pays_de_l_uemoa.pdf.

Chauvet, L. ; Gubert, F. et Mesplé-Somps, S., (2013), Emigration et démocratisation, in P. Gonin et al., La tragédie malienne, Vendémiaire, Paris.

Chauvet, L. ; Gubert, F. ; Mercier, M. et Mesplé-Somps, S., (2013), « Migrants’ Home Town Associations and Local Development in Mali », Document de Travail DIAL DT/2013-11. accessible à l’adresse http://basepub.dauphine.fr/bitstream/handle/123456789/12021/DT%202013-11%20Chauvet%20-%20Gubert%20-%20Mercier%20-%20Mesple-Somps.pdf?sequence=3.

Cissé, P. et Daum, C., (2010), « Migrations internationales maliennes, Recomposition des territoires migratoires et impacts sur les sociétés d’origine », ISFRA, Bamako.

Cissé, P. et Doumbia, I. M., (2012), Analyse des résultats définitifs du RGPH 2009 : la migration, INSTAT, Bamako.

Gonin, P. et Kotlok, N., (2013), Maliens de l’étranger, in P. Gonin et al., La tragédie malienne, Vendémiaire, Paris.

Gubert, F. ; Lassourd, T. et Mesplé-Somps, S., (2010), « Transferts de fonds des migrants, pauvreté et inégalités au Mali : Analyse à partir de trois scénarios contrefactuels », Revue Economique vol. 61, No 6, novembre, p. 1023-1050.

INSTAT (2011), Rapport 1er passage EMOP avril-juin : Education et alphabétisation, conditions de vie et dépenses des ménages, INSTAT, Bamako.

INSTAT (2011), Résultats définitifs du RGPH 2009 : Tome 1, Série démographique, INSTAT, Bamako.

Melde, S., (2011), Les transferts de fonds des migrants en Afrique, dans les Caraïbes et dans les Pacifiques, OIM dossier d’information ACPOBS/2011/DI02, accessible à l’adresse http://www.acpmigration-obs.org/sites/default/files/FR-BN%2002-remittances.pdf.

RMMU (1996), Réseau Malien sur les Migrations et l’Urbanisation : Rapport National Descriptif, CERPOD, Bamako.

Notes

337 Le recensement permet également d’obtenir l’effectif de la population étrangère vivant au Mali, cette catégorie n’est pas étudiée ici.

338 L’EAC dont l’objectif est de fournir les données détaillées sur les caractéristiques conjoncturelles des exploitations agricoles, sur les caractéristiques de la population agricole, sur les divers facteurs de production (type et quantité d’engrais, de pesticides, de semences, l’irrigation, le crédit, etc.), est réalisée au Mali chaque année depuis 1966. Elle a une couverture nationale à l’exception de Kidal et Bamako.

339 En 2001, a eu lieu le Recensement Administratif à Caractère Electoral (RACE)

340 L’EMOP est un dispositif d’enquête visant la production régulière et permanente des données sur la situation socioéconomique des ménages et des individus. C’est une enquête nationale dont les résultats sont représentatifs au niveau national, régional et par milieu de résidence. Elle est réalisée auprès d’un échantillon de 7 200 ménages tirés selon un plan de sondage stratifié à deux degrés [INSTAT, 2011].

341 Ce dernier point ne sera pas abordé dans le cadre de ce chapitre (pour plus de détail voir Chauvet et al., 2013).

342 Le taux de croissance inter-censitaire est de 3,6 % (INSTAT, RGPH 2009).

343 Elle ne permet pas de dénombrer de façon exhaustive les Maliens établis à l’étranger, notamment parce que les enfants des migrants ainsi que les personnes ayant migré avec toute leur famille ne sont pas comptabilisés. Elle ne fournit pas le lieu de naissance, ce qui ne permet pas de distinguer les migrants internes (personnes qui ont changé de résidence à l’intérieur du pays) des migrants internes de retour (ceux qui vivent dans leur résidence initiale après un séjour de plus de six dans une autre localité du pays).

344 Ici le cercle, qui est le troisième niveau de l’organisation administrative du Mali, est considéré comme l’entité de référence.

345 Au Mali, l’enseignement fondamental correspond aux neuf premières années d’études. Il est couronné par un diplôme d’études fondamentales (DEF) qui donne accès à l’enseignement secondaire (général, technique ou professionnel).

346 Calculé comme la différence entre le nombre de migrants installés dans la région et ceux partis de la région.

347 D’après le RGPH 2009, le taux d’accroissement de la population en milieu urbain est de 6,1 % contre 2,5 % pour le milieu rural [INSTAT, RGPH 2009].

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Estimation des migrations au Mali à partir des différentes sources disponibles depuis 2005
Légende (1) ou avec l’intention de rester plus de six mois si la durée du séjour n’atteint pas six mois au moment de l’enquête
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 1 : Proportion de la population résidente ayant effectué au moins une migration par région et milieu de résidence
Légende Source : auteur d’après EMOP 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 2 : Taux de migration ( %) par région et milieu de résidence
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau 2 : Répartition de la population malienne selon le statut migratoire, par région et milieu de résidence
Légende (1) Personnes ayant vécu plus de six mois, au moins une fois, dans une autre localité du pays.(2) Personnes vivant au moment de l’enquête et depuis plus de six mois dans une autre localité que celle de résidence de son ménage d’origine.Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 3 : Répartition des migrants internes (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 4 : Répartition des migrants internes (personnes résidant en dehors de la localité du ménage) par région d’origine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 5 : Répartition des migrants internationaux (personnes ayant effectué un séjour dans une autre localité du pays) par région d’origine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 4 : Lieux de résidence et d’origine des migrants internes
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau 5 : Répartition des migrants internationaux par région d’origine et pays de destination
Légende (*) Répartition des migrants internationaux des cinq années précédant le recensement (Cissé et Doumbia, 2012).Source : EMOP 2011 et RGPH 2009 calcul de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Tableau 6 : Répartition des montants globaux des transferts (internes et externes) par région et pays d’origine et région de destination
Légende * Les pays de la CEDEAO sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Libéria, le Mali, le Nigéria, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 7 : Pourcentage d’individus vivant dans un ménage avec au moins un migrant et recevant des transferts selon les régions et le milieu
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 6 : Proportion des ménages participant à la migration et recevant des transferts
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 8 : Part des envois de fonds dans les dépenses des ménages
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 9 : Niveau de vie et envoi de fonds
Légende Source : EMOP 2011 calcul de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21263/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Chef de la Cellule de Coordination et de Coopération Technique et Institutionnelle à l’Institut National de la Statistique du Mali. Titulaire d’un DEA en macroéconomie appliquée et d’une maîtrise en économétrie, il est doctorant à l’Université Paris-Dauphine. Il a participé à la conception et à la réalisation de plusieurs enquêtes auprès des ménages. Il est coauteur de plusieurs articles : Multiples dimensions de la pauvreté, gouvernance et démocratie : le point de vue de la population malienne DT DIAL/2008-06, www.dial.ird.fr/content/download/49581/380077/ (avec Mathias Kuepie et Emmanuelle Lavallée) ; Mobilisation associative et politique des citoyens maliens : les disparités socioéconomiques et régionales, Les Cahiers du CEPS/INSTEAD no 2010-08 (avec Mathias Kuepie), http://www.ceps.lu/?type=module&id=104&tmp=1524 ; Pauvreté multidimensionnelle et conditions de vie au Mali (2001-2006) PPMA 11262, 59 p. http://portal.pep-net.org/projects/view/zone/public/id/11262 (avec Kassim Dabitao, Aoua Dembélé et Fadimata Haidara) ; Participation citoyenne au Mali : entre mobilisation associative et engagement politique, Lien social et Politiques, no 71, 2014. http://www.erudit.org/revue/lsp/2014/v/n71/1024746ar.html?vue=resume&mode=restriction (avec Mathias Kuepie)

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540