Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Quatrième partie. Migrations, urbanisation, transferts

Urbanisation et croissance dans les villes du Mali300

Sandrine Mesplé-Somps, Harris Selod, Gilles Spielvogel et Brian Blankespoor

Texte intégral

  • 300 Ce travail a notamment été entrepris dans le cadre d’un partenariat de recherche entre l’unité de (...)

1Selon les données des Nations unies, la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui en milieu urbain et la population urbaine continue à croître à un rythme élevé dans les pays en développement. Entre 1950 et 2010, la population urbaine mondiale a été multipliée par près de cinq, alors que la population totale a été multipliée par moins de trois. Même si le processus d’urbanisation semble très intense en Afrique sub-saharienne (ASS), où la population urbaine a été multipliée par 16 entre 1950 et 2000, cette région reste cependant une des moins urbanisées du monde, un tiers seulement de ses habitants vivant dans des agglomérations de plus de 10 000 habitants (E-Geopolis, 2010a).

2Une autre spécificité des pays d’ASS tient au fait que ce processus d’urbanisation ne s’accompagne pas, de manière significative, ni d’une croissance économique plus soutenue, ni d’une modification substantielle des fondements de la croissance économique, dans le sens où les activités non-agricoles ne semblent pas se développer au même rythme que l’urbanisation. Lors de la Révolution industrielle en Europe au 19e siècle, l’urbanisation s’est opérée conjointement avec une augmentation des activités non-agricoles et une croissance économique soutenue, et le même phénomène a aussi été observé dans la plupart des pays en développement, notamment asiatiques, au cours du 20e siècle. Certains auteurs ont alors caractérisé l’urbanisation en ASS comme une urbanisation sans croissance (Fay et Opal, 2000).

  • 301 Selon nos propres calculs (cf. section méthodologique). Selon l’Institut de la statistique du Mali (...)
  • 302 En 2009, le PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) du Mali était de 1 067 USD (dollar (...)

3Le Mali est un exemple typique de ce décalage entre, d’un côté, une urbanisation rapide, bien que générant un taux d’urbanisation encore faible, et, de l’autre, une faible croissance économique. En effet, même si la population urbaine malienne a quadruplé depuis 1976, la part de la population vivant en ville a moins que doublé et ne dépasse pas 27 % de la population totale en 2009301. Concomitamment, son produit intérieur brut (PIB) réel par habitant, en parité de pouvoir d’achat, n’a augmenté que de 36 % en 33 ans (entre 1976 et 2009). C’est ainsi que le Mali reste un des 20 pays les plus pauvres au monde302.

4Comprendre les facteurs qui expliquent la dynamique démographique et économique du processus d’urbanisation en ASS est une tâche difficile et complexe. Jusqu’à présent, les travaux ont essentiellement été d’ordre macroéconomique, et ont porté sur l’analyse d’un panel de pays, à partir desquels on tente d’identifier des éléments qui différencieraient l’ASS des autres continents. L’utilisation de la rente des exportations agricoles serait un de ces éléments. Selon Gollin et al. (2014), elle occasionnerait une urbanisation mais sans industrialisation, car l’essentiel des revenus agricoles serait employé à l’achat de biens de consommation plutôt favorables aux activités de service et d’importation, et donc peu susceptibles d’entraîner un processus d’industrialisation. Inversement, Henderson et al. (2013) affirment que la rente agricole des pays d’ASS empêcherait l’urbanisation parce que peu réinvestie dans des activités de production urbaines. Par ailleurs, ils observent que les chocs positifs dans le secteur moderne, occasionnés par exemple par un surplus de demande internationale, n’entrainent pas d’accélération de l’urbanisation en ASS du fait probablement des niveaux de développement trop faibles, symptomatique de contraintes institutionnelles et économiques qui brident l’expansion des activités manufacturières.

  • 303 Ce modèle surestimerait les taux d’urbanisation en Afrique, en Inde et en Océanie d’environ 30 % ( (...)

5Ces travaux sont certes intéressants mais ils sont fondés sur des données qui mesurent de manière très imparfaite l’urbanisation en Afrique. En effet, les données africaines disponibles dans les bases internationales (essentiellement la base des Nations Unies, World Urbanization Prospects) résultent souvent de projections à partir d’anciens recensements de la population (Cohen, 2004), projections qui, en outre, sont effectuées à partir d’un modèle discutable (Bocquier, 2005)303. Par ailleurs, les populations urbaines comptabilisées ne tiennent compte ni de l’étalement spatial des villes existantes, ni de l’émergence de petits bourgs urbains (Hugo et Champion, 2003).

6Alors que rares sont les travaux fondés sur des études de cas, exception faite de celui de Jedwab (2011) sur la Côte d’Ivoire et le Ghana (qui corroborent les conclusions de Gollin et al., 2014), l’objectif premier de ce chapitre est de décrire en détail le processus d’urbanisation au Mali en tentant de montrer quelles villes se sont le plus développé. On analysera la dynamique du tissu urbain, en mettant en rapport la croissance de Bamako avec celle des autres villes. On examinera si l’urbanisation observée s’accompagne d’une réduction significative de la part des activités agricoles au profit des activités manufacturières et de services. Enfin, nous tenterons de comprendre les dynamiques économiques et démographiques qui président aux évolutions constatées. Ce diagnostic permettra de déceler les facteurs qui sont à l’origine d’une faible corrélation entre urbanisation et croissance économique. Cela nous amènera, en conclusion, à souligner certains des défis d’ordre économique et d’aménagement du territoire à venir au Mali.

Méthodologie et définition de l’urbain

  • 304 Un premier recensement a été mené en 1976. Cependant les données brutes ne sont plus disponibles, (...)

7Ce travail s’appuie sur une analyse fine des trois recensements généraux de la population et de l’habitat menés au Mali en 1987, 1998 et 2009304. Ces données peuvent notamment être ré-agrégées afin de calculer, au niveau des localités, les effectifs de population, ainsi que des indicateurs tels que le taux d’emploi ou la part des différents secteurs d’activité dans l’emploi. De plus, pour chacune des années, on dispose d’un questionnaire portant sur les infrastructures locales telles que les écoles, les centres de santé, les points d’eau…

  • 305 Deux définitions des villes sont effectivement adoptées par l’INSTAT. La première définit les vill (...)

8L’étude de l’urbanisation suppose tout d’abord de définir de manière pertinente les villes et leurs limites. Généralement, les zones urbaines et rurales sont distinguées selon des critères de taille des localités ou selon leur statut juridique. Ce sont d’ailleurs ces deux options qu’a choisies l’INSTAT lors du dernier recensement (Tangara et Soumaoro, 2012)305. Ces deux approches ne tiennent pas compte du fait que les villes s’étendent parfois au-delà de leurs limites administratives, et que plusieurs localités urbaines voisines peuvent constituer une seule agglomération économique. Un des défis méthodologiques de l’étude de la dynamique urbaine est alors celui de la cohérence économique des unités spatiales analysées. La réalité économique d’une agglomération peut ainsi obliger à regrouper plusieurs localités représentant autant de quartiers. Ce type de regroupement ne peut être effectué, sur la base de l’information disponible, qu’en utilisant un double critère de voisinage et de densité de population.

9Nous avons donc défini – et reconstitué– les agglomérations urbaines comme étant des regroupements de quartiers et de localités adjacentes dont les densités de population sont supérieures ou égales à 250 habitants/km2. Ainsi nous avons pu identifier, en 2009, 49 agglomérations répondant à notre définition, et regroupant au total 320 localités ou quartiers. Nous définissons alors les villes comme étant des agglomérations dont la densité de l’habitat est supérieure ou égale à 250 habitants/km2 et dont la population excède 5 000 habitants. En annexe B figure une présentation détaillée du travail cartographique et statistique effectué.

Typologie des lieux de résidence et dynamique urbaine

10Sur les 10 916 localités identifiées (dont 49 agglomérations reconstituées), 98 % ont moins de 5 000 habitants et une taille moyenne de seulement 882 habitants. 188 localités ont une population de 5 000 à 30 000 habitants, dont seulement 60 ont une densité supérieure à 250 habitants/km2, et 15 villes ont plus de 30 000 habitants (et une densité supérieure à 250 habitants/km2). On identifie ainsi 75 villes au total. Dans ces villes résident 3,9 millions d’habitants, sur un total de 14,3 millions, impliquant un taux d’urbanisation de 27 % (cf. figure 1).

Figure 1 – Répartition de la population malienne par types de localités (2009)

Figure 1 – Répartition de la population malienne par types de localités (2009)

Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.

  • 306 La carte ne mentionne les noms que des 11 agglomérations de plus de 30 000 habitants.

11La carte 1 ci-dessous montre la répartition spatiale des 75 villes ainsi identifiées306. La plupart de ces villes se situe dans la partie sud-est du pays, dans les zones à la fois productrices de coton et de riz et tout au long des fleuves Niger et Sénégal. Les villes se situent donc dans les régions où se concentre l’essentiel des activités agricoles et qui sont aussi les plus densément peuplées du pays (cf. carte 2). Cette répartition spatiale semble conforme à l’idée que les villes sont prioritairement des centres économiques, dont l’essentiel des activités serait lié aux besoins des activités agricoles environnantes. La question est alors de savoir si leur expansion présente et à venir a été (et sera) conditionnée par le développement des activités agricoles, ou bien si elles sont à même de générer, du fait de leur propre dynamique, des activités économiques diversifiées et proprement urbaines, plus favorables à une croissance économique soutenue.

  • 307 L’agglomération de Bamako contient 92 localités/quartiers regroupant 2,1 millions d’habitants, alo (...)
  • 308 Selon la base de données Africapolis.
  • 309 En 1976, 1987 et 2009, Ségou est la seconde agglomération malienne ; en 1998, c’est Sikasso.

12Une autre observation marquante concerne la taille relative de Bamako par rapport aux autres villes. L’agglomération de Bamako accueille 2,1 millions d’habitants, soit plus de la moitié de la population urbaine du pays307. Les trois autres villes les plus importantes sont ensuite Ségou avec 166 000 habitants, Sikasso (143 000 hab.) et Kayes (127 000 hab.). Bamako est donc 13 fois plus peuplée que Ségou, la plus grande ville après la capitale. Ce phénomène est caractéristique de beaucoup de pays en développement, plus particulièrement en ASS. Même si de nombreux facteurs peuvent être à l’origine de ce déséquilibre spatial, dans le cas du Mali il est certainement dû à un pouvoir politique très centralisé et un maillage des transports trop faible sur l’ensemble du territoire, favorisant l’attractivité de la capitale (cf. carte 3). Cette primatialité de la capitale a probablement une origine ancienne qui remonte à la période coloniale, au choix de la localisation du gouvernement général de la colonie, insufflant une migration importante vers ce centre de décision, ainsi qu’au tracé des axes routiers à cette période. Cependant, cette disproportion entre la capitale et les autres grandes villes n’a cessé d’augmenter au fil des années : le rapport entre la taille de Bamako et la taille de la seconde ville était de 4 en 1960308, 7 en 1976, 8,5 en 1987 et 10 en 1998309. Outre le fait que ce déséquilibre spatial est souvent symptomatique d’un manque de dynamisme économique des centres urbains secondaires, il peut aussi en être à l’origine, l’attractivité de la capitale étant trop forte.

Carte 1 – Répartition spatiale des zones urbaines, 1987, 1998 et 2009.

Carte 1 – Répartition spatiale des zones urbaines, 1987, 1998 et 2009.

Source : représentation des auteurs à partir des données brutes des recensements RGPH 1987, 1998 et 2009 (INSTAT), et de données extraites de Foster et Briceño-Garmendia (2010).

Carte 2 – Densité de population en 2009.

Carte 2 – Densité de population en 2009.

Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.

Carte 3 – Le réseau de transport routier au Mali (circa 2009)

Carte 3 – Le réseau de transport routier au Mali (circa 2009)

Source : représentation des auteurs à partir des données brutes des recensements RGPH 1987, 1998 et 2009 (INSTAT), et de données extraites dans Foster et Briceño-Garmendia (2010), Bright, et al. (2013), et SAP (2012)

  • 310 Pour ce faire, nous avons recalculé pour chacune des agglomérations et localités identifiés en 200 (...)

13En observant de plus près le processus d’urbanisation sur longue période310, il apparaît que la population de l’agglomération de Bamako a cru à un rythme moyen de 4,9 % par an entre 1987 et 2009, avec une accélération forte à partir de 1998, puisque le taux de croissance annuel passe à 6,1 %. Cette croissance contraste avec celle des autres villes et des localités rurales : le taux de croissance annuel moyen des villes secondaires est de 3,6 %, celui des villages ruraux de 2,3 % seulement, entre 1987 et 2009 (cf. tableaux A.1, A.2 et A.3 en annexe). La population urbaine augmente donc plus vite que la population rurale. Cependant, du fait de la part importante de la population rurale dans la population totale, le nombre de ruraux a augmenté de 4,1 millions entre 1987 et 2009, tandis que celui des urbains n’a augmenté que de 2,2 millions (figure 2). Les villes ont donc contribué à 30,5 % de la croissance de la population totale. Les villes ayant crû plus vite que les campagnes, l’urbanisation a augmenté au Mali, mais seulement de six points de pourcentage sur toute la période, pour passer de 21,5 % en 1987 à 27,1 % en 2009, et pour plus de la moitié du fait de l’expansion de la population de Bamako.

Figure 2 – Evolution de la population totale par type de localité

Figure 2 – Evolution de la population totale par type de localité

Source : auteurs, d’après RGPH, 1987, 1998, 2009 INSTAT.

14Ces différences d’évolution de la population entre les milieux de résidence proviennent à la fois de différences des taux de croissance naturelle de la population (écart entre les taux de natalité et les taux de mortalité) et des flux de migrations internes et internationales. Les tableaux A.1 à A.3 en annexe montrent que les migrants constituent une part conséquente des populations urbaines, particulièrement à Bamako. En 2009, 42,6 % des résidents de Bamako ne sont pas nés dans la capitale (dont 37,1 % dans les autres régions du Mali et 5,5 % à l’étranger). Cette proportion de migrants n’est que de 18,2 % en moyenne pour les autres villes et de seulement 4,9 % en milieu rural. Bamako est donc le principal lieu de destination des migrants, la capitale accueillant 61 % des migrants internes en 2009.

Caractéristiques démographiques et différentiations d’accès aux biens publics

15Il est intéressant, et assez inattendu, d’observer que les caractéristiques démographiques moyennes des localités urbaines différent peu de celles des zones rurales. Ainsi, la proportion moyenne d’enfants (entre 0 et 14 ans) dans la population en milieu rural (localités de moins de 5 000 habitants) est de 48,4 %, contre 45,5 % dans les bourgs urbains (de 5 000 à 30 000 habitants) et 43,6 % dans les villes de plus de à 30 000 habitants (voir tableau A.3). Ce n’est que dans les deux plus grandes villes (Ségou et Bamako) que la proportion d’enfants est inférieure à 40 % (39,3 % à Ségou et 38,9 % à Bamako). Une des conséquences des taux de natalité élevés, à l’origine du grand nombre d’enfants, est une taille moyenne des ménages très élevée sur l’ensemble du Mali (8,1 au niveau national). De manière assez surprenante, la taille moyenne des ménages augmente avec la taille de la ville : les ménages des agglomérations urbaines ont, en moyenne, un membre de plus par rapport aux ménages ruraux (tableau 1). Cela peut s’expliquer par le fait que les ménages urbains sont plus susceptibles d’accueillir des membres de la famille élargie que les ménages ruraux : bien que la proportion moyenne de membres de la famille élargie dans les ménages ruraux soit déjà très élevée (39,7 %), elle atteint environ 50,0 % dans les villes. Cette différence est en partie due à la présence des étudiants et des adultes en recherche d’emploi dans les villes moyennes et à Bamako (voir les rapports de dépendance économique et les proportions d’étudiants dans le tableau 1). En théorie, les conditions de vie défavorables dans les zones rurales ainsi que des facteurs d’attraction urbaine peuvent expliquer ce phénomène. Toutefois, compte tenu de notre analyse spatiale des activités économiques (voir la section ci-dessous), il semble que les conditions de vie en zone rurale soient les principaux déterminants de la migration vers les villes. Et l’attraction vers les villes est probablement davantage liée à leurs dotations en infrastructures publiques qu’à de véritables opportunités économiques et à des externalités positives d’agglomération (voir la section 4 ci-dessous).

Tableau 1 – Caractéristiques moyennes des ménages selon leur lieu de résidence, 2009

Tableau 1 – Caractéristiques moyennes des ménages selon leur lieu de résidence, 2009

(1) Le taux de dépendance démographique est défini comme le ratio entre la somme du nombre d’enfants de moins de 15 ans et d’adultes de plus de 64 ans sur le nombre d’adultes de 15 à 64 ans.
(2) Le taux de dépendance économique est défini comme le ratio entre le nombre d’adultes et le nombre d’adultes qui travaillent.
(3) il s’agit de la part des étudiants âgés de 15 à 64 ans parmi les membres du ménage âgés de 15 à 64 ans.
(4) La proportion de membres du ménage faisant partie de la famille élargie est le pourcentage de personnes dans le ménage qui n’ont pas de lien direct avec le chef de ménage (c’est-à-dire toute personne autre que ses parents, ses enfants ou ses épouses).
(5) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.
Source : auteurs, d’après RGPH 2009 INSTAT.

16Les taux de scolarisation sont très faibles dans l’ensemble du pays, malgré des progrès relativement importants dans l’enseignement primaire et secondaire dans les zones rurales et les petites villes, ainsi que des évolutions positives concernant la scolarisation dans l’enseignement secondaire et supérieur dans les villes moyennes et à Bamako (voir les tableaux A.1, A.2 et A.3). En 2009, on observe de fortes variations spatiales des niveaux d’éducation, le nombre d’adultes éduqués en âge de travailler augmentant avec la taille de la ville. Alors que 85,9 % de la population des 15-64 ans en zone rurale n’ont jamais fréquenté l’école, ce pourcentage se réduit à 38,7 % à Bamako. Ce n’est que dans les trois grandes villes, Bamako, Ségou et Sikasso, qu’au moins 20 % de la population en âge de travailler dispose d’un diplôme d’études secondaires ou a fréquenté l’université. Même à Bamako, plus de la moitié des adultes en âge de travailler ne sont jamais allés à l’école ou ont seulement atteint le niveau primaire.

  • 311 Le tableau 2 montre la répartition du stock de migrants internes en 2009 selon leur niveau d’éduca (...)

17Les données suggèrent une forte sélection selon le niveau d’éducation en matière de migration. Le tableau 2 montre que les migrants qualifiés se retrouvent dans des proportions plus élevées dans les villes moyennes et à Bamako qu’ailleurs311. Tandis que 60,5 % de tous les migrants internes résident à Bamako, cette ville accueille une part disproportionnée des migrants ayant atteint le niveau supérieur (78,9 %). En revanche, la part des migrants sans éducation vivant à Bamako est inférieure à la moyenne nationale (55,5 %). Tandis que 24,5 % des migrants sans instruction sont dans les zones rurales, seulement 10,9 % des migrants ayant un niveau secondaire vivent en zones rurales (6,5 % pour les migrants ayant une éducation supérieure). Cette distribution des migrants au sein du territoire malien peut refléter de meilleures possibilités d’emploi pour les travailleurs qualifiés et, éventuellement, des rendements plus élevés de l’éducation dans les villes que dans les campagnes.

Tableau 2 – Répartition des migrants internes âgés de 15 à 64 ans. selon leur lieu de résidence et leur niveau d’éducation, 2009

Tableau 2 – Répartition des migrants internes âgés de 15 à 64 ans. selon leur lieu de résidence et leur niveau d’éducation, 2009

(1) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.
Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.

  • 312 Lorsque ne sont prises en compte que les six communes qui composent le district de Bamako, la prop (...)

18L’attractivité des villes, et en particulier de Bamako, peut être liée à la disponibilité et la qualité des services publics et des infrastructures. Il est patent que l’approvisionnement en électricité constitue un facteur important de discrimination entre les villes et les zones rurales. Bien que l’accès à l’électricité reste partout très limité, avec seulement 16 % des ménages connectés, son accès est nettement plus répandu en ville qu’à la campagne où la connexion à l’électricité est quasi inexistante (1,1 % des ménages, voir le tableau 3). C’est uniquement à Kayes et à Bamako que plus de la moitié des ménages ont une connexion à l’électricité312.

  • 313 La proportion des ménages ayant accès à un robinet d’eau potable est égale à 43,4 % dans le distri (...)

19Il en est de même pour l’accès à l’eau. Seuls 1,8 % des ménages vivant en milieu rural ont accès à un robinet d’eau courante, contre 15,8 % dans les villes de moins de 30 000 habitants, 32,5 % dans les villes de plus de 30 000 habitants (60,1 % à Kayes et 43,8 % à Sikasso). A Bamako, cette proportion n’est toutefois que de 40,1 %313. Cela reflète, malgré tout, des insuffisances en matière d’adduction à l’eau courante en ville, plus particulièrement dans les quartiers périphériques. Enfin, la densité d’écoles est plus faible en zones urbaines que dans les zones rurales (tableau 4). Cela peut s’expliquer par la dispersion et la faible densité de la population rurale, qui requièrent un nombre relativement plus élevé de constructions d’école.

Tableau 3 – Accès aux biens publics, 2009

Tableau 3 – Accès aux biens publics, 2009

(1) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.
Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT

Tableau 4 – Nombre d’écoles et de centres de santé par lieux de résidence, 2009

Lieu de résidence

Nombre moyen d’écoles ( 2)

Nombre moyen de centres de santé

Nombre d’écoles (pour mille habitants)

Nombre de centres de santé (pour mille habitants)

Localités avec une population inférieure à 5 000 habitants

0,74

0,15

0,96

0,12

Localités entre 5 000 et 29 999 habitants et une densité <250 hab/km 2

6,06

1,55

0,40

0,15

Localités entre 5 000 et 29 999 habitants et une densité 2>= 250 hab./km

6,28

1,38

0,55

0,12

Agglomérations de plus de 30 000 habitants et une densité>= 250 hab./km 2 (1)

22,73

5,27

0,47

0,10

Kayes

53

7

0,37

0,05

Sikasso

70

13

0,46

0,08

Ségou

96

9

0,58

0,05

Bamako

1 182

206

0,54

0,09

Ensemble du pays

9 974

2,065

0,72

0,15

(1) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.
(2) Il s’agit du nombre total d’établissements de chaque type pour les villes de Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako et sur l’ensemble du pays.
Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT

Distribution spatiale et sectorielle des emplois

  • 314 Le tissu des entreprises formelles est toutefois très limité, les salariés recensés peuvent aussi (...)
  • 315 Nous n’avons pas pu faire un diagnostic sur les types d’emploi occupé, du fait du trop grand nombr (...)

20Les taux d’emploi (d’après les déclarations des recensés) sont en moyenne légèrement plus élevés dans les régions rurales (65,5 %) que dans les villes (entre 49,5 % et 56,1 %). Cela peut s’expliquer dans ces dernières par une scolarisation plus élevée des jeunes adultes. Comme attendu, la proportion de salariés augmente avec la taille de la ville, ce qui est cohérent avec le fait que les entreprises sont plus enclines à s’installer et à embaucher des travailleurs en ville314,315.

21En termes de spécialisation sectorielle, la figure 3 montre que les emplois dans les régions rurales et les petites villes sont en très grande partie agricoles et que leur part dans l’emploi total diminue avec la taille des villes : l’emploi agricole représente en moyenne 85,7 % du total dans les régions rurales et 3,1 % à Bamako (voir aussi le tableau A. 3). L’emploi agricole représente toutefois une part significative de l’emploi dans les villes moyennes (24,3 %). Inversement, la part des emplois dans les administrations, les services, et surtout le commerce augmente avec la taille de la ville. Dans les quatre plus grandes villes, les emplois commerciaux représentent entre 28,1 % et 32,2 % de l’emploi total. Cela reflète une sur-spécialisation dans le commerce et surtout l’absence d’activités industrielles dans les villes maliennes, où, en particulier, les emplois dans le secteur manufacturier et de l’artisanat sont très rares.

  • 316 Toutefois, même si leur nombre a augmenté entre 1998 et 2009, leur part stagne en 2009 à moins de (...)

22Le secteur agricole concentre 63,2 % de l’emploi total au Mali. Le commerce est le deuxième secteur d’activité, même s’il ne représente que 11 % des emplois totaux, suivi des emplois publics administratifs qui représentent 6,7 % des emplois totaux, des emplois dans les services (4,7 %), et dans l’industrie manufacturière et l’artisanat (4,1 %). L’essentiel des activités commerciales sont concentrées à Bamako, confirmant le rôle important de la capitale pour le commerce (voir figure 3), mais leur part dans les emplois des autres villes n’est pas négligeable (entre 18,5 % et 32,2 % de leurs emplois totaux) et même à la campagne (entre 11,6 % et 2,9 % des emplois ruraux). La répartition spatiale des activités manufacturières et artisanales est bimodale, avec un pic dans les régions rurales (probablement surtout des activités artisanales) et un autre pic à Bamako (figure 4)316.

  • 317 Source : African Development Indicators 2012/13.
  • 318 Ces activités, essentiellement dans les mines d’or, sont concentrées dans les villes de moins de 3 (...)

23Il en est de même des emplois publics. Pour ces derniers, la figure 4 montre une forte augmentation des emplois publics dans zones rurales du fait certainement de la décentralisation et du déploiement des structures scolaires et sanitaires en milieu rural. La petite taille du secteur manufacturier au Mali est particulièrement frappante et diffère assez fortement, par exemple, de ce qu’on constate au Sénégal voisin, où la part de l › emploi industriel est beaucoup plus élevée et avait déjà atteint en 2006 14,8 % des emplois totaux317. De plus, la faible progression des emplois dans ce secteur contraste avec celles des autres secteurs non agricoles. Seuls 59 653 emplois manufacturiers ont été créés entre 1998 et 2009 (dont presque 2/3 à Bamako), contre 237 397 dans le commerce (dont plus de la moitié à Bamako), et 188 953 dans le secteur public (1/3 à Bamako). Même si on assiste depuis 1998 à un fort développement des emplois dans l’industrie extractive (30 348 nouveaux emplois), la part de ce secteur reste modeste (moins de 1 % en 2009)318. Il s’ensuit que la part des activités industrielles et artisanales dans l’emploi total des villes maliennes, et a fortiori dans l’emploi total, stagne, dénotant une spécialisation croissante dans des activités de service et de commerce, et non dans le secteur manufacturier.

Figure 3 – Répartition sectorielle des emplois par lieux de résidence, 2009

Figure 3 – Répartition sectorielle des emplois par lieux de résidence, 2009

Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT

Tableau 1 : Nombre d’emplois par type localité et de secteur, 1998, 2009

Tableau 1 : Nombre d’emplois par type localité et de secteur, 1998, 2009

Source : auteurs, d’après RGPH, 1998, 2009, INSTAT

Conclusion

24Le Mali ne fait pas exception par rapport aux tendances du processus d’urbanisation observées sur l’ensemble de l’ASS. L’urbanisation y est rapide mais la grande majorité de sa population continue de résider en milieu rural.

25Les résultats marquants de cette étude sont d’une part l’hypertrophie de Bamako et d’autre part le faible dynamisme économique des villes, où les activités agricoles restent très importantes, l’urbanisation ne générant que très peu d’emplois manufacturiers. Même si l'emploi dans le secteur manufacturier a augmenté, sa part dans l'emploi total stagne, reflétant une absence de dynamique endogène. Une des explications possibles repose sur le manque de connexions entre les différentes villes du système urbain malien, en raison des longues distances et de la mauvaise qualité des routes. Dans ce contexte, les villes exercent toutes des fonctions similaires et sont peu spécialisées. La différence essentielle entre les petites villes et les grandes est la part plus modeste du secteur agricole dans ces dernières, les activités commerciales, ou celles du secteur public ou bien quelques autres activités de service venant alors se substituer aux emplois agricoles.

  • 319 Cela se manifeste à la fois par l’afflux important de familles migrantes mais aussi par l’accueil (...)

26L’expansion de Bamako est en grande partie due à l’accueil de migrants en provenance des autres régions maliennes en manque de développement319. En même temps, cette macrocéphalie du système urbain malien est une des entraves au développement des autres villes maliennes, voire au développement des campagnes. En effet, la faible taille des marchés locaux urbains n’incite pas les agriculteurs produisant des produits vivriers à augmenter leur production afin de générer des surplus échangeables. Cette atrophie des marchés locaux ne leur permet pas non plus de vendre leurs éventuels surplus à des prix suffisamment rémunérateurs.

27Par ailleurs, le fait que l’essentiel du maillage urbain se situe dans la zone productrice de coton suggère que cette culture de rente pourrait être à l’origine de l’expansion de ces villes. Trois éléments explicatifs peuvent permettre de comprendre le rôle de la filière coton dans l’émergence de bourgs urbains ou semi-urbains : les revenus générés par cette culture occasionnent une demande en biens non agricoles ; l’approvisionnement en intrants et la structuration commerciale de la filière favorisent les activités commerciales et de services ; enfin, l’expansion des cultures vivrières, qui a toujours été concomitante à celle du coton, permet l’approvisionnement en biens agricoles des bourgs urbains. Cependant, nous avons montré dans un travail antérieur portant sur la période 1987-1998 (Bernard et al., 2012), que l’expansion de la production de coton a conduit à une augmentation de la densité des activités agricoles, mais pas de celle des activités secondaires ou tertiaires. La rente cotonnière n’aurait donc pas été suffisante pour provoquer une expansion conséquente des activités non-agricoles.

  • 320 Cf. Ouedraogo et al., (2003), Wodon et al. (2005).

28Ce constat corrobore l’analyse de Henderson et al. (2013) selon laquelle les rentes agricoles ne permettent pas une accélération de l’urbanisation en Afrique parce qu’elles sont généralement insuffisantes. Outre la question des niveaux des prix internationaux du coton, qui sont certaines années trop faibles pour que la filière soit économiquement rentable320, une autre contrainte à l’accroissement des revenus agricoles au Mali est la croissance démographique et les taux de dépendance économique importants qu’elle occasionne. C’est ainsi que dans une étude menée en 2010 (Mesplé-Somps et al., 2010), nous montrions que la taille moyenne des ménages de coton-culteurs est plus élevée que parmi les autres agriculteurs. Même si le coton leur permet de disposer de revenus plus élevés, leur niveau de vie par tête n’est que légèrement supérieur à celui des autres ménages agricoles (et encore à condition que les cours du coton soient suffisamment élevés).

  • 321 Le fait que la région de Sikasso ait les taux de malnutrition les plus forts a beaucoup surpris, p (...)

29En outre, il est avéré qu’à l’exception de la région de Sikasso, la production agricole est souvent insuffisante pour permettre aux régions maliennes d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Bidou et Janin (2013) rapportent les résultats d’une étude qui montre qu’en 2011-2012, près de 15 % des communes maliennes étaient déclarées en difficulté alimentaire (essentiellement dans les régions de Kayes, Koulikoro et Mopti). Par ailleurs, les indicateurs de malnutrition infantile ont des niveaux fort alarmants. Entre 14 % (région de Kidal) et 39 % (région de Sikasso) des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique (mesurée en 2011 par des retards de croissance, source CSLP, 2014)321.

  • 322 Alors que les exploitants agricoles pratiquent la culture attelée sur 77,1 % des parcelles cultivé (...)

30Ce problème structurel de pauvreté en milieu rural tient à la fois à la géographie propre du Mali, la moitié de son territoire se situant dans la zone aride sahélienne, au manque chronique de technicité et d’intensification des pratiques culturales322 et, comme souligné précédemment, à la structuration spatiale de son territoire, les marchés locaux étant très étroits et mal reliés les uns aux autres. Par ailleurs, l’agriculture étant toujours très fortement dépendante de la pluviométrie, les revenus agricoles restent entièrement tributaires des aléas climatiques. De plus, il est prévu qu’à l’avenir le changement climatique va occasionner des difficultés grandissantes pour l’agriculture, les températures augmentant et la variabilité des pluies allant croissant.

31Tous ces éléments ne présagent pas d’une amélioration conséquente, à l’avenir, des niveaux de vie en milieu rural et montrent l’énormité des défis alimentaires présents et futurs tant pour nourrir les campagnes que pour nourrir les villes, mais aussi les enjeux en matière d’urbanisation et d’infrastructures urbaines, surtout si les migrations des ruraux vers Bamako s’accélèrent.

32En ce qui concerne les activités urbaines, tous les éléments mis en évidence dans cette étude montrent une économie où l’urbanisation ne s’accompagne pas d’une transformation structurelle des activités au profit de l’industrie et des services productifs. Les populations urbaines spatialement dispersées et aux compétences et revenus modestes ne génèrent pas de marchés de tailles suffisantes pour stimuler la demande de biens transformés ou de services à haute valeur ajoutée, et par ailleurs elles ne fournissent pas la main-d’œuvre instruite nécessaire pour développer de telles activités. Dans ce contexte, la richesse relativement plus grande de Bamako pourrait davantage refléter un tri des travailleurs instruits au profit de cette ville, ainsi qu’une plus grande possibilité de capturer la rente dans la capitale, plutôt que de véritables effets d’agglomération dans lesquels la densité serait associée à une plus grande productivité.

33Les facteurs qui empêchent probablement les effets d’agglomération de se produire au Mali sont divers : niveau d’éducation de la main-d’œuvre, densité et qualité des infrastructures (en dépit de certains progrès récents en ce qui concerne l’électrification), mais aussi l’insécurité foncière en milieu urbain qui rend l’accès au foncier conflictuel et risqué (Durand-Lasserve et. al., 2013 ; voir aussi Monique Bertrand dans le présent ouvrage) aussi bien pour un usage résidentiel, qu’industriel ou commercial. En outre, une condition nécessaire au développement des zones rurales grâce à l’agriculture commerciale et à l’exploitation des ressources minières est l’existence d’un système urbain doté des infrastructures propices au transport et à l’exportation.

34Tandis que le Mali est susceptible de continuer à s’urbaniser, il est primordial de mener une réflexion sur l’ensemble des politiques qui peuvent combler les lacunes qui empêchent une urbanisation économiquement soutenable. Un maillage routier moins centré sur Bamako et visant à mieux connecter les campagnes aux centres urbains secondaires ainsi qu’une meilleure dotation en infrastructures et services publics en faveur des régions seraient une condition nécessaire à l’émergence d’une croissance économique plus diversifiée ainsi qu’au désengorgement de Bamako qui risque de souffrir, dans un avenir proche, d’une congestion exacerbée de ses infrastructures limitées.

Bibliographie

Bibliographie

Bernard, C. ; S., Mesplé-Somps et G., Spielvogel, (2012), Taille des villes, urbanisation et spécialisations économiques, une analyse sur micro-données exhaustives des 10 000 localités maliennes, document de travail AFD no 130 et document de travail DIAL no 2012/17.

Bidou, E. et P., Janin (2013), Population et sécurité alimentaire : le Mali peut-il se suffire à lui-même ? in Gonin P., N. Kotlok et M-A. Pérouse De Montclos, La tragédie malienne, Paris, Ed. Vendemiaire, pp. 273-298.

Bocquier, P., (2005), World Urbanization Prospects : an alternative to the UN model of projection compatible with the mobility transition theory, Demographic Research 12 (9), pp. 197-236.

CLSP (Cellule technique) (2014) Géographie de la pauvreté au Mali, mimeo.

Cohen, B., (2005), Urban Growth in Developing Countries : A Review of Current Trends and a Caution Regarding Existing Forecasts, World Development 32 (1), pp. 23-51.

Diarra, B., (1999), Dynamique spatiale et politiques urbaines à Bamako : le rôle des images-satellite SPOT dans la gestion des villes. Ph. D. dissertation, University of Aix-Marseille I, France, 285 pages.

Durand-Lasserve, A. ; M., Durand-Lasserve et H., Selod, (2013), A systemic analysis of land markets and land institutions in West-African cities : rules and practices— the case of Bamako, Mali. World Bank Policy Research Working Paper 6687.

Dury, Sandrine ; Bocoum, Ibrahim, Le « paradoxe » de Sikasso (Mali) : pourquoi « produire plus » ne suffit-il pas pour bien nourrir les enfants des familles d’agriculteurs ? CIRAD-Université Montpellier I, septembre 2012,

E-Geopolis, (2010a), Africapolis, Dynamiques de l’urbanisation ouest-africaine 1950-2020. Université Paris Diderot, ANR, Fondation Tides, SEDET, CNRS, AFD. Accessible à l’adresse http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/THEMATIQUES/autres-publications/BT/Africapolis_Rapport.pdf

Farvacque, C. ; A., Casalis ; M., Diop et C., Eghoff, (2007), Development of the cities of Mali, World Bank Africa Region Working Paper Series Number 104a.

Fay, M. et C., Opal, (2000), Urbanization without Growth. A Not-So-Uncommon Phenomenon. World Bank Policy Research Working Paper 2412.

Gollin, D. ; R., Jedwab et D., Vollrath, (2014), Urbanization with and without Industrialization, Working Papers 2013-290-26, Department of Economics, University of Houston. mimeo.

Henderson, J. V. ; A., Storeygard et M., Roberts, (2013), Is Urbanization in Sub-Saharan Africa Different ? World Bank Policy Research Working Paper 6481.

Hugo, G. et A., Champion, (2003), New Forms of Urbanisation, Aldershot : Ashgate.

Jedwab, R., (2011), Why is Africa Urbanized but Poor ? Evidence from Resource Booms in Ghana and Ivory Coast, mimeo, 2011. Accessible à l’adresse http://federation.ens.fr/ydepot/semin/texte1112/JED2011WHY.pdf

Jedwab, R. ; L., Christiaensen et M., Gindelsky, (2014), Rural Push, Urban Pull and... Urban Push ? New Historical Evidence from Developing Countries, mimeo. Accessible à l’adresse https://www.gwu.edu/~iiep/assets/docs/papers/Jedwab_IIEPWP_2014-4.pdf

Mesplé-Somps S., Robilliard, A-S. Graeb, J. Cogneau, D. et M. Grimm, (2010) Cotton and Poverty in West Africa : A Comparative Analysis of Household Living Conditions in Mali and Burkina Faso, Impact Analysis series No 1, AFD, Paris (une version française est disponible).

Ouedraogo, N. ; A. Sanou et C., Sissao, (2003), Etude de l’impact des variations du prix du coton sur la pauvreté rurale au Burkina Faso, rapport préparé avec le soutien de la GTZ, Ministère de l’Economie et des Finances, Ouagadougou, Burkina Faso.

Overman, H.G. et A.J., Venables, (2005), Cities in the Developing World, CEP Discussion paper 695

Potts, D., (2009), The Slowing of Sub-Saharan Africa’s Urbanization : Evidence and Implications for Urban Livelihoods, Environment and Urbanization, 2009, 21, pp. 253-259.

Potts, D., (2012), What do we know about urbanization in sub-Saharan Africa and does it matter ? International development planning review, 34(1), pp. V-XXII.

Sougane, A., (2013), Evaluation de l’impact de l’émigration sur la productivité agricole au Mali, mimeo et présentation au colloque Scientifique FSP Mali contemporain 10-12 octobre 2013.

Tangara, O. et A., Soumaoro, (2012), Analyse des résultats définitifs : urbanisation, RGPH 2009, Instat, Bamako.

Wodon, Q. ; V., Briand ; P., Labaste ; K., Nouve et Y., Sangho, (2005), Cotton and Poverty in Mali, Draft World Bank Working Paper, Banque mondiale, Washington, DC.

Annexes

Annexe A : Tableaux complémentaires

Tableau A.1 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 1987(1).

Tableau A.1 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 1987(1).

(1) la répartition des emplois par secteurs d’activités ne figure pas dans ce tableau, du fait d’un manque de fiabilité dans les informations fournies par le RGPH de 1987.
Source : RGPH, 1987, INSTAT, calcul des auteurs.

Tableau A.2 – Caractéristique de la population selon les lieux de résidence, 1998.

Tableau A.2 – Caractéristique de la population selon les lieux de résidence, 1998.

Source : RGPH, 1998, INSTAT, calcul des auteurs.

Tableau A.3 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 2009.

Tableau A.3 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 2009.

Source : RGPH, 2009 INSTAT, calcul des auteurs

Annexe B : Constitution du panel de localités et agglomérations, méthodologie

Le tableau B.1 indique la répartition de la population par régions en 1987, 1998 et 2009, telle qu’elle peut être obtenue à partir des fichiers « bruts » des trois recensements, et telle qu’elle apparaît dans le panel final des localités.

Les différences de nombre de localités dans les données originales au fil des années peuvent être dues à plusieurs facteurs : l’émergence de localités nouvelles ou bien les fusions ou scissions intervenues au cours de ces trois décennies. En l’absence d’un codage commun des localités aux trois dates, il est toutefois difficile de distinguer ces modifications substantielles d’un éventuel défaut de couverture du recensement à l’une ou l’autre des dates. Dans un certain nombre de cas, il est toutefois possible d’identifier des fusions et scissions par l’analyse des noms des localités. Par exemple, les localités de Boro et Somo (cercle de Kolokani, région de Koulikoro) sont distinctes en 1998, alors qu’elles ne formaient en 1987 qu’une seule entité nommée « Boro et Somo ». Comme il est impossible de distinguer, dans les données de 1987, les ménages résidant dans la partie Boro de ceux vivant à Somo, il est nécessaire de fusionner les deux localités dans les données de 1998 et 2009, en additionnant leurs populations. De même, deux localités ayant fusionné entre deux dates doivent être fusionnées dans les données de la première car rien ne permet de distinguer à la seconde date les ménages issus des deux parties de la nouvelle localité.

Comme le montre le tableau B.1, pour la plupart des régions, on aboutit dans le panel à un nombre de localités et des effectifs de population très proches de ceux des données originales. De fait, le panel prend en compte plus de 95 % de la population malienne en 1987, 1998 et 2009. Les régions de Tombouctou et de Gao-Kidal, dans le Nord du pays, sont deux exceptions notables : pour ces régions, la proportion des populations figurant dans le panel est respectivement de 79,7 % et 68,5 % en 2009. Cela est dû au fait que les coordonnées géographiques d’un grand nombre de localités de ces deux régions n’ont pas été répertoriées en 1998 : seulement 522 localités sur 969 étaient géo-localisées pour Tombouctou, et seulement 130 localités sur 607 pour Gao-Kidal, en raison d’une proportion importante de très petites localités, dont un grand nombre de campements nomades.

Pour l’ensemble des autres régions, on dispose des coordonnées de 99 % des localités.

L’appariement des localités sur la base des noms constitue une difficulté non négligeable dans la construction du panel des localités, en particulier du fait des variations de l’orthographe des noms et de la présence de plusieurs localités du même nom dans un cercle donné. Après examen minutieux et traitement des cas problématiques, les appariements entre 1987 et 1998 et entre 1998 et 2009 ont conduit à identifier sans ambiguïté 10 169 localités présentes les quatre années et géo-localisées, soit 96,6 % de la population recensée en 1987 et 1998 et 95,7 % de celle dénombrée en 2009.

Tableau B.1. Distribution régionale du nombre de localités et population par région dans les données originales et dans le panel des localités en 1976, 1987, 1998 et 2009

Tableau B.1. Distribution régionale du nombre de localités et population par région dans les données originales et dans le panel des localités en 1976, 1987, 1998 et 2009

Afin de déterminer la densité de population des localités, il est nécessaire de passer d’une représentation de l’espace par un ensemble de points (les localités et leurs coordonnées géographiques) à une partition du territoire en zones. En l’absence d’une cartographie des limites des localités, nous mettons en œuvre une décomposition du territoire en polygones de Voronoi à l’aide d’un logiciel de SIG. Cette technique suppose que la limite entre deux localités voisines est sur la médiatrice du segment qui les joint ; l’intérêt de cette hypothèse est sa simplicité et sa neutralité323. Cette approche nécessite toutefois de disposer des coordonnées géographiques de l’ensemble des localités. Cette information n’étant pas complète, un travail de recherche de coordonnées a été effectué, en se focalisant en priorité sur les localités les plus peuplées. De cette façon, la couverture a été amenée à près de 100 % pour les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et Bamako, ce qui permet d’effectuer un découpage pertinent en polygones pour ces régions.

La détermination des limites des localités permet alors de calculer la superficie de chacune, puis la densité de population. Pour la constitution des agglomérations, nous retenons une densité minimale de 250 habitants par km2. Ainsi, deux localités contiguës dépassant toutes les deux ce seuil de densité seront fusionnées en une même agglomération. En revanche, deux localités proches ayant une densité supérieure au seuil, mais séparées par une localité ayant une densité inférieure à 250 hab/km2 ne feront pas partie d’un même ensemble. Le seuil retenu peut sembler très faible pour caractériser le milieu urbain, mais les villes moyennes maliennes ont peu de bâtiments de plusieurs niveaux, tandis qu’il est fréquent de voir des zones non construites en pleine ville (terrains vagues, zones militaires, lit de rivière, etc.).

La carte B.1 montre l’étendue spatiale de Bamako telle que définie selon les critères de voisinage des quartiers et de leur densité et les limites du bâti tracé à partir de l’image satellitaire produite par Google-Earth. On observe que ces deux images se superposent assez bien.

Au terme de ce travail, 49 agglomérations sont formées en 2009 regroupant au total 320 localités ou quartiers. La plus grande agglomération, Bamako, contient 92 localités/quartiers regroupant 2,1 millions d’habitants, alors que selon sa définition administrative Bamako n’est composée que de 63 quartiers regroupant seulement 1,8 million d’habitants. La carte B. 2 représente l’évolution de la surface urbaine de Bamako depuis les années 80. On voit à quel point la capitale s’est étendue. Alors que l’agglomération de Bamako ne contenait que 61 localités/quartiers en 1987, 10 nouvelles localités ont rejoint sa zone de co-urbanisation en 1998 et 21 autres en 2009.

Carte B.1 – Polygones de Voronoi et limite urbaine de Bamako identifiée via Google-Earth (2009)

Carte B.1 – Polygones de Voronoi et limite urbaine de Bamako identifiée via Google-Earth (2009)

Sources : INSTAT, Google-Earth et auteurs.

Carte B.2 – Expansion spatiale de Bamako, 1990, 2000 et 2010

Carte B.2 – Expansion spatiale de Bamako, 1990, 2000 et 2010

Source : Diarra (1998), District de Bamako (2009) et INSTAT

Notes

300 Ce travail a notamment été entrepris dans le cadre d’un partenariat de recherche entre l’unité de recherche DIAL de l’IRD et l’INSTAT du Mali. Nous remercions vivement l’Institut National de la Statistique (INSTAT) du Mali, et plus particulièrement son directeur M. Seydou Moussa Traoré et Mme Doumbia Assa Gakou, Chef de Département des Statistiques Démographiques et Sociales, pour avoir mis à notre disposition les données des recensements généraux de la population. Une version qui reprend largement ce travail est disponible en anglais sous le titre « Urban Growth in Mali : A Spatial Lens ».

301 Selon nos propres calculs (cf. section méthodologique). Selon l’Institut de la statistique du Mali, la part des Maliens vivant en ville est estimée à 35 % de la population totale en 2009 (contre 17 % en 1976), les urbains étant définis comme les personnes vivant dans une localité de plus de 5 000 habitants (Tangara et Soumaoro, 2012, tableau 2.9, page 34).

302 En 2009, le PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) du Mali était de 1 067 USD (dollars internationaux constants de 2005), soit dix fois moins que la moyenne mondiale (source : World Development Indicators).

303 Ce modèle surestimerait les taux d’urbanisation en Afrique, en Inde et en Océanie d’environ 30 % (Bocquier, 2005).

304 Un premier recensement a été mené en 1976. Cependant les données brutes ne sont plus disponibles, seules les populations des localités et quartiers recensés le sont. Dans ce chapitre, il y sera parfois fait référence.

305 Deux définitions des villes sont effectivement adoptées par l’INSTAT. La première définit les villes comme étant tout bourg de plus de 5 000 habitants (définition qui prévalait pour les recensements antérieurs), tandis que la seconde considère comme villes les communes (37) qui sont désignées comme urbaines par la loi sur la décentralisation (loi 99/035 du 10 août 1999).

306 La carte ne mentionne les noms que des 11 agglomérations de plus de 30 000 habitants.

307 L’agglomération de Bamako contient 92 localités/quartiers regroupant 2,1 millions d’habitants, alors que la limite administrative de Bamako est composée de 63 quartiers regroupant seulement 1,8 million d’habitants.

308 Selon la base de données Africapolis.

309 En 1976, 1987 et 2009, Ségou est la seconde agglomération malienne ; en 1998, c’est Sikasso.

310 Pour ce faire, nous avons recalculé pour chacune des agglomérations et localités identifiés en 2009 leur taille sur les périodes antérieures, à partir des trois recensements disponibles (1987, 1998 et 2009).

311 Le tableau 2 montre la répartition du stock de migrants internes en 2009 selon leur niveau d’éducation. Il n’est pas possible de savoir s’ils ont acquis leur éducation avant ou après avoir migré.

312 Lorsque ne sont prises en compte que les six communes qui composent le district de Bamako, la proportion des ménages disposant de l’électricité augmente à 73,2 % (contre 68,2 % sur l’ensemble de l’agglomération, telle que nous l’avons définie, cf. tableau 3).

313 La proportion des ménages ayant accès à un robinet d’eau potable est égale à 43,4 % dans le district de Bamako (ensemble des six communes).

314 Le tissu des entreprises formelles est toutefois très limité, les salariés recensés peuvent aussi travailler dans des entreprises informelles, plus structurées et importantes en ville qu’en campagne.

315 Nous n’avons pas pu faire un diagnostic sur les types d’emploi occupé, du fait du trop grand nombre d’observations manquantes.

316 Toutefois, même si leur nombre a augmenté entre 1998 et 2009, leur part stagne en 2009 à moins de 10 % des emplois totaux (cf. figure 7 et tableaux A.2 et A.3).

317 Source : African Development Indicators 2012/13.

318 Ces activités, essentiellement dans les mines d’or, sont concentrées dans les villes de moins de 30 000 habitants et dans les zones rurales le long de la frontière avec la Guinée (histogramme non reproduit, disponible sur demande auprès des auteurs).

319 Cela se manifeste à la fois par l’afflux important de familles migrantes mais aussi par l’accueil au sein des familles bamakoises de parents venant de l’intérieur du pays.

320 Cf. Ouedraogo et al., (2003), Wodon et al. (2005).

321 Le fait que la région de Sikasso ait les taux de malnutrition les plus forts a beaucoup surpris, puisque cette région est en situation d’autosuffisance alimentaire. Les facteurs évoqués sont un régime alimentaire insuffisamment protéiné (en comparaison des régions plus au Nord où l’élevage et la pêche sont plus répandus) et un taux de dépendance démographique plus fort qu’ailleurs. On suspecte aussi le rôle du manque de soins donnés aux enfants par des mères surchargées par le travail agricole (cf. Dury et Bocoum, 2012).

322 Alors que les exploitants agricoles pratiquent la culture attelée sur 77,1 % des parcelles cultivées, seulement 5,2 % d’entre elles sont exploitées via la culture motorisée. Seulement 7,7 % des parcelles sont cultivées avec du pesticide, 24,4 % avec des engrais et 16,8 % avec des semences améliorées (Sougane, 2013).

323 Toutefois, si on peut effectivement supposer que cette hypothèse est vérifiée en moyenne sur l’ensemble d’un territoire, elle n’a aucune raison de générer correctement les vraies limites géographiques entre les localités. On peut donc s’attendre à ce que ce découpage produise un certain nombre d’incohérences, en particulier aux endroits où la distribution spatiale des localités est très irrégulière ; par exemple, lorsqu’un groupe de points proches est isolé dans une zone où la densité de points est faible. Ce cas de figure s’est présenté notamment pour la ville de Tombouctou, ce qui a nécessité un traitement spécifique pour cette ville.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Répartition de la population malienne par types de localités (2009)
Légende Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Carte 1 – Répartition spatiale des zones urbaines, 1987, 1998 et 2009.
Légende Source : représentation des auteurs à partir des données brutes des recensements RGPH 1987, 1998 et 2009 (INSTAT), et de données extraites de Foster et Briceño-Garmendia (2010).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Carte 2 – Densité de population en 2009.
Légende Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 3 – Le réseau de transport routier au Mali (circa 2009)
Légende Source : représentation des auteurs à partir des données brutes des recensements RGPH 1987, 1998 et 2009 (INSTAT), et de données extraites dans Foster et Briceño-Garmendia (2010), Bright, et al. (2013), et SAP (2012)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 2 – Evolution de la population totale par type de localité
Légende Source : auteurs, d’après RGPH, 1987, 1998, 2009 INSTAT.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 1 – Caractéristiques moyennes des ménages selon leur lieu de résidence, 2009
Légende (1) Le taux de dépendance démographique est défini comme le ratio entre la somme du nombre d’enfants de moins de 15 ans et d’adultes de plus de 64 ans sur le nombre d’adultes de 15 à 64 ans.(2) Le taux de dépendance économique est défini comme le ratio entre le nombre d’adultes et le nombre d’adultes qui travaillent.(3) il s’agit de la part des étudiants âgés de 15 à 64 ans parmi les membres du ménage âgés de 15 à 64 ans.(4) La proportion de membres du ménage faisant partie de la famille élargie est le pourcentage de personnes dans le ménage qui n’ont pas de lien direct avec le chef de ménage (c’est-à-dire toute personne autre que ses parents, ses enfants ou ses épouses).(5) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.Source : auteurs, d’après RGPH 2009 INSTAT.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau 2 – Répartition des migrants internes âgés de 15 à 64 ans. selon leur lieu de résidence et leur niveau d’éducation, 2009
Légende (1) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Tableau 3 – Accès aux biens publics, 2009
Légende (1) Excepté Kayes, Sikasso, Ségou et Bamako.Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 3 – Répartition sectorielle des emplois par lieux de résidence, 2009
Légende Source : auteurs, d’après RGPH 2009, INSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Tableau 1 : Nombre d’emplois par type localité et de secteur, 1998, 2009
Légende Source : auteurs, d’après RGPH, 1998, 2009, INSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Tableau A.1 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 1987(1).
Légende (1) la répartition des emplois par secteurs d’activités ne figure pas dans ce tableau, du fait d’un manque de fiabilité dans les informations fournies par le RGPH de 1987.Source : RGPH, 1987, INSTAT, calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Tableau A.2 – Caractéristique de la population selon les lieux de résidence, 1998.
Légende Source : RGPH, 1998, INSTAT, calcul des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau A.3 – Caractéristiques de la population selon les lieux de résidence, 2009.
Légende Source : RGPH, 2009 INSTAT, calcul des auteurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau B.1. Distribution régionale du nombre de localités et population par région dans les données originales et dans le panel des localités en 1976, 1987, 1998 et 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Carte B.1 – Polygones de Voronoi et limite urbaine de Bamako identifiée via Google-Earth (2009)
Légende Sources : INSTAT, Google-Earth et auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Carte B.2 – Expansion spatiale de Bamako, 1990, 2000 et 2010
Légende Source : Diarra (1998), District de Bamako (2009) et INSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21242/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteurs

Chercheur économiste à l’IRD au sein de l’UMR IRD-Université Paris Dauphine, DIAL (Développement, Institutions et Mondialisation). Ses recherches portent sur les questions de pauvreté, d’inégalités, d’urbanisation et d’impact de la migration en Afrique.

Économiste sénior au département de la recherche de la Banque mondiale. Jusqu’en 2008, il était chercheur à l’INRA et professeur associé à l’Ecole d’Economie de Paris. Ses travaux récents portent sur les droits fonciers, les transports, et l’urbanisation des pays en développement.

Maître de conférences en économie à l’Institut d’études du développement économique et social (IEDES) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur la géographie économique des pays en développement et sur les déterminants économiques et politiques des migrations internationales.

Spécialiste des questions d’environnement au département de la recherche de la Banque mondiale. Ses travaux portent sur les aspects spatiaux du développement en lien avec les transports, l’économie géographique, les bassins fluviaux internationaux, et le changement climatique.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540