Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Troisième partie. Nouveaux cadets sociaux

Les jeunes et l’ailleurs du pouvoir au Mali

Shaka Bagayogo et Tiéman Coulibaly

Texte intégral

1En janvier-février 2012, le Général Amadou Toumani Touré (ATT) achève son second et dernier mandat présidentiel, et les milieux politiques discutent les plus récents actes du pouvoir central en se préparant pour l’après ATT. Mais une mutinerie dans les rangs militaires à Kati débouche en fin de compte sur un coup d’Etat. Le général ATT disparait tandis que s’installe un pouvoir transitoire d’un an, géré par les putschistes et des civils. C’est la chute d’ATT qui ouvre les yeux des Maliens sur le Nord du Mali, où l’armée a essuyé un cuisant revers devant les djihadistes touareg. Quelques mois plus tard, après avoir occupé tout le Nord, de Kidal à Douentza, les rebelles touareg et leurs maîtres djihadistes sont en marche sur Kona, le centre et le sud du pays. Le pouvoir transitoire du Mali appelle au secours, la France intervient et stoppe net ces troupes. Très rapidement, les élections mettant fin à la transition sont organisées et presque toutes les institutions sont à nouveau en place.

2Pour autant, Kidal reste toujours en guerre, et le reste du Mali par ricochet. La France ne délivre plus d’ordres de mission à ses ressortissants, et ceux qui sont sur place ne peuvent pas quitter Bamako. Le présent travail, conçu comme opération conjointe d’une équipe malienne et d’une équipe française, en a souffert. Le présent chapitre est écrit dans ce contexte où le Mali vit les derniers actes de sa construction en Etat-Nation, découvrant ainsi l’immensité de la tâche encore à accomplir.

3Nos enquêtes se sont déroulées sur deux sites : un site urbain (deux quartiers centraux contigus de Bamako : Bozola et Niaréla ; et le quartier de Sébénikoro) et un site rural (le bourg de Djidiéni, situé sur l’axe Bamako-Nara, à environ 50 km de Kolokani). Bamako est le lieu de reflux de tous les Maliens, d’où une très forte concentration de population. On y distingue les quartiers centraux et les quartiers périphériques, où résident les néo-citadins. Sébénikoro est un de ces quartiers peuplé de citadins de fraiche date, alors que Bozola et Niaréla sont deux quartiers centraux où vivent depuis quatre siècles les familles fondatrices de la capitale malienne. Les débats politiques et sociaux y sont vifs, et ces deux quartiers se sont fortement mobilisés en faveur du mouvement et des associations démocratiques, leurs habitants ayant reçu les premières balles tirées par l’armée malienne en 1991 contre la population de la capitale. Djidiéni, qui fait partie des nouvelles villes émergentes, est une agro-ville reliée à la capitale, à laquelle elle fournit le surplus de sa production agricole, par une route goudronnée. Nous avons choisi ce site d’une part pour une simple raison de comparaison entre milieux urbain et rural, et d’autre part parce qu’il n’a pas constitué un centre de la révolution démocratique malienne.

4A Bamako, deux équipes ont travaillé sous notre direction à des enquêtes qualitatives (focus group, entretiens individuels). Nous tenions beaucoup à faire parler plusieurs catégories de jeunes et de moins jeunes, menant ainsi des enquêtes parmi les premières du genre, et selon la méthodologie que nous pensons la plus susceptible de nous éclairer sur les réactions des enquêtés. Les enquêtes de Djidiéni devaient au départ présenter le même caractère qualitatif. Mais l’impossibilité durable d’obtenir des ordres de mission pour sortir de Bamako nous a cependant conduit à envoyer sur place des enquêteurs, dont nous ne pouvions superviser le travail que de loin. Pour cette raison, les deux équipes ont conduit à Didiéni des enquêtes quantitatives en utilisant des questionnaires mêlant questions ouvertes et fermées soumis aux interlocuteurs. Cette divergence entre les méthodes d’enquête confère aux résultats obtenus dans la capitale et dans le bourg rural un caractère complémentaire plus que comparatif.

23 ans après le 26 mars 1991

5Le 26 mars 1991 fut un évènement majeur dans l’instauration de la démocratie pluripartite dans la République malienne. Les mouvements démocratiques, les mouvements de jeunes, élèves ou non, et enfin les militaires mirent fin à 23 ans d’un régime qui ne pouvait souffrir la moindre contestation. Les jeunes de Bamako et des autres villes et bourgs du Mali ont été fauchés par dizaines par les balles des soldats lâchés par le pouvoir contre les insurgés. Petits commerçants, jeunes déscolarisés, jeunes chômeurs, lettrés, illettrés, etc., ils avaient répondu à l’appel d’associations créées et animées par eux. Aussi le 26 mars 1991, jour de l’intervention d’une fraction de l’armée malienne et de la chute de Moussa Traore, ouvrait pour le Mali et sa jeunesse une page d’espérance, que la révolution démocratique malienne n’a pas su combler.

6Hasard du calendrier, ce nouveau régime qui comptait plus de 150 partis politiques a vécu la durée exacte du règne du Général Moussa Traore, 23 ans. En son début militaires, mouvement démocratique, syndicats et associations de jeunes ont conduit la marche du Mali jusqu’aux élections, gérant ensemble le Comité de Transition pour le Salut du Peuple (CTSP), organe dirigeant du Mali post-dictatorial. Les associations de jeunes et l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) avaient un cahier de charges et d’autres revendications qui seront transformées par l’AEEM en mémorandum propre à elle.

  • 284 Sur injonction du FMI et de la Banque mondiale, le Mali verrouilla l’entrée à la fonction publique (...)

7Le dénominateur commun de toutes ces associations est qu’elles sont formées de jeunes, lettrés ou illettrés, qui chôment tout simplement depuis des années. Les élèves et étudiants sont dans la même situation depuis que l’Etat ne recrute plus beaucoup284. Deux régimes se sont succédé, mais les jeunes maliens sont toujours plus nombreux sans travail, sans perspective, sans avenir sûr. Dans les villes, chaque matin, chaque après-midi, chaque soir, ils s’assoient autour du thé en guettant le moindre travail. A défaut, certains tentent de quitter le pays et de partir en immigration, en affrontant les dangers et parfois la mort dans le désert ou en Méditerranée. Mais le gros du contingent de jeunes reste au Mali, dans leurs familles ou en exode dans les villes. Que font-ils dans les nouveaux espaces de vie qu’ils ont créés ? A quels loisirs s’adonnent-ils et où ? Quel est le mode d’expression privilégié des jeunes ? Qu’attendent-ils ? Cette série de questions et bien d’autres nous ont inspiré dans nos enquêtes. Ce disant, nous allons y entrer immédiatement par le bourg rural de Djedjéni, d’abord, pour revenir ensuite à Bamako.

Les jeunes de Djidiéni

8Dans le bourg de Djidiéni, 152 jeunes, sélectionnés au hasard, dont 84 hommes et 68 femmes, ont été enquêtés. Nous avons regroupé l’ensemble des données recueillies en une série de tableaux (30 au total) dont quelques-uns seulement figurent en annexe.

9Les jeunes enquêtés ont été rangés en trois tranches d’âge (15-24 ans, 25-34 ans, 35-45 ans). La tranche d’âge de 25-34 ans regroupe 50 % des hommes interrogés, tandis que les femmes âgées de 15 à 24 ans forment 61,8 % des enquêtées. Ces proportions sont assez proches, en milieu rural, de la réalité.

10Comme le montre ce tableau, un peu plus de la moitié des enquêtés de Djidiéni sait lire et écrire, ce qui témoigne du progrès de la scolarisation dans les milieux ruraux.

Répartition des enquêtés par sexe selon le niveau d’instruction

Répartition des enquêtés par sexe selon le niveau d’instruction

11Concernant le statut matrimonial de nos enquêtés, les célibataires à Djidiéni sont au nombre de 27 parmi les 84 jeunes hommes, et de 16 sur 68 jeunes femmes. Un écart moyen de 8 à 10 ans d’âge au moment du mariage sépare les jeunes femmes et les jeunes hommes. Des écarts équivalents sont fréquemment constatés en milieu rural. Il faut toutefois noter que les jeunes mariées mettent au moins trois ans à déménager chez leurs maris.

12En répondant à la question « Quel est votre métier ? » ou « Quel métier êtes-vous en train d’apprendre ? », les jeunes répartissent leurs professions en trois secteurs (primaire, secondaire et tertiaire). Ces réponses nous révèlent que la jeunesse rurale de Djidiéini n’est pas prête à suivre ses parents dans les champs : 73 % des filles et garçons voient dans le tertiaire le lieu privilégié de leurs investissements contre 23,7 % pour le secteur primaire (annexe, tableau 1). Ainsi est posé le problème de la création d’emplois et de l’insertion socio-économique des jeunes en milieu rural au Mali (voir aussi Bunge et alii, 2013).

13Qu’est-ce que la jeunesse pour notre jeune cohorte de Djidiéni ? A la question ouverte « Quelle définition donnez-vous à la jeunesse ? », les réponses sont ventilées comme suit : pour 82 % des jeunes enquêtés, c’est l’énergie et la pleine santé. 17 % d’entre eux définissent la jeunesse par la capacité de créativité pour servir la communauté (annexe, tableau 2).

14Le bourg de Djidiéni a réservé à la jeunesse deux espaces, la maison des jeunes et le campement. Presque à l’unanimité, les jeunes femmes et les jeunes hommes (98,7 %) affirment s’y rendre pour se divertir, et quelquefois pour apprendre un métier ou améliorer ses connaissances professionnelles. Les concerts, soirées dansantes, représentations théâtrales, réceptions, arts martiaux sont les activités que la jeunesse y mène principalement. Les comportements déviants (vols, viols et consommation d’alcool) sont bannis de ces espaces. Quant aux préférences des jeunes en matière de loisir, ils citent en premier lieu le cinéma (32,6 %), devant la musique et la danse (16,4 %) suivies du football (16,1 %).

15Le seul critère exigé pour être membre d’une quelconque association, c’est de résider au lieu où elle agit en permanence. Pourtant deux tiers des jeunes enquêtés ne sont membres d’aucune association (annexe, tableau 3). Un peu plus d’un jeune sur dix appartient à l’association des jeunes du bourg. L’association des jeunes femmes, qui compte 24 femmes et 2 hommes, mobilise plus d’adhérents que les 6 autres. Comparativement, 48 des jeunes de Djidiéni (sur 152 enquêtés, soit 31,8 %) sont actifs dans un parti politique. La raison qu’ils donnent est qu’ils aiment le leader du parti politique, et la figure du Président élu Ibrahim Boubakar Keita émerge clairement du lot. Presque la moitié des jeunes de Djidiéni qui militaient ont en effet choisi IBK au moment des élections. Quant à ceux qui ne militent pas, et qui en donnent la raison, les plus nombreux (la moitié) disent simplement « La politique ne me plait pas », et un sur sept invoque le manque de temps.

16Lorsqu’on demande aux militants des partis politiques de décrire le rôle qu’ils y jouent, on constate qu’ils sont soit de simples militants, soit, mais beaucoup plus rarement, qu’ils ont des fonctions d’organisateurs : des rôles toujours modestes.

17Leur vision de la démocratie est floue. 30,3 % des enquêtés confondent démocratie et anarchie (ils emploient le terme yέrέmàbila qui signifie anarchie, laisser-aller total). Cette confusion vient du fait que les Maliens ont assimilé la démocratie à la possibilité de faire et de dire tout ce qu’on veut sans aucune restriction. 6,8 % seulement donnent des réponses signifiantes sur ce que veut dire la démocratie, en l’opposant au régime dictatorial de Moussa Traore, tandis que 46 % des répondants sont sans avis quand on leur demande quelle est leur perception de la démocratie au Mali. Est-il possible d’améliorer la compréhension des Maliens sur la démocratie ? Oui disent les jeunes de Djidiéni, la démocratie mérite plus d’explication, plus de communication de la part de la classe politique.

18Entrons maintenant à l’intérieur des familles pour nous enquérir du rapport des jeunes à leurs aînés (annexe, tableaux 4 et 5).

19Si 8 sur 10 des jeunes enquêtés estiment que leurs rapports à leurs aînés sont bons, il y a tout de même un écart de dix points entre la proportion des jeunes hommes qui font cette réponse (82,1 %) et celles des jeunes femmes (72,1 %) : l’enquête confirme donc une situation très classique des rapports aînés/cadets dans le monde domestique rural. De même, lorsqu’on leur demande s’ils ont une influence sur les opinions et choix de leurs aînés, 35,7 % des jeunes hommes répondent par l’affirmative, mais seulement 8,8 % des jeunes femmes : au total, trois sur quatre des jeunes enquêtés estiment n’avoir aucune influence sur les opinions et choix de leurs aînés. Et pourtant 8 sur 10 de ces jeunes affirment qu’ils ne peuvent s’épanouir qu’avec les autres. Les 20 % restant estiment que dans leur commune, l’union fait la force et que nul ne peut aller sans les autres. C’est-à-dire qu’à l’unanimité les jeunes de Djidiéni épousent parfaitement les principes de leur communauté : la vie avec les autres est à leurs yeux incontournable.

20En définitive il faut donc comprendre que les jeunes ruraux accordent une très grande importance à la vie en communauté. Pourtant, nous constatons aussi le faible engagement des jeunes de Djidiéni dans les associations politiques. Ils ne se sentent pas concernés par les questions qui y font référence. Ils préfèrent majoritairement se taire plutôt que dévoiler leurs opinions. Et pourtant, dans le Mali d’aujourd’hui qui a connu une évidente libération de la parole, les jeunes ont des opinions politiques que les enquêtes quantitatives ne révèlent que peu. Leur silence et leur faible engagement politique nous apparaît sous un autre jour à Bamako à travers les enquêtes qui y ont été menées.

Les jeunes de Bamako

21Les enquêtes de Bamako ont pris le relais de celles de Djidiéni. Qualitatives, on l’a dit, ces enquêtes ont touché 12 focus groups à Sébénikoro (S1 à S12) et deux à Bozola (B1 et B2), et 8 interviews individuelles (I1 à I8) à Bozola et Niaréla, plus une à Sébénikoro. Dans le quartier de Sébénikoro, situé au Sud-Ouest de Bamako sur la route de Kangaba, les focus groups ont eu lieu dans les grins des secteurs I, II, III, VII et VIII. Quant aux enquêtes individuelles, elles eurent lieu dans des endroits choisis par les enquêtés.

22La seconde phase des enquêtes de Bamako a concerné Bozola et Niaréla : huit entretiens individuels, et deux focus group. Bozola et Niaréla sont deux quartiers centraux de la capitale malienne. Lors des évènements du 26 mars 1991, ils furent le théâtre d’une forte mobilisation des jeunes et de leurs familles contre le pouvoir en place. Ils en payèrent le prix.

Présentation de chacun des focus group et personnes interviewées

S1 et S2

6 personnes dont un étudiant, un enseignant du second cycle de l’enseignement fondamental et 4 adultes de 55 ans d’âge moyen, tous illettrés. Au 26 mars 1991, l’étudiant avait 6 ans, les 5 autres enquêtés avaient en moyenne 40 ans

S3

trois membres, tous étudiants, âgés de 30, 21 et 26 ans

S4

4 personnes, des femmes, âgées de 38 à 56 ans. Trois d’entre elles ont pleinement vécu les évènements du 26 mars 1991. Les quatre ont le BT2 ou une maîtrise en Droit. Elles sont toutes mariées et 3 sur 4 chôment. Une seule, avec son BT2, est agent administratif

S5

deux personnes, des commerçants, tous deux engagés dans la vie politique, après avoir participé aux évènements de mars 1991

S6

quatre personnes, d’âge compris entre 35 et 38 ans, ayant toutes terminé des études supérieures, et qui travaillent. Deux d’entre eux sont mariés et deux sont célibataires.

S7

quatre enseignants du second cycle de l’enseignement fondamental. Ils sont âgés respectivement de 55, 49, 54 et 41 ans, tous sont mariés. Trois d’entre eux étaient déjà trentenaires lors de la Révolution Démocratique du 26 mars 1991.

S8

une seule personne, un homme de 35 ans, marié, qui a fait des études supérieures, et qui est désormais un homme politique engagé dans le RPM

S9

trois enseignants du second cycle de l’enseignement fondamental, tous trois mariés, âgés respectivement de 53, 48 et 61 ans.

S10

trois personnes, toutes mariées, d’âges respectifs 50, 42 et 46 ans. Tous ont fait des études et travaillent

S11

un comptable, un tailleur illettré et un enseignant, tous trois mariés et d’âge mûr (47, 56 et 36 ans)

S12

un gestionnaire et un commerçant ; l’un et l’autre ont fait des études supérieures et sont mariés.

I1

jeune femme âgée de 26 ans, mariée, mère de deux enfants ; vend des jus et de l’eau glacée à Bozola. En 1991, elle n’avait que 6 ans. Expérience politique limitée à la connaissance des responsables ADEMA de son quartier

I2

homme de 28 ans, marié et père de 2 enfants, en 5ème année Mécanique Auto de l’Enseignement Technique et Professionnel

I3

femme, 41 ans, veuve, mère de 2 enfants, commerçante ; a arrêté ses études en 9ème année de l’Ecole fondamentale pour se marier

I4

jeune homme, 28 ans, célibataire, guide touristique ; a arrêté ses études après le Diplôme d’Etudes fondamentales ; avait 8 ans en 1991

I5

homme, 39 ans, célibataire, a été scolarisé ; vendeur de motos

I6

étudiant, 24 ans, célibataire sans enfant ; n’a pas participé aux évènements politiques et sociaux de mars 1991.

I7

homme, 30 ans, célibataire, titulaire du Brevet de Technicien (BT) en bâtiment ; tantôt il est maçon, tantôt il vend de l’essence en bouteille, des cartes téléphoniques de recharge, etc

I8

homme, célibataire, 40 ans, a suivi l’école coranique, pas d’autre scolarisation, réparateur de motos, mais aussi à ses heures perdues commerçant ou coursier.

B1

6 jeunes dont un seul célibataire, tous ont été à l’école (leur niveau va de l’Enseignement fondamental au supérieur), âgés de 38, 24, 41, 39, 40 ans ; deux sont employés à l’HUICOMA, un mécanicien auto, un commerçant, un coursier et un enseignant.

B2

quatre jeunes, âges compris entre 27 et 32 ans, tous célibataires ; 3 ont arrêté leurs études à l’école fondamentale, le 4e a terminé l’enseignement secondaire. Les deux premiers vendent du riz, le troisième des fripes et le quatrième des pagnes ; n’ont pas participé au soulèvement populaire du 26 mars 1991

23Comme on le voit, les enquêtés sont essentiellement de jeunes adultes, ce qui correspond assez bien à l’acception courante au Mali pour le terme « jeune », avec une certaine diversité professionnelle. Ces groupes, qui forment tous des grins, ont été contactés par le jeu d’interconnaissances. Une fois l’accord acquis, un rendez-vous était donné pour le premier entretien. La plupart du temps, il a été suivi de deux ou trois autres rendez-vous au cours desquels le contenu des conversations a largement révélé les préoccupations des membres du groupe. Dans chacun d’eux, les conversations ont été lancées ou ramenées sur trois types de thèmes : les souvenirs des évènements de 1991, le bilan des deux décennies de la démocratisation, et les problèmes spécifiques des jeunes.

Les évènements de mars 1991

24Pour les deux premiers groupes, les acteurs de la chute de Moussa Traore étaient des politiciens, des fonctionnaires, des élèves et étudiants et des petits commerçants, qui tous affirmaient qu’après son départ le pays allait sortir de la crise : les petits commerçants n’allaient plus payer d’impôt, les élèves et étudiants verraient leurs revendications satisfaites, les politiciens auraient la liberté de paroles et de critiques. D’après eux, la seule grande certitude, c’est que la chute de Moussa a entraîné la libération de la parole pour tous les Maliens ; et ils pensent refléter l’opinion d’une très forte majorité de Maliens en disant que les politiciens ont eu ce qu’ils voulaient : le pouvoir. Quant aux autres promesses, par exemple d’emplois et de formation, faites à la jeunesse si nombreuse à chômer, elles furent tout simplement oubliées.

25Pour les femmes du groupe S4, qui ont pleinement vécu les évènements de mars 1991, il y avait dans la rue trois catégories d’individus : les élèves et étudiants, les vagabonds et les politiciens. Ces trois catégories ne voulaient qu’une seule chose : faire partir Moussa Traore. Les politiciens et les étudiants avaient des revendications et doléances consignées pour les premiers dans un cahier de charges et les seconds dans un mémorandum. L’Union Nationale des Travailleurs (UNTM) réclamait une augmentation et la régularisation des salaires. Selon elles, Moussa Traore avait accepté toutes les revendications, mais voulait les faire adopter par le Congrès Extraordinaire de l’UDPM. Le congrès n’a pas eu lieu parce que « les politiciens ont corrompu les élèves et les étudiants. Moussa Traore devait tomber avant le congrès. Et c’est ce qui arriva ». Après que la parole, comme le réclamaient l’UNTM et les politiciens, fut libérée, il fallait faire face au reste des revendications comme l’emploi et la formation des jeunes devant lesquels la fonction publique restait fermée. Pour les femmes enquêtées, malgré des retards de 3 à 6 mois dans le versement des salaires, « la formation dans les écoles maliennes était bien assurée par les enseignants ».

  • 285 Alliance pour la Démocratie au Mali.
  • 286 Conseil National d’Initiative Démocratique.
  • 287 Association Malienne des Droits de l’Homme.
  • 288 CTSP : Comité de Transition pour le Salut du Peuple.
  • 289 Association des Elèves et Etudiants du Mali.

26Les deux commerçants et hommes politiques qui constituent le groupe S5, et qui avaient respectivement 20 et 24 ans en 1991, pensent que les deux catégories des plus engagées dans le combat étaient les élèves, étudiants et diplômés sans emploi d’une part, l’UNTM et les associations politiques (ADEMA285, CNID286, AMDH287 sous la houlette de Maître Demba Diallo) d’autre part (et ce sera aussi l’analyse du groupe S11). Ils se souviennent parfaitement de la composition du CTSP288 proposée par le Comité Militaire de Coordination Nationale (CCN). Selon eux, les élèves et étudiants demandaient des bourses pour tous les élèves et étudiants, et l’ouverture au Mali d’une université avec cité universitaire pour les jeunes sans emploi déjà nombreux ; ils exigeaient aussi l’ouverture du concours d’entrée à la fonction publique aux autres jeunes, lettrés ou non, ils sollicitaient pour tous du travail. Ces jeunes étaient regroupés dans plusieurs autres associations que l’AEEM289.

27Pour les trois hommes d’âge mûr, mariés, ayant fait des études, disposant d’un emploi, qui constituent le groupe S10, la cause directe de la révolution du 26 mars 1991 était la suivante : « Le peuple était fatigué de supporter le régime dictatorial de Moussa Traore et son Gouvernement » Mais le fait que les salaires accusaient des retards de 3 à 6 mois a aussi joué un rôle. Et enfin il n’y avait plus d’emploi pour les jeunes organisés dans les associations. Alors les militaires ont mis à profit la situation de révolte pour chasser Moussa Traore. Ce groupe n’apprécie que deux jeunes figures du mouvement démocratique, qui sont le Dr Oumar Mariko, et l’actuel premier Ministre Moussa Mara.

28Pour les deux hommes du groupe S12, ce sont les élèves, les étudiants, leurs frères et sœurs, les jeunes citadins, et les hommes politiques, qui étaient aux avant-postes des événements du 26 mars 1991. Ils attendaient du pouvoir la satisfaction des revendications des scolaires, mais aussi démocratie, multipartisme, liberté d’expression, liberté de presse, et en fin de compte la fin du monopartisme du Général Moussa Traoré, donc des réformes politiques à proprement parler.

Le bilan de deux décennies de la démocratisation : l’échec de l’éducation

29Les groupes S1 et S2 ont un avis sur les régimes d’Alpha Oumar Konaré et d’Amadou Toumani Touré : « la sécurité alimentaire était faible, les produits alimentaires très chers, parce que les deux gouvernements faisaient eux aussi du commerce à travers des commerçants de la place auxquels ils accordaient des monopoles ».

30Les groupes S3 et S6 se sont exprimés plus longuement. A la question « vous reconnaissez-vous dans des pouvoirs successifs depuis au moins 20 ans ? », les réponses du groupe S3 alignent une série d’insatisfactions à l’égard des trois régimes. Sous le général Moussa Traore, les salariés pouvaient travailler trois mois sans être payés ; Alpha Oumar Konare a régularisé cette situation, mais il n’a pas pu régler le problème de l’emploi des jeunes, encore moins renouveler le système éducatif. Un des interlocuteurs cite son grand frère et un ami, qui ont tous deux terminé leurs études depuis 1990 et 2002, et sont toujours sans travail. ATT a poursuivi l’amélioration du tracé des routes entamé par Alpha, mais lui aussi nous a laissés sans emploi et avec une école encore plus délabrée. En conséquence, les filles et garçons de leur âge sont plus nombreux à ne pas se marier. Les filles et leurs parents sont à la recherche d’hommes riches ou qui, au moins, travaillent. Avant la fin de leurs études, les étudiants maliens, dans leur majorité, apprennent aussi un second métier. L’aîné du groupe est revendeur de téléphone portable, les deux autres sont coiffeurs chez des artisans. Certains, une fois les études terminées, partent ou tentent de partir aux USA ou en Europe.

31A la fin de l’interview deux autres interlocuteurs se sont joints au groupe, et l’un d’eux apporte son témoignage : « mon petit frère a terminé ses études. A cause du chômage, il est allé en Espagne. Moi qui vous parle, je suis ouvrier en Italie. Je suis actuellement en congé à Bamako. Je connais 27 jeunes qui sont en France, Espagne, Italie, Portugal. Ils y sont allés pour travailler ». L’autre est fataliste : « moi je me résigne, je m’en remets à Dieu, je ne veux plus travailler et j’attends mon jour de chance ». Le groupe en vient alors à mettre en cause le comportement de l’élite politique : « Les jeunes recrutés durant les 20 ans passés – et beaucoup plus sans doute –, à la police, à la gendarmerie, dans les écoles pour élèves et officiers de l’armée malienne, ils sont quasiment tous fils de politiciens, de directeurs nationaux, des élites, des différents corps d’armée, et enfin des élus à l’Assemblée Nationale. Les fils de pauvres y sont rares ». En conclusion, « il n’y a pas d’avenir au Mali tant que l’école à tous les étages, du primaire au supérieur, n’est pas debout ».

32Le groupe S6, en prenant l’exemple de l’éducation, aboutit à un jugement plutôt favorable à Moussa Traore, au détriment des présidents démocrates. Sous le régime du général Moussa Traore, les élèves et étudiants étaient bien formés malgré l’irrégularité du paiement des salaires. C’était un enseignement de qualité. C’est sous ce régime aussi que la sensibilisation pour la scolarisation des filles a commencé. Evidemment le problème de l’emploi des jeunes se posait déjà, mais il ne s’est transformé en une crise permanente que du jour où le FMI, à partir de 1984 et 1985, « a instruit au gouvernement malien de ne plus recruter à la fonction publique, sauf sur un concours d’entrée ». Et d’ailleurs, les jeunes à l’époque du général Moussa Traore « aimaient se marier. » La vie était plus facile et « chaque famille arrivait à se prendre en charge ». Maintenant ce n’est plus le cas à cause de la pauvreté et du manque d’emploi. Depuis la chute de Moussa Traore, la formation s’est dégradée, les enseignants sont recrutés à tort et à travers, devient enseignant qui veut. En gros, pour ce groupe, il y a donc peu d’amélioration suite au renversement du régime de Moussa Traore. La scolarisation des filles et des garçons est un rare exemple de réussite. On se souvient que les trois membres de ce groupe ont tous fait des études, mais qu’ils exercent un métier différent de celui auquel elles préparaient.

33Citons encore le groupe S4 (celui de 4 femmes instruites), qui reconnait d’une part, avec satisfaction, que la majorité des enfants maliens est scolarisée, mais d’autre part, avec regret, que « la formation actuelle donnée dans les écoles primaires, secondaires et supérieures est nulle. Elle est très en retard par rapport aux besoins du pays. » Tel est aussi l’avis des enseignants du groupe S7. Et le groupe S10 ajoutera : « les diplômes aujourd’hui ne sont que des papiers, que chacun peut se procurer en payant. »

34Quant aux deux hommes engagés en politique (groupe S5), ils estiment que « actuellement les formations de base sont fournies, surtout avec l’ouverture précoce des écoles privées. Les formateurs actuels ne sont pas bien formés. Il n’y a ni infrastructures ni enseignants pour le faire. » On comprend mieux leur point de vue lorsqu’ils poursuivent : « l’Etat malien a opté pour la quantité. Il a laissé de côté la qualité. Mal lui en a pris. Car si tous les enfants peuvent être ou sont scolarisés, peu d’entre eux arrivent à terminer un cycle. Nous n’avons pas de niveau au Mali. » Ils prennent ensuite le cas des bourses d’études à l’étranger : elles étaient initialement destinées aux plus méritants des élèves et étudiants, aujourd’hui elles ne bénéficient plus qu’aux enfants des nantis (directeurs, ministres, grands conseillers, grands officiers de l’armée malienne). Se tournant vers l’emploi, ils estiment qu’avec la création de l’Agence pour l’Emploi des jeunes (APEJ) et le Programme d’Appui à la Jeunesse Malienne (PAJM), il y a eu des progrès. Toutefois, la demande est trop forte par rapport à l’offre.

35Ces deux hommes, membres du groupe S5, encore jeunes, engagés en politique, développent leurs observations. « Tout jeune qui ne peut apporter quelque chose en famille est persona non grata, un mogo mango c’est-à-dire un mal aimé, quelqu’un qui ne plait à personne. Et c’est pareil dans les quartiers » Que faire alors ? Du commerce ? De l’auto-emploi ? De la musique, rap ou zikiri (chant islamique) ? Sortir du pays ? Tous les diplômés chômeurs de longue durée tentent de partir à l’étranger. L’un d’entre eux cite son cas personnel en Libye, et celui de son grand frère qui fut membre du CTSP et qui, après la transition, est allé aux Etats-Unis pour étudier. Les jeunes rappeurs de Sébénikoro expriment tous leurs critiques à travers leurs musiques. Un jeune de Sébénikoro serait un chanteur du célèbre groupe de rap Tata Pound, mais il est sûr que plusieurs groupes de jeunes de ce quartier vivent de la musique. Quant aux jeunes chanteurs de zikiri, on les retrouve dans les cérémonies familiales (baptêmes et mariages) et les fêtes islamiques célébrées au Mali. D’autres jeunes encore deviennent charlatans et marabouts. Un des interviewés de Bozola (I2) précisera : « dès lors qu’une chanson est sur le marché, les hommes politiques interviennent avec de l’argent pour enlever les passages trop violents à leurs goûts. Ils se justifient par l’expression : Ni da ka farin (ce chanteur est violent dans son langage). » Le groupe B1 confirmera ce genre d’intervention des politiques auprès des jeunes.

36La conclusion du groupe S5 est alors la suivante, un peu inattendue à vrai dire : « Le gouvernement nous a fait rêver après le 26 mars 1991. Nous, les jeunes, avons été trahis et tout est politisé aujourd’hui. Nous avons été divisés, morcelés, au profit de ceux qui ont fait de la politique leur métier. C’est dire que les gouvernements n’ont pas été très reconnaissants à l’égard de ceux qui sont tombés sur le champ de bataille. Ceux qui furent des militants de l’époque, et qui ont survécu, n’ont eu majoritairement droit qu’aux discours de reconnaissance. »

37Le groupe S9, composé d’enseignants, a rappelé la composition du CTSP et le slogan phare du 26 mars 1991 qui prônait le changement et qui était le suivant Anw tè korolé fé fo kura, (« Nous ne voulons plus de l’ancien, mais du nouveau »), avant de faire remarquer que, « dès la transition vers la démocratie, les jeunes ont siégé au niveau de l’organe dirigeant du pays, le CTSP, et depuis les jeunes ont occupé d’importants postes administratifs et politiques. Le gouvernement a donné la priorité aux femmes et aux jeunes pour se faire élire. »

  • 290 Agence Nationale pour l’Emploi.
  • 291 Agence pour l’Emploi des Jeunes.

38Notons enfin que trois groupes (S6, S7 et S9) ont évoqué l’ANPE290 et l’APEJ291. Mais c’est pour en dire que « ce que le gouvernement fait est très peu par rapport à la demande d’emplois. Ces Agences donnent un peu d’espoir aux jeunes. Au-delà de ces limites, l’horizon est très sombre pour la jeunesse. Elle n’est présente et visible que lors des tournois de sports, des campagnes contre le SIDA et autres programmes de sensibilisation pour diverses causes. Ils espèrent qu’un jour le pays sera dans de meilleures mains et par conséquent que les jeunes seront très largement employés. » (groupe S6) Ou encore : « Elles seules ne peuvent former les jeunes et les aider à démarrer dans la vie. D’où chez une forte majorité chez eux, le sentiment d’une attente non comblée. » (groupe S7).

Les jeunes et la politique

39Les groupes S1 et S2 donnent des avis péremptoires sur cette question des rapports entre Jeunes et Politiques. « Aujourd’hui les politiciens procèdent à l’achat de conscience des jeunes qui n’aspirent qu’à travailler. Mais une fois au pouvoir les politiciens s’achètent de belles voitures et construisent de nombreuses villas. » Êtes-vous dans un parti politique ? La réponse à cette question est dubitative. Ils y répondent en partant par un seul point, un jugement sur les 20 ans du régime du Président Konaré et du Général ATT.

40Les jeunes du groupe S3, tous nés après 1991, ne sont pas plus optimistes : « Les jeunes ont le courage de faire la politique. Certains ont même eu du travail, mais l’écrasante majorité n’a rien gagné ». I3 relève un autre aspect positif : les jeunes font bien de s’intéresser à la politique, c’est un métier qu’il faut apprendre, comme tout autre. Mais le groupe S3 voit l’envers de la médaille : « D’un côté les jeunes gagnent peu en politique parce qu’ils se trahissent, et de l’autre, ils s’engagent sans conviction. Ils demandent seulement de l’argent aux hommes politiques. » Quant au jugement de ce groupe sur les hommes politiques, il est ainsi formulé. « Les hommes politiques sont là pour s’enrichir. La politique est un métier qu’on exerce pour se faire de l’argent ». Ce groupe estime que l’analphabétisme de la population malienne est le facteur qui favorise l’éclosion d’ambitions de mauvais aloi. Ces trois étudiants affirment n’appartenir à aucun parti politique. Et pourquoi ? « Parce qu’ils ne leur font pas confiance. »

41Les femmes du groupe S4 sont tout aussi sévères. « Les jeunes politiciens d’aujourd’hui n’aiment que l’argent. Ils ne pensent pas au pays. Ce ne sont pas des patriotes. Ils ne pensent qu’à leurs seuls intérêts ». L’une d’entre elles parle de sa mairie : « Je m’appuie sur les élections municipales. Une fois qu’un maire est élu, les ONG et les projets de développement arrivent pour travailler dans différents secteurs de la commune. Les fonds qui sont destinés à l’exécution des travaux sont majoritairement détournés par nos élus ». Donc, « c’est parce qu’il n’y a pas de travail au Mali que les jeunes s’engagent dans la politique. » D’ailleurs, « il est rare de voir dans la fonction publique des jeunes de 30 ans », et la fonction publique est donc le seul horizon, selon elles.

42Les militants politiques du groupe S5, qui se considèrent comme des jeunes, n’apparaissent pas moins critiques à l’égard de la situation. Ils font d’abord observer que, « depuis le 26 mars 1991 et particulièrement depuis 2002, une loi a institué que dans chaque parti politique, les jeunes soient sur les listes électorales. D’où aujourd’hui l’élection à l’Assemblée Nationale, aux conseils municipaux, dans les missions au gouvernement, jusqu’au tour de la présidence de la République. Leur présence en ces endroits est un fait qui se constate tous les jours. » Mais en même temps, ils dénoncent la corruption des faibles parmi eux, laquelle corruption par de vieux politiciens est très visible au moment des élections. Ils fournissent des exemples qu’ils ont eux-mêmes vécus : des cas de demandes de retrait adressées à des jeunes candidats au profit d’anciens, et contre de coquettes sommes d’argent. L’argent est souvent le seul gain des jeunes auprès des politiciens en campagnes électorales.

43Quant aux hommes politiques, l’opinion de ces jeunes, pourtant eux aussi engagés en politique, est nette. « Les hommes politiques ont peu de conviction vis-à-vis de l’Etat. Mais seulement pour leurs poches. Prenons l’ADEMA en exemple. Elle a été divisée en plusieurs partis. Les tenants de l’ADEMA originelle sont aujourd’hui tous présidents de leurs partis. On sait dans ce cas que le divorce n’était dû qu’à des intérêts personnels. Le CNID a connu exactement le même sort. Les 140 ou 150 partis politiques d’aujourd’hui sont majoritairement issus de l’ADEMA et du CNID. » Ils pensent que la situation politique au Mali n’est plus vivable, et qu’en conséquence, il faut une loi pour freiner la multiplication à l’infini du nombre des partis et lui fixer une limite, car « aujourd’hui au Mali, il n’y a plus de militants chacun cherche à profiter des élections uniquement. »

44Les enseignants trentenaires du groupe S7 sont partagés en matière d’engagement politique, mais tous sceptiques. Pour eux, les jeunes ne font de la politique aujourd’hui que pour l’argent et l’emploi. Les jeunes n’adhèrent que peu aux associations et groupements politiques, ils sont frappés par la pauvreté en ce moment. Quant aux hommes politiques, « ce sont des opportunistes, des profiteurs de situations seulement au moment des élections. Les promesses électorales ne sont que rarement respectées. Leurs programmes ne sont pas fiables ». Pourtant deux des membres du groupe souhaitent devenir un jour des leaders. Mais pour commencer ils préfèrent s’engager dans la gestion de leur quartier, ils aiment œuvrer pour leur commune de Sébénikoro, mais en dehors des partis, alors que les deux autres préfèrent se tenir à l’écart, « dans la modestie, à cause de la malhonnêteté des politiciens, dont l’argent et la gloire sont les principaux mobiles. »

  • 292 Le RPM, le Rassemblement pour le Mali, parti du Président Ibrahim Boubacar Keita, vainqueur des de (...)

45Devant cette convergence des analyses des groupes, il est tout-à-fait remarquable que le militant politique d’âge mûr sorti de l’enseignement supérieur, engagé au RPM292, renverse les responsabilités : « la jeunesse n’a pas compris qu’il faut beaucoup étudier pour faire la politique. La politique est un idéal qui implique une idéologie et une créativité. Ce qu’on ne retrouve que très peu chez la très forte majorité des jeunes qui ont accompagné les vieux politiciens dans leurs activités. »

46Le groupe S11 se montre même amer en fin d’entretien : « Le système politique malien est fait pour la promotion des médiocres. Les plus méritants sont au chômage. La grande majorité des jeunes l’a compris. C’est pourquoi ils ne comptent plus que sur eux-mêmes. » Et le groupe S12 est sans illusion : « Les jeunes soucieux d’avoir vite de l’argent, ou un emploi, quelques moyens pour vivre, et subvenir tant soit peu à leurs besoins personnels et familiaux, s’adonnent à la politique en particulier au profit d’hommes politiques qui n’ont d’yeux et oreilles que pour les postes électifs ou gouvernementaux. » Et l’interviewé I2 est presque menaçant : « je ne vois donc que la résignation pour ces jeunes, mais le jour où ces frustrations vont exploser, ça va chauffer pour le pouvoir ! » car « le jour où les gens en auront mare des hommes politiques, un jour nouveau se lèvera pour le Mali ! »

47Cependant, il apparait clairement que les interviewés de Sébénikoro sont beaucoup plus modérés que ceux de Bozola. Dans un premier temps, on pouvait croire que les interviews individuelles livraient des réactions plus franches que ce qu’on entendait dans les groupes. Mais il s’avère que les groupes de Bozola émettent des avis aussi inquiétants que les enquêtés individuels.

  • 293 Prendre de l’argent avec quelqu’un : accepter de l’argent de quelqu’un.

48Voici quelques avis catégoriques des interviewés. Une jeune femme, I1, déclare : « les hommes politiques croient toujours que c’est en donnant des T-shirts, du sucre, du thé et de l’argent que les gens vont continuer à voter pour eux. Non, cela prendra fin un jour. » Et aussi : « il n’y a pas d’autorité au Mali. Tous les dirigeants sont des bandits. » I5 a parfaitement compris et explique clairement les conséquences de ces pratiques : « Moi je plains la population qui a pris l’habitude de prendre de l’argent avec293 le monde politique pendant les campagnes électorales. Une fois les élections passées cette population ne peut plus réclamer ses droits. Ce faisant, les hommes politiques sont laissés à eux-mêmes sans la moindre pression, ils font tout ce qu’ils veulent. D’où dans ce pays la généralisation de la mauvaise gestion et de la corruption. » Même colère chez I2 : « L’homme politique, au Mali, se fiche des autres, il ne s’occupe que de ses intérêts. La gestion du pays est basée sur la corruption. Et puisque tout le monde est corrompu, l’idée du développement n’est nullement présente dans la tête de nos dirigeants. Ma conviction personnelle est qu’il faut retourner à la dictature, car comment croire que c’est la Mairie de Bozola qui veut transformer une école en marché. Même si l’éducation est bafouée au Mali, il ne faut pas pousser à ce point ! Nous nous sommes organisés pour annuler son projet. On parle encore d’autorité scolaire dans ce pays ? Quelle foutaise ! » Même colère observée par I3 dans son entourage à Bozola : « les jeunes sans travail dans le quartier expriment leur colère dans la violence comme la grève avec casses et les injures. Certains jeunes rompent carrément les rapports avec les adultes y compris leurs parents. Actuellement la situation vécue par les jeunes sans emploi de Bozola est vraiment misérable. Drogue, alcool, vols, et prison pour les moins chanceux, sont leurs lots quotidiens. Certains même, dit-elle, préfèrent la prison à une liberté sans avenir. » Même colère observée par I4 dans son entourage à Bozola : « C’est dans les chansons que les jeunes expriment colères et frustrations ; leur violence passe aussi par les grèves accompagnées de casses et mise à feu des pneus dans les rues. » Même colère exprimée par I6 : « Beaucoup de jeunes, dont moi-même, pensent que le Mali est assis sur une bombe. Et un jour elle éclatera […] Je crois qu’il faut une guerre au Mali afin que chacun sache quelle est sa place ».

49En réalité, le groupe B1 ne dira pas autre chose : « Il faut un autre soulèvement plus grand que le premier. Il faut tout chambouler ». Et le groupe B2 non plus : « Nous croyons que le Mali est assis sur une bombe. Les gens se taisent, ils ne parlent pas. Ils se résignent. Et nos dirigeants font ce qu’ils veulent […]. Mais la jeunesse, un jour, finira par se réveiller. Cette jeunesse entrera dans la rébellion et on va chercher des fusils. Il faut une guerre civile au Mali »

50L’unanimité de ces propos dans le quartier de Bozola est frappante. Mais la discussion de la situation politique générale n’a pas empêché les focus groups ni les interviewés d’aborder aussi une question qui les tourmente au quotidien, celle du mariage.

Le mariage des jeunes

51Les membres des groupes S1 et S2 s’inquiètent de l’instabilité des mariages de leurs enfants et petits frères. D’abord ils se marient beaucoup plus tard qu’eux. Mais les enseignants du groupe S9 en donnent la raison : « Quant au mariage, les garçons reculent devant les exigences onéreuses des filles et de leurs parents. » Ensuite, les divorces sont légion. Les raisons en sont multiples, mais le chômage de longue durée ou l’absence de travail fixe du mari, sont souvent à l’origine d’incompréhensions et d’incompatibilités d’humeur avec leurs épouses ou leurs familles. Un membre des groupes S1 et S2, cultivateur et illettré, explique qu’il a quatre garçons en âge de travailler : « le premier, un diplômé chômeur, se débrouille dans un garage auto. Les trois autres ayant abandonné l’école faute de moyens sont tous des aides-maçons ».

52Les femmes du groupe S4 ont une vision moins économique. Elles estiment que 50 % des jeunes se marient aussi rapidement qu’ils divorcent, et elles évoquent les mésententes, les conflits, les mensonges et les fausses promesses etc… comme les causes les plus courantes des divorces. Il en va de même de l’homme politique : « La jeunesse actuelle, comprenant garçons et filles, est largement infidèle. C’est ce facteur qui freine la durée de vie des mariages. » Une des femmes du groupe S4 donne un exemple : « J’ai une amie qui fut mariée à un homme dont la mère vivait sous le même toit. La jeune femme était critiquée par sa belle-mère, qui lui reprochait régulièrement de fatiguer son fils par ses longues causeries pendant la nuit. Bientôt, chaque fois que la mère voyait son fils en train de causer avec sa femme, elle l’appelait et le retenait durant des heures, ne libérant son fils qu’à une heure tardive pour qu’il aille se coucher. Finalement mon amie a divorcé ». Les rapports entre le jeune chômeur et leurs familles ne sont pas bons, constatent-elles.

53Une autre, agent administratif, oppose les jeunes qui font ce qu’on appelle ‘’des affaires’’– en fait volent, trompent et fréquentent les bars et maquis des quartiers périphériques – à ceux qui se battent honnêtement, parviennent à se débrouiller, apprennent ou réapprennent à gagner leur vie comme peintres en bâtiment, chauffeurs, réparateurs de téléphones, maçons, enseignants, etc., pour vivre dignement de leur travail. Mais les jeunes qui sont restés longtemps à l’école ne commencent à travailler qu’entre 35 et 40 ans. Dans ces conditions, conclut-elle, « il n'y a pas d’avenir pour les jeunes. Leur sort est entre les mains de Dieu ». Le groupe S5 lui aussi souligne que « les jeunes diplômés sans emploi ont une cohabitation très difficile dans leurs familles. » Mais pour les enseignants du groupe S9, « dans le quartier, les révoltes des parents contre leurs enfants sans emploi sont verbales. »

  • 294 Groupement d’intérêt économique.

54Les enseignants du groupe S7 ont une analyse similaire : « Plus le chômage se prolonge, plus les familles se détournent des problèmes des jeunes diplômés qui deviennent des fardeaux pour elles. Les jeunes diplômés pour l’heure ne peuvent s’extraire de cette situation pesante qu’en exerçant plusieurs activités dans les quartiers et communes : création de GIE294, petit commerce, auto-emploi etc. Faute de n’avoir pu exercer une seconde activité, deux autres voies s’ouvrent en ce moment, pour les jeunes chômeurs : l’immigration en terre étrangère, ou le vol, la consommation de la drogue et de l’alcool, bref le banditisme. »

Les jeunes et l’ailleurs des pouvoirs

55Les enquêtes menées à Bamako nous ont ouvert au moins une fenêtre sur l’univers des jeunes citadins et néo-citadins. A travers leurs entretiens qui prolongent les données de Didiéni, nous sommes en face de leur façon d’exprimer où ils sont, avec qui, ce qu’ils font et ce qu’ils attendent, vingt ans après la Révolution du 26 mars 1991. Nous sommes bien en présence de trois nouvelles créations des jeunes que sont : de nouveaux espaces sociaux, de nouveaux réseaux sociaux, et enfin de nouveaux modes d’expression. Examinons-les un à un.

Les nouveaux espaces sociaux

56Ces nouveaux espaces sociaux ont pour nom un emprunt au français. Il s’agit du mot grin dont l’origine remonte à l’époque coloniale (Jamana, 1985). Le grin est aujourd’hui le lieu de regroupement préféré des jeunes gens. Mais ils ne sont pas seuls à le faire. Leurs pères et frères aînés ont aussi leurs grins, et même leurs grands-parents. C’est l’époque coloniale qui a créé les grins en les substituant au mot bambara bien connu barodà (litt. le lieu de causerie), là où, chaque soir, on venait causer avec ses camarades d’âge.

57Les jeunes de Bamako et de toutes les villes et bourgs maliens ont quadrillé l’espace de grins autonomes, qui ont peu de liens entre eux. Mais il n’est pas interdit à un jeune d’en fréquenter plusieurs à Bamako, ou entre Bamako et l’intérieur du pays en cas de déplacement temporaire. Aussi, chaque commune de Bamako ou chaque quartier, chaque cité de l’intérieur de Bamako, abrite, selon son étendue géographique et sa densité démographique, plusieurs dizaines de grins.

58Le grin est actuellement une entité sociale autonome, indépendante des structures habituelles, familles, villages, comme de l’Etat et de ses démembrements institutionnels. C’est un espace de vie propre à ses membres. Les grins actuels ont été créés sous la contrainte des violences des épreuves que vivent les jeunes citadins et néo-citadins. Ils se constituent généralement par affinité et très volontairement. Le grin bamakois peut être un prolongement du village ou de la cité d’origine, ou bien de l’école où ses membres étaient promotionnaires, ou encore de la classe d’âge, etc. Lettrés ou illettrés, ses membres se croisent dans ce lieu qui se prête au jeu du dévoilement des ressentiments et des espoirs. C’est parce qu’on s’y dit tout ou presque que l’adhésion à un grin est libre. D’où le fait que les jeunes se rassemblent également sans contrainte pour leurs loisirs, selon le principe « Qui se ressemble s’assemble ». Aussi, alors que les violences que les jeunes subissent par ces temps de raréfaction du travail viennent de diverses sources, individuelles, familiales et sociales, au contraire dans les grins, la recherche de compagnie et la réaction aux violences subies se côtoient sans ligne de partage. On y entend avis et jugements sur divers sujets qui sont ceux des membres ou ceux de leur pays. De fil en aiguille apparaissent des idées nouvelles, en particulier sur la question de comment et où gagner sa vie. Les jeunes des grins se déplacent et investissent des lieux de rencontre non contrôlés, et non symbolisés par les normes classiques de référence : des lieux de bricolage.

  • 295 SOTRAMA pour Société du Transport du Mali : le nom de la société sert aussi à désigner les mini-bu (...)

59Dans ces espaces, les nouveaux cadets sociaux sont libres de penser, de parler, et d’agir comme ils l’entendent. Et comme ils disposent de beaucoup de temps libre, les nouveaux cadets sociaux ont transformé ces lieux de convivialité en nouveaux espaces d’échanges, d’information, de débats libres, mais aussi de gagne-pain et d’entraide. Ce sont des espaces hors institutions où le matin, le soir et la nuit, certaines catégories de nouveaux cadets sociaux tentent de gagner leur vie. Ils sont assis au coin d’une rue, devant une porte ; ils sont devant ou dans les ateliers, les salons de coiffure, les garages ; ils sont dans les circuits de transports urbains, dans les gares de Sotrama295 ; ils sont sur les chantiers, ils sont dans les marchés, partagés entre plusieurs activités. Les jeunes de Bamako et de l’intérieur du pays y inventent ou tentent d’y inventer au quotidien leur existence. Au contraire, pour les moins chanceux, c’est la noyade dans la drogue, l’alcool ou le braquage des passants – même de jour– qui les attend.

60Les grins classiques ont évolué durant la période des révoltes sous le Général Moussa Traore. Certains se sont même transformés en comités des partis politiques. Les mouvements des jeunes et des femmes de ces partis tirent de là leur origine. A la veille de chaque campagne électorale tous les grins du Mali sont sollicités par les hommes politiques en vue d’animer leurs réunions et meetings.

61Mais en ce moment, les souvenirs des heures de gloire se sont évanouis. Ils ont fait place pour l’écrasante majorité des jeunes, lettrés ou analphabètes, à la recherche d’un travail pour vivre en ne comptant que sur soi-même.

62Malgré l’existence de ces mouvements de jeunes et de femmes au sein des partis politiques, ces deux catégories sociales votent peu et sont par conséquent peu mobilisées politiquement. Les nouveaux cadets sociaux sont à l’écart de la politique. Et pourtant, il y a 20 ans des centaines parmi eux sont morts ou ont été blessés par les balles de la soldatesque du Général Moussa Traore. Aujourd’hui, ils sont dans la misère parce que les pouvoirs qui se sont succédé se sont très peu souciés d’eux. C’est cette accumulation de défauts politiques des dirigeants à leur égard qui a poussé les nouveaux cadets sociaux sur les rivages de l’ailleurs des pouvoirs. Que ce soit le pouvoir central, celui de ses démembrements, celui du village, ou celui de leurs familles, ils n’y sont que très peu présents. Ils sont toujours des dépendants peu désirés parce que ne travaillant pas, ou si peu. Ils sont ailleurs.

63Cet ailleurs est là où ils sont libres de s’associer avec ceux parmi les jeunes qui vivent en dehors des lieux où ont cours les procédures anciennes, traditionnelles, de cooptation et d’intégration sociale au sein des structures de gestion de la société et de l’Etat. Cet ailleurs est là où ils se connaissent et se reconnaissent réciproquement. Cet ailleurs est là où une oreille attentive compatit à leur souffrance et tente de leur apporter une aide. Parfois, en rupture totale avec leurs familles, certains jeunes mangent et dorment chez des amis plus accueillants. Cet ailleurs est aussi le soir, dans les grins, où les nouveaux cadets sociaux ne sont point muets, réduits au silence par la présence et l’autorité des anciens, mais tout au contraire discutent de leur sort, se jugent mais aussi jugent leurs aînés, échangent entre eux sur le pays et son avenir. Qu’ils aient migré à l’étranger, ou soient restés au pays, leur jugement sur le Mali est sans appel. Le désaveu aujourd’hui des plus radicaux parmi les jeunes et de ceux qui sont sensibilisés sur le plan politique, les conduit jusqu’à parler d’une nouvelle révolution, un jour, au Mali, de laquelle ils souhaitent qu’elle aille cette fois-ci jusqu’au bout, la première ayant été inachevée puis récupérée.

Les réseaux sociaux

64Etant à l’écart du monde du travail et des grandes affaires commerciales du pays, le grin demeure le principal lieu de référence de ces nouveaux cadets sociaux. Les grins se forment par affinité, par promotion d’âge ou par le hasard des circonstances. Ils peuvent être formés soit de gens instruits, soit d’illettrés, ou au contraire comprendre les deux catégories de jeunes, lettrés et analphabètes. Les grins fonctionnent comme de petites unités sociales où sont réfractés les échos et soubresauts de toutes les autres structures du pays. Chaque grin du pays a son organisation, même informelle, qui se compose d’un leader, d’un organisateur, et d’un trésorier. Dans les grins, on discute de tout et de rien et tous les jours. Mais dans les grins aussi, on joue à plusieurs types de jeu, par exemple au football. Et surtout, on tente de vivre tout court en y travaillant. D’où le fait que les grins des jeunes sont généralement peu éloignés des ateliers de toutes sortes qui bordent les rues des quartiers des villes et des villages du Mali. Les échanges d’informations ont été radicalement transformés par les téléphones mobiles et le Net. Avant la diffusion de ces moyens, les grins jouaient un rôle essentiel dans la diffusion d’informations relatives à toute possibilité d’emploi, de travail temporaire ou ponctuel. Chaque soir en général, le regroupement des membres du grin bat son plein. Et chacun y vient pour s’informer et avoir quelque chose à faire. Il en est de même pour le montage de projets d’auto-emploi, de petit commerce, ou même quelquefois d’apprentissage d’un métier artisanal ancien ou moderne introduit par la colonisation.

65Cependant, les grins actuels sont aussi de forts relais des structures familiales d’où viennent encore le soutien, l’aide, ou les conseils. En fait, de façon parfois décalée pour des raisons de communication efficiente, les grins et les familles de chaque membre sont en interactions constantes. Car les grins constituent pour une très large majorité de Maliens, des jeunes surtout, un très puissant moyen de resocialisation par temps de crise sociale grave. Même en période de chômage très prolongée, les familles préfèrent savoir leurs enfants dans un grin plutôt que dans des lieux incontrôlables

66Dans les grins les jeunes pratiquent un langage, un code de salutations et le plus souvent une mode vestimentaire qui peuvent heurter certaines habitudes locales. Aussi mal vus qu’ils soient, les tripots dans les villes devant les hôtels, le monde de la nuit, les conversations dans les gares routières et dans les transports urbains, sont la face cachée de l’ailleurs des pouvoirs des jeunes. Qu’ils se saluent en plein jour au vu et au su de tout le monde, les poings fermés puis réouverts en claquant les mains, qu’ils s’habillent la nuit, lorsqu’ils se retrouvent en grappes, de pantalons à taille si basse qu’ils en ont les fesses presque en l’air, qu’ils soient abonnés aux lieux mal famés, nos nouveaux cadets sociaux sont en train de vivre dans un monde où il est nécessaire de se créer une nouvelle identité face aux autres, et ils sont occupés à cette tâche avec les faibles moyens dont ils disposent. Cette nouvelle identité n’est pas forcement dressée contre l’Etat. Elle tente plutôt d’oublier les normes de conduite et de respect que les cadets sociaux ont trouvées en vigueur et qui les révoltent, parce qu’elles expriment à leur yeux l’hypocrisie d’une société qui ne leur fait aucune place. Ce que ces jeunes font et disent ne s’attaque pas directement à l’Etat ou à une institution assimilée à l’Etat, encore moins à l’institution familiale : c’est choquant, mais ce n’est pas une attaque frontale. Néanmoins, ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent, ce qu’ils vivent, jette le discrédit le plus total sur cet Etat qui nous gère tous.

Les nouveaux modes d’expression

  • 296 Les promotions syndicales récompensent autant les enseignants organisateurs de grèves à répétition (...)

67Les nouveaux cadets sociaux dans leurs grins réfléchissent, parlent et agissent en vue de devenir, par des moyens qu’ils imaginent mal, tout autre chose que ce qu’ils sont aujourd’hui. S’ils ne rompent pas avec leurs familles, c’est avec violence qu’ils agissent en dehors de leur milieu, dans l’espace public : grèves et marches accompagnées de casses ciblées. Les grèves sont leur mode privilégié d’action publique depuis 23 ans. Ils ne négocient que dos au mur. Les étudiants qui sont organisés par l’AEEM nous ont habitués à les voir avec des machettes et autres armes blanches chaque année, lors des renouvellements de leurs instances de direction dans les établissements où ils étudient, ce qui signale une dérive mafieuse évidemment très dangereuse, créée, entretenue et avivée par la corruption à laquelle recourent sans vergogne les institutions296. Les autres jeunes, analphabètes qui travaillent au jour le jour, sont, eux aussi, violents et dans le langage et dans les bagarres entre eux. Il n’y a visiblement aucune frontière infranchissable entre ces deux mondes de jeunes d’aujourd’hui.

  • 297 Voir dans ce même ouvrage le chapitre rédigé par Elina Djebbari et Emmanuelle Olivier, ainsi que c (...)

68Exception à cette tendance générale, d’autres se montrent plus pacifiques dans leurs gestes, s’exprimant à travers la musique, qu’il s’agisse de Rap ou de Zikiri (un type de chant religieux musulman)297.

69Les rappeurs sont très critiques dans leurs compositions musicales. Ils passent en revue tous les aspects quotidiens de la vie au Mali : la famille, la rue, les lieux de travail, les lieux de loisirs, la façon dont les dirigeants se comportent, gèrent le pays et les citoyens, l’Etat lui-même. Les rappeurs se jugent et jugent toute l’élite politique du Mali, à partir de leur propre sort et de celui du pays.

70L’expression nouvelle de cette identité s’exprime aussi – et peut-être surtout – à travers la religion musulmane. Des pans entiers de la jeunesse urbaine et rurale se tourne de manière remarquable vers l’islam : des jeunes en grand nombre deviennent maintenant prêcheurs, marabouts et imams. Leurs discours et comportements religieux méritent plus d’attention. Les jeunes religieux sont eux aussi dans le revers du pouvoir, peut-être un jour prêts à le cueillir. Les jeunes qui courent derrière un emploi quelconque, qui sont rappeurs, chanteurs de zikiri, ou encore prêcheurs, sont tous en train de vivre leurs ailleurs du pouvoir, des pouvoirs. Sans être, au quotidien, opposés au pouvoir, ils n’en sont pas moins très critiques. Quand ils s’expriment, alors même qu’ils ne sont pas au pouvoir, on ne peut qu’être convaincu qu’ils ont observé de très près les faits et gestes du pouvoir. Qu’en attendent-ils alors ? Tout simplement les voies et moyens pour vivre leurs vies. Faute de les avoir pour l’instant, les nouveaux cadets sociaux vivent ainsi leur ailleurs du pouvoir, de tous les pouvoirs, nationaux, villageois et familiaux, dans le clair-obscur, sinon carrément dans le noir.

Autonomie et individuation

71L’espace familial est au Mali difficilement contournable malgré les segmentations multiples des supports des rapports familiaux. En effet, les lignages se segmentent chaque jour un peu plus, dans les villes et même dans les campagnes, et pour plusieurs raisons : en ville, le salaire est le point d’achoppement, il ne permet pas de nourrir une famille plus large que le noyau constitué autour du salarié ; et dans les campagnes, le nombre de bras valides qu’un aîné peut contrôler dans son champ nourricier est aujourd’hui beaucoup plus faible qu’il y a quelques générations.

72Malgré ces segmentations qui provoquent l’exode, voire les départs pour l’étranger, la famille demeure en Afrique le recours pour tous, dans la mesure où chacun sait qu’il y trouvera en cas de besoin le minimum d’aide et de sécurité pour vivre. Mais le minimum que peut offrir une famille aujourd’hui ne suffit plus, en particulier parce que les jeunes veulent vivre autrement que ne le faisaient leurs parents et a fortiori leurs grands-parents et les générations antérieures. D’où chez eux un fort désir d’autonomie qui se fait sans rupture des liens familiaux, mais en les soumettant à de rudes tensions, en général. Assumer cette volonté d’autonomie et entreprendre une démarche pour y parvenir, voilà ce qui contribue à la réalisation de soi. C’est le désir d’assumer son être, de se construire une identité autre que celle qui vous est fournie, toute faite, par la trame des relations sociales. Mais, dans l’univers culturel, idéologique et social des Maliens, c’est l’obéissance qui prime : obéis aux aînés, et tout le reste suivra ! Les règles du comportement que doivent adopter les jeunes sont connues de tous, et nul ne veut admettre qu’on puisse s’y dérober. Ainsi, les rapports domestiques induisent les trajectoires actuelles des jeunes qui cherchent leur voie. Pour échapper à cette chape de plomb qui plane en permanence au-dessus de leurs têtes, les cadets sociaux s’en vont ailleurs. Ils vont là où ils peuvent parler, où ils peuvent juger. Ils vont là où les paroles ne sont plus tues. Ils vont là où, en face d’eux, ils ont droit au regard de l’autre, qui est un autre soi-même.

73Le signe de reconnaissance se trouve dans les différents lieux de rencontre de nos nouveaux cadets sociaux, tant dans les villes que dans les campagnes. Cette quête d’autonomie fait voler les frontières en éclats et ouvre de nouvelles possibilités que les villes offrent davantage que le monde rural. La nécessité d’aller ailleurs pour voir et entendre autre chose que ce qui se fait et se dit dans le cadre étroit des familles fonde l’autonomie. Les grins en ville comme à l’intérieur du pays offrent aux nouveaux cadets sociaux un espace plus libre. Espace d’autant plus libre que les solidarités communautaires s’effritent. Le diktat familial et la volonté d’être autonome poussent les jeunes vers la recherche de créativité face à la vie qu’ils ont désormais devant eux. Dans les cas d’extrême tension familiale entre les jeunes sans travail et leurs tuteurs, une rupture temporaire ou définitive peut advenir.

  • 298 Les débats sur la question de l’individu en sciences sociales et plus particulièrement en Afrique (...)

74Cependant, à tout prendre, l’autonomie à laquelle s’essaient les cadets sociaux n’est ni gage ni garante d’une individualisation : cette dernière n’est pas pour l’instant une réalité sociale en Afrique contemporaine298. L’individualisation est un « processus qui va dans le sens de l’indépendance de l’individu vis-à-vis de ses appartenances et déterminations sociales originaires » ou encore une « dynamique de l’émergence de l’individu comme identité distincte animée par le désir (ou l’idéal) de ne compter d’abord que sur soi-même et par la préoccupation dominante de ses propres intérêts, sans souci de l’autre » (Marie, 1997 : 80) : en tant que telle, l’individualisation n’est actuellement « pas concevable en Afrique » (Marie, 1997 : 90). En effet, l’éveil du moi et de la conscience individuelle sont les produits d’un parcours intellectuel et social qu’a connu l’Occident. En Afrique, nous en sommes loin.

  • 299 Les débats sur la question de l’individu en sciences sociales et plus particulièrement en Afrique (...)

75En revanche, l’individuation nous est plus familière. Elle se définit comme une « recherche de singularité psychologique et d’autonomie qui s’opère au cours de la socialisation par l’intermédiaire des rapports au groupe d’appartenance et autres groupes. C’est le résultat des processus qui conduisent l’individu à construire un sentiment d’identité en exprimant des différences et similitudes entre lui-même et autrui » (Meser, 1998 : 376)299. Elle permet donc de penser qu’on peut être soi-même, mais pas au-delà des autres et de la société. Elle laisse toutefois des marges à l’expression individuelle, marges qui ont été exploitées par les individus qui ont fait l’histoire.

76Les destins singuliers de nos héros, rois et reines d’Afrique, nous disent les trajectoires de différentiation des destins.

77Les Maliens baignent particulièrement dans une atmosphère sociale et idéologique qui les incite à vivre à travers toutes sortes de récits, épopées de ces hommes hors du commun qui ont fait l’histoire du pays, l’histoire du village ou l’histoire des familles. Chroniques et récits historiques, chants et proverbes en témoignent quotidiennement. Si l’individu n’est pas pensable sans rapport avec la famille, la personnalité d’un être singulier est largement reconnue ici. C’est même en dehors des cadres familiaux que nos héros réalisent leurs fabuleux destins.

78En fin de compte, l’autonomie et l’individuation sont les deux modèles de réalisation de l’être des nouveaux cadets sociaux. En raccourci, ils nous annoncent de nouvelles pratiques politiques, qui sont déjà en cours, et qui les conduiront peut-être un jour lointain vers une nouvelle révolution, vers des lendemains qui chantent…

Conclusion

79Parcours de violence, de frustrations tues ou exprimées, mais aussi quelques lueurs d’espoir, tel parait être celui des nouveaux cadets sociaux face aux autres, leurs aînés. Dans cet autre monde qu’ils vivent pourtant à nos côtés, et sans que nous nous en rendions compte, cet ailleurs des pouvoirs, du pouvoir, n’est pas un double. C’est l’autre face de que ce que vivent les aînés. Les nouveaux cadets sociaux ne s’en détachent pas, mais s’ils le peuvent, ils l’évitent, ils en évitent l’oppression. Cet évitement les amène à se reconstruire dans l’autonomie et l’individuation, pour ainsi revenir un jour dans le monde des aînés, moyennant beaucoup de refontes.

Bibliographie

Bibliographie

Bagayogo, Shaka, Le cheminement du Mali vers un espace politique pluriel, Centre Djoliba, Bamako, 1999.

Bunge, Frédéric ; Goldstein, Gilles ; Patat, Cécile, (dir), L’insertion socioéconomique des jeunes ruraux en Afrique : contraintes et perspectives, Actes de la journée d’étude de l’IRAM (juin 2013), IRAM, 2013, consultable sur http://www.iram-fr.org/pdf-publications/631.pdf

Marie, Alain (éd.) ; R., Vuarin ; F., Leimdorfer, J.-F., Werner ; E., Gérard ; O., Tiekoura, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Karthala, Paris, 1997.

Meser, Gabriel, 1998, in Doron, Roland et Parot, François (dir.) Dictionnaire de Psychologie, 2e édition, PUF, Paris, 1998

Jamana, 1985, Revue culturelle, no spécial sur les grins, no 2, Bamako, 1985.

Annexes

Annexe : Tableaux

Tableau 1 : Répartition des enquêtés par sexe selon la profession

Tableau 1 : Répartition des enquêtés par sexe selon la profession

Tableau 2 : Répartition des enquêtés par sexe selon la définition de la jeunesse

Tableau 2 : Répartition des enquêtés par sexe selon la définition de la jeunesse

Tableau 3 : Répartition des enquêtés par sexe et selon les organisations apolitiques auxquelles ils sont affiliés

Tableau 3 : Répartition des enquêtés par sexe et selon les organisations apolitiques auxquelles ils sont affiliés

Tableau 4 : Répartition des enquêtés par sexe selon leurs rapports avec les aînés

Tableau 4 : Répartition des enquêtés par sexe selon leurs rapports avec les aînés

Tableau 5 : Répartition des enquêtés par sexe selon qu’ils ont – ou pas – de l’influence sur leurs aînés

Tableau 5 : Répartition des enquêtés par sexe selon qu’ils ont – ou pas – de l’influence sur leurs aînés

Notes

284 Sur injonction du FMI et de la Banque mondiale, le Mali verrouilla l’entrée à la fonction publique dès 1985

285 Alliance pour la Démocratie au Mali.

286 Conseil National d’Initiative Démocratique.

287 Association Malienne des Droits de l’Homme.

288 CTSP : Comité de Transition pour le Salut du Peuple.

289 Association des Elèves et Etudiants du Mali.

290 Agence Nationale pour l’Emploi.

291 Agence pour l’Emploi des Jeunes.

292 Le RPM, le Rassemblement pour le Mali, parti du Président Ibrahim Boubacar Keita, vainqueur des dernières consultations électorales (présidentielle et législatives) en 2013.

293 Prendre de l’argent avec quelqu’un : accepter de l’argent de quelqu’un.

294 Groupement d’intérêt économique.

295 SOTRAMA pour Société du Transport du Mali : le nom de la société sert aussi à désigner les mini-bus qui assurent l’essentiel du transport urbain, au moins à Bamako

296 Les promotions syndicales récompensent autant les enseignants organisateurs de grèves à répétition que les étudiants organisateurs de coups de mains contre l’administration ou contre leurs camarades ; et elles ne sont pas les seules récompenses auxquelles ces fossoyeurs de l’éducation peuvent prétendre.

297 Voir dans ce même ouvrage le chapitre rédigé par Elina Djebbari et Emmanuelle Olivier, ainsi que celui que signe Pierre Prudhomme.

298 Les débats sur la question de l’individu en sciences sociales et plus particulièrement en Afrique sont remarquablement synthétisés dans les deux prologues de L’Afrique des individus

299 Les débats sur la question de l’individu en sciences sociales et plus particulièrement en Afrique sont remarquablement synthétisés dans les deux prologues de L’Afrique des individus

Table des illustrations

Titre Répartition des enquêtés par sexe selon le niveau d’instruction
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 1 : Répartition des enquêtés par sexe selon la profession
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 2 : Répartition des enquêtés par sexe selon la définition de la jeunesse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 3 : Répartition des enquêtés par sexe et selon les organisations apolitiques auxquelles ils sont affiliés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 4 : Répartition des enquêtés par sexe selon leurs rapports avec les aînés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5 : Répartition des enquêtés par sexe selon qu’ils ont – ou pas – de l’influence sur leurs aînés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21233/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteurs

Anthropologue à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA) de Bamako (Mali), professeur associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Il est auteur d’une vingtaine de publications sur le Mali en histoire, en anthropologie et en éducation dont : Les signes distincts d’une personne ; Etat et pouvoir au Mali ; La crise de l’enseignement supérieur ; Terre-terroir-territoire ; Chansons, poèmes, épopées et légitimation politique au Mali 1960-1990 ; Les jeunes et l’Etat au Mali ou les revers d’une désarticulation ; Un Africain aux champs : leçon d’un stage ; Naissance et transformation de la classe ouvrière en Afrique. Il est lauréat du prix International Fellow du Wissenchaft College Zu Berlin et Chevalier de l’ordre international des Palmes académiques du CAMES. En 2010, il est élu Expert du Forum du Tiers Monde.

Titulaire d’une maîtrise ès lettres a commencé par enseigner dans le secondaire, avant de reprendre ses études pour obtenir un DEA puis une thèse de doctorat en sciences de l’éducation à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA). Il est désormais chercheur à l’Institut des Sciences Humaines de Bamako. Son domaine d’investigation, riche et varié, porte sur la décentralisation, la pauvreté, l’excision, les droits des femmes et des enfants, la jeunesse, les études d’impact environnemental et social.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540