Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Troisième partie. Nouveaux cadets sociaux

Les facettes de l’aînesse dans la participation politique locale des jeunes au Mali

Youssouf Karambé

Texte intégral

1Depuis l’indépendance, l’Etat malien a passé beaucoup de temps à promulguer des textes définissant la jeunesse par des tranches d’âge (Traoré, 2007). Ainsi, au Ministère de la jeunesse et des sports, les limites d’âge de la catégorie jeune a évolué en permanence, sans qu’on comprenne exactement quelle importance a la question : de 1960 à 1968, c’est la tranche d’âges 8-25 ans ; de 1969 à 1978, c’est la tranche d’âges 8-30 ans ; de 1978 à 1991, c’est la tranche d’âge 8-35 ans, puis 8-40 ans ; de 1991 à ce jour, c’est la tranche d’âge 10-35 ans.

  • 264 Les mouvements de jeunesse des partis uniques, USRDA (Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique (...)

2Derrière ces futilités, il faut tout de même voir que, de 1960 à 1990, le pouvoir politique a contribué avec détermination à la construction de la jeunesse malienne non seulement à travers l’école, mais aussi par la mise en place de nombreuses organisations de jeunes264, par l’éducation populaire, par le Service civique rural et les Centres d’animation rurale (C.A.R.), et enfin par les deux grandes manifestations que furent la Semaine de la jeunesse et la Biennale artistique, culturelle (et sportive), etc. Ainsi, pendant cette période, tantôt les politiques magnifiaient les jeunes dans les discours (« Fer de lance de la Nation », « Garantie pour l’avenir », « L’avenir au présent »), tantôt ils les réprimandaient à la moindre contestation de l’ordre politique (Mbembe, 1985 : 147). Les sujets d’achoppement entre l’Etat et la jeunesse étaient principalement les problèmes scolaires, l’emploi, et l’instauration de la démocratie. A la fin des années 1970, la jeunesse malienne scolarisée crée l’UNEEM (Union Nationale des Elèves et Etudiants du Mali), l’ADID (Association des Diplômés Initiateurs et Demandeurs d’Emploi) et l’AEEM (Association des Elèves et Etudiants du Mali) pour défendre leurs intérêts. Cependant, l’obtention par l’AEEM en 1991 d’un siège au gouvernement de transition du CTSP (Comité de Transition pour le Salut du Peuple) récompense sa participation au mouvement démocratique qui a obtenu la chute du Général Moussa Traoré, plus qu’elle ne marque une prise en compte des problèmes de la jeunesse.

  • 265 Les manifestions populaires comme la Semaine de la jeunesse, ou le mouvement national pionnier, ét (...)

3Ces actions institutionnelles et politiques avaient pour objectif la construction d’une jeunesse malienne, conçue comme une masse homogène au service de la Nation, et sans hésiter sur les moyens employés pour obtenir son nivellement, son aliénation et son endoctrinement265 (Kalifa, 2001 : 3). La Nation, au sens du « Vouloir vivre ensemble », était à construire, et on tentait de le faire en prenant appui sur l’évocation des mythes et des ensembles politiques successifs que furent le Ghana, le Mali et le Songhaï, qui ont largement contribué à favoriser la cohabitation de peuples aux cultures variées (Konaté, 2006 : 76). Ces éléments historiques, enseignés à l’école et utilisés par les griots pour faire des éloges, ont contribué à la constitution de la jeunesse comme une catégorie sociale objective devant édifier la nation malienne.

4Avec la démocratisation de la vie politique, les modalités changent. Les jeunes constituent une véritable bombe électorale dont les leaders et partis politiques de tous bords se disputent le contrôle et par conséquent le vote. A travers leurs mouvements de revendication portant sur diverses questions d’intérêt collectif ou communautaire, les jeunes exercent une pression constante sur les gouvernements (Assogba¸ 2007). Malgré leur poids démographique et leur capacité à se mobiliser, surtout pendant leur période scolaire et universitaire, les jeunes sont peu présents dans les instances de décision.

5Cela nous amène à nous interroger sur l’engagement politique des jeunes pour tenter de comprendre leur faible représentation dans les instances décisionnelles, alors que les institutions politiques leur offrent l’opportunité de changer leurs rapports avec les adultes qui jusqu’à présent ont toujours décidé à leur place. En effet, les élections communales ou locales permettent aujourd’hui à la jeunesse d’entrer en politique en passant du statut d’objet à celui d’acteur politique, à travers une participation volontaire et active.

  • 266 Ces communes sont les sites d’enquête de notre thèse en cours d’élaboration, portant sur une analy (...)

6Nous étudierons le cas de trois communes du Mali : San, Bandiagara et la Commune VI du district de Bamako.266 L’approche consiste à analyser les listes de candidatures afin d’identifier les « jeunes » (en conservant le critère officiel – moins de 36 ans –, malgré son caractère parfaitement arbitraire), leur positionnement et les résultats qu’ils ont obtenus. A partir d’entretiens individuels, nous procéderons en outre à une catégorisation des jeunes impliqués politiquement en vue de comprendre s’ils sont en marge des activités ou s’ils y participent pleinement. Nous chercherons à voir si les faibles résultats des jeunes aux élections communales tiennent plus aux obstacles auxquels ils sont confrontés quand ils tentent d’entrer en politique, qu’à un désintérêt de leur part pour la politique. Nous nous interrogerons alors sur les voies de contournement qu’ils peuvent emprunter pour s’exprimer sur le terrain politique tout en étant écartés de ses rouages officiels.

L’échec politique des jeunes aux élections communales de 2009

7Le droit à la participation citoyenne est expressément consacré par des instruments juridiques internationaux et régionaux qui ont pour la plupart été ratifiés par le Mali. Concernant la jeunesse, l’Assemblée Nationale du Mali a adopté en octobre 2007 la Charte africaine de la jeunesse, qui a parmi ses objectifs celui d’assurer l’implication constructive de la jeunesse dans le développement de l’Afrique et notamment sa participation effective aux débats et aux prises de décision le concernant (Karambé, 2008 : 14). L’Acte constitutif de l’Union africaine et le Plan stratégique de la Commission de l’Union africaine pour la période 2004-2007 reviennent sur ce thème.

8La participation des citoyens à la prise de décision, au niveau local, est conçue comme un des enjeux majeurs de la décentralisation. Pourtant, les jeunes ne participent pas à la conception de la politique au Mali. Il est vrai que, selon une pensée courante, la politique y serait synonyme de mensonge, de trahison, de fausseté, d’intrigue, de malhonnêteté, bref d’attitudes malveillantes et peu scrupuleuses, ce qui n’est pas de nature à inciter bon nombre de jeunes à s’y impliquer.

Les jeunes n’ont pas la place qui correspondrait à leur poids démographique

9Dans le contexte actuel, deux faits majeurs plaident pourtant pour une forte participation des jeunes à la politique locale. Le premier fait porte sur le poids démographique. Avec plus 65 % de la population, leur mise à l’écart rendrait illégitime tout pouvoir qui s’installerait à la mairie, puisqu’il ne sera pas représentatif des citoyens. Le second est que les jeunes ne sont pas simplement nombreux, ils sont une ressource incontournable du développement. Toute transformation économique et sociale doit s’appuyer sur la jeunesse porteuse d’énergie novatrice et bénéficiaire à long terme des changements positifs. Plus instruits que leurs parents, du moins en nombre, et imprégnés des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les jeunes sont aussi le vecteur d’un changement qualitatif de leur milieu.

10La diversité des acceptions du mot jeunesse nous impose de préciser de quelle jeunesse nous parlons. Selon Anne Muxel (2001 : 37-38), « les politiques de la jeunesse relèvent de deux paradigmes offrant des représentations opposées. D’une part, celui d’une jeunesse proche de l’enfance, à la fois faible et immature mentalement et incapable juridiquement. La relation sociale est, dans ce cas, fondée sur un statut d’irresponsabilité et la jeunesse apparait comme un âge à protéger, contre les autres et contre elle-même. L’autre paradigme est basé sur la proximité de la jeunesse avec l’âge adulte et parie sur la capacité de citoyenneté en promouvant une relation sociale dont la participation est le principe actif ». Nous nous inscrivons ici dans le second paradigme, en faisant l’hypothèse que les jeunes sont capables, qu’ils sont conscients des enjeux politiques des élections communales et qu’ils se positionnent en conséquence.

  • 267 Diabate, B., Rencontre du Président de la République du Mali avec la jeunesse malienne, Rôle et pl (...)

11Au Mali, les positions-clés et le pouvoir de décision restent dominés par les hommes avancés en âge. Par exemple, sur les 45 sièges à pourvoir aux élections communales de 2004 en commune VI du district de Bamako, seuls trois conseillers d’âge compris entre 18 et 35 ans ont été élus. Les responsables, les aînés, n’ont recours au service des jeunes qu’à l’approche des élections pour battre campagne. C’est ce que souligne Bassidy Diabaté, un observateur de la scène politique : « Pendant longtemps instrumentalisée, la jeunesse n’a servi que de moteur de campagne à des politiciens véreux insoucieux du devenir de leurs communautés et de leur pays. Utilisée comme telle, elle parait comme une caisse de résonance, au lieu d’assurer sa vraie fonction d’acteur dans le processus de consolidation des actes démocratiques, gages du progrès social et économique et créateur de croissance pour le développement »267.

12Selon D. Guindo, directeur national de la jeunesse, les jeunes qui participent au débat politique officiel sont effectivement minoritaires : « Dans les partis politiques les jeunes sont présents mais ils jouent un rôle de second plan, donc à ce niveau il y a un paradoxe. Dans tous les discours, il est dit que les jeunes représentent 60 à 70 % de la population mais cette statistique est un piège. Dans notre société, les jeunes qui participent au débat politique sont minoritaires par rapport à leur engagement. Ceux qui s’intéressent à la vie politique ont entre 25 à 35 ans et cette tranche d’âge est minoritaire par rapport à l’ensemble des jeunes. A l’intérieur de cette catégorie, il y a peut-être 20 à 30 % qui participent à la politique » (Entretien à Bamako, le 12/02/2012).

  • 268 Source : Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales (MATCL). www.matc (...)

13Les consultations électorales ont comme point commun le faible taux de participation : suivant les élections entre « 23 et 43 %. Lors du scrutin présidentiel 2007, il n’était que de 36 %. Les élections communales de 2004 n’ont enregistré que 21,04 % »268. Bien qu’il n’existe pas de taux par catégorie d’âge, on image que la participation des jeunes est faible comme celle du reste de la population.

De la candidature à l’élection

14Notre étude permet de mesurer l’implication des jeunes dans les partis politiques et la place qu’ils y occupaient pendant les élections communales de 2009. Les candidatures des jeunes lors des communales de 2009 semblent présenter des profils différents en Commune VI de Bamako, à San et à Bandiagara.

Tableau 1 : Proportion des jeunes sur listes de candidature à San

Partis politiques

Effectifs jeunes

Pourcentage par liste

ADEMA-PASJ

2

6,90

URD

3

10,34

RPM

4

13,79

UFDP

5

17,24

JEKABAARA

5

17,24

UDD

11

37,93

MPR

11

37,93

MPLUS/RAMATA

11

37,93

CNID-FYT

12

41,38

PIDS

13

44,83

PCR

13

44,83

CODEM

14

48,28

REDD-PPP-USRDA

15

51,72

UMP

17

58,62

SADI

25

86,21

MIRIA

28

96,55

Total partis

189

40,73

Source : auteur, à partir des listes de candidature lors des élections communales de 2009

Tableau 2 : Proportion des jeunes dans chaque liste de candidature à Bandiagara

Partis politiques

Effectifs jeunes

 % par liste

CODEM

0

0

ADEMA – PASJ

2

11,76

CNID-FYT

3

17,65

US-RDA

4

23,53

RPM-PARENA

4

23,53

BDIA-MIRIA-PSP-PCR-RDR

5

29,41

URD

5

29,41

IND. IBRAHIM TEMBELY

6

35,29

UDD

8

47,06

PDP

9

52,94

MPR

10

58,82

SADI

12

70,59

Total

68 (sur 204)

33,33 %

Source : auteur, à partir des listes de candidature lors des élections communales de 2009

Tableau 3 : Proportion des jeunes sur les listes de candidature en Commune VI de Bamako

N o  

Partis politiques

Effectifs jeunes par liste

Pourcentage jeunes par liste

1

ADEMA-PASJ

4

8,89

2

URD

10

22,22

3

UDD

12

26,67

4

RPM

13

28,89

5

MPR

17

37,78

6

CNID-FYT

17

37,78

7

IJS

17

37,78

8

SADI

22

48,89

9

PARENA

22

48,89

10

PDR

23

51,11

11

PCR

23

51,11

12

CODEM

24

53,33

13

IGC

27

60,00

14

FCD

27

60,00

15

MIRIA

29

64,44

16

ADCAM

30

66,67

17

MDC

30

66,67

18

UMP

31

68,89

19

REDD

31

68,89

20

ADM

31

68,89

21

US-RDA

32

71,11

22

RDS

34

75,56

23

PDM

35

77,78

24

UFDP – UPD

36

80,00

25

IAPP

39

86,67

26

CNU-MJS

39

86,67

27

PSP

39

86,67

28

UDM

41

91,11

Total

735

58,33

Source : auteur, à partir des listes de candidature lors des élections communales de 2009

  • 269 Je propose l’expression partis aînés pour désigner les « grands » partis qui ont une forte implant (...)
  • 270 Je propose ici partis cadets en référence à ceux qui animent les partis constitués principalement (...)

15La lecture des tableaux de candidature montre que la tranche d’âge 18 à 35 ans représente 58,3 % des 1 260 candidats aux élections communales de 2009 en commune VI du district de Bamako, répartis entre 28 listes de partis politiques et d’indépendants. Toutefois, la proportion des jeunes est très variable selon les partis. En outre, ces tableaux font ressortir deux catégories de partis politiques. La première qu’on pourrait appeler les partis aînés269, est dominée par les adultes. La seconde catégorie est celle des partis cadets270, dominée par les jeunes.

16Les partis aînés se caractérisent généralement par leur ancienneté et leur implantation sur le territoire national. Les militants des premières heures gardent le privilège des décisions politiques à prendre et se positionnent aux places favorables, grâce à la fois à leur expérience et à leurs ressources matérielles et financières. Les élections communales étant des scrutins de proximité, c’est le leadership local de chaque individu, sa capacité à mobiliser les électeurs qui constitue la condition essentielle pour figurer sur la liste de candidature du parti et y figurer en tête de liste ou parmi les suivants immédiats. Les jeunes ont donc peu de chance de se faire une place sur les listes des « grands partis ».

17Voyons donc les résultats des élections communales.

Tableau 4 : les élus communaux à San

Tableau 4 : les élus communaux à San

Tableau 5 : Les élus communaux à Bandiagara

Tableau 5 : Les élus communaux à Bandiagara

Source : auteur, à partir des listes des élus communaux de 2009 établies par l’Association des municipalités du Mali (AMM).

Tableau 6 : les résultats en Commune VI de Bamako

Tableau 6 : les résultats en Commune VI de Bamako

18A la lecture des tableaux, trois constats majeurs se dégagent. D’abord, les jeunes ont été nombreux à se présenter aux élections communales de 2009. La Commune VI de Bamako a enregistré la plus forte mobilisation des jeunes pour ces élections avec 735 candidats sur 1260 au total, soit 58,33 %. De même les jeunes de San sont nombreux sur les listes de candidats : 41 % sur un effectif total de 464. A Bandiagara, les jeunes représentaient 33 % des candidats.

19Le deuxième constat, c’est le peu de réussite ou l’échec total des jeunes lors de ces scrutins. Avec près 41 % des candidats, les jeunes de San arrivent à obtenir 10,34 % des postes de conseillers. Les résultats sont plus médiocres encore en Commune VI du District de Bamako où malgré une présence massive sur les listes de candidature avec plus de la moitié des candidats, les jeunes n’ont pu obtenir qu’un très maigre résultat : moins de 7 % des élus. A Bandiagara, aucun jeune n’a pu obtenir une place de conseiller à l’issue des élections, alors qu’un candidat sur trois était jeune.

20Le troisième constat est que, à l’exception de San, où les jeunes ont obtenu plus de 10 % des postes de conseillers, ils n’étaient en position éligible ni en commune VI ni à Bandiagara. Dans ce dernier cas, où leur échec est total, ils ne portaient pas les couleurs des partis ayant gagné des postes de conseillers.

21On peut relativiser cet échec dans la mesure où, aux yeux de la population, les communes urbaines de Bandiagara et de San ont élu des maires qui ont pu être qualifiés de jeunes. En effet, le Maire de San, un homme de 47 ans, et celui de Bandiagara, âgé de 43 ans en 2009, sont jeunes par comparaison avec les maires sortants : respectivement M. Tembely, 71 ans et M. Haidara, 65 ans. Celui de la Commune VI du district de Bamako, réélu au même moment, avait 60 ans. Cette appréciation populaire signifie aussi que, pour l’opinion, il y a un âge minimum pour les fonctions de responsabilité.

22Quoi qu’il en soit, l’analyse des listes de candidature montre que les grands partis, ceux qui sont largement implantés sur le territoire et qui sont très connus, sont animés par des adultes alors que les jeunes sont beaucoup plus nombreux dans les petits partis récemment créés ou peu implantés sur le territoire. La proportion des jeunes sur les listes de candidature est fonction du poids du parti.

23L’analyse de nos tableaux prouve que les rares fois où les jeunes sont nombreux sur les listes de candidature, ce sont généralement des petits partis, peu connus ou ne disposant pas de moyens pour rivaliser avec les grands partis. Ces jeunes n’ont-ils donc aucune chance de se faire élire ? Comment alors expliquer ces échecs ? Il s’agit pour nous d’éclairer ces échecs, en commençant par interroger l’intérêt que les jeunes portent à la politique.

Désintérêt des jeunes pour la politique ou obstacles à leur percée politique ?

24Pour analyser l’insertion des jeunes dans le monde politique, la théorie de Louise Quesnel (1994 : 259-260) sur l’importance du contexte et de la culture nous paraît pertinente. Elle estime que, comme tout autre milieu social, la jeunesse produit des modèles dominants, à partir des conditions objectives à l’intérieur desquelles les individus situent leurs valeurs et leurs comportements, de sorte que les jeunes, comme génération, partagent une certaine conscience de groupe, formée en interaction avec le milieu où ils se situent. L’approche culturelle est centrée sur les individus. Dans la définition de ces valeurs et comportements propres à la jeunesse, et sans nécessaire interrelation avec les caractéristiques conjoncturelles ou contextuelles de milieu où ils vivent, s’exprime le fait spécifique d’être jeune, c’est-à-dire ni enfant ni adulte, et de vivre cette période d’insécurité, de plaisir, d’émancipation émotionnelle, qu’est la jeunesse (selon Talcott Parsons, cité par Quesnel, ibidem), à la recherche de sa voie sur le plan professionnel et sur le plan des responsabilités personnelles.

25Nous nous inspirons de ces modèles, contextuel et culturel, pour analyser les opinions et les pratiques politiques des jeunes au niveau des communes, en tenant compte du contexte dans lequel elles sont formulées : conjoncture politico-économique, démocratisation, décentralisation. Car, outre le poids de la socialisation familiale, interviennent les effets de la trajectoire sociale, mais aussi le rôle du contexte politique et historique dans lequel s’inscrit chaque génération (Muxel, 2001). Au Mali, pour les années récentes, le multipartisme est un facteur favorable à l’engagement politique des jeunes.

Une typologie de l’engagement politique des jeunes

26Lorsque, sur le terrain, les jeunes s’expriment sur leur expérience politique, à la classification proposée par Cot & Mounier (1974) en militants, sympathisants et électeurs, il faut ajouter une quatrième catégorie pour ceux qui ne votent pas. Parmi les facteurs qui favorisent l’adhésion des jeunes à un parti, sont cités le cercle de famille, le voisinage et les amis. A propos de la famille, Anne Muxel (2001 : 57-58) a observé qu’elle joue un rôle dans la transmission politique. « La famille fournit de facto aux enfants une cartographie originelle des premières balises pour entrer progressivement dans le monde de la politique. Elle véhicule des systèmes de valeurs et, de manière plus ou moins intentionnelle et cohérente, façonne des cultures politiques ». Cette observation se vérifie au niveau des interviewés parmi lesquels, ceux qui se disent militants sont issus des familles dont au moins un parent, un frère ou une sœur fait de la politique, même si ce n’est pas dans le même parti.

Les sympathisants

27Considérons d’abord les sympathisants. Voici quelques cas. Aïchata, 34 ans, commerçante, s’est impliquée dans la politique du fait de son lien familial avec un candidat : « J’ai fait la campagne et j’ai voté lors des communales passées pour UFDP, car la tête de liste était un grand frère ». Elle dévoile son vote sans avoir la carte du parti. Ramata, 19 ans, habitante du village de Sienso, s’inscrit dans une logique similaire : « J’ai déjà voté pour l’ADEMA, car la maison dans laquelle je loge, les gens ont voté ADEMA. Je fais le petit commerce, je n’ai pas assez de temps pour faire la politique. J’ai voté pour l’ADEMA, parce que la famille m’a dit d’aller, je suis allée voter, ce n’est pas par amour du parti » (Entretiens à San, le 03/09/2010).

28Kadiatou, 32 ans, trouve que la politique n’est pas aussi importante que ses activités principales, elle se donne juste le temps juste d’aller voter, rien de plus. « J’ai déjà voté pour l’ADEMA, je suis simple sympathisante, car ma fonction ne me permet pas de battre compagne. C’est un peu difficile pour moi de faire la politique compte tenu de mes activités professionnelles. » (Entretien à San, le 08/09/2010).

29Deux éléments émergent de ces témoignages. Le premier est l’influence des membres de la famille (élargie aux logeurs) qui incitent les jeunes à aller voter pour une personne proche ou pour un proche d’un membre de la famille. Le cas de Ramata illustre la perception de nombreux citoyens sur la politique et les partis : leur attachement ou leur engagement est fonction de la position qu’occupe un proche dans le parti ; il est rare qu’ils soient eux-mêmes concernés.

30Le second élément est le rapport entre activité professionnelle et activité politique. Les jeunes qui mènent une activité professionnelle régulière, disent manquer de temps pour la politique. Ils vont voter le jour du scrutin, mais leur militantisme n’est pas manifeste au point de battre campagne. Comme la motivation de certains jeunes, surtout les diplômés, est de trouver un emploi à travers les hommes politiques, pour ceux qui travaillent déjà, la politique est une activité marginale. Ils ne font pas de lien entre la bonne marche de leurs activités professionnelles et la politique locale qui doit être mise en œuvre par les hommes et les femmes qu’ils vont élire.

Les adhérents

31Tournons-nous vers la deuxième catégorie, celle des adhérents qui détiennent la carte du parti sans pour autant chercher à obtenir un poste de responsabilité. Ils sont nombreux, et quelques-uns, parmi eux, nous ont raconté leur expérience.

32André, 31 ans (Bandiagara) aime faire de la politique et s’en donne le temps. Ce qui le bloque pour entrer dans les instances décisionnelles, c’est le manque de moyens financiers sans lesquels l’ascension politique est difficile : « Je suis du RPM, j’ai même une carte du parti. Son idéologie me convient ; elle permet de développer la commune. Pour les activités du parti, je participe aux rencontres que le parti organise au niveau même du siège. Je n’ai aucun poste dans le bureau. Lors des élections communales, je n’ai pas été candidat, je n’ai pas voulu tellement m’aventurer parce que si tu n’as de moyens, tu ne peux pas gagner les élections. J’avais un camarade qui était candidat. Mais il n’a pas été élu » (Entretien du 07/11/2010).

33Koussé, enseignant à Sienso (San), est un adhèrent. Il s’estime motivé par les bonnes idées des hommes politiques : « J’ai déjà voté URD lors des élections communales. […] Je vote URD à cause des idées des dirigeants, mais pas pour l’argent, ni pour une parenté quelconque. Dans ma famille, personne n’oblige personne à voter pour un parti. Ici, si un parti vient, il présente son projet auprès des gens ; puis les gens décident d’y adhérer ou non » (Entretien à San, le 04/09/2010).

Les militants

34Les jeunes militants forment la troisième catégorie, ceux qui, pour la plupart, occupent un poste dans un bureau du parti et certains qui se portent candidats lors des élections. Les cas les plus illustratifs se présentent de la façon suivante.

35Aminata K., âgée de 25 ans, élève à l’Institut de Formation Professionnelle de San est une élue communale sous les couleurs de l’UFDP, un parti local qui gère la marie de San. Son cas illustre la théorie d’Anne Muxel sur la famille comme espace de transmission politique. Plus qu’une simple transmission, c’est même ici une succession. Très jeune, sans qualification (encore élève), elle devient conseillère grâce à son père qui n’a plus les ressources physiques nécessaires pour participer à la gestion locale de la commune de San. Afin de ne pas perdre la main, le père garde sa position politique au sein du parti et laisse sa place de conseiller à sa fille : « Je suis élève et je suis militante du parti politique UFDP. Je suis membre de la sous-section. En fait, je suis à la place de mon père qui occupe un poste au niveau de la sous-section, il est le secrétaire général du quartier. Compte tenu de son âge avancé, il a voulu que mon nom soit à la place du sien. Le parti a accepté. Mais c’est lui qui a battu campagne pour notre liste dans le quartier et dans la ville ; moi je l’accompagnais. Au moment de l’établissement de la liste de candidature de l’UFDP, il a demandé de mettre mon nom à sa place. C’est pourquoi, j’occupais une position qui m’a permis d’être parmi les élus ». (Entretien à San, 01/09/11).

36Tout comme Aminata, Ousmane, 30 ans, est venu à la politique grâce à son père : « Je suis membre d’un parti, c’est l’ADEMA. Je suis le secrétaire à l’organisation. C’est à travers mon père que je suis devenu politicien, car mon père est un élu communal de l’ADEMA. Je l’apprécie. S’il parvient à continuer comme ça, je pense qu’il sera réélu même si ça serait difficile ». Mais « en raison de mes activités professionnelles qui me font bouger beaucoup, mes activités politiques, en dehors des réunions, se limitent au niveau de mon grin et au marché, car nous ne faisons pas le même parti. Donc pour cela, chacun essaye de défendre le projet de son parti. L’intégration d’un parti au niveau de San, c’est d’abord une question de famille, puis le niveau d’instruction suit. Les 60 % des jeunes sont analphabètes et intègrent les partis à cause de la parenté. C’est le cas de l’UFDP. Leur amour pour le parti ou le leader, ça vient d’un parent : un grand frère, le père ou la maman, mais pas à cause de ce que le parti veut faire ou de ses dirigeants » (Entretien à San, le 02/09/2010).

  • 271 D’après l’analyse par l’auteur de la liste des candidatures du Parti lors des élections communales (...)

37Certains jeunes viennent en politique à travers le réseau d’amis. C’est le cas de Sogomadi, mécanicien, 32 ans, 3ème quartier : « Je suis militant du SADI. Je suis venu en politique à travers un ami. Je suis secrétaire à l’information du bureau de la section. Je participe aux travaux et aux réunions du parti. Mais je n’ai pas pu être candidat lors des élections communales passées. Les jeunes sont impliqués dans la politique mais les vieux le sont plus. Au moment des élections on fait les campagnes » (Entretien à San, le 02/09/2010). Bien que ce militant estime les jeunes, il constate que ces derniers sont moins impliqués en politique que les adultes (et les vieux), 12 des 17 candidats271 du parti SADI étaient jeunes. Mais le parti n’a pas pu faire élire un seul candidat.

38Karamoko, vendeur de cartes de crédits téléphoniques, a adhéré à un parti politique sous l’influence de son environnement immédiat dans son quartier à San. Il s’est fait une place au sein du bureau local et a obtenu de figurer sur la liste de candidats du parti : « Je suis dans un parti, le CNID. J’ai adhéré à ce parti à travers les rapports de voisinage, car notre maison est située à côté de la famille de la femme du président du CNID, Mountaga Tall. Je fais la campagne avec eux. Je suis membre de la sous-section et je suis adjoint du président au niveau de notre quartier. Je participe régulièrement à la réunion de mon parti. Je mobilise les gens lors des élections. Nous organisons des meetings nous avons de bons rapports avec les chefs des partis. Je ne suis pas élu conseiller au niveau de la commune. On n’a pas gagné, donc pas de conseillers pour notre parti. J’étais à la 17e position sur les 29 en lice ; aucun n’est passé. Les jeunes n’ont pas leurs places, car ils sont mis de côté par les adultes et les vieux ; mais il faut dire aussi que les jeunes ne sont pas réellement mobilisés, ils ne sont pas très engagés. » (Entretien à San, le 04/09/2010)

  • 272 Instrument de musique (petit balafon) ; par extension, soirée dansante.

39Les jeunes sont en effet souvent qualifiés de bétail électoral à cause de la forte mobilisation dont ils font l’objet lors des scrutins. Amidou, technicien supérieur du génie rural de 36 ans, est un mobilisateur lors des campagnes. Il est militant de la CODEM. C’est à travers un ami qu’il est venu à la politique, il obtient un poste de mobilisateur et fait le travail d’ouvrier : « Je suis le secrétaire général de la jeunesse de la CODEM. Comme activités, à la veille des élections, nous organisons les journées de salubrité dans le quartier. Nous faisons des messages de mobilisation pour encourager les jeunes à aller voter ; nous leur signifions qu’il est grave de ne pas voter, et pire, voter pour un parti qui n’est pas le nôtre. Nous organisons aussi des soirées culturelles comme les balanis272. Lors des élections communales passées, comme je suis le chef, sans me vanter, au moment des élections, j’essaye d’appeler les membres de la section du parti des différents quartiers pour qu’on se réunisse et discuter de ce qui marche et qui ne marche pas » (Entretien à Bandiagara, le 08/10/2010).

  • 273 En français du Mali : s’enrichir personnellement, détourner l’argent.

40Prenons encore l’exemple d’Adama, 36 ans, professeur d’anglais, 2ème quartier à Bandiagara, militant à l’ADEMA. Il fustige l’image négative que certains jeunes donnent des partis politiques concernant la moralité de ceux les animent : « Pendant ces activités, on a fait comprendre aux gens que notre parti n’est pas ce qu’ils pensent. Car pour beaucoup de jeunes, à l’ADEMA, on ne fait que manger273, c’est un parti de trompeurs, de magouilleurs, de voleurs, de démagogues… Les jeunes ne veulent pas s’engager surtout dans la politique, parce que l’idée qu’ils ont du parti politique et la réalité de celui-ci sont différentes. Certains pensent que quand on vient à la politique, c’est pour gagner de l’argent, alors que c’est le contraire : il faut financer le parti. Il faut nécessairement dépenser son propre argent pour faire fonctionner le parti, faire des activités. Donc, beaucoup viennent pensant qu’il y a des millions ; quand ils n’arrivent pas à voir l’argent, ils repartent en disant que si on n’est pas dans un bloc, on ne gagne rien ». Il fait remarquer qu’on ne pas faire de politique si l’on n’est pas dévoué et l’on n’a pas la capacité de tenir : « Si on n’est pas engagé, on n’est pas courageux, on ne peut pas continuer. Pour obtenir certains postes, il faut que les jeunes se battent. Quand on voit qu’ils sont capables, on va leur céder. En politique, on ne donne pas. Ça se prend, ça se mérite. Nous jeunes du parti, nous montrons aux autres que c’est le contraire. A travers notre engagement et les activités que nous menons dans la ville, nous arrivons à faire comprendre à nos détracteurs que l’ADEMA c’est un parti de travailleurs. La preuve est qu’après les activités, nous avons eu beaucoup d’adhérents, ça veut dire que la confiance revient » (Entretien à Bandiagara, le 09/10/2010).

41Hamadi, 30 ans, acheteur de céréales à San, dénonce les fausses promesses politiques des adultes : « J’ai voté aux élections communales passées pour le parti URD où je suis militant. Dans le bureau, j’occupe le poste de secrétaire général du bureau de la jeunesse. J’ai intégré le parti à travers un voisin. Ainsi pendant des élections, j’ai fait la campagne » (Entretien à San, le 02/09/2010).

Les motivations des jeunes qui s’engagent dans la vie politique

42Certains jeunes, comme le président de la sous-section URD de Yirimadio en Commune VI de Bamako, font montre d’un engagement motivé par une raison collective : « Mon intérêt pour la politique ? Je ne fais pas la politique pour un intérêt personnel mais plutôt pour un intérêt collectif ; je fais la politique pour l’épanouissement de mon quartier ou de ma commune ». Il ajoute : « Je cherche d’abord à me faire une idée des objectifs des différents partis politiques et partant de là, je verrai si je dois m’engager dans tel ou tel parti, voilà, ça c’est mon opinion par rapport à la participation aux partis politiques ; donc je suis observateur, j’observe, je verrai plus tard dans quel parti il faut militer » (Entretien à Bamako, le 14/01/2012).

43Mais pour un autre jeune, Gaoussou, président du bureau national des jeunes du même parti, comme tous, les jeunes viennent en politique défendre leurs propres intérêts : « Les jeunes participent à la vie politique pour un intérêt personnel et leur participation n’est pas fondée sur une conviction. Moi je ne fais rien si cela ne me profite pas personnellement » (Entretien à Bamako, le 14/01/2012).

44L’un et l’autre montrent que la jeunesse a intérêt à s’impliquer dans la politique d’abord afin d’exposer ses problèmes et ses besoins, puis pour participer activement à la gestion locale, aux prises de décision, à leur mise en œuvre.

45Les fausses promesses des candidats provoquent des défections, comme le souligne Amadi, acheteur de céréales à San : « Ce que j’ai constaté, c’est que la politique n’est pas fondée sur la vérité. Les politiciens nous promettent des choses qu’ils ne réalisent jamais. Ils cherchent seulement à être élus. Une fois cet objectif atteint, ils nous oublient. Les jeunes s’engagent dans la politique, mais quand ils se voient trahis, ils abandonnent le parti » (Entretien à San, le 02/09/2010).

  • 274 Plate-forme multifonctionnelle : il s’agit d’un moteur à gazole susceptible d’être utilisé selon l (...)

46A cela s’ajoutent les exigences de certains électeurs qui conditionnent leur vote moyennant un don ou une réalisation. C’est le cas de Djénébou, 24 ans, mère célibataire, qui n’est même pas allée voter parce qu’elle estime que les hommes politiques ne s’intéressent pas à son village (Sienso à San) : « Je n’ai pas voté. Depuis l’avènement de la démocratie nous votons, mais depuis on a rien eu ici, à Sienso. Lors des élections communales nous avons posé des conditions, nous avons dit que s’ils veulent que nous votions pour eux, il faut qu’ils nous donnent des cadeaux. Au dernier scrutin, nous avons refusé de voter. Nous voyons dans les autres villages des projets et des réalisations (jardins, construction d’écoles, des plates-formes)274 mais chez nous, nous n’avons pas eu quelqu’un pour nous apporter ces genres de projets. Je suis libre de ne pas voter pour un parti. Donc, je n’ai pas voté » (Entretien à San, le 03/09/2010).

47Cette conception de la politique comme moyen de gagner quelque chose immédiatement pour soi ou pour la collectivité est partagée par de nombreux citoyens. C’est pourquoi, les candidats qui disposent de moyens obtiennent plus de voix et se font généralement élire, même si les électeurs ignorent leurs projets de société. Si les candidats se limitent à discourir sur des projets à venir sans donner « quelque chose », les électeurs ne votent pas pour eux. Et les candidats sortants sont appréciés sur les réalisations qu’ils ont faites – ou dont ils peuvent tirer bénéfice – dans les villes, les quartiers et les villages au cours de leur mandat qui s’achève. Si de nombreux électeurs comme Djénébou qui n’ont pas obtenu quelque chose, refusent de voter, on comprend pourquoi les taux s’abstention sont si élevés au Mali.

  • 275 Un jeune, qui avait eu les moyens d’électrifier les écoles Mamadou Togo et Alpha Aly Seck de Bandi (...)

48Le contenu de nos entretiens regorge de ces témoignages d’abstention. La peur est également citée comme étant un des obstacles à la pleine participation politique des jeunes. Chez certains jeunes comme Modibo, électricien à Bandiagara, la peur d’être ensorcelé hante l’esprit de beaucoup de jeunes qui préfèrent rester derrière les aînés en attendant d’être adultes :« Il y a peu de jeunes dans les grands bureaux des partis politiques. Les jeunes se battent mais obtiennent peu. Je pilotais un parti mais j’ai été déçu. C’est difficile pour les jeunes d’être tête de liste pour avoir la chance d’être élus, qu’ils soient instruits ou non. Mais le problème principal au-delà de l’argent c’est que les jeunes ont peur d’être éliminés magiquement »275 par les adultes.

49D’autres enfin se mettent en position d’observateurs, estimant que les conditions ne sont pas (ou pas encore) réunies pour qu’ils s’engagent en politique. C’est ainsi que David, jeune de Yirimadio en Commune VI de Bamako, attend : « J’observe, je verrai plus tard dans quel parti il faut militer et je suis pour le moment dans la dynamique des associations de développement local » (Entretien à Bamako, le 15/01/2012). De même, Amadou soutient : « Le moment n’est pas encore venu pour moi de faire la politique. J’attends que toutes les conditions soient réunies pour m’engager ».

50Au-delà de ces observateurs prudents, on trouve de nombreux jeunes qui ont refusé d’aller voter. Les raisons sont multiples. Madi, mécanicien, 32 ans, 3ème quartier de Bandiagara, s’est abstenu pour la simple raison qu’il conteste l’autorité dont bénéficient les élus communaux qui, pour lui, « vendent impunément les terrains » et surtout « promettent des choses qu’ils ne réalisent jamais ». On passe donc, par là, de l’attentisme aux griefs.

Les griefs des jeunes à l’égard de la vie politique

51Ces entretiens montrent l’amertume et la suspicion des jeunes à l’égard du système politique, ainsi que le manque de considération à leur égard. Certains faits objectifs rendent difficile pour les jeunes l’accès à la vie politique : par exemple la capacité de communication, et les moyens financiers.

Les jeunes sont mal armés pour la lutte politique

52La capacité communicationnelle, nécessaire aux stratégies de mobilisation politique, apparaît défavorable aux cadets. Plus expérimentés et rôdés à cet exercice, les anciens sont en avance sur la majorité des jeunes, dont on critique le faible niveau intellectuel, conséquence du dysfonctionnement du système éducatif malien depuis les années 1990. Néanmoins, ce désavantage pourrait être contrebalancé par la capacité des jeunes à manier les nouvelles technologies de la communication, qui sont des outils efficaces de diffusion des messages politiques qu’ils maîtrisent bien mieux que les aînés. A travers les réseaux sociaux comme Facebook, les SMS, les messages de campagnes diffusés peuvent atteindre de nombreux électeurs, même si leur impact est limité aux centres urbains.

53La question financière semble davantage encore pénaliser les candidatures des jeunes. Les moyens financiers nécessaires peuvent venir du parti politique ou de la richesse personnelle du candidat. Au Mali, on entend dire : « pour faire la politique, il faut avoir les moyens », sous-entendu avoir de l’argent pour financer les campagnes. Dans tous les discours des jeunes sur les obstacles à leur émergence politique, le manque de moyens financiers est cité comme premier obstacle. Pour financer les campagnes électorales, les aînés politiques utilisent le capital financier accumulé dans l’exercice de leurs fonctions, avec lequel ils attirent l’électorat. Mais les jeunes entrants ne disposent de rien d’équivalent. Même s’ils tiennent des discours de changement favorables à l’ensemble des populations, l’idée populaire selon laquelle « On ne mange pas les mots », partagée par maints citoyens, ne permet pas aux cadets de mobiliser des électeurs pour leur cause. Les anciens étant « des acteurs politiques économiquement confirmés », sont « les seuls capables de redistribution matérielle, principal enjeu des consultations électorales. Un tel principe sous-tend les logiques génératrices du faible renouvellement des acteurs au gouvernement » (Augé, 2003).

54Dépourvus de ces moyens, certains jeunes battent campagne pour la candidature des « aînés » qui leur donnent du thé, du sucre, des t-shirts et de l’argent, voire des motos, qui leur promettent de l’emploi et de la promotion quand ils auront gagné les élections. D’autres jeunes préfèrent se tenir à l’écart en s’abstenant d’aller accomplir leur devoir civique, le vote. Enfin, la troisième catégorie de jeunes, qui s’engage en entrant dans un parti et en se portant candidats, reste bloquée par les contraintes matérielles et financières des campagnes électorales.

55Mais si ces arguments concrets concernant le manque d’expérience communicationnelle et de moyens financiers jouent en défaveur des jeunes, la question des hiérarchies sociales reste l’élément déterminant du contexte.

Les jeunes doivent le respect aux anciens

  • 276 Cité par Claude Rivière (2000 : 78).

56« L’ordre des générations » défini par Claude Rivière (2000 : 78) fait de l’âge un paramètre discriminant quant à la place dans la société : il est « un facteur d’accroissement de la responsabilité et de l’autorité sur les jeunes ». L’auteur note que « Partout il y a prédominance de la génération des pères sur celle des fils ». Les travaux de Claude Meillassoux276 rappellent l’organisation traditionnelle de la société, où les aînés « contrôlent les producteurs, cadets et femmes, le travail collectif, les surplus, l’attribution des épouses ». Etudiant la sociologie du pouvoir au Gabon, Axel Eric Augé (2003) montre que « le leader politique local joue aussi le rôle de parrain politique auprès des jeunes » devenant ainsi « une relation indispensable d’accès au pouvoir pour ceux-ci » ; et que « le pouvoir se reproduit en s’appuyant sur des acteurs dépendants » qui sont les jeunes et les femmes, l’essentiel de l’électorat.

57La culture politique la plus largement partagée se caractérise par une « valorisation de l’aînesse ». « L’aînesse est socialement et politiquement reconnue comme facteur capable », car « dans la conscience collective, la séniorité est synonyme d’expérience, de sagesse, de connaissance et de modération », exprimant l’expérience. En raison du respect dû par les cadets aux aînés, les premiers doivent céder la politique, les prises de décisions aux premiers. « Les élites politiques tendent ainsi à reproduire une idéologie de l’aînesse dans laquelle la classe gouvernante s’identifie au groupe des aînés et renforce par-là même l’assurance de sa pérennité au pouvoir » (Augé, 2003). Cette instrumentalisation politique de la séniorité sociale a pour conséquence de réduire sensiblement le changement politique nécessaire et participe à légitimer l’accès et le maintien des aînés au pouvoir.

58La position des jeunes comme cadets sociaux dans l’échelle des hiérarchies sociales fait que, malgré leur intérêt pour la politique, les obstacles sont trop forts pour qu’ils puissent y entrer par la grande porte. Ces contraintes et obstacles induisent une distance des jeunes vis-à-vis des élections locales qui leur seraient les plus accessibles.

59Ces opinions et positions des jeunes montrent bien qu’ils s’intéressent à la politique, mais qu’ils sont confrontés à trop de blocages pour conquérir des places dans les instances officielles. Au-delà de l’inexpérience et de la pauvreté qui sont souvent citées comme les obstacles majeurs à l’émergence politique des jeunes, c’est le statut de cadet social qui explique fondamentalement leur infortune politique.

  • 277 Jean-Claude Richez, « Les Cahiers de l’Action », no 1 dans Des ressources pour l’engagement et la (...)

60Conscients de cette situation, certains se découragent et renoncent à la politique, comme ceux qui ont décidé de s’abstenir lors des élections communales à venir. Mais l’intérêt que les jeunes portent à la politique nous amène à l’hypothèse qu’ils peuvent mener des actions politiques en dehors des sphères politiques classiques, comme cela a été observé ailleurs. Une étude de Jean-Claude Richez277 le montre : « Il y a dans le discours que tient notre société autour de l’engagement des jeunes un véritable paradoxe. D’un côté, le discours sur les jeunes qui ne veulent plus militer, qui ne s’engagent plus, qui refusent de prendre des responsabilités dans les associations, de l’autre, incontestablement une forte mobilisation des jeunes autour des sujets les plus variés ». De fait, les jeunes développent d’autres formes de militantisme et de participation politique, notamment à travers les associations, le bénévolat, les clubs et autres organisations de jeunesse. Ce sont ces formes de participation politique alternatives chez les jeunes que nous décelons au Mali, notamment dans les grins ou les associations. Nous nous concentrerons ici sur les leaders qui apparaissent dans ce contexte et font de la politique à travers la défense d’un intérêt collectif ou communautaire.

De la manifestation d’un leadership jeune à la contestation politique

61Dans certains cas, les jeunes se considèrent et se proclament comme les défenseurs de la cause commune et démontrent en même temps qu’ils sont effectivement des leaders locaux sur lesquels la population peut compter. Nous analyserons deux types de leaders jeunes, le premier se manifestant sur le champ du développement (à partir d’études de cas à Bandiagara et à San) et le deuxième débordant sur le champ politique bien qu’il y ait un lien avec le développement (étude de cas de la Commune VI du district de Bamako).

Le leadership jeune

  • 278 Voir le site : (http://confejes.contrexemple.com/leadership.pdf), consulté le 5 mai 2014.

62La Conférence des ministres de la jeunesse et des sports (CONFEJES) a élaboré un « Manuel de formation des jeunes au leadership » dans lequel le concept est défini comme un « un ensemble d’aptitudes et d’attitudes permettant d’influencer le comportement d’un individu ou d’un groupe en vue de l’amener à réaliser les objectifs visés ». Quant au leader, c’est « une personne qui exerce une influence sur les membres de son groupe dans le but de les amener à réaliser les objectifs fixés par le groupe, à programmer les activités et à les évaluer. Le leader est un membre qui sait ce qu’il veut, qui communique efficacement ses intentions, qui sait quand poursuivre son action ou se réorienter pour le mieux-être du groupe […]. Le leadership efficace est souvent fondé sur l’action plutôt que sur la fonction »278.

  • 279 Ciwara, terme bambara désignant à la fois le champion de culture et le trophée – un masque d’antil (...)

63Avant d’analyser le leadership jeune dans la société malienne contemporaine, nous pouvons remarquer que des formes de ce type existaient dans le contexte traditionnel, où les jeunes dirigeants étaient ceux qui excellaient dans les travaux champêtres et incarnaient les valeurs sociétales par leurs conduites. En milieu rural bambara par exemple, le meilleur cultivateur de la saison reçoit un ciwara279, trophée sculpté en bois. Il est reconnu comme un champion, un gros travailleur, un homme courageux, celui qui a fait la meilleure moisson de céréales. Avec l’extension de l’école et de l’instruction, c’est davantage le leadership intellectuel qui compte chez les jeunes. C’est dans les mouvements syndicaux estudiantins tels que l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali, dans les années 1980, et l’Association des élèves et étudiants du Mali que bon nombre de jeunes se sont construits un leadership. D’autres sont passés par des associations culturelles, sportives, religieuses ou de développement.

64Dans le Mali contemporain, ce sont plutôt des figures de héros que prend le leadership des jeunes. On assiste en effet un peu partout à des formes de contestations animées par la jeunesse et portant sur des questions d’intérêt collectif, et plus précisément d’intérêt matériel quotidien. C’est le cas de la gestion de l’électricité à Bandiagara en 2010 et à San en 2012. Excédée par les délestages intempestifs, la jeunesse des deux villes a réagi pour se faire entendre et pour faire savoir qu’elle est en première ligne pour la défense des intérêts communautaires. Nous prendrons les cas de trois leaders jeunes dont les actes ont été qualifiés d’héroïques.

Quand la jeunesse fait la police à Bandiagara

65Au moment où nous nous rendions pour la première fois sur le terrain, la jeunesse faisait l’événement. Le président du bureau local de la jeunesse accompagné de trois de ses camarades avait mis la main sur un groupe en train de voler une quantité importante de gazole dans les réservoirs d’une centrale électrique à Bandiagara. La nouvelle s’était très vite répandue dans la ville au point qu’à chacune de nos interrogations sur la jeunesse et sa participation au développement, on évoquait cet évènement.

66En novembre 2010, la Ville de Bandiagara souffrait de délestages incessants à cause, selon les responsables de la centrale électrique, de l’insuffisance de carburant. Connaissant l’extrême modestie des consommations familiales, certains s’interrogeaient sur la gestion de la centrale.

67Ayant eu vent du vol de gazole, le président de la jeunesse a mené une enquête et est parvenu à mettre la main sur un groupe d’individus qui puisaient dans les citernes de « l’Energie du Mali » en pleine nuit. Nouhoum Ouologuem raconte que : « C’est la jeunesse au moins qui a mis fin à cela. Les jeunes ont veillé pour voir s’il y a vol ou pas. C’est comme ça qu’on les a attrapés avec 8 fûts. Ce sont des travailleurs au sein même de la centrale électrique. Nous avons enquêté le premier jour, on n’a rien vu. Le deuxième aussi, on n’a rien vu. Le troisième jour, je suis allé avec mon ami. A partir de minuit, mon ami est parti dormir ; je suis resté jusqu’à 4 heures : à 4 heures 45 mn, je vois venir, sortir de la centrale, un véhicule rempli de bidons de gazole. Je l’ai arrêté. Les intéressés m’ont proposé des millions si je ne les dénonçais pas. Je leur ai dit que je n’ai pas besoin de cet argent. J’ai mis les voleurs dans les mains de la gendarmerie qui les a transférés à la justice. Ils sont en prison… Dès le lendemain, je reçois des coups de fil de Bamako, souvent de grandes personnalités, me demandant de les libérer. Je leur répondis que je ne suis pas la justice et qu’il faut demander à la justice si elle peut les libérer. Parmi les voleurs, il y avait le chef de la centrale qui aurait acheté cinq motos à des filles de la ville. La semaine-ci, on avait constaté une perte de plus d’un million de gazole. Selon un technicien, les conséquences du vol risquaient de dédommager [d’endommager] le moteur de la centrale dont la réparation ou l’acquisition d’un nouveau allaient prendre du temps parce qu’elles coûtaient cher. Ce qui allait plonger la ville de Bandiagara dans l’obscurité durant des mois » (Entretien à Bandiagara, le 07/11/2010).

68Cette réaction de la jeunesse a été mal vue par la gendarmerie qui lui reprochait d’empiéter sur son travail. Le Major Ibrahim, Commandant de Brigade de la Gendarmerie territoriale de Bandiagara estime que la jeunesse aurait dû « l’informer à temps » ; ce qui aurait permis à son service de procéder à des enquêtes, mais que la jeunesse n’a pas respecté l’engagement de coopérer avec la gendarmerie. Le Major raconte : « C’est le chef du centre de l’énergie qui m’a informé de l’événement et m’a demandé d’ouvrir une enquête. C’est comme ça que j’ai procédé à l’enquête. On a fait les investigations et on a transmis au juge le dossier. Mais les jeunes n’ont pas informé la gendarmerie. Alors que, quand ils mettaient leur bureau en place, ils sont venus nous le présenter. Nous avons souhaité leur collaboration. Dans cette affaire ils n’ont pas collaboré. Il y a eu vice de forme dans leur agissement. Nous avons souhaité que les jeunes collaborent bien avec nous, parce qu’ils sont avec et parmi la population, ils disposent d’informations que nous ne pouvons avoir » (Entretien à Bandiagara, le 09/11/2010).

69Le gendarme se met en colère du fait que les jeunes ne lui ont pas donné d’informations sur les rumeurs et les soupçons de vol de carburant qui circulaient en ville. Mais les jeunes ne croient pas à la sécurité dont la gendarmerie a la charge. Bien que les délestages étaient très fréquents, la gendarmerie n’a lancé aucune investigation. C’est le directeur de la Centrale qui informera la gendarmerie, après que les jeunes auront appréhendé les voleurs : n’était-il pourtant pas le mieux placé pour savoir depuis longtemps que le carburant stocké pour alimenter la Centrale disparaissait à une vitesse anormale ?

70Cette action des jeunes démasquant les voleurs, et mettant en difficulté leurs complices, est qualifiée par beaucoup, à Bandiagara, d’héroïque. Elle a démontré que les soupçons des jeunes sont partagés par la population, qui ne croit pas, elle non plus, ni que le chef de la centrale est là pour assurer le service public, ni que les gendarmes sont là pour protéger les citoyens contre les voleurs. Cette affaire a contribué à légitimer le leadership jeune et à accroitre le prestige de ceux qui ont participé à l’arrestation des voleurs, dont le président du bureau local.

La jeunesse de San à la rescousse

71Un problème similaire de délestage s’est posé à San. Suite à des coupures incessantes de l’électricité en janvier 2012, la jeunesse s’est mobilisée ; elle trouvait que « deux jours de pénurie, les 26 et 27 janvier » étaient de trop « pour rester dans l’attente » et a agi à travers un regroupement de protestation qui a conduit à trouver une solution. Apparemment, il s’agissait ici d’un problème de gestion de l’approvisionnement, et de relations avec les fournisseurs locaux de gazole. C’est ce que raconte son président Mama : « Les jeunes ont protesté. Je suis allé voir le Préfet. J’ai sillonné toute la ville de San pour trouver du carburant. Sans succès. Il y avait des stations qui n’en avaient pas suffisamment, qui m’ont montré le niveau de stock qu’elles possédaient, il y avait celles qui refusaient. Je suis allé jusqu’à Sienso trouver du gazole avec la compagnie SONEF. Immédiatement il y avait un petit camion-citerne de 55 000 litres qu’on a mis à notre disposition. Puis, on a pompé dans leur réserve 200.000 litres. En tout, nous avons pu trouver 255 000 litres d’hydrocarbures pour sauver la ville du délestage. Les jeunes ont demandé la démission du Directeur d’EDM de San pour sa négligence. Ils ont demandé à ce qu’on marche pour qu’il démissionne, j’ai dit que ce n’est pas la solution ». (Entretien à San, le 06/02/2012).

Une contestation de la gestion foncière en Commune VI du District de Bamako

  • 280 Sogoniko est un quartier de la Commune VI du district de Bamako.

72Ce qui a marqué la contestation jeune en Commune VI ces dernières années est l’opposition de la jeunesse de Sogoniko280 aux autorités communales, aux forces de l’ordre et à la justice. Nous avons suivi pendant trois ans un conflit portant sur un terrain sportif censé appartenir aux jeunes du quartier, mais vendu à un riche commerçant.

  • 281 Nous avons eu plusieurs entretiens avec Bako entre 2012 et 2013.

73Aboudramane Coulibaly, dit Bako281, né en 1972 à Sogoniko, a fait ses études à Sogoniko jusqu’à la 11e année (en 1992), avant de les abandonner au profit du commerce. Devenu commerçant, il s’intéresse de plus en plus au football, dont il devient responsable dans le quartier. Mais un problème survient sur le terrain de jeu. Il raconte : « Le terrain de football en question, appartient à la jeunesse de Sogoniko depuis vers les années 1977. Nos tontons, nos grands frères ont joué sur ce terrain, après c’était notre tour. C’est pour vous dire que c’est une équipe qui se construit dans le temps, structurée et soudée ». Mais ce terrain de football devient un problème pour la jeunesse de Sogoniko.

  • 282 A l’intérieur de la zone de recasement, une partie était réservée à la jeunesse pour la pratique s (...)

74 « Il y avait une localité qu’on appelait Sogoniko Bougoudani. Elle se trouvait vers le côté ouest de notre quartier. Ladite localité a connu un lotissement en 2006. A cet effet, les victimes du lotissement devraient être dédommagées. Le gouvernement à l’époque a instruit aux autorités communales de prendre des mesures pour mettre toutes les personnes touchées dans leurs droits. C’est pourquoi le site sur lequel se trouve notre terrain de foot a été retenu comme zone de recasement 282 et a fait l’objet d’un morcèlement de 58 lots y compris le terrain de sport dans le plan topographique. Le maire lui-même a établi un document dûment signé. Un autre document avait été établi et signé par le chef de village qui attribue aux jeunes le terrain. La décision est sortie le 19 juillet 2007 au nom de la jeunesse de Sogoniko faisant d’elle la propriétaire légale. Par la suite, nous avons compris que tout cela se faisait parce que simplement nous étions à la veille des élections. Le maire sortant était à la recherche de l’électorat jeune ». Ainsi, aux élections de 2009, le maire sortant, Souleymane Dagnon, sera réélu ; selon Bako, avec le soutien des jeunes du quartier qui lui auraient apporté leurs voix.

75Le terrain est très convoité, un riche commerçant propose une grosse somme pour l’acquérir. Pour ce faire, il fait corrompre les jeunes leaders pour qu’ils y renoncent : « Après les élections municipales de 2009, un beau jour j’ai été appelé par le maire de la commune VI Souleymane Dagnon. Et ce jour-là, je me suis fait accompagner par un certain nombre de jeunes pour qu’ils soient témoins. Au cours de notre entretien, il nous a demandé à l’amiable de céder le terrain de football à un opérateur économique de la place du nom de Baba Dramera. En contrepartie, ce dernier est prêt à me donner 5 millions FCFA plus une voiture 406 et 1 million à chaque membre de la délégation. Séance tenante, j’ai refusé leur offre et ensuite j’en ai rendu compte fidèlement aux jeunes. N’ayant pas réussi le coup avec moi, le maire et ses complices ont approché d’autres jeunes du quartier qui ont accepté la proposition malhonnête. Quand cela a été su par les autres jeunes, contre toute attente, ils ont fait contrepoids en refusant totalement la détermination des jeunes, le maire s’est vu obligé de contourner les jeunes et a essayé de corrompre le chef du quartier et ses épouses en leur offrant de l’argent et en achetant des motos à leurs enfants. A mon grand étonnement, ceux-ci m’ont appelé pour me dire d’accepter l’offre du maire. Ce jour-là, je leur ai dit ceci : « je vais prendre ces sommes pour une jouissance de quelques jours ? Non seulement mon nom sera sali mais celui de toute ma famille ! Je ne suis pas prêt à supporter cette indignité. » A partir de ce jour, les jeunes m’ont renouvelé leur confiance. Donc la situation était devenue très tendue entre nous. A partir de cet instant, le commerçant acquéreur décide de prendre des mesures coercitives avec l’appui du chef du quartier et du maire communal ».

76Le commerçant décide de construire des immeubles. Face au refus de la jeunesse, il déploie des agents de sécurité pour empêcher les jeunes d’y jouer au football. Mais les jeunes insistent, les agents de sécurité emploient la force, et les maçons commencent leurs travaux de construction.

77Bako raconte la suite : « Quelques jours plus tard, dans la nuit, les jeunes sont partis démolir toutes les constructions. Le lendemain il y a eu un affrontement entre les jeunes et les forces de sécurité. Cet affrontement s’est soldé par des blessés et des arrestations. Cela fut ma première arrestation (mai 2010). Mais les jeunes se sont révoltés en prenant, ce jour-là, en otage la mairie et le 7e arrondissement. Ils exigeaient ma libération. Sous cette pression, j’ai été libéré ainsi que tous les autres ».

  • 283 Voir les commentaires de certains journaux sur ce site : http://www.afribone.com/spip.php?article2 (...)

78La presse écrite a relaté le problème, notamment Le Républicain, L’Indicateur du Renouveau et L’Inter de Bamako283. Selon Le Républicain, le maire, Souleymane Dagnon, s’est rendu à sa rédaction le 6 avril 2010 pour donner sa version des faits, sur la situation qui prévalait dans sa Commune où les jeunes manifestaient pour protester contre les arrestations de Bakary Coulibaly dit Bako, le chef de file des jeunes avec six autres jeunes. Parlant du litige foncier, le Maire Dagnon dira que ce terrain est un espace dans le lotissement de Sogoniko, un espace laissé pour terrain de sport. Le journal rapporte ce propos du maire : « A notre grande surprise, quand j’ai affecté le terrain à la jeunesse de Sogoniko, je me suis rendu compte qu’il y avait un titre là-dessus depuis 1983. J’ignorais qu’il y avait déjà un titre ». Lorsque le titre est apparu, dira-t-il, « j’ai contacté le propriétaire du terrain, Mamadou Draméra pour lui demander ce qu’il peut faire au profit des jeunes. Ce dernier s’est engagé à clôturer une partie de sa propriété et à l’offrir aux jeunes, à leur donner du matériel sportif et de l’argent. Mais les jeunes ont refusé en disant le tout ou rien » (Birama Fall, Le Républicain, du 6 avril 2010).

79A cause de son intransigeance, Bako sera arrêté une deuxième fois. L’emprisonnement durera huit jours ; puis une troisième fois suite à une déclaration à une radio privée. Là il fut incarcéré huit mois, jusqu’au coup d’Etat de mars 2012. L’implication de ministres, de députés et du gouverneur du district de Bamako, avait fait de ce problème une affaire d’Etat.

80L’engagement et la détermination de Bako pour la cause des jeunes du quartier lui a certes valu de l’emprisonnement, mais l’ont fait apparaître sur la scène politique locale comme un acteur avec lequel il faut désormais compter dans la gestion des affaires publiques. Il est devenu une sorte de porte-parole des jeunes, qui ont un poids politique, et qui sont donc capables de peser sur l’ordre et la sécurité de la localité. Bien que Bako se plaigne d’avoir souffert pour la jeunesse de son quartier, il n’en demeure pas moins qu’il en a récolté des retombées. A la veille des législatives 2013, il disait : « Je suis courtisé par les grands partis politiques qui souhaitent que je rejoigne leur formation politique ». Finalement, Bako adhère au Rassemblement pour le développement du Mali (RPDM), parti de l’ex-Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Il est même retenu comme candidat du parti pour les élections législatives 2013, sur une liste RPDM-CODEM-SADI.

81Nous avons suivi la campagne de Bako. Elle s’est déroulée en combinant le porte à porte, des réunions publiques, des animations dans les grins, des relais jeunes leaders faisant campagne pour lui à l’intérieur de chaque parti de l’alliance, des caravanes, des meetings dans les marchés. Son discours portait généralement sur la nécessité d’élire des hommes politiques courageux, conscients et connaissant leur milieu, la circonscription : « On ne peut laisser ces gens faire ce qu’ils veulent de nous et de notre commune. Ils viennent pour leur propre intérêt, ils se moquent du développement de la commune. Quelles lois ces députés ont-ils proposées à l’Assemblée nous concernant ? C’est pendant la campagne que certains députés viennent gratter nos rues pour dire qu’ils ont des soucis pour nos routes et nos rues ; que faisaient-ils depuis cinq ans ? Ils ne peuvent plus nous tromper, nous allons prendre notre destin en charge… Un député vote des lois, adopte ou rejette des propositions de projets du gouvernement. Le député doit faire un compte rendu fidèle aux personnes qui l’ont élu et mettre la pression sur le gouvernement pour que le prix des produits de base puisse être accessible à l’ensemble de la population. Une fois élu, je vais organiser les femmes et les jeunes autour des projets en vue de leur obtenir un financement. Sortez massivement le dimanche voter pour notre parti, le RPDM » (Bako, Observation de la campagne le 21/11/2013, une réunion publique à Magnambougou).

82A l’issue du premier tour, Bako est éliminé ; sa coalition CODEM/RPDM/SADI, n’arrive qu’en 5ème position avec 9,07 % des suffrages. Bien qu’il ait obtenu « la majorité des voix » dans son quartier (Sogoniko), il sort perdant comme de nombreux jeunes lors des communales en 2009. Ce piètre résultat ne fait que rappeler les grosses difficultés rencontrées par les jeunes qui tentent d’entrer en politique. Néanmoins, le cas de Bako est exemplaire en ce sens que ce sont les aînés qui sont venus le chercher pour candidater dans de grands partis politiques et non dans les partis cadets habituellement réservés aux jeunes. Le fait que des leaders locaux, connus pour avoir pris la direction des actions de la jeunesse pour le bienfait des populations, soient repérés comme de potentiels politiciens par leurs aînés corrobore l’idée qu’il pourrait exister des politiques alternatives menées par une jeunesse actuellement bloquée par le système politique en place.

Conclusion

83Les jeunes s’intéressent à la politique et s’activent pour y jouer leur rôle. Cette marque d’intérêt se voit tant au niveau individuel que collectif. Des campagnes de sensibilisation ont été organisées en vue de leur large participation aux élections prévues en 2012. C’est le cas du CNJ-Mali et de la Coordination des Associations et Organisations Féminines (CAFO) qui avaient organisé en octobre 2011 une conférence au Centre Aoua Keita de Bamako, visant notamment la participation des jeunes femmes aux élections.

84L’analyse des listes de candidature des élections communales de 2009, les entretiens avec les jeunes sur le terrain et l’observation des élections législatives montrent que les jeunes participent massivement aux élections comme candidats et électeurs. Mais ils ne parviennent pas à être élus proportionnellement au nombre de candidats issus de leurs rangs. Cet échec résulte de plusieurs facteurs dont les plus importants sont l’inexpérience, le manque de moyens pour financer une campagne électorale et le statut de cadet social qui caractérise les jeunes, les bride et les brime. Le contexte social, culturel et économique actuel n’est pas favorable à l’émergence politique des cadets qui se heurtent aux facettes négatives de l’aînesse.

85Pourtant, ceux qui s’engagent politiquement disent vouloir continuer malgré les blocages. Ils prônent des idées nouvelles telles que le retour des élus vers le peuple pour lui expliquer les décisions prises à l’Assemblée, le partage avec tous les citoyens sur les questions et les décisions politiques les concernant. Ils espèrent pouvoir instaurer un climat de confiance entre les dirigeants et la population, ce qui amènerait cette dernière à s’intéresser davantage à la politique. S’ils étaient élus, ces jeunes seraient-ils capables d’imposer un nouveau système de gouvernance plus transparent et plus équitable ?

86Le discours de Bako, malgré ses apports originaux, semble trahir une conception politique bien traditionnelle. Quel est en effet le sens du « nous » qu’il emploie à plusieurs reprises ? L’utilisation de ce pronom personnel ne trahit-elle pas le repli sur la défense des intérêts particuliers d’un groupe, d’une catégorie sociale déterminée, aux dépens d’une position politique qui viserait l’intérêt général et n’écarterait personne ? La logique clientéliste que les jeunes dénoncent et combattent volontiers ne réapparait-elle pas ici ? D’ailleurs, du côté des électeurs jeunes, certains exigent des candidats un contre-don en échange de leur voix, comme cela se fait si couramment, faute de quoi ils promettent de s’abstenir. Les propos de Bako rappellent une conception de la politique comme un marché, où les voix des électeurs s’échangent contre des avantages matériels. En effet, promettant d’« organiser les femmes et les jeunes autour de projets en vue de leur financement », ne les appelle-t-il pas directement à le soutenir pour voir leurs intérêts satisfaits ? On peut ainsi se demander dans quelle mesure les jeunes, s’ils accédaient aux postes de prises de décision, adopteraient vraiment des comportements novateurs. Pourraient-ils vraiment se mettre au service du peuple et échapper à la tentation prédatrice, tout comme aux pressions de leur entourage, pour un partage resserré du gâteau ? Seule leur élection permettrait de répondre définitivement à la question. En attendant, bloqués par les rouages politiques actuels, ils pratiquent la politique sous d’autres formes, dans des espaces non officiels : contestation politique, engagement citoyen, défense d’intérêts collectifs, où ils tiennent les discours les plus vertueux.

Bibliographie

Bibliographie

Augé, A. E., (2003), Le recrutement des élites politiques en Afrique subsaharienne : une sociologie du pouvoir au Gabon. Paris : L’Harmattan, 299 pages.

Bagayogo, C., (1994, janvier), Les jeunes et l’Etat au Mali ou les revers d’une désarticulation. Jamana (35), pp. 16-25.

Bayart, J.-F., (2000), L’Etat en Afrique : la politique du ventre. Fayard.

Blöss, T. et Feroni, I., 2006, Jeunesse : objet politique, objet biographique, enquête, numéro 6, La socialisation de la jeunesse. http://enquete.revues.org/147

Diabaté, B., 2008, Rencontre du Président de la République du Mali avec la jeunesse malienne, Rôle et place de la jeunesse dans la consolidation de la démocratie du Mali, [En ligne], disponible sur : http://initiatives.penserpouragir.org/spip.php?article1198

Karambé, Y., (2008), Implication des jeunes dans le développement local à Bamako. Cas de Niaréla en Commune II et de Faladié en commune VI – Mémoire de DEA. Bamako : ISFRA.

Mbembe, A., (1985), Les jeunes et l’ordre politique en Afrique Noire. Paris : L’Harmattan.

Muxel, A., (2001), L’expérience politique des jeunes. Paris : Presses de Sciences-Po.

Muxel, A., (2010), Avoir 20 ans en politique. Paris : Presses de Sciences-Po.

Quesnel, L., (1994), Etre étudiant en science politique en 1970, In » Jeunesses et politique, tome 2 : Mouvements et engagements depuis les années trente. Paris : L’Harmattan, pp. 257-277.

Richez, J.-C., L’engagement des jeunes aujourd’hui, 2005, « Les Cahiers de l’Action », no 1, INJEP, Paris. http://www.injep.fr/IMG/pdf/CA1GMarquie.pdf

Sidibé, N., (2012), La participation citoyenne au Mali, in « La participation politique en Afrique de l’ouest : Le cas du Burkina Faso, du Mali et du Niger ». Ouogadougou : CGD, p. 91-112.

Traore, B. A., (2007), Politiques et mouvements de jeunesse en Afrique noire francophone : le cas du Mali. Paris : L’Harmattan.

Vulbeau, A., (2002), Les inscriptions de la jeunesse. Paris : L’Harmattan.

Notes

264 Les mouvements de jeunesse des partis uniques, USRDA (Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain) puis UDPM (Union Démocratique du Peuple Malien), ou le Mouvement national pionnier

265 Les manifestions populaires comme la Semaine de la jeunesse, ou le mouvement national pionnier, étaient des cadres de formation idéologique qui devaient asseoir le régime socialiste du Président Modibo Keita.

266 Ces communes sont les sites d’enquête de notre thèse en cours d’élaboration, portant sur une analyse comparative de l’implication des jeunes dans le développement local.

267 Diabate, B., Rencontre du Président de la République du Mali avec la jeunesse malienne, Rôle et place de la jeunesse dans la consolidation de la démocratie du Mali, [En ligne], disponible sur : http://initiatives.penserpouragir.org/spip.php?article1198, Article publié le 11 avril 2008

268 Source : Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales (MATCL). www.matcl.gov.ml

269 Je propose l’expression partis aînés pour désigner les « grands » partis qui ont une forte implantation sur toute l’étendue du territoire et dans lesquels l’accès à ces postes et positions exige de l’expérience et des moyens financiers.

270 Je propose ici partis cadets en référence à ceux qui animent les partis constitués principalement de jeunes (peu avancés en âge et ayant peu de moyens financiers).

271 D’après l’analyse par l’auteur de la liste des candidatures du Parti lors des élections communales 2009.

272 Instrument de musique (petit balafon) ; par extension, soirée dansante.

273 En français du Mali : s’enrichir personnellement, détourner l’argent.

274 Plate-forme multifonctionnelle : il s’agit d’un moteur à gazole susceptible d’être utilisé selon les heures de la journée et les besoins de la population, pour actionner un moulin, une pompe ou un générateur d’électricité, qui sont installés en même temps pour remplir ces trois fonctions

275 Un jeune, qui avait eu les moyens d’électrifier les écoles Mamadou Togo et Alpha Aly Seck de Bandiagara, est mort brutalement. Les jeunes ont pensé qu’il avait été éliminé par les adultes, qui n’auraient pas apprécié l’émergence d’un jeune riche. Par la suite, impressionné et effrayé, un autre jeune ayant été capable de construire trois classes, des latrines et un bâtiment pour la direction, a préféré garder l’anonymat.

276 Cité par Claude Rivière (2000 : 78).

277 Jean-Claude Richez, « Les Cahiers de l’Action », no 1 dans Des ressources pour l’engagement et la participation et des jeunes, Paris, Injep, mars 2005.

278 Voir le site : (http://confejes.contrexemple.com/leadership.pdf), consulté le 5 mai 2014.

279 Ciwara, terme bambara désignant à la fois le champion de culture et le trophée – un masque d’antilope stylisée– qui lui est décerné.

280 Sogoniko est un quartier de la Commune VI du district de Bamako.

281 Nous avons eu plusieurs entretiens avec Bako entre 2012 et 2013.

282 A l’intérieur de la zone de recasement, une partie était réservée à la jeunesse pour la pratique sportive, notamment le football. C’est cette partie qui fait objet de litige.

283 Voir les commentaires de certains journaux sur ce site : http://www.afribone.com/spip.php?article25578)

Table des illustrations

Titre Tableau 4 : les élus communaux à San
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21227/img-1.jpg
Fichier image/, 106k
Titre Tableau 5 : Les élus communaux à Bandiagara
Légende Source : auteur, à partir des listes des élus communaux de 2009 établies par l’Association des municipalités du Mali (AMM).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21227/img-2.jpg
Fichier image/, 106k
Titre Tableau 6 : les résultats en Commune VI de Bamako
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21227/img-3.jpg
Fichier image/, 109k

Auteur

Doctorant à l’Institut Supérieur de Formation à la Recherche Appliquée (ISFRA) de Bamako. Il est chargé d’animation pédagogique à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports de Bamako où il intervient également comme chargé de cours. Il s’intéresse aux dynamiques sociales qui ont un impact sur le développement local à travers les réformes politiques dont la démocratisation et la décentralisation. Il a été lauréat :
– de l’Institut d’études sur l’enfance et la jeunesse du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à Dakar en 2006
– de l’Université d’été du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), à Niamey en 2012.
– de l’Institut sur la gouvernance démocratique du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à Dakar, Sénégal, en 2012.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540