Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Troisième partie. Nouveaux cadets sociaux

Décentralisation et émancipation des nouveaux cadets sociaux à Marka Congo

Tiéman Coulibaly

Texte intégral

1Ce chapitre tente de décrire les stratégies d’émancipation des nouveaux cadets sociaux à Marka Coungo, chef-lieu de la Commune de Zan Coulibaly. Le terme de nouveau cadet social (NCS) s’applique ici à tous ceux qui n’ont pas accès au vestibule, là où sont prises toutes les décisions concernant la vie des habitants de la localité. Mais cet article ne travaillera que sur deux catégories essentielles que sont d’abord les jeunes autochtones et ensuite les allochtones quels que soient le sexe, l’âge et la durée du séjour dans le village.

2Marka Coungo est situé à 90 km de Bamako en direction de Ségou, sur la route nationale no 6. En 2011, le village comptait 3729 habitants (Répertoire des villages, RGPH 98) répartis entre 566 ménages.

3Traditionnellement, deux familles fondatrices en assurent la chefferie : les Diarra et les Sissoko. La relative proximité du village par rapport à Bamako se présente à la fois comme une opportunité de développement et une menace. Elle y a déjà engendré des contraintes telles que la surexploitation des ressources naturelles, surtout le bois, et la spéculation foncière avec comme corollaires l’apparition de paysans sans terre. A cela s’ajoute une autre contrainte : la principale source de revenu de la population était la coton-culture, qui a rencontré d’énormes difficultés entraînant la restructuration de la Compagnie Malienne des Textiles (CMDT) depuis 2004. Ainsi donc, la crise de la coton-culture, la modernisation de l’éducation et le nouveau champ politique ont engendré une série de problèmes qui affectent la société globale. C’est dans ce contexte que les nouveaux cadets sociaux évoluent et cherchent à se faire une place dans la société.

4Ci-dessous, dans un premier temps, la méthodologie adoptée sera présentée. Dans un deuxième temps, on procèdera à l'exploration des caractéristiques socioéconomiques des enquêtés de l’enquête quantitative. Ensuite, on examinera la série de crises que traverse la société avant d’étudier le nouveau paysage sociopolitique qui se dessine dans le village.

Méthodologie

5Ce chapitre repose sur deux types de données : quantitatives et qualitatives. Aussi, deux types d’échantillonnage et d’instruments de collecte ont-ils été élaborés.

Echantillonnage quantitatif et collecte des données

6Pour opérer la collecte des données quantitatives, un échantillonnage a été réalisé à partir de la liste des 486 ménages du village qui était disponible à la Mairie de la Commune en 2011. Nous avons décidé d’enquêter 35 % des ménages recensés. Cela a permis de collecter des données quantitatives auprès de 171 chefs de ménage, dont 161 hommes et 10 femmes.

7Pour minimiser les biais, quatre équipes d’enquêteurs ont été formées. Le point de départ était le domicile du chef de village. L’une des équipes a été désignée pour enquêter les ménages situés au nord du point de départ. La deuxième, quant à elle, s’est chargée de ceux du côté sud. La troisième et la quatrième ont enquêté respectivement les ménages situés à l’est et à l’ouest du point de départ. Les 171 ménages enquêtés l’ont été à partir de ce choix fait au hasard.

Echantillonnage qualitatif et collecte des données

8La collecte des données qualitatives s’est déroulée en trois phases. Pendant chaque phase, des répondants disponibles et capables de fournir des renseignements approfondis sur le thème à traiter ont été ciblés à partir de la technique de la tache d’huile qui consiste à demander à un enquêté de vous en indiquer un autre qui en sait autant, sinon plus que lui. Pour chaque phase, un guide d’entretien a été élaboré.

9Au cours de la première phase en mars 2010, l’enquête a ciblé des groupes focalisés (focus group) :

  • trois pour les jeunes se réclamant des trois formations politiques représentées dans la commune : le Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID), le Rassemblement pour le Mali (RPEMA/PASJ) et des membres d’une association informelle de jeunes apolitiques (Gin Star) ;
  • trois pour des membres de chacune des trois organisations féminines ;
  • trois pour des membres de chacune des associations des commerçants, des éleveurs et des agriculteurs ; – un pour des membres du conseil de village ; – un pour des membres du conseil communal.

10Chacun des focus group était composé de 6 membres, soit 72 enquêtés.

11La deuxième phase, qui a eu lieu en septembre 2010, a été consacrée à des interviews individuelles. A l’aide d’un guide d’entretien semi-structuré, 25 jeunes ont été enquêtés.

12Le troisième passage a eu lieu en août 2013, tout juste après le deuxième tour des élections présidentielles. Avec un autre guide d’entretien, à chaud, des informations sont recueillies auprès de 25 répondants sur les stratégies politiques développées lors de ces élections.

13Au total, l’enquête qualitative, en trois phases, a porté sur 122 répondants tandis que l’enquête quantitative, qui s’est déroulée en une seule phase a porté sur 171 chefs de ménages. Au cours de chaque phase de l’enquête qualitative, les enquêteurs ne se retiraient du terrain qu’après avoir observé la saturation.

L’analyse des données

14L’analyse de contenu a été adoptée pour traiter les données qualitatives. Quant aux données quantitatives, elles l’ont été à partir du logiciel de statistique SPSS.

Caractéristiques sociodémographiques des répondants de l’enquête quantitative

15En vue de planter le décor de l’étude, nous avons jugé nécessaire de présenter quelques caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage afin d’avoir une idée générale sur la société étudiée.

Tableau 1 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la tranche d’âge

Tableau 1 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la tranche d’âge

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

16Si, dans la localité, les chefs de ménage se répartissent assez également entre des âges allant de 22 à 90 ans, et sont en majorité des hommes, on enregistre quelques femmes parmi eux : c’est là un indicateur de modernité, puisque dans la société traditionnelle le chef de famille était inconditionnellement un homme.

17Dans le village de Marka Coungo, plus de la moitié des chefs de ménage enquêtés sont à la tête de petites entités. De l’avis des interlocuteurs, cela serait dû à la segmentation en cours dans les unités d’exploitation.

Tableau 2 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la religion déclarée

Tableau 2 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la religion déclarée

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

18La religion déclarée par la quasi-totalité des chefs de ménage enquêtés (94 %) est l’islam. Deux autres religions sont faiblement observées par les hommes : les religions traditionnelles (4 %) et le christianisme (2 %).

Tableau 3 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et le niveau et type d’instruction

Tableau 3 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et le niveau et type d’instruction

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

19Les résultats du tableau 3 permettent d’observer que, parmi les chefs de famille de Marka Coungo, un quart des hommes et un dixième des femmes ont fréquenté l’école du type occidental. Un peu plus du quart des hommes n’ont jamais été inscrits à l’école et un peu moins du tiers sont passés par une école coranique. Quant aux femmes, 60 % d’entre elles n’ont jamais été à l’école du type occidental, et 10 % seulement sont allées à l’école coranique.

Tableau 4 : Répartition des chefs de ménage selon leur profession principale

Profession principale

Effectif

 %

agriculteur

117

69

artisan

4

2

forgeron

2

1

commerçant

14

8

éleveur

2

1

tailleur

6

4

retraité

4

2

manœuvre

4

2

boucher

2

1

enseignant

6

4

vétérinaire

2

1

mécanicien/réparateur

2

1

tradithérapeute

2

1

relais :/aide infirmière

2

1

Matrone

2

1

Total

171

100

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

20Au regard des résultats du tableau 4, l’agriculture occupe plus de 2/3 des enquêtés. D’autres activités existent, bien que faiblement représentées, entre autres l’artisanat, le commerce, la réparation d’engins à deux roues, l’enseignement, etc.

21Parmi les 117 chefs de ménage agriculteurs de l’échantillon, un peu plus de la moitié sont propriétaires de leur champ (52 %). Cependant, une part assez importante n’a accès à la terre cultivable que par le système de prêt, et cela tant que le propriétaire n’en a pas besoin pour lui-même. C’est dire qu’à tout moment, le champ qu’ils cultivent peut leur être retiré.

2211 % seulement des 117 chefs de ménages agriculteurs possède l’équipement indispensable aux activités agricoles (11 %). La majorité ne dispose d’aucun équipement (62, soit 53 %) et un peu plus du quart possède un équipement incomplet. Parmi ceux-ci, certains ont le matériel (charrue, charrette) sans en avoir la traction animale complémentaire (bœufs, ânes) ; d’autres ont les animaux mais n’ont ni charrue, ni charrette. Il y en a qui ont même deux bœufs et une charrue sans avoir de charrette pour le transport des récoltes, de l’engrais et d’autres matériels indispensables à la réussite des activités agricoles.

23Pour les 171 agriculteurs enquêtés, 7 % parviennent à se nourrir pendant 12 mois de leur production céréalière ; 9 % sont autosuffisants pendant 9 à 11 mois ; et un quart ne le sont que pendant 5 à 8 mois. Aussi, plus de la moitié (57 %) des agriculteurs du village produisent des céréales qui leur permettent de se nourrir durant tout au plus 4 mois.

24Parmi les chefs de ménage agriculteurs enquêtés, 38, soit environ le tiers, vendent leur force de travail ou la force travail de certains membres de leur ménage au moment des travaux champêtres à d’autres chefs de ménage relativement plus nantis. Cette modalité de travail journalier est désignée en langue bambara par l’expression cikèsarala. Pour 6 d’entre eux, il s’agit d’avoir accès à l’équipement agricole pour labourer leur champ, mais pour 32, l’immense majorité, il s’agit simplement de combler le déficit céréalier.

Tableau 6 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la personne sur laquelle ils peuvent fonder leur espoir en cas de difficulté

Tableau 6 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la personne sur laquelle ils peuvent fonder leur espoir en cas de difficulté

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

25Pour estimer la sociabilité dans la localité, il a été demandé aux chefs de ménage de citer les personnes sur lesquelles ils peuvent espérer s’ils sont en difficulté. La quasi-totalité des femmes fonde son espoir sur les membres de la famille, les parents et les voisins. La majorité des hommes sont aussi de cet avis, mais le tiers n’a de l’espoir qu’en Dieu. Ce résultat peut être rapproché de celui qui concerne l’éducation : on a noté plus haut que la proportion des hommes qui ont été à l’école coranique est trois fois celle des femmes. Les hommes démissionnent donc plus facilement que les femmes, en s’en remettant à Dieu, ce qui semble traduire de leur fait un début de relâchement du sens de la responsabilité et des liens sociaux.

Tableau 7 : Répartition des chefs de ménage selon le bien sur lequel fonder son espoir

Bien sur lequel compter

Effectif

%

Rien

77

45

Animaux

29

17

Champ et maison

14

8

Profession

22

13

Equipement agricole

12

7

Maison

15

9

Pension

2

1

Total

171

100

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

26Interrogés sur le bien sur lequel ils fondent leur espoir, les chefs de ménage répondent les animaux (17 %), puis la profession/le métier (13 %), la maison (9 %), le champ et la maison (8 %). Mais les plus nombreux, presque la moitié de l’effectif total, sont ceux qui n’ont aucun bien sur lequel ils peuvent compter (45 %).

Tableau 8 : Réponses des chefs de ménage concernant les traditions abandonnées dans la communauté

Les traditions abandonnées

Effectif

 %

Aucune

66

39

Religions traditionnelles

28

16

Les associations de travaux champêtres

6

3

Le respect/l’humanisme dans les rapports sociaux

71

42

Total

171

100

Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011

27L’enquête s’est également intéressée aux traditions abandonnées dans la localité. En la matière, bien que plus du tiers ait déclaré qu’aucune tradition n’a encore été abandonnée, une partie importante (42 %) estime que « le respect/l’humanisme dans les rapports sociaux » a été abandonné. L’abandon des religions traditionnelles a été aussi cité par 16 % des enquêtés. Les associations traditionnelles basées sur les travaux champêtres sont également citées, mais par quelques chefs de ménages seulement.

28De l’avis des interlocuteurs, trois causes expliquent l’abandon des traditions à Marka Coungo. L’islam n’est cité que par 7 chefs de ménages, et le fait que les gens « ont trahi » ou « n’ont plus de honte » par un effectif double (14 répondants, moins de 10 % de l’effectif total) ; au contraire la crise de la CMDT est citée par 79 % des enquêtés, et semble donc véritablement l’élément déclencheur de la déstabilisation socioéconomique dans la localité. Cela signifie que les chefs de ménage attribuent l’abandon des traditions à des évènements très récents, comme s’ils n’avaient pas conscience par exemple de la différence entre le comportement de leur génération et celui de leurs pères. La crise de la CMDT apparait ainsi comme un bouc émissaire facile à identifier, en concordance avec le discours entendu sur les médias et de la part des autorités ; ces réponses signalent à quel point les chefs de ménages manquent de recul et sont incapables de se situer dans un environnement historique.

Des crises multiformes

29Au regard des résultats des enquêtes quantitative et qualitatives, la société étudiée est éprouvée par une série de crises qui sont d’ordre économique, social et politique.

Crise économique

30La population a pour activités principales l’agriculture et l’élevage. Les spéculations les plus cultivées sont le coton, le maïs, le mil et le sorgho. Avant la création des communes, la localité relevait administrativement de l’arrondissement de Fana et excellait dans la coton-culture dont dépendait la productivité de toutes les cultures céréalières : grâce à la culture du coton, les paysans avaient facilement accès aux intrants agricoles. Cela leur permettait de mieux amender le sol pour toutes les spéculations mais particulièrement le coton. Par ailleurs, grâce à la quantité d’engrais indispensable pour la réussite du coton, la rotation des cultures sur les anciens champs de coton donnait de bons résultats pour toutes les spéculations. La population pouvait donc prétendre à une certaine aisance comme le souligne cet interlocuteur de l’organisation des cultivateurs : « Au moment où la CMDT était viable, on ne se préoccupait pas de la nourriture. Après les récoltes, on pouvait motiver tous les membres de la famille. Mais nous ne le pouvons pas aujourd’hui. Le chef de famille n’a rien et les jeunes n’ont pas d’activités génératrices de revenu. Ce qui nous préoccupe le plus aujourd’hui, c’est la nourriture. »

31La culture du coton étant en souffrance depuis 2004-2005, la majorité des agriculteurs éprouve donc beaucoup des difficultés pour se nourrir. Seulement 7 % des ménages, qui vivent de l’agriculture peuvent assurer leur autosuffisance céréalière en maïs, mil et sorgho (cf. ci-dessus). La majorité (57 %) produit pour se nourrir tout au plus pour 4 mois à cause de plusieurs facteurs cumulés dont la faible productivité des champs. Pour pallier cette insécurité alimentaire, les ménages se rabattent sur le maraîchage, mais là aussi, ils sont confrontés à la mévente des légumes faute d’usine de transformation des produits locaux ou, tout au moins, de grossistes comme ainsi souligné de manière récurrente lors des focus group : « Pendant la saison sèche, toutes les familles font le maraichage, donc à qui vendre les produits ? Les femmes les vendent en détail au marché (25 francs ou 50 francs CFA, soit respectivement environ 0,04 euro et 0.08 euro). Il n’y a pas d’association ou de projet qui vient prendre ces produits en gros ; or ces produits maraîchers sont périssables ».

32En l’absence de la chaîne de froid pour stocker ces produits sans trop de risques et compte tenu du fait que les populations n’ont ni l’habitude, ni la compétence, ni les moyens d’enrichir leur ration alimentaire avec ces légumes, elles sont obligées de les brader au premier venu, bien entendu si l’occasion se présente.

33Outre la crise de la coton-culture, la faible productivité des champs s’explique aussi par la pression foncière et par l’insuffisance des équipements agricoles.

34L’accroissement rapide de la population (du Répertoire des villages du Recensement Général de la Population et de l’habitat de 1998 à celui de 2009, le nombre de ménages est passé de 566 à 905, soit un accroissement d’environ 63 %) a induit l’insuffisance des superficies cultivables et favorisé l’épuisement des terres. Autrefois, pour ne pas appauvrir les terres, les paysans pratiquaient la rotation des cultures et la jachère. S’ils cultivaient un champ trois ans durant, ils procédaient par rotation des cultures ou ils l’abandonnaient pendant au moins trois ans, sinon dix ans, selon le degré d’appauvrissement du sol et en ouvraient un autre. Aujourd’hui, ces stratégies d’amendement du sol ne sont plus possibles.

35Le facteur le plus déterminant des difficultés alimentaires est cependant la spéculation foncière. Non seulement les autorités communales sont en train de vendre des terres, mais aussi certains héritiers de la chefferie traditionnelle sont tombés sous le charme des riches spéculateurs fonciers de Bamako. Ces héritiers des fondateurs du village ont commencé par vendre d’abord les terres non cultivables, ensuite leurs propres champs avant de s’attaquer aux champs que leurs ancêtres avaient donnés aux allochtones. C’est en effet ce qui ressort de manière récurrente des déclarations recueillies : « Mon père vit dans ce village[depuis] bien avant ma naissance. Il avait un champ de plus de 5 hectares que les fondateurs du village lui avaient donné. Les héritiers des familles fondatrices ont repris et vendu le champ de notre père. Ces héritiers qui ont vendu le champ de [mon] père n’étaient même pas nés quand mon père cultivait ces terres situées à 200 mètres de l’école. Ils vendent sans même t’informer. Et si tu les surprends dans ton champ, ils disent qu’ils vont le vendre parce que c’est pour leurs pères. » (Entretien individuel avec A.K, un jeune chef de ménage de 34 ans).

36Partant, de nombreux paysans sont soit dépossédés de leurs terres, soit ne disposent que d’une portion bien réduite dont le rendement céréalier est incapable de les nourrir. Parmi les 117 chefs de ménages enquêtés, environ la moitié (48 %) n’a accès à la terre que par le prêt. N’ayant plus de terre à Marka Coungo, ils sont obligés de se faire prêter des terres dans des villages voisins et même dans des communes voisines pour s’adonner à l’agriculture. Il est important de noter que ces terres prêtées peuvent être retirées à tout moment selon le bon vouloir du propriétaire. Ces résultats de l’enquête quantitative sont corroborés par ces propos des enquêtes qualitatives : « Avant la perte des champs, je récoltais si bien que je pouvais vendre des tonnes de céréales. Aujourd’hui, je n’ai pas le repas de ce jour. Auparavant, nous ne mangions pas le sorgho, qui était destiné aux ânes. Aujourd’hui, nous ne l’avons pas pour les hommes. » (Un intervenant du conseil de village).

37Avec la CMDT, les paysans avaient beaucoup d’opportunité pour acquérir des équipements agricoles. En effet, pour mieux accompagner la coton-culture, la compagnie avait développé des stratégies de dotation des paysans en équipements et en intrants agricoles. Aujourd’hui, cette stratégie se limite à fournir des intrants en quantité jugée insuffisante et de qualité non satisfaisante à cause du mode de passation des marchés. La CMDT commandait directement auprès des producteurs d’intrants et veillait sur leur qualité. Maintenant, il n’y a plus de contrôle car tout commerçant ayant quelques moyens peut être fournisseur d’engrais sans que l’Etat ne joue son rôle de régulateur.

38Sans équipements, toute la productivité agricole est compromise. Dans la zone, l’équipement nécessaire est composé d’au moins deux bœufs, une charrue et une charrette. Or, plus de la moitié des chefs de ménage interrogés ne dispose d’aucun équipement agricole. Seulement 11 % possèdent l’équipement nécessaire (Cf. ci-dessus).

39L’insuffisance et/ou le manque d’équipement agricole a été évoqué à plusieurs reprises lors des entretiens qualitatifs, en témoigne cette intervention du premier adjoint au maire de la Commune : « Même l’agriculture qui est notre occupation traditionnelle n’est plus aisée à pratiquer à cause du manque de matériels agricoles. Il manque à beaucoup de paysans le matériel agricole indispensable pour s’adonner à l’agriculture. Ce qui amène les paysans à rester inactifs. Hier, la houe traditionnelle suffisait pour bien cultiver, mais pas aujourd’hui. Nous n’avons pas les outils qu’il nous faut aujourd’hui pour cultiver. Nous ne pouvons pas travailler maintenant avec le matériel agricole d’autrefois. Les jeunes ne connaissent que la charrue, si bien que de nos jours, si tu dis à ton fils d’aller travailler alors qu’il n’y a pas de charrue dans la famille, il n’y aura pas de travail. Si tu n’as pas de charrue comment le travail va être exécuté ? ».

40Un autre facteur du manque d’équipement agricole est le vol. En effet, depuis plusieurs années, à cause de la proximité du village avec Bamako, le vol des bœufs de labour est devenu un problème récurrent comme il ressort des discours enregistrés lors des focus group auprès du Conseil de village, du Conseil communal, des associations féminines, des agriculteurs, des éleveurs et des commerçants. Selon eux : « le jeune d’aujourd’hui est celui qui passe la journée au lit, qui s’habille bien, qui sort la nuit et se pavane dans les rues à ne rien faire. Comme les jeunes ne travaillent pas, ils sont donc obligés de s’adonner au vol. C’est ainsi qu’ils ont volé tous nos bœufs de labour. » (Association des éleveurs de Marka Congo). Ou encore : « Les jeunes refusent de travailler et veulent réussir dans la vie à travers le vol et les arnaques » (Conseil de village).

Crise sociale et émancipation des jeunes

41À sa fondation, souhaitant que le petit hameau de culture devienne un jour un gros village et même un centre assez attractif, les fondateurs du village, connus pour leur xénophilie, donnaient à tous les arrivants un espace où bâtir une maison et un champ où se procurer de la nourriture. Outre la xénophilie de ses fondateurs, Marka Coungo et tous les villages de la Commune doivent leur essor à la coton-culture qui permettait aux aînés d’assumer leurs fonctions de contrôle sur les cadets. En témoigne ce discours du conseil de village : « Au moment où la CMDT était viable, après la vente des récoltes et principalement du coton, on arrivait à satisfaire les jeunes en leur achetant habits et bicyclettes. Tout était sous le contrôle des vieux. Aucun jeune n’osait élever le ton car quiconque le tentait était renvoyé du village ».

42Pendant cette période, le type de jeune valorisé était celui qui était infatigable dans les travaux champêtres et qui réclamait très peu, sinon rien, à ses parents. Il devrait par exemple se rendre au champ très tôt le matin, avant les aînés, pour ne retourner à la maison qu’après le crépuscule. Les aînés, quant à eux, avaient comme fonction la prise des décisions à exécuter par les cadets et la supervision des tâches abattues par ceux-ci. En outre, leur seule présence suffisait à galvaniser les cadets. À l’époque, estiment les membres de l’association des commerçants : « L’enfant était éduqué par tout le village et non seulement par ses parents. Il respectait tout le village au même titre que ses parents. » Alors, tout enfant qui ne faisait pas bien son travail ou qui se comportait mal pouvait être puni par n’importe quel adulte du village. Et les membres de l’association des éleveurs renchérissent : « Autrefois, en voyant une vieille personne de loin, on courait pour la saluer avec respect, mais avec les jeunes d’aujourd’hui, si tu ne fais pas attention, dans la rue, ils risquent de te renverser sans scrupule. »

43Les aînés regrettent cette période où ils avaient la maîtrise des mécanismes sociaux de contrôle et où les flux de richesses produites allaient des jeunes vers les anciens, alors que les flux inverses étaient de faible ampleur puisque le développement de l’enfant d’alors n’exigeait presque pas d’investissement financier (Locoh, 2002).

  • 260 Plus de 7500 euros.

44Cet équilibre socioéconomique dont les anciens ont toujours la nostalgie est aujourd’hui brisé. La CMDT a engagé les communautés dans un nouveau mode de vie. Elle a donné aux coton-culteurs une illusion de prospérité comme le soutient cet interlocuteur, chef de ménage de 60 ans : « La chute de la CMDT est à l’origine de nos difficultés. Elle nous a habitués à un mode de vie qui n'était pas le nôtre. Avec la CMDT, des paysans avaient des crédits impayés de 5 millions260. Ça, c’est s’embourber, c’est l’humiliation car l’agriculteur ne doit pas trop se focaliser sur l’argent liquide qui ne le sert pas. » Le succès de la coton-culture pendant toute une période et le laxisme de sa gestion ont fait que les communautés ont été engagées dans une société de consommation sans en avoir ni les compétences ni les moyens.

45Actuellement, puisque la culture des cultures céréalières n’arrive pas à couvrir ni les besoins de nourriture ni les besoins financiers dans la majorité des ménages, les jeunes ont, pour la plupart, déserté les champs contre la volonté de leurs parents. Dans ce sens, abonde en ces termes le conseil communal : « Hier, le jeune pouvait se faire valoir par l’agriculture, même s’il n’était pas équipé. Aujourd’hui, sans moyen économique, pas de production agricole quelle que soit la volonté qui anime le jeune car faute d’argent, tout s’écroule, autrement en langue bambara (ni wariten fosi tè se ka dila). Le paysan, qui n’a ni engrais, ni charrue ne tire rien du champ. Ce qui démotive le jeune. On le fait travailler tout l’hivernage, et après les durs travaux champêtres, il n’a rien. L’année suivante, si tu lui demandes le même sacrifice, il va de soi qu’il ne soit pas motivé. Nous sommes confrontés aujourd’hui à ce douloureux problème. De nos jours, même l’habillement des jeunes pose problème à plus forte raison les autres choses qu’il faut pour leur faire plaisir. Dans ces conditions, celui qui croit qu’il peut en imposer à son enfant se trompe. Il ne le peut pas à cause des difficultés ou gèlèya qui sont en train de prendre de l’ampleur. »

46Dès lors, le problème de la relève se pose avec acuité. Traditionnellement, les enfants étaient appelés à assurer la retraite de leurs parents. En milieu rural, la prise en charge des aînés par les cadets se faisait à travers les activités du secteur primaire : agriculture, élevage, pêche, etc. Or, à Marka Coungo, si les aînés restent toujours attachés à ce secteur d’activités, les jeunes sont en train de s’orienter autrement comme en témoigne ce discours du conseil de village : « Les jeunes d’aujourd’hui refusent toutes nos activités traditionnelles. Ils préfèrent tous travailler dans un bureau, comme le colonisateur Blanc. Or aucun d’entre eux ne sera Blanc ou en d’autres termes toubabou jusqu’à l’apocalypse. Tout le monde ne réussira pas à l’école et tout le monde n’aura pas la chance de travailler dans les bureaux. » L’association des éleveurs est aussi de cet avis. Pour ces éleveurs : « Les jeunes vont à peine au champ, ils ne se consacrent qu’au commerce et aux affaires. Ils exercent des activités dans lesquelles ils ne peuvent pas exceller parce qu’ils n’y sont pas préparés. Autrefois, les jeunes étaient chargés de conduire les vaches aux pâturages et de les traire. Aujourd’hui, ils ne veulent plus de cela. Les ménages utilisent donc une main d’œuvre salariée pour que leurs tâches puissent être exécutées. Sur 10 fils d’un agriculteur ou d’un éleveur, tu trouveras qu’aucun d’entre eux ne travaille au champ ou à la ferme. »

47Les jeunes, marquant leur divergence avec les aînées, reconnaissent leur préférence pour le secteur tertiaire au détriment du secteur primaire, comme le souligne cet intervenant : « Les jeunes, pour ne pas rester totalement dépendants, pratiquent d’autres activités : ramassage du bois mort et du gravier. Nous sommes aussi apprentis bouchers, apprentis chauffeurs, tailleurs, chargeurs, manœuvres. Nous sommes dans les affaires, dans la téléphonie mobile. Nous assurons aussi le transport des passagers dans les villages environnants avec des motos-taxis. La migration est aussi une de nos stratégies d’émancipation : des jeunes migrent, à l’intérieur du pays à Kayes, à Bamako. Certains vont en Côte d’Ivoire. D’autres sont en Europe, surtout en Espagne, en France, même en Chine. Il y en a qui passent par la Mauritanie pour atteindre la Libye et l’Espagne. Malgré tout cela, en réalité, dans la communauté, les jeunes ne sont pas bien appréciés par les vieux. Pour les vieux, le jeune qui ne travaille pas au champ est un paresseux. Les vieux n’apprécient pas les autres activités génératrices de revenu. » (Les jeunes du parti CNID).

48Pour ne pas être contraints de cultiver les champs, les jeunes ont même commencé à abandonner leurs familles pour prendre leur autonomie grâce à la vente du pain. Ces jeunes viennent se ravitailler en pain à Bamako et ils vendent leur marchandise dans les villages riverains de la route nationale et dans les villages de la commune de Zan Coulibaly et même au-delà. Ils sont nombreux à vouloir ainsi s’émanciper et ce jeune illustre bien des cas : « A la maison, il n’y a que les travaux champêtres qui sont seulement fatigants ; ce n’est pas du travail, baratè. J’ai alors quitté la maison pour me prendre en charge avec la vente du pain. » (BD, un jeunes scolarisé de 17 ans). Il est bon de savoir que ces jeunes vendeurs ambulants de pains sont ressortissants de Marka Coungo et des villages environnants. Ils vivent en groupe, presque à l’écart de la société et de ses normes, dans un taudis en abandon non loin de la route nationale no 6.

49Ainsi, comme le souligne Galland (2010), la quasi-totalité des jeunes, au lieu de suivre l’expérience professionnelle de leurs parents, sont plutôt tentés d’expérimenter d’autres stratégies non encore valorisées par les aînés.

50À cela s’ajoute le problème de la socialisation de l’enfant dans un contexte où le mode de l’éducation se complexifie. La majorité des parents ne connaissent que l’éducation traditionnelle où les parents n’investissaient pas financièrement dans la formation de l’enfant. Celui-ci était d’ailleurs éduqué par l’ensemble de la communauté, car tout enfant du village pouvait bénéficier de l’expérience de n’importe quel aîné. Ce mode de socialisation est désormais révolu. Il a cédé le pas à un autre mécanisme beaucoup plus complexe et onéreux qu’est l’école où la responsabilité des parents est déterminante. A cet égard, il convient de noter qu’une nette évolution est observée au niveau du taux net de scolarisation des enfants de la localité qui a passé de 21,5 % en 2006-2007 à 53,8 % en 2010-2011 (Annuaires statistiques de l’Enseignement Fondamental de 2006-2007 et de 2010-2011).

51Le développement de l’enfant moderne au sens où l’emploie Amartya Sen (2003) est un autre défi car, si traditionnellement les flux économiques allaient des enfants aux parents, de plus en plus, ils sont appelés à descendre des parents aux enfants dans le contexte où l’école s’impose comme lieu d’acquisition des compétences de vie modernes. Pour le moment, bien que positivement perçues par les jeunes, l’école et la démocratie sont critiquées par les anciens. Cette divergence d’appréciation de l’école est récurrente dans les discours collectés : « Aller à l’école est un facteur de mésentente entre parents et enfants. Un enfant nous a dit qu’il aime étudier, mais que son père dit qu’il ne prendra jamais en charge ses frais scolaires. C’est l’enfant lui-même qui travaille pour payer les cotisations scolaires. Le garçon dont nous parlons achète lui-même ses fournitures scolaires et ses habits. S’il prend des cours de soutient avec le maitre, il travaille pendant les jours fériés pour honorer son engagement. Ici, les parents retirent fréquemment leurs enfants de l’école. » (Les jeunes du parti politique ADEMA/PASJ).

52Par ailleurs, hier, l’épouse soumise n’avait aucune velléité de s’opposer à son mari dans aucun domaine de la vie du foyer. Aujourd’hui, à ce niveau aussi, des divergences de points de vue s’observent de plus en plus dans la majorité des unités de production. Les épouses ne suivent plus docilement les maris. Occupées par des activités génératrices de revenu, elles sont désormais engagées dans un processus d’émancipation qui fait qu’elles sont en train de conquérir une autonomie relative, ne serait-ce que dans la couverture de leurs propres besoins. En la matière, elles peuvent compter sur beaucoup d’associations féminines et sur l’appui de certaines Organisations Non Gouvernementales (ONG). Cette mutation économique, où le revenu de l’époux ne lui permet plus de jouer tout son rôle classique est en train de donner une place prépondérante à la femme. Cette idée est éloquemment rendue dans cette déclaration recueillie auprès du conseil communal : « Aujourd’hui, aucun chef de ménage, avec son seul revenu, ne peut satisfaire aux besoins du ménage. Donc l’apport des femmes dans l’alimentation, la santé, l’habillement et même la scolarisation des enfants est déterminant. »

53Au niveau de la cellule familiale, les rapports entre enfants et parents sont aussi empreints de suspicion. Cela pourrait s’expliquer essentiellement par un déficit de communication. Traditionnellement, si les enfants ne se confiaient pas directement à leur père biologique, il y avait des intermédiaires (grand-père, grand’mère, oncle, etc.) par lesquels ils passaient. Aujourd’hui, ce mécanisme de communication subtile semble en panne sans qu’il y ait un substitut. Alors, le père et son enfant, bien que cohabitant dans la même unité de résidence, se méconnaissent, faute de confidences et de confiance comme il apparaît dans ce discours : « De nos jours, aucun jeune n’ose se confier à son père car il taxe tout de suite tes propos de kuma nyènamatè (paroles insensées) alors qu’il ne te dit pas ce qui est le kuma nyènama (la parole utile). Dans tous les cas, la décision finale du vieux, c’est : kumanyénamatè a tè kè n’ka so (ces paroles insensées ne s’entendront pas chez moi). » (Focus group des jeunes apolitiques du grin Star).

54Mais les problèmes entre pères et fils sont aussi d’ordre économique. Traditionnellement, les ménages produisaient l’essentiel de leurs besoins fondamentaux. Ainsi, les aînés pouvaient avoir accès au tabac à chiquer sans l’acheter. Aujourd’hui où il faut presque tout acheter, il en va autrement. Alors, beaucoup sont les parents qui sont en porte-à-faux avec leurs enfants qui n’arrivent pas à combler leur attente comme le soulignent ces jeunes interlocuteurs : « Les vieux pensent que nous sommes fainéants. Le jeune qui migre et qui donne de l’argent au vieux est bien apprécié par le vieux, mais celui qui reste à côté du vieux n’est rien à ses yeux, il ne s’entend jamais avec celui-ci. Nous respectons nos parents mais cela ne leur suffit pas à cause du manque d’argent. » (Focus group des jeunes du CNID).

  • 261 Environ 20 centimes d’euro

55Les jeunes du RPM abondent dans le même sens : « Nous n’avons rien, on ne peut pas s’entendre avec les parents. Nous n’avons pas de travail et nous n’avons pas d’argent. On ne peut pas se comprendre car deux pauvres ne peuvent pas se supporter, en d’autres termes jigoni fila tè se ka nyogo sogi. Si je donne chaque fois mille francs au chef de ménage, même si je me comporte mal, on a honte de moi pour ce que je donne. Dans la famille, entre nous et les vieux, rien ne marche. Si le vieux te dit : donne-moi 100 francs CFA261 pour acheter du tabac à chiquer, si tu ne les lui donne pas, il te traite de fils du fainéant ou fukariden en langue locale.

56Cette autre intervention est évocatrice : « Les vieux disent que nous refusons de travailler parce que si tu ne leur donnes rien, ils disent que tu ne fais rien. Par exemple, si un jeune va en exil et qu’il envoie de l’argent à son vieux pour que celui-ci embauche à sa place deux manœuvres au champ, le vieux ne le fait pas, il empoche l’argent pour bien manger et ensuite il dit que tu refuses de travailler. » (Focus group des jeunes du CNID).

57Aussi, les parents croient-ils que les difficultés qu’ils éprouvent viennent de l’incapacité des enfants tandis que ceux-ci estiment que leurs difficultés relèvent des initiatives désuètes que prennent leurs parents. Même s’ils s’accusent mutuellement, il est opportun de noter qu’en réalité, ni les jeunes ni les parents ne sont suffisamment préparés à affronter les mutations socioéconomiques dans lesquelles ils se débattent.

  • 262 Environ 8 euros.

58Le chômage et ses conséquences chez les jeunes sont un autre aspect de la crise sociale. A Marka Coungo, la quasi-totalité des jeunes s’estiment en chômage. Cela semble paradoxal car le chômage est avant tout un phénomène urbain. Dans ce contexte, il n’est pas lié au manque de travail mais à l’absence d’un travail autre que l’agriculture. En effet, pour la majorité des maliens, l’école fournit une opportunité à tous les scolarisés, diplômés et non diplômés, d’échapper aux activités du secteur primaire. La finalité des études doit donc être le salariat, quel que soit le revenu que l’on en tire. Même les jeunes non scolarisés détenteurs d’un permis de conduire, ou du certificat d’apprentissage d’un métier comme la menuiserie métallique ou bois ou la maçonnerie, se disent chômeurs lorsqu’ils ne parviennent pas à obtenir un emploi salarié public ou dans une Organisation Non Gouvernementale (ONG). Cet état d’esprit est l’héritage inculqué par la colonisation et les différents régimes qui se sont succédé de l’indépendance du pays à nos jours, et qui ont tous accordé des privilèges souvent exorbitants aux fonctionnaires. Ce chômage rural, bien que tout différent de la norme admise, est psychologiquement si ancré dans les mentalités qu’il est en train d’affecter des jeunes comme le souligne ce jeune chargeur de 35 ans : « Aucun jeune ne peut résoudre un problème de 5000 francs262. Parmi nous, 85 % fument de la cigarette. Ce qui les amène à voler. Parmi ces 85 %, 50 % se droguent et boivent de l’alcool. Dans ces conditions, nous sommes vraiment pessimistes en ce qui concerne notre avenir dans ce village. »

59Des différends en matière de religion viennent exacerber encore davantage ce climat social peu serein. Le village compte 5 mosquées implantées dans des lieux publics et une mosquée privée construite à l’intérieur de la concession d’un particulier. Dans le village, deux branches de l’islam, les bolominè (ceux qui croisent les bras en priant) et les bolojigin (ceux qui prient les bras tombants) constituent désormais deux corps sociaux antagonistes dans l’occupation de l’espace public. Il arrive que des bolominè ne participent pas aux funérailles des bolojigi et inversement. Par ailleurs, dans certaines familles, on ne répond plus aux salutations locales : elles exigent le salam arabe. Pis encore, un habitant qui était d’abord bolojigi a ensuite rejoint le camp des bolominè puis il s’est converti au christianisme sans son épouse. Lorsque celle-ci est décédée, personne ne s’est présenté pour son inhumation. Son mari a donc été contraint d’emmener le corps dans un village voisin pour l’y enterrer. Ces comportements conflictuels semblent relever d’un fanatisme engendré par l’ignorance et/ou la manipulation des populations par certains leaders religieux à des fins qui restent à définir.

60Ces crises socioéconomiques, dans un contexte de décentralisation, ont engendré à leur tour une crise politique.

Crise politique

61Aujourd’hui, l’exercice de la chefferie du village oppose les deux clans fondateurs du village. Même si les Diarra assurent la chefferie du village, ils ne se sont pas encore adonnés à la spéculation foncière et ils sont relativement conciliants avec les allochtones. Il en va autrement avec le clan des Sissoko dont l’un des membres, qui a été le deuxième maire de la commune, s’est spécialisé dans la vente des terres et continue de pratiquer cette activité avec toute sa lignée, depuis qu’il a été évincé de la mairie lors des élections communales de 2009. Suite à cette éviction, les deux clans sont devenus des adversaires politiques comme il ressort de la déclaration du conseil de village : « Ici, après l’élection des maires, les choses ont empiré. L’ex maire de la commune avait juré de supprimer le chef du village, parce que celui-ci a refusé de voter en sa faveur. Ce sont les conseillers qui se sont battus pour le chef de village, contre l’ex-maire et ses complices, qui étaient le commandant et les gendarmes. Ces derniers ne sont même pas intervenus dans le conflit car ils étaient corrompus par l’ex-maire. L’ex-maire a lancé des cailloux au chef de village sans crainte devant le commandant et les gendarmes. Il avait décidé unilatéralement de remplacer le chef de village en tentant d’obtenir la signature des membres de son clan. Mais il n’a été suivi ni par tous ses pairs, ni par les allochtones.. Le comble est qu’il a fait tout cela sans être inquiété. »

62Ce différend entre autorités politiques, administratives et la chefferie locale a déjà été signalé : « La décentralisation ayant créé des mairies à proximité des vestibules (lieu où sont prises les décisions émanant de la chefferie traditionnelle), leur coexistence comportait des risques de confrontation et d’affrontement. » (Koné, 2006 ; Bourdarias, 2006).

63Outre les divergences politiques entre les clans fondateurs du village, celles qui opposent désormais les dugutigidenw ou descendants de la chefferie traditionnelle aux nouveaux cadet sociaux déterminent le champ politique du village. Ces derniers reprochent aux premiers leur xénophobie. En effet, les fils des fondateurs du village, contrairement à leurs pères, font valoir leur prééminence sur les allochtones en toute circonstance, et cela dans l’impunité la plus totale. Ils revendiquent leurs fadugukolow, les terres de leurs pères. Liant l’acte à la parole, ils retirent aux étrangers leurs champs, et parfois même leur maison, pour les vendre. L’érection du village en chef-lieu de commune et le fait qu’un descendant de la chefferie traditionnelle ait été élu maire de la commune expliqueraient cet état de fait. De même, l’ancien maire, quand il était en fonction, a enlevé de force la femme légalement mariée d’un allochtone et la presse nationale s’en est fait l’écho (Les Echos, 2007 ; Le Progrès, 2007).

64Les divergences politiques entre autochtones et allochtones dans la gestion du village et même de la commune ont engendré aussi la division des jeunes en trois camps. L’ancien maire, qui fait cavalier seul, a mis un groupe de jeunes dans son giron. Le premier adjoint à l’actuel maire a aussi son groupe, les autorités villageoises aussi. Dans tous les cas, les jeunes sont manipulés. L’ancien maire se sert de certains jeunes à des fins politiques, pour déstabiliser toute organisation émanant des allochtones. Quant au 1er adjoint au maire, lui-même nouveau cadets social, il s’appuie sur des jeunes afin d’assurer la promotion des allochtones. La chefferie traditionnelle, quant à elle, utilise des jeunes, non à des fins politiques, mais en vue de pérenniser la prééminence de l’autochtonie. Ce qui corrobore cette assertion : « Les étrangers ont partout fait les frais de la décentralisation » (Koné, 2006), même si dans ce cas, c’est plutôt la décentralisation qui est un moyen d’émancipation des allochtones (cf. infra).

65La crise politique s’observe aussi au niveau de la société globale où des adversaires politiques se regardent en ennemis. Ainsi, il arrive que des parents, des frères et sœurs utérins ne se parlent plus, que des liens de mariage se rompent, que les autochtones tentent de supplanter les allochtones dans la gestion des affaires publiques et inversement. A cet égard, ce témoignage des jeunes du CNID est édifiant : « La démocratie crée des divergences dans la communauté. Aujourd’hui, à cause du pluralisme politique, il y a des frères du même père et de la même mère qui ne se parlent pas. » Le conseil de village, abondant dans ce sens, va plus loin dans la perception négative de la démocratie au Mali : « Pour nous, la démocratie ici, dans ce village, s’assimile au kaniton (association de gaspilleurs). Depuis l’avènement de la démocratie, les relations entre pères et fils se sont bouleversées. Les personnes qu’on a élues et qui sont devenues les maires de la commune n’ont fait que nous enlever de force nos champs et les revendre aux urbains de Bamako. Elle a peut-être eu à faire de bonnes choses dans certaines régions du Mali, mais ici, ça nous a détruits. C’est avec ce que vous appelez démocratie que les querelles pour la propriété foncière, pour les femmes, se sont multipliées et se sont succédé. Le maire fait la cour aux femmes des étrangers dont il a lui-même célébré le mariage. Il ne fait que retirer nos propriétés foncières. En un mot, la démocratie n’a rien fait de bien chez nous. »

66Un autre jeune chef de ménage de 37 ans, exprime les abus de l’ex-maire, fils héritier des fondateurs du village, à son égard : « Pendant le mandat du maire précédent, il y a eu trop de déboires. Ce maire qui était à la fois maire et descendant des familles fondatrices du village a spolié beaucoup d’habitants de leurs champs et même de leurs maisons. Il disait que c’est leur fadugukolo, la terre de leurs ancêtres, et même le chef du village était impuissant devant le phénomène. Il retirait champs et maisons à leurs propriétaires parce que selon lui, ce sont les terres de ses parents. Pour lui, ces terres appartiennent à leurs ancêtres, et il les vendait à sa guise puisqu’il avait le pouvoir de les arracher à leurs propriétaires. Cela rend le séjour difficile dans le village pour un paysan, et ces difficultés peuvent continuer avec les enfants des gens spoliés de leurs terres. »

67Devant l’exacerbation des exactions dont ils sont victimes, et devant la volonté des autochtones de les museler, les étrangers, pour s’émanciper, ont été amenés à développer des stratégies locales qui dessinent le nouveau paysage socio-politique en cours.

Le nouveau paysage socio-politique

68Longtemps éloignés du pouvoir décisionnel, une partie des nouveaux cadets sociaux du village, que sont les étrangers et leurs descendants, ont pris conscience de leur statut et sont en train de développer des stratégies pour conquérir, par la voie des urnes, un droit de regard sur le village et même sur la commune, en utilisant la situation particulière du champ politique.

69En effet, dans la commune de Zan Coulibaly, ce qui fait la force d’un parti politique est d’assumer la fonction de secrétaire général de l’association des coton-culteurs. C’est cette organisation qui fait et défait les conseils communaux, car son secrétaire général est en contact permanent avec les agriculteurs des 9 villages de la commune qu’il peut convoquer au chef-lieu chaque fois qu’il le souhaite. Ces rencontres lui donnent l’opportunité de faire des largesses qui, en retour, lui assurent la reconnaissance des électeurs. L’ancien maire, un illettré, naguère producteur et vendeur de charbon de bois, s’en est servi pour son ascension politique. Mais, au cours de son mandat, il a développé des inimitiés durables chez les allochtones.

  • 263 Environ 1,5 euro

70Ceux-ci ont alors construit des alliances politiques lors des élections communales de 2009, afin de l’évincer de la mairie. Pour ce faire, les étrangers ont d’abord réussi à installer l’un des leurs à la tête de la coordination des associations des coton-culteurs de la commune, car ils avaient désormais la conviction que les autochtones constituaient une entrave au développement du village, et même de la commune : toutes les actions de développement du village menées jusque-là avec la participation des autochtones ont échoué ou ont été réalisées au détriment des allochtones qui en étaient les initiateurs,. On peut s’en rendre compte dans ce passage : « En 2012, nous avons provoqué une assemblée générale au cours de laquelle nous avons demandé aux jeunes engagés pour la promotion du village de se mettre ensemble. C’est ainsi que nous avons eu l’appui d’un projet dénommé Gnètaa, signifiant progrès. Ce projet était financé par US-AID. Il a formé beaucoup de femmes dans les domaines du maraîchage, de l’hôtellerie et de la transformation des produits locaux. Le projet a formé aussi 5 jeunes à la menuiserie métallique, à la fabrication de charrettes, de charrues et de herses. Le projet payait à chacune des personnes encadrées une somme de 1000 francs263 par jour et leur préparait à manger. Toutes les personnes formées ont reçu de l’équipement pour s’installer à leur compte. Cependant, bien que l’initiative vienne de nous, jeunes enseignants étrangers, aucun jeune allochtone, aucune femme étrangère n’en a bénéficié parce que le projet est passé directement par le chef de village pour recruter les bénéficiaires. » (AS, enseignant, 35 ans).

71Ainsi, grâce à leur investissement politique, un des allochtones est devenu à la fois Secrétaire général de l’organisation des coton-culteurs de la commune et 1er adjoint au maire. Cependant la coalition politique initiée par les nouveaux cadets sociaux, si elle a permis d’évincer l’ancien maire, n’a pour l’instant obtenu qu’une victoire inachevée. En effet, elle a pu barrer la route du pouvoir communal au fils des clans fondateurs du village, mais elle a propulsé à la tête de la commune un agent des eaux et forêts natif d’un petit village situé tout juste derrière la Forêt classée de Faya. Celui-ci, qui était discrètement de connivence avec le maire déchu, continue toujours de défier les nouveaux cadets sociaux de Marka Coungo en s’adonnant avec son complice à la spéculation foncière et à la mauvaise gouvernance. Pour avoir le contrôle total du pouvoir communal, le 1er adjoint au maire, désormais secrétaire général de l’organisation des coton-culteurs de la commune, s’est employé à implanter son parti dans les 9 villages la commune. Déjà, les autochtones ne dominent plus la vie du village. A la mairie, les allochtones occupent les postes clés : le maire est un natif de Zantiguila, tous les adjoints au maire sont des étrangers, parmi lesquels un jeune enseignant. C’est dire qu’aujourd’hui, même les jeunes allochtones ont la chance d’accéder aux postes électifs.

Conclusion

72La population de Marka Coungo est aujourd’hui dans une situation d’insécurité alimentaire et financière qui a engendré une mutation socio-politique profonde dans la localité. La mauvaise gouvernance, quant à elle, a créé un conflit ouvert entre les intérêts vitaux des clans fondateurs du village et ceux des nouveaux cadets sociaux qui, poussés dans leurs derniers retranchements, ont fini de prendre conscience de leur force de mobilisation pour conquérir le pouvoir communal. La décentralisation, à la faveur des urnes, semble donc permettre, au moins dans le cas étudié, l’émergence de nouveaux acteurs politiques que sont les Nouveaux Cadets sociaux.

Bibliographie

Bibliographie

Bourdarias, Françoise, 2006, La décentralisation, la coutume et la loi. Les constructions imaginaires d’un conflit à la périphérie de Bamako (Mali), In Claude Fay, Yaouaga Félix Koné, et Catherine Quiminal (dir.), Décentralisation et pouvoir en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, IRD Editions, Collection Colloques et Séminaires, pp 221-238.

Galland, Olivier, 2010, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, quatrième édition.

Koné, Yaouaga Félix, 2006, Le vestibule et/ou l’urne : quelle légitimité pour l’exercice du pouvoir communal ?, In Claude Fay, Yaouaga Félix Koné, et Catherine Quiminal (dir.), Décentralisation et pouvoir en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, IRD Editions, Collection Colloques et Séminaires pp 127-144.

Les Echos, édition quotidienne de Jamana, no 2964, 2007, Un maire accusé de détournement de femme.

Le Progrès, No 39/2è Année, 2007, Mœurs et politique. Le Maire Nouhoum Sissoko bientôt à la barre.

Locoh, Thérèse, 2002, Structures familiales et évolutions de la fécondité dans les pays à fécondité intermédiaire d’Afrique de l’Ouest, Paris, Documents de travail de l’INED, no 112.

Sen, Amartya, 2003, Un nouveau modèle économique : développement, justice, liberté, Paris, Editions Odile Jacob, Collection Poches Odile Jacob

Notes

260 Plus de 7500 euros.

261 Environ 20 centimes d’euro

262 Environ 8 euros.

263 Environ 1,5 euro

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la tranche d’âge
Légende Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 2 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la religion déclarée
Légende Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 3 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et le niveau et type d’instruction
Légende Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 6 : Répartition des chefs de ménage selon le sexe et la personne sur laquelle ils peuvent fonder leur espoir en cas de difficulté
Légende Source : enquête quantitative, Tiéman Coulibaly 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/21221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteur

Titulaire d’une maîtrise ès lettres a commencé par enseigner dans le secondaire, avant de reprendre ses études pour obtenir un DEA puis une thèse de doctorat en sciences de l’éducation à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche Appliquée (ISFRA). Il est désormais chercheur à l’Institut des Sciences Humaines de Bamako. Son domaine d’investigation, riche et varié, porte sur la décentralisation, la pauvreté, l’excision, les droits des femmes et des enfants, la jeunesse, les études d’impact environnemental et social.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540