Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Troisième partie. Nouveaux cadets sociaux

L’autonomisation des cadets sociaux de la région de Kayes : entre trajectoires migratoires et formations ?

Christophe Daum

Texte intégral

1La région de Kayes connait une agriculture déficitaire depuis les sécheresses qui ont affecté les régions sahéliennes. La dévalorisation des activités agricoles y est, en conséquence, importante, tout autant que la région est structurellement marquée par l’émigration vers la France depuis plus de cinq décennies.

2Dans ce contexte, la question du devenir de la jeunesse de cette région est posée de façon particulière. Certes, il y a là un ensemble de difficultés partagées par l’ensemble des jeunes en Afrique de l’Ouest. Mais l’inscription dans la société de la migration comme référence centrale de la vie quotidienne – familiale et collective – fait la spécificité de cette région. Comment cette jeunesse se positionne-t-elle afin de se projeter dans l’avenir ? La recherche montre que, aux côtés des stratégies migratoires maintenant bien rôdées, d’autres stratégies misant sur la formation et la recherche d’emploi dans le secteur urbain se dessinent. Ce sont ces diverses perspectives, telles qu’elles sont envisagées et exposées par des jeunes gens, qui sont étudiées ici. Pour les mettre en évidence, l’enquête dont certains des résultats sont présentés dans ces lignes, avait été organisée en plusieurs étapes.

3Dans un premier temps, il s’est agi de caractériser l’importance des mobilités des ressortissants de la région à Bamako. Leur dénombrement a été facilité par le fait que la totalité des villages de la région de Kayes possèdent des « logeurs » (diatigui) dans la capitale : il y a alors une certaine concentration de leurs ressortissants dans les maisons de ces logeurs. L’enquête auprès de ces derniers a visé à dénombrer les personnes accueillies à partir d’un certain nombre de critères et, notamment, le genre, la catégorie d’âge, le motif du séjour et sa durée. Pour les quarante-neuf maisons visitées, ce n’est pas moins de 669 personnes qui sont ainsi accueillies, soit près de 14 personnes par maison en moyenne. Ce nombre est d’autant plus important que le passage dans ces maisons d’accueil a eu lieu au début de la saison agricole : de 212 personnes supplémentaires il nous a été dit qu’elles étaient reparties au village peu de temps auparavant, pour y cultiver les champs familiaux, comme on le verra plus loin. C’était donc une moyenne de 17 personnes par maison qui étaient auparavant à la charge des logeurs.

4Dans la suite de ce dénombrement, un questionnaire individuel a été passé auprès de 200 personnes, retenues en fonction des différentes catégories identifiées, questionnaire qui a permis d’affiner la caractérisation des mobilités entre les villages et Bamako. Enfin, des groupes de discussions (focus group) ont été organisés avec des jeunes gens de 18 à 25 ans, selon les critères – très classiques en sciences sociales – consistant à regrouper des individus appartenant à une même catégorie : ainsi, deux groupes ont rassemblé des jeunes scolarisés ou étudiants, deux autres des jeunes désireux d’émigrer ; un cinquième groupe a rassemblé des jeunes femmes, toutes en formation. Dernière caractéristique, tous ces jeunes gens sont originaires d’une même commune, située en rive gauche du fleuve Sénégal, et ont de ce fait un certain nombre de références communes, dont particulièrement celle de la migration de leurs aînés. Ces groupes de discussion ont été réunis à deux voire trois reprises, pour des séances généralement animées, qui duraient deux ou trois heures chacune.

5Enfin, les événements dramatiques que connait le Mali depuis mars 2012 ont, bien évidemment, perturbé les activités de recherche ; néanmoins, certains des jeunes rencontrés dans ces groupes de discussion ont été retrouvés en 2013, ce qui a permis un certain suivi de leurs trajectoires individuelles.

6La question que le présent article se propose d’examiner à l’aide de ces observations est la suivante : comment ces cadets sociaux tentent-ils d’élaborer de nouvelles stratégies en vue de leur autonomisation et de leur prise de responsabilité au sein de leurs collectivités, familiale, communale et nationale ? On le fera en cinq étapes : 1) L’émigration, comme fait social prégnant dans la région ; 2) Quelques repères sur l’action des émigrés de Kayes dans le développement local ; 3) Les aspirations de ces deux catégories de jeunes à Bamako ; 4) Le regard des émigrés ; 5) Le regard des chefs de famille.

La prégnance de l’émigration en Région de Kayes

7L’émigration constitue une véritable stratégie de survie économique, à la mesure des déficits agricoles. Les migrants de France savent combien leurs apports financiers sont déterminants pour l’alimentation de base de leurs familles demeurées au Mali et se tiennent au courant de l’état de la saison agricole et de la pluviométrie. Ils savent depuis longtemps qu’ils seront d’autant sollicités par les chefs de famille en cas de mauvaise saison : souvent pour plus de la moitié des ressources de première nécessité.

8La prégnance de l’expérience migratoire dans la région de Kayes est particulièrement illustrée par une recherche comparative entre cette région et celle de Sikasso – pour sa zone cotonnière –, recherche qui avait comme fil conducteur l’émigration et ses effets en termes de transformations locales (Cissé & Daum, 2009). Les deux régions connaissent une émigration ancienne, tournée, depuis la fin des années cinquante vers la France pour la région de Kayes et vers la Côte d’Ivoire pour la région de Sikasso. L’émigration de Sikasso est d’ailleurs plus importante en nombre de départs annuels depuis le début des années 2000 et la crise du coton. Mais les émigrés de Sikasso déclarent qu’ils avaient un emploi avant de partir, en particulier avec la culture du coton. Simplement, celui-ci se vendant moins bien avec la baisse des cours il leur a fallu aller chercher un complément de ressources ailleurs.

  • 256 Avant les grandes sécheresses, il était d’usage que les cadets cultivent un jour par semaine un ch (...)

9A Kayes au contraire, la quasi-totalité des émigrés se déclare sans travail avant leur départ. Les travaux champêtres sont pourtant intensifs en saison des cultures et nul ne se soustrait à cette obligation sociale. Pour exemple, les jeunes scolarisés à Bamako retournent généralement au village à cette période pour y cultiver. Mais ces travaux, sont considérés comme un « non travail », au sens où ils n’autorisent aucun revenu individuel permettant un début d’autonomisation256. En effet, l’économie domestique reste fortement concentrée autour du chef de famille, en charge de la gestion tant des ressources (production agricole, revenus reçus de la migration) que de la redistribution de ces dernières entre ses dépendants. Dans ces conditions la dépendance économique et sociale des cadets (jeunes gens célibataires, femmes) demeure très forte (Meillassoux, 1975). Mais, selon la formule entendue plusieurs fois sur le terrain auprès d’anciens émigrés, « ici, on travaille sans salaire, sans sécurité sociale, sans caisse de retraite ». Et on émigre précisément pour trouver un emploi rémunéré.

10Certes, ce n’est pas la misère qui pousse à l’émigration (Quiminal 1991), mais bien la recherche d’une autonomie financière et surtout statutaire, au sein des hiérarchies familiales et villageoises. Néanmoins, l’ancienneté de l’expérience migratoire a apporté dans la région une connaissance solide du travail contractuel, par opposition au travail domestique. Et l’agriculture traditionnelle ne répond à aucun des critères du travail dit « moderne », d’où le désenchantement vis-à-vis du travail agricole (Daum, 2009). Un constat similaire avait été fait en Algérie à la fin des années 50, en comparant deux régions dont l’une connaissait déjà l’émigration tandis que l’autre n’en avait pas encore l’expérience (Bourdieu et Sayad, 1964, chapitre « L’invention du travail ») : pour de mêmes conditions de travail agricole et pour des revenus assez similaires, les ressortissants de la première s’estimaient sans emploi et ceux de la seconde en situation de plein emploi. Plus proche du présent article, dans le temps et dans l’espace, la migration des paysans dogon vers l’office du Niger leur a fait découvrir les différences entre le travail rémunéré à la récolte, utilisant des technologies nouvelles, « le travail de blanc », et l’agriculture traditionnelle pratiquée auparavant (Dougnon, 2009).

11Dans ce contexte, la jeunesse de cette région, qui aspire à prendre sa place dans la société, apparaît à plus d’un titre confrontée à de redoutables difficultés. Contrairement à leurs aînés, qui ont découvert au fil du temps et de leurs trajectoires individuelles et collectives la nécessité économique de l’émigration, les jeunes ont grandi avec cette référence, laquelle est désormais inscrite dans le quotidien familial et villageois. Mais ils connaissent les restrictions en matière de politique migratoire en Europe et savent, de ce fait, qu’émigrer est de nos jours une affaire complexe et parfois risquée.

12D’autre part, cette jeunesse kayésienne est confrontée aux mêmes difficultés que l’ensemble de la jeunesse malienne, avec la crise du système scolaire et de formation plus généralement, confronté à une massification de la scolarisation mais également à la crise de l’emploi au Mali.

13Une autre caractéristique de cette région est l’importance des mobilités entre les villages et Bamako. Celle-ci a été mesurée (Cissé et Daum, 2009) et l’enquête montre leur intensité. Certes, ces mobilités ne sont pas nouvelles : depuis que les coûts du transport aérien se sont démocratisés, Bamako et la voie aérienne ont supplanté Dakar et la voie maritime, comme étapes entre le village et la France. Mais ce qui frappe c’est, d’une part, la diversité des motifs qui amènent à séjourner à Bamako et, d’autre part, leur durée. Bamako n’est plus une étape courte, mais est devenue pour des groupes variés un lieu d’installation plus ou moins durable, mis à part les retours au village évoqués plus haut lors de la saison des cultures. C’est pour cette raison que, pour une cinquantaine de maisons d’accueil des ressortissants de la région, les diatigui (logeurs) annoncent près de sept cent personnes, dont un gros tiers de femmes.

  • 257 Les femmes rencontrées dans le groupe des candidats à l’émigration sont généralement mariées. Et l (...)

14Parmi ces personnes résidant à Bamako, deux groupes se distinguent, à peu près équivalents en nombre et comptant chacun un peu plus du cinquième de l’effectif : les élèves et écoliers d’une part, groupe comptant pour un quart de femmes, et les candidats à l’émigration d’autre part, à quatre-vingt-dix pour cent composé de jeunes hommes. Quel que soit le statut de ces derniers, élèves et étudiants ou candidats migrants, la durée de leur séjour à Bamako est généralement supérieure à une année257.

15Pour le premier groupe, la durée du séjour s’explique évidemment par celle du cursus entamé, qu’il s’agisse de lycéens, de jeunes en formation professionnelle ou d’étudiants. Pour le second groupe, la longueur de leur séjour s’explique par la difficulté d’obtenir un visa pour la France, ce qui est devenu une démarche plus onéreuse ces dernières années. Néanmoins, si ces deux groupes de jeunes gens appartiennent aux mêmes classes d’âge et parfois à une même fratrie, certains sont en formation tandis que d’autres attendent de passer en France.

  • 258 Daum, 2006.

16Comment expliquer ces parcours différents, comment expliquer surtout cette montée en puissance d’une jeunesse scolarisée dans la région de Kayes, phénomène quasiment inexistant 10 ou 15 ans auparavant258. Comment expliquer, finalement, cette dualité de stratégies, les uns reproduisant le chemin de leurs aînés en cherchant à émigrer et les autres visant à apprendre un métier pour l’exercer, dans une première approche, au Mali ?

17Répondre à ces questions supposait de confronter les logiques de ces jeunes, élèves et étudiants ou candidats à l’émigration, à celles de leurs parents, chefs de famille et émigrés.

Quelques repères sur l’action des émigrés de Kayes dans le développement local

  • 259 Voir l’une des recherches pionnière sur le sujet : Quiminal, 1988.

18L’action des associations d’émigrés dans le développement local en région de Kayes est un sujet qui a été défriché par la recherche depuis plus de trente ans, et qui demeure toujours d’une grande actualité. Tous les villages qui sont représentés en France y possèdent leur association de développement, et dans bien des situations, des associations intervillageoises se sont constituées qui ont éventuellement constitué la base des regroupements de villages en commune (Quiminal, 2006). Ces associations ont initié des centaines d’infrastructures à partir bien souvent de leurs seules cotisations, en particulier dans les domaines de la santé, de la scolarisation, de l’eau potable, etc. Après plusieurs décennies d’activité de ces associations, avec le recul autorisé par les diverses recherches qui ont tenté d’éclairer les logiques à l’œuvre259, il est possible de faire un bilan de l’investissement des émigrés de la région de Kayes dans le développement local. Ces derniers, parfois sans avoir anticipé les transformations sociales de fond qu’ils impulsaient, ont notablement amélioré les conditions de vie dans les villages d’origine. Cette tendance de fond se poursuit encore, comme le confirment des observations récentes (Gubert F. et al., 2013).

19Dans ces villages d’émigration, un gros investissement a été conduit par les associations de ressortissants en matière de construction d’écoles, de leur équipement, de leur dotation en matériel. Pour l’une des communes étudiée de longue date, comptant une douzaine de villages, on ne dénombrait il y a quinze ans qu’une ou deux écoles fondamentales et un seul premier cycle, dans ce qui était alors un chef-lieu d’arrondissement. Les rares élèves sortants, obligés d’aller au lycée de Kayes pour y suivre le second cycle, étaient à l’époque confrontés à de telles difficultés sociales qu’ils ont souvent abandonné leur scolarité. En 1994, nous avons interviewé une centaine de jeunes (18/25 ans), et leur bilan scolaire était quasiment inexistant : seule une dizaine d’entre eux annonçait une ou deux années d’école fondamentale (Daum et Timéra, 1995).

20En 2006, la reprise d’un panel du même ordre et de même classe d’âge, montre que tous « ont fait les bancs ». La statistique de l’éducation nationale confirme les observations de terrain. En effet, le Cercle de Kayes est passé de 7 à 450 écoles en vingt-cinq ou trente ans. Et, entre 2007 et 2010, la population scolarisée dans le premier cycle a augmenté de 18 % (19 % pour les garçons et 16,3 % pour les filles). Aujourd’hui dans la majorité des villages, on rencontre des écoles, jusqu’à un petit hameau où la seconde classe, financée par les émigrés, comme la plupart des écoles de ce Cercle, se construit en 2010, et où les enfants viennent montrer leurs cahiers et réciter leur leçon sous le regard un peu intrigué de leur enseignant se demandant quelle est cette inspection improbable. Et l’on compte deux seconds cycles. Certains de ces élèves ont abandonné, avant ou après le Diplôme d’Enseignement Fondamental. Mais d’autres ont poursuivi, et certains, rencontrés à Bamako, sont en premier ou second cycle universitaire.

21Il ne s’agit pas ici de sous-estimer l’ampleur des difficultés auxquelles le Mali est confronté en ce qui concerne le pari de la démocratisation scolaire, ni non plus l’ampleur de la crise du système scolaire malien, confronté à la pénurie d’enseignants expérimentés. On connait d’autre part, et ceci est historiquement assez universel, les résistances du monde rural à la scolarisation des enfants, synonyme de ponction d’une force de travail d’appoint. Enfin, la population de la région de Kayes a longtemps, pour des raisons notamment historiques, été opposée à l’école, considérée comme « l’école des toubabs », des Blancs, des envahisseurs.

22Tous ces facteurs avaient été patiemment négociés par les émigrés auprès des notables villageois, des imams, des chefs de famille, mais également des mères de famille, et ces longues négociations ont été plusieurs fois décrites (Quiminal 1991, Daum 1998). Il n’en demeure pas moins que, au sortir de cette histoire, une génération a accédé à l’école et aspire maintenant à un avenir : précisément la génération des frères, sœurs ou enfants de ces émigrés qui avaient patiemment organisé ces associations dites de « développement du village d’origine ».

Les trajectoires et projet de vie de la jeunesse

23Les candidats à l’émigration reproduisent les stratégies de leurs aînés. Ils sont généralement en situation d’échec scolaire, même s’ils ont tous été scolarisés quelques années. Certains décrivent, avec une certaine amertume, leur cursus scolaire pendant lequel, à force de redoublement, ils avaient atteint la limite d’âge de scolarisation et ont dû abandonner l’école. Ils continuent de passer en France, à un rythme plus lent qu’avant mais qu’aucune politique de fermeture des frontières ne saurait, à elle seule, tarir. En effet, les primo‒ migrants arrivent en France généralement munis d’un visa et par la voie aérienne. Les échanges lors des groupes de discussion témoignent d’une conviction assez unanime : « nous ne voulons pas prendre la route du désert et la voie maritime pour émigrer, c’est trop dangereux ». A en croiser parfois certains, dans l’un ou l’autre des nombreux foyers africains de la région parisienne, on entend vite que leurs descriptions de leurs itinéraires migratoires sont concordantes.

24Les jeunes scolarisés constituent une catégorie nouvelle, quasi-inenvisageable une décennie plus tôt : quatre de ses caractéristiques méritent d’être relevées ici.

25Les projets de formation des jeunes rencontrés, d’abord, sont divers : entre les techniciens, les professions sanitaires et sociales, les juristes ou encore les étudiants en histoire ou géographie, pour quelques-uns des exemples qui ont été rencontrés, se dessine bel et bien une palette de compétences qui manquent encore dans leur région d’origine, compétences que les élèves et étudiants espèrent fournir. Il y a là un premier pari, de la part des jeunes : celui que leur région d’origine, à moins que ce soit leur pays plus généralement, sera en mesure de les employer utilement. Ainsi, l’étudiant en histoire indique qu’il n’y a pas de bibliothèque publique dans sa commune et qu’il s’y verrait bien bibliothécaire. L’élève en électromécanique affirme qu’il aura un emploi chez lui, avec les besoins de maintenance du groupe électrogène du village, tandis que l’étudiant en géographie veut faire carrière comme agent de développement local.

26Leur manque de ressources à Bamako pose des problèmes sociaux complexes. Ce sont leurs parents émigrés qui les financent, mais les envois d’argent ne sont pas toujours réguliers. Les étudiants logent généralement chez les diatigui de leur village et sont à ce titre soumis aux mêmes obligations sociales et aux mêmes pressions que l’ensemble des personnes accueillies. En quelque sorte, la diatiguiya leur offre le gite et le couvert mais elle n’est pas en mesure de prendre en compte leur statut d’élève ou d’étudiant, avec par exemple un espace de travail personnel et ils en souffrent dans leur cursus. Lors des groupes de discussion, le propos est repris à plusieurs reprises : « dans la concession du diatigui, il n’est pas possible de s’isoler pour préparer les examens ».

27Ils se déclarent, fièrement et à juste titre, comme les premiers intellectuels de leur région (surtout les étudiants). Pourtant, leur capital social dans la capitale est pauvre. S’ils peuvent énumérer quelques personnalités originaires de la région de Kayes ayant été ministres quelques temps, quelques grands commerçants ou hauts fonctionnaires, ils savent que l’on n’accède pas à l’emploi, au Mali, sans un appui bien placé et manquent de réseaux de sociabilisation à Bamako, ces réseaux dont ils supposent qu’ils les aideraient à mener à bien leurs projets.

28Les groupes de discussion leur donnent l’occasion de se retrouver : originaires de villages voisins, voire du même village, ayant fréquenté le même second cycle et éventuellement passé le bac ensemble au lycée de Kayes, ils habitent des quartiers éloignés et ne se croisent pas à Bamako, ignorant éventuellement la proximité de leurs trajectoires spatiales et universitaires. Effet induit par ces rencontres, qu’il s’agit bien d’assumer pleinement, ils annoncent au bout d’un temps leur souhait de se constituer en association pour défendre leurs intérêts en tant qu’élèves et étudiants. Ils envisagent d’abord de créer une association des élèves et étudiants soninkés. Ils sont aidés en cela par la tenue en février 2011 d’une rencontre internationale de la communauté soninké à Kayes : une cinquantaine de ces jeunes y étaient venus de Bamako. Et ils revendiquent alors la défense des valeurs de leur société d’origine. Interrogés à leur sujet, ils sont en réalité très critiques sur un certain nombre de pratiques qui les touchent en tant que jeunes : la polygamie de leurs pères, les jalousies entre les coépouses et les rivalités entre enfants qui en découlent sont évoquées par les garçons. Les filles parlent des mariages précoces et arrangés entre familles, expliquant qu’elles temporisent auprès de leurs familles car elles ne veulent pas d’un époux qui pourrait les empêcher de finir leur formation : sur ce point, les garçons affirment les soutenir.

29Quoi qu’il en soit, lorsque les groupes se séparent, et alors que les discussions se sont généralement tenues en français, ils se donnent des rendez-vous entre eux et échangent en bambara. Quand bien même ceux qui ont été rencontrés au village y parlent soninké, la langue des projets et des échanges à Bamako est le bambara : les appartenances ethniques constituent une ressource largement secondaire et non figée : dans la capitale, espace où ils entendent construire leur avenir, les appartenances principales, qu’ils mettent en avant, regardent leur statut d’élèves et étudiants, de jeunes Maliens parmi bien d’autres, de citoyens originaires de la Première Région.

30Certains d’entre eux prennent position pour une association des élèves et étudiants de leur commune, association qui sera finalement créée en 2013. Ils indiquent vouloir demander au Conseil Communal de les aider concrètement dans leur études. Et, par exemple, ils parlent de leurs difficultés à étudier dans la maison de leur diatigui, difficultés évoquées plus haut, et envisagent de demander le financement d’une maison des élèves et étudiants de la commune. Ce faisant, c’est bien l’État dans sa dimension communale et décentralisée qu’ils interpellent, en tant que cadets cherchant à mesurer si une ouverture se fera jour pour eux, à la faveur de leurs efforts, ou non. Il n’en demeure pas moins que, par-delà l’État duquel tout le monde doit s’accommoder, l’environnement familial demeure l’un de leurs déterminants essentiels : c’est celui-ci – par l’intermédiaire des émigrés – qui cautionne ou non leur entreprise, et la finance.

Les émigrés : un débat complexe

31Les émigrés, quant à eux, discutent du type d’appui à fournir à leurs cadets. S’ils n’envisagent pas de ne pas être solidaires de ces derniers, différentes positions s’expriment. On rencontre d’une part un discours volontariste, certains émigrés assurant préférer, à somme égale, financer une activité au pays plutôt que de payer pour aider à l’émigration. D’autres sont plus nuancés, ils justifient d’une part le soutien qu’ils apportent à ceux de leurs jeunes qui veulent émigrer, en expliquant que, ayant voyagé et séjourné en Europe, ils pensent différemment que les villageois et sont ouverts à de nouvelles formes d’activité, par exemple les études pour les jeunes. Ils justifient d’autre part le fait de soutenir les jeunes femmes de leurs familles qui projettent d’apprendre un métier et s’efforcent de retarder le mariage prévu par les parents : « nous qui avons vécu en France, nous avons connu des femmes, amies ou collègues de travail, qui nous ont fait changer de position sur ce sujet. Quand on voit qu’une de nos sœurs veut faire des études, on la soutient devant la famille ». Ce soutien, on l’a vu, est d’abord financier : il s’agit d’assurer les frais de la scolarité et ceux de la vie quotidienne. Il est également diplomatique, au sens où soutenir de telles décisions impose de mener le dialogue avec les chefs de famille pour les amener à accepter les choix des jeunes filles, et plus généralement, des jeunes gens de leurs familles. Cette rupture est importante par rapport aux pratiques sociales habituelles dans la région de Kayes, où il est attendu des filles qu’elles soient mariées relativement jeunes et retirent de leur maternité ainsi que de leurs activités de ménagère le seul statut que valorise leur société, et auquel elle les assigne.

32Soutenir les élèves et étudiants n’exclut pas que les émigrés puissent financer le passage en Europe d’un des jeunes de leur maison. Mais il semble que, si ce soutien à l’émigration relève des habitus ancien, le soutien des élèves, qui prend son essor depuis une quinzaine d’années et se rencontre maintenant dans de nombreuses maisons de la région de Kayes, constitue une véritable nouveauté. D’une certaine façon, les émigrés assurent ainsi, individuellement et dans l’espace familial, la continuité des efforts consentis collectivement en faveur de la scolarisation des enfants de leur région d’origine.

Les chefs de famille : un discours mitigé

33Les affirmations des chefs de famille sont assez convergentes, mais ambivalentes. En effet, ils expliquent que leurs enfants scolarisés ou étudiants à Bamako constituent un poids pour l’économie familiale et qu’ils seraient plus utiles pour la famille s’ils travaillaient en France. Ils savent en effet qu’un travailleur, même non qualifié, prêt à prendre à l’étranger le premier emploi qui lui est proposé, enverra régulièrement de l’argent au pays, allégeant ainsi d’autant les charges du chef de famille.

34Sans doute peut-on envisager l’hypothèse que ces nouvelles pratiques, qui voient converger les ambitions professionnelles de ces jeunes et les perspectives des émigrés, trouvent un certain assentiment auprès des chefs de famille. La collectivité domestique, on le sait, a toujours visé à diversifier ses sources de revenu : en envoyant certains de ses membres en émigration, en conservant une fraction de sa main d’œuvre au village, pour travailler sur les champs, en encourageant par exemple l’ouverture d’un commerce de détail, dans la capitale régionale ou au village même, etc. Tout cela s’inscrit bien dans les rationalités du monde rural, qui évite tant que faire se peut les situations de monoculture, afin d’avoir la garantie qu’au moins l’une des récoltes donnera un revenu suffisant. La société d’origine de ces jeunes mise-telle maintenant sur certains de ses meilleurs écoliers en les poussant à acquérir une compétence professionnelle dont elle espère qu’elle leur permettra l’entrée sur le marché du travail moderne ?

35Pour les chefs de famille et les émigrés, qui viseraient ainsi à l’introduction de nouvelles compétences au profit des affaires familiales, il s’agirait également d’un véritable pari : car la stratégie scolaire n’en est encore qu’à ses débuts et n’a pas fait toutes ses preuves dans l’expérience collective des ressortissants de la région de Kayes. Tant il est vrai que la construction d’un capital scolaire, pour une nation à la fois jeune de son indépendance et forte de sa nombreuse jeunesse, demande du temps.

Remarques conclusives : comment s’inscrire dans la société malienne contemporaine ?

36Les dynamiques exposées dans ces lignes sont en cours et constituent un processus encore inachevé. Celui-ci s’inscrit dans une préoccupation sans doute générale au Mali, quoique appropriée par les différents groupes sociaux en fonction de leurs situations spécifiques et de leurs ressources propres. Ainsi, selon Françoise Bourdarias (2014), qui a mené de longues enquêtes auprès des ouvriers travaillant dans des entreprises, notamment chinoises ou françaises, dans des secteurs tels que le BTP ou les industries alimentaires, sur les nouvelles formes de travail au Mali : « Il semble que le modèle du salariat contractualisé se soit aujourd’hui largement diffusé et constitue une norme à l’aune de laquelle les travailleurs évaluent l’ensemble des relations de production. »

37A travers les différentes trajectoires présentées ici, ce sont bien deux facettes d’une même génération décidée à prendre sa place dans la société malienne contemporaine dont il s’agit. Cette démarche suppose de s’extraire du mode de production relevant de la communauté domestique, pour s’inscrire dans le travail moderne, au sens contractuel et salarié de cette formule. Il ne s’agit pourtant pas de renier le cadre familial, mais bien au contraire de le réinvestir en tant qu’adulte indépendant. Les stratégies sont néanmoins complexes, à la mesure des difficultés tant à émigrer aujourd’hui – notamment vers l’Europe – qu’à s’insérer dans le monde du travail, que ce soit dans la fonction publique malienne ou dans le secteur privé.

38A telle enseigne que les frontières entre ces deux catégories sont mouvantes. Tel étudiant, détenteur d’une maîtrise, indique qu’il aura un meilleur emploi en France que son père, parti en émigration. Tandis que tel autre jeune, déscolarisé précocement et qui attend à Bamako son visa pour émigrer en France depuis deux ans, y devient apprenti tailleur pour occuper sa longue attente et finit par s’y établir comme artisan. Leurs différents itinéraires les rendent en effet à l’affût des opportunités qui se présentent à eux et des chances que la vie peut leur offrir.

39Quelle que soit la stratégie retenue par ces jeunes, et quel qu’en soit le devenir, il ne s’agit pourtant pour eux pas de renier le cadre familial, mais bien au contraire de prendre leur place pleine et entière dans le cycle générationnel. Ce faisant, cette jeunesse, parmi bien d’autres groupes sociaux, est bel et bien inscrite dans les dynamiques complexes du Mali d’aujourd’hui.

Bibliographie

Bibliographie

Bourdarias, (F.), 2014, « Constructions de l’expérience salariale au Mali : le contrat de travail et la resocialisation de l’État ». Revue Tiers-Monde no 218.

Bourdieu, (P.) et Sayad (A.), 1964, Le déracinement (la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie), les Éditions de Minuit.

Cissé, (P.) & Daum, (C.), 2009, « Migrations internationales maliennes, recomposition des territoires migratoires et impacts sur les sociétés d’origine », in Migrations internationales, recompositions territoriales et développement, MAE/IRD, pp 191-198.

Daum, (C.) & Timéra, (M.), 1995, Rapport final de la recherche « Du village à la ville, immigration et développement » Programme Jeunes-Villes-Emplois, IRD-Ministère de la Coopération.

Daum, (C.), 1998, Les associations de Maliens en France (migrations, développement et citoyenneté), Karthala, Paris, 253 p.

Daum, (C.), 2009 « Le travail de la terre et le salaire du chantier, à propos des logiques migratoires en région de Kayes au Mali », in Dureau (F.) et Hilly (M.) (dir.), Les mondes de la mobilité : exploration d’un paradigme, Presses Universitaires de Rennes, pp. 39-66.

Daum, (C.), 2013 « Entre individualisation et responsabilités familiales : les mobilités des jeunes de la région de Kayes au Mali ». A paraître 2015 : Revue Européenne des Migrations Internationales.

Dougnon, (I.), 2007, Travail de blanc, travail de noir (la migration des paysans dogon vers l’office du Niger et au Ghana, 1910-1980), Karthala-Sephis, Paris, 279 p.

Gubert, (F.), Mercier, (M.), Chauvet, (L.), Mesplé-Somps, (S.), 2013 « Associations de Migrants et développement local », in colloque international Le Mali contemporain : regards de scientifiques, Bamako, octobre 2013.

Meillassoux, (C.), 1975, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero, 254 p.

Pollet, (E.) & Winter, (G.), 1971, La société soninké (Dyahumu, Mali), Éditions de l’Université de Bruxelles, 562 p.

Quiminal, (C.), 1991, Gens d’ici, gens d’ailleurs, migrations soninké et transformations dans la vallée du fleuve, Christian Bourgois, Paris, 223 p.

Quiminal, (C.), 1988, « Rapport final de la recherche : La fonction émigrée dans les stratégies de développement », ENS Fontenay St Cloud, ATP CNRS Programme politique et stratégies de développement dans le Tiers-Monde.

Quiminal, (C.), 2006, « Décentralisation et pouvoirs en Afrique : En contrepoint, modèles territoriaux français, IRD Éditions, pp 239-262.

Notes

256 Avant les grandes sécheresses, il était d’usage que les cadets cultivent un jour par semaine un champ dont le revenu leur appartenait. La crise de l’agriculture a contraint les chefs de famille à concentrer la main d’œuvre disponible, en même temps que les surfaces cultivables diminuaient. Cette pratique du te leme (le champ des enfants en Soninké), décrite par Eric Pollet et Grace Winter (1971), a alors périclité rapidement, au point que les jeunes générations n’en ont souvent pas même la mémoire lorsqu’on les questionne sur ce sujet.

257 Les femmes rencontrées dans le groupe des candidats à l’émigration sont généralement mariées. Et l’on comprend qu’elles sont inscrites dans une démarche de regroupement familial, dans l’attente de rejoindre leurs époux émigrés antérieurement en France.

258 Daum, 2006.

259 Voir l’une des recherches pionnière sur le sujet : Quiminal, 1988.

Auteur

Anthropologue, maître de conférences à l’Université de Rouen. Il a été en délégation à l’Institut de Recherche pour le Développement à Bamako, pendant quatre ans (2006-2010). Ses recherches portent sur les migrations internationales des Maliens et leurs conséquences sur le changement social dans le pays d’origine.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540