Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie I. Espèces végétales de la Grande Muraille Verte

Peuplement sylvo-pastoral de l’espace saharien de la Tunisie méridionale. Perspectives

Noureddine Chalbi

Résumé

Les perspectives du peuplement forestier du territoire tunisien situé dans la zone saharienne sont liées à l’insuffisance des ressources hydrologiques, la coercition des conditions climatiques et édaphiques et le nombre limité d’espèces économiquement intéressantes aptes à s’adapter. Dans ce qui suit, trois expériences réalisées en Tunisie donnent une idée sur certaines possibilités d’action dans ce domaine saharien.
Le reboisement en milieu désertique. Il s’agit d’un projet pour valoriser les eaux résiduelles et de drainage venant de l’Oasis de Chamsa. Le peuplement se situe en dehors de l’Oasis, en plein désert. Chaque année, une aire de plusieurs hectares, de sol sablonneux dunaire, calcaire, gypseux ou salé, est nivelée et plantée selon différentes espèces. Les espèces utilisées sont Prosopis sp., Acacia horrida, Parkinsonia aculeata, Atriplex sp., Jojoba, Eucalyptus sp, Casuarina glauca, Tamarix aphylla ;
Résultats des essais d’introduction du genre Eucalyptus et adaptation à l’aridité. Des efforts de reboisement sont menés en Tunisie en vue d’améliorer la couverture végétale dans le pays. Le matériel végétal utilisé et mis en observation dans des arboreta appartient au genre Eucalyptus. Ce genre a montré, au sein de sa diversité intragénérique une plasticité considérable de l’aptitude adaptative aux différents écosystèmes du pays. On note, en particulier, que dans cinq stations du sud du pays caractérisées par une pluviométrie allant de 233 à 89 mm par an, sur sols gypseux, calcaires, sableux ou salés, les meilleures performances ont été affichées par les espèces E. torcata, E. microtheca, E. lessouiffi, E. occidentalis, E. astringens, E. salmonophloia, E gracilis.
La souplesse adaptative du genre Atriplex. Cette partie repose sur une grande série de travaux conduits en Tunisie sur le genre Atriplex et plus particulièrement sur la richesse spécifique, sa répartition éco-géographique. L’espace saharien de la Tunisie méridionale est concerné par différentes espèces du genre Atriplex telles que Atriplex halimus, Atriplex dimosphostegia, Atriplex mollis

Texte intégral

Introduction

1Les efforts développés pour le peuplement forestier du territoire tunisien situé dans la zone saharienne répondent aux besoins, d’assurer une meilleure protection du milieu, d’accroître la production en produits forestiers, de créer de nouveaux parcours sylvo-pastoraux. Ces orientations sont assujetties à la nécessité de la prise en compte de la rareté de l’eau d’où l’intérêt qu’il y a à valoriser les eaux de drainage des oasis qui sont, par ailleurs, le plus souvent chargées

2Les objectifs des efforts de reforestation visent donc l’accroissement de la production pour intéresser et fixer les populations et la réduction de la dégradation du milieu particulièrement. Mais les progrès attendus pour atteindre ces résultats sont dépendants de trois déterminants majeurs : l’insuffisance des ressources hydrologiques, la coercition des conditions climatiques et édaphiques et surtout l’étroitesse de la marge de manœuvre quant à l’étendue de la diversité biologique végétale caractérisée par une aptitude à s’adapter à de tels milieux coercitifs.

3C’est pour cela que des essais d’acclimatation de nouvelles espèces introduites ont été réalisés. Pour certaines de ces espèces, celles qui ont été notamment installées dans un réseau de pépinières aménagées dans toutes les zones du pays (certaines d’entre elles sont installées depuis une quarantaine d’années), des mesures de comportement ont été réalisées au niveau quantitatif (production de biomasse sur courte période) et au niveau qualitatif (bonne qualité du bois ; divers produits).

4Dans ce qui suit, trois expériences complémentaires menées dans le pays contribueront à éclairer le choix des espèces dans les conditions similaires de l’espace saharien.

Expérience de reboisement en milieu désertique

5La rareté des ressources naturelles a poussé à la valorisation des eaux de drainage dans l’oasis de Chamsa près de Tozeur. Le projet consiste à créer un peuplement forestier qui se situe en dehors de l’Oasis, en plein désert. Il est mené par la Direction Générale des Forêts et certains suivis scientifiques sont assurés par les laboratoires de l’Institut National des Recherches en Génie Rural et Eaux et Forets, notamment concernant l’utilisation et la valorisation des eaux résiduelles de drainage venant de l’Oasis de Chamsa, située à plus de 7 kilomètres au sud de Tozeur.

6D’une manière générale, les oasis tunisiennes subissent des contraintes qui menacent leur durabilité comme la rareté des eaux, l’ensablement par progression des dunes, la rigueur du climat (pluviométrie faible et fluctuante, par années jusqu’à moins de 100 mm). Ces oasis sont alimentées à partir des eaux de nappes peu renouvelables Mais l’évaporation estivale et la salinité des eaux entraînent l’hydromorphie des sols mal drainants et leur salinisation. La plupart des oasis sont souvent situées dans les compartiments bas du paysage et les exutoires sont constitués par des dépressions endoréiques appelées Sebkha ou Chott qui reçoivent d’importantes quantités de sels. L’effort de reforestation constitue donc également une solution pour valoriser les eaux de drainage, souvent chargées. Parmi les critères de la sélection pour les peuplements forestiers, le choix et l’utilisation d’espèces végétales adaptées à la sécheresse du milieu nécessite également l’examen de l’aptitude à s’adapter à la salinité et, dans certains cas, au sol gypseux.

7À noter que la végétation spontanée est riche en plantes dont certaines ont un rôle important pour fixer le sol. Ce sont :

  • Zygophyllum album : C’est un sous-arbrisseau vivace, une Zygophyllacée à rameaux blanchâtres ;

  • Arthrophytum schmittianum : C’est une espèce ligneuse basse de la famille des Amaranthacées qui est très apétible et consommée par les Camelins.

  • Retama retam : c’est un arbrisseau vivace de la famille des Fabacées. Il est très ramifié et son port peut atteindre 2 mètres. Il joue un rôle important dans la fixation du sol dans la lutte contre la désertification.

8Dans le projet de reboisement de Chamsa, chaque année, une aire de plusieurs hectares, de sol sablonneux dunaire, calcaire, gypseux ou salé, est nivelée, plantée et mise systématiquement en défens (allant jusqu’à cinq ans), avec une protection individuelle des jeunes plants contre le vent et le froid assurée par des feuilles de palme. Le sevrage de l’arbre (arrêt de sauvegarde) se fait lorsque les racines des arbres ont atteint la nappe (estimation empirique). L’irrigation se fait par planches, l’eau étant transportée en conduites en PVC enterrées, minimisant la perte d eau par évaporation ou par infiltration.

9Les espèces végétales utilisées sont :

10(i) Prosopis sp. Plantes dicotylédones de la famille des mimosacées. Il existe plusieurs espèces de Prosopis. On les considère comme des plantes envahissantes dans plusieurs biotopes du monde et notamment dans les régions chaudes et arides de l’Afrique saharienne de l’Ouest où l’espèce Prosopis chiliensis est devenue très invasive. Cette espèce est d’ailleurs l’objet de plusieurs projets économiques notamment :

  • abattre de grandes quantités pour en faire du charbon de bois, dans des projets soutenus par les Pays-Bas et le PNUD,

  • réaliser une expérimentation financée en 2008 cherchant à valoriser le végétal en aliment du bétail (le fruit est sucré et riche en vitamines, mais n’est pas ou mal digéré en l’état par les herbivores en raison de sa cuticule résistante),

  • réaliser un Projet de fabrication de farine pour l’alimentation humaine,

  • mettre en place un Projet de fabrication d’agro-carburant.

11Ce sont des espèces qui ont de grandes aptitudes d’adaptation au sol. Ils poussent bien en sol drainant et sec.

12(ii) Acacia horrida, Arbres et arbustes appartenant à la famille des fabacées (sous-famille des Mimosoidées).

13Parkinsonia aculeata : C’est une espèce qui résiste au gel et possède une très bonne résistance à la sécheresse. Elle est conseillée pour la plantation en milieux arides et désertiques.

14Atriplex sp. : Dans le reboisement de Chamsa, deux espèces d’Atriplex ont été utilisées. Il s’agit de (i) Atriplex nummularia qui se développe sur le sol bien drainé, même sableux ou salin. Cette espèce est adaptée à la sécheresse et offre une bonne résistance au froid, (ii) Atriplex halimus qui une espèce halophyte. Cette espèce se développe sur les sols mal drainés et supporte parfaitement la sécheresse.

15Simmondsia chinensis : C’est le jojoba. C’est une espèce d’arbuste de la famille des Simmondiacées. Cette espèce est originaire des déserts de l’Arizona et du Mexique et elle est cultivée pour divers produits et en particulier pour la cire appelée communément huile de Jojoba qui est contenue dans ces graines. Cette espèce est encore appelée Or du désert du fait qu’elle pousse dans les lieux arides, en plein soleil. Son feuillage rappelle celui de l’olivier. Son port arrive à 2, 5 m à l’état naturel, mais on estime que ses racines sont très longues, pouvant aller jusqu’à 30 m ou plus, ce qui lui permet d’aller chercher l’humidité très loin et très profondément dans le sol.

16Eucalyptus sp. : C’est un genre comprenant un très grand nombre d’espèces qui sont assez adaptées aux sols mal drainés et à la sécheresse. Nous allons en parler plus loin.

17Casuarina glauca : C’est une espèce originaire d’Australie qui possède une remarquable faculté d’adaptation à des sols difficiles, pauvres en éléments minéraux. Elle tolère le calcaire, le sel et le froid. Elle est utilisée également dans les programmes de réhabilitation des sols pauvres et pour freiner l’avance des dunes de sables et la remontée des sels. En agroforesterie, cette espèce a été utilisée d’abord comme brise-vent. Par la suite, son utilisation a été élargie au peuplement forestier et à l’exploitation pour le bois.

18Tamarix aphylla : C’est une espèce que l’on trouve dans tout le Sahara sauf dans la partie occidentale. Elle est d’origine saharo-arabique. La taille de cette espèce peut aller de 2 à 8 mètres. Le bois est utilisé pour faire des zériba (huttes, abris). L’espace est souvent utilisée en brises vent ou en palissades. Les produits, et en particulier, les graines sont utilisés par les populations pour diverses choses (tannage, pharmacopée traditionnelle, etc.).

19Les plantes installées dans ce reboisement ont été suivies régulièrement. Des relevés ont été effectués sur le taux de survie moyen ainsi que sur son coefficient de variation.

20Le comportement morphogénétique des plantes a été caractérisé par plusieurs mesures relatives à la croissance, notamment en considérant la hauteur des plantes et le diamètre. Un suivi a été également réalisé concernant l’évolution du sol, la qualité des eaux et le recouvrement sableux du milieu.

21Compte tenu de l’interprétation des résultats observés, les conclusions tendent à montrer, qu’en ce qui concerne l’adaptation aux conditions sahariennes qui caractérisent le milieu de Chamsa, Prosopis vient entête, suivi à la fois en second lieu par Acacia horrida, Eucalyptus sp ; et Parkinsonia aculeata.

Résultats des essais d’introduction du genre Eucalyptus et adaptation à l’aridité

22Des efforts de reboisement sont menés en Tunisie en vue d’améliorer la couverture végétale dans le pays. Le taux de couvert végétal, de moins de 4, 5 % de la superficie totale du pays à l’époque de l’indépendance, s’élève aujourd’hui à 12, 8 % de la superficie du pays. Ce taux devra atteindre, selon les prévisions du XIe Plan, 16 % en 2011.

23Le matériel végétal utilisé et mis en observation dans des arboreta dispersés sur tout le pays est constitué de 208 espèces dont 117 appartiennent au genre Eucalyptus. Ce genre a montré, dans tous les projets du Programme National de Reboisement, du fait de sa grande variabilité intra générique, une souplesse adaptative qui lui confère une plasticité considérable de l’aptitude adaptative aux différents écosystèmes du pays.

24On note, en particulier, une adaptation dans cinq stations du Sud du pays caractérisées par une pluviométrie allant de 233 à 89 mm par an, sur sols gypseux, calcaires, sableux ou salés. Ces stations sont situées dans un milieu saharien et plusieurs espèces du genre Eucalyptus se sont classées en tête pour ces milieux en affichant les meilleures performances.

25Voici selon la liste des stations, les espèces désignées pour la meilleure adaptation aux conditions sahariennes :

26Souaï-Ben Nsib : Eucalyptus torquata, E. microtheca, E. lessoueffi, E.occidentalis. Méthouia : Eucalyptus astringens

27Zrig Barania : Eucalyptus occidentalis, E.astringens, E. salmonophloa, E. gracilis. Bouhedma : Eucalyptus microtheca

28Khbaiet : Eucalyptus astringens, E.gracilis, E. occidentali, E. salmonophloa

29Ces résultats soulignent la grande variabilité intra-générique et les potentialités adaptatives du genre Eucalyptus aux conditions sahariennes et présahariennes.

La souplesse adaptative du genre Atriplex

30Atriplex est le nom d’un genre de plantes de la famille des Chenopodiacees, ou des Amaranthacees selon la classification phylogénétique, comprenant environ une centaine d’espèces des régions tempérées et chaudes.

31Cette partie repose sur une grande série de travaux conduits en Tunisie sur le genre Atriplex et plus particulièrement sur la richesse spécifique, sa répartition éco-géographique. En effet, le genre Atriplex contient un nombre élevé d’espèces naturelles constituées en peuplements dans les parcours pastoraux et les basses steppes. On constatera, sur la carte du pays, que l’espace saharien de la Tunisie méridionale est concerné par différentes espèces du genre Atriplex.

  • Atriplex halimus, qui est une espèce d’une souplesse adaptative considérable et dont les diverses populations naturelles se retrouvent pratiquement dans tous les biotopes du pays

  • Atriplex dimosphostegia et Atriplex mollis que l’on ne retrouve que dans les Milieux sahariens dunaires à moins de 89 mm d’eau de pluie par an.

32Les études quantitatives conduites en pépinière et en micro-essais ont montré une grande variabilité des populations collectées dans tous les milieux. Cette variabilité caractérise la plupart des caractéristiques morphogénétiques et les composantes du rendement (hauteur, nombre de ramifications, biomasse exprimée en poids de matière verte et de matière sèche etc.). Cette variabilité constitue un potentiel adaptatif qui pourrait déboucher sur une sélection de populations ayant une aptitude à s’acclimater aux conditions sahariennes optimisées.

Bibliographie

Bezzaouia, M.A. : 1993 : Diversité génétique, répartition et adaptation au niveau du genre Atriplex, L. : cas d’espèces en Tunisie. Diplôme d’études approfondies, Faculté des Sciences de Tunis.

Bezzaouia, M.A. et Chalbi, N. - 1995 : Polymorphisme et répartition d’espèces du genre Atriplex en Tunisie ; cas d’Atriplex halimus ; Ve Journées du Réseau Biotechnologies et Génie génétique des Plantes de l’UREF ; Dakar, 13-15 décembre.

Bezzaouia, M.A., Chalbi, N. et El Gazzah, M. 1995 : Méthodologie d’estimation des indicateurs métriques du polymorphisme dans les populations d’Atriplex halimus (L.) de Tunisie ; Bull. Soc. Sci. Nat. Tunisie 94/95, t 24 ; 24-26.

Hachicha and al., 2008 : Valorisation forestière des eaux de drainage salées dans un contexte tunisien oasien désertique ; Actes des journées scientifiques de l’INRGREF, Hammamet 11, 12 et 13 novembre, 2008 La biodiversité dans les aires protégées, Annales de l’INRGREF, 12, numéro spécial ; pp. 453-476, 2008.

Khouja, M.L. and al., 2001: Results of the Eucalyptus Introduction Trials in Tunisia; Proceedings of the International Conference Eucalyptus in the Mediterranean Basin; perspectives and utilization; october 15-19, 2000; Taormina, Italy.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Faculté des Sciences de Tunis, Campus Universitaire, 2091, Tunis
216-98-262 032
noureddinechalbi@yahoo.fr

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540