Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie I. Espèces végétales de la Grande Muraille Verte

Espèces prioritaires et options agroforestières pour la mise en valeur de la Grande Muraille Verte

Mahamane Larwanou

Résumé

Le Sahel connaît des sécheresses périodiques qui peuvent durer des années consécutives et entraîner la famine ; la saison sèche dure 9 mois par an. La pression foncière, liée à la démographie qui augmente rapidement, a entraîné la dégradation des sols et du couvert végétal, notamment les arbres qui ont toujours constitué des sources de sécurité alimentaire, nutritionnelle et économique. Depuis des années, des travaux de recherche ont été conduits au Sahel afin d’intégrer les connaissances paysannes dans le choix des espèces et aussi dans l’amélioration des techniques et technologies utilisées par les paysans dans la gestion de l’environnement et l’amélioration de leurs conditions de vie.
Sur la base de ces travaux, un certain nombre d’espèces ligneuses prioritaires ont été définies ainsi que les technologies agroforestières prometteuses. Certaines des espèces identifiées sont : Adansonia digitata, Vitellaria paradoxa, Parkia biglobosa, Tamarindus indica, Moringa oleifera et Ziziphus mauritiana. Ces espèces non seulement sont alimentaires mais procurent des revenus aux populations tout en préservant l’environnement. En plus, des techniques et technologies permettant leur gestion et assurant la diversification des cultures y ont été proposées. L’intégration de ces espèces et les technologies proposées pourraient contribuer à mieux prendre en compte la préoccupation des producteurs dans la mise en place de la Grande Muraille Verte.

The Sahel region is known to have periodic droughts lasting for consecutive years and leading to famine; the dry season could last up to 9 years. Land pressure due to increase in human population has led to soil and vegetation cover degradation, especially trees which constitute sources of food, nutritional and economic security. For many years, research works have been conducted in the Sahel in order to integrate farmer’s knowledge in the selection of tree species and also in improving the techniques and technologies used by farmers in environmental management and improvement of their wellbeing.
Results from these research works have defined some priority tree species as well as promoting agroforestry technologies. Some of these tree species are: Adansonia digitata, Vitellaria paradoxa, Parkia biglobosa, Tamarindus indica, Moringa oleifera and Ziziphus mauritiana. These species, not only are food for local populations abut also constitute source of revenues and play a vital role in environmental protection. In addition to that role, techniques and technologies for management of these species in parklands and ensuring the crop diversification were proposed. The integration of species and the proposed technologies could contribute to taking into account the concerns of local populations in the establishment of the great green wall.

Texte intégral

Introduction

1Les pays sahéliens sont caractérisés par de faibles revenus, une démographie galopante et une insécurité alimentaire généralisée. Une grande croissance démographique, les périodes de sécheresse fréquentes et prolongées, une pauvre régénération naturelle des parcs agroforestiers font que les Sahéliens exercent une forte pression sur les écosystèmes conduisant généralement à une surexploitation et à une forte dégradation des ressources agroforestières (Vanderbelt, 1992).

2La conséquence immédiate est une perte de la biodiversité agroforestière qui compose ces écosystèmes naturels, spécialement les espèces fruitières adaptées aux conditions du Sahel.

3Pour les 50 millions de personnes vivant au Sahel, le grand défi est simplement comment se nourrir et améliorer leurs conditions de vie. La pauvreté est partout dans les pays sahéliens avec un revenu en dessous du seuil de pauvreté. À l’exception du Sénégal, tous les pays sahéliens sont classés comme « sous-développés » et la plupart sont en dernière position sur le tableau de l’indice du développement humain. L’insécurité alimentaire, la malnutrition et la dégradation de l’environnement sont endémiques en milieu rural où vive la majorité des pauvres. La forte pression due à l’augmentation de la population exacerbe la base de la pauvreté et la dégradation des ressources naturelles ; cela est justifié du fait de la déforestation, la perte de la biodiversité, la réduction de la taille des champs par ménage, la baisse de la fertilité des terres et la réduction de l’emploi local.

4Le défi qui est le nôtre est d’appliquer et intégrer la science avec les connaissances locales dans le souci d’améliorer les conditions de vie et de production des ménages d’une manière durable, en les permettant d’avoir accès à une alimentation suffisante et équilibrée tout en améliorant leurs revenus. Améliorer la productivité des aliments de base comme le mil ou le sorgho, ne permettra ni d’atteindre le besoin de subsistance et encore moins leur permettre d’avoir des opportunités de sortir du cycle vicieux de la pauvreté (Akinnifesi et al., 2000a).

5Par conséquent, tout effort sur le terrain – susceptible de contribuer directement à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de l’utilisation des terres, protégeant les ressources naturelles fragiles et luttant contre la désertification – est urgent et crucial pour l’avenir et la survie des habitants du Sahel.
La présente communication s’insère dans ce cadre.

Espèces agroforestières prioritaires

6La majorité des pauvres agriculteurs sahéliens pour lesquels, l’insécurité alimentaire et la malnutrition chronique sont les maux quotidiens, les fruits et les autres produits locaux provenant des espèces agroforestières locales, constituent des sources riches et moins coûteuses sur lesquelles les couches les plus vulnérables (femmes et enfants) survivent. La contribution des fruits locaux sauvages et les feuilles (riches en minéraux, vitamines et les acides aminés) à la nutrition est importante principalement en période de soudure (fin de saison sèche et début de la saison hivernale) ainsi que pendant les grandes périodes de sécheresse.

7Connaissant l’importance de ces espèces locales, l’ICRAF, en collaboration avec les systèmes nationaux de recherche agronomiques (SNRAS), (ISRA au Sénégal, IER au Mali, INERA au Burkina Faso et INRAN au Niger), a entrepris en 1995 dans des systèmes d’utilisations des terres de ces 4 pays un exercice extensif de priorisation participative. Cet exercice a impliqué des producteurs, les agents de vulgarisations de ces pays. A la fin de cet exercice, 15 espèces prioritaires ont été choisies par les paysans (tableau 1).

8Parmi ces 15 espèces, les plus citées dans les 4 pays sont : le baobab (Adansonia digitata), le karité (Vitellaria paradoxa), le néré (Parkia biglobosa), le tamarin (Tamarindus indica) et le jujubier (Ziziphus mauritiana).

9Ces espèces ont été choisies à cause de leurs potentialités alimentaires et nutritionnelles ainsi que pharmacologiques et génératrices de revenus.

10Adansonia digitata : la pulpe blanche extraite des fruits de baobab est utilisée dans une gamme de boissons fraiches ou chaudes. Ces extraits sont très riches en vitamines C évaluée à plus de 10 fois que la teneur des oranges alors que les graines aussi contiennent de l’huile consommée par l’homme et riche en d’autres éléments.

Tableau 1

Tableau 1

Les 15 espèces classées premières dans les 4 pays du programme sahélien d’agroforesterie Espèces déterminées à partir des enquêtes réalisées auprès des paysans en utilisant les directives de ICRAF-ISNAR pour la définition des priorités (Franzal et al., 1995) ; seules 14 espèces ont été mentionnées au Sénégal
a = espèces exotiques

11Les feuilles de baobab sont utilisées fraiches ou sèches, riches en carotène beta, vitamines A, calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse, molybdène, phosphore et zinc.

12Vitellaria paradoxa : L’huile de cette espèce est utilisée dans la cuisine, la fabrication des savons, le cosmétique et dans les industries de chocolaterie. Elle est riche en vitamines A, D, E et F et a des qualités hydratantes, protectives et curatives.

13Parkia biglobosa : les grains de néré sont fermentés pour faire du soumbala, un produit avec une bonne flaveur et utilise pour manger le met local au Sahel (Touwo) fait à base du sorgho, du mil ou du maïs. Elle est riche en protéine, lipides, acide linoléique, et la vitamine B2 et commercialisée dans les marchés urbains. La poudre sèche est riche en carotène alpha et beta. La pulpe jaune de la gousse est mangée crue, sous forme de gâteau, utilisée dans les boissons et est riche en énergie.

14Tamarindus indiça : la pulpe du tamarin est utilisée dans une gamme de produits industriels et domestiques comme les jus, l’infusion, sirop, etc. C’est aussi un bon ingrédient dans les préparations culinaires. Les graines grillées sont consommées ainsi que les feuilles et les fleurs. Autres produits très utilisés dans l’industrie alimentaire est la poudre du tamarin qui contient 50 % de gomme et 100 % de gomme polysaccharide de tamarin (Vantomme, 1996).

15Ziziphus mauritiana : les fruits du jujubier sont consommés frais ou séchés, bouillis avec du riz ou du mil, gâteau, jus, etc. une forte variation a été mise en évidence en termes de valeur nutritionnelle des fruits du jujubier ; d’une manière générale, les fruits sont riches en sucre, vitamines C et A, carotène, calcium et magnésium.

16Ces espèces sont économiquement importantes tant au niveau local que national.

17D’après Lamien et al 1996, les amandes de karité sont vendues à US$ 150 par tonne au Burkina Faso en 1994-1995 et génèrent un revenu de US $ 20-35 par ménage chaque année (Boffa et al., 1996). Le prix des amendes du karité, fabriqué localement offre des produits avec des valeurs ajoutées comme beurre et huile qui sont commercialisés sur le plan international pour les cosmétiques, les buts pharmaceutiques et l’alimentation.

18Une augmentation du revenu des ménages de US$ 270 est obtenue chaque année à travers la vente des fruits du néré (ICRAF, 1997). Bonkoungou (1995) a indiqué une revenue de US$ 55 par ha et par an pour un champ avec 8 arbres de V. paradoxa et P. biglobosa à l’hectare.

Technologies agroforestières prometteuses

19Plusieurs technologies agroforestières ont été développées ou améliorées sur la base des pratiques paysannes et se sont avérées très prometteuses au Sahel en particulier et dans les zones arides en Afrique d’une manière générale. Certaines de ces technologies sont :

Les banques alimentaires à base de ligneux

20Cette technologie innovatrice se compose des arbres cultivés de baobab et de moringa dans des parcelles semées, fertilisées et irriguées pour la production intensive et pendant toute l’année de feuilles fraîches. Le travail sur la production végétale de baobab intensif a commencé en 1995 par l’ICRAF et l’INRAN au Niger. Il a été utilisé des approches participatives de recherches et de développement avec des études socio-culturelles et économiques (croyance et perceptions du paysan). La technologie a été développée pour permettre aux ménages ruraux d’atténuer ou de réduire le coût annuel de subsistance. Cependant, une demande continue des feuilles, couplée avec la préférence du consommateur pour les feuilles fraîches, indique que les banques alimentaires à base de ces deux espèces ligneuses offrent des possibilités intéressantes du marché pour générer des emplois et des revenus aux producteurs ruraux.

21Dans une grande partie du Sahel, et en particulier au Mali (les communautés de bambara, de Manding et de Soninke), au Burkina Faso (les Mossi), au Niger (les Djerma), les feuilles du baobab et du moringa sont consommées chaque jour sous forme de sauces avec les repas à base de céréales (Larwanou et al. 2003) ou sous forme de décoction. La consommation annuelle des feuilles sèches du baobab est estimée à 100 kg par personne par an. Au Mali, par exemple, les ménages dépensent environ 20.000 FCFA annuellement sur le baobab part. Les feuilles sont récoltées pendant 3-4 mois de saison des pluies, séchées et stockées pour être utilisées pendant 8-9 mois de saison sèche. Les feuilles fraiches de baobab sont également une source de vitamine A, indispensable pour la croissance et la vue humaines, et souvent déficiente dans le régime alimentaire dans l’ensemble de l’Afrique. Le séchage des feuilles de baobab réduit la teneur en vitamine A. Ainsi les jardins de baobab verts pendant toute l’année permettront de maintenir la teneur alimentaire en vitamine A et permettront de générer des emplois et des revenus aux populations rurales pauvres.

22Un travail pilote a montré que les producteurs, particulièrement les femmes, adoptent la technologie rapidement quand le matériel végétal de haute qualité est disponible. Par exemple dans la région de Segou, plus de 300 producteurs ont adopté (plantation, récolte et consommation) les banques alimentaires à base de baobab entre septembre 2000 et mai 2001 après l’essai au champ et la diffusion de bas niveau. Ce travail a été dirigé par l’ONG APSRU et un projet de l’USAID de l’Office du Riz de Segou. En plus, l’analyse socio-économique et les études d’adoption montrent que la technologie est profitable et a une forte chance d’adoption une fois disséminée dans les secteurs avec la possibilité d’irrigation, une demande élevée des feuilles de baobab. Pour accélérer l’adoption de la technologie, il est envisagé des endroits irrigués, les zones de maraîchages et de cultures de contre-saison, les zones urbaines et péri-urbaines et les zones de grande demande de consommation.

Cultivars améliorés de jujubier

23Les cultivars domestiqués et améliorés de Ziziphus (Seb, Gola et Umran, Katley, etc.) produisent de gros fruits, 19 grammes par rapport à 2 grammes du jujubier local (Zizizphus mauritiana). Ils produisent également le fruit plus tôt, seulement pendant six mois après greffe (ICRAF, 1999).

24L’étude sur le Ziziphus a commencé en 1998 en collaboration avec l’INRAN avec des cultivars indiens greffés sur l’espèce locale. Trois cultivars (Seb, Gola et Umran) donnent bien en termes de production de fruits. En 1998, des matériels améliorés ont été distribués à 4 associations de développement pour tester au champ les stratégies de gestion. Une évaluation économique conduite en 2001 avec une évaluation des perceptions des producteurs a indiqué que ces derniers préfèrent le seb et l’umram en termes de production de fruit, goût et revenus générés. La demande de ces variétés est importante. L’année dernière, 3 000 jeunes plantes ont été distribuées à 25 associations de développement. Au Mali, la vente du jeune plant du cultivar amélioré génère $ 2-3 par plant aux producteurs. La demande est très importante à Bamako, à Dakar à Niamey et à Ouagadougou où la radio et les programmes de TV ont diffusé l’information au sujet des nouvelles technologies.

25Dans l’ensemble de l’Afrique subdésertique, les fruits de Ziziphus sont mangés secs ou frais, bouillis avec du riz ou le mil. Ils sont également préparés sous forme de pain sec ou transformés en des gelées, des confitures et des conserves au vinaigre. Le tableau 2 décrit l’impact économique potentiel de transférer les cultivars améliorés aux producteurs. En 2 ans, il est attendu que 10 cultivars améliorés de Ziziphus peuvent augmenter le revenu de ménage au Mali par exemple d’environ 28 000 CFA ou $ 35 en considérant une période de fructification par an. Dans de bonnes conditions de gestion, ces cultivars produisent continuellement toute l’année. La production accrue de fruit peut diminuer les prix mais les études ont montré que les marchés absorbent des augmentations considérables de production, particulièrement pour des fruits d’une grande taille et de haute qualité, comme ceux des cultivars proposés.

Tableau 2

Tableau 2

Évaluations de la production des cultivars de Ziziphus sous différentes stratégies de gestion (fertilisation et irrigation) et revenu annuel brut estimé de la vente des fruits

Banque fourragère à base de ligneux

26La technologie de banque fourragère à base de ligneux a été développée en collaboration avec l’INRAN, suivie des études de gestion et des essais d’alimentation en utilisant les 2 espèces les plus prometteuses : Kigelia africana et Bauhinia rufescens. La technologie banque fourragère à base de ligneux est constituée par des arbres plantés à un écartement de 2,5 m x 2,5 m des jeunes plants et gérés à une hauteur de 50 cm. Cette banque fourragère à base de ligneux produit de grandes quantités de fourrage feuillu frais en pleine saison des pluies (6,4 –9,1 t/ha de MS) et pendant la saison sèche entre mars et juin (0,5 – 2,0 t/ha de MS). Cette technologie a été développée pour adresser une des contraintes les plus importantes à la production animale dans le Sahel, manque de fourrage de qualité pendant la saison sèche. Le bétail joue un rôle important dans le système d’utilisation des terres au Sahel, contribuant jusqu’à 71 % de revenu en espèces pour les producteurs. Pendant la saison sèche, les herbes normales n’ont presque aucune protéine digestible et une teneur en minéraux très basse.

27Les enquêtes conduites dans les villes maliennes par exemple ont évalué le potentiel du marché (demande et prix) pour la production de fourrage dans les systèmes urbains et péri-urbains. Entreprises pendant la saison sèche, ces études montrent une demande élevée de fourrage dans des secteurs urbains, en particulier à Bamako. Les évaluations hebdomadaires des revenus bruts par fournisseur des ventes des feuilles fraîches de Pterocarpus erinaceus étaient de $ 30-$ 57. Environ 357-1 406 tonnes de fourrage d’arbre de Pterocarpus erinaceus sont récoltées tous les ans des peuplements naturels autour de Bamako. Ceci est comparé aux 7 500-8 000 tonnes de fourrage d’arbres requises pour nourrir les 11 000 moutons estimés à Bamako. En fait, le potentiel du marché du fourrage est énorme pour la plupart des villes sahelienne car les gens élèvent et engraissent de petites quantités pour des buts socio-culturels et religieux.

28La principale contrainte d’une large adoption de la technologie banque fourragère est celle de la protection contre les animaux en constante divagation.

Tableau 3

Tableau 3

Les espèces prometteuses pouvant servir de banques fourragères dans différentes conditions pédologiques et pluviométriques au Sahel

29Récemment, la technologie a été modifiée pour accélérer l’adoption. La hauteur de coupe a été rehaussée pour atteindre des hauteurs inaccessibles aux animaux. Pour le taux d’adoption de la technologie, ce projet cible les endroits protégés dans les secteurs où la croissance des systèmes urbains et peri-urbains de production animale est intensive. Suivant les types de sols et les conditions climatiques, un certain nombre d’espèces ont été suggérées (Tableau 3).

Haies vives

30Ce sont des rangées d’arbres plantés autour des champs capables de fournir une barrière efficace et durable en l’espace de 2 à 3 ans. Ces haies vives permettent ainsi aux agriculteurs d’économiser le temps qu’ils consacrent auparavant à la collecte de matériaux et à la construction de haies mortes. Après sélection des espèces, les plus performantes sont : Acacia senegal, Acacia raddiana, Acacia nilotica, Acacia laeta, Bauhinia rufescens, Acacia macrostachya, Ziziphus mauritiana et Acacia mellifera.

Plantations d’arbres le long des courbes de niveau

31Il s’agit de plantations de diverses espèces le long des courbes de niveau ou sur des diguettes existantes, destinées à lutter contre l’érosion hydrique provoquée par les pluies torrentielles et les effets dévastateurs des vents. Les espèces les plus prometteuses sont Pterocarpus erinaceus, Bauhinia rufescens, Piliostigma reticulata, Acacia seyal et Acacia colei et A. holosericea.

Jachères améliorées

32Il s’agit de planter des espèces agroforestières à croissance rapide capables de produire une importante biomasse foliaire de qualité sur une période d’un à deux ans afin de restaurer la fertilité du sol et d’augmenter d’une façon significative les rendements des cultures. D’après les résultats obtenus au Mali, les espèces les plus performantes sont : S. sesban, A. angustissima, S. spectabilis et G. sepium avec des rendements de sorgho de l’ordre de 2 000 kg /ha comparés à 500 kg/ha obtenus avec le témoin (culture continue).

Transferts de biomasse

33Cela consiste à collecter et à transférer la biomasse foliaire d’espèces agroforestières sur une parcelle de culture et de l’utiliser comme engrais vert ou paillis. Les recherches effectuées sur le transfert de biomasse de plusieurs espèces agroforestières rencontrées dans les sites maraichers de Bamako ont fait ressortir des augmentations de rendement de plus de 100 % en utilisant l’engrais vert du Tithonia diversifolia sur la laitue, le gombo, le maïs et les amaranthus. Des augmentations de rendement de plus de 60 % ont été obtenues sur le mil avec les feuilles du Prosopis africana comme engrais vert en saison pluvieuse au Niger (Larwanou et al., 2007).

Régénération naturelle assistée (RNA)

34Le problème de la disparition des arbres ou perte du couvert arboré au Sahel, a été abordé à travers la promotion de la régénération naturelle assistée. C’est une méthode agroforestière dans laquelle les rejets naturels des souches après coupe sont gérés par les paysans (Larwanou et Saadou, 2006). La RNA se base sur la souche existante dans le champ à reverdir. Les nouveaux rejets sont sélectionnés et élagués pour améliorer la croissance à partir des souches. La pratique conventionnelle des paysans était de couper systématiquement les rejets lors de la préparation des champs. Avec un peu d’imagination, ces rejets de souches pourraient être valorisés sans porter préjudice au développement des cultures mais au contraire accroître la production. Ici, tous les rejets de la souche sont coupés excepté un. Les branches latérales sont coupées jusqu’à la tige principale. Ce rejet épargné pourrait se développer pour donner un bon arbre.

35On pourra gagner plus en épargnant 5 ou plus de tiges saines (Larwanou, 2008). Les tiges indésirables sont coupées. Dans ce cas, si le paysan veut du bois, il pourra couper certaines et laisser les autres poursuivre leur croissance. Ces tiges restantes pourront grandir et ajouter de valeur chaque année, protègeront l’environnement et produiront des produits et services comme le fourrage, litière, habitat pour des animaux sauvages et protection contre le vent et le soleil.

36La RNA présente beaucoup de bénéfices dont entre autres :

37La nutrition humaine : beaucoup d’espèces régénérées (Balanites aegyptiaca, Boscia senegalensis, Ziziphus spp, Annona senegalensis, Sclerocarya birrea, Tamarindus indica, etc.) offrent des fruits et feuilles pour la consommation humaine. Certaines de ces espèces sont celles de famine ou de soudure et d’autres consommées tout le long de l’année. Dans beaucoup de cas, les fruits et les feuilles de certaines espèces étaient les seules sources alimentaires qui ont épargné des communautés de la famine.

38L’économie locale : en un an de RNA, le bois de chauffe pourrait être collecté par élagage. La seconde année, les branches coupées sont assez grosses pour la vente. En 5 ans de RNA, un paysan pourra vendre plus de 100 000 FCFA de bois pour le bois de chauffe et de service. Donc, les bénéfices augmentent avec l’âge de la RNA. Ceci n’était pas possible avant l’introduction de la RNA.

39La RNA allège le problème de bois de feu et de construction : avant la pratique de la RNA, les paysans avaient des difficultés à obtenir du bois pour la construction des maisons et des greniers. A partir de la première année de pratique de la RNA, l’élagage permet d’avoir du bois de chauffe. Les femmes ne vont plus perdre de temps pour la collecte du bois de chauffe. Aussi, les résidus de récolte et les bouses de vache ne seront plus utilisés comme combustibles et pourront servir pour enrichir le sol et ainsi rehausser le niveau de fertilité des sols.

40La nutrition animale : beaucoup d’espèces ligneuses produisent du fourrage aérien de qualité notamment les feuilles et les gousses qui étaient jadis très recherchées. Il est courant de voir des animaux à bon point dans les brousses et cela a augmenté le nombre de bœufs de trait et facilité l’adoption et la pratique de la culture attelée. Les paysans qui épargnent des arbres avec une forte densité et en particulier des espèces comme Faidherbia albida, Prosopis africana, etc., obtiennent du fourrage pour leurs animaux et même de surplus pour vendre.

41La santé et le taux de survie des animaux : il y a une réduction de la mortalité des jeunes animaux car les mères ont suffisamment de lait pour les nourrir. Ces animaux ne souffrent pas beaucoup pour l’obtention du fourrage aérien des ligneux.

Quelques opportunités pour ces espèces et options proposées

42- Les opportunités clés du marché pour les technologies agroforestières proposées sont : une gamme de marchés, les pépiniéristes privés, les transformateurs des produits post-récolte et les nouveaux produits. Les marchés sont d’ordre régional, national et local.

43- Un environnement politique favorable pour les technologies proposées. Au Sahel, ces technologies sont soutenues par le développement et l’exécution des politiques de décentralisation, qui placent la gestion des ressources naturelles, y compris la foresterie et les ressources agroforestières, sous la responsabilité des communautés locales. Confrontés à la dégradation rapide des formations naturelles et des ressources agroforestières provoquant la perte de la biodiversité, à la réduction de la productivité des terres et en plus de l’insécurité alimentaire et environnementale, la plupart des gouvernements qui se sont succédé au Sahel, ont adopté des stratégies de politique de développement visant à lutter contre la dégradation des terres, en conservant et en augmentant la biodiversité, allégeant la pauvreté et augmentant le revenu des producteurs ruraux. La plus grande priorité est accordée au secteur forestier avec le développement des plans d’action forestiers et de modification du code forestier pour accroître la participation des populations rurales, y compris le secteur privé, dans la protection et la gestion des agrosystèmes, particulièrement le système agroforestier (Larwanou, 2003). Avec le développement et l’exécution des programmes d’ajustement du secteur agricole au Sahel en général et sa libéralisation tout en le restaurant, ces mesures visent à améliorer la productivité et la compétitivité. Le programme d’allègement de la pauvreté a été développé au Sahel pour stimuler la croissance forte et durable par l’exécution des activités participatives entre les secteurs.

44- Opportunités complémentaires pour les technologies proposées

45Les opportunités complémentaires comprennent : les marchés urbains naissants et croissants pour les fruits frais, les légumes et les produits d’alimentation du bétail. Les populations urbaines croissantes estimées à 18 % au Niger ont occasionné une demande élevée des fruits et des légumes qui doivent être produits dans les jardins péri-urbains. Une autre opportunité complémentaire est la prévalence des communautés rurales et les industries privées de transformation et de conservation des produits alimentaires (conserves). La prévalence des industries laitières autour des centres urbains présente une réelle occasion de l’acceptation de la technologie qui donne un fourrage de qualité. Cela est particulièrement vrai du fait que la demande de l’alimentation du bétail est loin d’être atteinte.

46En plus, les technologies agroforestières proposées offrent des opportunités intéressantes considérables pour réduire le risque auquel font face les producteurs. Premièrement, les haies vives défensives offrent une protection complète que les haies mortes qui sont détruites par des insectes et ont besoin d’entretien et de remplacement annuels. Deuxièmement, les fruits aident à diversifier des sources de revenu des producteurs, réduisant le risque (la réduction de la période de fructification réduit également les risques). Troisièmement, les banques alimentaires à base de ligneux réduisent le risque de la mort du bétail en fournissant l’alimentation pendant des périodes de soudure.

Conclusion

47La stratégie qui sera utilisée pour assurer une réussite dans la mise en valeur de la Grande Muraille Verte doit se baser sur l’expérience séculaire des paysans sahéliens en matière d’entretien des arbres dans les champs et intégrera cette tradition dans le nouveau contexte de la région, avec ses problèmes urgents, mais qui peuvent être résolus. En fait, nous apprenons des paysans – qui ont toujours réagi à ces changements dans leurs environnements physiques et socio-économiques et saisi les occasions offertes par l’agroforesterie comme une alternative en matière d’utilisation des terres, pour aider à garantir les moyens d’existence des populations du Sahel, au cours du prochain millénaire. Ces espèces et options agroforestières proposées constituent une contribution basée sur les expériences réussies de leur application.

Bibliographie

Akinnifesi, F. K., Simons A. J. and Kwesiga F. R. (2000a). Strategies for Domesticating Indigenous Miombo Fruit Trees in Southern Africa. Proceedings 1st International Workshop on Fruit and Tree Crops, Mangochi Malawi, 10-15 December 2000.

Boffa, J. M., Yaméogo, G., P. & Knudson, D. M (1996): Shea nut (Vitellaria paradoxa) production and collection in agroforestry parklands of Burkina Faso. In R. R. B. Leakey, A. B. Temu, M. Melnyk & P. Vantomme, eds., Domestication and commercialization of Non-Timber Forest Products in Agroforestry Systems Non_Wood Forest Products, 9: 110-122. Rome, Fao.

Bonkoungou, E. G. (1995) : Pratiques agroforestières traditionnelles et gestion des ressources naturelles dans les zones semi-arides de l’Afrique de l’Ouest. In: Proceedings of the International Workshop for a Desert Margins Initiative, ICRISAT, Hyderabad, India.

Franzel S, Jaenicke H, Janssen WD (1996): Choosing the right trees: setting priorities for multi-purpose tree improvement. ISNAR Resesarch Report No. 8. The Hague: ISNAR. 87 p.

ICRAF (1995) : Annual Report 1994. Nairobi ; 157 p.

ICRAF (1995) : L’agroforesterie pour la gestion des ressources naturelles et une production durable dans le Sahel : une stratégie de recherche, Nairobi.

ICRAF (1998) : Annual Report : 1997. Nairobi. 135 p.

ICRAF (1999): Agroforestree Data Base: http://198.93.235.8/cfdocs/examples/treessd/databases.htm

Lamien N., Sidibé A. and Bayala J. (1996): Use and commercialization of non-timber forest products in western Burkina Faso. Domestication and commercialization of Non-Timber Forest Products in Agroforestry systems. Eds. R. R. B Leakey, A. B. Temu and M. Melnyk, Non-wood Forest Products N° . 9, FAO, Rome Italy, pp. 51 – 63.

Larwanou, M, Abase, AT, Niang, A et Djibo, A 2003 : Systèmes de production du Moringa oleifera le long du fleuve Niger : Quelles perspectives pour leur amélioration ? Sustainable Agriculture Systemsfor the Drylands. Proceedings of the International Symposium for Sustainable DrylandAgriculture Systems. 2-5 December 2003. Niamey, Niger. ICRISAT. 162-263 p.

Larwanou, M (2003) : La gestion des parcs agroforestiers au Niger : Analyse des facteurs socio-politiques et institutionnels sur leur dynamisme de la période pré-coloniale à nos jours (cas du système fleuve). Rapport technique de la bourse de recherche ICRAF/CRDI. 26 p.

Larwanou M. et Saadou M., (2006). Évaluation de la flore et de la végétation dans certains sites traités et non traités des régions de Tahoua, Maradi et Tillaberi, CRESA, Niamey« études sahéliennes », 90 p.

Larwanou, M., Harouna, N. A., Abasse, T. et A. Niang (2007): Prosopis africana (Guill., Perrot et Rich.) Taub and Entada africana (Guill. et Perrot.) leaf litter decomposition and impact of biomass transfer on millet (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.) growth and development on station in Niger; In: A. Bationo (eds.), Advances in Integrated Soil Fertility Research in Sub-Saharan Africa: Challenges and Opportunities, 815–825; 2007 Springer.

Larwanou, M (2008) : Les techniques de régénération naturelle assistée au Sahel. Manuel de formation à l’intention des agents de vulgarisation et des producteurs sahéliens. Faculté d’Agronomie, Université Abdou Moumouni de Niamey. 18 p.

Vandenbelt, R. J. (ed) (1992) : Faidherbia albida in the West African semi-arid tropics : proceedings of a workshop, 22-26 April 1991, Niamey, Niger.

Vantomme, P. (eds) (1996): Domestication and commercilization of non-timber forest products in agroforestry systems. FAO Non-Wood Forest Products, No. 9. 297 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Les 15 espèces classées premières dans les 4 pays du programme sahélien d’agroforesterie Espèces déterminées à partir des enquêtes réalisées auprès des paysans en utilisant les directives de ICRAF-ISNAR pour la définition des priorités (Franzal et al., 1995) ; seules 14 espèces ont été mentionnées au Sénégala = espèces exotiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 2
Légende Évaluations de la production des cultivars de Ziziphus sous différentes stratégies de gestion (fertilisation et irrigation) et revenu annuel brut estimé de la vente des fruits
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 3
Légende Les espèces prometteuses pouvant servir de banques fourragères dans différentes conditions pédologiques et pluviométriques au Sahel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteur

African Forest Forum (AFF) C/o World Agroforestry Center (ICRAF)
United Nations Avenue
P.O. Box 30677 – 00100, Nairobi, Kenya
E-mail: m.larwanou@cgiar.org
Website: www.afforum.org

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540