Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mali contemporain

 | 
Joseph Brunet-Jailly
, 
Jacques Charmes
, 
Doulaye Konaté

Première partie. État, décentralisation, environnement

La crise malienne et la politisation des catégories populaires

Mahamadou Diawara

Texte intégral

  • 34 Jean-Pierre Jacob et Isaline Bergamaschi, par leurs remarques et conseils, ont contribué à amélior (...)

1Le Mali a connu une crise politique profonde consécutive à une rébellion au Nord du pays et au coup d’Etat militaire de mars 2012 qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (ATT) quelques semaines seulement avant la fin de son second et dernier mandat et alors que des élections générales étaient prévues pour le mois de mai 201234.

  • 35 La Copam était au départ dirigée par l’autre confédération syndicale, la Confédération syndicale d (...)

2Le changement intervenu à la tête de l’exécutif au Mali annonce des bouleversements au sein de la classe politique, mais aussi au plan social et économique tant ces différentes sphères sont emmêlées et les passerelles entre elles nombreuses et fréquentes. Mais, d’ores et déjà, il a eu pour conséquence une transformation dans le positionnement des acteurs sur la scène politique avec une recomposition dans le jeu politique. Face au coup d’Etat, on a pu voir émerger deux positions tranchées : les « pro-putschistes » organisés dans la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), et les « anti-putschistes » dans le Front uni pour la démocratie et la république (FDR), avec à sa tête l’un des deux grands syndicats du pays, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM)35.

  • 36 Yèrèwolo ton (ou les dignes fils) est cette association qui s’était fait remarquer après le coup d (...)
  • 37 Du nom du président du RPM, Ibrahim Boubacar Keïta (souvent désigné par ses initiales : IBK),, anc (...)

3Les anti-putschistes regroupaient tous ceux qui avaient participé de près à la gestion du pouvoir durant ces dix dernières années et qui avaient intérêt au statu quo ante. Ceux-là se recrutaient aussi bien dans le champ politique, avec comme tête de proue l’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA), l’Union pour la République et la Démocratie (URD), et le Parti pour la Renaissance Africaine (PARENA), que dans le champ social avec comme chef de file l’UNTM, mais aussi le Conseil National de la Jeunesse (CNJ), le Conseil National de la Société civile (CNSC), la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO), et bien d’autres organisations satellites liées à des partis ou bénéficiant des subsides de l’Etat. De l’autre côté, les pro-putschistes étaient ceux qui avaient été tenus à l’écart du pouvoir d’ATT et privés de tout (et parfois même de leurs droits) ou qui, volontairement, n’avaient pas frayé avec ce régime. On peut citer le parti Solidarité Africaine pour le Développement et l’Indépendance (SADI), le Rassemblement pour le Développement et la Solidarité (RDS), le parti Convention Sociale Démocrate (CDS), et des associations, comme Yèrèwolo ton36, etc. Tout aussi rapidement, une position médiane s’était également dégagée, où se retrouvaient tous ceux qui, bien qu’ayant condamné le coup d’Etat pour le principe, ne se sont affichés ni pour ni contre ses auteurs et ont essayé de se poser en conciliateurs entre ces deux positions antagoniques : la Convergence pour sauver le Mali (CSM), l’Alliance des démocrates patriotes pour la sortie de crise (APDS) et l’Alliance IBK 201237.

  • 38 L’intervention française au Mali, appelée opération Serval, a repoussé les groupes armés de Konna (...)

4Autre sujet de discorde entre les deux camps, c’est la question de l’intervention militaire au Mali pour aider le pays à libérer les deuxtiers du pays occupés par des groupes armés. Tandis que cette intervention était réclamée à Bamako par les anti-putschistes pour, disaient-ils, sécuriser d’abordles institutions de la République, elle était rejetée par la junte et les pro-putschistes au nom de la souveraineté du Mali. Après plusieurs mois d’attente et de négociations entre les autorités maliennes et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le principe de l’envoi des militaires de l’organisation sous-régionale était accepté mais pour se déployer au Nord avec juste un petit contingent à Bamako. Mais sous la menace des groupes armés décidés à prendre la ville de Mopti et de marcher sur Bamako, le Président par intérim appellera l’armée française à la rescousse, et elle arrivera dans la nuit du 11 janvier 2013 pour stopper l’avancée des groupes armés à Konna, village situé à quelques kilomètres de Mopti. Les armées françaises, africaines et malienne libèrent l’ensemble du Nord des mains des groupes armés, sauf Kidal, le fief du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le mouvement rebelle à l’origine de la crise et de l’occupation du Nord du pays par des groupes armés se réclamant du jihadisme. Ces derniers avaient commencé à appliquer la charia dans le Nord sous occupation et menaçaient de l’instaurer partout au Mali38.

  • 39 Comme nous le verrons plus loin, il s’agit par exemple de Mahmoud Dicko du HCI et surtout de Maham (...)

5Dans cette guerre des camps, la position des chefs religieux musulmans n’était pas tranchée ni homogène. Tandis que certains affichaient une neutralité bienveillante à l’égard d’un camp, d’autres essayaient, non sans mal, de ne pas exprimer leur sympathie pour des hommes politiques et appelaient à se tenir à l’écart de la politique. Sans prendre officiellement position pour ou contre le coup d’Etat entre les différents regroupements constitués, le Haut Conseil Islamique (HCI) s’est contenté au tout début de la crise d’exprimer sa satisfaction à propos de la chute d’ATT avec lequel les relations n’étaient pas très bonnes depuis le vote en août 2009 du Code des personnes et de la famille par l’Assemblée nationale. Cette situation, marquée par des tensions sociales et politiques, était propice à toutes sortes de rumeurs et d’invectives qui étaient autant de coups portés à l’adversaire pour le mettre en difficulté, le discréditer souvent avec l’appui des médias utilisés comme des instruments de désinformation et de manipulation39.

  • 40 Selon cet auteur, les expériences politiques offrent au moins trois modes de socialisation : « par (...)

6Comment les citoyens ordinaires, issus de catégories populaires se positionnent-ils face à cette crise exceptionnelle ? Comment sont-ils affectés dans leur rapport au politique par la crise ? Les situations de crises, on le sait, sont des moments propices à la politisation des individus, elles suscitent des expériences politiques qui offrent des opportunités de socialisation politique (O. Ihl, 2002)40. Par quels processus des citoyens ordinaires, au-delà de leurs compétences différenciées, ont-ils été amenés, durant cette crise, à s’intéresser, par la rumeur et la discussion, à la politique instituée ? Comment et dans quelle mesure, les clivages nés du coup d’Etat, ont-ils pu structurer les discussions, orienter leurs thèmes et leur cours ?

  • 41 En réalité, W. Gamson distingue trois critères de politisation de la parole qui sont le sentiment (...)
  • 42 La situation, selon ces auteurs, c’est à la fois le lieu (en famille, au travail, au café, à l’éco (...)

7Cette étude s’inspire de l’idée que les discours tendent à se politiser au travers de deux mécanismes que sont d’un côté la montée en généralité, c’est-à-dire le dépassement d’un récit anecdotique, individualisé, et de l’autre la conflictualisation ou la référence à un système d’oppositions. S’appuyant sur des travaux antérieurs (W. Gamson, 199241 ; J. Leca, 1973), Sophie Duchesne et Florence Haegel considèrent qu’il y a politisation du discours, dès lors que ces deux éléments sont réunis (Duchesne et Haegel, 2001), sans chercher à mesurer la distance des acteurs à la politique. Plus que des attributs individuels des acteurs, la politisation, selon cette acception, dépend des situations dans lesquelles elle intervient42.

8Ce chapitre propose une analyse des effets de la crise sur la politisation et les formes d’engagement de certaines catégories de la population observées dans la capitale malienne. Il formule l’hypothèse que la crise a surtout contribué à susciter l’intérêt des membres de certains milieux populaires pour la vie politique. L’analyse se concentre sur les deux ressorts principaux de ce regain d’intérêt : l’implication de plus en plus grande des milieux islamiques au jeu politique d’une part, et la circulation de toutes sortes de rumeurs sur l’origine de la crise, ses auteurs et les responsables de cette situation d’autre part. Ces rumeurs sont alimentées par le bouche à oreille et sont parfois relayées par les médias.

Le cadre et les acteurs des discussions

  • 43 Venu au groupe par l’entremise d’un autre membre, régulier aux rencontres depuis que j’ai commencé (...)

9Ce travail est le résultat d’une enquête menée dans la ville de Bamako. Il est le fruit d’une observation participante faite auprès d’un groupe de personnes qui se réunissent chaque soir pour boire le thé et discuter devant une boutique, dans un quartier de la rive droite et attendre l’heure de la prière pour se rendre à la mosquée située non loin. Ces personnes sont des clients de la boutique, des gens du voisinage, certains sont des amis, d’autres des parents des uns et/ou des autres qui ont fini par nouer des relations autour de la boutique et du thé43.

10Hormis le boutiquier, tous les autres membres du groupe ne font que passer, chacun venant selon ses humeurs, son emploi du temps et beaucoup au gré des évènements, notamment depuis l’éclatement de la crise. La langue des discussions est essentiellement le bambara. Mais des mots ou des expressions françaises viennent ponctuer quelquefois les débats sans qu’on puisse parler d’utilisation du français dans la discussion.

11Les membres du groupe objet de l’observation viennent de divers horizons. C’est un groupe d’interconnaissances qui a tous les contours d’un grin comme on en rencontre partout à Bamako, c’est-à-dire un espace de rencontres entre amis pour boire le thé en bavardant, sauf que, dans ce cas précis, les différents acteurs ne se définissent pas eux-mêmes comme un grin. Pour tout dire, ils ne se définissent tout simplement pas. Le grin repose en général sur des relations préexistantes à sa formation : relations de parenté, d’origine commune (village, région…), camaraderie de promotion (lycée, université), de travail, appartenance à un réseau d’amis, etc. Il est aussi souvent un lieu de rendez-vous d’affaires, politique, ou galant. Rien de tout cela n’a été observé dans ce groupe, du moins d’après ce qui s’est laissé voir.

12Les relations de ce groupe sont nées, pour la plupart, sur place entre des voisins, des clients, et des parents des précédents. Ceci peut expliquer, en partie, l’hétérogénéité sociale du groupe (notamment pour ce qui est des catégories sociales présentes et de l’âge des participants). C’est aussi un groupe en construction, car ces relations sont encore relativement récentes : elles sont nées avec l’ouverture de la boutique dans le courant de l’année 2011. Les discussions nées avec la crise sont pour beaucoup dans la consolidation des relations naissantes entre ses membres. En raison de l’hétérogénéité du groupe, les relations entre ses membres sont asymétriques. Les plus âgés et les plus instruits, sans être forcément les plus prolixes dans les débats, ont les points de vue qui font souvent autorité.

13Ainsi, dans le groupe, trois pôles d’autorité se sont dégagés dès le départ mais seront progressivement bouleversés, comme nous le verrons, par l’émergence d’autres figures qui essaient de s’imposer au fur et à mesure que le groupe se structure : le boutiquier, qui a plus de 50 ans avec un niveau Bac et qui a été, dans une autre vie, un sympathisant de la révolution dans les années 1980-1990 sans avoir jamais milité dans un parti, avant de se retirer de toute activité politique après l’avènement de la démocratie ; un professeur de lycée, moins âgé que le boutiquier, qui pendant longtemps évitait les discussions politiques au nom de la religion ; enfin un aventurier de retour, aujourd’hui chômeur après avoir fait fortune dans le passé, qui doit avoir la quarantaine, le niveau second cycle fondamental (DEF), et qui, selon toute vraisemblance, traverse une période difficile.

14Sans être les principaux animateurs dans les débats, les avis de ces trois personnes tendent à orienter les discussions. Mais il est rare qu’elles discutent véritablement entre elles, sans qu’on sache trop si c’est parce qu’elles ont les mêmes points de vue sur les sujets en débat ou si, en évitant les échanges, elles ne cherchent pas plutôt à éviter « l’expression de positions potentiellement conflictuelles » parce qu’elles ne sont pas prêtes à « assumer la différence éventuelle d’opinion » entre elles (Duchesne et Haegel, 2001, p. 9). Cependant, elles sont toutes trois d’accord, comme la plupart des membres du groupe, pour soutenir le coup d’Etat, sans pour autant être des militants de la Copam, cette organisation créée pour soutenir la junte, et qui par conséquent s’oppose au FDR.

  • 44 Par son travail, il entre en contact avec diverses catégories de personnes. Bien que sans instruct (...)
  • 45 Le nombre et la composition du groupe ne sont jamais figés car les gens vont et viennent, certains (...)

15Hormis ces trois personnages, un plombier, la quarantaine également, est un acteur clé dans le groupe : c’est par lui que la plupart des rumeurs parviennent aux autres membres44. À chaque fois qu’il arrive, on attend qu’il apporte les nouvelles du jour glanées çà et là dans ses pérégrinations, auprès de clients, dans les maisons, dans la rue ou dans d’autres groupes qu’il fréquente dans la journée. Le reste du groupe est composé d’élèves et d’étudiants, d’artisans (électriciens, plombiers), de chômeurs, ou de gens vivant de petits boulots45, etc. La plupart des autres membres du groupe ont entre 20 et 30 ans. Ces précisions sur le groupe, le moment de sa genèse, son évolution, sa composition et sa structuration sont importantes à souligner non seulement pour mieux comprendre les interactions discursives, les thèmes des échanges et la place et le rôle des uns et des autres dans le groupe mais surtout dans les débats.

  • 46 L’observation reste donc pour partie informelle, tout autant que les discussions du groupe. Ce der (...)

16Les thèmes évoqués dans les discussions sont essentiellement fonction des développements de la crise depuis les premiers jours de l’occupation du Nord du Mali par les groupes armés en janvier 2012. Nos observations se sont faites sur la longue durée, depuis 2011, bien avant la crise, quand les différents partis s’activaient déjà en vue de l'élection présidentielle. Mais c’est à partir des premières attaques des rebelles, en janvier 2012, que nous avons véritablement commencé à réfléchir aux effets de la crise sur le groupe. Et nous n’avons commencé à recueillir systématiquement les propos des uns et des autres qu’à partir de l’intervention française au Mali, en janvier 201346.

17Cet article comprend deux parties : la première traite des rumeurs, de leurs logiques de production et des usages qu’en font les différents acteurs ; la deuxième analyse un processus de politisation « par le bas » (Bayart et alii, 1992) en montrant comment avec cette crise, et par la discussion, des catégories sociales jusque-là indifférentes à la politique, sont en train de s’y intéresser.

Les rumeurs de la cité : logiques de production et usages politiques

18La chute d’ATT a donné lieu à toutes sortes de rumeurs, les plus fantaisistes et les plus invraisemblables. Dès la chute du régime, les premières rumeurs qui couraient dans la ville et faisaient l’objet de discussions au sein du groupe concernaient essentiellement les anciens dignitaires du régime. Toutes ces rumeurs ont circulé au gré des évènements et des conjonctures politiques, reprises par une certaine presse ou émanant parfois de cette même presse.

  • 47 A moins de considérer le déficit comme étant le décalage entre l’information diffusée par les médi (...)

19Selon Philippe Aldrin, la rumeur serait une « nouvelle non vérifiée » qui permet d’énoncer une information qui serait inacceptable et inconvenante autrement (Bonhomme, 2006). Si nous considérons avec lui que les rumeurs sont « un fait social normal » qui peut permettre de « comprendre la constitution du jugement politique », pour autant, nous ne saurions partager l’idée selon laquelle elle serait une « ressource par défaut », un « raccourci ou un contournement de l’argumentation » pour les catégories sociales ayant un « faible intérêt » (Bonhomme, 2006, p. 2) ou un rapport distant à la politique. C’est là une interprétation démentie par nos propres observations : les gens se sont laissés aller à des rumeurs, mais pas pour combler un déficit de ressources, d’arguments ou d’informations, notamment après le coup d’Etat. L’information sur un évènement n’a jamais été aussi abondante au Mali que sur l’après coup d’Etat du 22 mars 2012, qu’elle soit officielle ou fournie par les médias privés47. Les rumeurs ne sauraient donc être un « moyen de communication spécifique des couches populaires » (Renard, 1990). Elles peuvent être diffusées et crues par n’importe qui : des « notables appartenant aux classes instruites » comme les« moins instruites », un « individu naïf », un « plaisantin » ou un « manipulateur politique » (Renard, 1990, p. 39).

20La première rumeur porte sur des affiches à l’effigie d’un candidat aux élections présidentielles prévues deux mois après le coup d’Etat, et des urnes déjà remplies au bénéfice de ce dernier trouvées au palais du Président ; elle vient confirmer une rumeur, qui a toujours couru au Mali, au point de devenir une opinion largement partagée, selon laquelle les élections sont arrangées : ainsi, pour celles de 2012, qui finalement n’ont pas eu lieu, les résultats étaient considérés comme connus d’avance. La deuxième rumeur concerne de grosses sommes d’argent trouvées chez les anciens dignitaires au moment de leur arrestation au lendemain du coup d’Etat. La troisième rumeur évoque, à travers diverses anecdotes, le comportement des militaires au front pour souligner leur incompétence et leur manque de courage, étayés et corroborés par leur débâcle devant l’ennemi.

21La dernière rumeur visait le HCI et certains responsables musulmans. Dès les premiers jours du coup d’Etat, le HCI avait entrepris d’envoyer au Nord un convoi humanitaire composé de vivres et de médicaments. Cette aide humanitaire était même la première du genre à partir de Bamako pour les populations sous occupation. Des rumeurs avaient alors couru, reprises par certains journaux de la place, disant que des camions de vivres n’étaient jamais arrivés jusqu’aux destinataires parce qu’ils avaient été détournés par les rebelles, d’aucuns insinuant même qu’ils leur avaient été remis. En plus d’être suspecté de connivence avec les islamistes, le Président du HCI était accusé, du fait de sa volonté d’aller négocier avec les groupes islamistes (Ançardine et Mujao), de vouloir introduire la charia au Mali.

  • 48 Ce qui n’est pas sans rappeler ce que les mourides représentent à Touba, au Sénégal. Voir d’ailleu (...)

22Mais c’est le Chérif de Nioro, Mahamédoun ould Cheick Hamalla qui aura été la cible des accusations les plus virulentes lorsqu’il prit publiquement position pour le coup d’Etat et soutint ses auteurs. Il a été accusé de trafics de marchandises dans la ville où il contrôlerait le commerce local, de ne pas payer de taxes douanières, de régner en maitre sur la ville où il vivrait au-dessus de la loi48. Ces attaques contre la personne du Chérif dans les journaux privés étaient une surprise pour qui connait le respect dû au personnage dans le milieu religieux. Le Chérif a une place à part dans le monde des chefs religieux et avait été jusque-là épargné par les polémiques au sein de la communauté musulmane. Avec ces accusations publiques, c’est comme un tabou qui a été levé, le Rubicon qui a été franchi. Ce n’est pas tant la véracité de ces faits ou leur caractère mensonger qu'il nous importe de relever ici mais le fait qu’ils soient rapportés dans les journaux dans l’objectif de discréditer son auteur vu la place de ce dernier dans la société.

23En plus des rumeurs sur ces chefs religieux et d’une détérioration des relations entre les deux principaux responsables du HCI, Mahmoud Dicko et Ousmane Madani Haidara, bien d’autres rumeurs ont couru sur les relations difficiles entre les différents acteurs de la transition politique, à savoir le Président de la République, le Premier Ministre et le chef de la junte. Après le coup d’Etat, une transition politique s’est organisée sous l’égide du président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, devenu Président par intérim (conformément à la constitution du pays, d’abord suspendue puis ensuite rétablie sous la pression de la CEDEAO), et un Premier Ministre « doté de pleins pouvoirs », Cheick Modibo Diarra. Mais très vite les relations entre ce dernier et le Président par intérim vont se détériorer, en raison de leur divergence de vues sur la gestion de la transition. Ceci a abouti, le 11 décembre 2012, à la démission forcée du Premier Ministre, Cheick Modibo Diarra, contraint par le chef de la junte militaire qui avait alors pris position pour le Président par intérim.

24Pour comprendre ces rumeurs, et leurs logiques de production, il faut les situer dans les luttes d’influence nées au lendemain du coup d’Etat, avec les clivages qu’elles ont provoqués dans la société et dans la communauté politique. L’enjeu principal était le contrôle de la situation née du coup d’Etat ou de ses effets, à défaut de lui faire échec. Chaque camp faisait circuler des rumeurs sur l’autre pour le discréditer, le décrédibiliser, le disqualifier dans son ambition de diriger (encore) le pays ou, pour ce qui concerne le HCI, dans ses interventions dans la vie publique. L’ordre d’apparition des rumeurs ainsi que les personnes ou groupes visés laissent penser que celles qui visaient les acteurs du putsch et les responsables religieux musulmans dont le soutien aux putschistes était de plus en plus manifeste, sont arrivées en réponse à une vague précédente de rumeurs qui avaient pour cibles les membres du régime tombé en disgrâce, dans le but de les affaiblir, à savoir Mahmoud Dicko, le Président du HCI et le Chérif de Nioro sur lesquels des révélations ont été régulièrement diffusées à chaque fois qu’ils intervenaient trop activement dans la vie politique.

25Les deux dernières rumeurs ont fait leur apparition dans certains journaux, ce qui laisse supposer non seulement qu’elles faisaient pendant aux rumeurs sur les acteurs politiques, mais même qu’elles pourraient venir des milieux politiques qui contrôlent les journaux ou qui ont les moyens de leur faire diffuser ces rumeurs. La rumeur politique n’exprime donc pas forcément un manque d’intérêt ou de compétence politique propre à une catégorie donnée de citoyens. Elle peut même être une ressource dans la stratégie des acteurs et une forme de politisation par la parole au moyen de la discussion. Notre analyse commencera par les deux premières rumeurs qui circulaient au sein du groupe sur le régime déchu, et qui étaient aussi les plus commentées : celle relative à la découverte d’urnes bourrées à la Présidence et la deuxième qui concerne les grosses sommes d’argent trouvées chez les anciens dirigeants. Elle s’étendra aux discussions nées avec l’intervention française au Mali et essayera de montrer comment à partir de simples rumeurs rapportées dans le groupe, celui-ci parvient, par la dynamique de la discussion, à se former un jugement politique sur les évènements qui l’assaillent et auxquels il essaie de donner sens. Nous verrons en effet les discussions analyser les rumeurs pour céder progressivement la place à des jugements plus ou moins informés, notamment après l’intervention militaire française.

La politisation par la parole : des rumeurs à la discussion politique

26La politisation est un concept qui, selon les auteurs, reçoit de multiples définitions : processus d’émergence d’une sphère spécialisée du politique (Lagroye, 2003 ; Lacroix, 1985) ; travail de requalification d’activités ou d’objectifs par des acteurs (Lagroye, 2003, p. 367) ; « accroissement de la ‘ densité politique’des opinions et des comportements individuels » par la socialisation, saisie à travers l’inégale distance à la politique mesurée par l’intérêt et la compétence (Gaxie, 1978) ou encore en portant le regard sur le conflit (Gamson, ; Duchesne et Haegel, 2001). Le processus de politisation peut être saisi aussi « selon le contexte de sa production en privilégiant une entrée par les situations » (Duchesne et Haegel, 2001) de communication. Il s’agit alors de savoir « comment une parole se politise-t-elle ? » (Duchesne et Haegel, 2001)

27Notre analyse des stratégies discursives de certains acteurs face à la crise est fondée sur « la politisation à travers la discussion » (Duchesne et Haegel, 2001, p. 882). Mais, contrairement aux recherches menées par ces auteures, notre travail part de discussions informelles, telles qu’elles se déroulent au quotidien, avec la rumeur comme entrée principale. Loin de nous l’idée de vouloir esquisser, suivant un mode évolutionniste, les différents types de politisation où la rumeur serait la forme élémentaire et l’engagement politique, la forme achevée. Il s’agit plutôt de comprendre comment la rumeur évolue et se transforme en une discussion plus ou moins bien structurée et d’identifier les mécanismes en jeu dans la prise de parole sur des sujets publics, qui touchent la vie et l’expérience de l’ensemble des citoyens ordinaires.

La politisation de la discussion ou comment se former un jugement politique

28Avant l’occupation du Nord, les discussions explicitement politiques étaient rares, sinon inexistantes, au sein du groupe observé. Certaines personnes qui le fréquentaient s’interdisaient même de parler politique au nom de leur religion musulmane qui condamne toute polémique pouvant provoquer des dissensions au sein de la Umma. Mais l’occupation du Nord du pays, et le coup d’Etat qui s’en est suivi, sont intervenus comme des déclencheurs de la parole. Depuis cette date, de longues et interminables discussions se tiennent, au gré des évènements qui ne manquent pas de rebondissements et qui atteindront leur sommet avec l’intervention française au Mali et plus précisément avec ce qu’on a appelé l’affaire de Kidal, en référence au refus de l’armée française de laisser les militaires maliens entrer à Kidal. Les discussions analysées ici sont celles qui ont porté sur les deux premières rumeurs évoquées plus haut et celles qui ont eu lieu à propos de l’intervention française. Alors que les rumeurs qui les fondent concernaient des individus et des faits isolés, anecdotiques, les discussions s’enrichiront au fil du temps pour prendre un tour politique plus explicite. Les débats sur l’intervention française illustrent bien ce changement qui s’exprime tant dans la généralisation des discussions aux membres du groupe, que dans la densité des propos et le débat contradictoire qui s’est désormais instauré entre eux.

  • 49 Outre ces thèmes, l’auteur cite eux de la société secrète, de la sexualité, et de la santé.

29Il ne s’agit donc pas d’analyser ici la rumeur en elle-même, mais de partir de la rumeur pour voir comment elle permet d’engager la discussion ou de servir d’argument dans la discussion sur le politique et les acteurs politiques. La rumeur est l’argument qui vient soutenir, corroborer des faits réels, ou encore confirmer une rumeur plus ancienne dont on avait connaissance mais qui n’avait pas encore été avérée par des faits. Elle est également l’entrée par laquelle les membres du groupe parlent politique ou forment leur jugement sur la politique. On constate, à l’analyse, que les rumeurs qui ont fait leur apparition à Bamako dès le début de la crise recoupent grosso modo certains grands thèmes des rumeurs tels qu’ils ont été identifiés (Kapferer, 1987, p. 5) : le thème de l’accord secret et celui des fortunes cachées, auxquels on peut ajouter le thème du double langage et celui de la trahison49. Mais elles témoignent surtout de la défiance des populations vis-à-vis des acteurs politiques et de la politique instituée.

Rumeur 1 : les urnes remplies trouvées à la Présidence ou les thèmes de l’accord secret, de la fraude électorale et des arrangements politiques

30La rumeur sur les urnes remplies de la Présidence reprend en réalité une rumeur ancienne au Mali sur les élections truquées et les arrangements qui président au mode de dévolution du pouvoir depuis l’avènement de la démocratie en 1992 et l’arrivée d’Alpha Omar Konaré au pouvoir. Ce dernier, à qui ATT a cédé sa place après la transition, aurait ensuite donné le pouvoir à ATT en 2002, au détriment du candidat Ibrahim Boubacar Keita (IBK) qui aurait été le véritable gagnant de l’élection présidentielle. ATT à son tour, s’apprêtait en 2012 à laisser le pouvoir à un candidat de son choix. Cette rumeur renvoie ainsi au thème de l’accord secret : « des accords et des arrangements liant en secret les adversaires politiques, contredisant ainsi leur attitude politique » (Kapferer, 1987).

31À travers le thème de l’accord secret, c’est aussi le thème du double langage qui est évoqué. Au-delà des propos du genre « la politique, c’est le mensonge et la trahison », les discussions insistaient principalement sur les hommes politiques déchus qui ont régné pendant vingt ans par le mensonge et sans respect de la parole donnée. La duplicité des hommes politiques est aussi ainsi soulignée, de même que leur propension à trahir.

32Ces arrangements politiques au sommet de l’Etat permettraient à chacun de charger son successeur, de couvrir ses arrières en mettant le pied sur les dossiers sales laissés en quittant ses hautes fonctions, mais aussi d’assurer l’emprise collective d’un groupe très réduit de caciques sur le pays pour longtemps encore. Ainsi, les accords secrets n’existeraient pas seulement entre acteurs qui se sont choisis comme alliés pour assurer leur domination sur la société, mais aussi entre adversaires politiques.

Rumeur 2 : les milliards trouvés chez les anciens dirigeants ou les thèmes des fortunes cachées, de la corruption et des détournements

  • 50 Selon une autre rumeur, l’enrichissement subit des auteurs du coup d’Etat viendrait pour une part (...)

33La rumeur sur les milliards trouvés chez les anciens dirigeants est née suite à l’arrestation d’anciens dignitaires, au domicile desquels auraient été trouvés des milliards. Ces arrestations, comme d’ailleurs la scène des urnes à la Présidence, sont parfois décrites avec des exemples et des précisions qui font penser que ce sont des témoignages des acteurs présents au moment des faits : « C’est une dizaine de milliards qui ont été retrouvés dans une valise chez OP. Il n’a dû son salut [contrairement à bien d’autres acteurs politiques et économiques qui ont été arrêtés] que pour avoir négocié sa libération contre cet argent avec ceux qui sont venus pour l’arrêter. C’est ainsi qu’il a pu quitter le pays50. Chez un autre homme politique arrêté par les militaires, ce sont plusieurs dizaines de véhicules 4x4 qui auraient été découverts et qui attendaient d’être utilisés dans la campagne pour l’élection présidentielle.

34La rumeur sur ces fortunes cachées ainsi confirme tous les préjugés à l’égard des anciens responsables politiques et économiques, considérés tous comme des voleurs, des corrompus, des « détourneurs » de deniers publics. Le thème des fortunes cachées fait référence aux « accumulations scandaleuses », à l’idée de « profit [fait] sur le dos de la collectivité » (Kapferer, 1987).

35Comme on peut le voir, ces deux rumeurs sont au départ des récits anecdotiques qui décrivent des faits plutôt isolés ou parlent de certaines personnalités. Les discussions qu’elles provoquent ne sont d’abord pas contradictoires, car pour la plupart des membres du groupe, la question de savoir si ces faits sont vrais ou pas ne se pose pas. On peut même dire qu’ils y croient parce que cela confirme tout le mal qu’ils pensent de ces hommes politiques. Mais si le débat contradictoire est inexistant à ce stade des discussions, c’est aussi sans doute parce que le groupe était en construction, que les relations entre ses membres étaient encore trop ténues pour favoriser l’expression de « positions potentiellement conflictuelles ». Or très vite, on voit le récit anecdotique céder la place à une généralisation et une argumentation des propos. On ne se limite plus à parler de tel fait ou de telle personnalité, mais on tente de décrire un phénomène qu’on cherche à comprendre, à expliquer. En un mot, on assiste à une « densification politique de la parole ».

Montée en généralité, identification collective et référence aux clivages : la politisation des discussions

36Les discussions politiques au sein du groupe, nées avec la crise dans les régions du Nord, ont connu un de leurs temps forts avec le coup d’Etat du 22 mars 2012. Mais trois autres grands moments ont jalonné la crise malienne : du début des hostilités au massacre de Aguelhok, où des dizaines de soldats maliens ont été exécutés (janvier 2012), l’occupation des trois régions du Nord (mars 2012), la formation du gouvernement d’union nationale avec la question de savoir si le premier ministre Cheick M. Diarra devait partir ou rester (août 2012). Et enfin l’intervention française. A chacun de ces moments, les discussions devenaient plus fréquentes et plus animées au sein du groupe. Entre ces dates, l’intensité des discussions baissait jusqu’à ce qu’un autre évènement survienne pour les relancer. Le coup d’Etat a cependant été l’évènement majeur qui a véritablement libéré la parole, pas seulement dans le groupe mais partout dans la ville. Il a permis un grand déballage et le dévoilement de tous les maux qui minaient le régime d’ATT.

Généralisation des discussions, complexification des arguments et montée en généralité

37L’analyse transversale permet de constater une généralisation progressive des discussions à tous les membres du groupe, signe d’un intérêt croissant pour la politique, et une compétence grandissante car, en effet, plus on avançait dans les discussions, plus les débats étaient marqués par « la mobilisation d’arguments de connaissance et d’autorité » (Duchesne et Haegel, 2001, p. 897) et la place des uns et des autres s’en trouvait modifiée. Ainsi, non seulement la parole n’est plus le monopole de quelques-uns, mais encore les propos étaient plus argumentés. Tandis que le plombier commençait à prendre de l’assurance dans ses propos et ses positions de plus en plus partagées par certains participants aux discussions, le boutiquier, l’enseignant et le chômeur qui, au début, orientaient les débats, se voyaient maintenant opposés à d’autres opinions émises par des membres du groupe qui jusque-là ne prenaient pas la parole ou presque jamais.

  • 51 Et aussi, comme il ressort de nos enquêtes sur l’intervention française, par l’intérêt stratégique (...)

38Mais l’exemple le plus évident de la transformation du groupe et de la généralisation des discussions à tous ses membres, c’est l’intervention de ce jeune élève dans les débats pour donner son point de vue, lui qui n’avait jamais parlé auparavant, se contentant d’écouter les plus âgés. C’est au lendemain de l’affaire de Kidal qu’il intervient pour dénoncer l’attitude la France qui se retourne maintenant contre le Mali. Et pour lui, ce revirement de la France ne peut s’expliquer que parce qu’elle convoite les nombreuses ressources dont regorge cette partie du pays51 et non pour retrouver les otages français avec l’aide du MLNA, comme elle le prétend, car celui-ci ne représente plus rien depuis sa débâcle face aux islamistes.

  • 52 Cette idée m’a été suggérée par Jean-Pierre Jacob lorsqu’il a relevé que, selon des acteurs de mai (...)

39Quant aux évènements évoqués dans les rumeurs, ils n’étaient plus au fil des discussions des faits isolés, circonscrits à une période, ils s’inscrivaient désormais dans la durée qui tend à leur donner sens. Ce besoin de donner un sens aux évènements était suscité par la gravité des faits52. L’histoire était ainsi convoquée dans l’argumentation, pour étayer les propos. Ainsi, pour l’enseignant, les urnes trouvées à la Présidence ne se réduisent plus à une tentative de fraude d’ATT pour se trouver un successeur qu’il se serait choisi, mais est compris comme une suite logique dans le contrôle de l’Etat par un clan, ce qui a commencé depuis 1992. Et cela est étayé, selon lui, par l’éviction d’IBK de l’Adema et les multiples scissions qui se sont produites au sein de ce parti, et qui ont été suscitées pour le briser afin de permettre à ATT de revenir. Il existerait donc bien un accord secret entre acteurs politiques et des arrangements pour perpétuer leur domination sur l’Etat.

  • 53 ATT ayant fait un second mandat, fournit par là, aux yeux des membres du groupe, une preuve que da (...)
  • 54 On cite comme exemple, les monopoles et les exonérations fiscales accordés à certains commerçants (...)

40Dans ces arrangements, IBK est présenté à la fois comme une victime, parce qu’il a été floué de sa victoire en 2002, mais aussi comme partie prenante pour avoir accepté de céder la place à ATT, sur l’intervention de pays tiers, contre la promesse de ne faire qu’un seul mandat53. Ce qui conduit chez lui à un discours de dénonciation d’une forme de régulation politique et de dévolution du pouvoir par un clan. Par cette montée en généralité, c’est le système en place qui est ainsi dénoncé et, au-delà, la démocratie décrédibilisée, du moins telle qu’elle est mise en pratique au Mali où une minorité s’est accaparée de tous les leviers du pouvoir, politique mais aussi économique54. Dans le même temps, c’est au nom d’une certaine idée de la démocratie que sa pratique au Mali est dénoncée. On réclame une forme de démocratie dans laquelle personne ne sera plus lésé, et dans laquelle tout le monde sera à égale dignité en droits et en devoirs, quel que soit son rang. Une démocratie qui sera l’expression de la volonté de la majorité constituée de pauvres et de musulmans. Ce discours universaliste sape en même temps la légitimité des appels au retour à la démocratie des membres du FDR qui ont condamné le coup d’Etat ; car ce coup d’Etat est considéré par les gens démunis comme une libération, eux qui ont subi pendant 20 ans le diktat d’une minorité qui a dépossédé les pauvres de leurs terres et appauvri davantage les pauvres, souvent avec la complicité d’une justice qui était à leur service. Nous y voyons une montée en universalité (Vairel et Zaki, 2007).

  • 55 Le Vérificateur général est une institution de contrôle de la gestion des services publics et de t (...)
  • 56 Il faut dire qu’à l’annonce de l’embargo, la junte au pouvoir a fait l’objet de pressions, notamme (...)

41Toujours pour montrer que les discussions ne se limitent plus à échanger sur les faits rapportés par les rumeurs mais aussi à utiliser « des arguments de connaissance » tirés d’autres évènements ou dans le passé, les tentatives du FDR pour revenir au pouvoir ne sont plus assimilées à une volonté de revanche des anciens dirigeants sur leurs adversaires ou à l’amour du pouvoir, mais comprises comme un moyen d’éviter de rendre compte de leur gestion, la plupart des anciens dirigeants ayant un dossier dans les bureaux du Vérificateur général55 et pouvant se retrouver un jour chez le juge. De même, l’embargo voulu par les membres du FDR et décrété par la CEDEAO, dénoncé au départ pour ses effets négatifs sur les conditions de vie des populations maliennes, est maintenant présenté par leurs opposants comme contreproductif et non viable, car les pays de la sous-région sont eux-mêmes très liés économiquement au Mali et ressentiront aussi les contrecoups d’un embargo si celui-ci doit se prolonger. Ces arguments évoqués par l’aventurier de retour, sont soutenus par l’exemple de la Côte-d’Ivoire où, en deux jours d’embargo, le prix de la viande aurait rapidement grimpé. Et c’est ce qui aurait contribué à sa levée rapide car le climat social dans ce pays allait rapidement se détériorer si l’embargo se prolongeait : il ne faut donc pas voir dans le retrait de la junte une victoire du FDR soutenu par la CEDEAO56. Cette complexification de l’argumentation est certes le fait de membres instruits qui ont une connaissance des enjeux sociaux et politiques pour avoir les arguments qu’il faut, mais elle témoigne aussi de la dynamique de la discussion qui oblige les uns et les autres à produire dans la discussion des arguments susceptibles de convaincre le groupe.

Identification collective, désignation de coupables, référence aux oppositions

42L’expression de l’indignation face à l’injustice du système ressort clairement des discussions menées à partir des rumeurs sur les milliards qui auraient été découverts aux domiciles des anciens dirigeants. Les gens vont s’indigner également pendant les mois qui suivent de l’attitude des hommes politiques regroupés au sein du FDR, coupables tout désignés, jugés responsables de la situation de crise et de l’embargo imposé par la CEDEAO en avril 2012 (pour obliger la junte à se retirer du pouvoir et pour mettre en place une transition politique, le Président de l’Assemblée nationale remplissant temporairement les fonctions de Chef de l’Etat, conformément à la Constitution). Indignation et colère donc des membres du groupe face au sort fait aux pauvres par le régime déchu qui, non content d’avoir mis le pays dans cette situation de crise gravissime par sa gestion durant les vingt dernières années, en appelle à un embargo qui ne fera que « fatiguer » davantage les pauvres qui voient leurs conditions de vie se détériorer depuis des années. Cette identification aux pauvres et aux victimes de la mauvaise gestion du pays par les anciens dirigeants, permet en même temps de désigner les responsables, coupables, « eux », de tout ce qui nous arrive à « nous » les pauvres.

43Il leur est également reproché d’avoir fait appel fait aux militaires de la CEDEAO, une intervention qui n’aurait pour but que la protection des politiciens contre l’armée et non la sécurisation du pays contre les jihadistes. C’est pourquoi ce n’est pas à Bamako que les militaires étrangers doivent s’installer, mais plutôt au Nord où la population civile subit les exactions des groupes armés. Si l’intervention militaire étrangère a été un sujet de discorde au sein de la classe politique malienne, l’Opération Serval une fois déclenchée, elle a été diversement appréciée car les positions des uns et des autres ont bougé et les oppositions se sont avérées plus nuancées. La question est de savoir si ces changements sont intervenus parce que l’opinion nationale s’est montrée plutôt favorable à l’intervention (« Les personnes et les partis qui sont contre cette intervention ne sont pas des patriotes », SC, vulcanisateur) ou parce que ceux qui y étaient opposés ont découvert, après coup, que l’armée malienne n’était pas en mesure de défaire les groupes armés (« Même avec la CEDEAO, le Mali ne pouvait pas affronter ces gens-là mieux équipés, mieux armés, aguerris pour avoir combattu en Libye, en Afghanistan, en Palestine », IK, étudiant). Le groupe observé a été aussi divisé sur la question de l’opportunité et de la justesse de l’intervention française. Avant l’intervention, la position dominante était clairement contre, car le FDR était suspecté de chercher à se remettre en selle sous le couvert d’une intervention étrangère. Après l’intervention, l’homogénéité du groupe, observée jusque-là sur bien de sujets, a été mise à rude épreuve et a même volé en éclat notamment sur les motivations réelles de la France à soutenir le MLNA et à intervenir pour aider le Mali.

  • 57 Rappelons que Amadou Sanogo s’est toujours déclaré opposé à une présence militaire étrangère au Ma (...)

44Mais, c’est la question de la capacité de l’armée malienne face aux groupes armés qui va le plus profondément diviser le groupe et mettre dans une situation inconfortable ceux qui reconnaissent que l’armée malienne ne pouvait pas, seule, faire face aux groupes armés : en effet, cela les alignait du coup sur les positions que le FDR défendait dès le début. Cette question est d’autant plus sensible qu’elle a été souvent présentée comme la ligne de partage entre les bons citoyens, les patriotes (Faso den gnuman) et les mauvais citoyens (Faso den jugu), ceux qui étaient pour et ceux qui étaient contre toute intervention étrangère57, entre la Copam et le FDR. Pour les premiers, « Quand on aime son pays, on aime son armée et on la défend. On ne la vilipende pas comme le font ces gens du FDR. » Pour les seconds, par contre, c’est le principe de réalité qui prévalait. On se rend compte à présent, vu les moyens militaires déployés par la France, que le Mali ne pouvait pas faire face aux groupes armés qui étaient surarmés et aguerris aux combats : « Face à l’ampleur de la menace et la faiblesse de l’armée, le Mali ne pouvait pas faire face à ce problème. Même la CEDEAO ne pouvait rien contre ces gens », LM (enseignant). Le point sur lequel les deux positions se retrouvent finalement, c’est que cette faiblesse de l’armée malienne est imputable aux anciens dirigeants, regroupés aujourd’hui au sein du FDR, qui ont démantelé le matériel militaire du pays, procédé à des recrutements et des nominations de complaisance et ont ainsi désorganisé l’armée et favorisé la corruption en son sein.

45Identification collective mais aussi référence au système de clivages qui structure la communauté politique et dans lequel les uns et les autres prennent position. C’est ainsi que, sans être militant de la Copam, le groupe a tendance à épouser ses points de vue sur les différentes questions qui divisent les acteurs politiques, comme par exemple le coup d’Etat, la question du recours à des troupes étrangères, ou le départ du premier ministre, Cheick M. Diarra. Il s’oppose ainsi du même coup au FDR qui ne chercherait qu’à revenir au pouvoir et qui utilise tous les moyens pour y parvenir.

  • 58 A travers une grille de repérage du politique en 11 points, ces auteures voient la politisation de (...)

46Montée en généralité, identification collective, référence aux clivages existants : si ces différents critères peuvent rendre compte du processus de politisation, nous ne pensons toutefois pas qu’on puisse voir dans leur ordonnancement ou dans leur succession une échelle de niveaux, avec un seuil à partir duquel la discussion se politiserait, alors que c’est ce que semblent penser certains auteurs (Duchesne et Haegel, 2004, p. 7)58. Il nous a certes été donné de constater ce que ces auteures appellent un enrichissement de la densité politique des propos avec des « éléments constitutifs du conflit qui fait l’objet de la discussion » (désignation d’un responsable, identification à un des groupes impliqués) (Duchesne et Haegel, 2004, p. 7-8), mais nous n’avons pas le sentiment que cela résulte d’une montée en puissance de la discussion, ces éléments étant déjà présents au départ même de la discussion, mais en creux, et pas suffisamment explicites pour les acteurs. Et c’est là qu’interviennent les radios et le HCI dont le rôle s’avère important dans la politisation du groupe.

Le HCI dans les débats : de l’engagement du HCI à la politisation des individus

47Les changements observés dans les propos, et même dans les attitudes, ne sont pas dûs seulement à la succession des évènements et à la dynamique des discussions qui voyaient les participants s’impliquer davantage dans les débats. L’« exposition au flux d’information des médias qui en rendent compte » (O. Ihl, 2002, p. 138) a été aussi d’une grande importance dans ces changements, ainsi que les prises de position du HCI sur l’engagement des uns et des autres. En effet, les radios privées ont joué un rôle essentiel dans la diffusion de l’information sur la crise malienne et dans la création d’un espace de débat public, même si elles ont aussi parfois contribué à faire circuler les rumeurs. Leurs antennes étaient ainsi souvent ouvertes au public qui pouvait intervenir pour poser des questions sur la crise et donner son opinion sur tel ou tel évènement. Parmi elles, Radio Nièta et Radio Dambé qui sont des radios islamiques écoutées par des membres du groupe.

  • 59 Avant le Code de la famille, les mouvements religieux se sont opposés à l’interdiction par l’Etat (...)

48Quant à lui, bien que très critique envers le régime d’ATT, le HCI n’est jamais intervenu ouvertement dans le champ politique avant sa lutte contre le Code des personnes et de la famille en 200959. Il a obtenu en 2011 du président ATT la révision du Code, en multipliant les pressions et en recourant à une mobilisation de masse contre le texte voté par l’Assemblée Nationale. Fort d’un capital politique grandissant, le HCI se pose alors à la fois en arbitre dans les luttes politiques, et en acteur incontournable dans le jeu politique au Mali, si bien que beaucoup commencent à s’inquiéter de sa trop grande influence. Si, à cause des clivages internes, le HCI n’a pas pu se prononcer pour un candidat à l’élection présidentielle de 2013, des responsables religieux ont explicitement soutenu Ibrahim Boubacar Keita (IBK), à travers notamment le Mouvement Sabati 2012, un regroupement de jeunes musulmans encouragé et financé par le Chérif de Nioro, et qui avait appelé à voter pour IBK.

49L’avènement de la crise au Mali a suscité toutes sortes de commentaires sur les radios privées, qui invitaient régulièrement le public à donner son opinion. Les radios les plus écoutées par les membres du groupe sont celles qui diffusaient les messages du HCI, ou celles où les responsables de cette organisation intervenaient le plus souvent. Sur une de ces radios islamiques (Radio Nièta), les propos tenus par un diplomate français, Laurent Bigot, sousdirecteur Afrique de l’Ouest au Ministère des Affaires étrangères, lors d’un séminaire à l’Institut français de relations internationales (IFRI) (Laurent Bigot, 2012), qui a reconnu que les élections présidentielles de 2002 avaient été arrangées pour ATT, au détriment d’IBK, ont été traduits en bambara et passés plusieurs fois sur les antennes. Selon lui, la source de la crise malienne serait très ancienne, et se trouverait dans la démocratie de façade qui existait au Mali, dans la corruption qui régnait jusqu’au palais de Koulouba, etc. Ses propos étaient enregistrés sur des téléphones portables et partagés entre amis. Venant d’un Français, ces affirmations avaient valeur de preuve et confirmaient ce qui se murmurait depuis toujours au Mali, à savoir que les élections n’étaient que des arrangements entre les tenants du pouvoir pour perpétuer leur emprise sur la société et l’économie du pays.

50Rappelons que la conférence de Laurent Bigot a eu lieu en juillet 2012, c’est-à-dire en plein débat sur la question de savoir si le Premier Ministre Cheick Modibo Diarra devait partir ou pas pour céder la place à un gouvernement d’union ouvert à des membres des partis déchus. Par une diffusion large et continue de l’analyse faite par le diplomate français, les radios islamiques ont ainsi beaucoup contribué à discréditer davantage les acteurs politiques qui ont dirigé le Mali dans les vingt dernières années. Elles auront surtout préparé les populations à se rendre, le 12 août 2012, au meeting tenu au Stade du 26 mars à l’appel du HCI qui s’est prononcé en faveur du maintien de Cheick Modibo Diarra. Ce dernier a été ovationné par plus de 50 000 personnes tandis que les figures du régime déchu présentes ont été huées par la foule dans laquelle se trouvaient des membres du groupe observé. C’est au cours de ce même meeting que l’annonce a été faite par le Président du Mouvement Sabati 2012, que son Mouvement allait entreprendre une campagne contre les anciens dirigeants afin de leur barrer la route dans les élections à venir.

51Nous avons pour suivi nos observations jusqu’à l’élection présidentielle de 2013, ce qui nous a donné l’occasion de vérifier l’intérêt de plus en plus grand des catégories populaires pour la politique. Cet intérêt s’est transformé en mobilisation pendant la campagne électorale et en participation au vote : l’élection présidentielle a connu un taux de participation de 47,59 %, jamais égalé jusqu’alors au Mali. La forte participation des femmes (46,05 %) (APEM, 2013) et l’implication du mouvement Sabati 2012, font penser que ce fort taux de participation à l’élection présidentielle est en grande partie le fait de certains milieux musulmans qui ne prenaient jamais part à des élections au Mali et qui ont été invités à travers les radios islamiques à aller voter afin d’éviter le retour des anciens dirigeants.

Conclusion

52Les situations de crise, avec les mobilisations qu’elles occasionnent et les clivages qu’elles laissent apparaitre à travers les prises de positions publiques des différents acteurs, sont potentiellement des situations de politisation. La crise politico-militaire que nous avons analysée apparait ici comme un catalyseur de politisation pour les catégories populaires qui jusque-là s’étaient montrées indifférentes à la politique, ou manifestaient un désintérêt voire un évitement à son égard. L’indifférence affichée à la politique n’était d’ailleurs pas forcément le signe d’une méconnaissance de la politique, d’une incompétence cognitive, mais sans doute plus celui d’une incompétence sociale, ou encore le refus de parler politique pour un motif religieux. La crise, évènement politique majeur qui a eu une action différenciée selon les acteurs, est venue libérer la parole pour certains, éveiller l’intérêt pour d’autres, si elle n’a pas été un moyen de susciter chez le plus grand nombre un début d’intérêt pour la politique. Les discussions sont le lieu où cet intérêt s’est actualisé ou amorcé au contact des autres. La discussion de groupe, et la dynamique qui la porte, apparaissent donc importantes, sinon décisives, dans la politisation. Toutefois la parole se politise plus facilement dans les périodes de crise qui touchent collectivement les expériences pratiques, la vie quotidienne des individus. Restent à connaitre la nature et le devenir de cette politisation.

  • 60 Conséquences de ce rejet des professionnels de la politique et de la dévalorisation de la politiqu (...)

53On assiste donc, pour ainsi dire, à une (re)-politisation des individus d’abord par la discussion et ensuite par l’engagement, après une longue période de dépolitisation à laquelle le régime ATT avait eu recours comme ressort de sa légitimation. Même s’ils sont trop peu élaborés, mal structurés, on retrouve dans les discussions les principaux mécanismes de la politisation, à savoir l’identification collective, la désignation d’un responsable et la prise de position face aux clivages qui existent dans la communauté politique. Il en résulte, comme conséquence, un discrédit plus prononcé des acteurs politiques, un rejet et une dévalorisation encore plus poussés du politique60.

  • 61 Expression arabe qui signifie : louange à Allah. Elle pourrait exprimer ici ce sentiment de fatali (...)

54Ainsi, dans le même temps, se pose la question des limites de ce processus de politisation, car le coup d’Etat est interprété par les uns et les autres, avec unanimité, en dehors de tout cadre politique, mais bien comme une malédiction divine infligée aux membres de l’ancien régime, dont le comportement traduisait l’abandon des valeurs religieuses, sociales et morales. Ce châtiment vient punir leurs responsables de tous les torts, dommages et humiliations que les petites gens ont subis durant les deux décennies passées, pendant lesquelles la justice n’existait que pour les riches, alors que les terres des petites gens leur étaient arrachées par les nantis et les pouvoirs publics, etc. Mais les malheurs qui accablent le pays, l’occupation des régions septentrionales d’abord, et la crise politique ensuite, sont aussi analysés comme une punition divine infligée à la population elle-même, en raison de la perte des valeurs religieuses, sociales et morales. Par conséquent, le salut du peuple se trouve dans la repentance et la rédemption. C’est pourquoi la charia promise par les islamistes du Nord, n’a pas été vécue avec appréhension par tous. Ainsi, tandis que certains souhaitaient la voir s’appliquer jusqu’à Bamako, d’autres l’attendaient sereinement, considérant que si le salut du Mali se trouve dans la charia… Alhamdou Lila hi61.

Bibliographie

Bibliographie

APEM– Réseau d’appui au processus électoral au Mali. Déclaration préliminaire du pôle d’observation citoyenne électorale (POCE) sur le deuxième tour de l’élection présidentielle du 11 août 2013, consulté en ligne le 24/7/2014. http://www.oneworld.org/docs/democracy/11aout-APEM-DECLARATION-PRELIMINIAIRE-DEUXIEME-TOUR.pdf

Bayart, J. F., Mbembé, A. ; Toulabor, C., Le politique par le bas en Afrique noire : contributions à une problématique de la démocratie, Karthala, Paris, 1992

Bigot, Laurent, Intervention au séminaire intitulé Les défis du Sahel : vus de Paris, organisé le 2 juillet 2012 par le Programme Afrique de l’Ouest de l’IFRI, accessible sur le site https://www.youtube.com/watch?v=Rn67xaLPCBM

Bonhomme, Julien, « Ph. Aldrin, sociologie politique des rumeurs », L’homme, 180, octobre-décembre 2006 http://lhomme.revues.org/2584.htlm. Consulté le 18 décembre 2012

Duchesne, Sophie, et Haegel, Florence, « La politisation des discussions au croisement des logiques de spécialisation et de conflictualisation », Revue Française de Science Politique, 2004/6 – Vol. 54, p. 877 à 909. Version finale avant travail de l’éditeur du texte paru dans « Repérages du politique » Espaces Temps Les Cahiers, no 76/77, 2001, p. 95-109 accessible à l’adresse http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/97/31/32/PDF/sd-haegelpolitisation-des-discussions-rfsp-2004.pdf,consultéenlignele11/12/2012.

Gamson, W., Talking politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1992

Gaxie, D., Le cens caché, Paris Seuil, 1978

Ihl, O., « Socialisations et évènements politiques », Revue française de science politique, 2002/2 Vol. 52,

Kapferer, J. N., Rumeurs. Le plus vieux média du monde. Editions du Seuil, 1987. Condensé de lecture par le CICNS. Consulté en ligne le 25/3/2013

Keita, Naffet, « Les forces religieuses musulmanes et le débat politique dans une république laïque : le cas du Mali », in Gilles Holder et Moussa Sow (sous la direction de), L’Afrique des laïcités. Etat, Religion et Pouvoirs au Sud du Sahara, IRD-éditions, et Editions de Tombouctou, 2014

Lacroix, B., « Ordre politique et ordre social », in J. Leca et M. Grawitz, Traité de science politique, T1, Paris : PUF, 1985

Lagroye, Jacques, « Les processus de politisation » in J. Lagroye (sous la direction de), La politisation, Paris : Belin, 2003, p. 359-372

Leca, Jean, « Le repérage du politique », Projet, no 71, janvier 1973, p. 11-24

Renard, J.B., « Les décalcomanies au LSD », Communications, 52, 1990. p. 36 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1990_num_52_1_1781 Consulté le 22/3/2013.

Vairel, Frédéric, et Zaki, Lamia, « Politisation sous contrainte et politisation de la contrainte. Outsiders politiques et outsiders de la ville au Maroc ». Congrès AFSP Toulouse 2007 p. 7. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=CRII_050_0091, consulté en ligne le 16/12/2012.

Notes

34 Jean-Pierre Jacob et Isaline Bergamaschi, par leurs remarques et conseils, ont contribué à améliorer ce texte ; qu’ils trouvent ici l’expression de ma gratitude. Un grand merci à Céline Thiriot pour ses commentaires et surtout à Joseph Brunet-Jailly dont les suggestions m’ont permis d’enrichir ce travail d’éléments nouveaux et de le rendre plus digeste.

35 La Copam était au départ dirigée par l’autre confédération syndicale, la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM). A la formation du gouvernement d’union nationale, la Copam s’est divisée en raison de divergences sur sa participation ou non au gouvernement. La CSTM, qui a obtenu un ministère, a finalement quitté cette organisation pour se retrouver à la tête d’une autre Copam.

36 Yèrèwolo ton (ou les dignes fils) est cette association qui s’était fait remarquer après le coup d’Etat par son sit-in pendant des mois devant l’Assemblée Nationale pour réclamer la démission des députés. Son président, Boubacar (ou Bakari) Boré, accusé d’agression contre le président par intérim Dioncounda Traoré, sera arrêté, puis relâché plus tard.

37 Du nom du président du RPM, Ibrahim Boubacar Keïta (souvent désigné par ses initiales : IBK),, ancien premier ministre d’Alpha Omar Konaré, candidat à l’élection présidentielle ratée de 2012 et président élu en août 2013.

38 L’intervention française au Mali, appelée opération Serval, a repoussé les groupes armés de Konna jusqu’à Gao, en compagnie à chaque fois de l’armée malienne. Mais celle-ci sera empêchée d’entrer à Kidal par l’armée française. Cet évènement aura pour conséquence de retourner contre la France une bonne partie de l’opinion malienne, qui avait d’abord salué l’intervention française.

39 Comme nous le verrons plus loin, il s’agit par exemple de Mahmoud Dicko du HCI et surtout de Mahamédoun ould Cheik Hamalla, dit le Chérif de Nioro. Mais ils n’étaient pas les seuls, plusieurs acteurs de la scène politique en ont été victimes aussi.

40 Selon cet auteur, les expériences politiques offrent au moins trois modes de socialisation : « par contacts directs avec une dynamique collective (mobilisation protestataire, participation électorale, action militante), par une exposition aux flux d’information des média qui en rendent compte (…), par le biais des relations interpersonnelles que charrie l’appréhension de ces actions (discussions familiales, apostrophes sur le lieu de travail). » (op. cit. p. 139). Nous retrouvons ces trois formes de la socialisation à travers les discussions sur la crise malienne et à travers les mobilisations multiformes qu’elle a inspirées (rébellions, coup d’Etat, marches de soutien et de protestation).

41 En réalité, W. Gamson distingue trois critères de politisation de la parole qui sont le sentiment indigné de l’existence d’une injustice, le sentiment de pouvoir agir sur la situation et l’identification collective à un « nous » face à des « autres » coupables.

42 La situation, selon ces auteurs, c’est à la fois le lieu (en famille, au travail, au café, à l’école) ou le type d’interaction qui prévaut (entretien individuel ou discussion de groupe). (Duchesne et Haegel, 2001, p. 8-10)

43 Venu au groupe par l’entremise d’un autre membre, régulier aux rencontres depuis que j’ai commencé à m’intéresser au groupe comme objet d’observation, j’y occupe une place à part. En effet, je suis celui à qui on demande son point de vue supposé avisé (en raison sans doute de la différence du niveau d’instruction). C’est en cela que je suis partie prenante aux débats, en observateur engagé n’hésitant pas à donner son point de vue. Mes interventions ont pu orienter les débats (ou ont été parfois sources de vives polémiques) ou influencer des positions. Le but intéressé de mon observation n’a toutefois été dévoilé aux membres du groupe que lorsque j’ai décidé d’y mener une enquête sur l’intervention française. Cf. infra note 46.

44 Par son travail, il entre en contact avec diverses catégories de personnes. Bien que sans instruction, il anime les discussions et depuis la crise, les sujets de débats politiques. Il est de ceux qui sont les plus informés du groupe.

45 Le nombre et la composition du groupe ne sont jamais figés car les gens vont et viennent, certains disparaissent pour ne jamais revenir, d’autres pour réapparaitre des mois après. Mais on peut estimer à une dizaine le nombre de personnes que l’on voit souvent en ce lieu.

46 L’observation reste donc pour partie informelle, tout autant que les discussions du groupe. Ce dernier sera cependant l’un des grins qui ont fait l’objet d’une enquête menée auprès des habitants de Bamako, en partenariat avec Isaline Bergamaschi, du 16 au 28 février 2013, sur leurs perceptions de l’intervention française.

47 A moins de considérer le déficit comme étant le décalage entre l’information diffusée par les médias et l’information attendue par les populations, on peut même dire qu’il y avait une pléthore d’informations tant celles-ci étaient présentes partout, notamment sur les radios privées et en langues nationales.

48 Ce qui n’est pas sans rappeler ce que les mourides représentent à Touba, au Sénégal. Voir d’ailleurs (Naffet Keita, 2013, p. 361).

49 Outre ces thèmes, l’auteur cite eux de la société secrète, de la sexualité, et de la santé.

50 Selon une autre rumeur, l’enrichissement subit des auteurs du coup d’Etat viendrait pour une part des extorsions dont étaient victimes les personnes arrêtées. Mais ces extorsions ne paraissent pas, aux yeux de certains membres du groupe, moralement condamnables au même titre que le vol supposé des personnes arrêtées.

51 Et aussi, comme il ressort de nos enquêtes sur l’intervention française, par l’intérêt stratégique de la base militaire de Tessalit à partir de laquelle on peut contrôler, avec des satellites, le monde entier.

52 Cette idée m’a été suggérée par Jean-Pierre Jacob lorsqu’il a relevé que, selon des acteurs de mai 1968 en France, devant la gravité de la situation, tout le monde s’est mis à parler à tout le monde pour chercher à donner un sens aux évènements.

53 ATT ayant fait un second mandat, fournit par là, aux yeux des membres du groupe, une preuve que dans la politique, il n’y a pas de parole donnée. Paradoxalement, dans le groupe, tout comme dans les milieux religieux qui ont soutenu IBK pour l’élection présidentielle, les propos contre les hommes politiques qui ont été au pouvoir pendant les 10 voire les 20 dernières années au Mali ont tendance à épargner ce dernier, qui a pourtant occupé de hautes fonctions entre 1992 et 2002 comme Premier ministre et de 2002 à 2007 comme Président de l’Assemblée nationale.

54 On cite comme exemple, les monopoles et les exonérations fiscales accordés à certains commerçants ou industriels de la place qui travailleraient en réalité avec ou pour les agents de l’Etat qui leur accordent ces faveurs.

55 Le Vérificateur général est une institution de contrôle de la gestion des services publics et de tout organisme qui reçoit un financement public, créé en 2004 sur l’instigation et le financement du Canada. Chaque année, il produit un rapport sur les cas de gestion frauduleuse ; cependant, sous la présidence d’ATT, les rapports du Vérificateur Général n’ont jamais connu de suite judiciaire.

56 Il faut dire qu’à l’annonce de l’embargo, la junte au pouvoir a fait l’objet de pressions, notamment des chefs religieux et principalement du Cherif de Nioro qui se serait immédiatement déplacé à Bamako pour convaincre le chef de la junte, Amadou Sanogo, de se retirer du pouvoir pour qu’un gouvernement de transition puisse se mettre en place.

57 Rappelons que Amadou Sanogo s’est toujours déclaré opposé à une présence militaire étrangère au Mali et soutenait que l’armée malienne, réorganisée et dotée du matériel nécessaire, pouvait défaire les groupes armés ; c’est contraint et forcé qu’il s’est résolu à l’accepter après l’intervention française.

58 A travers une grille de repérage du politique en 11 points, ces auteures voient la politisation des discussions comme le point d’aboutissement d’un processus défini par trois critères (récit anecdotique, montée en généralité, reconnaissance d’un clivage). Le quatrième point (prise de position dans le clivage) étant le seuil à partir duquel on passe à une situation dite politisée.

59 Avant le Code de la famille, les mouvements religieux se sont opposés à l’interdiction par l’Etat de l’excision, à la suppression de la peine de mort. En outre, dans ses vœux de fin d’année, le président du HCI s’adressant au Président de la République, présentait une sorte d’état de la nation et dénonçait les problèmes des citoyens avec la justice, le retrait des terres des démunis, etc.

60 Conséquences de ce rejet des professionnels de la politique et de la dévalorisation de la politique elle-même, un crédit plus grand pour les leaders religieux, considérés comme plus vertueux.

61 Expression arabe qui signifie : louange à Allah. Elle pourrait exprimer ici ce sentiment de fatalité qui veut qu’on accepte ce qu’on ne peut empêcher en rendant grâce à Dieu, en se disant que tout ce que Dieu fait, ce ne peut être que bien pour nous ici-bas ou dans l’au-delà.

Auteur

Sociologue de formation, est consultant en analyse du développement, en gouvernance et action publique locale. Membre de Laboratoire Citoyennetés (Burkina Faso) et du Laboratoire Andal (Mali), il a participé à plusieurs programmes de recherche internationaux sur l’Etat, les services publics et la gouvernance démocratique et a produit plusieurs rapports sur ces questions. Il a aussi publié dans des ouvrages collectifs notamment avec : René Otayek, Filiga Michel Sawadogo et Jean Pierre Guingané (sous la direction de), Le Burkina entre révolution et démocratie (Khartala, 1996) ; René Otayek (sous la direction de), Dieu dans la Cité : dynamiques religieuses en milieu urbain ouagalais (Editions du Centre d’Etudes d’Afrique Noire, 1999). Sa dernière parution, cosignée avec Isaline Bergamaschi, porte sur l’intervention militaire française au Mali, The French Military Intervention in Mali : Not Exactly Françafrique, But Definitely Post-colonial, in Bruno Charbonneau and Tony Chafer, Peace Operations in the Francophone World : Global Governance meets Post-colonialism (Routledge, 2013). Ses travaux actuels portent sur la recomposition du champ politique malien suite à la crise de 2012.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540