Version classiqueVersion mobile

Manuel de sclérochronologie des poissons

 | 
Jacques Panfili
, 
Hélène de Pontual
, 
Hervé Troadec
, 
et al.

Glossaire

J. Panfili, F.J. Meunier, H. Mosegaard, H. Troadec, P.J. Wright et A.J. Geffen

Texte intégral

1D’après Francillon-Vieillot et al., 1990 ; Kalish et al., 1995.

2Légende : (0), terminologie réservée pour les otolithes ; (E), terminologie réservée pour les écailles ; (Sq), terminologie réservée pour le squelette.

3Accroissement : référence à une région de structure similaire utilisée pour l’estimation de l’âge. Le terme se rapporte à une structure mais il peut également être utilisé pour décrire une portion de la pièce calcifiée formée pendant un intervalle de temps donné (e.g. accroissement sub-journalier, journalier, annuel). En fonction de la région de la pièce calcifiée considérée, les dimensions, la chimie et la période de formation de l'accroissement peuvent varier considérablement. Un « accroissement primaire » correspond à la succession d’une zone-D et d’une zone-L tandis qu’un « accroissement annuel » correspond à la succession d’une zone opaque et d’une zone translucide. Il peut également apparaître d’autres structures, telles que les accroissements sub-journaliers ou les marques doubles, au sein des accroissements annuels.

4Accroissement journalier (O) : marque de croissance formée sur une période de 24 heures. Généralement, l’accroissement journalier est formé d’une zone-D et d’une zone-L. Le terme est synonyme de « micro-accroissement journalier », « microstructure journalière » ou parfois de « anneau quotidien ». Ce dernier terme est cependant à éviter et le terme « accroissement journalier » est préféré. Voir Accroissement et la figure II.A.5.

5Accroissement marginal : région située au-delà de la dernière marque identifiable sur le bord de la pièce calcifiée utilisée pour l'estimation de l’âge. Quantitativement, cet accroissement est généralement exprimé en valeur relative, comme une fraction ou une proportion du dernier accroissement complet qui le précède (annuel ou journalier).

6Accroissement sub-journalier (O) : accroissement formé pendant une période inférieure à 24 heures. Voir Accroissement.

7Anneau : voir Zone.

8Anneau coloré (ou ligne colorée) : anneau ou zone chromophile ou colorable par des colorants histologiques et avec une intensité variable.

9Annulus (pl. annuli) : série de structures concentriques sur une pièce calcifiée formant une marque pouvant être interprétée en termes d’âge. Dans certain cas, un annulus peut ne pas être continu ou nécessairement concentrique. L’apparence optique de cette marque dépend de la pièce calcifiée étudiée et de l’espèce à laquelle elle appartient. L'annulus doit être précisément décrit pour le caractériser. Ce terme a classiquement été utilisé pour désigner des marques annuelles même s’il dérive du nom latin « anus », qui signifie « anneau », et non de « annus » qui signifie « année ». Pour les otolithes, les variations microstructurales qui conduisent à caractériser l’annulus comme une zone différente des autres ne sont pas encore très bien comprises. Voir les figures II.A.9, II.A.10 et II.C.9.

10Anterostrum (O) : voir Antirostrum.

11Antirostrum (O) : excroissance dorsale et antérieure de la sagitta. Généralement plus courte que le rostrum. Voir la figure II.A.4.

12Asteriscus (pl. asterisci) (O) : une des trois paires d’otolithes trouvée dans le labyrinthe membraneux des poissons Ostéichthyens. Il est contenu dans la lagena (chambre) de la pars inferior. Chez les non-Ostariophyses, l’asteriscus est petit, en forme d’hémisphère aplati ou de quart de lune. Chez les Ostariophyses, Y asteriscus est grossièrement circulaire et compressé latéralement et il est considérablement plus gros que la sagitta. Voir la figure II.A.1.

13Axe de mesure : ligne le long de laquelle les marques de croissance sont dénombrées et mesurées.

14Bande : voir Zone.

15Calcification : processus de dépôt des cristaux de carbonate de calcium dans les otolithes et des cristaux de phosphate de calcium dans l'os et les écailles.

16Canaliculus (pl. canaliculi) (Sq) : espace étroit dans le tissu osseux incluant les extensions cytoplasmiques des ostéocytes et des ostéoblastes. Voir la figure II.C.2.

17Cavité médullaire (Sq) : la première cavité vasculaire en position médiane dans les os longs, par exemple pour les épines des poissons-chats. Voir la figure II.C.6.

18Centre de croissance accessoire (O) : centre de croissance formé à l’extérieur du noyau de l’otolithe qui conduit à de nouveaux plans de croissance et à partir duquel de nouvelles séries d’accroissements apparaissent. La formation de cette structure est souvent liée à des périodes de transition dans le cycle de vie, comme par exemple une métamorphose. Les centres de croissance accessoires sont souvent nommés « primordia accessoires » mais le terme « centre de croissance accessoire » doit être préféré car leur structure est différente de celle des primordia (e.g. ils ne contiennent pas de granules primordiaux). Le terme « centre de croissance secondaire » est aussi utilisé. Voir la figure II.A.8.

19Champ : région d’une pièce calcifiée, définie sur une face ou une section, délimitée par au moins le centre de la pièce et l’un de ses bords (e.g. les champs antérieur, postérieur, dorsal, ventral). Le champ est nommé parfois « région ».

20Circulus (pl. circuit) (E) : crête concentrique sur la face externe des écailles élasmoïdes, causée par une élévation de la couche superficielle de l’écaille.

21Classe journalière : cohorte d’individus pondue ou éclose à une date donnée (e.g. la classe du 22 septembre 1990). La référence à la ponte ou à l’éclosion doit être spécifiée.

22Cohorte : groupe d’individus d’âge identique qui sont nés après la même période de frai. Terme utilisé avec d’autres termes réservés comme « groupe d’âge » et « classe d’âge ».

23Corps vertébral (Sq) : partie centrale cylindrique de la vertèbre.

24Corroboration : mesure de la cohérence ou de la répétabilité d’une méthode d’estimation d’âge. Par exemple, si deux lecteurs différents sont d’accord sur le nombre de marques présentes sur une pièce calcifiée ou si deux pièces calcifiées interprétées conduisent au même nombre de marques, la corroboration (mais non validation) est réalisée. Le terme « vérification » a été utilisé dans un sens similaire mais celui de « corroboration » lui est préféré car la vérification implique que les âges estimés aient été confirmés comme exacts.

25Ctenius (pl. ctenii) (E) : excroissance (épine) sur la face externe des écailles cténoïdes, la plupart du temps déposée dans le champ postérieur et, plus particulièrement, sur le bord postérieur. Voir la figure II.B.2.

26Date d’éclosion (O) : date à laquelle le poisson a éclos, estimée classiquement en comptant les micro-accroissements journaliers depuis la marque d’éclosion typique (voir Discontinuité) jusqu’au bord de l’otolithe.

27Discontinuité (O) : discontinuité structurale (e.g. une marque induite par un stress) qui apparaît au sein d’une zone donnée de l’otolithe, opaque et/ou translucide, ou au sein des microstructures. Les discontinuités microstructurales (e.g. marque d’éclosion) apparaissent souvent comme des microstructures très contrastées avec une zone-D marquée et profonde créant une rupture franche dans l’arrangement des microstructures. Si le terme est utilisé, il demande une définition très précise. Le terme réservé en anglais est « check ». Voir la figure II.A.11.

28Double zone (ou marque ou anneau) : deux zones ou anneaux qui sont relativement proches par rapport à la taille de la pièce calcifiée considérée et à la distance entre deux annuli, et qui sont considérés comme un seul annulus. Une telle double marque inclut souvent une marque secondaire et un annulus.

29Écaille macrocentrique (ou écaille régénérée) (E) : voir Écaille régénérée.

30Écaille microcentrique (E) : écaille présente depuis le début de la vie de l’individu et n'ayant jamais été résorbée.

31Écaille régénérée (ou écaille macrocentrique) (E) : écaille rapidement formée après la perte de l’écaille originelle (microcentrique) et dont le centre est plus ou moins dépourvu d’ornementations.

32Estimation d’âge : expression utilisée lorsque l’on évoque le processus d’assignation d’un âge à un poisson. Le terme « âgeage » (anglicisme) doit être évité. Le terme « estimation de l’âge » doit être préféré à « détermination de l’âge » car il existe toujours des incertitudes sur les valeurs d’âge données.

33Exactitude : proximité d’une estimation quantitative (valeur mesurée ou calculée) par rapport à sa vraie valeur.

34Excisura major (O) : fente séparant le rostrum et l’antirostrum.

35Excisura minor (O) : fente séparant le postrostrum et le pararostrum.

36Eocus (pl. foci) (E) : centre d’origine et partie plus ou moins centrale d’une écaille.

37Granule primordial (O) : composant primaire ou initial du primordium. Il peut exister un ou plusieurs granules primordiaux dans chaque primordium. Dans la sagitta, les granules peuvent être composés de vatérite alors que le reste du primordium est composé d’aragonite typique.

38Groupe d’âge : cohorte des poissons d’un âge donné (e.g. le groupe d’âge 5 ans). Ce terme n’est pas synonyme de classe d’âge.

39Initium (Sq) : centre d’origine de la croissance des rayons de nageoire.

40Interruption de croissance microstructurale (O) : discontinuité dans la croissance cristalline marquée par le dépôt d’une zone organique. Elle peut être localisée ou correspondre à une structure concentrique complète. Voir Discontinuité.

41Lapillus (pl. lapilli) (O) : une des trois paires d’otolithes trouvées dans le labyrinthe membraneux des poissons Ostéichthyens. Le plus dorsal parmi les otolithes, il est contenu dans l’utriculus (chambre) de la pars superior. Chez la plupart des poissons, cet otolithe a la forme d’une sphère aplatie et il est plus petit que la sagitta. Voir la figure II.A.1.

42Lecture, lecteur : terme spécial du jargon des sclérochronologistes. La lecture d’une pièce calcifiée consiste à interpréter ses marques de croissance. Le lecteur est une personne qui tente d’interpréter les marques enregistrées dans une pièce calcifiée donnée.

43Ligne cimentante (Sq) : une ligne cimentante se présente sous la forme d’une fine ligne chromophile avec un degré de minéralisation plus élevé que le tissu osseux environnant. Il existe deux sortes de lignes cimentantes : les lignes de résorption (= lignes de réversion) et les lignes d’arrêt de croissance (lac).

44Ligne cimentante de résorption (Sq) : les lignes de résorption (lignes de réversion) apparaissent sur les surfaces résorbées irrégulières et sont donc discordantes par rapport à la trame osseuse. La ligne de résorption sépare l’os secondaire de l’os primaire. Voir la figure II.C.4.

45Ligne d’arrêt de croissance (ou lac) (Sq) : les lignes d’arrêt de croissance apparaissent sur les surfaces non résorbées et sont donc concordantes avec les dépôts osseux successifs. La ligne d’arrêt de croissance est une discontinuité à l’intérieur du tissu osseux qui correspond à une interruption de croissance totale mais temporaire. Voir la figure II.C.9.

46Lobes (O) : protubérances mineures et arrondies de la sagitta le long des bords dorsal et ventral.

47Macro-accroissement (ou macrostructure) : accroissement qui possède une largeur de plus de 50 micromètres. Le préfixe « macro » sert à indiquer que la structure en question est relativement grande et qu’elle peut être observée sous la loupe binoculaire. Terme souvent utilisé pour décrire des accroissements saisonniers. Voir Accroissement.

48Marque : expression générale désignant un ensemble de structures histomorphologiques semblables ou ayant une densité optique comparable, et formées dans les tissus durs en cours de croissance. Voir Zone.

49Marque de croissance (ou anneau ou zone) : voir Marque ou Zone.

50Micro-accroissement (ou microstructure) (O) : accroissement de moins de 50 μm de largeur, plus généralement compris entre un et 20 micromètres. Le préfixe « micro » indique que la structure considérée est d’une taille relativement réduite et qu’elle ne peut être observée qu’avec l’aide de la microscopie photonique et/ou électronique. Terme souvent utilisé pour décrire les marques de croissance sub-journalières et journalières des otolithes. Voir Accroissement.

51Minéralisation : processus biologique de dépôt des cristaux ou de matériel minéral amorphe dans ou sur une matrice organique.

52Noyau (O) : zone ou zones entourant un ou plusieurs primordia et délimitée(s) par la première zone-D nette. Voir la figure II.A.5. Certains poissons (e.g. Salmonidés) possèdent de multiples primordia et de multiples noyaux.

53Nucleus, Kernel (O) : termes collectifs utilisés à l’origine pour indiquer les primordia et le noyau de l’otolithe. Néanmoins, ces termes sont ambigus et ne devraient pas être utilisés dans la description des micro structures. Les termes préconisés sont « primordium » et « noyau » (voir définitions). Lors d’une observation macroscopique, le terme « nucleus » a pu être utilisé pour décrire une région autour du noyau, même si les limites de cette région ne sont pas très claires. Si le terme est utilisé pour décrire des macrostructures, il demande cependant une définition précise.

54Os compact (Sq) : os dont l’architecture présente un volume de tissu osseux largement supérieur à celui des cavités vasculaires. L’os compact peut être avasculaire.

55Os primaire (Sq) : tissu osseux déposé en premier, sans qu’il y ait eu de dépôt antérieur à cet endroit.

56Os secondaire (Sq) : tissu osseux déposé dans une région où l’os primaire a été résorbé (substitution de tissu osseux).

57Os spongieux (Sq) : os dont le tissu est très vascularisé. Le volume des cavités vasculaires est beaucoup plus grand que celui du tissu osseux.

58Ossification (Sq) : ensemble des processus impliqués dans la formation de l’os.

59Ostéoblaste (Sq) : cellule spécifique du tissu osseux qui synthétise la matrice osseuse et qui est localisée sur les surfaces interne (endoste) ou externe (périoste) de ce tissu.

60Ostéoclaste (Sq) : cellule spécifique du tissu osseux qui est impliquée dans la résorption de l'os. Elle est généralement plurinucléée chez les Vertébrés supérieurs mais peut être mononucléée chez les poissons.

61Ostéocyte (Sq) : cellule spécifique du tissu osseux qui est incluse au sein du tissu et qui transporte les éléments nutritifs dont l’os a besoin. C’est un ostéoblaste incorporé dans le tissu.

62Ostéogenèse (Sq) : processus de la formation du tissu osseux par les cellules spécialisées (ostéoblastes).

63Ostéone primaire (Sq) : canal vasculaire entouré de lamelles d’os concentriques qui sont déposées de façon centrifuge et qui ne dépend pas d’une résorption préalable.

64Ostéone secondaire (ou système de Havers ou système haversien) (Sq) : cavité d’érosion formée à partir d’un canal vasculaire issu de l’activité ostéo-clastique et remplie secondairement avec des lamelles concentriques d’os secondaire déposées de façon centripète.

65Otolithométrie (O) : estimation de l’âge à partir des marques de croissance enregistrées et conservées dans les otolithes des poissons Téléostéens.

66Pararostrum (O) : excroissance postérieure et dorsale de la sagitta. Généralement plus courte que le postrostrum. Terme utilisé dans la description morphologique des otolithes de Clupeidae.

67Patron de croissance : notion de croissance relative des structures pendant une période donnée de la vie de la pièce calcifiée (e.g. annuli ou accroissement journalier).

68Plan de focalisation optique (O) : plan dans la structure 3D de l’otolithe dans lequel les microstructures sont distinguables en microscopie photonique. Dans le plan de focalisation, l'orientation de l’axe de croissance est perpendiculaire à la direction de l’observation.

69Postrostrum (0) : excroissance postérieure et ventrale de la sagitta. Généralement plus grande que le pararostrum. Terme utilisé dans la description morphologique des otolithes de Clupeidae.

70Précision : proximité de mesures répétées de la même quantité. Pour des mesures techniques sans biais, la précision implique aussi de l’exactitude mais les deux termes ne sont pas équivalents.

71Primordium (pl. primordia) (O) : structure initiale complexe de l’otolithe. Constitué de matériel granulaire et fibrillaire entourant un ou plusieurs nuclei denses de 0,5 à 1,0 μm de diamètre. Dans les premiers stades de la croissance de l’otolithe, si plusieurs primordia sont présents, ils fusionnent généralement pour former le noyau de l’otolithe.

72Radius (pl. radii) (E) : sillon radiaire et orienté, prenant généralement naissance à partir du focus de l’écaille et correspondant à une absence de couche superficielle (externe) de l’écaille. Voir la figure II.B.1.

73Remaniement osseux (Sq) : processus de reconstruction du tissu osseux qui intervient à l’intérieur ou en bordure de l’os. Il peut affecter l’os primaire ou secondaire et n’importe quel type de tissu. Il est lié à la morphogenèse de l’os durant les premiers stades de vie, à une demande physiologique ou à des contraintes mécaniques.

74Résorption : perte de matériel originel d’une pièce calcifiée à cause d’un processus physiologique (e.g. matériel extrait de sa place d’origine).

75Résorption osseuse (Sq) : action de l’érosion de la surface de l’os par les ostéoclastes (ostéoclasie) ou les ostéocytes à leur propre périphérie (ostéolyse périostéocytaire).

76Rostrum (O) : excroissance antérieure et ventrale de la sagitta. Généralement plus grande que l’antirostrum. Voir la figure II.A.4.

77Sagitta (pl. sagittae) (O) : une des trois paires d’otolithes trouvées dans le labyrinthe membraneux des poissons Ostéichthyens. Elle est contenue dans le sacculus (chambre) de la pars inferior. Elle est généralement compressée latéralement et de forme elliptique. Cependant, la forme de la sagitta varie considérablement entre les espèces. Chez les non-Ostariophyses, la sagitta est beaucoup plus volumineuse que l’asteriscus et le lapillus. La sagitta est l’otolithe le plus fréquemment utilisé dans les études qui utilisent les otolithes. Voir la figure II.A.1.

78Scalimétrie (E) : estimation de l’âge à partir des marques de croissance enregistrées et conservées dans les écailles des poissons Téléostéens.

79Sclérochronologie : méthode d’estimation de l’âge et de la durée de traits d’histoire de vie à partir des marques de croissance enregistrées et conservées dans les pièces calcifiées des poissons Téléostéens.

80Squelettochronologie (Sq) : estimation de l’âge à partir des marques de croissance enregistrées et conservées dans les os du squelette non écailleux des poissons Téléostéens.

81Structure secondaire : terme utilisé pour toutes les macrostructures qui ne semblent pas identiques aux zones opaque et translucide d’un annulus. L’exemple le plus courant est celui des faux ou doubles anneaux.

82Sulcus acusticus (ou sulcus) (O) : sillon médian marqué le long de la surface de la sagitta. Une large portion de l’otosac vient se loger à l’intérieur du sulcus. Il est souvent mentionné dans les études sur les otolithes à cause de la clarté des accroissements dans sa région sur la coupe transversale de la sagitta. Voir la figure II.A.4.

83Système de Havers (ou système haversien) (Sq) : voir Ostéone secondaire.

84Tissu osseux pseudo-lamellaire (ou tissu osseux à fibres parallèles) (Sq) : tissu osseux composé d’une matrice incluant des fibres de collagène parallèles d’une couche de tissu à l’autre.

85Ultrastructure : structure d’un tissu observée à un grossissement très élevé (en particulier avec la microscopie électronique).

86Validation : processus d’évaluation de l’exactitude d’une méthode d’estimation de l’âge. Le terme de validation regroupe un ensemble de processus et ne doit pas être considéré dans l’absolu. Si la méthode utilisée implique un décompte de zones, alors une partie de la validation implique de confirmer la signification temporelle de ces zones. La validation d’une procédure d’estimation de l’âge démontre si la méthode est solide et basée sur des faits étayés.

87Vérification : processus de démonstration qu'un fait est vrai. Les estimations d’âge individuel peuvent être vérifiées si une méthode de validation a été employée. La vérification implique de tester les hypothèses et de déterminer dans l’absolu si elles sont vraies ou fausses. Voir Corroboration.

88Zone : région d’une pièce calcifiée de structure identique ou de densité optique comparable. Synonyme de « marque » ou « anneau », ou encore de « bande ». L’utilisation de ce terme doit être illustrée.

89Zone de transition (O) : zone de changement dans la structure de l’otolithe entre deux régions semblables ou dissemblables. Dans certains cas, la zone de transition est reconnue par un manque de structure ou d’accroissement, ou par un changement brutal de la forme (en largeur ou en contraste) des accroissements. Des zones de transition sont souvent formées pendant la métamorphose du stade larvaire vers le stade juvénile, ou pendant des changements d’habitats significatifs comme les passages d’un habitat pélagique à un habitat démersal, ou d’un milieu marin à un milieu dulçaquicole. Si le terme est utilisé, il demande une définition précise.

90Zone hyaline : zone qui permet le passage d’une quantité de lumière plus grande qu’une zone opaque. Ce terme doit être évité et remplacé par « zone translucide ». Voir Zone translucide.

91Zone multiple (ou anneau ou marque) : ensemble de zones de croissance rapprochées comparées à la taille de la pièce calcifiée considérée et à la distance entre les annuli, et qui peuvent être considérées comme un seul annulus.

92Zone opaque : zone qui empêche le passage de la lumière comparée à une zone translucide. Ce terme est toujours relatif puisqu’une zone est estimée opaque par rapport à l’apparence des autres zones qui l’entourent. Pour les otolithes non préparés et sous une lumière transmise, la zone opaque apparaît sombre et la zone translucide apparaît lumineuse. Sous une lumière réfléchie, la zone opaque apparaît lumineuse et la zone translucide est sombre. Il est difficile de donner une valeur absolue pour la densité optique de telles zones. Voir Zone translucide.

93Zone surnuméraire (ou anneau ou marque) : marque qui n’est pas retenue pour l’estimation de l’âge ou qui n’est pas considérée comme un annulus. Cette marque est en général apériodique.

94Zone translucide : zone qui permet le passage d’une quantité de lumière plus importante qu’une zone opaque. Ce terme est toujours relatif puisqu’une zone est estimée translucide par rapport à l’apparence des autres zones qui l’entourent (voir Zone opaque). Il est difficile de donner une valeur absolue pour la densité optique de telles zones. Pour les otolithes non préparés et sous une lumière transmise, la zone translucide apparaît lumineuse et la zone opaque apparaît sombre. Sous une lumière réfléchie, la zone translucide apparaît sombre et la zone opaque est lumineuse. Le terme « hyalin » a pu être utilisé mais le terme « translucide » est préférable.

95Zone-D (O) : portion d’un micro-accroissement d’un otolithe qui apparaît sombre sous une lumière photonique transmise et comme une dépression après une attaque acide et une observation en microscopie électronique à balayage. Cette partie du micro-accroissement contient une grande quantité de matrice organique et une quantité moindre de carbonate de calcium par rapport à la zone-L. Elle était nommée « zone discontinue » ou « zone riche en matrice » dans les premiers travaux descriptifs mais le terme désormais utilisé est « zone-D ». Voir Zone-L et la figure II.A.5.

96Zone-L (O) : portion d'un micro-accroissement d'un otolithe qui apparaît lumineuse sous une lumière photonique transmise et comme un relief élevé après une attaque acide et une observation en microscopie électronique à balayage. C’est la partie du micro-accroissement qui contient une faible quantité de matrice organique et une plus grande proportion de carbonate de calcium par rapport à la zone-D. Elle était nommée « zone d’accrétion » dans les premiers travaux descriptifs mais le terme désormais utilisé est « zone-L ». Voir Zone-D et la figure II.A.5.

Auteurs

mnhn, fr cnrs 1451, laboratoire d’ichtyologie générale et appliquée, 43 rue Cuvier, 75231 Paris Cedex 05, France
Tél. : +33 1 40 79 37 61 - Fax : +33 1 40 79 37 71
ou,
Université Denis Diderot-Paris 7, umr cnrs 8570, 2 place Jussieu, 75251 Paris Cedex 05, France
E-mail : meunier@mnhn.fr

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search