Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Synthèse. Recommandations

Synthèse - point 3. La situation spécifique du Cameroun en termes de projets de développement et de risques sanitaires associés

Texte intégral

1Au Cameroun comme dans les autres pays tropicaux en développement, les grands projets d’aménagement représentent la principale méthode permettant à l’homme de produire plus de nourriture et d’énergie, moyennant des modifications de son environnement.

2On a initialement construit des grands barrages (comme ceux de Édéa et Songloulou) pour assurer l’indépendance énergétique du pays, puis des complexes agro-industriels pour renforcer et diversifier les exportations. Les barrages mixtes (Bamendjin) et les petits barrages (dans les monts Mandara) ont fait leur apparition plus tardivement, au cours de la décennie 1970-1980, pour apporter l’autosuffisance alimentaire aux populations. En milieu rural, ces aménagements peuvent s’accompagner de risques épidémiologiques (bilharziose, paludisme, onchocercose...), comme cela ressort de plusieurs études (annexe 4). En milieu urbain, le processus de développement s’est souvent fait de façon anarchique, sans plan directeur, avec, entre autres, des implantations d’usines en plein centre urbain, dont les effluents sont hautement néfastes pour les écosystèmes aquatiques.

COMPLEXES AGRO-INDUSTRIELS

3Au Cameroun, le processus de développement est fortement marqué par l’implantation de plusieurs complexes agro-industriels, tels ceux de la Société sucrière du Cameroun (Sosucam) incluant la Cameroon Sugar Company (Camsuco) sur les bords du fleuve Sanaga. Ces aménagements ont des répercussions diverses sur l’environnement et l’épidémiologie de certaines maladies transmissibles.

4L’implantation de l’industrie sucrière, non loin de la Sanaga, a été à l’origine de la création de la communauté urbaine de Mbandjock, ville de moyenne importance, caractérisée par un accroissement rapide, et mal maîtrisé, de la population, par un sous-équipement sanitaire et social et par de forts mouvements migratoires consécutifs aux cultures sucrières. Mbandjock connaît, en effet, une croissance rapide en populations d’origines diverses, avec de fortes disparités spatiales liées à la juxtaposition de quartiers différents selon l’ethnie et la classe sociale (annexe 1).

Environnement physique, économique et social du complexe sucrier de Mbandjock

5Située en zone de mosaïque forêt-savane (guinéo-soudanienne), dans une région humide où la culture de la canne à sucre ne nécessite pas d’irrigation, Mbandjock est aussi une zone de transition entre les pathologies de la zone soudano-sahélienne du nord, dominée par la bilharziose, et de la zone équatoriale, forestière, du sud marquée par les filarioses, la trypanosomiase humaine africaine et Le paludisme à transmission continue. Mbandjock, se trouvant au centre de ces différents courants sociaux et biogéographiques, exprime diversement ces pathologies.

6La mise en valeur du bas-fond du quartier Mambrah (comme les autres bas-fonds entourant les quartiers de la ville de Mbandjock) par les cultures maraîchères, pendant la grande saison sèche, représente la principale source de gîtes larvaires d’origine anthropique qui va favoriser une transmission du paludisme durant la saison sèche (entre décembre et février) et assurer la pérennité de la transmission entre les deux saisons des pluies.

7Cette activité agricole périurbaine est l’une des caractéristiques des villes agro-industrielles et la population la pratique régulièrement pour assurer sa subsistance.

Paludisme et autres maladies vectorielles à Mbandjock

8La région de Mbandjock a fait l’objet d’études approfondies conduites par des équipes pluri-disciplinaires de l’IRD, alors Orstom. De ces travaux, il ressort principalement une très grande hétérogénéité de la zone vis-à-vis du paludisme, de l’onchocercose, de la bilharziose et des nématodoses intestinales, avec une opposition très nette entre le centre de la ville et les périphéries (annexe 5).

9Pour le paludisme, les prévalences (majoritairement à Plasmodium falciparum) sont maximales dans les quartiers périphériques Gare, Plateau et Bilingue, situés à proximité des zones inondables où se développent les stades préimaginaux de Anopheles gambiae, le principal vecteur. Les quartiers centraux sont diversement touchés. Dans le quartier Mambrah, étudié en fonction de plusieurs paramètres liés à l’urbanisation, les gîtes larvaires d’anophèles sont localisés dans le marécage qui borde le quartier, tandis que les prévalences plasmodiales et l’agressivité des vecteurs tendent à baisser de façon significative lorsque les densités de population humaine et la distance séparant les habitations des gîtes larvaires augmentent.

10Cette disparité spatiale a aussi été mise en évidence dans deux quartiers de la ville d’Édéa où se trouve le complexe industriel de transformation de l’aluminium Alucam (annexe 5).

11Mbandjock évoque le cas de la ville de Pikine au Sénégal qui, avec une superposition de la géographie du risque anophélien, des densités de population et du niveau socio-économique, individualise différents types de situations épidémiologiques en matière de paludisme (annexe 6).

12L’onchocercose est très répandue dans la région de Mbandjock, Le taux d’infestation s’élevant à 30,6 % en ville et 70 % (dont environ 5 % d’aveugles) dans les villages situés sur les bords du fleuve Sanaga (annexe 4). Les villages qui entourent la ville de Mbandjock et, dans une moindre mesure, les quartiers périphériques sont hyper-endémiques. Les densités de simulies sont élevées le long des galeries forestières, dans les champs de canne à sucre et à l’orée des quartiers périphériques, alors que les quartiers du centre de la ville apparaissent épargnés. En dehors des quartiers périphériques, seuls les sujets (des hommes pour la plupart) dont l’activité professionnelle les mène de façon répétée au contact des simulies dans les champs semblent exposés à cette parasitose dont la morbidité est liée à l’accumulation de piqûres infestantes (annexe 1).

13Quatorze cas seulement de bilharziose, sans doute contractés en dehors de la ville, ont été diagnostiqués en 1991. Vingt ans plus tôt, le taux de prévalence s’élevait à 52 % pour la forme urinaire parmi les sujets adultes originaires de l’extrême nord du pays. La bilharziose urinaire ne s’est donc pas implantée dans la ville, malgré la présence récente de bulins dans les cours d’eau avoisinants (annexe 2). La mise en place de bornes-fontaines dans la ville et l’absence de canaux d’irrigation ont vraisemblablement contribué à diminuer les contacts homme-vecteur autour des points d’eau.

BARRAGES

14Au Cameroun, les grands barrages sont la source principale de la production d’énergie électrique pour l’ensemble du territoire. Cependant, La demande croissante en denrées alimentaires dans La sous-région de L’Afrique centrale et Le souci de maintenir l’autosuffisance alimentaire pour faire face à une forte croissance démographique poussent Les décideurs camerounais à utiliser les grands barrages non seulement pour la production d’énergie mais également à des fins agropastorales (annexe 4).

Types de barrages et modifications associées de l’environnement

15Sept grands barrages et une dizaine de petits barrages sont en service au Cameroun ; quatre autres sont en projet. Parmi les grands barrages, cinq sont hydroélectriques, propriété de l’État, construits et gérés par La Société nationale d’électricité du Cameroun (Sonel) pour la production de l’énergie électrique. Les deux autres sont des barrages mixtes, à vocation agricole et piscicole d’une part, hydroélectrique d’autre part. La répartition géographique de ces ouvrages traduit le souci des décideurs de pourvoir l’ensemble du territoire national en électricité (carte 3).

16Par opposition aux grands barrages, tous les petits barrages sont exclusivement des barrages de retenue pour les besoins domestiques en eau. Ce sont des ouvrages de dimensions modestes, construits dans certaines villes (Yaoundé, Mokolo). Sous l’angle écologique, les données concordantes montrent que l’impact de ces barrages, grands et petits, sur la santé humaine concerne le paludisme, la bilharziose, l’onchocercose, la filariose de Bancroft et la dracunculose (annexe 4).

Impact des barrages sur le paludisme et autres maladies vectorielles

17Au Cameroun, les conséquences des modifications de l’environnement induites par les barrages se retrouvent à deux niveaux des troubles, classiquement connus, du point de vue nosologique :

  • la transformation des pathologies déjà présentes dans la zone d’aménagement ;

  • L’apparition de nouvelles maladies, pendant ou après l’achèvement des travaux de construction du barrage.

18C’est le cas pour le paludisme et l’onchocercose dans la région de Bamendjin et du paludisme ainsi que de La bilharziose dans la région de Lagdo. Une augmentation du nombre de cas de trypanosomiase humaine africaine est aussi à craindre lorsqu’un projet de développement s’implante à proximité de forêts-galeries abritant des gîtes de ponte de glossines ou dans le cas de travailleurs migrants déjà contaminés (annexe 5).

19Dans les monts Mandara, au niveau de la digue de petits barrages, les cascades créent souvent des gîtes à simulies (Simulium damnosum), notamment sur les déversoirs profilés en marche d’escalier comme celui du barrage de Djingliya (annexe 4). Lorsque le débit dans le lit de la rivière en aval est rapide, les larves et les nymphes des simulies se fixent à même le sol. Si, au contraire, le débit est lent, avec des biefs formant des flaques ou des mares pérennes, il se développe des gîtes à mollusques et à cyclopidés, respectivement hôtes intermédiaires de la bilharziose et du ver de Guinée.

RIZICULTURE

20Des projets rizicoles de grande envergure ont été réalisés à différents endroits du pays : la plaine du Logone, la vallée de la Bénoué, la plaine de Ndop et la plaine des M’bos. Parmi ces projets fonctionnels (excepté celui de la plaine des M’bos), celui de la plaine du Logone est le plus important, et le plus étudié, de par sa superficie (près de 20 000 ha de rizières).

Physionomie des zones cultivées

21L’implantation des projets rizicoles a entraîné des transformations profondes de l’environnement au Cameroun. Tous ont abouti à la création de plusieurs centaines d’hectares de rizières où pullulent des moustiques et, plus particulièrement, des anophèles vecteurs du paludisme. L’absence de végétation aquatique, et d’ombre, dans ces rizières les rend peu favorables au développement des mollusques hôtes intermédiaires des schistosomes.

22Avec le projet d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry), d’autres biotopes ont été créés, ou modifiés, en relation étroite avec les rizières, il s’agit :

  • des canaux d’irrigation et des drains qui offrent des conditions favorables au développement des bulins et des planorbes grâce à la présence d’une végétation aquatique et à la faible vitesse du courant ;

  • du lac de retenue, milieu très propice au développement des mollusques, cette retenue d’eau permanente permettant l’irrigation des rizières tout au long de l’année ; l’eau du lac est aussi utilisée pour la boisson et les activités domestiques, et plusieurs formes de pêche se développent (avec la pirogue, le filet, la nasse ou la ligne) ;

    • 3 Bivalves ou lamellibranches : mollusques aquatiques caractérisés par leur coquille composée de deux (...)
    • 4 Mollusques à branchie située en avant du cœur ; leur coquille se caractérise par une ouverture obtu (...)

    du fleuve Logone, seul cours d’eau permanent de la région, qui permet l’irrigation directe des rizières de Yagoua et indirecte des rizières de Maga ; son courant rapide et la rareté de la végétation aquatique font de son lit majeur un milieu propice au développement des mollusques lamellibranches (ou bivalves3) et de certains mollusques gastéropodes prosobranches4 ;

    • 5 Nom générique local désignant les cours d'eau temporaires du nord du Cameroun.

    du Mayo Guerlo, rivière qui fonctionne comme les autres mayos5 mais qui est en relation directe avec les activités rizicoles car elle se déverse dans le drain principal des casiers de la rizière de Yagoua. La faune y est très variée et abondante, dominée par les bulins (annexe 3).

23Ce mayo représente un risque de transmission d’autant plus grand qu’il assure l’homogénéisation des mollusques et des parasites entre les deux périmètres de Yagoua et de Maga.

Impact de la riziculture sur l’environnement

24L’impact social du projet rizicole de Maga a été étudié, après la mise en eau du lac de retenue, au travers de deux enquêtes transversales réalisées au début et à la fin de la mise en eau du lac dans trois zones (zone du lac, zone d’aménagement et zone limitrophe) (annexe 3).

25Les résultats ont montré un accroissement de la population humaine de 2,6 % dans la zone limitrophe et de 5 % dans la zone d’aménagement, lié à l’immigration importante des populations attirées vers cette zone pour la mise en exploitation des casiers rizicoles. En revanche, une diminution importante (47,8 %) de la population a été rapportée dans la zone du lac.

26Le même genre de phénomène migratoire a été observé dans le projet de riziculture de la plaine des M’bos où les populations bamiléké des montagnes voisines sont parties vers la plaine pour pratiquer la culture du riz.

  • 6 À l'époque, 100 FCFA valaient environ 2 FF.

27L’impact de la riziculture sur l’environnement économique dans la région de Maga est marqué par une augmentation des charges financières des riziculteurs. Depuis l’introduction de la riziculture irriguée, les redevances, en nette progression, sont passées de 19 330 FCFA6 en 1973-1974 à 55 000 FCFA en 1981-1982, cette hausse étant due aux frais supplémentaires exigés des riziculteurs en raison de certaines prestations telles que l’irrigation, l’encadrement, l’achat de plants et d’engrais. L’impact de la riziculture dans cette région s’est également traduit par une augmentation des salaires des riziculteurs.

Impact de la riziculture sur le paludisme et les autres maladies à vecteurs

28Les études, essentiellement épidémiologiques, menées dans les régions rizicoles de Yagoua et de Maga ont montré que la riziculture irriguée n’a pas été un facteur d’augmentation des indices plasmodiques. Il semble que cela puisse surtout être attribué à l’élévation du niveau socio-économique des populations.

29De nombreuses études font apparaître que, d’une façon générale, la riziculture entraîne une augmentation des densités anophéliennes agressives dans la zone du projet, qui peut, dans certaines situations, s’accompagner ou non d’une modification de la dynamique de la transmission (rythme, intensité) du paludisme (annexe 3) et de l’épidémiologie du paludisme selon ses caractéristiques initiales : paludisme stable/paludisme instable.

30Concernant la bilharziose, les études d’impact (annexe 1) ont montré que, malgré les densités élevées de planorbes et de bulins dans les drains et le lac de retenue, la riziculture n’a pas contribué à une augmentation de la prévalence et de l’incidence de la bilharziose urinaire dans la région de Yagoua-Maga où les taux sont plus faibles que dans la zone périphérique. Des résultats différents ont été enregistrés dans la vallée de la Bénoué, où les flux migratoires sont très importants, avec un niveau de prévalence de 53,3 % dans le village de riziculture irriguée de Gounougou, ce pourcentage étant significativement supérieur à celui mesuré dans le village non irrigué de Djalingo-Kapsiki (35,3 %).

AMÉNAGEMENTS URBAINS

Organisation de l’espace urbain

31La répartition spatiale de la population urbaine est très hétérogène, avec des écarts considérables conditionnés par plusieurs facteurs dont le nombre d’habitants.

32Dans les grandes villes de plus de 100 000 habitants, comme Douala, Yaoundé et Bafoussam, l’organisation spatiale est marquée par l’existence de constructions, de voies communales et d’une voirie urbaine obéissant plus ou moins à un plan cadastral.

33Le centre de la ville est généralement urbanisé et doté d’infrastructures adaptées aux activités économiques en rapport avec les flux convergents, observés à partir des zones d’approvisionnement en matières premières, et les flux divergents vers les zones de consommation des produits fabriqués. Toutefois, la pollution des cours d’eau et l’accumulation des ordures sont fréquentes et montrent les limites d’une urbanisation mal maîtrisée.

34À la périphérie des villes, la disparité est encore plus frappante entre les beaux lotissements des quartiers résidentiels, les zones industrielles et les quartiers défavorisés aux habitats sommaires ou spontanés. Dans ces quartiers manquent l’eau courante, l’électricité ainsi que les voies d’accès carrossables. Les cultures maraîchères, principalement les légumes verts et le maïs, la pisciculture et l’élevage sont pratiqués de façon sporadique et à petite échelle dans le périmètre des concessions de certains quartiers résidentiels, mais aussi au cœur même de la cité, notamment les cultures vivrières.

35Dans les villes de moins de 100 000 habitants, l’urbanisation est insuffisante, mal gérée et ne semble pas être planifiée. Le plan cadastral directeur est tantôt consulté mais non respecté, tantôt non utilisé. Des villes doivent leur développement à un flux d’activités intermédiaires entre les villages et les grandes villes. Le centre urbain proprement dit est relativement petit, avec des constructions modestes ; la voirie urbaine est pratiquement inexistante, le réseau d’adduction d’eau limité. D’après Ngam (1983), à Bafang, ville d’environ 60 000 habitants, 60,5 % de la population disposent de l’eau du robinet et 39,5 % consomment l’eau des puits ou des sources. En revanche, le niveau des disparités intra-urbaines est plus faible que dans les grandes villes. On ne retrouve pas le contraste, bien tranché, entre un centre-ville avec de bonnes infrastructures et la périphérie mal desservie, pas plus qu’une « ceinture de pauvreté » périurbaine. Les quartiers résidentiels n’existent pratiquement pas ou ne présentent que peu de constructions. Les maisons cossues se répartissent indifféremment entre les différents quartiers, centraux et périphériques.

36En somme, qu’il s’agisse de grandes ou de petites villes, du point de vue des problèmes sanitaires, les deux aspects essentiels sont celui de l’hygiène urbaine par rapport aux maladies vectorielles et celui des disparités intra-urbaines par rapport à la gestion des eaux.

Maladies à vecteurs en milieu urbain

  • 7 Maladies émergentes-réémergentes : les premières désignent toute pathologie récente telle que le si (...)

37Les études épidémiologiques, entomologiques et malacologiques menées depuis les années 1980 dans plusieurs agglomérations urbaines du pays soulignent que le paludisme, la schistosomose et l’onchocercose représentent les maladies vectorielles ayant le plus subi les influences de la carence d’hygiène urbaine au Cameroun. Deux autres affections, la trypanosomiase humaine africaine et les arboviroses, qui posent actuellement le problème des maladies « émergentes-réémergentes7 », doivent attirer l’attention des décideurs et des scientifiques de par le risque de lourdes conséquences socio-économiques que leur propagation entraînerait.

Paludisme

38Dans les grandes villes comme Douala et Yaoundé, le faciès écologique, dominé par l’anthropisation des milieux aquatiques, conduit à la multiplication des gîtes larvaires favorables aux Culex au détriment des anophèles. Il en résulte des indices d’endémicité (enfants de 2 à 9 ans) plus faibles (10,3 % à Douala ; 9,2 % à Yaoundé) que dans Les villages. À Édéa, ville moins polluée que les deux précédentes, l’indice d’endémicité est beaucoup plus élevé (45 %).

39Par ailleurs, à Yaoundé, l’automédication serait l’une des causes essentielles des échecs thérapeutiques en raison des doses infracuratives utilisées, avec le recours à la chloroquine et à la quinine comme médicaments de première intention (annexe 6) ; Yaoundé est reconnu depuis 1988 comme un foyer de pharmacorésistance élevée aux amino-4-quinoléines, s’accompagnant d’une baisse de sensibilité des souches à la quinine.

40Le profil de la morbidité palustre, selon le statut socio-économique, est marqué par les manifestations fonctionnelles qui sont souvent de faible intensité et avec peu de symptômes (63 % des cas) par rapport aux accès palustres francs hyperthermiques (27 % des cas).

Autres maladies vectorielles en milieu urbain

41La bilharziose et La trypanosomiase humaine africaine ont sensiblement régressé dans les milieux urbains du Cameroun, alors que l’onchocercose y a pratiquement disparu, sauf dans les villes de Mbandjock et de Monatélé situées à proximité des rapides de la rivière Sanaga (annexe 4). En ville, les cas d’arbovirose chez l’homme sont hypothétiques, sauf pour la fièvre jaune dont l’émergence est d’actualité (annexe 5). Mais les autres arboviroses devraient être recherchées.

Bilharziose

42Deuxième cause de morbidité au Cameroun après le paludisme, la bilharziose sévit à Yaoundé, la capitale, mais aussi à Douala (la plus grande ville du pays) et dans une dizaine d’autres grandes villes (annexe 4) ; elle y est cependant beaucoup moins fréquente que le paludisme.

43Les analyses épidémiologiques ont montré l’influence, en milieu urbain, des facteurs socio-économiques sur la bilharziose. Dans une série de 81 personnes atteintes de bilharziose intestinale vivant dans le quartier Nkolbisson de Yaoundé, 22 % habitent en première ligne, c’est-à-dire dans les maisons situées à moins de 20 m des rives du site de contamination représenté par Le grand lac, 49 % habitent en seconde ligne (entre 20 et 40 m), 22 % au-delà de ce périmètre et 7 % dans les quartiers éloignés de plus de 200 m des rives du lac. Toutefois, certaines familles de première ligne sont moins infestées que celles de seconde ligne, cela pouvant s’expliquer par le fait qu’elles disposent de l’eau du robinet à domicile.

44À Douala, carrefour des voies de communication reliant les foyers de bilharziose de Édéa, Njombé, Loum et Kumba, le taux de prévalence de la bilharziose intestinale (due à Schistosoma intercalatum) est relativement faible : 2,1 % dans les écoles réparties dans le quartier infesté de New-Deïdo, caractérisé par une urbanisation récente et incontrôlée. Outre le fait que l’adduction d’eau reste embryonnaire, l’assainissement, inexistant dans ce quartier, est directement responsable de la pollution fécale constatée.

45Dans Les villes de moins de 100 000 habitants (annexe 6), les taux d’infestation sont compris entre 10 % et 20 %, c’est-à-dire plus élevés qu’à Douala et Yaoundé. Le paysage est celui d’une mosaïque de zones urbanisées et de secteurs à caractère purement rural. C’est dans ces secteurs, où les structures et le mode de vie sont comparables à ceux des villages, que prévalent le péril fécal et la bilharziose. Tel est le cas du quartier Rimis à Bafia, où sont aménagés les étangs de pisciculture, le quartier Pongo à Édéa avec les sanitaires sur pilotis et le quartier Petit-Nkam à Kékem où le seul marigot hébergeant les mollusques infestés traverse le centre-ville.

Trypanosomiase humaine africaine

46La trypanosomiase urbaine sévit encore aujourd’hui à Douala, Bafia et Mamfé et menace les villes touristiques de Kribi et Dschang de par leur proximité avec les foyers ruraux de Bipindi et de Fontem respectivement.

47À Douala, le vecteur, Glossina palpalis palpalis, trouve dans les mangroves bordant certains quartiers de la ville des conditions de survie favorables, ainsi que dans des reliquats de formations boisées à la limite de la ville, communément appelées « bois des singes ». Si, en général, les glossines sont en recul devant l’urbanisation, l’extension de la ville vers le nord met Les habitants de ces nouveaux quartiers en contact avec les glossines des mangroves.

48À Bafia, la trypanosomiase humaine africaine atteint la ville à partir du foyer rural d’Ombessa, situé à 20 km au sud. Les glossines (Glossina palpalis palpalis) ont pour gîtes les formations arbustives le long des cours d’eau traversant la ville et bordant les habitations (annexe 5).

Arboviroses

49En milieu urbain camerounais, seule la fièvre jaune représente les cas d’arbovirose humaine graves ; les autres arboviroses affectant l’homme sont moins graves (annexe 5). Sa présence en milieu urbain a été prouvée à Ayos en 1970, à Maroua en 1984 et plus récemment à Ngaoundéré en 1995.

  • 8 Indice de Breteau : nombre de gîtes contenant des larves ou des nymphes de Aedes aegypti pour 100 h (...)

50L’écologie de Aedes africanus, principal vecteur, n’ayant pu être précisée au Cameroun (annexe 5), Rickenbach et Button ont cherché à déterminer avec précision les risques encourus par les populations urbaines ou villageoises en calculant des indices stégomyiens, dont le plus connu est l’indice de Breteau8. Ils ont trouvé des valeurs supérieures à 50, dépassant nettement 1e seuil normal de 5 (annexe 5).

Onchocercose

51Cette filariose semble avoir évolué en sens inverse de celui de l’urbanisation. En effet, l’onchocercose a disparu dans les grandes villes où les rivières à courant rapide, et aux eaux claires et bien oxygénées, favorables aux larves et nymphes des simulies vectrices, sont absentes. Elle est, par contre, fréquente dans des villes moyennes (Monatélé et Mbandjock) localisées à proximité des rapides du fleuve Sanaga. À Édéa, ville située à côté des chutes d’un barrage hydroélectrique, les mesures préventives de lutte antivectorielle ont fortement réduit la nuisance due à Simulium squamosum, de sorte que l’onchocercose ne représente pas un problème de santé publique (annexe 5).

Notes

3 Bivalves ou lamellibranches : mollusques aquatiques caractérisés par leur coquille composée de deux valves, comme les moules et les huîtres.

4 Mollusques à branchie située en avant du cœur ; leur coquille se caractérise par une ouverture obturée par un opercule, comme les bigorneaux et les patelles.

5 Nom générique local désignant les cours d'eau temporaires du nord du Cameroun.

6 À l'époque, 100 FCFA valaient environ 2 FF.

7 Maladies émergentes-réémergentes : les premières désignent toute pathologie récente telle que le sida ou le paludisme chimiorésistant, dont les faits établissent qu'elles n'existaient pas dans un passé relativement récent ; les secondes désignent les pathologies qui réapparaissent ou augmentent de fréquence de façon significative, après avoir disparu ou été réduites à une faible prévalence ; c'est le cas de la trypanosomiase humaine africaine et de la tuberculose.

8 Indice de Breteau : nombre de gîtes contenant des larves ou des nymphes de Aedes aegypti pour 100 habitations. Selon les normes de l'OMS, un risque d'épidémie existe quand cet indice dépasse la valeur de 5.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search