Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Synthèse. Recommandations

Synthèse - point 2. Les risques sanitaires associés

Texte intégral

1L’étude de l’impact sanitaire des projets d’aménagement de l’environnement a connu une évolution sensible, sur le plan qualitatif, avec l’amélioration des diagnostics des maladies à vecteurs dans les pays en développement. Le scepticisme persiste, cependant, pour la quantification exacte des risques observés. Dans la plupart des cas, les grands travaux sont la principale cause probable de l’accroissement des maladies vectorielles observé dans l’environnement des ouvrages. Mais d’autres facteurs y participent, comme le niveau général de l’hygiène, l’état des centres de santé, l’accès aux soins, la disponibilité des médicaments, etc. Plusieurs études suggèrent l’existence d’associations possibles de ces différents facteurs dans la zone d’influence des projets. Cette association peut être « négative » avec l’aggravation de la situation, ou « positive » avec l’augmentation des revenus qui permet d’améliorer la prévention et le traitement des maladies à vecteurs, notamment le paludisme.

RISQUES QUALITATIFS

2Les résultats, publiés, sur la nature des risques sanitaires encourus dans l’environnement des travaux d’aménagement en milieu tropical permettent d’identifier trois principales influences des modifications environnementales à l’origine des nuisances et des déterminants des maladies vectorielles lorsque les mesures préventives ne sont pas prises dès la conception des projets :

  • la prolifération des vecteurs liée à la multiplication des sites favorables à leur développement ;
  • l’augmentation du flux migratoire des populations humaines ;
  • l’aggravation ou la transformation des pathologies déjà présentes dans la zone d’aménagement et/ou l’apparition de maladies nouvelles dans la région.

Modifications environnementales

3Tout aménagement du milieu naturel est le point de départ de modifications, plus ou moins rapides, de l’environnement qui sont de deux types : les modifications écosystémiques et les transformations hydrobiologiques.

4Les modifications écosystémiques en milieu aquatique sont elles-mêmes dominées par deux éléments :

  • la création, ou la prolifération, des gîtes larvaires favorables aux arthropodes et aux mollusques dans les différents biotopes1 (drain, lac de retenue, etc.) qui sont créés, ou amplifiés, par les projets (annexe 3) ;
  • le développement de la faune favorable à la transmission des maladies, et des plantes qui servent de gîte écologique, sinon de support, à certains insectes vecteurs et mollusques hôtes intermédiaires de diverses parasitoses.

5Les transformations hydrobiologiques et l’apparition de microclimats liées à l’élévation de la nappe phréatique offrent à certaines espèces animales, et à leur support végétal, des conditions propices à leur développement tout au long de l’année.

6Les effets conjugués de ces phénomènes ont été bien étudiés au Cameroun et dans d’autres pays d’Afrique (annexes 2 et 3). Ils se traduisent souvent par un développement de la faune vectorielle pouvant s’accompagner d’un accroissement de la transmission du paludisme ou d’autres maladies à vecteurs. Mais il faut être prudent et se garder de toute généralisation hâtive de type : plus de gîtes à anophèles donc plus de transmission donc plus de paludisme. Par exemple, un « paradoxe épidémiologique » a été observé dans la zone rizicole de la vallée de Kou (Burkina Faso). La riziculture a effectivement permis la prolifération du vecteur majeur (An. gambiae) mais l’intensité de la transmission n’a pas augmenté, cela étant probablement dû à un phénomène de régulation naturelle des populations anophéliennes, avec une réduction de la longévité survenant lorsqu’il y a une augmentation de la densité. Une situation entomo-épidémiologique comparable (augmentation de la densité anophélienne, mais pas de l’intensité de la transmission du paludisme) a été récemment observée dans les zones rizicoles du nord de la Côte d’ivoire (région de Korhogo).

7L’analyse des risques doit par conséquent porter sur la situation locale concernée en se fondant sur les connaissances et les expériences acquises sur le plan local et général.

Flux migratoires des populations humaines

8L’importance des mouvements de populations est diversement estimée. D’une façon générale, dans les zones des projets d’aménagement, il se crée une dynamique des populations humaines (ingénieurs, ouvriers, familles, touristes), associée aux travaux de construction eux-mêmes, qui, d’une manière ou d’une autre, influence la contamination des vecteurs et des hôtes intermédiaires sur le site considéré (annexe 4). De par leur état physiopathologique vis-à-vis des agents pathogènes locaux, ces migrants, hommes, femmes et enfants, peuvent représenter un risque considérable. Ils peuvent, en effet, créer une nouvelle situation épidémiologique des maladies locales (augmentation des « réservoirs »), ou « importer » certaines maladies. Le risque est aussi fonction du statut immunitaire initial de ces populations migrantes et du niveau d’endémo-épidémicité de la pathologie locale. Néanmoins, le simple accroissement de la population locale peut amplifier l’incidence et la prévalence de la maladie. Cette expansion démographique liée au projet est toutefois susceptible de s’accompagner d’une élévation du niveau de vie permettant à ces populations de mieux subvenir à leurs besoins de santé.

9Le risque réside dans les méthodes de conception des projets, auxquelles s’ajoutent les facteurs bioclimatiques et socio-économiques locaux. Dans ces conditions, il faut souligner l’importance du niveau d’éducation de la population, ainsi que de la disponibilité et de l’efficacité des services de santé. Lorsque ces facteurs sont pris en compte dès la conception du projet et lors de sa mise en œuvre, l’impact socio-sanitaire des travaux d’aménagement pourra être considérablement réduit et compatible avec les retombées économiques attendues.

Transformation des pathologies déjà présentes et/ou apparition de nouvelles maladies dans la zone d’aménagement

Pathologies déjà présentes dans la zone d’aménagement

10Les maladies déjà présentes dans la zone d’aménagement peuvent évoluer en changeant de tableau clinique.

11En milieu rural, l’épidémiologie du paludisme peut ainsi changer avec une humidité relative permanente (permettant une meilleure longévité des vecteurs) et la multiplication des gîtes larvaires créés dans l’environnement d’un aménagement hydroagricole, augmentant la densité des vecteurs.

12En zone de paludisme instable, les nouveaux facteurs écologiques peuvent accroître les risques de paludisme au sein des populations locales non prémunies ; la situation peut prendre alors une allure épidémique. Les aménagements rizicoles dans la vallée de la Rusizi au Burundi, zone de paludisme peu stable, se sont traduits, entre autres, par des poussées épidémiques qui ont nécessité des actions de lutte antivectorielle à grande échelle. De telles opérations, avec de grands programmes d’aspersions intradomiciliaires classiques, ont été indispensables pour maîtriser les épidémies de paludisme liées à la riziculture sur les hauts plateaux de Madagascar.

13En milieu urbain africain, l’un des concepts de base concerne la présence, et l’hétérogénéité, de la transmission du paludisme. Sur le plan entomologique, la situation est caractérisée par la tendance des populations de moustiques du genre Culex à se développer dans les eaux polluées et chargées de matière organique des quartiers centraux et urbanisés, au détriment de la faune anophélienne (annexes 2 et 6), avec pour conséquence une baisse de la transmission et du niveau d’immunité des citadins qui, par ailleurs, consomment davantage d’antipaludiques que les ruraux. Cette situation résulte des conditions de pollution dans les quartiers centraux qui sont défavorables aux anophèles vecteurs et à des modifications des comportements des individus qui privilégient une automédication, plus ou moins bien conduite, plutôt qu’une prise en charge médicale correcte des accès palustres. La chimiorésistance n’est, cependant, pas un phénomène strictement urbain, elle s’observe aussi bien dans les zones rurales, mais à des niveaux généralement moins élevés, qu’en ville.

14Le paludisme prend ainsi, en milieu urbain, une forme particulière avec le développement de souches plasmodiales chimiorésistantes et l’apparition d’un paludisme-maladie qui affecte toutes les classes d’âge.

15Pour la bilharziose, il a été démontré que, à partir d’un certain seuil de prévalence, la maladie ne peut plus régresser sensiblement sous l’effet du seul traitement médical et qu’il faut développer une lutte intégrée incluant l’aménagement de l’environnement.

16S’agissant de la trypanosomiase humaine africaine, une augmentation du nombre de cas est à craindre lorsqu’un projet de développement s’implante à proximité de forêts-galeries abritant des gîtes de ponte de glossines ou dans le cas d’arrivées de travailleurs migrants contaminés. Dans la plantation de canne à sucre de la vallée de la Sanaga, au Cameroun, malgré un risque potentieL, il n’y a pas eu d’augmentation du nombre de cas de trypanosomiase humaine africaine (annexe 5).

17Parfois, l’évolution des maladies et des nuisances autour des ouvrages se fait dans le sens d’une diminution ; certains moustiques dont les larves s’adaptent à de petites collections d’eau peuvent subir un impact négatif sur leur croissance lors de la mise en eau des barrages.

18Dans le même contexte, le risque de la trypanosomiase humaine africaine diminue généralement à la suite des travaux d’aménagements hydrauliques (annexe 5).

Nouvelles pathologies dans la zone d’aménagement

19Les modifications de l’environnement induites par les travaux et par l’afflux des populations humaines peuvent constituer un risque particulier, s’il y a création, ou multiplication, de gîtes favorables à de nouvelles espèces de vecteurs et/ou à la contamination des vecteurs locaux par de nouvelles souches parasitaires importées.

20Dans le cas des barrages (annexe 4), il peut se former, au niveau de La digue, des gîtes à simulies, avec un risque de transmission de l’onchocercose, lorsque les déversoirs sont profilés en marche d’escalier ou lorsque le débit est rapide dans le lit de la rivière en aval. Si, au contraire, le débit est lent, avec des biefs formant des flaques ou des mares pérennes, il peut s’y développer des gîtes à mollusques et à cyclopidés, respectivement hôtes intermédiaires de la bilharziose et du ver de Guinée.

21D’autres enquêtes font apparaître que La baisse du niveau de la retenue, consécutive à l’alimentation des turbines du barrage, crée des collections d’eau multiples favorables à la reproduction des vecteurs, en particulier pendant la saison sèche, qui, normalement, est une période peu favorable à leur reproduction.

22En résumé, les données disponibles sur les risques de paludisme liés aux travaux de modification de l’environnement montrent que l’évolution de la situation est surtout fonction du degré initial de stabilité du paludisme dans la zone considérée.

23En zone de paludisme instable, l’expérience montre que les risques de poussées épidémiques sont réels et nécessitent que soient prises des mesures entomologiques et médicales pour éviter ou juguler rapidement de telles poussées et en prévenir de nouvelles.

24En zone urbaine, les modifications de l’environnement peuvent favoriser l’accroissement local de gîtes favorables aux vecteurs et une distribution spatio-temporelle différente du paludisme. Mais la situation inverse peut être obtenue si le projet est bien conçu, en prenant ce risque en compte et en éliminant, ou en évitant la création, de tels gîtes larvaires.

25La bilharziose et l’onchocercose subissent un double impact, à savoir l’augmentation du nombre de cas de maladie et l’expansion des populations des vecteurs et hôtes intermédiaires de ces endémies lors de modifications de l’environnement.

26La filariose de Bancroft, la maladie du sommeil, les arboviroses et le ver de Guinée sont relativement peu influencés par les grands travaux d’aménagement (annexe 4). Toutefois, le risque d’apparition de la trypanosomiase humaine africaine en périphérie, voire en zone urbaine, et des arboviroses dont la fièvre jaune, n’est pas nul. Si l’eau n’intervient pas directement dans l’écologie des glossines, elle n’en demeure pas moins importante en termes d’humidité relative ambiante et permanente, favorisant la longévité des mouches et de différents genres de moustiques, vecteurs potentiels d’arbovirus qui ont été récoltés sur des sites de barrages (annexe 5).

RISQUES QUANTITATIFS

27La quantification des risques apparaît dans les différents travaux sous forme d’études d’association entre les modifications de l’environnement et les maladies vectorielles, et d’analyses des variations de fréquence, de prévalence, ou des tableaux de morbidité en fonction des zones d’aménagement elles-mêmes.

28Les différentes études s’accordent sur le fait que le paludisme et les maladies à transmission vectorielle, ainsi que nombre de nuisances, connaissent des modifications sensibles avec les travaux d’aménagement, surtout lorsque ceux-ci sont de grande envergure. Il est très difficile de quantifier ce lien causal à l’échelle locale car les variations des pathologies et des nuisances dans les sites des travaux d’aménagement sont globalement corrélées au niveau général de développement économique. En effet, comment savoir, à coup sûr, qu’en milieu rural c’est bien, et uniquement, la prolifération des moustiques qui est associée à l’augmentation du nombre de cas de paludisme et non pas l’évolution de l’une des multiples variables environnementales, économiques ou démographiques ? Quelles données quantifier pour expliquer la baisse du nombre de cas de paludisme en milieu urbain où la pollution des milieux aquatiques est importante ? Cette réduction du paludisme est-elle due à la diminution de la densité d’anophèles ou à une meilleure prise en charge thérapeutique et préventive de la maladie par la population urbaine, plus sensible à la maladie et à la nuisance culicidienne ?

29Ces interrogations montrent les limites de la quantification des risques des travaux d’aménagement, sans pour autant réduire l’intérêt des études des relations causales entre ces modifications anthropiques de l’environnement et les maladies vectorielles.

Risques quantitatifs dans les complexes agro-industriels

30En milieu rural, l’environnement de tout complexe agro-industriel se caractérise par son hétérogénéité vis-à-vis des pathologies, avec une opposition très nette entre le centre, où se situe l’usine, et la périphérie qui est le lieu d’une juxtaposition de risques de pathologies variées (annexe 1). Le risque du paludisme évolue dans le même sens : il est maximal dans les quartiers périphériques éloignés de l’usine et variable dans les quartiers centraux en fonction des paramètres liés à l’urbanisation.

31Au Cameroun, dans la région du complexe sucrier de Mbandjock, l’onchocercose est hyperendémique dans la plupart des villages entourant le centre de Mbandjock. L’importance du risque onchocerquien s’explique par les densités importantes du vecteur le long des galeries forestières, dans les champs de canne à sucre et, dans une moindre mesure, à l’orée des quartiers périphériques.

32Au Burkina Faso, il a été démontré que l’onchocercose est fonction de la densité humaine : au-dessus d’un certain seuil de population, la transmission se dilue, montrant de faibles taux d’infestation dans les quartiers centraux.

Risques quantitatifs dans les sites des barrages

33L’évolution des maladies, sous l’influence des barrages, a souvent été quantifiée en termes de prévalence, de morbidité et d’évolution de l’endémicité des maladies en fonction de Leurs vecteurs. Dans La région de Bamendjin, au Cameroun, les prospections menées de façon comparative dans trois villages du périmètre du lac de retenue, et dans trois autres villages qui en sont éloignés, ont montré que les taux de prévalence du paludisme et de l’onchocercose diminuent au fur et à mesure que l’on s’éloigne du barrage. Parallèlement, des enquêtes entomologiques et malacologiques ont révélé la prolifération d’une faune extrêmement variée et abondante, laissant planer la menace de flambées d’une douzaine de maladies vectorielles liées à l’eau si les invertébrés hôtes intermédiaires potentiels venaient à être contaminés (annexe 4).

34Selon la taille de l’ouvrage, les petits aménagements hydrauliques sont souvent générateurs de nouveaux foyers de maladies ou d’aggravation de foyers existants. Les petits barrages se sont ainsi multipliés au cours des dernières décennies dans les zones de savane et du Sahel d’Afrique de l’Ouest. La généralisation de ce type d’aménagement a fait remonter de 200 km vers le nord la limite septentrionale de distribution de l’onchocercose, avec la création de petits foyers très localisés, chacun centré sur un village.

35Les grands barrages hydroélectriques, caractérisés par la création, en amont, d’un vaste lac de retenue, surtout dans les pays de pénéplaine (Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Mali, Togo, etc.), présentent de faibles pentes et le risque de constituer des sites favorables au développement préimaginal des simulies vectrices de l’onchocercose y est moins élevé que pour les petits barrages.

Risques quantitatifs liés à la riziculture

36L’analyse des variations des indices parasitaires et de la dynamique des populations des vecteurs des maladies, par rapport aux périodes de mise en culture des zones irriguées, en Afrique, montre deux tendances, selon la stabilité initiale du paludisme dans la région :

  • en zone de paludisme stable, l’implantation et le développement de La riziculture ne se traduisent pas par une aggravation de la situation palustre (cas du Burkina Faso, de la Côte d’ivoire, du Cameroun, etc.) ;
  • en zone de paludisme instable, la riziculture peut être à l’origine de flambées épidémiques mortelles touchant toutes les classes d’âge de la population de la zone (cas du Burundi et de Madagascar, zone des hauts plateaux). Dans la plaine de la Rusizi, au Burundi, les prévalences plasmodiales sont plus élevées dans la zone du projet qu’à l’extérieur.

37En revanche, la prévalence parasitaire n’est pas un bon indicateur en zone de paludisme stable ; il est alors préférable de considérer l’incidence et la morbidité palustres, mais celles-ci sont souvent le reflet de la qualité et de l’utilisation des services de santé ainsi que des comportements humains.

38Les espèces anophéliennes qui se développent dans la rizière varient selon la région géographique et le stade d’évolution du riz. La dynamique de la transmission peut alors, localement, être corrélée non seulement au rythme des pluies mais aussi, et surtout, au stade de la riziculture. Ainsi, lorsque le vecteur majeur est An. gambiae, espèce héliophile, la transmission peut être importante au début (mise en eau, repiquage, etc.) et à la fin de la culture du riz (Burkina Faso, Côte d’ivoire). Lorsque le vecteur majeur est An. funestus (espèce héliophobe), la transmission est importante en phase de maturation du riz (Madagascar).

39Lorsqu’il y a deux campagnes de culture, il peut y avoir deux pics de poussée de transmission du paludisme (nord de la Côte d’ivoire) ou un seul (vallée du Kou, Burkina Faso).

40La connaissance de la biologie des vecteurs locaux permet par conséquent de prévoir les périodes de risque maximal et de prendre, à temps, les mesures adéquates.

Risques quantitatifs en milieu urbain

41La transmission du paludisme en milieu urbain est caractérisée par la faible densité des anophèles dans les quartiers centraux et urbanisés et par une grande hétérogénéité liée aux situations écologiques et sociologiques locales (annexes 1 et 6). Le risque de transmission du paludisme est plus important dans les quartiers périphériques, moins urbanisés, que dans les quartiers centraux (annexes 1 et 3). Ce risque est corrélé à plusieurs facteurs dont la capacité de dispersion des anophèles et la disponibilité des gîtes larvaires propices à leur développement. Dans ces conditions, les prévalences plasmodiales et l’agressivité des vecteurs tendent à régresser de façon significative lorsque la distance séparant les habitations des gîtes larvaires ou l’accessibilité des maisons par rapport aux gîtes augmentent.

42L’agriculture urbaine et périurbaine, dominée par les cultures maraîchères, représente une importante source de gîtes larvaires d’origine anthropique qui va favoriser une transmission du paludisme, ce qui a été mis en évidence à Mbandjock au Cameroun ainsi qu’à Bouaké en Côte d’ivoire, où des rizières se sont développées au centre de la ville (annexes 1 et 2).

Notes

1 Milieu biologique peu étendu qui rassemble un groupement d'êtres vivants soumis à des conditions relativement identiques de l'environnement.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search