Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Synthèse. Recommandations

Synthèse - point 1. Les projets de développement en milieu rural et d’aménagements urbains

Texte intégral

1Dans les pays intertropicaux, le milieu rural et les sites urbains sont diversement aménagés et exploités pour leur développement socio-économique, en fonction de la demande en énergie et en denrées alimentaires, ou pour faire face à une urbanisation particulièrement rapide.

2En Afrique comme en Asie, en milieu rural, l’irrigation, les barrages et les complexes agro-industriels constituent les entreprises majeures permettant à l’homme de produire davantage de nourriture et d’énergie. En première place figurent, dans leur diversité, les complexes agro-industriels. Puis viennent les barrages utilisés, selon le secteur, pour l’irrigation ou pour la production d’énergie électrique, enfin la culture, dont la riziculture, qui, sous une forme ou une autre, se retrouve dans plus de 70 % des pays sud-sahariens. Quant aux processus d’urbanisation, à de rares exceptions près, ils nécessitent des systèmes de gestion appropriés qui tiennent compte du contexte socio-économique local et des priorités du pays.

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT EN MILIEU RURAL

3Trois secteurs de développement feront l’objet de la présente analyse, étant donné leur importante implantation en milieu rural : les complexes agro-industriels, les barrages et la riziculture.

Complexes agro-industriels

4En milieu rural, l’implantation des complexes agro-industriels a des répercussions diverses sur l’environnement et l’épidémiologie de certaines maladies transmissibles (annexe 1).

  • 1 Orstom : Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, devenu en 1998, Institut de r (...)

5Les complexes agro-industriels se trouvent au centre de différents courants sociaux et biogéographiques. Ils expriment, diversement, plusieurs pathologies qui ont fait l’objet d’études approfondies par des équipes pluridisciplinaires de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), alors Orstom1 (annexe 1).

6Le complexe agro-industriel crée, de par son environnement physique et socio-économique, une zone de mosaïque semi-rurale. Il devient, ainsi, une aire de transition et d’association des pathologies des zones rurales (dominées en Afrique par le paludisme et les autres maladies vectorielles liées à l’eau) ainsi que des maladies hydriques et des nuisances caractéristiques des zones urbaines.

7Dans les cas d’implantation d’une industrie sucrière, lorsque les facteurs de risque liés aux travaux d’aménagement ne sont pas pris en compte dans la gestion des activités, les cultures extensives et l’usinage aboutissent à la création de communautés urbanisées de moyenne importance caractérisées par un accroissement rapide, et mal maîtrisé, de la population et par un sous-équipement, sanitaire et social, relatif.

Barrages

8On distingue deux grandes catégories d’ouvrages : les « grands » et les « petits » barrages. Mais, de façon générale, les sites des différents types de barrages et leurs périmètres induisent des modifications hydrologiques, géodynamiques et écosystémiques qui favorisent la transmission des maladies à vecteurs liées à l’eau et la prolifération des vecteurs de certains parasites, bactéries et virus (annexes 2 et 4).

9Parmi les grands barrages, certains sont à vocation hydroélectrique (construits pour la production de l’énergie électrique), d’autres sont des barrages mixtes à vocation agricole, piscicole et hydroélectrique. Les annexes des grands barrages (le déversoir, Les dispositifs de vidange et de prise d’eau) ainsi que le lac de retenue et le lit de la rivière en aval revêtent une grande importance du point de vue épidémiologique car ils peuvent constituer des biotopes particulièrement favorables au développement des vecteurs. De plus, le site d’implantation des grands barrages couvre des surfaces suffisamment grandes pour entretenir un microclimat humide, favorable au développement des moustiques et autres insectes vecteurs, et un biotope propice pour les mollusques hôtes intermédiaires de maladies parasitaires (annexe 4).

10Les petits barrages sont exclusivement des barrages de retenue. Il s’agit, pour la plupart d’entre eux, d’ouvrages de dimensions modestes destinés à l’approvisionnement en eau de certaines villes et localités enclavées de montagne. Ils peuvent, notamment, servir d’abreuvoir pour Le bétail et de réserve d’eau pour les cultures (annexe 4).

La riziculture

11Le développement de la riziculture aboutit à la création de vastes étendues d’eau et de végétation immergée qui constituent des milieux dynamiques particuliers où sont réunies les conditions favorables à la pullulation des moustiques et d’autres vecteurs de maladies.

12Sur le plan écologique, la physionomie des zones cultivées se caractérise par l’abondance des biotopes productifs en moustiques et en mollusques hôtes intermédiaires de maladies.

13Les casiers à riz constituent des gîtes favorables au développement des formes préimaginales de nombreux genres et espèces de Culicidae, différents selon les régions et le stade de croissance du riz.

14Les canaux d’irrigation et les drains, s’ils sont mal entretenus, peuvent offrir des conditions propices à la présence d’une végétation aquatique et la faible vitesse du courant favorise alors le développement des mollusques hôtes intermédiaires de la bilharziose, notamment les bulins et des planorbes.

15Le Lac de retenue est, lui aussi, un milieu propice au développement des mollusques lorsque les rizières sont irriguées à partir d’un barrage. Il présente également des conditions favorables aux maladies hydriques car, dans la plupart des cas, la retenue est utilisée pour les besoins domestiques et comme eau de boisson.

AMÉNAGEMENTS URBAINS

16L’un des phénomènes les plus remarquables de ces vingt dernières années dans les pays tropicaux est l’explosion démographique, qui s’est traduite par un fort exode rural. Le processus d’urbanisation, très récent en Afrique, a été brutal et mal contrôlé. Le Cameroun n’a pas échappé à ce processus, avec pourtant deux originalités majeures :

  • un développement quasi simultané de plusieurs grands centres urbains et la présence d’un réseau de villes secondaires notable ;
  • une répartition spatiale des centres urbains dans des zones écologiques très différentes.

17Les questions sanitaires, dans les grandes ou les petites villes, sont caractérisées par deux éléments clés, les problèmes généraux d’hygiène urbaine et les disparités intra-urbaines dans la gestion des eaux, lesquels s’associent aux facteurs socio-économiques et culturaux pour déterminer le développement et la distribution des moustiques et des maladies à vecteurs.

18Dans tous les cas, la répartition spatiale de la population urbaine est hétérogène, dense et ouverte. Elle dépend des facteurs conditionnant l’hygiène urbaine et les disparités intra-urbaines telles que les voies de communication, le réseau d’adduction d’eau, l’électrification et les pratiques agropastorales et piscicoles intra-muros. Des écarts de santé considérables sont observés, la santé des citadins les plus pauvres étant pire que celle des paysans.

19Il importera donc de tenir compte de cette diversité des situations urbaines dans l’appréciation des facteurs de risque du paludisme et des maladies à vecteurs liées à l’eau dans ces biotopes.

Notes

1 Orstom : Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, devenu en 1998, Institut de recherche pour le développement (IRD).

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search