Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Introduction

Texte intégral

1Jusqu’à une époque récente, les décideurs et les entrepreneurs ne prenaient en considération que la rentabilité économique des projets de développement rural et des aménagements urbains, sans en étudier l’impact sur l’environnement et la santé, en particulier sur le paludisme et les autres maladies à vecteurs liées à l’eau. Ces effets sanitaires potentiels n’étaient pris en charge ni dans la conception, ni dans la réalisation, ni même dans l’évaluation de ces projets.

2Aujourd’hui, le doute n’est plus permis, comme le prouve la masse des résultats scientifiques acquis pendant la dernière décennie. Il est unanimement reconnu que les grands travaux d’aménagements, ruraux et urbains, ont un impact à court, moyen ou long terme sur l’incidence des maladies vectorielles. Dès lors, les acteurs, économiques et politiques, sont tenus de prendre en compte ces risques.

3Permettre d’améliorer, dès le stade de leur conception, la gestion de tels projets par la prise en considération rationnelle des risques sanitaires est l’objectif spécifique de la présente analyse. Elle a été conçue à la demande de la partie camerounaise, au cours d’un atelier sur le paludisme qui s’est tenu à Yaoundé les 10 et 11 mai 1999. Cette analyse a été réalisée à l’initiative conjointe du ministère camerounais de la Recherche scientifique et technique et de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), selon la technique de l’expertise collégiale mise au point par cet organisme.

4Cette expertise présente l’analyse critique de quelque 380 articles scientifiques sélectionnés.

5Le rapport de synthèse, qui renvoie à diverses annexes le complétant :

  • définit la nature des travaux de développement en cause ;
  • décrit les risques sanitaires connus pour leur être associés ;
  • précise ce qu’est, plus spécifiquement, la situation camerounaise en matière de risques liés aux travaux d’aménagement de l’environnement ;
  • analyse la méthodologie permettant d’intégrer la dimension sanitaire dans les projets de développement ;
  • présente une série de recommandations opérationnelles.

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search