Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Avant-propos

Philippe Lazar

Texte intégral

1Le rapport remis par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) aux autorités camerounaises sur l’impact sanitaire des grands projets d’aménagement rural et urbain est exemplaire à plus d’un titre.

2La recherche scientifique est un instrument remarquable de préparation de l’avenir. Elle doit, pour être digne de la confiance que l’on place en elle, être d’une qualité irréprochable, c’est-à-dire en mesure d’affronter la compétition internationale. Elle doit accepter, pour ce faire, de prendre du champ par rapport aux préoccupations immédiates de la société : c’est une activité par nature réductrice, ésotérique, aléatoire et qui n’aboutit à des résultats significatifs qu’à long terme. Elle est donc mal adaptée aux besoins directs des décideurs politiques, économiques ou sociaux qui, eux, dans l’exercice de leurs fonctions et de leurs responsabilités, ont besoin, vis-à-vis des problèmes qu’ils ont à résoudre, de réponses exhaustives, claires, précises et à court terme - c’est-à-dire présentant des caractéristiques parfaitement opposées.

3L’IRD, pour faire face à cette apparente contradiction, a mis au point une technique dite d’expertise collégiale qui, pour tout problème dont La solution relève d’une approche scientifique, permet, en quelques mois seulement, de faire un bilan critique complet de toute la littérature scientifique mondiale pertinente vis-à-vis de ce problème, puis, à partir de ce bilan, d’extraire de cet ensemble de connaissances les réponses attendues par les décideurs et, le cas échéant, d’énoncer un certain nombre de recommandations complémentaires.

4Tel était l’enjeu de la question posée à L’IRD par le ministre de la Recherche scientifique et technique du Cameroun, Monsieur Hogbe Nlend, à propos des interférences possibles entre la politique d’aménagement rural et urbain de ce pays et l’incidence des maladies à vecteurs hydriques telles que le paludisme. L’équipe de chercheurs camerounais et français de haut niveau rassemblée à cette fin a su relever ce défi. Sous la présidence éclairée du professeur Albert Samé-Ekobo, ce groupe de savants a utilisé à bon escient l’expertise individuelle de chacun d’eux, dans son domaine propre de recherche, sublimée par le travail collégial du groupe. Le rapport qu’ils ont produit répond de façon précise et compétente aux questions qui leur ont été posées par les décideurs, et cela dans un langage dépouillé de toute ambiguïté formelle. Il faut leur savoir gré de cet engagement et de cette efficacité collective, acquise par la mise en commun, délibérée et généreuse, de leurs compétences individuelles.

5Un problème essentiel, bien posé par Les autorités politiques, un travail sérieux et multidisciplinaire, une coopération internationale harmonieuse, des réponses à potentialité opératoire immédiate, il y a là de quoi être fier de cette réussite que l’on peut légitimement qualifier d’exemplaire, au sens fort du terme : on ne peut que souhaiter que cet exemple - celui de la première expertise collégiale effectuée par l’IRD en Afrique - serve de modèle à toute une série d’autres expertises collégiales, au Cameroun et ailleurs dans le monde, au service de la grande cause du développement.

Auteur

Ex-président de l’IRD

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search