Version classiqueVersion mobile

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

 | 
Albert Samé-Ekobo
, 
Étienne Fondjo
, 
Jean-Pierre Eouzan

Préface

Henri Hogbe Nlend

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est pour nous un outil qui permettra à nos partenaires de mesurer en toute connaissance de cause l’impact des aménagements urbains et des travaux hydroagricoles sur le paludisme et les autres maladies vectorielles.

2Rédigé sous la responsabilité d’un groupe d’experts spécialisés dans les domaines de la Santé et du Développement, ce travail répond à une approche collégiale tracée par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), en collaboration avec le ministère de la Recherche scientifique et technique du Cameroun. En réponse à la question demandée, le groupe d’experts a analysé et synthétisé, dans une optique multidisciplinaire, les données sélectionnées dans la littérature scientifique répertoriée pour faire face aux risques sanitaires spécifiques, lesquels ont été discutés à la lumière des études réalisées au Cameroun et dans d’autres pays d’Afrique sud-saharienne. Les recommandations proposées apportent des suggestions à la fois en matière de gestion des risques et sur les actions à développer en vue de réduire l’impact sanitaire des travaux de développement.

3Croyant en l’universalité de la science et à sa capacité à répondre à certains défis du développement, je donne mon appui à l’équipe qui est au centre de cet ouvrage en lui garantissant tout le soutien de mon département ministériel. Les résultats des investigations entreprises vont contribuer au renforcement des moyens permettant de répondre à un problème crucial de santé publique que sont le paludisme et les autres maladies à vecteurs.

4Ce travail représente aujourd’hui un exemple de partenariat à poursuivre pour les projets de développement ; il s’agit de passer d’une approche souvent individuelle à une approche collective intersectorielle, à l’instar de Aire-Développement ou de Projet Campus, par exemple.

5Partant de cette nouvelle alliance, l’IRD et le ministère de la Recherche scientifique et technique du Cameroun ont décidé d’unir leurs forces et leurs expériences pour ouvrir de nouvelles perspectives qui, par ailleurs, rejoignent l’idée maîtresse du « Programme stratégique en science et technologie pour le développement » que j’ai élaboré dès mon arrivée à la tête du ministère de la Recherche. L’idée centrale de ce programme repose sur ma conviction qu’au xxie siècle le potentiel scientifique camerounais aura atteint un niveau d’excellence suffisamment élevé pour envisager un partenariat durable de recherche pour le développement.

6Dans l’avenir, nous resterons à l’écoute de toute remarque ou suggestion propres à améliorer ou harmoniser ce travail d’expertise.

Auteur

Ministre de la Recherche scientifique et technique Yaoundé, Cameroun

© IRD Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search