Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démarche qualité et norme ISO 9001

 | 
Eva Giesen

Partie I. Initiation au management qualité en six chapitres

1. Introduction

Texte intégral

1La norme organisationnelle ISO 9001, généraliste – donc applicable au management d’un laboratoire de recherche fondamentale tout comme à un plateau technique, un service d’appui ou à une direction de la recherche – s’inscrit, par le volet « management », dans un effort de modernisation et d’optimisation de notre activité de chercheur ou d’administrateur.

ISO
ISO (International Standardization Organisation : Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale d’organismes nationaux qui constituent des comités membres de l’ISO. L’élaboration d’une norme est en général confiée aux comités techniques de l’ISO. L’ISO collabore étroitement avec le CEN (Comité européen de normalisation) et la CEI (Commission électrotechnique internationale). Quand une norme ISO (internationale) est adoptée par l’organisme français de normalisation (l’Afnor : Association française de normalisation), elle portera également le sigle NF (norme française).

Quelques organismes de standardisation
Afnor : Association française de normalisation
ANSI : American National Standards Institute
BSI : British Standards Institute
DIN : Deutsches Institut für Normung

2Globalement, le management qualité contribue à :

  • augmenter la performance individuelle du laboratoire par l’amélioration de son organisation (traçabilité, métrologie, amélioration continue) ;
  • mieux prendre en compte la demande sociétale vis-à-vis de la recherche et véhiculer une image de sérieux (approche client) ;
  • s’insérer davantage dans l’espace européen de la recherche et partager une culture organisationnelle (norme internationale).

Le management qualité : un outil de valorisation
Le management qualité, selon ISO 9001, est un « standard d’organisation » et représente à ce titre, comme les normes techniques, un outil de valorisation des résultats de la recherche (comme les brevets, les droits d’auteur, etc.). En effet, respecter une norme peut représenter un avantage compétitif (par rapport à ceux qui n’y parviennent pas), est une carte de visite internationale, augmente la qualité (de l’organisation, dans le cas de la norme ISO 9001, la qualité technique pour des normes techniques), et la réputation du détenteur d’une certification ou d’une accréditation et favorise l’échange international grâce à la compatibilité des produits (des règles et outils d’organisation dans le cas d’ISO 9001).

3À l’échelle individuelle du laboratoire et au quotidien, cette démarche s’avère bénéfique tant en interne (cohésion de l’équipe), qu’en terme de visibilité, car elle permet de :

  • mener à bien un projet transversal, commun à tous ;
  • valoriser une structure vis-à-vis des partenaires (entreprises, bailleurs de fonds nationaux et internationaux), voire répondre à une exigence exprimée dans l’appel à propositions du bailleur de fonds (exemple : label plate-forme Ibisa – réunion interorganismes, label Carnot, etc.) ;
  • contribuer à pérenniser le savoir-faire d’un laboratoire ou d’un service, notamment dans une période où les personnels (vacataires, doctorants et post-doctorants) changent souvent ;
  • soutenir la qualité intrinsèque des recherches en améliorant l’organisation (performance), la traçabilité et la fiabilité (confiance).

4Les personnes engagées dans une démarche qualité ont pu constater que celle-ci n’entrave en rien leur liberté de conduire leurs recherches en expert scientifique, car la norme ISO 9001 ne vise pas à standardiser les méthodes ou les techniques de travail.

5La mise en place d’un système de management de la qualité est clairement un investissement ; il « coûte » l’effort humain de la réflexion sur notre propre organisation, sur notre travail, sur la mise en place des pratiques et leur documentation et « rapporte » une clarification de nos mécanismes et leur traçabilité et fiabilité ainsi qu’une meilleure implication de toute l’équipe.

Label Carnot
Le label Carnot s’inscrit dans le Pacte pour la recherche, dont l’un des objectifs est de favoriser le transfert de technologie, le partenariat entre laboratoires publics et entreprises et le développement de l’innovation. Ce dispositif, qui s’inspire d’expériences réussies dans plusieurs pays européens, a vocation à améliorer la visibilité de la recherche technologique française en donnant aux instituts Carnot une image commune de compétence, d’efficacité et de professionnalisme.
Ce label est attribué pour une période de quatre ans renouvelable par le ministère délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche, sur proposition de l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre d’un appel à candidatures. Il est attribué à des structures de recherche publique qui mènent des activités de recherche propres à renouveler leurs compétences scientifiques et technologiques, et une politique volontariste en matière de recherche partenariale au profit du monde socio-économique. Les structures labellisées Carnot, appelées « instituts Carnot », reçoivent de l’ANR une subvention calculée en fonction du volume de l’accroissement des contrats de recherche partenariale réalisés.

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540