Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

Autres

Texte intégral

Famille Cyatheaceae

Alsophila imrayana (Hook.) Conant var. basilairis (Christ) Lellinger

Nom vernaculaire

Créole —

Wayãpi :

Palikur : maoksi rarib.

Écologie, morphologie

Fougère terrestre des bas-fonds marécageux.

Collection de référence

Berton 203.

Emplois

Selon Berton (1997), les Palikur utilisent les pétioles grattés et humectés d’eau fraîche en emplâtre pour soigner les abcès non ouverts.

Étymologie

Palikur : maoksi, « singe hurleur », rarib, « queue », en raison de la forme de la fronde.

Famille Dryopteridaceae

Polubotrya cauata Kunze

Synonymie

Polybotria pubens Auct. non Mart.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yakale luway.

Palikur :

Kali’na : arawata andïkïrï

Écologie, morphologie

Fougère épiphyte assez commune en forêt primaire

Collection de référence

Grenand 280.

Emplois

  • 1 van Andel (2000) indique que les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana absorbent la décoction du r (...)

Chez les Wayãpi, l’usage rituel de cette plante a été décrit à Epiphyllum phyllanthus (Cactacées), avec lequel Polybotrya caudata est agrégé sans être pourtant confondu1.

Famille Lomariopsidaceae

Elaphoglossum herminieri (Bory et Fée ex Fée) T. Moore

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : akiki polã.

Palikur :

Portugais : rabo-de-arauata, guaribinha.

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune en forêt primaire humide.

Collections de référence

De Granville 2515 ; Grenand 481.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette fougère est rituellement utilisée en décoction pour laver les bébés (risque de pleurs incessants) dont le père a violé un interdit de chasse concernant le singe hurleur (Alouatta seniculus).

Étymologie

Wayãpi : de akɨkɨ, « singe hurleur », polâ, « plante qui donne la chance ». Selon nos informateurs, ce mot est ici inapproprié puisque la plante est utilisée après coup, en contre-exorcisme. Le rhizome roux et pileux de cette espèce, comparable au pelage du singe hurleur, est à la base de l’association symbolique.

Elaphoglossum laminarioides (Bory ex Fée)

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : pilaɨtaka’a.

Palikur :

Collections de référence

Prévost et Grenand 1956 ; De Granville et Burgot 5307.

Emplois

Chez les Wayãpi, la plante sert à soigner la morsure des différents serpents corails (Micrurus spp.). Selon eux, celle-ci est envoyée par un chamane ou par l’esprit de l’anaconda et se manifeste par l’apparition d’une enflure au niveau du coude et d’une autre au niveau du poignet. Le remède est un mélange de frondes écrasées de cette fougère, de tiges de Cissus verticillata (L.) Nicholson et Jarvis (Vitacées) parasitées par un champignon (Mycosyrinx cissi (Poiret) G. Beck), additionnées de sève brute de Lonchocarpus chrysophyllus (Papilionacées). Le remède est frotté de haut en bas pour faire sortir l’émanation du jeune serpent corail nichant dans l’enflure.

Étymologie

Wayãpi : de pilaɨta, « serpent-corail » et ka’a, « plante », en raison de l’utilisation.

Famille Lycopodiaceae

Lycopodiella cernua (L.) Pic. Ser.

Synonymie

Lycopodium cernuum L.

Noms vernaculaires

Créole : patte d’araignée [pat-arengnen], mâle verge [mal-verj].

Wayãpi : —

Palikur : waraku awak.

Français : lycopode.

Portugais : palma-de-São-João.

Écologie, morphologie

Fougère commune sur les talus des pistes forestières dans la région côtière.

Collections de référence

Grenand 2070 ; Moretti 480 ; Prévost 3829.

Emplois

Cette plante est liée pour les Créoles au domaine magico-religieux, puisqu’elle est employée contre les mauvais esprits. L’usage des frondes, séchées et fumées, sous forme de cigarette, a été récemment introduit du Surinam où il semble particulièrement propre aux émigrés indonésiens.

Les Palikur préparent en décoction la plante entière et l’utilisent en bain fébrifuge. La décoction salée de la même plante entière est bue ou frottée localement sur les morsures d’araignée venimeuse.

Étymologie

Créole : patte d’araignée, en raison de l’aspect très suggestif des frondes. Palikur : de waraku, « araignées du groupe des mygales » et awak, « patte », pour la même raison que ci-dessus.

Chimie et pharmacologie

Les Lycopodiales renferment des alcaloïdes dérivés de la lysine. De la présente espèce, a été isolée en outre de la nicotine (Hegnauer, 6, 1973). Ce résultat est à rapprocher de l’emploi de cette plante comme succédané du tabac à Surinam.

Lycopodiella cernua. Frondes et sporanges de patte d’araignée

Lycopodiella cernua. Frondes et sporanges de patte d’araignée

Famille Polypodiaceae

Phlebodium decumanum (Willd.) J. Smith

Synonymie

Polypodium decumanum Willd.

Collection de référence

Grenand 685.

Emplois

Cette espèce est confondue par les Wayãpi avec Elaphoalossum herminieri

Famille Pteridaceae

Pityrogramma calomelanos (L.) Link.

Noms vernaculaires

Créole : radié porte chance [radjé-pòt-chans], scapulaire [eskapilè].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Fougère terrestre fréquente en zone rudérale, parfois protégée près des habitations.

Collections de référence

Capus 68 ; Moretti 726 ; Prévost 3883.

Emplois

  • 2 En Guyana, van Andel (2000) a collecté un nombre très important d’usages de cette fougère, considér (...)

Les racines de cette fougère, reconnaissable à la poudre blanche qu’elle porte sous les frondes, sont utilisées par les Créoles en infusion comme béchique dans les affections pulmonaires. Elle est en outre considérée comme un talisman2.

Étymologie

Créole : porte chance et scapulaire se réfèrent à la fois à la forme des frondes et à l’usage magico-religieux.

Pityrogramma calomelanos. Frondes de radié porte chance

Pityrogramma calomelanos. Frondes de radié porte chance

Famille Selaginellaceae

Selaginella spp.

Noms vernaculaires

  • 3 D’aspect très homogène, les différentes espèces du genre sont confondues par les non-spécialistes e (...)

Créole : chiveux hocco [chivé-oko]3

Wayãpi : mɨtũ apinɨli.

Palikur : ahawi aβeya.

Français : sélaginelle.

Portugais : cama-de-menino.

Écologie, morphologie

Petites plantes communes poussant en tapis délicat dans le sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Cf. note 1

Emplois

  • 4 Les Caboclos de la région de Santarém préparent avec Selaginella stellata Spring des bains contre l (...)

Ces plantes sont utilisées par les Wayãpi en décoction pour laver les bébés dont le père a violé un interdit de chasse (risque de fièvre mortelle) concernant le hocco (Crax alector)4. Les Palikur disent des sélaginelles qu’elles sont le remède des arbres de la forêt.

Étymologie

Créole : de chiveux, « plumes de crête » et hocco, « oiseau Crax alector ».

Wayãpi : de mɨtũ, « oiseau Crax alector » et apinɨli, « crête des grands oiseaux ».

Les mots créole et wayãpi font référence à l’aspect général de la plante, qui ressemble aux petites plumes frisées et retroussées de la crête du hocco. Palikur : de ahavui, « forêt primaire » et aβeya, « petite herbe, plante médicinale » ; elle est ainsi nommée en raison de son écologie.

Selaginella radiata. Frondes de chiveux hocco

Selaginella radiata. Frondes de chiveux hocco

Famille Vittariaceae

Antrophyum cajenense (Desv.) Spreng.

Synonymie

Polytaenium cajenense (Desv) Benedict.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yawa pekũ.

Palikur :

Écologie, morphologie

Fougère épiphyte peu commune en forêt primaire humide.

Collection de référence

De Granville 2469.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette plante est utilisée en bain pour protéger le nourrisson dont le père a tué un jaguar. Il est en effet considéré comme très dangereux de tuer cet animal lorsque l’on est père d’un enfant en bas-âge (risque de dépérissement de l’enfant entraînant la mort).

Étymologie

Wayãpi : yawa pekũ, de yawa, « jaguar » et pekũ, « langue », en raison de la forme de la fronde.

Ordre Ascomycetae

Famille Xylariaceae

Thamnomyces chordalis Fries

Synonymie

Thamnomyces rostratus Mont.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : ayã lakwa.

Palikur : wahitye asuyum.

Écologie, morphologie

Champignon commun sur les troncs morts couchés en forêt primaire.

Collections de référence

Jacquemin 2002, 2729.

Emplois

Les chamanes Wayãpi ordonnent l’usage de ces champignons, brûlés sur un lit de braises disposé sous le hamac du malade, pour chasser les esprits qui ont occasionné une fièvre violente et brutale.

Chez les Palikur, on prépare une décoction de ces champignons, utilisée en bain, pour redonner du courage aux personnes craintives et combattre les étourdissements.

Étymologie

Wayãpi : de ayã. « esprit » et akwa, « poils pubiens », « poils pubiens des esprits ». Image pour le moins suggestive pour désigner des champignons se présentant sous la forme de filaments noirâtres portant sur toute la longueur de petites protubérances disposées en « échelle de perroquet ». Palikur : de wahitye, « mauvais esprit » et asuyum, « poil de barbe ».

Ordre Hyphomycetae

Rhizomorpha corynephora Kunze

  • 5 Il s’agit d’une forme stérile à laquelle les mycologues ont attribué un pseudo-genre dans l’attente (...)

Hyphomycetae (Mycelia sterilia)5

Noms vernaculaires

Créole : chiveux la vierge, voile la vierge, dentelle la vierge.

Wayãpi : wɨkãyewɨsĩ, tekalukaaɨ poã.

Palikur : tawarib, uβa etni.

Aluku : obia pikin.

Écologie, morphologie

En forêt primaire, zones ombragées et humides.

Collections de référence

Moretti 1393 ; Jacquemin 2786.

Rhizomorpha corynephora. Mycélium de chiveux de la vierge (ou dentelle de la vierge)

Rhizomorpha corynephora. Mycélium de chiveux de la vierge (ou dentelle de la vierge)

Emplois

Le curieux mycélium blanc de ce champignon, pendant des branches à un ou deux mètres du sol, est inséparable des brindilles et des feuilles mortes qui lui servent de support.

Il nous a été signalé par quelques Créoles comme abortif, bien qu’il soit surtout utilisé dans le bassin du Maroni par les Wayana et les Aluku. Hurault (1965) signale d’ailleurs que cet usage est probablement d’origine aluku.

Les Wayãpi consomment le mycélium cru pour soigner l’affection appelée mauvaises urines ; il est également frotté le soir sur le ventre des enfants atteints d’incontinence d’urine.

Quant aux femmes Palikur, elles absorbent le mycélium bouilli pour stopper les écoulements intermenstruels (métrorragie). Une seule cuillerée suffit, car une consommation trop importante abolirait les règles. Le mycélium, séché, disposé dans un sachet en palme, puis rangé dans la musette du chasseur, constitue une protection contre les jaguars et les esprits de la forêt.

Étymologie

Créole : chiveux la vierge, voile la vierge, ces deux images font poétiquement référence à la fine dentelle blanche que constitue le mycélium.

Wayãpi : de tekaluka, « urine », aɨ, « mauvaise » et poã, « remède ».

Palikur : de tawa, « cassique à cul rouge (Cacicus haemorrhous) » et arib, « queue », en référence à la forme du mycélium ; uβa, « sacoche, musette », etni, « qui appartient à », « qui va dans la sacoche de chasse », en raison de l’utilisation protectrice.

Aluku : obia, « objet magique, charme » et pikin, « petit ».

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques, en dépit de l’intérêt présenté par la conjonction des usages médicinaux, n’ont rien révélé de particulier.

Notes

1 van Andel (2000) indique que les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana absorbent la décoction du rhizome de cette fougère pour soigner la coqueluche des enfants ; les abcès cutanés sont soignés avec la pulpe écrasée des mêmes rhizomes.

2 En Guyana, van Andel (2000) a collecté un nombre très important d’usages de cette fougère, considérée comme une véritable panacée ; elle est entre autres utilisée pour soigner la leishmaniose, les affections pulmonaires et comme hémostatique.
Les Conibo du Pérou s’en servent pour soigner les rages de dent (Tournon et al., 1986a).

3 D’aspect très homogène, les différentes espèces du genre sont confondues par les non-spécialistes et les populations de Guyane. Deux espèces principales ont été collectées par notre équipe :

  • Selaginella epirrhizos Spring (de Granville 2475 ; Prévost et Grenand 908).

  • Selaginella radiata (Aubl.) Spring (de Granville 2540).

4 Les Caboclos de la région de Santarém préparent avec Selaginella stellata Spring des bains contre les refroidissements (Branch et Silva, 1983).

5 Il s’agit d’une forme stérile à laquelle les mycologues ont attribué un pseudo-genre dans l’attente du rattachement à une famille, un genre et une espèce fertile.

Table des illustrations

Titre Lycopodiella cernua. Frondes et sporanges de patte d’araignée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Pityrogramma calomelanos. Frondes de radié porte chance
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Selaginella radiata. Frondes de chiveux hocco
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Rhizomorpha corynephora. Mycélium de chiveux de la vierge (ou dentelle de la vierge)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20367/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540