Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

S-Z (Sapindaceae à Zingiberaceae)

Texte intégral

Famille Sapindaceae

Cupanta hirsuta Radik.

Noms vernaculaires

Créole gangouti [gangouti]

Wayãpi : kalima’ɨ, kalima’i yowa.

Palikur : mbarui.

Écologie, morphologie

Petit arbre assez commun dans les forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 720 ; Jacquemin 1764 ;

Lescure 502 ; Prévost et Sabatier 2792.

Emplois

  • 1 Il est très probable que Cupania scrobiculata L.C. Rich (Grenand, 1281 ; Grenand et Prévost, 1987, (...)

Chez les Créoles, la décoction des seules feuilles écrasées ou associées à celles d’autres plantes, dont en particulier Siparuna guianensis (Monimiacées), est utilisée en bain fébrifuge1.

Étymologie

Créole : de gangouti, « gant d’agouti », nom local de la « gaine féminine » parce que l’agouti a le ventre plat comme s’il portait une gaine et que le tronc de l’arbre présente des méplats.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cupanta hirsuta

Cupanta hirsuta

Paullinia anodonta Radlk.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : tapi’ipɨ.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane rare de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1552 ; Jacquemin 1812.

Emplois

Cette espèce est utilisée par les Wayãpi comme Philodendron linnaei (Aracées).

Nous attirons l’attention sur l’arille blanche, abondante et sucrée de cette espèce qui n’est pas sans rappeler celle de la célèbre guarana (Paullinia cupana Kunth) dont la graine est riche en caféine (Mors et Rizzini, 1966).

Étymologie

Wayãpi : de tapi’i, « tapir » (Tapirus terrestris) et pɨ, « pied » en raison de la ressemblance du sabot de l’animal avec le fruit de cette liane.

Chimie et pharmacologie

De la caféine a été trouvée dans plusieurs espèces du genre Paullinia, dont la guarana qui est à la base d’une boisson très appréciée (Karrer, 1, 1958), emblématique de l’Amazonie brésilienne. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Paullinia pinnata L.

Noms vernaculaires

Créole : liane carré (Vellard, 1942) (peu usité).

Wayãpi : —

Palikur : kahapta.

Wayana : kutupu.

Portugais : cururu-ape, cipó-timbo.

Écologie, morphologie

Liane cosmopolite commune en forêt secondaire et en végétation ripicole.

Collections de référence

Berton 6 ; Moretti 3 ; Prévost 3638.

Emplois

  • 2 Aux Antilles, selon de nombreux témoignages, elle était employée par les esclaves pour empoisonner (...)

L’usage ichtyotoxique de cette liane, principalement de ses fruits, est connu de quelques habitants de la Guyane, en majorité créoles2.

Paullinia anodonta

Paullinia anodonta
  • 3 Cet usage est à rapprocher de celui de Paullinia capreolata (Aubl.) Radlk. par les Amérindiens du n (...)

Chez les Palikur, la tige de la liane écrasée et préparée en décoction, donne un liquide rouge utilisé pour soigner les aphtes en bain de bouche3 ; la même préparation est bue en cas de ménorragie ou pour soigner le diabète (Berton, 1997).

On prépare également un charme protecteur avec la sève extraite de la tige écrasée dont émane une odeur forte.

Chimie et pharmacologie

Les propriétés ichtyotoxiques et moussantes des Sapindacées sont dues à des saponines à génines triterpéniques. Les génines les plus fréquentes sont l’hérédagénine, l’acide oléanoïque et d’autres acides comme l’acide serjanique (Delaude, 1993).

Serjania grandifolioa Sagot.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : kutupu.

Palikur : —

Portugais : turari, cipó-timbo.

Écologie, morphologie

Grosse liane peu commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 275, 1127 ; Jacquemin 1889.

Emplois

  • 4 Nous avons trouvé d'autres Serjania et Paullinia ichtyotoxiques chez les Wayana et les Kali'na de G (...)

Cette liane est utilisée comme ichtyotoxique par les Wayãpi. Les tiges épaisses sont battues, laissant s’échapper une sève qui rougit au contact de l’eau. L’effet est assez tardif mais réputé mortel pour les poissons à qui il ne laisserait aucune chance. Pour cette raison, ils ne l’utilisent plus que rarement et toujours dans les mares laissées par la décrue du fleuve et destinées à s’assécher4.

Étymologie

Wayãpi : le mot kutupu est un emprunt aux langues de la famille Karib, puisqu’il signifie « colonne vertébrale » en kali’na.

L’aspect côtelé des jeunes tiges des Serjania et de Paullinia pinnata est en effet assez suggestif.

Chimie et pharmacologie

Cf. à Paullinia pinnata.

Les tests chimiques que nous avons effectués montrent que cette espèce est riche en tanins condensés et en saponines. Il est vraisemblable que son activité ichtyotoxique soit due à l’association de ces deux substances.

Les propriétés antifongiques de la sève de certains Serjania seraient confirmées et justifieraient son usage dans le traitement des affections fongiques de la peau (Bourdy, 1999).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Urvillea ulmacea Kunth

Nom vernaculaire

Créole —

Wayãpi : sipaɨpo sili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane fine et rare de la végétation ripicole

Collections de référence

Grenand 504 ; Jacquemin 1862.

Emplois

Chez les Wayãpi, les tiges de cette liane sont écrasées et préparées en décoctior bue comme antidiarrhéique.

Étymologie

Wayãpi : de sipa ɨpo. « autre liane, (Paullinia plagioptera Radlk, Sapindacées) » et sili, « fine » en raison de sa taille plus modeste.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Sapotaceae

Chrysophyllum cathito L.

Noms vernaculaires

  • 5 Aujourd’hui, faune d'oeuf s'applique plutôt à une autre Sapotacée, Pouteria macrophylla (Lam.) Eyma

Créole : caïmite [kaymit], pomme étoilée, jaune d’oeuf (Aublet, 1775)5.

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : caimito.

Écologie, morphologie

Arbre cultivé originaire des Antilles. Il n’est fréquent qu’en basse Guyane.

Collections de référence

Prévost et Sabatier 3577 ; Prévost 4067.

Emplois

Les Créoles préparent en décoction avec un nombre impair de feuilles (9 ou 11) une boisson hypoglycémiante.

  • 6 La même espèce est aussi réputée comme antidiabétique aux Antilles (Fournet, 1978) et le latex est (...)

À Iracoubo, l’infusion de la plantule est considérée comme cholagogue (Luu, 1975)6.

Serjania grandifolioa

Serjania grandifolioa

Chimie et pharmacologie

Les feuilles renferment de la myriatine ainsi que des triterpènes non identifiés (King, 1959). Les tests que nous avons effectués sur le lyophilisat d’une décoction de feuilles fraîches ont montré la présence d’alcaloïdes en faible quantité.

Ce même lyophilisat est dénué d’activité hypoglycémiante.

Micropholis longipedicellata Aubr.

Noms vernaculaires

Créole : zolive (terme générique).

Wayãpi : —

Palikur : mpitit waʃiune, mpitit ahavukune.

Écologie, morphologie

Grand arbre rare de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 1779.

Emplois

Cette espèce, pour laquelle nous sommes insuffisamment documentés, est indiquée par les Palikur comme souveraine, en traitement long, contre le diabète. L’écorce gorgée de latex sert à préparer des décoctions buvables.

Étymologie

Créole : zolive, du français « olive », s’applique à diverses Sapotacées, le plus souvent comestibles.

Palikur : de mpitit, « terme générique pour plusieurs arbres » et wajiune, « des collines » ou ahavukune, « de la grande forêt », en raison de son habitat.

Pradosia huberi (Ducke) Ducke

Synonymie

Glycoxylon huberi Ducke

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : —

Palikur : ã maruibika.

Portugais : pracuúba-de-leite, pau-doce, casca-doce.

Écologie, morphologie

  • 7 Il s'agit d'une espèce amazonienne (Amapa et Para) atteignant dans le bas Oyapock sa limite septent (...)

Grand arbre rare de la forêt primaire humide7.

Collections de référence

Grenand 1839 ; Jacquemin 2266 ;

Prévost et Moretti 4198.

Emplois

  • 8 Au Brésil, l'IEPA délivre un phytomédicament à base d'écorce de cette espèce comme auxiliaire du tr (...)

Les Palikur ont remarqué que le goût de l’écorce gorgée de latex de cet arbre évoluait rapidement vers le sucré au contact de la salive. Lorsque les jeunes filles avaient leurs premières règles, on leur frottait cette écorce sur la bouche, afin d’annuler l’action négative des règles qui peuvent faire « tourner » certaines préparations culinaires et tout particulièrement la bière de manioc (cachiri). Le latex, mélangé à une boisson quelconque, sert à combattre l’anorexie, à raison d’une prise chaque matin pendant quinze jours8.

Étymologie

Palikur : de ã, « arbre », marui, contraction de maruwa, « bon goût », bi, « bouche » et ka, morphème permissif, « ce qui permet à la bouche d’être douce ».

Chimie et pharmacologie

Avec l’équipe de Delaveau, nous avons isolé quatre flavonoïdes responsables de la saveur sucrée et astringente des écorces de tronc : il s’agit du dihydro-2, 3 myricétol 3 a-L-rhamnoside, de l’astilbine, de l’engélitine et d’un flavanonol libre, le dihydro-2, 3 myricétol (Jacquemin et al, 1985). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Scrophulariaceae

Bacopa monnieri (L.) Wettst.

Synonymie

Bramia monnieri (L.) Drake.

Noms vernaculaires

Créole : ti quinine [ti-kinin].

Wayãpi : —

Palikur : —

  • 9 Rappelons que les véroniques de France (Veronica spp., Scrophulariacées) sont toutes des plantes mé (...)

Créole antillais : petite véronique9 (Fournet, 1978).

Portugais : bacopa.

Écologie, morphologie

  • 10 Elle semble en effet tomber dans l’oubli ; en 2000, il fut difficile d'en trouver quelques pieds da (...)

Herbe introduite d’Extrême-Orient, cultivée dans certains jardins créoles où elle devient actuellement rare10.

Collections de référence

Moretti 264 ; Oldeman et Burgot 3908 ;

Prévost et Moretti 3933.

Emplois

Les Créoles préparent avec la plante entière une tisane très amère qui, prise avec un peu de sel, est fébrifuge et antipaludique.

Étymologie

Créole : ti quinine, « petite quinine », en référence à son amertume et à son utilisation comme antipaludique.

Chimie et pharmacologie

En Inde, le brahmi préparé avec cette plante est un remède ayurvédique réputé, employé comme tranquillisant, pour les troubles du système nerveux, l’insomnie, le traitement de l’épilepsie, l’asthme et comme diurétique. Ses propriétés ont suscité de nombreuses études menées par les équipes indiennes. Les propriétés anxiolytiques ont été démontrées et font l’objet de spécialités commercialiées en Inde qui améliorent les performances cérébrales (Bhattacharya et Ghosal, 1998). Enfin, elle aurait des propriétés antiparalytiques (Singh et Dhawan, 1982).

Les principes actifs sont des saponines du type dammarane, bacoside A, B et D (Saraswati et al, 1996a et b). Leur teneur est variable selon les saisons (Rastogi et al., 1994). Malgré sa vaste répartition et sa grande réputation en médecine ayurvédique, cette plante n’a jamais été signalée à notre connaissance pour ses usages médicinaux en Amérique tropicale.

Aussi son usage en Guyane doit-il être souligné, surtout au regard des propriétés établies de cette plante qui mériteraient un plus grand intérêt.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Capraria biflora (L.) Wettst.

Noms vernaculaires

Créole : thé pays [dité-péyi].

Créole antillais : thé Guadeloupe.

Wayãpi : —

Palikur : kawi βey.

Portugais : cha-de-Marajó.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune, souvent protégée, dans la région littorale.

Collections de référence

Grenand 1741 ; Jacquemin 2073 ;

Moretti 895 ; Prévost 3660.

Emplois

C’est probablement l’un des remèdes créoles les plus appréciés.

L’infusion de la plante entière est calmante, cholagogue et digestive.

Elle aurait de surcroît une action antispasmodique mise à profit en particulier après une purge violente.

Les feuilles pilées, salées et humectées de rhum ou de vinaigre, sont placées dans un linge et appliquées en cataplasme sur le front pour calmer les céphalées.

  • 11 Cet usage se retrouve aux Antilles (Wong, 1976). À la Dominique, les Caraïbes utilisent la plante e (...)

Enfin, la décoction des bourgeons ou le jus extrait des feuilles pilées est employée comme collyre11.

Pour l’usage chez les Palikur, cf. Chenopodium ambrosioides (Chénopodiacées).

Chimie et pharmacologie

Les propriétés antimicrobiennes et analgésiques de la biflorine isolée de cette espèce expliquent bon nombre des usages de ce remède fort estimé dans toute l’Amérique latine et dans les Caraïbes (Mors et al, 2000). Plusieurs sesquiterpènes dénommés caprariolides A, B, C et D ont été isolés des parties aériennes : les deux premiers sont très actifs contre Formicarius elegantulus, le plus grand ravageur de la patate douce (lpomoea batatas (L.) Lam.) (Collins et al, 2000).

Micropholis longipedicellata

Micropholis longipedicellata

Scoparia dulcis L.

Noms vernaculaires

Créole : ti balai [ti-balé], balai doux.

Wayãpi : —

Palikur : asaribnã.

Portugais : vassourinha.

Écologie, morphologie

Petite herbe rudérale pan-tropicale, commune dans la basse Guyane.

Elle est parfois protégée.

Collections de référence

Grenand 1608, 1688 ; Jacquemin 2071 ;

Prévost 3866.

Emplois

  • 12 Les vertus médicinales très nombreuses de cette espèce sont reconnues un peu partout sous les tropi (...)
  • 13 Cet usage est à mettre en parallèle avec celui de la décoction des feuilles et des racines par les (...)

Cette plante médicinale connaît de très nombreuses applications parmi la population créole de Guyane12. Le jus obtenu par expression des parties aériennes ou la décoction des rameaux feuillus sont mélangés au lait maternel comme antivomitif pour les nourrissons. L’infusion des feuilles ou des parties aériennes donne une tisane bue contre les migraines ou comme purge. Utilisée en bain, elle rafraîchit les éruptions cutanées du type bouton de chaleur. Pour soigner la sinusite, on fume les feuilles et les rameaux séchés mêlés au tabac, ou bien on prise la macération dans l’alcool du même mélange13.

Dans ce dernier cas, le tabac est parfois remplacé par de la cendre de bois bien blanche (cf. Quararibea duckei, Bombacacées). Les feuilles sèches sont également utilisées par les toxicomanes comme succédané de la marijuana (Cannabis sativa L., Cannabinacées) et certains revendeurs les mélangent à celles de cette drogue.

Chez les Palikur, les parties aériennes sont utilisées soit en emplâtre, soit en décoction. La décoction est prise en bain fébrifuge ou pour laver les fronts douloureux.

Les emplâtres sont appliqués sur le front contre les céphalées. Enfin, en cas de métrorragie (écoulements sanguins hors menstruations) on prépare une décoction avec la plante entière, associée facultativement selon Berton (1997) à Sphagneticola trilobata (Astéracées) ou à Eleutherine bulbosa (lridacées), à laquelle on ajoute une cuiller à café de sel ; ce remède est pris trois fois par jour en petite quantité, jusqu’à cessation de l’affection.

Scoparia dulcis

Scoparia dulcis

Étymologie

Les trois noms vernaculaires cités signifient « balai » ou « petit balai », en raison de l’usage fait des plantes sèches, ce qui peut suggérer un probable phénomène de diffusion culturelle.

Chimie et pharmacologie

L’espèce renferme une saponine et un alcaloïde, la scoparine (Bouquet et Debray, 1974). Barros (in Kerharo et Adam, 1974) a mis en évidence une assez forte toxicité de l’extrait aqueux des racines par voie intrapéritonale, l’extrait alcoolique n’étant pas toxique. Des produits assez communs dans les plantes ont été isolés, comme le sitostérol, le mannitol et l’acide bétulinique. Un nouveau produit, la 6-méthoxybenzolinone, a été identifié, possédant des propriétés hypotensives et antidiabétiques (Chen et Chen, 1976).

Famille Simaroubaceae

La famille des Simaroubacées est bien connue pour fournir des drogues très amères, utilisées en médecine populaire comme vermifuges, amoebicides, antipaludiques, toniques amères ; elles sont inscrites dans de nombreuses pharmacopées. C’est ainsi qu’en Guyane, si l’on se réfère à l’ensemble des ethnies, la plupart des espèces présentes sont utilisées. La plus connue est Quassia amara, désignée dans la Pharmacopée française sous le nom de Quassia du Surinam.

Les principes amers, appelés quassinoïdes, possèdent in vitro des propriétés antivirales (Pierre et al., 1980) et antipaludiques (Trager et Polonsky, 1981). Ils possèdent également d’autres propriétés pharmacologiques : la glaucarubinone a été employée avec succès sur l’homme contre Entamoeba histolytica. Mais c’est surtout l’activité antileucémique de ces quassinoïdes qui a retenu l’attention de nombreux chercheurs (Polonsky 1973, 1985). Enfin, ils possèdent également des propriétés insecticides (Odjo et al., 1981).

Les études chimiques et pharmacologiques que nous avons menées en collaboration avec l’équipe de Polonsky de l’ICNS-CNRS ont été réalisées alors que les connaissances sur cette famille étaient encore fort incomplètes, la taxonomie ancienne et confuse. La plupart des espèces étudiées ont changé de nom depuis la parution des études chimiques et pharmacologiques, en raison des révisions taxonomiques récentes. Nous suivons ici la classification de Thomas (1985).

Picrolemma sprucei Hook. f.

Synonymie

Picrolemma pseudocoffea Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : café lane (St Georges).

Wayãpi : —

Palikur : tuu kamwi.

Portugais : caferana, falsa-quina.

Écologie, morphologie

  • 14 Cette espèce semble par contre commune dans toute la basse Amazonie (Altman, 1956).

Arbuste du sous-bois de la forêt primaire. Nous ne l’avons rencontré en Guyane que dans la région du bas Oyapock, où il forme d’abondants petits peuplements14.

Collections de référence

De Granville 4275 ; Grenand et Prévost 2017 ; Moretti 1153.

Emplois

Dans la région où il croît, cet arbuste est connu pour ses propriétés fébrifuges et antipaludiques. Pour les Créoles comme pour les Palikur, l’écorce de tige, associée souvent à celle de Zanthoxylum rhoifolium (Rutacées) est préparée en décoction.

  • 15 Des usages identiques ont été signalés, sans localisation précise cependant, en Amazonie (Le Cointe (...)

Le breuvage amer est consommé à raison d’une prise matinale quotidienne15.

Selon les Créoles, trois copeaux macérés dans un peu de rhum constituent un breuvage qui, pris à raison d’un petit verre tous les matins pendant trois jours, est un puissant vermifuge et antidysentérique.

Chez les Palikur, la décoction amère des rameaux feuillus ou la macération de huit feuilles dans une bouteille de rhum soigne le diabète en traitement long.

Un traitement plus complexe consiste à préparer une décoction de trois feuilles de la présente espèce, associées dans les mêmes proportions avec les feuilles de cotonnier (cf. Gossypium barbadense, Malvacées) et de Potalia amara (Loganiacées).

On la boit tous les matins à jeun ainsi que, séparément, une décoction d’écorce de Tabebuia serratifolia (Bignoniacées).

Étymologie

Créole : altération du portugais du Brésil caferana, « faux café », en raison de la forme des fruits. Palikur : de tuu, « arbres Talisia spp. » et kamwi, « qui ressemble », par référence à l’aspect des fruits ; tuukamwi étant aussi employé pour désigner des Talisia (Sapindacées) non comestibles, les Palikur précisant parfois, pour la présente espèce, tuukamwi nawukaβey, « le tuukamwi remède [contre la] fièvre ».

Chimie et pharmacologie

Nous n’avons pas trouvé de quinine, comme l’indiquait Altman (1956), mais un mélange d’alcaloïdes du type harmine, en très faible quantité avec un rendement en alcaloïdes totaux de 0,04 % (Moretti, résultats non publiés). Nous avons isolé deux quassinoïdes : l isabrucéine B et le sergéolide. Ce dernier est un nouveau quassinoïde qui possède une structure originale avec un cycle supplémentaire du type buténolide : il s’est avéré fortement actif sur la leucémie murine p 388, en même temps que très cytotoxique. Sa toxicité élevée en limite cependant les applications thérapeutiques (Moretti et al., 1982).

Nous avons aussi isolé des feuilles de cette espèce, un nouveau quassinoïde, le déacétylsergéolide, qui possède une remarquable activité sur divers types de tumeurs (Polonsky et al, 1984).

Depuis la parution de nos travaux, d’autres composés aux structures assez voisines ont été isolés par d’autres équipes.

Nous avons étudié l’activité antipaludique in vitro et in vivo du sergéolide.

Le produit inhibe in vitro la croissance de souches chloroquine sensibles et résistantes de Plasmodium falciparum à des doses très faibles (0,006 mg/ml).

In vivo, il est aussi actif sur le paludisme expérimental de la souris infectée par Plasmodium berghei (DE 50 = 0,26 mg/kg/j).

Cependant, ce produit s’avère, là encore, trop toxique, avec une DL 50 de 1,8 mg/kg, pour pouvoir être utilisé avec succès dans le traitement du paludisme (Fandeur et al., 1985).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Picrolemma sprucei. Pied en fruit de café lane

Picrolemma sprucei. Pied en fruit de café lane

Picrolemma sprucei

Picrolemma sprucei

Quassia amara L.

Noms vernaculaires

Créole : couachi [bwa-kwachi], quinquina de Cayenne.

Wayãpi : —

Palikur : kwa∫βan.

Portugais : quina, quina-de-Caiena.

Écologie, morphologie

  • 16 Quassia amara n'existe pas à l’état naturel en haute Guyane, où il est totalement ignoré des Amérin (...)

Petit arbre des forêts secondaires du littoral, il est parfois cultivé dans des jardins16.

Collections de référence

Berton 46 ; Grenand 2118 ; Jacquemin 2242 ; Prévost 3514.

Emplois

  • 17 Ces usages sont anciens. Leblond, en 1797, écrit : « Quassia amara ; 3 pieds ; son écorce c'est un (...)

Cet arbuste est bien connu des Créoles, qui lui attribuent des propriétés fébrifuges, toniques amères, vermifuges. Il nous a aussi été donné comme cholalogue. Cette drogue se prend en infusion17. On absorbe aussi comme vermifuge la macération de l’écorce de tige dans le rhum. Les feuilles frottées sur le corps ont la réputation d’être un répulsif contre les moustiques.

Pour un ultime usage, cf. Tinospora crispa (Ménispermacées).

Les Palikur se servent de l’écorce et des feuilles pour préparer une décoction très amère utilisée en bain non seulement pour éloigner divers parasites mais aussi pour se débarrasser d’eux, en particulier les poux d’agouti (Schongastia guianensis).

Pour soigner le paludisme (et aujourd’hui la dengue), ils utilisent le même bain que précédemment et absorbent, en petite quantité, la tisane amère préparée en décoction avec les feuilles et l’écorce.

Ce bain sert aussi à soigner la paralysie des membres inférieurs.

  • 18 Heckel (1897) signale que le bois amer de cet arbre « remplaçait le houblon dans la fabrication de (...)

Pour un autre usage cf. Geissospermum laeve (Apocynacées)18.

Étymologie

Créole et Palikur : de couachi et kwa∫, « coati (Nasua nasua) » et βan, « plante ». L’association de la plante à l’animal est sans doute due à la couleur rouge des fleurs de l’un et au pelage roux de l’autre.

Créole : quinquina de Cayenne, appellation due à son amertume et à son emploi comme fébrifuge, tout comme le quinquina. Selon Stedman (1798), Couachi serait le nom d’un guérisseur saramaka exerçant à Paramaribo et qui aurait diffusé l’usage médicinal de cette plante.

Chimie et pharmacologie

Cette drogue est inscrite à la Pharmacopée française comme tonique amer. Les écorces renferment principalement deux quassinoïdes : néoquassine et quassine, et d’autres quassinoïdes mineurs. La quassine ne possède pas d’activité antitumorale marquée mais c’est un insecticide, utilisé et commercialisé, efficace contre les pucerons des arbres fruitiers (2 à 3 kg de copeaux dans 100 l d’eau, Notice du Service de la protection des végétaux, 1964).

Vis-à-vis des vertébrés, des essais réalisés sur le rat ont montré un effet de la quassine sur le système nerveux. Cependant, la toxicité de cette substance demeure modérée, comparée à celle des quassinoïdes des autres espèces citées, avec une dose létale 50 égale à 138 mg/kg par voie intraveineuse et 546 mg/kg par voie orale (Crosby, 1971).

La réputation de cette drogue comme antipaludique – elle fut même à certaines époques proposée en Europe en remplacement du quinquina – n’a pas été confirmée, la quassine n’ayant pas d’activité antiplasmodiale (Guru et al., 1983).

Quassia amara. Feuilles et fleurs de couachi

Quassia amara. Feuilles et fleurs de couachi

Simaba cedron Planch.

Synonymie

Quassia cedron (Planch.) Baill.

Noms vernaculaires

Créole : wan édé

Wayãpi —

Palikur : timaaβain purubumna.

Aluku : wan ede.

Portugais : pau-para-tudo, serve-para-tudo.

Écologie, morphologie

Arbre ne dépassant généralement pas quinze mètres, assez fréquent en forêt primaire – dans le nord de la Guyane –, reconnaissable à son port rappelant celui des palmiers.

Collections de référence

Grenand 1911 ; Moretti 1120 ;

Prévost et Sabatier 3839.

Emplois

  • 19 Un usage similaire a été noté chez les Urubu-Ka'apor (Balée, 1994).

Certains Créoles emploient les racines de cet arbre aux mêmes fins que celles de Simarouba amara, c’est-à-dire comme vermifuge, antipaludique et tonique amer. Les Palikur préparent avec l’écorce une décoction utilisée en bain pour soigner des éruptions cutanées d’origine diverses19. Pour favoriser l’accouchement, on place sous la moustiquaire de la parturiente une décoction fumante de la même écorce ; enfin, la même préparation, réputée très amère, est bue contre les fièvres palustres.

Étymologie

Palikur : de timaaβain, « support de la râpe à manioc », nom de l’arbre Simarouba amara et purubumna. « à grandes feuilles ».

Créole : emprunt à l’aluku wan ede (wan. « une » et ede, « tête », en raison du port de l’arbre).

Chimie et pharmacologie

  • 20 Il nous paraît intéressant de reproduire ici ce qu'écrivait Le Cointe (1, 1922) à propos de cette e (...)

Des fruits de cette espèce, fort réputés au Brésil comme alexitères20, deux quassinoïdes, la cédronine et la cédronoline, ont été isolés (Polonsky, 1973).

Nous avons vérifié les propriétés antipaludiques de la cédronine, principe actif largement majoritaire dans cette plante, que nous avons isolé des écorces de tronc d’un échantillon récolté en Guyane.

La cédronine est l’un des rares quassinoïdes ayant un squelette à 19 atomes de carbone, mais possédant aussi les éléments structuraux nécessaires à l’activité biologique.

L’activité cytotoxique mesurée sur cellules de mammifères (souche KB) est effectivement moins élevée que celle des quassinoïdes actifs en c20. Ce composé manifeste une activité antipaludique in vitro et in vivo remarquable. Cependant la toxicité sélective de la cédronine sur les Plasmodium, comparée à celle sur cellules de mammifères, est moins favorable que celle obtenue avec la chloroquine diphosphate (Moretti, 1994).

Simaba guianensis Aublet ssp. guianensis21

  • 21 Le complexe Simaba guianensis a été divisé en plusieurs sous-espèces ; les collections d’herbier ci (...)

Synonymies

Quassia guianensis (Aubl.) Dietr.,

Simaba cuspidata Spruce ex Engl.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wasaku sili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste de sous-bois de la forêt primaire, dispersé mais assez commun.

Collections de référence

Grenand 491 ; Lescure 492 ; Moretti 838 ;

Prévost et Grenand 957.

Emplois

Les Wayãpi considèrent cette plante comme un poison dangereux pour l’homme et le regroupent avec Bonafousia morettii (Apocynacées).

Étymologie

Wayãpi : de wasaku, « arbre Hura crepitans (Euphorbiacées) », également très toxique, et sili, « fin, petit ».

Chimie et pharmacologie

De cet arbuste, deux quassinoïdes ont été isolés : l’un est nouveau, le 6-a-tigloyloxychaparrine, l’autre est le 6-a-tigloyloxychaparrinone. Ces deux produits inhibent de façon significative la leucémie murine p 388 in vitro.

Cependant, seul le premier est actif in vivo (Polonsky et al, 1980). Des alcaloïdes du type canthinone ont été isolés de la même espèce. Ces composés cytotoxiques ne peuvent cependant à eux seuls expliquer la grande toxicité que les Wayãpi attribuent à cette espèce, et il est possible que d’autres toxines soient présentes.

Deux autres quassinoïdes ont été identifiés dans S. guianensis : la gutolactone et la simalikalactone D, le premier étant nouveau et présentant une activité antipaludique marquée (Cabral et al, 1993).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Simaba guianensis. Fruits mûrs

Simaba guianensis. Fruits mûrs

Simaba guianensis

Simaba guianensis

Simaba morettii C. Feuillet

Noms vernaculaires

Créole : simarouba mâle [mal-simarouba], courbaril savane.

Wayãpi —

Palikur —

Écologie, morphologie

  • 22 Cette espèce n’a jusqu'à présent été trouvée que dans les forêts au sud de Sinnamary.
    Son identifica (...)

Grand arbre assez rare de la forêt primaire22.

Collections de référence

Moretti 1027, 1275.

Emplois

Les écorces très amères de ce grand arbre sont employées par les Créoles comme celles de Simarouba amara, c’est-à-dire comme vermifuge et antipaludique.

La macération dans le rhum calmerait les douleurs dentaires.

Étymologie

Créole : simarouba mâle, de « simarouba », autre arbre de la même famille (Simarouba amara) et « mâle », en raison de son port altier, exceptionnel pour le genre.

Simaba morettii

Simaba morettii

Chimie et pharmacologie

Des écorces de racine de cet arbre, ont été isolés deux quassinoïdes nouveaux : le simarinolide et le guanepolide, ainsi que le simarolide, déjà isolé d’une autre espèce, Simarouba amara. Ils possèdent un squelette de base à 25 atomes de carbone (Polonsky et al, 1981). Les mêmes composés ont été isolés des fruits ainsi qu’un nouveau quassinoïde : le déacetysimarolide (Moretti et Polonsky, travaux non publiés). Contrairement aux autres quassinoïdes isolés à partir d’espèces guyanaises de Simaroubacées, ceux-ci se sont avérés inactifs sur la leucémie murine p 388.

Le simarolide n’a qu’une faible activité antiplasmodiale (Trager et Polonsky, 1981). Les écorces de tronc et surtout de racine renferment aussi deux alcaloïdes du type harmine. Pour les autres activités biologiques des quassinoïdes, se reporter au paragraphe introductif sur cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Simaba orinocensis Kunth

Synonymies

  • 23 Simaba multiflora Adr. Juss. a été confondu avec Simaba guianensis pour la première fois dans la Fl (...)

Simaba multiflora Adr Juss.23 ;

Quassia multiflora (Adr. Juss.) Nooteboom ;

Simaba alata Maguire.

Noms vernaculaires

Créole : kanambouli.

Wayãpi : sokolo, paku akayu.

Palikur : kwepan

Portugais : cajurana.

Écologie, morphologie

  • 24 La répartition de l’espèce est assez diffuse, bien qu'il ne s'agisse pas d'une espèce rare.
    Le fruit (...)

Arbre moyen à grand, assez commun en forêt et le long des berges des cours d’eau dans l’intérieur de la Guyane24.

Collections de référence

Grenand 703, 1291, 1634 ;

Jacquemin 2328 ; Moretti 1073.

Emplois

Chez les Wayãpi, la décoction de l’écorce de tronc est utilisée en lavage externe contre les maux de tête.

Chez les Palikur, la décoction amère de l’écorce est, prise en tisane en traitement long, un remède contre le diabète.

Étymologie

Wayãpi : paku akayu, de paku, « poisson Myleus pacu » et akayu, « pomme cajou » ; les poissons pacous raffolent de ces fruits, acides et juteux comme ceux de l’anacardier ou pommier cajou.

Créole : emprunt à l’aluku kanãbuli, lui-même emprunté au wayana (Karib) kanapali, désignant la même plante.

Palikur : de kwep, « divers arbres Licania » et βan, « feuille », en raison de la ressemblance des feuillages et de l’écorce.

Chimie et pharmacologie

Un nouveau quassinoïde, le karinolide, a été isolé à côté de la 6-α-sénécioyloxychaparrine et de la 6-α-sénecioyloxychaparrinone, décrits peu de temps auparavant par Watt et al. (1978). Ces chercheurs avaient aussi trouvé de la chaparrinone. Enfin, un alcaloïde, la 9-méthoxycanthinone a aussi été isolé et identifié (Polonsky et al, 1982).

Les trop faibles rendements en quassinoïde ; obtenus avec cette espèce ne nous ont pas permis de tester leurs activités antitumorales Reprenant cette étude à grande échelle, l’équipe de Arisawa et al. (1983) a évalué l’activité antitumorale de ces produits, à l’exception du karinolide, extraits d’un échantillon de plus de 300 kg de bois récolté au Pérou. À cette occasion, deux nouveaux alcaloïdes du type canthinone ont été isolés ainsi que la scopolétine et un lignane.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Simarouba amara Aublet

Synonymie

Quassia simarouba L.f.

Noms vernaculaires

Créole : simarouba [simarouba].

Wayãpi : ɨwẽ’ɨ.

Palikur : tima aβain.

Portugais : marupa, paraíba.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand, typique des vieilles forêts secondaires mais parfois présent en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 535 ; Jacquemin 1428, 1984, 2069, 2243 ; Moretti 1340.

Emplois

Cet arbre est bien connu des Créoles.

  • 25 Selon Jousset (1870), l’écorce de racine est tonique, amère et antidysentérique : « Pour l’obtenir, (...)

La macération des écorces, très amères, dans le rhum est prise comme tonique amer, antidysentérique25 et antipaludique. Les Palikur ont adopté ce dernier usage mais, en décoction, lui préfèrent Simaba cedron. Cependant, la prise régulière de la macération dans le rhum aurait une action préventive contre le paludisme.

Étymologie

Créole : simarouba, du kali’na (Karib) asumaipa, désignant la même espèce.

Wayãpi : de ɨwesẽ, « râpe à manioc » et ɨ, « arbre », « arbre pour les râpes à manioc ». Palikur : de timaa, « râpe à manioc », et aβain, « lieu de », « ce avec quoi on fait les râpes à manioc ». Ces deux dernières appellations font référence à l’excellence de ce bois pour y enchâsser des éclats de roche ou des fragments métalliques afin de fabriquer des râpes à manioc.

Chimie et pharmacologie

Un quassinoïde, le simarolide, a été isolé dès 1961. Polonsky et Jacquemin ont repris l’étude de cette drogue, sur des échantillons dûment identifiés et ont décrit deux quassinoïdes à squelette à 20 atomes de carbone : 2’-acétylgIaucarubine et 13, 18-déhydroglaucarubinone. Ce dernier inhibe de façon significative la leucémie murine lymphocitique p 388. En revanche, on ne note aucune trace de quassinoïde en c25 comme le simarolide. Ce type de composé semble caractéristique de l’espèce Simaba morettii (cf. supra), ce qui suggère une possible confusion, lors de la récolte de l’échantillon étudié en 1961 par Polonsky entre Simarouba amara et Simaba morettii.

Ont aussi été isolés 4 triterpènes : la mélianone, la 21, 20-anhydromélianone, l’oxo-3-tirucalla-7, 24-diène et le dioxo-3, 21-ti rucalla-7, 24-diène (Polonsky ét al. 1976, 1977 et 1978).

Cette espèce renferme enfin un alcaloïde, la 5-hydroxycanthine-6-one (Lassak et al, 1977).

L’extrait méthanolique des fruits de S. amara est actif in vitro sur une souche de Plasmodium falciparum résistante à la chloroquine. L’activité est concentrée dans l’extrait chloroformique duquel 4 quassinoïdes ont été isolés : ailanthinone, 2’-acétyle glaucarubinone, holacanthone et la glaucarubinone. Ces mêmes extraits réduisent in vivo de 30 à 50 % la parasitémie de souris impaludées, à la dose de 600 à 900 mg/kg/j., sans qu’aucune mortalité n’apparaisse à ces doses chez les souris, cela malgré la toxicité connue de ces quassinoïdes. Ces résultats obtenus par Gupta et al. (1995) au Panama tendent à justifier l’usage de cette drogue comme antipaludique.

Les essais insecticides que nous avons effectués ont montré que les écorces de tige de cette espèce ont une activité larvicide sur Aedes aegypti (Moretti, travaux non publiés). Les propriétés insecticides peuvent être attribuées aux dérivés de la glaucarubinone. Ce quassinoïde présente, sur Locusta migratoria, une DL 50 de 4,5 mg par gramme d’insecte, activité comparable, sinon meilleure à celle des pyrèthres (Odjo et al, 1981).

In vitro, la glaucarubinone inhibe de façon significative la croissance de Plasmodium falciparum à la dose de 0,006 mg/ml (Tracer et Polonsky, 1981). Par ailleurs la glaucarubinone a été employée avec succès sur l’homme contre Entamoeba histolytica.

Simaba amara. Tronc incisé de simarouba

Simaba amara. Tronc incisé de simarouba

Famille Smilacaceae

Smilax spp.

Noms vernaculaires

Créole : liane bagotte [yann-bagòt], bagou [bagou, yann-bagou], salsepareille [chassepareille].

Wayãpi : yũ apekã.

Palikur : barakut.

Aluku : aguwago maka.

Portugais : japecanga, salsa.

Écologie, morphologie

Lianes épineuses communes en forêt primaire, en forêt secondaire et dans les zones rudérales.

Collections de référence

  • 26 Les espèces collectées par notre équipe, bien que cette liste ne soit pas restrictive, sont :

Cf. note.26

Emplois

La salsepareille est aujourd’hui une plante bien oubliée, alors qu’elle fut au cours des siècles passés ardemment recherchée pour ses propriétés antisyphilitiques.

Le Cointe (1, 1922) indique qu’entre 1870 et 1920, c’est par tonnes que les fines racines sèches étaient exportées chaque année de Belém et de Manaus. L’ensemble des sources, à l’instar des vendeuses créoles du marché de Cayenne, attribuent à la macération et à la décoction des racines de salsepareille une action dépurative, en sus de pouvoirs strictement antisyphilitiques, (Devez, 1932 ;

Mors et Rizzini, 1966 ; Silva et al, 1977). Plus rustiquement, les Créoles des communes utilisent la décoction des feuilles soit en bain comme défatigant, soit en breuvage comme fébrifuge.

  • 27 L'usage comme aphrodisiaque de Smilax schomburgkiana Kunth, en association avec d’autres plantes, e (...)

En revanche, chez les Amérindiens qui nous occupent, il en va tout à fait différemment puisque les Wayãpi se contentent d’insister sur le caractère venimeux des longues épines noires ; quant aux Palikur, ils l’utilisent dans la préparation d’un diabolique aphrodisiaque : la racine tubéreuse est grattée ou écrasée et préparée en décoction. Lorsque l’ébullition est atteinte, on ajoute coup sur coup la racine de Ptychopetalum olacoïdes (Olacacées), un clou chauffé à blanc et un sexe mâle de coati (Nasua nasua L.), animal réputé pour ses activités sexuelles débordantes. Le tout est soigneusement remué ; le liquide refroidi est filtré et versé dans une bouteille. Pendant une semaine, ce breuvage est consommé à raison d’une cuillerée par jour ; le reste sert à frictionner les organes sexuels masculins27. C’est une préparation dangereuse, réservée en théorie aux hommes d’âge mûr.

Étymologie

Les divers noms créoles et portugais cités ci-dessus recouvrent en général et selon les régions de nombreuses espèces parmi lesquelles seules Smilax papyracea Duhamel (en synon. Smilax longifolia L. C. Rich), Smilax pseudosyphilitica Willd et Smilax officinalis Poepp., ont eu une réelle importance économique. Par ailleurs, les noms de salsa ou de salsepareille sont nettement réservés aux racines sèches et les noms de japecanga et liane bagotte aux plantes in situ.

Wayãpi : de yũ, « épine », ape, « dos » et ãkã, « tête », « la |liane] épineuse qui a ses têtes sur le dos », parce que les épines sont disposées en couronne à chaque noeud (tête) sur la tige (dos). Palikur : amalgame de arakut, « noeud » et de aβutga, « épine », « épines aux noeuds », pour les mêmes raisons que ci-dessus.

Chimie et pharmacologie

Les extraits fluides servent de véhicule favorisant l’absorption d’autres substances. Les principes actifs sont des saponosides stéroïdiques dont le plus important est le sarsasaponoside (Karrer, 1958).

Les salsepareilles ont aussi été utilisées pour leurs propriétés anti-inflammatoires et dans le traitement de diverses maladies de la peau, telles la lèpre et le psoriasis.

Smilax sp. Feuilles et fruits d’une liane bagotte

Smilax sp. Feuilles et fruits d’une liane bagotte

Famille Solanaceae

Brunfelsia guianensis Benth.

Noms vernaculaires

Créole : graine macaque.

Wayãpi : manaka.

Palikur : impukiu ahigidi.

Portugais : manaca

Écologie, morphologie

Arbuste à petit arbre des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 793, 1950 ; Moretti 1219 ; Sastre 4751.

Emplois

  • 28 Le Cointe (1, 1922) indique pour cette espèce : « racine purgative et antisyphilitique ; contre rhu (...)

Chez les Palikur, l’écorce, séchée et fumée en cigarette, est considérée comme un hallucinogène, utilisé par les chamanes en association avec Bonafousia macrocalyx (Apocynacées)28.

Étymologie

Wayãpi : le mot tupi manaka est attesté dans toute l’Amazonie brésilienne pour désigner le genre Brunfelsia. Palikur : de impukiu, « arbuste Bonafousia macrocalyx » et ahigidi, « compagnon », en raison de leur utilisation associée.

Chimie et pharmacologie

L’emploi d’autres Brunfelsia comme drogues psychotropes en Amazonie occidentale a déjà été signalé plusieurs fois et divers constituants ont été isolés (Schultes et Hofmann, 1973 ; Schultes, 1979 ; Plowman, 1977).

Les analyses que nous avons effectuées en laboratoire sur la présente espèce ne nous ont pas permis de tirer de conclusion sur la présence de composés psychotropes. En particulier, nous n’avons pas trouvé d’alcaloïde selon les procédés d’extraction habituels employés au laboratoire (extraction par le chloroforme alcalin et extraction par le méthanol).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Brunfelsia guianensis. Fruits

Brunfelsia guianensis. Fruits

Capsicum frutescens L.

Noms vernaculaires

  • 29 Les usages concernant Capsicum frutescens s’appliquent aussi à Capsicum annuum L. et Capsicum chine (...)

Créole : piment [piman]29.

Wayãpi : k ɨ’ɨy.

Palikur : atit.

Français : piment, poivre de Cayenne.

Portugais : pimenta.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé, commun partout en Guyane.

Collections de référence

Prévost 1348, 4157 ; avec en outre de nombreux herbiers des différentes variétés.

Emplois

Plante américaine mondialement connue comme condiment pour son goût qualifié de fort et de brûlant, le piment, comme le manioc, le roucou, le coton ou le tabac, est profondément lié aux cultures amérindiennes. Son rôle dans le folklore est également important et de nombreux auteurs (dont nous ne ferons pas ici la revue) ont insisté sur son rôle magique ou plus simplement rituel. On notera simplement que sa consommation est souvent interdite en cas de maladie ou lors de l’accouchement. Chez les Créoles, le fruit sert à soigner la maladie du porc domestique appelée zampan cochon, caractérisée par un envahissement de la gorge par des filaments blancs.

Pour la soigner, on badigeonne le fond de la gorge avec une tige de maïs sur laquelle on a frotté des piments.

Chez les Wayãpi, nous avons trouvé cette plante associée à la préparation du curare (cf. Strychnos guianensis, Loganiacées), à celle d’un remède pour tuer les Larvae migrans ou microfilaires (cf. Begonia glabra, Bégoniacées) et enfin pour soigner les furoncles (cf. Bellucia grossularioides, Mélastomatacées).

  • 30 Ce dernier usage est aussi signalé chez les Caboclos du Para (Furtado et al, 1978) et les Caraïbes (...)

Chez les Palikur, les feuilles préparées en décoction salée sont utilisées en gouttes pour soigner les conjonctivites ou en cataplasme pour cicatriser les plaies30 ou l’herpès.

Chimie et pharmacologie

Le fruit est riche en vitamine c et caroténoïdes colorants. La saveur piquante est due à un amide, la capsaïcine ; ce composé possède des propriétés antibactériennes et hypocholestérolémiantes et potentialise l’action des barbituriques (Robineau et al, 1999).

Capsicum frutescens. Fruits d’une des nombreuses variétés de piment

Capsicum frutescens. Fruits d’une des nombreuses variétés de piment

Cestrum latifolium Lam.

Synonymies

Cestrum oliganthum Dunal ;

Cestrum prieurei Dunal.

Noms vernaculaires

Créole : bitayouli petites feuilles [bitayouli-ti-féy].

Wayãpi : —

Palikur : tukwa etni.

Sranan tongo : bitawiri

Écologie, morphologie

Arbuste commun en forêt secondaire dans la région côtière.

Collections de référence

Grenand 1586, 3102 ;

Jacquemin 1872 ;

Oldeman et Burgot 2868 ;

Prévost 3961.

Emplois

  • 31 Si divers Cestrum sont bien utilisés en Amérique tropicale comme remède (sédatifs, antirhumatismaux (...)

Les feuilles pilées avec un peu d’eau servent à préparer un gargarisme très amer utilisé par les Créoles pour soigner les maux de gorge31.

Pour les Palikur, il s’agit d’une plante magique servant à éloigner les maléfices des habitations.

Étymologie

Créole : de bitayouli, altération du sranan-tongo bitawili, une autre plante (Solanum leucocarpon, cf. infra), et ti-fèy, « petites feuilles », en raison de la différence de la taille des feuilles.

Palikur : de tukwa, « tourterelle (Columba cayennensis) » et etni, « sa possession ». L’oiseau consomme les baies.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cestrum latifolium. Feurs de bitayouli petites feuilles ; les feuilles froissées dégagent une très mauvaise odeur

Cestrum latifolium. Feurs de bitayouli petites feuilles ; les feuilles froissées dégagent une très mauvaise odeur

Cyphomandra endopogon Bitter

Noms vernaculaires

  • 32 Cyphomandra endopogon, et C. tegore sont confondus par les Créoles sous le nom de mavévé-chien ;(...)

Créole : mavévé chien [mavévé-chien]32.

Wayãpi : uluwu kãsĩ.

Palikur : isuu aβeya.

Écologie, morphologie

Petit arbre des clairières de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 808, 1112 ; Jacquemin 1758.

Emplois

Pour les Créoles, cf. infra à Solanum leucocarpon.

Chez les Wayãpi, la décoction des feuilles et des tiges sert à protéger les enfants (risque de fièvre) après la violation par leur père d’un interdit de chasse concernant le vautour. La préparation est utilisée en bain. Elle est également valable, quoique dans une moindre mesure, pour les adultes atteints par la fièvre.

Chez les Palikur, l’écorce et les feuilles, écrasées et mises à macérer pendant trois jours, servent à préparer un shampooing pour lutter contre la calvitie.

  • 33 Dans la région d’Iquitos, Cyphomandra endopogon est utilisé pour soigner une maladie de peau nommée(...)

La décoction de l’écorce utilisée en bain sert à retarder le veillissement de la peau chez les personnes âgées33.

Cette espèce est aussi à la base d’un charme, utilisé par les deux sexes, pour séduire un futur conjoint.

Étymologie

Wayãpi : de uluwu, « vautour pape » et kãsĩ, « musc », en raison de l’odeur forte émanant de tous les organes de la plante. Palikur : de isuu, « vautour pape » et aβeya, « plante », pour la même raison que précédemment.

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre contiennent une coumarine, la scopolétine (Hegnauer, 6, 1973). On y trouve aussi des glucoalcaloïdes, comme dans le genre Solarium. Cf. infra à Solanum americanum Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cyphomandra endopogon

Cyphomandra endopogon

Cyphomandra tegore (Aubl.) Walp.

Synonymie

Solanum tegore Aublet.

Collections de référence

Haxaire 565 ; Grenand 337 ;

Grenand et Prévost 1968 ;

Prévost et Grenand 929, 937.

Emplois

Cette espèce est confondue avec Cyphomandra endopogon par l’ensemble des ethnies étudiées.

Markea coccinea L. C. Rich.

Nom vernaculaire

Créole —

  • 34 La plante est totalement confondue sous le même nom avec une espèce plus rare, Markea sessiliflora (...)

Wayãpi : ka’i witoto34

Palikur —

Écologie, morphologie

Liane fine, assez commune en forêt primaire.

Collections de référence

Haxaire 1040 ; Grenand 413 ;

Jacquemin 1551.

Emplois

Chez les Wayãpi, les parties aériennes de cette plante, préparées en décoction, sont utilisées en bain pour protéger les enfants (risque de dépérissement progressif), lorsque leur père a violé un interdit de chasse sur le capucin brun ; cet interdit fait partie des précautions à prendre après la naissance.

Par ailleurs, les fleurs longues et colorées sont données à sucer aux nourrissons qui prennent mal le sein.

Étymologie

Wayãpi : de ka’i, « singe capucin brun (Cebus apella) » et witoto, terme spécifique pour désigner « le pénis des singes ».

La plante est ainsi nommée en raison de la forme et de la couleur de sa fleur.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Markea coccinea. Fleur delicate de cette liane forestière

Markea coccinea. Fleur delicate de cette liane forestière

Nicotiana tabacum L.

Noms vernaculaires

Créole : tabac [tabak].

Wayãpi : makule.

Palikur : aig.

Brésilien : fumo, tabaco.

Écologie, morphologie

  • 35 Le tabac, qu’il se trouve près des habitations ou dans les abattis, exige un sol riche et bien nett (...)

Grande plante herbacée cultivée surtout chez les Amérindiens35.

Collections de référence

Berton 201 ; Haxaire 774 ; Prévost 1286.

Emplois

Il s’agit sans nul doute d’une des plantes les plus célèbres héritées du monde amérindien et son utilisation comme narcotique (cigare, jus de tabac vert) a été discutée à propos du chamanisme (cf. 2e partie, p. 66). Pour une utilisation proche du jus de tabac chez les Créoles, cf. Quararibea duckei (Bombacacées).

Le tabac peut également être utilisé comme remède et les populations de Guyane illustrent bien ce cas :

Les Créoles associent les feuilles sèches à Scoparia dulcis (cf. Scrophulariacées), cependant que les Wayãpi utilisent le goudron de nicotine pour asphyxier les larves de ver macaque (Dermatobia hominis, Cuterebridés) qui parasitent la peau des hommes, des chiens et des grands mammifères. Lorsque la larve a lâché prise, elle est extraite par pression. Les Palikur font du tabac un usage plus diversifié. Ils utilisent abondamment les feuilles vertes comme cholagogue : la décoction de deux feuilles est suffisante pour calmer une crise de foie.

  • 36 On notera que le tabac fut connu en France au XVIe siècle sous le nom d’herbe-à-la-reine parce que (...)

Deux feuilles vertes chauffées à la flamme sont, utilisées en cataplasme, un remède contre les céphalées36. Une seule goutte de jus de tabac vert constitue un collyre puissant. Enfin, nous décrivons à Rhabdadenia biflora (Apocynacées), son utilisation contre les piqûres de raie.

Chimie et pharmacologie

D’après Paris et Hurabielle (1981), la teneur des feuilles en matières minérales est très élevée (15 à 20 %) ; il s’agit surtout de phosphates et de nitrate de potassium.

Les feuilles renferment des acides organiques : malique, citrique et nicotinique ; des acides phénols : caféique et chlorogénique ; des polyphénols : flavonoïdes et coumarines, des traces d’huiles essentielles, des bases volatiles, etc. Enfin, elles contiennent de 1 à 10 % d’alcaloïdes, dont le principal est la nicotine avec de petites quantités de nor-nicotine et d’anabasine.

Nicotiana tabacum. Fleurs et feuilles de tabac

Nicotiana tabacum. Fleurs et feuilles de tabac

La nicotine est un poison du système nerveux central et du système nerveux autonome : elle a une action ganglioplégique se traduisant par une activité au niveau des systèmes sympathiques et parasympathiques avec stimulation initiale des récepteurs suivie d’une inhibition. La dose mortelle chez l’homme est de 0,06 g. La mort survient par paralysie respiratoire et cardiaque.

La nicotine est également un irritant pour les muqueuses et un toxique vis-à-vis des animaux à sang froid. Cette dernière propriété l’a fait utiliser autrefois comme anthelminthique et parasiticide en usage externe, mais ce dernier emploi est surtout exploité en agriculture (Bezanger-Beauquesne et al, 1975).

Physalis angulata L.

Collection de référence

Prévost 3560.

Écologie, morphologie

Espèce parfois confondue avec Physalis pubescens L. Elle s’en distingue par sa tige anguleuse et son port arbustif, P. pubescens ayant une morphologie plus herbacée.

Physalis pubescens L.

Synonymie

Physalis surinamensis Miq.

Noms vernaculaires

Créole : batoto [batoto], graine pòk [grenn-pòk], zerb à cloques.

Wayãpi : ulu kɨ’ɨy.

Palikur : matut.

Portugais : camapu, juâ-de-capote, mata-fome.

Écologie, morphologie

Herbe typique des défrichements récemment brûlés ; elle est commune partout.

Collections de référence

Jacquemin 2599 ; Lescure 373 ;

Moretti 305. Ouhoud-Renoux 68,

Prévost 4117.

Emplois

  • 37 Au Brésil, le thé de la racine est utilisé pour traiter les infections urinaires et comme hépato-pr (...)

Selon les Créoles, les fruits seraient diurétiques et vermifuges37 ; ils sont fréquemment consommés, après macération dans le vinaigre, comme condiment. L’infusion des feuilles est bue comme cholalogue. Il nous a été rapporté que les feuilles données en nourriture aux poules favorisent la ponte.

Étymologie

Créole : batoto, du palikur matut, qui désigne la même plante. Graine pok, onomatopée du bruit que provoque le calice quand on le presse ; zerb à cloques, toujours en référence au calice gonflé autour du fruit.

Wayãpi : de ulu, « colin de Guyane » (Odontophorus guianensis) et kɨ’ɨy, « piment », parce que cet oiseau consomme les petits fruits ressemblant à des piments.

Physalis pubescens. Fleur et fruit de batoto

Physalis pubescens. Fleur et fruit de batoto

Chimie et pharmacologie

Les racines des espèces de Physalis, dont P. pubescens et P. angulata, renferment un alcaloïde pyrrolidinique dénommé phygrine (Basey et al., 1992) et des stéroïdes iactoniques du type withanolide, comme la physaline et ses dérivés (Hegnauer, 6, 1973). Rappelons que les fruits de l’espèce européenne, R alkekengi L. étaient inscrits comme diurétique à la Pharmacopée française. Différents extraits de racine ont montré une activité contre Staphylococcus aureus (Drummond et al, 2000).

Solanum americanum Mill.

Synonymie

Solanum nigrum L. var. americanum (Mill.) O. E. Schulz.

Noms vernaculaires

Créole : alaman [alanman].

Créole antillais : agouman [agouman] (Mana).

Wayãpi : —

Palikur : atit kamwi.

Portugais : erva-moura, pimenta-de-galinha.

Écologie, morphologie

Arbrisseau rudéral, souvent protégé, de la région littorale.

Collections de référence

Moretti 884, 1168 ; Prévost 3568.

Emplois

Cette variété tropicale de la morelle européenne est largement connue comme plante médicinale dans les Caraïbes et en Guyane ; elle est utilisée comme rafraîchissante dans la médecine créole pour traiter les inflammations et la tension.

Les feuilles de cet arbuste sont comestibles et entrent dans la préparation du célèbre ragoût créole nommé calalou ; leur amertume disparaît après cuisson.

Les feuilles avec lesquelles on prépare des loochs ou des infusions sont employée ; contre les parasites intestinaux.

  • 38 Le suc extrait des feuilles est utilisé au Venezuela pour soigner les dartres et la gale (Delascio (...)

À forte dose, ces préparations sont jugées antispasmodiques. En usage externe, la plante est utilisée pour soigner blessures et contusions38. L’usage comme vulnéraire est déjà signalé dès l’époque des plantations ; esclavagistes (Longuefosse, 1995).

Enfin, la macération dans le rhum serait alexitère.

Chez les Palikur, la décoction de la plante est utilisée en bain sédatif contre la fièvre ; la décoction des feuilles est bue en traitemen long contre le diabète.

Étymologie

Créole : alaman et agouman sont des termes sans doute d’origine africaine.

Palikur : atit, « piment » et kamwi, « qui ressemble » : les feuillages des deux espèces sont très proches.

Chimie et pharmacologie

C’est l’une des espèces de Solanum les plus répandues dans le monde. Elle appartient au « complexe Solanum nigrum L. », dont les morelles de France, qui regroupe quelque 80 espèces. Ces espèces renferment des gluco-alcaloïdes stéroïdiques du type solanine, dont les propriétés physiologiques sont, sur bien des points, semblables à celles des saponines, irritant le tube digestif, provoquant des vomissements et des diarrhées ainsi qu’une dépression respiratoire.

Les baies sont responsables d’intoxications fréquentes dans le monde. Les symptômes sont des vomissements, des troubles neurovégétatifs, un dessèchement des muqueuses, souvent suivi d’un délire atropinique. Un alcaloïde stéroïdique, la solasodine, est employé dans l’industrie pharmaceutique comme matière première pour l’hémisynthèse des corticoïdes.

La décoction des feuilles serait active in vitro, vis-à-vis de Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus et Streptococcus aureus. La décoction éthanolique et la macération hydro-alcoolique ont montré une activité in vitro contre Candida albicans (Robineau et al, 1999).

Solanum americanum. Feuilles et fruits d’alaman

Solanum americanum. Feuilles et fruits d’alaman

Solanum crinitum Lam.

Synonymie

Solanum macranthum Dunal.

Noms vernaculaires

Créole ; pomme sousouri [ponm-sousouri] (terme générique), bélangère diable.

Wayãpi ; yũãsisi.

Palikur : puduku.

Écologie, morphologie

Arbuste fréquent dans les jeunes forêts secondaires.

Collections de référence

Berton 206 ; Grenand 15 ; Lescure 295 ;

Prévost et Grenand 965.

Emplois

Les Palikur préparent, avec les racines de cette espèce, celles de Miconia poeppigii (Melastomatacées), celles de Cecropia obtusa (Cecropiacées) et un bourgeon terminal de canne à sucre (Saccharum officinarum L., Poacées), un remède contre les infections vaginales et urinaires. On en fait une décoction de deux casserolées environ que l’on boit matin, midi et soir pendant une semaine (Berton, 1997).

Étymologie

Créole : pomme sousouri, parce que les chauves-souris mangent les fruits en forme de petites pommes.

Wayãpi : yũãsisi, de yũ, « épines » et sisi, « petites », car les épines sont innombrables et fines.

Palikur : puduku sert de terme de base à plusieurs plantes épineuses ; celle-ci est prototypique.

Chimie et pharmacologie

Pour les composés chimiques, cf. Solanum americanum.

Solanum crinitum. Fleur de pomme sousouri

Solanum crinitum. Fleur de pomme sousouri

Solanum leucocarpon Dunal

Synonymie

Solanum surinamense Steudel

Noms vernaculaires

  • 39 Cyphomandra tegore, C. endopogon et Solanum leucocarpon sont des espèces confondues par les Créoles (...)

Créole : mavévé, mavévé chien [mavévé-chien]39, bitayouli, bitawiri [bitawili].

Wayãpi : yakalelo’a.

Palikur : arikne aβan, ahiknamban.

Aluku : mananga.

Sranan tongo : bitawiri

Écologie, morphologie

Arbuste à petit arbre très commun en végétation secondaire jeune.

Collections de référence

Berton 39 ; Grenand 13, 1809 ;

Jacquemin 2840 ; Lescure 402 ;

Moretti 1289.

Emplois

  • 40 En Guyana, les Carib de la Barama utilisent en emplâtre, pour soigner la leishmaniose, le suc extra (...)

L’usage de cette espèce semble limité aux Guyanes, où elle croît en abondance dans les abattis récemment abandonnés. Les Créoles préparent avec les feuilles une décoction amère bue contre les maladies de foie. Les feuilles et l’écorce macérées dans le rhum sont utilisées en application locale pour soigner la gale40.

Pour la même parasitose, les Palikur se contentent de frotter localement les feuilles pilées. En médecine vétérinaire, la macération dans l’eau des feuilles écrasées est frictionnée sur les chiens par les Créoles et les Palikur pour les débarrasser de leurs puces.

Pour les Palikur, la décoction buvable des feuilles constitue un remède majeur contre la diarrhée : la préparation consiste à mélanger, dans les mêmes proportions, des jeunes feuilles de Solanum leucocarpon avec des feuilles fanées de la même espèce ainsi que des jeunes feuilles de goyavier (Psidium guajava, Myrtacées).

Le traitement est de trois prises de trois cuillères à café par jour pour les adultes et de trois prises d’une cuillère à café par jour pour les enfants. La décoction des seules feuilles de S. leucocarpon est bue comme vermifuge et, en traitement long, sert à soigner soit le diabète, soit la maladie pũngwe caractérisée par une enflure rapide du ventre.

  • 41 Ce dernier usage est aussi connu des Aluku qui s’en servent pour soigner l'éléphantiasis (Fleury, 1 (...)

Enfin, avec les feuilles écrasées dans l’eau et laissées au soleil, on prépare un bain relaxant lorsque l’on est courbaturé après un dur labeur41.

Solanum leucocarpon. Fruits de mavévé (ou mavévé chien)

Solanum leucocarpon. Fruits de mavévé (ou mavévé chien)

Étymologie

Créole : mavévé, mot d’origine inconnue de nous, qui s’applique aussi aux Cyphomandra (cf. supra) et à Potalia amara (Loganiacées) ; dans mavévé chien, « chien » fait référence à l’odeur ; bitawiri, bitayouli : emprunt au sranan tongo bitawiri, « plante amère », désignant la même espèce.

Wayãpi : de yakale, « caïman », lo, « amer » et a, « fruit », « fruit amer du caïman ».

La raison d’une telle dénomination est restée obscure.

Palikur : arikne aβan, de arikne, « odeur forte » et aβan, « feuille », « feuilles qui sentent fort ». Ce nom caractérise bien l’odeur pénétrante qui émane des feuilles et des branches coupées ; ahiknamban, de ahiknã, « chose » et mban, « trois », « trois choses », car les rameaux se ramifient par trois.

Chimie et pharmacologie

Pour les composés chimiques, cf. Solanum americanum.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Salanum mammosum L.

Noms vernaculaires

Créole : tété piquant.

Wayãpi tusi.

Palikur : ihinti puduku.

Portugais peito-de-moça

Écologie, morphologie

Arbrisseau peu fréquent, cultivé comme ornemental en raison de ses curieux fruits jaunes.

Collections de référence

Berton 151 ; Grenand 441 ; Haxaire 838.

Emplois

  • 42 Le fruit de cette espèce est considéré comme toxique et insecticide. Cependant, des usages médicina (...)

Chez les Palikur, la décoction des feuilles est bue en traitement de longue durée contre le diabète ; en composition avec les feuilles de Coutoubea ramosa (Gentianacées), cette espèce est aussi utilisée en bain fébrifuge42.

Étymologie

Créole : tété piquant et Palikur : ihinti puduku indiquent qu’il s’agit d’une plante épineuse et que les protubérances du fruit ressemblent à des seins de femme (créole, tété ; palikur, ihinti).

Chimie et pharmacologie

Schultes et Raffauf (1990) indiquent que cette espèce contient de la solasodine et des sapogénines qui sont responsables de sa toxicité.

Salanum mammosum. Fruit mamelonné de tété piquant

Salanum mammosum. Fruit mamelonné de tété piquant

Solanum stramoniifolium Jacq.

Synonymies

Solanum toxicarium L. Rich. ;

Solanum trichocarpum Miq

Noms vernaculaires

Créole : groseillier diable.

Wayãpi : yü piyũ.

Palikur : puduku seinô.

Écologie, morphologie

Arbuste commun dans les abattis récemment abandonnés.

Collections de référence

Grenand 1560, Lescure 297 ; Prévost 395.

Emplois

Pour son emploi chez les Palikur, cf. Citrus aurantifolia (Rutacées).

Étymologie

Créole : de groseillier, en raison de l’aspect des fruits, et diable, parce que la plante est épineuse.

Wayãpi : de yũ, « épine » et piyũ, « noire », car les feuilles sont foncées.

Palikur : de puduku, « épine » et seinõ, « blanche », parce ce que les fleurs sont blanches.

Solanum vaheurckii Müll. Arg.

Noms vernaculaires

Créole : pomme sousouri [ponm-sousouri] (terme générique).

Wayãpi : yũãsisi piyũ, yũãsisi sõwɨ.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste à petit arbre très rare des jeunes forêts secondaires.

Collection de référence

Prévost et Grenand 961.

Emplois

  • 43 Marcgrave ([1648] 1942) signale une espèce proche, Solanum paniculatum L., chez les Tupinamba du No (...)

Chez les Wayãpi, l’écorce grattée finement est frottée localement sur les enflures (action émolliente et résolutive)43.

Étymologie

Créole : de pomme et sousouri, « chauve-souris », parce que ces animaux en mangent les fruits mûrs ressemblant à de petites pommes.

Wayãpi : de yũãsisi, « cf. supra Solanum crinitum » et piyû, « noire » ou sõwɨ, « bleu-vert », car le feuillage, les tiges et les fruits sont plus sombres que chez Solarium crinitum.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Solanum vaheurckii. Fruits de pomme sousouri ; à gauche Solannum crinitium, à droite Solannum vaheurckii

Solanum vaheurckii. Fruits de pomme sousouri ; à gauche Solannum crinitium, à droite Solannum vaheurckii

Famille Starculiaceae

Melochia melissifolia Benth.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : ɨwakũ

Palikur : —

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau assez commun des savanes et des îles rocheuses des fleuves.

Collection de référence

Grenand 1052.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette plante participe à de petits rituels domestiques visant à rendre le ciel nuageux ou à faire venir la pluie, en particulier après les plantations, en fin de saison sèche.

Les feuilles sont froissées, trempées dans l’eau et jetées en l’air.

Étymologie

Wayãpi : ɨwakũ, littéralement « les nuages ».

Sterculia pruriens (Aubl.) K. Schum.

Synonymie

Ivira pruriens Aublet.

Noms vernaculaires

  • 44 L'ensemble des noms vernaculaires dans les diverses langues citées s'applique – en dehors de la pré (...)

Créole : mahot cochon [mao-kochon]44.

Wayãpi : iwisĩ.

Palikur : yit itaibi purubumna, pakih amahwa.

Paramaka : kobe.

Portugais : tacacazeiro, xixá.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 657 ; Jacquemin 1405.

Emplois

Les Créoles soignent les gros rhumes en ajoutant, au tabac à priser, la cendre du bois de cette espèce. Cf. également Quararibea duckei (Bombacacées).

Les Palikur préparent un charme de chasse au daguet rouge (biche en Créole, Mazama americana) avec les feuilles de cette espèce, celles de Apeiba tibourbou (Tiliacées) et avec un Caladium nommé yit βey (Aracées).

Sterculia pruriens. Feuillage de mahot cochon

Sterculia pruriens. Feuillage de mahot cochon

Étymologie

Créole : de mahot. mot d’origine arawak désignant semble-t-il essentiellement à l’origine Hibiscus tiliaceus L. (Malvacées). Les Créoles ont étendu le sens à d’autres arbres au liber également détachable, et cochon, pour cochon bois, « pécari à lèvre blanche » (Tayassu pecari), parce que cet animal en consomme les fruits tombés. Wayãpi : de ɨwi, « liber détachable » et sĩ, « blanc », car l’écorce est blanche. Palikur : de pakih, « pécari à lèvre blanche » et amahwa, « écorce ».

Chimie et pharmacologie

De la caféine a été trouvée dans les feuilles et les graines de plusieurs espèces de ce genre (Hegnauer, 6, 1973).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sterculia pruriens. Fruits et graines de mahot cochon

Sterculia pruriens. Fruits et graines de mahot cochon

Theobroma cacao L.

Noms vernaculaires

Créole : cacao [kakao], caco [kako] (St-Georges).

Wayãpi : walapulu.

Palikur : waraβru.

Portugais : cacau.

Écologie, morphologie

  • 45 Il existe çà et là en Guyane des peuplements spontanés dans les bas-fonds forestiers, ainsi que d’a (...)

Petit arbre assez fréquemment cultivé45 autour des habitations.

Collections de référence

Grenand 1044 ; Ouhoud-Renoux 25.

Emplois

Nous voici une nouvelle fois en présence d’une plante américaine mondialement célèbre. Outre les usages culinaires bien connus (en Guyane, on fabrique encore çà et là, spécialement chez les Palikur et à Saül, des bâtons de cacao), la graine de cacao est associée à diverses plantes par les Palikur pour élaborer un remède destiné à extraire les grosses échardes (cf. Chromolaena odorata, Astéracées).

Les graines des fruits immatures servent à préparer un remède contre le diabète et l’asthme : elles sont lavées, écrasées et préparées en décoction ; le résultat est une tisane verte absorbée pendant sept jours.

Chimie et pharmacologie

La composition des graines ou fèves est très complexe ; elles renferment 45 à 53 % de beurre de cacao dont les glycérides sont accompagnés de stérols (ergostérol, sitostérol, α et β-sitostérols, stigmastérol). On trouve également dans les graines de nombreux saccharides et acides organiques, un carbure d’hydrogène le n-nonacosane, une cétone, la méthylhepténone, des traces de vitamines D2, du coenzyme D, de l’hématine. Les composés phénoliques sont représentés par une coumarine, l’esculétine, des catéchols, des tanins catéchiques plus ou moins condensés, des flavonols (quercitrine), des leucoanthocyanes et deux pigments anthocyaniques, le galactoside et l’arabinoside du cyanidol, qui colorent en violet les cotylédons de la graine.

Deux alcaloïdes sont présents : la caféine (0,05 à 0,30 %) et la théobromine (1 à 2 %). Cette dernière substance est utilisée comme diurétique dans la pharmacopée (Paris et Moyse II, 1967 ; Karrer 1958, 1977, 1981).

Les feuilles renferment de l’acide gentisique qui possède des propriétés analgésiques et antirhumatismales. Elles contiennent également des acides phénols, des flavonols (rutoside, kaempférol), deux lencoanthocyanes et de la (-) épicatéchine. Les feuilles juvéniles possèdent en plus les deux pigments anthocyaniques présents dans les cotylédons (Jacquemin, 1971).

Famille Stralitziaceae

Phenakospermum guyanense (L. C. Rich) Endl. ex Miq.

Synonymies

Ravenala guyannensis (L. C. Rich.) O. G. Peters.

Urania guyannensis L. C. Rich.

Noms vernaculaires

Créole : balourou.

Wayãpi : pako tala.

Palikur : tiβaruβan.

Portugais : sororoca, banana-brava.

Écologie, morphologie

Grande plante herbacée ressemblant à un bananier mais aux feuilles disposées dans un même plan ; pousse en peuplement dense dans les zones humides.

Collection de référence

Kress et Stone 2099.

Emplois

Chez les Palikur, l’eau qui s’écoule en abondance du tronc coupé est bue pour stopper l’incontinence d’urine chez les enfants. Ce liquide est également frotté sur leur ventre ; l’ensemble du traitement dure deux semaines.

Le bourgeon terminal écrasé et malaxé avec l’eau de la tige sert à fabriquer un emplâtre pour soigner les déchirures des muscles abdominaux ; le traitement est complété par la macération du même bourgeon bue trois fois par jour pendant une semaine.

Étymologie

Créole : balourou est un emprunt au kali’na paruru, désignant la même espèce.

Wayãpi : de pako, « bananier » et tala, « lianes Connarus spp. »

Cette plante ressemble au bananier par ses feuilles et aux lianes du genre Connarus (Connaracées) par ses fruits.

Famille Theophrastaceae

Clavifa lancifolia Desf.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : makukawa ka’a, mɨku ka’a.

Palikur : aβatni awak kamwi.

Écologie, morphologie

Petit arbre de la forêt primaire, rare.

Collections de référence

Grenand 1041, 1321 ; Jacquemin 1910 ;

Moretti et Damas 97.

Emplois

  • 46 Clavija membranacea Mez, préparée en décoction par les Tikuna, est bue contre les rhumatismes (Schu (...)

Pour son emploi chez les Wayãpi, cf. Eugenia polystachya (Myrtacées)46.

Étymologie

Wayãpi : de makukawaka, « oiseau tinamou à patte rouge » (Crypturellus undulatus) et ka’a, « plante » ; l’oiseau en mange les fruits. Palikur : aβatni awak kamwi, de aβatni awak, cf. Potalia amara et kamwi, « qui ressemble », en raison de l’infrutescence.

Chimie et pharmacologie

Du kaempférol et de la p-coumarine ont été identifiés dans des extraits de Clavija longifolia Desf (Schultes et Raffauf, 1990).

Famille Thurniaceae

Thurnia sphaerocephala (Rudge) J. D. Hook

Noms vernaculaires

Créole chapeau d’leau [chapo-dilo], waï cochon [way-kochon]

Wayãpi kwitɨ

Palikur : paβan, pavan.

Portugais : pacavira-d’agua.

Écologie, morphologie

Grande herbe aquatique assez commune dans les ruisseaux clairs du sous-bois.

Collections de référence

De Granville 2595 ; Grenand 744 ;

Moretti 1369 ; Prévost 3952.

Emplois

Cette plante, bien caractérisée par son inflorescence terminale en forme d’oursin, est utilisée par les Wayãpi à des fins magiques et médicinales. Un remède consiste à soigner les infections de la verge (tekaluaɨ) en râpant le fruit débarrassé de ses poils et en le faisant macérer. On consomme le liquide obtenu jusqu’à la guérison.

Un deuxième remède consiste à préparer une décoction des racines de cette plante et des pneumatophores du palmier Euterpe oleracea (Arecacées) pour soigner les atteintes dues au wamulu, décrit comme un ver géant. On boit un peu de la décoction et on se lave le corps avec le reste. Ces deux remèdes sont strictement contrôlés par les chamanes.

Thurnia sphaerocephala. Inflorescence de chapeau d’leau

Thurnia sphaerocephala. Inflorescence de chapeau d’leau

Chez les Palikur, le fruit sert à détecter les jeteurs de sort. On leur jette le fruit, ce qui provoque chez eux une réaction de frayeur.

Étymologie

Créole : chapeau d’leau, « chapeau de l’eau », en raison de la forme de l’inflorescence ressemblant un peu à un chapeau melon. Wayãpi : de kwi, « calebasse » et tɨ, « planter », « calebasse plantée ». La raison de ce nom reste obscure. Il s’agit peut-être tout simplement d’une étymologie populaire.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Tiliaceae

Apeiba tibourbou Aublet

Noms vernaculaires

Créole : bois bouchon [bwa-bouchon], peigne macaque [pengn-makak].

Wayãpi : ape’ɨ.

Palikur : imaβui, yit itaibi.

Portugais : pente-de-macaco.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun en forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand 707 ; Grenand et Prévost 2039 ;

Jacquemin 2091 ; Lescure 480 ; Prévost 3873.

Emplois

Les Wayãpi se servent de l’écorce malaxée dans de l’eau jusqu’à obtention d’un mucilage pour immobiliser les abeilles mellifères dans leur nid, lorsqu’on veut en extraire le miel sans être importuné.

  • 47 Chez les Tacana de Bolivie, les graines simplement coupées en deux servent à huiler et parfumer les (...)

Chez les Palikur, les feuilles entrent dans la préparation d’un remède contre la blesse (cf. Bidens cynapiifolia, Astéracées)47.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et bouchon, en raison de la légèreté du bois associée à l’idée du liège.

Wayãpi : de ape, « colle » et ɨ, « arbre », « arbre à colle », en raison du mucilage contenu dans l’écorce.

Palikur : imaβui, « filasse », l’écorce servant à préparer des liens pour assembler les nattes en jonc ; yit itaibi de yit, « daguet rouge (Mazama americana) » et itaibi, « oreille », en raison de la forme de la feuille.

Chimie et pharmacologie

De cette espèce, a été isolé l’acide rosmarinique (Gupta, 1995). Les écorces sont riches en mucilages de nature polyosidique.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Apeiba tibourbou. Fleur de bois bouchon

Apeiba tibourbou. Fleur de bois bouchon

Famille Trigoniaceae

Trigonia villosa Aublet

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : baku kig ahavukune

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux ou liane, peu commun des vieilles forêts secondaires de la région côtière.

Trigonia villosa

Trigonia villosa

Collections de référence

Grenand 3104 ; Moretti 1133.

Emplois

Selon les Palikur, la décoction des tiges et des feuilles, bue, est un aphrodisiaque utilisé en remplacement des Smilax (Smilacacées) et de Ptychopetalum olacoides (Olacacées).

La même décoction utilisée en bain fortifiant pour les enfants est un substitut de Sabicea cinerea (Rubiacées).

Étymologie

Palikur : de baku kig, « plante Sabicea cinerea (Rubiacées) » et ahavukune, « de la forêt », par opposition avec la première qui vit en végétation rudérale.

Chimie et pharmacologie

Nous avons, avec l’équipe du professeur Tillequin, décelé dans les racines des alcaloïdes macrocycliques aux structures complexes non identifiées.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Trigonia villosa. Fruits recouverts d’un tomentum roussâtre

Trigonia villosa. Fruits recouverts d’un tomentum roussâtre

Famille Ulmaceae

Celtis iguanaea (Jacq.) Sarg.

Synonymies

Rhamnus iguaneus Jacq. ;

Mertensia laevigata Kunth.

Collections de référence

Jacquemin 1819 ; Prévost et Grenand 871

Emplois

  • 48 Cette espèce est un charme de chasse pour les Urubu-Ka'apor (Balée, 1994).

Pour son emploi chez les Wayãpi, cf. Seguieria americana (Phytolaccacées)48.

Chimie et pharmacologie

D’après Plouvier (1958), les feuilles de cette plante et de plusieurs espèces voisines renferment un glucide, le l-québrachitol.

Santa Cruz et al. (1975) ont trouvé une série de carbures d’hydrogène saturés de c25 à c35, une série d’acides gras linéaires saturés, de c24 à c30, du moréténol, du sitostérol et du stigmastérol.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Urticaceae

Laportea aestuans (L.) Chew

Synonymie

Urtica aestuans L.

Noms vernaculaires

Créole : zouti [zouti], zouti rouge [zouti-rouj]

  • 49 En pays wayãpi, cette espèce ne pousse qu'à Camopi ; pour les usages, se reporter à l'espèce suivan (...)

Wayãpi ; kelekele, pɨnõ49.

Palikur : manegus.

Portugais : urtiga-vermelha.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune dans la région littorale de Guyane.

Collections de référence

Grenand 1852. Jacquemin 2307 ;

Prévost 3855

Emplois

  • 50 Dans le nord de la Guyana, cet usage est aussi connu des Créoles et des Amérindiens. La décoction e (...)

Cette espèce urticante serait, selon certains habitants créoles de Saül, utilisée comme diurétique50.

Les Palikur se servent de ses tiges feuillues comme de celles de Cnidoscolus urens (Euphorbiacées). Les deux espèces, si elles portent le même nom, ne sont pourtant pas confondues.

Cependant, seule Laportea aestuans, associée aux feuilles et aux fruits de Leonotis nepetifolia (Lamiacées), sert à préparer une tisane abortive. La patiente, mise à la diète, doit la consommer à trois reprises pendant 24 heures.

Étymologie

Créole : de zouti, « ortie » et rouge, en raison de la coloration des feuilles.

Cette plante ressemble aux orties d’Europe (Urtica spp.) également urticantes.

Palikur : manegus s’applique en terme de base à diverses plantes urticantes.

Laportea aestuans. Feuilles et fleurs de zouti rouge, plante urticante

Laportea aestuans. Feuilles et fleurs de zouti rouge, plante urticante

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (6, 1973), les espèces appartenant à ce genre renferment d’importantes quantités d’oxalate de calcium dans des cellules à raphides ou à styloïdes. Ces espèces possèdent des poils urticants provoquant une douleur très vive et tenace.

D’après Mc Farlane (1963), la substance urticante est un polypeptide, très stable, qui peut agir pendant plusieurs semaines sur le tissu des terminaisons nerveuses en provoquant douleur, érythème, sudation et horripilation.

Urera caracasna (Jacq.) Griseb.

Synonymies

Urera alceaefolia Poir. ;

Urtica caracasana Jacq.

Noms vernaculaires

Créole : zouti montagne [zouti-montangn].

Wayãpi : kelekele, pɨnõ.

Palikur : —

Portugais : cansanção.

Écologie, morphologie

  • 51 Cette espèce utilisée par les Wayãpi n’est connue par eux que dans trois stations du haut Oyapock.

Arbuste peu commun des clairières de forêts primaire51 et secondaire.

Collections de référence

Jacquemin 2006 bis ; Moretti 862 ;

Prévost 3655.

Emplois

Cette plante urticante est utilisée par les Wayãpi à des fins rituelles pour flageller les hommes pendant la cérémonie de la couvade et les jeunes filles lors de leurs premières règles. Les feuilles frictionnées sur la peau sont également utilisées comme fébrifuge.

  • 52 Les Tikuna frappent les rameaux feuillus sur les articulations douloureuses pour les soulager par u (...)

L’effet urticant n’est pas rémanent52.

Étymologie

Créole : de zouti. « ortie » et montagne. « colline », « l’ortie des collines », en référence à son habitat dans les formations végétales de l’intérieur et en opposition à Laportea aestuans.

Wayãpi : pɨnõ. « la péteuse », en raison des cloques qu’elle provoque sur la peau.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Verbenaceae

Cette famille regroupe plusieurs verveines aux propriétés carminatives et digestives très employées partout en Amérique tropicale et parfois dans d’autres régions du monde. Ces verveines, d’un emploi régulier, sont considérées selon le système de soins créole comme rafraîchissantes, agissant sur la tension et les états chauds comme les grippes.

Aegiphila villosa (Aubl.) J. F. Gmelin

Synonymie

Manabea villosa Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : feuille tabac [féy-tabak], bois tabac [bwa-tabak].

Wayãpi : a’ɨ makule.

Palikur : aigβan.

Portugais : camaá.

Écologie, morphologie

Petit arbre, commun par place en forêt secondaire et dans les boqueteaux de savane.

Collections de référence

Grenand 257 ; Grenand et Prévost 1969,

Moretti 1177 ; Prévost 3738.

Emplois

Pour les Wayãpi, cf. l’usage à Siparuna pachyantha (Monimiacées).

Chez les Palikur, les feuilles séchées peuvent être utilisées comme le tabac pour ses divers usages narcotiques et médicinaux (cf. Nicotiana tabacum, Solanacées).

Aegiphila villosa. Feuille tabac, mais ce n’est pas le vrai tabac (Nicotinia tabacum)

Aegiphila villosa. Feuille tabac, mais ce n’est pas le vrai tabac (Nicotinia tabacum)

Étymologie

Créole : feuille tabac, bois tabac, en raison de la ressemblance frappante des feuilles des deux espèces.

Wayãpi : a’ɨ, « paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus) » et makule, « tabac » : cet animal en consomme les feuilles.

Palikur : de aig, « tabac » et aβan, « plante », « plante |comme| le tabac » en raison de son utilisation.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Amasonia campestris (Aubl.) Moldenke

Synonymies

Amasonia arborea Kunth ; Amasonia erecta L.f. ; Taligalea campestris Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : crête coque [krèk-kòk, krèp-kòk].

Wayãpi : —

Palikur : wahitye awihi.

Portugais : crista-de-galo, mendoca, japim-caá.

Écologie, morphologie

Arbrisseau commun dans les savanes et sur les inselbergs.

Collections de référence

De Granville 4302 ; Grenand et Prévost 1972 ; Lescure 650 ; Moretti 429.

Emplois

  • 53 Le genre Amasonia est peu signalé dans les pharmacopées sud-américaines.
    Nous n'avons relevé que tro (...)

Les Palikur utilisent cette plante pour ses propriétés cordiales contre les étourdissements des enfants et des adultes. Dans le cas d’enfant, la plante entière est préparée en décoction buvable ou utilisée en bain. Les adultes emploient, de leur côté, une macération de la plante entière dans du rhum qui est bue et frottée sur le visage et le sommet de la tête53 ; le même remède sert aussi à soigner la paralysie faciale.

Étymologie

Palikur : de wahitye, « mauvais esprit » et awihi, « cimier des coiffures de danse suwgeg », « cimier des esprits », en raison des inflorescences terminales aux bractées très colorées. Les autres noms vernaculaires renvoient également aux bractées colorées.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Amasonia campestris. Inflorescence de crête coque

Amasonia campestris. Inflorescence de crête coque

Avicennia gerninans (L.) Stearn

Synonymies

Avicennia nitida Jacq. ;

Avicennia tomentosa Jacq.

Noms vernaculaires

Créole : palétuvier blanc [pativié-blan].

Wayãpi : —

Palikur : payuy.

Portugais : siriúba.

Écologie, morphologie

Arbre de belle taille, caractéristique des mangroves littorales.

Collections de référence

Grenand 1588 ; Prévost 3287.

Emplois

Selon les Créoles, la racine de cette espèce est un aphrodisiaque. Nous n’avons pu relever la préparation détaillée.

  • 54 Un usage identique avait déjà été observé par Spix et Martius (1824, in Roth, 1924) chez les Amérin (...)

Les Palikur l’utilisent comme composant principal d’un remède contre les piqûres de raie (cf. Rhabdadenia biflora, Apocynacées)54.

Étymologie

Créole : de palétuvier, d’une langue karib (cf. kali’na, apaliyu) ou arawak (cf. palikur, payuy), désignant la même espèce, et blanc, en raison du tronc et surtout du feuillage, donnant à la mangrove son manteau argenté, mais aussi pour le distinguer du palétuvier rouge (Rhizophora racemosa, Rhizophoracées).

Chimie et pharmacologie

L’écorce est riche en tanins condensés. Du bois a, en outre, été isolée une naphtoquinone, le lapachol (Hegnauer, 6, 1973).

Pour les propriétés chimiques et pharmacologiques de ce composé, cf. Tabebuia serratifolia (Bignoniacées).

Avicennia gerninans. Pneumatophores du palétuvier blanc

Avicennia gerninans. Pneumatophores du palétuvier blanc

Citharexylum macrophyllum Poir.

Noms vernaculaires

Créole bois côtelette [bwa-kotlèt].

Wayãpi : ka’ipimã.

Palikur hĩβey.

Écologie, morphologie

Arbre de forêt secondaire devenant assez grand ; nous l’avons rencontré surtout dans le sud de la Guyane (Saül, Maripasoula, Trois-Sauts).

Collections de référence

Berton 147, Grenand 1022 ; Moretti 1336 ;

Prévost 1404.

Emplois

  • 55 Un usage similaire de la tisane a été signalé en Colombie dans la région du Putumayo pour Citharexy (...)

Les feuilles pilées avec du sel et un peu d’eau sont prises comme cholalogue et fébrifuge55 : ce breuvage est très diurétique. L’emploi de cette médication semble limité aux orpailleurs créoles d’origine sainte-lucienne. Le Dr Richard (1937) indiquait de surcroît l’usage des feuilles en cataplasme pour soigner les hématomes et la blesse chez les orpailleurs de l’intérieur. Chez les Palikur, les feuilles pilées sont appliquées en cataplasme sur les abcès.

Étymologie

  • 56 L’utilisation du même nom, bois côtelette, aux Antilles (Fournet, 1978), pour désigner les Citharex (...)

Créole : bois côtelette, « arbre à côte », parce que le tronc est très côtelé56.

Palikur : , « odeur corporelle » et. βey de aβeya, « plante médicinale », en raison de l’odeur forte des feuilles froissées.

Chimie et pharmacologie

Des iridoïdes ont été isolés d’espèces de ce genre (Hegnauer, 6, 1973). La réaction de la cyanidine, ainsi que le comportement chromatographique des flavonoïdes des feuilles (coloration verte des flavonoïdes sous les vapeurs d’ammoniac) suggèrent la présence d’hétérosides du type flavone. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Lantana camara L.

Synonymies

Lantana aculeata L. ;

Lantana armata Schauer var. guianensis Moldenke.

Noms vernaculaires

Créole : marie crabe [mari-krab], verveine [vèvenn], zerb des putains [zèb-piten], thé indien [dité-endjen].

Wayãpi : yakale pili, kalaɨ ka’a.

Palikur : hub ban, hub βey.

Portugais : erva-chumbinho, cambara-de-cheiro, carrasco.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux pantropical très commun en végétation rudérale.

Collections de référence

Grenand 150 ; Lescure 541 ;

Prévost 1232, 3611.

Emplois

  • 57 Dès le XVIIe siècle, cette espèce est signalée pour soigner, en usage externe, les « vieilles bless (...)

Le genre Lantana est partout présent dans le monde tropical et cette espèce-ci en particulier figure en bonne place dans de nombreuses pharmacopées. Elle entre dans de très nombreuses et très diverses médications, au point qu’il est difficile de dégager une action thérapeutique particulière57. Non seulement parmi les trois ethnies que nous étudions ici, mais aussi partout en Amérique tropicale, les fleurs et surtout les feuilles, dégageant une agréable odeur mentholée, sont essentiellement utilisées comme fébrifuge, antigrippal et pectoral.

Lantana cámara. Fleurs de marie crabe

Lantana cámara. Fleurs de marie crabe

Les Créoles consomment, seule ou associée à d’autres plantes, l’infusion des feuilles, tandis que les Wayãpi boivent ou prennent en bain sédatif leur décoction.

En bain de siège, la décoction des feuilles a la réputation de raffermir le vagin, d’où son nom créole de zerb des putains.

Pour un autre usage chez les Créoles, cf. infra Renealmia guianensis (Zingibéracées). Les Palikur associent comme fébrifuge les feuilles à celles d’Hedychium coronarium (Zingibéracées). En bain et en tisane, leur décoction constitue un remède spécifique pour les enfants. La décoction des feuilles et des inflorescences est également un remède contre la diarrhée. Enfin un tampon de feuilles chauffées est pressé sur les piqûres de raie venimeuse.

Étymologie

Créole : verveine, en référence à l’espèce européenne. Thé indien, « thé des Amérindiens », par opposition au thé du commerce.

Wayãpi : cf. Hyptis lanceolata (Lamiacées). Palikur : de hub, « raie (Potamotrygon hystrix) » et ban. de aβan, « plante, feuille », ou βey de aβeya, « plante médicinale », « plante [médicinale] de la raie », en raison de la tige finement épineuse, comparable au dard caudal de ce poisson.

Chimie et pharmacologie

La plante renferme une huile essentielle dont la composition varie suivant les régions : α-pinène, γ-terpinène et caryophyllènes divers.

Les fruits renferment des acides triterpéniques, lantadènes a et b, qui sont des produits toxiques pour le bétail : les symptômes d’empoisonnement sont des troubles gastro-intestinaux ou hépatiques et des phénomènes de photo-sensibilisation. La consommation des fruits peut entraîner chez les enfants une intoxication grave ; les symptômes sont ceux provoqués par les alcaloïdes de la belladone (Wolfson et Solomons, 1964). Les extraits aqueux des différents organes possèdent une activité antibiotique vis-à-vis des bacilles gram + (Kerharo et Adam, 1974).

Lippia alba (Mill.) N. E. Brown

Synonymie

Lantana alba Mill.

Noms vernaculaires

Créole : mélisse de calme [milis-dé-kanm].

Wayãpi : —

Palikur : —

Aluku : piepiepao.

Portugais : carmelitana, erva-cidreira.

Écologie, morphologie

Arbrisseau assez commun dans la région côtière où il est cultivé ou protégé.

Collections de référence

Jacquemin 1423, 1506 ; Prévost 3432.

Emplois

  • 58 Chez les Aluku, on retrouve un usage peu éloigné contre l'hypertension artérielle, ainsi que pour s (...)

Chez les Créoles, l’infusion des feuilles, bien sucrée, est utilisée pour calmer les douleurs cardiaques et pour soigner la tachycardie. Par ailleurs, la décoction des feuilles est calmante et soporifique58.

Étymologie

Créole : altération de la Mélisse des Carmes, marque déposée.

Chimie et pharmacologie

Selon Perrot (1944), cette plante renferme 0,12 % d’huile essentielle dans ses feuilles, utilisées au Brésil, en infusion anticatarrhale. Craveiro et al. (1981) signalent que cette huile se compose de β-caryophyllène (24,3 %), géranial, néral et 2-undécanone. D’après Hegnauer (6, 1973), le principal composant de cette huile est la dihydrocarvone. Karrer (1958) mentionne la présence d’autres terpènes : limonène et α-pinène, d’un alcool, le linalool, d’un aldéhyde, le citral, et de trois cétones, le camphre, la lippione et le 1,8-cinéol.

Lippia alba. Feuilles et fleurs de mélisse calme

Lippia alba. Feuilles et fleurs de mélisse calme

Petrea bracteata Steud.

Synonymies

Petrea martiana Schauer. ;

Petrea schomburgkiana Schauer.

Écologie, morphologie

Liane commune partout en Guyane, souvent cultivée comme ornementale.

Collection de référence

Prévost 3628.

Noms vernaculaires et emplois

Mêmes noms et même usage que pour Petrea volubilis (cf. infra).

Petrea bracteata. Bractée et fleurs de liane gris

Petrea bracteata. Bractée et fleurs de liane gris

Petrea volubilis L.

Synonymies

Petrea kohautiana K. Presl. ;

Petrea rivularis Moldenke.

Noms vernaculaires

Créole : liane gris [yann-gri].

Wayãpi : kaita poã.

Palikur : —

Portugais : flor-de-viuva, viuvinha.

Écologie, morphologie

Liane commune partout en Guyane en forêt primaire et surtout en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 570 ; lacquemin 1585, 1761.

Emplois

  • 59 Petrea volubilis a été signalé en association avec d'autres plantes comme abortif et comme antidiar (...)

Chez les Wayãpi, la sève brute, extraite des tiges grattées, ou la macération des tiges préparées de la même manière est un résolutif, utilisé pour soigner les blessures et les brûlures59.

Étymologie

Créole : liane gris, « liane grise », en raison de la couleur de la tige.

Wayãpi : de kayta, « brûlure » et poã, « remède », « remède contre les brûlures ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Priva lappulacea (L.) Pers.

Synonymie

Verbena lappulacea L.

Nom vernaculaire

  • 60 Certains Créoles donnent le nom de vingt quatre heures à Cyanthillium cinereum (Astéracées).

Créole : vingt quatre heures [vennkatrèr]60.

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Petite herbe fréquente autour des habitations, reconnaissable à ses poils crochus.

Collections de référence

Moretti 140 ; Prévost 3242.

Emplois

  • 61 L’espèce est réputée antigrippale aux Antilles françaises (Stehlé, 1962) et pour soigner la toux et (...)

La plante entière est broyée avec un peu de sel et appliquée en cataplasme par les Créoles sur les entorses (démissures en créole)61.

Étymologie

Créole : vingt quatre heures, car tel est le temps nécessaire à la plante pour guérir une entorse.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Priva lappulacea. Feuilles et fleurs de vingt quatre heures

Priva lappulacea. Feuilles et fleurs de vingt quatre heures

Stachytarpheta cayennensis (L. C. Rich.) Vahl

Synonymies

Stachytarpheta dichotoma (Ruiz et Pav.) Vahl.

Verbena cayennensis L. C. Rich.

Noms vernaculaires

Créole : verveine queue de rat [vèvenn-latjo-rat], ti verveine [ti-vèvenn].

Wayãpi : kalaɨ poã, kunami lã.

Palikur : yatuwe arib.

Portugais : rinchão, perpena.

Écologie, morphologie

Petit arbrisseau commun en végétation rudérale, en savane, ou sur les îles sèches des fleuves.

Collections de référence

Lescure 559 ; lacquemin 1530, 2276 ;

Prévost 1350, 3609.

Emplois

Les Créoles utilisent la tisane des feuilles comme cholalogue, purgatif, et moins fréquemment comme antidysentérique.

  • 62 Chez les Aluku, les feuilles servent en application locale à soigner les furoncles et les blessures(...)

Le jus des racines écrasées et bouillies est filtré et mélangé avec un demi-litre d’eau : pris à jeun, à raison d’un petit verre chaque matin, avec de l’eau de Vichy ou du sulfate de soude, il permet de soigner les éruptions cutanées, en particulier les boutons liés aux troubles digestifs ainsi que les ménorragies62.

Chez les Wayãpi et les Palikur, la décoction des feuilles, des tiges et des racines sert à soigner, en bain, les états grippaux et pour les Wayãpi particulièrement, les maux de tête.

Chez les Palikur, les feuilles préparées en décoction prise en bain, favorisent les accouchements.

Selon Berton (1997), la décoction des feuilles est également vermifuge.

Étymologie

Créole : verveine, par comparaison avec la verveine officinale (Verbena officinalis L.) d’Europe et queue de rat, en raison de la forme de l’inflorescence. Wayãpi : kunamilã, de kunami, « plante Clibadium sylvestre (Astéracées) » et, « qui ressemble », « qui ressemble au Clibadium », en raison de la ressemblance des feuilles des deux plantes ; kalaɨpoã, de kalai, « fièvre » et poã, « remède ».

Palikur : de yatuwe, « sarigue (Didelphis marsupialis) » et arib, « queue », en raison de la forme de l’inflorescence.

Chimie et pharmacologie

De cette espèce, a été isolé un iridoïde, l’ipolamiide (Garnier, 1977).

Les iridoïdes sont fréquents dans l’ensemble du genre.

Stachytarpheta cayennensis. Verveine queue de rat avec ses petites fleurs bleu pâle

Stachytarpheta cayennensis. Verveine queue de rat avec ses petites fleurs bleu pâle

Stachytarpheta jamaicensis (L.) Vahl.

Synonymie

Verbena jamaicensis L.

Noms vernaculaires

Créole : gros verveine [gro-vervenn], verveine queue de rat [vèvenn-latjo-rat], verveine caraïbe [vèvenn karaib].

Wayãpi : —

Palikur : yatuwe arib.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau des zones rudérales côtières. Bien qu’acclimaté, il a sans doute été introduit des Caraïbes.

Collections de référence

Berton 14 ; lacquemin 1481,2277 ;

Prévost 3623.

Emplois

  • 63 Cet usage a également été noté chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000). L (...)

Cette espèce est utilisée pour les mêmes usages que la précédente par les Créoles, qui lui réservent en outre un usage particulier : la tisane des feuilles absorbée trois fois par jour est hypotensive63.

Chez les Palikur, elle est utilisée comme l’espèce précédente.

Étymologie

Créole : gros verveine, « grosse verveine », parce que les feuilles sont plus grosses que chez l’espèce précédente.

Chimie et pharmacologie

Garnier (1977) a extrait des parties aériennes de cette plante deux iridoïdes : le glucoside de l’ipolamiide et un autre minoritaire, non identifié. Wong (1976) signale la présence d’un hétéroside, la stachytarphine et d’un alcaloïde. Cette espèce renferme également de la dopamine, active sur le système nerveux central.

Subramanian et al. (1974) ont trouvé dans les feuilles d’une espèce proche, Stachytarpheta indica, une cétone terpénique, la friedeline, de l’acide ursolique, du stigmastérol et deux génines flavoniques : la scutéllaréine et l’hispiduline.

Avec l’équipe de R. Paris, nous avons publié la présence, dans les feuilles de Stachytarpheta jamaicensis, de choline et de trois pigments flavoniques : le glycuronide en 7 du 6-hydroxy-lutéolol, le glycuronide en 7 du lutéolol et le glycuronide en 7 de l’apigénol (Duret et al, 1976).

Stachytarpheta jamaicensis. Inflorescence de gros verveine à fleurs bleu foncé

Stachytarpheta jamaicensis. Inflorescence de gros verveine à fleurs bleu foncé

Famille Violaceae

Hybanthus calceolaria (L.) G. K. Schulze

Synonymies

  • 64 L’espèce a été retrouvée chez les Kali’na par Ahlbrinck ([1931] 1956) et par Lescure (comm. pers.) (...)

Hybanthus ipecacuanha (L. non Vent.) Baill. ex Laness ; Ionidium ipecacuanha (L.) Vent. ; Viola calceolaria L. ; Viola itoubou Aubl.64.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : ivuiti seine.

Portugais : ipecacuanha-branca.

Kali’na : itoubou (Aublet, 1775)1.

Écologie, morphologie

Petite herbe des savanes sèches ou des pelouses entretenues de la région côtière.

Collections de référence

Lescure 627, 643 ; Moretti 1114.

Emplois

Les Palikur préparent la plante entière en décoction, bue comme antitussif. Les usages comme antidysentérique, émétique et purgatif, signalés au XVIIIe siècle, n’ont pas été retrouvés (Aublet, 1775)1

Étymologie

Palikur : de ivuiti, « plante Hibiscus rosa-sinensis (Malvacées) » et seine, « blanc ». Les deux simples ont le même usage médicinal, mais la fleur d’Hybanthus est blanche.

Hybanthus calceolaria

Hybanthus calceolaria

Chimie et pharmacologie

L’ipéca, plante du Brésil, est, avec le quinquina, l’un des deux végétaux américains qui devaient jouer un grand rôle dans la thérapeutique moderne à partir du XVIIIe siècle. De nombreuses drogues furent introduites à sa place, en Europe, sous les noms de ipéca, faux, ipéca, ipéca nègre, ipéca bâtard, etc. Parmi elles, Hybanthus calceolaria fut certainement la plus estimée et son emploi dans la thérapeutique européenne fut, aux XVIIIe et XIXe siècles, aussi important que celui du véritable ipéca, Cephaelis ipecacuhana (Rubiacées). On distinguait alors trois sortes d’ipéca : l’ipéca brun, l’ipéca gris et l’ipéca blanc. Ce dernier désignait H. calceolaria : « Les Espagnols et les Portugais préfèrent l’ipéca blanc car elle agit avec moins de violence. Elle purge assez bien, et elle est plus douce que l’ipéca brun » (Pomet, 1735). Dans la littérature, cette espèce est désignée sous de nombreux noms scientifiques et nous avons indiqué plus haut les principales synonymies rencontrées. Les tests chimiques montrent qu’elle ne renferme pas d’émétine, ni aucun autre alcaloïde.

Ses propriétés émétiques pourraient être dues à des saponines, fréquentes dans cette famille. D’ailleurs, d’autres Violacées indigènes de Guyane sont signalées dans la littérature comme ayant été employées comme « faux ipécas », telles que Noisettia orchidiflora (Rudge) Gingins et Corynostylis arborea (L.) S. F. Blake (Heckel, 1897).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Paypayrola guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : bois poule

Wayãpi : wɨla poloelaa.

Palikur : yauknabui.

Écologie, morphologie

Petit arbre du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Cremers 6 982 ; Grenand 2 849.

Emplois

  • 65 Ce genre n’a été signalé comme médicinal que par Schultes et Raffauf (1990) en Amazonie colombienne (...)

Chez les Wayãpi de Camopi, l’écorce préparée en décoction est bue comme fébrifuge65.

Paypayrola guianensis

Paypayrola guianensis

Famille Vitaceae

Cissus erosa L. C. Rich

Synonymies

Cissus elongata Miq. ;

Cissus salutaris Kunth ;

Vitis erosa Baker.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : amata lea.

Palikur : arakau arib.

Écologie, morphologie

Liane fine, commune à la végétation secondaire récente et aux zones ripicoles.

Collections de référence

Grenand 431, 1623 ; Lescure 572 ; Moretti 614.

Emplois

  • 66 Cette espèce est utilisée chez les Conibo du Pérou pour soigner les enflures des pieds (Tournon et (...)

Cette plante, extrêmement abondante en Guyane, ne semble avoir retenu l’attention – en dehors d’un usage généralisé comme appât de pêche – que des Palikur. Ceux-ci lui attribuent des propriétés analgésiques et résolutives, utilisant en emplâtre les parties aériennes pilées pour soigner localement les ulcères de leishmaniose et les piqûres de raie (Potamotrygon hystrix)66.

Cissus erosa. Fleurs abondantes d’ue liane ripicole

Cissus erosa. Fleurs abondantes d’ue liane ripicole

Étymologie

Wayãpi : de amata, « poisson Callichthys » et ea, « œil », « œil de Callichthys », en raison de la forme et de la couleur du fruit.

Palikur : de arakau, « lézard Tupinambis » arib, « queue ». La tige de cette plante ressemble à la queue de l’animal

Chimie et pharmacologie

Les fruits sont riches en anthocyanes. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cissus tuberosa Moc. et Sessé ex DC.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : tɨmãu, mani’oɨ.

Palikur : kaneg araugi.

Écologie, morphologie

Liane rare, strictement cultivée par les Amérindiens (Wayãpi, Palikur et Wayana).

Collections de référence

Grenand 206, 1954.

Emplois

Nous traitons ici d’une espèce caractérisée par des renflements internodulaires amylacés répartis irrégulièrement le long des tiges. Cette plante, reproduite strictement par bouturage, ne fructifie pas. Nous la rapprochons de quelques espèces cultivées en Amazonie brésilienne par diverses ethnies amérindiennes (Kerr et al, 1978) ; la principale, connue sous le nom de cupa, est Cissus gongylodes (Burch ex Baker) Planch.

Si les Amérindiens du Brésil cultivent ces Cissus amylacés comme appoint alimentaire, les Wayãpi et les Palikur se contentent de planter celui-ci dans les abattis, pour favoriser magiquement la croissance du manioc.

Les Wayãpi se servent par ailleurs des renflements internodulaires pour masser les muscles des nourrissons : l’énergie de la plante est censée leur être transmise

Étymologie

Wayãpi : tɨmãu, de tɨmã, « jambe » et u, « grosse », « grosses jambes », en référence aux renflements amylacés et à leur utilisation pour masser les enfants ; mani’oɨ, de mani’o, « manioc » et ɨ, « mère », « mère du manioc », en raison de son utilisation propitiatoire. Palikur : de kaneg, « manioc » et araugi, « mère de », « mère du manioc », pour la même raison.

Cissus verticillata (L.) Nicholson et Jarvis

Synonymie

Cissus sicyoides L.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : pilaɨta ka’a.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane fine des zone ripicoles.

Collection de référence

Grenand 517.

Emplois

Pour son emploi chez les Wayãpi, cf infra Elaphoglossum laminarioides (Lomariopsidacées).

Famille Vochysiaceae

Vochysia guianensis Aublet

Synonymies

Vochysia melinonii Beckman ;

Vochysia paraensis Huber ex Ducke ;

Cucullaria excelsa Willd.

Noms vernaculaires

Créole : couali [kwali], grignon fou, acacia mâle (vieilli).

Wayãpi : malakapuli’ɨ.

Palikur : ã seiminio (terme générique).

Portugais : quaruba-branca, rabo-de-tucano.

Écologie, morphologie

Très grand arbre, assez commun en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 494 ; Jacquemin 2018, 2022 ; Prévost 3390.

Emplois

  • 67 Un usage identique a été trouvé chez les Carib du nord-ouest de la Guyana ; il est précisé que le t (...)
  • 68 Il existe aussi dans le haut Oyapock un Qualea (Vochysiacées), non collecté, nommé pilima’ɨ piyũ, d (...)

Les grands arbres de la famille des Vochysiacées sont essentiellement connus pour leur bois d’œuvre. Cependant, chez les Wayãpi, l’écorce fraîche, grattée finement, est utilisée loco dolenti comme analgésique dentaire67,68.

Vochysia guianensis. Inflorescence jaune de grignon fou

Vochysia guianensis. Inflorescence jaune de grignon fou

Étymologie

Créole : emprunt au kali’na kwari. qui désigne la même espèce. Wayãpi : de malakapuli, « poisson petit coulant (Erythrinus erythrinus) » et ɨ, « arbre », « arbre du poisson petit coulant » ; nous n’en connaissons pas la raison. Palikur : de ã, « arbre » et seiminio, « vieux », « vieil arbre », en raison de l’aspect craquelé de l’écorce.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (6, 1973), l’écorce de cet arbre possède des propriétés astringentes. Les feuilles de tous les Vochysia et celles de quelques genres voisins accumulent l’aluminium dans leurs tissus, jusqu’à une teneur de plus de 1 %. Nous avons publié, en collaboration avec l’équipe de Koch, la découverte dans les fruits de cette espèce d’une pyrrolidinoflavane, la vochysine. C’est la première fois que l’on trouve un alcaloïde uni à une flavane (Baudouin et al, 1983) Des quinones et des 5-désoxyflavones ont été trouvées chez des espèces voisines. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Zingiberaceae

Sur tous les continents, cette grande famille tropicale semble avoir retenu l’attention pour ses proproétés odoriférantes, culinaires et médicinales qui sont partagées à des degrées divers par tous les genres. Les genres les plus connus (Zingiber, Curcuma, Herdychium) proviennent de l’Ancien Monde, mais transportés aux XVIe et XVIIe siècles dans le Nouveau Monde, ils y coirssent aujourd’hui, côte à côte avec les genres indigènes Renalmem et Costus, ces derniers ayant été récement érigés en une famille à part entières, les Costacées, en ce qui concerne les utilisations médicinales des Zingibéracées relevées par nous en Guyane et par divers observateur sur le reste du continet sud-américain, il est important de souligner, en dehors de quelques usages particuliers, l’assez grande homogénéité des propirétés attribuées en général à la sève des tiges et des racines. On notera surtout l’utilisation de plusieurs espèces pour leurs propriétés diurétiques et pour leur action sur l’appareil urogénital : Costus scaber (ex Costus spiratus) (Corréa [1926] 1, 1984), Costus arabicus (Devez, 1932 ; Carvalcante et Frikel, 1973), Curcuma longa (Corréa [1926] 1, 1984), Hedychium coronarium (Hodge et Taylors, 1957), auquels s’ajoutent nos propres observations en ce qui concerne Costus claviger, Costus scaber, Costus congestiflorus et Costus curcumoides. En Guyane, nous avons trouvé cette famille abondamment utilisée pour ses propriétés classiques, mais également pour des usages plus originaux.

Costus curcumoides

Costus curcumoides

Curcuma longa L.

Noms vernaculaires

Créole : safra [safra] (Guyane) ; titima, chichima [chichima] (Antilles).

Wayãpi : —

Palikur : saβga.

Français : curcuma.

Écologie, morphologie

Plante herbacée cultivée, introduite d’Asie au XVIIIe siècle.

Collections de référence

Berton 197 ; Jacquemin 1643 ; Prévost 3746.

Emplois

  • 69 Des usages proches pour soigner coups, douleurs localisées et crampes ont été notés chez les Aluku (...)

Outre ses usages tinctoriaux et culinaires (curry) bien connus, le rhizome connaît çà et là des applications médicinales. En Guyane, les Créoles l’utilisent comme vulnéraire pour soigner les foulures ou les coups : le rhizome est écrasé avec des feuilles de Siparuna guianensis (Monimiacées) et de Justicia pectoralis (Acanthacées), du sel et mouillé de rhum, l’ensemble étant appliqué en cataplasme. Dans les cas de coups reçus dans les côtes (cf. la notion de blesse dans la 2e partie), on prépare une décoction salée de ces trois plantes ; avant d’en boire trois fois par jour, on l’additionne de trois gouttes de teinture d’arnica et d’un peu de sucre69 Au cours des dernières décennies, ces usages sont passés chez les Palikur. Ceux-ci affirment que la poudre de rhizome de curcuma, associée à celle des feuilles sèches, est un poison lorsqu’on l’administre subrepticement et de façon répétée, dans la boisson ou la nourriture.

Étymologie

Créole : safra, altération du français « safran » dont la couleur est similaire ; titima et chichima, altération du mot curcuma. Le mot palikur saβga est, à son tour, une altération du nom créole.

Chimie et pharmacologie

Le rhizome renferme 40 à 50 % d’amidon et 3 à 5 % d’huile essentielle à saveur amère, employée en petite quantité dans des parfums orientaux. Cette huile est composée de carbures terpéniques, dont la zingibérine et pour 65 % de cétones sesquiterpéniques. Le rhizome renferme aussi des matières colorantes jaunes, les curcumines,mélange de dicétones non saturées (Paris et Moyse, 1971). L’oléorésine obtenue par extraction avec des solvants organiques renferme de la cucurmine dans les mêmes proportions que la plante, c’est-à-dire de 35 à 55 %. La cucurmine est obtenue par extraction alcaline. Le jus du rhizome renferme une huile qui exerce une action antiseptique et antimicrobienne sur les affections de la peau (Chandra et Gupta, 1972).

Curcuma longa. Rhizome de safra (ou titma, ou curcuma), précieux pour préparer un curry ; c’est aussi une plante tinctoriale

Curcuma longa. Rhizome de safra (ou titma, ou curcuma), précieux pour préparer un curry ; c’est aussi une plante tinctoriale

Hedychium coronarium J. Koenig

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : mahamhapna seine.

Portugais : borboleta.

Écologie, morphologie

Grande herbe ornementale introduite d’Asie, parfois subspontanée dans les zones humides.

Collection de référence

Grenand 1883.

Emplois

Cette plante est utilisée par les Palikur en association avec Lantana camara (Verbénacées).

Étymologie

Palikur : cf. espèce suivante et seine, « blanc », car les fleurs sont blanches.

Renealmia guianensis Maas

Synonymie

Renealmia gracilis O. G. Petersen.

Noms vernaculaires

Créole : quatre épices, millepis [mil-épis], gingembre cochon [jenjanm-kochon], gingembre bois [jenjanm-gran-bwa].

Créole antillais : atoumaux.

Wayãpi : kulimako.

Palikur : mahamhapna.

Écologie, morphologie

Plante herbacée commune dans le sous-bois de la forêt primaire : des feuilles, émane une forte odeur de gingembre.

Collections de référence

Grenand 244 ; Jacquemin 1649 ; Lescure 465 ; Moretti 1386 ; Prévost et Grenand 1961 ; Sastre 4520.

Emplois

  • 70 D’autres Renealmia, Renealmia floribunda K. Schum. (de Granville et Burgot 1607 ; Prévost et Grenan (...)
  • 71 D’autres Renealmia d’Amazonie occidentale ont été signalés chez les Waorani et les Andoke pour soig (...)

Les Créoles utilisent abondamment cette espèce. La décoction des racines est antipaludique, tandis que la décoction des tiges et des feuilles, utilisée en bain, possède une action défatigante et fébrifuge. En application locale, la même préparation est aussi utilisée comme désinfectant pour la gale, les plaies et les ulcères de leishmaniose70. Enfin, les inflorescences mélangées à celles de Lantana camara (Verbénacées) et préparées en décoction donnent une tisane qui, additionnée de sel, est bue pour combattre les flatulences. Les Wayãpi se servent des feuilles comme condiment pour relever les courts-bouillons de poisson. Les mêmes feuilles, additionnées en nombre égal de feuilles de citron et de feuilles de basilic (cf. Ocimum campechianum, Lamiacées) et préparées en décoction concentrée, constituent un abortif utilisé, quoique très rarement, par voie orale. Les Palikur utilisent les feuilles d’un Renealmia sp. (Berton 212 ; Ouhoud-Renoux 64), écrasées et frottées sur la peau, comme insectifuge, en particulier contre les tiques71.

Renealmia guianensis. Infrutescences de quatre épices (ou gingembre cochon) ; les graines sont noyées dans une pulpe orangée

Renealmia guianensis. Infrutescences de quatre épices (ou gingembre cochon) ; les graines sont noyées dans une pulpe orangée

Étymologie

Créole : quatre épices, du nom donné à un condiment composé de plusieurs aromates ; millepis : de « mille épices » ; gingembre bois, « gingembre de la forêt », par opposition au gingembre cultivé ; gingembre cochon, « gingembre du pécari à lèvre blanche (Tayassu pecari) », ainsi nommé parce que cet animal en consomme les rhizomes.

Palikur : de mahamha, « tortue matamata (Chelys fimbriatus) » et pna, « feuille », « feuille de la matamata », ainsi nommé parce que la feuille ressemble à la tête plate de cette tortue.

Chimie et pharmacologie

Des rhizomes récoltés en Guyane, ont été isolés des diterpènes du groupe des labdanes montrant une activité molluscicide (Ramiandrasoa et al, 1986).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Zingiber officinale Roscoe

Noms vernaculaires

Créole : gingembre [jenjanm]

Wayãpi : —

Palikur : isuu.

Portugais : gengibre, mangarataia.

Écologie, morphologie

Plante herbacée d’origine asiatique introduite dès le XVIIe siècle en Amérique tropicale ; elle est strictement cultivée.

Collection de référence

Berton 80.

Emplois

  • 72 Outre son usage alimentaire, le gingembre est fréquemment signalé dans la littérature scientifique (...)

Pour les Palikur, les racines pilées, appliquées en emplâtre, constituent un remède rafraîchissant contre les céphalées et les rhumatismes72.

Bue en tisane, elle est aphrodisiaque et soulage les maux de gorge (Berton, 1997). Les feuilles bouillies avec des piments servent à préparer une potion bue pour soigner la tension.

Étymologie

Palikur : isuu, signifie d’abord « vautour pape (Sarcoramphus papa) ».

Un rapprochement est fait entre l’odeur musquée de l’oiseau et le parfum de la plante.

Chimie et pharmacologie

Le rhizome du gingembre fournit une épice bien connue et largement employée dans le monde. Ses propriétés aromatiques sont dues à une huile essentielle et des aryl-alcanones.

Des cetones, appelées zingérones, moins piquantes, apparaissent au cours du séchage et des traitements. D’autres composés minoritaires (gingerdiones) sont des inhibiteurs de la synthèse de prostaglandines (Bruneton 1999).

Zingiber zerumbet (L.) J. E. Smith

Synonymie

Amomum zerumbet L.

Noms vernaculaires

  • 73 Cette espèce est confondue sous le même nom par les Créoles avec Curcuma longa L., sans doute parce (...)

Créole : chichima [chichima], safra73.

Wayãpi : yamalatay, moyu poã.

Palikur : isuu.

Écologie, morphologie

Plante herbacée peu commune et protégée près des habitations.

Collections de référence

Grenand 212, 503 ; Jacquemin 1771 ; Oldeman et Burgot 960 ; Prévost 1369, 3956.

Emplois

Pour son utilisation chez les Créoles, cf. supra Curcuma longa.

Chez les Wayãpi, cette espèce d’origine asiatique est totalement intégrée dans la culture et le souvenir de son introduction est gommé de la mémoire collective. Les racines, très similaires à celles du curcuma, sont avant tout considérées comme un charme protecteur contre les atteintes de l’anaconda (Eunectes murinus) dont la plante est une émanation. Pendant la danse de l’anaconda (moyu tule), la macération des racines écrasées est appliquée à l’aide d’une plume caudale d’ara rouge sur les danseurs, leurs clarinettes et le public. La décoction des racines est par ailleurs utilisée en bain contre les atteintes malveillantes (caractérisées par des convulsions) de l’anaconda (cf. Rhipsalis baccifera, Cactacées).

Zingiber zerumbet. Inflorescence de chichima

Zingiber zerumbet. Inflorescence de chichima

L’utilisation de ce remède n’est pas contrôlée par les chamanes. La racine grattée et préparée en décoction courte est utilisée, toujours par les Wayãpi, comme carminatif pour soigner les coliques. Pour l’utilisation chez les Palikur, cf. supra Zingiber officinale.

Étymologie

Wayãpi : yamalatay, à rapprocher de mangara taya, « gingembre » (Zingiber officinale), dans diverses langues tupi (Boudin, 1978) ; par ailleurs, pour les Wayãpi, il s’agit d’un taya possédé par l’anaconda (cf. Caladium bicolor, Aracées) ; moyu poã, de moyu, « anaconda » et poã, « remède », « remède [contre les maléfices] de l’anaconda ».

Chimie et pharmacologie

L’huile essentielle renferme de nombreux composés avec en majorité, selon Dung et al. (1993), de la zérumbone (72,3 %) moins abondante cependant dans les parties aériennes. La zérumbone, qui est une cétone sesquiterpénique, possède des propriétés spasmolytiques et bactériostatiques.

Des hétérosides acétylés du kaempférol ont été aussi identifiés (Masuda et al., 1991 ; Nakatani et al, 1991).

D’après Hegnauer (2, 1963), l’huile essentielle du rhizome contient du camphène, du cinéol, du dipentène, du limonène, de l’humulène et de la zérumbone. Karrer (1, 1958 et supplément 2, 1981) ajoute à cette liste d’autres terpènes : le caryophyllénoxide et un carbure d’hydrogène, l’α-curcumène.

Notes

1 Il est très probable que Cupania scrobiculata L.C. Rich (Grenand, 1281 ; Grenand et Prévost, 1987, Prévost 3471) soit également utilisé en raison de la confusion existant entre les deux espèces.

2 Aux Antilles, selon de nombreux témoignages, elle était employée par les esclaves pour empoisonner les rivières : « On prépare les semences en les écrasant puis en les malaxant avec de la moussa [farine de maïs] ou de la cassave [farine de manioc] » (Descourtilz, 1827-1833). L'usage comme ichtyotoxique dans les rivières mais aussi en mer est aussi signalé par le père Labat (1742).
L'illustration et la description de l'usage des fruits (appelés « pois » par l’auteur) comme ichtyotoxique, permettent d'identifier à coup sûr cette plante. Le même auteur signale également l’usage du suc des feuilles comme cicatrisant.

3 Cet usage est à rapprocher de celui de Paullinia capreolata (Aubl.) Radlk. par les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana comme désinfectant des plaies et des coupures (van Andel, 2000).

4 Nous avons trouvé d'autres Serjania et Paullinia ichtyotoxiques chez les Wayana et les Kali'na de Guyane et de Surinam (Moretti et Grenand, 1982).
En Guyana, la décoction des fragments de tige est bue contre l’impuissance sexuelle et celle des feuilles pour soigner le muguet des enfants (van Andel, 2000).
Chez les Tacana, la sève de Serjania elliptica Rusby est utilisée pour soigner les microfilaires (Bourdy et al., 2000).

5 Aujourd’hui, faune d'oeuf s'applique plutôt à une autre Sapotacée, Pouteria macrophylla (Lam.) Eyma.

6 La même espèce est aussi réputée comme antidiabétique aux Antilles (Fournet, 1978) et le latex est utilisé pour soigner les mycoses inguinales chez les Yukuna de Colombie (Schultes et Raffauf, 1990).
On remarquera que la famille des Sapotacées, présentant pourtant une extrême diversité en Amérique tropicale, ne renferme que peu de plantes médicinales.

7 Il s'agit d'une espèce amazonienne (Amapa et Para) atteignant dans le bas Oyapock sa limite septentrionale.

8 Au Brésil, l'IEPA délivre un phytomédicament à base d'écorce de cette espèce comme auxiliaire du traitement des gastrites.
L’écorce, sous forme de thé, est employée comme anti-inflammatoire.
En Guyana, l'écorce de Pradosia schomburgkiana (A. DC) Cronq. ssp. schomburgkiana est un médicament majeur contre la tuberculose (van Andel, 2000).

9 Rappelons que les véroniques de France (Veronica spp., Scrophulariacées) sont toutes des plantes médicinales stomachiques, sudorifiques, toniques... (Rameau et al., 1989).

10 Elle semble en effet tomber dans l’oubli ; en 2000, il fut difficile d'en trouver quelques pieds dans les jardins cayennais.

11 Cet usage se retrouve aux Antilles (Wong, 1976). À la Dominique, les Caraïbes utilisent la plante en décoction antidiarrhéique (Hodge et Taylor, 1957). Au Venezuela, la décoction de la plante entière est aussi un remède contre la diarrhée et les flatulences (Delascio Chitty, 1985).
En Guyana, la décoction est bue pour soigner les calculs (van Andel, 2000).

12 Les vertus médicinales très nombreuses de cette espèce sont reconnues un peu partout sous les tropiques. Citons à titre d’exemple le cas des Caboclos du Para qui en mangent les feuilles crues pour faciliter la digestion (Furtado et al., 1978) ; ceux du Rio Madeira ou de la région de Santarém en boivent l'infusion pour soigner l’érysipèle et les hémorroïdes (Branch et Silva, 1983 ; di Stasi et al., 1994) ; les Caraïbes de la Dominique en font une tisane purgative prise après l’accouchement (Hodge et Taylor, 1957). En Guyana, entre autres usages, elle est utilisée comme antipaludique, en association avec les feuilles d’avocat (Persea americana P. Mill., Lauracées) ou pour soigner les maladies de coeur, en association avec les feuilles de corossol (Annona muricata, Annonacées) selon van Andel (2000).

13 Cet usage est à mettre en parallèle avec celui de la décoction des feuilles et des racines par les Tacana pour soigner les maladies respiratoires (Bourdy et al., 2000).

14 Cette espèce semble par contre commune dans toute la basse Amazonie (Altman, 1956).

15 Des usages identiques ont été signalés, sans localisation précise cependant, en Amazonie (Le Cointe, 1934).
Dans cette région, le nom de caferana est appliqué, en dehors de la présente espèce, à Tachia guianensis Aublet (Gentianacées) et à Faramea spp. (Rubiacées), ce qui peut entraîner des confusions au niveau des usages. La décoction des feuilles et des racines sert également à soigner les inflammations d'estomac chez les Caboclos de la région de Santarèm (Branch et Silva, 1983).

16 Quassia amara n'existe pas à l’état naturel en haute Guyane, où il est totalement ignoré des Amérindiens. Sur la côte, son statut de plante indigène reste douteux.

17 Ces usages sont anciens. Leblond, en 1797, écrit : « Quassia amara ; 3 pieds ; son écorce c'est un amère qui peut être employé comme stomachique et fébrifuge » (Leblond in Pouliquen, 2001).

18 Heckel (1897) signale que le bois amer de cet arbre « remplaçait le houblon dans la fabrication de la bière, surtout en Angleterre ».

19 Un usage similaire a été noté chez les Urubu-Ka'apor (Balée, 1994).

20 Il nous paraît intéressant de reproduire ici ce qu'écrivait Le Cointe (1, 1922) à propos de cette espèce : « En Guyane Française, on dit merveille de ses propriétés thérapeutiques. Contre les morsures de serpent, les amandes seraient d'un effet infaillible ; on fait macérer, dans quatre cuillerées d'eau de vie, la pulpe de cinq à six amandes et l'on donne à boire au malade la moitié du liquide, tandis qu'avec le reste, on maintient mouillé un linge appliqué sur la morsure. La convalescence est très rapide. L'étude des propriétés antivenimeuses de cette espèce mérite d'être entreprise. » Selon ce même auteur, les amandes seraient antidysentériques. Ce serait « un antipaludique plus efficace que la quinine ».
Pour ces dernières propriétés, se reporter au paragraphe introductif sur la famille et au commentaire chimique ci-dessus.
L'usage des graines comme alexitère est également signalé au Venezuela (Delascio Chitty, 1985) et l'usage antidysentérique a récemment été retrouvé chez les Caboclos du bas Amazone (Amozoro et Gély, 1988).

21 Le complexe Simaba guianensis a été divisé en plusieurs sous-espèces ; les collections d’herbier citées dans cet ouvrage ont été choisies comme collections de référence dans la diagnose de la sous-espèce guianensis par Thomas (1985).

22 Cette espèce n’a jusqu'à présent été trouvée que dans les forêts au sud de Sinnamary.
Son identification botanique s'est avérée difficile en l'absence d'une révision récente du genre Simaba. Les premiers échantillons ont d'abord été identifiés par certains spécialistes des flores guyanaises comme Simaba multiflora, puis comme S. orinocensis Kunth, nom sous lequel les travaux chimiques ont été publiés. L’observation régulière pendant trois années de quelques arbres marqués a facilité la récolte d'un matériel végétal (fleurs, fruits, jeunes pieds) qui permit de séparer cette espèce des autres espèces de Simaba (Feuillet, 1983).

23 Simaba multiflora Adr. Juss. a été confondu avec Simaba guianensis pour la première fois dans la Flora Brasiliensis Engler (1874) mit à tort ces deux espèces en synonymie.
Cette confusion est due en grande partie aux carences des diagnoses des espèces incriminées. En dépit de la mise au point de Sandwith (1929) sur cette question rétablissant les deux espèces, elle persiste encore chez certains auteurs et dans certains herbiers.
Par ailleurs, Simaba multiflora est maintenant mis en synonymie avec S. orinocensis, suivant les règles d’antériorité (Thomas, 1985).
Cette nouvelle classification a été jusqu'à présent peu prise en compte dans les publications scientifiques.

24 La répartition de l’espèce est assez diffuse, bien qu'il ne s'agisse pas d'une espèce rare.
Le fruit drupacé est comestible, quoique un peu astringent ; les Amérindiens de haute Guyane et les Aluku s’en servent fréquemment comme appât pour la pêche.

25 Selon Jousset (1870), l’écorce de racine est tonique, amère et antidysentérique : « Pour l’obtenir, après avoir fait de larges incisions sur la racine, on bat cette écorce jusqu'à ce qu'elle se détache elle-même, en ayant soin d'éviter le suc laiteux, âcre et corrosif, qui jaillit de tous côtés pendant ce travail ».
Selon Descourtilz (1835), « l'écorce de cet arbre fut, dès 1713, introduite en Europe » ; elle était connue des habitants de Cayenne et de la Guyane qui l’employaient comme le spécifique des flux dysentériques. « Elle aurait été employée avec succès par Antoine de Jussieu dans la grande épidémie qui se déclara en 1718.
Quoique l’écorce des racines soit généralement plus estimée, on se sert néanmoins de l'écorce de l’arbre et de son bois râpé, mais à double dose. Le simarouba se rencontre fréquemment aux Antilles ».

26 Les espèces collectées par notre équipe, bien que cette liste ne soit pas restrictive, sont :

Grenand 336, 991, Smilax schomburgkiana Kunth ;

Grenand 646, Smilax syphilitica Willd. ;

Grenand 1428, Smilax quinquenervia Vell. ;

Haxaire 542, Smilax cordato-ovata L. C. Rich.

Jacquemin 2081, Smilax cuspidata Poir.

Prévost 370, Smilax pseudosyphilitica Kunth.

27 L'usage comme aphrodisiaque de Smilax schomburgkiana Kunth, en association avec d’autres plantes, est également signalé chez les Amérindiens et les Créoles du nord de la Guyana (van Andel, 2000), ainsi que chez les Aluku (Fleury, 1991).

28 Le Cointe (1, 1922) indique pour cette espèce : « racine purgative et antisyphilitique ; contre rhumatisme, une cuillère de racine râpée, bouillie dans 400 grammes d’eau, 2 fois par jour ; vénéneuse en dose élevée, elle provoque la léthargie ». Cet effet mérite pour le moins d'être mis en parallèle avec l’usage qu’en font les Palikur.

29 Les usages concernant Capsicum frutescens s’appliquent aussi à Capsicum annuum L. et Capsicum chineuse Jacq., ces trois espèces formant un complexe botanique (Pickerscill, 1984).
Les variétés de piment se rattachant à ces trois espèces semblent innombrables ; rien qu'en Guyane, on n'en compte pas moins d’une centaine (Godon, Cirad, comm. pers.).

30 Ce dernier usage est aussi signalé chez les Caboclos du Para (Furtado et al, 1978) et les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, 1957) pour soigner blessures, plaies et tumeurs. Cette indication est à rapprocher de l'effet révulsif de la capsaïcine (Paris et Moyse, 1971). Enfin la décoction des feuilles est utilisée comme antivomitif chez les Kali'na (Ahlbrinck, [1931] 1956).

31 Si divers Cestrum sont bien utilisés en Amérique tropicale comme remède (sédatifs, antirhumatismaux, etc.), divers auteurs insistent également sur leur toxicité, en particulier pour Cestrum coriaceum Miers et Cestrum salicifolium Kunth (Le Cointe, 1934 ; Mors et Rizzini, 1966).

32 Cyphomandra endopogon, et C. tegore sont confondus par les Créoles sous le nom de mavévé-chien ; même nom et même usage créole pour Solanum leucocarpon.

33 Dans la région d’Iquitos, Cyphomandra endopogon est utilisé pour soigner une maladie de peau nommée siso (Bohs, 1989).

34 La plante est totalement confondue sous le même nom avec une espèce plus rare, Markea sessiliflora Ducke (Lescure 376).

35 Le tabac, qu’il se trouve près des habitations ou dans les abattis, exige un sol riche et bien nettoyé par le feu. Il nécessite un désherbage constant. Il n’est jamais étêté comme dans les cultures industrielles, car on veut récolter le plus possible de ses graines à la germination réputée capricieuse.

36 On notera que le tabac fut connu en France au XVIe siècle sous le nom d’herbe-à-la-reine parce que Nicot l'offrit à Catherine de Médicis comme préservatif de la migraine (Bonnier, 1911-1934).

37 Au Brésil, le thé de la racine est utilisé pour traiter les infections urinaires et comme hépato-protecteur. Les feuilles sont cholagogues (Le Cointe, 1947 ; Albuquerque, 1989 ; Coelho-Ferreira, 2000). Dans le nord de la Guyana Physalis angulata est utilisée comme vermifuge, diurétique, pour soulager les douleurs menstruelles et en bain pour traiter une dermatose appelée maladie de la peau de serpent (van Andel, 2000).
Les racines sont considérées comme fébrifuges, voire antipaludiques, par plusieurs ethnies amazoniennes du Brésil et de Bolivie (Bourdy, 1999 ; Milliken, 1997 ; Schultes et Raffauf, 1990).

38 Le suc extrait des feuilles est utilisé au Venezuela pour soigner les dartres et la gale (Delascio Chitty, 1985). En France Solanum nigrum était utilisé contre les dartres, les tumeurs et les ankyloses (Bonnier, 1911-1934).

39 Cyphomandra tegore, C. endopogon et Solanum leucocarpon sont des espèces confondues par les Créoles guyanais sous le nom de mavévé chien.

40 En Guyana, les Carib de la Barama utilisent en emplâtre, pour soigner la leishmaniose, le suc extrait des feuilles de cette espèce ainsi que des feuilles de Senna alata (Caesalpiniacées) et de la fougère Pityrogramma calomelanos.
Les feuilles écrasées avec celles de Clibadium surinamense (Asteracées) constituent un poison de pêche utilisé dans les petits cours d'eau (van Andel, 2000).

41 Ce dernier usage est aussi connu des Aluku qui s’en servent pour soigner l'éléphantiasis (Fleury, 1991).

42 Le fruit de cette espèce est considéré comme toxique et insecticide. Cependant, des usages médicinaux sont signalés en divers lieux d’Amérique tropicale, entre autres pour soigner les infections des reins et de la vessie au Costa-Rica, la leishmaniose chez les Bora (Duke et Vasquez, 1994), la gale, les éruptions cutanées et la furonculose chez les Mosetene (Muñoz et al., 2000b).

43 Marcgrave ([1648] 1942) signale une espèce proche, Solanum paniculatum L., chez les Tupinamba du Nordeste brésilien pour soigner les plaies aux jambes.

44 L'ensemble des noms vernaculaires dans les diverses langues citées s'applique – en dehors de la présente espèce – à plusieurs espèces du genre Sterculia (Sterculia frondosa A. Rich., Sterculia speciosa K. Schum.).

45 Il existe çà et là en Guyane des peuplements spontanés dans les bas-fonds forestiers, ainsi que d’anciennes plantations de la fin du XVIIIe et du XIXe siècles qui ont bien survécu, quoiqu'elles ne soient plus du tout entretenues.

46 Clavija membranacea Mez, préparée en décoction par les Tikuna, est bue contre les rhumatismes (Schultes et Raffauf, 1990).

47 Chez les Tacana de Bolivie, les graines simplement coupées en deux servent à huiler et parfumer les cheveux (Bourdy, 1999).

48 Cette espèce est un charme de chasse pour les Urubu-Ka'apor (Balée, 1994).

49 En pays wayãpi, cette espèce ne pousse qu'à Camopi ; pour les usages, se reporter à l'espèce suivante.

50 Dans le nord de la Guyana, cet usage est aussi connu des Créoles et des Amérindiens. La décoction est également bue contre les hémorragies (van Andel, 2000).

51 Cette espèce utilisée par les Wayãpi n’est connue par eux que dans trois stations du haut Oyapock.

52 Les Tikuna frappent les rameaux feuillus sur les articulations douloureuses pour les soulager par un effet contraire (Schultes et Raffauf, 1990).

53 Le genre Amasonia est peu signalé dans les pharmacopées sud-américaines.
Nous n'avons relevé que trois cas : chez les Tiriyo, où Amasonia angustifolia Mart. et Schau, est utilisé en bain (décoction des feuilles) comme fébrifuge et analgésique (Cavalcante et Frikel, 1973), chez les Caboclos de la région de Santarém où il est utilisé pour soigner la diarrhée, les gerçures des seins et comme diurétique (Branch et Silva, 1983) et chez les Caboclos du bas Amazone en cas d'aménorrhée (Amorozo et Gély, 1988).

54 Un usage identique avait déjà été observé par Spix et Martius (1824, in Roth, 1924) chez les Amérindiens aujourd’hui éteints ou métissés du bas Amazone. Pour la même région, Le Cointe (1934) signale l’usage hémostatique et antidiarrhéique de l'écorce. Au Venezuela, la décoction de l'écorce est utilisée pour soigner les maux de gorge et les plaies buccales (Delascio Chitty, 1985).

55 Un usage similaire de la tisane a été signalé en Colombie dans la région du Putumayo pour Citharexylum poeppigii Walpers (Schultes et Raffauf, 1990).

56 L’utilisation du même nom, bois côtelette, aux Antilles (Fournet, 1978), pour désigner les Citharexylum fait penser dans le cas des Sainte-Luciens de Guyane à un néologisme par transfert de sens.

57 Dès le XVIIe siècle, cette espèce est signalée pour soigner, en usage externe, les « vieilles blessures » et les maux de tête (Marcgrave [1648] 1942). Signalons également des utilisations antiseptiques chez les Caboclos d’Amazonie centrale pour soigner la gale (Silva et al, 1977), chez les Créoles de Guyana pour désinfecter les plaies (van Andel, 2000) et chez les Caraïbes de la Dominique pour soigner la gonorrhée (Hodge et Taylor, 1957). Au Pérou, la décoction des feuilles est utilisée pour soigner les rhumatismes et comme tonique de l'estomac (Duke et Vasquez, 1994).

58 Chez les Aluku, on retrouve un usage peu éloigné contre l'hypertension artérielle, ainsi que pour soigner la grippe (Fleury, 1991) ; les Caboclos du bas Amazone en font une tisane pour calmer les pleurs et faire dormir les enfants (Amorozo et Gély, 1988). L’usage médicinal de L. alba est très répandu en Amérique tropicale où elle est connue, entre autres, comme vomitif en Amazonie péruvienne, pour soigner les maux de tête chez les Tikuna (Schultes et Raffauf, 1990) ainsi que les maux d’estomac chez les Caboclos de Santarém et du Rio Madeira (Corrêa, [1926] IV, 1984) ; Duke et Vasquez, 1994 ; di Stasi et al., 1994).

59 Petrea volubilis a été signalé en association avec d'autres plantes comme abortif et comme antidiarrhéique chez les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, 1957).

60 Certains Créoles donnent le nom de vingt quatre heures à Cyanthillium cinereum (Astéracées).

61 L’espèce est réputée antigrippale aux Antilles françaises (Stehlé, 1962) et pour soigner la toux et la diarrhée à St-Domingue (Duke et Vasquez, 1994).
Les Tacana utilisent les racines et les feuilles pour soigner les morsures de serpent (Bourdy et al. 2000).

62 Chez les Aluku, les feuilles servent en application locale à soigner les furoncles et les blessures (Fleury, 1991) ; un usage identique est signalé ches les Caboclos d’Amazonie par Le Cointe (1922). Le Dr Richard (1937) signale par ailleurs, chez les orpailleurs de St-Elie, l'usage des feuilles froissées en tampon comme antalgique auriculaire et celui des feuilles en décoction, associées à celles de citronnier et à l'amidon, pour laver la tête en cas d'insolation.

63 Cet usage a également été noté chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000). L'ensemble du genre Stachytarpheta est utilisé classiquement par les populations d’Amérique tropicale, tant amérindiennes que métisses, à des fins médicinales depuis le Mexique (Berlin et al., 1974) jusqu'au Brésil (Furtado et al., 1978).

64 L’espèce a été retrouvée chez les Kali’na par Ahlbrinck ([1931] 1956) et par Lescure (comm. pers.) sous le nom de ki’erö pipio, « pelure de manioc », mais sans les usages signalés par Aublet (1775) et Heckel (1897). Un usage contre la coqueluche et la grippe a été relevé chez les Caboclos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988).

65 Ce genre n’a été signalé comme médicinal que par Schultes et Raffauf (1990) en Amazonie colombienne, où les fleurs de Paypayrola grandiflora Tulasne sont utilisées en tisane pour soigner l’anémie.

66 Cette espèce est utilisée chez les Conibo du Pérou pour soigner les enflures des pieds (Tournon et al., 1986a).

67 Un usage identique a été trouvé chez les Carib du nord-ouest de la Guyana ; il est précisé que le tampon d’écorce ne doit pas toucher les dents saines (van Andel, 2000). D’autres usages médicinaux ont été collectés pour d’autres Vochysia amazoniens (Schultes et Raffauf, 1990).

68 Il existe aussi dans le haut Oyapock un Qualea (Vochysiacées), non collecté, nommé pilima’ɨ piyũ, dont l’écorce préparée en décoction est un remède bu contre la dysenterie.

69 Des usages proches pour soigner coups, douleurs localisées et crampes ont été notés chez les Aluku (Fleury, 1991).

70 D’autres Renealmia, Renealmia floribunda K. Schum. (de Granville et Burgot 1607 ; Prévost et Grenand 1940) et Renealmia monosperma Miq. (Grenand 360 ; Oldeman 2763) sont employés aux mêmes fins.

71 D’autres Renealmia d’Amazonie occidentale ont été signalés chez les Waorani et les Andoke pour soigner les morsures du serpent Bothrops atrox (Schultes et Raffauf, 1990).

72 Outre son usage alimentaire, le gingembre est fréquemment signalé dans la littérature scientifique pour ses propriétés digestives. En association avec d’autres plantes, le rhizome est aussi utilisé comme antirhumatismal externe chez les Caboclos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988).

73 Cette espèce est confondue sous le même nom par les Créoles avec Curcuma longa L., sans doute parce qu’elles contiennent toutes deux un colorant jaune. D’autres Créoles la confondent avec Zingiber officinale, le feuillage des deux espèces étant très similaire.

Table des illustrations

Titre Cupanta hirsuta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-1.jpg
Fichier image/, 328k
Titre Paullinia anodonta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-2.jpg
Fichier image/, 324k
Titre Serjania grandifolioa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-3.jpg
Fichier image/, 432k
Titre Micropholis longipedicellata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-4.jpg
Fichier image/, 380k
Titre Scoparia dulcis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-5.jpg
Fichier image/, 356k
Titre Picrolemma sprucei. Pied en fruit de café lane
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-6.jpg
Fichier image/, 352k
Titre Picrolemma sprucei
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-7.jpg
Fichier image/, 272k
Titre Quassia amara. Feuilles et fleurs de couachi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-8.jpg
Fichier image/, 284k
Titre Simaba guianensis. Fruits mûrs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-9.jpg
Fichier image/, 256k
Titre Simaba guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-10.jpg
Fichier image/, 256k
Titre Simaba morettii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-11.jpg
Fichier image/, 256k
Titre Simaba amara. Tronc incisé de simarouba
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-12.jpg
Fichier image/, 248k
Titre Smilax sp. Feuilles et fruits d’une liane bagotte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-13.jpg
Fichier image/, 392k
Titre Brunfelsia guianensis. Fruits
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-14.jpg
Fichier image/, 260k
Titre Capsicum frutescens. Fruits d’une des nombreuses variétés de piment
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-15.jpg
Fichier image/, 364k
Titre Cestrum latifolium. Feurs de bitayouli petites feuilles ; les feuilles froissées dégagent une très mauvaise odeur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-16.jpg
Fichier image/, 452k
Titre Cyphomandra endopogon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-17.jpg
Fichier image/, 480k
Titre Markea coccinea. Fleur delicate de cette liane forestière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-18.jpg
Fichier image/, 268k
Titre Nicotiana tabacum. Fleurs et feuilles de tabac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-19.jpg
Fichier image/, 212k
Titre Physalis pubescens. Fleur et fruit de batoto
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-20.jpg
Fichier image/, 340k
Titre Solanum americanum. Feuilles et fruits d’alaman
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-21.jpg
Fichier image/, 372k
Titre Solanum crinitum. Fleur de pomme sousouri
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-22.jpg
Fichier image/, 308k
Titre Solanum leucocarpon. Fruits de mavévé (ou mavévé chien)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-23.jpg
Fichier image/, 368k
Titre Salanum mammosum. Fruit mamelonné de tété piquant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-24.jpg
Fichier image/, 332k
Titre Solanum vaheurckii. Fruits de pomme sousouri ; à gauche Solannum crinitium, à droite Solannum vaheurckii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-25.jpg
Fichier image/, 456k
Titre Sterculia pruriens. Feuillage de mahot cochon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-26.jpg
Fichier image/, 424k
Titre Sterculia pruriens. Fruits et graines de mahot cochon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-27.jpg
Fichier image/, 356k
Titre Thurnia sphaerocephala. Inflorescence de chapeau d’leau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-28.jpg
Fichier image/, 144k
Titre Apeiba tibourbou. Fleur de bois bouchon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-29.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Trigonia villosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-30.jpg
Fichier image/, 568k
Titre Trigonia villosa. Fruits recouverts d’un tomentum roussâtre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-31.jpg
Fichier image/, 464k
Titre Laportea aestuans. Feuilles et fleurs de zouti rouge, plante urticante
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-32.jpg
Fichier image/, 372k
Titre Aegiphila villosa. Feuille tabac, mais ce n’est pas le vrai tabac (Nicotinia tabacum)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-33.jpg
Fichier image/, 292k
Titre Amasonia campestris. Inflorescence de crête coque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-34.jpg
Fichier image/, 288k
Titre Avicennia gerninans. Pneumatophores du palétuvier blanc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-35.jpg
Fichier image/, 428k
Titre Lantana cámara. Fleurs de marie crabe
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-36.jpg
Fichier image/, 380k
Titre Lippia alba. Feuilles et fleurs de mélisse calme
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-37.jpg
Fichier image/, 360k
Titre Petrea bracteata. Bractée et fleurs de liane gris
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-38.jpg
Fichier image/, 424k
Titre Priva lappulacea. Feuilles et fleurs de vingt quatre heures
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-39.jpg
Fichier image/, 548k
Titre Stachytarpheta cayennensis. Verveine queue de rat avec ses petites fleurs bleu pâle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-40.jpg
Fichier image/, 348k
Titre Stachytarpheta jamaicensis. Inflorescence de gros verveine à fleurs bleu foncé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-41.jpg
Fichier image/, 308k
Titre Hybanthus calceolaria
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-42.jpg
Fichier image/, 176k
Titre Paypayrola guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-43.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Cissus erosa. Fleurs abondantes d’ue liane ripicole
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-44.jpg
Fichier image/, 296k
Titre Vochysia guianensis. Inflorescence jaune de grignon fou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-45.jpg
Fichier image/, 984k
Titre Costus curcumoides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-46.jpg
Fichier image/, 1020k
Titre Curcuma longa. Rhizome de safra (ou titma, ou curcuma), précieux pour préparer un curry ; c’est aussi une plante tinctoriale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-47.jpg
Fichier image/, 196k
Titre Renealmia guianensis. Infrutescences de quatre épices (ou gingembre cochon) ; les graines sont noyées dans une pulpe orangée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-48.jpg
Fichier image/, 352k
Titre Zingiber zerumbet. Inflorescence de chichima
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20361/img-49.jpg
Fichier image/, 229k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540