Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

P-R (Papilionaceae à Rutaceae)

Texte intégral

Famille Papilionaceae (Fabaceae)

Abrus precatorius L.

Noms vernaculaires

Créole : ti panacoco [ti-pannakoko].

Wayãpi : —

Palikur : wanaku ihipinô.

Portugais : jequiriti.

Écologie, morphologie

Liane fine, cosmopolite des zones rudéralisées du littoral.

Collection de référence

Prévost 839.

Emplois

Nous ne pouvons passer sous silence cette liane aux jolies graines rouges et noires qui sont souvent récoltées pour confectionner des colliers et des bracelets.

  • 1 Le Cointe (1934) Signale Pourtant En Amazonie L’utilisation De La Macération Des Graines Pour Soign (...)

Il faut savoir qu’elles renferment une toxalbumine extrêmement dangereuse : l’abrine ; 1/100e de mg/kg, soit une moitié de graine, suffit à provoquer une intoxication fatale1.

Étymologie

Créole : de ti, « petit » et panacoco, « nombreuses espèces des genres Ormosia (Papilionacées) et Swartzia (Caesalpiniacées) à graines rouges et noires ». La liane est ainsi nommée en raison de la ressemblance des graines. Palikur : de wanaku, « divers arbres Ormosia et Swartzia aux graines dures et colorées » et ihipinô, « lianescent ».

Abrus precatorius

Abrus precatorius

Alexa wachenheimii Benoist

Noms vernaculaires

  • 2 Les deux espèces Alexa wachenheimii Benoist et Alexa grandiflora Ducke (Grenand et Prévost 2027), t (...)

Créole : Saint Martin blanc [sen-martin-blan]2.

Wayãpi : ani, takulawa’ɨ.

Palikur : karavia kamwi.

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun de la forêt primaire humide.

Collection de référence

Grenand 774.

Emplois

  • 3 Une espèce endémique de Guyana, Alexa imperatricis (R. H. Schomb.) Baill, est réputée très toxique (...)

Les Wayàpi préparent en décoction l’écorce épaisse exhalant une forte odeur de pois et l’utilisent en lavage externe contre la fièvre3.

Étymologie

Palikur : karavia, « arbre Guarea gomma » et kamwi, « qui ressemble », en raison du feuillage et de l’aspect de l’écorce.

Alexa wachenheimii

Alexa wachenheimii

Cajanus cajan (L.) Millsp

Synonymies

Cajanus indicus Spreng. ; Cajanus bicolor DC.

Noms vernaculaires

Créole : pois d’angole [pwa-dangol], pois d’Angola, pois en gaules.

Créole antillais : pois congo.

Wayãpi : —

Palikur : dâkun.

Portugais : feijâo-guandu, coendu.

Écologie, morphologie

Cet arbuste, originaire d’Afrique tropicale, est cultivé pour ses graines comestibles dans tout le monde tropical.

Collections de référence

Prévost 1276, 3602.

Emplois

  • 4 Les mêmes usages sont signalés par Richard (1937), Luu (1975) et Gély (1983). Chez les Caboclos de (...)

En dehors de l’usage alimentaire, quelques usages médicinaux nous ont été signalés par les Créoles : la tisane des feuilles est conseillée pour les affections pulmonaires tandis que l’infusion des graines est diurétique4.

Étymologie

Les noms créoles renvoient à l’origine africaine ; cependant nous avons aussi recueilli la glose poix en gaule, soulignant le port ligneux de la tige ; le nom palikur dâkun est une altération du nom créole.

Chimie et pharmacologie

Les graines de cette plante sont très nutritives car elles renferment 19 à 20 % de protides, 1,10 à 1,12 % de lipides et 62 à 64 % de glucides (Perrot, 1944). D’après Sharma et Streibl (1977), les feuilles contiennent quatre stérols : β-sitostérol, stigmastérol, campestérol et cholestérol. Dans les écorces de racine, on a découvert une nouvelle anthraquinone, la cajaquinone, ainsi que plusieurs pigments flavoniques originaux : cajaisoflavone, cajaflavanone, cajanone, 2’-0-méthylcajanone, 5, 7, 2’-trihydroxyisoflavone, accompagnés de génistéine et de quatre triterpènes : sitostérol, lupéol, α-amyrine et P-amyrine (Bhanumati et al, 1979).

La présence de tanins, d’une phytoaléxine, le cajanol et des vitamines B2’, B6 et E a également été signalée dans la plante.

Les graines sont riches en acides aminés et principalement en phényalanine (5 mg/g de graines). Ce composé est actif in vitro sur la drépanocytose. Ce type d’acide aminé aromatique empêche la formation de cellules falciformes ; l’addition de graines de Cajanus cajan dans l’alimentation du malade devrait compenser les pertes en acides aminés dues à l’augmentation de leur excrétion urinaire, pertes qui sont la cause de crises douloureuses (Ekeke et Sodé, 1985, 1990).

La présence de dérivés de l’acide benzoïque dotés des mêmes propriétés pourrait renforcer cette activité (Akojie et Fung, 1992).

Canavalia brasiliensis Mart. ex Benth.

Synonymie

Canavalia fendleri Piper.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : moy kumãna, kumãna lã.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane fine de la végétation secondaire.

Collection de référence

Prévost et Grenand 975.

Emplois

Chez les Wayãpi du nord, les « haricots » extraits des gousses sont écrasés et appliqués en emplâtre humidifié sur les morsures de serpent.

  • 5 Déjà à la fin du XIXe siècle, Coudreau (1893) signalait un « haricot » à usage alexitère chez les W (...)

L’emplâtre est changé chaque jour5.

Étymologie

Wayãpi : moy kumâna, de moy, « serpent » et kumâna, « haricot cultivé (Phaseolus lunatus L.) » ; kumãna lã, de kumãna, « haricot cultivé » et là, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Les graines des Canavalia renferment des protéines toxiques : la concavaline A, la canavanine, qui est thermolabile, et la canatoxine 1-5. La concavaline A est une lectine particulière, dépourvue de partie protéique, dont la structure rappelle celle des anticorps des vertébrés.

Crotalaria retusa L.

Synonymies

Crotalaria retusifolia Stokes ;

Crotalaria hostmanni Steudel ;

Lupinus cochinchinensis Lour.

Noms vernaculaires

Créole : graine chacha [grenn-chacha] (guyanais), tchak tchak [grenn-tjaktjak] (sainte-lucien), sonnette (antillais).

Wayãpi : yawayɨ poã.

Palikur : dãkun kamwi.

Portugais : xiquexique, chocalho-de-cascavel.

Écologie, morphologie

Plante pantropicale naturalisée en Guyane en végétation rudérale.

Collections de référence

Berton 41 ; Grenand 1467 ;

Prévost 1402, 3663.

Canavalia brasiliensis

Canavalia brasiliensis

Emplois

Les Créoles Sainte-Luciens de Guyane utilisent la décoction des feuilles et des fleurs en tisane pour soigner le rhume.

Chez les Wayãpi, les graines extraites des gousses sont consommées brutes en cas de piqûre de scorpion. Ce remède agit comme un antalgique.

Les Palikur utilisent cette plante, macérée en bain, pour se protéger des atteintes magiques (Berton, 1997).

Étymologie

Créole : les noms se réfèrent au bruit des graines lorsque l’on remue les gousses, le chacha étant par ailleurs un hochet musical. Wayãpi : de yawayɨ, « scorpion » et poã, « remède », « le remède contre le scorpion ». Palikur : dãkun, cf. supra Cajanus cajan et kamwi. « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme des alcaloïdes pyrrolizidiniques qui en font une plante toxique, bien que toujours employée dans la médecine populaire antillaise (Robineau et al. 1999). Son emploi par voie interne doit être formellement déconseillé.

Dalbergia monetaria L. f.

Synonymie

Ecastaphyllum monetaria (L.f.) Pers.

Noms vernaculaires

Créole : soumaké, véronique.

Wayàpi : yateu.

Palikur : kaukwi akat.

Portugais : verônica-do-igapó, verônica-vermelha.

Écologie, morphologie

Liane ripicole assez commune.

Collections de référence

Grenand 1879 ; Moretti 938, 1089 ;

Prévost 3643.

Emplois

  • 6 D’un emploi limité en Guyane, cette plante, ainsi que Dalbergia ecastaphyllum (P. Brown ex L.) Taub (...)
  • 7 Selon Berton (1997), les Palikur peuvent associer à cette préparation les feuilles de Elephantopus (...)

Chez les Palikur, l’écorce sert à préparer une macération bue contre les diarrhées persistantes6. La décoction de sept gousse ; et d’une grande quantité d’écorce pour dix litres d’eau est nécessaire pour un traitement du cancer pendant un mois7. La potion est conservée au réfrigérateur.

Il s’agit soit d’un emprunt, soit d’une innovation, la connaissance de cette maladif étant récente pour les Palikur.

La graine extraite de la gousse et maintenue en place par un pansement sert également à comprimer les hernies ombilicales.

Au bout de quelques jours l’hernie se résorbe

Étymologie

Créole : soumaké. « pièce de monnaie » en raison de la forme de la gousse ; Wayãpi : de yateu, « tique » en raison de la forme de la gousse mûre.

Palikur : de kaukwi. « monnaie » et akat, « tige », « la tige à monnaie » en raison de la forme et de la couleur des jeunes gousses.

Chimie et pharmacologie

Des graines, nous avons isolé, avec l’équipe de Donnely de Dublin, huit composés du type roténoïdes, dont quatre sont nouveaux. L’un d’eux, le 8’-α-D- glucoside amorphogénine, est toxique pour les larves de Aedes aegypti (Abe et al. 1985).

Divers flavanes du type des protoanthocyanidines ont été identifiés dans les écorces de tronc : (2r, 3r, 4r)-3,3’4’. 7-tétrahydroxy-flavane - (4-8) - épicatéchine et (2r, 3r, 4r)-3.4’, 7-trihydroxy-flavane-(4-8)-épicatéchine (Nunes et al, 1989). Des flavonoïdes ont aussi été isolés.

Les extraits hydro-alcooliques des feuilles ont montré une action favorable sur les ulcères gastriques (Brito, 1997) et anti-inflammatoire sur l’oedème des rats.

Dalbergia monetaria

Dalbergia monetaria

Les extraits aqueux à la dose de 250, 500 et 1000 mg/kg réduisent les lésions gastriques chez les rats, induites par stress hypothermique, mais sans effet sur les lésions induites par l’indométacine, sans signe de toxicité jusqu’à la dose de 500 mg/kg (Cota, 1996).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Dalbegia riedelit (Radlk.) Sandw.

Synonymie

Ecastaphyllum riedelii Radlk.

Collections de référence

Grenand et Prévost 2012 ;

Prévost et Grenand 927.

Emplois

Cette espèce est regroupée avec Dalbergia monetaria par les Palikur et les Wayãpi.

Les Palikur en usent de façon identique.

Desmodium axillare (Swartz) DC.

Synonymie

Hedysarum axillare Swartz.

Noms vernaculaires

Créole : radié cousin [radjé-kouzen].

Wayãpi : paa lakape.

Palikur : bukutru atita.

Portugais : pega-pega.

Écologie, morphologie

Plante rampante de la végétation rudérale et des jeunes recrus forestiers.

Collections de référence

Grenand 1544, 3098 ; Jacquemin 1813 ;

Lescure 311.

Emplois

  • 8 Les Tiriyo utilisent cette espèce en bain contre la fièvre (Cavalcante et Frikel, 1973). Une espèce (...)

Chez les Palikur, cette plante sert à soigner les maladies de peau nommées kũnk et igka. On écrase les petites gousses qu’on appliqu en emplâtre sur les dermatoses trois fois par jour8.

Étymologie

Créole : radié cousin parce que les gousses poilues s’accrochent aux vêtements et sont importunes comme les cousins.

Wayãpi : de paa, « paca (Agouti paca) » et lakape, « ventre », car les gousses s’accrochent au ventre de l’animal.

Palikur : de bukutru, « agouti » (Dasyprocta agouti) et atita, de atit, « piment ».

Dioclea guianensis Benth.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : kuluwây sili.

Palikur : urikti.

Écologie, morphologie

Liane commune de la végétation secondaire.

Collections de référence

Grenand 72, 1587.

Emplois

Les Palikur utilisent l’amande râpée pour soigner l’épilepsie ; une pincée de poudre est ajoutée chaque jour à la nourriture du patient.

Dioclea virgata (Rich.) Amsh.

Synonymie

Dioclea lasiocarpa Mart.

Noms vernaculaires

Mêmes noms vernaculaires que pour Canavalia brasiliensis, cf. supra.

Écologie, morphologie

Liane fine de la végétation secondaire.

Collection de référence

Grenand 2826.

Emplois

  • 9 La tisane préparée avec cette plante est utilisée par les Amérindiens du Rio Apaporis (Colombie) po (...)

Chez les Wayãpi du sud, les « haricots » extraits des gousses ont les mêmes noms et le même usage que Canavalia brasiliensis9.

Dalbegia riedelit

Dalbegia riedelit

Dipteryx odorata (Aubl.) Willd.

Synonymie

Coumarouna odorata Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : gaïac [gayak],

Wayãpi : munu’i, munu’i e’e.

Palikur : waikwimna.

Français : faux gaïac (arbre, mais surtout bois), fève tonka (fruit).

Portugais : cumarú, cumarú-roxo.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire au port splendide, moins commun que l’espèce suivante.

Collections de référence

Jacquemin 1809 ; Sastre 4481.

Emplois

Cf. à Dipteryx punctata avec lequel il est confondu par les Créoles et les Palikur, mais non par les Wayãpi.

Cependant, les deux espèces sont utilisées indifféremment par les trois populations étudiées.

Étymologie

Créole : le mot, d’origine taïno, provient des Antilles où il est appliqué à Guaiacum officinale L. (Zygophyllacées), au bois également très dur et qui n’existe pas en Guyane française.

Wayãpi : de munuwi, « arachide » ɨ, « arbre » et e’e, « véritable », « le vrai arbre-arachide », par opposition à l’espèce suivante.

Dans les deux cas, la graine douce et comestible est comparée à celle de la plante cultivée.

Palikur : de waik, « rivière » et kwimna, de kwik, « arbre Tabebuia serratifolia (Bignoniacées) ». Les Palikur rapprochent les deux arbres pour leur dureté.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce, ainsi que Dipteryx punctata, renferme dans ses amandes de la coumarine (1 à 3 %, parfois près de 10 %) présente depuis longtemps en parfumerie sous le nom de fève tonka ; c’est une ressource encore utilisée dans l’industrie alimentaire par les limonadiers, dans les parfums (où elle sert à fabriquer l’héliotrope blanc) et pour bonifier le goût du tabac ou du whisky (Le Cointe, 1922).

Nakano et al. (1979) ont isolé deux isoflavones de ses écorces. D’après Karrer (supplément 2, 1981), les feuilles renferment les acides : salicylique, π-hydroxybenzoïque, o-hydroxycoumarique, o-coumarique et férulique.

Les fruits renferment du mélilotoside et du l-(p-coumaroyl) β-D glucose.

Les coumarines que l’on extrait de Dipteryx odorata sont concurrencées par des produits de synthèse identiques, ce qui en limite la valeur commerciale.

Dipteryx punctata (Blake) Amshoff

Synonymie

Coumarouna punctata Blake.

Noms vernaculaires

Créole : gaïac blanc [gayak-blan].

Wayãpi : munu’ɨ sĩ.

Palikur : waikwimna.

Français : fève tonka.

Portugais : cumarú-amarelo.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire, très proche de l’espèce précédente.

On le trouve aussi fréquemment au bord des rivières aux berges propres.

Collections de référence

Grenand 669, 1209 ; Prévost 1383.

Emplois

En Guyane, outre les utilisations en parfumerie déjà citées à Dipteryx odorata et pratiquées par les populations locales de manière plus rustique (les Palikur par exemple, se parfument avec la graine râpée), on note divers usages médicinaux.

Pour les Créoles, les graines misent à macérer dans le rhum servent à préparer un extrait alcoolique utilisé en friction contre les morsures de serpent, les contusions et les rhumatismes.

Chez les Wayãpi, la décoction de l’écorce de tronc est utilisée comme fébrifuge en lavage externe.

  • 10 Chez les Palikur, le même nom et les mêmes usages s’appliquent aussi à Taralea oppositifolia Aublet (...)
  • 11 Des usages proches ou identiques des Dipteryx semblent fréquents dans le bassin amazonien. La décoc (...)

Quant aux Palikur, ils en préparent un bain pour fortifier les bébés (cf. Tonina fluviatilis, Eriocaulacées)10. L’écorce préparée en décoction est bue contre la fièvre et les douleurs11.

Étymologie

Wayãpi : de munu’i, cf. précédemment et sĩ, « blanc », en raison de la coloration du tronc.

Chimie et pharmacologie

Se reporter à Dipteryx odorata.

Erythrina fusca Loureiro

Synonymie

Erythrina glauca Willd.

Noms vernaculaires

Créole : zimmortelle [zimortèl]

Wayãpi : —

Palikur : mitiku.

Portugais : suinã, açacurana, mulungú.

Écologie, morphologie

  • 12 L'espèce, reconnaissable à sa magnifique floraison rouge orangé et à son tronc épineux, n’existe en (...)

Arbre moyen à grand des forêts inondables12.

Collections de référence

Grenand 2073 ; Moretti 1267, 1366.

Emplois

Cet arbre et les espèces voisines, connus en Amérique tropicale pour leur toxicité (graines principalement), ne semblent guère utilisés à des fins curatives qu’en Guyane française et en basse Amazonie.

  • 13 Un usage pour soigner le paludisme a également été trouvé chez les Tikuna du haut Amazone (Schultes(...)
  • 14 Une décoction antitussive de l’écorce est préparée chez les Tacana avec Erythrina dominguezii Hassl (...)

Les Créoles préparent les racines en décoction bue comme sudorifique par les malades fiévreux (grippe et paludisme)13 ; les fleurs, préparées et utilisées de la même façon, sont un antitussif14

Chez les Palikur, l’écorce de tronc et de racine associée à l’écorce de Parkia pendula (Mimosacées) est un remède contre les dépôts : les écorces de tronc sont mises à tiédir au soleil dans un peu d’eau et appliquées localement en cataplasme.

  • 15 Le Cointe (1934) signale en Amazonie l'usage de la tisane de racine pour soigner les rhumatismes, t (...)

La même préparation est utilisée contre les céphalées et selon Berton (1997), pour soigner l’érysipèle15.

Étymologie

Créole : zimmortelle, « immortelle », parce que cet arbre a la réputation de rejeter sans cesse de souche après abattage.

Chimie et pharmacologie

Les alcaloïdes des Erythrina sont curarisants (Raven, 1974). Ils sont présents surtout dans les graines. L’un de ces alcaloïdes, l’érythroïdine a connu de nombreuses applications thérapeutiques notamment en anesthésie, mais ce produit et ses dérivés sont aujourd’hui délaissés car trop toxiques.

Dipteryx punctata

Dipteryx punctata

Indigofera suffruticosa Mill.

Synonymie

Indigofera anil L.

Noms vernaculaires

Créole : indigo [endigo], digo [digo].

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : anil.

Écologie, morphologie

Arbrisseau introduit d’Amérique centrale, aujourd’hui acclimaté dans les zones rudérales de la Guyane côtière, en particulier sur les sols sableux.

Collection de référence

Jacquemin 2060.

Emplois

  • 16 Nous n'avons pas trouvé en Guyane les nombreux usages indiqués par Le Cointe (1934) pour l'Amazonie (...)

Cette espèce, abondamment cultivée jadis dans les plantations esclavagistes (Le Roux, 1994), servait à préparer le colorant du même nom. Elle nous a été signalée par les éleveurs créoles comme toxique pour les animaux herbivores16.

Étymologie

Créole : pour le mot indigo, cf. les remarques faites au mot digo, Senna occidentalis (Caesalpiniacées).

Chimie et pharmacologie

La plante contient également un hétéroside, l’indican, qui est transformé en indigo au cours des préparations qu’on lui fait subir (Perrot, 1944). Sievers et al. (1949) ont signalé que certains organes de cette espèce sont insecticides. Les racines renferment une flavanone et un composé toxique : le glucose-ester de l’acide nitropropionique ou acide hyptagénique (Dominguez et al, 1978 ; Garcez et al, 1987).

Lonchocarpus chrusophullus Keinth.

Noms vernaculaires

Créole : nivrée [nivré, niwoué], nivrée mâle.

Wayãpi : ɨmeku.

Palikur : ikun, ikun ahinẽ.

Portugais : timbó-legítimo.

Saramaka : mã neku.

Écologie, morphologie

Grosse liane de la forêt primaire humide, parfois protégée.

Collections de référence

Grenand 403, 550, 1300 ; Moretti 1037 ; jacquemin 1592.

Emplois

  • 17 Précisons que plusieurs Lonchocarpus lianescents ou arbustifs, connus sous le terme générique de ti (...)

L’usage de cette espèce ichtyotoxique est répandu chez toutes les ethnies de Guyane qui l’emploient ou l’employaient fréquemment (Moretti et Grenand, 1982)17. Les racines et les basses tiges contiennent une sève abondante exhalant une forte odeur de haricot écrasé. Dilacérées et immergées en grande quantité (généralement en amont immédiat des rapides), elles provoquent un blanchiment de l’eau des rivières.

Les effets sur les poissons se font sentir au bout de dix à vingt minutes. Les effets sur l’homme de la sève toxique donnent lieu en Guyane à des débats passionnés et contradictoires.

Indigofera suffruticosa

Indigofera suffruticosa

Les Créoles considèrent que les pêches au Lonchocarpus polluent les eaux et sont à la base d’épidémies de diarrhée, tandis que les Wayãpi, contestant tout risque de diarrhée ou d’intoxication grave, se contentent de dire que la sève non diluée est enivrante et soporifique.

Cependant, chez les Aluku, Hurault (comm. pers.) a relevé pour la période 1950-1965 des cas de suicide avec la sève concentrée d’un Lonchocarpus.

  • 18 Des usages encore plus extraordinaires ont été notés chez les Amérindiens et les Créoles du nord-ou (...)

Quant aux utilisations médicinales de cette liane, nous en avons trouvé une chez les Wayãpi (cf. Elaphoglossum laminarioides, Lomariopsidacées) et trois chez les Palikur. Chez ces derniers, la sève brute diluée dans un peu d’eau sert à nettoyer les écorchures des personnes diabétiques (risque d’aggravation). La sève brute est aussi appliquée sur la peau pour extraire les plombs de chasse en cas de blessure accidentelle. Enfin, si on y ajoute le suc extrait des raquettes de Opuntia cochenillifera (Cactacées) et quelques pieds de Justicia pectoralis (Acanthacées), elle constitue un remède contre les convulsions ou les accès démentiels (chez les alcooliques par exemple). La préparation, diluée dans l’eau et mise à macérer au soleil, est utilisée en lavage de tête18.

Étymologie

Créole : du français enivrer, en raison de l’effet qu’elle semble produire sur les poissons, et mâle, en raison de la dureté de la tige.

Wayàpi : les mots utilisés par les Amérindiens de Guyane, Kali’na, iiñeku, Wayàpi, ɨmeku et Palikur, ikun sont tous apparentés ; dans cette dernière langue ahinẽ signifie « dur, ligneux ».

Chimie et pharmacologie

Le principe actif des Lonchocarpus est constitué par des roténoïdes.

La roténone et ses dérivés, les roténoïdes, ont la propriété d’asphyxier le poisson.

En fait, ils agissent sur tous les animaux en bloquant la respiration à l’intérieur des cellules au niveau des mitochondries, mais les animaux à sang chaud sont protégés par leur revêtement cutané qui empêche la résorption du poison alors que les animaux à sang froid (insectes, poissons, serpents) y sont particulièrement sensibles. La roténone est très active même très diluée (au millionième).

La teneur en roténoïdes de la présente espèce, variable suivant les échantillons, est relativement faible (1 à 4 %).

Elle n’a pas à notre connaissance, fait l’objet d’une étude chimique approfondie. Cette espèce est très proche de Lonchocarpus urucu Killip et A.C Smith et renferme vraisemblablement des roténoïdes voisins, notamment roténone et déhydroroténone (Braz Filho et al, 1975). Les drogues à roténone sont employées en grande quantité comme insecticide en phytopharmacie, sous forme de poudre végétale, pour lutter contre les chenilles, pucerons et autres doryphores, présentant le grand avantage d’être inoffensives pour l’homme.

La tendance actuelle est de les associer aux pyréthrynes, autres insecticides végétaux, afin de combiner leurs actions, les effets de ces derniers étant plus rapides mais aussi plus fugaces.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Lonchocarpus floribundus Benth.

Synonymies

Lonchocarpus nitidus Spruce ex Benth. ;

  • 19 La nivrée coton, une des nivrées les plus réputées en Guyane, constitue un véritable imbroglio ethn (...)

Denis floribundus (Benth.) Ducke19.

Noms vernaculaires

Créole : nivrée femelle [fimèl-nivré, fimèl-niwoué], nivrée coton.

Wayãpi : —

Palikur : ikun mahune.

Wayana : kumataimë.

  • 20 Étym. Saramaka : muyèé du portugais mulher, « femme, femelle ». Il s'agit donc de la nivrée femelle (...)

Saramaka : meku muyèé20.

Écologie, morphologie

Liane cultivée. On rencontre parfois cette espèce, devenue rare en Guyane, dans les vieilles habitations abandonnées ou en forêt, où elle est alors protégée par l’homme.

Collection de référence

Moretti 1033.

Emplois

L’usage ichtyotoxique est identique à l’espèce précédente, mais il n’est connu que des Créoles, des Saramaka, des Wayana et des Palikur.

Les connaisseurs la préfèrent car, comme son nom créole l’indique, elle se dilacère plus facilement, « comme du coton ».

Étymologie

La plupart des noms vernaculaires renvoient à la tendreté de la tige, aisée à écraser.

Chimie et pharmacologie

  • 21 La nivrée coton, une des nivrées les plus réputées en Guyane, constitue un véritable imbroglio ethn (...)

Compte tenu des incertitudes qui demeurent quant à l’identification exacte des collections d’herbiers recueillis, tous stériles, la documentation scientifique disponible doit être considérée avec la plus grande réserve21.

Bien qu’elle ait la réputation d’être puissante, la teneur en roténone de cette espèce est faible, on y a surtout trouvé des dérivés du type chalcone comme la derricine, une flavanone et des dérivés du stilbène (Braz Filho et al., 1975). Au Brésil, cette espèce est souvent mélangée avec la poudre des espèces commercialisées.

Pour les propriétés de la roténone, se reporter à l’espèce précédente.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Lonchocarpus negrensis Benth.

Synonymies

Derris amazonica Killip ;

Deguelia amazonica Killip.

Noms vernaculaires

Créole : mal nivrée.

Wayãpi : ɨmekulã.

Palikur : —

Aluku : ingi neku.

Portugais : timbó-rana.

Écologie, morphologie

Grosse liane rare de la forêt primaire et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 403, 1114.

Emplois

Les Wayãpi connaissent les propriétés ichtyotoxiques de cette liane mais ne l’emploient pas (P Grenand, 1980), la considérant trop dure à dilacérer

  • 22 Cependant cette espèce est fréquente en Amazonie centrale où son usage est bien connu des populatio (...)

Les Aluku l’emploient parfois pour empoisonner les rivières22.

Étymologie

Créole : mal, « mauvaise » et nivrée. nom donné à l’ensemble des plantes ichtyotoxiques.

Wayãpi : de ɨmeku. « liane Lonchocarpus chrysophyllus » et là, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Les racines de cette espèce renferment 0,3 % de roténone et des dérivés du type ptérocarpane (Braz Filho et al, 1975).

Lonchocarpus spruceanus Benth.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : sinapu purubumna. Wayana : halihalimë.

Portugais : facheiro (Ducke, 1949).

Écologie, morphologie

Arbre moyen ou petit, fréquent en zone dégradée ou ripicole.

Collections de référence

Grenand 1909 ; Moretti 1138.

Emplois

Bien que cette espèce soit bien présente, notamment autour de Cayenne, elle n’a pas de nom créole et seuls quelques habitants de la région connaissent ses propriétés ichtyotoxiques. Ils l’ont, dans ce cas, appris des Amérindiens avec qui ils sont en relation. Les Amérindiens, surtout Palikur et Karipuna du bas Oyapock et du nord de l’Amapá, emploient pour pêcher les feuilles et les racines.

  • 23 Les racines sont également utilisées comme ichtyotoxique par les Warao du nord-ouest de la Guyana ( (...)

La toxicité est réputée faible, ce qui explique l’exiguïté de son aire d’utilisation23.

Étymologie

Palikur : de sinapu, « arbuste Thephrosia sinapou » et purubumna, « à grosses feuilles ». Ces deux espèces sont rapprochées en raison de leur même utilisation ichtyotoxique.

Chimie et pharmacologie

Les racines renferment un mélange de roténone et de dégueline (proportion 2-l) et les graines, 3 % d’un mélange de 12 α-hydroxyroténone et de théphrosine (Menichini et al., 1982).

Pour les propriétés de la roténone, se reporter à Lonchocarpus chrysophyllus ; quant à la dégueline et à la théphrosine, ce sont des roténoïdes dont les toxicités sur les insectes sont respectivement de 60 % et 50 % par rapport à celle de la roténone (Jacobson et Crosby, 1971).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mucuna sloanei Fawcett et Rendle

Noms vernaculaires

  • 24 Ce nom est également donné par les Créoles à Dioclea malacocarpa Ducke (Oldeman, 839) et à Mucuna u (...)

Créole : zieu bourrique [zié-bourik]24, graine tonnerre [grenn-tonnè].

Wayãpi : —

Palikur urikti.

Écologie, morphologie

Liane des forêts secondaires et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Moretti 464 ; Prévost 2127, 3867.

Emplois

Les vieux orpailleurs créoles préparent avec les graines torréfiées, pilées et mises à macérer dans du genièvre, un remède contre les hernies.

Une croyance qui nous a été rapportée par les Créoles d’origine Sainte-Lucienne veut que porter des graines sur soi protège des hémorroïdes. Celle-ci fut déjà signalée à Haïti par Descourtilz (1827-33) au XIXe siècle.

Chimie et pharmacologie

Les graines de Mucuna renferment des bases quaternaires (Ghosal et al. 1971). Cf. aussi à Mucuna urens.

Lonchocarpus floribundus

Lonchocarpus floribundus

Mucuna urens (L.) DC.

Synonymie

Mucuna altissima (Jacq.) DC.

Noms vernaculaires

Créole : zieu bourrique [zié-bourik].

Wayãpi : kuluwãy.

Palikur : urikti.

Portugais : olho-de-boi.

Écologie, morphologie

Liane commune en lisière de forêt et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 526 ; Jacquemin 1675 ;

Prévost et Grenand 1967,

Emplois

Cette plante est connue en Guyane et dans le bassin amazonien pour ses gousses couvertes de minuscules poils fins et urticants. Pour les usages médicinaux, cf. supra Mucuna sloanei.

  • 25 Nous n'avons pas trouvé d'autre usage médicinal pour cette espèce pourtant citée comme remède contr (...)

Pour son usage chez les Palikur, cf. supra Dioclea guianensis25.

Étymologie

Créole et portugais : les noms signifiant « œil d’âne » et « œil de boeuf » se réfèrent à la forme des grosses graines noires et dures qui servent à faire des colliers.

Les noms amérindiens, quant à eux, renvoient au caractère irritant des poils couvrant les gousses, comme le nom wayãpi kuluwãy, formé sur kulu, « bouton » et kalãy, « gratter ».

Chimie et pharmacologie

Les graines de Mucuna renferment des bases quaternaires (Ghosal et al, 1971).

Les gousses sont recouvertes de poils irritants : ceux-ci en pénétrant dans la peau provoquent la libération d’histamine.

Les graines renferment de la dopa (dihydroxyphénilalamnine). Enfin, les graines pulvérisées de l’espèce asiatique Mucuna pruriens (L.) DC. sont signalées dans divers ouvrages comme psychotrope.

Ormosia coutinhoi Ducke

Ormosia coutinhoi

Ormosia coutinhoi

Synonymie

Macroule coutinhoi (Ducke) Pierce.

Noms vernaculaires

  • 26 Panacoco désigne en Guyane des lianes et des arbres à graines rouges et noires ; il s'agit surtout (...)

Créole : panacoco26.

Wayãpi : —

Palikur : wanaku marikasmatgene, wanaku purubumna.

Portugais : buiuçu.

Écologie, morphologie

  • 27 Cette espèce commune en Amazonie semble plus rare le long des cours des fleuves et dans les forêts (...)

Arbre de taille moyenne fréquent dans les forêts inondables de basse Guyane27.

Collection de référence

Grenand 2141.

Emplois

  • 28 Un usage identique a été trouvé chez les Cabodos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988). En Guyana, (...)

Chez les Palikur, l’écorce de tronc est un remède contre la fièvre : cassée en morceaux, elle est préparée en décoction et utilisée en bain ou en bain de vapeur28.

Étymologie

Palikur : de wanaku, « terme générique désignant divers Swartzia et Ormosia », marikasmat, « marécage » et gene, locatif, « l’Ormosia des marécages » ou purubumna, « à grosses feuilles ».

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Ormosia renferment des alcaloïdes du type quinolizidinique à squelette dipipéridinique. La spartéine et la lupanine sont présentes dans toutes les espèces et manifestent un large spectre d’activité, accompagné d’une toxicité notable : action hypnotique et morphinique, trouble de la vision, antiarythmique, diurétique.

L’étude de cette espèce, non encore publiée, a été menée en collaboration avec l’équipe du Professeur Zeche à Reims.

Dans la fraction éther de pétrole, il a été isolé plusieurs produits dont le lupéol, l’acétate de lupéol, le lupénone et un acide gras estérifié par le lupéol.

Des écorces de tronc, ont été isolés plusieurs alcaloïdes : homopodopétaline, lupanine, homo 18-épiormosanine, podopélaline, 11-oxo tétrahydro-rhombifoline.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pterocarpus officinalis Jacq.

Pterocarpus officinalis

Pterocarpus officinalis

Synonymies

Pterocarpus draco L. ;

Pterocarpus suberosa (Aubl.) Pers.

Noms vernaculaires

Créole : moutouchi rivière, moutouchi marécage [moutouchi-marikaj].

Wayãpi : mutusi sĩ.

Palikur : muhut

Portugais : mututi-branco.

Écologie, morphologie

Grand arbre aux contreforts tortueux des forêts humides ou inondées.

Collections de référence

Grenand 99 ; Lescure 778 ; Jacquemin 1765 ;

Prévost 3825.

Emplois

  • 29 Van Andel (2000) signale l'usage de la sève rouge de l’écorce diluée dans l'eau pour soigner la dys (...)

Chez les Palikur, la sève rouge extraite de l’écorce écrasée et appliquée avec un coton calme la douleur occasionnée par les dents cariées. On ne doit pas abuser de ce remède car, à la longue, les dents deviennent cassantes. Selon Berton (1997), la décoction de l’écorce sèche serait également un remède contre le diabète en traitement de longue durée29.

Étymologie

Créole : moutouchi est emprunté à une langue amérindienne ; cf. Wayãpi ou kali’na, mutusi désignant la même espèce.

Chimie et pharmacologie

Un alcaloïde indolique, l’hypaphorine a été isolé comme composé majoritaire des graines de Pterocarpus officinalis (Janzen et al 1982).

Taralea nudipes (Tul) Ducke

Synonymie

Dipteryx nudipes Tul.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : ã awainõ.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand, plutôt rare, des forêts ripicoles.

Collection de référence

Grenand 2127.

Emplois

Les Palikur nous ont indiqué l’écorce de cette espèce comme un poison dangereux.

Étymologie

Palikur : de ã, « arbre » et awainõ, de awai, « entêter, faire tourner la tête », en raison d’une forte odeur de pois.

Tephrosia sinapou (Bucloz) A. Chev.

Synonymies

Tephrosia toxicaria (Sw.) Pers. ;

Galega toxicaria Sw. ; Galega sinapou Bucholz.

Noms vernaculaires

Créole : sinapou.

  • 30 Cette espèce a été récemment introduite chez les Wayãpi du haut Oyapock – à la suite d une visite c (...)

Wayãpi : ɨmekulã30.

Palikur : sinapu, sinap.

Portugais : timbó-de-Cayenna, timbó-sacaca.

Kali’na : asityuna.

Écologie, morphologie

  • 31 Cet arbuste présent surtout dans la zone côtière a toujours été observé, cultivé ou entretenu près (...)

Arbuste cultivé relativement commun mais très localisé31. Ce petit arbuste se distingue aisément par son port et son feuillage des autres nivrées, qui sont lianescentes

Collections de référence

Grenand 1644 ; Grenand et Guillaumet 3252 bis ; Moretti 1114.

Emplois

De nos jours, les racines de cet arbuste, dilacérées et jetées dans les petits cours d’eau constituent l’ichtyotoxique le plus commun du nord de la Guyane, bien qu’il s’agisse d’un usage en nette régression. Sa toxicité est réputée forte, mais il n’est jamais obtenu en quantité aussi grande que les Lonchocarpus.

Signalons par ailleurs divers usages médicinaux de cette plante : pour les Créoles de la région de Ouanary, la décoction des rameaux feuillus est bue contre les morsures de serpent, tandis qu’elle est considérée dans d’autres communes comme antisyphilitique.

Pour les Kali’na de la basse Mana, la même décoction est bue contre la blennorragie. La racine macérée dans le rhum est pour les Palikur un remède pour tuer les myases, tant chez les humains que chez les chiens de chasse.

Chimie et pharmacologie

Les racines renferment de la téphrosine, un dérivé moins actif que la roténone (cf. supra, Lonchocarpus chrysophyllus).

Vatairea guianensis Aubl.

Synonymie

Andira amazonum Mart. ex Benth.

Noms vernaculaires

Créole : bois dartre (Aublet 1775 ; Devez 1932).

Wayãpi : —

Palikur : waru.

Portugais : fava-de-bolacha, fava-de-empingen.

Écologie, morphologie

Grand arbre des forêts humides et inondables du nord de la Guyane, abondant seulement au bord des rivières de l’est de la Guyane et dans les États brésiliens voisins, l’Amapá et le Para.

Collection de référence

Grenand 2064.

Emplois

  • 32 Au XVIIIe siècle, ce remède était connu de toutes les populations côtières ; actuellement son usage (...)

Les Créoles utilisaient les feuilles et les graines de cet arbre pour faire une pommade « contre les maladies de la peau » (Aublet, 1775 ; Devez, 1932). Hay (1998) a trouvé l’usage de l’écorce en macération contre la gale dans la région de Saint-Georges de l’Oyapock32.

Chez les Palikur, la graine fraîche écrasée et humectée d’eau, est appliquée en emplâtre sur les gales et la maladie de peau nommée wairu. Le même remède peut être préparé avec l’écorce grattée, mais il est réputé moins efficace et surtout très irritant, surtout pour les enfants (Hay, ibid.).

Étymologie

Créole et Palikur : les noms font tous deux référence à l’affection que soigne la plante.

Chimie et pharmacologie

Le coeur de cet arbre, comme celui d’autres espèces de Légumineuses, Vouacapoua americana L. Vataireopsis surinamensis, etc., renferme des quinones, de l’acide chrisophanique, du physcion-9 anthrones. Ces produits sont actifs sur certaines dermatoses. Ils sont aussi la cause d’irritations de la peau observées sur les employés des chantiers forestiers (Simaputang et al., 1967).

Les tests que nous avons effectués montrent que la partie la plus riche en quinones semble être le mésocarpe du fruit et la graine.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Vataireopsis surinamensis Lima

Synonymie

Espèce récemment détachée de Vataireopsis speciosa Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : django

Wayãpi : wɨla paye.

Palikur : waru kamwi.

Saramaka : djãgo.

Portugais : fava-amargosa.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire, peu commun mais présent partout en Guyane.

Collections de référence

Grenand 286, 1200, 2846 ; Jacquemin 1687 ;

Lescure 350 ; Moretti 1091, 1239.

Emplois

Le bois très jaune de cet arbre est utilisé par certains Créoles des communes de l’intérieur contre le pian bois (leishmaniose). L’odeur, forte et entêtante qu’il dégage lorsqu’on le coupe, est considérée comme enivrante. Toxique à forte dose, cette drogue est surtout connue des Saramaka.

La décoction de l’écorce de tronc prise en bain serait efficace contre diverses dermatoses.

  • 33 Un Vataireopsis sp. est signalé chez les Chacobo comme remède contre la gale (Muñoz et al. 2000a).

Selon les Wayãpi, cet arbre est une espèce habitée par des esprits tutélaires qui peuvent être apprivoisés par les chamanes. Ceux-ci, en cas de fièvre, peuvent ordonner des bains préparés avec la décoction de l’écorce interne. Par ailleurs, la sève extraite de l’écorce grattée est utilisée à Camopi comme remède contre la conjonctivite. Chez les Palikur, l’écorce de racine et de tronc, finement pilée, mise à tiédir dans un peu d’eau, puis appliquée localement en cataplasme, est un remède contre l’érysipèle33.

Étymologie

Wayãpi : de wɨla, « arbre » et paye, « chamane », « arbre chamane ». Palikur : de waru, « arbre Vatairea guianensis » et kamwi, « qui ressemble à », « qui ressemble à Vatairea guianensis ».

Chimie et pharmacologie

Vataireopsis ne comprend que trois espèces. L’espèce brésilienne, Vataireopsis araroba Ducke (syn. Andira araroba) fournit la chrysarobine, un mélange d’anthraquinones qui figure dans plusieurs pharmacopées pour ses propriétés laxatives et son action sur diverses dermatoses.

La chrysarobine fut, il y a quelques années, préconisée pour le traitement du psoriasis. Les tests que nous avons réalisés sur des échantillons de Vataireopsis surinamensis montrent que le coeur de cet arbre renferme aussi des anthraquinones.

À partir d’un échantillon que nous avons récolté, un triage pharmacologique a été réalisé par le laboratoire Roger-Bellon. Les essais pharmacologiques ont été effectués sur les éluats éthanoliques obtenus après filtration des différents extraits sur des résines amberlite échangeuses d’ions. Les extraits, préparés à partir des différentes parties de la plante, ne sont pas toxiques (tabl. IX).

L’extrait de feuille est faiblement spasmogène ; celui du bois de racine, légèrement inotrope et chronotrope+, est anti-inflammatoire, tandis que les écorces de racine diminuent la motilité ; les écorces de tige ont des propriétés analgésiques et anti-inflammatoires légères.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Tableau IX. Étude de la toxicité aiguë de différents extraits éthanoliques de Vataireopsis surinamensis

Tableau IX. Étude de la toxicité aiguë de différents extraits éthanoliques de Vataireopsis surinamensis

Zornia latifolia J. E. Smith var. latifolia

Noms vernaculaires

Créole : herbe canard, zerb canard [zèb-kanna], radié canard [radjé-kanna].

Wayãpi : —

Palikur : —.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune.

Collections de référence

Lescure 645 ; Moretti 183.

Emplois

Le suc de la plante dilué dans un peu d’eau est absorbé chez les Créoles pour calmer les inflammations intestinales.

Étymologie

Créole : « herbe canard », en raison de la forme des feuilles ressemblant à une patte de canard.

Famille Passifloraceae

Passiflora coccinea Aublet

Noms vernaculaires

Créole : liane serpent, pomme liane sauvage, pomme liane grand bois [ponm-yann-gran-bwa].

Wayãpi : mulukuya.

  • 34 Même nom et même usage pour Passiflora glandulosa Cav. (Moretti 1385 ; Grenand 1661) et pour Passif (...)

Palikur : wahitye akamnumã34.

Portugais : maracujá-poranga, maracujá-do-rato.

Écologie, morphologie

  • 35 Cette espèce, quelquefois consommée pour ses fruits, est abondante partout, aussi bien dans les vie (...)

Liane fine et rampante commune dans toute la Guyane35.

Collections de référence

Grenand 268, 502 ; Moretti 1384 ; Prévost 602.

Emplois

  • 36 Diverses passiflores sont utilisées à des fins médicinales : c'est le cas de Passiflora coccinea ou (...)

Chez les Wayãpi, la sève extraite des tiges écrasées est utilisée comme collyre pour soigner les conjonctivites36.

Chez les Palikur, les feuilles séchées et pilées avec les champignons wahitye ataibi (Polyporus sp.) sont brûlées avec de l’encens : la cendre frottée sur le corps est une protection contre les mauvais esprits.

Passiflora coccinea. Liane serpent à bractées et fleurs rouges

Passiflora coccinea. Liane serpent à bractées et fleurs rouges

Étymologie

Créole : pomme liane est l’un des termes employés pour désigner collectivement les passiflores ; pomme renvoie à la comestibilité du fruit.

Palikur : de wahitye, « mauvais esprit » et de akamnumã, forme en composition de kavunma, « liane Passiflora nitida ».

Chimie et pharmacologie

Cf. infra à Passiflora quadrangularis.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Passiflora laurifolia L.

Noms vernaculaires

Créole : marie tambour [mari-tanbou].

Wayãpi : tapulumale.

Palikur : mahiktamu.

Portugais : maracujá-comum.

Écologie, morphologie

Liane fine, aux fleurs superbes, commune en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 1203, 1791 ; Jacquemin 1837 ; Prévost 3637.

Emplois

Cette espèce, bien connue pour ses fruits consommés par de nombreuses populations d’Amérique tropicale, est utilisée également comme plante médicinale par les Palikur.

  • 37 Une utilisation similaire des racines est signalée par Le Cointe (1934) chez les Caboclos du bas Am (...)

La décoction des racines et des jeunes feuilles, consommée froide (ou tiède) et salée pendant trois jours, est un vermifuge énergique37. La même décoction prise en bain est antipaludique.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (5, 1969), les fruits verts renferment de l’acétone et un hétéroside cyanogénétique, qui disparaît à la maturation. Les feuilles contiennent également cet hétéroside dont la teneur décroît quand l’âge augmente. Les graines sont oléagineuses. D’après Wong (1976), les feuilles renferment une substance amère et des tanins.

Cf. également infra à Passiflora quadrangularis.

Passiflora laurifolia. Fruits délicieux de marie tambour

Passiflora laurifolia. Fruits délicieux de marie tambour

Passiflora laurifolia. Fleurs très odorantes de marie tambour

Passiflora laurifolia. Fleurs très odorantes de marie tambour

Passiflora nitida Kunth

Noms vernaculaires

Créole : kouzou [kouzou].

Wayãpi : —

Palikur : kavunma.

Portugais : maracujá-suspiro.

Écologie, morphologie

Liane rudérale parfois cultivée.

Collection de référence

Berton 250.

Emplois

Cette espèce, surtout appréciée pour sa comestibilité, est utilisée par les Palikur de la même façon que Passiflora laurifolia (Berton, 1997).

Passiflora nitida

Passiflora nitida

Passiflora quadrangularis L.

Noms vernaculaires

Créole : barbadine [babadin]

Wayãpi : —

Palikur —

Portugais : maracujá-açu.

Écologie, morphologie

Liane peu communément cultivée en Guyane.

Collections de référence

Moretti 304 ; Prévost 1921.

Emplois

  • 38 Ce fait a été signalé dans diverses régions d'Amérique tropicale, telle la Colombie (Garcia-Barrica (...)

La racine de cette liane, cultivée par les Créoles pour ses fruits comestibles, passe pour être très toxique38.

Chimie et pharmacologie

La faible teneur en alcaloïdes du type β-carboline (Allen et Holmstedt, 1980) ne peut à elle seule expliquer cette toxicité. Nous avons donc procédé à une évaluation de la toxicité aiguë sur la souris ; cet essai n’a pas révélé de toxicité particulière.

Cependant, nous avons aussi mis en évidence dans les racines des hétérosides cyanogénétiques. Ils libèrent par hydrolyse de l’acide cyanhydrique, ce qui pourrait, dans certaines circonstances, conduire à des intoxications. Des hétérosides cyanogénétiques du type linamarine ont déjà été signalés dans les feuilles de divers Passiflora (Fung et al, 1981).

Un mélange épimère de tétraphylline β-4-sulfate et épitétraphylline β-4-sulfate a été isolé de Passiflora caerulea L.

(Seigler et al, 1982). Les fruits verts des espèces de ce genre sont par ailleurs souvent toxiques, ce qui est dû également à une teneur plus élevée en hétérosides cyanogénétiques (Seigler et al, ibid.).

Passiflora quadrangularis

Passiflora quadrangularis

Famille Passifloraceae

Passiflora coccinea Aublet

Noms vernaculaires

Créole : liane serpent, pomme liane sauvage, pomme liane grand bois [ponm-yann-gran-bwa].

Wayãpi : mulukuya.

  • 39 Même nom et même usage pour Passiflora glandulosa Cav. (Moretti 1385 ; Grenand 1661) et pour Passif (...)

Palikur : wahitye akamnumã39.

Portugais : maracujá-poranga, maracujá-do-rato.

Écologie, morphologie

  • 40 Cette espèce, quelquefois consommée pour ses fruits, est abondante partout, aussi bien dans les vie (...)

Liane fine et rampante commune dans toute la Guyane40.

Collections de référence

Grenand 268, 502 ; Moretti 1384 ; Prévost 602.

Emplois

  • 41 Diverses passiflores sont utilisées à des fins médicinales : c'est le cas de Passiflora coccinea ou (...)

Chez les Wayãpi, la sève extraite des tiges écrasées est utilisée comme collyre pour soigner les conjonctivites41.

Chez les Palikur, les feuilles séchées et pilées avec les champignons wahitye ataibi (Polyporus sp.) sont brûlées avec de l’encens : la cendre frottée sur le corps est une protection contre les mauvais esprits.

Passiflora coccinea

Passiflora coccinea

Étymologie

Créole : pomme liane est l’un des termes employés pour désigner collectivement les passiflores ; pomme renvoie à la comestibilité du fruit.

Palikur : de wahitye, « mauvais esprit » et de akamnumã, forme en composition de kavunma, « liane Passiflora nitida ».

Chimie et pharmacologie

Cf. infra à Passiflora quadrangularis.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Passiflora laurifolia L.

Noms vernaculaires

Créole : marie tambour [mari-tanbou].

Wayãpi : tapulumale.

Palikur : mahiktamu.

Portugais : maracujá-comum.

Écologie, morphologie

Liane fine, aux fleurs superbes, commune en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 1203, 1791 ; Jacquemin 1837 ; Prévost 3637.

Emplois

Cette espèce, bien connue pour ses fruits consommés par de nombreuses populations d’Amérique tropicale, est utilisée également comme plante médicinale par les Palikur.

  • 42 Une utilisation similaire des racines est signalée par Le Cointe (1934) chez les Caboclos du bas Am (...)

La décoction des racines et des jeunes feuilles, consommée froide (ou tiède) et salée pendant trois jours, est un vermifuge énergique42. La même décoction prise en bain est antipaludique.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (5, 1969), les fruits verts renferment de l’acétone et un hétéroside cyanogénétique, qui disparaît à la maturation. Les feuilles contiennent également cet hétéroside dont la teneur décroît quand l’âge augmente. Les graines sont oléagineuses. D’après Wong (1976), les feuilles renferment une substance amère et des tanins.

Cf. également infra à Passiflora quadrangularis.

Passiflora laurifolia

Passiflora laurifolia

Passiflora nitida Kunth

Noms vernaculaires

Créole : kouzou [kouzou].

Wayãpi : —

Palikur : kavunma.

Portugais : maracujá-suspiro.

Écologie, morphologie

Liane rudérale parfois cultivée.

Collection de référence

Berton 250.

Emplois

Cette espèce, surtout appréciée pour sa comestibilité, est utilisée par les Palikur de la même façon que Passiflora laurifolia (Berton, 1997).

Passiflora nitida

Passiflora nitida

Passiflora quadrangularis L.

Noms vernaculaires

Créole : barbadine [babadin]

Wayãpi : —

Palikur —

Portugais : maracujá-açu.

Écologie, morphologie

Liane peu communément cultivée en Guyane.

Collections de référence

Moretti 304 ; Prévost 1921.

Emplois

  • 43 Ce fait a été signalé dans diverses régions d'Amérique tropicale, telle la Colombie (Garcia-Barrica (...)

La racine de cette liane, cultivée par les Créoles pour ses fruits comestibles, passe pour être très toxique43.

Chimie et pharmacologie

La faible teneur en alcaloïdes du type β-carboline (Allen et Holmstedt, 1980) ne peut à elle seule expliquer cette toxicité. Nous avons donc procédé à une évaluation de la toxicité aiguë sur la souris ; cet essai n’a pas révélé de toxicité particulière.

Cependant, nous avons aussi mis en évidence dans les racines des hétérosides cyanogénétiques. Ils libèrent par hydrolyse de l’acide cyanhydrique, ce qui pourrait, dans certaines circonstances, conduire à des intoxications. Des hétérosides cyanogénétiques du type linamarine ont déjà été signalés dans les feuilles de divers Passiflora (Fung et al, 1981).

Un mélange épimère de tétraphylline β-4-sulfate et épitétraphylline β-4-sulfate a été isolé de Passiflora caerulea L.

(Seigler et al, 1982). Les fruits verts des espèces de ce genre sont par ailleurs souvent toxiques, ce qui est dû également à une teneur plus élevée en hétérosides cyanogénétiques (Seigler et al, ibid.).

Passiflora quadrangularis

Passiflora quadrangularis

Famille Phytolaccaceae

Microtea debilis Swartz

Noms vernaculaires

Créole : alentou case [alantou-kaz], entoucase [antou-kaz], racine pistache.

Wayãpi : —

Palikur —

Portugais : erva-mijona.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale rampante de la région littorale.

Collections de référence

Grenand 3126 ; Jacquemin 1498 ;

Moretti 928 ; Prévost 3657.

Emplois

  • 44 Ce remède semble typique des Guyanes, puisqu'il est utilisé chez les Aluku pour soigner l'hypertens (...)

L’infusion préparée à partir de la plante entière préalablement écrasée constitue en médecine créole une boisson hypotensive et diurétique. Cette même préparation est également bue contre la grippe44.

Étymologie

Créole : alentou case et entoucase, de alentou et entou, « autour » et case, « maison », « autour de la maison » ; racine pistache, de racine, et pistache, « arachide » (Arachis hypogaea L., Papilionacées).

Chimie et pharmacologie

D’après Wong (1976), les plantes de cette famille renferment des saponines à effet expectorant et des bétacyanines.

Un puissant ligand du site récepteur Al de l’adénosine a été identifié (Hasrat et al, 1997). Il s’agit d’un hétéroside flavonique méthylé : la cirsimarine. Cette propriété peut expliquer l’usage de la plante dans le traitement de la protéinurie.

Petiveria alliacea L.

Noms vernaculaires

Créole : douvan douvan [douvan-douvan], radié pian [radjé-pian] (bas Oyapock).

Créole Antillais : arada, douvan nègre.

  • 45 Cette plante a été introduite par des Brésiliens, dans les années 1980, chez les Wayãpi de l'Oyapoc (...)

Wayãpi : miku ka’a45.

Palikur : kanayumna.

Portugais : mucura-caá.

Aluku : ndongu-ndongu.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune, sauf dans le sud de la Guyane.

Collections de référence

Berton 20 ; Jacquemin 2601 ;

Moretti 119,621, 1214 ; Prévost 3905.

Emplois

  • 46 En vérité, l’aire d'utilisation de cette espèce est très large en Amérique tropicale ; à titre d'ex (...)

Cette herbe bien connue des Créoles46 exhale, quand on la froisse, une odeur d’ail. Elle est utilisée pour éloigner les esprits d’un carbet (habitation) nouvellement construit : on boucane (production de fumée) la plante à l’intérieur du carbet. On dit aussi qu’elle chasse les chauves-souris.

À côté de son usage magique, cette plante connaît en Guyane, comme dans le reste de l’Amérique tropicale, des usages variés. Chez les Créoles, les feuilles prises en décoction traitent les douleurs musculaires et les rhumatismes. Froissées et inhalées, elles calment les céphalées ; la tisane de ses racines serait antispasmodique et fébrifuge. Les feuilles sont sudorifiques et calment la toux sèche en décoction. Certains guérisseurs du Maroni emploient cette plante, avec semble-t-il un certain succès, dans le traitement des plaies ulcéreuses ; les feuilles sont appliquées sur les plaies, soit une fois calcinées et réduites en poudre, soit après avoir été préalablement ramollies à la flamme. En bain, elle est employée comme insectifuge contre la gale. Chez les Palikur, la plante entière, froissée et enveloppée dans un petit paquet, est suspendue au cou des enfants pour les protéger des mauvais sorts.

Par ailleurs, préparée en bain, elle est utilisée pour soigner la coqueluche et la fièvre paludéenne. Pour d’autres usages en association, cf. Ayapana triplinervis (Astéracées) et Ertela trifolia (Rutacées).

Petiveria alliacea

Petiveria alliacea

Étymologie

Créole : radié pian, de radié, « plante » et pian, « sarigue » (Didelphis marsupialis), en raison de son odeur proche de celle du musc de cet animal

Wayãpi : mɨku ka’a, de mɨku, « sarigue » et ka’a, « plante », pour la même raison.

Chimie et pharmacologie

La plante renferme la trithiolaniacine, un produit disulfuré rappelant ceux présents dans le genre Allium (Adesogan, 1974).

Elle renferme aussi du nitrate de potassium, qui lui confère des propriétés diurétiques, et de l’isoarbonnol à l’état libre sous forme d’acétate et de cinnamate (Sievers et al, 1949). Les produits soufrés de cette plante ont des propriétés antimicrobiennes (Szczepanski et al, 1975). Les feuilles et les tiges contiennent de l’allantoïne, du benzaldéhyde et de l’acide benzoïque (Robineau et al, 1999).

À la suite des observations que nous avons faites sur l’emploi de cette plante pour traiter les ulcères, Delaveau et al. (1980) ont montré qu’elle stimule l’activité phagocytaire du système réticulo-endothélial. Le principe actif responsable de la stimulation de l’activité phagocytaire mise en évidence par Delaveau a été isolé : il s’agit du dibenzyltrisulfide (Williams et al. 1997).

Les propriétés anti-inflammatoires des feuilles ont été confirmées et justifient l’emploi, au moins en usage externe (cf. note 2), de cette espèce (Robineau et al, 1999).

Seguieria americana L.

Noms vernaculaires

Créole : —

  • 47 Lors d’une de nos enquêtes, le nom mokolo a aussi été appliqué à Celtis iguanaea (|acq.) Sarg. (Ulm (...)
  • 48 wɨlapa laɨ est plus communément attribué à un autre poison de chasse, Fevillea cordifolia (cf. Cucu (...)

Wayãpi : mokolo, wɨlapa laɨ4748.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane épineuse rare de la forêt primaire humide.

Collections de référence

Grenand 1117 ; Prévost et Grenand 892.

Emplois

  • 49 Le nom et l’usage s'appliquent également à Seguieria aculeata |acq. (Jacquemin 2346).

Cette plante peu connue et qui mériter ; sans doute une étude plus approfondie nous a été signalée par l’un de nos informateurs wayãpi pour avoir jadis ét utilisée comme poison de chasse : la racine et la tige étaient préparées de façon très proche de celle du curare (cf. Strychnos guianensis, Loganiacées)49.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Piperaceae

Peperomia graciena Görts

Noms vernaculaires

Créole feuille volé [féy-volé].

Wayãpi : tale’ɨ pile, pitau.

Palikur : —

Écologie, morphologie

  • 50 Espèce récemment décrite (1998) par A. Görts van Rijn à Utrecht.

Petite herbe aux feuilles en forme de disque peu commune, elle croît dans les lieux humides50.

Collections de référence

De Granville 2522 ;

  • 51 Nous avions préalablement identifié par erreur cet échantillon comme étant Hydrocotyle umbellata L. (...)

Grenand 21351, 1232,

Emplois

Cette plante est utilisée par les Wayãpi pour protéger l’enfant dont le père a violé un interdit de pêche sur le poisson aïmara (Hoplias aimara).

Seguieria americana

Seguieria americana

L’atteinte maléfique se caractérise par des courbatures et des pleurs et le charme protecteur (décoction de la plante entière) est administré en bain.

Étymologie

Wayãpi : tale’ɨ pile, de tale’ɨ, « poisson aïmara » et pile, « écaille », « écaille d’aïmara », en raison de l’aspect suggestif de la feuille.

Peperomia pellucida (L.) Kunth

Synonymie

Piper pellucidum L

Noms vernaculaires

Créole salade soldat, salade soda [salad-soda].

Créole antillais coquelariat, herbe à couresse.

Wayàpi —

Palikur : kraubimna nopsisa.

Aluku : konsaka wiwii.

Portugais : xibui, comida-de-jabuti, maria-mole.

Écologie, morphologie

Petite plante succulente, fréquente dans les lieux humides des zones rudéralisées où elle est parfois protégée.

Collections de référence

Berton 146 ; Jacquemin 1876 ; Kodjoed 4 ;

Moretti 109 ; Prévost 3635.

Emplois

  • 52 Ces usages, ainsi que d’autres, se retrouvent un peu partout en Amérique tropicale : en décoction, (...)

Cette plante que l’on peut consommer en salade est un des principaux remèdes utilisé par les Créoles : elle est vulnéraire en application locale et sa tisane rafraîchissante est considérée comme hypotensive ; additionnée d’un peu de lait, elle aurait une action bénéfique sur les affections buccales en général : gingivites, névralgies dentaires, etc.52.

Son usage comme plante rafraîchissante est passé chez les Palikur.

Peperomia pellucida

Peperomia pellucida

Étymologie

Créole : salade soldat, « salade du soldat », fait référence à la rusticité de ce légume. Palikur : kraubimna, « Kalanchoe pinnata (Crassulacées) » et nopsisa, « petite ».

Chimie et pharmacologie

Les propriétés analgésiques des parties aériennes ont été démontrées (Aziba et al., 2001). Elles seraient aussi antifongiques (Singh et al, 1983), cette propriété étant reliée aux huiles essentielles dont les composants majoritaires sont le dillapiole (39,7 %) et le trans-caryophyllène (10,7 %) (Silva et al., 1999).

Nous n’avons pas mis en évidence d’action hypotensive dans le lyophilisat de tisane préparée avec la plante fraîche (méthode de la Pharmacopée française, réalisée par l’équipe de C Poupat à l’ICSN-CNRS, Gif-sur-Yvette), cela malgré les nombreux témoignages dignes de foi qui accréditent cet usage.

Peperomia rotundifolia (L.) Kunth

Synonymies

Piper rotundifolium L. ;

Peperomia mummularifolia (Sw.) Kunth.

Noms vernaculaires

Créole : ti moron [ti-moron, ti-mourou].

Wayàpi : wɨla pita, wila pili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

  • 53 Cette plante aux feuilles petites, rondes et charnues tapisse les troncs pourris, couchés dans le s (...)

Petite plante épiphyte assez commune53.

Collections de référence

De Granville 2528 ; Jacquemin 1437 ; Sastre 4744.

Emplois

Les Créoles préparent avec les feuilles une décoction prise, soit comme antigrippal, soit comme antalgique contre les blesses.

En traitement plus long, la même préparation serait souveraine contre les crises d’asthme.

Peperomia rotundifolia

Peperomia rotundifolia
  • 54 Un usage identique a été observé chez les Yanomami du Brésil (Milliken et Albert, 1996) et chez les (...)

Les Wayãpi utilisent la sève extraite des feuilles écrasées en gouttes auriculaires pour calmer les maux d’oreille. Les feuilles croquées crues ou préparées en décoction sucrée au miel sauvage sont antitussives54.

Étymologie

Créole : ti moron, du français « petit mouron » (Anagallis spp., Primulacées).

Wayãpi : de wɨla, « arbre » et pila, « bouton » [de chemise], « bouton des arbres » en raison de la forme orbiculaire des feuilles ; wɨla pili, signifie « la plante parfumée des arbres » en raison de son parfum poivré.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Peperomia serpens (Swartz) J.-C. Loudon

Synonymies

Piper serpens Swartz ;

Peperomia scandens Ruiz et Pav.

Noms vernaculaires

Créole : grand moron [gran-moron,

gran-mourou],

Wayãpi : wɨla pita, wɨla pili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante épiphyte du sous-bois de la forêt primaire, plus rare que P. rotundifolia.

Collections de référence

Grenand 37, 1058 ; Jacquemin 1784 ; Lescure 462.

Emplois

Mêmes emplois que Peperomia rotundifolia. Les Wayãpi confondent les deux espèces alors que les Créoles les distinguent.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Peperomia spp.

Noms vernaculaires

Créole : ti moron [ti-moron, ti-mourou].

Wayàpi : talaku’a lemitɨ,

  • 55 Ces deux noms employés indifféremment recouvrent un groupe de Peperomia caractérisés par leurs feui (...)

talaku’a letãlewa55.

Palikur : —

Aluku : booko baka wiwii.

Écologie, morphologie

Plantes épiphytes communes en forêt primaire et en végétation ripicole vivant en symbiose avec diverses fourmis.

Collections de référence

Cf. ci-contre note 1.

Emplois

Ce groupe de grands Peperomia, plutôt homogène, est utilisé par les Wayàpi du haut Oyapock, soit en bain fébrifuge, soit en tampon frotté pour résorber les rates hypertrophiées liées au paludisme.

  • 56 De nombreux usages médicinaux des tiges feuillées ont été trouvés en Amazonie au cours de la derniè (...)

Dans le premier cas, les parties aériennes sont préparées en décoction ; dans le second, elles sont simplement froissées avant utilisation56.

Étymologie

Wayãpi : talaku’a letãlewa, de talaku’a, « fourmi cacao (Camponotus sp.) », letã, « habitation » et lewa, « avec », « [la plantel qui vit en association avec les fourmis cacao » ; talaku’a lemitɨ, de talaku’a, « fourmi cacao » et lemitɨ, « plantation », « la plantation des fourmis cacao ». Dans les deux cas, l’accent est mis sur l’écologie de ces plantes.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Peperomia serpens

Peperomia serpens

Piper augustum Rudge

Noms vernaculaires

Créole : riz chien.

Wayãpi : tapi’i layɨwẽ.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste élancé commun en forêt secondaire et dans le sous-bois de la forêt primaire humide.

Collections de référence

De Granville et Tiburce 1166 ; Grenand 351, Lescure 316 ; Moretti 774.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette espèce pour soigner les hernies. Pour ce faire, ils coupent les gros rameaux au niveau des noeuds proéminents et en compriment les hernies. Une autre technique consiste à enfoncer dans le nombril un tampon fait de tige finement grattée.

  • 57 Ces usages s’appliquent aussi à divers Piper arbustifs dont les principaux sont P. dumosum, P. obli (...)

Outre leur effet mécanique, ces remèdes sont censés avoir une action résolutive, puisque les Wayãpi disent qu’ils absorbent les hernies57.

Étymologie

Wayãpi : de tapi’i, « tapir » et layɨwẽ, « neveu », « le neveu du tapir », parce qu’il pousse dans des zones où se bauge le tapir

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Piper dumosun Rudge

Synonymie

Piper adenaphorum C. DC.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yalɨ taku’ã, yakami lenɨpɨ’ã.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste assez commun en forêt secondaire et dans le sous-bois de la forêt primaire humide.

Collections de référence

Grenand 733 ;

Jacquemin 1 556, 1685 ;

Prévost et Grenand 1958.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette espèce de la même façon et pour la même affection que Piper augustum.

Étymologie

Wayãpi : yalɨ taku’ã, de yalɨ, « fleuve Jari » et taku’à, « galet », « les galets du Jari ».

La raison de cette dénomination demeure pour nous obscure ; yakami lenɨpɨ’ã, de yakami, « agami » (Psophia crepitans) et enɨpɨ’à, « genou », « genou de l’agami » en raison des tiges noueuses ressemblant aux pattes de cet oiseau.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Piper marginatum Jacq., var. marginatum

Noms vernaculaires

Créole : ti bombe [ti-bonm], feuille bombe [féy-bonm].

Wayãpi : —

Palikur : utiuti kamwi.

Portugais : pimenta-do-mato, Santa-Bárbara.

Écologie, morphologie

Arbrisseau commun dans les zones rudérales ombragées de basse Guyane.

Collections de référence

Grenand 1614 ; lacquemin 1484, 1870, 1951 ;

Prévost 3633.

Emplois

  • 58 Au Surinam, d’après Hegnauer (5, 1969), les feuilles sont utilisées comme compresse. Nous avons con (...)
  • 59 D'après Lemée (I et IV, 1955 et 1956), cette plante prise en infusion est dotée de propriétés stoma (...)

La décoction des feuilles est utilisée par les Créoles en bain et en friction pour calmer les démangeaisons, dues aux piqûres d’insecte, ou liées aux éruptions cutanées58. Certains Palikur disent que cette espèce peut être utilisée comme Potomorphe peltata (cf. infra dans les Pipéracées)59.

Étymologie

Créole : ti bombe, « petit baume », les feuilles dégagent une forte odeur de pastis quand on les froisse ; cf. aussi Pothomorphe peltata. Palikur : utiuti, « arbuste Potomorphe peltata » et kamwi, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

L’étude que nous avons entreprise avec l’équipe de Paris et Tillequin a montré que les parties aériennes de cette plante renferment 3 % d’une huile essentielle où ont été caractérisés : α et β-pinène, limonène, π-cymène, cinéol et β-eudesmol, des dérivés de l’eugénol (méthyleugénol et méthylisoeugénol) et enfin de l’anéthol (environ 40 % de l’essence) (Foungbe et al, 1976). D’autres sources brésiliennes non vérifiées font état d’une huile essentielle riche en safrol. L’équipe de Tillequin a aussi mis en évidence dans les feuilles deux c-glycosyl flavones : la vitexine et un corps nouveau, le marginatoside (Tillequin et al, 1978). D’après Frischkorn et Frischkorn (1978), les huiles extraites des feuilles et des fruits suppriment en un quart d’heure 90 à 96 % des cercaires (Schistosoma mansoni) responsables de la bilharziose chez l’homme.

Piper obliguum Ruiz et Pav.

Synonymies

Piper saramaccanum Yunck. ;

Piper submelanostictum (C. DC.) var amelanostictum Yuncker.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : tapi’i layɨwẽ, yalɨ taku’ã.

  • 60 Le nom et les usages s'appliquent aussi à Piper hispidum Swartz (Berton 149, 215).

Palikur : kaubavan60.

Écologie, morphologie

Arbuste du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville et Burgot 5213 ;

Grenand 1896 ; Lescure 315.

Emplois

Les Palikur utilisent les feuilles de cette plante soit en association avec Potomorphe peltata (Pipéracées) ou Stachytarpheta cayennensis (Verbénacées), soit seules en bain contre les étourdissements (vertiges) ou les accès fébriles. Les bains sont préparés à partir de décoctions longues des rameaux feuillus.

Même nom Wayãpi et même emploi que Piper augustum.

Étymologie

Palikur : kaubavan vient de kurub, « oiseau Crotophaga ani » et aβan, « plante, feuille ».

Piper oblongifolium (Klotzsch) C. DC.

Noms vernaculaires

Créole : radié paopao [radjé-paopao] (St-Georges).

Wayãpi : yemɨlã.

Palikur : kaboye.

Portugais : nhambi.

Écologie, morphologie

  • 61 Cette espèce semble particulièrement typique du bassin de l'Oyapock où elle forme des petits peuple (...)

Arbrisseau rare du sous-bois de la forêt primaire humide61.

Collections de référence

Grenand 36, 277 ; Haxaire 476 ;

Moretti et Damas 137.

Emplois

La sève contenue dans les racines et le collet de cette espèce a une saveur particulièrement brûlante. Ce fait, également partagé par d’autres Pipéracées américaines, n’a pas échappé aux Amérindiens de Guyane.

  • 62 Cette espèce, ainsi que P. alatabacum et P. bartlingianum, dont les propriétés n'avaient jamais été (...)

Chez les Wayãpi, la tige et la racine écrasées sont frottées sur les dents et les gencives en guise d’analgésique dentaire. On peut également utiliser aux mêmes fins l’écorce grattée ou tout simplement mâchonner les tiges et les racines. La puissance du remède et le goût brûlant du suc décroissent des racines vers les feuilles. Les tiges et les racines écrasées sont également enfoncées dans le nez des chiens de chasse pour exciter leur odorat. Les mêmes parties de la plante entrent enfin dans la préparation du curare (cf. Strychnos guianensis, Loganiacées)62.

Chez les Palikur, hormis le rôle joué dans la préparation du curare, on retrouve des utilisations du même ordre avec pourtant, des préparations et applications un peu différentes. Pour soigner les rages de dent, ces Amérindiens n’appliquent, avec un coton, que deux ou trois gouttes d’un liquide obtenu à partir d’un broyat de la plante entière dans un peu d’eau.

  • 63 Le jus d’une petite Pipéracée, Piper consanguineum Kunth, est appliqué chez les Waimiri-Atroari sur (...)

Pour dresser un chien à la chasse, on prépare une grande macération à base de plantes entières broyées ou une décoction à laquelle on ajoute les racines de Spigelia multispica (Loganiacées) et on asperge la bête à l’aide d’une calebasse ; l’immerger dans l’un des bains pourrait entraîner sa mort. On complète le dressage en instillant deux gouttes de l’une des préparations dans chaque narine. Ce dernier usage est également connu de quelques chasseurs créoles de l’Oyapock. Enfin, la macération des feuilles est utilisée en bain contre les poux d’agouti et autres parasites de la peau63.

Les Palikur en font aussi un charme pour pacifier les personnes avec qui l’on est en conflit.

Chimie et pharmacologie

La présence assez générale dans le genre Piper d’amides ayant des propriétés narcotiques et paralysantes sur la muqueuse buccale peut être corrélée avec l’usage de cette espèce comme anesthésiant buccal. La pipérovatine, aux propriétés anesthésiantes, a été isolée des racines de Ottonia frutescens Trel. (Pipéracées).

Il y a tout lieu de croire que ce type de composés est largement répandu dans cette famille.

La pipérovatine a une action anesthésiante assez fugace ; elle provoque une salivation, ce qui représente certainement un handicap 2 cm pour son usage en odontologie (Makapugay et al., 1983).

Piper trichoneuron (Miq.) C. DC.

Synonymie

Piper gleasonii Yunck.

Écologie, morphologie

Arbuste à petit arbre de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville 401, 2505.

Noms vernaculaires et emplois

Mêmes noms Wayãpi et même utilisation que Piper dumosum et Piper augustum.

Pothomorphe peltata (L.) Miq.

Synonymies

Piper peltatum L. ;

Peperomia peltata (L.) A. Dietr.

Noms vernaculaires

Créole : feuille bombe [gran-bonm], grande feuille bombe [ti-bonm-gran-féy].

Wayãpi : ayãpalatolo.

Palikur : utiuti, utiutivie.

Portugais : caá-peba.

Écologie, morphologie

Grande herbe rudérale reconnaissable à ses grandes feuilles rondes, peltées, dégageant une odeur forte lorsqu’on les froisse.

Collections de référence

Grenand 667, 1675,2131 ; Moretti 106

Prévost 4207.

Emplois

Les compresses de feuilles trempées dans l’eau tiède, en application prolongée sur la tête, seraient selon les Créoles antinévralgiques. Cet usage externe des feuilles contre les céphalées semble d’ailleurs général chez les populations créoles de l’arc caraïbe et ressort de façon significative des enquêtes semi-quantitatives menées en Amérique centrale et dans les Caraïbes, dans le cadre du programme Tramil. L’infusion des feuilles est également sudorifique.

Chez les Palikur, la macération des feuilles et des tiges écrasées, associée à celle de Piper obliguum (cf. supra) est aussi utilisée contre les céphalées. La décoction des feuilles préparées seule est bue contre la diarrhée et les troubles hépatiques.

Étymologie

Créole : feuille bomb ou grande feuille bomb, de feuille et bomb, altération du français « baume », l’appellation plus ancienne étant grand baume.

Wayãpi : ayãpalatolo de ayã, « mauvais esprit », palapi, « plat » et tolo, « ébréché », en raison de la forme et l’aspect de la feuille.

Chimie et pharmacologie

Cette plante renferme une huile essentielle, de la chavicine, de la pipérine et des lignanes (Hegnauer, 5, 1969). L’huile essentielle est composée des sesquiterpènes suivants : β-caryophyllène (39 %), α-humulène (6.4 %), germacrène-d (8,7 %), (e)-nérolidol (11,7 %) et caryophyllène (7,2 %) (Luz et ai, 1999).

  • 64 Potomorphe peltata est abondamment utilisée par les médecines populaires d’Amérique tropicale : à T (...)

Des dérivés cytotoxiques du catéchol ont été isolés ; ce sont des inhibiteurs de la topisomerase 1 (Mongelli et ai, 1999). Cette espèce est aussi fréquemment utilisée en Amérique latine comme antipaludique et antileishmanienne, sans que ces activités aient été clairement établies64.

Les travaux publiés sur ses propriétés antipaludiques dont nous avons connaissance sont discutables en raison des doses utilisées ou des expériences réalisées, limitées aux essais in vitro (Adami et al., 1998).

Piper trichoneuron

Piper trichoneuron

Famille Plantaginaceae

Plantago major L.

Noms vernaculaires

Créole : plantain [planten].

Wayãpi ; —

Palikur : —

Portugais : tançagem.

Écologie, morphologie

Espèce rudérale cosmopolite, naturalisée en Guyane.

Collection de référence

Jacquemin 1500.

Emplois

En médecine créole, les feuilles ou éventuellement les graines, sont d’abord exposées à la chaleur du feu puis pressées pour en extraire le jus que l’on instille dans les yeux pour calmer les irritations dues à un traumatisme ou à une conjonctivite.

La décoction des feuilles mélangées avec celles de poudre aux vers (cf. Chenopodium ambrosioides, Chénopodiacées) est consommée par les femmes pour atténuer les troubles dus à la ménopause. Ce breuvage préserverait également de la congestion et permettrait de combattre le diabète.

  • 65 L’usage des feuilles connu dans la campagne française, comme dans le Morvan par exemple, pour soign (...)

Les habitants de Saül d’origine sainte-lucienne appliquent les jeunes feuilles, dilacérées et écrasées, sur les ulcères leishmaniens. Ce traitement doit être renouvelé plusieurs fois par jour65.

Chimie et pharmacologie

Les drogues appartenant à ce genre sont, par leur mucilage, employées dans le monde entier pour leurs propriétés émollientes et laxatives. Le mucilage leur confère aussi des propriétés anti-inflammatoires.

Famille Poaceae

Bambusa vulgaris Schrad. ex. J. C. Wendl.

Noms vernaculaires

Créole : bambou [banbou].

Wayãpi : ilipala.

Palikur : iwiβra.

Kali’na : ilipala.

Écologie, morphologie

Grands chaumes ligneux.

  • 66 Ce bambou, introduit d'Asie très anciennement puisque qu'il possède un nom spécifique dans les lang (...)

Cette espèce est cultivée ou subspontanée,66

Emplois

Les chaumes secs sont recommandés en basse Guyane pour faire des feux crépusculaires dégageant une fumée acide qui chasse les moustiques.

Chez les Palikur, ce bambou est utilisé en association avec d’autres plantes médicinales (cf Bidens spp., Astéracées).

  • 67 De très nombreux usages médicinaux, pour soigner le paludisme, les problèmes cardio-vasculaires, po (...)

Enfin, les jeunes pousses écrasées et malaxées dans l’eau donnent une pâte utilisée pour protéger la peau contre les coups de soleil67.

Cymbopogon citratus (DC.) Stapf.

Synonymie

Andropogon titrants DC.

Noms vernaculaires

Créole : citronnelle [sitronèl].

Wayãpi : asikalu pili.

Palikur : sikumna.

Français : citronnelle.

Portugais : capim-santo.

Écologie, morphologie

Plante herbacée en touffe, originaire d’Asie tropicale, communément cultivée. Des feuilles froissées, émane une forte odeur de citron.

Emplois

  • 68 Au Brésil, la décoction d’une espèce proche (Andropogon schoenanthus L.) est prise pour soigner les (...)

Cette graminée aromatique est connue dans tout le monde tropical pour son infusion digestive68. L’essence est insectifuge.

  • 69 L'usage pour soigner la grippe et la fièvre semble généralisé : il a été trouvé chez les Caboclos d (...)

Chez les Créoles contemporains aussi bien que chez les Wayãpi et les Palikur, la décoction des feuilles est bue contre la fièvre, les maux de gorge et les symptômes grippaux en général69. Les Créoles préparent un bain avec la décoction des feuilles de citronnelle pour laver le corps des morts afin d’en chasser la crasse (au propre comme au figuré] et le mauvais esprit.

Selon Berton (1997), chez les Palikur, un bain de tête préparé avec la macération des feuilles soulage les céphalées.

Enfin, selon des enquêtes récentes, les Palikur préparent une macération avec la citronnelle et Eleusine indica. Poacées (cf. infra, pour une autre préparation) qui, en shampooing, permet de stopper la chute des cheveux.

Étymologie

Créole : citronnelle, de citron, en raison de son parfum spécifique.

Wayãpi : asikalu, « canne à sucre », en raison du port similaire, et pili, « plante parfumée ». Palikur : siku, « canne à sucre », et mna, « feuille ».

Chimie et pharmacologie

La plante fraîche fournit de 0,5 à 0,7 % d’huile essentielle jaune et transparente dont les composants majeurs sont le géranial (α-citral) et le néral (ou β-citral).

La présence de triterpénoïdes (cymbopogone et cymbopogonol) a également été mise en évidence (Robineau et al, 1999).

Eleusine indica (L.) Gaertn.

Synonymie

Cynosurus indicus L.

Noms vernaculaires

Créole : pied poule [pié-poul].

Wayãpi : masakala pi.

Palikur : takaak awak.

Portugais : pé-de-galinha.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune.

Collections de référence

Berton 9 ; Grenand 412 ; Moretti 273.

Emplois

  • 70 Cet usage, ainsi que celui de soigner la cystite et la pneumonie, est signalé de Trinidad (Wong, 19 (...)

La tisane de cette herbe envahissante est, pour les Créoles, apéritive et rafraîchissante70.

Elle serait aussi antidiarrhéique.

  • 71 L'usage capillaire (pour prévenir la calvitie) a été observé chez les Caboclos du bas Amazone et da (...)

Chez les Palikur, cette espèce, ainsi que les feuilles de roseau à flèche (Gynérium sagittatum, cf. infra), servent à préparer en décoction un shampooing pour rendre les cheveux soyeux et brillants (Berton, 1997)71. Pour un autre usage cf. Bonafousia angulata (Apocynacées).

Étymologie

Créole, Wayãpi et Palikur : dans ces trois langues, les noms vernaculaires signifient « patte de poule », en raison de la disposition des épis

Chimie et pharmacologie

Cette Poacée renfermerait des hétérosides cyanogénétiques (Puentes de Diaz ét al, 1978).

Guadua latifolia (Humb. et Bonpl.) Kunth

Synonymie

  • 72 Les bambous croissant en Cuyane restent actuellement difficiles à identifier, essentiellement en ra (...)

Bambusa latifolia Humb. et Bonpl.72.

Noms vernaculaires

Créole : coumouri [koumouri].

Wayãpi : kulumuli.

Palikur : kuumwi, tuem.

Portugais : taquara-açu.

Écologie, morphologie

  • 73 Ce bambou pousse en grandes formations monospécifiques soit au bord des cours d'eau, soit à flanc d (...)

Grands chaumes ligneux ; espèce commune partout73.

Collections de référence

Grenand 1737 ; Jacquemin 1617, 1727.

Emplois

Cette espèce est utilisée par les Wayãpi et les Palikur pour tailler des pointes de flèche lancéolées, classiquement réservées à la chasse au gros gibier. Les deux ethnies affirment que ce bambou est naturellement empoisonné, en particulier le léger tomentum qui recouvre le chaume.

Elles insistent sur le fait qu’il favorise un écoulement ininterrompu du sang (propriétés anticoagulantes ?), affaiblissant peu à peu l’animal traqué par le chasseur. Des indications concernant la toxicité des bambous ont déjà été relevées anciennement par divers voyageurs et chroniqueurs : par Gumilla pour une espèce indéterminée chez les Amérindiens de l’Orénoque et par Barrington-Brown, puis par les frères Schomburgk chez les Makushi de Guyana (Roth, 1924) pour ce même Guadua latifolia.

Chez les Wayãpi, ce bambou, associé à d’autres espèces est, en outre, le « contre-poison » spécifique des maléfices envoyés sous forme de laya (cf. Caladium, Aracées).

Pour ce faire, on allume généralement sous le hamac du malade enfermé sous sa moustiquaire un petit feu sur lequel on pose une marmite pleine d’eau dans laquelle on dispose un paquet fait d’une grande feuille de kuyu (Solanum sessiliflorum Dunal, Solanacées) contenant des jeunes pousses de bambou, des feuilles de kulumuli ka’a (Panicum mertensii Roth, Poacées), de pulupululi (Dieffenbachia seguine, Aracées), de roseau à flèche (Gynérium sagittatum (Aubl.) P. Beauv., Poacées) et de uluwalo (Marantacée indéterminée), le tout soigneusement écrasé.

Lorsque l’eau bout, on crève le paquet et une épaisse vapeur enveloppe alors le malade, provoquant une forte transpiration qui est considérée comme l’extériorisation des fluides pernicieux. Le liquide restant, mis à tiédir, sert à laver le corps du patient. Les résidus sont jetés au soleil levant. On dit alors que le mauvais sort incarné dans le taya et qualifié de poison, repart vers celui qui l’avait envoyé. Ce rituel peut être appliqué sans l’intervention d’un chamane.

Enfin, chez les Palikur, on prépare en macération les jeunes pousses écrasées auxquelles on ajoute trois pétioles de feuilles de roucou (cf. Bixa orellana, Bixacées) : ce remède utilisé en collyre permet de fortifier la vue.

Chimie et pharmacologie

Le laboratoire Roger-Bellon n’a pas trouvé, dans les tests mis en oeuvre sur les échantillons que nous avons récoltés, d’action anticoagulante, 19 heures après le traitement à 250 et 500 mg/kg par voie intrapéritonéale. Cependant, les extraits semblent contenir une coumarine qui pourrait expliquer l’activité mentionnée (Forgacs et al., 1983).

Gynerium sagittatum (Aubl.) P. Beauv.

Synonymie

Saccharum sagittatum Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : roseau à flèche [flèch].

Wayãpi : wɨwa.

Palikur : yakot.

Portugais : uba, flecha-verdadeira.

Écologie, morphologie

  • 74 L'usage le plus fréquent chez les Amérindiens est bien sûr la fabrication des hampes de flèche de c (...)

Grande plante herbacée rudérale souvent plantée chez les Amérindiens74.

Collections de référence

Haxaire 1064 ; Jacquemin 1726 ;

Ouhoud-Renoux 29.

Emplois

Chez les Wayãpi, le fil d’un fragment de hampe florale coupé en deux dans le sens de la longueur sert à trancher le cordon ombilical des nouveau-nés.

Pour un autre usage, cf. supra Guadua latifolia. Outre un usage capillaire (cf. supra Eleusine indica), les Palikur préparent en décoction un contraceptif avec les jeunes pousses écrasées. La tisane est absorbée par les femmes en cas de besoin pendant quelques jours, matin, midi et soir.

  • 75 Les Mosetene de Bolivie utilisent la moelle préparée en tisane pour traiter les parasites intestina (...)

Une consommation permanente risquerait d’entraîner la stérilité75.

Paspalum conjugatum Berg.

Noms vernaculaires

Créole : courente [kourant].

Wayãpi : —

Palikur : pamatka.

Portugais : capim-de-marreca.

Écologie, morphologie

Plante herbacée rudérale très commune.

Collection de référence

Grenand 2076.

Emplois

  • 76 Nous avons trouvé peu de plantes médicinales parmi les petites graminées de Guyane.
    En revanche une (...)

Chez les Palikur, cette herbe est associée à d’autres plantes pour dresser les chiens de chasse (cf. Caryocar microcarpum, Caryocaracées)76. La même espèce préparée en macération est utilisée en shampooings répétés pour favoriser la croissance des cheveux et lutter contre leur chute

Chimie et pharmacologie

Cette Poacée renfermerait des hétérosides cyanogénétiques (Puentes de Diaz et al., 1978).

Vetiveria zizanoides (L.) Nash

Synonymies

Andropogon squarrosus non L.f. sensu Pulle ; Phalaris zizanoides L.

Noms vernaculaires

  • 77 Le terme patchouli s'applique en premier lieu à une Lamiacée odoriférante, Pogostemon patchouli Pel (...)

Créole : patchouli, vétiver [vétivèr]77.

Wayãpi : —

Palikur : —

Français : vétiver.

Portugais : cheiro-do-Para.

Écologie, morphologie

Herbe cultivée, sans doute introduite en Guyane.

Collection de référence

Moretti 117.

Emplois

Les Créoles prennent sous forme de bain cette herbe aromatique en cas de fièvre.

Chimie et pharmacologie

Les racines fournissent une huile essentielle de grande importance en parfumerie.

Sa composition, avec plus de 150 composés sesquiterpéniques identifiés, dépend beaucoup de l’origine géographique. Les α et β vétivones en constituent l’empreinte chimique caractéristique (Paris et Moyse, 1971).

Zea mays L.

Noms vernaculaires

Créole : mi.

Wayãpi : awasi.

Palikur : maiki.

Français : maïs.

Portugais : milho.

Collection de référence

Haxaire 775.

Emplois

La culture de cette espèce à des fins alimentaires est répandue partout en Guyane.

Selon le Dr Richard (1937), l’infusion des barbes de maïs vert servaient chez les mineurs créoles à soigner l’hématurie (sang dans les urines).

Les Palikur nous ont indiqué que les barbes sèches des épis servent à préparer des tisanes apaisantes pour les personnes nerveuses et plus particulièrement les femmes.

Berton (1997) indique par ailleurs, que les barbes de maïs associées à l’écorce de Mangifera indica (Anacardiacées) servent chez les Palikur, à préparer une décoction bue contre les infections urinaires.

Étymologie

Créole : les Créoles guyanais conservent le terme le plus ancien mi, « mil », par lequel le maïs fut d’abord désigné en France au XVIe siècle.

Famille Polygalaceae

Securidaca paniculata L. C. Rich.

Synonymie

Securidaca hostmannii Miq.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : silikale ipo.

Palikur : maye βie.

Portugais : cumandaí.

Écologie, morphologie

Liane assez commune en forêt secondaire et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 499, 711 ; Jacquemin 1607, 1900 ;

Prévost 1382.

Emplois

Chez les Wayãpi, la pellicule interne de l’écorce adhérant à la partie ligneuse des tiges est préparée en décoction comme analgésique dentaire (rages de dent) et utilisée en lavement buccal ; son goût est réputé pour son amertume.

  • 78 Les Palikur utilisent aux mêmes fins l'espèce Securidaca pubescens DC. (Moretti 1300 ; Prévost 1375 (...)

Les Palikur utilisent en application locale la sève brûlante extraite des feuilles pressées pour soigner une dermatose caractérisée par des taches sur le visage et le corps (kunk)78.

Étymologie

Wayãpi : silikale ipo, de silikale, désignant à la fois « une cigale » et « un esprit féminin qui ensorcelle les chasseurs » et ipo. « liane ». Palikur de Maye, nom d’une ethnie éteinte ayant habité le nord de l’Amapá (Brésil) et βie, « remède ».

Cette ethnie aurait donné ce remède aux Palikur. Notons qu’un jésuite du XVIIIe siècle, le père Fauque, signale que les Mayé étaient chroniquement atteints de dermatoses.

Chimie et pharmacologie

Hegnauer (5, 1969) signale la présence de saponines dans le genre Securidaca.

Ce sont des hétérosides de l’acide oléanoïque qui ont des propriétés anti-inflammatoires (Hostettmann et Marston, 1995).

Le laboratoire Roger-Bellon n’a pas trouvé d’activité antiamibienne, antifongique et antibactérienne dans les extraits de feuille, de tige et de racine. L’extrait de racine exerce une légère potentialisation de l’acétylcholine, avec une faible toxicité (30 < dl 50 < 100 mg/kg par voie intraveineuse et dl 0 ≥ ; 1000 mg/kg par voie orale). L’infusion de tige présente une dl 50 = 65 mg/kg.

En anesthésie locale, le résultat est négatif pour une préparation à 2 % en infusat.

On observe cependant un effet analgésique à forte dose, 200 mg et une légère vasoconstriction à 10-5 - 10-6 (Forgacs et ai, 1983).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Paspalum conjugatum

Paspalum conjugatum

Famille Polygonaceae

Coccoloba gymnorrachis Sandw.

Noms vernaculaires

Créole : —

  • 79 Les Wayãpi donnent le même nom et attribuent le même usage à Coccoloba marginaux Benth. (Grenand 17 (...)

Wayãpi : taitetu leikwalẽ, taitetu kãsĩ79

Palikur : —

Écologie, morphologie

Grosse liane peu commune de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 691.

Emplois

  • 80 Divers Coccoloba servent de charmes de chasse pour la tortue terrestre (Geochelene denticulata) et (...)

Les Wayãpi se servent de la macération des tiges écrasées pour protéger les enfants après la violation par leur père d’un interdit de chasse sur le pécari à collier (risque de dysenterie)80.

Étymologie

Wayãpi : taitetu leikwalẽ, de taitetu, « pécari à collier » (Tayassus tajacu), eikwa, « cul » et lẽ, « mauvaise odeur », « le cul puant du pécari à collier » ; taitetu kãsĩ, de taitetu, « pécari à collier » et kãsĩ, « musc ».

Ces noms renvoient à l’odeur désagréable se dégageant des tiges et rameaux coupés, comparée à celle de la glande de l’animal.

Polygonum acuminatum Kunth

Noms vernaculaires

Créole radié crapaud d’I’eau [radjé-krapo-dilo]

Wayãpi : —

Palikur : maraenti.

Écologie, morphologie

Herbe aquatique commune, typique des marais de basse Guyane.

Collections de référence

Grenand 1631 ; Moretti 75.

Emplois

  • 81 Le Cointe (1934) signale l'utilisation en Amazonie d'une espèce proche, Polygonum acre Kunth., comm (...)

Les Palikur préparent avec la sève extraite des tiges écrasées dans de l’eau chaude un gel qui précipite au bout d’une heure ou deux. On l’utilise soit en collyre contre les inflammations ophtalmiques, soit en gouttes contre les douleurs auriculaires81.

Étymologie

Créole : de radié crapaud, cf. Commélinacées et de l’eau en raison de son habitat.

Les espèces se ressemblent beaucoup.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Pontederiaceae

Eichhornia crassipes (Mart.) Solms- Laubach

Synonymie

Heteranthera formosa Miq.

Noms vernaculaires

Créole : zoreille bourrique [zòrè-bourik, zoréy-bourik].

Wayãpi : polelo, timãuya.

Palikur : du aβan.

Français : jacinthe d’eau.

Portugais : aguapé.

Écologie, morphologie

Plante aquatique flottante des marais et des biefs calmes des grands cours d’eau.

Collections de référence

Grenand 1002, 1887bis.

Emplois

  • 82 Il est remarquable que cette espèce soit utilisée dans une région où elle est peu commune, alors qu (...)

Chez les Wayãpi, les pétioles renflés servant de flotteurs à la plante sont préparés en décoction et utilisés en bain fébrifuge, dans le haut Oyapock et bus, comme antidiarrhéique, dans le moyen Oyapock82. Pour l’utilisation symbolique comme fortifiant chez les enfants, cf. Cissus tuberosa (Vitacées).

Étymologie

Créole : zoreille bourrique, « oreille d’âne », en raison de la forme de la feuille.

Wayãpi : polelo, de pole, « arbre Senna alata (Caesalpiniacées) » et o, « feuille », « feuille de Senna alata » à cause de la ressemblance des feuilles des deux espèces ; timãuya, de timã, « jambe », u, « grosse » et ya, « maître », « maître des grosses jambes », en raison de son utilisation comme fortifiant. Palikur : du, de duway, « poisson-feuille (Polycentrus schomburgkii) » et aβan, « plante, feuille ».

Coccoloba gymnorrachis

Coccoloba gymnorrachis

Famille Portulacaceae

Portulaca oleracea L.

Noms vernaculaires

  • 83 Aux Antilles françaises, on donne le nom de pourpier, pourpier bord de mer, pourpier amer, etc., à (...)

Créole : pourpier, croupier [kroupié]83, porcelaine [paoslenn] (Mana).

Wayãpi : akusi nami.

Palikur : kropie aβan, kupieraβan.

Français : pourpier.

Portugais : beldroega.

Aluku poseen

Écologie, morphologie

Herbacée succulente, prostrée, cosmopolite, souvent protégée et même cultivée.

Collections de référence

Ducatillon et Gély 49 ; Berton 222 ;

Grenand 1470 ; Prévost 4433.

Portulaca oleracea

Portulaca oleracea

Emplois

Espèce rudérale mondialement connue pour ses propriétés médicinales.

Les Créoles en font une tisane antidiabétique et digestive.

La plante entière est employée comme émollient : broyée et mélangée à de la graisse ou de l’huile, elle sert à préparer un onguent que l’on applique en friction sur les entorses ou déchirures musculaires.

On prépare aussi avec cette plante un rafraîchi qui se prend avant une purge. Cette préparation diminuerait les fuites albuminuriques.

Les Palikur consomment les feuilles et les tiges de cette plante rafraîchissante, écrasées et délayées dans un peu d’eau (liquide gluant) comme hypotensif et pour calmer les excitations sexuelles.

  • 84 Chez les Aluku, cette espèce est utilisée différemment en massage contre les fractures, pour soigne (...)

En cataplasme, les feuilles fraîches écrasées sont appliquées sur le front et la poitrine comme fébrifuge84.

Étymologie

Créole : croupier, altération du français « pourpier ». Wayãpi, de akusi, « agouti » et nami, « oreille », « oreille d’agouti ».

Il s’agit d’un néologisme récent

Palikur ; kropie ou kupie, du créole « croupier » et aβan, « plante ou herbe ».

Chimie et pharmacologie

Cette espèce est riche en noradrénaline (Smith, 1977a et b) et aurait des propriétés hypoglycémiantes (Bouquet et Debray, 1974).

Portulaca spp.

  • 85 Ces noms vernaculaires regroupent plusieurs espèces assez semblables et difficiles à identifier com (...)

Noms vernaculaires85

Créole : chevalier onze heures [chévalié-onzèr].

Wayãpi tui

Palikur : kropie aβan kwikwiye.

Portugais : amor-crescido.

Écologie, morphologie

Petites herbes buissonnantes, à fleurs mauves ou jaunes fréquemment cultivées.

Collections de référence

Moretti 1367, 1380, Ouhoud-Renoux 46 ;

Prévost 1325, 3924.

Emplois

Les Créoles emploient la tisane de la plante entière légèrement salée pour soigner les hernies et lorsqu’ils attrapent une imprudence (cf. 2e partie, p. 50).

Ce remède est essentiellement le fait des habitants d’origine sainte-lucienne de Saül et de Maripasoula.

Les Wayãpi écrasent la plante entière et la frottent sur les foulures pour en apaiser la douleur. Pour les Palikur, les usages sont identiques à ceux de Portulaca oleracea.

Étymologie

Palikur : de kropie aβan, cf. ci-dessus et kwikwiye, « [jaune] comme les fleurs de kwik (Tabebuia serratifolia, Bignoniacées) ».

Chimie et pharmacologie

Les tests positifs obtenus pour l’un des échantillons avec les réactifs des cardénolides (réactif de Kedde) demandent à être confirmés par des essais biologiques. Ils ont été négatifs pour d’autres échantillons.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Rapateaceae

Rapatea paludosa Aublet

Nom vernaculaire

Créole : —

  • 86 Deux espèces sont regroupées sous ce nom, sans être confondues : Cyclanthus bipartitus Poit. (Cycla (...)

Wayãpi : ka’i kuluwa86.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Grande herbe émergeant des bas-fonds humides et des ruisseaux du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 655 ; Jacquemin 1728 ;

Moretti 1370.

Emplois

Pour les Wayãpi, les jeunes feuilles broyées et préparées en décoction ou en macération constituent un remède que l’on boit pour combattre l’essoufflement lié aux affections pulmonaires.

Étymologie

Wayãpi : de ka’i, « singe capucin brun » et kuluwa, « palmier macoupi » (Orbignya sagotii, Arécacées), « le palmier macoupi du capucin brun », ainsi nommé parce que ce singe en mange les fruits.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rapatea paludosa. Fleurs entourées de grandes bractées vertes

Rapatea paludosa. Fleurs entourées de grandes bractées vertes

Famille Rhabdodendraceae

Rhabdodendron amozoricum (Spruce ex Benth.) Huber

Synonymies

Lecostemon amazonicum Spruce ex Benth. ;

Rhabdodendron crassipes (Spruce ex Benth.) Huber.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : alalakã’ɨ sili, wɨlatopoko.

Palikur : batakivie.

Portugais : batiputá.

Écologie, morphologie

Petit arbre des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

De Granville 2567 ; Grenand 3281 ;

Lescure 750.

Emplois

  • 87 En Amazonie, dans la région de Santarém, les Caboclos utilisent la macération des feuilles en bain (...)

Chez les Palikur, c’est un remède contre les douleurs articulaires. On utilise les feuilles et les fragments de tige que l’on prépare en décoction. La tisane est bue pendant trois jours87.

Étymologie

Wayãpi : alalakã’ɨ, « arbre Aspidosperma album », sili, « fin » ; wilatopoko, de wɨla, « arbre », to, « feuille », poko, « longue » ; c’est en effet une caractéristique de cette espèce. Palikur : de bataki, « être assis » et vie, de aβey, « remède ». Nommée ainsi parce qu’elle est bien assise, bien droite.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles et les écorces de tronc renferment des acides ellagiques et des triterpénoïdes : 24-méthyIène-cycloarténol, acide oléanolique ainsi que de l’hédéragénine (Wolter-Filho et al., 1989).

Famille Rhizophoraceae

Cassipourea guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yawa poɨlɨ.

Palikur : wakãu.

Écologie, morphologie

Arbre moyen des forêts humides et des arrière-mangroves.

Collections de référence

Cremers 6984, Grenand 2126 ; Sastre 4358.

Emplois

Chez les Palikur, l’écorce amère est préparée en bain pour soigner la gale ; on fait tremper les vêtements du patient dans un bain similaire afin de les désinfecter.

Chimie et pharmacologie

Les racines et les tiges des espèces de ce genre renferment des alcaloïdes pyrolidiniques (Massiot et Delaude, 1986).

Rhabdodendron amozoricum

Rhabdodendron amozoricum

Rhizophora racemosa G. Mey

Noms vernaculaires

  • 88 Cette espèce est difficilement distinguée de Rhizophora inangle L., présente dans la même région.

Créole : palétuvier rouge [pativié-rouj], palétuvier jambe [pativié-janm]88.

Wayãpi : —

Palikur : kwatri.

Portugais : mangue-vermelho.

Écologie, morphologie

Grand arbre des forêts inondées des estuaires et des côtes dont les peuplements forment la mangrove.

Collections de référence

Berton 269 ; Grenand 1903 ;

Prévost 4684.

Emplois

  • 89 Heckel (1897) signale l’écorce de cette espèce comme fébrifuge, astringente et ajoute qu’« en décoc (...)

En dehors des usages bien connus pour tanner les peaux ou teindre les voiles, les Palikur utilisent l’écorce de cette espèce en décoction bue comme antidiarrhéique. Ils préparent également des bains avec la même écorce, pour soigner la gale (wẽ) ainsi que d’autres irritations de la peau89.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme différents hydrocarbures alliphatiques (c23 et c24) et des triterpénoïdes.

Les trois principaux alcanes isolés sont l’octacosane, le nonacosane et l’hentriacontane (Dodd et al., 1995).

Le bois de Rhizophora racemosa est riche en tanins dont deux composés sont l’oligohaline (14.4±0.8 %) et la polyhaline (21.4±0.8 %) (Delgado-Sanchez et Jimenez, 1992).

Famille Rosaceae

Prunus myrtifolia (L.) Urb.

Synonymies

Celastrus myrtifolius L.,

Prunus sphaerocarpa Sw.

Noms vernaculaires

Créole : bois noyo [bwa-noyo].

Wayãpi : kunawalu’ɨ.

Palikur : kunau

Portugais : virarú, marmelo-bravo.

Écologie, morphologie

Grand arbre rare de la forêt primaire ; il semble plus fréquent dans les milieux plus ouverts du Brésil central et méridional.

Collections de référence

Grenand 157 ; Jacquemin 1696 ;

Oldeman 2731 ; Prévost et Grenand 3229 Prévost et Sabatier 2799.

Rhizophora racemosa

Rhizophora racemosa

Emplois

Cet arbre connu pour ses propriétés odoriférantes (odeur d’amande amère de l’écorce) a peu retenu, sans doute en raison de sa rareté, l’attention des populations des Guyanes pour ses propriétés médicinales. Les Wayãpi introduisent un tampon d’écorce grattée dans les nids d’abeilles sauvages (Melipona spp.), ce qui les engourdit et facilite la récolte du miel.

La décoction de l’écorce grattée est un remède pectoral utilisé contre le rhume. Elle est bue et frottée sur le front.

Chez les Palikur, on prélève une bande d’écorce que l’on amarre autour du bras.

Au bout d’une journée, on obtient une marque qui brûle comme du piment : c’est un charme contre la malchance à la chasse. Les amandes brûlées protègent les demeures contre les maladies.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et noyo, « noyau », ainsi nommé en raison de l’odeur d’amande amère dégagée par l’écorce (cf. Tanaecium nocturnum, Bignoniacées). Wayãpi : de kunawalu, « rainette de Goeldi (Phrynohyas resinifitrix) » et ɨ, « arbre ». « arbre de la rainette de Goeldi », en raison de l’association écologique et mythologique entre l’arbre, l’animal et les abeilles méllifères.

  • 90 Les Wayãpi et les Palikur disent aussi que la rainette de Goeldi fait son nid dans les creux de cet (...)

Palikur : kunau est aussi le nom de la rainette de Goeldi90.

Chimie et pharmacologie

Les écorces renferment des hétérosides cyanogénétiques qui leur confèrent leur odeur d’amande amère si caractéristique.

Famille Rubiaceae

Voici une famille tropicale mondialement connue, tant par des espèces commerciales comme le café que médicinales comme l’ipéca (Cephaelis ipecacuanha).

En 1969, Schultes attirait l’attention sur la richesse en espèces médicinales et toxiques de divers genres de Rubiacées de la zone néotropicale et en particuler des Psychotria et genres affinés.

Le nombre d’espèces, peu connues ethnobotaniquement et chimiquement, trouvé en Guyane par notre équipe, semble confirmer pleinement cette assertion prometteuse. Il s’agit de plantes utilisées majoritairement par les Amérindiens et les Noirs Marrons.

Borreria verticillata (L.) G. Mey.

Synonymie

Spermacoce verticillata L.

Noms vernaculaires

Créole : tête de nègre [tèt-nèg].

Wayãpi : — Palikur : isiuβut.

Kali’na : maluwa.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau ligneux commun en zone rudérale.

Collections de référence

Ducatillon et Gély 56 ;

Jacquemin 1414, 1449, 2086, 2271.

Emplois

  • 91 À Trinidad, la décoction de cette plante est bue comme rafraîchissant et pour soigner la grippe, la (...)

Les parties aériennes de cette plante, préalablement broyées, additionnées de sel et chauffées, sont appliquées en emplâtre par les Créoles sur les chiques pour les faire sortir91.

Étymologie

Créole : tête de nègre, en raison de l’aspect de l’inflorescence ressemblant à une chevelure frisée. Palikur : isiuβut, « pompon de coton », en raison de l’aspect de l’inflorescence.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce pantropicale est utilisée en Afrique de l’Ouest pour le traitement des infections dermatologiques.

Ses propriétés sont attribuées aux alcaloïdes indoliques (Pousset et al, 1977) (Balde et al., 1991) présents dans les parties aériennes tels que borrérine, borrévérine, isoborrévérine et spermacocéine, ce dernier de structure bis-indolique.

Une étude réalisée avec l’équipe de Delaveau nous a permis d’identifier sept iridoïdes dans les écorces de racine : le daphylloside, l’aspéruloside, le férétoside, le desacétylaspérulosidate de méthyle, le desacétylaspéruloside, l’acide aspérulosidique et l’acide desacétylaspérulosidique (Santy et al., 1981a). D’après Benjamin (1979), les parties aériennes renferment une huile essentielle qui inhibe la croissance des bactéries gram + et gramet qui contient trois sesquiterpènes : le guiaène, le caryophyllène et le cadinène.

Borreria verticillata

Borreria verticillata

Capirona decorticans Spruce

Synonymies

Capirona surinamensis Bremek.,

  • 92 Le genre Capirona, bien caractérisé par ses infrutescences aux capsules oblongues et surtout son éc (...)

Capirona leiophloea Benoist92.

Noms vernaculaires

Créole : bois palika [bwa-palika].

Wayãpi : ayãpilɨ.

Palikur : wadidga.

Portugais : mulatorana, pau-mulato.

Saramaka : mutende, lisapau.

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun de la forêt primaire et plus rarement encore des forêts secondaires.

Collections de référence

De Granville 516 ; Grenand 1463 ;

Moretti 1145, 1061 ; Prévost et Grenand 1019.

Emplois

  • 93 Les Saramaka considèrent également cette espèce comme magique.
    L’écorce est utilisée au Pérou contre (...)

Ce genre botanique, très caractéristique, semble constituer pour les communautés forestières des Guyanes un petit complexe magico-médicinal93 qui n’avait pas encore attiré l’attention des scientifiques.

Chez les Wayãpi, cette espèce est appropriée par les esprits de la forêt. L’écorce grattée est préparée en macération longue puis frottée avec un coton sur les furoncles et les éruptions cutanées.

Les Palikur préparent avec l’écorce un remède contre les céphalées et les maux de tête dus à un choc : on gratte celle-ci et on en fait deux parts ; l’une sert à préparer un cataplasme appliqué loco dolenti, l’autre, une décoction qui permet de l’humecter périodiquement.

Par ailleurs, ils considèrent que cet arbre, hébergeant des esprits spécifiques associés au tarpon (suwiki), participe de l’initiation des chamanes comme Brosimum acutifolium (Moracées), bien que possédant des vertus plus modestes (Berton, 1997).

Une préparation est utilisée par les chamanes palikur pour déloger un esprit d’une quelconque partie du corps d’un malade : la décoction longue de l’écorce, additionnée de latex de Bonafousia angulata ou de Bonafousia macrocalyx (Apocynacées), est frottée localement. Ce traitement est accompagné d’un interdit alimentaire sur tous les poissons.

Ils utilisent également des bains chauds préparés avec les écorces de Capirona decorticans, de Bonafousia angulata et de Bonafousia disticha (Apocynacées) pour obtenir le don de divination ou de vision (mais pas de guérison) ; par exemple, on repère plus aisément les animaux à la chasse (Berton. ibid). Ces bains doivent être utilisés dans le cadre d’une retraite en forêt.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et palika, « poisson tarpon » (Tarpon atlanticus), ainsi nommé en raison de l’odeur de poisson dégagée par le bois. Wayãpi : ayãpilɨ de ayã, « mauvais esprit » et pilɨ, « glisser » ; « la glissade des esprits ». Les Wayãpi disent que le Créateur a échaudé jadis l’écorce des Capirona, la rendant ainsi très lisse ; depuis, les esprits de la forêt s’en servent comme toboggan. Palikur : wadidga est aussi le nom d’un gros serpent de savane.

Chimie et pharmacologie

Le genre Capirona appartient à la tribu des Cinchonées ; la présence d’alcaloïdes, fréquents dans cette tribu, n’est pas clairement établie, bien que signalée dans la littérature (Raffauf, 1970). Le criblage chimique réalisé montre que les alcaloïdes, de nature indolique, sont présents dans les racines mais absents des écorces de tige et des feuilles.

Capirona decorticans

Capirona decorticans

Chomelia tenuiflora Benth.

Synonymie

Anisomeris tenuiflora (Benth) Pulle

Noms vernaculaires

  • 94 Cette espèce est parfois confondue avec Randia armata (Swartz) DC. (Rubiacées), aux épines égalemen (...)

Créole : quatre ou cinq94.

Wayãpi : alamakulu alami.

Palikur : heukuteu.

Portugais : limãorana, estrella.

Écologie, morphologie

Arbuste ou parfois petit arbre assez commun en forêt dégradée et en végétation ripicole.

Collections de référence

De Granville 4284 ; Grenand 1076 ;

Moretti 1151

Emplois

Cette plante est connue des Amérindiens de Guyane et des forestiers pour ses longues épines causant des blessures dangereuses.

Les Wayãpi en soulignent les propriétés nécrosantes et surtout, disent-ils, anesthésiantes pour percer les oreilles des enfants.

Étymologie

Créole : ainsi nommée parce que les épines sont regroupées par quatre ou cinq sur les rameaux. Wayãpi : de alamakulu, « un poisson cuirrassé nommé localement goret (Loricariidés) » et alami, « ouïe ».

Ce poisson a des ouïes épineuses.

Palikur : heukuteu de hewu, « oiseau hoazin (Opisthocomus hoazin) » et kuteu, « chauve, décharné » car la plante est antipathique comme l’oiseau.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Coutarea hexandra (Jacq.) K. Schum.

Synonymies

Coutarea speciosa Aublet,

Portlandia hexandra Jacq.

Noms vernaculaires

Créole : quinaquina.

Wayãpi : —

Palikur : kwik duwẽ.

Portugais : quinarana, falsa-quina.

Écologie, morphologie

Petit arbre assez commun dans les forêts secondaires de la Guyane littorale.

Collection de référence

Moretti 465.

Emplois

L’écorce est utilisée par les Créoles de l’Oyapock en décoction contre les fièvres palustres. En raison du nom vernaculaire et de l’usage similaires (Le Cointe, 1934), il pourrait s’agir d’un remède d’origine brésilienne.

Chez les Palikur, la décoction de l’écorce de racine de cette espèce et de l’écorce de tronc de Calophyllum brasiliense (cf. Clusiacées) est absorbée comme antidiabétique et comme vermifuge.

Chomelia tenuiflora

Chomelia tenuiflora

Étymologie

Créole : de quinquina, ou plus exactement de sa forme brésilienne quina, ainsi nommée en raison de ses propriétés antipaludiques.

Palikur : de kwik, « arbre Tabebuia serratifolia » : (Bignoniacées) et duwẽ, « rouge », en raison de la forme de ses fleurs.

Chimie et pharmacologie

Une étude préliminaire de cette plante ne nous a pas permis de conclure à la présence effective d’alcaloïdes.

De cette espèce ont été isolés des 4 aryl-coumarines et des néoflavonoïdes (Delle Monache et al, 1983a).

Ces produits ont des activités antifongiques, antibiotiques (Arauio et al, 1988) et anti-inflammatoires (Almeida et al, 1991).

Comme son nom brésilien l’indique, cette espèce est réputée dans tout le nord du Brésil comme antipaludique ; cette réputation n’a pas, à notre connaissance, été confirmée par une étude pharmacologique. Cependant, une étude réalisée à partir d’extraits de Coutarea latifolia récoltés au Mexique, a montré une activité antipaludique in vitro modérée, attribuée à des coumarines (Noster et Kraus, 1990).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Faramea guianensis (Aubl.) Bremek.

Synonymie

Evea guianensis Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : petit ipéca (Heckel, 1897).

Wayãpi : ka’a yamulutu, ka’a sala.

Palikur : waaduk priye.

Écologie, morphologie

Arbrisseau du sous-bois de la forêt primaire commun par place.

Collections de référence

Grenand 1072 ; Jacquemin 1537, 1693 ;

Moretti 564.

Faramea guianensis

Faramea guianensis

Emplois

  • 95 Chez les Créoles, la décoction des feuilles mêlée à du sirop de canne a été anciennement signalée ( (...)

Les Wayãpi font brûler la plante entière dans un fragment de poterie pour enfumer et sécher les ulcères de leishmaniose95.

Étymologie

Créole : petit ipéca, renvoie à d’autres espèces du Brésil et d’Amérique centrale, Cephaelis ipecacuanha (Brot.) Tussac et Cephaelis acuminata Karst., utilisées dans la pharmacopée internationale comme antidysentériques et expectorants.

Wayãpi : ka’ayamulutu, de ka’a. « plante » et yamulutu, « en groupe », « la plante grégaire », parce qu’elle forme des peuplements denses ; ka’asala, de ka’a, « plante » et sala, « dispersée », parce qu’on la trouve partout.

Chimie et pharmacologie

Heckel (1897) signale que cette espèce était employée comme succédané de l’ipéca.

Les tests négatifs que nous avons obtenus pour les alcaloïdes laissent à penser que ces produits ne sont pas responsables des propriétés émétiques de la drogue et qu’elle ne renferme pas d’émétine.

L’usage de cette plante dans le traitement de la leishmaniose a conduit l’équipe de l’Orstom à en entreprendre l’étude chimique ; deux composés leishmanicides, le 5,7,4’, trihydroxyflavane et le 5,7 dihydroxy-4’-méthoxy-flavane ont été isolés (Sauvain et al, 1994).

D’autres études sont cependant nécessaires pour établir l’intérêt thérapeutique de cette drogue.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Faramea lourteigiana Steyerm.

Faramea lourteigiana

Faramea lourteigiana

Noms vernaculaires

Créole : bois bandé [bwa-bandé], ti bois bandé [ti-bwa-bandé].

Wayãpi : —

Palikur : waaduk.

Aluku : baaso, bande bwa.

Écologie, morphologie

Arbuste du sous-bois de la forêt primaire, abondant par place.

Collections de référence

De Granville 834 ; Lescure 835 ; Moretti 37.

Emplois

  • 96 Cette drogue semble à l’origine propre aux Aluku qui préparent avec les racines, les tiges et des g (...)

Cet arbuste nous a été donné par les Créoles et les Aluku96 de Saül et de Maripasoula comme un aphrodisiaque. Les racines, souvent associées à celles de Ptychopetalum olacoïdes (Olacacées) et de Strychnos erichsonii (Loganiacées), servent à préparer une macération dans le rhum nui est bue.

Étymologie

Créole : cf. bois bandé, Ptychopetalum olacoïdes (Olacacées), ti, « petit », en raison de sa taille.

Chimie et pharmacologie

Des essais préliminaires effectués dans notre laboratoire ne nous ont pas permis de mettre en évidence de façon certaine la présence d’alcaloïde dans les racines.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Faramea multiflora A. Rich. var. multiflora

Synonymie

Coussarea multiflora (A. Rich.) Lemée.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : tapi’iwapa’a sili, uwa kaya.

Palikur : —

Aluku : busi kofi.

Écologie, morphologie

Arbuste peu commun du sous-bois de la forêt primaire.

Collection de référence

Jacquemin 1818.

Emplois

Selon certains Wayãpi, la plante entière, mais surtout les feuilles, sont préparées en décoction et utilisées comme fébrifuge en bain de vapeur.

  • 97 Les propriétés attribuées à cette espèce sont extensibles à Rudgea guyanensis (A. Rich.) Sandw. (Gr (...)

Une variante consiste à laisser se consumer lentement les feuilles dans un tesson de poterie sous le hamac du malade97.

Étymologie

Wayãpi : tapi’iwapa’asili, de tapi’i, « tapir », wapa’a, « casser » et sili, « fine », « la petite plante cassée par le tapir », uwakaya, de uwa, « crabe » et akaya, « arbre mombin (Spondias mombin, Anacardiacées) », « le mombin du crabe ».

Les fruits très petits ressemblent à ceux du mombin ; l’association avec le crabe est faite par dérision.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Genipa america L.

Noms vernaculaires

Créole : génipa [jinipa].

Wayãpi : yanɨpa.

Palikur : arasgu.

Portugais : jenipapo (fruit), jenipapeiro (arbre).

Écologie, morphologie

  • 98 En dépit de sa célébrité, cette espèce s’avère peu répandue en Guyane française. Les sujets observé (...)

Grand arbre de la forêt primaire, peu commun, parfois entretenu ou planté près des villages98.

Collections de référence

Jacquemin 2462 ; Moretti 1197 ; Oldeman et Burgot 3616 ; Sabatier et Prévost 4201.

Emplois

Cette espèce, surtout connue pour ses fruits comestibles au suc tinctorial bleu-noir dont les Amérindiens font leurs peintures corporelles (Grenand et Prévost, 1994), est parfois utilisée également pour ses propriétés médicinales.

  • 99 Ce dernier usage est signalé aussi au Venezuela (Delascio Chitty, 1985) ; il est à rapprocher du re (...)

Chez les Créoles, la racine grattée, préparée en décoction, est purgative ; l’écorce de tronc serait, à l’inverse, antidiarrhéique. La même écorce préparée en emplâtre est appliquée sur les ulcères99.

Étymologie

Créole : d’une langue amérindienne tupi de Guyane ou du Brésil (cf. le nom Wayãpi).

Chimie et pharmacologie

La génipine a été isolée des fruits et des feuilles de G. americana (Dierassi et al, 1960). La génipine, d’une belle couleur bleue, dérive probablement de l’hydrolyse du géniposide par action d’une glucosidase et en présence d’acides aminés (Hiroyyki et al, 1969 ; Guarnaccia et al., 1972).

Les tests chimiques réalisés ont montré la présence de saponines, de flavanes et de tanins dans les feuilles et les tiges ; on observe avec les feuilles une fausse réaction des alcaloïdes, probablement due à une interaction avec des iridoïdes, présents dans cette espèce.

L’acide génipique et l’acide génipinique inhibent la croissance des bactéries gram+ et gram-, celle du champignon Trichophyton mentagrophytes, de l’algue Chlorella vulgaris, et du protozoaire Tetrahymena gelleii (Tallent, 1964). Nakanishi et al. (1965) ont complété ce travail et trouvé que la toxicité pour les fruits, les feuilles et les tiges était de DL 50 mg/kg > 1000. La vitamine c est présente dans le fruit à la dose de 2,04 mg/ml (Marianetti, 1951).

Faramea multiflora

Faramea multiflora

Genipa spruceana Steyerm.

Noms vernaculaires

Créole : ti génipa [ti-jinipa], génipa d’l’eau [jinipa-dilo].

Wayãpi : yanipa’i.

Palikur : arasgu, amuwan.

Écologie, morphologie

Ce petit arbre se distingue de l’espèce précédente par son habitat strictemen ripicole.

Collections de référence

Grenand 1107 ; Jacquemin 2124 ;

Prévost 3853

Emplois

Cette espèce est utilisée comme Genipa americana par les Créoles.

Par ailleurs, ses propriétés tinctoriales sont nettement inférieures.

Étymologie

Créole et Wayãpi : de génipa et yanipa, cf. plante précédente,

et ti ou i, « petit », en raison de la taille inférieure de l’arbre.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Geophila repens (L.) I. M. Johnston

Synonymies

Geophila herbacea (Jacq.) K. Schum. ;

Rondeletia repens L.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : suwi ka’a.

  • 100 Les Geophila forment un genre très homogène et les deux espèces utilisées l'une par les Palikur, l' (...)

Palikur : igka βey100.

Écologie, morphologie

Petite herbe rampante de la forêt secondaire et des zones rudérales ombragées.

Collections de référence

Grenand 1914 ; Lescure 523.

Emplois

  • 101 On note un usage identique chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana : le jus des fruits est (...)

Les fruits sont écrasés et frottés par les Palikur sur les dermatoses du visage nommées igka (taches blanches) et le pytiriasis101.

Étymologie

Palikur : de igka, « taches blanches sur le visage » et βey, « remède », « remède contre les taches blanches ».

Wayãpi : de suwi, « oiseau tinamou bigarré (Crypturellus variegatus) » et ka’a « plante ».

Geophila tenuis (Müll. Arg.) Standley

Synonymie

Mapouria tenais Müll. Arg

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yũẽma.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Herbe rampante commune dans le sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 332, 529 ; lacquemin 1549, 1718.

Emplois

Les Wayãpi utilisent les propriétés émollientes de cette espèce pour extraire les épines : la méthode la plus simple consiste à écraser localement un ou plusieurs fruits mûrs. En cas d’épine enfoncée profondément, on prépare une décoction de la plante entière appliquée en cataplasme avec du coton.

Étymologie

Wayãpi : de , « épine », wẽ, « sortir » et ma, « totalement », « ce qui fait sortir entièrement les épines ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guettarda macrantha Benth.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : seiβan.

Écologie, morphologie

Petit arbre des forêts secondaires sèches de la zone côtière.

Collections de référence

Moretti 937, 1173.

Emplois

  • 102 L'utilisation de la même espèce pour soigner les ulcères et les plaies a été signalée dans la litté (...)

Chez les Palikur, la décoction des feuilles est bue contre les céphalées102. La décoction des feuilles, associées à celles de Petiveria alliacea (Phytolaccacées) et à celles de citron vert est utilisée en bain de tête pour désintoxiquer les toxicomanes.

Étymologie

Palikur : de seine, « blanc » et βan, « feuille », « feuille blanche », en raison de la coloration du feuillage.

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre renferment des alcaloïdes du type hétéroyohimbine (Kan-fan et Husson, 1978).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guettarda macrantha

Guettarda macrantha

Manettia reclinata L.

Synonymies

Manettia coccinea (Aubl.) Willd. ;

Nacibea coccinea Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : macoudia.

Wayãpi : yawakaka ka’a.

Palikur —

Écologie, morphologie

Liane fine commune en forêt secondaire et en végétation ripicole.

Collections de référence

De Granville 2466 ; Grenand 465 ; Jacquemin 1601.

Emplois

Chez les Wayãpi, les parties aériennes de cette espèce servent à préparer une décoction bue comme fébrifuge.

Étymologie

Wayãpi : de yawakaka, « loutre géante d’Amazonie » et ka’a, « plante », parce que cette liane croît dans l’habitat de la loutre et parce que ses fleurs rouge vif ponctuent les buissons comme les taches rouges de la gorge de l’animal.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (6, 1973), on trouve dans ce genre des iridoïdes et en particulier de l’aspéruline.

Manettia reclinata

Manettia reclinata

Psychotria colorata (Willd. ex. Roem. et Schult.) Müll. Arg

Synonymies

Cephaelis amoena Bremek.,

Cephaelis colorata Willd. ex Roem. et Schult.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : apiakwalai poã.

Palikur : maoksikan aβey kamwi.

Portugais : cachimbo-de-cachorro.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 2858 ; Moretti et Damas 113.

Emplois

Chez les Wayãpi de Camopi, l’inflorescence, et particulièrement les bractées rouges gorgées de sève, sont utilisées comme Psychotria poeppiaiana (cf. infra).

Psychotria medusula Müll. Arg.

Synonymie

Psychotria blepharophylla (Standl.) Steyerm.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : uwa kaya.

Palikur : kutak abaruan

Écologie, morphologie

Arbuste du sous-bois de la forêt primaire et des vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 1821, Prévost 359

Emplois

Les Palikur font, avec la feuille, l’écorce et une patte de poule d’eau, le tout grillé, écrasé et malaxé avec de l’huile de coco, un onguent frotté sur les jambes et les bras des personnes au comportement lent.

Cet usage est aujourd’hui étendu aux personnes qui écrivent lentement.

Étymologie

Wayãpi : cf. étymologie supra à Faramea multiflora. Palikur : kutak abaruan, de kutak, « poule d’eau (Aramides cajanea) » et abaruan, « genou », en raison de la forme des rameaux.

Psychotria platypoda DC.

Synonymies

Cephaelis dichotoma Rudge ;

Psychotria dichotoma (Rudge) Bremek.

Noms vernaculaires

Créole —

  • 103 Comme Foramen multiflora, cette espèce est souvent confondue, sous le nom Wayãpi de uwakaya, avec R (...)

Wayãpi : sũĩ sũĩka a sĩ, inãmũpiyũ ka’a103.

Palikur : puneetni seine.

Écologie, morphologie

Petit arbrisseau peu commun du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 269 ; Jacquemin 1587, 1855 ;

Moretti 748, 1281.

Emplois

Chez les Wayãpi, les feuilles sont utilisées pour soigner les furoncles. Soit les feuilles sont chauffées à la flamme et appliquées telles quelles, soit macérées dans l’eau, elles sont appliquées en cataplasme.

Willd. ex. Roem. et Schult

Willd. ex. Roem. et Schult

Étymologie

Wayãpi : sũĩ sũĩ ka’a sĩ, de sũĩ sũĩ, « râle nain, Laterallus sp. », ka’a, « plante » et sĩ, « blanche », « la plante blanche du râle nain » en raison de la couleur de l’inflorescence ; inãmũpiyũ ka’a, de inãmũpiyũ, « tinamou noir, Crypturellus cinereus » et ka’a, « plante », « plante du tinamou noir », parce que le dessous des feuilles est violet-noir.

Palikur : cf. infra Rudgea cornifolia et seine, « blanc », « la plante blanche du coulant ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Psychotria poeppigiana Müll. Arg.

Synonymies

Cephaelis barcellana (Müll. Arg.) Standl. ;

Cephaelis tomentosa (Aubl.) Vahl ;

Tapogomea tomentosa Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : radié zoré [radjé-zoré].

Wayãpi : apɨakwalaɨ poã.

Palikur : maoksikan aβey.

Portugais : lábios-de-puta.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau commun du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 108, 764 ; Grenand et Prévost 2041 ;

Jacquemin 1752 ; Moretti 191.

Emplois

Chez les Créoles de l’Oyapock et les Wayãpi, l’inflorescence, et particulièrement les bractées rouges gorgées de sève, sont un antalgique utilisé contre les douleurs auriculaires.

  • 104 En dépit de son utilisation généralisée en Guyane, puisqu'elle est en outre considérée comme alexit (...)

Le suc en est exprimé dans le conduit auditif. Chez les Palikur, les inflorescences préparées en décoction constituent un antitussif utilisé dans les cas de coqueluche104.

Étymologie

Créole ; de radié, « plante » et zoré, « oreille », « plante oreille », en raison de la forme des bractées et de leur utilisation. Wayãpi : de apɨakwa, « conduit auditif », al, « douleur » et poã, « remède », « remède pour le mal d’oreille ».

Palikur : de maoksikan, « coqueluche » (littéralement « cri du singe hurleur ») et aβey, « remède », « remède contre la coqueluche ».

Psychotria poeppigiana

Psychotria poeppigiana

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Psychotria ulviformis Steverm.

Synonymies

Gamotopea alba (Aubl.) Bremek. ;

Tapogomea alba Aublet ;

Cephaelis alba (Aubl.) Willd.

Noms vernaculaires

Créole : radié grage [radjé-graj],

radié serpent [radjé-serpan],

feuille grage [féy-graj].

Wayãpi : yawa nami.

Palikur : —

Saramaka : zãzã patu.

Écologie, morphologie

  • 105 Le caractère bicolore des feuilles de cette vraie feuille grage, selon l’expression qui nous a été (...)

Petite plante rampante aux feuilles bicolores105 formant des tapis dans le sous-bois de la forêt primaire.

Psychotria ulviformis

Psychotria ulviformis

Collections de référence

Grenand 1060 ; Jacquemin 1999 ; Moretti 157.

Emplois

Chez les Créoles et les Saramaka, cette espèce est un alexitère majeur pour les personnes travaillant en forêt. La plante, préalablement bouillie, est appliquée en cataplasme maintenu en place sur la morsure des Bothrops et des Lachesis. Ce cataplasme doit être renouvelé chaque jour pendant huit jours. La macération de la plante entière dans le rhum ou de l’huile d’olive est utilisée aux mêmes fins. En ce qui concerne les alexitères et leur usage, cf. nos remarques à Mikania guaco (Astéracées). Les Wayãpi préparent la plante entière en décoction utilisée en bain fébrifuge.

Étymologie

Créole : radié grage et radié serpent, de radié, « petite plante » et grage, « serpent Bothrops atrox », « la plante du Bothrops » ou « la plante du serpent ». Wayãpi : de yawa, « jaguar » et nami, « oreille », « oreille de jaguar », en raison de la forme suggestive des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rudgea cornifolia (Humb. et Bonpl. ex Roem. et Schult.) Standley

Synonymie

Strempelia fimbriata (Benth.) Bremek.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ka’a apepu sili.

Palikur : pune etni.

Écologie, morphologie

Arbuste du sous-bois des vieilles forêts secondaires et des forêts ripicoles.

Collections de référence

Grenand 1654 ; Lescure 789.

Emplois

Les Palikur se servent de cette espèce pour favoriser les contractions pendant l’accouchement : les feuilles écrasées – elles prennent alors une consistence visqueuse – sont frottées sur le ventre de la parturiente et le suc extrait des feuilles est bu en petite quantité.

Étymologie

Palikur : pune etni, de pune, « poisson coulant (Hoplerythrinus unitaeniatus) », etni, « ce qui appartient à » ; le fruit est un appât pour la pêche de ce poisson.

Sabicea cinerea Aubet

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : baku kig.

Écologie, morphologie

Plante rampante commune en végétation rudérale.

Collections de référence

Grenand 2069 ; Moretti 129

Emplois

Les Sabicea sont des plantes peu connues qui ne semblent avoir retenu l’attention que de quelques ethnies amérindiennes (cf. également Silva et al., 1977).

  • 106 Cet usage est à rapprocher de celui que font les Tiriyo de Sabicea aspera Aublet pour soigner les m (...)

Chez les Palikur, la décoction de la plante entière est utilisée en bain pour fortifier les membres des enfants en bas-âge106.

Étymologie

Palikur : baku kig, de bakut, « oiseau bec en cuiller (Cochlearius cochlearius) » et kig, « bec ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sabicea glabrescens Benth.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : teposiwɨ poã, teposi kɨlɨ

Palikur : —

Portugais : cipó-de-vaqueiro.

Écologie, morphologie

Plante rampante commune en végétation rudérale et en forêt secondaire jeune.

Collections de référence

Grenand 41 ; Jacquemin 1521 ;

Lescure 520.

Emplois

Pour les Wayãpi, cette espèce est un remède antidysentérique fréquemment utilisé comme antispasmodique, en particulier contre les coliques et les douleurs abdominales. Cette action est obtenue en consommant les fruits crus ou en buvant une décoction des parties aériennes.

Étymologie

Wayãpi : teposiwɨ poã, de teposiwɨ, « dysenterie » et poã, « remède », « remède contre la dysenterie » ; teposi kɨlɨ, de teposi, « selles » et kili, « râpé », « selles râpées » ; les selles molles prennent l’aspect du manioc râpé.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sabicea villosa Willd. ex Roem. et Schult.

Synonymie

Sabicea hirsuta Kunth.

Collection de référence

Jacquemin 1526.

Noms vernaculaires et emplois

  • 107 Selon Schultes et Raffauf (1990), les Amérindiens du Rio Apaporis (Colombie) préparent une tisane a (...)

Mêmes noms, mêmes habitats et même usage chez les Wayãpi que Sabicea glabrescens107.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sipanea pratensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi ka’api’i pilã

Palikur : peruβia airutiak.

Écologie, morphologie

Petite herbe rigide des pelouses, savanes rases et inselbergs.

Collections de référence

De Granville 4295 ; Grenand 2066 :

Jacquemin 1625 ; Moretti 419.

Emplois

  • 108 Heckel (1897) signale cependant cette espèce sous son nom scientifique uniquement en précisant qu'e (...)

Quoique extrêmement commune dans les zones rudéralisées d’Amérique tropicale, cette plante n’avait, à notre connaissance, été signalée pour son usage médicinal que chez les Tiriyo du Brésil septentrional (Cavalcante et Frikel, 1973) où elle est utilisée en bain fébrifuge108.

Chez les Palikur, il s’agit du remède majeur pour les conjonctivites chez les humains et pour les cataractes chez les chiens.

Pour soigner les conjonctivites, la tige grattée et pilée est préparée en macération qui est ensuite tamisée dans un linge.

Le liquide est mis à reposer pour éliminer le dépôt puis versé dans un flacon. Ce collyre, qui se conserve bien, est utilisé à raison de trois gouttes le matin et trois gouttes le soir par oeil malade. Pour soigner les cataractes des chiens, soit on frotte directement les feuilles, soit on les pile pour en extraire la sève que l’on dilue à raison d’une goutte par cuiller à café d’eau froide pour une application. Ce traitement est poursuivi trois fois par jour jusqu’à la fin de l’affection.

Étymologie

Palikur : de peruβia, « la plante des chiens » (cf. Bonafousia disticha, Apocynacées) et airutiak, « pour les yeux », en raison de son utilisation spécifique.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Uncaria guianensis (Aubl.) J. F. Gmelin

Synonymie

Ourouparia guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : radié Guadeloupe [radjé-gwadloup] piquant Guadeloupe [pikan-gwadloup].

Wayãpi : alainapa, rapara’i.

Palikur : —

  • 109 Ce nom est aussi attribué en Amérique tropicale à Uncaria tomentosa (Aubl.) Gmelin, et c'est d’aill (...)

Portugais : jupindá, unha-de-gato109.

Écologie, morphologie

Liane à crochet des forêts humides et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 454 ; Sastre 4577.

Emplois

  • 110 L’usage comme anticancéreux par les communautés forestières des pays andins pourrait, selon nous, ê (...)
  • 111 Heckel (1897) signale cette espèce utilisée au XIXe siècle par les Boni (Aluku) en gargarisme contr (...)

Bien qu’elle soit assez commune en Guyane, nous n’avons relevé aucun usage strictement médicinal pour cette liane auprès des communautés enquêtées, alors qu’elle est très employée ailleurs dans tout le bassin amazonien et jusqu’au Piémont andin, sous le nom de unha de gato, comme puissant anti-inflammatoire, pour le traitement de certains cancers110 et dans le traitement du diabète111.

Cette liane est surtout connue en Guyane, pour les blessures douloureuses qu’infligent ses crochets aux canotiers.

Notons cependant que les Wayãpi de l’Amapá préparent par ébullition un poison de chasse avec les fragments de tige, utilisés comme Strychnos guianensis (Loganiacées).

Étymologie

Wayãpi : alainapa, de kalãi napa, « ce qui nous écorche » ; rapara’ɨ de rapara, « flèche » et ɨ, « arbre, plante », dans le dialecte des Wayãpi du sud.

On notera que la synonymie de Aublet (1775) ourouparia est aussi construite sur la racine « flèche » dans les langues tupi-guarani.

Chimie et pharmacologie

Nous avons isolé des feuilles et tiges des alcaloïdes oxindoliques (Levault et al., 1983). Les propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et antioxydantes de cette plante ont été confirmées et plusieurs médicaments sont développés dans différents pays à partir de cette drogue, suscitant une demande croissante en matière première, dont l’obtention repose encore essentiellement sur la cueillette. Ses propriétés sont attribuées à des hétérosides glycosidiques de l’acide quinovique (Yepez et al, 1991).

Famille Rutaceae

Citrus aurantifolia (Chirstm.) Swingle

Synonymie

Limonia aurantifolia Christm.

Noms vernaculaires

Créole : citron [sitron, chitron].

Wayãpi : sitolõ.

Palikur : situru.

Français : citron vert.

Portugais : lima.

Écologie, morphologie

Arbre cultivé pour ses fruits dans tous les villages de Guyane. Son introduction remonte à la fin du XVIIe siècle.

Emplois

Chez les Créoles, le jus de citron, macéré avec du sel et de la chandelle molle, est appliqué sur la peau en cas de coup. Le jus seul soigne les piqûres de guêpe en application externe (Lalloué, 2000).

Cette espèce, introduite chez les Wayãpi au même moment que l’oranger, n’était utilisée, jusque vers 1970, que comme plante médicinale.

Les feuilles écrasées sont préparées en macération frottée sur les fronts douloureux. Cf. d’autres utilisations à Begonia glabra (Bégoniacées) et à Renealmia guianensis (Zingibéracées).

Chez les Palikur, outre les usages précédents, le jus de citron est bu contre le mal de gorge. Mélangé à des cendres et du rhum, il est absorbé comme abortif. Une décoction de la racine, associée à celle de Solanum stramoniifolium Jacq., (Solanacées), est également abortive.

La tranche du fruit chauffée au feu est appliquée sur les dartres, les érysipèles (avec du rhum), les ulcères de leishmaniose et les crevasses mammaires.

Citrus sinensis (L.) Osbeck

Synonymie

Citais aurantium L var. sinensis L.

Noms vernaculaires

Créole : orange [joranj, zoranj], orange douce.

Wayãpi : apɨ

Palikur : uwas.

Français : orange.

Portugais : laranja.

Écologie, morphologie

Mêmes remarques que pour l’espèce précédente.

Collection de référence

Jacquemin 1500.

Emplois

Les feuilles sont utilisées par les Créoles et les Palikur pour soigner la grippe.

Elles servent à préparer une tisane aromatique. La décoction de la partie interne du zeste est considérée comme vomitive par les Palikur.

Les Wayãpi qui l’ont empruntée au XIXe siècle aux ethnies de la côte en usent comme les Créoles

Chimie et pharmacologie

D’après Paris et Hurabielle (1981), les fruits des Citais renferment de l’acide citrique, des glucides, de la pectine, des huiles essentielles, de la vitamine Cl, et des hétérosides flavoniques.

Ces derniers sont surtout abondants dans le péricarpe ; la plupart appartiennent au groupe des flavanones dont les principaux sont : l’hespéridoside, le naringoside et l’ériodictyoside avec de faibles quantités de flavones et de flavonols. Ces substances appelées citroflavonoïdes sont utilisées dans la pharmacopée actuelle dans tous les cas de fragilité capillaire La peau des fruits est colorée par des caroténoïdes. On trouve des huiles essentielles dans les feuilles et les fleurs, et les tisanes préparées avec ces organes sont stomachiques et antispasmodiques.

Ertela trifolia (L.) Kuntze

Synonymie

Monnieria trifolia L

Noms vernaculaires

Créole : jaborandi (Devez, 1932).

Wayãpi : ka’a malaka.

Palikur : bukuyuvya.

Portugais : jaborandi-do-Pará, alfavaca-de-cobra, alfavaca-decobra.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau commun dans le sous-bois des forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 660, 1074, 1581 ; Prévost 3427.

Emplois

Il semble que l’usage de cette plante ait actuellement disparu de la médecine créole. Devez (1932) la qualifiait pourtant de jaborandi de Guyane, quoique selon Corréa ([1926] I 1984) ses propriétés toniques, stimulantes et sudorifiques soient inférieures à celles des vrais jaborandis (Pilocarpus spp., Rutacées) du sud du Brésil.

  • 112 On retrouve des usages proches à ceux des anciens Créoles et des Palikur chez les Aluku, qui l’util (...)

Nous avons trouvé Ertela trifolia en usage seulement chez les Palikur pour soigner les céphalées en lavage externe avec la décoction des feuilles. Par ailleurs la plante entière pilée dans très peu d’eau jusqu’à obtenir une pâte avec un pied de Petiveria alliacea (Phytolaccacées) et des rameaux de Mimosa pudica (Mimosacées), est appliquée sur les douleurs d’origine magique envoyées par des chamanes malfaisants112.

Étymologie

Wayãpi : de ka’a, « plante » et malaka, « hochet de chamane », « la plante hochet de chamane ». Les Wayãpi ne connaissent plus la raison de ce nom.

Palikur : de bukuyuy, « luciole » et aβeya, « plante », « la plante des lucioles » ; cet insecte est porteur de présage de maladie.

Chimie et pharmacologie

Une étude chimique détaillée de Ertela trifolia a été menée par l’équipe du Professeur Fourasté-Roy (1973).

Plusieurs alcaloïdes furoquinoléiques (dictamnine, 6-méthoxy-7-hydroxy-dictamnine, arborinine, évoxine, haplopine, skimiamine) ont été mis en évidence dans les racines, les feuilles et les tiges. Les feuilles renferment en outre 0,4 à 0,5 % d’une huile essentielle jaune et fluide et les racines 0,10 à 0,15 %.

Uncaria guianensis

Uncaria guianensis

Zanthoxylum ekmanti (Urban) B. Alain

Synonymie

Fagara ekmanii Urban.

Noms vernaculaires

Créole : zepini [zépini, lépini], bois piquant.

Wayãpi : sala’i.

Palikur : —

Portugais : tamanqueira (terme générique).

Écologie, morphologie

  • 113 Zanthoxylum ekmanii est une espèce assez rare atteignant une grande taille et qui ne semble commune (...)

Arbre peu commun des forêts secondaires anciennes, des chablis et rarement de la forêt primaire113.

Collections de référence

Grenand 1558 ; Jacquemin 1750.

Emplois

Diverses espèces du genre Zanthoxylum sont signalées dans la littérature pour les propriétés médicinales de leurs écorces amères. En Guyane, il semble bien qu’elles puissent être indifféremment utilisées.

Les Wayãpi emploient l’espèce présente comme analgésique dentaire.

L’écorce très amère est soit mastiquée, soit râpée finement et appliquée en tampon dans les dents cariées.

Étymologie

Créole : zepini, « épine » et bois piquant, « arbre piquant » se réfèrent tous les deux aux nombreuses et énormes épines parsemant les troncs des Zanthoxylum

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (6, 1973), le bois de Zanthoxylum flavum Vahl, espèce voisine de Zanthoxylum ekmanii, contient des coumarines : psoralène et subérosine, avec une supposée xanthotoxine. Les racines renferment la 5-méthoxycanthinone et la ménispérine.

Le psoralène est une phytoalexine utilisée par les plantes comme réponse défensive aux attaques par les champignons et les insectes. Ce corps a montré un effet photosensibilisateur et phototoxique sur l’homme et les animaux. Il a été utilisé en photochimiothérapie pour soigner le vitiligo, le psoriasis et les mycoses (Bruneton, 1999).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Zanthoxylum ekmanti

Zanthoxylum ekmanti

Zanthoxylum pentadrum (Aubl.) R. Howard

Synonymie

Fagara pentandra Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : bois zépine, bois piquant,

zépini [zépini, lépini].

Wayãpi : sala’iu.

Palikur ; wahinru.

Écologie, morphologie

Arbre des recrus forestiers reconnaissables aux grosses épines coniques du tronc.

Collections de référence

Jacquemin 1751 ; Moretti 1374 ;

Sauvain 212.

Emplois

  • 114 L’écorce de Zanthoxylum pentandrum est utilisée aux mêmes fins que les Wayãpi par les Yanomami du B (...)

Pour les Créoles, même usage que Zanthoxylum rhoifolium et pour les Wayãpi, même usage que Zanthoxylum ekmanii114.

Chimie et pharmacologie

Le bois de Zanthoxylum pentandrum renferme du lupéol et les alcaloïdes berbérine et magnoflorine.

Les écorces de tronc renferment de la magnoflorine. de la choline et un alcaloïde inconnu (van Eijk, 1962). Pour les propriétés de la berbérine, se reporter à Zanthoxylum rhoifolium.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Zanthoxylum rhoifolium Lam.

Synonymies

Fagara rhoifolia (Lam.) Engl, ;

Zanthoxylum perrottetii DC.

Noms vernaculaires

Créole : bois zépine, zépine tite feuille [zépini-ti-féy], bois piquant.

Wayãpi —

Palikur puduku wakãu

Portugais : tamanqueira (terme générique).

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen des recrus forestiers, reconnaissable à son tronc épineux ; absent dans le sud-est de la Guyane.

Collections de référence

Grenand et Prévost 1988 ; Jacquemin 2650 ;

Moretti 23 ; Prévost 3781.

Emplois

La décoction des écorces de tronc est utilisée en bain le plus chaud possible par les Créoles pour soigner les chancres vénériens ainsi que les éruptions de boutons sur les jambes des enfants.

  • 115 Devez (1932) indique pour cette espèce un usage identique chez les Créoles à celui de Zanthoxylum e (...)

On peut également compléter le traitement en buvant cette décoction très amère. L’écorce macérée dans le vin ou le rhum est prise comme tonique amer, antipaludique et antiblennorragique115. Les Créoles emploient indifféremment les deux espèces de Zanthoxylum les plus communes en Guyane.

Chez les Palikur, la décoction de l’écorce prise en bain est efficace pour se débarrasser des poux d’agouti (Schongastia guianensis,

Trombiculidés) ; la même préparation est utilisée pour soigner la gale.

La décoction des racines à laquelle on ajoute des pelures de mangue (cf. Mangifera indica, Anacardiacées) est absorbée pour faciliter l’expulsion du placenta après l’accouchement.

Pour une autre utilisation médicinale, cf. Picrolemma sprucei (Simaroubacées).

Étymologie

Créole : de zépine, cf. plus haut et tite feuille, car les feuilles sont plus petites que chez les autres Zanthoxylum.

Palikur : puduku wakãu, de puduku, « épine » et wakawe, « [branches] déliées », car on distingue bien les branches les unes des autres.

Chimie et pharmacologie

De Zanthoxylum rhoifolium, ont été isolés les alcaloïdes suivants : berbérine, allocryptopine, candicine, magnoflorine, N-méthyl canadine, N-méthyl isocorydine, N-méthyl thalicmidine et tembératine (Mester, 1973).

La berbérine est un alcaloïde aporphinique assez répandu ayant des propriétés antibactériennes et antimalariques (Merck, 1976). Elle est peu toxique et bien tolérée. L’allocryptopine diminue le rythme cardiaque et son action antifibrillaire a trouvé des applications cliniques (Manske et Holmes, 5, 1955).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Zanthoxylum pentadrum

Zanthoxylum pentadrum

Notes

1 Le Cointe (1934) Signale Pourtant En Amazonie L’utilisation De La Macération Des Graines Pour Soigner Les Conjonctivites Granuleuses Et Celle Des Racines Comme Substitut De La Réglisse (Glycyrrhiza Glabra L., Papilionacées). Ce Dernier Emploi Est Tout à Fait Normal Puisque Les Racines Des Deux Espèces Renferment La Même Substance Active, à Goût Sucré : La Glycyrrhizine.
La Décoction Des Graines Pour Soigner La Conjonctivite Est également Signalée Chez Les Tikuna Du Haut Amazone (Schultes Et Raffauf, 1990). McClure (1982) Indique Aussi L’usage De La Plante Pour Soigner La Toux Et La Fièvre, Tant En Afrique Qu'aux Caraïbes.

2 Les deux espèces Alexa wachenheimii Benoist et Alexa grandiflora Ducke (Grenand et Prévost 2027), toutes deux présentes dans la vallée de l'Oyapock, sont difficiles à distinguer dans l’état actuel des connaissances.

3 Une espèce endémique de Guyana, Alexa imperatricis (R. H. Schomb.) Baill, est réputée très toxique (écorce et graines). Elle est cependant utilisée à faible dose pour traiter le paludisme ou soigner les morsures de Bothrops par les Amérindiens du nord-ouest de ce pays (van Andel, 2000).

4 Les mêmes usages sont signalés par Richard (1937), Luu (1975) et Gély (1983). Chez les Caboclos de la région de Santarém, la tisane des feuilles battues avec un oeuf est prise contre la toux (Branch et Silva, 1983).

5 Déjà à la fin du XIXe siècle, Coudreau (1893) signalait un « haricot » à usage alexitère chez les Wayãpi.

6 D’un emploi limité en Guyane, cette plante, ainsi que Dalbergia ecastaphyllum (P. Brown ex L.) Taub., est en revanche largement employée au Brésil. L'écorce préparée en décoction est utilisée soit en bain de siège pour combattre les problèmes gynécologiques (van den Berg, 1984) soit prise en tisane pour soigner les ictères ; l’écorce peut aussi être appliquée en emplâtre sur les piqûres de raie (Amorozo et Gély, 1988). En Amazonie, l'écorce interne d'une troisième espèce, Dalbergia subcymosa Ducke, également présente en Guyane, sert à préparer une décoction bue contre la bronchite (Silva et al., 1977).

7 Selon Berton (1997), les Palikur peuvent associer à cette préparation les feuilles de Elephantopus mollis (Astéracées), l’écorce de Brosimum acutifolium (Moracées) et les tiges et feuilles de Aristolochia spp. (Aristolochiacées).

8 Les Tiriyo utilisent cette espèce en bain contre la fièvre (Cavalcante et Frikel, 1973). Une espèce proche, Desmodium guianense DC., est signalée par Heckel (1897) sous le nom de petit cousin de savane comme remède contre la dysenterie et le flux intestinal. Les Caboclos du Rio Madeira utilisent Desmodium tortuosum (Sw.) DC. en shampooing contre les pellicules et en infusion contre la gonorrhée (di Stasi et al., 1994). Divers Desmodium sont utilisés par les Créoles et les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana pour prévenir la calvitie ou comme hémostatique (van Andel, 2000).

9 La tisane préparée avec cette plante est utilisée par les Amérindiens du Rio Apaporis (Colombie) pour soulager les maux de tête persistants (Schultes et Raffauf, 1990).

10 Chez les Palikur, le même nom et les mêmes usages s’appliquent aussi à Taralea oppositifolia Aublet, Papilionacées (Grenand 2115).

11 Des usages proches ou identiques des Dipteryx semblent fréquents dans le bassin amazonien. La décoction de l'écorce est bue contre le mal de gorge chez les Caboclos du Rio Madeira et du bas Amazone (di Stasi et al., 1994 ; Amorozo et Gély, 1988) ; la macération des graines dans l'alcool sert à soigner les coupures et les contusions chez les Caboclos de la région de Santarém (Branch et Silva, 1983) ; enfin les feuilles ajoutées au bain aident à soulager les courbatures chez les Aluku (Fleury, 1991).

12 L'espèce, reconnaissable à sa magnifique floraison rouge orangé et à son tronc épineux, n’existe en Guyane française que dans la zone côtière, affectionnant surtout la lisière des forêts inondables et l'arrière-mangrove.

13 Un usage pour soigner le paludisme a également été trouvé chez les Tikuna du haut Amazone (Schultes et Raffauf, 1990).

14 Une décoction antitussive de l’écorce est préparée chez les Tacana avec Erythrina dominguezii Hassler et E. poeppigiana (Walpers) Cook (Bourdy et al., 2000).

15 Le Cointe (1934) signale en Amazonie l'usage de la tisane de racine pour soigner les rhumatismes, tout en soulignant le risque d’effet toxique à haute dose.

16 Nous n'avons pas trouvé en Guyane les nombreux usages indiqués par Le Cointe (1934) pour l'Amazonie brésilienne : racines contre l'ictère et l’épilepsie, feuilles diurétiques, stomachiques, purgatives, fébrifuges et antispasmodiques, racines insectifuges. L'ensemble de la plante enfin, serait un antidote du mercure et de l'arsenic.

17 Précisons que plusieurs Lonchocarpus lianescents ou arbustifs, connus sous le terme générique de timbó au Brésil, barbasco dans les pays hispanophones et haiari à Surinam et en Guyana, sont utilisés comme ichtyotoxiques par les Amérindiens et les populations rurales de l'Amazonie et des Guyanes.
On notera enfin que la famille des Papilionacées fournit 25 % des plantes ichtyotoxiques connues mondialement (Acevedo-Rodriguez, 1990).

18 Des usages encore plus extraordinaires ont été notés chez les Amérindiens et les Créoles du nord-ouest de la Guyana, qui absorbent la sève pour soigner le sida ou les cancers intestinaux (van Andel, 2000).

19 La nivrée coton, une des nivrées les plus réputées en Guyane, constitue un véritable imbroglio ethnobotanique et taxonomique : dans l'Index de Kew, nous trouvons l'indication Lonchocarpus floribundus Benth. = L. nicou sans précision d'auteur (Ann. Nat. Hist. Ser. I. III, 1839 : 432).
Nous trouvons aussi comme espèce valide, L. nicou DC., avec comme basyonime (Aubl.). Cette même espèce est reprise par A. Chevalier comme L. nicou (Aubl.) DC. A. Cheval., ce qui est assez inhabituel en taxonomie (Rev. Bot. Appliq. 1937, XVII : 580, descr. ampl.). La confrontation des collections d'herbier réalisées et des données ethnobotaniques recueillies nous portent à croire que nos échantillons correspondent à l'espèce décrite par Aublet comme Robinia nicou = Lonchocarpus nicou (Aubl.) DC., qui serait devenue L. rufescens Benth., selon Plotkin et al. (1991), bien que ces deux taxons soient encore considérés comme valides dans la Checklist of the Plants of the Guianas.

20 Étym. Saramaka : muyèé du portugais mulher, « femme, femelle ». Il s'agit donc de la nivrée femelle, par opposition à Lonchocarpus chrysophyllus.

21 La nivrée coton, une des nivrées les plus réputées en Guyane, constitue un véritable imbroglio ethnobotanique et taxonomique : dans l'Index de Kew, nous trouvons l'indication Lonchocarpus floribundus Benth. = L. nicou sans précision d'auteur (Ann. Nat. Hist. Ser. I. III, 1839 : 432).
Nous trouvons aussi comme espèce valide, L. nicou DC., avec comme basyonime (Aubl.). Cette même espèce est reprise par A. Chevalier comme L. nicou (Aubl.) DC. A. Cheval., ce qui est assez inhabituel en taxonomie (Rev. Bot. Appliq. 1937, XVII : 580, descr. ampl.). La confrontation des collections d'herbier réalisées et des données ethnobotaniques recueillies nous portent à croire que nos échantillons correspondent à l'espèce décrite par Aublet comme Robinia nicou = Lonchocarpus nicou (Aubl.) DC., qui serait devenue L. rufescens Benth., selon Plotkin et al. (1991), bien que ces deux taxons soient encore considérés comme valides dans la Checklist of the Plants of the Guianas.

22 Cependant cette espèce est fréquente en Amazonie centrale où son usage est bien connu des populations amérindiennes et rurales.
Les Tenharim du Rio Madeira absorbent l'infusion des racines comme remède alexitère (di Stasi et al., 1994).

23 Les racines sont également utilisées comme ichtyotoxique par les Warao du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

24 Ce nom est également donné par les Créoles à Dioclea malacocarpa Ducke (Oldeman, 839) et à Mucuna urens (cf. fiche suivante), qui ont des graines très similaires.

25 Nous n'avons pas trouvé d'autre usage médicinal pour cette espèce pourtant citée comme remède contre la gonorrhée et les céphalées chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973), pour soigner l'essoufflement, la leishmaniose, l’enflement du scrotum ou encore la toux (graines râpées ou grillées) chez les Aluku (Fleury, 1991) et comme vermifuge, par action mécanique des poils mêlés à du miel (Perrot, 1944). Cependant, les Créoles donnant le même nom de zieu bourrique à Mucuna sloanei (cf. fiche précédente), il est possible que les usages soient aussi confondus.

26 Panacoco désigne en Guyane des lianes et des arbres à graines rouges et noires ; il s'agit surtout des espèces du genre Ormosia.

27 Cette espèce commune en Amazonie semble plus rare le long des cours des fleuves et dans les forêts humides de basse Guyane. Elle se distingue des autres Ormosia par la plus grande taille de ses graines.

28 Un usage identique a été trouvé chez les Cabodos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988). En Guyana, on soigne les rhumatismes avec l'écorce interne et on soulage les rages de dent avec les graines râpées (Polak, 1992).

29 Van Andel (2000) signale l'usage de la sève rouge de l’écorce diluée dans l'eau pour soigner la dysenterie, les affections bucales ou le muguet des enfants chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana.

30 Cette espèce a été récemment introduite chez les Wayãpi du haut Oyapock – à la suite d une visite chez les Kali'na d'Awala-Yalimapo – qui la nomment comme Lonchocarpus negrensis.

31 Cet arbuste présent surtout dans la zone côtière a toujours été observé, cultivé ou entretenu près des lieux habités. Il semble qu’il en soit de même pour toute l'Amazonie (Ducke, 1949).

32 Au XVIIIe siècle, ce remède était connu de toutes les populations côtières ; actuellement son usage a beaucoup régressé au profit des Vismia (Clusiacées) et de Senna alata (Caesalpiniacées), sauf chez les Palikur et les Créoles de la région de Saint-Georges, qui le préfèrent encore.
L'usage contre diverses dermatoses est signalé chez les Caboclos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988) et aussi contre la gale chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (Polak, 1992 ; van Andel, 2000).

33 Un Vataireopsis sp. est signalé chez les Chacobo comme remède contre la gale (Muñoz et al. 2000a).

34 Même nom et même usage pour Passiflora glandulosa Cav. (Moretti 1385 ; Grenand 1661) et pour Passiflora amoena Escobar (Moretti 403), lianes forestières moins communes.

35 Cette espèce, quelquefois consommée pour ses fruits, est abondante partout, aussi bien dans les vieilles plantations, les bords de piste qu’en végétation ripicole.

36 Diverses passiflores sont utilisées à des fins médicinales : c'est le cas de Passiflora coccinea ou de Passiflora vespertilio L., l'une chez les Caboclos du Rio Madeira, l’autre chez les Aluku : les feuilles sont prises en tisane contre les troubles cardiaques (di Stasi et al., 1994 ; Fleury, 1991) ; c'est aussi le cas de Passiflora sp., utilisé chez les Makushi comme hémostatique (Schomburgk, in Roth, 1924) et de Passiflora foetida L. que les Caraïbes de la Dominique utilisent comme fortifiant (Hodge et Taylor, 1957) et les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana comme déparasitant intestinal (van Andel, 2000).

37 Une utilisation similaire des racines est signalée par Le Cointe (1934) chez les Caboclos du bas Amazone et chez les Créoles et les Amérindiens du nord de la Guyana (van Andel, 2000).
L'amère décoction des feuilles est également signalée comme emménagogue (Lemée, IV, 1956).

38 Ce fait a été signalé dans diverses régions d'Amérique tropicale, telle la Colombie (Garcia-Barrica, 1975) et le Brésil (Le Cointe, 1934).
Heckel (1897) y consacre un paragraphe qu'il nous semble intéressant de citer : « La racine, qu'on dit un puissant narcotique, est considérée comme un poison dangereux, au point qu'on recommande de ne pas planter de barbadines au bord des citernes.
À petite dose, elle serait vomitive et taenicide (?). Cette racine mérite une étude sérieuse et méthodique. Fraîche, elle a une odeur rappelant celle de la rave et serait, d’après Ricord Madiana, le poison dont se servaient les nègres des Antilles pour se venger de leurs ennemis. On combattrait les effets nocifs en administrant toutes les deux heures une décoction faite avec une poignée de Petiveria alliacea et Cassia emarginata L. Idevenu Senna atomaria (L.) Irwin et Barnebyl ».

39 Même nom et même usage pour Passiflora glandulosa Cav. (Moretti 1385 ; Grenand 1661) et pour Passiflora amoena Escobar (Moretti 403), lianes forestières moins communes.

40 Cette espèce, quelquefois consommée pour ses fruits, est abondante partout, aussi bien dans les vieilles plantations, les bords de piste qu’en végétation ripicole.

41 Diverses passiflores sont utilisées à des fins médicinales : c'est le cas de Passiflora coccinea ou de Passiflora vespertilio L., l'une chez les Caboclos du Rio Madeira, l’autre chez les Aluku : les feuilles sont prises en tisane contre les troubles cardiaques (di Stasi et al., 1994 ; Fleury, 1991) ; c'est aussi le cas de Passiflora sp., utilisé chez les Makushi comme hémostatique (Schomburgk, in Roth, 1924) et de Passiflora foetida L. que les Caraïbes de la Dominique utilisent comme fortifiant (Hodge et Taylor, 1957) et les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana comme déparasitant intestinal (van Andel, 2000).

42 Une utilisation similaire des racines est signalée par Le Cointe (1934) chez les Caboclos du bas Amazone et chez les Créoles et les Amérindiens du nord de la Guyana (van Andel, 2000).
L'amère décoction des feuilles est également signalée comme emménagogue (Lemée, IV, 1956).

43 Ce fait a été signalé dans diverses régions d'Amérique tropicale, telle la Colombie (Garcia-Barrica, 1975) et le Brésil (Le Cointe, 1934).
Heckel (1897) y consacre un paragraphe qu'il nous semble intéressant de citer : « La racine, qu'on dit un puissant narcotique, est considérée comme un poison dangereux, au point qu'on recommande de ne pas planter de barbadines au bord des citernes.
À petite dose, elle serait vomitive et taenicide (?). Cette racine mérite une étude sérieuse et méthodique. Fraîche, elle a une odeur rappelant celle de la rave et serait, d’après Ricord Madiana, le poison dont se servaient les nègres des Antilles pour se venger de leurs ennemis. On combattrait les effets nocifs en administrant toutes les deux heures une décoction faite avec une poignée de Petiveria alliacea et Cassia emarginata L. Idevenu Senna atomaria (L.) Irwin et Barnebyl ».

44 Ce remède semble typique des Guyanes, puisqu'il est utilisé chez les Aluku pour soigner l'hypertension artérielle (Fleury, 1991) et chez les Créoles de Guyana comme fébrifuge pour les bébés et pour soigner les problèmes cardiaques chez les adultes (van Andel, 2000).

45 Cette plante a été introduite par des Brésiliens, dans les années 1980, chez les Wayãpi de l'Oyapock, où elle est désormais utilisée en bain fébrifuge et comme protection magique.

46 En vérité, l’aire d'utilisation de cette espèce est très large en Amérique tropicale ; à titre d'exemple, citons son usage comme emménagogue, contre-poison et plante magique chez les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, 1957), par les Caboclos de l’État de Para en association ou non pour soulager les céphalées, les douleurs articulaires et les douleurs abdominales (Furtado et al., 1978) ou encore les Tikuna du haut Amazone pour soigner la bronchite, les douleurs auriculaires, les maux de tête et la fièvre (Schultes et Raffauf, 1990).

47 Lors d’une de nos enquêtes, le nom mokolo a aussi été appliqué à Celtis iguanaea (|acq.) Sarg. (Ulmacées) (Prévost et Grenand, 871) que la majorité des Wayãpi nomme yakale ãkutãy, « ce qui accroche la tête du caïman ». L’habitat ripicole de Celtis iguanaea nous incite à préférer cette seconde assertion.

48 wɨlapa laɨ est plus communément attribué à un autre poison de chasse, Fevillea cordifolia (cf. Cucurbitacées).

49 Le nom et l’usage s'appliquent également à Seguieria aculeata |acq. (Jacquemin 2346).

50 Espèce récemment décrite (1998) par A. Görts van Rijn à Utrecht.

51 Nous avions préalablement identifié par erreur cet échantillon comme étant Hydrocotyle umbellata L. (Apiacées).

52 Ces usages, ainsi que d’autres, se retrouvent un peu partout en Amérique tropicale : en décoction, cette plante sert à soigner l'hypertension et, en sirop, la toux chez les Caboclos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988) ; elle est utilisée pour ses vertus diurétiques et pour soigner les dérèglements menstruels chez les Caboclos de la région de Santarém (Branch et Silva, 1983) ; enfin les Aluku utilisent la sève mélangée à l'huile de coco pour soigner la mycose dite pied d'athlète et les feuilles en infusion pour traiter l'hypertension artérielle (Fleurv, 1991).

53 Cette plante aux feuilles petites, rondes et charnues tapisse les troncs pourris, couchés dans le sous-bois de la forêt primaire.

54 Un usage identique a été observé chez les Yanomami du Brésil (Milliken et Albert, 1996) et chez les Aluku (Fleury, 1991).

55 Ces deux noms employés indifféremment recouvrent un groupe de Peperomia caractérisés par leurs feuilles lancéolées et leur association fréquente avec des fourmilières arboricoles. Plusieurs espèces ont été collectées :

Peperomia elongata Kunth (Lescure 318).

Peperomia glabella (Swartz) A. Dietr. (de Granville 2484 ; Grenand 133).

Peperomia macrostachya (Vahl) A. Dietr. (Grenand 697 ; Jacquemin 1538).

Peperomia obtusifolia (L.) A. Dietr. (de Granville 2483).

56 De nombreux usages médicinaux des tiges feuillées ont été trouvés en Amazonie au cours de la dernière décennie pour ces espèces jusque-là négligées : Peperomia elongata est utilisé par les Caboclos du Rio Madeira pour soigner la diarrhée et les douleurs abdominales ; Peperomia glabella sert à soigner la conjonctivite chez les Ingano de Colombie ; Peperomia macrostachya est considéré comme antipyrétique chez les Taiwano d'Amazonie colombienne et les Yanomami du Brésil ; enfin Peperomia obtusifolia sert à soigner les lombalgies chez les Aluku, les rhumatismes articulaires chez les Kubeo du Rio Uaupés et les mycoses en tache au Venezuela (Delascio Chitty, 1985 ; Schultes et Raffauf, 1990 ; Fleury, 1991 ; di Stasi et ai, 1994 ; Milliken et Albert, 1996).

57 Ces usages s’appliquent aussi à divers Piper arbustifs dont les principaux sont P. dumosum, P. obliquum et P. trichoneuron (cf. infra), mais d’autres sont parfois utilisés tels que Piper amapense Yunck. (lacquemin 1686, Lescure 315), Piper brownsbergense Yunck. (de Granville 2499) ou encore Piper pulleanum Yunck. (Grenand 867).

58 Au Surinam, d’après Hegnauer (5, 1969), les feuilles sont utilisées comme compresse. Nous avons constaté que dans ce pays, les Arawak de Powaka se frictionnent le corps avec la décoction de cette plante pour soigner les douleurs.
Chez les Caboclos du Rio Madeira (di Stasi, 1994), on retrouve les mêmes usages contre les piqûres d’insecte et comme analgésique, auxquels s'ajoute l'utilisation en emplâtre des feuilles pour soigner l'érysipèle chez les Caboclos du bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988).

59 D'après Lemée (I et IV, 1955 et 1956), cette plante prise en infusion est dotée de propriétés stomachiques et cholagogues ; les racines sont diurétiques et sudorifiques ; enfin, le fruit aromatique peut remplacer celui de poivrier. L’usage stomachique en association avec Aristolochia trilobata (Aristolochiacées) est aussi signalé chez les Caboclos de la région de Santarém (Branch et Silva, 1983).

60 Le nom et les usages s'appliquent aussi à Piper hispidum Swartz (Berton 149, 215).

61 Cette espèce semble particulièrement typique du bassin de l'Oyapock où elle forme des petits peuplements assez denses. Elle est souvent confondue par les Créoles, les Palikur et les Wayãpi avec Piper bartlingianum (Miq.) C. DC. (Grenand 2121 ; Jacquemin 1709) et Piper alatabacum Trel. et Yunck. (Grenand 2103 ; Haxaire 583), d'aspect similaire et présentant les mêmes propriétés.

62 Cette espèce, ainsi que P. alatabacum et P. bartlingianum, dont les propriétés n'avaient jamais été décrites, semble pouvoir être rattachée au groupe des « faux jaborandi », Pipéracées à saveur brûlante, telles que Piper jaborandi Vell. et P. corcovadensis (Miq.) DC. du Brésil méridional ou Piper dactylostigmum Yuncker, Piper daguanum C. DC., Piper darienense C. DC. et Piper ottonoides Yuncker d'Amazonie (Mors et Rizzini, 1966 ; Silva et al., 1977 ; Schultes et Raffauf, 1990 ; Balée, 1994 ; Munoz et al., 2000a).
Plusieurs Piper non identifiés cités, pour les Guyanes, par divers auteurs (Crevaux, 1883 ; Geyskes, 1942 ; Frikel, 1973) comme adjuvants du curare, se rattachent sans doute à ce groupe.
L’usage de Piper entrant dans la préparation des curares (Piper caudatum Vahl, P. dumosum Rudge ou P. hispidum Swartz) a également été observé en Amazonie occidentale (Schultes et Raffauf, 1990).

63 Le jus d’une petite Pipéracée, Piper consanguineum Kunth, est appliqué chez les Waimiri-Atroari sur les morsures de serpent et les coupures infectées (Milliken et al., 1992).

64 Potomorphe peltata est abondamment utilisée par les médecines populaires d’Amérique tropicale : à Trinidad elle est utilisée pour soigner les céphalées (Wong, 1976) ; au Brésil, où, en sus des usages déjà indiqués, le suc brut est un remède contre les brûlures, la tisane des feuilles est diurétique et souveraine contre les maladies de foie (Le Cointe 1, 1922 ; Lemée, IV, 1956) ; ou encore en Bolivie chez les Mosetene, où elle sert à soigner les ulcérations de la peau, la furonculose et les blessures (Muñoz et al., 2000a).

65 L’usage des feuilles connu dans la campagne française, comme dans le Morvan par exemple, pour soigner en emplâtre les furoncles et les anthrax ou en infusion pour traiter les inflammations oculaires est à mettre en parallèle (Crosnier, 1998).

66 Ce bambou, introduit d'Asie très anciennement puisque qu'il possède un nom spécifique dans les langues amérindiennes, est surtout commun autour des bourgs de la côte. Il a cependant été introduit çà et là dans l'intérieur.

67 De très nombreux usages médicinaux, pour soigner le paludisme, les problèmes cardio-vasculaires, pour favoriser l'expulsion du placenta, etc., ont été trouvés, le plus souvent en association avec d'autres plantes, chez les Arawak et les Créoles de Guyana (van Andel, 2000).

68 Au Brésil, la décoction d’une espèce proche (Andropogon schoenanthus L.) est prise pour soigner les douleurs intestinales (Furtado et al., 1978).

69 L'usage pour soigner la grippe et la fièvre semble généralisé : il a été trouvé chez les Caboclos d’Amazonie brésilienne, les Aluku de Guyane française, les Tikuna du haut Amazone, etc. (Amorozo et Gély, 1988 ; di Stasi et al., 1994 ; Fleury, 1991 ; Schultes et Raffauf, 1990).

70 Cet usage, ainsi que celui de soigner la cystite et la pneumonie, est signalé de Trinidad (Wong, 1976).

71 L'usage capillaire (pour prévenir la calvitie) a été observé chez les Caboclos du bas Amazone et dans le nord de la Guyana (Amorozo et Gély, 1988 ; van Andel, 2000).

72 Les bambous croissant en Cuyane restent actuellement difficiles à identifier, essentiellement en raison de la difficulté à recueillir du matériau fertile.
Lors de nos enquêtes de terrain, les Palikur nous ont montré sept espèces et les Wayãpi cinq.

73 Ce bambou pousse en grandes formations monospécifiques soit au bord des cours d'eau, soit à flanc de colline. Il semble que certains peuplements puissent être reliés à la présence ancienne de villages.

74 L'usage le plus fréquent chez les Amérindiens est bien sûr la fabrication des hampes de flèche de chasse ou de pêche.

75 Les Mosetene de Bolivie utilisent la moelle préparée en tisane pour traiter les parasites intestinaux et la dysenterie (Muñoz et al., 2000b).

76 Nous avons trouvé peu de plantes médicinales parmi les petites graminées de Guyane.
En revanche une enquête menée chez les Tiriyo du Paru de l’Oeste, ethnie vivant tant en forêt qu’en savane, a révélé onze espèces médicinales dans cette famille (Cavalcante et Frikel, 1973).

77 Le terme patchouli s'applique en premier lieu à une Lamiacée odoriférante, Pogostemon patchouli Pellet, originaire de l’Inde.

78 Les Palikur utilisent aux mêmes fins l'espèce Securidaca pubescens DC. (Moretti 1300 ; Prévost 1375) qu’ils distinguent sous le nom de mayeβie seine.

79 Les Wayãpi donnent le même nom et attribuent le même usage à Coccoloba marginaux Benth. (Grenand 170, 283).
L'écorce de cette dernière espèce est utilisée comme antidiarrhéique par les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000). Le genre Coccoloba se divise en petits arbres de zones plus ou moins ouvertes et en lianes croissant en forêts primaire ou secondaire. C'est à ces dernières qu'appartiennent les présentes espèces.

80 Divers Coccoloba servent de charmes de chasse pour la tortue terrestre (Geochelene denticulata) et le daguet rouge (Mazama ame ricana) chez les Urubu-Ka'apor (Balée, 1994).

81 Le Cointe (1934) signale l'utilisation en Amazonie d'une espèce proche, Polygonum acre Kunth., comme diurétique, emménagogue, abortif et, en clystère, pour soigner les hémorroïdes et les fièvres pernicieuses.

82 Il est remarquable que cette espèce soit utilisée dans une région où elle est peu commune, alors qu'elle ne semble pas connaître d’usage dans la zone côtière où elle abonde dans les marécages et les cours d’eau lents.

83 Aux Antilles françaises, on donne le nom de pourpier, pourpier bord de mer, pourpier amer, etc., à diverses espèces de Portulaca (Fournet, 1978).

84 Chez les Aluku, cette espèce est utilisée différemment en massage contre les fractures, pour soigner les genoux enflés ou en bain pour donner de la force aux enfants malnutris (Fleury, 1991). Chez les Caboclos du Rio Madeira, on retrouve l'usage fébrifuge mais aussi en thé pour dissoudre les calculs rénaux ou contre les vers intestinaux (di Stasi et al., 1994).

85 Ces noms vernaculaires regroupent plusieurs espèces assez semblables et difficiles à identifier comme à séparer. Au moins un échantillon (Prévost 1925) a été identifié par de Fillips comme Portulaca grandiflora Hook.
Les autres échantillons présentent aussi quelques affinités avec Portulaca pilosa L.

86 Deux espèces sont regroupées sous ce nom, sans être confondues : Cyclanthus bipartitus Poit. (Cyclanthacées) et Rapatea paludosa, mais seule cette dernière espèce est utilisée à des fins médicinales. Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana utilisent le mucilage extrait des inflorescences comme gel capillaire pour prévenir la calvitie (van Andel, 2000).

87 En Amazonie, dans la région de Santarém, les Caboclos utilisent la macération des feuilles en bain comme revigorant (Branch et Silva, 1983).

88 Cette espèce est difficilement distinguée de Rhizophora inangle L., présente dans la même région.

89 Heckel (1897) signale l’écorce de cette espèce comme fébrifuge, astringente et ajoute qu’« en décoction, [elle] s'emploie contre les hémorragies et en gargarisme contre les angines ». Récemment, van Andel (2000) a également trouvé l’usage antidysentérique de l’écorce chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana

90 Les Wayãpi et les Palikur disent aussi que la rainette de Goeldi fait son nid dans les creux de cet arbre et amasse des boulettes faites avec les sécrétions du tronc.
Corréa ([1926] III, 1984) indique que cette espèce est utilisée (feuilles et écorces) pour soigner la toux et l'asthme dans le sud du Brésil.

91 À Trinidad, la décoction de cette plante est bue comme rafraîchissant et pour soigner la grippe, la fièvre, le diabète, la dysménorrhée et les maux d'estomac (Wong, 1976).
Une espèce voisine, Borreria densiflora DC., est utilisée par les Panare du Venezuela pour soigner les plaies et les blessures (Boom, 1990).

92 Le genre Capirona, bien caractérisé par ses infrutescences aux capsules oblongues et surtout son écorce lisse et verte tirant sur le doré et son rhytidome en papier à cigarette, a longtemps été considéré comme représenté par trois espèces dans les Guyanes.
Les spécialistes pensent aujourd'hui qu'elles doivent être regroupées sous l'espèce Capirona decorticans. On notera parallèlement que les Palikur en distinguent une espèce priye à écorce « foncée » et une nommée wahuyu à écorce « dorée ».

93 Les Saramaka considèrent également cette espèce comme magique.
L’écorce est utilisée au Pérou contre le psoriasis (Duke et Vasquez, 1994). De l’écorce tendre, on exprime facilement un jus cristallin considéré comme un excellent alexitère par les Chacobo de Bolivie (Bergeron, IFEA, comm. pers.).

94 Cette espèce est parfois confondue avec Randia armata (Swartz) DC. (Rubiacées), aux épines également irritantes (Prévost et Grenand 2029).

95 Chez les Créoles, la décoction des feuilles mêlée à du sirop de canne a été anciennement signalée (Richard, 1937 ; Heckel, 1897) comme remède contre les bronchites.

96 Cette drogue semble à l’origine propre aux Aluku qui préparent avec les racines, les tiges et des grains de maïs grillés une macération dans le rhum bue comme aphrodisiaque (Fleury, 1991).

97 Les propriétés attribuées à cette espèce sont extensibles à Rudgea guyanensis (A. Rich.) Sandw. (Grenand 1499 ; Prévost et Grenand 880), avec quoi elle est souvent confondue.
Les Aluku préparent également un bain fébrifuge avec cette espèce (Fleury, 1991).

98 En dépit de sa célébrité, cette espèce s’avère peu répandue en Guyane française. Les sujets observés sont soit des pieds semés et entretenus, soit des pieds sauvages, toujours en forêt primaire et atteignant souvent plus de 25 mètres. Par ailleurs, Genipa americana est souvent confondu in situ avec Genipa spruceana Steyerm., espèce beaucoup plus commune, de plus petite taille et croissant en végétation ripicole.

99 Ce dernier usage est signalé aussi au Venezuela (Delascio Chitty, 1985) ; il est à rapprocher du remède observé chez les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, 1957) pour soigner les pians : il est fait de pulpe de fruit de Cenipa americana, de racines écrasées d’un Heliconia (Héliconiacées) et de cendres tirées de la base des feuilles de Gynerium sagittatum (Poacées). Le jus de génipa non dilué est recommandé pour soigner la jaunisse (troubles hépatiques, hépatites) chez les Caboclos de la région de Santarém (Branch et Silva, 1983).

100 Les Geophila forment un genre très homogène et les deux espèces utilisées l'une par les Palikur, l'autre par les Wayãpi (cf. infra) ne sont pas aisées à distinguer.

101 On note un usage identique chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana : le jus des fruits est directement appliqué sur la peau pour traiter les mycoses (van Andel, 2000). Les Yanomami instillent dans les yeux le jus des fruits en cas de conjonctivite (Milliken et Albert, 1996).
Les feuilles d'un Geophila sp. sont utilisées par les Conibo du Pérou pour soigner plaies et furoncles (Tournon et al, 1986a).

102 L'utilisation de la même espèce pour soigner les ulcères et les plaies a été signalée dans la littérature (Baillon in Lemée, IV, 1956), sans précision sur l’ethnie utilisatrice.

103 Comme Foramen multiflora, cette espèce est souvent confondue, sous le nom Wayãpi de uwakaya, avec Rudgea guyanensis (A. Rich.) Sandw.

104 En dépit de son utilisation généralisée en Guyane, puisqu'elle est en outre considérée comme alexitère par les Aluku, cette espèce n'avait encore jamais été signalée dans ce pays comme médicinale. Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana l'utilisent en décoction bue pour soigner la grippe, la toux et la tuberculose (van Andel, 2000) et les Chami de Colombie l'utilisent en bain de siège pour soigner les hémorroïdes (Cayón-Armella et Aristizabal-Giraldo, 1980).

105 Le caractère bicolore des feuilles de cette vraie feuille grage, selon l’expression qui nous a été donnée, courant sur le sol comme un serpent, prédestinait cette espèce au traitement des morsures du grage carreaux (Bothrops atrox).

106 Cet usage est à rapprocher de celui que font les Tiriyo de Sabicea aspera Aublet pour soigner les maux de reins et les rhumatismes (Cavalcante et Frikel, 1973).

107 Selon Schultes et Raffauf (1990), les Amérindiens du Rio Apaporis (Colombie) préparent une tisane antipaludique avec cette espèce.

108 Heckel (1897) signale cependant cette espèce sous son nom scientifique uniquement en précisant qu'elle est employée (par qui ?) « en tisane contre les métrites et contre la gonorrhée ; la décoction en est détersive et sert à panser les ulcères ».

109 Ce nom est aussi attribué en Amérique tropicale à Uncaria tomentosa (Aubl.) Gmelin, et c'est d’ailleurs cette dernière espèce qui est la plus exploitée actuellement.

110 L’usage comme anticancéreux par les communautés forestières des pays andins pourrait, selon nous, être la conséquence de la rumeur qui a probablement vite circulé localement à la suite des récoltes abondantes effectuées pour les firmes pharmaceutiques étrangères.
Nous avons nous-mêmes observé plusieurs fois cet effet retour, sur les communautés, des recherches menées sur le terrain, l’intérêt soudain manifesté par les chercheurs pour telle ou telle plante accréditant les propriétés annoncées (cf. le cas d'Orthosipfton (Lamiacées), dont la réputation en Guyane est largement due à un botaniste, R. Oldeman).

111 Heckel (1897) signale cette espèce utilisée au XIXe siècle par les Boni (Aluku) en gargarisme contre les ulcérations de la bouche.
Les Chacobo de Bolivie et les Yanomami du Brésil utilisent les tiges pour soigner la diarrhée et les douleurs d’estomac (Boom, 1987 ; Milliken et Albert, 1996).
Enfin, van Andel (2000) indique que les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent un thé avec les feuilles pour soigner la grippe et la tuberculose.

112 On retrouve des usages proches à ceux des anciens Créoles et des Palikur chez les Aluku, qui l’utilisent pour soigner les convulsions, les maux de tête, les courbatures, la fièvre, dont la fièvre paludique, ainsi que les douleurs abdominales (Fleury, 1991) et chez les Caboclos du bas Amazone et de la région de Santarém qui en usent tant contre les maux de tête que contre les étourdissements (Branch et Silva, 1983 ; Amorozo et Gély, 1988).

113 Zanthoxylum ekmanii est une espèce assez rare atteignant une grande taille et qui ne semble commune que dans le haut Oyapock.

114 L’écorce de Zanthoxylum pentandrum est utilisée aux mêmes fins que les Wayãpi par les Yanomami du Brésil (Milliken et Albert, 1996).

115 Devez (1932) indique pour cette espèce un usage identique chez les Créoles à celui de Zanthoxylum ekmanii pour les Wayãpi.

Table des illustrations

Titre Abrus precatorius
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Alexa wachenheimii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Cajanus cajan
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Canavalia brasiliensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Dalbergia monetaria
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Dalbegia riedelit
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Dipteryx odorata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Dipteryx punctata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Indigofera suffruticosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Lonchocarpus floribundus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Mucuna urens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Ormosia coutinhoi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Pterocarpus officinalis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Taralea nudipes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau IX. Étude de la toxicité aiguë de différents extraits éthanoliques de Vataireopsis surinamensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Passiflora coccinea
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Passiflora laurifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Passiflora nitida
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Passiflora quadrangularis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Microtea debilis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Petiveria alliacea
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Seguieria americana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Peperomia pellucida
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Peperomia rotundifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Peperomia serpens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Piper augustum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Piper obliguum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Piper trichoneuron
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Plantago major
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Paspalum conjugatum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Coccoloba gymnorrachis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Portulaca oleracea
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Rapatea paludosa. Fleurs entourées de grandes bractées vertes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Rhabdodendron amozoricum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Rhizophora racemosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Borreria verticillata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Capirona decorticans
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Chomelia tenuiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Faramea guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Faramea lourteigiana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Faramea multiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Genipa spruceana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Guettarda macrantha
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Manettia reclinata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Willd. ex. Roem. et Schult
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Psychotria poeppigiana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Psychotria ulviformis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Humb. et Bonpl
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Willd. ex Roem
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Uncaria guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Zanthoxylum ekmanti
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Zanthoxylum pentadrum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20357/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 401k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540