Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

M-O (Malpighiaceae à Oxalidaceae)

Texte intégral

Famille Malpighiaceae

Byrsonima crassifolia (L.) Kunth

Noms vernaculaires

Créole : prunier [prim, prin]. prunier savane [prin-savann], coumaté [koumaté], morossif [morosif].

Wayãpi : palãlã ka’a.

Palikur : mariuβra.

Portugais : murici, muruci.

Kali’na : mule : i.

Écologie, morphologie

Arbre des savanes et des inselbergs.

Collections de référence

Cremers 6999 ; Grenand 1220, 3116 ; Moretti 1013.

Emplois

  • 1 Cette plante à tanins est employée dans divers pays d'Amérique tropicale pour soigner de nombreuses (...)

Pour l’utilisation de cette espèce dans la pharmacopée créole, cf. l’espèce suivante1. Les propriétés colorantes de l’écorce riche en tanins sont utilisées par les Palikur et les Kali’na (Grenand et Prévost, 1994).

Les Palikur préparent, avec l’écorce mise à macérer dans l’eau fraîche pendant plusieurs heures, un remède bu contre la diarrhée. La décoction de l’écorce de couleur rouge sert à préparer un bain défatigant pour les femmes relevant de couches.

Étymologie

Créole : prunier, en raison de la ressemblance avec les pruniers d’Europe, de par l’aspect de l’arbre et, plus vaguement, de ses fruits jaunes et comestibles comme les mirabelles ; koumaté désigne en créole plusieurs arbres tinctoriaux servant à teindre les calebasses. Wayãpi : de palãlã, « criquet » (Tropidacris cardinalis) et ka’a, « plante », « la plante du criquet », parce que cet insecte en mange les feuilles.

Chimie et pharmacologie

Du tronc de Byrsonima crassifolia ont été isolés des tanins condensés : deux procyanidols trimères, cinq procyanidols dimères (dont un déjà mis en évidence), trois procyanidols monomères déjà connus. Les feuilles et l’écorce renferment des glycolipides et des sulphonoglycolipides (Rastrelli et ai, 1997 ; Amarquaye et ai, 1994). Les feuilles de B. crassifolia renferment aussi des triterpènes (bétulinaldehyde, bétuline, acide bétulinique, acide oléanolique et ursenaldehyde), des stérols (sitostérol et son glucoside), 4 amino-acides (alanine, acide aspartique, proline et valine), 2 amino-acides non protéiniques (acide pipécolique et acide 5-hydroxypipécolique), des flavonoïdes, catéchol et épicatéchol (flavane-3-ol), guaijavérine, hypérine, quercétol (Beiar et al., 1995).

Les propriétés médicinales ont fait l’objet de nombreux travaux que nous avons regroupés en quatre catégories.

- Propriété anti-bactérienne et traitement de troubles gastro-intestinaux :

En Amérique centrale, Byrsonima crassifolia est utilisé dans le traitement de la diarrhée et des troubles gastro-intestinaux.

La propriété anti-diarrhéique est sans doute due à sa teneur en tanins. (Caceres et al, 1990). L’écorce et la tige ont une activité contre deux entérobactéries pathogènes pour l’homme : Salmonella typhi et Shigella flexneri (Caceres et al, 1993).

Les parties de la plante utilisées sont l’écorce et les rameaux (Martinez et al, 1999).

- Traitement des dermatophytoses et propriété anti-fongique : Byrsonima crassifolia a montré in vitro une activité contre certains dermatophytes : Candida albicans, Epidermophyton floccosum, Microsporum canis, M. gypseum, Trichophyton mentagrophytes et T. rubrum.

Les parties de la plante les plus actives sont les feuilles et l’écorce (Caceres et al, 1991a, 1991b, 1993).

- Propriété anti-protozoaire : Byrsonima crassifolia est utilisée traditionnellement au Guatemala pour traiter la maladie de Chagas ; les extraits de feuilles sont actifs in vitro contre les formes trypomastigotes et épimastigotes de Trypanosoma cruzi (Berger et al. 1998).

- Autres propriétés : En Amérique centrale Byrsonima crassifolia est utilisée dans le traitement de la toux et des morsures de serpent (Amarquaye et al., ibid.).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Byrsonima crassifolia. Inflorescences du prunier savane

Byrsonima crassifolia. Inflorescences du prunier savane

Byrsonima crassifolia. Fruits du prunier savane

Byrsonima crassifolia. Fruits du prunier savane

Byrsonima verbascifolia (L.) DC.

Noms vernaculaires

Créole : prunier, zoreil d’âne [zoréy-nann, zorè-nann] (peu usité).

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : murici-rasteiro, orelha-de-veado.

Écologie, morphologie

Arbuste bas caractéristique de certaines savanes du littoral.

Collections de référence

Moretti 719, 1045.

Emplois

Cet arbuste nous a été signalé chez les Créoles de la région d’Iracoubo comme nettoyant et soignant efficacement les ulcères. Cet usage, déjà signalé par Heckel (1897), pourrait être d’origine amérindienne, les informateurs qui nous l’ont communiqué nous ayant dit ne pas lui connaître de nom créole.

Étymologie

Créole : zoreil d’âne, de zoreil, « oreille », et âne, en raison de la forme suggestive des feuilles.

Chimie et pharmacologie

La forte réaction obtenue pour les triterpènes confrontée à l’usage de cette plante en phytodermatologie nous a incité à en entreprendre l’étude chimique. Le travail a été mené en collaboration avec le professeur Delaveau. Les feuilles sont riches en tanins galliques (6,5 % du poids sec) et renferment six flavonoïdes dont trois seulement ont été isolés : quercétol, isoquercitrine et un hétéroside plus rare, l’arabinosyl-3 quercétol. Les feuilles renferment les terpènes suivants : α-amyrine, acide ursolique, acide oléanolique en quantité importante (Dossech et al, 1980). Des travaux antérieurs (Gottlieb et al, 1975) avaient mis en évidence la présence dans les écorces de stérols et de terpènes de la série oléanone : β-amyrine, β-amyrénone et friedelines.

L’association triterpène-saponines peut expliquer l’emploi de cette plante pour nettoyer les ulcères. Cependant, poursuivant cette étude, Delaveau et al. (1980) ont montré qu’un autre processus intervient probablement. En effet, des propriétés immunostimulantes de la macrophagie ont été observées à partir de la fraction liposoluble de l’écorce.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Byrsonima verbascifolia. Feuilles et inflorescence de zoreil d’âne

Byrsonima verbascifolia. Feuilles et inflorescence de zoreil d’âne

Malpighia emarginata DC.

Synonymie

Malpighia punicifolia L.

Noms vernaculaires

Créole : cerise [siriz], cerise de Cayenne [siriz-Kayenn], cerise la côte [siriz-lakot].

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : cereja-das-Antilhas.

Écologie, morphologie

Arbuste communément cultivé dans la zone côtière.

Collections de référence

Capus 32 ; Prévost et Grenand 4205.

Emplois

Bien qu’elle ne puisse être considérée comme un remède, il convient de signaler la réputation tonique de cette espèce dont les fruits renferment une quantité considérable de vitamine c.

Étymologie

Créole : du français « cerise », en raison de la ressemblance de ce fruit avec la cerise aigre d’Europe, dont elle se distingue par ses pépins ailés.

Malpighia emarginata. Fruits de la cerise de Cayenne

Malpighia emarginata. Fruits de la cerise de Cayenne

Stigmaphyllon convolvulifolium Adr. Juss.

Synonymie

Banisteria convolvulifolia Cav.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayàpi : mɨtakulu.

Palikur : maduku.

Portugais : cajuçara.

Écologie, morphologie

Liane moyenne commune en forêt secondaire.

Collections de référence

De Granville 2465 ; lacquemin 1715.

Emplois

Cf. emplois et remarques à Stigmaphyllon sinuatum. La présente espèce se distingue essentiellement de Stigmaphyllon sinuatum par l’absence de tomentum argenté sur la face inférieure des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Nous avons décrit la présence d’un iridoïde, la monotropéine dans les racines de cette espèce (Davioud et al, 1985).

En ce qui concerne les iridoïdes, cf. infra Stigmaphyllon palmatum. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Stigmaphyllon convolvulifolium

Stigmaphyllon convolvulifolium

Stigmaphyllon palmatum (Cav.) Adr. Juss.

Synonymie

Stigmaphyllon sagittatum Adr. Juss

Noms vernaculaires

  • 2 Le nom liane bef est le plus souvent appliqué à Stigmaphyllon sinuatum.

Créole : gname chapelle [gnanm-chapèl], liane bef [yann-béf]2.

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane commune dans la région côtière en forêt secondaire et en végétation rudérale.

Collections de référence

Grenand 1867 ; Jacquemin 2313, 2501.

Emplois

Les Créoles préparent, avec le tubercule râpé et additionné d’eau chaude, une boisson rafraîchissante (cf. 2e partie).

Étymologie

Créole : de gname, « igname » et de chapelle, en référence aux méats et aux indentations du tubercule qui rappellent de loin l’architecture intérieure d’une église.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles de cette espèce renferment trois iridoïdes et, avec l’équipe de Delaveau, nous sommes les premiers à avoir découvert ce type de substance dans la famille des Malpighiacées. Il s’agit du galioside, de l’acide géniposidique et de la monotropéine (Santy et ai, 1981). Les racines renferment en plus du stérétoside (Davioud et ai, 1985). La présence de ces substances au sein de cette famille pose un problème du point de vue de la chimiotaxonomie.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Stigmaphyllon sinuatum (DC.) Adr. Juss.

Synonymies

Stigmaphyllon fulgens Adr. Juss. ;

Stigmaphyllon hypoleucum Miq ;

Stigmaphyllon splendens (DC.) Cuatrec.

Noms vernaculaires

Créole : liane bef [yann-bèf], liane rouge [yann-rouj].

Wayãpi : mɨtakulu.

Palikur : maduku.

Portugais : cajuçara.

Écologie, morphologie

Liane commune en forêt secondaire, en végétation rudérale et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 32, 1906, 2136 ; Jacquemin 1610 ; Lescure 335.

Emplois

  • 3 Chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana, les feuilles sont un remède contre la fièvre, le m (...)

Chez les Wayãpi, les feuilles écrasées, dégageant une odeur musquée, sont préparées en décoction ou en macération bue contre les vomissements accompagnant la fièvre palustre3.

Étymologie

Créole : liane bef, « liane du bœuf », parce que les bovins en consomment parfois les feuilles. Wayãpi : de mita, « plate-forme d’affût » installée dans la première fourche des arbres et kulu, « bouton », ainsi nommée parce que cette plante grimpe le long des troncs des arbres dans les clairières et parce que ses feuilles sont rondes.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (5, 1969), on a trouvé des saponines dans les feuilles et les tiges. Contrairement aux autres espèces de ce genre, nous n’avons pas trouvé d’iridoïde dans cette plante (cf. supra Stigmaphyllon palmatum).

Tetrapterys discolor (G. Mey) DC.

Noms vernaculaires

Créole : liane ratte.

Wayãpi : mitakulu sili, tapalalapepo sili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane assez commune en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 399, 2523.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette espèce est parfois utilisée en remplacement de Stigmaphyllon sinuatum.

Étymologie

Wayãpi : de mitakulu, « liane Stigmaphyllon sinuatum » et sili, « line », parce que les feuilles et la tige sont plus petites ; tapalalapepo sili, de tapalalapepo, « aile de criquet » (liane Heteropterys macrostachya Adr Juss., Malpighiacées) et sili, « fine, petite », en raison de l’aspect des samares.

Famille Malvaceae

Abelmoschus esculentus (L.) Moench

Synonymie

Hibiscus esculentus L.

Noms vernaculaires

Créole : calou |kalou).

Wayãpi : —

Palikur : kalu.

Français : gombo.

Écologie, morphologie

Plante herbacée cultivée introduite d’Afrique.

Collection de référence

Prévost 4674.

Emplois

Cette espèce, cultivée avant tout comme légume, a été trouvée utilisée comme plante médicinale chez les Créoles qui, après avoir écrasé les fruits, les appliquent sur les furoncles.

Chez les Palikur, selon Berton (1997), les feuilles et les fleurs écrasées sont mises à macérer avec celles d’Ocotea guianensis (Lauracées) et de Carica papaya (Caricacées). Cette préparation est bue par les parturientes afin d’augmenter leurs contractions et d’ainsi faciliter l’accouchement.

Chimie et pharmacologie

Le fruit est riche en mucilages et en phosphore.

Une activité antibactérienne à large spectre et une activité immunostimulante ont été démontrées (Robineau et al., 1999).

Abelmoschus moschatus Medik.

Synonymies

Hibiscus abelmoschus L. ;

Hibiscus moschatus L.

Noms vernaculaires

Créole : calou diab [kalou-djab], calou sauvage, calou grand bois [kalou-gran-bwa].

Wayãpi : moy poã, pisana.

Palikur : kalu diab, wahitye akawa.

Français : ambrette.

Écologie, morphologie

  • 4 Cette plante est généralement cultivée près des habitations. Son introduction semble si ancienne qu (...)

Grande herbe ou sous-arbrisseau peu commun, cultivé et plus rarement spontané4.

Collections de référence

Grenand 644 ; Jacquemin 1531 ; Prévost 1372.

Emplois

  • 5 En Orient, les graines musquées servaient surtout en parfumerie. Graines et huile essentielle adouc (...)

Cette plante introduite de l’Inde est devenue l’une des plantes médicinales les plus importantes de la Guyane où elle trouve de nombreux usages5.

Les Créoles et les Wayãpi utilisent, avant tout pour soigner les morsures de serpent venimeux, les propriétés stimulantes et antispasmodiques des graines connues depuis longtemps (Lemée, IV, 1956) tant en Asie qu’en Amérique. Les Créoles absorbent six graines par jour pendant cinq jours, tandis que les Wayãpi se contentent d’une vingtaine de graines fraîches ou sèches en une seule prise.

Les Créoles attribuent par ailleurs à d’autres parties de la plante des propriétés fébrifuges, antalgiques et anti-inflammatoires. Ainsi, le broyat gluant des feuilles est appliqué en cataplasme sur le front contre les céphalées. La racine fraîche, écrasée et mêlée à du suif, est appliquée en onguent sur les piqûres envenimées de clous ou d’épines. Enfin, la macération des racines dans le rhum est utilisée en friction contre la fièvre.

Chez les Palikur, la décoction des feuilles et des capsules vertes est utilisée, comme Abelmoschus esculentus, en bain pour favoriser l’accouchement, usage que l’on retrouve aussi chez les Tikuna en Amazonie péruvienne (Duke et Vasquez, 1994).

Enfin, Palikur et Créoles signalent l’utilisation de cette plante à des fins de sorcellerie. Chez les Palikur en particulier, elle sert à neutraliser les « poisons » préparés avec les Caladium (Aracées).

Étymologie

Créole : de calou, « gombo », (Abelmoschus esculentus) et diab, « mauvais esprit », « gombo maléfique » en raison de son utilisation magique. Wayãpi : de moy, « serpent » et poã, « remède », « remède contre les serpents ». Palikur : de wahitye, « mauvais esprit » et akawa. « gombo », cf. étym. créole.

Abelmoschus moschatus. Fruits de calou diab

Abelmoschus moschatus. Fruits de calou diab

Chimie et pharmacologie

D’après Wong (1976), l’effet alexitère des graines serait dû à leur capacité absorbante qui inactive le venin de serpent. Les graines possèdent un arôme semblable au musc (le nom français ambrette renvoie d’ailleurs à l’odeur de l’ambre) et renferment des alcaloïdes. Elles contiennent 29 % de protéines et 17 % de matières grasses (Perrot, 1944). L’huile extraite des graines renferme du farnesol (mélange de 4 isomères d’un alcool polyéthylénique), de l’acide ambrettolique et une lactone : l’ambrettolide (Karrer, 1, 1958). Les pétales des fleurs contiennent un flavonol : la cannabiscitrine et deux anthocyanes qui sont des glycosides de la cyanidine (Hegnauer, 5, 1969).

Noms vernaculaires

Créole : coton [koton].

Wayãpi : mɨnɨyu, aminiyu.

Palikur : mauwu.

Aluku : katun.

Portugais : algodão, algodeiro.

Français : coton, cotonnier.

Écologie, morphologie

Arbuste communément cultivé en Guyane, surtout chez les populations amérindiennes.

Collections de référence

Grenand 109 ; Haxaire 785 ; Prévost et Grenand 1022, 1026.

Emplois

Il s’agit avant tout d’une espèce mondialement connue pour ses usages textiles et que les Amérindiens, qui en cultivent diverses variétés, nous ont léguée en même temps que le hamac.

Cette plante est également utilisée à des fins médicinales par les Créoles et les Amérindiens, en dehors du simple rôle mécanique de la bourre (tampons, pansements, cataplasmes) que nous rencontrons ici et là.

Les Créoles utilisent les feuilles macérées dans de l’huile, en cataplasme pour soigner les échauffements.

  • 6 Les Aluku utilisent les fruits pour soigner les douleurs auriculaires, ainsi que les feuilles qui s (...)

Chez les Wayãpi, les boutons floraux coupés en deux et mis à macérer dans l’eau froide servent à préparer un analgésique auriculaire6. Ce remède est selon eux d’origine brésilienne. Les feuilles trempées dans de l’eau sont aussi utilisées comme hémostatique sur les scarifications du père pendant le rituel de la couvade. Une utilisation du même ordre a été observée par Cavalcante et Frikel (1973) chez les Tiriyo.

Pour les Palikur, les feuilles servent à préparer un remède déparasitant afin d’éliminer les microfilaires ou larvae migrans (wiuwi). Elles sont malaxées dans de l’eau froide, serrées en paquet dans une feuille d’arouman (Ischnosiphon arouma, Marantacées), puis déposées sur des braises. La sève extraite par pression constitue le remède qui est bu. Les fleurs écrasées sont frottées sur les plaques de rougeur que les femmes peuvent avoir sur le visage durant leur grossesse. Les feuilles macérées dans l’huile de campa (Carapa guianensis, Méliacées) ou d’awara (Astrocaryum vulgare, Arécacées) servent à masser, selon Berton (1997), le ventre des femmes ayant eu une descente de matrice.

Chimie et pharmacologie

La graine fournit l’huile végétale alimentaire la plus importante mondialement sur le plan économique. Elle se compose de 20 à 30 % d’acides gras saturés et de 40 à 50 % d’acide oléique. Les tourteaux renferment un pigment rouge polyphénolique : le gossypol.

Celui-ci est facilement éliminé par chauffage de l’huile et des tourteaux auxquels il conférerait une certaine toxicité (Paris et Moyse, 1967).

Le gossypol a fait l’objet de recherches intensives, une action antifertilisante sur l’homme ayant été mise en évidence.

Hibiscus bifurcatus Cav.

Noms vernaculaires

Créole : oseille bouqui [lozéy-boutjé]

Wayãpi : mɨnɨyulã ipo, mɨnɨyu ɨpo

Palikur :

Portugais : fanfã, amaniurana, amandiurana.

Écologie, morphologie

Arbuste grimpant assez commun mais grégaire, croissant en végétations ripicole et secondaire.

Collections de reference

Grenand 1476 ; Jacquemin 2010.

Emplois

Chez les Créoles du bas Oyapock, les fleurs et les feuilles, écrasées et macérées dans de l’eau fraîche, sont à la base d’une boisson rafraîchissante à goût acide qui a également réputation de soulager les douleurs abdominales.

  • 7 Au Brésil, les feuilles sont utilisées pour combattre les inflammations d’origines diverses (Cid, 1 (...)

Les Wayãpi boivent la décoction de l’écorce et de la racine comme antidiarrhéique7. Chez les Palikur, selon Berton (1997), les feuilles et les fleurs écrasées sont mises à macérer avec celles d’Ocotea guianensis (Lauracées) et de Carica papaya (Caricacées). Cette préparation est bue par les parturientes afin d’augmenter leurs contractions et ainsi faciliter l’accouchement.

Étymologie

Créole : de oseille, nom donné à Hibiscus sabdariffa et bouqui, « en bouquet », en raison de sa belle floraison rose.

Wayãpi : mɨnɨyulã ɨpo, de mɨnɨyu, « coton », là, « qui ressemble » et ɨpo, « liane », « liane qui ressemble au coton » en raison de son port lianescent et de la ressemblance de ses fleurs avec celles du cotonnier ; mɨnɨyu ɨpo. « liane-coton », pour les mêmes raisons.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Hibiscus rosa-sinensis L.

Noms vernaculaires

Créole : rose de Cayenne [roz-Kayenn], hibiscus [ibiskis].

Wayãpi : —

Palikur : ivuiti.

Portugais : pampulha.

Français : hibiscus, rose de Chine.

Écologie, morphologie

Plante cultivée ornementale dont on connaît de nombreuses variétés à travers le monde intertropical.

Collection de référence

Prévost 3661.

Emplois

Cette espèce dont l’usage médicinal est très répandu dans les pays tropicaux, constitue l’un des principaux remèdes créoles contre les affections broncho-pulmonaires.

La principale variété utilisée est le gros double ou gros rouge dont la corolle rouge, ressemblant à une véritable rose, sert à préparer un sirop pectoral. La tisane de fleur est avant tout utilisée comme sudorifique. Pour un usage similaire chez les Palikur, cf. Hybanthus calceolaria, Violacées. Chez les Créoles, les mêmes fleurs associées aux feuilles de Lantana camara (Verbénacées) et de Justicia pectoralis (Acanthacées), aux tiges et feuilles de Macfadyena unguis-cati (Bignoniacées), aux feuilles de basilic (Ocimum campechianum, Lamiacées) et additionnées d’une boule de suif (chandelle molle), d’un peu de sucre et d’une cuillerée de rhum, constituent une tisane antigrippale et antitussive réputée. Selon Hay (1998), on peut aussi ajouter à ce remède les feuilles de Peperomia pellucida (Pipéracées) et les fleurs de Sambucus simpsonii (Caprifoliacées).

Pour l’usage capillaire des feuilles, cf. supra Anredera vesicaria (Basellacées).

Chimie et pharmacologie

Les fleurs contiennent des flavonoïdes ainsi que les acides citrique et oxalique (Longuefosse, 1995).

Des travaux de chercheurs indiens ont mis en évidence des propriétés antifertilisantes et abortives, non dénuées d’activités hormonales secondaires, ce qui en limite l’intérêt thérapeutique (Kambay et Dhawan, 1982).

Les extraits hydro-alcooliques des parties aériennes ont montré une activité antipyrétique et dépressive du système nerveux central, à la dose de 500 mg/kg administrée par voie intrapéritonéale à des rats. L’extrait hydro-alcoolique des feuilles est anti-inflammatoire à la dose de 100 mg/kg. L’absence d’effet toxique a conduit les experts de la Pharmacopée caribéenne (Robineau et ai, 1999) à classer l’usage des fleurs en tisane, dans la catégorie « recommandable » pour le traitement des fièvres et des grippes, prises au sens populaire. Cet usage est cependant déconseillé pour les femmes enceintes et les bébés.

Hibiscus bifurcatus

Hibiscus bifurcatus

Hibiscus sabdariffa L.

Noms vernaculaires

Créole : oseille, loseille [lozéy], oseille de Guinée.

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : vinagreira, azeda-de-Guiné.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé ou subspontané assez commun, introduit d’Afrique, reconnaissable à son calice et sa corolle rouge vif, persistants et crassulescents.

Collection de référence

Jacquemin 2241.

Emplois

  • 8 Chez les Caboclos du bas Amazone et de la région de Santarem, les feuilles servent aussi à soigner (...)

Avec les calices crassulescents, les Créoles préparent des confitures et des gelées efficaces contre les affections pulmonaires. Les calices se prennent aussi en thé pour les mêmes raisons8.

La tisane des feuilles serait hypotensive et rafraîchissante (cf. 2e partie).

Étymologie

Créole : cette espèce est comparée à l’oseille d’Europe en raison de la comestibilité et du goût acidulé de ses feuilles bouillies, cependant que « de Guinée » marque sa provenance.

Chimie et pharmacologie

Le thé de santé, comme on le nomme dans plusieurs pays d’Europe, y jouit désormais d’une grande notoriété et sa consommation ne peut qu’être recommandée en raison de l’absence de toxicité et de son effet bénéfique indiscutable.

Vendu sous le nom de karkadé, il est souvent proposé dans les boutiques de produits dits « biologiques » ou de « commerce équitable ».

Le calice renferme 12 à 17 % d’acide citrique et 2 à 3 % d’acide malique.

Cette drogue inhibe la croissance de certains bacilles Escherichia coli, Proteus, Streptocoque (Pousset, 1984).

Hibiscus verbasciformis Klotzsch ex Hochr.

Noms vernaculaires

Créole et Wayãpi : cf. Hibiscus bifurcatus.

Palikur : momokti.

Écologie, morphologie

Arbuste commun dans les jeunes friches.

Collections de référence

De Granville 2545 ;

Grenand et Prévost 1960 ;

Prévost et Grenand 1930.

Emplois

Cf. Hibiscus bifurcatus pour les usages de cette espèce chez les Créoles et les Wayãpi. Chez les Palikur, les feuilles froissées humectées de rhum sont frottées localement pour soulager les démangeaisons d’origines diverses. Ce remède irrite dans un premier temps, mais on doit le supporter, car la démangeaison disparaît ensuite rapidement.

Pavonia cancellata (L.) cav.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi —

Palikur : wokanõ.

Écologie, morphologie

Arbrisseau des zones rudérales.

Collection de référence

Berton 18.

Hibiscus sabdariffa

Hibiscus sabdariffa

Emplois

Les Palikur écrasent les feuilles de cette plante avec celles de Jatropha curcas (Euphorbiacées) ; le jus obtenu est absorbé comme remède des troubles hépatiques (Berton, 1997).

Étymologie

Palikur : wokanõ, de woka, « ouvrir » et kawokanõ, « fermer », car la fleur s’ouvre pendant les heures chaudes et se ferme le soir.

Pavonia schiedeana Steud.

Synonymie

Pavonia rosea Schlechtend.

Nom vernaculaire

Créole : —

  • 9 Le même nom est donné à Faramea guianensis (Rubiacées) par certains Wayãpi, qui lui attribuent les (...)

Wayãpi : ka’a yamulutu9.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Petit arbuste rare du sous-bois de la forêt primaire.

Collection de référence

Jacquemin 1701.

Emplois

Afin de sécher les ulcères de leishmaniose, les Wayãpi les enfument en consumant lentement près des plaies la plante entière.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pavonia schiedeana

Pavonia schiedeana

Sida acuta Burm. f.

Synonymie

Sida carpinifolia L.f

Collections de référence

Berton 21 ; lacquemin 2482, 2690 ;

Prévost 3665.

Noms vernaculaires et emplois

Cf. noms et usages à Sida glomerata.

Chimie et pharmacologie

D’après Wong (1976), les feuilles renferment une substance mucilagineuse et des saponines, les racines contiennent de l’asparagine.

La plante entière renferme de la cryptolepine, un alcaloïde hypotensif et antimicrobien très actif sur Proteus vulgaris (Gunatilaka et al., 1980).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sida glomerata Cav.

Noms vernaculaires

  • 10 Chaque population de Guyane confond sous un même nom les divers Sida, cependant que leur emploi est (...)

Créole : wadé wadé [wadéwadé]10

Wayãpi kalai poã.

Palikur : wadiwad.

Portugais : erva-relgio, malva-relgio.

Écologie, morphologie

Les Sida sont des sous-arbrisseaux pantropicaux croissant en végétation rudérale, sur les pelouses et près des habitations.

Collections de référence

Jacquemin 2571, 2640, 2691 ;

Prévost 3675.

Emplois

Les Sida, trouvent de nombreux usages dans la pharmacopée créole. La décoction des feuilles ou parfois de la plante entière est prise en bain contre les blesses ; bue, elle sert aussi à soigner la dysenterie. L’infusion des feuilles est par ailleurs considérée comme diurétique.

Les feuilles pilées et pressées dans un tamis pour en exprimer le jus auquel on ajoute quelques gouttes de vinaigre, sont un remède anti-inflammatoire de l’appareil digestif. Quand on l’administre aux enfants, on remplace le vinaigre par un peu de lait. Ce remède a été adopté par les Palikur.

Enfin, les feuilles macérées dans l’eau donnent une solution mucilagineuse appréciée comme assouplissant des cheveux et comme shampooing antipelliculaire.

Les Wayãpi utilisent comme fébrifuge la plante entière préparée en décoction. Les Palikur privilégient les feuilles, préparées en cataplasme mouillé, en cas de céphalée. Le suc des feuilles écrasées, bu, massé sur le ventre ou dilué dans l’eau et appliqué en bain de siège de la matrice, facilite l’accouchement en augmentant les contractions et en favorisant l’ouverture du col.

Étymologie

Créole : attesté seulement dans le créole de Guyane, le mot wadé wadé est peut-être un emprunt au palikur wadiwad.

Wayãpi : de kalai, « fièvre » et poã, « remède », « remède contre la fièvre ».

Ce nom est par ailleurs appliqué à plusieurs autres plantes médicinales de même usage, sans pour autant qu’il y ait confusion.

Chimie et pharmacologie

Des chercheurs indiens ont isolé de diverses espèces de Sida des bases du type β-phénétylamine, des quinazolines et des tryptamines carboxylés.

L’association des amines et de la varilinone donne à ces plantes des propriétés broncho-dilatatoires, en particulier dans les cas d’oppression. Les feuilles sont hypotensives (Pakrasi et al, 1981).

Cf. aussi les autres espèces citées.

Avec les laboratoire Roger-Bellon, nous n’avons pas trouvé de toxicité pour l’extrait hydro-alcoolique et pour l’infusé de feuilles.

Par contre, on note un effet légèrement analgésique à 200 mg/kg et spasmogène pour des concentrations allant de 105 à 103 pour l’extrait hydro-alcoolique et un effet spasmogène à 104 pour l’infusé (Forgacs et al, 1983).

On notera que la jeune pousse peut être toxique pour les animaux de paturâge.

Les dlo (v. o) de la décoction de feuille de Sida rhombifolia et de Sida acuta, administrée sur souris, par la voie orale, sont supérieures à 25 g/kg de poids exprimés en grammes de plante sèche (Robineau et al, 1999).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sida rhombifolia L.

Collections de référence

Grenand 1603, 1882, 3111, Moretti 1098 ; Prévost 3610.

Noms vernaculaires et emplois

  • 11 Cette espèce est utilisée en shampooing par les Créoles de Guyana pour les soins capillaires et, en (...)

Cf, noms et usages à Sida glomerata11

Chimie et pharmacologie

Cf. Sida glomerata.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Marantaceae

Ischnosiphon arouma (Aubl.) Körn.

Noms vernaculaires

Créole : arouman [arouman].

Wayãpi : ulu.

Palikur : wevgi.

Portugais : arumã.

Écologie, morphologie

Cette plante vit en peuplement, parfois très dense, dans les bas-fonds humides de la forêt.

Collections de référence

Davy I ; Berton 187 ; Grenand 1.

Emplois

Cette espèce est avant tout connue pour son usage généralisé en vannerie dans les Guyanes et une grande partie de l’Amazonie.

Nous avons néanmoins trouvé deux usages médicinaux chez les Palikur. Le jus des jeunes pousses écrasées, mélangé avec les algues vertes (amakan) couvrant la terre battue par temps humide sert à soigner en cataplasme les morsures de serpent.

Le jus seul est absorbé en traitement complémentaire.

La lame extraite de la tige qui sert habituellement à la confection des vanneries est utilisée pour soigner le bégaiement.

En tenant ce brin d’arouman perpendiculairement à la langue, on gratte la salive qui est déposée sur cet appendice. L’opération est effectuée trois fois par jour pendant huit jours.

Étymologie

Créole : arouman est un emprunt aux langues karib (kali’na, waruma ; wayana, wama...).

Chimie et pharmacologie

À propos d’une espèce voisine, Ischnosiphon obliquus, Schultes et Raffauf (1990) signalent qu’elle ne renferme aucun alcaloïde.

Maranta arundinacea Plumier ex L.

Synonymie

Maranta sylvatica Roscoe.

Noms vernaculaires

  • 12 Il existe une certaine confusion autour des farines appelées toloman, arrow-root ou dictame qui, il (...)

Créole : envers blanc [lanvè-blan], dictame, sagou [sagou], arrow-root12.

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

  • 13 À notre connaissance, cette espèce n'est pas cultivée actuellement chez les Amérindiens de Guyane. (...)

Plante cultivée essentiellement par les Créoles13.

Collection de référence

Prévost et Moretti 4201.

Emplois

Il ne faut pas confondre cette espèce avec l’envers rouge (cf. Étymologie.).

Les Créoles préparent, avec le tubercule allongé, une farine alimentaire appelée arrow-root utilisée en cataplasme sur les éruptions cutanées ou sur la poitrine contre les affections pulmonaires.

Cette farine est aussi consommée pour calmer les aigreurs d’estomac.

Elle est recommandée comme aliment pour les nourrissons.

Étymologie

Créole : envers blanc, par opposition à envers rouge, Eleutherine bulbosa (Iridacées). Le tubercule de la première espèce est blanc, le bulbe de la seconde est rouge brun ; dictame est l’autre nom français de la fraxinelle (Dictamnus albus L., Rutacées), plante européenne dont la racine est pourtant toxique (Bremness, 2001).

Ischnosiphon arouma

Ischnosiphon arouma

Maranta ruiziana Körn.

Synonymie

Maranta dichotoma Poepp. et Körn.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : alapalu, ya’ɨlu.

  • 14 Le mot toloman a une acceptation différente chez les Créoles, puisqu’il désigne pour eux une variét (...)

Palikur : tolomã14, muweu, bakimni anag.

Écologie, morphologie

  • 15 Selon Andersson (1986), Maranta ruiziana serait originaire de l’est de l'Amérique du Sud (milieux o (...)

Plante herbacée cultivée chez les Wayãpi et les Palikur15.

Collections de référence

Berton 138 ; Grenand 66, 484, 1615 ;

Grenand et Prévost 1979 ;

Prévost et Moretti 4199.

Emplois

Chez les Wayãpi, le rhizome amylacé (consommé comme légume par les adultes), gratté et malaxé dans de l’eau froide, sert à préparer un bain pour fortifier les nourrissons. Les Palikur, toujours avec le rhizome, préparent une bouillie diététique qui prévient les diarrhées des nourrissons. En outre, le jus exprimé des rhizomes râpés est bu pour favoriser la conception chez les femmes qui tardent à avoir un enfant.

Étymologie

Wayãpi : ya’ɨlu, de ya’ɨ « enfant » et u, « gros, fort », « enfant fort ».

Palikur : cf, infra Myrosma cannifolia.

Myrosma cannifolia L. f.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yuluwe.

Palikur muweu. bakimni anag.

Écologie, morphologie

  • 16 Chez les Wayãpi, cette espèce est une plante cultivée en petite quantité dans les abattis, tandis q (...)

Plante herbacée peu commune, cultivée ou rudérale16.

Collections de référence

De Granville 4269 ; Grenand 177.

Emplois

Cette Marantacée est associée, tant pour les Wayãpi que pour les Palikur, aux notions de fertilité et de bonne santé.

Les Wayãpi réservent la consommation des rhizomes aux anorexiques et aux convalescents, principalement s’il s’agit d’enfants en bas-âge.

Certains Palikur semblent confondre la présente espèce avec Maranta ruiziana, alors que d’autres l’en distinguent. Cependant leurs usages sont similaires (cf. aussi Bactris gasipaes, Arecacées).

Étymologie

Wayãpi : de uluwe, « appétit ».

Palikur : muweu, « fertile » (pour la femme) ; bakimni anag, de bakimni, « bébé » et nag, « mère », « la mère des bébés ».

Myrosma cannifolia

Myrosma cannifolia

Famille Marcgraviacea

Marcgravia coriacea Vahl

Synonymies

Marcgravia cuyuniensis I. W. Bailey ;

Marcgravia roraimae Gilg ex Werderm

Noms vernaculaires

Créole : griffe chat [grif-chat].

Wayãpi : yawa popɨta.

  • 17 Pour le même usage les Palikur confondent cette espèce avec Marcgravia parviflora L.C. Rich. ex Wit (...)

Palikur : kaukwine awak17.

Écologie, morphologie

Liane fine commune en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 472 ; Lescure 303, 801 ; Moretti 845.

Emplois

Chez les Palikur, l’association symbolique de cette plante avec le jaguar (existant également chez les Wayãpi) est à la base d’une préparation visant autant à protéger les chiens de chasse des attaques du félin qu’à leur permettre de le repérer.

On prépare d’abord une décoction de radier la mort (cf. Mimosa pudica, Mimosacées), dans laquelle on jette des raclures de dent de jaguar, enfin des morceaux de liane Marcgravia battue.

Le tout est mélangé dans une spathe de palmier maripa (Attalea maripa (Corrêa) Mart.). On lave le chien avec cette mixture, le résidu étant incorporé à sa nourriture.

Le traitement est appliqué à deux semaines d’intervalle.

Marcgravia coriacea

Marcgravia coriacea

Une variante consiste à écraser des fruits avec de la pâte de roucou (cf. Bixa orellana, Bixacées), la préparation étant frottée sur le museau et le pelage de l’animal.

Étymologie

Créole : griffe chat, en raison de la forme de l’infrutescence. Pour ce nom, cf. aussi à Macfadyena unguis-cati (Bignoniacées). Wayãpi et Palikur : de yawa et kaukwine, « jaguar » d’une part et popita et awak, « coussinets des pattes », de l’autre ; nommée ainsi pour la même raison qu’en créole.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Marcgravia spp.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : arari aduk.

Écologie, morphologie

Forme de jeunesse de divers Marcgravia du sous-bois de la forêt primaire, appliqué sur les troncs d’arbres.

Collections de référence

Berton 255 ; Grenand 1628.

Emplois

Les Palikur associent ces plantes à diverse Loranthacées (cf. cette famille), pour préparer un remède contre les fractures. La sève brute exprimée de la plante pilée est bue et tamponnée sur les morsures de serpent.

Étymologie

Palikur : arari, « serpent chasseur (Spilotes ou Chironius) » et aduk, « ventre », « ventre de serpent chasseur ».

Le nom a été suggéré par les feuilles disposées symétriquement par rapport à leur axe comme des écailles ventrales de serpent, cependant que la plante, plaquée au tronc, semble grimper à l’arbre, comme un reptile.

Famille Mayacaceae

Mayaca longipes Mart. ex Seub.

Noms vernaculaires

Créole : sapisapi

Wayãpi : ɨsɨãpila, tale’ɨ kea.

Palikur sapisapi.

Écologie, morphologie

Herbe aquatique peu commune, quoique abondante par place, typique des eaux vives à fond sablonneux.

Collections de référence

Grenand 1522 ; Grenand et Guillaumet 3258.

Emplois

Les Wayãpi écrasent les tiges filiformes gorgées de sève et les frottent localement pour rafraîchir les fronts douloureux en cas de céphalée.

La plante est par ailleurs un charme de pêche. Les tiges sont arrachées par enroulement sur une pointe de flèche métallique.

Une fois séchées, elles sont pilées et mélangées à du sipi, produit de maquillage (cf. Burseracées), dont on s’orne le visage. On dépose alors sur un rocher du fleuve une offrande faite de bananes et de larmes de lob (Coix lacryma-jobi L„ Poacées). Ce rituel doit amener Pilawi, la mère des poissons, à accorder une pêche particulièrement fructueuse (F. Grenand, 1982).

Étymologie

Wayãpi : ɨsɨãpila, de ɨsĩ, « sable » et apila, « cheveux ». Ces cheveux sur le sable sont vus comme étant ceux de Pilawi, la mère des poissons ; tale’ɨ kea de tale’ɨ, « poisson aïmara » et kea, « hamac », « hamac de l’aïmara », car cette espèce aime se dissimuler dessous.

Famille Melastomataceae

Bellucia grossularioides (L.) Triana

Synonymies

Apatitia blakeoides Desv. ;

Bellucia aubletii Naud. ;

Bellucia hostmanii Naud.

Noms vernaculaires

Créole : bois mèle [bwa-mèl], mésoupou, bois messe [bwa-lanmès].

Wayãpi : pɨsulu.

Palikur : asaki.

Portugais : mandapuça, araça-de-anta, goiaba-de-anta, muuba.

Écologie, morphologie

Arbre moyen, commun en forêt secondaire récente et ancienne.

Collections de référence

Grenand 857 ; Prévost 1452 ; Prévost et Sabatier 4133.

Emplois

Les Wayãpi utilisent en association les feuilles de cette espèce comme émollient pour soigner les furoncles : deux feuilles de Bellucia, deux feuilles de pimentier (cf. Capsicum frutescens, Solanacées) et deux feuilles de Omphalea diandra (Euphorbiacées) sont préparées en décoction, qui, légèrement refroidie par de l’eau fraîche, est appliquée instantanément avec un coton sur les furoncles.

Bellucia grossularioides

Bellucia grossularioides
  • 18 Cette espèce est utilisée comme fongicide chez les Caboclos du bas Tapajos (Branch et Silva, 1983). (...)

Le même remède est parfois utilisé pour prévenir un éventuel retour de la furonculose18.

Chez les Palikur, les feuilles, mises à macérer dans l’eau froide, sont utilisées pour laver les chiens afin de les rendre plus performants à la chasse (Berton, 1997).

L’écorce est encore employée de nos jours par les Kali’na et les Wayãpi comme colorant (Grenand et Prévost, 1994).

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et mêle, « merle », parce que les fruits sont consommés par divers Turdidés d’Amérique tropicale ; par ailleurs, mesle est le nom dialectal du « néflier » dans le centre-nord de la France (Rey, 1998).

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Clidemia dentata D. Don

Noms vernaculaires

Créole : radié macaque [radjé-makak].

Wayãpi : ɨmɨ’ɨ lã.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste du sous-bois des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 1549 ; Lescure 287 ; Oldeman et Tiburce 985.

Emplois

Cf. infra l’utilisation par les Créoles à Clidemia flirta.

Étymologie

Wayãpi : ɨmɨ’ɨ, « autre arbre de la même famille » (Myriaspora egensis DC.) et lã, « qui ressemble ». Les feuilles des deux espèces sont très proches.

Clidemia hirta (L.) D. Don

Synonymies

Melastoma elegans Aublet ;

Staphidium elegans (Aubl.) Naud.

Noms vernaculaires

Créole : radié macaque [radjé-makak].

Wayãpi : ka’a ɨyui.

Palikur : kasiuβan.

Portugais : pixirica, catininga.

Écologie, morphologie

Arbrisseau commun en végétation secondaire et rudérale.

Collections de référence

Grenand 1606, 1874 ; Moretti 1361 ;

Prévost 3765.

Emplois

  • 19 Cet usage est aussi signalé dans le bas Amazone pour soigner les brulûres, les irritations de la pe (...)

Les Créoles utilisent tout particulièrement cette espèce comme cicatrisant, surtout pour les vieilles plaies infectées qui ne parviennent pas à se refermer : on les lave avec la décoction des feuilles qui sont ensuite appliquées en cataplasme humidifié de temps à autre avec le reste de la décoction19.

Les Palikur ont adopté récemment ce remède (Berton, 1997).

Les feuilles sont aussi préparées en tisane qui serait antidysentérique et antispasmodique.

La macération des feuilles dans l’eau fraîche est utilisée en lavement génital comme antiseptique dans les cas d’hémorragies. Enfin, tant chez les Créoles que les Saramaka, le bain préparé en décoction avec les feuilles sert à combattre l’anémie palustre.

Chez les Palikur, les rameaux feuillus servent à préparer une décoction qui est bue, à raison d’une cuillère par jour, par les femmes qui ont des règles trop abondantes.

Étymologie

Créole : de radié, « petite plante » et macaque, « capucin brun (Cebus apella) », parce que les poils sont roux comme ceux de ce singe. Wayãpi : de ka’a, « plante » et iyui, « bulle », « la plante à bulle », parce que les racines battues servaient autrefois de savon.

Palikur : kasiu, de psivie, « poils » et βan, « feuille, plante ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Miconia poeppigii Triana

Synonymie

  • 20 Cette espèce est confondue sous le même nom par les Wayãpi et les Palikur avec Miconia longifolia ( (...)

Miconia surinamensis Gleason20.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wamutu’ɨ, mutu’ɨ.

Palikur : kamata.

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen des forêts secondaires anciennes.

Collections de référence

Grenand 1799 ; Grenand et Prévost 1005.

Emplois

Chez les Palikur, l’écorce préparée en décoction donne une tisane antidiarrhéique.

Selon Berton (1997), l’écorce est également grattée, pilée puis appliquée avec du sel sur les abcès non ouverts (kumẽ).

Pour une autre utilisation, cf. à Solanum crinitum. Solanacées.

Chimie et pharmacologie

Des racines de divers Miconia du nord du Brésil, ont été isolés des dérivés phénoliques aux propriétés bactériostatiques (Bernays et al., 1984).

Miconia racemosa (Aubl.) DC.

Synonymies

Hartigia oblongifolia Miq.

Melastoma racemosa Aublet.

Noms vernaculaires

Cf. Clidemia hirta pour le nom créole.

Écologie, morphologie

Petit arbre des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Moretti 107 ; Prévost 1128.

Emplois

Les Créoles utilisent parfois cette espèce de la même façon que Clidemia flirta.

Chimie et pharmacologie

Cf. supra chimie à Miconia poeppigii.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rhynchantera grandiflora (Aubl.) DC.

Synonymie

Melastoma grandiflora Aublet.

Nom vernaculaire

Créole : coquelicot [kokéliko, kokikio]

Wayãpi :

Palikur :

Écologie, morphologie

Arbuste commun des savanes côtières.

Collections de référence

Jacquemin 1650 ; Moretti 167 ; Prévost 3281.

Emplois

  • 21 Les feuilles sont utilisées en infusion fébrifuge par les Caboclos du Rio Madeira (di Stasi et al.,(...)

L’infusion des feuilles est prise par les Créoles pour soulager l’inflammation des bronches21. On prépare avec les fleurs un sirop contre la toux ; une seule fleur suffit pour préparer un sirop destiné aux nourrissons.

Étymologie

  • 22 L'usage de cette plante, plus que son aspect, a inspiré le rapprochement avec la plante européenne.

Créole : du français coquelicot, espèce européenne de Papavéracées22.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Miconia poeppigii

Miconia poeppigii

Tibouchina multifora (Gardn.) Cogn.

Nom vernaculaire

Créole —

Wayãpi :

Palikur : tukwa mna.

Écologie, morphologie

Arbrisseau rudéral et ornementai.

Collection de référence

Berton 216.

Emplois

La décoction des feuilles associées, par les Palikur, à celles de goyavier (cf. Psidium guajava, Myrtacées) est bue contre la diarrhée.

Les feuilles malaxées avec l’huile de carapa (cf. Carapa guianensis, Méliacées) ou d’awara (cf. Astrocaryum vulgare, Arecacées) servent à masser le ventre des femmes souffrant d’une descente de matrice (Berton, 1997)

Étymologie

Palikur : tukwa mna, de tukwa, « pigeon (Columba cayennensis) » et mna, « feuille ».

Famille Meliaceae

Carapa guianensi Aublet

Noms vernaculaires

  • 23 Les populations de Guyane distinguent deux carapas (carapa rouge et blanc des Créoles et yanɨ pilã (...)

Créole : carapa [karapa, krapa]23.

Wayãpi : yani.

Palikur : tiβiru.

Portugais : andiroba.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun en forêt primaire et dans les vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 539, 1408, 3170 ; Lescure 410 ; Prévost 3389.

Emplois

Le genre Carapa, dont la répartition à l’état naturel est très vaste – puisqu’il inclut l’Afrique forestière –, constitue un groupe de plantes caractéristiques des civilisations indigènes d’Amérique tropicale.

Les données sur les propriétés de Carapa guianensis sont abondantes dans la littérature tant ethnographique que botanique.

Elles sont par ailleurs très convergentes et nous en donnerons ici un résumé à la lumière de nos propres observations.

L’ensemble des parties de la plante possède une forte amertume, mais seules les graines et (ou) l’écorce sont en général utilisées.

Le produit le plus élaboré qui soit tiré du carapa est la célèbre « huile de carapa » fabriquée artisanalement par toutes les communautés de Guyane, dont les Wayãpi et les Palikur, ainsi que par d’autres Amérindiens guyano-amazoniens. Elle est également utilisée industriellement dans la savonnerie au Brésil et en Guyana (Le Cointe, 1, 1922 ; Polak, 1992).

Pour préparer cette huile, les Wayãpi font bouillir pendant plusieurs heures dans un vieux pot rempli d’eau, une grande quantité de graines qui est ensuite mise à reposer pendant plusieurs jours avant d’être débarrassée des enveloppes.

La masse grisâtre des cotylédons ramollis et regorgeant de graisse est disposée au soleil dans une spathe de palmier inclinée, coupée à une extrémité et montée sur deux tréteaux pour permettre un écoulement. L’huile tombant goutte à goutte est recueillie dans un récipient placé au pied. Si le soleil est chiche, un petit feu peut être entretenu sous les tréteaux, cependant que par temps de pluie, l’édifice est couvert.

Chez les Wayãpi, comme ailleurs en Amazonie, cette huile est associée à l’usage du roucou (Bixa orellana, Bixacées) dont elle est le solvant majeur.

Cependant, si le roucou est considéré comme une protection magique, l’huile de carapa, elle, protège contre la pluie et le froid et constitue un puissant répulsif contre les insectes (chiques, moustiques, tiques...). Des observations similaires aux nôtres ont été faites par Roth (1924) chez les Amérindiens de Guyana, par le Dr Richard chez les Créoles sainte-luciens en Guyane française (1937), ou encore par Crevaux (1883) chez les Amérindiens de Colombie. L’huile est en outre souvent ointe seule chez les Wayãpi, les Palikur et les Créoles pour faire lâcher prise aux tiques, aux poux de tête et aux poux d’agouti (Schongastia guianensis). Dans ce dernier cas, les informateurs insistent sur l’effet calmant et anti-inflammatoire sur les démangeaisons. Ce sont les mêmes propriétés que les Palikur ont retenues en utilisant l’huile en usage externe contre la gale (associée à Irlbachia alata, Gentianacées) ou en la mélangeant à la décoction de Potalia amara (Loganiacées) contre les dépôts de pus. On retrouve ce dernier usage pour l’écorce chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973) et pour l’huile chez les Caboclos amazoniens (Le Cointe, 1934). Un rôle non négligeable de l’huile de campa est celui de Uniment en cas de fatigue après la chasse chez les Wayãpi (dans ce cas, l’association avec le roucou pour se débarrasser des atteintes malignes des esprits est indispensable), ou en cas de claquage musculaire, en association avec l’amidon de manioc chez les Palikur et les Créoles.

Tibouchina multifora

Tibouchina multifora

Pour un autre usage de l’huile chez les Palikur, cf. Gossypium barbadense (Malvacées).

Chez les Palikur également, la décoction de l’écorce sert à laver le visage des personnes atteintes d’acné, visage qui est ensuite oint d’huile seule. Par ailleurs deux cuillers à café par jour de cette décoction constitue un régime pour ne pas grossir et même pour maigrir. Pour d’autres usages, cf. Kalanchoe pinnata (Crassulacées) et Chromolaena odorata (Astéracées).

  • 24 Enfin, d'autres usages de l'écorce sèche ou fraîche, signalés de la Guyane par Richard (1937) et Le (...)

Chez les Créoles enfin, l’huile est un adjuvant dans de nombreuses préparations pour soigner les maladies de peau ainsi que pour diverses médications pour les enfants ; elle est aussi utilisée, additionnée de miel et de jus de citron, pour soigner les maux de gorge et pour faire baisser la fièvre24.

Étymologie

Créole : campa est un emprunt aux langues karib. Palikur : tiβiru de tiβiye, « amer ».

Chimie et pharmacologie

Les composés amers sont des méliacines, terpènes oxygénés proches des quassinoïdes (cf. Simaroubacées) dont l’andirobine et la 6 α-hydroxygédunine (Connolly, 1983). Pour les propriétés de ces composés, se reporter à Guarea guidonia (Méliacées). Hilditch et Williams (1964) ont déterminé la composition en acides gras de l’huile de campa (en pourcentage des molécules) : acide palmitique 30,7 ; acide stéarique 6,9 ; acide arachidique 2,0 ; acide hexadécénoïque 1,0 ; acide oléique 49,7 ; acide linoléique 9,0 ; acide linolénique 0,7. D’après Nakanishi et al. (1965), les feuilles, les fruits et les écorces de tronc présentent un pouvoir bactéricide sur quelques germes, mais les graines sont sans action. Cependant, les propriétés anti-inflammatoires de l’huile sont généralement attribuées aux triterpènes présents dans les graines et les écorces de tronc.

Carapa procera A. DC.

Synonymie

Carapa surinamensis Miq.

Noms vernaculaires

Mêmes noms que Carapa guianensis.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun par place en forêt primaire.

Collection de référence

Prévost 4658.

Emplois

En Guyane, Carapa guianensis et Carapa procera sont confondus, bien que soient distinguées une forme « blanche » et une forme « rouge » (cf. note I à Carapa guianensis).

C. procera remplace par endroit son congénère C. guianensis.

Chimie et pharmacologie

Il est probable que la composition en matières grasses des graines des deux espèces de carapa, employées indifféremment, soit très similaire, aucune différence de qualité n’étant signalée.

Guarea gomma Pulle

Noms vernaculaires

Créole : bois jacquot [bwa-jako].

Wayãpi : payawalu’ɨ sili.

  • 25 D’autres Guarea, portant le même nom vernaculaire, sont probablement utilisés de la même façon par (...)

Palikur : karavia25

Portugais : jatuauba-preta.

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville 447 ; Grenand 1059, 1837 ; Jacquemin 2288.

Emplois

Chez les Palikur, la décoction de l’écorce de tronc est utilisée comme vomitif contre les maladies de foie. Pour obtenir une bonne purge, la décoction doit être consommée tiède. La même décoction prise pendant trois jours à jeun permet d’éliminer les vers intestinaux.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et jacquot, « perroquet » (Amazona farinosa).

Cet oiseau en consomme les fruits.

Wayãpi : de payawalu’ɨ, cf. espèce suivante et sili, « fine », parce que les feuilles sont plus étroites.

Chimie et pharmacologie

Se reporter à Guarea quidonia.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guarea grandifolia A. DC.

Synonymie

Guarea megantha Adr. Juss.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : payawalu’ɨ.

Palikur :

Portugais : jatuauba-preta.

Écologie, morphologie

Grand arbre rare de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1062 ; Prévost et Grenand 924.

Emplois

Les Wayãpi affirment que la sève qui s’écoule de cet arbre après incision profonde est toxique et possède un goût brûlant : elle se présente d’abord sous forme de gouttes jaunes qui rougissent ensuite à l’air.

On en ajoutait jadis en petites quantités dans une des bières de manioc, le payawalu, faite à partir de cassaves moisies, pour en renforcer le degré alcoolique.

Les mêmes Amérindiens disent en outre du jaguar qu’il aime faire ses griffes sur l’écorce de cette espèce pour les empoisonner.

Étymologie

Wayãpi : de payawalu, « une bière de manioc) très enivrante et i, « arbre ». Il est ainsi nommé à cause de la toxicité de sa sève.

Chimie et pharmacologie

Se reporter à Guarea guidonia.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guarea grandifolia

Guarea grandifolia

Guarea guidonia (L.) Sleumer

Synonymies

Guarea trichilioides L. ;

Guarea guara (Jacq.) P. G. Wilson,

Noms vernaculaires

Créole : bois calumet [bwa-kalimè] (Heckel, 1897, vieilli) ; bois balle [bwa-bal] (Lemée, 1956), bois gros bec [bwa-gro-bèk].

Wayãpi : yatoa’ɨ sĩ, yatoa’ɨ sili.

Palikur : —

Portugais : jatuauba-branca, marinheiro.

Écologie, morphologie

Arbre moyen commun en forêt secondaire.

Collections de référence

Moretti 878 ; Prévost et Grenand 1017 ; Prévost 3631.

Emplois

  • 26 L’écorce interne, préparée en décoction, est utilisée comme vomitif dans les communautés amérindien (...)

Bien que nous n’ayons aucune utilisation actuelle de cet arbre, nous le mentionnons ici car il est signalé dans plusieurs ouvrages déjà anciens, comme particulièrement toxique et dangereux (Heckel, 1897 ; Lemée, IV, 1956 Descourtilz, 1827-1 833)26.

Chimie et pharmacologie

La famille des Méliacées se caractérise sur le plan chimique par la présence assez générale de triterpènes oxygénés du type limonoïdes appelés méliacines, structurellement proches des quassinoïdes (cf. Simaroubacées). Ces composés présentent de remarquables propriétés antinéoplasiques, actuellement très étudiées par les équipes du National Cancer Institute aux États-Unis. En collaboration avec J. Polonsky de l’Institut de chimie des substances naturelles et de G. R. Pettit, du National Cancer Institute, une étude chimique détaillée de cette espèce a pu être réalisée à partir d’un échantillon d’écorce de racine que nous avons récolté. Un nouveau triterpène a été isolé : la 14,15 β-époxyprieurianine, à côté de la prieurianine, composé déjà connu.

Ces produits inhibent de façon significative la leucémie murine p 388 (ps in vitro) (Lukacova et ai, 1982).

Cependant, ces composés ne peuvent expliquer à eux-seuls la toxicité attribuée à cette plante, réputation que nous attribuons volontiers à une erreur assez fréquente en ethnobotanique, qui résulte du strict recopiage de la littérature, y compris de ses erreurs.

La seule toxicité réelle, quoique modeste, a été mise en évidence pour les fruits dont les graines auraient en outre des vertus anti-inflammatoires. Enfin, selon Hoehne (1939), de l’incision du tronc s’écoulerait un latex qui fournirait le sandahwood oil, au fort parfum de rose. Un composé aromatique a bien été isolé de l’écorce de tronc : la fissinolide, mais il convient tout de même de noter qu’aucun d’entre nous n’a jamais observé d’exsudation de latex.

Guarea pubescens (L. C. Rich.) Adr. Juss. ssp. pubescens

Synonymies

Guarea affinis Adr. Juss. ; Guarea continua

Sandwith ; Guarea richardiana Adr. Juss.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : kaliaku laka’a.

Palikur : isauminyo.

Écologie, morphologie

Arbre moyen de la forêt primaire assez commun par place.

Collections de référence

Lescure 322 ; Prévost et Grenand 904, 949, 1965, 4329.

Emplois

Cette espèce est encore parfois utilisée par les Wayãpi pour ses propriétés toxiques. Les pointes de flèche taillées dans son bois vert sont censées, selon l’expression des Amérindiens, ramollir les cervidés blessés et permettre ainsi de les achever facilement.

Étymologie

Wayãpi : de kaliaku, « daguet gris » (Mazama gouazoubira) et laka’a, « être courbatu, rompu de fatigue ». Le nom fait référence à l’effet du poison sur les cervidés.

Guarea pubescens (L. C. Rich.) Adr. Juss ssp. publiflora (Adr. Juss.) Pennington

Synonymie

Guarea publiflora Adr. Juss.

Collections de référence

Grenand 222, Prévost et Grenand 951 ; Moretti 378, 1176.

Noms vernaculaires et emplois

Cette sous-espèce est totalement confondue, par les Wayãpi, avec la précédente.

Chimie et pharmacologie

Se reporter pour la chimie à Guarea guidonia. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Menispermaceae

Abuta barbata Miers

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi pakasa ɨpo.

Palikur :

Écologie, morphologie

Grosse liane peu commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1358, 1453 ; Jacquemin 1702, 2340 ;

Prévost et Grenand 900.

Emplois

Chez les Wayãpi, la tige et l’écorce grattées ainsi que les feuilles sont préparées en décoction utilisée en bain fébrifuge.

Étymologie

Wayãpi : de pakasa, « arbre Bagassa guianensis, Moracées » et ɨpo, « liane », « la bagasse lianescente », ainsi nommée en raison de la ressemblance du feuillage des deux espèces.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Abuta grandifolia (Mart.) Sandw.

Synonymies

Abuta concolor Poepp. et Endl.

Noms vernaculaires

Créole : cannelle sauvage, bois bandé cannelle [bwa-bandé-kannèl], cannelle grand bois.

Wayãpi : yanɨ ɨpo.

Palikur : ihip iβatye.

Portugais : abutuá, abuta-branca.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux assez commun en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1872, 2054 ; Jacquemin 1703 ; Moretti 401, 1039.

Emplois

Les Créoles préparent divers organes de cette plante (feuilles, écorces et racines) en macération dans le rhum ; celle-ci est bue pour ses effets aphrodisiaques.

Les Wayãpi utilisent accessoirement cette espèce comme Abuta sandwithiana auquel ils donnent le même nom mais qu’ils ne confondent pas, le bois de Abuta grandifolia étant blanc et celui de Abuta sandwithiana d’un beau jaune vif.

  • 27 L'usage d'Abuta grandifolia est très connu dans toute l’Amazonie mais il est plutôt diversifié ; en (...)

Les Palikur, quant a eux, utilisent cette espèce comme Strychnos oiapocensis (Loganiacées)27.

Étymologie

Créole : bois bandé cannelle, de bois bandé, « autre espèce aphrodisiaque » (cf. Ptychopetalum olacoides, Olacacées) et cannelle, « espèce aromatique importée d’Asie (Cinnamomum verum). Presl., Lauracées) ».

Les feuilles du cannellier, connu dans sa région d’origine comme aphrodisiaque, et celles de Abuta grandifolia sont très comparables.

Pour cette raison, il nous semble vraisemblable que nous soyons en présence d’une transposition sur la seconde espèce des vertus attribuées à la première.

Chimie et pharmacologie

Des écorces, ont été isolés trois alcaloïdes du type bisbenzylisoquinolèine, dont l’un, la krukovine, présente in vitro une bonne activité antimalarique (Steele et al, 1999). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Abuta grandifolia

Abuta grandifolia

Abuta sandwithiana Krukoff et Barneby

Abuta sandwithiana

Abuta sandwithiana

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yanɨ ɨpo.

Palikur :

Écologie, morphologie

  • 28 Cette espèce collectée pour la première fois il y a trente ans par la mission américano-brésilienne (...)

Liane de taille moyenne fréquente en forêt primaire dans la région du haut Oyapock28.

Collections de référence

Grenand 471,861, 1350 ; Jacquemin 2322 ; Prévost et Grenand 928.

Emplois

  • 29 Les Tenharim du Rio Madeira utilisent l'écorce macérée et les Waimiri-Atroari les tiges écrasées po (...)

Chez les Wayãpi, l’écorce et la tige grattées et préparées en décoction sont l’analgésique dentaire préféré à tout autre. La décoction très amère est appliquée en bain de bouche mais ne doit pas être avalée en raison de sa toxicité29.

Étymologie

Wayãpi : de yanɨ, « arbre carapa, Carapa spp. (Méliacées) » et ɨpo, « liane », en raison de sa grande amertume, comparable à celle de cet arbre.

Chimie et pharmacologie

L’étude chimique des racines révèle des teneurs en alcaloïdes assez élevées : 0,43 % d’alcaloïdes tertiaires non phénoliques ; 0,11 % d’alcaloïdes tertiaires phénoliques et 2 % d’ammoniums quaternaires. Sept bases tertiaires ont été isolées, toutes des protoberbérines et deux d’entre elles ont été identifiées, la tétrahydropalmatine et la xylopine.

Trois bases quaternaires ont été isolées, dont la palmatine (alcaloïde majoritaire de cette plante) et le dérivé quaternaire de la xylopine.

L’étude pharmacologique réalisée confirme l’efficacité en médecine traditionnelle.

Il est à remarquer que l’ensemble des alcaloïdes de A. sandwithiana, des tétrahydroprotoberbérines, ne sont pas particulièrement connus pour des propriétés analgésiques et que c’est donc la première fois qu’une telle activité pour ce type d’alcaloïdes est mise en évidence.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Anomospermum chloranthum Diels ssp. confusum Krukoff et Barneby

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : away solo.

Palikur : —.

Écologie, morphologie

Grande liane rare de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville 3663 ; Grenand 1106 ; Jacquemin 2548.

Emplois

  • 30 Les Siona d'Amazonie équatorienne s’en servent pour fabriquer un curare (Schultes et Raffauf, 1990)

Cette espèce nous a été signalée par les Wayãpi comme étant un poison violent, d’autant plus dangereux que les fruits orangés sont d’aspect très attractif... et sont abondamment consommés par les animaux30.

Étymologie

Wayãpi : de away, « arbuste Thevetia peruviana (Apocynacées) » et solo. « semblable », « semblable au Thevetia peruviana ».

Les fruits des deux espèces sont toxiques et présentent plus ou moins la même forme.

Chimie et pharmacologie

La présence d’alcaloïdes (0,03 % de bases tertiaires et surtout 0,4 % d’ammoniums quaternaires) explique la toxicité de cette plante. Elle est probablement due aux alcaloïdes du type tubocurarine aux propriétés curarisantes, déjà identifiées par King (1948) dans Anomospermum grandifolium Eichl.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Orthomene verruculosa (Krukoff et Barneby) Krukoff et Barneby

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yanɨ ɨpo.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane rare de la forêt primaire.

Collections de référence

Jacquemin 2360 ; Sastre 4714.

Emplois

Les Wayãpi utilisent parfois cette liane en remplacement de Abuta sandwithiana, avec laquelle ils ne la confondent cependant pas.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sciadotenia cayennensis Benth.

Synonymie

Abuta umbellata Sagot.

Nom vernaculaire

Créole : —

  • 31 Ce nom est également porté par Sparattanthelium guianense (Hernandiacées). Les deux espèces sont co (...)

Wayãpi : wɨlalãkãyewɨ31.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane peu commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 599, 1415 ; Jacquemin 2339.

Emplois

Cette espèce toxique est utilisée comme charme pour la chasse par les Wayãpi.

Les tiges et les feuilles servent à préparer une décoction qui est utilisée en bain par le chasseur avant de partir au bois.

  • 32 Plusieurs Sciadotenia entrent dans la préparation de curares en Amazonie occidentale (Schultes et R (...)

La piste de l’homme devient alors sinueuse comme les rameaux de la liane, et le gibier ne peut repérer son approche32.

Étymologie

Wayãpi : de wɨla, « arbre », ãkã, « branche » et yewɨ, « descendre », « l’arbre aux branches descendantes », impliquant qu’elles ne suivent pas une direction habituelle.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Anomospermum chloranthum

Anomospermum chloranthum

Tinospora crispa (L.) Miers

Noms vernaculaires

  • 33 L’appellation liane amère représente un bon exemple du régionalisme propre à la pharmacopée créole, (...)

Créole liane amère [yann-anmè]33 (région de Cayenne).

Créole antillais : liane amère de Cayenne.

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane commune dans la région de Cayenne où elle est cultivée dans les jardins2.

Collections de référence

Berton 25 ; Moretti 861 ; Prévost 4057.

Emplois

Cette plante est abondamment utilisée par la médecine créole contre plusieurs affections.

Les tiges mises à macérer dans un alcool et parfois associées à l’écorce de Quassia amara (Simaroubacées) donnent un breuvage amer bu contre le diabète et l’albuminurie.

La même partie de la plante macérée dans le rhum ou le vin blanc est également à la base d’un remède antipaludique administré à raison d’un verre à liqueur à jeun chaque matin. La macération dans le vin est un vermifuge et un stimulant de l’appétit administré surtout aux enfants. L’usage antidiabétique a récemment été adopté par les Palikur.

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Tinospora sont parmi les plus employées en médecine traditionnelle de l’Asie et de l’Afrique ; elles renferment des alcaloïdes du type protoberbérine, berbérine et surtout palmatine (Paris et Beauquesne, 1939).

Pour les propriétés de la palmatine, se reporter supra à Abuta grandifolia.

Les extraits chloroformiques et méthanoliques ont montré une importante activité antiplasmodiale in vitro sur culture de Plasmodium falciparum et in vivo sur souris infectée par Plasmodium berghei (Cavin et al., 1998). Plusieurs composants chimiques ont été identifiés : n-n-cis-féruloyltyramine, trans-féruloyltyramine, et secoisolaricirésinol, ayant une activité antioxydante. De l’extrait chlorométhylènique, ont été isolés la vanilline, la syringine, les diterpènes borapétosides b et c, et les alcaloïdes n-formylnornuciférine (Cavin et al, 1998) et n-acylaporphine (Pachaly et al., 1992). Des hétérosides flavoniques ont aussi été isolés (Umi-kalsom et Noor, 1995).

  • 34 Elle semble maintenant s’être répandue dans les Antilles françaises où elle est aussi très employée (...)

L’extrait aqueux de tige à la dose égale ou supérieure à 0,1 g/kg baisse la température rectale de rats rendus hyperthermiques par voie orale,34 à 3 heures après l’administration. Cet effet disparaît aux doses inférieures. L’extrait alcoolique de tige n’est pas toxique pour les souris à la dose de 10 g/kg (in : Thai Médicinal Plants, 1992). Les propriétés antidiabétiques qu’on lui attribue en Malaisie comme en Guyane ont été confirmées et le mécanisme étudié. À également été confirmée l’activité hypoglycémiante des extraits aqueux sur des rats traités à l’alloxane. L’injection par voie intrapéritonéale à la dose de 50 mg/kg augmente aussi le taux d’insuline plasmatique. Enfin, les extraits de cette plante agissent sur la sécrétion de l’insuline (Noor et Ashcroft, 1989).

Famille Menyanthaceae

Nymphoides humbolditianum (Kunth) Kuntze

Synonymie

Nymphoïdes indica (L.) Kuntze.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : padidwan mehukamana.

Écologie, morphologie

Plante aquatique des marais de la basse Guyane.

Collection de référence

Grenand 1640.

Emplois

Cette espèce est utilisée par les Palikur de la même façon que Nymphaea rudgeana (Nymphéacées)

Étymologie

Palikur de padidwan. « autre espèce, cf. Nymphea ». mehuka, « tortue Podocnemis unifilis » et amana. « nourriture ».

À la différence de l’autre padidwan. cette espèce est donnée à manger aux tortues dans les viviers.

Nymphoides humbolditianum

Nymphoides humbolditianum

Famille Mimosaceae

Dinizia excelsa Ducke

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi peilɨlɨ.

Palikur —

Portugais : angelim-pedra.

Écologie, morphologie

Grand arbre des forêts primaires de l’Amapá (Brésil).

Collections de référence

Nous n’avons pas échantillonné cet arbre qui croît dans la partie brésilienne du territoire wayãpi ; cependant nous avons rencontré cette espèce géante, aisément reconnaissable à son feuillage fin et son écorce desquamante, lors de voyages à l’Amapari (Amapá).

Emplois

Pour les Wayãpi, cet arbre, qui joue un rôle très important dans la mythologie et les rituels chamaniques, est le domaine des esprits ayãtaime et peilɨlɨya (F. Grenand, 1982 ; Tilkin-Gallois, 1982).

Son écorce préparée en décoction buvable constitue un remède réputé contre les morsures de serpent venimeux.

Entada polyphylla Benth.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : kusi’u luway, ɨpo ɨyu’i, ɨpo sãwõ

Palikur kumak

Portugais : cipό-escova, jipioca.

Écologie, morphologie

Liane ripicole ou de végétation secondaire.

Collections de référence

Grenand 566, 3279 ; Haxaire 574.

Emplois

Chez les Wayãpi, la racine battue et diluée dans l’eau servait de savon.

Les Palikur utilisent les racines tubérisées pour soigner l’acné et les taches du visage, en particulier celles apparaissant lors de la grossesse. La racine est râpée, diluée dans l’eau froide ; le jus est ensuite tamisé puis laissé à décanter. L’amidon récupéré est mis à sécher au soleil.

  • 35 La racine est utilisée en shampooing dans le bas Amazone pour éliminer les pellicules (Amorozo et G (...)
  • 36 M. E. Berton a aussi collecté sous le nom palikur de kumak une Asclépiadacée tubéreuse indéterminée (...)

Humecté avec de l’eau, on en fait un masque de beauté35,36

Étymologie

Wayãpi : kusi’u luway, « queue de macaque monpé (Chiropotes satanas) » en raison de l’aspect de l’inflorescence ; ipo, « liane » et ɨyu’i, « bulle » ou sãwõ, « savon », en raison de l’usage. Palikur : kumak, « fromager, Ceiba pentandra. Bombacacées ». Le rapprochement n’a pas été explicité, l’origine du mot pouvant être différente (cf. note 2).

Chimie et pharmacologie

Les activités anti-inflammatoires et cicatrisantes s’expliquent en partie par l’abondance des polysaccharides dans les tubercules des espèces de ce genre.

Inga alata Benoist

Noms vernaculaires

  • 37 L’appellation créole pois sucré s'applique à la plupart des espèces du genre Inga, à l’exception de(...)

Créole : pois sucré [pwa-sikré]37.

  • 38 Le mot ɨnga est le terme générique par lequel les Wayãpi désignent le genre Inga ; chaque espèce ét (...)

Wayãpi : masulapa, inga masulapa38.

Palikur : aβukun.

Écologie, morphologie

Arbre moyen commun en forêt secondaire et rare en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 716 ; Jacquemin 1864 ;

Lescure 508 ; Prévost 1374.

Emplois

Chez les Wayãpi, la sève brune extraite par pression de l’écorce grattée sert à soigner les dermatoses buccales des enfants. La bouche est ensuite rincée à l’eau claire.

Étymologie

Créole : pois sucré fait référence à l’arille sucrée des graines contenues dans les gousses.

Chimie et pharmacologie

Cf. propriétés chimiques à Inga pezizifera. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Entada polyphylla

Entada polyphylla

Inga alba (Swartz) Willd.

Synonymies

Mimosa alba Sw. ; Inga fraxinea Willd. ;

Inga spruceana Benth.

Noms vernaculaires

Créole : bougouni [bougouni].

Wayãpi : sisi, ɨnga sisi.

Palikur : aβukun.

Portugais : ingá-xixi, ingatitica.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire, commun dans toute la Guyane.

Collections de référence

Berton 133 ; Grenand 1412, 3077 ;

Lescure 509 ; Prévost et Grenand 973, 4313.

Emplois

Parmi toutes les populations de Guyane, la sève de l’écorce, riche en tanins, est avant tout utilisée, associée ou non au noir de fumée, pour teindre divers objets : vanneries (Wayãpi, Kali’na, Wayana), calebasses (Créoles] et cordes d’arc (Palikur). D’autres Inga. dont Inga bourgoni et Inga pezizifera ont le même usage.

  • 39 Des usages similaires ou proches sont rapportés chez les Yanomami (Milliken et Albert, 1996) ou che (...)
  • 40 Cet usage pour soulager la douleur occasionnée par les piqûres de fourmi a été noté chez les Arawak (...)

Pour les Wayãpi, l’écorce, râpée et pressée, est un remède contre les dermatoses buccales des enfants39. La même préparation, frottée localement, apaise la douleur causée par les piqûres de fourmi40 Mêmes usages pour les Créoles et les Palikur que Inga pezizifera Chez les Palikur, I. alba est cependant la principale espèce utilisée comme plante médicinale.

Chimie et pharmacologie

Cf. propriétés chimiques à Inga pezizifera.

Un brevet a été déposé sur les applications en dermo-cosmétique d’un extrait de cette espèce présentant une activité antiradicalaire (Pauly et Moretti, 1998b). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Inga bourgoni (Aubl.) DC.

Synonymie

Mimosa bourgoni Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : bougouni [bougouni].

Wayãpi : ɨngau sõwɨ, ɨnga ũ.

Palikur : aβukun.

Écologie, morphologie

Cf. Inga alba.

Collections de référence

Grenand 1048, 1435, 1878.

Emplois

Cf les usages à Inga alba et Inga pezizifera. Inga alba, I bourgoni et I pezizifera sont largement confondus par les Créoles et les Palikur.

Étymologie

Wayãpi : ɨnga, « terme générique pour les Inga » et ũ, de piyũ « noir », car la gousse est foncée.

Chimie et pharmacologie

Cf. propriétés chimiques à Inga pezizifera.

Inga capitata Desv.

Noms vernaculaires

Créole : pois sucré crapaud [pwa-sikré-krapo].

  • 41 Le même nom wayãpi et le même usage sont aussi attribués à Inga brachystachys Ducke (Grenand 2860).

Wayãpi : muluaya, ɨnga muluaya41.

Palikur : miumiu platno.

Portugais : ingá-costela.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun en forêt primaire, peu fréquent en forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand 971 ; Grenand et Guillaumet 3216.

Emplois

  • 42 Il est intéressant de noter que les femmes amérindiennes du nord-ouest de la Guyana utilisent l'éco (...)

Chez les Wayãpi, la décoction des feuilles est bue pour redonner la fertilité aux femmes stériles. A contrario, les femmes fertiles doivent s’abstenir de consommer les fruits42.

Étymologie

Wayãpi : de mulua, « grossesse » et ya, « maître de », « le [Inga] maître de la grossesse ».

Palikur : miumiu, « terme générique pour divers Inga » et platno, « banane », en raison de l’aspect de la gousse.

Inga disticha. Benth.

synonymie

Inga crevauxii Sagot.

Noms vernaculaires

Créole : pois sucré [pwa-sikré].

Wayãpi : inga tupewi, inga takwãu.

Palikur : miumiu kasiuminio.

Portugais : ingarana.

Écologie, morphologie

Arbre moyen peu commun des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 848, 1504 ;

Grenand et Prévost 2025 ;

Jacquemin 1714, 1731.

Emplois

Pour les Wayãpi, le fruit de ce Inga, de comestibilité médiocre, a la réputation de faire bâiller ceux qui en mangent. Doit-on voir là des propriétés narcotiques de l’arille ? À moins qu’elle ne soit tout bonnement indigeste !

Étymologie

Wayãpi : de ɨnga, « terme générique désignant le genre Inga » et tupewi, « baillement », ou takwãu, « gros galet », en raison de la forme de la gousse. Palikur : de miumiu, « Inga, terme générique » et kasiuminio, « poilu » ; tous les organes sont couverts d’un tomentum roux.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Inga pezizifera Benth.

Synonymies

Inga urnifera Kleinh.

Noms vernaculaires

Créole : bougouni [bougouni].

Wayãpi : ɨnga kala.

Palikur : aβukun.

Aluku : lebi weko.

Kali’na : waiki.

Portugais : ingá-xixi, ingatitica.

Écologie, morphologie

Grand arbre de forêt primaire, assez commun.

Collections de référence

Grenand 925 ; Moretti 1129 ;

Prévost et Grenand 4307.

Emplois

Pour l’ensemble des Créoles guyanais, le terme de bougouni ainsi que le remède contre les diarrhées et les ulcères qui lui est associé recouvrent plusieurs grands Inga forestiers : I. bourgoni, I. alba, I. pezizifera.

Chez les Créoles, l’écorce du bougouni, simplement mâchée ou prise en décoction, est un antidysentérique efficace ; l’écorce est laissée au repos dans l’eau refroidie pendant quelques heures avant que la décoction ne soit prise à raison de 2 ou 3 verres par jour ; pilée, elle est appliquée avec succès sur les ulcères. La décoction de l’écorce est aussi utilisée pour faciliter la cicatrisation suite à une opération.

Ces derniers usages sont peut-être d’origine aluku (Fleury, 1991). L’intérieur de l’écorce est gratté, laissé à reposer dans l’eau froide, et le liquide est utilisé en bain de bouche pour soigner les aphtes.

Les Palikur absorbent, contre la diarrhée, la sève brute extraite de l’écorce et diluée dans l’eau. Pour soigner la leishmaniose, l’écorce est utilisée de la même façon que Tabebuia serratifolia (Bignoniacées).

L’écorce pilée avec celle de Siparuna guianensis (Monimiacées) sert à préparer un emplâtre pour réduire les fractures ; mouillé de rhum ou de jus de citron, il est maintenu par des attelles et un tissu. Enfin la sève brute est appliquée localement pour soigner les boutons sur la figure d’origines diverses ainsi que les aphtes et les irritations autour de la bouche.

Étymologie

Créole : le mot bougouni est un emprunt à une langue amérindienne (palikur, aβukun.kali’na, apurukuni ; wayana, apulukun).

Wayãpi : de ɨnga, « terme générique pour le genre Inga » et kala, « rugueux », en raison de la texture des gousses.

Chimie et pharmacologie

Toutes les espèces de Inga récoltées en Guyane et que nous avons analysées renferment des flavonols dans leurs feuilles, en particulier des hétérosides du myricétol. Les écorces de tronc sont riches en polyphénols et tanins condensés.

Leur haute teneur en tanins peut expliquer l’emploi comme antidiarrhéique.

Ces écorces ont été soumises à un screening pharmacologique.

Leur toxicité est évaluée : par voie intraveineuse (dl 0 : < 10 mg/kg) et per os (dl 0 > ; 1 000 mg/kg)

Mimosa polydactyla Humb. Et Bonpl. Ex Willd.

Synonymie

Mimosa hexaphylla Salzm. ex Benth.

Noms vernaculaires

Créole : radié lan mort [radjé-lanmò].

Wayãpi : yɨwã yɨ.

Palikur : miavan kat.

Français : sensitive

Portugais. malícia, malícia-das-mulheres, maria-fecha-porta, juquiri

Écologie, morphologie

Plante rampante de la végétation rudérale.

Collections de référence

Grenand 663, 957.

Emplois

Chez les Wayãpi, en temps de guerre, les villageois touchaient les sensitives, qui ne poussent chez eux que près des zones habitées ; les bras des ennemis qui passaient là étaient censés se contracte telles les folioles de la plante se repliant sur leur rachis, les rendant inoffensifs.

Les Palikur préparent une décoction de cette espèce associée à des fragments de vieux balais et à la plante Scoparia dulcis (Scrophulariacées), décoction avec laquelle on se lave entièrement. Lorsqu’une personne vient vous chercher noise, elle devient soudainement impuissante à agir en votre présence. Les femmes préparent avec les feuilles de cette plante, celles de Leonotis nepetifolia (Lamiacées) et les graines de citron vert enfermées dans une pochette de tissu rouge, un talisman contre le viol.

Étymologie

L’ensemble des populations de Guyane et des pays voisins a noté la contraction des folioles au moindre toucher, d’où des appellations très imagées comme « herbe de la mort » en créole ou « ruse des femmes » en portugais.

Les populations amérindiennes vont plus loin encore, puisqu’elles attribuent à ces espèces des propriétés magiques. Wayãpi : de yɨwã, « bras » et , « se contracter », cf. supra.

Palikur : miavan, « qui se ferme », kat, « tige ».

Mimosa pudica L.

Écologie, morphologie

Espèce rudérale surtout fréquente dans la zone côtière.

Collections de référence

Grenand 2063 ; Prévost 3666.

Noms vernaculaires et emplois

  • 43 Au Venezuela, l’infusion de la plante est utilisée comme tranquilisant nerveux tandis que la décoct (...)

Mêmes noms et mêmes emplois que Mimosa polydactyla43.

Parkia pendula (Willd.) Benth. ex Walpers

Synonymies

Inga pendula Willd. ;

Mimosa pendula (Willd.) Poir.

Noms vernaculaires

Créole : bois ara [bwa-ara], acacia-mâle.

Wayãpi : yululu.

Palikur sakeg.

Portugais : visgueiro, joerana, pau-de-arara, cordão-de-São-Francisco.

Écologie, morphologie

  • 44 L'un des arbres géants les plus remarquables de la forêt, avec sa cime large et plane d’où pendent, (...)

Grand arbre commun mais dispersé en forêt primaire44.

Collections de référence

Grenand 1111 ; Jacquemin 1760 ; Prévost 1373.

Emplois

Les Créoles de l’Oyapock préparent l’écorce en décoction et la boivent contre la dysenterie. Selon les Wayãpi, cet arbre est le domaine des esprits yululuya ; de ce fait il n’est jamais abattu et son utilisation comme plante médicinale est contrôlée par les chamanes. Lorsqu’un de ces esprits rend malade une personne en lui donnant mal à la tête, le chamane, après avoir diagnostiqué la cause du mal, ordonne une décoction d’écorce de Parkia pendula qui sera utilisée en lavage externe.

  • 45 Selon Le Cointe (1934), la décoction concentrée de l’écorce est utilisée comme hémostatique en Amaz (...)

Chez les Palikur, la sève extraite de l’écorce et diluée dans un peu d’eau est un remède contre l’anoréxie. Selon Berton (1997) l’écorce, préparée en décoction, est contraceptive en association avec celle d’Erythrina fusca (Papilionacées) ou de Tetragastris altissima (Burséracées)45.

Étymologie

Créole : bois ara. de bois. « arbre » et ara, « ara rouge, Ara macao », car cet oiseau en consomme les gousses ; acacia-mâle, de acacia, « nom vulgaire en français du robinier d’Amérique » et mâle, en raison de la taille imposante de Parkia pendula.

Palikur : sakeg, de sakegbet, « écarté », parce que les branches sont presque horizontales.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Willd.) Benth. ex Walpers

Willd.) Benth. ex Walpers

Pentaclethra macroloba (Willd.) Kuntze

Synonymies

Pentaclethra filamentosa Benth. ;

Acacia macroloba Willd. ;

Caillea macrostachya Steudel.

Noms vernaculaires

Créole : wapa Charles.

Wayãpi : —

Palikur : yuumwi.

Portugais : paracaxi, pracaxi.

Écologie, morphologie

  • 46 C'est un arbre typique des forêts inondables et humides du bas Amazone. En Guyane, il n'est vraimen (...)

Grand arbre commun en forêt inondable46.

Collections de référence

Berton 101 ; Grenand 1643 ; Moretti 1 141 ;

Prévost 1354, 4059.

Emplois

  • 47 Les Brésiliens du bas Amazone utilisent la décoction de l'écorce comme vomitif (Ducke, 1949) et en (...)

Chez les Palikur, les graines pilées fraîches servent à confectionner des emplâtres pour soigner la gale et l’érysipèle47.

Chimie et pharmacologie

L’huile extraite des graines de l’espèce africaine Pentaclethra macrophylla possède une composition proche de celle de l’huile de sésame, riche en lipides et protéines.

Les applications en diététique de l’espèce guyanaise mériteraient donc d’être étudiées (Pousset, 1989).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pentaclethra macroloba

Pentaclethra macroloba

Stryphnodendron guianense (Aubl.) Benth

Synonymies

Mimosa guianensis Aubl. ;

Stryphnodendron purpureum Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : iduk βeiti.

Portugais : faveira-camuzé.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand, commun dans les forêts côtières.

Collections de référence

Grenand 3278 ;

Prévost et Grenand 4391.

Emplois

Les Palikur utilisent cette espèce pour soigner les maladies de foie et dissoudre les calculs.

  • 48 Cet arbre n'est connu que de quelques guérisseurs ; d'autres Palikur le confondent avec Pentaclethr (...)

Les feuilles, additionées de feuilles de citron (Citais aurantifolia, Rutacées) et d’un petit morceau de tige d’Aristolochia (Aristolochiacées), sont préparées en une décoction bue pendant cinq jours48.

Étymologie

Palikur : iduk βeiti, de iduk, « poitrine et bassin » et βeiti, « remède ».

Stryphnodendron guianense

Stryphnodendron guianense

Famille Monimiaceae

Siparuna guianensis Aublet

Synonymie

Citriosma guianensis (Aubl) Tul.

Noms vernaculaires

Créole : vénéré, viniré [vénéré, viniré].

Wayãpi : enẽmɨ’o, wainɨmɨ’o.

Palikur : yariwapna.

Aluku : kapasi wiwii.

Portugais : capitiú, caá-pitiú.

Écologie, morphologie

Petit arbre des forêts secondaires, commun partout. Un fort parfum émane des divers organes.

Collections de référence

Grenand 755, 1850 ; Jacquemin 2006 ;

Moretti 680, 934, 1024 ; Prévost 3650.

Emplois

Cette plante est l’une des drogues les plus appréciées de la Guyane.

  • 49 Un usage similaire a été trouvé chez les Yawalapiti du haut Xingu pour Siparuna cujabana (Mart.) A. (...)

La nomenclature créole en distingue plusieurs « variétés » : vénéré rouge, blanc, mâle, femelle, qui correspondent aux différentes formes que peut prendre cette plante ou à des espèces voisines (cf. infra, Siparuna poeppigii). Les Créoles considèrent la tisane des feuilles comme abortive, ocytocique49 et fébrifuge, L’alcoolature des feuilles réduisant les oedèmes est très réputée comme vulnéraire (cf. Curcuma longa, Zingibéracées).

La décoction salée des feuilles est hypotensive, à raison de trois tasses par jour.

  • 50 Les Tacana de Bolivie se servent de Siparuna asperula (Tul.) A. DC. de façon similaire (Bourdy et a (...)

Les Wayãpi utilisent la décoction des feuilles et des écorces de tronc, rafraîchissante et fébrifuge, en particulier en cas de grippe50. Elle est bue en petites quantités mais surtout administrée en bain.

Un usage identique a été observé chez les Aluku du Maroni (Fleury, 1991).

Chez les Palikur, les feuilles pilées et additionnées de sel sont préparées en décoction utilisée soit en cataplasme pour son action anti-inflammatoire sur les coups, soit en bain pour favoriser les accouchements. Les feuilles associées à l’écorce de bois canon (Cecropia obtusa, Cécropiacées) et aux feuilles de diverses Loranthacées servent en emplâtre à résoudre les fractures. Pour une préparation voisine, cf. également Inga pezizifera, Mimosacées.

  • 51 En Amazonie, l’usage de cette espèce est également très populaire.
    Fréquent sur les marchés, c’est u (...)

Les feuilles répandues sur le sol sont un insectifuge utilisé contre les puces51.

Étymologie

Créole : du français « vulnéraire », en raison d’une de ses propriétés.

Wayãpi : wainimi’o de wainɨmɨ, « oiseau-mouche » et o, « feuille ». Palikur : de yariwu, « prendre » et pna, « feuille » ; cf. usage insectifuge.

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Siparuna sont reconnaissables à l’odeur caractéristique proche de celle de la citronnelle qui se dégage des feuilles et des fruits. Les huiles essentielles renferment des sesquiterpènes (El-seedi, 1993 ; Zoghbi et al, 1998).

Siparuna guianensis

Siparuna guianensis

Braz Filho et al. (1976) ont isolé deux alcaloïdes oxoaporphiniques : la liriodénine et la cassamédine. Nous avons aussi, dans notre laboratoire, isolé de cette espèce ces deux alcaloïdes ainsi que plusieurs autres bases aporphiniques que nous n’avons pas identifiées. Nous avons essayé de retrouver les propriétés liées aux divers usages populaires sur un lyophilisat d’un décocté de feuilles et dans une teinture alcoolique de feuilles fraîches. Le lyophilisat s’est avéré peu toxique : dl 50 = 330 mg/kg (v.i.) ; dl 50 > 5 mg/kg (v.o.).

Il n’a pas d’effet spasmolytique et il est inactif à 3,3 et 6,6 mg/kg vis-à-vis des différents bronchoplasmes (méthode de Konzett et Rossler), Il ne possède pas non plus d’effet spasmolytique au niveau bronchique (technique de Castillo et de Beer). Ce lyophilisat est dépourvu d’effet sur le s.n.c. ; il est faiblement analgésique à 500 mg/kg (test à la phénylbenzoquinone). La teinture ne possède pas d’action anti-inflammatoire locale significative (technique de Garcet) (Cavé et Moretti, comm. pers).

Un brevet a été déposé sur les applications en dermo-cosmétique d’un extrait de cette espèce présentant une activité antiradicalaire (Pauly et Moretti, 1998b). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Siparuna pachyantha A. C. Smith

Synonymie

Siparuna emarginata Cowan.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : a’ɨ makule.

Palikur : aβatni awak.

Écologie, morphologie

Arbre rare de la forêt primaire.

Il régénère bien dans les zones anciennement cultivées.

Collections de référence

Grenand 1070, 3172 ; Jacquemin 1790.

Emplois

Les Wayãpi préparent les feuilles et l’écorce de tronc en une décoction qui, utilisée en bain, est un fébrifuge externe.

Étymologie

Wayãpi : de a’ɨ, « paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus) » et makule, « tabac ». L’animal mange les feuilles de cet arbre, lesquelles ressemblent quelque peu à celles du tabac.

Palikur : de aβatni, « oiseau spizaète » et awak, « patte » en raison de la forme de l’infrutescence.

Chimie et pharmacologie

Toutes les parties de cette plante renferment selon nos analyses des alcaloïdes aporphiniques (cf. Siparuna guianensis).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Siparuna poeppigii (Tul.) A. DC

Synonymie

Siparuna guianensis Aubl. var. glabrescens A. DC.

Noms, écologie, morphologie

Cf. Siparuna guianensis.

Collection de référence

Prévost 3816.

Emplois

Le nom de vénéré s’applique en effet aux deux espèces qui se côtoient parfois dans le même milieu et sont pratiquement impossibles à différencier sur du matériel stérile.

Chimie et pharmacologie

Il est probable, selon nous, que les confusions possibles entre Siparuna guianensis et Siparuna poeppigii affectent aussi le matériel végétal étudié dans les études chimiques publiées, il convient donc d’être prudent dans l’interprétation que l’on peut en faire quant à leur composition chimique et leurs propriétés biologiques.

Famille Moraceae

Artocarpus altilis (Park.) Fosb. var. apyrena

Synonymies

Artocarpus incisa (Thunb.) L.f. ;

  • 52 Il s’agit ici des formes très pulpeuses et sans graines se reproduisant par drageon, Walter et Sam (...)

Artocarpus communis J. R. Forst. et G. Forst.52.

Noms vernaculaires

Créole : arbre à pain [zabapen], fruit à pain [friapen], arbre à pain igname [zabapen-gnanm].

Français : arbre à pain.

Portugais : fruta-de-pão, fruta-pão.

Écologie, morphologie

Arbre cultivé pour ses fruits comestibles, originaire d’Océanie.

Emplois

La décoction des feuilles consommée à raison d’une tasse par jour est utilisée par les Créoles pour faire baisser la tension.

Chimie et pharmacologie

D’après Wong (1976), on trouve dans les fruits de l’artocarpine et une enzyme : la papayotine. Des cardénolides se trouvent dans le latex de certaines espèces d’Artocarpus. Selon Watt et Breyer-Brandwijk (1962), tous les organes de la plante renferment de l’acide cyanhydrique.

Artocarpus altilis (Park.) Fosb. var. seminifera

Synonymie

  • 53 Il s'agit ici de formes cultivées pour leurs graines consommées grillées ou bouillies.

Artocarpus incisa (Thunb) L.f.53.

Noms vernaculaires

Créole : châtaignier [chatengn], arbre à pain graine [zabapen-grenn].

Wayãpi : satãy.

Palikur : —

Portugais : fruta-pão-de-caroço.

Écologie, morphologie

Arbre cultivé appartenant à la même espèce que précédemment mais reproduit par graine.

Emplois

Les Wayãpi utilisent le latex comme antirhumatismal en en imbibant un torchon appliqué longuement sur les reins.

  • 54 Fleury (1991) a trouvé cette espèce utilisée chez les Aluku : la décoction des feuilles est bue con (...)

Ce remède est d’origine saramaka54

Étymologie

Créole : du français châtaignier, en raison de la ressemblance frappante des graines avec celles de l’espèce européenne.

Wayãpi : du créole châtaigne.

Cet arbre a été introduit dans les villages wayãpi au cours des vingt dernières années.

Bagassa guianensis Aublet

Siparuna pachyantha

Siparuna pachyantha

Synonymies

Bagassa sagotiana Bureau ex Benth et J. D Hook. ;

Bagassa tiliifolia (W. Hamilton) Benoist.

Noms vernaculaires

Créole : bagasse [bagas]

Wayãpi : pakasa.

Palikur pakad.

Portugais tatajuba.

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun de la forêt primaire et des vieilles forêts secondaires, au latex très abondant

Collections de référence

Grenand 751. 1655 ; Jacquemin 2852 ; Moretti 1365.

Emplois

Cet arbre connu en Guyane et en Amazonie pour son bois jaune de haute qualité est utilisé de surcroît par les Palikur à des fins magiques : les feuilles tombées prennent en séchant la forme de coques retenant l’eau de pluie, qui constitue à la longue une macération naturelle. Pour les chasseurs qui la consomment, elle est un charme favorisant la rencontre d’un jaguar à chaque sortie de chasse. Le bain préparé avec les feuilles donne un don de divination, B. guianensis est un arbre dangereux à utiliser, réservé à ceux qui possèdent des dons chamaniques.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Batocarpus amazonicus (Ducke) Fosb.

Nom vernaculaire

Créole —

Wayãpi : —

Palikur : amap.

Écologie, morphologie

Grand arbre rare de la forêt primaire.

Collection de référence

  • 55 Une incertitude demeure quant à l'attribution du nom d’espèce de ce spécimen (C.C. Berg, comm. pers(...)

Grenand 307955.

Emplois

Chez les Palikur, cette espèce semble confondue avec Parahancornia fasciculata (Apocynacées) dont elle a les mêmes usages. Il s’agit dans les deux cas d’espèces à latex abondant.

Brosimum acutifolium Huber ssp. acutifolium

Synonymie

Brosimopsis acutifolia (Huber) Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : [takini] (Iracoubo), bois mondan.

Wayãpi : takweni.

Palikur : tauni.

Kali’na : takini.

Portugais : mururé (Amazonie orientale).

Écologie, morphologie

Grand arbre, rare à moyennement rare, commun par place, croissant en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 446, 1359, 1775 ; Jacquemin 2330 ; Moretti 1324, Prévost et Sabatier 2756.

Emplois

Avec le takini, nous sommes en présence d’un complexe culturel particulier aux communautés de l’est des Guyanes, son usage psychotrope recouvrant l’essentiel de l’aire d’extension de la sous-espèce Brosimum acutifolium Huber ssp. acutifolium.

Les études de terrain que nous avons menées auprès de différents groupes ethniques de Guyane confirment que les termes proches de takini (Kali’na), tauni (Palikur), takweni (Wayãpi), tahini (Tiriyó), désignent tous une drogue psychotrope utilisée par les chamanes kali’na, tiriyó (famille Karib), arawak et palikur (famille Arawak), et enfin Wayãpi et émerillon (famille Tupi-Guarani). Selon des témoignages récents, l’usage comme hallucinogène semble persister sur les rives du Maroni, chez les Kali’na d’où il serait passé chez les Bushinenge ; il s’agirait dans ce dernier cas d’une extension récente de l’utilisation à ces populations d’origine africaine.

L’examen détaillé des collections recueillies montre qu’elles appartiennent toutes à la sous-espèce Brosimum acutifolium Huber ssp. acutifolium. Son aire de distribution est limitée à l’est du Para, l’Amapá, la Guyane française et le Surinam (Berg, 1972, Berg et DeWolf, 1975).

Nous avons trouvé le latex de cette espèce couramment utilisé comme hallucinogène par les chamanes palikur et wayãpi.

  • 56 La carrière botanique de Brosimum acutifolium et celle ethnobotanique du takini ont longuement évol (...)

Par ailleurs, nous renvoyons le lecteur à la note56 pour la discussion concernant l’historique de la découverte, les problèmes d’identification et l’aire d’utilisation de Brosimum acutifolium.

Batocarpus amazonicus

Batocarpus amazonicus

Chez les Wayãpi et les Palikur, le latex est recueilli par incision profonde de l’écorce du tronc. Tout d’abord apparaît un liquide translucide un peu comparable à du blanc d’œuf quant à son aspect ; au bout de quelques minutes d’écoulement, lui succède, après oxydation à l’air, un latex rouge légèrement moussant qui sera utilisé. Le latex et l’écorce de Brosimum acutifolium sont, pour les deux ethnies, l’un des véhicules essentiels permettant aux apprentis chamanes de domestiquer l’esprit tutélaire de cet arbre. D’autres prises peuvent encore être effectuées au cours de sa vie par le chamane afin d’affermir son alliance avec les esprits qu’il a domestiqués (Wayãpi : eima, upiwã ; Palikur : ptakigye).

Les rituels décrits par les Wayãpi et les Palikur, quoique appartenant à un fond culturel commun, diffèrent quelque peu dans le détail de leur exécution.

Pour les Wayãpi, ainsi que nous l’avons déjà vu de façon détaillée dans la deuxième partie de l’ouvrage (cf. p. 66), la quête de l’esprit est solitaire et le futur chamane doit assumer seul son initiation forestière ; en une seule prise, il absorbe entre 200 et 300 cl de latex recueilli dans une jeune spathe de palmier Oenocarpus bacaba, puis fume de longs cigares de tabac enveloppés du liber de tawali (cf. Couratari multiflora, Lécythidacées). Le futur chamane palikur observe lui aussi une période de réclusion en forêt, associée à un jeûne sévère, pour obtenir son esprit domestique. L’initiation se fait au moment où l’étoile kusukwe (l’Apocynée) monte dans le ciel (Berton, 1997). Il est accompagné d’un assistant (ahigidi) pouvant être lui-même, mais pas obligatoirement, chamane.

Dans un peuplement de B. acutifolium, ce dernier choisit un endroit naturellement propre (indice de la fréquentation par les esprits) où il installe pour le postulant un petit abri de palme, une estrade basse pour s’allonger, ou bien il se contente de lui amarrer son hamac. Il dispose près de lui une spathe (kuudi) de palmier Attalea maripa et une calebasse non peinte de noir à l’intérieur, à la différence de celles à usage domestique. Il dispose aussi de la nourriture, une vingtaine de minuscules cassaves de la taille d’un biscuit et la chair cuisinée d’une tourterelle urus (Leptotila sp.). Enfin, le futur chamane a apporté avec lui son coffret en vannerie (yamat) renfermant son hochet magique (wau), avec lequel il fera danser et chanter les esprits L’assistant prépare alors une grande quantité de macération de feuilles odoriférantes de pirimaβan (cf. Campomanesia aromatica. Myrtacées) dans la spathe et en lave le postulant, lui versant le liquide sur le corps avec la calebasse, afin de le débarrasser de sa mauvaise odeur, car les esprits détestent les odeurs fortes (fumées, transpiration, manioc roui, menstruations).

À ce point du rituel, les informations recueillies présentent quelques légères variantes : le postulant peut être lavé avec le liquide obtenu en battant dans l’eau emplissant la spathe de maripa, un paquet d’écorce de Brosimum acutifolium, dont il boit ensuite quelques gorgées Il peut également, après avoir été lavé avec la même préparation, absorber à deux reprises en une journée une petite tasse de latex recueilli séparément et dilué dans un peu d’eau. Il peut enfin remplacer le liquide par des cigares faits de liber de Couratari multiflora (Lécythidacées) contenant de la poudre d’écorce de B, acutifolium séchée incorporée à du tabac, et dont les effets sont dits beaucoup plus faibles que ceux du latex. S’il existe dans le même endroit des pieds de aβuki (cf. Bonafousia angulata, Apocynacées) et de impukiu (cf B macrocalyx). la domestication de leurs esprits peut également être tentée mais les bains et absorptions de chaque espèce doivent être strictement séparés. Le rituel ci-dessus décrit est répété cinq à sept jours de suite de préférence à midi.

À chaque fois, l’assistant se retire à bonne distance de son camarade, le laissant seul dans sa quête, mais montant bonne garde. Les indications fournies sur les effets de la drogue par les deux ethnies, dont les contacts culturels étaient pourtant peu fréquents il y a encore vingt ans, se recoupent remarquablement, bien que l’interprétation soit différente pour chaque peuple : pour les Wayãpi le futur chamane, dès l’absorption, voit le monde des esprits. Pour les Palikur, l’esprit entre dans le corps du postulant et c’est avec son regard que ce dernier va à la rencontre du monde des esprits.

Pour les deux ethnies, la quête, précédée de contractions musculaires douloureuses et d’une sensation de fièvre, est essentiellement constituée par la présence, le plus souvent dans le dos de l’initié, des esprits de l’arbre ; ceux-ci se manifestent sous des formes diverses, dont l’une est obligatoirement un jaguar, une autre, moins fréquemment, une chenille monstrueuse ; ces apparitions manifestent leur présence par leur souffle, des frôlements, ou, pour le jaguar, des rugissements.

Pétrifié, le futur chamane mis à l’épreuve ne peut ni ne doit se retourner sous peine de mort. Alors le dialogue s’instaure ; dans le cas des Palikur, les esprits demandent au postulant d’organiser une fête en jouant de son hochet et en leur distribuant des cigares (nuhim), qui sont pour eux ce que la bière de manioc est aux hommes. Ils lui apprennent alors les chants magiques et les danses qu’aiment les esprits.

Chez les Wayãpi, les esprits apprennent également les chants magiques au postulant et ce sont eux qui lui remettent son hochet magique (malaka). L’initiation est alors terminée.

Outre cet usage très spécifique, l’écorce de Brosimum acutifolium est aussi ordonnée en bain fébrifuge par les chamanes Wayãpi pour soigner certaines atteintes maléfiques. Chez les Palikur, plusieurs usages médicinaux ont été relevés. Le latex est appliqué localement pour soulager les douleurs articulaires ; quelques gouttes du même latex instillées dans l’oreille servent à soigner la surdité. L’écorce préparée en décoction est prise à raison d’une cuiller à café trois fois par jour pour combattre la perte de mémoire et les migraines.

Enfin, un bain préparé avec des écorces de Brosimum acutifolium est un remède contre les courbatures d’origine magique (kabukwene ikãy). Tous ces usages sont accompagnés d’un interdit de consommation du gibier à poil et du poisson2.

Étymologie

Notons la grande similitude des mots takini (kali’na), tauni (palikur), takweni (Wayãpi et émerillon), auxquels nous pouvons ajouter tahini (tiriyó) récemment relevé par M. Plotkin (comm. pers.), alors que les langues de ces diverses ethnies appartiennent à trois familles linguistiques différentes (respectivement Karib, Arawak, Tupi-Guarani).

Notons cependant que les Arawak proprement dits sont les seuls, parmi tous les utilisateurs connus à ce jour de Brosimum acutifolium à des fins chamaniques, à le nommer sur une racine différente (hijarli) (de Goeie, 1928).

Pour les Wayãpi au moins, le mot takweni est sans nul doute un emprunt, puisque dans les langues tupi l’espèce est nommée mururé et qu’ils indiquent eux-mêmes que son usage fut introduit chez eux par un fameux chamane du nom d’Asapo, l’un des derniers Norak qui, venant de l’Approuague, s’intégrèrent aux Wayãpi vers 1840.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce n’apparaît pas dans la monographie sur les plantes hallucinogènes de Schultes et Hofmann (1973). La seule Moracée mentionnée est Maquira sclerophylla (Ducke) C. C. Berg, sur laquelle on possède des informations anciennes très incomplètes. Il nous a donc paru important d’entreprendre l’étude chimique et pharmacologique de Brosimum acutifolium : en raison des affinités étroites entre Moracées et Cannabinacées, nous avons aussi recherché la présence éventuelle de cannabinoïdes dans un échantillon de latex lyophilisé (méthode de Bram), recherche qui se révéla négative.

Les recherches d’alcaloïdes, que nous avons réalisées selon les méthodes chimiques classiques – extraction par le chloroforme en milieu alcalin et par le méthanol – sur du latex et des écorces de tronc, se sont avérées négatives.

Des phénols du type flavane ont aussi été isolés (Teixeira et al., 2000).

D’un Brosimum sp. appelé takini, recueilli au Surinam, ont été isolés des stérols assez communs dans les végétaux : sitostérol et de la friedeline (Hegnauer, 6, 1973).

Des flavanes dont la 4’-hydroxy-7,8[2-(2hydroxyisopropyle) dihydrofurane] flavane, la 4’,7-dihydroxy-8-(3,3-diméthylallyle) flavane, et la 4’,7-dihydroxy-8-prénylflavane, ont été isolées des écorces de tronc (Torres et al, 2000).

Parallèlement aux études chimiques, nous avons cherché à mettre en évidence l’action sur le système nerveux central à partir d’un échantillon de latex lyophilisé.

Les essais pharmacologiques effectués ont donné les résultats suivants : Action sur le s.n.c. :

pas d’activité anxiolytique (test des quatre plaques) 60 mg/kg ip ;

pas d’activité anticonvulsivante à 60 mg/kg ip ;

pas d’activité antidépressive (hypothermie et antiptosis à la réserpine à 60 mg/kg ip, hypothermie à l’apomorphine à 16 mg/kg ip) ;

très légère activité sédative (actimétrie), à 60 mg/kg ip ;

toxicité aiguë (Dl 50) : 600 mg/kg par voie intrapéritonéale (ip).

Dose maximale tolérée : supérieure à 4 g/kg par voie orale.

Enfin, poursuivant la recherche de substances psychotropes dans cette drogue, nous avons mis en évidence dans le latex le 5 nn hydroxy-diméthyle tryptamine, un composé dont le mode d’action est celui des inhibiteurs de la mono-amine oxydase (imao) et dont les propriétés psychotropes peuvent expliquer l’usage comme hallucinogène dans le plateau des Guyanes. Les concentrations sont comprises entre 23,4 mg/ml et 25 mg/ml.

Une prise en une seule fois de 300 ml de latex, comme nous l’avons relevé chez les Wayãpi, semble donc suffisante pour produire un effet hallucinogène.

  • 57 La seule zone actuelle d'utilisation de Brosimum acutifolium en dehors de l'est des Guyanes est le (...)

Il est intéressant de noter que le latex translucide qui s’écoule en premier, non utilisé, ne renferme que des traces de ce composé (Gaillard et Moretti, 2002). Les écorces de tronc de divers mururé entrent dans une préparation délivrée par l’iepa à Macapá, pour le traitement auxiliaire des rhumatismes et des douleurs musculaires. Mais l’incertitude botanique57 relative aux espèces entrant dans la préparation de ce remède peut selon nous se retrouver aussi dans les publications scientifiques et limite l’intérêt d’une compilation bibliographique des propriétés de cette drogue.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Brosinum parinarioides spp. parinarioides Ducke

Noms vernaculaires

Créole : mapa.

Wayãpi : amapakuwa.

Palikur : amap

Portugais : amapárana, mururerana.

Écologie, morphologie

Arbre peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1431 ; Lescure 829.

Emplois

Chez les Palikur, cette espèce est nommée – sans être cependant confondue – comme Parahancornia fasciculata (Apocynacées) dont elle a les mêmes usages.

  • 58 Chez les Caboclos de la région de Santarém, le latex est, comme chez les Palikur, bu comme fortifia (...)

Il s’agit dans les deux cas d’espèces à latex abondant58.

Clarisia ilicifolia (Sprengel) Lanj. et Rossberg

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ka’a polopi.

Palikur —

Portugais janitá.

Écologie, morphologie

Arbuste commun en forêt primaire devenant parfois un petit arbre.

Collections de référence

Grenand 675 ; lacquemin 2007.

Emplois

Les Wayãpi utilisent les rameaux aux feuilles à marge épineuse lors des rites de puberté pour fouetter les jeunes filles qui viennent d’avoir leurs premières règles.

Étymologie

Wayãpi : de ka’a, « plante » et polopi, « piquant », « la plante piquante ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Brosinum parinarioides

Brosinum parinarioides

Ficus catappifolia Kunth et Bouché

Noms vernaculaires

Créole bois figué [bwa-fig, bwa-fidjé].

Wayãpi : —

Palikur muhu

Portugais gameleira.

Écologie, morphologie

Arbre étrangleur commun en forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand 1593, 1595, 1722.

Emplois

  • 59 van Andel (2000) signale chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana l'utilisation du latex de (...)

Chez les Palikur, le latex de cette espèce est particulièrement recherché pour soigner les douleurs abdominales envoyées (cf. blesse ou sikgep, p. 78). Il est utilisé en emplâtre fait de chiffon ou de coton imbibé59. Le latex sert également après coagulation à extraire les dents cariées.

Étymologie

Créole : bwa-fidjé, « arbre-figuier », soit en raison de la ressemblance des fruits avec ceux du figuier de l’Ancien Monde (Ficus carica L.), soit à cause de la ressemblance des Ficus américains avec Ficus benghalensis L., appelé dans la littérature ancienne, « figuier dinde ».

Palikur : muhu est le terme de base désignant tous les Ficus.

Ficus guianensis Desv. ex Hamilton

Synonymies

Ficus clusiifolia Schott ;

Ficus erratica Standl. ;

Ficus parkeriana (Miq.) Sandw.

Noms vernaculaires

Créole bois figué [bwa-fig, bwa-fidjé].

Wayãpi : kwapo’i.

Palikur : muhu kamwi.

Portugais : apuí.

Écologie, morphologie

Arbuste étrangleur peu commun des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 393, 1732.

Emplois

  • 60 Cette espèce, ainsi que Ficus anthelminthica Mart., est fréquemment utilisée au Brésil pour ses pro (...)

Cette espèce est utilisée par les Palikur comme Ficus catappifolia, avec lequel elle est parfois confondue. Elle est utilisée par les Wayãpi comme Ficus paraensis60.

Étymologie

Palikur : de muhu, « Ficus catappifolia » et kamwi, « qui ressemble ».

Ficus catappifolia

Ficus catappifolia

Ficus maxima Mill.

Synonymies

Ficus glaucescens (Liebm.) Miq. ;

Ficus parkeri Miq.

Noms vernaculaires

Créole : bois figué [bwa-fig, bwa-fidjé].

  • 61 Ce nom est donné également à Ficus insipida Willd. ssp. scabra C.C. Berg (Grenand 338 ; Lescure 499 (...)

Wayãpi : kwasinɨ61.

Palikur : —

Kali’na : kwasini.

Portugais : caxinguba, gameleira-branca.

Écologie, morphologie

Arbre géant de forêt primaire et parfois de forêt secondaire.

Collection de référence

Grenand 604.

Emplois

  • 62 Cette espèce joue un rôle majeur dans l'initiation des chamanes kali’na (Ahlbrinck, [1931] 1956).
    Le (...)

Cette espèce est utilisée par les Wayãpi comme Artocarpus altilis var. seminifera62.

Étymologie

Wayãpi : de kwasi, « coati (Nasua nasua) » et ɨ, « arbre », « arbre du coati ».

Ficus nymphaeifolia Mill

Noms vernaculaires

Créole : bois figué [bwa-fig, bwa-fidjé].

Wayãpi : asingau lemimo’ay.

Palikur : muhu ihipinẽ.

Portugais : apuí.

Écologie, morphologie

Grand arbre étrangleur commun en forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 1571, 1769 ; Prévost 1284.

Emplois

  • 63 À Trinidad, le latex de cette espèce est utilisé en cataplasme, pour soigner les douleurs (Wonc, 19 (...)

Les Wayãpi donnent à cet arbre une origine humaine dans un mythe contant comment furent transformés en arbre deux amants ensorcelés. Peut-on rapprocher ce mythe de l’utilisation des graines grillées de divers Ficus comme aphrodisiaque en Amazonie (Le Cointe, I, 1922) ? Les Palikur se servent du latex abondant de cet arbre pour les mêmes usages que les Clusia (Clusiacées)63.

Ficus nymphaeifolia

Ficus nymphaeifolia

Étymologie

Wayãpi : de asingau, « coucou de Cayenne, Piaya cayana », lemi, « ceux qui », mo’ay, « ensorcelés », « ceux qui furent ensorcelés par le coucou », en référence à l’origine mythique de l’arbre. Palikur : de muhu, « terme désignant l’ensemble des Ficus » et ihipinē, « lianescent », en raison de ses nombreuses racines étrangleuses.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Ficus paraensis (Miq.) Miq.

Synonymies

Ficus thelephora Benoist ;

Urostigma paraense Miq.

Noms vernaculaires

Créole : bois figuè [bwa-fig, bwa-fidjé].

Wayãpi : kwapo’i, kwapo’i sõwɨ.

Palikur : muhu ihipinē.

Portugais : apuí, gameleira-branca.

Écologie, morphologie

Plante hémiépiphyte puis arbre étrangleur, commun en forêts secondaire et primaire.

Collections de référence

De Granville et Tiburce 1132 ;

Grenand 1445 ; Lescure 807 ;

Prévost et Grenand 976.

Emplois

Chez les Wayãpi, les jeunes rameaux verts sont brûlés et émiettés jusqu’à former une poudre de charbon que l’on consomme (spécialement les enfants) comme antidiarrhéique.

Les Palikur utilisent cette espèce de la même façon que Ficus nymphaeifolia.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Ficus trigona L.

Synonymies

Ficus vulpina Benoist ;

Ficus fanshawei Standl. ;

Urostigma fagifolium Miq.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : kwapo’i.

Palikur : muhu kamwi.

Écologie, morphologie

Plante hémiépiphyte de la forêt primaire et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 993, 1258.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette espèce comme Ficus paraensis.

Naucleopsis guianensis (Mildbr.) C. C. Berg

Synonymie

Ogcodeia guianensis Mildbr.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wa’i.

Palikur : tukwanru.

Écologie, morphologie

Arbre moyen des vieilles forêts secondaires et de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 3148 ; Lescure 732.

Emplois

Chez les Palikur, le bois de tronc, fendu en petits morceaux et préparé en décoction, fournit un bain d’aspect rougeâtre utilisé comme fortifiant, en particulier chez les convalescents.

Les rameaux, qui ont la particularité de s’énucléer, coupés en petits morceaux et mis à macérer dans le rhum, constituent un remède masculin pour combattre l’impuissance sexuelle.

Étymologie

Palikur : tukwanru signifie « l’arbre du pigeon x « pigeon » étant ici une métaphore pour désigner le pénis.

Les rameaux énucléés ressemblent à un pénis.

Perebea guianensis Aublet ssp. guianensis

Noms vernaculaires

Créole : abérémou [abérémou] (Heckel, 1897)

Wayãpi : yuwa pɨso.

Palikur : amap purubumna, tukwanru kamwi.

Portugais : cauchorana.

Écologie, morphologie Arbre moyen des forêts primaire et secondaire ancienne.

Collections de référence

Grenand 1019, 1918 ; Moretti 188, 1291.

Emplois

  • 64 Le latex de cette espèce sert à soigner les plaies chez les Waimiri-Atroari (Milliken et al., 1992)

Les Palikur utilisent le latex de cette espèce de la même façon que celui de Brosimum parinarioides (cf. supra) et Parahancornia fasciculata (Apocynacées). Il est cependant moins estimé. Pour un usage aphrodisiaque secondaire, cf. supra, Naucleopsis guianensis64.

Étymologie

Wayãpi : de yuwa, « arbre Couma guianensis », p ɨ, « mou » et so, « comme », « mou comme le Couma » ; le fruit de Perebea est mou et comestible comme celui de Couma.

Palikur : amap, « deux espèces d’arbres » (Brosimum parinarioides, Moracées et Parahancornia, Apocynacées) et purubumna, « à grosses feuilles ». Cette espèce ressemble aux deux autres, mais a des feuilles plus grosses ; tukwanru, « arbre Naucleopsis guianensis, Moracées » et kamwi, « qui ressemble », car les fruits sont très proches.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Musaceae

Musa paradisiaca L.

Synonymies

Musa sapientum L. ;

Musa paradisiaca var. sapientum (L.) Kuntze.

Noms vernaculaires

Créole : bacove [bakov] (variétés douces), banane [bannann] (variétés à cuire),

Wayãpi : pako (fruit), pako’i (plante),

Palikur : platno.

Portugais : pacóva (variétés douces), banana (variétés à cuire).

Français : banane (variétés douces), banane plantain (variétés à cuire).

Écologie, morphologie

Plante herbacée géante cultivée chez toutes les populations de Guyane.

Emplois

En dehors de son usage alimentaire essentiel pour les pays tropicaux, le bananier est sporadiquement signalé pour divers usages médicinaux.

  • 65 Corrêa ([1926] V, 1984) indique que la pulpe de la banane-plantain est utilisée au Brésil contre la (...)

Pour les Créoles, Richard (1937) indique l’utilisation de la pulpe du tronc préparée en tisane pour soigner la dysenterie. Cet usage a été retrouvé chez les Palikur qui préparent des bouillies antidiarrhéiques soit avec les fruits de la variété douce platno yahiminiu, « banane violette », soit avec le suc extrait de la jeune inflorescence de la variété douce pakih etni, « la possession du pécari à lèvre blanche » ; la décoction de la jeune feuille de cette variété est également bue trois fois par jour pendant trois jours pour soigner le mal de gorge65.

Chez les Wayãpi, le tronc couché de la variété douce pakosĩ constitue le siège sur lequel les femmes s’assoient du bout des fesses pour accoucher. Le liquide recueilli à la coupe des tiges est un antiseptique puissant lorsqu’il est appliqué sur les furoncles et les plaies. Hodge et Taylor (1957) signalent un usage similaire de la sève du bouton floral chez les Caraïbes de la Dominique.

Chimie et pharmacologie

D’après Karrer (1,1958 et supplément 1, 1977), ont été isolés de la cire extraite de cette plante, deux alcools : le 1-octacosanol et le 1-triacontanol, de l’acide isovalérianique ainsi qu’un carbure d’hydrogène : le nonacosane. Du β-sitostérol a été isolé des feuilles. En plus des glucides, les fruits renferment de l’acide γ-guanidinobutyrique, de la dopamine qui est un aminophénol ayant des propriétés vasoconstrictrices et de la noradrénaline qui est une hormone sympathomimétique.

Hegnauer (2, 1963) signale que toutes les Musacées accumulent des tanins dans tous leurs organes et des substances mucilagineuses dans leurs troncs On recommande la banane en diététique comme aliment hypoazoté dans les néphrites azotémiques et dans certains troubles intestinaux, arthritiques ou cardio-rénaux. Waalkes et al (1958) ont montré que la peau et la pulpe de la banane renferment de la sérotonine (5-hydroxytryptamine) et deux catécholamines : la norépinéphrine et la dopamine

La sérotonine tend à inhiber la sécrétion gastrique et à stimuler les muscles lisses, en particulier ceux de l’intestin. La dopamine et la norépinéphrine élèvent la tension artérielle et la seconde est utilisée comme vasoconstricteur.

Ces propriétés sont à mettre en rapport avec certains usages thérapeutiques attribués aux bananes dans les cas de maladies intestinales, ulcères du tube digestif, constipation, etc.

Famille Myristicaceae

Iryanthera sagotiana (Benth.) Warb

Noms vernaculaires

Créole : moussigot [mouchigo].

Wayãpi : kulupɨyɨ.

Palikur : wahusi waSiunõ.

Portugais : ucuúbarana-vermelha.

Écologie, morphologie

Arbre moyen de la forêt primaire, très abondant parfois.

Collections de référence

Grenand 674, 941 ; Lescure 418, 448 ;

Prévost et Grenand 4392 ;

Prévost et Sabatier 2752.

Emplois

Les Wayãpi affirment que la sève rouge s’écoulant de cet arbre est toxique et que le jaguar aime y empoisonner ses griffes.

Étymologie

Créole : moussigot est à rapprocher de musoko ou musuku, désignant dans des langues bantoues du Gabon, Scyphocephalium ochocoa Warb., une Myristicacée africaine (Raponda-Walker et Sillans, 1995). Palikur : wahusi wajiunô de wahusi, « arbre Virola surinamensis » et wajiunô, « des collines, de la terre ferme ».

Virola michelli Hecke Myristicaceae

Synonymie

Virola melinonii (Benoist) A. C. Smith

Noms vernaculaires

Créole : yayamadou montagne [djadjamadou-montangn].

Wayãpi wololo.

Palikur wahu.

Portugais ucuúbarana-preta, ucuúba-da-terra-firme.

Écologie, morphologie

Grand arbre fréquent en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 662. I 1 38, 3036.

Emplois

  • 66 La sève de cette espèce appliquée loco dolenti est utilisée par les Waimiri-Atroari pour soigner le (...)

Les Palikur utilisent l’écorce externe pilée et mélangée à une faible quantité d’eau, après macération courte, le liquide est tamisé et appliqué avec un coton sur les taches de grossesse qui apparaissent sur le visage66. La sève brute de couleur rouge est bue contre la diarrhée et soigne les gerçures des lèvres.

Virola surinamensis (Rolander) Warb

Synonymies

Myristica surinamensis Rolander ex Rottb ;

Myristica fatua Sur.

Noms vernaculaires

  • 67 Les colons et les Créoles des XVIIIe et XIXe siècles utilisaient avant tout l’huile extraite des gr (...)

Créole : yayamadou marécage [djadjamadou-marikaj], dyadya [djadja], wawichi (Saint-Georges)67.

Wayãpi : walusi.

Palikur : wahusi.

Kali’na : walu : ʃi.

Portugais : ucuúba, bicuiba.

Écologie, morphologie

Grand arbre très commun dans les forêts primaires humides et les forêts inondables.

Collections de référence

Jacquemin 1997 ; Lescure 355, 809.

Emplois

Chez les Wayãpi, les jeunes racines aériennes apparaissant à la base du tronc servent, après avoir été grattées, à préparer une décoction antitussive qui est bue.

  • 68 Le Cointe (1934) signale en Amazonie brésilienne l'usage de la sève pour soigner l'érysipèle, celui (...)

Pour les Palikur, l’écorce est un remède courant utilisé soit comme émollient contre les enflures et contre l’érysipèle (wisnõ), soit comme désinfectant buccal contre les abcès dentaires. Dans le premier cas, l’écorce associée à celle de umeg (cf. Humiria balsamifera, Humiriacées) est préparée en décoction et utilisée en lavage externe. Dans le second cas, la décoction du seul Virola est utilisée en bain de bouche ; on l’applique aussi parfois avec un coton sur les hématomes. La décoction de Virola surinamensis caractérisée par son aspect rouge vif est aussi un remède contre la diarrhée68. Enfin pour un remède contre les hernies, cf. Montrichardia arborescens (Aracées).

Étymologie

Les mots palikur et Wayãpi sont probablement d’origine karib.

Créole : yayamadou est peut-être un mot d’origine africaine appliqué à une espèce américaine, car il n’a jamais été noté dans une langue amérindienne des Guyanes ; dyadya. corruption de yayamadou

Chimie et pharmacologie

Barata et al (1978) ont identifié cinq lignanes dans les feuilles : l’élémicine, la galbacine, la véraguensine, la surinamensine et la viroline. Ces substances sont très toxiques pour les cercaires de la bilharziose (Schistosoma mansoni).

  • 69 Alors qu’en Guyane, elle est encore abondante et peu menacée, cette ressource a diminué au Brésil e (...)

En Amérique latine, on extrait des graines la graisse de ucuuba qui constitue 65 % des amandes et qui est composée pour 50 % de trimyristine et de laurodimyristine servant à la fabrication de bougies et de savons (Hegnauer, 5, 1969 ; Ribeiro et al. I999)69

Famile Myrtaceae

Campomanesia aromatica (Aubl.) Griseb

Synonymie

Psidium aromaticum Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : bois citronnelle [bwa-sitronnèl], goyavier citronnelle (HECKEL, 1897).

Wayãpi : —

Palikur : pirimaβan.

Écologie, morphologie

Petit arbre peu fréquent, croissant dans les forêts sèches ou les forêts secondaires basses.

Collections de référence

Berton 35bis ;

Grenand 3093.

Virola surinamensis

Virola surinamensis

Emplois

Les Palikur utilisent la décoction des feuilles et de l’écorce comme un déodorant, ce qui est bien mis en valeur dans l’initiation des chamanes (cf. Brosimum acutifolium, Moracées). La même décoction bue et administrée en bain est défatigante.

  • 70 Aublet (1775) indique que les habitants de Cayenne utilisaient cette plante sous le nom de citronne (...)

Enfin appliquée en cataplasme, elle sert à soigner les jambes enflées et douloureuses70.

Étymologie

Créole : bois, « arbre » et citronnelle, en raison de l’odeur agréable émanant des feuilles et de l’écorce.

Palikur : piri, « terme désignant diverses espèces végétales parfumées », de pihi, « odeur » et βan, « feuille, plante ».

Eugenia cupulata Amsh

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : kalaɨ ka’a.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbre moyen au bois rouge et dur, commun en forêt primaire dans le haut Oyapock.

Collections de référence

Grenand 42, 144, 320 ;

Jacquemin 1699 ;

Lescure 431 ;

Prévost et Grenand 930, 1971.

Emplois

Les Wayãpi se servent des feuilles qui, froissées, exhalent une forte odeur camphrée,

pour préparer en décoction ou en macération un remède fébrifuge très apprécié qui est utilisé en bain.

Étymologie

Wayãpi : de kalai, « fièvre » et ka’a, « plante », indiquant clairement l’importance médicale de cette plante.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Eugenia polystachya Rich

Noms vernaculaires

Créole : —

  • 71 Ce deuxième nom est aussi appliqué par les Wayãpi originaires du Rio Kouc à un arbuste nettement di (...)

Wayãpi : tamukwãlẽ ãkã, mɨku ka’a71.

Palikur —

Écologie, morphologie

Petit arbre des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 221 ; Jacquemin 1783 ; Lescure 516.

Emplois

Les Wayãpi appliquent localement en cataplasme contre les maux de gorge, la décoction des feuilles.

Étymologie

Wayãpi : de tamukwãlẽ, « lézard agaman » (Uranoscodon superciliosus) et ãkã, « tête »,

« tête de lézard agaman » en raison de la forme des fruits. De miku, « sarigue, oppossum (Didelphis marsupialis) » et ka’a, « plante », « plante de la sarigue ».

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (5, 1969), les espèces de ce genre sont riches en huiles essentielles qui contiennent de l’eugénol.

Psidium guajava L.

Synonymies

Psidium pyriferum L. ; Psidium guava Griseb.

Noms vernaculaires

Créole : goiyave Igouyav, goyav).

Wayãpi : kuya.

Palikur : kwiyau.

Français : goyave, goyavier.

Portugais : goiaba, goiabeira.

Écologie, morphologie

Petit arbre cultivé et sans doute spontané dans les zones sèches du littoral.

Collections de référence

Prévost 1371, 3426.

Eugenia polystachya

Eugenia polystachya

Emplois

  • 72 Notons que cet usage médicinal est répandu dans toute l'Amérique tropicale, du Mexique au Brésil (C (...)

Les Créoles préparent en décoction à partir de l’écorce, des feuilles et des jeunes pousses, un breuvage antidiarrhéique, tandis que les Wayãpi, de la même manière et dans le même but, utilisent l’écorce et les fruits verts seulement72.

  • 73 Berton (l997) indique que l'on peut associer à la préparation antidiarrhéique les racines de banani (...)

Plus diversifiés sont les usages des Palikur,qui associent les jeunes feuilles à celles de Philodendron guianense (Aracées) pour soigner les ulcères dus à la leishmaniose ; ils les associent également à celles d’Eleutherine bulbosa, (Iridacées) ou bien à celles de Solanum leucocarpon (Solanacées), pour en faire une tisane antidiarrhéique73.

Chimie et pharmacologie

L’emploi de cette espèce comme antidiarrhéique se retrouve dans tout le monde tropical. Sont surtout employés en voie orale, le fruit, consomme tel quel ou en jus du fruit, avec sel ou sucre, les feuilles en décoction (parfois avec sel OU sucre) et aussi les écorces de tronc.

La plante entière est riche en tanins ellagiques : 9 à 10 % dans les feuilles et 12 à 30 % dans les écorces. L’huile essentielle des feuilles est riche en caryophyllène, nérolidol, β-bisabolène, aromadendrène, π-sélinène et α-pinène.

Le fruit est riche en vitamine c et contient également les acides cinnamique et 3 hexénoïque. L’extrait aqueux de feuille est contre différents germes et montre une activité spasmolytique sur l’iléon isolé de cobaye, à la concentration de 1 mg/ml. Ces propriétés justifient 1 emploi traditionnel de cette drogue, faisant l’objet d une monographie détaillée de la Pharmacopée caribéenne (Robineau et al, 1999).

Psidium persoonii Mc Vaugh

Synonymie

Psidium guianense sensu Amshoff non Persoon.

Noms vernaculaires

Créole : goiyave saut [gouyav-so].

Wayãpi : alalɨ.

Palikur : —

Aluku : liba gobaya.

Écologie, morphologie

  • 74 Cette espèce fréquente dans le bassin de l'Oyapock et du Maroni est absente ou rare dans les autres (...)

Arbuste tortueux commun sur les îlots rocheux des fleuves74.

Collections de référence

Grenand 192, 500 ; lacquemin 1730.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce grattée est utilisée, seule ou associée aux feuilles ; elle sert à préparer une décoction bue contre la diarrhée.

Ce remède est considéré comme puissant et le traitement normal pour un adulte est de deux prises seulement.

Certains créoles de l’Oyapock utilisent aussi ce remède, ainsi que les Aluku (Fleury, 1991).

Étymologie

Créole : goiyave saut, « goyave des rapides » en raison de son écologie.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (5, 1969), on a isolé dans les huiles essentielles extraites des feuilles de plusieurs espèces voisines, de l’α-pinène, du limonène et du cinéol. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Nymphaeaceae

Nymphaea rudgeana G. Mey.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : padidwan.

Portugais : golfo, aguapé.

Écologie, morphologie

  • 75 Cid (1978) relate qu'en Amazonie à la période des basses eaux, cette plante rend âcre l'eau des lag (...)

Plante aquatique commune dans les marais ouverts de la zone côtière75.

Collections de référence

Grenand 1638, 1886 ; Moretti 1360.

Emplois

Chez les Palikur, les feuilles, tiges et fleurs de cette belle espèce sont utilisées pour leur action émolliente, afin d’extraire les plombs de chasse ; en cas de blessure accidentelle, elles sont pilées et appliquées en emplâtre sur les impacts.

  • 76 Le Cointe (1934) signale en Amazonie l'usage de la plante entière en bain pour soigner les hémorroï (...)

Le même emplâtre est aussi appliqué sur les fractures et les entorses76.

Psidium persoonii

Psidium persoonii

Chimie et pharmacologie

Une nouvelle interprétation de l’art religieux et des rites des anciens Mayas et anciens Égyptiens a été avancée, suggérant l’emploi des fleurs de nénuphar comme narcotique et leur rôle dans les rites extatiques des prêtres de ces deux civilisations, pourtant si éloignées l’une de l’autre (Emboden 1981). Cet auteur attribue l’action narcotique à des alcaloïdes aporphiniques. Cependant nous n’avons pas trouvé d’alcaloïde dans les divers organes testés.

Famille Ochnaceae

Ouratea guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : malmani [mal-manni].

Wayãpi : tukãnãkũ.

Palikur : yauk nabui, psuk awak.

Portugais : batiputá.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 319, 1012 ; Grenand et Prévost 1992 ;

Moretti 679 ; Sastre 4660.

Emplois

  • 77 À notre connaissance, le genre Ouratea est rarement signalé pour ses propriétés médicinales. Notons (...)

Les Wayàpi se servent des feuilles pour préparer une décoction antitussive qui est bue77.

Ouratea guianensis

Ouratea guianensis

Étymologie

Créole : de mani, « espèce d’arbre » (Symphonia globulifera, Clusiacées) et mal, « faux » en raison de la forte ressemblance de la feuille. Wayãpi : de tukã, « toucan » (Rhamphastos spp.) et kũ, « langue », en raison de la forme des feuilles. Palikur : yauknabui, de yauk, « toucan » et nabui, « langue » (cf. ci-dessus) ; psuk awak : de psuk, « cabiai » et awak, « patte » en raison de la forme de l’infrutescence.

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Ouratea sont riches en tanins (RIBEIRO et al, 1997).

Sauvagesia erecta L.

Synonymie

Sauvagesia adima Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : herbe St Martin [zerb-sen-marten].

Wayàpi : wɨla pili.

Palikur : tarub tiparabuyene.

Portugais : erva-de-Sâo-Martinho.

Écologie, morphologie

Herbe des savanes et des prairies.

Collections de référence

Grenand 1926 ; Jacquemin 1627, 1657, 1677

Moretti 1373.

Emplois

  • 78 En Amazonie, Le Cointe (1934) signale son usage comme diurétique. Les Siona de l'Équateur l’utilise (...)

Chez les Créoles, la tisane préparée avec les parties aériennes est bue comme fébrifuge78. Les Palikur préparent un bain avec cette espèce pour accélérer l’apprentissage de la marche chez les bébés et leur donner le sens de l’équilibre.

Chimie et pharmacologie

Avec R. R. Paris et son équipe, nous avons montré que les parties aériennes de cette plante renferment des anthocyanes, des leucoanthocyanes, des tanins catéchiques et des flavonoïdes. Ces derniers sont abondants dans les feuilles où quatre c-glycosyl-flavones ont été identifiés : la vitexine, la vicénine-2, l’orientine et l’iso-orientine (Paris et al, 1978). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Enfin les Carib du nord-ouest de la Guyana en font, avec du sucre, un sirop antigrippal (van Andel, 2000).

Famille Olacaceae

Ptychopetalum olacoides Benth.

Noms vernaculaires

  • 79 L’arbre que l'on nomme bois Bandé aux Antilles est différent. Il s'agit de Richeria grandis Vahl, E (...)

Créole : bois bandé [bwa-bandé]79.

Wayãpi : wɨla taɨ, wɨlapɨlatã.

Palikur : aneku.

Portugais : muirapuama, marapuama.

Écologie, morphologie

Arbre moyen de forêt primaire, partout présent en Guyane mais nulle part abondant.

Collections de référence

Grenand 432, 1083 ;

Grenand et Guillaumet 3204 ;

Moretti 263, 1080.

Emplois

C’est un aphrodisiaque très réputé, tant chez les Créoles de Guyane que chez les Caboclos amazoniens (Le Cointe, 1934). Sa renommée s’étend jusqu’au sud du Brésil.

Les préparations sont très variables dans le détail, faisant intervenir de nombreux ingrédients fort divers, allant de la queue de tatou à la tête de clou carrée (cf. à ce propos le cas des Palikur à Smilax spp., Smilacacées). Pour les Créoles, la préparation de base reste cependant toujours la même : les racines de jeunes pieds sont mises à macérer dans le rhum ; cette drogue peut se prendre en association avec d’autres plantes également réputées aphrodisiaques comme Strychnos erichsonii (Loganiacées).

  • 80 Cet usage renvoie à diverses observations faites, ches les Caboclos d'Amazonie brésilienne, de l'em (...)

Chez les Wayãpi, la décoction de l’écorce de tronc est consommée comme expectorant et comme tonique par les personnes dites essoufflées (affections pulmonaires). L’usage principal de cette même décoction est cependant celui de fortifiant en friction pour favoriser le développement musculaire des jeunes enfants80. Enfin la décoction des feuilles et de l’écorce est parfois utilisée comme contraceptif par les femmes.

Les Palikur en font également un usage proche du second des Wayãpi : la racine préparée en bain sert à rendre les enfants forts et résistants aux maladies.

Étymologie

Créole : bois bandé, « l’arbre pour l’érection », sans qu’il soit besoin de commentaire ! Wayãpi : wɨlapɨlatã, de wɨla, « arbre »,

pila, « tendre, bander (un arc par exemple) » et ãtã, « dur », « arbre pour bander durement ». Ce mot se réfère à l’usage de fortifiant musculaire.

Chimie et pharmacologie

Cette drogue a été étudiée sous le nom brésilien de muira puama par divers auteurs. Auterhoff et Pankow (1968) ont isolé l’acide béhénique, divers autres acides et un stéroïde et ont constaté qu’elle renferme aussi du lupéol. Elle aurait également une action semblable à celle de la nicotine (Raymond-Hamet, 1932), ainsi qu’une action vasodilatatrice périphérique suivie d’une action adrénergique (Olofsson, 1927).

Il semble que dans tous ces travaux, plusieurs espèces soient confondues : Liriosma ovata Miers, Ptychopetalum olacoides et P. uncinatum Anselmino (Olacacées). Devant ces résultats contradictoires, il nous a semblé utile de reprendre l’étude de cette drogue. Les diverses préparations des écorces de tige n’ont pas montré de toxicités significatives : DL 50 1 mg>1000 mg par voie orale. In vitro des activités inotrope et chronotrope + et anticholinergiques faibles ont été observées ; in vivo peu d’activité marquée, avec cependant une très légère activité anti-inflammatoire et analgésique. Ces essais pharmacologiques ont été réalisés par le laboratoire Roger-Bellon. Ptychopetalum olacoides figure dans la Pharmacopée brésilienne depuis 1956 pour ses propriétés stimulantes. Elle figure aussi dans la British Herbal Pharmacopoeia pour le traitement de la dysenterie et de l’impuissance sexuelle. Des études cliniques menées en France, dont les résultats sont contestés, tendent à montrer un « effet dynamique sur l’asténie sexuelle ». P. olacoides entre d’ailleurs dans la composition de plusieurs phytomédicaments brésiliens ou européens (Allemagne) pour le traitement de l’asténie sexuelle. La grande réputation de cette drogue chez les populations rurales du Brésil a conduit à la formulation de divers phytomédicaments locaux, recommandés pour le traitement des troubles associés au vieillissement et à la perte de mémoire (Siqueira et al. 2003).

Des expériences sur le comportement des souris traitées par ces extraits ont mis en évidence une amélioration des fonctions cognitives. Ces propriétés pourraient être reliées à leur activité anti-oxydante (Siqueira et al., 2002).

L’extrait hydro-alcoolique des racines a un effet sur le système nerveux central en agissant sur les systèmes neurotransmetteurs dopaminergique et noradrenérgique (Siqueira et al, 1998). En dehors de quelques études sur les constituants lipophiliques et volatiles (Bucek et al., 1987), les principes actifs responsables de l’activité stimulante de cette drogue n’ont toujours pas été identifiés.

Les écorces renferment divers acides, du sitostérol, du campestérol, des coumarines, du lupéol ; selon des études brésiliennes, les composés volatils actifs ne sont pas solubles dans l’eau et ne seraient pas absorbés dans le processus digestif, ce qui suggère que les capsules et tablettes que l’on vend, au Brésil notamment, ne seraient pas des formes d’administration efficaces. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sauvagesia erecta

Sauvagesia erecta

Famille Onagraceae

Ludwigia hyssopifolia (G. Don) Exell

Synonymies

Jussiaea hyssopifolia G. Don. ;

lussiaea linifolia Vahl.

Noms vernaculaires

Créole : girofle d’eau [jiróf-dilo]

Wayãpi : tawalu lemiũ’ɨ

Palikur mehuka etni

Écologie, morphologie

Le genre Ludwigia est composé d’herbes des marais et des zones ripicoles.

Collections de référence

Grenand 1598 ; Prévost 3879.

Emplois

  • 81 Cavalcante et Frikel (1973) ont trouvé chez les Tiriyo l’usage de Ludwigia nervosa (Poir.) Hara com (...)

Nous avons trouvé la présente espèce utilisée par les Palikur, préparée en décoction et prise comme fébrifuge81. Il est très vraisemblable que l’ensemble du genre Ludwigia soit utilisé aux mêmes fins ; c’est le cas en particulier de Ludwigia octovalvis (Jacq.) Raven (Prévost 3879) commun dans les mêmes milieux.

Étymologie

Créole : girofle d’eau, du français « giroflée », parce que les fleurs ressemblent à celles de l’espèce européenne (Cheiranthus cheiri L., Brassicacées) et d’eau en raison de son habitat. Wayàpi et Palikur : tawalu et mehuka, désignent la tortue d’eau Podocnemis unifilis cependant que lemi’ù’i et etni renvoient l’un à « nourriture », l’autre à « sa possession », impliquant dans les deux cas qu’il s’agit de la « nourriture de la tortue Podocnemis unifilis ». Ces noms sont appliqués à la plupart des Ludwigia.

Ludwigia hyssopifolia

Ludwigia hyssopifolia

Chimie et pharmacologie

Collier et al. (1952) ont montré que des feuilles appartenant à des espèces voisines croissant au Surinam présentaient des propriétés antibiotiques sur Micrococcus pyogenes et Escherichia coli.

Famille orchidaceae

Catasetum barbatum (Lindley) Lindley

Synonymie

Myanthus barbatum Lindley.

Écologie, morphologie

Plante épiphyte croissant aussi bien en forêt que sur les arbres des parcs et des avenues.

Collection de référence

Jacquemin 2027.

Emplois

Pour les Wayãpi, même emploi et même nom que Epidendrum paniculatum. Pour les Palikur, même emploi et même nom que Hernandia guianensis (Hernandiacées), sans confusion cependant entre les deux espèces.

Dichaea sp.

Noms vernaculaires

Créole : radié mille pattes.

Wayãpi : moy lakape.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Petite plante épiphyte du sous-bois des forêts humides.

Collection de référence

Grenand 54.

Emplois

Selon Hay (1998), cette plante écrasée dans l’huile puis chauffée et frottée localement est pour les Créoles de Saint-Georges de l’Oyapock un remède contre la gale.

Chez les Wayãpi, la plante est un charme utilisé pour protéger les enfants en bas âge (risque de convulsions) dont le père a tué un serpent. Ils sont alors lavés avec une décoction de la plante entière.

Catasetum barbatum

Catasetum barbatum

Étymologie

Wayãpi : moy, « serpent » (terme générique) et lakape, « ventre », « ventre de serpent ». L’aspect de la plante est très suggestif.

Epidendrum paniculatum Ruíz et Pav

Synonymie

Epidendrum floribundum Kunth.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : kwata alapalu.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune sur les arbres sauvages et cultivés.

Collections de référence

Jacquemin 1822 ; Lescure 544.

Emplois

  • 82 C’est le cas en particulier de Epidendrum unguiculatum (Schweinf.) Garay et Dunsterv. (Grenand 962)

Diverses orchidées épiphytes à fleurs rouges rassemblées par les Wayãpi sous un même nom, nous ont été indiquées comme fébrifuges82.

Les plantes entières sont préparées en décoction qui est utilisée en bain.

Étymologie

Wayãpi : de kwata, « singe atèle » et alapalu, « tubercule cultivé » (Maranta ruiziana, Marantacées).

Chimie et pharmacologie

Les parties aériennes de cette plante renferment entre 0,01 et 0,10 % d’alcaloïdes (Lüning, 1967).

Pelexia goninensis (Pulle) Schlechter

Synonymie

Stenorrhynchos goninensis Pulle.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yâwï sekulu.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante herbacée terrestre du sous-bois de la forêt primaire. Elle est peu commune.

Collections de référence

Grenand 317, 383 ; Prévost et Grenand 1970.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette orchidée terrestre comme charme permettant de mieux distinguer les tortues terrestres (Geochelene denticulata) dans le sous-bois.

  • 83 Cette espèce est regroupée sous le même nom vernaculaire avec Pelexia callifera (C. Schweinf.) Gara (...)

La macération de la plante entière, y compris son tubercule, est frottée sur le visage du chasseur83.

La même préparation est utilisée pour protéger les enfants (risque de mauvais état général) après la violation par leur père d’un interdit de collecte sur cet animal.

Epidendrum paniculatum

Epidendrum paniculatum

Étymologie

Wayãpi : de yãwĩ, « tortue terrestre » et sekulu, « vésicule biliaire ». en raison de la ressemblance (forme et couleur) de la feuille avec l’organe de l’animal.

Stanhopea grandiflora (Lodd.) Lindl

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yakale lemo.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante épiphyte aux grandes fleurs blanches du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 461,648 ; Jacquemin 1835.

Emplois

Selon une observation de Ouhoud-Renoux (com. pers.), des fragments secs de cette orchidée sont, chez les Wayãpi, écrasés et malaxés avec la peinture faciale sipɨ (cf. Burséracées) ; le fard, appliqué en un point sur le front et oint sur les épaules et l’avant-bras, est utilisé comme charme de chasse au caïman.

Étymologie

Wayàpi : yakale lemo, de yakale,

« caïman, Paleosuchus palpebrosus » et lemo, « pénis », en raison de la forme du labelle de la fleur.

Famille Oxalidaceae

Oxalis barrelieri L.

Noms vernaculaires

Créole : trèfle à quatre feuilles [trèf-kat-féy], pâte dentifrice [pat-da ntifris].

Wayãpi : ululukuku ka’a.

Palikur : —

Portugais : trevo-azedo.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune dans la région de Cayenne.

Collections de référence

De Granville 2542 ; Moretti 1392 ;

Prévost 1225, 3619.

Emplois

Les feuilles et les racines de cette plante sont utilisées comme masticatoire pour l’hygiène buccale.

Cet usage semble limité à quelques familles créoles de la région de Cayenne.

Étymologie

Créole : trèfle à quatre feuilles, car les feuilles trifoliolées ressemblent à l’espèce européenne du même nom.

Pâte dentifrice, en référence à son usage. Wayãpi : ulukuku, « serpent Lachesis muta » et ka’a, « plante », en raison de la forme de la feuille.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Stanhopea grandiflora

Stanhopea grandiflora

Notes

1 Cette plante à tanins est employée dans divers pays d'Amérique tropicale pour soigner de nombreuses affections allant des maux de gorge à la dysenterie (Ribeiro et al., 1997). Les fruits comestibles sont appréciés en Amérique centrale et au Brésil où cette espèce est semi-domestiquée. Les Tiriyo utilisent l’écorce ou la racine en emplâtre pour soigner les blessures et les brûlures (Cavalcante et Frikel, 1973). En Amazonie brésilienne, l'écorce est utilisée comme tonique, fébrifuge et pour soigner la tuberculose (Cid, 1978). Une espèce voisine, Byrsonima chrysophylla Kunth., est vendue sur le marché de Manaus comme anti-inflammatoire et pour traiter les hémorroïdes (Ferreira, 1996).

2 Le nom liane bef est le plus souvent appliqué à Stigmaphyllon sinuatum.

3 Chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana, les feuilles sont un remède contre la fièvre, le mal de tête et la grippe et les racines servent à traiter les maladies du cœur (van Andel, 2000).
Au Brésil, les Caboclos de l'État de Para utilisent la même espèce en association avec d'autres plantes pour chasser le mauvais sort (Furtado et al., 1978). Les Urubu-Ka’apor s'en servent pour soigner les maux d’estomac (Balée, 1994). Les groupes Tukano d’Amazonie colombienne ajoutent parfois les feuilles de cette espèce dans la préparation du caapi ou ayahuasca (Banisteriopsis caapi (Spruce ex Griseb.) Morton, Malpighiacées), célèbre hallucinogène de l'ouest amazonien (Schultes et Raffauf, 1990).

4 Cette plante est généralement cultivée près des habitations. Son introduction semble si ancienne que les populations de Guyane la considèrent comme indigène.

5 En Orient, les graines musquées servaient surtout en parfumerie. Graines et huile essentielle adoucissent la peau, soulagent rhumatismes, crampes musculaires, spasmes de l'estomac et fatigue nerveuse (Bremness, 2001).

6 Les Aluku utilisent les fruits pour soigner les douleurs auriculaires, ainsi que les feuilles qui sont, soit ramollies au feu pour soulager les migraines, soit associées à des Lamiacées pour préparer, avec du sucre, un sirop soignant la grippe et la toux (Fleury, 1991). Le suc huileux extrait des graines est aussi un remède auriculaires chez les Tacana (Bourdy et al., 2000).

7 Au Brésil, les feuilles sont utilisées pour combattre les inflammations d’origines diverses (Cid, 1978). Chez les Aluku, le jus des feuilles dilué dans l'eau froide sert à soigner le muguet des enfants (Fleury, 1991) ; les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent avec les feuilles une tisane pour soigner la grippe et la toux (Van Andel, 2000).

8 Chez les Caboclos du bas Amazone et de la région de Santarem, les feuilles servent aussi à soigner les mycoses interdigitales et l’érysipèle (Branch et Silva, 1983 ; Amorozo et Gély, 1988).

9 Le même nom est donné à Faramea guianensis (Rubiacées) par certains Wayãpi, qui lui attribuent les mêmes vertus.

10 Chaque population de Guyane confond sous un même nom les divers Sida, cependant que leur emploi est fonction de l’abondance relative des espèces selon les endroits.

11 Cette espèce est utilisée en shampooing par les Créoles de Guyana pour les soins capillaires et, en tisane, pour soulager les douleurs menstruelles et l'infection du tube ovarien (Van Andel, 2000) ; on retrouve ces derniers usages ainsi que d'autres pour soigner la fièvre, la toux et les hémorroïdes chez les Caboclos du Rio Madeira (Di Stasi et al., 1994). Schultes (1990) rapporte que les soldats mexicains fumaient cette espèce comme substitut de la marijuana

12 Il existe une certaine confusion autour des farines appelées toloman, arrow-root ou dictame qui, il est vrai, ont des usages très similaires. Toloman désigne plutôt, pour les Créoles des Antilles et de la Guyane, Canna indica L., Cannacées.
Pour les Palikur, ce nom correspond à Maranta ruiziana (cf. infra à cette espèce). Arrow-root désigne généralement Maranta arundinacea et fournit ce que les Créoles nomment tapioca ; ce terme, venant du tupi-guarani tipioca, sert à l’origine à nommer l’amidon de manioc. C’est d’ailleurs sous le nom de tapioca que, de nos jours, la farine d’amidon de manioc est commercialisée.
Dans les Antilles anglaises, arrow-root s'applique à Maranta arundinacea et ce nom a sans doute été introduit en Guyane par les Sainte-Luciens. Sa signification, « racine [pour] les flèches », fait allusion à son utilisation ancienne comme antidote des poisons de flèche des Caraïbes des Antilles (Hodge et Taylor, 1957).

13 À notre connaissance, cette espèce n'est pas cultivée actuellement chez les Amérindiens de Guyane. Pourtant elle est signalée par Aublet (1775) chez les Amérindiens de la côte pour soigner les fièvres intermittentes (paludisme) et elle est considérée comme une plante culturellement essentielle chez les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, ibid). Par ailleurs, il existe une deuxième espèce, Maranta amplifolia K. Schum. (Capus 39), cultivée dans les Guyanes et au Brésil, et totalement confondue avec Maranta arundinacea là où les deux espèces cohabitent (Andersson, 1986).

14 Le mot toloman a une acceptation différente chez les Créoles, puisqu’il désigne pour eux une variété cultivée de Canna indica L. (Cannacées) ou parfois Maranta arundinacea ; cf. les notes relatives à cette espèce.

15 Selon Andersson (1986), Maranta ruiziana serait originaire de l’est de l'Amérique du Sud (milieux ouverts), bien qu'on la trouve aujourd'hui çà et là cultivée dans tout le bassin amazonien. Elle a été collectée à l’état sauvage dans les Guyanes chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973), où elle sert à préparer des bains contre les courbatures. Elle serait aussi cultivée en Amazonie colombienne (Schultes, 1987).

16 Chez les Wayãpi, cette espèce est une plante cultivée en petite quantité dans les abattis, tandis que chez les Palikur, dans le bas Oyapock, elle est rudérale, parfois protégée et utilisée comme Maranta ruiziana. Selon L. Andersson (com. pers.), la répartition de cette plante en tant que plante sauvage ou cultivée est encore mal connue.

17 Pour le même usage les Palikur confondent cette espèce avec Marcgravia parviflora L.C. Rich. ex Wittm. (Grenand 3094).
La sève de M. coriacea est utilisée en collyre, pour soigner les blessures à l'œil chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (Van Andel, 2000).
M. parviflora est mâché contre le mal de dent chez les Waimiri-Atroari (Milliken et al., 1992).

18 Cette espèce est utilisée comme fongicide chez les Caboclos du bas Tapajos (Branch et Silva, 1983). Les feuilles écrasées d'une espèce proche, Bellucia umbellata Gleason sont utilisées pour soigner les foulures chez les Barasana d'Amazonie colombienne (Schultes et Raffauf, 1990).

19 Cet usage est aussi signalé dans le bas Amazone pour soigner les brulûres, les irritations de la peau ou les piqûres d'insecte infectées (Amorozo et Gély, 1988).

20 Cette espèce est confondue sous le même nom par les Wayãpi et les Palikur avec Miconia longifolia (Aubl.) DC. (Berton 181 ; Grenand 443, 1269).

21 Les feuilles sont utilisées en infusion fébrifuge par les Caboclos du Rio Madeira (di Stasi et al., 1994).

22 L'usage de cette plante, plus que son aspect, a inspiré le rapprochement avec la plante européenne.

23 Les populations de Guyane distinguent deux carapas (carapa rouge et blanc des Créoles et yanɨ pilã et sĩ des Wayãpi), mais il est peu probable qu'ils correspondent à Carapa guianensis et Carapa procera A. dc., le critère de distinction retenu par les diverses communautés étant la couleur du bois. Carapa procera est également une espèce de la forêt primaire.

24 Enfin, d'autres usages de l'écorce sèche ou fraîche, signalés de la Guyane par Richard (1937) et Lemée (IV, 1956) n'ont pas été retrouvés par nous. Préparée en infusion ou en macération, elle constituait un remède contre les vers intestinaux et la dysenterie. L'infusion amère des écorces est utilisée en Amazonie brésilienne comme vermifuge, fébrifuge ainsi que comme tonifiant (Schultes et Raffauf, 1990). À côté d'usages similaires ou proches de ceux décrits pour la Guyane, Amorozo et Gély (1988), signalent chez les Caboclos du bas Amazone l'utilisation en bain de la décoction de l’écorce pour les « problèmes utérins » ou de l’huile en onction pour soigner la desmentidura (équivalent à la blesse) tandis que Van Andel 1000) pour le nord-ouest de la Guyana, indique la décoction de l’écorce bue pour traiter la malaria et pour nettoyer les ulcères dus à la leishmaniose. Ce dernier usage est aussi donné par Fleury (1991) pour les Aluku ainsi que pour soigner plaies et coupures et par Polak (1992) pour la Guyana.

25 D’autres Guarea, portant le même nom vernaculaire, sont probablement utilisés de la même façon par les Palikur.

26 L’écorce interne, préparée en décoction, est utilisée comme vomitif dans les communautés amérindiennes du nord-ouest de la Guyana (Van Andel, 2000). Les Mosetene de Bolivie préparent une tisane avec différentes parties de cet arbre comme abortif et pour combattre l’anémie et les douleurs rénales (Munoz et al., 2000b).

27 L'usage d'Abuta grandifolia est très connu dans toute l’Amazonie mais il est plutôt diversifié ; en Amazonie colombienne et équatorienne, les tiges et les racines sont avant tout utilisées par plusieurs ethnies amérindiennes (Siona, Karijona, Andoke...) comme composante des curares. D’autres Ménispermacées des genres Abuta, Chondodendron et Curarea, sont également utilisées à cette fin (Ribeiro et al., 1999). L’infusion des feuilles en Amazonie équatorienne et celle de l’écorce chez les Tiriyo, est utilisée comme stomachique. Chez les Quechua de l'Amazonie équatorienne, les feuilles préparées en compresse servent à soigner les inflammations oculaires et les morsures de serpent venimeux. L'infusion des feuilles est bue comme fébrifuge chez les Siona (Cavalcante et Frikel, 1973 ; Schultes et Raffauf, 1990). Enfin chez les Urubu-Ka’apor, l'espèce est utilisée comme contraceptif ou pour stopper les règles trop abondantes (Balée, 1994).

28 Cette espèce collectée pour la première fois il y a trente ans par la mission américano-brésilienne Irwin-Froes dans le bassin de l'Oyapock a été trouvée depuis en diverses régions d'Amazonie. Son bois jaune vif permet de la distinguer très aisément des autres Ménispermacées de la région.

29 Les Tenharim du Rio Madeira utilisent l'écorce macérée et les Waimiri-Atroari les tiges écrasées pour soigner les blessures ; les Karitiana du Rondonia, quant à eux, l'utilisent comme contraceptif (di Stasi et al., 1994 ; Milliken et al., 1992).

30 Les Siona d'Amazonie équatorienne s’en servent pour fabriquer un curare (Schultes et Raffauf, 1990)

31 Ce nom est également porté par Sparattanthelium guianense (Hernandiacées). Les deux espèces sont confondues par les Wayãpi.

32 Plusieurs Sciadotenia entrent dans la préparation de curares en Amazonie occidentale (Schultes et Raffauf, 1990) ; S. cayennensis est utilisé par les Caboclos du bas Amazone pour soigner les contusions et les fractures en association avec Scoparia dulcis (Scrophulariacées) et pour rafraîchir le sang (Amorozo et Gély, 1988).

33 L’appellation liane amère représente un bon exemple du régionalisme propre à la pharmacopée créole, puisque dans la région du bas Oyapock, ce nom recouvrait il y a peu encore uniquement des Aristolochia (Aristolochiacées).

34 Elle semble maintenant s’être répandue dans les Antilles françaises où elle est aussi très employée en médecine créole sous le nom de liane amère de Cayenne, ce qui suggère son introduction depuis la Guyane (Loncuefosse, 1995).

35 La racine est utilisée en shampooing dans le bas Amazone pour éliminer les pellicules (Amorozo et Gély, 1988) ; les Tikuna du haut Amazone préparent, avec les graines, une décoction prise en gargarisme pour soigner la catarrhe (Schultes Et Raffauf, 1990).

36 M. E. Berton a aussi collecté sous le nom palikur de kumak une Asclépiadacée tubéreuse indéterminée (Berton 246) ayant un usage identique. On peut tenter une comparaison avec les indications de Corrêa ([1926] II, 1984) qui signale sous le nom de cumacad une Asdépiadacée d’Amazonie, Elcomarhiza amilacea Barb. Rodr., dont la racine tubéreuse réduite en poudre sert à traiter les blessures et les ulcères.

37 L’appellation créole pois sucré s'applique à la plupart des espèces du genre Inga, à l’exception de Inga alba, Inga bourgoni et Inga pezizifera.

38 Le mot ɨnga est le terme générique par lequel les Wayãpi désignent le genre Inga ; chaque espèce étant différenciée des autres par l’adjonction d'un déterminant.

39 Des usages similaires ou proches sont rapportés chez les Yanomami (Milliken et Albert, 1996) ou chez les habitants du nord-ouest de la Guyana (Van Andel, 2000).

40 Cet usage pour soulager la douleur occasionnée par les piqûres de fourmi a été noté chez les Arawak de Guyana (Fanshawe, 1948, in Van Andel, 2000).

41 Le même nom wayãpi et le même usage sont aussi attribués à Inga brachystachys Ducke (Grenand 2860).

42 Il est intéressant de noter que les femmes amérindiennes du nord-ouest de la Guyana utilisent l'écorce interne de Inga alba comme stérilisant (Van Andel, 2000).

43 Au Venezuela, l’infusion de la plante est utilisée comme tranquilisant nerveux tandis que la décoction des racines soigne les douleurs rénales (Delascio Chitty, 1985).

44 L'un des arbres géants les plus remarquables de la forêt, avec sa cime large et plane d’où pendent, à l'extrémité de longs pédoncules, de grosses gousses noires.

45 Selon Le Cointe (1934), la décoction concentrée de l’écorce est utilisée comme hémostatique en Amazonie. Chez les Caboclos de la région de Santarém, l’écorce sèche pilée sert à soigner les blessures et l'écorce fraîche est utilisée en bain pour soulager les enflures (Branch et Silva, 1983).

46 C'est un arbre typique des forêts inondables et humides du bas Amazone. En Guyane, il n'est vraiment commun que sur le bas Approuague et le bas Oyapock, disparaissant vers l'amont dès les premiers rapides.

47 Les Brésiliens du bas Amazone utilisent la décoction de l'écorce comme vomitif (Ducke, 1949) et en bain contre l'érysipèle (Amorozo et Gély (1988). L’huile extraite des graines a été signalée pour le traitement des ulcères et pour soigner les morsures de serpent (Hortus Flum. 1952, in Lemée, IV, 1956) ainsi que les rhumatismes (Amorozo et Gély (1988). En Guyana, cet arbre connaît de nombreux usages médicinaux, parmi lesquels on notera l'écorce pour soigner les bronchites (Johnston et Colquehoun, 1996), les morsures de serpent venimeux, la leishmaniose, les blessures et les abcès, ainsi que les feuilles comme insectifuge ou en bain administré aux enfants atteints de rougeole... (Van Andel, 2000).

48 Cet arbre n'est connu que de quelques guérisseurs ; d'autres Palikur le confondent avec Pentaclethra macroloba.

49 Un usage similaire a été trouvé chez les Yawalapiti du haut Xingu pour Siparuna cujabana (Mart.) A. DC. (Emmerich et Senna Valle, 1991).

50 Les Tacana de Bolivie se servent de Siparuna asperula (Tul.) A. DC. de façon similaire (Bourdy et al, 2000).

51 En Amazonie, l’usage de cette espèce est également très populaire.
Fréquent sur les marchés, c’est un remède utilisé partout comme vulnéraire et cicatrisant, tant par les Amérindiens que les populations rurales. Elle est aussi employée comme carminative, excitante et antispasmodique (Le Cointe, 1934) et contre le paludisme en Colombie et au Brésil (Milliken et Albert, 1996). Milliken et al. (1992) signalent l’usage de l’écorce en décoction de Siparuna decipiens (Tul.) A. DC. chez les Waimiri-Atroari pour soigner les douleurs d'estomac et comme déparasitant.

52 Il s’agit ici des formes très pulpeuses et sans graines se reproduisant par drageon, Walter et Sam (1999). Cavalcante (1988) considère comme botaniquement valide la distinction entre deux variétés, apyrena (sans graines) et seminifera (avec graines).

53 Il s'agit ici de formes cultivées pour leurs graines consommées grillées ou bouillies.

54 Fleury (1991) a trouvé cette espèce utilisée chez les Aluku : la décoction des feuilles est bue contre l’hypertension et le latex est utilisé pour tuer les vers macaques.

55 Une incertitude demeure quant à l'attribution du nom d’espèce de ce spécimen (C.C. Berg, comm. pers.).

56 La carrière botanique de Brosimum acutifolium et celle ethnobotanique du takini ont longuement évolué séparément et leurs avatars méritent d'être contés ici. En 1897, Heckel signale pour la première fois un tachini dont le latex rouge, bien que toxique, est utilisé comme antirhumatismal par les Kali'na de Guyane française. En 1910, Huber décrit botaniquement le mururé des métis d'Amazonie sous le nom de Brosimum acutifolium et Le Cointe en 1922, signale sous ces deux noms associés (le vernaculaire et le scientifique), l'usage du latex et de l'écorce comme dépuratif et comme remède spectaculaire des rhumatismes articulaires, soulignant comme effet secondaire – et cela nous renvoie aux remarques des Amérindiens de Guyane – « des sueurs abondantes et des douleurs fortes le long de la colonne vertébrale ». Ces usages restent d'actualité en Amazonie brésilienne (cf. note2).
En 1928, de Goeje indique pour la première fois le rôle du takini dans les chamanismes kali’na et arawak, lui attribuant une simple fonction symbolique. Il recueille d'ailleurs chez les seconds un mythe très intéressant associant l'arbre à l'origine culturelle du chamanisme.
Les premières remarques induisant ou concluant à des effets hallucinogènes, apparaissent dans Ahlbrinck ([1931] (1956), Stahel (1944) et Ostendorf (1962). Selon Stahel (ibid.), « le latex est bu par les nécromanciens amérindiens, les amenant à un état d'inconscience avec hallucinations ». C'est cependant à l’anthropologue Kloos (1968, 1971), que l'on doit la première description détaillée de l’utilisation du takini dans le chamanisme des Kali'na du Maroni. Paradoxalement, en dépit d’excellents témoignages, il conclut plutôt à des effets toxiques qu'à des effets hallucinogènes. Par ailleurs, il identifie le takini des Kali’na comme étant Helicostylis tomentosa (Poepp. et Endl.) Rusby (Moracées), suivant en cela Ostendorf (1962) et (ou) Helicostylis pedunculata Benoist, d’après les indications orales fournies au professeur Uffelie de l’Université d'Utrecht. C'est à partir de cette piste que Buckley et al. (1973) étudient alors le takini de Surinam sur des échantillons d'Helicostylis tomentosa collectés près de... Belém (Brésil), ce qui constitue pour le moins une méthodologie hasardeuse.
Enfin, en 1972, C. C. BERG, dans la Flora Neotropica et Berg et De Wolf, en 1975 dans la Flora of Suriname établissent définitivement, à partir des herbiers existants portant mention des noms vernaculaires, que le takini est bien Brosimum acutifolium. Les échantillons collectés par notre équipe pluridisciplinaire de l'Orstom chez les Wayãpi et les Palikur et déterminés également par C. C. Berg, appartiennent tous à cette même espèce.
En dépit de cette belle unité qui a le mérite de prouver que Brosimum acutilolium est bien le principal takini de l'est des Guyanes, une zone d'ombre persiste, et ce, pour trois raisons :
- l'échantillon de takini collecté par Plotkin chez les Tiriyo a été provisoirement identifié comme étant Helicostylis pedunculata ;
- sur échantillon stérile, les rameaux feuillus de cette espèce sont très proches de ceux de B. acutifolium (feuilles recourbées en coque) et leur latex est très similaire d'aspect ;
- les Palikur distinguent trois takini : le blanc, tauni seinõ, le jaune, tauni waruye et le noir, tauni priyu.
Tout cela suggère l'existence possible d’autres espèces botaniques utilisées à des fins semblables. Il apparaît pourtant assez nettement que nous sommes en présence d'un complexe culturel particulier aux Amérindiens de l’est des Guyanes, englobant, dans l'état actuel de nos connaissances, les Kali’na et les Tiriyo (Karib), les Arawak et les Palikur (Arawak), et enfin les Wayãpi et les Émerillon (Tupi). En revanche, l'usage de Brosimum acutifolium dans le chamanisme semble absent de chez les autres Karib du plateau des Guyanes, tels les Wayana (Hurault, 1968), les Waiwai (Fock, 1963), les Kachuyana (Frikel, 1961) ou encore les Akawaio (Butt-Colson, 1977).

57 La seule zone actuelle d'utilisation de Brosimum acutifolium en dehors de l'est des Guyanes est le bas Amazone (Amorozo et Gély, 1988) où il sert, soit à soigner les douleurs articulaires et les rhumatismes, soit comme plante propitiatoire pour favoriser les actions de chasse et de pêche et pour dissiper la panema (cf. 2e partie, p. 60). Enfin l'étude des specimens d'herbier de Guyane française et d'Amapá, menée dans le cadre du programme Tramaz, montre que si le terme de tafiini et ses dérivés désigne en Guyane essentiellement B. acutifolium, le nom de mururé semble au Brésil recouvrir plusieurs espèces de Brosimum, dont en particulier Brosimum utile (Kunth) Pitt., auxquelles on attribue les mêmes propriétés anti-inflammatoires.

58 Chez les Caboclos de la région de Santarém, le latex est, comme chez les Palikur, bu comme fortifiant (Branch et Silva, 1983).

59 van Andel (2000) signale chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana l'utilisation du latex de plusieurs Ficus dont Ficus nymphaeifolia et Ficus paraensis pour soigner foulures et fractures.
Chez les Tacana l'écorce de Ficus guianensis et F. paraensis, entre autres, est utilisée pour soigner les hernies, les membres cassés et les contusions (Bourdy et al., 2000).

60 Cette espèce, ainsi que Ficus anthelminthica Mart., est fréquemment utilisée au Brésil pour ses propriétés vermicides (Mors et Rizzini, 1966).

61 Ce nom est donné également à Ficus insipida Willd. ssp. scabra C.C. Berg (Grenand 338 ; Lescure 499).

62 Cette espèce joue un rôle majeur dans l'initiation des chamanes kali’na (Ahlbrinck, [1931] 1956).
Le latex ou la décoction de l’écorce de F. insipida sont utilisés dans le bas Amazone comme vermifuge (Amorozo et Gély, 1988) ainsi que chez les Mosetene de Bolivie (Munoz et al., 2000b).

63 À Trinidad, le latex de cette espèce est utilisé en cataplasme, pour soigner les douleurs (Wonc, 1976).

64 Le latex de cette espèce sert à soigner les plaies chez les Waimiri-Atroari (Milliken et al., 1992).

65 Corrêa ([1926] V, 1984) indique que la pulpe de la banane-plantain est utilisée au Brésil contre la diarrhée, la dyspepsie, la bronchite et la tuberculose.

66 La sève de cette espèce appliquée loco dolenti est utilisée par les Waimiri-Atroari pour soigner les rages de dent (Milliken et al, 1992) et chez les Urubu-Ka'apor pour soigner les maux de gorge et les démangeaisons (Balée, 1994).

67 Les colons et les Créoles des XVIIIe et XIXe siècles utilisaient avant tout l’huile extraite des graines de Virola surinamensis et de Virola sebifera Aublet pour fabriquer des suifs et des cires ainsi que des chandelles.

68 Le Cointe (1934) signale en Amazonie brésilienne l'usage de la sève pour soigner l'érysipèle, celui de la décoction de l’écorce pour favoriser la cicatrisation des blessures, ainsi que l'usage du coton imprégné de sève pour soulager les hémorroïdes.
En vérité, l'usage des genres Virola et Iryanthera est extrêmement fréquent en Amérique équatoriale, tant chez les Amérindiens que chez les métis pour soigner surtout les plaies, les mycoses et autres affections cutanées (Delascio Chitty, 1985, Schultes et Raffauf, 1990 ; Milliken et al., 1992 ; van Andel, 2000). La sève de nombreux Virola est la source principale de plusieurs substances hallucinogènes chez les Yanomami et les Amérindiens du nord-ouest de l'Amazonie (Schultes et Raffauf, 1990).

69 Alors qu’en Guyane, elle est encore abondante et peu menacée, cette ressource a diminué au Brésil en raison de la récolte de bois pour la construction à bas prix aux alentours des centres urbains. Elle est inscrite sur la Liste rouge de l'UICN. Des essais de culture sont tentés dans les États d’Amapá et du Para.

70 Aublet (1775) indique que les habitants de Cayenne utilisaient cette plante sous le nom de citronnelle en bain parfumé et tonique.

71 Ce deuxième nom est aussi appliqué par les Wayãpi originaires du Rio Kouc à un arbuste nettement différent, Clavija lancifolia (cf. Théophrastacées).

72 Notons que cet usage médicinal est répandu dans toute l'Amérique tropicale, du Mexique au Brésil (Cosminsky, 1979 ; Lemée, IV, 1956 ; Silva et al., 1977 ; van Andel, 2000).

73 Berton (l997) indique que l'on peut associer à la préparation antidiarrhéique les racines de bananier (cf. Musa paradisiaca, Musacées).

74 Cette espèce fréquente dans le bassin de l'Oyapock et du Maroni est absente ou rare dans les autres bassins fluviaux de Guyane.

75 Cid (1978) relate qu'en Amazonie à la période des basses eaux, cette plante rend âcre l'eau des lagunes ; les populations riveraines affirment qu'elle l'empoisonne.

76 Le Cointe (1934) signale en Amazonie l'usage de la plante entière en bain pour soigner les hémorroïdes et en cataplasme contre les ulcères chroniques.
Dans le nord-ouest de la Guyana, les pétioles décomposés de Nymphea ampla (Salisb.) DC. servent à résorber les verrues (van Andel, 2000).

77 À notre connaissance, le genre Ouratea est rarement signalé pour ses propriétés médicinales. Notons cependant l’usage de Ouratea castaneifolia (DC.) Engl, signalé par Cavalcante et Frikel (1973) en bain antispasmodique chez les Tiriyo du nord du Paré (Brésil) et par Le Cointe (1934) comme tonique chez les Caboclos amazoniens, celui de Ouratea margaretae Sastre utilisé comme abortif par les Yawalapiti du Xingu (Emerich et Senna Valle, 1991) et celui de Ouratea ferruginea Engler observé par l'un d’entre nous chez les Tukano du Rio Negro comme aphrodisiaque (Grenand 2532).

78 En Amazonie, Le Cointe (1934) signale son usage comme diurétique. Les Siona de l'Équateur l’utilisent pour soigner les douleurs d’estomac (Vickers et Plowman, 1984) et les Aweti du Xingu comme plante abortive (Emmerich et Senna Valle, 1991).

79 L’arbre que l'on nomme bois Bandé aux Antilles est différent. Il s'agit de Richeria grandis Vahl, Euphorbiacées (Fournet, 1978).

80 Cet usage renvoie à diverses observations faites, ches les Caboclos d'Amazonie brésilienne, de l'emploi de Ptychopetalum comme antiparalytique et antirhumatismal (Furtado et al., 1978 ; Silva et al., 1977 ; Amorozo et Gély, 1988).

81 Cavalcante et Frikel (1973) ont trouvé chez les Tiriyo l’usage de Ludwigia nervosa (Poir.) Hara comme tonique et antirhumatismal.

82 C’est le cas en particulier de Epidendrum unguiculatum (Schweinf.) Garay et Dunsterv. (Grenand 962).

83 Cette espèce est regroupée sous le même nom vernaculaire avec Pelexia callifera (C. Schweinf.) Garay (Grenand 1104), d'aspect très similaire.

Table des illustrations

Titre Byrsonima crassifolia. Inflorescences du prunier savane
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Byrsonima crassifolia. Fruits du prunier savane
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Byrsonima verbascifolia. Feuilles et inflorescence de zoreil d’âne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Malpighia emarginata. Fruits de la cerise de Cayenne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Stigmaphyllon convolvulifolium
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Abelmoschus moschatus. Fruits de calou diab
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Hibiscus bifurcatus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Hibiscus sabdariffa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Pavonia schiedeana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Sida acuta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Ischnosiphon arouma
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Maranta ruiziana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Myrosma cannifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Marcgravia coriacea
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Mayaca longipes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Bellucia grossularioides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Clidemia dentata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Miconia poeppigii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Tibouchina multifora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Carapa procera
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Guarea grandifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Guarea guidonia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Guarea pubescens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Abuta barbata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Abuta grandifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Abuta sandwithiana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Anomospermum chloranthum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tinospora crispa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Nymphoides humbolditianum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Dinizia excelsa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Entada polyphylla
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Inga alba
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Humb. Et Bonpl
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Willd.) Benth. ex Walpers
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Pentaclethra macroloba
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Stryphnodendron guianense
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Siparuna guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Siparuna pachyantha
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Batocarpus amazonicus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Brosinum parinarioides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Ficus catappifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Ficus maxima
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Ficus nymphaeifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Ficus paraensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Musa paradisiaca
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Virola michelli
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Virola surinamensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Eugenia cupulata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Eugenia polystachya
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Psidium persoonii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Ouratea guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Sauvagesia erecta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Ludwigia hyssopifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Catasetum barbatum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Epidendrum paniculatum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Stanhopea grandiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20352/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540