Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

D-L (Dilleniacea à Lythraceae)

Texte intégral

Famille Dilleniaceae

Davilla kunthii A. St- Hil

Synonymie

Davilla aspera (Aubl) Benoist.

Noms vernaculaires

Créole : liane chasseur [yann-chasèr].

Wayãpi : tameyu’ɨ sili.

Palikur : sawu anen.

Saramaka : faya tatay.

Portugais : cipó-de-fogo.

Écologie, morphologie

Lianes communes en forêt secondaire, ainsi qu’en bordure de savane.

Collections de référence

Jacquemin 1792 ; Prévost et Grenand 2046.

Emplois

Les feuilles et les jeunes tiges très rugueuses (elles contiennent de la silice) sont considérées comme assez dangereuses pour la peau.

Certains Davilla, lorsqu’ils contiennent une sève abondante, sont utilisés comme les espèces du genre Doliocarpus.

Étymologie

Wayãpi : de tameyu’i cf. fiche suivante et sili « fine ». Palikur : de sawu, « loutre géante » (Pteronura brasiliensis) et anen, « langue », « langue de loutre », en raison des feuilles rêches comme la langue de cet animal.

Chimie et pharmacologie

Kubitzki (1968) a étudié les flavonoïdes au sein de cette famille.

Il conclut que tous les Davilla renferment de la rhamnétine et de l’isorhamnétine ; presque tous renferment des leucoanthocyanes et du méthyl-4’ kaempférol.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Davilla kunthii. Inflorescences d’une liane chasseur

Davilla kunthii. Inflorescences d’une liane chasseur

Doliocarpus spp.1

  • 1 À titre indicatif, les Doliocarpus collectés par notre équipe sont :

Synonymie

Tigarea spp.

Noms vernaculaires

Créole : liane chasseur [yann-chasèr].

Wayãpi : tameyu’i.

Palikur : samugne.

Aluku : dia titey.

Portugais : cipó-d’agua.

Écologie, morphologie

Grosses lianes communes en forêts primaire et secondaire, ainsi qu’en bordure de savane.

Collections de référence

Voir note 1.

Emplois

  • 2 Aublet signale sous le nom de liane rouge des Tigarea (actuellement autant Tetracera que Doliocarpu (...)

Diverses lianes des Dilléniacées et en particulier les Doliocarpus sont avant tout connues pour leur sève abondante et potable, providence des chasseurs assoiffés. Les Palikur utilisent l’eau contenue dans les tiges comme un remède absorbé brut contre la coqueluche, la diarrhée et, en traitement de longue durée, contre le diabète2.

  • 3 La tige ou la sève d'un Doliocarpus non identifié sont utilisées par les Aluku, pour soigner les do (...)

On utilise également ces lianes de la même façon que les Clusia (Clusiacées) pour soigner la blesse ou sikgep3.

Étymologie

Créole : liane chasseur, ainsi nommée en raison de la sève potable.

Wayãpi : de tameyu’a, « punaise » et i, « liquide » ; Palikur : samugne, de sumu « tenir », car il faut bien tenir verticalement la liane pour la tronçonner et boire sa sève.

Famille Ebenaceae

Diospyros guianensis (Aubl.) Gürke

Synonymie

Paralea guianensis Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : mɨkulapi’a u.

Palikur : miret.

Wayana : mekolonohunu.

Kali’na : tarara, parala.

Aluku : baakatiki.

Écologie, morphologie

Arbre ripicole commun dans l’ouest et le nord de la Guyane.

Collections de référence

Moretti 705, 834 ; Prévost et Grenand 4267 ; Prévost et Sabatier 2811.

Emplois

  • 4 Les Diospyros sont rarement signalés comme plantes médicinales. Pourtant les espèces Diospyros guia (...)

Cette espèce que nous avons rencontrée dans les sauts du Maroni est connue des habitants de ce fleuve - Amérindiens Wayana, Noirs Marrons Aluku - et de quelques Créoles orpailleurs résidant dans cette région. Les feuilles sont pilées dans un peu de pétrole et le jus obtenu est appliqué sur certaines dermatoses eczémateuses4.

Chimie et pharmacologie

La forte réaction des quinones nous a incité à entreprendre l’étude de ce Diospyros.

Nous avons effectivement retrouvé les mêmes produits que ceux présents dans les espèces africaines (Bruneton et Moretti, 1979).

Des écorces de tige, ont été isolées trois triterpènes : le lupéol, le bétulinol, l’acide bétulinique, et une quinone : méthyl-7-juglone. Les naphtoquinones ont une action provitaminique K qui peut expliquer l’usage de ces drogues sur certaines lésions dermiques.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Diospyros guianensis. Fruits mûrs

Diospyros guianensis. Fruits mûrs

Famille Elaeocarpaceae

Sloanea sp.5

  • 5 Cette famille manque d’une révision taxonomique depuis une cinquantaine d’années.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : wila kayulu, wila kalayulu.

Palikur :

Écologie, morphologie

  • 6 S. Mori l’a également collecté à Saül et le désigne comme Sloanea sp. B (Mori et al. 2002). Il s'ag (...)

Arbre moyen, rare, trouvé dans le moyen et le haut Oyapock en forêt primaire6.

Collections de référence

Grenand 1507, 2861 ; Jacquemin 2520.

Emplois

Chez les Wayãpi, les feuilles et l’écorce dégageant une forte odeur d’amande amère servent à préparer une décoction fébrifuge qui est bue.

Ce remède rare est très réputé.

Dans la région de Camopi, l’écorce et les feuilles préparées en décoction et utilisées en bain sont un remède contre les erruptions cutanées (kulu).

Étymologie

Wayãpi : de wɨla, « arbre » et kayulu, de akayu’u, « autre arbre (cf. Anacardium spruceanum, Anacardiacées) ».

Ces deux arbres sont rapprochés pour leur amande, bien que celle du Sloanea soit amère.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage

Famille Eriocaulaceae

Tonina fluviatilis Aublet

Noms vernaculaires

Créole ; —

Wayãpi :

Palikur : yiβu arib, iig arib.

Écologie, morphologie

Plante commune dans les marais côtiers, constituée d’une tige ondulante sur laquelle s’insèrent de petites feuilles.

Collection de référence

Prévost 1504, 3861.

Emplois

Les Palikur font entrer cette plante dans la préparation d’un fortifiant pour nourrisson. Elle est pilée entière avec l’écorce de waikwimna (cf. Dipteryx punctata, Papilionacées), préparée en décoction, puis le liquide est mis à reposer à l’extérieur (dans une spathe de palmier maripa) pendant une nuit. Le lendemain, un cristal de roche chauffé à blanc est jeté dans la préparation pour qu’il lâche sa force. Ensuite seulement, on lave l’enfant avec le liquide.

Étymologie

Palikur : de yiβu. « poisson aïmara, Hoplias aimara » et iig. « poisson patagaïe.

Hoplias malabaricus », et arib, « queue ».

Les queues puissantes et nerveuses de ces deux poissons, le bois dur et imputrescible du Dipteryx, ainsi que l’inaltérable cristal de roche constituent une association symbolique de la puissance que l’on veut faire passer dans le nourrisson.

Famille Erythroxylaceae

Erythoxylum citrifolium St. Hill.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : tukãnãkû sili.

Palikur : agagut.

Portugais : pimenta-de-nambu

Écologie, morphologie

Petit arbre assez commun en forêt primaire.

Collections de référence

De Granville 2616 ; Sastre et Moretti 4207.

Emplois

Cf. Ouratea guianensis, Ochnacées.

Chimie et pharmacologie

Les tests réalisés montrent que cette espèce ne renferme pas d’alcaloïde, résultats conformes à ceux de Holmstedt, qui n’a pas trouvé de cocaïne dans ses feuilles (Holmstedt et al.. 1977)

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Euphorbiaceae

Cnidoscolus urens (L.) J. C. Arthur

Synonymie

Jatropha urens L.

Noms vernaculaires

Créole : zouti lance [zouti-lans].

Wayãpi : —

  • 7 Le même nom est également donné à Laportea aestuans (L.) Chew, Urticacées, dont les usages sont pou (...)

Palikur : manegus7.

Portugais : urtiga-branca.

Écologie, morphologie

  • 8 Cet arbrisseau poilu, aux feuilles trilobées et aux fleurs blanches est très caractéristique des zo (...)

Arbuste rudéral commun8.

Collection de référence

Cremers 7729.

Emplois

Nous signalons cette plante en raison de ses poils et de son latex extrêmement vésicants.

Les Palikur préparent une décoction des feuilles qu’ils mélangent avec le jus toxique du manioc. Ce liquide sert à laver les chiens fainéants à la chasse.

Étymologie

Créole : zouti lance, de zouti, « ortie » et lance, comme on dit d’une douleur, en raison de son effet violent.

Chimie et pharmacologie

De diverses espèces de Jatropha et de ce Cnidoscolus ont été isolés des diterpènes macrocycliques antitumoraux du type jatrophone.

Cnidoscolus urens. Zouti lance aux feuilels très urticantes

Cnidoscolus urens. Zouti lance aux feuilels très urticantes

Croton matourensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : bois ramier [bwa-ranmié].

Wayãpi —

Palikur mariuβra wa∫iune, ã seiminio kamwi

Portugais : marabubuia.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand de forêt primaire ou de forêt secondaire ancienne, commun en basse Guyane.

Collections de référence

Grenand 2072 ;

Prévost et Grenand 4340.

Emplois

Les Palikur utilisent l’écorce de cette espèce aux mêmes fins que Byrsonima crassifolia (Malpighiacées).

Étymologie

Créole : bwa-ranmié, « arbre du pigeon (Columba spp.) », parce que les fruits sont consommés par ces oiseaux.

Palikur : mariuβira, « arbre Byrsonima » wa∫iune, « de la forêt de terre ferme ».

Croton matourensis. Inflorescence de bois ramier

Croton matourensis. Inflorescence de bois ramier

Euphorbia cotonifolia (L.) subsp. cotinoïdes (Miq.) Christenhusz

Synonymie

Euphorbia colonoides Miq.

Noms vernaculaires

Créole : nivrée indien [nivré-endjen).

Wayãpi : —

Palikur : —

Kali’na : kunapalu.

Arawak : kunapalu.

Portugais : açacuí (Ducke, 1946).

Écologie, morphologie

Arbre cultivé de petite taille, aujourd’hui assez rare.

Collections de référence

Moretti 1108 ; Prévost 3328.

Emplois

C’était autrefois un poison de pêche amérindien très important, tant dans le plateau des Guyanes que sur la côte (Kali’na et Arawak) (Moretti et Grenand, 1982), Nous ne l’avons plus retrouvé que rarement, planté chez les Kali’na du nord-ouest de la Guyane et dans certains jardins créoles de la région de Saint-Georges de l’Oyapock. Les Amérindiens en ont progressivement abandonné la culture, plus en raison de la très forte causticité du latex qui en exsude et du danger qu’il représente, que pour ses effets meurtriers sur le poisson.

Les observations recueillies tant par Ahlbrinck ([1931] 1956) chez les Kali’na, que par Prance (1972) chez les Maku du Rio Negro, sont très claires à ce sujet. Cette plante est utilisée différemment par les Créoles du bas Oyapock pour détruire les fourmis du genre Solenopsis et les fourmis manioc (Atta spp). La macération des parties aériennes est versée dans les orifices des fourmilières.

Étymologie

Créole de nivrée, « poison de pêche », et indien, ainsi nommée en raison de l’usage qu’en faisaient les Amérindiens.

Portugais : mot tupi, de açacu, « arbre Hura crepitans », et í, « petit ».

Le rapprochement avec cette autre Euphorbiacée très toxique marque bien la causticité du latex.

Chimie et pharmacologie

Les extraits hydro-alcooliques de cette espèce se sont avérés cytotoxiques sur culture de cellules kb et leucémie P-388. Ils sont également larvicides sur Aedes aegypti (Moretti, non publié).

Cette plante est aussi toxique pour le bétail (Tokarnia et ai, 1996).

Tests chimiques en fin d’ouvrage

Euphorbia hirta L.

Synonymies

Chamaesyce hirta (L.) Millsp. ;

Euphorbia globulifera Kunth.

Noms vernaculaires

Créole : madlomé [madlonmen, malnonmen], petite madlomé.

Wayãpi : —

Palikur : duhuduk a|3ey.

Aluku : gaan filili.

Écologie, morphologie

  • 9 Cette petite plante aux feuilles couleur de lie de vin, ainsi que les espèces suivantes, sont carac (...)

Herbe rudérale commune, pantropicale9.

Collections de référence

Fournet 128 ; Kodjoed 9 ; Moretti 1371 ; Prévost 3654.

Emplois

Cette espèce, ainsi que les espèces voisines, sont pour ainsi dire un classique de la pharmacopée créole - comme de toutes les pharmacopées tropicales - fréquemment signalées dans la littérature (Richard, 1937 ; Lemée, IV, 1956 ; Bougerol, 1978, etc).

Actuellement, elle est utilisée en cataplasme en application locale comme anti-inflammatoire ou en cas d’envenimations consécutives à des piqûres d’insecte ou à des morsures de serpent.

Cet usage alexitère est déjà signalé aux Antilles par le père Labat en 1742.

  • 10 Chez les Aluku, on note un usage proche pour soigner les douleurs abdominales et la dysenterie amib (...)

La tisane est prise comme cholalogue, fébrifuge et contre les affections intestinales10. Enfin, en bain de bouche, elle est utilisée pour calmer les maux de dent.

Étymologie

Créole : madlomé est une altération de « mal nommée ». Petitjean-roget (1980), dans son étude sur la société d’habitation à la Martinique pendant la période 1635-1685, nous apprend l’origine de ce nom. En effet, dans un manuscrit de la fin du XVIIe siècle, écrit par un moine missionnaire qui avait à coeur de recueillir et traduire, non sans quelque scrupule, les noms et usages amérindiens, l’auteur a retrouvé les noms de poil de chat et herbe poil de con pour désigner cette espèce.

Chimie et pharmacologie

Gupta et Garg (1966) ont trouvé du taxérol, de la friedeline, du β-sistérol et de l’acide ellagique. Blanc et al. (1972) ont mis en évidence les acides chlorogénique et caféique, du kaempférol, du quercétol et de la quercitrine. Les flavonoïdes des divers Chamaesyce (= Euphorbia) sont pour la plupart, du type flavonol (Rizk et al., 1977).

Cette plante présente une action antispasmodique dont le principe actif responsable a été identifié par El Nagger et Beal (1978) à l’acide shickimique.

Enfin, elle est très réputée en Afrique pour soigner la dysenterie amibienne et comme galactogogue. Cette propriété a été confirmée et un extrait a été commercialisé au Sénégal comme antiamibien (Ndir et Pousset, 1981 ; Pousset, 1989).

Euphorbia hirta. Petite madlomé

Euphorbia hirta. Petite madlomé

Euphorbia thymifolia L.

Synonymie

  • 11 Cette espèce peut être confondue avec Euphorbia prostrata Aiton, présente dans les mêmes milieux en (...)

Chamaesyce thymifolia (L.) Millsp.11

Noms vernaculaires

Créole : madlomé [madlonmen, mal-nonmen], madlomé rouge [mal-nonmen-rouj].

Créole antillais : titeigne (Fournet, 1978).

Wayãpi : —

Palikur : duhuduk aβey.

Aluku : filili.

Portugais : acurana, acuralzinho.

Écologie, morphologie

Herbe prostrée rudérale, très commune, pantropicale.

Collections de référence

Grenand 1468 ; Jacquemin 1503, 2843.

Emplois

C’est en médecine créole un diurétique amer. Les parties aériennes de la plante sont par ailleurs écrasées pour en extraire le jus bu par les femmes ayant des pertes de sang.

  • 12 Chez les Aluku, cette espèce est une véritable panacée, Fleury (1991) relevant onze usages médicina (...)

La plante fraîche sert à préparer un emplâtre pour guérir les entorses12.

Chez les Palikur, la plante entière, préparée en décoction et bue avec du citron ou du miel, est un remède contre la toux.

Étymologie

Palikur : duhudukaβey, de duhuduk, « toux » et aβeya, « petite plante » ou ∫ey, « remède ».

Chimie et pharmacologie

D’après Karrer (1, 1958 et supplément 2, 1981), cette plante renferme 0,037 % d’un pigment flavonique, la cosmosiine.

Les racines contiennent de l’alcool myricylique et deux triterpènes : le taraxerol et le tirucallol. Selon Quisumbing (1951), la plante renfermerait un alcaloïde uni à la quercitrine (qui est un flavonol).

Jabbar et Khan (1965) ont montré que des extraits d’alcaloïdes de cette plante ont révélé un pouvoir bactéricide sur Escherichia coli et Bacillus subtilis.

Hura crepitans L.

Noms vernaculaires

Créole : bois diable [bwa-djab], sablier [sabliyé] (Lemée, 1956), pet du diable.

Wayãpi : wasaku.

Palikur : tenway.

Portugais : açacú.

Kali’na : asi :waga :la.

Écologie, morphologie

Grand arbre des forêts primaires humides, assez commun mais grégaire, dont le tronc est épineux.

Collections de référence

Prévost et Grenand 3658 ; Moretti 335.

Emplois

  • 13 Il existe une certaine confusion entre la répartition géographique et l’aire d'utilisation de cette (...)

Avec cet arbre connu en Guyane et ailleurs pour son latex caustique et irritant pour les muqueuses, nous touchons à un intéressant problème d’ethnobotanique : celui des poisons de guerre utilisés anciennement par les Amérindiens13.

En Guyane, la première référence faite à un poison de guerre à latex est celle de Barrère (1743) qui décrit la plante mère sous le nom de Ficus venenata et donne pougouli comme nom employé à l’époque par les Kali’na.

S’il ne peut être établi avec certitude qu’il s’agissait bien de Hura crepitans, nous pensons cependant que l’aspect des feuilles et la présence de latex tant dans les Ficus (Moracées) que dans le genre Hura, sont certainement à l’origine d’une confusion botanique.

Enfin de nos jours, tant chez les Palikur que chez les Wayãpi, c’est bien Hura crepitans qui nous a été indiqué pour son ancien usage guerrier. Le latex, qui s’écoule abondamment à la moindre incision, était recueilli avec précaution, mélangé à de l’eau de roucou (cf. Bixa orellana, Bixacées) et mis à bouillir jusqu’à consistance pâteuse satisfaisante. À ce stade, était ajoutée, chez les Palikur, la sève brute de atit kamwi (Mahurea palustris, Clusiacées). Des pointes de flèche lancéolée étaient ensuite enduites de cette substance.

Les Wayãpi content comment au XIXe siècle, à la suite d’une querelle entre villages, furent volontairement offertes des flèches dont les ligatures d’empenne avaient été enduites de lait de Hura crepitans mêlé à du roucou (alors que le mélange habituel était roucou et Couma guianensis, Apocynacées). Ceux qui reçurent ces cadeaux empoisonnés moururent peu après, simplement pour les avoir manipulés.

  • 14 J. Chanel, maire émerillon de Camopi, nous a même indiqué que la chute d'un arbre de cette espèce d (...)

Ce récit confirme pleinement les dires des chroniqueurs espagnols du XVIe siècle (Vellard, 1965) rapportant des cas de mort lente en cas de blessures légères14.

Étymologie

Créole : bois diable, de bois, « arbre » et diable, « mauvais esprit », « arbre maléfique », en raison de sa causticité éminemment dangereuse. Wayãpi : wasaku, peut-être de wɨla ou ɨwa, « arbre » et aku, « brûlant », pour les mêmes raisons que précédemment.

Chimie et pharmacologie

Le latex renferme un diterpène toxique à squelette daphnane : l’hura-toxine, des triterpènes du type cycloarténol et des esters gras du phorbol, irritants et promoteurs de tumeurs (Hegnauer, 4, 1966).

Hura crepitans. Tronc épineux du bois diable

Hura crepitans. Tronc épineux du bois diable

Hura crepitans. Inflorescence mâle et femelle du bois diable

Hura crepitans. Inflorescence mâle et femelle du bois diable

Jatropha curcas L.

Noms vernaculaires

Créole : médecinier blanc [meksinié-blan], médecinier [mésigné, mésignen], pignon d’Inde (Lemée, 1956).

Wayãpi : tãyaɨ poã.

Palikur : meksin seine, mesiyẽ seine.

Portugais : pião-branco, pinhão.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé et naturalisé, plus fréquent sur la côte que dans l’intérieur.

Collections de référence

Berton 11 ; Grenand 545 ; Jacquemin 1846 ; Moretti 1375 ; Ouhoud-Renoux 43.

Emplois

Cette espèce et la suivante sont des classiques des pharmacopées d’Amérique tropicale.

  • 15 Des usages similaires ont été trouvés par le Dr Richard en 1937 chez les mineurs Sainte-Luciens de (...)

Pour les Créoles, l’huile extraite des graines est purgative. Les Créoles d’origine Sainte-Lucienne de Saül utilisent les feuilles trempées dans l’eau chaude en les appliquant sur les blessures ou en cataplasme antinévralgique15.

  • 16 Fleury (1991) a aussi trouvé chez les Aluku un premier usage laxatif, un second comme analgésique d (...)

Elles sont aussi utilisées mélangées à de la chandelle molle (suif) pour traiter les blesses. Les Palikur et les Wayãpi utilisent pour leur part le latex frais comme analgésique dentaire : un coton imbibé de latex est tamponné sur la dent carriée douloureuse. Enfin, selon Berton (1997), les Palikur appliquent le latex autour des lèvres avec un coton pour soigner le muguet des nourrissons16.

Pour l’usage magique, cf. Jatropha gossypiifolia.

Étymologie

Créole : de médecinier. « arbre médicinal » et blanc, tous les organes étant plus clairs que chez l’espèce suivante.

Palikur : de meksin. « médecinier » et seine, « blanc », par emprunt au créole. Wayãi : tãi, « dent » ; aɨ. « douleur » ; poà, « remède », « remède contre le mal de dent ».

Chimie et pharmacologie

Les graines renferment une toxalbumine : la curcine. Les feuilles sont riches en hétérosides flavoniques et renferment un dimère triterpénique (Hufford et Oguntimein, 1978). Les écorces de tronc renferment du β-sitostérol sous forme libre et sous forme d’hétérosides.

Feuilles et tiges renferment aussi de l’α-amyrine et d’autres triterpènes.

Les graines ont une action dépressive sur le système nerveux central, ce qui expliquerait leur propriété purgative.

L’huile qu’on en extrait aurait d’ailleurs les mêmes propriétés que l’huile de ricin. Les graines sont aussi insecticides.

Malgré la toxicité des substances qu’elles renferment, les graines demeurent utilisées par les populations d’Amérique tropicale.

  • 17 La fréquence élevée des cancers de l’oesophage observée à Curaçao est peut-être liée à son large em (...)

Des cas d’intoxication, notamment chez les jeunes enfants, sont régulièrement traités par les services d’urgence de Guyane17.

Jatropha curcas. Feuilles du médecinier blanc

Jatropha curcas. Feuilles du médecinier blanc

Jatropha gossypiifoila L.

Noms vernaculaires

Créole : médecinier rouge (meksinié-rouj|, médecinier béni.

Wayãpi : —

Palikur : meksin duwẽ, mesiyẽ duwẽ.

Portugais : pião-roxo.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé et acclimaté, fréquent dans les jardins.

Collections de référence

Berton 19 ; Burgot 2 ; Prévost 3315.

Emplois

  • 18 Selon le père Labat (1742), « 4 ou 5 noix suffisent pour purger. Au delà, les vomissements survienn (...)

L’huile que les Créoles tirent des graines ainsi que la décoction des feuilles sont purgatives18 ; la tisane des feuilles se prend en looch contre les inflammations.

Par ailleurs, cette espèce beaucoup plus encore que la précédente, est entretenue par les Palikur et les Créoles pour protéger les habitations contre les maléfices. Dans le même ordre d’idée, les Palikur préparent les feuilles en décoction utilisée comme bain protecteur.

Étymologie

Palikur : de meksin, « médecinier » et duwẽ, « rouge » en raison de la couleur des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Des terpènes aux propriétés antitumorales, les jatropholones A et B, ont été isolés de cette espèce (Stricher, 1977).

Jatropha gossypiifoila. Feuilles et fleurs de médecinier rouge

Jatropha gossypiifoila. Feuilles et fleurs de médecinier rouge

Mabea pulcherrima Müller Arg.

Synonymie

Mabea eximia Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yaliki luway.

Palikur : wahitye akamnumã.

Écologie, morphologie

Grande liane assez commune en forêt primaire et surtout en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 641, 1788 ; Jacquemin 1623, 1779 ; Oldeman 3122.

Emplois

  • 19 On doit souligner que les grandes inflorescences de Mabea pulcherrima sont très fournies en fleurs.

Les Wayãpi sucent le nectar contenu dans les fleurs comme fortifiant19.

Étymologie

Wayãpi : de yaliki, « singe mamanguinan, Pithecia philecia » et uway, « queue », « queue de singe Pithecia », en raison de la forme de l’inflorescence.

Palikur : wahitye, « mauvais esprit » et akamnumà de kavunma, « diverses passiflores > ;

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mabea pulcherrima. Inflorescence de cette liane commune

Mabea pulcherrima. Inflorescence de cette liane commune

Manihot esculenta Crantz

Synonymies

Manihot utilissima Pohl ; |atropha manihot L. ; Manihot dulcis Pax.

Noms vernaculaires

Créole : manioc |mangnòk|.

Wayãpi : mani’o (tubercule), mani’ɨ (plante).

Palikur : kaneg (tubercule), kiniki (plante).

Portugais : mandioca.

Collections de référence

Grenand 947 ; Haxaire 347.

Nombreux herbiers des différentes variétés.

Emplois

Au-delà de l’utilisation alimentaire de cette plante cultivée essentielle en Guyane comme dans tout le monde tropical, nous avons relevé quelques applications médicinales.

  • 20 Le jus toxique est un traitement contre la gale chez les Makuna d'Amazonie colombienne (Schultes et(...)

Les Créoles mêlent l’amidon à du rhum et badigeonnent le mélange sur le corps des enfants contre les éruptions cutanées20. Les Wayãpi utilisent les feuilles d’une variété cultivée wɨlapa poã, « remède [contre] la flèche » en emplâtre comme hémostatique (à l’origine, essentiellement en cas de blessures par flèche). Par ailleurs, le jus (tukupi) extrait par pressage de la pulpe des racines de manioc est utilisé en bain rituel pour combattre la stérilité féminine dans la région de Camopi.

  • 21 Les Urubu-Ka'apor utilisent une variété de manioc amer pour soulager les douleurs rhumatismales (Ba (...)

Chez les Palikur, l’amidon, outre une utilisation similaire à celle des Créoles, est appliqué en emplâtre imbibé d’huile de carapa (cf. Campa guianensis, Méliacées) sur les claquages musculaires ou en cataplasme pour soulager les maux de tête21. Par ailleurs les feuilles fraîches écrasées, appliquées en cataplasme, servent à résorber les cloques occasionnées par les brûlures.

Chimie et pharmacologie

Rappelons la toxicité de la chair crue des tubercules qui contiennent des hétérosides cyanogénétiques - linamarine et lautostraline - et qui libèrent par hydrolyse de l’acide cyanhydrique. Les tubercules renferment également, en plus de l’amidon, de l’acide oxalique, du β-carotène et de l’α-carotène (Karrer, supplément 2, 1981). La teneur en protéine est faible : 1 % (Lancaster et al., 1982).

Les hétérosides se trouvent dans tous les maniocs, mais la teneur est variable suivant les cultivars. Le manioc doux ou cramanioc est généralement celui qui en contient le moins ; il semble cependant que ce ne soit pas toujours le cas. Il est à remarquer que si la toxicité de l’acide cyanhydrique est bien connue, celle de l’hétéroside l’est beaucoup moins. Par ailleurs la teneur en hétéroside varie à l’intérieur même du tubercule ; la question de la toxicité de la chair du tubercule de manioc est donc loin d’être élucidée (Lancaster et al, ibid).

Maprounea guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : radié chancre [radjé-chank].

Wayãpi : ka’akɨ, yalakasilo, yalakasila.

Palikur : idurasPeiti.

Aluku : aye wiwii.

Portugais : vaquinha

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen, à bois dur, des lisières de savane et des forêts secondaires.

Il est commun sur la côte et plus rare dans l’intérieur.

Collections de référence

Grenand 2062 ; Jacquemin 1834 ; Prévost 3240 ; Prévost et Grenand 936, 4374.

Emplois

  • 22 Il semble que nous soyons ici en présence d'une plante caractéristique de la pharmacopée guyanaise, (...)

Chez les Créoles, l’écorce ou les feuilles préparées en décoction bue et utilisée en lavage, sont un remède contre les chancres vénériens et les boutons qui sortent sur les jambes22.

Chez les Wayãpi, l’écorce et les feuilles préparées en décoction ou en macération buvables sont un antidiarrhéique.

Les feuilles brûlées, réduites en cendres et consommées telles quelles ont une utilisation similaire.

Les Palikur grattent et pilent l’écorce et la pressent sur l’ombilic des nouveaux-nés pour accélérer la cicatrisation.

Étymologie

Créole : de radié « plante » et chancre, « la plante [contre] les chancres ».

Wayãpi : ka’akɨ. de ka’a, « plante » et sukɨ, « claire » ou kɨkɨ. « jeune, nouvelle » en raison de la couleur vert tendre du feuillage, semblable à celle de jeunes feuilles.

Palikur : de iduras, « ombilic », βei, « remède » et ti morphème grammatical : « le remède pour l’ombilic ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Maprounea guianensis. Feuilles et fleurs de radié chancre

Maprounea guianensis. Feuilles et fleurs de radié chancre

Omphalea diandra L.

Synonymie

Hebecacca panamensis Beurl.

Noms vernaculaires

Créole : ouabé [wabé], ouabé ouabé [wabéwabé], liane papaye (Aublet, 1775).

Wayãpi : ana.

Palikur : asig.

Portugais : castanha-de-cutia, caiaté.

Kali’na : a :na.

Écologie, morphologie

Grosse liane commune en forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 20 ; Jacquemin 1664, 1912 ; Prévost 3243.

Emplois

  • 23 Nous n’avons pas retrouvé lors de nos enquêtes les autres usages fréquemment signalés aux XVIIIe et (...)

Les Wayãpi appliquent la sève extraite des tiges sur le front pour calmer les maux de tête. La feuille chauffée au feu est appliquée sur les plaies infectées ; le même remède est par ailleurs souverain contre les piqûres de guêpe, mais dans ce cas, la feuille doit être jetée immédiatement après l’application car elle est sensée pomper le venin. L’usage des feuilles en décoction contre les plaies et les ulcères a déjà été signalé par Aublet en 177523.

Chimie et pharmacologie

Des alcaloïdes auraient été trouvés chez cette espèce (Karrer, 1, 1958). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Omphalea diandra. Feuilles de la liane ouabé

Omphalea diandra. Feuilles de la liane ouabé

Omphalea diandra. Section et latex rouge de la liane ouabé

Omphalea diandra. Section et latex rouge de la liane ouabé

Phyllanthus amarus Schumach. et Thonn.

Noms vernaculaires

Créole : graine en bas feuille |grenn-anba-féy|.

Wayãpi : yɨwãyɨ sili.

Palikur : mehukaetni puβemna, kaimadgene.

Portugais : quebra-pedras.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune.

Collections de référence

Grenand 462 ; Jacquemin 2070 ;

Moretti 116 ; Prévost 3885.

Emplois

Cette espèce, ainsi que d’autres petits Phyllanthus morphologiquement très proches et difficiles à séparer, même par un spécialiste (cf. fiches suivantes), semblent indifféremment utilisés localement.

Les parties aériennes donnent une tisane amère bue par les Créoles comme fébrifuge, diurétique et cholalogue.

Elle est considérée comme un succédané de la quinine.

Cette tisane rafraîchissante est souvent prise avant une purge pour en favoriser l’action.

Chez les Palikur, la plante entière est préparée en décoction.

Additionnée de miel, c’est aussi un remède contre la toux.

Étymologie

Créole : graine en bas feuille, ainsi nommée parce que les fruits sont à l’aisselle des feuilles.

Wayãpi : de yɨwãyɨ, « sensitive (Mimosa polydactyla, Mimosacées) » et sili, « petite ». Un peu comme chez la sensitive, les feuilles de ce Phyllanthus se referment le soir ou par temps de pluie.

Palikur : de mehuka etni, « la possession de la tortue Podocnemis unifilis », désignant diverses Onagracées et puβemna, « à petites feuilles ». La tortue Podocnemis consomme ces diverses plantes ; kaimadgene : de kaimat, « savane sèche » et gene, « vivant dans » soit « la plante de la savane sèche ».

Chimie et pharmacologie

Les études phytochimiques effectuées sur quelques espèces appartenant au genre Phyllanthus ont permis d’isoler et d’identifier des composés s’apparentant aux groupes des alcaloïdes, des lignanes, des flavonoïdes et des triterpènes.

Ces espèces renferment les flavonoïdes suivants : quercétol, astragalène, quercitrine, isoquercitrine, rutine, tous dérivés du quercétol (Nara et al., 1977).

Cf. aussi P. niruri.

Phyllanthus amarus

Phyllanthus amarus

Phyllanthus caroliniensis Walter ssp. caroliniensis

Collection de référence

Moretti 1361.

Noms vernaculaires et emplois

Cette espèce reçoit les mêmes noms vernaculaires que Phyllanthus amarus et est utilisée de la même manière.

Phyllanthus niruri L.

Collection de référence

Sastre 5569.

Noms vernaculaires et emplois

Cette espèce reçoit les mêmes noms vernaculaires que Phyllanthus amarus et est utilisée de la même manière.

Chimie et pharmacologie

En 1964, à partir des feuilles de Phyllanthus niruri, Row et Strinivasulu ont isolé et identifié deux lignanes, la phyllanthine et l’hypophyllanthine. La structure exacte de l’hypophyllanthine a été établie en 1980.

Les mêmes auteurs, en 1973, ont isolé de la même espèce et identifié trois nouveaux lignanes : la niranthine, la nirtétraline et la phyltétraline. En 1969, Rouffiac et Parello ont isolé et identifié de Phyllanthus niruri la norsécurinine.

Quatre alcaloïdes du type leucodelphinidène ont été isolés de P. niruri (Stanislas et al, 1967).

Phyllanthus urinaria L.

Collections de référence

Grenand 1604 ; Jacquemin 1501

Noms vernaculaires et emplois

Cette espèce reçoit les mêmes noms vernaculaires que Phyllanthus amarus et est utilisée de la même manière ; cette liste n’est probablement pas limitative.

Phyllanthus brasillensis (Aubl.) Poir.

Synonymies

Conami brasiliensis Aubl. ;

  • 24 Phyllanthus subglomeratus Poir. et P. piscatorum Kunth utilisées également comme poison de pêche so (...)

Phyllanthus conami Swartz24.

Noms vernaculaires

  • 25 Pour l'origine du mot kunami, se reporter à Clibadium sylvestre, Astéracées.

Créole : counami [kounanmi], counami petites feuilles [kounanmi-ti-féy]25.

Wayãpi : —

Palikur : sinapu wibumna.

Portugais : conambi, conami.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé.

Collections de référence

Grenand 1946 ; Moretti 1025, 1046 ; Prévost 3880.

Emplois

  • 26 L'espèce aurait également un usage magique qui n'a pu être précisé.

Cet arbuste au léger feuillage est encore cultivé et apprécié comme ichtyotoxique par quelques familles créoles, notamment sur les bords de l’Orapu et de la Comté26.

L’usage de cette plante est déjà signalé par Aublet en 1775. Selon cet auteur, on l’appelait à cette époque conami Para ou amazone.

  • 27 L'abandon des pratiques de pêche aux nivrées dans le nord de la Guyane conduit à la raréfaction de (...)

De nombreuses ethnies amérindiennes de Guyane semblent l’ignorer alors qu’elle est commune ailleurs en Amazonie (Prance, 1972). On peut donc supposer qu’elle fut introduite au cours du XVIIIe siècle et que son usage n’a pas connu un essor très important. Signalons qu’aux Antilles françaises, elle est également connue comme ichtyotoxique et reste employée sous le nom d’énivrage (Fournet, 1978)27.

Les counami, aussi bien Phyllanthus que Clibadium (Astéracées), sont utilisés en Guyane pour empoisonner les petits ruisseaux après avoir été battus ou broyés au pilon jusqu’à en faire une bouillie (Moretti et Grenand 1982). Phyllanthus brasiliensis est utilisé en macération par les Palikur pour détruire les fourmis du genre Solenopsis et les fourmis-manioc (Atta spp.). La macération est versée dans les orifices des fourmilières.

Étymologie

Créole : counami, cf. Clibadium sylvestre et petites feuilles en raison du feuillage fin et délicat. Palikur : sinapu, « autre poison de pêche » (cf. Tephrosia, Papilionacées) et wibumna, « à feuilles rondes » en raison des feuilles petites et orbiculaires.

Chimie et pharmacologie

L’emploi de cette plante comme poison de pêche nous a amenés à tester ses activités ichtyotoxique et insecticide. Tous les organes se sont avérés larvicides sur Aedes aegypti (Moretti et Sauvain, com. pers.).

Comme par ailleurs cette espèce n’avait pas fait l’objet, à notre connaissance, d’études chimiques, nous en avons entrepris l’étude des principes actifs, en collaboration avec le professeur Stanislas et son équipe. Les composés ichtyotoxiques qui ont été isolés sont des lignanes, la justicidine B et la diphylline (Mensah et al., 1983).

Sur le poisson rouge Carassius auratus, l’intoxication est mortelle par infusés d’organes, dès la dose de : 0,08 g/l 000 ml pour les racines, 0,21 g/l ml pour les feuilles, 0,25 g/l ml pour les tiges.

De ces deux produits ichtyotoxiques, la justicidine B est le composé le plus toxique (DL. : 106 dans l’eau). L’activité insecticide, par contre est due à d’autres composés.

De Phyllanthus acuminatus Vahl, a été isolé un lignane doté de remarquables propriétés antitumorales, le phyllantoside ; les essais cliniques sont menés par le National Cancer Institute.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Plukenetia polyadenia Müller Arg.

Synonymies

Elaeophora abutifolia Ducke ;

Plukenetia abutifolia (Ducke) Pax et K. Hoffm

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : pekulu.

Palikur : pweβ kamwi.

Portugais : compadre-do-azeite.

Écologie, morphologie

Grosse liane rare en forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 647.

Emplois

Chez les Palikur, l’écorce de tige est préparée en décoction et bue contre la fièvre.

Étymologie

Palikur : de pweβ, « poivre » et kamwi, « qui ressemble », en raison du goût poivré des diverses parties de la plante.

Chimie et pharmacologie

Corrêa, ([1926] 11, 1984) indique que les graines fournissent une huile jaune, de parfum agréable avec un degré d’acidité de 122,0.

Phyllanthus polyadenia. Liane avec fruit à quatre côtes

Phyllanthus polyadenia. Liane avec fruit à quatre côtes

Ricinus communis L.

Noms vernaculaires

Créole : palma christi [pamaskriti] (Guyane), carapate (Antilles).

Wayãpi : —

Palikur : mau kamwi.

Français : palma-christi, grand ricin.

Portugais : mamona, carrapateira.

Écologie, morphologie

Plante commune dans la région côtière, absente dans l’intérieur. Elle est cultivée, mais pousse aussi spontanément sur les dépôts d’ordures.

Collections de référence

Berton 58 ; Prévost 1501,4106.

Emplois

Les Créoles utilisent l’huile extraite des graines comme purgatif et pour fortifier les cheveux. Selon Gély (1983), l’huile prise par voie buccale facilite chez les femmes en couches l’expulsion du placenta.

Chez les Palikur, les feuilles préparées en décoction sont utilisées en lavage externe pour remettre en forme les malades après une forte fièvre. Selon Berton (1997), les feuilles chauffées avec de la chandelle molle sont appliquées sur le ventre contre les inflammations de l’estomac et sur les côtes pour soigner la blesse.

L’huile extraite des graines est un liniement utilisé tant par les Créoles que les Palikur contre les douleurs musculaires. Les graines sont pilées jusqu’à obtention d’une masse homogène. Celle-ci est mise à chauffer doucement puis placée sur un tamis pour que l’huile s’égoutte.

Étymologie

Créole : palma christi est un emprunt à l’espagnol. Palikur : de mau, « coton » et kamwi, « qui ressemble », en raison de la forme des feuilles et des capsules.

Chimie et pharmacologie

Les propriétés purgatives de l’huile de ricin que l’on retire des graines sont bien connues.

Les graines renferment une toxalbumine : la ricine, aux effets allergènes, et qui est parfois à l’origine d’intoxications chez le bétail ou chez les enfants, pour lesquels l’ingestion d’un petit nombre de graines peut être mortelle (Paris et Moyse, 1967). Ces graines sont par ailleurs riches en vitamine E.

Les feuilles renferment un alcaloïde : la ricinine, qui peut provoquer également une intoxication du bétail lorsqu’une quantité anormalement élevée de feuilles est ingérée.

Ricinus communis. Inflorescnece de palma christ (ou ricin)

Ricinus communis. Inflorescnece de palma christ (ou ricin)

Sapium argutum (Müller Arg.) Huber

Synonymie

Sapium montanum Lanj.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : itey aβain.

Portugais : murupita, leiteiro (pour le genre).

Écologie, morphologie

Arbre moyen de forêt sèche.

Collection de référence

Grenand 3017.

Emplois

  • 28 Le latex de Sapium laurifolium (Rich.) Griseb. et de S. marmierii Huber est aussi utilisé par les T (...)

Chez les Palikur, le latex frais appliqué avec un tissu permet la suture et la cicatrisation des blessures28.

Étymologie

Palikur : itey aβain, de itey, « espèce de chenille » et aβain, « lieu de ».

Cette chenille mange les feuilles de Sapium

Sapium ciliatum Hemsley

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : melekene sili.

Palikur : maβu etni (pour le genre).

Portugais : murupita, leiteiro (pour le genre).

Écologie, morphologie

  • 29 Cette espèce localement commune semble confinée aux forêts du sud de la Guyane.

Arbre moyen, plus fréquent en forêt secondaire qu’en forêt primaire29.

Collections de référence

Grenand 161 ; Jacquemin 1747 ; Prévost et Grenand 1964.

Emplois

Les Wayãpi préparent avec l’écorce de tronc fortement imbibée de latex une décoction utilisée comme fébrifuge en lavage externe.

Étymologie

Wayãpi : de melekene, « arbre (Himatanthus articulatus, Apocynacées) » et sili, « petit ». Ces deux arbres ont un latex également abondant.

Palikur : de maβu, « espèce de chenille » et etni, « sa possession ». Cette chenille mange les feuilles de Sapium.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Flacourriaceae

Banara guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : mavévé sucrier [mavévé-sikriyé].

Wayãpi : mulei sĩ.

Palikur : tahuma.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun de forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand et Prévost 2038 ; Jacquemin 2837 ; Prévost 4518.

Emplois

Chez les Créoles, la décoction de cinq feuilles dans environ 1/3 de litre d’eau est bue à raison d’une tasse chaque matin pour soigner le foie.

Étymologie

Créole : de mavévé, désignant diverses plantes médicinales (cf. par ex. Potalia amara, Loganiacées) et sucrier, « oiseau sucrier vert » (Chlorophanes spiza), ainsi nommée parce que les fleurs sont butinées par cet oiseau. Wayãpi : de mulei, « autre arbre » (Byrsonima krukoffii V.R. Anderson, Malpighiacées) et sĩ, « blanc » : le feuillage des deux espèces présente quelque ressemblance mais le tronc du second est plus clair.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Banara guianensis. Les fleurs de mavévé sucrier sont très odorantes

Banara guianensis. Les fleurs de mavévé sucrier sont très odorantes

Mayana odorat Aublet

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi ka’akɨ, ka’asili

Palikur :

Écologie, morphologie

Arbuste ou petit arbre peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1299 ; Moretti 451 ; Prévost et Grenand 1010.

Emplois

  • 30 Les Quechua d'Amazonie équatorienne utilisent également la décoction des graines et des racines pou (...)

Cette espèce est utilisée chez les Wayãpi comme Maprounea guianensis (Euphorbiacées)30.

Étymologie

Wayãpi : ka’akɨ, cf. étym. à Maprounea guianensis ; ka’asili, de ka’a, « plante » et sili, « fine », « la plante fine », en raison de son port grêle.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mayana odorata. Fruits mûrs avec leurs petites épines

Mayana odorata. Fruits mûrs avec leurs petites épines

Ryania pyrifera (Rich.) Uittien et Sleumer

Synonymies

Patrisia pyrifera Rich ;

Ryania sagotiana Eichler

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : kuuku ariut.

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen de forêt primaire.

Collection de référence

Lescure 832.

Emplois

Chez les Palikur, l’écorce, mise à macérer dans l’eau froide, est à la base d’un collyre pour éclaircir la vue.

La macération est mise à reposer pendant une nuit, filtrée puis, tous les matins, instillée dans les yeux avec un coton.

Étymologie

Palikur : kuuku ariut. de kuuku, « terme générique pour les petits rongeurs » et ariut, « fruit », car le fruit ressemble à l’oeil de ces animaux.

Chimie et pharmacologie

  • 31 L’ensemble du genre Ryania est considéré comme toxique par les populations d’Amazonie (Ribeiro et a (...)

D’une autre espèce du même genre, présente en Guyane française, Ryania speciosa Vahl, des pyridines carboxylées dénommées ryanodines ont été isolées (Jeferies et ai, 1992) ; celles-ci possèdent des propriétés insecticides et sont employées dans certains pays comme agro-pesticide31.

Famille Gentianaceae

Coutoubea ramosa Aublet

Noms vernaculaires

Créole : centorel [santorèl].

Wayãpi : a’ apoã laãnga

Palikur : atit βan.

Portugais : diambarana.

Écologie, morphologie

Arbrisseau abondant en milieu ouvert.

Collections de référence

Jacquemin 2489 ; Moretti 788.

Emplois

  • 32 Dans ce cas, chez les Palikur, parfois en association avec les feuilles de Solanum mammosum ou de S (...)

Les feuilles de Coutoubea ramosa sont prises par les Créoles et les Palikur en décoction comme vermifuge et pour soigner les fièvres liées au paludisme32.

La décoction des feuilles est aussi appliquée sur les blessures pour les désinfecter.

Étymologie

Créole : centorel est une altération du français « centaurée (Centaurium spp. Gentianacées) » Palikur : de atit, « piment » et βan, « feuille », en raison de la ressemblance des deux plantes.

Chimie et pharmacologie

Les réactions positives obtenues avec les réactifs des alcaloïdes sont des artéfacts résultant d’interactions avec les iridoïdes fréquents dans cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Coutubea spicata Aublet

Écologie, morphologie

Grande herbacée annuelle des savanes ouvertes.

Collections de référence

Berton 122 ; Moretti 784.

Noms vernaculaires et emplois

  • 33 C. spicata serait, selon Aublet (1775), un remède excellent pour rétablir le cours des règles.

Mêmes noms et mêmes usages que Couloubea ramosa33.

Chimie et pharmacologie

Des hétérosides flavoniques ont été isolés de Coutoubea spicata, ce qui est inhabituel dans cette famille où l’on rencontre surtout des c-flavonoïdes. L’amertume est due à des sécoiridoïdes glucosidiques (Schaufelberger et al, 1987).

Par ailleurs, les Coutoubea sont toxiques pour le bétail (Tokarnia et Dobereiner, 1981).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Coutubea spicata. Inflorescence de centorel

Coutubea spicata. Inflorescence de centorel

Irlbachia alata (Aubl.) Maas

Synonymies

Chelonanthus alatus (Aubl.) Pulle ;

Lisianthus alatus Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : grand centorel [gran-santorèl].

Wayãpi : silikaleɨpo sili.

Palikur : aman etni.

Portugais : tabaco-bravo.

Écologie, morphologie

  • 34 Cette plante herbacée aisément reconnaissable à ses fleurs campanuliformes est fréquente en savane, (...)

Plante herbacée assez commune34.

Collection de référence

Berton 248

Emplois

  • 35 Un usage identique de cette espèce était généralisé, selon Schomburgk, au XIXe siècle chez les Amér (...)

Les Palikur préparent une décoction salée de la plante entière pour en faire un remède qui nettoie la bile, réputé pour son amertume. Cette purge, ingérée au maximum en trois prises, ne doit pas être utilisée au delà d’une journée. La dose est une petite calebasse35. On prépare, également avec la plante entière, une décoction de couleur verte utilisée en bain contre la gale.

  • 36 La sève est utilisée chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana pour soigner la leishmaniose, (...)

Le traitement dure cinq jours à raison de trois bains quotidiens ; on achève le traitement par une onction d’huile de carapa (cf. Carapa guianensis, Méliacées)36

Étymologie

Palikur : de aman, « lézard, Ameiva ameiva » et etni. « sa possession » : il est appelé ainsi en raison de la coloration de la feuille et parce que l’inflorescence jeune ressemble à la peau de ce lézard.

Wayãpi : de silikaleɨpo, cf. Securidaca paniculata (Polygalacées) et sili, « fine » ; elle est ainsi nommée parce que les fleurs des deux espèces se ressemblent quelque peu, la présente espèce étant une herbe de petite taille.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Irlbachia purpurascens (Aubl.) Maas

Synonymies

Chelonanthus uliginosus Griseb. ; Lisianthus uliginosus Griseb.

Collections de référence

De Granville 4298 ; Grenand 1094.

Noms vernaculaires et emplois

Mêmes noms et mêmes usages que Irlbachia alata.

Irlbachia purpurascens. Fleurs et fruits du grand centorel

Irlbachia purpurascens. Fleurs et fruits du grand centorel

Famille Gesneriaceae

Columnea calotricha J. D. Smith

Synonymies

Alloplectus calotrichus (J. D. Smith) Stearn ;

Ortfioloma calotrichum (J. D. Smith) Wiehler ;

Trichanlha calotricha (J. D. Smith) Wiehler.

Écologie, morphologie

Plante sarmenteuse ou herbacée peu commune croissant en forêt humide.

Collections de référence

Jacquemin 1546, Prévost et Grenand 2013

Noms vernaculaires et emplois

Cf. infra noms, emplois et discussion à Nautilocalyx kohlerioides.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Columnea calotricha. Fleur en bouton émergeant de ses bractées

Columnea calotricha. Fleur en bouton émergeant de ses bractées

Drymonia coccinea (Aubl.) Wiehler

Synonymies

Alloplectus coccineus (Aubl.) Mart. ;

Besleria coccinea Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : crête poule [krèk-poul, krèp-poul].

Wayãpi : alala ka’a, masakala kulumenay.

Palikur : takaak abesu, takaak asusukwap.

Écologie, morphologie

Petite plante sarmenteuse du sous-bois des forêts primaire et secondaire, très commune.

Collections de référence

Grenand 51 ; Jacquemin 1533 ; Lescure 304, 552 ; Oldeman 356 ; Prévost 3770.

Emplois

Les Wayãpi originaires du Rio Kouc (Amapá) et les habitants de la région de Camopi, utilisent cette plante comme fébrifuge externe. Les feuilles sont broyées et frottées sur le corps du patient.

  • 37 Les Mayna Jivaro d'Équateur utilisent cette plante pour soulager les douleurs gengivales et dentair (...)

Les fleurs préparées en décoction additionnée de miel et de citron constituent chez les Palikur un remède contre la toux. Une autre préparration consiste à écraser des fleurs et des feuilles de cette espèce avec des pieds de Justicia pectoralis jusqu’à obtention d’un jus : ce dernier dilué dans l’eau froide est bu pour soigner les urines brûlantes (cystites)37.

Étymologie

Wayãpi : alalaka’a (Kouc, Camopi), de alala, « ara rouge » et ka’a, « plante » ; masakala kulumenay (haut Oyapock), de masakala, « poule » et kulumenay, « barbillon ».

Palikur : de takaak, « poule », abesu, « crête » et asusukwap, « pénis ».

Tous ces noms se réfèrent aux bractées rouge vif qui protègent la fleur.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Drymonia coccinea

Drymonia coccinea

Nautilocalyx kohlerioides (Leeuwenb.) Wiehler

Synonymie

Episcia kohlerioides Leeuwenb.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ka’iu witoto, yamuleka’a pilã.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante herbacée épiphyte de la forêt primaire humide.

Collections de référence

Grenand 309, 355 ; Jacquemin 1523, 1616.

Emplois

Il semble exister chez les Wayãpi une certaine confusion autour de cette plante.

  • 38 Les deux espèces ont en commun des fleurs pileuses et très colorées (rouge et orange).

Certains nomment N. kohlerioides et Columnea calotricha, yamulaka’a pilã et utilisent les feuilles froissées et macérées dans l’eau, soit comme fébrifuge en lavage externe, soit en cataplasme frotté sur le front contre les maux de tête38 D’autres nomment N. kohlerioides seule ka’iu witoto et utilisent ses fleurs et ses feuilles en décoction ou en macération en lavage externe pour protéger les bébés dont le père a violé un interdit de chasse (risque de dépérissement) concernant une variété de capucin brun (Cebus apella).

Étymologie

Wayãpi : ka’iuwitoto, de ka’i, « singe capucin brun ». u, « gros » et witoto, « pénis de singe » en raison de la forme de la fleur ; yamuleka’a pilã, « Paradrymonia campostyla cf. infra » et pilã, « rouge », en raison de la couleur des fleurs

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Nautilocalyx pictus (Hook.) Sprague

Noms vernaculaires

Créole : mâle herbe serpent.

Wayãpi : yawayɨ lo.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante herbacée du sous-bois de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 2851

Emplois

  • 39 Plusieurs Gesnériacées sont indiquées par Schultes et Raffauf (1990) pour soigner les piqûres de fo (...)

Chez les Wayãpi de Camopi, les feuilles écrasées de cette espèce sont, en application locale, un remède contre les piqûres de scorpion39.

Étymologie

Wayãpi : de yawayi. « scorpion » et lo, « feuille », « feuille du scorpion », en raison de son utilisation.

Paradrymonia campostyla (Leeuwenb.) Wiehler

Synonymie

Drymonia campostyla Leeuwenb

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : yamuleka’a sili, ewo’i asikaluwu.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante épiphyte rare de la forêt primaire humide.

Collections de référence

De Granville 2449 ; lacquemin 1 552 ; Prévost et Grenand 2000.

Emplois

Chez les Wayãpi, la décoction des parties aériennes est utilisée comme fébrifuge en lavage externe.

Étymologie

Wayãpi : de yamule ou yamuleka’a, terme de base désignant diverses plantes épiphytes à fleurs colorées (dont des Orchidées) et sili, « fine », en raison de la petitesse des fleurs.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Paradrymonia campostyla. Fleurs

Paradrymonia campostyla. Fleurs

Famille Gnetaceae

Gnetum paniculatum Spruce ex Benth

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : inãmu kãlãtã’ã, uwakãsĩ ɨpo.

Palikur : tiri.

Portugais : ituá.

Écologie, morphologie

Liane noueuse moyennement fréquente de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville 4320 ; Lescure 752.

Emplois

Les Palikur utilisent cette liane pour combattre la sénilité et les douleurs diverses qui affectent les personnes âgées. On prépare à cet effet une décoction bue trois fois par jour ; elle est faite de trois feuilles vertes et de trois feuilles tombées à laquelle on ajoute, lorsqu’elle est tiède, un fragment de tige fendu en quatre.

  • 40 La décoction mucilagineuse de l'écorce frottée localement sert à soigner les tendinites et les claq (...)

Le traitement peut être accompagné de bain fait de feuilles et d’écorce de tige40.

Étymologie

Wayãpi : de inãmu, « oiseau tinamou, Tinamus major » et kãlãtã’ã, « gésier » en raison de la forme du fruit.

Palikur : tiri est aussi le nom que l’on donne aux chamanes dans la langue cérémonielle dite kiaptunka.

Famille Hemodoraceae

Xiphidium caeruleum Aublet

Noms vernaculaires

Créole : coumarti feuilli [koumati-féyi].

Wayãpi : tupã ɨpɨ

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante herbacée assez commune dans les brûlis récents.

Collections de référence

De Granville 2543 ; Grenand 118 ; Jacquemin 1519 ; Prévost 4068.

Emplois

  • 41 Les Urubu-Kaapor considèrent que cette plante est dangereuse, car elle serait la cause de furoncles (...)

Chez les Wayãpi, la plante entière préparée en décoction soigne les enfants qui pleurent tout le temps. On les lave avec la préparation puis on les flagelle avec un bouquet de feuilles de la même espèce41.

Étymologie

Wayãpi : de tupã, « tonnerre » et ipi, « de la famille de ».

Ce nom renvoie à un mythe qui conte le triste destin d’un enfant dont le père avait été tué par le tonnerre.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Xiphidium caeruleum. Feuilles distiques et inflorescence de coumarti feuillu

Xiphidium caeruleum. Feuilles distiques et inflorescence de coumarti feuillu

Famille Heliconiaceae

Heliconia psittacorum L. f.

Synonymies

Bihai silvestris Gleason ;

Heliconia schomburgkiana Klotzsch ;

Heliconia brasiliensis Hook. var. concolor

Petersen ; Musa humilis Aubl.

Noms vernaculaires

Créole : petit balisier [ti-balizié].

Wayãpi : —

Palikur : wakaa kig.

Portugais : pacova-catinga.

Écologie, morphologie

Plante herbacée aux fleurs vivement colorées, abondante en savane humide.

Collections de référence

Berton 3 ; Grenand 1814.

Emplois

Chez les Palikur, la plante entière écrasée avec Bidens cynapiifolia (Astéracée) sert à préparer des bains pour soigner les fièvres liées au paludisme.

  • 42 Ces usages s'appliquent sans doute également à Heliconia acuminata L. C. Rich. ssp. acuminata (Gren (...)

Selon Berton (1997), la plante entière préparée en décoction est un remède contre les douleurs articulaires, les crampes ou les rhumatismes. La décoction est bue, utilisée en bain de vapeur ou tamponnée localement42.

Étymologie

Palikur : de wakaa, « aigrette blanche (Ardea alba) » et kig, « bec », en raison de la forme de l’inflorescence.

Heliconia psittacorum. Inflorescence du petit balisier

Heliconia psittacorum. Inflorescence du petit balisier

Heliconia psittacorum. Peuplement du petit balisier en savane

Heliconia psittacorum. Peuplement du petit balisier en savane

Famille Hernandiaceae

Hernandia guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : bois banane [bwa-bannann], mirobolan.

Wayãpi : waliwowo.

Palikur : maoksi adudu.

Portugais : ventosa.

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun et grégaire en forêt primaire humide.

Collections de référence

Cremers 7020 ; Grenand 996 ; Jacquemin 2620 ; Moretti et Damas 125 ; Prévost 3500.

Emplois

Les Palikur utilisent les inflorescences, les feuilles et les fruits préparés en décoction comme remède contre la coqueluche. Anciennement, la décoction était absorbée dans le calice accrescent enveloppant le fruit. Les fruits et les fleurs sont également mis à macérer dans l’os hyoïde du singe hurleur rempli d’eau ; cette potion absorbée par les enfants leur donne du souffle.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et banane, « bananier », en raison du bois blanc et poreux comme le faux tronc du bananier ; mirobolan est un mot de l’ancien français (XIIIe siècle) désignant selon Rey (1998) « plusieurs espèces de fruits desséchés servant dans les préparations pharmaceutiques ». Wayãpi : waliwowo, onomatopée du bruit du vent passant dans le calice accrescent ressemblant au cri du singe hurleur (Alouatta seniculus).

Palikur : de maoksi, « singe hurleur » et adudu, « goître », en raison de la forme du calice accrescent. La coqueluche porte d’ailleurs le nom de maoksikan, « cri du singe hurleur ».

Chimie et pharmacologie

Avec l’équipe de Bruneton, nous avons publié la présence de huit alcaloïdes dans cette plante (Richomme, 1984 ; Richomme et al. 1984). Les teneurs atteignent 0,9 % dans les écorces de tronc, 2 % dans les écorces de racine et 0,21 % dans les feuilles. Ces alcaloïdes sont : la nandigérine (f. et.,e.), l’hervonine (et., er.), l’ovigérine (f., et.), la laurotétanine (f., et.), la N-méthylnandigérine (f., et., er.), l’actinodaphnine (f.), la réticuline (f.) et la N-méthylhernovine (et.).

D’après Pernet (1971), la laurotétanine est un curarisant.

Nous avons également trouvé quatre lignanes dans la plante : la désoxypodophyllotoxine (F., et., er.), l’acétylpodophyllotoxine (et., er.), la burséhernine (et.) et le podorhizol (er.). Richomme et al. (ibid.) précisent que les podophyllotoxines sont particulièrement importantes pour les propriétés cytostatiques de leurs dérivés. La désoxypodophyllotoxine possède un pouvoir inhibiteur sur les cellules leucémiques p 388 et sur le carcinome humain du nasopharynx (cellules kb) ; de plus elle présente une activité antiherpétique.

La burséhernine a également une activité antitumorale. Gottlieb et al. (1980) signalent la présence dans les écorces de picropodophylline et de deux stérols : le sitostérol et l’estigmastérol.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Hernandia guianensis. Fruits avec calice accrescent de bois banane

Hernandia guianensis. Fruits avec calice accrescent de bois banane

Inflorescence et fleurs de Hernandia guianensis

Inflorescence et fleurs de Hernandia guianensis

Sparattanthelium guianensis Sandw

Noms vernaculaires

Créole : liane basilic.

Wayãpi : wila lãkã yewɨ.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane rare des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 2101 ; Jacquemin 2807.

Emplois

Cf. emploi à Sciadotenia cayennensis (Ménispermacées) avec laquelle cette espèce est confondue sous le même nom par les Wayãpi.

Chimie et pharmacologie

  • 43 Les résultats avaient initialement été publiés sous le nom de Sparattanthelium uncigerum (Meissn.) (...)

Avec l’équipe de Bruneton, nous avons identifié sept alcaloïdes isoquinoléiques dans les tiges et les racines de cette plante : la (+)-coclaurine, la (+)-réticuline, la nor-isocorydine, la nor-domesticine, la laurotétanine, la launobine et l’actinodaphnine. Contrairement aux différentes espèces d’Hernandia, ce Sparattanlhelium ne renferme pas de lignane (Chalandre et al, 1985)43.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sparattanthelium guianensis. Liane en fleurs

Sparattanthelium guianensis. Liane en fleurs

Famille Humiriaceae

Humiria balsamifera (Aubl.) St. Hil.

Synonymie

  • 44 Cette espèce comprend plusieurs sous-espèces atteignant des tailles fort différentes et colonisant (...)

Houmiri balsamifera Aublet44.

Noms vernaculaires

Créole : bois rouge [bwa-rouj].

Wayãpi : weli

  • 45 Le terme psum s'applique à la forme arbustive poussant sur les inselbergs et dont la sève est utili (...)

Palikur : umeg, psum45.

Portugais : umiri.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun en forêt primaire, présent parfois en forêt secondaire, en savane ou sur les inselbergs.

Collections de référence

Grenand 710, 2145 ; Jacquemin 1842 ; Prévost 3541 ; Prévost et Grenand 4284.

Emplois

  • 46 Au Brésil, l'écorce, considérée comme un substitut du baume de Pérou, est utilisée comme balsamique (...)

Les Palikur utilisent cette espèce, connue ailleurs pourson bois et les propriétés odoriférantes de son écorce, à des fins médicinales46.

L’écorce, riche en tanin, est préparée en décoction contre les rages de dent. Celle-ci est soit bue, soit appliquée sur la dent douloureuse avec un coton imbibé. L’écorce est encore un remède contre l’érysipèle (wisnõ). Elle est préparée en macération dans de l’eau tiède, puis le liquide est appliqué loco dolenti toutes les demi-heures. Un thé préparé avec l’écorce fraîche est un bon antispasmodique, surtout pour les enfants atteints d’anorexie. La sève, extraite de la forme nommée psum, est badigeonnée avec un coton sur le muguet des nourrissons et des jeunes enfants. Enfin, en traitement d’un mois, la macération de l’écorce fraîche, bue à raison d’un demi-verre en trois prises quotidiennes pendant un mois, est un remède contre le cancer.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et rouge, ainsi nommé en raison de la coloration du bois et de l’écorce.

Palikur : umeg, à rapprocher de meg, « écureuil », car cet animal se trouve souvent sur cet arbre ; psum, de psuke, « qui coule », en raison de la sève abondante.

Chimie et pharmacologie

Selon les tests chimiques réalisés, l’écorce de tronc contient des tanins, de l’oléorésine, des stérols et des terpènes, mais pas d’alcaloïdes ni de quinones. L’infusion d’écorce a la réputation en Guyana d’être très efficace contre la dysenterie amibienne. Dean et Walker (1958) ont isolé de cet organe un polyphénol, la bergénine, supposé être le principe actif. Leur étude a montré que ce corps, expérimenté à 1 % in vitro, n’avait aucune action sur Entamoeba hystolytica. Ces auteurs ont conclu que ce sont d’autres substances de la plante qui sont amoebicides. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Humiria balsamifera. Section du tronc de bois rouge

Humiria balsamifera. Section du tronc de bois rouge

Famille Iridaceae

Cipura paludosa Aublet

Noms vernaculaires

Créole : cf. Eleutherine bulbosa.

Wayãpi : —

Palikur : mahik.

Écologie, morphologie

Petite plante herbacée des pelouses humides.

Collections de référence

Moretti 1202 ; Prévost 1352.

Emplois

Pour les Palikur, les bulbes séchés sont un remède contre le mal de coeur ; finement pilés, ils sont ensuite mis à réduire à feu lent avec du miel jusqu’à l’obtention d’un sirop.

Étymologie

Palikur : mahik, de maiki, « maïs », car la plante ressemble à un jeune pied de maïs récemment germé.

Chimie et pharmacologie

Les tests réalisés montrent la présence dans le bulbe de quinones du type anthraquinone.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cipura paludosa. Plante entière

Cipura paludosa. Plante entière

Eleutherine bulbosa (P. Mill.) Urb.

Synonymie

Sisyrinchium bulbosa Miller

Noms vernaculaires

  • 47 Aublet (1775) mentionne Cipura paludosa sous le nom créole d'anvers. Les différents relevés ethnobo (...)
  • 48 Pour ce nom, orthographié parfois anvers, cf. aussi Maranta arundinacea L., Marantacées.

Créole : envers [anvè]47,48, envers rouge [radjé-lanvè-rouj], l’envers [lanvè].

Créole antillais : échalotte caraïbe [jéchalot-krayib].

Créole haïtien : échalotte marron.

Wayãpi : wasey.

Palikur : migat βey.

Portugais : inajaí.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale assez commune souvent cultivée.

Collections de référence

Grenand 969 ; Hay 49 ; Moretti 917, 1112.

Emplois

Les Créoles utilisent abondamment cette espèce à des fins médicinales assez variées. Le bulbe rouge sert à préparer des emplâtres que l’on applique sur les entorses.

  • 49 De façon proche, les Aluku utilisent le bulbe écrasé pour empêcher la nécrose des piqûres de raie ( (...)

Il est aussi employé en tisane pour soigner la faiblesse du sang. Le jus qu’on en extrait est, additionné de sel, bu contre les crises d’épilepsie. Mélangé à du rhum, il est frictionné sur le corps pour soigner la même affection. La pulpe du même bulbe, pilée avec un cafard (ravet en créole, Periplaneta americana) et mise à roussir avec un peu d’huile, constitue, appliquée chaude, un remède pour soigner les blessures infectées occasionnées par des clous rouillés49.

Enfin, bouillie dans du vin rouge, elle constitue un breuvage abortif.

Chez les Wayãpi, le bulbe écrasé est appliqué en emplâtre sur les plaies et les blessures pour favoriser la cicatrisation.

Chez les Palikur, c’est un remède mineur contre les écoulements sanguins des femmes (cf. Scoparia dulcis, Scrophulariacées).

Avec la décoction du bulbe, auquel on ajoute des feuilles de Psidium guajava (Myrtacées) et des fragments de racine de bananier (Musa paradisiaca. Musacées), on prépare un remède antidiarrhéique.

  • 50 Cette espèce est aussi employée à Haïti comme drogue antifertilisante. Complétons la longue liste d (...)

Enfin, Berton (1997) signale une potion abortive préparée avec les bulbes de la présente espèce et les écorces d’Anacardium occidentale et de Mangifera indica (Anacardiacées)50.

Étymologie

Les Wayãpi et les Brésiliens comparent cette espèce à des plantules de palmier, Euterpe oleracea pour les premiers et Attalea maripa (Aubl.) Mart. pour les seconds.

Chimie et pharmacologie

Le bulbe renferme des naphtoquinones et anthraquinones du type chrysophanol.

Un essai préliminaire sur un extrait alcoolique a montré une action non dénuée de toxicité sur la fécondité des rats (Weniger et al, 1982). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Eleutherine bulbosa

Eleutherine bulbosa

Eleutherine bulbosa. Plante entière

Eleutherine bulbosa. Plante entière

Famille Lamiaceae

Cette famille extrêmement répandue de par le monde renferme un grand nombre d’herbes médicales dont la caractéristique la plus évidente est leur parfum puissant (odeurs de menthe, de camphre, etc.).

En Guyane, on rencontre peu d’espèces croissant à l’état sauvage, comme en témoigne le petit nombre de remèdes utilisés par les Amérindiens. En revanche, plusieurs autres espèces ont été introduites et acclimatées dans les jardins créoles depuis le XVIIIe siècle. Elles proviennent soit de l’Ancien Monde, soit d’autres régions d’Amérique tropicale.

Ces plantes aromatiques sont riches en huiles essentielles qui leur confèrent des propriétés antiseptiques, vermifuges, expectorantes et sédatives.

Hyptis atrorubens Poit.

Synonymies

Hyptis procumbens Schlecht. et Cham. ;

Mesosphaerum atrorubens (Poit.) Kuntze.

Noms vernaculaires

Créole : ti bombe noir [ti-bonm-nwè], ti bombe rouge [ti-bonm-rouj].

Créole antillais : véronique (Fournet, 1978).

Wayãpi : yawa luway.

Palikur : bom priye.

Portugais : trevo-roxo, hortelão-bravo, cidreira.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune sur la côte, rare dans l’intérieur.

Collections de référence

Grenand 1605 ; Jacquemin 1873, 2836 ;

Moretti 786 ; Oldeman et Burgot 2979 ;

Prévost 3550.

Emplois

Pour les Créoles, cette plante sert à préparer des boissons rafraîchissantes, c’est-à-dire calmant l’inflammation intérieure (cf. 2e partie). Les parties aériennes sont soit préparées en infusion, soit mises à macérer dans de l’eau additionnée d’une poignée de couac (farine de manioc torréfiée) grillé. Cette utilisation renvoie de toute évidence à des propriétés toniques et antianémiques.

  • 51 Corrêa ([1926] 1984) indique pour le Brésil l’utilisation de cette plante comme antitussif et sudor (...)

Les Palikur utilisent la plante entière pour préparer une décoction bue pour soigner la toux51.

Étymologie

Créole : ti bombe, altération du français petit baume, et noir ou rouge, en raison de la coloration des feuilles par opposition à ti bombe blanc, (cf. infra Marsypianthes chamahedrys). Palikur : bom priye, de bom, emprunt au créole bombe et priye, « noir », en raison de la couleur vert foncé des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Hyptis lanceolata Poit.

Noms vernaculaires

Créole : mélisse sauvage, mélisse danbois [mélis-danbwa].

Wayãpi : yakale pili.

Palikur :

Écologie, morphologie

Herbe assez fréquente en forêt secondaire et en végétation rudérale.

Collections de référence Grenand 508 ; Moretti 477 ; Prévost 3554.

Emplois

La plante se prend, chez les Créoles, en tisane antigrippale et stomachique ou, pour les mêmes usages, en bain. Les feuilles préparées en décoction constituent un remède fébrifuge utilisé par les Wayàpi de façon identique à celle des Créoles.

Étymologie

Créole : mélisse est la transposition du nom français de Melissa officinalis L. (Lamiacées). Wayãpi : de yakale, « caïman » et pili, « plante parfumée ». Ce nom lui est donné en raison de son parfum et de sa feuille dentée comme la queue du caïman.

Chimie et pharmacologie

Cf. propriétés chimiques infra à Hyptis mutabilis.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Hyptis lanceolata. Fleurs de la mélisse sauvage

Hyptis lanceolata. Fleurs de la mélisse sauvage

Hyptis mutabilis (L. C. Rich.) Briquet

Noms vernaculaires

Créole : radié crise [rajé-kriz],

Wayãpi :

Palikur : uwak βey.

Écologie, morphologie

Plante rudérale, parfois protégée, de la région côtière.

Collections de référence

Berton 45 ; Jacquemin 1633, 2190 ; Prévost 3656.

Emplois

Cette plante est utilisée par les Créoles comme vermifuge pour les enfants.

D’une part, on leur fait boire le jus provenant des feuilles écrasées et, d’autre part, on leur frictionne le corps avec ce jus mélangé à du rhum.

  • 52 Le jus des feuilles est utilisé de façon similaire contre le mal de tête et l’évanouissement chez l (...)

Chez les Palikur, la décoction de cette plante est bue pour soulager les maux de tête (cf. aussi infra Leonotis nepetifolia)52.

Étymologie

Créole : radié, « petite plante » et crise, ici « crise de vers », « petite plante pour les crises de vers ».

Palikur : cf. Leonotis nepetifolia

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Hyptis renferment des huiles essentielles riches en thymol, camphre, citral, qui peuvent expliquer les propriétés antiseptiques, vermifuges, expectorantes et sédatives de ces plantes.

Le thymol a une action antiseptique vingt fois supérieure au phénol (Stricher, 1977).

Les espèces du genre Hyptis renferment aussi des flavonoïdes (Hegnauer, 4, 1966). Les feuilles sèches de Hyptis mutabilis renferment 0,5 % d’huiles essentielles riches en sesquiterpènes (Hegnauer, 4, 1966).

Le laboratoire Roger-Bellon a montré que la plante n’est pas toxique et qu’elle présente une légère action antisécrétoire gastrique et antiulcéreuse. L’infusion est légèrement analgésique (Forgacs et ai, 1983).

Hyptis pectinata (L.) Poit.

Nom vernaculaire

Créole : radié arada [radjé-arada].

Palikur :

Wayãpi :

Écologie, morphologie

Herbe rudérale, parfois protégée, propre à la région côtière.

Collections de référence

Jacquemin 1634, 2061.

Emplois

  • 53 En Guyana, la décoction de la plante entière est un remède contre les maux d’estomac et la fièvre p (...)

Les Créoles boivent chaque matin à jeun la décoction des parties aériennes en cas de maladie du foie53.

Étymologie

Créole : de radié, « petite plante » et arada nom donné anciennement aux esclaves noirs récemment arrivés d’Afrique.

Chimie et pharmacologie

Contrairement aux autres Hyptis, cette espèce ne renferme pas d’huile essentielle mais contient 2 % d’une substance amère, l’hyptolide, qui appartient au groupe des lactones (Hegnauer, 4, 1966).

Hyptis recurvata Poit.

Noms vernaculaires

  • 54 Aux Antilles, on donne ce nom à une autre Lamiacée, Leonurus sibiricus L. (Fournet, 1978).

Créole : radié savon [radjé-savon]54

Wayãpi : —

Palikur : asukwipna.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale assez commune.

Collections de référence

Jacquemin 1639 ; Moretti 787.

Emplois

Cette petite plante a la propriété de « mousser » dans l’eau comme du savon. Elle est utilisée comme telle par les Créoles en lavage externe pour soigner diverses éruptions de boutons.

Chez les Palikur, on prépare la plante entière en macération courte : le jus est bu et on lave la matrice avec le reste pour favoriser l’accouchement.

Étymologie

Créole : radié, « petite plante » et savon, cf. supra. Palikur : asukwi, « savon » et pna, « feuille », « feuille à savon » cf. supra.

Chimie et pharmacologie

Nous n’avons pas décelé de quantités notables de saponine. Il est possible que les composés émulsionnants soient détruits au cours du séchage et de la conservation de la drogue.

Leonotis nepetifolia (L.) R. Brown

Synonymie

Leonotis leonorus R. Brown.

Noms vernaculaires

Créole : pompon [ponpon], gros pompon Igro-ponpon], pompon soda.

Wayàpi : —

Palikur : uwak βey.

Portugais : cordão-de-frade.

Écologie, morphologie

Herbe ou arbrisseau rudéral, très commun, souvent cultivé, reconnaissable à ses inflorescences en capitules sphériques.

Collections de référence

Berton 38 ; Moretti 731, 776 ; Prévost 1344.

Emplois

Pour les Créoles, les feuilles et fleurs sont cholagogues. La tisane est antidysentérique et la décoction, préparée avec du sel ou du sucre, dissout les calculs rénaux.

  • 55 Hay (1998) indique que ce remède est parfois associé aux feuilles de Solarium leucocarpon (Solanacé (...)

Chez les Palikur, on retrouve un usage très proche de celui des Créoles : la décoction des feuilles préparée avec celles de Capraria biflora (Scrophuiariacées), est bue pendant quatre jours contre les troubles hépatiques liés à la consommation en excès de boissons alcoolisées55. La décoction des feuilles de cette espèce seule est également prise en tisane contre l’hypertension.

Pour un autre emploi chez les Palikur, cf. Laportea aestuans (Urticacées).

Étymologie

Créole : pompon, le nom fait allusion à la forme des inflorescences.

Palikur : uwak, « gymnote électrique », βey, « remède » : « le remède de la gymnote électrique ».

Chimie et pharmacologie

Cette plante renferme 2 % d’huile essentielle et de l’inositol dans les graines (Kerharo et Adam, 1974).

Les feuilles présentent in vitro, une activité antibactérienne vis-à-vis de Bacillus subtilis et de Stapbylococcus aureus (signalé par Longuefosse, 1995).

Leonotis nepetifolia. Inflorescence de gros pompon

Leonotis nepetifolia. Inflorescence de gros pompon

Marsypianthes chamaedrys (Vahl) Kuntze

Synonymie

Clinopodium chamaedrys Vahl.

Noms vernaculaires

Créole : ti bombe blanc [ti-bonm-blan],

Wayãpi : —

Palikur : yarayapna.

Aluku : uman gadu paepina.

Portugais : sete-sangrias, paracari.

Écologie, morphologie

Petite herbe rudérale commune dans les zones ombragées.

Collections de référence

Grenand 1602 ; Jacquemin 1871 ; Oldeman et Tiburce 816 ; Prévost 3608.

Emplois

  • 56 Chez les Tikuna du haut Amazone, la décoction des feuilles associées à celles de Lippia alba (Verbé (...)

Les Créoles utilisent l’infusion des tiges et des feuilles, soit en breuvage rafraîchissant et digestif, soit pour soulager les douleurs intestinales. La même infusion serait également laxative56.

  • 57 Un usage identique a été noté chez les Aluku (Fleury, 1991).

Cette même espèce est utilisée chez les Palikur comme remède contre les maux de tête. Les parties aériennes sont préparées en décoction qui est bue ou sert à laver le front57.

Marsypianthes chamaedrys. Feuilles de ti baume blanc cachant un jeune iguane !

Marsypianthes chamaedrys. Feuilles de ti baume blanc cachant un jeune iguane !

Étymologie

Créole : ti bombe, « petit baume » (cf. supra à Hyptis atrorubens) et blanc, en raison du feuillage vert clair.

Palikur : de yaraira, « fourmi-manioc » et pna, « feuille », parce que les feuilles à nervures rouges ressemblent aux individus ailés des fourmis-manioc (Atta spp.).

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Ocimum campechianum P. Mill.

Synonymie

Ocimum micranthum Willd.

Noms vernaculaires

Créole : grand basilic [gran-bazili(k)], basilic [bazili(k)], fombazin [fonbazen], framboisien [fronbozié] (St-Georges).

Wayãpi paasili

Palikur : basiβan

Aluku sume wiwii.

Portugais alfavaca, remédio-de-vaqueiro.

Écologie, morphologie

  • 58 Quoique d’origine américaine, cette plante n’est probablement pas indigène à la Guyane. On remarque (...)

Herbe le plus souvent cultivée, commune partout en Guyane58

Collections de référence

Berton 163 ; De Granville 277 ; Grenand 68, 415 ; Jacquemin 1528, 1648

Emplois

  • 59 Un usage similaire a été trouvé par Schultes et Raffauf (1990) chez les Tikuna du haut Amazone.

Les graines et les feuilles de cette herbe aromatique, bien connue des Créoles, servent à préparer un collyre59. Le suc, obtenu par expression de 2 ou 3 feuilles pilées, est appliqué directement dans l’oeil irrité. Le même résultat est obtenu en plaçant des graines fines dans le coin de chaque œil.

Ocimum campechianum. Feuilles et fleurs de basilic

Ocimum campechianum. Feuilles et fleurs de basilic

La décoction des feuilles (en association ou non, selon Hay (1998), avec celles de Eryngium foelidum, Apiacées et de Ayapana triplinervis, Astéracées) constitue par ailleurs une tisane antigrippale.

  • 60 Fleury (1991) a trouvé chez les Aluku des usages identiques ou voisins contre la fièvre, la fièvre (...)

Chez les Wayãpi, la macération des feuilles écrasées est utilisée en lavage externe comme fébrifuge ; les feuilles froissées sont frottées sur le ventre pour calmer les coliques60.

Les feuilles sont également associées à d’autres plantes contre les Larvae migrans (cf. Bégonia glabra, Bégoniacées).

Chez les Palikur, on retrouve l’usage antigrippal tandis qu’associée aux feuilles de Lantana camara (Verbénacées), elle sert à préparer des bains tonifiants. Associée à la citronnelle (Cymbopogon citratus, Poacées), elle est préparée en tisane bue contre la nausée. Enfin les feuilles ramollies au feu sont pressées dans les oreilles pour soigner les otites.

Étymologie

Créole : basilic, cf. note infra ; fombazin et framboisien : altération de « framboisier » ; le port de la plante et l’aspect des inflorescences et des infrutescences rappellent ceux de l’arbuste européen.

Wayãpi : probablement altération de « basilic ».

Palikur : de basi, altération de « basilic » et βan, « feuille ».

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre renferment différents terpènes : camphre, eugénol, méthyleugénol, estragol.

Il a été démontré que l’huile essentielle de Ocimum basilicum L. diminue l’activité nerveuse cérébrospinale (Paris et Moyse, II, 1971).

Orthosiphon aristatus (Blume) Miq.

Noms vernaculaires

Créole : radié Oldeman, moustache de chat.

Wayãpi :

Palikur :

Écologie, morphologie

Arbuste ornemental initialement introduit au Surinam par les Indonésiens.

Collections de référence

Kodjoed 133 ; Prévost 3897.

Emplois

La tisane préparée avec les feuilles et les sommités fleuries est employée avec succès pour éliminer les calculs rénaux.

Orthosiphon aristatus. Inflorescence de moustache de chat

Orthosiphon aristatus. Inflorescence de moustache de chat

Son usage créole est récent et tend à se répandre grâce, en grande partie, au professeur Oldeman, qui fut pendant plusieurs années botaniste à l’Orstom en Guyane et contribua à la notoriété et à la diffusion de cette plante.

À Saint-Georges de l’Oyapock, cette espèce a récemment été signalée, tant chez les Créoles que les Palikur, comme traitement contre le diabète (Hay, 1998).

Chimie et pharmacologie

L’Orthosiphon est un diurétique énergique, inscrit dans de nombreuses pharmacopées et utilisée dans les cas de maladies des reins et de la vessie (Paris et Moyse, III, 1971).

Plectranthus amboinicus (Lour.) Launert

Synonymie

Coleus amboinicus Lour

Noms vernaculaires

Créole : grosse menthe [gros-mant], gros thym, thym pays [ten-péyi].

Créole antillais : gros bitin [gro-biten|.

Wayãpi :

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante cultivée introduite dont il existe de nombreuses variétés ornementales.

Collections de référence

Jacquemin 2600, Prévost 3435,

Emplois

L’infusion des feuilles constitue, pour les Créoles, une boisson digestive.

Étymologie

Créole : les feuilles sont très semblables à celles de la menthe mais de taille plus importante, d’où le nom de grosse menthe ; le terme de gros thym renvoie plutôt à l’odeur.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (4, 1966), cette espèce renferme des huiles essentielles contenant 43 % de carvacol et les feuilles accumulent de l’acide oxalique. Le jus de la plante écrasée serait efficace contre le choléra. Un nouveau diterpène : la forskoline a été isolé des racines de Coleus forskohlii, une plante proche cultivée dans certaines régions de l’Inde ; cette substance possède des propriétés cardiotoniques remarquables ; elle a aussi des effets antihypertenseur et antithrombotique, employé en milieu hospitalier dans certains pays (Singh et Tandon, 1982).

Plectranthus amboinicus. Feuilles du gros thym

Plectranthus amboinicus. Feuilles du gros thym

Famille Lauraceae

Aniba parviflora (Meissn.) Mez

Nom vernaculaire

  • 61 Cette espèce a été exploitée en Guyane de la même manière que Aniba rosaeodora.

Créole : bois de rose femelle [bwa-dé-roz-fimèl]61

Aniba rosaeodora Ducke

Synonymie

Aniba duckei Kosterm.

Noms vernaculaires

Créole : bois de rose [bwa-dé-roz], bois de rose mâle [bwa-dé-roz-mal].

Wayãpi : pauteloso, pilapuku’ɨ.

Palikur : —

Français : bois de rose.

Portugais : pau-rosa.

Écologie, morphologie

Arbre de taille petite à moyenne de la forêt primaire, devenu rare.

Collections de référence

De Granville et Burgot 4300 ; Prévost 3301 ; Prévost et Grenand 4317.

Emplois

Le bois de rose fournit une huile essentielle riche en linalol, un alcool terpénique très utilisé en cosmétologie.

Le type de cette espèce vient de Guyane française, la variété brésilienne étant Aniba rosaeodora var. amazonica.

Dans les années 1920, naquit une véritable industrie du bois de rose qui déclina, en Guyane, avec l’épuisement de la ressource et la concurrence du linalol de synthèse. Pourtant, le linalol naturel fait toujours l’objet d’un commerce destiné aux parfumeurs.

De plus, des études menées par les équipes de l’ird et du Cirad (Moretti et al, 2001) montrent que le bois de rose de Guyane est à plus de 90 % composé de linalol lévogyre, un produit réservé à la parfumerie haut de gamme, ce qui pourrait dans l’avenir susciter une relance de la demande et donc de la production, à condition toutefois que l’on abandonne la récolte en milieu naturel et que l’on maîtrise sa culture.

Étymologie

Créole : dois de rose, en raison de l’odeur émanant du tronc coupé ; en créole, dois de rose mâle, opposé à bois de rose femelle, indique que le premier (Anida rosaeodora) produit davantage d’essence.

Wayãpi : pauteloso, altération du portugais pau-rosa ; pilapuku’ɨ, « arbre du poisson long (Boulengerella lucia) », en raison de la feuille grande et allongée.

Kubitzikia mezii (Kosterm.) van der Werff

Synonymies

Systemodaphne geminiflora Mez ;

Systemodaphne mezii Kosterm.

Nom vernaculaire

Créole : —

  • 62 Dans le haut Oyapock, ce nom s’applique à un grand arbre, Ocotea schomburgkiana (Nees) Mez (Lescure (...)

Wayãpi : kwata pili62.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen peu commun en forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 2863.

Emplois

Chez les Wayãpi de Camopi, l’écorce à forte odeur de cannelle est préparée en décoction et bue comme vermifuge (ankylostomiase, ascaridiose...).

Étymologie

Wayãpi : kwata pili, de kwata, « singe atèle (Ateles paniscus) » et pili, « plante parfumée ».

Licaria cannella (Meissn.) Dosterm

Synonymies

Acrodiclidium canella (Meissn.) Mez ;

Licaria cayennensis (Meissn.) Kosterm.

Noms vernaculaires

  • 63 On appelle aussi bois cannelle ou cannelle grand bois, A buta grandifolia (Mart.) Sandw. (Ménisperm (...)

Créole : bois cannelle63, cèdre jaune [sèd-jonn],

Wayéãpi : ãyũ’ɨtawa.

Palikur : —

Portugais : louro-pirarucu

Écologie, morphologie

Grand arbre peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1440 ; Moretti 1372.

Emplois

  • 64 Plusieurs espèces de Lauracées aromatiques des genres Aniba, Ocotea, Licaria et Dicypellium, ont ét (...)

Il arrive que les Créoles emploient l’écorce comme succédané de la cannelle dont elle a l’odeur et dont elle aurait les vertus64. La décoction préparée avec cette écorce serait aphrodisiaque.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et cannelle (cf. ci-dessus). Wayãpi : de ãyũ’ɨ, « arbre de l’oiseau tangara archevêque » (Thraupis episcopus), terme générique s’appliquant à diverses Lauracées et tawa, « jaune », en raison de la couleur du bois.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme du dillapial ainsi que les cannellines a, b et c (Giesbrecht et al, 1974).

Licaria cannella. Tronc du bois cannelle

Licaria cannella. Tronc du bois cannelle

Ocotea cymbarum Kunth

Synonymies

Ocotea barcellensis (Meissn.) Mez ;

Nectandra cymbarum Nees.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : —

Palikur : tiri kamwi.

Portugais : louro-inhamuί, pau-de-gasolina.

Écologie, morphologie

  • 65 Dans les îles du bas Oyapock, cette espèce brésilienne semble atteindre sa limite septentrio-occide (...)

Arbre moyen de la forêt inondable, très rare en Guyane65.

Collections de référence

Grenand 1859 ; Jacquemin 2311.

Emplois

  • 66 On notera que selon Heckel (1897), cet arbre « entrerait d’après Martin, dans la composition du cur (...)

Cet arbre est surtout connu au Brésil pour ses exsudations utilisées comme substitut du pétrole lampant. Ses fruits sont considérés par les Palikur comme toxiques, produisant chez les humains des effets enivrants66. L’écorce préparée par dessication en petites quantités et réduite en poudre est un calmant contre les états de stress, les comportements dépressifs ou les mauvais rêves, en particulier après une fièvre due au paludisme ; elle est absorbée à raison d’une demi-cuillerée par jour.

Étymologie

Palikur : de tiri, « liane Gnetum paniculatum » (Gnétacées) (dont les fruits sont comestibles) et kamwi, « qui ressemble à ». Les fruits de Ocotea cymbarum ressemblent à ceux de Gnetum.

Chimie et pharmacologie

Du bois du tronc, on extrait une huile essentielle de composition semblable à l’essence de térébenthine ; elle renferme de l’α-phellandrène et surtout de l’a et β-pinène. Elle entre parfois dans la fabrication de l’huile dite « huile de sassafras de Santa Catarina », bien que celle-ci provienne habituellement de O cotea pretiosa (Nees) Mez. Le bois renferme des dimères de l’eugénol, du déhydrodieugénol et le déhydrodieugénol (Diaz et al. 1980). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Ocotea guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : feuille d’argent [féy-darjan], bois d’argent [bwa-darjan], cèdre d’argent [sèd-darjan| (St-Georges).

Wayãpi : ãyãũ’ɨ sili.

Palikur : wen, wen etni.

Portugais : folha-de-prata, louro-branco, louro-seda.

Écologie, morphologie

Arbre des recrus forestiers, reconnaissable à ses belles feuilles argentées.

Collections de référence

Berton 111 ; Grenand 2068 ; Moretti 724 ; Prévost 3857.

Emplois

  • 67 Cette plante médicinale, rarement signalée en tant que telle, a cependant été indiquée à Aublet il (...)

Les feuilles, de préférence celles des jeunes rameaux, sont employées chez les Créoles et les Palikur par les femmes sur le point d’accoucher. Elles sont préparées en décoction qui leur est administrée en bain de siège67.

Étymologie

Créole : feuille d’argent fait allusion à la coloration de la face inférieure des feuilles.

Wayãpi : ãyãũ’ɨ, « arbre de l’oiseau tangara archevêque », terme générique désignant diverses Lauracées, et sili. « fin », en raison de la forme oblongue des feuilles.

Palikur : de wen. « iguane à queue épineuse » (Uracentron azureum) et etni, « sa possession » ; ce lézard mange les jeunes feuilles d’Ocotea guianensis.

Chimie et pharmacologie

Le bois renferme des esters de l’acide férulique (Roque et al., 1976), et les écorces de tronc des sesquiterpènes, dont l’ocotealactol. Plusieurs espèces de ce même genre contiennent des alcaloïdes du type aporphine (Guinaudeau et ai, 1983).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Lecythidaceae

Couratari multiflora (J. E. Smith) Eyma

Synonymie

Couralari fagifolia Aublet

Noms vernaculaires

Créole : mahot cigare [mao-sigar], mahot cigale [mao-sigal] (Iracoubo).

Wayãpi : tawali pilã, akɨkɨpoa, tawalisĩ, kwatapoa.

Palikur : irimwi.

Portugais : tauarí-amarelo, tauarí-folha-miúda.

Écologie, morphologie

Très grand arbre assez commun en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1008, 3120 ; Moretti 470.

Emplois

  • 68 La plupart des Lécythidacées possèdent un liber épais se détachant en feuilles minces après avoir é (...)

Chez les Palikur et les Wayãpi, le liber68 sert à confectionner une cape à cigare brun clair, qui, en se consumant avec le tabac, donne au cigare amérindien son parfum particulier. Les Wayãpi lui attribuent de surcroît une propriété narcotique.

Ces cigares, qui atteignent 30 cm de long, ont, outre leur usage profane, une grande importance lors des séances de cure chamanique, car la fumée est, selon les Amérindiens, le chemin qu’empruntent les esprits pour venir assister le chamane. Ces usages sont identiques chez tous les Amérindiens des Guyanes.

Couratari multiflora

Couratari multiflora

Étymologie

Créole : de mahot, mot d’origine arawak désignant originellement Hibiscus tiliaceus L. (Malvacées) dont l’écorce se détache également facilement, et de cigare, en référence à l’utilisation.

Wayãpi : nous n’avons pas d’étymologie pour tawali, bien que ce mot soit commun dans les langues tupi-guarani. En revanche, les Wayãpi distinguent deux variétés de qualités différentes. La meilleure, akɨkɨpoa, signifie « [l’arbre] sur lequel saute le singe hurleur », la seconde, moins appréciée, kwatapoa, signifie « [l’arbre] sur lequel saute le singe atèle ».

Palikur : irim, « cigarette » et mwi, superlatif, « ce qui donne des cigarettes ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Couratari multiflora

Couratari multiflora

Gustavia augusta L.

Synonymie

Pirigara tetrapetala Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : bois pian [bwa-pian].

Wayãpi : a’ɨ walɨpɨ.

  • 69 Les Palikur donnent également ce nom à Lecythis zabucajo Aublet, mais n’utilisent que Gustavia augu (...)

Palikur : wakukwa adava69.

Portugais : jenipaporana, jeniparana, mucurão.

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen croissant en forêt primaire humide et en forêt secondaire.

Collections de référence

Berton 131 ; Grenand 749 ; Lescure 284 ; Moretti 1364 ; Prévost 1365, 3452.

Emplois

À Saint-Georges, les Créoles utilisent le liber mélangé à du kaolin (té blan) dans l’eau froide pour en faire un remède, bu par les enfants, contre les vomissements. Le liber peut être remplacé par les jeunes feuilles.

  • 70 Chez les Urubu-Ka’apor, cette espèce est utilisée comme cicatrisant et pour soigner la leishmaniose(...)

Chez les Palikur, les fruits (amandes), l’écorce ou les jeunes feuilles sont utilisées en emplâtre contre la leishmaniose70.

Cette espèce est également un remède contre l’étourderie (wakukwakan, litt. « comme le capucin brun ») : le jus extrait de l’écorce et des feuilles est bu dans la coque du fruit de canari macague, Lecythis zabucajo Aubl.

Gustavia augusta. Fleur de bois pian

Gustavia augusta. Fleur de bois pian

Étymologie

Créole : le mot pian signifiant à la fois « puant » et « sarigue » (Didelphis marsupialis) dont l’odeur est nauséabonde, le nom créole de l’arbre renvoie à la mauvaise odeur de son bois.

Wayãpi : de a’ɨ, « paresseux » et walɨpɨ « jarre à bière de manioc ».

Le paresseux mange les feuilles de Gustavia dont le fruit ressemble à un pot.

Palikur : de wakukwa, « singe capucin brun (Cebus apella) » et adava, « jarre à bière de manioc ». Les capucins bruns mangent ces fruits.

Chimie et pharmacologie

Les extraits hydro-alcooliques des amandes, comme les écorces de tronc, n’ont pas montré d’activité antileishmanienne in vitro sur cellules de macrophages infectés (travaux de l’équipe Ird, non publiés).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Gustavia augusta. Fruits de bois pian

Gustavia augusta. Fruits de bois pian

Famille Liliaceae

Aloe vera (L.) Burm. f.

Synonymie

Aloe barbadensis Mill.

Noms vernaculaires

Créole : aloé [lalwès, lalowès].

Palikur : punamna arib.

Wayãpi :

Français : aloès.

Portugais : babosa.

Écologie, morphologie

Plante anciennement introduite des régions méditerranéennes et essentiellement cultivée.

Collections de référence

Berton 267 ; Moretti 113.

Emplois

Les feuilles en macération dans de l’eau produisant une substance gluante, sont pour les Créoles un remède contre les blesses.

Employée comme émollient, la tisane serait abortive. Pour empêcher les enfants de sucer leur pouce, on enduit celui-ci de la même macération. Le Dr Richard (1937) indique de surcroît cette plante pour soigner en usage interne la gonococcie et en usage externe les ulcères de leishmaniose.

Les Palikur préparent avec les feuilles charnues une décoction bue contre le diabète (Berton, 1997).

Chimie et pharmacologie

Les propriétés purgatives sont connues depuis longtemps. Elles sont dues à des dérivés anthracéniques.

Les feuilles auraient effectivement une action antiovulatoire (Kambay et Dhawan, 1982).

Les propriétés antiradicalaires de l’aloès sont largement mises à profit en dermo-cosmétique.

Crinum erubescens L. f. ex Solander

Synonymies

Crinum commelyni Jacq. ;

Crinum lindleyanum Schult. f. ex Seub.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : diridiriβie.

Portugais : açucena-d’agua.

Écologie, morphologie

Plante herbacée commune au bord du cours inférieur des fleuves de Guyane, en peuplement dense sur les berges vaseuses.

Collection de référence

Moretti 1140.

Emplois

Le bulbe gratté est utilisé par les Palikur pour aider à l’extraction de différentes larves qui parasitent l’épiderme de l’homme (et des mammifères en général) et dont la principale est Dermatobia hominis (créole : ver macaque ; Wayãpi : uu ; Palikur : wakukwateya ; portugais : bicho-berne). La pulpe est appliquée sur l’orifice de respiration de la larve ; celle-ci s’asphyxie et desserre les crochets qui la retiennent. Elle peut alors être aisément extraite par pression.

Étymologie

Palikur : de diridiri, « orage » et βie, de aβan, « plante », « plante de l’orage », car les lys fleurissent après l’orage.

Chimie et pharmacologie

Ce genre est connu pour ses alcaloïdes du type acétyllycorine, ambelline, crinine, lycorine présents dans les bulbes (Hegnauer, 1, 1962). Ils confèrent aux espèces de ce genre une toxicité non négligeable bien qu’apparemment sans gravité selon Bruneton (1996). La lycorine agit aussi sur les protozoaires, et la dihydrolycorine a été employée dans le traitement de l’amibiase (Kerharo et Adam, 1974).

Curculigo scorzonerifolia (Lam.) Baker

Synonymie

Hypoxis scorzonerifolia Lam.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ya’ɨlala poã, ya’ɨlalaɨ poã.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante rudérale souvent entretenue près des habitations.

Collection de référence

Sastre 165.

Curculigo scorzonerifolia

Curculigo scorzonerifolia

Emplois

  • 71 Pour les Yawalipiti du haut Xingu (Brésil), le rhizome de cette plante possède des propriétés ferti (...)

Cf. utilisation à Caladium bicolor, Aracées71.

Hippeastrum puniceum (Lam.) Kuntze

Synonymies

Hippeastrum equestre (Ait.) Herbert ;

Amaryllis punicea Lam.

Noms vernaculaires

Créole : lili rouge

Wayãpi : yemokay poã.

Palikur : diridiriβie amuta.

Français : amaryllis.

Portugais : lίrio, cebola-berrante.

Écologie, morphologie

  • 72 Spontanée et abondante sur la côte guyanaise, cette plante n’est connue qu’en deux stations en pays (...)

Plante herbacée des savanes, souvent cultivée comme plante ornementale72.

Collections de référence

Gély 67 ; Moretti 1359 ;

De Granville et Tiburce 1114 ;

Prévost et Grenand 1995.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette plante comme émétique pour inciter les chiens à chasser. Ils en écrasent le bulbe cru et le mélangent à du foie de mammifère cuit.

  • 73 Diverses espèces du genre Hippeastrum auraient servi à préparer des poisons de chasse dans le Brési (...)

Servie aux chiens, la mixture les fait vomir et passe pour les rendre aptes à partir en chasse73.

Étymologie

Créole : lili rouge de l’anglais lily, « lys » et rouge, en raison de la couleur des fleurs. Wayãpi : de yemokay, « chasser (pour un chien) » et poã. « remède », « la potion de chasse des chiens ».

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre renferment des alcaloïdes du type lycorine (Hegnauer (2), 1963).

Se reporter à Crinum erubescens.

Hippeastrum puniceum. Fleur de lili rouge

Hippeastrum puniceum. Fleur de lili rouge

Hippeastrum puniceum. Bulbe de lili rouge

Hippeastrum puniceum. Bulbe de lili rouge

Hymenocallis tubiflora Salisb.

Synonymies

Hymenocallis petiolata (Willd. ex Schult.) M. Roem. ; Pancratium tubiflorum (Salisb.) Schultes ; Pancratium guianense Gawl.

Noms vernaculaires

Créole : oignon gly [zongnon-dli, zongnon-gli].

Créole sainte-lucien : lily sauvage.

Wayãpi : sowo alɨpɨka’i.

Palikur : diridiriβie.

Écologie, morphologie

Plante herbacée commune dans les bas-fonds humides de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 459, 630, 1653 bis ; Jacquemin 1596, 1743 ; Prévost 3059

Emplois

  • 74 À Trinidad, les infusions de bulbe sont absorbées comme vomitif ou pour soigner l’asthme. On utilis (...)

Chez les Wayãpi, cette plante est utilisée en remède externe pour réduire les rates hypertrophiées (le plus souvent liées au paludisme). Les feuilles épaisses, ramollies à la flamme afin d’en exprimer la sève, sont appliquées sur l’emplacement de la rate. Préparées de la même manière, elles servent aussi à faire mûrir les abcès cutanés. Les Palikur donnent à cette plante le même nom qu’à Crinum erubescens et l’utilisent de la même manière74.

Étymologie

Créole : oignon gly est dérivé de « oignon de lys » (Hodge et Taylor, 1957).

Wayãpi : de sowo, « herbe Olyra latifolia L., Poacées », alɨpɨ, « cou » et ka’i, de kwã’i, « très étroit », « l’herbe Olyra au cou très étroit », en raison de son feuillage similaire et surtout de sa longue fleur à la fine corolle tubulaire.

Chimie et pharmacologie

Les espèces du genre Hymenocallis renferment deux alcaloïdes : l’hæmanthamine et la lycorine. Cette dernière substance possède des propriétés antimitotiques, antiamariles et bactéricides (Wong, 1976).

Pour les propriétés de la lycorine, se reporter à Crinum erubescens.

Hymenocallis tubiflora. Oignon gly en fleur

Hymenocallis tubiflora. Oignon gly en fleur

Famille Loganiaceae

Potalia amara Aublet75

  • 75 Dans la nouvelle édition de la Preliminary Checklist of the Plants of the Guiana Shield (2001), cet (...)

Noms vernaculaires

Créole : mavévé grand bois [mavévé-gran-bwa].

Wayãpi : anɨlapoy.

Palikur : aβatni awak nopsisa.

Portugais : anabi, pau-de-cobra.

Écologie, morphologie

Arbuste commun dans le sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 3, 735, 3173 ; Jacquemin 1689 ; Moretti 93, 1391.

Emplois

  • 76 Cette espèce est citée dans la littérature concernant le Brésil et les Guyanes pour ses usages anti (...)

Nous sommes ici en présence d’une plante typique des pharmacopées amazoniennes76. Chez les Créoles et les Wayãpi, les parties aériennes sont préparées en décoction fébrifuge qui est bue chez les premiers et utilisée en bain chez les seconds.

Chez les Palikur, les jeunes feuilles, et parfois les rameaux écrasés sont un remède contre les enflures causées par du pus (wahau) et les abcès profonds (tukuke).

Mis à exsuder à la flamme puis imbibés d’huile de carapa (cf. Carapa guianensis, Méliacées), ils sont appliqués locodolenti en cataplasme.

Ce remède est parfois associé à l’écorce de mitiku (cf. Erythrina fusca, Papilionacées). Pour un remède traitant le diabète, cf. à Picrolemma sprucei, Simaroubacées.

Potalia amara. Fruits du mavévé grand bois

Potalia amara. Fruits du mavévé grand bois

Étymologie

Créole : mavévé, terme générique pour diverses plantes médicinales (cf. Solanacées et Flacourtiacées) et grand bois, « forêt primaire », « le mavévé de la forêt primaire ». Wayãpi : de anɨla, « chauve-souris » et poy, « se disperser », c’est-à-dire : « [l’arbre pour lequel] les chauves-souris se dispersent », parce que le soir elles sillonnent le sous-bois à la recherche des fruits de cet arbuste. Palikur : de aβatni, « spizaète (Spizaetus ornatus) », awak, « patte » et nopsisa, « petite » : « petite patte de l’oiseau spizaète », en raison de la forme de l’inflorescence et parce qu’il s’agit d’un arbuste ; cf. aussi Siparuna pachyantha, Monimiacées.

Chimie et pharmacologie

La réaction positive que l’on observe pour les alcaloïdes est probablement due à un artefact résultant de l’action de l’ammoniaque sur des composés du type swertiamarine.

Ces composés appartenant au groupe chimique des iridoïdes sont fréquents dans les espèces de cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Spigelia anthélmia L.

Noms vernaculaires

Créole : brinvillière [brenviyèr], herbe à la Brinvilliers (Heckel, 1897).

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : arapabaca, erva-lombrigueira.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale assez commune.

Collection de référence

Grenand 1539.

Emplois

  • 77 Cet usage est connu au Venezuela ; dans ce pays on s’en sert également pour soigner les rhumatismes (...)

Pour les Créoles, cette plante vénéneuse a la réputation d’avoir été employée (l’est-elle encore ?) comme poison. Elle est par ailleurs principalement utilisée en petite dose comme vermifuge77.

Étymologie

Créole : brinvillière ou herbe à la Brinvilliers, fait allusion à la célèbre empoisonneuse du XVIIe siècle, dont les crimes firent des remous à la cour de Louis XIV.

Chimie et pharmacologie

Cette plante renferme des alcaloïdes, dont l’isoquinoline et des iridoïdes du type actinidine : ces substances seraient responsables de l’activité cardiotonique de la plante et par là-même de sa toxicité (Wagner et al. 1986). La dl 50 de la plante entière est de 222 mg/kg (voie intrapéritonnéale sur la souris) (Esposito-Avela et al., 1985).

Spigelia anthelmia

Spigelia anthelmia

Spigelia anthelmia

Spigelia anthelmia

Spigelia multispica Steud.

Noms vernaculaires

Créole : brinvillière [brenviyèr].

Wayãpi : —

Palikur : kanayumna kamwi, kaibune arib.

Écologie, morphologie

Plante herbacée du sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1848 ; Grenand et Prévost 2001 ; Jacquemin 2304 ; Kodjoed 112 ; Moretti 879.

Emplois

Moins connue que l’espèce précédente dont elle se distingue par son port plus élevé et son habitat forestier, cette espèce est utilisée par les Palikur en association avec Piper oblongifolium (Pipéracées).

Les Créoles la nomment et l’utilisent comme l’espèce précédente.

Étymologie

Palikur : kanayumna kamwi, de kanayumna, « plante Petiveria alliacea » (Phytolaccacées) et kamwi, « qui ressemble à », « faux Petiveria », en raison de la ressemblance du port des deux espèces ; kaibune arib, de kaibune, « serpent » et arib, « queue », « queue de serpent », en raison de la forme de l’inflorescence.

Chimie et pharmacologie

La réaction positive que l’on observe pour les alcaloïdes est probablement due à un artefact résultant de l’action de l’ammoniaque sur des composés du type iridoïdes, assez fréquent dans cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Spigelia multispica

Spigelia multispica

Strychnos erichsonii M. R. Schomb. ex Progel

Synonymies

Strychnos bovetiana Pires ; Strychnos urbanii Barb. Rodr.

Noms vernaculaires

Créole : dobouldoi [dobouldwa], dobouldoi rouge [dobouldwa-rouj], daboudoi [daboudwa].

Wayãpi : wɨlamo’ɨ.

Palikur : ihip iβatye.

Aluku : makuende tetei, dobudwa.

Saramaka : ledi dobuldwa.

Écologie, morphologie

Liane assez fréquente en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1492, 1672 ; Moretti 489, 783, 1079.

Emplois

Cette liane est un aphrodisiaque réputé chez les Saramaka du Surinam et les Aluku du Maroni (Fleury, 1991), d’où il est passé chez les Créoles de Guyane.

Les guérisseurs distinguent plusieurs variétés : dobouhldoi rouge, dobouldoi blanc, correspondant peut-être à des variétés de cette espèce ou à d’autres espèces de Strychnos.

La plus réputée est le dobouldoi rouge.

  • 78 L’usage de cet aphrodisiaque, bien que limité en Guyane française, tend à se répandre et il convien (...)

L’écorce est mise à macérer dans le rhum (tafia). Cette drogue est considérée comme plus efficace que le bois bandé (cf. Ptychopetalum olacoides, Olacacées), les deux plantes intervenant souvent dans la même préparation78.

Strychnos erichsonii

Strychnos erichsonii

Étymologie

Créole : de l’anglais devil doer, « faiseur de diableries », plante utilisée pour les rituels magiques et comme aphrodisiaque en Guyana (Dance, in Roth, 1924). En Guyana, ce nom est appliqué à la présente espèce ainsi qu’à Strychnos mitscherlichii M. R. Schomb. (van Andel, 2000). Wayãpi : wɨla, « arbre » et mo’ɨ, « perle », car on monte les graines en collier. Palikur : de ihip, « liane » et iβatye, « dure », en raison de la dureté de la tige.

Chimie et pharmacologie

Les alcaloïdes de cette espèce sont déjà signalés par King (1949) comme étant très instables. Nous avons pensé qu’il pouvait être intéressant d’entreprendre leur étude et celle de leurs propriétés pharmacologiques : huit alcaloïdes ont été isolés des écorces de tige. Les alcaloïdes séparés sont : désacétyl diaboline, diaboline, 11-méthoxy diaboline, henningsanine, condensamine, 17-0 éthyl diaboline, 11-0 méthyl 17-0 éthyl diaboline et un alcaloïde original, l’érichsoniine (du type vobasine). L’étude pharmacologique menée par le laboratoire Roger-Bellon a montré que les activités rencontrées sont dues à la présence des dérivés de la diaboline. L’érichsoniine s’est avérée atoxique et inactive. L’extrait des feuilles est analgésique (test de Siegmund), tandis que les écorces de tige augmentent la motilité (s.n.c.) ; elles sont de plus spasmolytiques (Forgacs et al, 1986).

  • 79 Pourtant Schultes et Raffauf (1990) indiquent que cette espèce est l’une des sources principales de (...)

La toxicité de cette espèce est faible pour un Strychnos à alcaloïdes : dlo > 1 mg/kg par voie orale et pour les différents extraits préparés79 ; cependant, compte tenu d’une possible variation saisonnière de la teneur en certains alcaloïdes toxiques, son usage comme aphrodisiaque n’est sans doute pas sans danger.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Strychnos glabra Sagot

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wɨlali, lali.

Palikur :

Portugais : urari.

Français : curare.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux présent en forêt primaire et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 368, 658

Emplois

Cf. infra, usages de cette plante identiques à Strychnos guianensis.

Strychnos guianensis (Aubl.) Mart.

Synonymies

Rouhamon guianensis Aublet ;

Strychnos curare (Kunth) Benth. ;

Strychnos rouhamon Benth.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wɨlali, lali.

Palikur : ihip iβatye.

Wayana : ulalimö.

Portugais : urari.

Français : curare.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux assez commun en végétation ripicole et en forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand 1284 ; lacquemin 1793 ; Oldeman et Tiburce 781 ; Moretti 830, 857 ; Prévost 1381.

Strychnos guianensis

Strychnos guianensis

Emplois

Les Strychnos curarisants sont des plantes très connues, étudiées scientifiquement pour l’essentiel au cours des deux derniers siècles, et nous nous contenterons ici de préciser leur position et leur utilisation en Guyane.

Leur usage comme poison de chasse est actuellement totalement ignoré des Palikur qui les confondent parfois avec les Abuta (Ménispermacées). Les Kali’na évoquent l’utilisation ancienne de ces poisons à travers la mythologie, montrant qu’ils se procuraient le curare chez les populations de l’intérieur des Guyanes (Ahlbrinck, ([1931] 1956).

C’est donc sur le plateau des Guyanes qu’existait, de l’Orénoque à l’Oyapock, un vaste complexe de fabrication des curares à base de Strycfmos. Précisons que s’il existait un peu partout dans cette région, l’usage des curares a tendance à se restreindre, remplacé par celui des armes à feu.

Si dans l’ouest des Guyanes, l’usage du curare est associé soit à l’arc, soit à la sarbacane, dans l’est, au contraire, il est lié strictement à l’arc. Le type de flèche employé avec le curare possède en général une pointe lancéolée gracile, amovible chez les Tiriyo, ou incisée pour casser dans la plaie, chez les Wayãpi.

Parmi les cinq ethnies habitant actuellement l’est du plateau des Guyanes (Tiriyo, Wayana, Aparai, Emerillon et Wayãpi), toutes ont utilisé le curare au cours des cent dernières années, mais seuls les Tiriyo et les Wayãpi semblent l’avoir couramment fabriqué.

Le cas des Wayana est un peu particulier, puisque la meilleure description de préparation de curare a été faite chez eux par Crevaux (1883), alors même que le préparateur disait tenir tout récemment son savoir des Tiriyo. Les Wayana contemporains déclarent par ailleurs avoir acheté l’essentiel de leur curare aux Tiriyo. La préparation que nous avons observée chez les Wayãpi du haut Oyapock, correspond grosso modo à celle observée par Crevaux (ibid.) chez les Wayana. Nous présenterons donc nos observations en faisant quelques références comparatives à cet auteur.

Selon l’une des terminologies actuellement en vigueur (Vellard, 1965 ; Biocca, 1968), il s’agit de curare par ébullition.

Quatre Strycfmos sont utilisés par les Wayãpi, quoique Strycfmos guianensis soit le plus commun. Il en va de même pour les Tiriyo et les Wayana, bien que Geyskes (1957) cite pour ces derniers d’autres plantes de base, Abuta grandifolia (Ménispermacées), Smilax schomburgkiana (Smilacacées) et Strycfmos erichsonii (Loganiacées), espèces connues chez d’autres ethnies... pour leurs propriétés aphrodisiaques.

Chez les Wayãpi, l’opération est solitaire, de la récolte au produit final. Les racines seules sont prélevées ; chez les Wayana, celles-ci étaient mises à tremper pendant 24 heures, ce qui n’est pas le cas chez les Wayãpi, où elles sont directement raclées. Parallèlement, du piment est mis à sécher. Les raclures de curare et les piments sont alors disposés dans un pot et couverts d’eau. Le tout est porté à ébullition. À ce stade, sont ajoutés des fragments de Piper oblongifolium (Pipéracées) et particulièrement les racines au goût brûlant. Piment et Piper sont considérés comme rendant le curare plus fort.

La préparation des Wayana observée par Crevaux était un peu plus complexe. Plusieurs Piper, malheureusement non identifiés, furent battus et exprimés dans l’eau froide ; une opération similaire fut répétée avec les palmes de parasa (non identifié, mais peut-être Socratea exorrhiza, Arécacées), qui donna un liquide moussant. Les raclures de Strychnos furent ensuite exprimées dans cette émulsion. Le liquide final et celui des Piper, tamisés ensemble puis additionnés de piment sec, furent portés à ébullition pendant dix minutes, mis à sécher au soleil, humectés puis séchés à nouveau. Chez les Wayãpi, l’ébullition est longue et le produit final, noir et pâteux. Pendant la période de fabrication du curare, Wayana et Wayãpi jeûnaient, cependant que ces derniers seuls consommaient le poisson mani’isĩ (Pimelodella cristata) aux nageoires venimeuses, afin de rendre le poison plus toxique.

Étymologie

Tous les mots vernaculaires sont des variantes d’un même terme propre aux langues Karib ayant diffusé dans toute l’Amazonie septentrionale, y compris dans les langues nationales.

Tableau VIII Activité curarusante et alcaloïdes de quatre Strychnos guyanais d’après KRUKOFF (Lloydia, 1972, 35 : 193-310)

Espèces

Effet curarisant

Alcaloïdes

S. glabra

Alcaloïdes avec action sur le SNC

S. guianensis

+++

Guiacurarine I-VIII, guianine, guiacurine
C-curarine, érythrocurarine I et II

S. tomentosa

++

C-alcaloïdes E, C-toxiférine I
C-fluorocurine.
C-curarine
C-fluorocurinine

S. toxifera

+++

C-toxiférine I-XII
C-toxiférine I et II, la et Ib
C-toxiférine I, caracurine l-VIII nor-dihydrotoxiférine I
C-toxiférine I, macusine A, B et C
C-mavacurine, fedamazine

Chimie et pharmacologie

Strychnos guianensis est, avec Strychnos glabra, S. oiapocensis, S. tomentosa et S. toxifera, l’une des cinq espèces du genre dont nous avons relevé l’emploi dans la préparation du curare. Ces cinq espèces ainsi que d’autres du même genre, ont été étudiées depuis longtemps pour leur action curarisante : elles sont les constituants actifs des « curares à calebasse », dénommés ainsi parce qu’ils sont préparés et conservés dans les fruits du calebassier (Crescentia cujete L., Bignoniacées).

Nous indiquons d’après Krukoff (1972), dans le tableau VIII, les alcaloïdes isolés de quatre des cinq espèces et qui leur confèrent une grande toxicité : I gramme de toxiférine peut paralyser 5 millions de souris.

Ce sont les bases quaternaires qui sont responsables des propriétés curarisantes. Les tests chimiques que nous avons effectués montrent que la teneur en alcaloïdes est variable suivant les échantillons.

Cette variabilité est déjà signalée par Krukoff (ibid.).

Nous ne décrirons pas les symptômes observés ; ils sont détaillés dans tous les ouvrages classiques de pharmacologie et de toxicologie. Signalons simplement que les Strychnos n’ont connu que très peu d’applications thérapeutiques du fait, probablement, de leur trop grande toxicité.

Strychnos oiapocensis Frόes

Noms vernaculaires

Créole : dobouldoi.

Wayãpi : wɨlali.

  • 80 Ce nom est également donné par les Palikur à Abuta grandifolia (Ménispermacées). L’usage de ce Stry (...)

Palikur : ihip iβatye80.

Saramaka : dobuldwa.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 174 ; Grenand et Prévost 1956, 2054 ; Moretti 458.

Strychnos oiapocensis. Feuilles et fruit d’un dobouldoi

Strychnos oiapocensis. Feuilles et fruit d’un dobouldoi

Emplois

  • 81 Concernant l’utilisation similaire de cette espèce à Surinam, cf. supra Strychnos erichsonii.

Les Palikur préparent l’écorce des racines en décoction qu’ils boivent comme aphrodisiaque. Pour les doses quotidiennes, cf. Smilax (Smilacacées)81. Chez les Wayãpi, il est utilisé comme Strychnos guianensis.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Strychnos tomentosa Benth.

Noms vernaculaires

Créole : wɨlali, lali.

Portugais : urari.

Français : curare.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux observé en forêt secondaire et semblant plutôt rare.

Collection de référence

Grenand 1565.

Emplois

Cf. supra, usages de cette plante identiques à Strychnos guianensis.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage

Strychnos toxifera Rob. Schomb. ex Benth.

Synonymie

Strychnos syntoxica Sprague et Sandw.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wilali piyu, wɨlali sili.

Palikur :

Écologie, morphologie

  • 82 Cette espèce semble particulièrement utilisée dans la fabrication de curare chez les Amérindiens de (...)

Liane rare en forêt primaire82.

Collection de référence

Lescure 351.

Emplois

Cette espèce, distinguée par les Wayãpi des autres Strychnos curarisants, est cependant utilisée de la même façon.

Étymologie

Wayãpi : wilali piyũ, « curare noir », en raison de la couleur de la tige ; wilali sili, « curare fin », en raison de la petitesse des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Cf. supra, usages de cette plante identiques à Strychnos guianensis.

Famille Loranthaceae

Oryctantus florulentus (L. C. Rich.) Urb.

Noms vernaculaires

Créole : caca zozo [kaka-zozo].

Wayãpi : wilatãyĩ leposi.

Palikur : wairusis |3ey.

Aluku : pikin foo kaka.

Portugais : erva-de-passarinho.

Français : gui (terme générique).

Écologie, morphologie

Plantes épiphytes communes surtout sur les arbres des zones ouvertes.

Collections de référence

Grenand 1624 ;

Jacquemin 2287.

Emplois

Comme le gui européen (Viscum album L), les Loranthacées américaines, en général confondues sous un seul nom, trouvent çà et là diverses utilisations médicinales ou magiques (Le Cointe, 1, 1922 ; Hodge et Taylor, 1957).

  • 83 Il s’agit aussi bien de fracture sur les humains que sur les animaux que l’on capture dans le but d (...)

Chez les Palikur et les Créoles de St-Georges de l’Oyapock, l’espèce, associée ou non à des Marcgravia (Marcgraviacées), est utilisée pour réduire les fractures fermées83 et les entorses. La plante entière est pilée et appliquée en emplâtre sur le membre fracturé qui est immobilisé avec des attelles en roseau à flèche (Gynerium sagittatum, Poacées).

Chez les Palikur encore, la décoction des feuilles et des tiges est un abortif, absorbé à raison de trois prises par jour pendant deux jours.

Étymologie

Créole : caca zozo, « fiente d’oiseau ».

Wayãpi : wilatãyï leposi, de wilatãyĩ, « oiseau Euphonia violacea » et leposi, « fiente », « fiente d’oiseau Euphonia ».

Palikur : wairusis vey, de wairu, « oiseau Myiozetetes cayanensis », sis, « fiente » et βey, « remède », « la plante de la fiente de Myiozetetes cayanensis ». Ces noms font tout trois référence à la dispersion des graines par les oiseaux.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Phthirusa sp.

Noms vernaculaires

Cf. Oryctanthus florulentus.

Écologie, morphologie

Cf. Oryctanthus florulentus.

Collection de référence

Grenand 1635.

Emplois

Cette espèce est utilisée par les Palikur comme Oryctanthus florulentus.

Phthirusa micrantha. Fruit d’un caca zozo qui, comme son nom l’indique, est disséminé par les oiseaux

Phthirusa micrantha. Fruit d’un caca zozo qui, comme son nom l’indique, est disséminé par les oiseaux

Psittacanthus spp.

Noms vernaculaires

Cf. Oryctanthus florulentus.

Écologie, morphologie

Plantes épiphytes communes surtout sur les arbres des zones ouvertes.

Collections de référence

Grenand 1363, 1836 ; Prévost 1360.

Emplois

Ces espèces sont utilisées par les Palikur comme Oryctanthus florulentus.

Psittacanthus cucullaris. Fleurs aux couleurs attractives d’un caca zozo

Psittacanthus cucullaris. Fleurs aux couleurs attractives d’un caca zozo

Famille Lythraceae

Cuphea carthagenensis (Jacq.) Macbr.

Noms vernaculaires

  • 84 Cette espèce est confondue par les populations utilisatrices avec Cuphea blackii Lourteig (de Granv (...)

Créole : radié raide [radjé-rèd]84.

Wayãpi : —

Palikur : tip aβeya, datki vie.

Écologie, morphologie

Sous-arbrisseau assez commun croissant soit en savane, soit en végétation rudérale.

Il est parfois cultivé.

Collections de référence

Jacquemin 1626 ; Moretti 475 ; Prévost 3878.

Emplois

Les parties aériennes préparées en macération dans le rhum sont utilisées par les Créoles en usage externe pour soigner les foulures. Les feuilles écrasées préparées en macération ou en décoction sont un remède bu contre la toux.

Les Palikur préparent avec cette plante et l’eau qui coule sur les inselbergs une décoction dans laquelle on jette un cristal de roche (tip ket). Le liquide utilisé en bain (on y plonge aussi les vêtements de la personne concernée) est sensé conférer une résistance à toute épreuve et protéger contre les accidents.

Étymologie

Créole : de radié, « petite plante » et raide, « rigide », en référence au port de cette espèce. Palikur : de tip, « roche » et aβeya, « petite plante », « la petite plante des roches », parce qu’elle vit dans les savanes rocheuses ; datki vie, de datki, « puissance |de la roche] » et vie, de aβey, « remède ».

Chimie et pharmacologie

Toutes les espèces de cette famille sont riches en pigments flavoniques (cf. travaux de R. Paris et de son équipe). Perrot (1944) signale que deux espèces voisines sont utilisées en Amérique latine comme dépuratif et sudorifique. Gupta et ses collaborateurs ont isolé au Panama un triterpène proche du épi-friedilénol, présent dans toutes les espèces du genre, qu’ils ont appelé le carthaginol.

Cuphea carthagenensis renferme aussi les acides ursolique et myristique (Gupta, 1995).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Notes

1 À titre indicatif, les Doliocarpus collectés par notre équipe sont :

  • Doliocarpus brevipedicellatus Garcke (Grenand 608) ;

  • Doliocarpus dentatus (Aubl.) Standl. (Gr. 1464) ;

  • Doliocarpus paraensis Sleumer (Oldeman 3094) ;

  • Doliocarpus sp. (Grenand 3271 ; Moretti 768).

2 Aublet signale sous le nom de liane rouge des Tigarea (actuellement autant Tetracera que Doliocarpus) dont la sève était alors utilisée comme dépuratif (in Devez, 1932).

3 La tige ou la sève d'un Doliocarpus non identifié sont utilisées par les Aluku, pour soigner les douleurs abdominales, la blennorragie et les morsures de serpent (Fleury, 1991). Les Urubu-Ka'apor utilisent la sève des Davilla et des Doliocarpus comme tonique (Balée, 1994).
En Guyana, les tiges de plusieurs Dilléniacées (dont Tetracera volubilis L.), en association ou non avec d'autres plantes telles que Strychnos spp. (Loganiacées) et Smilax schomburgkiana (Smilacacée), sont considérées comme un puissant aphrodisiaque (van Andel, 2000).

4 Les Diospyros sont rarement signalés comme plantes médicinales. Pourtant les espèces Diospyros guianensis et Diospyros ierensis Britton (= D. cayennensis A. DC.) sont citées à plus de deux siècles d'intervalle pour leur utilisation de l’écorce comme fébrifuge par les Kali'na (Aublet, 1775) et en Guyana Johnston et Colouhoun, 1996 ; van Andel, 2000).

5 Cette famille manque d’une révision taxonomique depuis une cinquantaine d’années.

6 S. Mori l’a également collecté à Saül et le désigne comme Sloanea sp. B (Mori et al. 2002). Il s'agit probablement d’une espèce nouvelle.

7 Le même nom est également donné à Laportea aestuans (L.) Chew, Urticacées, dont les usages sont pourtant différents.

8 Cet arbrisseau poilu, aux feuilles trilobées et aux fleurs blanches est très caractéristique des zones dégradées entourant les villes et villages de la côte ; nous ne l'avons jamais observé dans l'intérieur du pays.

9 Cette petite plante aux feuilles couleur de lie de vin, ainsi que les espèces suivantes, sont caractéristiques des terrains argileux régulièrement désherbés, telles les allées ou les places de village.

10 Chez les Aluku, on note un usage proche pour soigner les douleurs abdominales et la dysenterie amibienne (Fleury, 1991).

11 Cette espèce peut être confondue avec Euphorbia prostrata Aiton, présente dans les mêmes milieux en Guyane (Fournet 141, Ducatillon et Gély 52) et dont les usages sont probablement identiques.

12 Chez les Aluku, cette espèce est une véritable panacée, Fleury (1991) relevant onze usages médicinaux différents.

13 Il existe une certaine confusion entre la répartition géographique et l’aire d'utilisation de cette espèce et celles du mancenillier (Hippomane mancenilla L.), autre Euphorbiacée à latex également employée jadis comme poison de guerre. Cette confusion a été entretenue par l'ouvrage de Vellard, Histoire du curare (1965), où l’on lit que le mancenillier fournissait, aux XVIe et XVIIe siècles, l'essentiel des poisons de guerre amazoniens.
Or l'examen de diverses flores néotropicales révèle que le mancenillier est absent du massif forestier guyano-amazonien. Son habitat est limité à l'aire caraïbe (îles et côtes du golfe du Mexique et d'Amérique centrale), où il croît dans les forêts sèches du littoral (Grisebach, 1864 ; Record et Hess, 1943 ; Allen, 1977). Dans cette zone, il semble n'avoir été utilisé que par les Caraïbes des Petites Antilles (Hodge et Taylor, 1957).

14 J. Chanel, maire émerillon de Camopi, nous a même indiqué que la chute d'un arbre de cette espèce dans une crique pouvait en empoisonner l’eau. Soulignons que Hura crepitans nous a été donné comme ichtyotoxique par des personnes appartenant tant à des communautés amérindiennes que caboclas d’Amazonie centrale. Cet usage est aussi généralisé en Amazonie péruvienne et bolivienne (Schultes et Raffauf, 1990 ; C. Moretti, com. pers.)

15 Des usages similaires ont été trouvés par le Dr Richard en 1937 chez les mineurs Sainte-Luciens de la région de Saint-Élie. Les Tikuna du haut Amazone se servent des feuilles, de façon proche, pour soigner les maux de tête (Schultes et Raffauf, 1990).

16 Fleury (1991) a aussi trouvé chez les Aluku un premier usage laxatif, un second comme analgésique dentaire et un troisième pour soigner la perlèche. Un usage comme purgatif mais aussi pour soigner les mycoses, la gale et les microfilaires a été observé chez les Tacana (Bourdy et al., 2000).

17 La fréquence élevée des cancers de l’oesophage observée à Curaçao est peut-être liée à son large emploi sous forme de thé (Adolf-opferkuch et Hecker, 1984).

18 Selon le père Labat (1742), « 4 ou 5 noix suffisent pour purger. Au delà, les vomissements surviennent... »

19 On doit souligner que les grandes inflorescences de Mabea pulcherrima sont très fournies en fleurs.

20 Le jus toxique est un traitement contre la gale chez les Makuna d'Amazonie colombienne (Schultes et Raffauf, 1990).

21 Les Urubu-Ka'apor utilisent une variété de manioc amer pour soulager les douleurs rhumatismales (Balée, 1994).

22 Il semble que nous soyons ici en présence d'une plante caractéristique de la pharmacopée guyanaise, bien qu'elle n'ait jamais été signalée auparavant dans aucun ouvrage traitant des plantes de cette région. En sus des usages décrits, on ajoutera qu elle est utilisée par les femmes Aluku de Guyane pour la toilette intime et pour soigner les coupures (Fleury, 1996). Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana se servent de la décoction des feuilles pour soigner les plaies et les démangeaisons (van Andel, 2000).

23 Nous n’avons pas retrouvé lors de nos enquêtes les autres usages fréquemment signalés aux XVIIIe et XIXe siècles. Aublet (1775) souligne la comestibilité de la pulpe et la propriété purgative des cotylédons, tandis que Crevaux (1883) indique l’usage alimentaire de l’huile extraite de la pulpe chez les Aluku et les Créoles.
Ce dernier enfin décrit la fabrication de colliers avec la coque de la graine chez les Wayana, précisant qu’ils étaient également fabriqués chez les « Nègres de Kourou et d’Iracoubo ». Plus près de nous, Cavalcante et Frikel (1973) ont trouvé chez les Tiriyo un usage médicinal du suc de la feuille ou de la sève de la tige contre les caries dentaires.

24 Phyllanthus subglomeratus Poir. et P. piscatorum Kunth utilisées également comme poison de pêche sont des espèces proches de P. brasiliensis et selon L. Gillespie (com. pers.), il se pourrait qu'elles ne forment, ainsi que Phyllanthus pseudo-conami Müll. Arg. et P. acuminatus Vahl qu'une seule et même espèce. Ces espèces sont signalées pour leur usage ichtyotoxique dans l'ensemble de l'Amérique tropicale humide (Unander et al., 1992).

25 Pour l'origine du mot kunami, se reporter à Clibadium sylvestre, Astéracées.

26 L'espèce aurait également un usage magique qui n'a pu être précisé.

27 L'abandon des pratiques de pêche aux nivrées dans le nord de la Guyane conduit à la raréfaction de cette plante dont la reproduction dépend de la main de l'homme. Ses remarquables propriétés biologiques mériteraient que des mesures soient prises pour assurer la préservation de cette ressource intéressante à plus d'un titre.

28 Le latex de Sapium laurifolium (Rich.) Griseb. et de S. marmierii Huber est aussi utilisé par les Tacana pour soigner les furoncles et les blessures (Bourdy et al., 2000).

29 Cette espèce localement commune semble confinée aux forêts du sud de la Guyane.

30 Les Quechua d'Amazonie équatorienne utilisent également la décoction des graines et des racines pour soigner la diarrhée (Schultes et Raffauf, 1990).

31 L’ensemble du genre Ryania est considéré comme toxique par les populations d’Amazonie (Ribeiro et al., 1997). Ryania speciosa Vahl est réputée très toxique. Elle est utilisée comme poison de pêche chez les Paumari, comme insecticide au Pérou et pour se suicider ou empoisonner son prochain chez les Maku (Duke et Vasquez, 1994).

32 Dans ce cas, chez les Palikur, parfois en association avec les feuilles de Solanum mammosum ou de Solanumni leucocarpon (Solanacées). Des usages très similaires sont signalés au Brésil (Cid, 1978)

33 C. spicata serait, selon Aublet (1775), un remède excellent pour rétablir le cours des règles.

34 Cette plante herbacée aisément reconnaissable à ses fleurs campanuliformes est fréquente en savane, le long des pistes ou, dans l'intérieur, sur les inselbergs (savanes roches).

35 Un usage identique de cette espèce était généralisé, selon Schomburgk, au XIXe siècle chez les Amérindiens de l'actuelle Guyana (Roth, (924). Dans ce pays, elle est aussi employée comme antipaludique (Johnston et Colquhoun, 1996).
Les Kubeo du Uaupès préparent un thé avec les feuilles et les racines pour soigner les problèmes digestifs occasionnés par des aliments avariés (Schultes et Raffauf, 1990).

36 La sève est utilisée chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana pour soigner la leishmaniose, l'eczéma et se débarrasser des acariens (pous d'agouti) et des tiques (van Andel, 2000).
Les Tacana de Bolivie s’en servent également pour traiter la leishmaniose (Bourdy et al., 2000).

37 Les Mayna Jivaro d'Équateur utilisent cette plante pour soulager les douleurs gengivales et dentaires des enfants (Schultes et Raffauf, 1990).

38 Les deux espèces ont en commun des fleurs pileuses et très colorées (rouge et orange).

39 Plusieurs Gesnériacées sont indiquées par Schultes et Raffauf (1990) pour soigner les piqûres de fourmi et les morsures de serpent chez les Amérindiens du nord-ouest amazonien.

40 La décoction mucilagineuse de l'écorce frottée localement sert à soigner les tendinites et les claquages musculaires chez les Tukano, Desana et Kubéo du Uaupès (Schultes et Raffauf, 1990).
Les Palikur, à l’instar de diverses populations amérindiennes d'Amazonie, consomment les graines grillées de divers Gnetum.

41 Les Urubu-Kaapor considèrent que cette plante est dangereuse, car elle serait la cause de furoncles (Balée, 1993) ; en revanche les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana se servent du rhizome pour soigner les coupures, les mycoses interdigitales et les irritations causées par une chenille (van Andel, 2000).

42 Ces usages s'appliquent sans doute également à Heliconia acuminata L. C. Rich. ssp. acuminata (Grenand et Prévost 1986). Les Tiriyo du Surinam et du Nord-Para (Brésil), utilisent cette espèce pour un usage très similaire (Cavalcante et Frikel, 1973).

43 Les résultats avaient initialement été publiés sous le nom de Sparattanthelium uncigerum (Meissn.) Kubitzki, qui est une espèce très proche.

44 Cette espèce comprend plusieurs sous-espèces atteignant des tailles fort différentes et colonisant des milieux variés (végétation de savane, inselbergs, forêt primaire).

45 Le terme psum s'applique à la forme arbustive poussant sur les inselbergs et dont la sève est utilisée surtout comme colorant.

46 Au Brésil, l'écorce, considérée comme un substitut du baume de Pérou, est utilisée comme balsamique et expectorant (Cid, 1978). L'écorce est utilisée comme insectifuge dans le nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000) et la poudre d’écorce sert chez les Barasana d'Amazonie colombienne à soigner blessures et coupures (Schultes et Raffauf, 1990).

47 Aublet (1775) mentionne Cipura paludosa sous le nom créole d'anvers. Les différents relevés ethnobotaniques parus depuis reprennent, pour la plante dénommée envers, le nom scientifique donné par cet auteur (Heckel, 1897, Lemée, IV, 1956 ; Devez, 1932 ; Luu, 1975). Cependant, les enquêtes que nous avons menées sur le terrain démontrent que le nom d'envers est réservé de nos jours à Eleutherine bulbosa. Ce glissement spécifique est à l'origine d’une confusion botanique systématiquement reproduite dans la littérature.

48 Pour ce nom, orthographié parfois anvers, cf. aussi Maranta arundinacea L., Marantacées.

49 De façon proche, les Aluku utilisent le bulbe écrasé pour empêcher la nécrose des piqûres de raie (Fleury, 1991).

50 Cette espèce est aussi employée à Haïti comme drogue antifertilisante. Complétons la longue liste des usages médicinaux de Eleutberine bulbosa en signalant qu'elle est utilisée au Brésil (Para) pour soigner les hémorroïdes et la diarrhée (Furtado et al. 1978).
L'usage curatif des infections cutanées et de la diarrhée est aussi signalé chez les Conibo du Pérou (Loyaza et Tournon, 1988).
En Guyana, a contrario de ce qu'affirment les Créoles et les Palikur, la décoction du bulbe permet de combattre la stérilité féminine (van Andel, 2000).

51 Corrêa ([1926] 1984) indique pour le Brésil l’utilisation de cette plante comme antitussif et sudorifique.
À Trinidad, d’après Wong (1976), le jus des feuilles sert à soigner diarrhées, dysenterie et vomissements, tandis que la tisane des feuilles est employée contre rhume, grippe, indigestion et vers intestinaux.

52 Le jus des feuilles est utilisé de façon similaire contre le mal de tête et l’évanouissement chez les Aluku (Fleury, 1991). Au Venezuela, la sève est utilisée pour soigner les ulcérations de la peau (Delascio Chitty, 1985).

53 En Guyana, la décoction de la plante entière est un remède contre les maux d’estomac et la fièvre puerpérale (van Andel, 2000).

54 Aux Antilles, on donne ce nom à une autre Lamiacée, Leonurus sibiricus L. (Fournet, 1978).

55 Hay (1998) indique que ce remède est parfois associé aux feuilles de Solarium leucocarpon (Solanacées).

56 Chez les Tikuna du haut Amazone, la décoction des feuilles associées à celles de Lippia alba (Verbénacées) est bue contre la diarrhée (Schultes et Raffauf, 1990). Les Caboclos de la région de Santarem utilisent cette espèce pour soigner l’anémie et les piqûres d’insecte (Branch et Silva, 1983). Selon Le Cointe (1922), les Caboclos d’Amazonie brésilienne utilisent l’alcoolature de cette plante comme un alexitère de première importance.

57 Un usage identique a été noté chez les Aluku (Fleury, 1991).

58 Quoique d’origine américaine, cette plante n’est probablement pas indigène à la Guyane. On remarquera en particulier que les noms vernaculaires viennent principalement du mot français basilic désignant l’espèce européenne, Ocimum basilicum L., connue pour ses vertus stomachiques et diurétiques (Perrot et Paris, I, 1974).

59 Un usage similaire a été trouvé par Schultes et Raffauf (1990) chez les Tikuna du haut Amazone.

60 Fleury (1991) a trouvé chez les Aluku des usages identiques ou voisins contre la fièvre, la fièvre paludique, le mal de tête et les douleurs.

61 Cette espèce a été exploitée en Guyane de la même manière que Aniba rosaeodora.

62 Dans le haut Oyapock, ce nom s’applique à un grand arbre, Ocotea schomburgkiana (Nees) Mez (Lescure 752), utilisé parfois pour faire des coques de canots.

63 On appelle aussi bois cannelle ou cannelle grand bois, A buta grandifolia (Mart.) Sandw. (Ménispermacées), espèce à laquelle on attribue les mêmes vertus aphrodisiaques.

64 Plusieurs espèces de Lauracées aromatiques des genres Aniba, Ocotea, Licaria et Dicypellium, ont été exploitées en Amazonie et dans les Guyanes sous les appellations de fausse cannelle ou pau cravo, comme substituts de la cannelle.

65 Dans les îles du bas Oyapock, cette espèce brésilienne semble atteindre sa limite septentrio-occidentale extrême ; elle est de ce fait inconnue de la plupart des populations de Guyane.

66 On notera que selon Heckel (1897), cet arbre « entrerait d’après Martin, dans la composition du curare de l’Orénoque ».

67 Cette plante médicinale, rarement signalée en tant que telle, a cependant été indiquée à Aublet il y a deux siècles par les Indiens Karipuna du bas Oyapock comme étant un remède (feuilles en cataplasme) « pour supprimer les tumeurs et les bubons » (Aublet, 1775).

68 La plupart des Lécythidacées possèdent un liber épais se détachant en feuilles minces après avoir été battu. Bon nombre d’entre elles, trop huileuses pour être fumées, servent à confectionner d’excellentes bretelles de hotte. Cependant çà et là, hors de la Guyane française, d’autres espèces sont utilisées comme papier à cigarette.

69 Les Palikur donnent également ce nom à Lecythis zabucajo Aublet, mais n’utilisent que Gustavia augusta à des fins médicinales.

70 Chez les Urubu-Ka’apor, cette espèce est utilisée comme cicatrisant et pour soigner la leishmaniose (Balée, 1994).

71 Pour les Yawalipiti du haut Xingu (Brésil), le rhizome de cette plante possède des propriétés fertilisantes (Emmerich et Senna Valle, 1991).

72 Spontanée et abondante sur la côte guyanaise, cette plante n’est connue qu’en deux stations en pays Wayãpi : au saut Kumalawa sur le moyen Oyapock en peuplement dense considéré comme spontané ; au village Pina, sur le haut Oyapock, rapportée et plantée par des Wayãpi émigrés du Brésil.

73 Diverses espèces du genre Hippeastrum auraient servi à préparer des poisons de chasse dans le Brésil méridional (Vellard, 1942). Les Siona d’Equateur utilisent le bulbe comme purgatif et pour soigner les maux d’estomac (Schultes et Raffauf, 1990). Les Amérindiens de Guyana s’en servent comme émétique en cas de maladie de foie (van Andel, 2000).

74 À Trinidad, les infusions de bulbe sont absorbées comme vomitif ou pour soigner l’asthme. On utilise également les bulbes sous forme de cataplasme appliqué sur les furoncles (Wong, 1976).

75 Dans la nouvelle édition de la Preliminary Checklist of the Plants of the Guiana Shield (2001), cette espèce est incluse dans les Gentianacées.

76 Cette espèce est citée dans la littérature concernant le Brésil et les Guyanes pour ses usages antisyphilitiques (Corrêa [l926], I, 1984 ; Silva et al., 1977), pour soigner les urétrites (Devez, 1932) et comme antidote de la manihotoxine (Roth, 1924). En Amazonie, les feuilles sont fréquemment utilisées comme alexitère en particulier chez les Tukano, les Maku et les Bora (Schultes et Raffauf, 1990) et, à petite dose, pour soigner les conjonctivites (Cid, 1978).

77 Cet usage est connu au Venezuela ; dans ce pays on s’en sert également pour soigner les rhumatismes et comme tranquillisant nerveux (Delascio Chitty, 1985).

78 L’usage de cet aphrodisiaque, bien que limité en Guyane française, tend à se répandre et il convient d’informer l’éventuel utilisateur des risques que cette pratique lui fait encourir. La plante peut être confondue avec d’autres espèces du même genre beaucoup plus toxiques, ou avec d’autres espèces présentant les mêmes caractères foliaires et entrant dans la préparation du curare. Un informateur, pourtant grand connaisseur de la flore, nous a montré comme dobouldoi une liane de la famille des Ménispermacées, A buta rufescens Aublet, espèce à alcaloïdes toxiques et curarisants, semblable aux Strychnos par l’aspect des feuilles.

79 Pourtant Schultes et Raffauf (1990) indiquent que cette espèce est l’une des sources principales de curare chez les Amérindiens du nord-ouest amazonien (Desana, Karijona, Kofan, Maku, Makuna, Tikuna et Yukuna).

80 Ce nom est également donné par les Palikur à Abuta grandifolia (Ménispermacées). L’usage de ce Strychnos comme aphrodisiaque n’est sans doute pas sans danger.

81 Concernant l’utilisation similaire de cette espèce à Surinam, cf. supra Strychnos erichsonii.

82 Cette espèce semble particulièrement utilisée dans la fabrication de curare chez les Amérindiens de Guyana et du Venezuela.

83 Il s’agit aussi bien de fracture sur les humains que sur les animaux que l’on capture dans le but de les apprivoiser. Un usage identique a été trouvé chez les Aluku pour Phthirusa stelis (L.) Kuijt (Fleury, 1991). Chez les Arawak de Guyana, ce sont les foulures qui sont soignées avec les feuilles de deux Loranthacées, Phoradendron perrottetii (Dc.) Eichler et Phthirusa pyrifolia (Kunth) Eichler (van Andel, 2000).
Chez les Panare du Venezuela, les feuilles écrasées de Phthirusa retroflexa (R. et P.) Kuijt servent à soulager les douleurs en application locale (Boom, 1990).

84 Cette espèce est confondue par les populations utilisatrices avec Cuphea blackii Lourteig (de Granville 4292).

Table des illustrations

Titre Davilla kunthii. Inflorescences d’une liane chasseur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Diospyros guianensis. Fruits mûrs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Cnidoscolus urens. Zouti lance aux feuilels très urticantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Croton matourensis. Inflorescence de bois ramier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Euphorbia hirta. Petite madlomé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Hura crepitans. Tronc épineux du bois diable
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Hura crepitans. Inflorescence mâle et femelle du bois diable
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Jatropha curcas. Feuilles du médecinier blanc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Jatropha gossypiifoila. Feuilles et fleurs de médecinier rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Mabea pulcherrima. Inflorescence de cette liane commune
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Maprounea guianensis. Feuilles et fleurs de radié chancre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Omphalea diandra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Omphalea diandra. Feuilles de la liane ouabé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Omphalea diandra. Section et latex rouge de la liane ouabé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Phyllanthus amarus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Phyllanthus polyadenia. Liane avec fruit à quatre côtes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Ricinus communis. Inflorescnece de palma christ (ou ricin)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Banara guianensis. Les fleurs de mavévé sucrier sont très odorantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Mayana odorata. Fruits mûrs avec leurs petites épines
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Coutubea spicata. Inflorescence de centorel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Irlbachia purpurascens. Fleurs et fruits du grand centorel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Columnea calotricha. Fleur en bouton émergeant de ses bractées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Drymonia coccinea
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Paradrymonia campostyla. Fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Xiphidium caeruleum. Feuilles distiques et inflorescence de coumarti feuillu
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Heliconia psittacorum. Inflorescence du petit balisier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Heliconia psittacorum. Peuplement du petit balisier en savane
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Hernandia guianensis. Fruits avec calice accrescent de bois banane
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Inflorescence et fleurs de Hernandia guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Sparattanthelium guianensis. Liane en fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Humiria balsamifera. Section du tronc de bois rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Cipura paludosa. Plante entière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Cipura paludosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Eleutherine bulbosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Eleutherine bulbosa. Plante entière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Hyptis lanceolata. Fleurs de la mélisse sauvage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Leonotis nepetifolia. Inflorescence de gros pompon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Marsypianthes chamaedrys. Feuilles de ti baume blanc cachant un jeune iguane !
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Ocimum campechianum. Feuilles et fleurs de basilic
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Orthosiphon aristatus. Inflorescence de moustache de chat
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Plectranthus amboinicus. Feuilles du gros thym
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Licaria cannella. Tronc du bois cannelle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Ocotea cymbarum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Couratari multiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Couratari multiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Gustavia augusta. Fleur de bois pian
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Gustavia augusta. Fruits de bois pian
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Curculigo scorzonerifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Hippeastrum puniceum. Fleur de lili rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Hippeastrum puniceum. Bulbe de lili rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Hymenocallis tubiflora. Oignon gly en fleur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Potalia amara. Fruits du mavévé grand bois
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Spigelia anthelmia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Spigelia anthelmia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Spigelia multispica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Strychnos erichsonii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Strychnos guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Strychnos oiapocensis. Feuilles et fruit d’un dobouldoi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Phthirusa micrantha. Fruit d’un caca zozo qui, comme son nom l’indique, est disséminé par les oiseaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Psittacanthus cucullaris. Fleurs aux couleurs attractives d’un caca zozo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20346/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 718k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540