Version classiqueVersion mobile

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

B-C (Basellaceae à Cyperaceae)

Texte intégral

Famille Basellaceae

Anredera vesicaria (Lam.) Gaertn

Synonymie

Anredera leptostachys (Moq.) Steenis.

Noms vernaculaires

Créole : glycérine [glisérin].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane vivace à tige grêle originaire des Caraïbes. Sa culture semble tombée en désuétude.

Collections de référence

Jacquemin 2602 ; Prévost 4195.

Emplois

  • 1 Cette plante est largement employée dans tout le bassin de la Caraïbe pour ses propriétés émollient (...)

Le liquide obtenu en broyant les feuilles est utilisé en lavage externe par les Créoles pour assouplir la peau et les cheveux. L’action bénéfique est due à une substance visqueuse qu’elles contiennent. On peut remplacer cette plante par les feuilles de l’Hibiscus rosa-sinensis (Malvacées) à fleurs rouges, qui présentent les mêmes propriétés. Une autre utilisation médicinale consiste à manger les feuilles de cette liane pour soigner les affections intestinales, la substance visqueuse apportant un rafraîchissement et combattant les inflammations1.

Étymologie

Créole : glycérine, se rapporte à la substance visqueuse contenue dans les feuilles.

Chimie et pharmacologie

La plante renferme des alcaloïdes et des saponines. Ses propriétés pharmacologiques ont été peu étudiées, mais la forte teneur en polysaccharides lui confère des propriétés émollientes et adoucissantes pour la peau et le cuir chevelu.

L’extrait méthanolique du tubercule a une activité dépressive sur le SNC (Tornos et al, 1999).

L’activité anti-inflammatoire du tubercule est confirmée et sa toxicité sur la souris est faible (DL 50 : 1043,38 ± 137,14 mg/kg ; 61,07 ± 7,93 g plante/kg) (Saenz et al., 1998). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Begoniaceae

Begonia glabra Aublet

Synonymie

Begonia scandons Swartz.

Noms vernaculaires

Créole loseille bois [lozéy-bwa], salade tortue, salade toti [salad-toti].

Wayãpi : - wo’i asikalu.

Palikur : wayam βan.

Écologie, morphologie

Petite plante épiphyte du sous-bois croissant sur les roches et les troncs.

Elle est typique des forêts de l’intérieur.

Collections de référence

Grenand 44, 216 ; Jacquemin 1522, 1571, 1716 ; Lescure 347 ; Moretti 653.

Emplois

Selon Gély (1983), les feuilles sont consommées par les Sainte-Luciens de Saül contre les infections intestinales et les inflammations de l’estomac.

Les Wayãpi utilisent abondamment cette plante pour soigner les Larvae migrans ou ankylostomes du chien au moment où ils pénètrent entre les doigts du pied.

Cette pénétration s’accompagne de démangeaisons, donc de grattage et l’on observe rapidement, surtout chez les enfants, des plaies infectées interdigitales. C’est le plus souvent à ce stade que le traitement intervient. Tout d’abord on frotte énergétiquement la plaie et son pourtour avec un piment (Capsicum spp., Solanacées).

Puis on prépare une décoction de feuilles de Begonia glabra, de citron vert (Citrus aurantifolia, Rutacées) et de basilic américain (Ocimum campechianum, Lamiacées). Le traitement est appliqué en bain de pied bien chaud.

Étymologie

Créole : les noms loseille bois. « oseille des bois » et salade tortue, « salade de la tortue », renvoient, à l’usage alimentaire qu’en fait cette population. Wayãpi : de ewo’i, « vers » et asikalu. « canne à sucre », « la canne à sucre des vers », le nom évoquant le milieu où croît cette plante, les souches pourries et humides, où vivent toutes sortes de larves et de vers. Palikur. waijam, « tortue terrestre » et βan. « plante », « plante de la tortue terrestre », parce que cet animal mange ses feuilles.

Chimie et pharmacologie

Ensemeyer et Langhammer (1982) ont décrit, dans cette espèce, deux flavonoïdes lipophiles : la quercétine –3.3’,7–triméthyléther et la 8-méthoxyquercétine –3.3,7–triméthyléther.

Dans cette famille, toutes les espèces accumulent dans leurs tissus des oxalates solubles (Hegnauer, 3, 1964).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Bignoniaceae

Anemopaegma paraense Bureau et K. Schum.

Noms vernaculaires

Créole : —

  • 2 Les deux espèces linnéennes (cf. p. 244 Mussatia prieurei) rassemblées sous le nom Wayãpi de a’ɨleh (...)

Wayãpi : a’ɨ lekwi2.

Palikur :

Écologie, morphologie

Grande liane commune de la forêt primaire et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 5, 597 ; Lescure 464 ; Prévost et Grenand 1973.

Emplois

Les Wayãpi associent symboliquement cette liane au paresseux à deux doigts. Les fragments de tige préparés en décoction sont un exorcisme pour l’enfant (risque de fièvre) dont le père a violé un interdit de chasse sur le paresseux. Cette décoction est appliquée en lavage externe. Par ailleurs certains Wayãpi considèrent que cette espèce est également un remède contre la leishmaniose (cf. infra Callichlamys latifolia).

Étymologie

Wayãpi : de a’ɨ, « paresseux à deux doigts », le, « de » et kwi, « calebasse », « la calebasse du paresseux », en raison de l’évidence de la forme du fruit.

Arrabidaea candicans (L. C. Rich.) DC.

Synonymies

Bignonia candicans L. C Rich ;

Bignonia colorata Poir.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : kalayulu.

Palikur : kaakat priye.

Écologie, morphologie

Grande liane commune de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 1241.

Emplois

  • 3 Selon Duke et Vasouez (1994), les Shipibo de la région de Pucallpa utilisent la macération des feui (...)

Cf. les emplois à Schlegelia violacea3.

Étymologie

Palikur : kaakat priye de kaakat, terme générique désignant diverses Bignoniacées lianescentes et priye, « noir ».

Arrabidaea candicans. Fleurs : la face inférieure des folioles de cette liane est vert pâle

Arrabidaea candicans. Fleurs : la face inférieure des folioles de cette liane est vert pâle

Arrabidaea chica (Humb. et Bonpl.) Verl.

Synonymie

Bignonia chica Bonpl.

Noms vernaculaires

Créole : calajourou |kalajourou|, calajiro |kalajiro|, calijouri |kalijouri|.

Wayãpi : —

Palikur : karajura.

Kali’na : krawiru, ka :lawi :lu.

Wayana : tari.

Portugais : carajurú, pariri, cipό-cruz, crajirú.

Écologie, morphologie

  • 4 Cette plante indigène au bassin amazonien (Ducke, 1946) n’a été trouvée que cultivée dans le nord d (...)

Arbuste lianescent à racine tubéreuse qui, bien que souvent cultivé, n’est jamais abondant4.

Collections de référence

Jacquemin 1638, 2481 ; Prévost et Grenand 3021.

Emplois

  • 5 Le colorant fit autrefois l’objet d’un petit commerce au Brésil et fut exporté en Europe sous le no (...)

Cette plante est avant tout connue en Amazonie pour ses propriétés tinctoriales, les feuilles à peine froissées devenant rouge carmin ; en Guyane, elle est utilisée par les Wayana et les Kali’na5. Outre des utilisations comme colorant, qui se raréfient d’ailleurs actuellement, cette espèce est aussi connue régionalement pour ses usages magiques et médicinaux.

  • 6 En Amazonie péruvienne, les feuilles sont utilisées comme anti-inflammatoire. Les Tikuna utilisent (...)

Un guérisseur créole nous a donné la recette suivante : la décoction des feuilles et des tiges, sucrée et additionnée d’une cuillerée de Jacobin (Eau des Révérends Pères jacobins de Rouen) est bue matin, midi et soir à raison d’une tasse, pour faire baisser la tension6.

Quant aux Palikur, ils préparent avec Arrabidaea chica un charme pour la chasse.

  • 7 L’usage magique d’Arrabidea chica est aussi très fréquent chez les Caboclos amazoniens, ainsi que n (...)

On fait bouillir une grande quantité de feuilles jusqu’à épaississement. En fin d’opération, on ajoute les tubercules pilés des arums suivants (cf. Caladium bicolor) : masas yitβey, « arum-charme pour le daguet rouge », masas uwakβey, « arum-charme pour la gymnote électrique » et masas pakihβey, « arum-charme pour le pécari à lèvre blanche ». Le résultat final est une boule rouge enfermée dans une feuille que l’on transporte dans son sac-côté (musette) et qui donne de la chance à la chasse de tous les gibiers7.

Chimie et pharmacologie

Les propriétés tinctoriales de cette plante sont dues à deux pigments anthocyaniques du type 3-désoxyanthocyanidines (Hegnauer, 3, 1964) : la carajurine, qui est le pigment principal et la carajurone dont la structure a été révisée par Zorn et al. (2001). L’acide oléanolique et un pigment flavonique dérivé de la 5-méthoxyflavone, appelé carajuflavone comprenant l’acacétol et la génine ont aussi été isolés (Takemura et al, 1995) ; ce composé ne serait pas responsable de la couleur, la forme hétérosidique étant souvent incolore ou très peu colorée. La carajurine, outre ses propriétés tinctoriales, semble aussi posséder des propriétés anti-inflammatoires. Les tests chimiques réalisés ont montré la présence de saponines, de flavanes et de tanins dans les feuilles et les tiges. On observe avec les feuilles une fausse réaction des alcaloïdes, probablement due à une interaction avec des iridoïdes présents dans cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Arrabidaea oligantha Bureau et K. Schum.

Arrabidaea chica. La floraison de cette liane est particulièrement élégante

Arrabidaea chica. La floraison de cette liane est particulièrement élégante

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ɨpoyã.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane de grosse taille commune en forêt primaire humide et en végétation ripicole.

Collection de référence

Jacquemin 1705.

Emplois

Chez les Wayãpi, les feuilles, l’écorce et la tige préparées en décoction sont frottées sur les genoux douloureux après un choc et les douleurs en général. L’association symbolique entre le comportement biologique de la plante et son utilisation nous paraît nette.

Étymologie

Wayãpi : ipoyã, de ɨpo, « liane » et yã, « lien », « la liane qui attache », ainsi nommée parce qu’elle étouffe la végétation et qu’elle sert souvent d’amarre pour les canots.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Callichlamys latifolia (L. C. Rich.) K. Schum.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : kalasapau poã.

Palikur : kaakat kamwi.

Écologie, morphologie

Liane de la végétation ripicole et de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 345, 2104 ; Jacquemin 1723 ; Lescure 791.

Emplois

  • 8 L’écorce de cette espèce est également signalée cher les Waimiri Atroari comme remède contre la fiè (...)

Les Wayãpi considèrent que cette espèce est le meilleur des remèdes contre la leishmaniose. L’écorce de la tige et de la région du collet, prélevée sur des jeunes pieds, est grattée et préparée en décoction. Le liquide refroidi est tamponné sur les ulcères. Une autre préparation consiste à appliquer un emplâtre d’écorce fraîche grattée8.

Étymologie

Wayãpi : de kalasapau, « ulcère de leishmaniose » et poã, « remède ».

Palikur : de kaakat, terme générique désignant diverses « Bignoniacées lianescentes et plus particulièrement Cydista aequinoctialis » et kamwi, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Callichlamys latifolia. Grande fleur jaune

Callichlamys latifolia. Grande fleur jaune

Crescentia cujete L.

Synonymies

Crescentia cuneifolia Gardn. ; Crescentia acuminata Kunth.

Noms vernaculaires

Créole : calebasse |kalbas|, pied coui |pié-kwi| (arbre), coui (kwi| (fruit).

Wayãpi : kwi

Palikur : tumauwi.

Français : calebassier (arbre), calebasse (fruit).

Portugais : cuieira (arbre), cuia (fruit).

Écologie, morphologie

Petit arbre cultivé dans tous les villages de Guyane.

Collections de référence

Berton 108 ; Capus 48 ; Haxaire 872, 873.

Emplois

La tisane des feuilles est employée par les Créoles comme cholagogue. Le jus obtenu par expression des jeunes fruits est conseillé contre les diarrhées et les dérèglements intestinaux.

Les Créoles de l’Oyapock recommandent, a contrario la décoction des feuilles comme purgatif. Ils préparent également en décoction, avec la pulpe de jeunes calebasses tombées avant maturité, une tisane abortive.

Les Wayãpi considèrent la pulpe fraîche comme toxique (cf. chimie infra) et veillent à ce que les enfants ne l’ingèrent pas lorsqu’on évide les fruits pour en faire des récipients.

  • 9 Au Venezuela, la pulpe du fruit mélangée à du sucre est considérée comme purgative (Delascio Chitty(...)

Les Palikur préparent avec les fleurs de cette espèce, les feuilles de Sambucus simpsonii (Caprifoliacées), du jus de citron et du miel un remède contre la toux (Berton, 1997). Les Palikur considèrent comme les Wayãpi que la chair des fruits de Crescentia cujete est toxique. La sève extraite des feuilles ou des fleurs, associée à celle du cactus Cereus hexagonus (Cactacées), est bue contre l’asthme ou, ointe sur le corps, elle présente des vertus rafraîchissantes en cas de fièvres liées au paludisme9.

Chimie et pharmacologie

D’après Badami et Shanbhag (1975), les graines de cette plante renferment 20 % d’huile où domine l’acide oléique (51,9 %) ; les fruits ont une activité antimicrobienne sur Bacillus subtilis et Staphylococcus aureus (Verpoorte et al. 1982).

La pulpe du fruit peut provoquer des diarrhées sévères et possède une action cancérigène. Pour ces raisons, les usages internes de la pulpe ont été classés comme « toxiques », par les experts du programme Tramil et sont donc déconseillés.

Le même groupe a validé les propriétés anti-inflammatoires des extraits de feuilles (Tramil 7, 1995).

Crescentia cujete. Gros fruit du calebassier

Crescentia cujete. Gros fruit du calebassier

Cydista aequinoctialis (L.) Miers.

Synonymie

Bignonia aequinoctialis L.

Noms vernaculaires

  • 10 Les tiges refendues de cette espèce servent parfois à faire des vanneries ou des amarres.

Créole : liane panier |yann-pangnen|10.

Wayãpi : ɨpoyã.

Palikur : kaakat.

Portugais : cipó-piranga.

Écologie, morphologie

Liane commune de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 220, 2088 ; Jacquemin 2344 ; Prévost 3601.

Emplois

Même emploi médicinal chez les Wayãpi que Arrabidaea oligantha, cf. supra.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cydista aequinoctialis. Fleure de la liane panier

Cydista aequinoctialis. Fleure de la liane panier

Jacaranda copaia (Aublet) D. Don

Synonymie

Bignonia copaia Aublet.

Noms vernaculaires

  • 11 Le nom de bois pian, encore donné pour cette espèce à Saül, est aujourd’hui surtout appliqué ailleu (...)

Créole : faux simarouba, coupaya |koupaya|, bois pian |bwa-pian|11, bois blanc |bwa-blan|.

Wayãpi : pala’ɨ, mapili poã.

Palikur : pada.

Aluku : fii ati.

Portugais : caroba, pará-pará, marupa falso.

Écologie, morphologie

Arbre moyen, parfois grand, commun en forêt secondaire, plus rare en forêt primaire. Magnifique floraison bleue.

Collections de référence

Grenand 809, 1055, 3265 ; Jacquemin 1420 bis, 2391 ; Lescure 504.

Emplois

  • 12 Dans la littérature. Jacaranda copaia est signalé comme antisyphilitique et dépuratif (Lemée, IV, 1 (...)
  • 13 Aublet (1775) rapporte que la tisane de l’écorce est purgative et que l’extrait du suc des feuilles (...)

Cette espèce très commune, bien connue pour ses propriétés médicinales12, semble être assez peu utilisée en Guyane actuellement. Elle a été retrouvée chez les Créoles de Saül avec son usage traditionnel de remède contre la leishmaniose13. Les feuilles sont utilisées en emplâtre.

Chez les Wayãpi, les rameaux feuillus sont « brûlés » pendant la saison sèche pour repousser les assauts des simulies (Ceratopogonidés) connus sous le nom de yinyins en Guyane et de piums au Brésil. On dit également que le jaguar empoisonne ses griffes avec la sève, en lacérant l’écorce du tronc.

Étymologie

Créole : coupaya est un emprunt au kali’na kupaiya ; faux simarouba parce que le tronc est blanc comme celui du simarouba (Simaroubacées). Le mot wayãpi pala’ɨ vient probablement du palikur pada, qui signifie « flotter » : les fruits légers ressemblent à des flotteurs de filet.

Chimie et pharmacologie

Le liber de cet arbre renferme 0,43 % d’une saponine stéroïdique (Hegnauer, 3, 1964). L’équipe de l’Orstom (IRD) a isolé de cette espèce la jacaranone, une benzoquinone qui inhibe la croissance d’une culture depromastigotes de leishmanies, avec une ic 50 égale à 0,02 mM. Cependant, à cette dose, cette molécule est toxique pour les macrophages qui sont les cellules hôtes du parasite chez les mammifères (Sauvain et al, 1993).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Jacaranda copaia. Floraison bleue du coupaya

Jacaranda copaia. Floraison bleue du coupaya

Macfadyena uncata (Andrews) Sprague et Sandw.

Synonymie

Bignonia uncata Andrews.

Nom vernaculaire

Créole : griffe chatte |grif-chat|.

Wayãpi : —,

Palikur : —,

Écologie, morphologie

Liane reconnaissable à ses vrilles en forme de griffe ; elle se rencontre aussi bien autour des habitations qu’en forêt primaire.

Collections de référence

Kodjoed 113 ; Moretti 267.

Emplois

L’infusion des feuilles est réputée antigrippale chez les Créoles.

Étymologie, chimie et pharmacologie

Pour l’étymologie et la chimie, se reporter à Macfadyena unguis-cati.

Macfadyena unguis-cati (L.) A. Gentry

Synonymie

Bignonia unguis-cati L.

Noms vernaculaires

  • 14 Macfadyena uncata et Macfadyena unguis-cati sont pour le non-spécialiste assez difficiles à disting (...)

Créole : griffe chatte |grif-chat|14.

Wayãpi : anɨla pãpẽ.

Palikur : msibiu awak, iwan akiwira.

Portugais : andirapoampé.

Écologie, morphologie

Liane fine commune en végétation ripicole, reconnaissable à ses vrilles en forme de griffe.

Collections de référence

Grenand 9 ; Jacquemin 2479 ; Moretti 418 ; Moretti-Damas 136 ; Oldeman 2072.

Emplois

Les Créoles utilisent cette espèce comme Macfadyena uncata (cf. aussi Hibiscus rosa-sinensis, Malvacées).

Les Wayãpi utilisent la plante entière préparée en décoction fébrifuge appliquée en lavage externe.

  • 15 La tige préparée en tisane est utilisée par les Amérindiennes du nord-ouest de la Guyana pour soign (...)

Les Palikur utilisent pour soigner la toux soit la plante entière, soit les feuilles et les racines associées à l’écorce de Tabebuia serratifolia (Bignoniacées). Le remède est préparé en décoction qui est bue mélangée à du miel15.

Étymologie

Les divers noms vernaculaires signifient soit « griffe de chauve-souris » (Wayãpi, palikur, portugais), soit « griffe de chat » (créole) ou encore « griffe d’iguane » (palikur).

Ils font référence aux vrilles en crochet caractéristiques de cette liane.

Chimie et pharmacologie

Le genre renferme des iridoïdes (Adriani et al, 1982) ; des saponines dérivées de l’acide quinovique ont été isolées à partir de racine de Macfadyena unguis-cati récoltées au Pérou (Ferrari et al, 1981).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Macfadyena unguis-cati. Fleurs de griffe chatte

Macfadyena unguis-cati. Fleurs de griffe chatte

Mansoa alliacea (Lam.) A. Gentry

Synonymies

Bignonia alliacea Lam. ;

Pseudocalymma alliaceum (Lam.) Sandw.

Noms vernaculaires

Créole : liane ail |yann-lay).

Wayãpi : ka’alẽ.

Palikur : ilay kamwi.

Portugais : cipó-d’alho.

Aluku : ayõtetey.

Écologie, morphologie

Grosse liane assez commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 2096 ; Jacquemin 1708 ;

Prévost 1787, 3842 ;

Prévost et Grenand, 1976.

Emplois

  • 16 Au Brésil, la viande des bovins ayant consommé accidentellement les feuilles de ces lianes, est rép (...)

Les différentes ethnies qui peuplent la Guyane et les pays voisins attribuent des propriétés médicinales et magiques à diverses lianes de la famille des Bignoniacées dont la particularité est de dégager une forte odeur d’ail16.

Nous avons fréquemment senti cette odeur en forêt, en particulier après une averse.

En Guyane, deux espèces sont réunies sous un même nom vernaculaire. Seuls les Wayãpi font exception en donnant un nom différent à chacune d’entre elles... tout en les confondant très souvent sur le terrain.

  • 17 Au Pérou un usage identique est signalé chez les Conibo (Tournon et al., 1986a).
    Les Tacana de Boliv (...)

Les Créoles préparent une décoction des fragments de tige, utilisée en lavage externe contre la fatigue et les courbatures17. La liane ail a également la réputation de chasser les chauves-souris des habitations. L’espèce a aussi de nombreux usages magiques ; mais les informations recueillies sur ce point sont incomplètes. Chez les Wayãpi, les tiges et les feuilles sont préparées en décoction utilisée en bain contre la fièvre.

Les Palikur préparent en macération des bains protecteurs contre les esprits auxquels on ajoute, selon Berton (1997), des feuilles de tabac et de Petiveria alliacea (Phytolaccacée).

Étymologie

Tous les noms vernaculaires font référence à la très forte odeur d’ail, les Wayãpi étant les seuls, pour cause d’isolement, à la nommer plus simplement « plante puante ».

Chimie et pharmacologie

Un essai préliminaire sur les écorces de tige a donné 0,35 % d’alcaloïdes totaux ; l’examen chromatographique montre que ces alcaloïdes sont instables et sont probablement des artefacts. L’odeur d’ail est généralement due à la présence de dérivés soufrés. Des acides soufrés, du type diallyl sulfure, ont été isolés dans le genre voisin Adenocalymna comparables à ceux trouvés dans le genre Allium (Apparao et al, 1981). Des naphtoquinones cytotoxiques dérivées du lapachone ont aussi été isolées de M. alliacea (Duke et Vasquez, 1994). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mansoa alliacea. Fleurs de la liane ail

Mansoa alliacea. Fleurs de la liane ail

Mansoa standleyi (Steyerm.) A. Gentry

Synonymie

Pseudocalymma standleyi Steyerm.

Noms vernaculaires

Cf. noms créole et palikur à Mansoa alliacea.

Wayãpi : alapokã.

Écologie, morphologie

Grande liane de la forêt primaire.

Collections de référence

Cremers 6433 ; Moretti 894 ; Sastre 5712.

Emplois

Voir Mansoa alliacea pour l’usage chez les Créoles et les Palikur.

Pour les Wayãpi, qui distinguent une deuxième espèce, la liane alapokã, est une protection collective en cas d’épidémie. On écrase les lianes sur les sentiers aboutissant au village, puis on en brûle d’autres sur la place. Ce rite permet de chasser ou d’empêcher l’accès de la communauté aux esprits. La tige de alapokã préparée en macération longue est un insecticide contre les fourmis manioc (Atta spp.).

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mussatia prieurei (D C.) DC. Bureau et K. Schum.

Synonymie

Bignonia prieurei DC.

Noms vernaculaires

Créole : —.

Wayãpi : a’ɨ lekwi, kululu ɨpo.

Palikur : bakukigkamwi seine.

Écologie, morphologie

Grande liane commune de la forêt primaire et de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 455, 1030 ; Prévost et Grenand 907.

Emplois

Cf. les emplois à Anemopaegma paraense p. 233.

Mussatia prieurei. Fleurs multicolores

Mussatia prieurei. Fleurs multicolores

Schlegelia violacea (Aublet) Griseb.

Synonymie

Besleria violacea Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : beslère (Lemée. 1956).

  • 18 Le terme attribué par les Wayãpi à cette liane est le plus souvent attribué ailleurs à Arrabiiaea c (...)

Wayãpi : kaiayulu18.

Palikur : makanano kamwi.

Écologie, morphologie

Liane commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 558 ; Jacquemin 2575 ; Lescure 814.

Emplois

  • 19 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana se servent de la sève pour soigner les inflammations ocu (...)

Chez les Wayãpi, l’écorce préparée en décoction est utilisée en lavage externe contre la fièvre ou localement contre les maux de tête. La sève brute s’écoulant des tiges coupées sert par ailleurs à rafraîchir les brûlures19.

Étymologie

Wayãpi : de kala, « igname violet (Dioscorea trifida L.f., Dioscoréacées) » et yulu, « bouche » (sens figuré pour fleur) ; les fleurs sont violettes comme la chair de l’igname. Palikur : de makanano, « liane Moutabea guianensis Aubl., Polygalacées » et kamwi, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Schlegelia violacea. Feuilles charnues et fleurs de besière

Schlegelia violacea. Feuilles charnues et fleurs de besière

Tabebuia capitata (Bureau et K. Schum.) Sandw.

Synonymies

Tabebuia hypolepra Sprague et Sandw. ; Tecoma capitata Bureau et K. Schum.

Noms vernaculaires

  • 20 Tabebuia capitata est difficilement distinguable de l’espèce suivante, Tabebuia serratifolia.

Créole : ébène verte |débenn-vert|20.

Wayãpi : waiwɨ’ɨ.

Palikur : kwik kamwi.

Écologie, morphologie

Grand arbre de forêt primaire et de forêt sèche, assez commun.

Collections de référence

Grenand 1109, 1123 ; Jacquemin 1894.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce est, préparée en décoction, utilisée comme fébrifuge en lavage externe.

Étymologie

Créole : l’arbre est comparé à lébène africain (du genre Diospyros, Ebénacées) pour la dureté de son bois qui est ici non pas noir mais vert à la coupe.

Wayãpi : de waiwɨ. « femme » et ɨ, « arbre ». Ce nom fait référence au mythe de création de la femme (F. Grenand, 1982).

Palikur : kwik, « arbre Tabebuia serratifolia », kamwi, « qui ressemble ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Tabebuia serratifolia. Floraison de l’ébène verte quand l’arbre a perdu ses feuilles

Tabebuia serratifolia. Floraison de l’ébène verte quand l’arbre a perdu ses feuilles

Tabebuia serratifolia (Vahl.) Nichols.

Synonymies

Bignonia serratifolia Vahl ; Tabebuia araliacea (Cham.) Morong et Britton ; Tecoma araliacea (Cham.) DC. ; Tecoma conspicua DC. ; Tecoma patrisiana DC.

Noms vernaculaires

Créole : ébène verte [débenn-vert|, lébène |débenn|, lébène soufré |débenn-soufré],

Wayãpi : tayɨ.

Palikur : kwik.

Français : ébénier de Guyane.

Portugais : pau-d’arco, ipê-amarelo.

Kali’na : arawone.

Écologie, morphologie

Grand arbre très commun de la forêt primaire, mais qui se maintient dans les zones ouvertes

Collections de référence

Grenand, 3109 ; Jacquemin 1461, 2419 ; Lescure 513 ; Prévost et Sabatier 2772.

Emplois

  • 21 L’écorce de Tabebuia serratifolia est aussi utilisée par les Panare du Venezuela pour soigner les m (...)
  • 22 Tabebuia serratifolia est un arbre hôte des esprits chez les Wayãpi. Il est en conséquence très rar (...)

Les Créoles et les Palikur préparent avec les corolles des fleurs une décoction que Ton additionne de sucre jusqu’à obtention d’un sirop. Ce dernier est un pectoral pour combattre le rhume, la toux et la grippe. Chez les Palikur, l’écorce de tronc sèche (l’écorce fraîche étant considérée comme un remède trop puissant), pilée finement et appliquée en emplâtre, est utilisée pour soigner la leishmaniose. L’emplâtre est renouvelé chaque jour jusqu’à cicatrisation de l’ulcère. Cet usage, peut-être également connu des Créoles de l’Oyapock, a été introduit dans la région par un groupe de Kali’na, originaire de la basse Mana. Toujours chez les Palikur, la décoction d’une faible quantité d’écorce sert, en tisane, à soigner la dysenterie21. Enfin pour un remède contre le diabète, cf. Pricrolemma sprucei, Simaroubacée. Chez les Wayãpi, l’écorce de cet arbre est un remède contre la fièvre, strictement contrôlé par les chamanes. La décoction est utilisée en bain et une petite quantité est prise en tisane22.

Étymologie

Wayãpi : tayi, de aeta, « couper » et yɨ, « hache », « qui coupe la hache ». Le bois est si dur qu’il ébrèche le fer de la hache.

Chimie et pharmacologie

Hegnauer (3, 1964) mentionne la présence de quinones dans le bois et en particulier de lapachol. Cette naphtoquinone, inhibitrice des processus respiratoires, a été trouvée dans le bois de coeur de plusieurs Bignoniacées américaines et asiatiques. Rao (1974) a montré que le lapachol possède une activité antitumorale sur le carcinosarcome Walker 256 du rat ainsi que sur le sarcome de Yoshida. De plus, il présente des activités antischistosomales, antiplasmodiales et antibiotiques. Nickell (1959) a signalé des propriétés fongicides et antibactériennes sur les germes gram+ et gram-et sur les mycobactéries. D’après les travaux de Forgacs et al. (1983), la toxicité sur la souris de l’extrait de bois de coeur est faible : la DLO (mg/kg) est supérieure à 100 par voie intraveineuse et supérieure à 1000 par voie orale. Delaveau et ses collaborateurs ont isolé quatre naphtoquinones : le désoxylapachol, la α’-éthyl furano-1,4 naphtoquinone, la déhydro α-lapachone et la α-lapachone (Delaveau et Vidal-Tessier, 1988). Il faut signaler aussi la présence dans le genre de lignanes (Braga de Oliveira et al., 1993) et d’iridoïdes décarboxylés (Lino von Poser et al. 2000).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Tabaecium nocturnum (Barb. Rodr.) Bureau et K. Schum.

Synonymie

Osmhydrophora nocturna Barb. Rodr.

Noms vernaculaires

Créole : liane noyo [yann-noyo].

Wayãpi : kulemo.

Palikur : ihip kunau.

Portugais : curimbó.

Écologie, morphologie

Liane assez fréquente de forêt primaire, à odeur caractéristique d’amande amère.

Collections de référence

Grenand 267.

Jacquemin 1567, 2343 ; Moretti 1181 ;

Oldeman et Sastre 109.

Emplois

Cette liane nous a été donnée comme efficace contre les affections pulmonaires par certains Créoles, habitants de Saül d’origine sainte-lucienne.

Ces derniers prennent l’écorce de tige en macération dans du lait qu’elle parfume.

  • 23 Cette utilisation est également connue chez les Aluku (Fleury, 1991). Les Tacana de Bolivie se serv (...)

Chez les Wayãpi, l’écorce est préparée en décoction. Le liquide est utilisé comme remède en lavage externe contre les éruptions cutanées (kulu)23. Il est également bu et sert à laver le front contre le rhume (hypotensif ?).

  • 24 L’usage comme insecticide et en particulier pour récolter le miel des Mélipones a aussi été observé (...)

Les feuilles froissées et fourrées dans les nids de Mélipones (abeilles mellifères) servent à endormir les insectes dont on convoite le miel24. Selon une variante, on râpe l’écorce de tige dans une calebasse. L’odeur qui s’exhale est soufflée en direction de l’entrée du nid et suffit à endormir les abeilles. Les Palikur, de façon très proche des Wayàpi, utilisent la décoction des feuilles et des tiges en lavage externe contre les céphalées.

Étymologie

Créole : liane noyo, du français « noyau », essence à odeur d’amande amère. Wayàpi : kulemo, de kule, « perroquet Amazona farinosa » et lemo, « pénis » ainsi nommé en raison de la forme de la fleur. Palikur : ihip kunau. de ihip, « liane » et kunau, « arbre Prunus myrtifolia », car les écorces des deux espèces ont la même odeur d’amande amère.

Chimie et pharmacologie

Tous les organes se sont avérés riches en hétérosides cyanogénétiques. L’hydrolyse de ces hétérosides libère de l’acide cyanhydrique. C’est ce qui se passe lorsque l’on froisse des feuilles ou que l’on écorce cette liane et explique l’action de cette plante sur les abeilles. Le constituant principal représentant 96 % de l’essence de noyau est l’aldéhyde benzoïque (Gottlieb et al, 1981).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Tabaecium nocturnum

Tabaecium nocturnum

Famille Bixaceae

Bixa orellana L.

Synonymies

Bixa acuminata Bojer ; Bixa americana Poiret ; Bixa urucurana Willd.

Noms vernaculaires

Créole : roucou |roukou|.

Wayãpi : uluku.

Palikur : ihap.

Français : roucou, rocou (fruit) ; roucouyer, rocouyer (arbre).

Wayana : onot,

Kali’na : kusewe.

Portugais : urucú.

Écologie, morphologie

  • 25 Cette espèce n’existe qu’à l’état cultivé dans les Guyanes et l’Amazonie septentrionale. Cependant, (...)

Petit arbre commun cultivé25.

Collections de référence

Berton 70 ; Capus 58 ; Grenand 1026 ; Jacquemin 2833.

Emplois

Cette plante d’Amérique tropicale n’est pas à présenter. Pour les populations amérindiennes de Guyane, elle est avant tout la base d’une peinture corporelle qui est à la fois, pour eux, une protection contre les mauvais esprits et une parure. Contrairement à une idée couramment répandue, ce n’est pas au roucou mais à son solvant, l’huile de carapa (cf. Carapa guianensis, Méliacées), que les Amérindiens attribuent des vertus médicinales.

Ce colorant sert aussi à teindre les vanneries (Grenand et Prévost, 1994). Préparation : l’eau de lavage de l’arille des graines, saturée de colorant rouge, est mise sur le feu, additionnée de feuilles de la même espèce et d’écorces mucilagineuses (Sterculia villifera Steud., Sterculiacées) jusqu’à réduction en une pâte, laquelle est ensuite façonnée en boule et mise à sécher au soleil. Elle se conserve plusieurs mois. Pour l’application sur le corps, on utilise un solvant gras, très fréquemment l’huile de carapa, plus rarement l’huile de comou (cf. Oenocarpus bacaba, Arécacées) ou des graisses animales. En dehors de cet usage spécifique, d’autres parties de la plante présentent des usages proprement médicinaux.

Les Créoles et les Palikur utilisent la sève qui s’écoule des pétioles pour nettoyer les yeux encrassés par des sécrétions qui pourraient être dues à la blépharite chronique. Le remède consiste à lier trois pétioles et à les plonger brièvement dans de l’eau bouillante additionnée de rhum. Avec cet instrument improvisé, on instille dans les yeux quelques gouttes du liquide visqueux qui s’en écoule.

  • 26 Ceci est à mettre en parallèle avec le fait que la teinture de roucou est considérée comme un antid (...)

Le Dr Richard (1937) indique que la pulpe fraîche des graines était un vomitif utilisé comme contrepoison par les orpailleurs créoles26.

  • 27 Les Tacana de Bolivie préparent les feuilles en bain pour soigner la varicelle (Bourdy et al., 2000 (...)

Pour soigner les abcès, les Wayãpi utilisent les bourgeons chauffés à feu doux puis exprimés localement27.

Chimie et pharmacologie

Dans les feuilles, on a signalé la présence de cyanidine et d’acide ellagique. Différents pigments flavonoïdiques ont été isolés des feuilles (Harborne, 1975) : 7-bisulfate d’apigénol et lutéolol, 7-glucoside d’apigénol et de lutéolol, 8-bisulfate d’hypolaétol (flavonoïde mineur).

La coque du fruit contient 0,05 % d’huiles essentielles, 1 à 1,65 % de résine et beaucoup de tanins (Takemura et al, 1995).

  • 28 L’industrie alimentaire emploie parfois le roucou pour teinter le beurre et le fromage. On ajoute é (...)

La pulpe entourant les graines qui fournit la matière colorante renferme 4 à 5,5 % de deux pigments caroténoïdes isomères, la bixine (9’z-6,6’-diapocarotène-6,6’-dioate) et la norbixine (9’z-6,6’-diapocarotène-6,6’-acide dioïque). La bixine et la norbixine, sont des matières colorantes utilisées à l’échelle industrielle28. D’autres caroténoïdes du type apocaroténoïdes ont été isolés des graines de Bixa orellana (Mercadante et al, 1996). On y trouve également 0,25 à 0,85 % d’huiles essentielles, 2,2 à 3,5 % de lipides, avec des saponines, des tanins et des traces d’alcaloïdes.

L’embryon renferme une matière toxique et drastique. La coque de la graine possède une substance cireuse qui serait vermifuge. La pulpe et la coque des graines sont en effet utilisées comme vermifuge. L’extrait alcoolique concentré des coques de fruits non mûrs est utilisé en cataplasme à la place de la moutarde dont il posséderait les propriétés (Hegnauer, 3, 1964).

Famille Bombacaceae

Ceiba pentandra (L.) Gaertn.

Synonymies

Bombax pentandrum L. ;

Ceiba occidentalis (Spreng.) Burkhill.

Noms vernaculaires

Créole : fromager |fronmajé|, bois diable |bwa-djab|.

Wayãpi : kumaka.

Palikur : kumak.

Aluku : kãkãtri.

Français : fromager.

Portugais : sumaúma.

Écologie, morphologie

Arbre géant commun dans les zones ouvertes mais aussi parfois en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 396, 2876 ; lacquemin 1759 ; Oldeman et Tiburce 931 ; Prévost et Sabatier 4580.

Emplois

  • 29 Chez les Caboclos d’Amazonie, la sève est un remède contre la conjonctivite et l’écorce est un anti (...)
  • 30 Wong (1976) signale qu’à Trinidad, les feuilles sont utilisées en bain et en cataplasme pour soigne (...)

Cet arbre, connu dans tous les tropiques humides, est partout considéré comme un arbre sacré ou un arbre de vie et pour cette raison est presque toujours protégé. En Guyane, toutes les populations partagent ce respect. Chez les Wayãpi par exemple, le tronc du fromager symbolise l’échelle qui permet à l’apprenti chamane d’accéder au monde des esprits qu’il veut domestiquer. Les esprits du fromager sont les esprits-jaguars. Il est en revanche beaucoup plus rare que le fromager soit considéré comme une plante médicinale29. C’est le cas pourtant chez les Wayãpi encore, où l’écorce préparée en décoction est un fébrifuge en lavage externe30.

  • 31 On retrouve un usage proche chez les Urubu-Ka’apor qui font consommer les feuilles par les personne (...)

Chez les Palikur, cette plante est un fortifiant magique pour les enfants : l’écorce des jeunes pieds est écrasée et préparée en macération puis administrée en bain. Le traitement dure un mois ; l’arbre doit être raccourci au fur et à mesure qu’on le prélève31.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles renferment une substance mucilagineuse, de la résine, des dérivés de la quercétine et du kaempférol, de l’acide caféique et des tanins. L’huile extraite des graines possède un acide gras à longue chaine de carbones, l’acide lignocérique.

Ceiba pentandra. Fromager dominant une cambrouze

Ceiba pentandra. Fromager dominant une cambrouze

Quararibea duckei Huber

Synonymie

Quararibea turbinala Poir.

Noms vernaculaires

Créole : bois lélé [bwa-lélé].

Wayãpi : yaputulu’ɨ.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbre de forêt dense humide, assez fréquent.

Collections de référence

De Granville 453 ; Grenand 1213 ; Jacquemin 1425 ; Moretti 103 ; Sastre 4379.

Emplois

La cendre du bois est mélangée avec des feuilles de tabac et mise à macérer dans un peu d’eau, avec éventuellement un peu d’eau de Cologne. Le jus obtenu par expression de la cendre est prisé. L’emploi de cette cendre renforce l’effet narcotique du tabac. Cette pratique est très répandue chez les Noirs Marrons, d’où elle est passée chez les Créoles.

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et lélé, « petit ustensile en bois se terminant par trois amorces de branche en étoile et servant à mixer les liquides ». Les branches de cet arbre servent à fabriquer les lélés.

Chimie et pharmacologie

Il est possible que le mélange du tabac avec les cendres alcalines potentialise les effets narcotiques de la nicotine.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Quararibea duckei. Fleur du bois lélé

Quararibea duckei. Fleur du bois lélé

Famille Boraginaceae

Cordia curassavica (Jacq.) Roem. et Schult.

Synonymie

Cordia macrostachya (Jacq.)

Roem. et Schult.

Noms vernaculaires

Créole : montjoly |monjoli|.

Wayãpi : —

Palikur : tarub, tahub.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux abondant sur le littoral en zone rudérale.

Collections de référence

Grenand et Prévost 1955 ; Moretti 860, 1042 ; Prévost 3422.

Emplois

Chez les Créoles, l’infusion des feuilles, de préférence vieillissantes, est réputée antigrippale, aromatique et pectorale.

  • 32 Le terme montjoly a été utilisé dans la littérature ancienne pour divers petits Cordia médicinaux ( (...)

Les feuilles froissées sont insecticides et, placées autour des poulaillers, elles en éloignent la vermine32.

Les Palikur, en écrasant les feuilles et des bourgeons de Montrichardia arborescens (Aracées) préparent un cataplasme vulnéraire pour soigner les contusions.

  • 33 En Guyana, les feuilles préparées en tisane sont un remède contre l’hypertension et, en emplâtre, s (...)

Les feuilles macérées dans l’eau tiède pendant une journée sont un remède bu contre l’asthme33.

Étymologie

Créole : le nom montjoly n’a rien à voir avec le village du même nom. Celui-ci n’apparaît qu’à la fin du XIXe siècle alors que le nom de la plante est déjà appliqué à un Cordia au XVIIIe siècle (Aublet, 1775). Palikur : tarub serait aussi le nom d’un oiseau.

Chimie et pharmacologie

Les tests que nous avons effectués montrent que les feuilles renferment des flavonoïdes dont le profil chromatographique correspond à celui de flavones et (ou) de quinones. Des quinones (cordiaquinones) aux propriétés antifongiques et larvicides ont été isolées des racines (Gomez et al, 2001).

On note aussi la présence assez générale dans la famille de mucilage et de tanins qui confèrent à ces drogues des propriétés émollientes, pectorales, astringentes. Plusieurs espèces renferment des alcaloïdes pyrolidiniques (cf. infra à Heliotropium indicum pour les propriétés et la toxicité de ces alcaloïdes).

Cordia curassavica. Fleurs de montjoly : les feuilles froissées sont très odorantes

Cordia curassavica. Fleurs de montjoly : les feuilles froissées sont très odorantes

Cordia nodosa Lam.

Synonymies

Cordia collococa Aublet ; Cordia formicarum Willd. ex Roem et Schult.

Noms vernaculaires

Créole : lamoussé fourmi |lanmouséfronmi|, bois fourmi |bwa-fronmi|,

Wayãpi : yawa tai.

Palikur : wiwis kasiuβan.

Portugais : grão-de-galo, arua-felpudo.

Écologie, morphologie

  • 34 Ce petit arbre est aisément reconnaissable à la pubescence couvrant toutes les parties de la plante (...)

Petit arbre assez commun en forêt primaire et en forêt secondaire34.

Collections de référence

Grenand 344, 884 ; De Granville et Burgot 5216 ; Jacquemin 1563 ; Moretti 807 ; Prévost 1376.

Emplois

  • 35 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent les feuilles sèches en tisane pour soigner l’h (...)

Chez les Wayãpi, la partie interne de l’écorce grattée finement (elle se détache facilement) est préparée en décoction pectorale bue contre les essoufflements et le rhume35.

Chez les Palikur, on prépare un bain avec la décoction des feuilles pour rendre tant les enfants que les chiens obéissants

Étymologie

Les trois noms font allusion à la myrmécophilie de cette plante1.

Créole : lamoussé, « d’autres arbres des genres Xylopia et Unonopsis » (Annonacées) et fourmi, en raison des poches myrmécophiles. Wayãpi : yawatai, de yawa, « jaguar » et tai, « fourmi », le nom de l’arbre est aussi le nom de la fourmi-hôte. Palikur : wiwis, « terme de base pour les Cordia » et kasiuβan, de kasiu, « nom de la fourmi-hôte » et βian, « plante ».

Cordia nodosa. Fruites de lamoussé fourmi, plante myrmécophile

Cordia nodosa. Fruites de lamoussé fourmi, plante myrmécophile

Heliotropium indicum L.

Noms vernaculaires

Créole : crête dinde |krèk-denn |, crête coq |krèk-kὸk|.

Wayãpi : —

Palikur : takaak arib, ivuiti duwẽ.

Portugais : rabo-de-galo, crista-de-galo.

Français : héliotrope.

Écologie, morphologie

  • 36 Il s’agit d’une plante introduite au XVIIe ou XVIIIe siècle en Amérique. Son utilisation et sa cult (...)

Plante cosmopolite, cultivée36.

Collections de référence

Jacquemin 1422 ; Moretti 883.

Emplois

  • 37 L’emploi du suc des feuilles comme collyre est signalé aussi à Trinidad (Wong, 1976).

Cette plante est fréquemment utilisée en médecine créole. Les feuilles sont chauffées, froissées et pressées pour en extraire le jus que l’on applique sur les yeux pour soigner les conjonctivites et calmer la douleur37. À d’autres fins, le jus obtenu en écrasant les feuilles est mélangé avec de l’huile de coco et additionné d’un peu de sel ; on fait boire le tout aux enfants pour soigner le rhume, la grippe, la toux. L’infusion des feuilles serait efficace contre l’asthme. Elle nous a enfin été indiquée comme antihémorragique.

Chez les Palikur, on retrouve des usages similaires, sans doute empruntés aux Créoles. En outre, ces Amérindiens associent cette espèce à suepan (cf. Justicia pectoralis, Acanthacées) pour élaborer un remède vulnéraire en cas de blessure ouverte. Les feuilles des deux espèces sont pilées ensemble et appliquées localement en emplâtre humecté de rhum.

Étymologie

Les noms vernaculaires font allusion à l’inflorescence colorée en forme de crosse et la comparent soit à une crête de coq ou de dindon (crête d’inde, crista de galo) soit à la queue arquée du coq (takaak arib. rabo de galo). En Palikur, ivuiti désigne les Hibiscus ornementaux (Malvacées) et duwẽ, « rouge ».

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme des alcaloïdes esters à noyau pyrrolizidinique : héliotrine, lasiocarpine qui provoquent des troubles hépatiques pouvant aller jusqu’à la nécrose du foie. L’hépato-toxicité de ces alcaloïdes a fait l’objet de nombreuses publications car plusieurs espèces de cette famille sont, dans certaines régions du monde, consommées à une large échelle par les hommes et le bétail. La consommation sur une longue période de plantes renfermant des alcaloïdes pyrrolizidiniques représente un réel danger pour la santé publique (Smith et Culvenor, 1981). Les autorités de veille sanitaire de différents pays préconisent actuellement le retrait des médicaments à base de drogues végétales renfermant ces alcaloïdes en raison de leur hépato-toxicité largement démontrée.

Heliotropium indicum. Inflorescence de crête dinde

Heliotropium indicum. Inflorescence de crête dinde

Symphytum officinale L.

Noms vernaculaires

Créole : grand consoule |gran-konsoul|, bibloze |bibloz|.

Wayãpi : —

Palikur : —

Français : grande consoude.

Portugais : confrei.

Écologie, morphologie

Plante vivace des lieux humides et lisières de forêt, pourvue d’un volumineux rhizome portant des racines de la grosseur d’un doigt. Commune en Europe, depuis la Sibérie occidentale, elle est curieusement absente de la zone méditerranéenne alors qu’elle est naturalisée en Amérique du Sud.

Collection de référence

Jacquemin 2603.

Emplois

Chez les Créoles, l’infusion de feuilles est assez appréciée en breuvage pour soigner les varices et tous les troubles de la circulation. Elle posséderait en outre, des vertus hypotensives. Le Dr Richard (1937) l’indique également en tisane, pour soigner les affections pulmonaires.

Étymologie

Le nom latin de la plante était consolida, traduction du grec symphuô, « réunir, souder ». On a attribué très anciennement à la plante la propriété de guérir les plaies et même de consolider les fractures, d’où le nom de « grande consoude » qui, par déformation, a donné le nom de grand consoule en créole.

Chimie et pharmacologie

Cette plante, comme toutes les espèces de la sous-famille des Boraginoïdées, accumule du nitrate de potassium dans ses tissus (Hegnauer, 3, 1964). La racine est riche en glucides ; elle possède du bornésitol, un abondant mucilage et des composés phénoliques : tanins, acide chlorogénique et acide caféique et des alcaloïdes : symphyto-cynoglossine (0,0021 %) et consolidine (0,00171 %) qui libèrent en s’hydrolysant la consolicine.

Ces alcaloïdes exercent une action toxique sur le système nerveux central. Employée depuis l’Antiquité, elle demeure un remède populaire en France où la racine est administrée sous forme de cataplasme de pulpe râpée ou de décocté Cependant, les autorités de veille sanitaire de différents pays préconisent actuellement le retrait des médicaments à base de drogues végétales renfermant des alcaloïdes pyrrolizidiniques en raison de leur hépato-toxicité largement démontrée. L’espèce renferme aussi des bases puriques : l’allantoïne (1 à 1,5 % des racines), la xanthine et l’hypoxanthine. Les réelles propriétés cicatrisantes semblent dues surtout à l’allantoïne, mais le mucilage intervient comme émollient et adoucissant (Paris et Moyse, III, 1971).

Famille Bromeliacaea

Les Bromaliacées sont surtout connues pour l’usage alimentaire de l’une d’entre elles, l’ananas, pour l’utilisation de leurs fibres, mais d’avantage encore pour leur usage moderne comme plantes ornementales. En revanche, cette famille comprend très peu de remèdes en Amérique tropicale.

Ananas comosus (L.) Merr.

Noms vernaculaires

Créole nannan.

Wayãpi : nãnã.

Palikur : kawah.

Français : ananas.

Portugais : abacaxi.

Écologie, morphologie

Plante américaine cultivée partout en Guyane pour son fruit très apprécié.

Emplois

Les Palikur considèrent l’ananas comme un abortif efficace. Pour ce faire, on prend quatre ananas verts que l’on coupe en quatre après les avoir épluchés.

La moitié des morceaux est mise à bouillir, l’autre moitié est conservée crue.

  • 38 Un usage identique du fruit vert a été observé chez les Tikuna du haut Amazone (Schultes et Raffauf(...)

Le lus, extrait des morceaux bouillis, est absorbé le premier jour ; puis on consomme les morceaux crus à jeun, à raison de deux morceaux par jour pendant huit jours38.

Famille Burseraceae

Les espèces de cette famille se caractérisent par leur sève résineuse et balsamique. Ce caractère a été remarqué par les Amérindiens puis par les populations néo-coloniales. Les noms vulgaires employés par les Créoles anglais ou français (incense wood, bois-encens, baume cochon) sont de ce point de vue très clairs.

La distinction entre les espèces est en revanche plus délicate, sans doute en raison de la relative similitude des gommes utilisées. Le problème est compliqué par la circulation et l’utilisées. Le problème est compliqué par la circulation et l’utilisation, dans des langues amérindiennes pourtant de familles linguistiques différentes, d’un nombre de termes de base très limité. En l’absence d’herbier, il est donc souvent risqué de vouloir appliquer ces noms à des espèces précises… En présence d’herbiers abondants, en revanche, comme c’est le cas chez les Palikur et les Wayãpi, on constate malgré tout un certain flottement dans l’attribution des noms.

En tenant compte de ces difficultés à dégager une image ethnobotanique claire de cette famille, il est tout de même possible d’exposer quelques éléments relativement constants la concernant, ainsi que de présenter les principales espèces.

Les Burséracées sécrètent par les blessures de l’écorce une gomme résine plus ou moins épaisse et plus ou moins parfumée. À l’air, cette résine jaune-orangé se transforme en une matière grise ou blanche, légère, poreuse, friable, qui représente l’encens proprement dit. Ces produits ont, aussi loin que nous possédons des témoignages, trois grandes utilisations :

La résine fraîche est employée comme remède externe et interne utilisé, entre autres, comme cicatrisant. Cet usage est connu des Créoles, des Palikur et des Kali’na.

La résine, et plus rarement l’encens, souvent associés à des colorants sont utilisés comme parfum ou comme produit de maquillage. Ce dernier est une sorte de laque odoriférante obtenue en malaxant la résine avec un colorant (fréquemment le roucou) associé à une graisse dissolvante (Carapa guianensis, Méliacées par exemple).

L’encens est un combustible utilisé soit sous forme de flambeau, soit pour allumer le feu, soit comme insectifuge (fumée).

En dehors des espèces présentées infra, nous pouvons citer parmi les espèces les plus connues de Guyane pour ces différents usages :

Protium aracouchini (Aubl.) Marchand, encens tite feuille [bwalansan-ti-féy] (créole) ;

Protium heptaphyllum (Aubl.) Marchand (De Granville 4437 ; Grenand 1372 ; Oldeman 1884), bois l’encens [bwa-lansan] (créole) ; sipi (wayãpi) ; si :po (kali’na) ; haiawa (arawak) ;

Trattinickia rhoifolia Willd. (Grenand 1562, 3144) ; ayawa (wayãpi) ; aya :wa (kali’na) ; ayau (palikur).

Les tests chimiques effectués sur quelques-unes des espèces collectées n’ont rien révélé de particulier. C’est une famille à oléorésine constituées par des huiles terpéniques volatiles et des alcools et acides triterpéniques. Après incision de l’écorce, les terpènes volatils s’évaporent, la proportion des sesquiterpènes devenant alors prépondérante dans la résine.

Les analyses publiées reflètent une grande diversité de composition des encens, en fonction de l’origine botanique et géographique.

Protium heptaphyllum. Écorce avec résine abondante (encens) se solidifiant

Protium heptaphyllum. Écorce avec résine abondante (encens) se solidifiant

Protium heptaphyllum. Fruits d’un bois l’encens

Protium heptaphyllum. Fruits d’un bois l’encens

Dacryodes nitens Cuatrec.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ayawa sili.

Palikur : sedri puvemna, sedri seine.

Écologie, morphologie

Arbre peu commun de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1067 ; Prévost et Grenand 4308.

Emplois

Pour les Palikur, la sève qui s’écoule de l’écorce entaillée est un fortifiant ou un coupe-faim lorsque l’on est privé de nourriture (en cas de perte en forêt par exemple).

Étymologie

Palikur : sedri, du créole cèdre, désignant Cedrela odorata L. (Méliacées) et puvemna, « à petite feuille » ou seine, « blanc » (couleur du tronc).

Dacryodes nitens. Fruits d’un bois l’encens

Dacryodes nitens. Fruits d’un bois l’encens

Protium gallicum Daly.

Noms vernaculaires

Créole : bois l’encens [bwa-lansan] (terme générique).

Wayãpi : walakuseli, tuliɨ.

Palikur : araksim.

Écologie, morphologie

  • 39 Cette espèce récemment décrite par Daly (New York Botanical Garden) est présente dans les forêts cô (...)

Arbre moyen au feuillage fin croissant en forêt primaire39.

Collections de référence

Grenand 2130 ; Lescure 734, 739.

Emplois

Chez les Palikur, cet encens était utilisé pour chasser les esprits :

lorsqu’une personne avait un étourdissement, on lui répandait dans la chevelure de l’encens pilé ;

lorsqu’un chasseur revenait de forêt, il utilisait l’encens de la même manière pour que les esprits se détachent de lui ;

  • 40 L’usage ancien de la résine de Protium aracouchini (créole, encens tite feuille, kali’na, ala : kus (...)

après un enterrement, on brûlait l’encens devant les cases du village et l’on s’en parfumait pour éviter que l’esprit du mort ne vous suive ; ces pratiques étaient accompagnées d’un interdit de consommation sur le piment40.

Tetragastris altissima (Aubl.) Swart

Synonymies

Icica altissima Aubl. ; Tetragastris phanerocephala Sandw.

Noms vernaculaires

Créole : encens rose [lansan-roz], bois yaya [bwa-yaya] (St-Georges).

Wayãpi : yaya’ɨ

Palikur : ayay.

Portugais : breu-manga.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire et des vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Berton 100 ; Grenand 441, 1801 ; Lescure, 427 ; Prévost et Sabatier 2754.

Emplois

  • 41 L’écorce râpée de cette espèce est utilisée par les Surui de Rondônia en application locale pour so (...)

Chez les Palikur, la décoction de l’écorce utilisée en bain soigne l’érysipèle en traitement de longue durée41. Selon Berton (1997), la décoction bue de la même écorce associée à celle de Parkia pendula (Mimosacées) est un contraceptif à raison de deux cuillerées chaque matin Elle est aussi considérée comme abortive en doses plus fortes.

Trattinnickia rhoifolia Willd.

Noms vernaculaires

Créole : bois l’encens [bwa-lansan] (terme générique)

Wayãpi : ayawa.

Palikur : ayau.

Arawak : haiawa balli.

Portugais : breu-sucuruba.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun en forêt primaire et dans les vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 241, 1562, 3144 ; Prévost et Sabatier 2800.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’encens provenant de cette espèce est introduit à serre dans des fentes pratiquées au bout de longs bâtons qui constitueront autant de flambeaux (tuli) fichés en terre, alignés et espacés tous les mètres. Ce dispositif est utilisé en cas d’épidémie occasionnée par les esprits des morts qui s’attachent à leurs victimes. À la nuit tombée, les flambeaux odoriférants sont allumés et la population du village défile en serpentant entre eux. Les esprits, incommodés, prennent la fuite L’opération est en général répétée trois soirs de suite.

Famille Cactaceae

Cereus hexagonus (L.) Mill.

Synonymies

Cactus hexagonus L ;

Cereus longiflorus Alexander.

Noms vernaculaires

Créole : raquette carrée [rakèt-karé].

Wayãpi : kaukau.

Palikur : maraksiu.

Kali’na : makule :lu.

Portugais : jamacarú.

Écologie, morphologie

Grand cactus peu commun souvent planté ou protégé et dont la tige présente six côtes épineuses.

Collection de référence

Berton 76.

Emplois

Chez les Créoles de Cayenne, les fragments de tige et les feuilles de citrouille (Cucurbita sp., Cucurbitacées) sont chauffées sous la cendre ; le jus exprimé mélangé avec du miel et du jus de citron est bu contre la toux (Luu, 1975).

  • 42 Au Venezuela préparées en bain, les tiges de ce cactus sont utilisées pour combattre les effets de (...)

Ce cactus assez fréquent dans le nord-ouest de la Guyane côtière, a été observé cultivé chez les Wayãpi du Kouc (Amapá, Brésil). Les fragments de tige sont préparés en décoction bue comme fébrifuge42.

Les Palikur utilisent cette espèce comme Opuntia cochenillifera (cf. infra) ; cf. aussi un autre usage à Crescentia cujete (Bignoniacées).

Cereus hexagonus. Raquette carrée à côtés épineuses

Cereus hexagonus. Raquette carrée à côtés épineuses

Epiphyllum phyllanthus (L.) Haw.

Synonymies

Cactus phyllanlhus L. ;

Phyllocactus phyllanthus (DC.) Link.

Noms vernaculaires

Créole : latcho caïman [latjo-kayman].

  • 43 Les Wayãpi appliquent également le même nom à une fougère épiphyte (Polybotrya caudata Kunze, Dryop (...)

Wayãpi : yakale luway43.

Palikur : punamna arib.

Écologie, morphologie

Plante épiphyte peu commune de la forêt primaire.

Collections de référence

Feuillet 681 ; Grenand 335 ; lacquemin 1780 ; Lescure 345.

Emplois

  • 44 Chez les Amérindiens de Guyana, cette plante préparée en tisane est un remède contre les courbature (...)

Chez les Wayãpi, cette plante est utilisée pour laver un enfant lorsque son père a violé un interdit de chasse sur le caïman (risques de douleurs). La plante entière (rameaux charnus aplatis) est préparée en décoction44.

Les Palikur utilisent cette plante magiquement pour éloigner les importuns. On frotte la pulpe écrasée, mélangée à celle d’un Caladium (Aracées) nommé uwakeβy, avant de serrer la main de la personne concernée.

Étymologie

Créole : de latcho, « queue » et caïman. Wayãpi : de yakale, « caïman à front lisse » et luway, « queue », « queue de caïman à front lisse ».

Palikur : de punamna, « caïman à lunettes » et arib, « queue », « queue de caïman à lunettes ».

Dans les trois cas, le nom vient de la forme suggestive de la feuille.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Epiphyllum phyllanthus. Fruit de queue caïman porté par un axe plat chlorophyllien ; les graines sont disséminées par les oiseaux

Epiphyllum phyllanthus. Fruit de queue caïman porté par un axe plat chlorophyllien ; les graines sont disséminées par les oiseaux

Opuntia cochenillifera (L.) Miller

Synonymie

Nopalea cochenillifera (L.) Salm-Dyck.

Noms vernaculaires

Créole : raquette, raquette plate [rakèt-plat].

Wayãpi : —

Palikur : iwogbot.

Écologie, morphologie

Cactus ornemental et acclimaté, commun sur la côte. Absent dans l’intérieur chez les Amérindiens.

Collections de référence

Berton 75 ; Moretti 1342.

Emplois

  • 45 À Trinidad, le suc extrait des « raquettes » est bu comme rafraîchissant ; les emplâtres faits avec (...)

Chez les Créoles, l’infusion des parties aériennes est réputée pour soigner les échauffis (mycoses) en application locale. Elle est aussi employée comme shampooing pour les cheveux délicats. Ce dernier usage est également connu des Palikur. En outre, ces derniers amollissent les « raquettes » à la flamme et les appliquent sur les fronts douloureux ou sur le corps lors de convulsions ou de fortes fièvres pour les rafraîchir (Berton, 1997), pour plus de détails, cf. aussi Lonchocarpus chrysophyllus, Papilionacées. La même préparation sert enfin à faire disparaître les cicatrices laissées par les éruptions cutanées45.

Étymologie

Créole : raquette fait allusion à la forme des rameaux charnus aplatis, Palikur iwogbot, de iwak, « main » et bot, « comme ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rhipsalis baccifera (J. Mill.) W. T. Stearn

Synonymies

Rhipsalis cassutha Gaertn. ;

Rhipsalis minutiflora K. Schum.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : duudumna hubban.

Écologie, morphologie

  • 46 Les Rhipsalis sont des plantes aphylles réduites à des rameaux chlorophylliens et charnus portant f (...)

Plante épiphyte assez commune, typique de la forêt humide et des bords de rivière ombragés46.

Collections de référence

Moretti 383, 1286 bis.

Emplois

  • 47 D’après une observation faite en 2002 non loin de Macouria, avec deux de nos informateurs palikur, (...)

Les Palikur associent Rhipsalis baccifera à un Philodendron non identifié (duudumna)47 pour soigner les piqûres de raie venimeuse (Potamotrygon hystrix). Les deux plantes sont pilées ensemble et appliquées en cataplasme.

Étymologie

Palikur : de duudumna, « plante Philodendron » et hubban, « dard de raie ».

Ce nom fait référence à l’utilisation évoquée ci-dessus.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rhipsalis baccifera. Épiphyte à longs rameaux chlorophylliens ; les petits fruits sont mangés par les oiseaux qui en disséminent les graines

Rhipsalis baccifera. Épiphyte à longs rameaux chlorophylliens ; les petits fruits sont mangés par les oiseaux qui en disséminent les graines

Bauhinia guianensis. Fleurs de la liane tortue (ou échelle tortue)

Bauhinia guianensis. Fleurs de la liane tortue (ou échelle tortue)

Famille Caesalpinaceae

Bauhinia guianensis Aublet

Synonymies

Bauhinia chrysophylla Vogel ; Bauhinia excisa (Griseb.) Hemsl. ; Bauhinia platycalyx Benth. ; Bauhinia splendens Kunth.

Noms vernaculaires

Créole : échelle tortue, échelle toti [échèltoti, léchèl-toti].

Wayãpi : ayã yula.

  • 48 Ces noms s’appliquent à divers Bauhinia lianescents de grande taille et aux feuillages très similai (...)

Palikur : wahitye ariβra, wahitye avudiga48.

Portugais : escada-de-jabotí, cipó-escada.

Écologie, morphologie

Grande liane commune des forêts primaires et secondaires.

Collections de référence

Grenand 507, 1684 ; Lescure 383.

Emplois

  • 49 Schultes et Raffauf (1990) signalent que les graines sont diurétiques chez les Taiwano et les tiges (...)

Les Palikur associent les folioles hachées et séchées à l’écorce pilée de Brosimum acutifolium (Moracées) pour confectionner des cigarettes enveloppées avec le liber de Couraturi multiflora (Lécythidacées) qui sont fumées par les apprentis chamanes pour entrer en contact avec les esprits qu’ils souhaitent domestiquer. L’association symbolique (cf. étymologie ci-dessous) est ici évidente49.

Étymologie

Créole : léchèl-toti, « échelle de la tortue terrestre (Geochelene denticulata) » ; Wayãpi : ayã, « esprit de la forêt », yula, « escalier » ; Palikur : wahitye, « esprit de la forêt », ariβra, « escalier » ou avudiga, « hamac ». Tous ces noms renvoient à la forme plate et ondulée de cette grosse liane.

Chimie et pharmacologie

Les écorces de cette liane renferment des naphtoquinones, des flavanes et des stéroïdes glucosidiques (Viana et al., 1999). L’extrait méthanolique des écorces et, dans une moindre mesure, les extraits dychlorométhane et acétate d’éthyle inhibent de façon significative le processus inflammatoire et ont montré une activité analgésique (Carvalho et al, 1999).

Bauhinia kunthiana Vogel

Synonymie

Bauhinia rosea Miq.

Noms vernaculaires

Créole : échelle tortue, échelle toti [échèl toti, léchèl-toti] (terme générique).

Wayãpi : ayãyula sili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

  • 50 Cette plante semble présente un peu partout dans l’intérieur de la Guyane mais n’est abondante que (...)

Liane assez rare croissant en forêt primaire humide et en végétation ripicole50.

Collection de référence

Jacquemin 1777.

Emplois

  • 51 Cette liane est employée comme antipaludique par les Amérindiens de Guyana (Johnston et Colquhoun, (...)

Chez les Wayãpi, la tige entière, grattée en fins copeaux, sert à préparer une décoction utilisée contre la dysenterie et la diarrhée. Le traitement doit être appliqué plusieurs fois par jour51.

Étymologie

Wayãpi : de ayà yula, « escalier A. des esprits », lianes très proches (Bauhinia spp.) et sili, « fine » caria tige est, pour cette espèce, très étroite.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bauhinia kunthiana Vogel

Bauhinia kunthiana Vogel

Caesalpinia pulcherrima (L.) Sw.

Synonymie

Poinciana pulcherrima L.

Noms vernaculaires

Créole : macata [makata], baragette [bwa-bwadjèt].

Créole antillais : baragette.

Français : orgueil de Chine.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé ornemental.

Collection de référence

Prévost 3454.

Emplois

L’infusion des feuilles et des fleurs de ce bel arbuste, très fréquent dans les jardins créoles, est diurétique.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles renferment un hétéroside flavonique, le myricitroside.

Elles auraient des propriétés abortives (Bouquet et Debray, 1974).

Des tanins ellagiques ont été identifiés dans les écorces de tronc, ainsi qu’un nouveau diterpène-ester, la pulcherralpine (Chun Tao et al., 1986).

Les fleurs rouges renferment les composés suivants : α-sitostérol, lupéol, l’acide gallique, la quercetine et de la rutine.

Les fleurs jaunes renferment du α-sitostérol, de l’acétate de lupéol, de l’acide gallique, les flavonoïdes quercétine et myricétine (Rao, 1978).

Les fleurs, particulièrement les roses et les rouges, ont des propriétés antioxydantes et antiradicalaires (Padma et al., 2001).

Caesalpinia pulcherrima. Inflorescence de macata (ou orgueil de Chine) : une autre variété a les fleurs jaune orangé

Caesalpinia pulcherrima. Inflorescence de macata (ou orgueil de Chine) : une autre variété a les fleurs jaune orangé

Cassia fistula L.

Noms vernaculaires

Créole : casse.

Wayãpi : —

Palikur : —

Français : casse des Antilles.

Portugais : canafistula verdadeira, cacho-de-ouro.

Emplois

Cet arbre a été introduit dans de nombreux pays tropicaux pour ses propriétés laxatives. Les Créoles emploient à cette fin la pulpe jaune brun qui entoure les graines.

Chimie et pharmacologie

La pulpe renferme une petite quantité de dérivés anthracéniques (1,5 à 3 %) et des composés analogues aux sennonides A et B qui lui confèrent des propriétés laxatives douces (Paris et Moyse, 11, 1967). Les propriétés bactéricides et antistaminiques démontrées ont conduit les experts de la Pharmacopée caribéenne à classer dans la catégorie « recommandable » les usages externes relatifs aux traitements des dermatoses, usages fréquemment rencontrés dans les pays tropicaux (Robineau et al, 1999).

Copaifera guianensis Desf.

Synonymie

Copaiva guianensis (Desf.) Krause.

Noms vernaculaires

Créole : coupawa [koupawa], bois capayou [bwa-kapayou]

Wayãpi : kupaɨwa.

Palikur : maraura.

Français : copalier, copahu.

Aluku : pansu miti.

Portugais : copaíba-branca.

Écologie, morphologie

  • 52 Cette espèce, vivant en peuplement, est assez fréquente dans l’ouest de la Guyane.
    En revanche, dans (...)

Arbre moyen ou grand de la forêt primaire et des forêts ripicoles propres52.

Collections de référence

Fleury 215, 476 ; Grenand 2854 ; Prévost et Grenand 1054.

Emplois

  • 53 En Guyane, seule Copaifera guianensis semble présente, contrairement au Brésil où on extrait l’huil (...)
  • 54 Les Urubu-Ka’apor se servent également de cette espèce contre les maux d’oreille (Balée, 1994).

Chez les Créoles et les Palikur du bas Oyapock, l’huile extraite du tronc à raison d’un litre par pied est utilisée comme lotion capillaire et en friction contre les rhumatismes et les crampes53. Selon Berton (1997), elle sert aussi chez les Palikur à soigner les otites54 et l’érysipèle.

  • 55 Cet usage de l’écorce est également connu des Aluku du Maroni, proches voisins des Émerillon (Fleur (...)

Chez les Wayãpi de Camopi, l’écorce de tronc est préparée en décoction bue contre la dysenterie. Ce remède est d’origine émerillon55. Par ailleurs l’exsudation huileuse est appliquée sur les éruptions cutanées d’origines diverses.

Chimie et pharmacologie

Au Brésil, on extrait l’huile ou baume de copahu de plusieurs espèces du genre Copaifera. Sans une vérification botanique rigoureuse des sources citées, il faut donc être prudent dans l’exploitation de la littérature chimique sur cette espèce, même s’il ne semble pas que l’on ait noté de grandes variations dans la qualité de l’huile. L’espèce la plus étudiée jusqu’ici est Copaifera langsdorfii Desf. et il faut, là encore, éviter d’extrapoler sans discernement ses propriétés aux autres espèces.

L’huile de copahu provenant de divers Copaifera renferme des diterpènes et des caryophyllènes (Monti et al., 1999). Cascon et Gilbert (2000) ont montré la présence de sesquiterpènes et les acides diterpèniques suivants : copaène, trans-caryophyllène, trans-bergamotène.-sélinène,-bisabolène,-cadinène,-oxyde de caryophyllène, les acides copalique, polyalthique et 3-acétoxycopalique.

L’huile possède des activités bactéricides, antheiminthiques, analgésiques, antiinflammatoires, gastro-protectrices et tripanocides (Cascon et Gilbert, ibid.).

Un diterpène du type clérodane, (-)-kolavénol, isolé de C. langsdorfii, a montré une activité assez nette sur des tumeurs murines greffées (Ohsaki et al., 1994). L’oléorésine de la même espèce a montré une activité gastro-protectrice (Paiva et al., 1998).

Le copahu est employé comme fixateur de parfum par les industries de la cosmétique, qui mettent aussi à profit ses propriétés bactéricides. Mais c’est comme source renouvelable d’hydrocarbures qu’il a connu ces dernières années un regain d’intérêt. Le mélange de sesquiterpènes qui constitue l’huile de copahu peut être utilisé comme pétrole sans grande modification chimique (Calvin, 1979). Des plantations à grande échelle sont tentées au Brésil notamment, où l’on a fondé de grands espoirs sur « l’arbre à pétrole » (Alencar, 1981).

Copaifera guianensis

Copaifera guianensis

Eperua falcata Aublet

Synonymie

Panzera fakata (Aubl) Willd.

Noms vernaculaires

Créole : wapa [wapa], wapa rouge, pois sabre (vieilli), wapa gras [wapa-gra].

Wayãpi : tapaka.

Palikur : wap, wap duwõ.

Aluku : bïïudu.

Portugais : apá, muirapiranga.

Écologie, morphologie

Grand arbre de forêt primaire et des berges bien drainées.

Collections de référence

Grenand 610, 3060 ; Moretti 1363 ; Oldeman et Tiburce 218.

Emplois

Les écorces de cet arbre, reconnaissable à ses gousses plates et larges pendantes au-dessus de l’eau, sont employées par les Aluku en décoction comme analgésique dentaire ; cet usage est connu de certains Créoles. Les Saramaka utilisent comme cicatrisant des plaies la résine qui s’écoule du cœur de l’arbre.

Étymologie

Créole : wapa est un emprunt à une langue amérindienne ; cf. arawak, wallaba et palikur, wap.

Chimie et pharmacologie

Les analyses chimiques que nous avons effectuées montrent que feuilles et écorces de tronc renferment un mélange complexe de polyphénols : flavanes, flavonoïdes, etc. L’équipe de Delaveau a isolé de la résine, des hydrocarbures ainsi que des diterpènes bicycliques neutres et acides.

Les propriétés cicatrisantes n’ont pas été confirmées, mais il a été mis en évidence des propriétés bactéricides et antifongiques expliquant la durabilité naturelle de son bois (Delaveau et Vidal-Tessier, 1988). Un brevet a été déposé sur les applications en dermo-cosmétique d’un extrait de cette espèce présentant une activité antiradicalaire (Pauly et Moretti, 1998b). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Eperua falcata. Gousses du wapa

Eperua falcata. Gousses du wapa

Hymenaea courbaril L.

Noms vernaculaires

Créole : courbaril [koubari], caca chien [kaka-chien] (fruit).

Wayãpi : yɨta’i

Palikur : simig.

Français : copal, copal du Brésil.

Kali’na : Jimili.

Portugais : jatobá, jutaí.

Écologie, morphologie

  • 56 En Guyane, l’espèce semble particulièrement répandue sur la côte, sans doute grâce à l’action prote (...)

Grand arbre des forêts secondaire et primaire56.

Collections de référence

Grenand 1078, 3276 ; Jacquemin 2665 ; Moretti 291 ; Prévost et Sabatier 3585.

Emplois

La décoction de l’écorce de tronc de cet arbre très commun est, pour les Créoles, dépurative et antipyrétique. Additionnée de sucre, elle peut remplacer le thé. On utilise aussi la résine (nommée gelée) qui s’exsude de l’écorce quelque temps après l’incision pour traiter les plaies récentes.

  • 57 Hymenaea courbaril est un arbre très connu dans toutes les basses terres d’Amérique tropicale pour (...)

Chez les Wayãpi, les sécrétions résineuses fraîches ainsi que l’arille des fruits (par ailleurs comestibles) sont un remède contre la dysenterie57.

Chez les Palikur, la résine fraîche délayée dans l’eau est un remède bu contre les vents et les maux de cœur (kunavui). L’écorce, de son côté, est préparée en décoction comme remède contre les maux d’estomac. En raison de son amertume, elle est mélangée à du sirop de miel ou du lait concentré sucré.

Ce remède en traitement de fond est pris quotidiennement de bon matin jusqu’à cessation du mal.

Pour soigner la blesse, on frotte sur tout le corps de la chandelle molle (suif) mêlée à la résine et on boit très chaude la décoction de l’écorce. Enfin la résine fraîche est appliquée sur les taches de grossesse ou les gercures des seins.

Chimie et pharmacologie

Karrer (1958) signale que dans la résine de cet arbre, on a identifié un diterpène, l’acide copalique. Langenheim et al. (1977) ainsi que Stubblebine et Langenheim (1980) ont étudié la composition en sesquiterpènes de la résine extraite des feuilles. Ils ont trouvé que le nombre et les proportions de ces corps étaient très variables en fonction des régions et des biotopes. Cette résine est à la fois fongicide et toxique pour les larves d’insectes phytophages.

Elle constitue donc un bon moyen de défense pour la plante.

Hymenaea courbaril. Gousse du courbaril (ou caca chien)

Hymenaea courbaril. Gousse du courbaril (ou caca chien)

Hymenaea courbaril. Gousse ouverte du courbaril : graines entourées d’une arille farineuse comestible

Hymenaea courbaril. Gousse ouverte du courbaril : graines entourées d’une arille farineuse comestible

Senna alata (L.) Roxb.

Synonymies

Cassia alata L. ; Cassia bracteata L.f.

Noms vernaculaires

Créole : bois dartre [bwa-dat], cassialata [kasialata].

Wayãpi : pôle.

Palikur : wahamwi vie.

Créole antillais : dartrier (Fournet, 1978).

Aluku : niefo udu.

Portugais : mata-pasto.

Écologie, morphologie

Petit arbre pantropical très commun dans les zones ouvertes.

Collections de référence

Grenand et Prévost 1982 ; Moretti 1338 ; Oldeman et Burgot 507 ; Prévost et Grenand 3228.

Emplois

  • 58 Les Aluku préparent avec les fleurs ou les racines une tisane à usage similaire (Fleury, 1991). Les (...)

Les Cayennais nomment cette espèce bois dartre, alors que les habitants créoles des autres communes appliquent ce nom à diverses espèces de Vismia. Les feuilles finement broyées sont mélangées à de la graisse ou de l’huile ou simplement appliquées et frottées sur les dartres. Chez les Wayãpi, les feuilles préparées en décoction sont un fébrifuge utilisé en lavage externe Chez les Palikur enfin, les fleurs préparées en décoction amère sont bues comme vermifuge58. Selon Berton (1997), elles sont parfois associées aux feuilles de Mikania micrantha (Astéracées). Les feuilles et lecorce préparées de la même façon sont utilisées en lavage externe contre diverses maladies de peau (igka, künk, waigu, cf. tabl. iv page 80 et tabl. v page 85), l’acné juvénile et la gale.

Étymologie

Créole : le premier terme se réfère clairement à la maladie soignée et le second est un emprunt au terme botanique. Palikur : de wahamwi, « anaconda géant » et vie, de aβey, « remède », probablement en raison de son habitat ripicole et aussi des maladies que cette plante soigne : dans tous les cas la peau pèle plus ou moins... comme la peau des serpents.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles renferment de la rhéine.

La teneur en anthraquinone pourrait être supérieure au séné et justifier l’usage de l’infusion des feuilles comme purgatif. L’extrait aqueux de feuilles à 5 % contient 1,55 % de dérivés hydroxy-anthracéniques, sous forme de sennosides B et 100 mg/ml de dérivés anthraquinoniques, sous forme de rhéine et d’aloé-émodol (Robineau et al, 1999). La plante est un remède universel contre diverses dermatoses : dartres, ulcères, eczémas et est également réputée antiherpétique. On emploie généralement les feuilles fraîches. On leur attribue aussi une action antiparasitaire contre la gale et antibactérienne (Anton et Duquenois, 1968).

Les fruits seraient aussi purgatifs et, comme ceux de Senna occidentalis, ils peuvent être, après torréfaction, employés comme succédané du café sans caféine (Anton et Duquenois, ibid.).

Senna alata. Fleurs de bois dartre (ou cassialata)

Senna alata. Fleurs de bois dartre (ou cassialata)

Senna hirsuta (L.) Irwin et Barneby

Synonymies

Cassia hirsuta L. ; Ditremexa hirsuta (L.)

Britton et Rose.

Nom vernaculaire

Créole : café zerb pian [kafé-zerb-pian]

Écologie, morphologie

Arbrisseau pantropical très commun.

Collection de référence

Jacquemin et Burgot 1420.

Emplois

Même usage pour cette espèce que pour Senna occidentalis.

Senna obtusifolia (L.) Irwin et Barneby

Synonymie

Cassia obtusifolia L.

Noms vernaculaires

Créole : café zerb pian [kafé-zerb-pian].

Créole antillais : soumaké

Collection de référence

De Granville 4628.

Emplois

Même usage pour cette espèce que pour Senna occidentalis.

Senna occidentalis (L.) Link

Synonymies

Cassia occidentale L. ; Ditremexa occidenlalis

Britton et Rose.

Noms vernaculaires

  • 59 Les plantes que l’on nous a montrées sous le nom de indigo ne sont ni Indigofera tinctoria L., ni I (...)

Créole : café zerb pian [kafé-zerb-pian], digo [digo], indigo [endigo]59, anigou [annigou], digo café [digo-kafé].

Wayãpi : —

Palikur : yatuwe βan.

Portugais : pajamarioba, pamarijoba, fedegoso-verdadeiro

Écologie, morphologie

Arbuste pantropical très commun, souvent cultivé.

Collections de référence

Berton 13 ; Gély 46 ; Moretti 182 ; Jacquemin et Burgot 1419 ; Prévost 3948.

Emplois

Les graines de ce petit arbuste sont employées par les Créoles comme succédané du café, après torréfaction. Les feuilles prises en tisane seraient efficaces contre les calculs rénaux. L’alcoolature des racines est utilisée en friction dans les crises de rhumatisme. Chez les Palikur, la décoction des feuilles est bue contre la grippe, la fatigue et le diabète en petite quantité.

Quatre feuilles en infusion longue donne une tisane verte qui constitue, à raison d’un demi-verre par jour, un traitement amaigrissant.

Étymologie

Créole : de café en raison de son usage et zerb pian, « herbe de la sarigue », en raison de son odeur aussi forte que celle de l’animal.

Chimie et pharmacologie

La casse puante, comme on appelle cette espèce dans d’autres régions tropicales francophones, connaît des usages variés. L’action diurétique des feuilles a été reconnue ainsi que leur faible action purgative. Ces propriétés sont liées à la présence de traces de dérivés anthracéniques purgatifs (hétérosides de physcion) et de C-flavonoïdes en abondance (vitexine). La racine serait également purgative et renferme des dérivés anthroniques du type chrysophanol et, pour les racines âgées, du physcion (Anton et Duquenoy, 1968). La torréfaction détruit la toxalbumine présente dans les graines fraîches.

Cette dernière substance, myodégénérative, serait toxique pour le bétail (Bruneton, 1996). La torréfaction détruit aussi en grande partie les dérivés anthracéniques purgatifs (dérivés du physcion).

Senna occidentalis. Gousses immatures de café zerb pian (ou digo)

Senna occidentalis. Gousses immatures de café zerb pian (ou digo)

Senna quinquangulata (L. C. Rich.) Irwin et Barneby

Synonymie

Cassis quinquangulata Rich.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi mãngãngã lemiũ’ɨ.

Palikur datka aiβra.

Aluku maloko pesi.

Collections de référence

Grenand 1049, 2067 : Sastre 4693.

Écologie, morphologie

Liane des végétations secondaire et ripicole atteignant parfois une grande taille en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1049, 2067 ; Sastre 4693.

Emplois

  • 60 Les Aluku utilisent cette espèce en bain contre les éruptions cutanées (Fleury, 1991).

Les Palikur utilisent cette espèce comme cicatrisant des plaies ouvertes. La sève extraite des tiges écrasées est appliquée localement ; par ailleurs on absorbe chaque jour une décoction faite avec un fragment de tige de 20 cm coupé en quatre. La tisane est consommée jusqu’à ce que l’on puisse vaquer normalement, à ses occupations60.

Étymologie

Wayãpi : de mãngãngã, « bourdon » et lemiũ’ɨ, « nourriture », car ces insectes aiment en butiner les fleurs.

Palikur : datka, « anaconda » et aβra, de ihip, « liane », traduit par « escalier de l’anaconda ».

Senna reticulata (Willd.) Irwin et Barneby

Synonymie

Cassia reticulala Willd.

Noms vernaculaires

  • 61 Cette espèce est confondue avec Senna alata par l’ensemble des populations de Guyane.

Cf. noms vernaculaires à Senna alata61.

Écologie, morphologie

Petit arbre plutôt ripicole.

Collections de référence

Jacquemin 1582, 1735 ; Lescure 517 ; Oldeman et Burgot 3602.

Emplois

Même usage pour cette espèce que pour Senna alata.

Famille Campanulaceae

Centropogon cornutus (L.) Druce

Synonymies

Centropogon surinamensis (L.) C. Presl. ; Lobelia cornuta L.

Nom vernaculaire

  • 62 Saint John est également attribué en créole à Justicia secundo (Acanthacées), fournissant un nouvel (...)

Créole : radié pétey [radjé-pété], Saint John62.

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbrisseau parfois sarmenteux commun en végétation rudérale. Il ne croît que dans la région côtière.

Collections de référence

Jacquemin 1401, 1417 ; Moretti 785, 867 ; Prévost 3566.

Emplois

Les Créoles utilisent les feuilles à des fins alimentaires (épinards) mais en préparent également une décoction réputée tonique et abortive.

Étymologie

  • 63 En Guyana, cette espèce est fréquemment utilisée pour de nombreux usages médicinaux, mais avant tou (...)

Créole : de radié, « petite plante » et pétey, du français « péter », « la petite plante qui fait péter », en référence à son usage alimentaire63.

Chimie et pharmacologie

Le genre renferme de l’acide chélidonique (Hegnauer, 4, 1966).

Centropogon cornutus. Fleur de radié pétey

Centropogon cornutus. Fleur de radié pétey

Famille Caprifoliaceae

Sambucus simpsonii Rehder

Noms vernaculaires

Créole sureau [siro], fleur sirio [sirio].

Wayãpi : —

Palikur : saram βey.

Portugais : sabugueiro.

Écologie, morphologie

Arbuste introduit comme plante ornementale ; il est souvent cultivé.

Collections de référence

Berton 125 ; Kodjoed 76 ; Moretti 728 ; Prévost 1324 ; 3931.

Emplois

  • 64 Le docteur Richard (1937) signale l’usage du suc brut des feuilles écrasées, comme vomitif et purga (...)

En médecine créole, la tisane des inflorescences, émétique à forte dose64, est prise comme antigrippal.

Les Palikur préparent avec les feuilles une décoction fébrifuge qui est appliquée en bain. Si on y ajoute les barbes de maïs vert et les feuilles sèches de bois canon (Cecropia obtusa, Cécropiacées), elle sert également à soigner la rougeole.

  • 65 Aux Antilles, c’est la même espèce qui est utilisée comme sudorifique et fébrifuge (Fournet, 1978) (...)

Nous sommes là en présence d’usages solidement attestés dans la littérature (Perrot et Paris, 2, 1974) et qui trouvent leur origine dans l’utilisation du sureau (Sambucus nigra L.) en Europe65.

Pour un autre usage, cf. Crescentia cujete, Bignoniacées, p. 240.

Étymologie

Créole : fleur sirio et siro sont bien entendu des altérations du français « sureau ».

Palikur : saram βey, de saram, altération du portugais sarampo, « rougeole » et βey, « remède », « le remède contre la rougeole ».

Chimie et pharmacologie

Les fleurs des espèces de ce genre sont riches en sels minéraux, surtout en nitrate de potassium. Elles renferment du mucilage et des acides polyphénoliques, acides chlorogéniques et caféine ainsi que des flavonoïdes : le rutoside représente jusqu’à 3 % des fleurs sèches (Paris et Moyse, II, 1967). Nous avons confirmé la présence de rutoside dans les fleurs de la présente espèce au moyen de la chromatographie sur papier dans plusieurs systèmes de solvants (solvant de Partridge, acide acétique 15 %, Forestal), par comparaison avec un échantillon témoin de rutoside.

Le rutoside est un flavonoïde employé en pharmacie pour renforcer la résistance capillaire.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Sambucus simpsonii. Feuilles et fleurs de sureau (ou fleur sirio)

Sambucus simpsonii. Feuilles et fleurs de sureau (ou fleur sirio)

Famille Caricaceae

Carica papaya (L.)

Synonymie

Carica sativa Tussac

Noms vernaculaires

Créole : papaye [papay].

Wayãpi : mãũ.

Palikur : paβay.

Portugais : mamão.

Français : papaye.

Écologie, morphologie

  • 66 L’arbre comporte de nombreuses variétés ; cultivé dans des zones bien nettoyées, il disparaît rapid (...)

Plante arbustive sud-américaine cultivée, très commune partout66.

Collections de référence

Berton 175 ; Gély 32 ; Haxaire 1063 ; Jacquemin 2193.

Emplois

Cet arbuste aux fruits comestibles consommés par toutes les populations des pays tropicaux est de surcroît abondamment utilisé comme plante médicinale en Guyane comme ailleurs en Amérique tropicale.

Chez les Créoles, le docteur Richard (1937), dans un mémoire non publié sur la pharmacopée des orpailleurs de la région de Saint-Elie, signale déjà de nombreuses applications : écorce de racine en tisane aphrodisiaque, coeur des racines en tisane anti-aphrodisiaque et macération en usage externe contre la blennorragie ; pulpe des fruits associée au saindoux en pommade contre les abcès ; graines vermifuges et capables d’améliorer l’acuité visuelle ; enfin, lait en application locale contre les maux de dent. Warburg, in Lemée (IV, 1956), signale de surcroît l’infusion des fleurs fraîches contre la bronchite et l’aphonie, sans pour autant en situer géographiquement l’utilisation qui est pourtant connue en Guyane (Saint-Georges de l’Oyapock).

Nous retrouvons dans la région de Belém l’utilisation des fleurs de papayer mâle en décoction, soit contre les maladies de foie ou la mauvaise digestion, soit (en association avec Artemisia absinthum L., Astéracées, Alternanthera tenella Colla, Amaranthacées et Sambucus nigra L., Caprifoliacées) comme lavement intestinal ou bien encore associé à Portulaca pilosa L. (Portulacacées) comme abortif (Furtado et al., 1978).

Ces diverses utilisations de la plante par les populations métisses du nord de l’Amérique tropicale se rattachent en fait à deux grands domaines : les troubles liés à la reproduction et ceux de l’appareil digestif. Il ne fait pas de doute qu’il s’agit là, comme nous allons le voir, d’un héritage amérindien. En effet, la papaye est liée très souvent en Amérique tropicale à la symbolique de la fertilité : son nom guarani jakarati’a signifie « fruit ressemblant à un sein plein de lait » (Storni, 1944) et la mythologie wayãpi fait venir cette plante du sein d’une grand-mère incinérée (F. Grenand, 1982). L’utilisation des feuilles de papayer lors de l’accouchement chez les Palikur (seules ou en composition avec wime etni, Annona echinata, Annonacées) relève d’une association du même type. On prépare en décoction des feuilles vertes et des feuilles fanées en quantité égale. On boit deux ou trois cuillerées du breuvage, puis on lave le ventre avec le reste avant les contractions. Le remède accélère l’accouchement et atténue les douleurs.

Les utilisations inverses, comme aphrodisiaques chez les Créoles (racines) ou abortifs chez les Caboclos (fleurs mâles), sont encore à rattacher au même ensemble culturel.

L’utilisation des graines comme vermifuge puissant est probablement aussi d’origine amérindienne puisque nous avons retrouvé cette utilisation médicinale chez les Wayãpi (graines grillées) supportée par un mythe : « Jadis, des parents firent avaler à leur enfant qui avait un gros ventre plein de parasites des graines grillées de papaye comme autant de comprimés. Puis ils l’installèrent sur une espèce de grille de boucan et il sortit de son anus différentes espèces de parasites : d’abord de vrais vers, puis d’autres aussi poilus que des animaux, tels que le tapir, l’agouti, le daguet rouge, etc. Et c’est comme cela que l’enfant guérit. Toute la vermine, qui était sortie morte, fut jetée dans l’eau » (conté par Raymond Alasuka, 1982).

Chimie et pharmacologie

Le latex qui s’écoule lorsqu’on incise la peau du fruit encore vert, renferme un mélange enzymatique appelé papaïne qui provoque la dégradation des protéines en peptides puis en aminoacides.

Cette propriété est mise à profit dans la pharmacopée actuelle pour la préparation de vermifuges (digestion des parasites), pour améliorer les insuffisances digestives et pour accélérer la cicatrisation des plaies. En homéopathie, on utilise la papaïne comme fortifiant et équilibrant du système nerveux ; enfin, en cosmétologie, on l’introduit dans des crèmes comme améliorant dermatologique (Bezanger-Beauquesne et al., 1975). Le mot papaïne désigne en fait un mélange de trois enzymes qui se trouvent dans le latex exsudant du fruit et qui se nomment : papaïne, lysozyme et chymopapaïne. Nickell (1959) signale que les feuilles et les racines ont montré une activité antimicrobienne sur les bactéries gram+ et les mycobactéries. L’extrait de graines présente d’excellentes propriétés insecticides, malheureusement, le principe actif, très fragile, se décompose au cours de son extraction (Delaveau, comm. pers., 1983). Boum (1978) a montré que l’infusé d’écorce de tronc provoque chez le rat une diminution de 30 % du taux de bilirubine dans le sang grâce à une action antihémolytique due au mélange xylitol, glucose, fructose. Smith a montré dès 1964 que l’on pouvait guérir les névralgies du nerf sciatique résultant d’une hernie discale en injectant, entre deux vertèbres, de la chymopapaïne dans le noyau discal responsable de la douleur. L’enzyme est capable d’hydrolyser les protéoglycans de ce noyau sans léser le collagène de l’anneau fibreux.

Les graines renferment un glucoside : la caricine et les feuilles contiennent des saponosides (Hegnauer, 3, 1964). Les fruits renferment deux caroténoïdes, la caricaxanthine et la violaxanthine (Karrer, 1958), ainsi qu’une protéine présentant un très grand pouvoir bactéricide (Emurawa, 1982).

En raison des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires démontrées, les participants au programme Tramil ont classé les usages externes du fruit contre les abcès et les furonculoses dans la catégorie « usage recommandable » ; il en est de même pour l’usage interne contre l’hypertension, en raison notamment, de la teneur élevée en xilitol (Tramil 7, 1995).

Carica papaya. Pied de papayer avec ses fruits encore verts (papayes)

Carica papaya. Pied de papayer avec ses fruits encore verts (papayes)

Famille Caryocaraceae

Caryocar glabrum (Aubl.) Pers.

Synonymies

Caryocar coccineum Pilg. ;

Saouari glabra Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : chawari montagne [chawari-montangn].

Wayãpi : peke’a lã.

Palikur sawa.

Portugais : piquiárana.

Écologie, morphologie

Grand arbre de forêt primaire présent partout en Guyane.

Collections de référence

Grenand 509 ; Prévost et Grenand 4373.

Emplois

  • 67 Les péricarpes de C. glabrum mélangés quelque jours avant l’emploi à de la boue sont utilisés par q (...)

Les Palikur utilisent l’écorce de cet arbre pour soigner les tumeurs externes. L’écorce est grillée avec des morceaux de carapace de tortue terrestre (Geochelene denticulata) ; le tout est réduit en poudre et mélangé à de la chandelle molle (suif) puis étalé sur le fond d’une calebasse ; on fait chauffer à feu doux et on applique sur la tumeur67.

Étymologie

Wayãpi : peke’a lã de peke’a, « arbre Caryocar villosum » et lã, « qui ressemble à ».

Palikur : sawa, de sawawitye, « hérissé », en raison de l’aspect de la graine débarrassée du mésocarpe.

Chimie et pharmacologie

Pour les propriétés chimiques et autres usages, cf. infra Caryocar microcarpum et Caryocar villosum.

Caryocar glabrum. Chawari montagne hébergeant des épiphytes et des hémiépiphytes

Caryocar glabrum. Chawari montagne hébergeant des épiphytes et des hémiépiphytes

Caryocar glabrum. Fleurs du chawari montagne

Caryocar glabrum. Fleurs du chawari montagne

Caryocar glabrum. Fruits et graines du chawari montagne

Caryocar glabrum. Fruits et graines du chawari montagne

Caryocar microcarpum Ducke

Synonymie

Caryocar riparium A C. Sm.

Noms vernaculaires

Créole : chawari d’l’eau [chawari-dilo].

Wayãpi : seweli.

Palikur : kwailu.

Portugais : piquiárana-do-igapó.

Écologie, morphologie

Grand arbre typique des bords de rivière et des forêts inondables, réputé pour son imputrescibilité.

Collections de référence

Grenand 640, 1657 ; Lescure 822 ; Moretti 447 ; Moretti et Damas 139 ; Prévost 1361.

Emplois

  • 68 Les feuilles de Caryocar microcarpum sont utilisées comme ichtyotoxique par les Witoto et les Kubeo (...)

En Guyane, l’usage médicinal de cette espèce est propre aux Palikur68. L’écorce est un remède contre la mycose nommée puwuski et les microfilaires (wiuwi) en association avec les feuilles d’Elephantopus mollis (Astéracées) et de Lagenaria siceraria (Cucurbitacées). Le tout est mis à bouillir dans de l’eau jusqu’à épaississement du liquide. Les soins sont pratiqués sous forme de bain de pied.

Une deuxième préparation est destinée à rendre les chiens ardents à la chasse : on bat l’écorce de Caryocar puis on y ajoute du jus de manioc, une Poacée, Paspalum conjugatum, et des feuilles pilées de Cnidoscolus urens (Euphorbiacées), plante violemment urticante, voire vésicante. Le liquide, que l’on a d’abord laissé macérer, sert à baigner le chien, après quoi on lui en verse trois gouttes dans chaque narine. Ce traitement sert à développer chez lui un bon odorat qui lui fera tenir ses proies.

Chimie et pharmacologie

La présence de tanins et de saponines dans les diverses parties de cette espèce n’est probablement pas étrangère à l’action de cette drogue sur les mycoses et les filaires. Les saponines et tanins des feuilles de C. microcarpum ont été identifiés comme des dérivés des acides galliques et oléanoliques (Kawanishi et Raffauf, 1986).

Cf. aussi infra à Caryocar villosum.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Feuilles et fleurs en boutons de Caryocar microcarpum

Feuilles et fleurs en boutons de Caryocar microcarpum

Caryocar microcarpum. Fleurs et fruits du chawarti de l’eau. Les fleurs s’ouvrent la nuit et sont pollinisées par les chauves-souris

Caryocar microcarpum. Fleurs et fruits du chawarti de l’eau. Les fleurs s’ouvrent la nuit et sont pollinisées par les chauves-souris

Caryocar villosum (Aubl.) Pers.

Synonymies

Pekea butyrosa Aublet ; Saouari villosa Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : arbre à beurre [bwa-dibè], pékéya (St-Georges).

Wayãpi : peke’a.

Palikur : pikia.

Portugais : piquiá.

Écologie, morphologie

  • 69 « Un des plus beaux arbres du Brésil ; atteint parfois des dimensions colossales (jusqu’à plus de 5 (...)

Très grand arbre de la forêt primaire69.

En Guyane, présent seulement dans l’est.

Collections de référence

Grenand 398, 3076.

Emplois

  • 70 Les Caryocar sont connus soit pour leurs amandes délicieuses (Caryocar glabrum (Aubl.) Pers. ; Cary (...)

La pulpe grasse de cette espèce est quelquefois utilisée par les Wayãpi pour fabriquer une huile qui, mélangée au roucou, aurait les mêmes propriétés défatigantes que Carapa guianensis (Méliacées)70.

Étymologie

Wayãpi : peke’a de pe, « chemin », ke, « ancien » et a, « fruit », « l’arbre fruitier des anciens chemins » ; cette étymologie indique que les Amérindiens l’ont disséminé en jetant les graines après consommation de la pulpe.

Chimie et pharmacologie

  • 71 Au Brésil central, pequi désigne une huile généralement extraite de Caryocar brasiliense Cambess., (...)

Les graines et la pulpe des fruits de Caryocar villosum fournissent une huile de table dénommée piquiá, vendue sur les marchés amazoniens71. La composition de la pulpe du fruit se caractérise par une teneur en eau relativement faible (50,3 %) et une teneur élevée en acides gras (64,5 %). Les principaux acides gras sont les acides palmitique et oléique (Marx et al., 1997).

Nous avons mis en évidence la présence de saponines dans toutes les parties de ces grands arbres - feuilles, écorce de tronc et de racine et péricarpe des fruits - qui est à rapprocher de l’emploi de ces derniers comme ichtyotoxique (cf. note 1 à Caryocar microcarpum) ; les graines comestibles en sont exemptes. La présence dans ces espèces de tanins et de saponines peut être aussi reliée à leur action sur les mycoses et les filaires.

Caryocar villosum. Fruit de l’arbre à beuure (ou pékéya) : la graine est entourée d’une pulpe jaune très grasse

Caryocar villosum. Fruit de l’arbre à beuure (ou pékéya) : la graine est entourée d’une pulpe jaune très grasse

Famille Caryophyllaceae

Drymaria cordata (L.) Willd.

Synonymie

  • 72 Les collections d’herbier indiquées ci-dessus avaient été identifiées dans la première édition comm (...)

Holosteum cordatum L.72

Noms vernaculaires

Créole : petite griffe |ti-grif|, ti mignonette |ti-miyonnèt|.

Wayãpi : —

Palikur : asukatye arib.

Portugais : jaboti-caá.

Écologie, morphologie

Petite herbe prostrée, fréquente sur les aires régulièrement désherbées de la région littorale.

Collections de référence

Grenand 1609 ; Moretti 268 ; Prévost 3658 ; Jacquemin 1497.

Emplois

  • 73 Les auteurs anciens (Aublet, 1775 ; Heckel, 1897) indiquent « consommé en salades rafraîchissantes  (...)

L’infusion passe, en médecine créole, pour diminuer les fuites albuminuriques. Il nous a été rapporté que cette plante était autrefois employée dans le traitement de la lèpre. Les Palikur préparent une décoction fébrifuge de la plante entière prise en tisane73.

Étymologie

Créole : ti mignonette, « petite mignonne », en raison du port gracile des fleurs et des feuilles. Palikur : de asukatye, « oiseau euphone (créole, ti louis, Euphonia spp.) » et arib. « queue », en raison de l’aspect de la plante.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Famille Cecropiaceae

Cecropia obtusa Trécul

Noms vernaculaires

Créole : bois canon [bwa-kannon].

Wayãpi : ama’ɨ.

Palikur : tukuwi.

Portugais : imbauba.

Écologie, morphologie

Arbre moyen caractéristique des forêts secondaires et des bords de route.

Collections de référence

Grenand 261, 1153 ; Jacquemin 2826 ; Moretti 1377 ; Prévost et Grenand 1009.

Emplois

  • 74 L’espèce Cecropia obtusa, de loin la plus répandue en Guyane française, est confondue par les diver (...)

Cette espèce, ainsi que d’autres Cecropia d’aspect très similaire74 semblent, entre autres usages, avoir attiré un peu partout l’attention en Amérique tropicale pour ses propriétés médicinales.

Elle est d’utilisation très commune en médecine créole. La tisane préparée avec les feuilles jaunissantes serait diurétique, tandis que l’infusion des feuilles vertes est employée en lavement comme désinfectant génital après l’accouchement.

  • 75 Dans les pays d’Amérique centrale, les feuilles de Cecropia sont employées en voie interne pour les (...)

Les inflorescences séchées au feu et incorporées sous forme de poudre à de la chandelle molle (suif) constituent une pommade appliquée localement sur les leishmanioses75. En médecine vétérinaire, on fait manger les feuilles aux animaux herbivores pour les déparasiter.

  • 76 Des usages très proches des gros bourgeons, sont signalés pour Cecropia peltata chez les Caraïbes d (...)

Chez les Wayãpi, la face interne grattée de l’écorce gorgée de sève sert à préparer des cataplasmes salutaires pour réduire les fractures des membres, résorber les hématomes ou encore cicatriser les plaies76.

Les Palikur utilisent les plantules pour préparer des cataplasmes appliqués pour tuer les vers macaques et diverses larves de diptères (yuyen) qui parasitent la peau des humains et des chiens.

La pulpe des jeunes rameaux est également utilisée comme émollient en association avec des Astéracées (Chromolaena odorata). Pour d’autres usages, cf. Sambucus simpsonii (Caprifoliacées) et Costus erythrothyrsus (Costacées) et Vismia cayennensis (Clusiacées).

Étymologie

Créole : de bois, « arbre » et canon, « canon », parce que le tronc très droit est creux comme le canon d’une arme à feu.

Wayãpi : de amã, « pluie » et a’ɨ, « fils de ». Les Wayãpi disent que cet arbre est envoyé sur terre par la pluie.

Chimie et pharmacologie

Les tests que nous avons effectués montrent la présence de triterpènes ou de stérols. Des stéroïdes et de l’acide ursolique ont été isolés de Cecropia peltata L. (Hegnauer, 5, 1969).

Les feuilles de Cecropia renferment des alcaloïdes (cécropine et ambaïne), du policarpol, sitostérol et les acides fumariques et caféiques (Estrella, 1996).

Un brevet a été déposé sur les applications en dermato-cosmétique, à visée amincissante et assouplissante, d’un extrait de ce Cecropia, présentant une activité prononcée sur la lypolise (Pauly et Moretti, 1998a).

Cecropia obtusa. Georges Elfort au pied d’un bois canon de deux ans

Cecropia obtusa. Georges Elfort au pied d’un bois canon de deux ans

Famille Celastraceae

Goupia glabra Aublet

Synonymies

Goupia paraensis Huber ;

Goupia tomentosa Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : goupi |goupi|, coupi |koupi|, goupi blanc |goupi-blan|, bois caca.

Wayãpi : pasisi.

Palikur : pasis.

Aluku : kopi.

Portugais : cupiúba.

Écologie, morphologie

Arbre commun des recrus forestiers ; il atteint une très grande taille en forêt primaire.

Collections de référence

Berton 195 ; Fleury, 298 ; Grenand 748, 3033 ; Moretti 9, 1326.

Emplois

  • 77 L’usage de l’écorce comme analgésique dentaire est signalé chez les Kali’na (Ahlbrinck, (|1931| 195 (...)

Pour les Créoles, la décoction de l’écorce, utilisée en bain de bouche, est un excellent analgésique dentaire77.

Chez les Palikur, la décoction de l’écorce est prise en bain en cas de dysménorrhée ou après un accouchement (Berton, 1997).

Étymologie

Créole : emprunt au kali’na (karib) kupi’i ; bois caca en raison de l’odeur du bois.

Palikur : pasis, de psis, « excrément », pour la même raison que précédemment.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Goupia glabra. Tronc et cime d’un goupi (ou bois caca) en bord de piste

Goupia glabra. Tronc et cime d’un goupi (ou bois caca) en bord de piste

Goupia glabra. Feuillage et fleurs du goupi (ou bois caca)

Goupia glabra. Feuillage et fleurs du goupi (ou bois caca)

Famille Chenopodiaceae

Chenopodium ambrosioides L.

Noms vernaculaires

  • 78 Cette plante odoriférante (odeur de moutarde) est originaire d’Amérique centrale mais elle semble ê (...)

Créole : simin contra [simenkontra], poudre aux vers [lapoudovè]78.

Wayãpi : a’a poã.

  • 79 Les Palikur désignent également sous ce nom, Capraria biflora L. (Scrophulariacées).

Palikur : kawi βey79.

Portugais : erva-de-mastruz, erva-de-Santa-Maria, erva-de-formigueira.

Français : herbe aux vers, thé du Mexique.

Écologie, morphologie

Herbe cultivée, cosmopolite, assez commune.

Collections de référence

Grenand 69 ; Jacquemin 1653 ; Moretti 476, 913.

Emplois

  • 80 Si l’usage déparasitant semble généralisé en Amérique tropicale, d’autres applications ont cependan (...)

C’est un vermifuge réputé chez les Créoles80, conseillé surtout pour les enfants. La plante se prend en infusion ou en macération dans le rhum pour les adultes.

L’infusion est aussi réputée antigrippale. Les Wayãpi utilisent la plante en décoction contre les maux d’estomac liés aux hémorragies internes occasionnées par une chute. La décoction doit être bue très chaude car ainsi le sang rouge devient blanc. Ces notions de coup interne, de changement de couleur du sang, ne sont pas sans rappeler certaines conceptions médicales créoles : blesse et inflammations ; cela n’a rien de surprenant puisqu’il s’agit d’une plante introduite chez les Wayãpi.

Les Palikur enfin, utilisent également cette espèce comme vermifuge mais la préparent en décoction salée. Sans sel, ils boivent aussi cette tisane pour purifier le sang.

Étymologie

Créole : simin contra, déformation de semencontra, est un mot emprunté à la pharmacopée européenne qui désignait anciennement des armoises (Littré, éd. 1972). Poudre aux vers se réfère à la préparation des feuilles réduites en poudre utilisée comme vermifuge.

Wayãpi : de a’a, « chute » et poã, « remède », « remède contre les chutes ».

Palikur : de kawi, « vers » (terme générique) et βey, « remède », « remède contre les vers ».

Chimie et pharmacologie

L’huile essentielle des feuilles et des tiges florifères renferme 60 à 80 % d’un péroxyde terpénique, l’ascaridol, actif contre les ascaris et les ankylostomes.

L’usage de cette drogue n’est pas sans danger, car il peut s’accompagner de troubles gastro-intestinaux pouvant aller jusqu’au coma. Les propriétés nématicides ont également été mises à profit en phytopharmacie.

L’huile essentielle figure dans plusieurs pharmacopées pour son activité sur les parasites intestinaux et son emploi est recommandé par l’oms dans les soins de santé primaires, à condition cependant de respecter les doses admises – comprises entre 0,03 et 0,1 g de parties aériennes par kilo et par jour chez l’enfant de cinq ans – et de suivre certaines précautions.

Ainsi, le traitement est limité à trois jours et l’huile est contre-indiquée pour les sujets faibles, les femmes enceintes et les enfants de moins de trois ans. Une révision détaillée des propriétés thérapeutiques et des conditions d’emplois de cette drogue figure dans la Pharmacopée caribéenne (Robineau et al, 1999).

Famille Chrysobalanaceae

Chrysobalanus icaco L.

Noms vernaculaires

Créole : prune d’anse |prin-lans|, prune zicaque |prin-zikak|, prune |prin|.

Wayãpi :

Palikur : warahu

Portugais : guajuru.

Écologie, morphologie

Arbuste commun des cordons sableux littoraux.

Collections de référence

Moretti 1339 ; Sastre 277 ; Prévost 3827.

Emplois

  • 81 Les feuilles sont très réputées au Brésil comme antidiabétique (Almeida Costa, 1977). À notre conna (...)

Selon les Créoles, les fruits, comestibles bien que légèrement astringents, sont antidiarrhéiques81.

Étymologie

Créole : prune d’anse, cette plante aux fruits en forme de prune pousse sur les plages ; prune zicaque, mot du créole antillais venant du caraïbe insulaire ikaku, désignant la même plante (Hodge et Taylor, 1957).

Chimie et pharmacologie

Sur le plan chimique, la plante se caractérise par sa forte teneur en tanins condensés.

Chrysobalanus icaco. Fruits de la prune d’anse (ou prune zicaque)

Chrysobalanus icaco. Fruits de la prune d’anse (ou prune zicaque)

Licania cyathodes Benoist

Noms vernaculaires

Créole : bois gaulette |bwa-golèt| (terme générique).

Wayãpi :

Palikur : bukutru ateu priye.

Écologie, morphologie

Arbre moyen peu commun de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 1800.

Emplois

Cette espèce nous a été signalée par les Palikur comme remède pour soigner une éruption cutanée qualifiée de varicelle. L’écorce fraîche est préparée en décoction et utilisée en bain tiède. Il se peut que cet usage soit étendu à d’autres espèces du genre Licania, rassemblées sous le nom de bukutru ateu.

Étymologie

Créole : les gaulettes sont des lamelles de bois fines et longues que l’on entrelace pour en faire des parois murales entre les poteaux de charpente. Elles donnent son allure caractéristique à la maison créole rurale et sont généralement débitées dans les troncs des arbres du genre Licania.

Palikur : bukutru ateu priye, de bukutru, « agouti » (Dasyprocta agouti) et ateu. « tête », « tête d’agouti », nom donné à divers Licania en raison de la forme des fruits ; priye. « noir », se rapporte à la couleur de l’écorce.

Chimie et pharmacologie

Des hétérosides flavoniques dérivés de la myricétine ont été isolés des parties aériennes des espèces de ce genre (Braca et al., 1999). Les tests chimiques réalisés sur divers Licania ont démontré l’absence d’alcaloïdes, mais la présence dans les écorces de tronc de flavanes (leucoanthocyanes monomères) et dans les feuilles de flavonols hétérosides du myricétol.

Licania macrophylla Benth

Noms vernaculaires

Créole : anawa |anawa|, grisgris rouge |grigri-rouj|.

Wayãpi : anawɨla.

Palikur : inura.

Paramaka : anaola

Portugais : anauira, pintadinha, macucu-terra.

Écologie, morphologie

Arbre commun par place en végétation ripicole (berges bien drainées).

Collections de référence

Grenand 1369, 1854 ; Jacquemin 2300 ; Prévost 1364.

Emplois

Bien qu’étant de large répartition en Amazonie et sur le plateau des Guyanes, cette espèce est peu signalée pour ses usages médicinaux. En revanche, elle est apparue comme un remède courant dans le bassin de l’Oyapock où elle est un puissant antidysentérique.

Chez les Wayãpi, on boit la décoction de l’écorce de tronc, tandis que chez les Palikur et les Créoles, on boit une macération rapide de l’arille des graines grattées.

Cette dernière préparation est considérée comme aphrodisiaque par les Caboclos du nord du Pará et de l’Amapá.

Étymologie

Wayãpi : de ana, « liane Omphalea diandra (Euphorbiacées) » et wɨla, « arbre », « le ana arborescent », ainsi nommé en raison de la ressemblance des fruits des deux espèces.

On remarquera par ailleurs la parenté de l’ensemble des noms vernaculaires.

Chimie et pharmacologie

On a trouvé dans le noyau des graines de beaucoup d’espèces de ce genre, des huiles à base d’acide licanique et α-elaeostéarique. Les tests chimiques ont démontré l’absence d’alcaloïdes, mais la présence dans les écorces de tronc de flavanes (leucoanthocyanes monomères) et, dans les feuilles, de flavonols hétérosides du myricétol.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Licania macrophylla. Gros fruits et graines

Licania macrophylla. Gros fruits et graines

Licania sprucei (J. D. Hook.) Fritsch

Synonymie

Moquilea sprucei Hook. f.

Noms vernaculaires

Créole : couépi |kwepi| (terme générique).

Wayãpi :

  • 82 Ce nom s’applique aussi à Licania alba (Bernoulli) Cuatrec. (Rostain et Piollat 1), dont les usages (...)

Palikur : kwep82.

Portugais : caripé.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire

Collection de référence

Grenand 3182.

Emplois

Les Palikur utilisent surtout les cendres extraites de divers Licania nommés kwep pour tempérer l’argile à poterie.

En outre, les inflorescences de la présente espèce, préparées en décoction, servent à soigner les toux chroniques à raison d’une tasse trois fois par jour.

Famille Clusiaceae

Calophyllum brasiliense Cambess.

Synonymies

Calophyllum antillanum Britton ;

Calophyllum lucidum Benth.

Noms vernaculaires

Créole : manil rouge |manni-rouj|, bois caïman |bwa-kayman| (Saint-Georges de l’Oyapock), couaïe |kway|.

Wayãpi : yakale’ɨ.

Palikur : pareine ãra.

Portugais : jacareúba.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun de la forêt primaire humide et de la forêt inondable (várzea).

Collections de référence

Grenand 215, 637, 2142 ;

Oldeman et Tiburce 426.

Emplois

Cette espèce, dont le bois est très recherché pour creuser des canots monoxyles, est connue des populations de Guyane pour son latex blanc jaune irritant pour les muqueuses et les yeux.

Chez les Palikur, l’écorce est associée à celle de Coutarea hexandra (cf. Rubiacées) pour un usage médicinal.

Étymologie

À l’exception de manil rouge, qui renvoie à Symphonia globulifera, tous les autres noms signifient « arbre du caïman », en raison de l’aspect de l’écorce qui rappelle la peau de cet animal.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme diverses xanthones dont la guanandine (1,5 dihydroxy-6-3’3’-diméthylallyl-xanthone), de l’isoguanandine, de la jacareubine et d’autres dérivés de la guanandine (Gottlieb et al, 1968).

D’une autre espèce du même genre, Calophyllum lanigerum Miq., ont été isolées des coumarines du groupe des benzophénones prénylées regroupées sous le nom de camboginol ; parmi ces produits, le calalonide est un puissant inhibiteur de la Transcriptase Inverse.

Leur action sur le virus du sida est étudiée par le National Cancer Institute aux Etats-Unis (Cardellina et Boyd, 1995).

Les tests chimiques montrent la présence de quinones dans les feuilles, l écorce et le bois de tronc.

Cf. infra à Vismia cayennensis.

Clusia spp.

Noms vernaculaires

  • 83 Le nom, qui fait référence à l’usage magique, est aussi appliqué à quelques espèces du genre Ficus (...)

Créole : bois roi83, zognon danbois |zongnon-danbwa|.

Wayãpi : pelepele.

Palikur : patakwik.

Portugais : apuí, cebola-grande-do-mato.

Écologie, morphologie

Plantes épiphytes étrangleuses, devenant souvent arborescentes, aux feuilles épaisses, au latex jaune et aux longues racines aériennes.

Collections de référence

  • 84 Les principales espèces utilisées sont Clusia grandiflora Splitg. (Grenand 460, 1010), Clusia nemor (...)

Cf.84.

Emplois

Chez les Créoles, ces plantes sont indiquées à des fins magiques par les quimboiseurs afin de dominer d’autres personnes.

  • 85 Clusia venosa Jacq. (syn. Clusia mangle L. C. Rich.), signalé dans plusieurs ouvrages comme plante (...)

Elles sont préparées en décoction et utilisées en lavage externe85.

Chez les Palikur, elle sont considérées comme un des remèdes les plus importants contre la maladie dite blesse (sikgep).

Tout d’abord, on recueille le latex s’écoulant des racines aériennes fraîchement coupées et on applique ensuite cet emplâtre sur la partie douloureuse ; on parachève le traitement en préparant une décoction, buvable à froid, d’une racine aérienne. Parallèlement, on tranche une racine aérienne souple, on retaille immédiatement les deux plans de coupe, de manière à ce que le supérieur s’emboîte dans l’inférieur. La « greffe » est ensuite ligaturée. Au fur et à mesure de la cicatrisation de la liane, le mal se résorbe.

  • 86 Un usage identique du latex de Clusia grandiflora a été observé chez les Waimiri Atroari (Milliken (...)

Selon Berton (1997), le latex est plus banalement utilisé comme cicatrisant externe en cas de blessure ou après une opération chirurgicale86. Une information récente nous indique également la décoction de l’écorce absorbée plusieurs jours de suite contre les maux d’estomac.

Étymologie

Créole : zongnon-danbwa, « oignon de la forêt », fait référence à la forme et à l’odeur du fruit ; Palikur : patakwik, littéralement « ce qui est à l’aisselle », en raison du mode de ramification des racines aériennes.

Chimie et pharmacologie

Les différentes espèces que nous avons testées présentent les mêmes profils chimiques, caractérisés par l’abondance des tanins condensés et la richesse des feuilles en flavonoïdes. Les résines florales des Clusia renferment des benzophénones prénylées et des xanthones (de Oliveira et al., 1999). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Clusia grandiflora. Fleur à peine épanouie

Clusia grandiflora. Fleur à peine épanouie

Clusia grandiflora. Fruit ouvert

Clusia grandiflora. Fruit ouvert

Clusia scrobiculata. Fruits immatures

Clusia scrobiculata. Fruits immatures

Mahurea palustris Aublet

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi

Palikur atit kamwi.

Écologie, morphologie

  • 87 Le genre a parfois été exclu des Clusiacées et placé dans la famille des Théacées. Cette espèce ne (...)

Arbre des forêts humides secondaire et primaire87.

Collections de référence

Lescure 721 ; Moretti 1006, Prévost 1177.

Emplois

Chez les Palikur, cette espèce entrait autrefois dans la fabrication d’un poison de guerre (cf. Hura crepitans, Euphorbiacées).

Étymologie

Palikur : de atit, « piment » et kamwi, « qui ressemble ». Le mot fait référence au goût brûlant de la sève.

Ce nom est aussi appliqué 35 à Solarium americanum (Solanacées), sans qu’il y ait confusion cependant.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mahurea palustris. Fleurs

Mahurea palustris. Fleurs

Mahurea palustris

Mahurea palustris

Mammea americana L.

Noms vernaculaires

Créole : abricot pays |zabriko-péyi].

Wayãpi :

Palikur :

Français : abricot d’Amérique.

Portugais : abricó-do-Pará.

Écologie, morphologie

Arbre cultivé originaire des Caraïbes et d’Amérique centrale.

Collections de référence

Jacquemin 2737 ; Prévost 1260, 3734 ; Oldeman 3172.

Emplois

  • 88 Le père Labat (1742) décrivait aux Antilles, dès 1693, les propriétés pectorales et astringentes de (...)

Chez les Créoles, le fruit et plus particulièrement la graine sont employés pour chasser et tuer les tiques et chiques de planchers. Ils sont aussi utilisés en friction capillaire contre les poux88.

Étymologie

Créole : de abricot, en raison de la chair jaune et de la saveur du fruit et pays, mot fréquemment utilisé en opposition à France, pour désigner une espèce américaine.

Chimie et pharmacologie

Les propriétés insecticides de cet arbre sont bien connues. Tous les organes sont actifs mais surtout les graines, les feuilles et la résine qui exsude des fruits immatures. Les produits concernés sont des coumarines dont la principale est la mamméine. Les graines pilées constituent un excellent insecticide corporel et l’infusion des feuilles peut être employée comme insecticide vétérinaire.

En phytopharmacie, l’extrait de graines en solution dans le kérosène peut être pulvérisé sur les feuilles de plantes parasitées. On comprend mal pourquoi la standardisation des produits et des préparations que l’on peut obtenir de cet arbre n’a pas été recherchée (Jacobson et Crosby, 1971).

Mammea americana. Fruits comestible de l’abricot pays

Mammea americana. Fruits comestible de l’abricot pays

Moronobea coccinea Aublet

Noms vernaculaires

Créole : mani montagne |manni-montangn|, mani chêne |manni-chenn|.

Wayãpi : walatɨwã.

Palikur : ti wa∫iunu.

Portugais : anani-da-terra-firme, bacuri-falso.

Écologie, morphologie

  • 89 Cette espèce, sans contreforts ni racines aériennes, se distingue aisément de Symphonia globulifera

Grand arbre de forêt primaire humide et de terre ferme89.

Collections de référence

Grenand 1016 ; Prévost 1389 ; Prévost et Sabatier 4617.

Emplois

Cf. infra usages à Symphonia globulifera. Notons cependant que les Wayãpi considèrent que la gomme fournie par cette espèce est de meilleure qualité, bien qu’elle soit aussi dangereuse que Symphonia globulifera.

Étymologie

Créole : mani qui désigne Symphonia globulifera et montagne, « colline » ou chenne. « chêne », en référence à son écologie et l’aspect de son tronc. Palikur : ti, « mani, Symphonia globulifera » et wa∫iunu, « des collines ».

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques montrent la présence de quinones dans les feuilles, l’écorce et le bois de tronc. Cf. infra à Vismia cayennensis.

Moronobea coccinea. Tronc et latex du mani montagne

Moronobea coccinea. Tronc et latex du mani montagne

Rheedia spp.

Noms vernaculaires

Créole : gros piton, confiture macaque |konfitou-makak| (Oyapock).

Wayãpi : kulupitã, tatu apɨte.

Palikur : wakukwa tiranõ.

Portugais : bacuripari.

Écologie, morphologie

Arbres moyens assez communs croissant en forêt primaire.

Collections de référence

  • 90 Trois espèces au moins semblent utilisées : Rheedia macrophylla (Mart.) Planch. et Triana (Grenand (...)

Cf.90.

Emplois

Ces espèces, surtout connues pour leurs fruits comestibles, sont également utilisées à des fins médicinales par les Palikur.

On imbibe un coton de latex jaune et on l’applique en emplâtre sur les claquages ou froissements musculaires.

Le traitement est complété par la décoction bue des jeunes rameaux.

Étymologie

Créole : gros piton, du tupi kulupitã, probablement doublé d’un phénomène linguistique de capture (piton), le fruit se terminant par un téton ; confiture macaque, la gelée contenue dans les fruits est mangée par le macaque ou singe capucin brun (Cebus apella).

Wayãpi : kulupitã, de kulupi, « esprit la forêt » et là, « demeure », car l’arbre aurait été le domicile de cet esprit.

Palikur : de wakukwa, « singe capucin brun », ti, « mani » (Symphonia globulifera) et ranõ, probablement un attributif, « le mani du singe capucin brun ».

Chimie et pharmacologie

Des xanthones du type rheediaxanthones ont été caractérisées dans les écorces de racine de Rheedia benthamiana et de Rheedia gardneriana Planch. et Triana (Delle Monache et al., 1983b).

Cf. infra à Vismia cayennensis pour ce type de composés.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rheedia madruno. Fruits immatures de gros piton

Rheedia madruno. Fruits immatures de gros piton

Rheedia madruno. Tronc et latex jaune orangé de gros piton

Rheedia madruno. Tronc et latex jaune orangé de gros piton

Symphonia globulifera L.

Noms vernaculaires

Créole : mani |manni|, mani marécage |manni-marécaj|.

Wayãpi : wanani.

Palikur : ti.

Portugais : anani

Écologie, morphologie

Grand arbre ripicole de forêt inondable et de forêt humide. C’est une espèce très commune.

Collections de référence

Berton 134 ; Grenand 997 ; lacquemin 1746 ; Moretti 1146 ; Prévost 4056.

Emplois

  • 91 La cendre extraite de l’écorce est utilisée par les Makuna et les Piratapuyo pour soigner les bless (...)

Pour les Créoles, le latex de cet arbre aurait des propriétés cicatrisantes et agirait sur diverses dermatoses de type généralement eczémateux. On en imprègne des bandes de tissu que l’on applique sur les lésions91. Le latex de cette espèce, ainsi que celui de Moronobea coccinea, est connu des populations amérindiennes pour confectionner des pains de cire utilisés en particulier pour renforcer les ligatures de flèche ou étanchéifier des poteries. Néanmoins, les Wayãpi ont attiré notre attention sur le fait que la gomme de mani présentait un danger potentiel : elle se dissout aisément dans le sang et l’empêche de coaguler. Pour cette raison, ils lui préfèrent la gomme de balata (Manilkara bidentata, Sapotacées).

  • 92 L’usage contraceptif de Symphonia globulifera est également signalé chez les Urubu-Ka’apor (Balée, (...)

Chez les Palikur, les écorces de Symphonia globulifera, auxquelles on ajoute celles de Spondias mombin, de cajou et de manguier (cf. Anacardiacées) servent à préparer un bain tiède après l’accouchement qui prévient les hémorragies, l’anémie post-partum et a même un effet contraceptif de longue durée92. Il ne faut pas abuser de ces bains car ils peuvent entraîner la stérilité.

Enfin, la gomme de mani associée à la poudre d’encens de diverses Burséracées et frottée dans les cheveux est réputée empêcher la calvitie.

Étymologie

Créole : mani est un emprunt au kali’na (karib). Palikur : ti signifie aussi « pleurer », car le latex s’écoule abondamment.

Chimie et pharmacologie

Dans le bois de cet arbre, on a trouvé de l’euxanthone (Hegnauer, 4, 1964), des xanthones polyhydroxylées et de la maclurine, un benzophénone précurseur des xanthones. Les espèces de ce genre renferment des benzophénones qui possèdent in vitro une activité anti HIV. Cf. infra à Vismia cayennensis. Des guttiférones (dérivés de benzophénones prénylées) ont été isolés du bois et identifiés comme étant des guttiférones A, B, C, D, E (Gustafson et ai, 1992). Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Symphonia globulifera. Fleurs et fruits du mani (ou mani marécage)

Symphonia globulifera. Fleurs et fruits du mani (ou mani marécage)

Vismia cayennensis (Jacq.) Pers.

Synonymies

Caopia cayennensis (Jacq.) Kuntze ;

Hypericum cayennense Jacq.

Noms vernaculaires

  • 93 Les Cayennais réservent ce nom au Senna alata (Caesalpiniacées). Au XVIIIe siècle, le terme bois da (...)

Créole : bois dartre |bwa-dart, bwa-dat|93.

Wayãpi : suwilanɨ.

Palikur : suwimba.

Aluku : pindia udu.

Wayana : ösiepit.

Français : gomme-gutte de la Guyane.

Portugais : pau-lacre, lacre, |lacre-vermelho-do-mato pour V. sandwithii|.

Écologie, morphologie

Arbre des recrus forestiers, également fréquent en lisière des chemins.

Collections de référence

Grenand 537 ; Jacquemin 2253 ; Moretti 174, 1078 ; Prévost et Grenand 953.

Emplois

  • 94 Le latex des Vismia fut exporté au siècle dernier sous le nom de American gum-gute, pour soigner di (...)
  • 95 Les autres espèces utilisées selon leur abondance par les trois populations étudiées sont :

Les différentes espèces du genre Vismia sont de longue date connues dans le bassin amazonien et les Guyanes pour leur utilisation médicinale (affections de la peau) et comme laque ou cire à cacheter (latex jaune orangé ou rougeâtre)94. Les habitants créoles des communes côtières et de l’intérieur appellent bois dartres, diverses espèces du genre Vismia, dont les plus fréquentes et les plus communément employées sont mentionnées à la suite de la présente espèce95. Le latex qui exsude de la face interne de l’écorce est appliqué directement sur les dartres par les Créoles et les Palikur. Le latex du fruit est par ailleurs utilisé pour traiter le pian bois, nom local de la leishmaniose.

Les Palikur associent la sève extraite à chaud de l’écorce de Cecropia obtusa (Cécropiacées) au latex de Vismia pour soigner, en application locale, une mycose en taches nommée kiberemvie.

Chez les Wayãpi, l’écorce interne gorgée de latex est grattée finement et préparée en décoction. Elle est utilisée soit en rinçage de la bouche, soit en badigeonnage local pour soigner les dermatoses que les petits enfants ont autour de la bouche et sur les gencives ; le latex est aussi utilisé en application locale pour soigner diverses éruptions cutanées.

Étymologie

Créole : bois dartre, « arbre |pour soigner| les dartres ». Rappelons que ce terme de médecine populaire désigne de façon peu précise diverses dermatoses.

Les noms aluku (pindia udu) et wayana (ösi epit) signifient la même chose.

Wayãpi et Palikur : suwilanɨ et suwimba, mots apparentés, n’ont pu être décomposés.

Chimie et pharmacologie

La famille des Clusiacées s’avère être une source de composés actifs sur le virus hiv.

Le calanolide, un composé du groupe des benzophénones prénylées désigné sous le nom de camboginol, est un puissant inhibiteur de la Transcriptase inverse, spécifique du virus hiv, ayant atteint le stade des essais cliniques aux États-Unis. Des composés de ce type ont été trouvés dans les genres Garcinia, Clusia, Symphonia et Vismia, en particulier dans les feuilles de Vismia cayennensis, à côté d’autres composés du type anthrone, xanthone, anthraquinone et lignane (Gustafson et al., 1992 ; Fuller et al., 1999).

Delle Monache et al. (1980) avaient déjà isolé et décrit les quinones extraites de plusieurs espèces amazoniennes de Vismia, du type vismiaquinone et physcion.

Des benzoquinones (vismiaguianones) et des benzocounamines (vismiaguianines) ont été isolés des factions chloroformiques de Vismia guianensis (Seo, 2000). Les baies de Vismia cayennensis renferment du physcion, de l’acide chrysophanique, des isocaryophyllènes, des α et α-selinènes, un trans-a-farnesène (Moura Pinheiro et ai 1984), des vismiones et six ferrugines (Botta, 1983).

Différents composés de type guttiférones ont été isolés à partir des feuilles : l’isovismiaphénone et des vismiaphénones (Fuller et ai, ibid). Ce type de composés agit sur diverses dermatoses (cf. supra à Senna alata, Caesalpiniacées).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Vismia cayennensis. Fleurs d’un bois dartre

Vismia cayennensis. Fleurs d’un bois dartre

Vismia cayennensis. Tronc et latex d’un bois dartre

Vismia cayennensis. Tronc et latex d’un bois dartre

Famille Combretaceae

Combretum cacoucia (Baill.) Exell. ex Sandw.

Synonymies

Cacoucia coccinea Aublet ;

Combretumlym coccineum (Aubl) Engler et Diels.

Noms vernaculaires

Créole : liane poison.

Wayãpi : —

Palikur : kaawu arib.

Portugais : rabo-de-arara, yoyoca.

Écologie, morphologie

Liane commune de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 1625 ; Moretti 940.

Emplois

  • 96 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana grattent les graines séchées et saupoudrent le plumage d (...)

Avec les graines sèches, les Palikur font des feux dégageant une odeur forte et une fumée irritante, dans les habitations envahies par les chauves-souris96.

Étymologie

Palikur : kaawu arib, de kaawu, « ara rouge » et arib, « queue », « queue de ara rouge (Ara macao) », en raison de la forme de l’inflorescence.

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre renferment des saponines triterpéniques (Hegnauer, 3, 1964). Plusieurs empoisonnements, heureusement sans gravité, nous ont été signalés par le service hospitalier de l’hôpital de Cayenne, provoqués par l’ingestion accidentelle des fruits de cette liane assez commune le long des rivières ; ils se manifestent surtout par des vomissements abondants. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Combretum cacoucia

Combretum cacoucia

Combretum rotundifolium L. C. Rich.

Synonymies

Combrelum guianense Miq. ;

Combretum aubletii DC.

Noms vernaculaires

Créole : peigne singe rouge |pengn-senj-rouj|.

Wayãpi moyu akãta

Palikur : meu abesu.

Aluku : ingi bosso.

Écologie, morphologie

Liane de taille moyenne commune en végétation secondaire et ripicole, plus rare en forêt primaire.

Collections de référence

De Granville et Tiburce 1036 ; Grenand 576 ; Jacquemin 1828 ; Lescure 368 ; Prévost 1359.

Emplois

Chez les Wayãpi, les tiges sont écrasées, préparées en décoction et appliquées en lavage externe comme fébrifuge.

La sève abondante contenue dans la tige est appliquée sur le front contre les maux de tête.

  • 97 Chez les Aluku, la sève sert à soigner les blessures oculaires ; les tiges et les feuilles, préparé (...)

Chez les Palikur, les rameaux très feuillus sont préparés en décoction qui est mélangée avec un oeuf cru de coq de roche (Rupicola rupicola) ; la mixture est ingérée pour combattre la stérilité féminine97.

Étymologie

Les étymologies se rapportent toutes à l’aspect de l’inflorescence, mais les comparaisons sont de trois registres différents. Créole : peigne singe rouge, soit « peigne du singe hurleur », en raison de la couleur rouge des fleurs et des longues étamines qui confèrent à l’inflorescence un aspect de brosse. Wayãpi : de moyu, « anaconda » et akãnta, « couronne de fête » : les fleurs à longues étamines rouges et jaunes de cette liane font penser à des couronnes de plumes parsemées le long des berges... comme si elles y avaient été abandonnées par l’anaconda.

Palikur : meu abesu, de meu, « coq de roche (Rupicola rupicola) » et abesu, « crête », « crête de coq de roche » en raison de la forme et de la couleur de l’inflorescence.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Combretum rotundifolium. Fleurs de la liane peigne singe rouge

Combretum rotundifolium. Fleurs de la liane peigne singe rouge

Terminalia dichotoma G. Mey.

Synonymie

Tanibouca guianensis Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : graine hocco |grenn-oko|, angouchi |angouchi, langousi|.

Wayãpi : alala munuwi.

Palikur : katumã (terme générique).

Portugais : cinzeiro.

Écologie, morphologie

Grand arbre commun en forêt primaire, parfois protégé par l’homme.

Collection de référence

Prévost et Grenand 977.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce de tronc est préparée en décoction pour laver les enfants (risque d’essoufflement) après violation par leur père d’un interdit de chasse sur le ara rouge (cf. étym.).

Étymologie

Créole : graine hocco, « graines du hocco » (Crax alector), parce que les fruits sont mangés par cet oiseau.

Wayãpi : de alala, « ara rouge » et munuwi, « cacahuète », « la cacahuète du ara » parce que cet oiseau en consomme les graines.

Terminalia oblonga (Ruiz et Pav.) Steud.

Noms vernaculaires

Cf. noms vernaculaires à Terminalia dichotoma.

Collection de référence

Grenand 1303.

Emplois

Cf. usage chez les Wayãpi à Terminalia dichotoma.

Famille Commelinaceae

Ces plantes herbacées le plus souvent rampantes, au feuillage fréquemmment coloré, engainant et aux fleurs délicates, ont retenu depuis longtemps l’attention des groupes humains peuplant la Guyane. Si plusieurs espèces sont utilisées à des usages divers, il nous semble cependant que l’aspect monomorphe de ces plantes gêne considérablement l’attribution d’une espèce scientifique unique à une utilisation populaire précise. Les espèces citées ci-après, liées aux aléas des collectes d’herbiers, sont donc à prendre par défaut.

Les chimistes, quant à eux, se sont jusqu’à présent peu penchés sur cette famille.

Commelina erecta L.

Noms vernaculaires

Créole : radié crapaud |radjé-krapo|, zogra |zo-gra|, radié copan |radjé-kopan|.

Wayãpi :

Palikur : tiβu uvia.

Portugais : maria-mole.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune affectionnant les lieux humides.

Collections de référence

Grenand 1892 ; Moretti 270 ; Prévost 3434.

Emplois

  • 98 Cette espèce est facilement confondue avec Commelina benghalensis L. (Prévost 3431), abondante sur (...)

Cette espèce98 est employée par les Créoles comme émollient et vulnéraire.

Elle entre dans le traitement des blesses.

La décoction est aussi employée en lavage externe pour soigner les échauffis (mycoses). Chez les Palikur, la plante est utilisée contre les morsures d’araignée : on pile la plante entière et on laisse macérer la masse dans le rhum.

  • 99 Les Aluku utilisent cette plante pour soigner les douleurs abdominales, les convulsions et les coup (...)

Cette lotion est frottée sur les morsures99.

Étymologie

Créole et Palikur : radié et -uvia, (de aβeya), « petite plante » d’une part, et crapaud et tiβu, « crapaud Bufo marinas » de l’autre, « la petite plante du crapaud », cet animal aimant gîter dans les tapis humides de Commélinacées. Zogra. de zo, « œuf » et gra, « gras ». Ce nom créole trouve son origine dans une coutume créole et palikur qui veut que les poules nourries avec cette herbe donnent de bons œufs.

Commelina erecta. Fleur d’un radié crapaud

Commelina erecta. Fleur d’un radié crapaud

Commelina benghalensis. Feuillage et fleurs d’un autre radié crapaud

Commelina benghalensis. Feuillage et fleurs d’un autre radié crapaud

Commelina rufipes Seub. var. glabrata (D. R. Hunt) Faden et D. R. Hunt

Noms vernaculaires

Créole : radié crapaud |radjé-krapo| (terme générique).

Wayãpi : awɨtɨ.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante rampante rare, des clairières humides et des roches suintantes.

Collection de référence

Prévost et Grenand 874.

Emplois

Chez les Wayãpi, la plante, préparée en décoction et utilisée en lavage externe, donne la chance pour la chasse au hocco (Crax alector).

Dichorisandra hexandra (Aubl.) Standl.

Synonymies

Commelina hexandra Aublet ;

Dichorisandra aubletiana Schult. et Schult. f.

Noms vernaculaires

Cf. noms vernaculaires à Commelina rufipes.

Écologie, morphologie

Plante rampante commune des sous-bois humides.

Collections de référence

Cremers 6968 ; Grenand 1239.

Emplois

  • 100 Chez les Tiriyo, des espèces très voisines sont utilisées l’une contre l’anémie (Commelina virginic (...)

Chez les Wayãpi, il est identique à Commelina rufipes100.

Dichorisandra hexandra. Fleurs d’un autre radié crapaud

Dichorisandra hexandra. Fleurs d’un autre radié crapaud

Famille Connaraceae

Cnestidium guianense (Shellenb.) Schellenb.

Collection de référence

Sastre 4614.

Emplois

Mêmes noms et mêmes emplois que Connarus perrottetii. Elle est rarement employée.

Connarus perrottetii (DC.) Planch.

Synonymies

Omphalobium perrottetii DC ;

Connarus floribundus Planch.

Noms vernaculaires

Créole : —

Waypiãpi : tala.

Palikur :

Portugais : mara-sacaca, mata-cachorro, açoita-cavalo.

Écologie, morphologie

  • 101 Quoique peu connues de la plupart des ethnies de Guyane, les Connaracées sont des lianes très monom (...)

Liane de taille moyenne assez commune101.

Collections de référence

Jacquemin 1744, 1863.

Emplois

En 1969, Schultes attirait l’attention sur cette petite famille en résumant les rares données ethnobotaniques connues. Celles-ci indiquent ou font penser à une toxicité assez forte.

Au Brésil, ces plantes sont utilisées comme « poison » par les magiciens, ce qu’indique d’ailleurs l’étymologie de son premier nom brésilien, d’origine tupi (mara, « affaiblir, détruire » et sacaca, « mauvaise magie »). Schultes signale également Rourea surinamensis Miq. (espèce croissant en Guyane) utilisé comme ichtyotoxique par les Indiens Witoto du Caraparana et comme poison tout court au Panama. Connarus opacus Schellenberg et C. sprucei Baker sont aussi utilisés comme poisons de pêche par les Indiens Kubeo du Rio Cuduyari.

À l’opposé, les Wayãpi du haut Oyapock utilisent divers Connarus et Cnestidium comme plantes médicinales.

Les écorces de tige et de racine ainsi que les parties ligneuses grattées sont préparées par les femmes en décoction buvable contre les règles abondantes (ménorragie).

Étymologie

Wayãpi : tala est à rattacher sémantiquement à malama, « menstruation » (cf. emploi). Il est à ce propos intéressant de signaler que les tiges coupées laissent exsuder une sève rouge sang.

Chimie et pharmacologie

Connarus perrottetii et Connarus punctatus ont été étudiées en collaboration avec J. Poisson et son équipe ; ont été mis en évidence dans les feuilles et les écorces de tige, divers polyphénols et un mélange de quinones ; ces derniers corps appartiennent Ai au groupe de la rapanone et seraient responsables de la coloration rouge vif de la sève. Les extraits totaux de feuille et de tige n’ont pas montré de toxicité chez la souris (Poisson et Jacquemin, travaux non publiés).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Connarus perrottetii

Connarus perrottetii

Connarus punctatus Planch.

Synonymie

Omphalobium magicum Mart.

Collections de référence

Cremers 5555 ;

Grenand 181, 226, 692 ;

Jacquemin 1906 ;

Prévost et Grenand 948, 1013.

Emplois

Mêmes noms et mêmes emplois que C. perrottetii. Cette espèce très fréquente dans le haut Oyapock est également communément employée.

Chimie et pharmacologie

Se reporter à Connarus perrottetii. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Connarus punctatus. Les graines noires sont entourées d’une arille jaune

Connarus punctatus. Les graines noires sont entourées d’une arille jaune

Famille Convolvulaceae

Iponomea subrevoluta Choisy

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : wahatna awak.

Écologie, morphologie

Plante volubile de la forêt-galerie du bas Oyapock et du nord de l’Amapá.

Collection de référence

Grenand 1636.

Emplois

Les Palikur utilisent cette espèce à des fins propitiatoires. Les feuilles et les tiges fanées, auxquelles on ajoute les griffes et les tendons d’un héron, sont desséchées à feu doux dans un vieux pot puis pulvérisées. La poudre est frottée sur les mains des adolescents : les filles deviennent ainsi de bonnes râpeuses de manioc et les garçons de bons grimpeurs.

Étymologie

Palikur : de wahatna, « héron, Ardea cocoi » et awak, « patte », en raison de la forme des feuilles.

Merremia dissecta (Jacq.) Hallier f.

Synonymies

Convolvulus dissectus Jacq. ;

Ipomoea sinuata Ortega.

Nom vernaculaire

Créole : pâte d’amande [pat-zanmann].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Liane ornementale acclimatée de la région côtière.

Collections de référence

Moretti 1057 ;

Prévost 3928.

Emplois

Chez les Créoles, la décoction de la plante entière serait, en usage externe, très efficace contre la gale.

Étymologie

Créole : pâte d’amande, car les feuilles dégagent une forte odeur d’amande amère.

Chimie et pharmacologie

On note la présence d’hétéroside cyanogénétique dans les feuilles et en moindre proportion dans les tiges.

Les essais que nous avons effectués ont montré une toxicité modérée sur les larves du moustique Aedes aegyptii 4e stade (40 % de mortalité).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Merremia dissecta. Boutons floraux de la pâte d’amande

Merremia dissecta. Boutons floraux de la pâte d’amande

Famille Costaceae

Le groupe des cannes congo rassemble de grandes herbes charnues assez semblables et bien caractérisées du genre Costus, appartenant initialement à la famille des Zingibéracées puis élevé au rang de famille par P. J. M. Maas, sous le nom de Costacées. Les plus utilisées sont les plus communes : Costus arabicus, Costus spiralis var. spiralis, Costus scaber, Costus congestiflorus et Costus claviger. Il est cependant possible que d’autres espèces de Costus soient employées de la même façon.

Deux espèces, Costus spiralis var. villosus et Costus villosissimus, présentant une forte pilosité, se distinguent par l’usage qui en est fait par les Wayapi comme hémostatique.

Les espèces Costus scaber et Costus claviger sont très proches et difficilement séparables par un non-spécialiste ; à cette incertitude botanique, s’ajoutent les nombreuses synonymies non respectées. Dans ces conditions, la compilation des propriétés chimiques et pharmacologiques de ces espèces, issue de la littérature scientifique, doit être menée avec une grande prudence : les erreurs d’identification ou les confusions d’espèces sont en effet possibles.

Les Costus sont des sources de génines stéroïdiques, pouvant servir de matrice à l’hémi-synthèse d’hormones stéroïdiques (Gupta, 1981, Singh et Thakur, 1982). Des extraits de C. spiralis ont montré des activités antimicrobiennes et antioxydantes qui peuvent expliquer les usages signalés (Habsah et al., 2000).

Costus arabicus L.

Synonymies

Costus discolor Roscoe ; Costus niveus G. Mey. ; Costus ramosus Woodson.

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique).

Wayãpi : kapiyuwa asikalu.

Palikur : tuiu seinõ.

Aluku : singaafu.

Portugais : cana-do-brejo, cana-de-macaco.

Écologie, morphologie

Herbe de grande taille formant des peuplements dans les bas-fonds humides et au bord des rivières.

Collections de référence

Grenand 86 ; Grenand et Prévost 2030 ; Moretti 684 ; Oldeman et Burgot 3187.

Emplois

  • 102 Un usage identique de cette espèce a été observé chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973).
  • 103 Les jeunes pousses de cette espèce ainsi que de Costus scaber, préparées en tisane, sont utilisées (...)
  • 104 Les Noirs Marrons (Aluku et Ndjuka) utilisent abondamment les Costus à des fins tant médicinales qu (...)

Les Créoles préparent avec le rhizome ou la tige une décoction qui soignerait la leucorrhée, cependant que l’infusion préparée avec les tiges écrasées est utilisée dans les cas de blennorragie102. D’autre part, avec les tiges passées à la flamme pour les ramollir puis écrasées dans un peu d’eau additionnée de miel, on obtient un liquide qui soigne toux, grippe et coqueluche103. Ce Costus est fréquemment utilisé par les Palikur de la même manière que Costus erythrothyrsus (cf. infra)104.

Étymologie

Créole : de canne, « canne à sucre », en raison de la vague ressemblance des tiges des deux espèces et congo, nom donné en Guyane aux travailleurs sous contrat venus au XIXe siècle du bas Congo. On notera que la tige des Costus est consommée chez les Aluku (Fleury, 1986). Palikur : tuiu, « terme générique pour les Costus » et seinõ, « blanc », « le Costus blanc » en raison de la couleur de la fleur.

Wayãpi : de kapiyuwa, « cabiai » et asikalu, « canne à sucre », « la canne à sucre du cabiai (Hydrochaeris hydrochaeris) ».

Comme les autres Costus, il s’agit d’un fourrage recherché par cet animal.

Chimie et pharmacologie

Cf. introduction sur les Costacées.

Costus claviger Benoist

Synonymies

Costus bracteatus Gleason ;

Costus guianicus Loes.

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique).

Wayãpi : kapiyã’ɨ pila.

Palikur : tuiu (terme générique).

Écologie, morphologie

Grande herbe assez commune sur sols humides en forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 1245 ; Sastre 4583.

Emplois

Chez les Wayãpi, les inflorescences préparées en décoction sont utilisées pour soigner les infections de l’appareil uro-génital caractérisées par un écoulement de pus (tekaluai).

Une part est bue et l’autre sert à laver le gland ou le vagin.

Étymologie

Wayãpi : de kapiyã’ĩ, qui nous a été donné comme une contraction de kapiyuwa, « cabiai », emi’u, « nourriture », ɨ, « tige et plante » et pilã, « rouge », en raison de ses fleurs blanches striées de rouge.

Costus congestiflorus L. C. Rich. ex Gagnep

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique), canne l’eau [kann-dilo].

Wayãpi : kapiyã’ɨ sĩ.

Palikur : tuiu waikwiunõ.

Écologie, morphologie

Grande herbe assez commune en formation ripicole ou dans les bas-fonds de la forêt primaire.

Collections de référence

De Granville et Burgot 4430 ; Grenand 64 ; Grenand et Guillaumet 3221 ; Lescure 521 ; Sastre 4607.

Emplois

Les Créoles l’utilisent comme Costus arabicus, avec lequel il semble confondu.

Les Wayãpi l’utilisent comme Costus claviger, duquel il est cependant distingué.

Les Palikur l’utilisent comme Costus erythrothyrsus.

Étymologie

Wayãpi : kapiyã ĩ sĩ, de kapiyã i, cf. Costus claviger, et sĩ, « blanc », ainsi nommé en raison de ses grandes fleurs blanches.

Palikur : tuiu, « terme générique pour les Costus » et waikwiunõ, « du bord de la rivière ».

Costus congestiflorus. Fleur d’une canne congo

Costus congestiflorus. Fleur d’une canne congo

Costus curcumoides Maas105

  • 105 Il s’agit d’une espèce récemment décrite, très aisée à distinguer des autres Cosfus grâce à ses tép (...)

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : yapu sĩ.

Palikur :

Écologie, morphologie

Herbe commune par place, rencontrée en forêt secondaire ancienne ou en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1246 ; Jacquemin 1815 ; Lescure 565.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette espèce contre les céphalées et les infections de la verge. Dans les deux cas, la plante entière est broyée et préparée en macération.

Pour les deux affections, le liquide obtenu est frotté localement et, uniquement pour l’infection de la verge, bu en petites quantités.

Étymologie

Wayãpi : yapusĩ, de yapu, « oiseau cassique à huppe noire (Psarocolius decumanus) », , « bec », « bec de cassique à huppe noire » ; les fleurs ressemblent au bec de cet oiseau.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Costus curcumoides. Inflorescence à bractées jaune orangé

Costus curcumoides. Inflorescence à bractées jaune orangé

Costus erythrothyrsus Loes

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : kapiyã’ɨ e’e, kapiyã’ɨ pilã.

Palikur : tuiu marikasmatgene, tuiu ahavukune.

Écologie, morphologie

Grande herbe formant des peuplements denses dans les zones humides.

Collections de référence

Grenand 732, 1747, 1797 ; Lescure 377.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette espèce est utilisée comme Costus claviger.

Les Palikur utilisent la macération des fragments de tige ou d’inflorescence comme laxatif, digestif et carminatif ; elle est bue à raison d’un litre en trois prises quotidiennes en cas de coliques ou de crise de foie.

La racine associée à la tige et à des fragments de feuille sèche de bananier sert à préparer une décoction bue à raison d’un demi-verre par jour, contre les règles douloureuses (dysménorrhée), les infections vaginales (pertes blanches) et la cystite.

Cette préparation peut être associée aux feuilles sèches de Cecropia obtusa (cf. Cécropiacées).

Dans les cas d’infection vaginale, cette préparation est aussi utilisée en bain de siège.

Étymologie

Palikur : tuiu, terme générique pour les Costus, marikasmatgene, « des bas-fonds » et ahavukune, « de la grande forêt ».

Wayãpi : kapiyã’ĩ, cf. Costus claviger ; e’e précise qu’elle est l’espèce type, « la vraie plante qui nourrit le cabiai ».

Costus scaber Ruíz et Pav.

Synonymies

Costus ciliatus Miq. ;

Costus scaberulus L. C. Rich. ex Gagnep. ;

Costus spicatus Auct. non Sessé et Miq.

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique).

Wayãpi : kapiyã’ĩ pilã.

Palikur : tuiu (terme générique).

Écologie, morphologie

Herbe de taille moyenne en peuplement sur sols humides, en forêts primaire et secondaire, où elle est commune.

Collections de référence

De Granville et Burgot 4987 ; Grenand 4, 740 ; Prévost 3519 ; Sastre 4391.

Emplois

  • 106 De façon proche des Wayãpi, cette espèce est utilisée par les Tacana pour soigner les urines mêlées (...)

Les Wayãpi l’utilisent comme Costus claviger, avec lequel ils le confondent, et les Créoles comme Costus arabicus106.

Costus spiralis (Jacq.) Roscoe var. spiralis

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique).

Wayãpi : kapiyã’ɨ e’e.

Palikur : —

Écologie, morphologie

Grande herbe commune des bas-fonds de la forêt primaire.

Collections de référence

Jacquemin 1512, 1739 ; Sastre 4559.

Emplois

Les Créoles préparent la plante entière en décoction qu’ils boivent pour combattre la dysenterie.

Chez les Wayãpi, cette espèce est utilisée comme Costus claviger.

Chimie et pharmacologie

Une teinture composée contenant pour partie cette espèce est distribuée par l’IEPA (Macapa, Brésil), comme diurétique et pour le traitement des affections rénales (catalogue de l’IEPA, Macapá, 2000).

Cf. introduction sur les Costacées.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Costus spiralis. Inflorescnece à ractées rouges d’une autre canne congo

Costus spiralis. Inflorescnece à ractées rouges d’une autre canne congo

Costus spiralis (Jacq.) Roscoe var. villosus Maas

Noms vernaculaires

Créole : canne congo [kann-kongo] (terme générique).

Wayãpi : wilapa poã, kapiyã’i yowa.

Palikur : tuiu awaig.

Écologie, morphologie

Grande herbe assez commune des clairières de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1075 ;

Grenand et Guillaumet 3196 ;

Jacquemin 1502 ; Sastre 4738.

Emplois

Pour les Wayãpi, ce Costus aux feuilles très poilues est un hémostatique, principalement utilisé lors de blessure par flèche.

  • 107 Cet usage est comparable à celui que font de Costus amazonicus (Loes.) Macbride les Taiwano du nord (...)

Les tiges et les feuilles chauffées à la flamme sont pressées au-dessus de la plaie107.

Pour l’usage chez les Palikur, se reporter à Costus erythrothyrsus. En outre la tige et les feuilles de la présente espèce servent à préparer une décoction bue soit contre le diabète, soit pour faire baisser la tension. Dans les deux cas, on en boit un verre tous les matins.

Étymologie

Wayãpi : wɨlapapoã, de wilapa, « flèche » et poã, « remède », « le remède des flèches » ; kapiyã’ĩ, cf. Costus claviger et yowa, « poilu », « le Costus poilu » en raison de la pilosité des feuilles. Palikur : tuiu, terme générique et awaig. « mâle », en raison de son port robuste.

Chimie et pharmacologie

Cf. introduction sur les Costacées.

Costus villosissimus Jacq.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wɨlapa poã, kapiyã’ɨ yowa.

Palikur :

Écologie, morphologie

Grande herbe rare des bordures des inselbergs et des clairières ensoleillées.

Collection de référence

  • 108 Cet herbier constitue la première collecte de cette espèce pour la Guyane française.

Grenand 594108.

Emplois

L’utilisation de cette espèce par les Wayãpi est identique à celle de Costus spiralis var. villosus, avec laquelle elle est confondue (feuilles poilues).

Famille Crassulaceae

Kalanchoe pinnata (Lam.) Pers.

Synonymies

Bryophyllum pinnatum (Lam.) Kurz ;

Cotyledon pinnatum Lam.

Noms vernaculaires

Créole : feuille paisse [féy-pès], caractère des hommes [karaktèr-dé-zonm].

Wayãpi : —

Palikur : kraubimna.

Portugais : folha-de-pirarucu.

Écologie, morphologie

Plante ornementale cultivée, fréquente dans les jardins de la côte.

Collections de référence

Berton 31 ; Moretti 758 ; Prévost 1367, 3437.

Emplois

  • 109 Chez les Caboclos du Para (Furtado et al., 1978), les feuilles sont utilisées pour soigner les enfl (...)

L’utilisation de cette plante sans doute importée semble propre aux populations métisses, d’où elle est passée aux Amérindiens, dont les Palikur109.

Elle est principalement connue des Créoles pour ses propriétés émollientes. La feuille est ramollie à la flamme et appliquée sur les blessures. Elle est employée aussi contre les échauffis (mycoses) et les inflammations. L’infusion de la plante fraîche ou séchée est réputée fébrifuge.

Les Palikur écrasent les feuilles et mélangent le suc extrait, soit avec de l’huile de coco, soit avec celle de carapa (Carapa guianensis, Méliacées). La préparation est frictionnée localement contre les céphalées. D’autres utilisations palikur consistent à chauffer une feuille et à la frotter sur les démangeaisons ou à presser quelques gouttes de sève dans un tympan douloureux.

Étymologie

Créole : feuille paisse, « feuille épaisse » se rapporte à la texture crassulescente des limbes ; caractère des hommes, appellation humoristique associée par certains à la mollesse des feuilles.

Palikur : kraubimna, de kraubad, « épais » et mna, « feuille », renvoie à la même notion.

Chimie et pharmacologie

On note la présence, assez générale dans le genre, de saponines.

Les propriétés cicatrisantes ont été confirmées par des chercheurs indiens (in Bezanger-Beauquesne. 1981). Cependant, il faut préciser aussi que des glucososides cardiotoxiques ont été signalés dans le genre (Anderson et al., 1983). La plante stimule la cicatrisation, elle est antiseptique, la tolérance locale à son application est excellente et ses effets sont supérieurs à ceux de l’aloès. Le jus exprimé des feuilles serait un puissant anti-inflammatoire et aurait été utilisé avec succès dans le traitement clinique d’ulcères sévères de la peau. Chez la souris, la dl 50, (v.i.p) de l’extrait hydro-alcoolique de la plante entière est supérieure à 1 mg/kg (Robineau et al., 1999).

Kalanchoe pinnata. Fleurs de feuille paisse

Kalanchoe pinnata. Fleurs de feuille paisse

Kalanchoe pinnata. Feuilles charnues de feuille paisse

Kalanchoe pinnata. Feuilles charnues de feuille paisse

Famille Cucurbitaceae

Fevillea cordifolia L.

Synonymie

Nhandiroba cordifolia (L.) Kuntze

Noms vernaculaires

Créole antillais : ti concombre.

Wayãpi : wilapa lai.

Palikur : —

Portugais : pacapiá.

Écologie, morphologie

Liane assez rare de la forêt primaire humide.

Collections de référence

Feuillet 652 ; Prévost et Grenand 901.

Emplois

  • 110 Entre 1972 et 1980, diverses plantes sur pied, le plus souvent lianescentes, furent associées, par (...)

Chez les Wayãpi, les difficultés rencontrées pour identifier et collecter cette plante illustrent bien les problèmes d’enquête des ethnobotanistes110. Les graines, enfermées au nombre de six à douze dans un fruit sphérique, sont encore quelquefois utilisées pour préparer un poison de chasse. Deux méthodes ont été notées :

Les graines desséchées au-dessus d’un boucan sont pulvérisées et la poudre, mélangée à la sève fixatrice de takalawelu (Henriettea succosa (Aubl.) DC. ; Miconia cacatin (Aubl.) Renner, Mélastomatacées), est ensuite badigeonnée sur les pointes de flèche.

  • 111 Fevillea cordifolia est souvent signalé comme purgatif, mais il est aussi indiqué, a contrario de n (...)

Une variante consiste à frotter une graine grattée finement sur une pointe de flèche enduite de mani (Moronobea coccinea, Clusiacées). C’est un poison lent qui fait vomir le gibier, selon l’expression wayãpi111.

Chimie et pharmacologie

Cette plante, bien que signalée à plusieurs reprises pour sa toxicité, ne semble guère avoir attiré l’attention des pharmacologues. L’huile extraite des graines est utilisée comme purgatif au Brésil et pour fabriquer bougies et savons en Amérique centrale (Cogniaux, 1878 ; Williams, 1981).

D’après Hegnauer (3, 1964), les graines referment 0,25 % d’une substance odorante utilisée comme anthelmintique.

Gentry et Wettach (1986) ont trouvé 42 % d’acide stéarique et 21 % d’acide palmitique dans les graines de Fevillea cordifolia.

Le criblage préliminaire effectué montre la présence de saponines qui pourraient expliquer la toxicité des graines et leur usage comme poison de chasse. Des saponines du groupe des norcucurbitacines ont été isolées (Hostettmann et Marston, 1995). Cette espèce est « l’une des plus productives sources d’huile végétale découverte dans le monde » (Brücher, 1989).

Les graines sont amères, contiennent une haute teneur en huile dans les cotylédons et sont riches en acide stéarique.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Fevillea cordifolia. Grosses graines aplaties de ce poison de chasse

Fevillea cordifolia. Grosses graines aplaties de ce poison de chasse

Fevillea cordifolia

Fevillea cordifolia

Gurania huberi Cogn.

Synonymie

Gurania diffusa Cogn.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : wẽ’ẽ poã, muluãnge, silipu sili.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane de taille moyenne assez commune en forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Jacquemin 1748, 1908 ; Lescure 312.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’utilisation contre les hernies « internes » est liée à une particularité physiologique de la plante : lorsque l’on coupe les tiges creuses le plus près possible du collet, il se produit un phénomène de succion, puis un écoulement de sève. Lorsqu’un bébé est atteint d’une hernie, on lui fait tenir la liane que l’on coupe ensuite : le mal est sucé, absorbé. Le traitement est parachevé par l’absorption de la sève brute. Cette même sève brute, ainsi que la décoction des tiges et des feuilles, sont des remèdes absorbés, toujours par les Wayãpi, contre les nausées.

Étymologie

Wayãpi : w poã, de w. « vomissement » et poã, « remède », « remède contre le vomissement » ; muluãnge, « cordon ombilical », à rapprocher de son utilisation dans les cas d’hernies ombilicales.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Gurania lobata (L.) Pruski

Synonymies

Gurania spinulosa (Poepp. et Endl) Cogn. ;

Anguria spinulosa Poepp. et Endl.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : silipu sili.

Palikur : mua mua.

Écologie, morphologie

Liane assez commune de la végétation ripicole et des forêts secondaires.

Collections de référence

Berton 244 ; Grenand 1798 ;

Jacquemin 1558, 1952.

Emplois

  • 112 Chez les Tiriyo du nord du Brésil, la même espèce est un remède contre la toux, introduit par les N (...)

Cette plante n’a d’usage médicinal en Guyane que chez les Palikur. La tige coupée en morceaux et préparée en décoction est un remède pour nettoyer la bile112.

Chimie et pharmacologie

D’après Wong (1976), beaucoup de fruits et de graines dans cette famille renferment des hétérosides amers, comme la colocyenthine qui est un puissant purgatif.

Gurania lobata. Liane à grandes feuilles et inflorescneces dressées

Gurania lobata. Liane à grandes feuilles et inflorescneces dressées

Lagenaria siceraria (Molina) Standl.

Synonymies

Lagenaria vulgaris Ser. ; Cucurbita lagenaria L.

Noms vernaculaires

Créole : calebasse terre [kalbas-tè]. calebasse [kalbas].

Wayãpi : mulutuku.

Palikur : tukuu.

Français : gourde.

Portugais : cabaça, cabaça-amargosa.

Écologie, morphologie

  • 113 Plante encore assez commune en Guyane dans les zones rurales de la côte et chez les Amérindiens de (...)

Liane herbacée cultivée et parfois sub-spontanée113.

Collections de référence

Grenand 163, 410.

Emplois

  • 114 Les Aluku utilisent les feuilles pour soigner les ganglions et les troubles circulatoires (Fleury, (...)

Cette plante bien connue des Amérindiens et des Noirs Marrons pour l’usage de son fruit comme récipient est également associée à Caryocar microcarpum (Caryocaracées) chez les Palikur pour un usage médicinal De l’eau fraîche macérée dans une gourde récemment évidée (association symbolique avec le goître du singe hurleur) est un remède bu contre la coqueluche114.

Étymologie

Créole : calebasse terre, de « calebasse », qui désignait autrefois le fruit de l’arbre Crescentia cujete, Bignoniacée (appelé aujourd’hui coui) et « terre », parce que les fruits de la plante rampante Lagenaria siceraria gisent au sol.

Chimie et pharmacologie

D’après Hegnauer (3, 1964), les feuilles, les fruits et les racines renferment des triterpénoïdes amers, les cucurbitacines B et D. La cucurbitacine B aurait des propriétés enzymatiques. Enslin et al. (1967) ont isolé des fruits la 22-déoxocucurbitacine D et la 22-déoxoisocucurbitacine D.

Imperato (1980) a identifié des flavonols dans les fleurs : kaempférol 3-0-rutinoside dans le pollen et rutoside dans les stigmates. D’après Quisumbing (1951), le fruit serait une bonne source de vitamine B et les graines renferment des lipides et des saponines. Selon Watt et Breyer-Brandwiik (1962), on trouve de l’acide cyanhydrique dans la plante entière.

Lagenaria siceraria. Fruit de la calebasse terre

Lagenaria siceraria. Fruit de la calebasse terre

Momordica charantia L.

Noms vernaculaires

Créole : sorossi [sorosi], sérossi [sérosi] (Mana).

Créole antillais : pomme coulie.

Portugais : melão-de-São-Caetano.

Écologie, morphologie

Liane souvent cultivée, très fréquente en zone dégradée.

Collections de référence

Moretti 1 ; Prévost 3559.

Emplois

  • 115 Ces usages antiseptiques et fébrifuges sont également signalés au Venezuela (Delascio Chitty, 1985)

Chez les Créoles, le bain préparé avec cette plante est un antiseptique réservé aux enfants. La tisane des feuilles est réputée fébrifuge115. Le suc des feuilles pressées entre dans la composition de loochs vermifuges. Le fruit est employé comme antidiabétique. Cet usage se rencontre dans de nombreux pays tropicaux.

Étymologie

Allsopp (1996) pense que sorossi (cerasee dans les Caraïbes anglophones) est un mot d’origine africaine.

Chimie et pharmacologie

Plusieurs études ont montré la présence de 5-hydroxytryptamines, de diosgénine et de β-sitostérol ayant des propriétés oestrogéniques. L’action hypoglycémiante a été confirmée et serait due, selon certains auteurs, à un stéroïde glucosidique appelé « charantine » (Oliver-Bever, 1980).

Le même glucoside aurait des propriétés abortives sur le rat. Des chercheurs ont également isolé un polypeptide possédant un poids moléculaire de 11000 et présentant une forte action hypoglycémiante (Khanna et al, 1981).

Les études menées par la suite ont permis d’avancer dans la connaissance de cette drogue végétale couramment employée dans de nombreux pays tropicaux.

Les propriétés abortives sont dues à une protéine, la trichosentine, dont la séquence en acides aminés a été établie. L’action sur la glycémie est encore l’objet de controverses, bien que la majorité des chercheurs reconnaisse maintenant les qualités antihyperglycémiantes des fruits, que de nombreuses expérimentations cliniques sont venues conforter.

En revanche, aucune preuve expérimentale n’a jusqu’ici établi de façon incontestable l’action antipaludique des parties aériennes, alors que cet usage est très répandu en Amazonie. Ainsi, les essais que nous avons réalisés sur un lyophilisat de macération aqueuse des parties aériennes, in vitro sur culture de Plasmodium falciparum et in vivo sur Plasmodium de rongeur, n’ont pas montré d’activité aux doses maximales utilisées : 100 pg/ml et 1 g/kg ; (Sauvain et Moretti, travaux non publiés). L’échantillon a été récolté en Bolivie où cette plante, appelée balsamina, est souvent employée comme antipaludique par les médecins des services de santé rurale.

Signalons enfin que les feuilles sont particulièrement riches en fer et renferment de la riboflavine ; elles peuvent donc être recommandées pour lutter contre l’anémie. Une revue assez complète des usages, des études chimiques et pharmacologiques de cette plante figure dans la Pharmacopée caribéenne (Robineau et al, 1999).

Les participants au programme Tramil ont d’ailleurs classé dans la catégorie « recommandable » les usages externes de la plante pour le traitement des affections cutanées, prurits, pédiculoses et furonculoses (ibid., 1999).

Momordica charantia. Fruit de sorossi

Momordica charantia. Fruit de sorossi

Famille Cyperaceae

L’utilisation des herbes de cette famille semble propre aux populations améridiennes ou d’origine amérindienne. C’est d’abord à elles que s’applique en Amazonie le terme plii ou pilipilli, qui recouvre des espèces aux racines parfumées (Cyperus et Kyllinga). Les Cypéracées sont utilisées à des fins magiques et médicinales, particulièrement en Amazonie péruvienne (Tournon et al. 1986b).

Sur le plan chimique, il faut noter la présence assez fréquente d’huiles essentielles et de quinones (Bureau et al., 1985).

Cyperus articulatus L.

Noms vernaculaires

Créole : savane tremblante.

Wayãpi : —

Palikur : kaihi.

Portugais : junco-bravo.

Écologie, morphologie

Grande herbe grégaire des marécages.

Collections de référence

Fournet 277 ; Grenand 1642.

Emplois

Le cœur de cette plante herbacée est occasionnellement consommé par les enfants palikur.

  • 116 Les Yanomami emploient l'infusion des rhizomes en cas de fièvre (Milliken et Albert, 1996). Les Sek (...)

Chez les mêmes Amérindiens, la tige broyée et frottée sur le nez est un remède donné comme souverain contre les ronflements. Les tiges grillées et malaxées avec de l’huile de carapa (cf. Carapa, guianensis, Méliacées) ou du tyo-tyo (cf. Astrocaryum vulgare, Arécacées) donnent un onguent qui, frotté localement, arrête les saignements de nez116.

Étymologie

Les noms palikur et créole désignent tous deux une formation végétale mono-spécifique.

Le mot palikur vient du nom d’un crabe (Cardisoma sp.) : la tige craque comme lorsque l’on casse sa pince.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cyperus haspan L.

Noms vernaculaires

Cf. noms vernaculaires à Cyperus laxus.

Collection de référence

Grenand 2114.

Emplois

Cette espèce est largement confondue avec Cyperus laxus.

Cyperus laxus Lam. s. l.

Synonymies

Cyperus diffusus Vahl : Cyperus chalaranthus Presl.

Noms vernaculaires

Créole : mangé la terre [manjé-latè] (terme générique).

  • 117 Le terme moyu pili, « la plante parfumée de l’anaconda », désigne également Wulffia baccata (Astéra (...)

Wayãpi : moyu pili117.

Palikur : wasiusi (terme générique).

Portugais : capim-agreste.

Écologie, morphologie

Petite plante herbacée commune de la végétation rudérale.

Collections de référence

De Granville 2547 ; Cremers 6961.

Emplois

La plante entière et particulièrement les racines sont utilisées par les Wayãpi, en association ou non avec d’autres plantes (cf. Ocimum campechianum, Lamiacées). Préparée en décoction, elle est appliquée en bain fébrifuge.

Kyllinga odorata Vahl

Synonymies

Cyperus sesquiflorus (Torrey) Mattf. et Kükenth. ; Kyllinga sesquiflora Torrey.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : pilipili sili, pilipilimã.

Palikur : mahik.

  • 118 Au Brésil, les racines sont préparées en macération exposée au soleil et utilisée contre les maux d (...)

Portugais : piripirioca, capim-de-cheiro, capim-santo118.

Écologie, morphologie

Petite herbe rudérale souvent protégée.

Collections de référence

Grenand 960 ; Ouhoud-Renoux 45.

Emplois

Chez les Wayãpi, cette plante préparée entière en décoction est utilisée en bain parfumé contre la fièvre.

Les Palikur utilisent les Kyllinga de la même façon que Cipura paludosa (cf. Iridacées), sans les confondre cependant.

Kyllinga pumilla Michx.

Synonymie

Cyperus densicaespitosus Mattf. et Kükenth.

Noms vernaculaires

Cf. noms vernaculaires à Kyllinga odorata.

Écologie, morphologie

Petite herbe rudérale souvent protégée.

Collections de référence

Grenand 424 ; Jacquemin 2347.

Emplois

Cette espèce est largement confondue avec Kyllinga odorata.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Notes

1 Cette plante est largement employée dans tout le bassin de la Caraïbe pour ses propriétés émollientes. En Haïti, le tubercule écrasé est appliqué sur les fractures et comme anti-inflammatoire (Tramil, 1995).

2 Les deux espèces linnéennes (cf. p. 244 Mussatia prieurei) rassemblées sous le nom Wayãpi de a’ɨlehwi sont cependant distinguées par ces derniers. Cette distinction botanique n’affecte en rien l’utilisation.

3 Selon Duke et Vasouez (1994), les Shipibo de la région de Pucallpa utilisent la macération des feuilles de cette liane en bain fébrifuge.

4 Cette plante indigène au bassin amazonien (Ducke, 1946) n’a été trouvée que cultivée dans le nord de la Guyane. Elle semble en revanche spontanée dans le haut Maroni. Pour les Palikur, il s’agit d’ailleurs d’une plante introduite anciennement par les « Brésiliens » (comprendre les réfugiés amérindiens venus du bas Amazone au XIXe siècle). Enfin, les noms employés en Guyane sont des emprunts à la Língua Geral (tupi) de l’Amazone.

5 Le colorant fit autrefois l’objet d’un petit commerce au Brésil et fut exporté en Europe sous le nom de « Rouge américain », à une époque où « le fard des Parisiennes et des Indiens d’Amazonie sur le pied de guerre était dû au même pigment » (Gottlieb et Mors, 1978).

6 En Amazonie péruvienne, les feuilles sont utilisées comme anti-inflammatoire. Les Tikuna utilisent également les feuilles pour soigner les conjonctivites (Duke et Vasquez, 1994). Enfin, la plante est vendue sur le marché de Manaus pour traiter l’anémie, le diabète et l’inflammation de l’utérus (Ferreira, 1992).

7 L’usage magique d’Arrabidea chica est aussi très fréquent chez les Caboclos amazoniens, ainsi que nous avons pu le vérifier. Chez les Waimiri Atroari, les feuilles sont l’un des ingrédients principaux d’une infusion à caractère protecteur utilisée lors de l’initiation des adolescents (Milliken et al., 1992).

8 L’écorce de cette espèce est également signalée cher les Waimiri Atroari comme remède contre la fièvre et en bain pour favoriser l’accouchement (Milliken et al., 1992).

9 Au Venezuela, la pulpe du fruit mélangée à du sucre est considérée comme purgative (Delascio Chitty, 1985).
Selon Corrèa (|1926| 1984, 11), la pulpe longuement réduite avec du sucre (sirop de calebasse), était utilisée au Brésil et dans les Antilles comme fébrifuge, purgatif et expectorant ; la pulpe des jeunes fruits est considérée au Brésil comme abortive pour le bétail.

10 Les tiges refendues de cette espèce servent parfois à faire des vanneries ou des amarres.

11 Le nom de bois pian, encore donné pour cette espèce à Saül, est aujourd’hui surtout appliqué ailleurs à Gustavia augusta (Lécythidacées).

12 Dans la littérature. Jacaranda copaia est signalé comme antisyphilitique et dépuratif (Lemée, IV, 1954-1956). Plus récemment, Cavalcante et Frikel (1973) ont observé son utilisation comme fébrifuge et fortifiant chez les Tiriyo du Nord-Para. Schultes et Raffauf (1990) indiquent l’utilisation de l’écorce préparée en tisane pour traiter la grippe et la pneumonie chez les Amérindiens du haut Uaupès (Kubéo, Tukano, Uanano...).

13 Aublet (1775) rapporte que la tisane de l’écorce est purgative et que l’extrait du suc des feuilles est appliqué sur les pians. Ces remèdes semblaient propres aux Kali’na. Devez (1932) signale encore ce remède sous le nom créole de onguent pian. Récemment Fleury (1991) a encore noté l’usage des feuilles pour soigner le pian et la leishmaniose chez les Aluku.

14 Macfadyena uncata et Macfadyena unguis-cati sont pour le non-spécialiste assez difficiles à distinguer.

15 La tige préparée en tisane est utilisée par les Amérindiennes du nord-ouest de la Guyana pour soigner la métrorragie. Abuser de ce remède peut rendre stérile (van Andel, 2000).

16 Au Brésil, la viande des bovins ayant consommé accidentellement les feuilles de ces lianes, est réputée immangeable (Cid, 1978).

17 Au Pérou un usage identique est signalé chez les Conibo (Tournon et al., 1986a).
Les Tacana de Bolivie utilisent également les feuilles pour soigner les douleurs rhumatismales (Bourdy et al., 2000). Les Aluku se servent de cette liane comme les Créoles mais aussi pour soigner la fièvre, les coupures et pour tuer les poux de tête (Fleury, 1991).

18 Le terme attribué par les Wayãpi à cette liane est le plus souvent attribué ailleurs à Arrabiiaea chica (cf. supra).

19 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana se servent de la sève pour soigner les inflammations oculaires (van Andel, 2000).

20 Tabebuia capitata est difficilement distinguable de l’espèce suivante, Tabebuia serratifolia.

21 L’écorce de Tabebuia serratifolia est aussi utilisée par les Panare du Venezuela pour soigner les maux d’estomac (Boom, 1990).

22 Tabebuia serratifolia est un arbre hôte des esprits chez les Wayãpi. Il est en conséquence très rarement abattu.
L’usage fébrifuge en tisane est également signalé chez les Chacobo de Bolivie (Muñoz et al., 2000a). Au Brésil, selon Balbach (1973), on attribue au liber de cet arbre des propriétés astringentes et on l’utilise contre les stomatites et les ulcères de la gorge d’origine syphilitique.

23 Cette utilisation est également connue chez les Aluku (Fleury, 1991). Les Tacana de Bolivie se servent des feuilles pour soigner les blessures et la leishmaniose (Bourdy et al., 2000).

24 L’usage comme insecticide et en particulier pour récolter le miel des Mélipones a aussi été observé chez les Kayapo (Kerr et Posey, 1991). Prance et al. (1977) rapportent que les Indiens Paumari utilisent les feuilles de cette espèce comme hallucinogène.
L’usage comme insecticide et en particulier pour récolter le miel des Mélipones a aussi été observé chez les Kayapo (Kerr et Posey, 1991). Prance et al. (1977) rapportent que les Indiens Paumari utilisent les feuilles de cette espèce comme hallucinogène.

25 Cette espèce n’existe qu’à l’état cultivé dans les Guyanes et l’Amazonie septentrionale. Cependant, après l’abandon des villages, des pieds survivent parfois fort longtemps (cas observé à la source de l’Oyapock de pieds vieux de près d’un siècle). Les Wayãpi et les Palikur nous ont par ailleurs affirmé l’existence d’une espèce sauvage, nommée uluftu tawa, « roucou jaune » pour les premiers et ihap kamwi, « qui ressemble au roucou » (Grenand 2137) pour les seconds.

26 Ceci est à mettre en parallèle avec le fait que la teinture de roucou est considérée comme un antidote de la manihotoxine par les Siona-Sekoya d’Amazonie équatorienne (Schultes et Raffauf, 1990). Il semble important de rapporter ici ce qu’écrivait le père Crossard en 1718 : ce Jésuite, missionnaire chez les Amérindiens de Guyane, nous indique que « le suc de rocou est le contre-poison |du manioc] mais il faut le prendre aussitôt, car si on tarde d’une demi-heure, le remède est sans effet » (Aimé-Martin, 1840).

27 Les Tacana de Bolivie préparent les feuilles en bain pour soigner la varicelle (Bourdy et al., 2000).

28 L’industrie alimentaire emploie parfois le roucou pour teinter le beurre et le fromage. On ajoute également ce colorant dans la nourriture des poules pondeuses afin que le jaune de leurs œufs présente une couleur suffisamment intense.

29 Chez les Caboclos d’Amazonie, la sève est un remède contre la conjonctivite et l’écorce est un antidiarrhéique (Silva et al., 1977). L’infusion des fleurs est bue pour soulager les maux de tête au Venezuela (Delascio Chitty, 1985).

30 Wong (1976) signale qu’à Trinidad, les feuilles sont utilisées en bain et en cataplasme pour soigner l’érysipèle et les foulures.

31 On retrouve un usage proche chez les Urubu-Ka’apor qui font consommer les feuilles par les personnes malades pour leur redonner du poids (Balée, 1994).

32 Le terme montjoly a été utilisé dans la littérature ancienne pour divers petits Cordia médicinaux (antirhumatismaux, relaxants ou utilisés après un accouchement...) comme Cordia bullata (L.) Roem. et Schult., Cordia schomburgkii DC. et Cordia lomentosa Lam. ex Roem. et Schult. (Aublet, 1775 ; Heckel, 1897). Cette dernière espèce est d’ailleurs confondue par les Palikur avec Cordia curassavica (Moretti et Damas 131).

33 En Guyana, les feuilles préparées en tisane sont un remède contre l’hypertension et, en emplâtre, servent à cicatriser les coupures (van Andel, 2000).

34 Ce petit arbre est aisément reconnaissable à la pubescence couvrant toutes les parties de la plante et à des renflements myrmécophiles à l’extrémité des rameaux.
Les fourmis-hôtes, très venimeuses, ont été identifiées comme étant Altomerus octoarticulatus.

35 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent les feuilles sèches en tisane pour soigner l’hypertension et les Warao de la même région pour soigner la coqueluche (van Andel, 2000).

36 Il s’agit d’une plante introduite au XVIIe ou XVIIIe siècle en Amérique. Son utilisation et sa culture sont inconnues des Amérindiens de l’intérieur de la Guyane.

37 L’emploi du suc des feuilles comme collyre est signalé aussi à Trinidad (Wong, 1976).

38 Un usage identique du fruit vert a été observé chez les Tikuna du haut Amazone (Schultes et Raffauf, 1990).
La sève extraite des feuilles est, au Venezuela, un déparasitant contre les vers intestinaux (Delascio Chitty, 1985).

39 Cette espèce récemment décrite par Daly (New York Botanical Garden) est présente dans les forêts côtières mais semble rare dans l’intérieur.
Elle est très proche de Protium aracoucchini (Aubl.) Marchand.

40 L’usage ancien de la résine de Protium aracouchini (créole, encens tite feuille, kali’na, ala : kuse :li), associée ou non à l’huile de carapa comme vulnéraire, n’a pas été retrouvé lors de nos enquêtes. Chez les Kali’na, la même résine était utilisée comme laxatif (Ahlbrinck, (1956 119311). Récemment van Andel (2000) a observé, chez les Amérindiens du nord-ouest de la Cuyana, l’usage de l’écorce réduite en poudre de Protium decandrum (Aubl.) March., pour soigner les plaies, les coupures et les brûlures.

41 L’écorce râpée de cette espèce est utilisée par les Surui de Rondônia en application locale pour soulager les démangeaisons (Coimbra Jr., 1985).

42 Au Venezuela préparées en bain, les tiges de ce cactus sont utilisées pour combattre les effets de l’insolation (Delascio Chitty, 1985). L’espèce voisine, Cereus jamacaru DC. du Nordeste brésilien, est considérée comme antiscorbutique et soigne aussi la bronchite (Corrêa, [1926] IV, 1984).

43 Les Wayãpi appliquent également le même nom à une fougère épiphyte (Polybotrya caudata Kunze, Dryoptéridacées, Grenand 280) et l’utilisent de la même façon, mais les deux plantes ne sont pas confondues.

44 Chez les Amérindiens de Guyana, cette plante préparée en tisane est un remède contre les courbatures, la coqueluche et le rhume (van Andel, 2000).

45 À Trinidad, le suc extrait des « raquettes » est bu comme rafraîchissant ; les emplâtres faits avec les raquettes écrasées, servent à soigner les furoncles, l’érysipèle et les plaies (Wong, 1976).

46 Les Rhipsalis sont des plantes aphylles réduites à des rameaux chlorophylliens et charnus portant fleurs et fruits, ils sont présents partout en Guyane.

47 D’après une observation faite en 2002 non loin de Macouria, avec deux de nos informateurs palikur, il pourrait s’agir de Philodendron linnaei Kunth.

48 Ces noms s’appliquent à divers Bauhinia lianescents de grande taille et aux feuillages très similaires.

49 Schultes et Raffauf (1990) signalent que les graines sont diurétiques chez les Taiwano et les tiges utilisées pour les affections des reins chez les Tikuna. Les Waimiri Atroari utilisent l’infusion de Bauhinia guianensis pour soigner la diarrhée et les écoulements menstruels excessifs (Milliken et al, 1992). La sève brune extraite des tiges et des racines est également un important remède contre la diarrhée chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000). Chez les Yanomami et les Chacobo, elle est aussi utilisée pour soigner la diarrhée et les maux d’estomac (Milliken et Albert, 1996 ; Munoz et al., 2000a) ; cf. également l’espèce suivante.

50 Cette plante semble présente un peu partout dans l’intérieur de la Guyane mais n’est abondante que le long de l’Oyapock.

51 Cette liane est employée comme antipaludique par les Amérindiens de Guyana (Johnston et Colquhoun, 1996). Chez les Urubu-Ka’apor c’est Bauhinia outimouta Aublet qui est utilisée contre la diarrhée et comme tonique (Balée, 1994) ; cf. également Bauhinia guianensis.

52 Cette espèce, vivant en peuplement, est assez fréquente dans l’ouest de la Guyane.
En revanche, dans le bassin de l’Oyapock, les populations locales n’en signalent que deux peuplements, l’un sur le moyen Camopi, l’autre sur le moyen Oyapock.

53 En Guyane, seule Copaifera guianensis semble présente, contrairement au Brésil où on extrait l’huile de plusieurs espèces de ce genre. L’huile de copahu fut employée très tôt en Europe pour ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires dans le traitement des catarrhes, gonorrhées, etc. « Le baume de copahu est l’un des plus admirables remèdes qui est apparu à ce jour pour la guérison des plaies » (Pomet, 1735). Un usage identique a été retrouvé par Boom (1990) chez les Panare du Venezuela. Il figurait dans de nombreuses pharmacopées comme antiblennorragique, avant que l’apparition des antibiotiques ne lui fît perdre de son importance. Notons que l’usage antiblennorragique a été retrouvé récemment chez les Aluku (Fleury, 1991).
L’usage de cette huile comme dissolvant du roucou (Bixa orellana, Bixacées) signalé par Roth (1924) dans l’ouest des Guyanes n’a pas été trouvé en Guyane française.
Elle est aussi utilisée au Brésil comme lotion capillaire et en friction contre les rhumatismes (catalogue de l’IEPA, Macapá, 2000).

54 Les Urubu-Ka’apor se servent également de cette espèce contre les maux d’oreille (Balée, 1994).

55 Cet usage de l’écorce est également connu des Aluku du Maroni, proches voisins des Émerillon (Fleury, 1991).

56 En Guyane, l’espèce semble particulièrement répandue sur la côte, sans doute grâce à l’action protectrice de l’homme.

57 Hymenaea courbaril est un arbre très connu dans toutes les basses terres d’Amérique tropicale pour son port majestueux, mais surtout pour ses sécrétions (provoquées au niveau du tronc, spontanées au niveau des racines) blanches et molles puis durcissant en prenant une teinte jaune d’or (copal). L’usage de ces sécrétions comme remède et comme vernis est très estimé parmi les sociétés amérindiennes et néocoloniales (Roth, 1924 ; Lemée, 4, 1956 ; Silva et ai, 1977). L’écorce préparée en décoction et utilisée en bain est un remède contre la fièvre chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973). Le thé de courbaril est utilisé en Guyana pour soigner la grippe, le diabète, les courbatures et la dysenterie (van Andel, 2000). Dans ce pays, la résine fraîche est utilisée aussi pour soigner les plaies et la dysenterie, en association avec le latex de balata (Manilkara bidentata (A. DC.) Chevalier, Sapotacées) (Polak, 1992).

58 Les Aluku préparent avec les fleurs ou les racines une tisane à usage similaire (Fleury, 1991). Les Tikuna préparent également avec les fleurs, une tisane purgative (Schultes et Raffauf, 1990).

59 Les plantes que l’on nous a montrées sous le nom de indigo ne sont ni Indigofera tinctoria L., ni Indigofera suffruticosa Mill. (Papilionacées). Ces espèces étaient autrefois cultivées en Guyane comme plante tinctoriale (Le Roux, 1994). On notera que le feuillage de ce Senna et des Indigos présentent une ressemblance certaine.

60 Les Aluku utilisent cette espèce en bain contre les éruptions cutanées (Fleury, 1991).

61 Cette espèce est confondue avec Senna alata par l’ensemble des populations de Guyane.

62 Saint John est également attribué en créole à Justicia secundo (Acanthacées), fournissant un nouvel exemple de glissement spécifique où le même nom et le même usage sont attribués à deux espèces différentes.

63 En Guyana, cette espèce est fréquemment utilisée pour de nombreux usages médicinaux, mais avant tout comme diurétique (van Andel, 2000). Chez les Conibo du Pérou, elle sert à soigner les affections de la peau (Loayza et Tournon, 1988).

64 Le docteur Richard (1937) signale l’usage du suc brut des feuilles écrasées, comme vomitif et purgatif chez les orpailleurs créoles de la région de Saint-Elie.

65 Aux Antilles, c’est la même espèce qui est utilisée comme sudorifique et fébrifuge (Fournet, 1978) alors qu’en Amazonie brésilienne, on utilise l’espèce européenne pour soigner la rougeole (Furtado et al., 1978 ; Branch et Silva, 1983).

66 L’arbre comporte de nombreuses variétés ; cultivé dans des zones bien nettoyées, il disparaît rapidement dans la brousse secondaire.

67 Les péricarpes de C. glabrum mélangés quelque jours avant l’emploi à de la boue sont utilisés par quelques ethnies amazoniennes comme poison de pêche ; pour un même usage le mésocarpe et l’endocarpe du fruit vert sont aussi mixés avec de l’eau.
L’écorce est utilisée pour la construction dans toute l’Amazonie (Prance, 1972).

68 Les feuilles de Caryocar microcarpum sont utilisées comme ichtyotoxique par les Witoto et les Kubeo d’Amazonie colombienne (Kawanishi et Raffauf, ibid.).
Une autre Caryocaracée, Antfiodiscus peruanus Baill., serait aussi très employée comme ichtyotoxique dans la même région (Duke et Vasquez, 1994). Schultes (1969) signale d’autres espèces toxiques : Caryocar gracile Wittm., utilisé par les Tukano du nord-ouest amazonien pour tuer en douceur les chiens, et Anthodiscus obovatus Benth. ex Wittm., adjuvant d’un curare à base de Strychnos (Loganiacées).

69 « Un des plus beaux arbres du Brésil ; atteint parfois des dimensions colossales (jusqu’à plus de 5 mètres de diamètre à la base du tronc) » (Le Cointe, 1922).

70 Les Caryocar sont connus soit pour leurs amandes délicieuses (Caryocar glabrum (Aubl.) Pers. ; Caryocar nuciferum L.), soit pour leur pulpe grasse comestible après cuisson (Caryocar villosum (Aubl.) Pers.). Ce sont tous des sources potentielles d’huile de table. « Cuite à l’eau salée, la masse butyreuse qui recouvre les noyaux de Pekea est fort appréciée quand elle est douce, mais elle est parfois d’une amertume prononcée. Elle fournit, à chaud, par la pression, une huile qui se solidifie par refroidissement et peut être employée dans l’alimentation à la place de beurre. Elle sert encore à la fabrication du savon. De l’amande, on tire une graisse blanche, fine, solide au-dessous de 24 degrés, fondant à la chaleur de la main en une huile incolore, excellente pour la parfumerie parce qu’elle rancit difficilement (huile de noix souari). L’écorce des baies est très riche en tanin et peut servir pour préparer de l’encre noire. » (Le Cointe, 1922)

71 Au Brésil central, pequi désigne une huile généralement extraite de Caryocar brasiliense Cambess., une espèce des savanes arborées (cerrados), mais en Amazonie, l’huile de pequeá ou piquiá provient essentiellement de Caryocar villosum.

72 Les collections d’herbier indiquées ci-dessus avaient été identifiées dans la première édition comme Lindernia crustacea F. Muell., Scrophulariacées.

73 Les auteurs anciens (Aublet, 1775 ; Heckel, 1897) indiquent « consommé en salades rafraîchissantes » comme usage de la présente espèce.

74 L’espèce Cecropia obtusa, de loin la plus répandue en Guyane française, est confondue par les diverses ethnies de basse Guyane avec Cecropia palmata Willd., plus rare et essentiellement présente dans la zone côtière.

75 Dans les pays d’Amérique centrale, les feuilles de Cecropia sont employées en voie interne pour les troubles gastriques et intestinaux (Caceres et al., 1990).
Devez (1932) signale également pour la Guyane l’usage de la sève pour dessécher les verrues et les dartres.

76 Des usages très proches des gros bourgeons, sont signalés pour Cecropia peltata chez les Caraïbes de la Dominique (Hodge et Taylor, 1957) et les Arawak de la Moruca en Guyana (van Andel, 2000) et pour Cecropia palmata, chez les Caboclos d’Amazonie (Le Cointe, 1922). Dans le bas Amazone (Amapá, Para), l’espèce commune semble être plutôt Cecropia peltata L., où elle est employée comme hypotensive, fébrifuge, diurétique, cicatrisante de la peau et comme tonique capillaire. La décoction des feuilles serait antimalarique. La sève est aussi appliquée sur les ulcères gangréneux et diverses affections de la peau (Corrêa, [1926] IV, 1984).

77 L’usage de l’écorce comme analgésique dentaire est signalé chez les Kali’na (Ahlbrinck, (|1931| 1956) et en Amazonie péruvienne (Duke et Vasquez, 1994).
Aublet (1775) signale l’usage du jus des feuilles pour soigner les inflammations oculaires ; un usage proche (traitement des cataractes) a été trouvé chez les Andoke d’Amazonie colombienne (Duke et Vasquez, 1994).
Les mêmes auteurs signalent l’emploi des feuilles comme teinture capillaire. Chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana, les bains préparés avec l’écorce sont recommandés pour traiter l’eczéma et la varicelle (van Andel, 2000).

78 Cette plante odoriférante (odeur de moutarde) est originaire d’Amérique centrale mais elle semble être cultivée depuis longtemps par les colons dans les possessions françaises d’Amérique et au Brésil. C’est ce qu’atteste en tout cas le nom créole simincontra.

79 Les Palikur désignent également sous ce nom, Capraria biflora L. (Scrophulariacées).

80 Si l’usage déparasitant semble généralisé en Amérique tropicale, d’autres applications ont cependant été observées.
En Amazonie brésilienne, la plante entière associée aux feuilles de cotonnier et de Cordia multispicata Cham. (Boraginacées) sert à préparer un sirop antitussif ; avec la macération des feuilles, on prépare également un collyre pour « nettoyer la vue » (Furtado et al., 1978).
Les Aluku utilisent en friction les feuilles pour traiter le Pityriasis versicoior (Fleury, 1991). Enfin les racines préparées en décoction sont contraceptives pour les Tikuna (Schultes et Raffauf, 1990).

81 Les feuilles sont très réputées au Brésil comme antidiabétique (Almeida Costa, 1977). À notre connaissance, cette propriété n’a pas retenu l’attention des pharmacologues.
Heckel (1897) décrit par ailleurs quelques usages originaux pour la Guyane : « le suc des feuilles et des racines, battu avec de l’huile, resserre les sphincters de la vulve, il est employé par les matrones pour simuler la virginité.
On l’emploie également pour combattre la flaccidité du scrotum ».

82 Ce nom s’applique aussi à Licania alba (Bernoulli) Cuatrec. (Rostain et Piollat 1), dont les usages sont identiques.

83 Le nom, qui fait référence à l’usage magique, est aussi appliqué à quelques espèces du genre Ficus (Moracées).

84 Les principales espèces utilisées sont Clusia grandiflora Splitg. (Grenand 460, 1010), Clusia nemorosa G. Mey. (Moretti 260), Clusia panapanari (Aubl.) Choisy (Grenand 1589) et Clusia scrobiculata Benoist (Lescure 839).

85 Clusia venosa Jacq. (syn. Clusia mangle L. C. Rich.), signalé dans plusieurs ouvrages comme plante vénéneuse (Heckel, 1897 ; Lemée, IV, 1956), ne se trouve pas en Guyane mais aux Antilles.

86 Un usage identique du latex de Clusia grandiflora a été observé chez les Waimiri Atroari (Milliken et al., 1992) et chez les Tiriyo pour Clusia purpurea (Splitg.) Engl. (Cavalcante et Frikel, 1973).
D’autres Clusia sont utilisés chez les Karijona et les Witoto du nord-ouest amazonien, pour traiter les plaies et les atteintes fongiques de la peau (Schultes et Raffauf, 1990).

87 Le genre a parfois été exclu des Clusiacées et placé dans la famille des Théacées. Cette espèce ne semble exister que dans la zone côtière.

88 Le père Labat (1742) décrivait aux Antilles, dès 1693, les propriétés pectorales et astringentes des fruits. Les feuilles sont considérées comme cicatrisantes et vulnéraires par les Aluku (Fleury, 1996).

89 Cette espèce, sans contreforts ni racines aériennes, se distingue aisément de Symphonia globulifera.

90 Trois espèces au moins semblent utilisées : Rheedia macrophylla (Mart.) Planch. et Triana (Grenand 137, 737 ; Prévost et Sabatier 2742), Rheedia benthamiana Planch. et Triana (Grenand 1489, 2128 ; Moretti 991) et Rheedia madruno (Kunth) Planch. et Triana (Grenand 3119), toutes communes dans le bassin de l’Oyapock.

91 La cendre extraite de l’écorce est utilisée par les Makuna et les Piratapuyo pour soigner les blessures et les ulcères (Schultes et Raffauf, 1990).

92 L’usage contraceptif de Symphonia globulifera est également signalé chez les Urubu-Ka’apor (Balée, 1994).

93 Les Cayennais réservent ce nom au Senna alata (Caesalpiniacées). Au XVIIIe siècle, le terme bois dartre était appliqué aussi bien aux Vismia qu’à Vatairea guianensis (Papilionacées).
Les autres noms donnés alors aux Vismia, bois baptiste, bois de sang ou bois d’accossois, ont totalement disparu (Aublet, 1775).

94 Le latex des Vismia fut exporté au siècle dernier sous le nom de American gum-gute, pour soigner diverses dermatoses.

95 Les autres espèces utilisées selon leur abondance par les trois populations étudiées sont :

Vismia gracilis Hieron, (Grenand 1666, 2855 ; Oldeman et Burgot 4120 ; Prévost 1604) ;

Vismia guianensis (Aubl.) Choisy, (Fleury 358 ; Moretti 1069) ;

Vismia latifolia (Aubl.) Choisy, (Moretti 310 ; Prévost et Grenand 1972) ;

Vismia macrophylla Kunth, (Grenand et Prévost 1971 ; Kodjoed 93) ;

Vismia sandwithii Ewan, (Grenand 1746 ; Jacquemin 1787 ; Moretti 323 ; Oldeman 2857) ;

Vismia sessilifolia (Aubl.) Choisy, (Grenand 1685 ; Moretti 1068).

Le port, l’écorce et le latex de ces espèces sont très similaires, mais leurs feuillages sont assez dissemblables.

96 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana grattent les graines séchées et saupoudrent le plumage de la volaille pour éloigner les vampires (van Andel, 2000).

97 Chez les Aluku, la sève sert à soigner les blessures oculaires ; les tiges et les feuilles, préparées en macération constituent un remède bu contre les douleurs liées à un refroidissement (Fleury, 1991).
Les Karijona de Colombie mâchent les fleurs pour stopper le saignement des gencives (Schultes et Raffauf, 1990).

98 Cette espèce est facilement confondue avec Commelina benghalensis L. (Prévost 3431), abondante sur le littoral.

99 Les Aluku utilisent cette plante pour soigner les douleurs abdominales, les convulsions et les coupures (Fleury, 1991).

100 Chez les Tiriyo, des espèces très voisines sont utilisées l’une contre l’anémie (Commelina virginica L.), l’autre comme contre-poison des curares à Strycfinos (Dichorisandra affinis Mart.) (Cavalcante et Frikel, 1973).

101 Quoique peu connues de la plupart des ethnies de Guyane, les Connaracées sont des lianes très monomorphes assez communes, poussant aussi bien dans les zones ripicoles qu’en forêt primaire.

102 Un usage identique de cette espèce a été observé chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973).

103 Les jeunes pousses de cette espèce ainsi que de Costus scaber, préparées en tisane, sont utilisées pour soigner le rhume chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

104 Les Noirs Marrons (Aluku et Ndjuka) utilisent abondamment les Costus à des fins tant médicinales que magico-religieuses.

105 Il s’agit d’une espèce récemment décrite, très aisée à distinguer des autres Cosfus grâce à ses tépales et bractées jaune orangé.

106 De façon proche des Wayãpi, cette espèce est utilisée par les Tacana pour soigner les urines mêlées de sang (Bourdy et al., 2000).

107 Cet usage est comparable à celui que font de Costus amazonicus (Loes.) Macbride les Taiwano du nord-ouest de l’Amazonie : les feuilles séchées et pulvérisées sont prisées pour stopper les saignements de nez (Schultes et Raffauf, 1990).

108 Cet herbier constitue la première collecte de cette espèce pour la Guyane française.

109 Chez les Caboclos du Para (Furtado et al., 1978), les feuilles sont utilisées pour soigner les enflures, l’érysipèle et, préparées en sirop, la toux. Les Aluku utilisent le jus des feuilles pour soigner les maux de tête et la conjonctivite (Fleury, 1991).
Les Siona se servent des feuilles ramollies à la flamme pour soigner les furoncles (Schultes et Raffauf, 1990).

110 Entre 1972 et 1980, diverses plantes sur pied, le plus souvent lianescentes, furent associées, par nos informateurs, aux graines utilisées pour élaborer le poison de chasse décrit ci-dessus, jusqu’à ce qu’un chasseur trouvât des germinations avec des graines encore reconnaissables ; cette incertitude donna lieu à des discussions passionnées.
C'est pratiquement le seul cas, chez les Wayãpi, où une partie de plante est utilisée sans que la plante entière ait été préalablement reconnue. Sans doute la difficulté d'observation de cette liane poussant dans la canopée est-elle à la base de cette carence.

111 Fevillea cordifolia est souvent signalé comme purgatif, mais il est aussi indiqué, a contrario de nos observations, comme antidote pour divers empoisonnements (Gentry et Wettach, 1986).

112 Chez les Tiriyo du nord du Brésil, la même espèce est un remède contre la toux, introduit par les Noirs Marrons Ndjuka. Une espèce du même genre, Gurania ulei Cogn., est utilisée pour soigner la jaunisse (Cavalcante et Frikel, 1973).

113 Plante encore assez commune en Guyane dans les zones rurales de la côte et chez les Amérindiens de l'intérieur. Cependant, sa culture en vue d’obtenir des récipients se restreint peu à peu.

114 Les Aluku utilisent les feuilles pour soigner les ganglions et les troubles circulatoires (Fleury, 1991).

115 Ces usages antiseptiques et fébrifuges sont également signalés au Venezuela (Delascio Chitty, 1985).

116 Les Yanomami emploient l'infusion des rhizomes en cas de fièvre (Milliken et Albert, 1996). Les Sekoya se servent du rhizome pour soigner la grippe, la fièvre et le mal de viento (comparable au vent des Créoles, cf. 2e partie, p. 45) (Schultes et Raffauf, 1990). Chez les Carib de Guyana, il est utilisé pour soigner les maux d'estomac (Van Andel, 2000). Cyperus articulatus et C. odoratus L. sont signalés (Bennett, 1992) comme hallucinogène utilisé par les chamanes dans les ethnies de langue jivaro (Shuar, Achuar, Aguaruna).

117 Le terme moyu pili, « la plante parfumée de l’anaconda », désigne également Wulffia baccata (Astéracées), sans qu’il y ait confusion aux yeux des Wayãpi.

118 Au Brésil, les racines sont préparées en macération exposée au soleil et utilisée contre les maux de tête, en association avec le patchouli (Vetiveria zizanoides (L.) Nash, Poacées), (Furtado et al., 1978), et seule, en décoction bue pour soigner les maux d’estomac chez les Caboclos de la région de Santarem (Branch et Silva, 1983).

Table des illustrations

Titre Begonia glabra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Arrabidaea candicans. Fleurs : la face inférieure des folioles de cette liane est vert pâle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Arrabidaea chica. La floraison de cette liane est particulièrement élégante
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Callichlamys latifolia. Grande fleur jaune
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Crescentia cujete. Gros fruit du calebassier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Cydista aequinoctialis. Fleure de la liane panier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Jacaranda copaia. Floraison bleue du coupaya
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Macfadyena unguis-cati. Fleurs de griffe chatte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Mansoa alliacea. Fleurs de la liane ail
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Mussatia prieurei. Fleurs multicolores
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Schlegelia violacea. Feuilles charnues et fleurs de besière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tabebuia serratifolia. Floraison de l’ébène verte quand l’arbre a perdu ses feuilles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Tabaecium nocturnum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Bixa orellana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Ceiba pentandra. Fromager dominant une cambrouze
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Ceiba pentandra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Quararibea duckei. Fleur du bois lélé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Cordia curassavica. Fleurs de montjoly : les feuilles froissées sont très odorantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Cordia nodosa. Fruites de lamoussé fourmi, plante myrmécophile
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Heliotropium indicum. Inflorescence de crête dinde
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Protium heptaphyllum. Écorce avec résine abondante (encens) se solidifiant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Protium heptaphyllum. Fruits d’un bois l’encens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Dacryodes nitens. Fruits d’un bois l’encens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Cereus hexagonus. Raquette carrée à côtés épineuses
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Epiphyllum phyllanthus. Fruit de queue caïman porté par un axe plat chlorophyllien ; les graines sont disséminées par les oiseaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Rhipsalis baccifera. Épiphyte à longs rameaux chlorophylliens ; les petits fruits sont mangés par les oiseaux qui en disséminent les graines
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Bauhinia guianensis. Fleurs de la liane tortue (ou échelle tortue)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Bauhinia kunthiana Vogel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Caesalpinia pulcherrima. Inflorescence de macata (ou orgueil de Chine) : une autre variété a les fleurs jaune orangé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Copaifera guianensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Eperua falcata. Gousses du wapa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Eperua falcata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Hymenaea courbaril. Gousse du courbaril (ou caca chien)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Hymenaea courbaril. Gousse ouverte du courbaril : graines entourées d’une arille farineuse comestible
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Senna alata. Fleurs de bois dartre (ou cassialata)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Senna occidentalis. Gousses immatures de café zerb pian (ou digo)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Centropogon cornutus. Fleur de radié pétey
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Sambucus simpsonii. Feuilles et fleurs de sureau (ou fleur sirio)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Carica papaya. Pied de papayer avec ses fruits encore verts (papayes)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Caryocar glabrum. Chawari montagne hébergeant des épiphytes et des hémiépiphytes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Caryocar glabrum. Fleurs du chawari montagne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Caryocar glabrum. Fruits et graines du chawari montagne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Feuilles et fleurs en boutons de Caryocar microcarpum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Caryocar microcarpum. Fleurs et fruits du chawarti de l’eau. Les fleurs s’ouvrent la nuit et sont pollinisées par les chauves-souris
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Caryocar villosum. Fruit de l’arbre à beuure (ou pékéya) : la graine est entourée d’une pulpe jaune très grasse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Cecropia obtusa. Georges Elfort au pied d’un bois canon de deux ans
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Goupia glabra. Tronc et cime d’un goupi (ou bois caca) en bord de piste
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Goupia glabra. Feuillage et fleurs du goupi (ou bois caca)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Chrysobalanus icaco. Fruits de la prune d’anse (ou prune zicaque)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Licania macrophylla. Gros fruits et graines
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Clusia grandiflora. Fleur à peine épanouie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Clusia grandiflora. Fruit ouvert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Clusia scrobiculata. Fruits immatures
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Clusia nemorosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Mahurea palustris. Fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Mahurea palustris
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Mammea americana. Fruits comestible de l’abricot pays
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Moronobea coccinea. Tronc et latex du mani montagne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Rheedia madruno. Fruits immatures de gros piton
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Rheedia madruno. Tronc et latex jaune orangé de gros piton
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Symphonia globulifera. Fleurs et fruits du mani (ou mani marécage)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Vismia cayennensis. Fleurs d’un bois dartre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Vismia cayennensis. Tronc et latex d’un bois dartre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Combretum cacoucia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Combretum rotundifolium. Fleurs de la liane peigne singe rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Commelina erecta. Fleur d’un radié crapaud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Commelina benghalensis. Feuillage et fleurs d’un autre radié crapaud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Dichorisandra hexandra. Fleurs d’un autre radié crapaud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Connarus perrottetii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Connarus punctatus. Les graines noires sont entourées d’une arille jaune
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Merremia dissecta. Boutons floraux de la pâte d’amande
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Costus congestiflorus. Fleur d’une canne congo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Costus curcumoides. Inflorescence à bractées jaune orangé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Costus spiralis. Inflorescnece à ractées rouges d’une autre canne congo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Kalanchoe pinnata. Fleurs de feuille paisse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Kalanchoe pinnata. Feuilles charnues de feuille paisse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fevillea cordifolia. Grosses graines aplaties de ce poison de chasse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fevillea cordifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Gurania lobata. Liane à grandes feuilles et inflorescneces dressées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Lagenaria siceraria. Fruit de la calebasse terre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Momordica charantia. Fruit de sorossi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20337/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search