Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Les pharmacopées créoles, wayãpi, palikur

A (Acanthaceae à Astaraceae)

Texto completo

Famille Acanthaceae

Aphelandra aurantiaca (Scheidw.) Lindl

Synonymie

Hemisandra aurantiaca Scheidw.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : mulumulukwi.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante herbacée commune dans les sous-bois de forêt primaire ou les recrus forestiers.

Collections de référence

Grenand 259, 429.

Emplois

  • 1 La racine de cette plante sert à préparer un remède contre la surdité chez les Tikuna du haut Amazo (...)

L’utilisation de cette plante semble restreinte aux Wayãpi. La macération des feuilles broyées est frottée sur le ventre des parturientes qui peinent à accoucher. Ce remède favorise ou accélère la naissance du bébé1.

Étymologie

Wayãpi : de mulu, « grossesse » et kwi, « tomber ». La propriété qu’ont les fleurs de Aphelandra de tomber au moindre choc est à l’origine de cette association symbolique entre la facilité de la chute et la difficulté de la naissance.

Chimie et pharmacologie

La présence d’alcaloïdes macrocycliques du type spermidine a été mise en évidence dans les racines de Aphelandra tetragona (Vahl) Nees (Fiedler et al, 1990) ; leur rôle dans la défense chimique de la plante a été évoqué.

Aphelandra aurantiaca. Inflorescence avec grandes feuilles rouges

Aphelandra aurantiaca. Inflorescence avec grandes feuilles rouges

Justicia pectoralis Jacq

Synonymies

Dianthera pectoralis (Jacq.) Murr. ;

Rhytiglossa pectoralis (Jacq.) Nees ;

Stethoma pectoralis (Jacq.) Raf.

Noms vernaculaires

Créole : radié charpentier [radjé-charpantjé], zerb charpentier [zerb-charpantjé], carmentin, cramentin [kranmanten].

Wayãpi : pili, pili e’e.

Palikur : suepan.

Portugais : trevo-cumaru.

Écologie, morphologie

Cette herbe rudérale est souvent cultivée ; on la trouve également dans l’intérieur de la Guyane sur des plaques rocheuses humides.

Collections de référence

Grenand 416, 1360 ; Jacquemin 1891 ; Moretti 476 ; Prévost 1370.

Emplois

  • 2 Cette plante est très réputée comme pectorale aux Antilles (Stehlé, 1962) et au Brésil (Furtado et (...)

La macération des feuilles ou des parties aériennes est employée par les Créoles comme vulnéraire, en usage externe contre les hématomes. L’infusion des feuilles aurait des propriétés béchiques et pectorales2. La décoction des feuilles est aussi employée pour guérir les blesses. Pour plus de détails, cf. Curcuma longa (Zingibéracées).

  • 3 D’après R. Oldeman (comm. pers., 1974), une plante herbacée nommée pidi, qui pourrait être Justicia (...)

Chez les Wayãpi, la plante entière est préparée en décoction et bue contre les maux d’estomac. La même préparation est utilisée en lavages externes comme fébrifuge. Les feuilles séchées sont roulées en cigarette dans l’écorce de Couratari multiflora. (Lécythidacées) et, considérées comme enivrantes, fumées occasionnellement lors des fêtes3. Chez les Palikur, Justicia pectoralis, préparée en décoction, est utilisée en association soit avec Heliotropium indicum, Boraginacées, soit avec Drymonia coccinea, Gesnériacées, ou encore Lonchocarpus chrysophyllus, Papilionacées (cf. ces noms) En outre la plante seule utilisée en bain sert à soigner le paludisme. Selon Berton (1997), la décoction bue sert aussi à traiter le diabète et les maux d’estomac.

Étymologie

Wayãpi : pili, terme de base désignant les plantes parfumées et e’e, « véritable, typique ». Créole : herbe [du] charpentier, car elle lui est utile pour soigner les blessures auxquelles son métier l’expose. On notera qu’en France le mot herbe au charpentier s’applique à Ajuga replans L. et Prunella vulgaris L. (Lamiacées), avec un même usage vulnéraire.

Chimie et pharmacologie

Justicia pectoralis fut inscrite au Codex comme sirop pectoral. L’huile essentielle, non toxique, a des propriétés hémostatiques. L’infusion des feuilles est sudorifique et stimulante. La plante apparaît dans la Pharmacopée française pour ces indications.

  • 4 J. pectoralis var. stenophylla, que l’on trouve sur le haut Orénoque notamment est signalée comme h (...)

L’usage de l’une de ses variétés comme hallucinogène4 a suscité son étude chimique détaillée.

Si l’activité psychotrope reste à démontrer, l’activité sédative des feuilles a été mise en évidence sur le rat (in Tramil 7, 1995). Plusieurs espèces de Justicia d’Extrême-Orient ont été étudiées pour leurs lignanes (Ghosal et al., 1979). Ce type de composés présente de remarquables propriétés antidépressives, ils ont par ailleurs été isolés d’un échantillon de Justicia pectoralis récolté en Guyane (Joseph et al, 1988).

Trois types de composés ont été isolés : bétaïne, coumarine et umbelliférone. C’est au deuxième de ces composés que la plante doit son arôme particulier. Aucun de ces produits ne peut cependant expliquer à lui seul l’emploi de cette espèce comme hallucinogène (Mc Rae et Towers, 1984). Par contre, les propriétés analgésiques et anti-inflammatoires, liées aux coumarines et à l’umbelliférone (Lino et al, 1997) et ses propriétés broncho-dilatatoires ont été démontrées (Leal et al, 2000). Peuvent donc être recommandés les emplois suivants : le sirop comme antitussif, la tisane des feuilles comme antispasmodique dans le cas de difficultés gastro-intestinales et comme sédatif léger, enfin la plante entière en usage externe comme cicatrisante.

Justicia pectoralis. Feuilles odoriférantes de zerb charpentier

Justicia pectoralis. Feuilles odoriférantes de zerb charpentier

Justicia secunda Vahl

Synonymies

  • 5 Justifia secunda est difficile à distinguer de Justicia calycina (Nees) V.A.W. Graham. Nous suivons (...)

Rhacodiscus secundus (Vahl) Bremek. ; Rhytiglossa secunda (Vahl) Nees5

Noms vernaculaires

  • 6 Pour ce nom, cf. aussi Alternanthera brasiliana, Amarantacées.
  • 7 À Trinidad, même nom et même usage qu’en Guyane (Wong, 1976).
    En Guyana, la tisane est bue contre la (...)

Créole : radié di vin [radjé-diven], zerb vin6 radié du sang [radjé-disan], Saint John7

Wayãpi : yawa lemo.

Palikur : daudau.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale, souvent cultivée, commune.

Collections de référence

Grenand 1877 ; Jacquemin 1508, 1874 ; Kodjoed 62 ; Moretti 1280 ; Prévost 3876.

Emplois

Feuilles et tiges feuillées donnent une tisane de couleur rouge qui aurait, pour les Créoles, une action clarificatrice. Elle est prise en cas d’aménorrhée. Elle est aussi réputée abortive. Le traitement doit durer 5 à 6 jours. Selon Berton (1997), ce remède serait adopté par quelques Palikur.

Étymologie

Créole : cf. Alternanthera brasiliana (Amaranthacées). Wayãpi : de yawa, « chien » et lemo, « pénis », « pénis de chien », en raison de la forme et de la couleur de la fleur.

Palikur : daudau, « péter », bruit émis par la plante quand on la casse.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Justicia secunda. Fleurs d’un radié di vin (ou Saint-John)

Justicia secunda. Fleurs d’un radié di vin (ou Saint-John)

Justicia calycina. Fleurs d’un autre radié di vin (ou Saint-John)

Justicia calycina. Fleurs d’un autre radié di vin (ou Saint-John)

Pachystachys coccinea (Aubl.) Nees

Synonymie

Justicia coccinea Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : carmentine rouge, cramentine rouge (Devez, 1932).

Écologie, morphologie

Arbuste commun des sous-bois des vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Moretti 866 ; Kodjoed 20.

Emplois

  • 8 Ce serait, selon Heckel (1897), un « excellent stomachique amer à étudier ».

Cette espèce n’a pas été retrouvée en usage de nos jours8.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pachystachys coccinea. Fleurs de carmentine rouge

Pachystachys coccinea. Fleurs de carmentine rouge

Famille Agavaceae

Cordyline fructicosa (L.) A. Chev

Synonymie

Cordyline terminalis (L) Kunth

Noms vernaculaires

Créole : feuille way [féy-way], roseau des Indes, cordyline.

Wayãpi : —

  • 9 Cordyline fruticosa a probablement été transmis aux Palikur par les Créoles. Il n’a pas été trouvé (...)

Palikur : kwa∫βan duwõ9

Écologie, morphologie

Plante arbustive cultivée et naturalisée, commune dans la région côtière ; il en existe plusieurs variétés.

Collections de référence

Grenand 1620 ; Jacquemin 2075, 2077 ; Prévost et Grenand 4206.

Emplois

Les Créoles utilisent les parties inférieures des feuilles pour soigner les plaies. Macérées dans de l’huile d’olive, elles sont chauffées avant d’être appliquées en tampon ou en cataplasme. L’infusion de trois feuilles de la variété pourpre, écrasées dans de l’eau, donne un breuvage hypotenseur. Chez les Créoles et les Palikur, cette espèce est également plantée près des habitations pour les protéger des esprits malveillants.

Étymologie

Créole : feuille way, « feuille de Geonoma baculifera », palmier nain qui a des feuilles comparables ; roseau des Indes, car la plante, à tige semblable au chaume des roseaux, fut introduite en Guyane en provenance de l’Asie. Cordyline : emprunt au nom latin, peut-être dû à l’influence des médecins du bagne. Palikur : de kwa∫βan, « Quassia amara (Simaroubacées) » et duwô, « rouge ».

Les feuilles de Cordyline fruticosa et les fleurs de Quassia amara ont la même couleur.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce, comme la plupart des espèces de ce genre, renferme des saponines stéroïdiques (Blunden et al, 1981). Elle renferme aussi de la tyramine (Smith, 1977b).

Furcraea foetida (L.) Haw

Synonymie

Fourcroya gigantea Vent

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : mula.

Palikur : muramura.

Portugais : piteira.

Français : agave fétide.

Kali’na : mu:la.

Écologie, morphologie

  • 10 Furcraea foetida est surtout commun dans le nord de la Guyane, dans des zones découvertes et rocheu (...)

Grande plante herbacée commune par place, croissant sur les inselbergs ou les falaises rocheuses10

Collection de référence

De Granville 1346.

Emplois

Pour les Wayãpi, la décoction d’une feuille ou d’une partie de feuille coupée en morceaux est fébrifuge. Cette décoction est soit bue, soit utilisée en aspersion. Cette plante est si rare sur leur territoire que les Wayãpi prennent parfois l’initiative de la domestiquer dans leurs villages.

Chimie et pharmacologie

Les espèces de ce genre renferment des saponines, ce qui explique leur emploi, dans certaines régions, comme ichtyotoxique (Moretti et Grenand, 1982 ; Denevan et Schwerin, 1978), notamment chez les Kali’na du Venezuela.

Famille Amaranthaceae

Alternanthera brasiliana (L.) Kuntze

Synonymies

Alternanthera dentata (Mœnch) Scheygr. ; Alternanthera ramosissima R E. Fr. ; Gomphrena brasiliana L.

Noms vernaculaires

Créole : radié di vin [radjé-diven], zerb vin, radié Marie Claire.

Wayãpi : —

Palikur : marikle aβan.

Portugais : corrente-roxa.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale souvent cultivée, commune dans la région côtière.

Collections de référence

Grenand 2144 ; Moretti 912 ; Prévost 3869.

Emplois

Pour les Créoles, les feuilles prises en tisane sont rafraîchissantes et antidiarrhéiques. Ils emploient aussi, aux mêmes fins, le jus des feuilles exprimé dans du vinaigre.

Chez les Palikur, la plante entière est préparée en macération, laquelle est bue selon l’expression des utilisateurs pour rafraîchir le fond du ventre (cf. 1re partie). La même tisane aurait un effet calmant chez les femmes atteintes de nymphomanie.

Étymologie

Créole : de radié, « herbe, plante » et divin, « vin », en raison de la coloration violette des feuilles et de la tisane que l’on en prépare. Le même nom est donné à Justicia secunda, Acanthacées.

Palikur : c’est une traduction de radié Marie Claire, « plante de Marie Claire ».

Lié au fait que la plante est utilisée de façon proche dans les deux cultures, cela indique probablement un emprunt à la pharmacopée créole.

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques réalisés sont tous négatifs.

Pfaffia glomerata (Spreng.) Pedersen

Synonymie

Pfaffia glauca (Mart.) Spreng.

Noms vernaculaires

Créole : arbre sensible [bwa-sansib], larme sensible [larm-sansib].

Wayéãpi : —

Palikur : —

Créole antillais : plus fort que l’homme, [pli fò ké lom].

Écologie, morphologie

Arbrisseau rudéral, souvent cultivé, assez commun.

Collections de référence

Moretti 105 ; Prévost 3907.

Emplois

La tisane des feuilles est sédative et fébrifuge. Le jus obtenu par expression des feuilles est employé comme collyre par les Créoles.

Chimie et pharmacologie

La famille des Amaranthacées a, dans son ensemble, peu retenu l’attention des chimistes.

L’extrait alcoolique des racines par voie i.p. aurait un effet dépresseur sur le snc et serait sans effet par voie orale (Paris et al. 2000).

Les tests chimiques réalisés sont tous négatifs.

Pfaffia glomerata. Fleurs de larme sensible

Pfaffia glomerata. Fleurs de larme sensible

Famille Anacardiaceae

Anacardium occidentale (L.)

Noms vernaculaires

Créole : cajou [kajou], pomme cajou [ponm-kajou], pommier cajou.

Wayãpi : akayu.

Palikur : mihitui.

Portugais : caju, cajueiro.

Aluku. kassu.

Français : noix de cajou.

Écologie, morphologie

Espèce communément cultivée dans toute la Guyane mais croissant aussi spontanément sur les cordons sableux du littoral. Dans de bonnes conditions, devient un arbre de taille moyenne.

Collections de référence

Berton 55 ; Haxaire 771, 1061 ; Moretti 771 ; Prévost et Grenand 4204.

Emplois

  • 11 Dans la région d’Urucaua (Amapá, les Palikur utilisent aux mêmes fins l’espèce sauvage mihitui kamw (...)

Chez les Créoles et les Palikur, la décoction de l’écorce est un antidiarrhéique majeur11. Selon Hay (1998), la partie externe de l’écorce fraîche est grattée puis mise à bouillir dans l’eau. La solution filtrée est ensuite laissée au repos avant d’être bue. Elle peut être additionnée de quelques gouttes de vinaigre ou de jus de citron. Pour un litre d’eau, la quantité d’écorce varie selon l’âge du patient ; pour un bébé, on gratte un morceau d’écorce d’environ 5 cm sur 2, tandis que pour l’adulte, on prend le double. La préparation est bue trois fois par jour, à raison de trois cuillères à café pour un enfant et un verre pour un adulte. Le même remède est utilisé pour arrêter les vomissements. Certaines femmes palikur considèrent que l’action des écorces de cajou est plus forte que celles du goyavier (cf. Psidium guajava, Myrtacées). Elles n’utiliseront le cajou que si le traitement au goyavier est inefficace. Une autre recette consiste à laisser macérer les écorces de cajou dans l’eau à température ambiante pendant 7 à 8 heures, mais on nous a précisé qu’il ne fallait pas abuser de ce remède, au risque de devenir constipé. Toujours chez les Créoles et les Palikur, le suc caustique du fruit est utilisé pour brûler les verrues et les grains de beauté.

  • 12 Au Brésil, un thé préparé avec les écorces est utilisé en lavement pour les sécrétions vaginales et (...)

Un usage plus spécifiquement palikur consiste à appliquer le suc caustique sur la verrue puis à se faire piquer par une fourmi tanairi (Eciton sp.). Pour soigner la leishmaniose, les Créoles grillent la noix et en extraient l’huile chaude qu’ils appliquent directement sur la plaie. L’opération est répétée matin et soir pendant trois jours. Le nombre de noix utilisées varie selon la dimension de la plaie. Il convient, selon les femmes interrogées, d’éviter ce remède pour les enfants en bas-âge, son action étant forte et douloureuse. La décoction de l’écorce est aussi utilisée par les Palikur en bain de bouche comme hémostatique à la suite de l’extraction d’une dent. Les femmes l’utilisent aussi en application locale pour arrêter les saignements après l’accouchement12. Pour un dernier usage, cf. Eleutherine bulbosa (Iridacées).

Chez les Wayãpi, l’écorce est un remède contre le muguet des enfants : la face interne est grattée en copeaux fins dont on exprime la sève dans la bouche des enfants. La coque du fruit est utilisée pour cautériser les crevasses sous les orteils : on la gratte ou on la jette au feu où elle exsude rapidement un jus huileux et caustique qui, recueilli au bout d’un bâtonnet, est appliqué sur la crevasse.

Les Wayãpi associent les crevasses sous les pieds à la consommation des rognons de pécari à lèvre blanche (Tayassu pecari) et soulignent la ressemblance du remède (la noix de cajou) avec cet organe.

Étymologie

Créole : du tupi akayu, « arbre Anacardium occidentale » et non, comme le suggère une étymologie populaire, de acajou (Cedrela odorata, Méliacées). Wayãpi : de akaya, « arbre Spondias mombin (Anacardiacées) » et u, « grand, gros », « le gros mombin », en raison du volumineux pédoncule qui ressemble à un fruit et possède le même goût acide.

Anacardium occidentale. Fruits de cajou (ou noix de cajou) au bout de pédoncules charnus colorés (ou pomme cajou)

Anacardium occidentale. Fruits de cajou (ou noix de cajou) au bout de pédoncules charnus colorés (ou pomme cajou)

Chimie et pharmacologie

La « noix de cajou » tient une place considérable sur le marché international pour son usage alimentaire. L’amande contenue dans le fruit vrai est entourée d’une coque interne qui est aussi utilisée dans l’industrie du plastique et de la résine pour le phénol qu’elle contient. Une huile épaisse, caustique, appelée cardol, s’accumule entre la coque et la noix. Cette huile contient des phénols toxiques (Bruneton, 1996). Avant d’être consommée, la « noix de cajou » doit être lavée et grillée pour la débarrasser de cette huile et éliminer les toxines. La gomme qui exsude du tronc et de la coque des fruits renferme de la bassorine. Les feuilles renferment des hétérosides, du kaempférol et du quercétol (Laurens et Paris, 1977). Les propriétés biologiques d’Anacardium occidentale sont les suivantes :

Hypoglycémiante et hypotensive

Des extraits de feuille et d’écorce de tige se sont montrés hypotensifs et hypoglycémiants (Bezanger-Beauquesne, 1981). L’effet hypoglycémiant de l’extrait d’écorce administré par voie orale commence 10 à 20 min après l’ingestion, atteint son maximum d’efficacité en 60 à 90 min et se maintient après 3 heures (Pousset, 1989). Cet extrait présente aussi des propriétés antihypertensives qui ont été vérifiées chez le rat et le singe. L’action se manifeste par une vasodilatation périphérique qui dure plus de 10 heures (Pousset, 1989).

L’huile essentielle extraite des feuilles a une action dépressive sur le SNC (Garg et Kasera, 1984). Pousset (ibid.) préconise l’emploi de cette plante comme hypotensive et hypoglycémiante, en préparant 10 g de poudre d’écorce dans 200 ml d’eau, à raison de 20 ml de cette solution prises deux fois par jour.

Anti-inflammatoire et antidiarréhique

Les écorces et les tiges contiennent une grande quantité de tanins. Ceux de l’écorce présentent une activité antiinflammatoire chez le rat par voie orale et intrapéritonéale (Pousset, ibid). Les propriétés des tanins pourraient expliquer l’emploi de cette plante dans le traitement de la diarrhée.

Antiparasitaire

En 1993, França et al. ont évalué l’effet thérapeutique de l’extrait hydro-alcoolique de l’écorce contre Leishmania brasiliensis. L’extrait a montré une forte activité dans le modèle in vitro contre les promastigotes de cette espèce. Par contre, dans le modèle in vivo, aucune activité curative n’a été démontrée. En outre, en 1996, une étude a été réalisée sur différentes plantes utilisées dans le traitement d’ulcères leishmaniens dans la région de Bahia (Brésil). Parmi les principales plantes employées, Anacardium occidentale était utilisée par 65 % de la population (França, 1996).

Anacardium spruceanum. Fleurs et fruits immature d’un cajou sauvage

Anacardium spruceanum. Fleurs et fruits immature d’un cajou sauvage

Mangifera indica L.

Noms vernaculaires

Créole : mangue [mang], pied mangue [pjé-mang].

Wayãpi : mã.

Palikur

Portugais : manga, mangueira.

Français : mangue, manguier.

Collection de référence

Berton 73.

Écologie, morphologie

Grand arbre cultivé d’origine asiatique bien acclimaté en Guyane, que l’on peut même rencontrer en forêt sur d’anciens peuplements humains.

Emplois

Même usage que pour Spondias mombin (cf. infra) pour les Palikur et les Créoles. Les Palikur associent parfois l’écorce à celle d’Anacardium occidentale pour préparer une tisane antidiarrhéique. Un bain préparé avec les écorces de tronc sert à purifier le corps des parturientes.

Chimie et pharmacologie

L’usage des feuilles et des écorces de tronc en infusion comme diurétique et antirhumatismal est répandu dans les Caraïbes et peut être relié à la présence, dans tout le genre Mangifera, de salycylate de méthyle (Longuefosse, 1995). En Afrique, feuilles et écorces de tronc, riches en tanins, sont employées comme antidiarrhéique ; cf. aussi Spondias mombin.

Mangifera indica. Fruits immatures du manguier (mangues)

Mangifera indica. Fruits immatures du manguier (mangues)

Spondias dulcis Parkinson

Synonymie

Spondias cytherea Sonn.

Noms vernaculaires

Créole : pomme cythère [ponm-sitè], prune cythère [prin-sitè].

Wayãpi :

Palikur :

Collection de référence

Prévost 3238.

Écologie, morphologie

Arbre introduit de Polynésie, cultivé dans la zone côtière en Guyane.

Emplois

Chez les Créoles, les fruits de cet arbre bien connu sont râpés et mis à macérer dans de l’eau : le breuvage obtenu est considéré comme hypotensif

Chimie et pharmacologie

Nous n’avons pas confirmé l’action hypotensive sur un extrait lyophilisé par nos soins. Cependant Feng et al. (1964) avaient mis en évidence l’action hypotensive d’un extrait aqueux enrichi en polyphénols de feuilles de diverses espèces de cette famille. Les composés volatiles des fruits, largement consommés dans les Caraïbes, ont été étudiés : les composés majoritaires sont les cis-β-ocimène, caryophyllène, hex-2-énal et α-pinène (Franco et Shibamoto, 2000, Ogawa, 1999).

Spondias mombin L.

Synonymie

Spondias lutea L.

Noms vernaculaires

Créole : mombin [monben].

Wayãpi de Camopi : mope.

Wayãpi du haut Oyapock : akaya, tapelɨwa.

Palikur : kahambag.

Portugais : taperebá cajá.

Kali’na : mo:pe.

Wayana : mope.

Écologie, morphologie

  • 13 Spondias mombin est un arbre possédant une large répartition géographique en Amérique tropicale. Il (...)

Grand arbre commun des forêts ripicoles et secondaires13.

Collections de référence

Grenand 1356 ; Jacquemin 2129 ; Lescure 497, 628 ; Prévost 3421.

Emplois

  • 14 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent un bain de siège avec l’écorce ainsi que les f (...)
  • 15 Chez les Aluku, la poudre d’écorce sèche est un remède contre la leishmaniose (Fleury, 1991).

Chez les Créoles, l’écorce du manguier, associée à celle du mombin, est employée comme antidiarrhéique et contre les maux de ventre. Les bains préparés avec les écorces sont aussi conseillés pendant les couches14. Chez les Palikur, les jeunes feuilles pilées sont un remède contre la bourbouille des nourrissons ou d’autres éruptions cutanées. Elles sont appliquées localement en emplâtre15. Les bains préparés avec l’écorce sont considérés comme une bonne protection contre les moustiques. Pour d’autres usages, cf. Symphonia globulifera (Clusiacées).

Étymologie

Créole : du kali’na mo:pe. Wayãpi de Camopi : du wayana mope. Wayãpi du haut Oyapock : de tapele, « ancien village » et ɨwa, « arbre », « arbre des anciens villages ».

Ce nom fait référence à la localisation fréquente de cet arbre en forêt secondaire.

Chimie et pharmacologie

Ses propriétés médicinales s’expliquent, en partie, par la présence de tanins assez générale dans la famille. Deux tanins ellagiques ont été isolés des feuilles et écorces de tronc et sont actifs sur le virus de l’herpès (Corthout et ai, 1991).

La gomme renferme des polysaccharides. Des dérivés de l’acide anacardique et des acides phénols dérivés de l’acide salicylique ont été isolés des fractions hexaniques et éthanoliques des feuilles et tiges et présentent des activités antimicrobiennes sur de nombreux germes : Bacillus meus, Streptococcus pyogenes et Mycobacterium fortuitum (Coates et al, 1994 ; Corthout et al., 1994).

Spondias mombin. Fruits du mombin

Spondias mombin. Fruits du mombin

Tapirira guianensis Aublet

Synonymies

Mauria multiflora Mart. ex Benth. ; Tapirira fanshawei Sandwith ; Tapirira myriantha Triana et Planch.

Noms vernaculaires

Créole : mombin fou [momben-fou], mombin faux, mombin blanc [momben blan] (arbre) ; loussé [lousé], raisin pays [rézen-péyi] (fruit).

Wayãpi : tata pilili.

Palikur : ara, ara ahavukunõ.

Portugais : tatapirica, pau-pombo.

Écologie, morphologie

  • 16 Tapirira guianensis est une espèce à très grande répartition géographique en Amérique tropicale. El (...)

Arbre de taille moyenne, commun en forêt secondaire ou en forêt primaire dégradée16

Collections de référence

Grenand 912, 3029 ; Moretti 1111 ; Prévost 1092, 3642.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce est utilisée de la même manière et dans le même but qu’Anacardium occidentale.

Étymologie

Créole : mombin faux, en référence aux fruits insignifiants ; mombin fou : altération de mombin faux ? ; loussé, peut-être du français régional alouchier désignant l’alisier blanc (Sorbus aria (L.) Crantz), dont les fruits sont assez proches de la présente espèce.

Wayãpi : tata, « feu » et pilili, « pétiller », « le feu pétille », allusion au bois qui brûle en produisant force étincelles lorsqu’on l’utilise pour le foyer domestique.

Chimie et pharmacologie

Les fruits renferment des dérivés de l’hydroquinone et des cyclohéxanones cytotoxiques (David et al. 1998).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Tapirira guianensis. Fruits mûrs de mombin fou

Tapirira guianensis. Fruits mûrs de mombin fou

Tapiria obtusa (Benth) J.-D. Mitch

Synonymies

Mauria obtusa Benth. ; Tapirira peckoltiana Engl. ; Tapirira pao-pombo Marchand var. major Marchand.

Noms vernaculaires

Créole : mombin fou [momben-fou], mombin faux, mombin blanc [momben blan], (arbre) ; loussé [lousé], raisin pays [rézen-péyi] (fruit).

Wayãpi : tata pilili.

Palikur : ara.

Portugais : tatapirica, pau-pombo.

Écologie, morphologie

Arbre de taille moyenne, commun en forêt secondaire ou en forêt primaire dégradée.

Collections de référence

Grenand 497, 2124 ; Lescure 329.

Emplois

Même usage que Tapirira guianensis.

Les deux espèces sont confondues par les populations habitant la Guyane.

Chimie et pharmacologie

Des alkyles-phénols cytotoxiques ont été isolés des écorces de tronc (Correia et al, 2001).

Famille Annonaceae

Cette famille de plantes est très importante, non seulement par le nombre des espèces qu’elle renferme, mais aussi pour sa richesse du point de vue chimique. Elle est représentée en Guyane par quelque 82 espèces réparties en 16 genres. Les Créoles guyanais connaissent surtout cette famille pour les fruits qu’elle fournit : corossol, pomme cannelle, coeur de boeuf,etc. Outre leurs qualités gustative, il est à noter aussi que les graines de certaines espèces sont riches en matières grasses susceptibles de fournir des huiles des table (Ngiefu et al., 1976).

Leboeuf, Cavé et leurs collaborateurs ont publié en 1982 un inventaire de toutes les substances qui ont été découvertes dans cette famille : tanins, pigments flavoniques, terpènes, stérols, composés aromatiques ; mais il faut surtout remarquer la grande abondance d’alcaloïdes.

Il s’agit d’alcaloïdes isoquinoléiques, pour la plupart dérivés de la l-benzyliquinoléine, d’une très grande diversité structurale. On y trouve aussi bien des benzylisoquinoléines simples comme l’higénamine isolée de divers Annona, que des molécules du type bisbenzylisoquinoléines, des « dimères » associant des structures aporphines et benzylisoquinoléine (Bruneton, 1999).

Plusieurs de ces molécules sont actives sur la plaque motrice. L’higénamine stimule le muscle cardiaque. D’autres isoquinoléines de la catégorie des aporphine sont fréquemment isolées de Annonacées ; elles présentent des propriétés pharmacologiques variées : déprésseurs du SNC, antifongiques, antagonistes des dopaminergiques.

À cette liste des composés, il faut ajouter aussi une classe de composés chimiques découverte il y a seulement une dizaine d’années : les acétogénines. ce sont des composés aliphatiques à longue chaîne carbonnée, cyclisée en 1 ou 2 noyaux du type tétrahydrofurane et terminée par un noyau γ lactone. Ce type de composé chimique est caractéristique de cette famille et se rencontre principalement dans les graines des annones (Annona, Rollinia). Leurs propriétés pharmacologiques sont marquées : antitumorales, insecticides, antiparasitaires et sont probablement à l’origine de certaines propriétés attribués à ces plantes (Bruneton, 1999).

Annona ambotay Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : vilataille [viratay].

Wayãpi : ɨwi tay.

Palikur : —

Portugais : envira-taia, envira-cajú

Écologie, morphologie

  • 17 Cet arbre connu surtout par les Wayãpi semble pourtant présent partout en Guyane. Hors des Guyanes, (...)

Arbre ou arbuste sarmenteux de la forêt primaire17.

Collections de référence

Grenand 601 ; Jacquemin 1848, 1887, Lescure 760.

Emplois

  • 18 Les Waimiri Atroari utilisent l’écorce pour soigner la « folie » (Milliken et al., 1992) et les Cab (...)

Chez les Wayãpi, les feuilles, ou mieux l’écorce, sont un fébrifuge et un sudorifique d’utilisation majeure. Les feuilles humectées et pressées et l’écorce finement grattée sont frottées sur tout le corps ; les feuilles sont également appliquées en cataplasme sur le front et la poitrine. Enfin l’écorce et les feuilles sont mises à bouillir dans un pot qui est ensuite disposé sous le hamac du patient afin de l’envelopper de vapeurs odoriférantes. D’une façon générale, l’écorce est considérée comme la partie la plus active18.

Étymologie

Wayãpi : de ɨwi, « liber » et tay, « pimenté », « liber pimenté » ; les Wayãpi font ici référence à la forte odeur de l’écorce qui possède pour eux une connotation agréable.

Annona ambotay. Bouton floral

Chimie et pharmacologie

Une étude des acides aminés de cette espèce a été effectuée en collaboration avec le laboratoire Roger-Bellon (Touché et al., 1981).

Dans les feuilles et les écorces de tronc, on a isolé des alcaloïdes avec les teneurs respectives de 0,11 % et 0,16 %. Quatre alcaloïdes majoritaires ont été identifiés : l’annonaïne, l’asimilobine, la liriodénine et la (+) - réticuline.

Le triage pharmacologique a montré que les alcaloïdes totaux des feuilles et des écorces présentent des activités analgésiques, spasmolytiques et antibactériennes, cette dernière étant limitée à quelques germes gram-(Hocquemiller et al, 1982).

Des alcaloïdes du type azanthracène ont été identifiés dans le bois (Oliveira et al., 1987).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona echinata Dunal.

Noms vernaculaires

Créole : corossol yanman [korosòl-gnanman].

Wayãpi —

Palikur : wime etni.

Écologie, morphologie

Arbuste sarmenteux, rare, de la forêt secondaire. Il est parfois entretenu.

Collection de référence

Moretti-Damas 121.

Emplois

  • 19 . Dr F. Joly, comm. pers.

Chez les Palikur, l’écorce de tige et les feuilles, préparées en décoction, sont un révulsif utilisé en association avec les feuilles de papayer (Carica papaya, Caricacées) contre la vasoconstriction qui apparaît parfois, liée à la technique d’accouchement de cette population19. En effet, après l’accouchement, la jeune mère a coutume de prendre un bain froid. S’il est pris trop tôt, on dit que l’accouchée enfle. On lui prépare alors le remède décrit ci-dessus qui est bu. Avec le reste du liquide mis à tiédir, on lui lave le ventre.

Étymologie

Créole : corossol yanman, de corossol et yanman « forêt secondaire sale », « corossol de forêt secondaire ». Palikur : wime, « animal non identifié », etni, « ce qui appartient à », soit ici « nourriture d’une espèce animale ».

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona glabra L.

Synonymie

Annona palustris L.

Noms vernaculaires

  • 20 . On désigne, aux Antilles, sous le nom de cœur de bœuf, Annona reticulata L., une espèce introduit (...)

Créole : cœur de bœuf20 [tchobéf], guimanmin [dji-manmen], abriba grand bois [abriba-gran-bwa].

Créole antillais : cachiman cochon, bois flot.

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : araticu-da-lagoa.

Écologie, morphologie

Arbre inféodé aux marécages subcôtiers, assez commun dans la région de Cayenne.

Collections de référence

De Granville 6809 ; Moretti 1122.

Emplois

Certains Créoles attribuent à cette annone les mêmes vertus sédatives qu’au corossol (Annona muricata). Cf. infra.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce sauvage en Guyane est cultivée dans de nombreux pays tropicaux et se trouve être de ce fait l’une des annones les plus étudiées en chimie et pharmacologie. Des acides diterpèniques du type kaurane ont été isolés des fruits de A. glabra, dont certains sont des inhibiteurs de la transcriptase inverse du virus hiv (Chang et al, 1998).

Des acides diterpèniques du même type ont aussi été isolés des écorces de tronc, présentant des activités anti-infectieuses et anthelmintiques notables (Padmaja et al, 1995).

Des acétogénines du type mono-tétra-hydro-furane ths ont été isolées des feuilles et des fruits et graines, dont certains sont toxiques sur différentes souches de tumeurs solides en culture (Gallardo et al, 1998 ; Li et al, 1995, liu et al, 2000). Des cyclopeptides ont aussi été isolés des graines (Li et al, 1999). La composition chimique de cet arbre a été largement étudiée et le tableau vi page 116 donne la liste de la répartition des alcaloïdes qu’il renferme.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona haematantha Miq.

Noms vernaculaires

Créole :

Wayãpi : ɨwitay ɨpo.

Palikur :

Écologie, morphologie

  • 21 Cette espèce ne semble connue que des seuls Wayãpi. Bien qu’existant dans tout l’intérieur de la Gu (...)

Grosse liane de la forêt primaire21 ; odeur d’annone très caractéristique dans l’écorce.

Collections de référence

Grenand 291, 1400, 2845 ; Jacquemin 1785, 2131, 2348 ; Prévost et Grenand 1994.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce est un fébrifuge et un sudorifique très recherchés, utilisés et préparés comme Annona ambotay ; à Camopi elle est aussi utilisée pour soigner la rougeole. Une utilisation originale consiste à consumer des écorces sous le hamac du patient.

Étymologie

Wayãpi : de ɨwitay, « arbre nnona ambotay » et ɨpo, « liane », « l’Annona ambotay lianescent ».

Chimie et pharmacologie

Nous avons mis en évidence la présence d’alcaloïdes dans les feuilles, les fruits et les écorces de cette plante. Les feuilles sont riches en pigments flavoniques. Une α–, β–, δ–lactone insaturatée, l’argentilactone, a été isolée d’un échantillon de Guyane (Trois-Sauts) et s’est montrée active sur la leishmaniose cutanée (Waetcher et al., 1997).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona haematantha

Annona haematantha

Annona montana Macfad.

Noms vernaculaires

Créole : corossol grand bois [korosòl-gran-bwa].

Wayãpi :

Palikur : manig.

Aluku : bushi atuku.

Portugais : araticú

Écologie, morphologie

Petit arbre surtout commun dans les forêts secondaires de la zone côtière en bordure de mangrove.

Collections de référence

Grenand 1594 ; Jacquemin 2258, 2500 ; Moretti 955.

Emplois

  • 22 Le fruit est surtout connu comme comestible en Guyane ainsi qu’en Amazonie.

Les Créoles utilisent ses propriétés sédatives de façon proche de celles d’Annona muricata. La décoction des feuilles prise le soir avant le coucher calme les nerfs et favorise le sommeil22.

Chimie et pharmacologie

La composition chimique de cet arbre a été largement étudiée et le tableau vi page 116 donne la liste de la répartition des alcaloïdes qu’il renferme.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona muricata L.

Synonymies

Annona bonplandiana Kunth. ; Annona cearensis Barb. Rodr. ; Annona macrocarpa Wercklé ; Guanabanus muricatus Gomez.

Noms vernaculaires

  • 23 En Guyane, on désigne également en créole sous le nom de corossol sauvage, divers Annona forestiers

Créole : corossolier, corossol [korosòl)23, cachiman épineux (vieilli).

Wayãpi : koloso.

Palikur : korosol.

Portugais : graviola.

Écologie, morphologie

Petit arbre ou arbuste cultivé dans les jardins surtout dans le nord de la Guyane.

Collections de référence

Berton 34 ; lacquemin 2170 bis, 2238, 2395 ; Prévost 3582.

Emplois

Chez les Créoles, les feuilles et les écorces de tronc du corossol et de la pomme cannelle (Annona squamosa) sont utilisées indifféremment en tisane comme sédatif ou tonicardiaque. D’autres annones de Guyane, moins appréciées cependant, sont employées de la même façon : Annona montana et Annona glabra.

  • 24 Balbach (1973) signale qu’au Brésil, on tire des fruits verts et des feuilles d’Annona muricata, un (...)

Un usage sédatif très proche a été relevé chez les Palikur : on prépare un bain avec un nombre égal de feuilles fraîches et de feuilles tombées pour calmer les enfants agités.24

Chimie et pharmacologie

La composition chimique de cet arbre a été largement étudiée et le tableau vi page 116 donne la liste de la répartition des alcaloïdes qu’il renferme.

Annona muricata. Fruit du corossolier

Annona muricata. Fruit du corossolier
  • 25 D’après l’inventaire effectué par Lebœuf et al. (1981, 1982a, 1982 b), les autres catégories de sub (...)

Tableau VI. Alcaloïdes isolés à partir de quatre Annona de Guyane (d’après Leboeuf et al. 1982)25

Annona glabra

Annona montana

Annona muricata

Annona squamosa

Benzyltétrahydroisoquinoléines

Anomuricine

Anomurine

Coclaurine

Higénamine

O-méthyl armépavine

Réticuline

Tétrahydroberbérines

Coreximine

Proporphines

Stépharine

Aporphines

Anolobine

Anonaïne

Asimilobine

Corydine

Glaucine

Isoboldine

Isocorydine

N-méthyl actinodaphnine

Norcorydine

Norisocorydine

Nornuciférine

Roemérine

Xylopine

Hydroxy-7 aporphines

Norushinsunine

Oxoaporphines

Lanuginosine

Liriodénine

Phénanthrènes

Argentinine

Athérosperminine

Alcaloïdes non isoquinoléiques

Annomontine

Méthoxyannomontine

Annona paludosa Aubl.

Noms vernaculaires

Créole : guimanmin [dji-manmen].

Wayãpi :

Palikur : kasim.

Portugais : araticu-do-brejo.

Écologie, morphologie

Petit arbre des savanes et des forêts secondaires de la basse Guyane.

Collections de référence

Grenand 1806 ; Prévost 3542.

Emplois

Avec l’écorce qui se détache facilement en bande, les Palikur fabriquent des ceintures pour soulager le mal de rein.

Annona paludosa. Fruit immature

Annona paludosa. Fruit immature

Annona squamosa L.

Synonymies

Annona cinerea Dunal ; Guanabanus squamosus Gomez.

Noms vernaculaires

Créole : pomme cannelle [ponm-kannèl], cachiman cochon [kachiman-cochon].

Wayãpi :

Palikur :

Portugais : ata, ateira.

Écologie, morphologie

Petit arbre ou arbuste cultivé dans les jardins.

Collections de référence

Oldeman 1895 ; Prévost 1347, 3453.

Emplois

Les Créoles attribuent à la pomme cannelle les mêmes vertus sédatives qu’au corossol, Annona muricata. Luu (1975) signale l’usage de l’infusion des feuilles et des fleurs comme digestive et antirhumatismale.

Chimie et pharmacologie

Un alcaloïde pyrollidinique a aussi été isolé de A. squamosa (Massiot et Delaude, 1986).

La composition chimique de cet arbre a été largement étudiée et le tableau vi page 116 donne la liste de la répartition des alcaloïdes qu’il renferme.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Annona squamosa. Fruit immature de la pomme cannelle

Annona squamosa. Fruit immature de la pomme cannelle

Annona tenuiflora Mart.

Synonymie

Raimondia tenuiflora (Mart.) R. E. Fr.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : manig ihipinẽ, manig kamwi.

Écologie, morphologie

Petit arbre de la forêt primaire et secondaire

Collection de référence

Grenand et Prévost 2040.

Emplois

Chez les Palikur, les feuilles amères sont utilisées pour favoriser l’accouchement. Elles sont préparées en décoction, mises à tiédir dans une spathe de palmier maripa (Attalea maripa (Aubl.) Mart., Arécacées).

Le liquide est utilisé en lavage externe de la parturiente.

Étymologie

Palikur : de manig, « arbre Annona montana », ihipinẽ, « sarmenteux » et kamwi, « qui ressemble », « l’Annona montana sarmenteux » ou « ce qui ressemble à Annona montana ».

Crematosperma brevipes (DC. ex Dunal) R. E. Fr.

Synonymies

Guatteria brevipes DC. ex Dunal ; Crematosperma poiteaui (Diels) R. E. Fr.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : apelemu’ɨ.

Palikur :

Écologie, morphologie

  • 26 Cet arbre présent partout dans l’intérieur de la Guyane, n’y est nulle part fréquent.

Petit arbre, rare, de la forêt primaire. Son écorce est très amère26.

Collections de référence

De Granville 1509 ; Grenand 1509 ; Jacquemin 2141, 2349 ; Lescure 549.

Emplois

Chez les Wayãpi, l’écorce sert à soigner des affections des organes génitaux atteignant hommes et femmes et se caractérisant par une douleur et un écoulement de pus. Elle est préparée en décoction que l’on boit chaque jour aussi longtemps que persistent les écoulements.

La même préparation utilisée en lavage externe est un remède contre la fièvre, la gale et diverses éruptions cutanées.

Étymologie

Wayãpi. apelemu, « punaise aquatique géante (Belostoma grandis) » et ɨ, « arbre », « l’arbre-punaise », ainsi nommé en raison de la forme de ses feuilles qui ressemblent à autant de punaises géantes.

Chimie et pharmacologie

Tous les organes sont riches en alcaloïdes du type bisbenzyliso-quinoléique et biphénylique : leur compostion alcaloïdique est proche de celle des Guatteria ; ils renferment aussi des saponines. Les études chimiques réalisées ont été publiées sous le nom de Guatteria guianensis (Aubl.) R. E. Fr. (Berthou et al., 1989), les herbiers de référence ayant été révisés par la suite par le spécialiste qui les a identifiés comme étant Crematosperma brevipes.

Tests chimiques en fin d’ouvrage

Crematosperma brevipes

Crematosperma brevipes

Duguetia paraensis R. E. Fr.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : apelemu’ɨ.

Palikur :

Écologie, morphologie

Arbre de taille moyenne propre à la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 2852.

Emplois

Les Wayãpi de Camopi utilisent cette espèce comme Crematosperma brevipes (cf. supra), mais plus particulièrement en bain pour soigner la fièvre et les éruptions cutanées qui surviennent sur les bras et les jambes.

Guatteria discolor R. E. Fr.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : matau’ɨ.

Palikur : miret.

Portugais : envira-fofa, envira-preta, envira-rolinha.

Écologie, morphologie

  • 27 Cet arbre, propre à l’Amazonie brésilienne, est rare en Guyane ; il n’a été trouvé que dans la régi (...)

Arbre de taille moyenne, rencontré en forêt primaire27.

Collections de référence

Grenand 554 ; Jacquemin 2306, 2323 ; Prévost et Sabatier 2773.

Emplois

Les Wayãpi utilisent comme fébrifuge, en lavage externe, la décoction des écorces de tronc, légèrement parfumées.

Chimie et pharmacologie

D’après nos tests, tous les organes de cette espèce, y compris les bois de tronc et de racine, sont riches en alcaloïdes et renferment des tanins. Les feuilles contiennent des pigments flavoniques et en particulier des hétérosides, du kaempférol et du quercétol ; on note aussi l’abondance de saponines dans les écorces de tronc.

Avec l’équipe du professeur Cavé, nous avons décrit la présence, dans les écorces de tronc, de dix-huit alcaloïdes de type isoquinoléique dont dix sont nouveaux (Hocquemiller et al., 1984).

Ils appartiennent aux groupes des : Tétrafiydroprotoberbérines : (-)-corypalmine, (-)-discrétamine, (-)-discrétine et (-)-déméthyl-10 discrétine. Phénanthrènes : argentinine, athérosperminine et n-oxyathérosperminine.

Aporphines : (-)-putérine, (-)-o-méthyl pukatéine, (-)-discoguattine et (-)-isocalycinine.

Oxoaporphines : oxoisocalycinine.

Gem-diméthyl-7 aporphinoïdes : guadiscine, guadiscoline et guadiscidine.

Hydroxy-7 méthyl-7 aporphinoïdes : guacoline et guacolidine.

Diméthylaminoéthylbenzyles : saxoguattine.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guatteria scandens Ducke

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : wime etni kamwi.

Aluku : ndulu-ndulu.

Portugais : cipó-ira, cipó-iuira.

Écologie, morphologie

Grosse liane de la forêt primaire, à l’écorce très parfumée.

Collections de référence

Lescure 828 ; Moretti 844.

Emplois

Les Aluku et les Saramaka préparent, avec l’écorce de cette liane de forêt, une tisane tonique et aromatique. Prise en excès, elle provoquerait des vertiges. Cet usage emprunté n’est connu que de quelques Créoles de l’intérieur de la Guyane. L’écorce dégage un parfum agréable.

Chimie et pharmacologie

Dans le cadre de l’étude systématique des alcaloïdes des Annonacées guyanaises que nous avons entreprise avec le professeur Cavé et son équipe, nous nous sommes intéressés à cette espèce appartenant à un genre bien représenté en Amérique tropicale. Dix-sept alcaloïdes aporphiniques du type tétrahydroprotoberbérine et oxoaporphine ont été isolés et identifiés (Hocquemiller et al, 1983) (cf. tabl. vii).

La composition alcaloïdique assez complexe de cette espèce est représentative de celle des Annonacées. À noter aussi la grande différence de composition entre écorces et feuilles. Les propriétés pharmacologiques de plusieurs de ces bases aporphiniques sont précisées dans l’introduction de la présente famille p. 108.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Guatteria scandens. Fruits : cette espèce est une liane cauliflore

Guatteria scandens. Fruits : cette espèce est une liane cauliflore

Tableau VII. Alcaloïdes des différents organes de Guatteria scandens. Exprimés en pourcentage par rapport aux alcaloïdes totaux

E.T.

E.R.

F.

Fr.

1. Discrétine

17

9

2

2. Xylopinine

27

3. Anolobine

33

45

4. Xylopine

10

14

5, Asimilobine

1,8

2,2

6.0-Méthylisopiline

5

7. Nordicentrine

26

8. Actinodaphnine

2,2

39

9. Laurotétanine

2,6

1,8

10. N-Méthyllaurotétanine

8

11. Nordprédicentrine

2

12. Liriodénine

-

5

13. Lanuginosine

1,9

4

14. Dicentrinone

6

15. Athéroline

0,2

Traces

16. Guattescine

5

3,5

-

17. Guattescidine

2

Traces

-

-

Unonopsis guatterioides (A. DC.) R. E. Fr.

Synonymie

Uvaria guatlerioides R.E. Fr.

Noms vernaculaires

Créole : mamayawé rivière [manmanyawé-rivié] (terme générique), bâton zin [baton-zen].

Wayãpi : pina’ɨ, pina’ɨ tay.

Palikur : miret unikweune.

Portugais : envira-surucucu.

Écologie, morphologie

  • 28 C’est une espèce commune des bords des rivières de l’intérieur, là où la forêt n’est pas séparée de (...)

Arbre petit et moyen, très commun28.

Collections de référence

Grenand 87, 223, 636, 1772 ; Jacquemin 1781, 1890 ; Sastre 4625.

Emplois

  • 29 L’écorce d’une espèce proche, Unonopsis glaucopetala R.E. Fr., est considérée comme un alexitère ma (...)

Chez les Wayãpi, l’écorce de tronc, odoriférante, est un fébrifuge préparé en décoction et utilisé en lavages externes. Ce remède ne peut être préparé que sur prescription des chamanes29.

Étymologie

Wayãpi : pina’ɨ, « arbre à canne à pêche » et tay, « pimenté », en raison du goût piquant de l’écorce. Palikur : miret, « charbon de bois », nom donné à diverses Annonacées et Ebénacées en raison de leur usage principal, et unikweune, « du bord de l’eau », en raison de son habitat.

Chimie et pharmacologie

Touché et al. (1981) ont effectué un inventaire des acides aminés et ont constaté que les écorces de racine renfermaient 0,14 % de polycarpol.

Ce triterpène n’avait été trouvé que chez quelques Annonacées africaines et jamais chez les américaines.

Cette espèce est beaucoup moins riche en alcaloïdes que les précédentes. Forgacs et al. (1983) ont trouvé des teneurs de 0,1 % dans les feuilles et de 0,05 % dans les écorces de tronc. La toxicité des extraits de ces organes sur les souris (dl 0 mg/kg) est respectivement > 100 pour les feuilles et < 10 pour l’écorce par voie intraveineuse et elle est dans les deux cas > 1000 par voie orale.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Unonopsis guatterioides. Jeunes fruits verts de mamayawé rivière

Unonopsis guatterioides. Jeunes fruits verts de mamayawé rivière

Xylopia cayennensis Maas

Synonymie

Xylopia longifolia (Sagot) R. E. Fr non A DC

Noms vernaculaires

Créole : lamoussé [lanmousé], lamoussé noir [lanmoussé-nwè], conguérécou [kongélékou] (Devez, 1932).

Wayãpi : yãwῖ’ɨ.

Palikur : pukuu.

Aluku : pendjeku.

Portugais : envira-preta.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 1677 ; Jacquemin 1788, 2334, 2341 ; Moretti 1297.

Emplois

  • 30 Les Xylopia sont signalés dans la littérature concernant la Guyane pour leurs graines utilisées com (...)

L’usage de l’écorce comme fébrifuge chez les Wayãpi a été signalé par l’un de nos informateurs mais contesté par d’autres30.

Étymologie

Créole : lamoussé vient du kali’na omo:se désignant le genre Xylopia. Wayãpi : de yãwῖ, « tortue terrestre (Geochelene denticulata) » et ɨ, « arbre ». La tortue en mangerait les fruits. Palikur : pukuu, de pukupku « chouette à lunette, Pulsatrix perspicillata », parce que cet oiseau aime à dormir dans ces arbres.

Chimie et pharmacologie

Tous les organes de cette espèce renferment des alcaloïdes.

Touché et al. (1981) ont décelé des traces d’un triterpène, le polycarpol, dans les écorces de tronc. Dans les fruits, on a signalé la présence d’un mucilage, des lipides, des tanins et des huiles essentielles (Leboeuf et al, 1982).

Les feuilles aromatiques renferment des huiles essentielles, le π-cymène et le β-caryophyllène (Fournier et al, 1993).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Xylopia cayennensis. Fruits et graines de lamoussé noir

Xylopia cayennensis. Fruits et graines de lamoussé noir

Xylopia frutescens Aublet

Noms vernaculaires

Créole : lamoussé [lanmousé],

Wayãpi : yãwĩ’ɨ sili.

Palikur : pukuu.

Écologie, morphologie

Arbre petit à moyen surtout fréquent en forêt secondaire.

Collections de référence

Grenand 1152 ; Jacquemin 1720, 2236.

Noms vernaculaires et emplois

Mêmes noms et mêmes usages chez les Wayãpi que Xylopia cayennensis.

Étymologie

Wayãpi : de yãwĩ’ɨ, cf. Xylopia cayennensis et sili, « fin » en raison de l’étroitesse de ses feuilles.

Chimie et pharmacologie

Nous avons mis en évidence la présence d’alcaloïdes, de saponines et de tanins condensés dans tous les organes, les feuilles renferment en plus des hétérosidesflavoniques dérivés du quercétol et du kaempférol. Une étude plus approfondie nous a permis d’identifier dix alcaloïdes isoquinoléiques dans les écorces : la nornanténine (17 % des alcaloïdes totaux), la laurotétanine (6 %), la n-méthyl laurotétanine (10 %), l’anonaïne (5 %), la xylopine (9 %), l’asimilobine (3 %), la nornuciférine (2 %), la lanuginosine (13 %), la liriodénine (10 %) et la réticuline (2 %). Un onzième alcaloïde, la nanténine (5 % des alcaloïdes totaux) se trouve uniquement dans les feuilles (Leboeuf et al, 1982).

Un triage pharmacologique réalisé au laboratoire Roger-Bellon a montré que les extraits alcaloïdiques présentent de faibles activités sédative, analgésique et antibactérienne. On note également des actions anti-inflammatoires vis-à-vis de l’œdème à la carragénine, antispasmodiques sur organes isolés et antifongiques. Dans le domaine cardio-vasculaire, on observe des effets inotropes et chronotropes positifs.

Xylopia frutescens. Fruits d’un autre lamoussé

Xylopia frutescens. Fruits d’un autre lamoussé

Xylopia nitida Dunal

Noms vernaculaires

Créole : lamoussé blanc [lanmousé-blan].

Wayãpi : yãwĩ’ɨsĩ.

Portugais : envira-branca.

Collection de référence

Jacquemin 2324.

Emplois

Même usage chez les Wayãpi que Xylopia cayennensis.

Xylopia nitida. Fleur de lamoussé blanc

Xylopia nitida. Fleur de lamoussé blanc

Xylopia nitida. Fruit de lamoussé blanc

Xylopia nitida. Fruit de lamoussé blanc

Xylopia surinamensis, R. E. Fr.

Collection de référence

Jacquemin 2030.

Noms vernaculaires et emplois

Mêmes noms et mêmes usages que Xylopia cayennensis chez les Wayãpi.

Xylopia surinamensis. Coupe dans le tronc

Xylopia surinamensis. Coupe dans le tronc

Famille Apiaceae

Eryngium foetidum L.

Noms vernaculaires

Créole : chardon béni [chardon-béni], radié la fièvre [radjé-lafièv], chardon étoilé (vieilli) Wayãpi : sepali ka’a.

Palikur : awaruβan, waruβan.

Kali’na : akakasin.

Portugais : chicória, coentro-de-caboclo.

Écologie

  • 31 . En Guyane, elle semble uniquement cultivée ou du moins strictement anthropique. L’examen des sour (...)

Herbe à odeur de coriandre assez commune, protégée, souvent cultivée31.

Collections de référence

Grenand 1613 ; Jacquemin 2835 ; Moretti 735 ; Prévost 3516.

Emplois

  • 32 . Les Kali’na l’utilisent peu ou prou de la même façon (Ahlbrinck, (19311 1956). D’autres usages mo (...)

Cette plante classique de la pharmacopée créole est prise en tisane ou en looch contre les refroidissements et la grippe ; les feuilles pilées puis frictionnées sur tout le corps font tomber la fièvre32. La tisane est aussi utilisée comme purgatif pour les enfants (Luu, 1975). Les feuilles se mangent en salade, en soupe ou comme condiment.

Les Palikur préparent les feuilles en décoction : celle-ci est bue ou utilisée en bain fébrifuge. Selon Berton (1997), on peut également y adjoindre des Phyllanthus herbacés (cf. Euphorbiacées). Les feuilles ramollies au feu et pressées sont aussi un remède contre les inflammations auriculaires. Pour un autre emploi, cf. Ayapana triplinervis (Astéracées).

Étymologie

Créole : chardon béni, transposition ancienne du nom d’une espèce d’Europe, Cnicus benedictus L., Astéracées, également médicinale et aux feuilles d’aspect similaire. Radié la fièvre, de radié, « plante » et fièvre, en raison de ses propriétés.

Wayãpi : de sepali. « raie venimeuse, (Potamotrygon hystrix) » et ka’a, « plante », parce que la feuille est dentée comme le dard de la raie. Il s’agit d’un néologisme, la plante ayant été introduite il y a une quinzaine d’années seulement. Palikur : de waru, « espèce d’arbre (Vatairea guianensis, Papilionacées) », et βan, « plante ».

Chimie et pharmacologie

L’huile essentielle à odeur forte de cette plante, renferme surtout du 2-dodecen 1-al (Koolhaas, 1932) ; elle renferme aussi de l’acide caprique, aux propriétés fongicides. Les parties aériennes sont riches en calcium, en fer, en riboflavine et en carotène.

Les experts de la Pharmacopée caribéenne ont mis en évidence une forte activité antipyrétique de l’extrait aqueux statistiquement significative, par rapport au groupe témoin et à un groupe traité par du Diplofenac, ainsi qu’une activité antispasmodique de l’infusion de feuille à 10 % chez le rat par voie orale (Robineau et al, 1999).

L’extrait aqueux exerce une activité antimalarique in vivo sur Plasmodium gallinaceum (Spencer et al, 1947). En revanche, Sauvain (1989) a montré que l’extrait hydro-alcoolique des parties aériennes est inactif in vitro sur P. falciparum à la concentration de 100 mg/ml, ce qui hypothèque l’emploi de cette plante dans le traitement du paludisme.

Un premier triage pharmacologique réalisé par le laboratoire Roger-Bellon sur un échantillon que nous avons récolté en Guyane, a montré l’absence de toxicité de la plante par voie orale, dlo mg/kg > 1000 (Forgacs et al., 1983).

Eryngium foetidum. Pieds de chardon béni (ou radié la fièvre)

Eryngium foetidum. Pieds de chardon béni (ou radié la fièvre)

Famille Apocynaceae

Cette famille a fourni de nombreuses drogues de tout premier plan en matière médicale : réserpine, voacangine, ajmaline, strophantidine, vinblastine, leurocristine, etc. Les Apocynacées sont encore l’objet de nombreuses études botaniques, chimiques et pharmacologiques. À la suite de la découverte, durant les années 1960, de la vinblastine dans la pervenche de Madagascar, partout dans le monde, des équipes se sont mises à la recherche des Apocynacées, surtout celles non encore étudiées et renfermant ces alcaloïdes indoliques oncolytiques.

Cette famille est bien représentée en Amazonie. Ainsi, en liaison étroite avec les équipes de P. Potier, directeur de l’Institut de Chimie des Substances naturelles à Gif-sur-Yvette, et celle du professeur J. Poisson du Centre d’études pharmaceutiques de Châtenay-Malabry, nous avons entrepris l’étude chimique des Apocynacées guyanaises.

Nous avons pu nous appuyer sur les connaissances progressivement acquises sur la chimiotaxonomie de cette famille, parallèlement aux études taxonomiques menées au Muséum national d’histoire naturelle de Paris d’abord par P. Boiteau puis par L. AUorge qui ont identifié nos herbiers de référence. Nous suivons ici leur classification (Boiteau et Allorge, 1978 ; Allorge, 1983, 1985) et celle retenue dans la Preliminary Checklist of the Plants of the Guiana Shield (Hollowell et al., 2001). Nous nous sommes particulièrement intéressés aux arbres et aux arbustes de la sous-famille des Tabernaemontanoïdées, fréquents dans les sous-bois de Guyane et riches en alcaloïdes indoliques aux propriétés antinéoplasiques.

Par contre les lianes de cette famille qui, en Guyane, appartiennent presque toutes à la sous-famille des Échitoïdées, sont exemptes d’alcaloïdes. Les analyses chimiques que nous avons effectuées sur ces lianes montrent qu’elles sont toutes, en revanche, riches en flavonols dérivés du kaempférol et du quercétol.

Nous avons aussi porté nos efforts sur les grands arbres des genres Aspidosperma et Geissospermum qui renferment aussi des alcaloïdes indoliques. Les Apocynacées à alcaloïdes indoliques – à l’exception notoire de deux Geissospernum – sont rarement médicinales en raison probablement de leur toxicité élevée qui les rend difficiles à doser. Plusieurs espèces dont nous avons étudié la composition chimique ne figurent donc pas dans cet ouvrage, bien que les analyses aient permis de découvrir un grand nombre d’alcaloïdes, plusieurs étant nouveaux.

L’emploi de ces espèces renfermant des alcaloïdes indoliques se limite donc, en médecine traditionnelle, aux Tabernaemontanoïdées, dont l’usage, surtout important chez les Palikur, constitue une exception remarquable.

Les alcaloïdes indoliques des Apocynacées ont aussi retenu l’attention des pharmacologues pour leurs propriétés oncolytiques. Cependant ils possèdent encore bien d’autres activités et nous en rappellerons ici quelques-unes en fonction des données bibliographiques disponibles : la voacangine, la voacangirine ont des propriétés cardiotoniques. Elles ne se fixent pas sur le muscle cardiaque, n’ont pas d’action cumulative et sont rapidement éliminées.

La voacangine est aussi hypotensive et accroît l’effet des barbiturates (Quevauviller et Blanpin, 1957). Elle a enfin une action stimulante sur le snc, ainsi que l’isovoacangine, quoique de manière plus légère.

La coronaridine agit quant à elle sur le système nerveux central et sur le système nerveux autonome. Sa toxicité est associée à une dépression respiratoire. Elle aurait des propriétés anticonceptionnelles (Mehrotra et Kamboy, 1978).

Enfin, l’aspidospermine, comme d’autres alcaloïdes indoliques, a une activité antimicrobienne à des concentrations sensiblement plus élevées que les antibiotiques courants ; la concentration inhibitrice minimale est de 100 mg/ml au lieu de 10 mg/ml pour la streptomycine (Verpoorte et al., 1983).

Allamanda cathartica L.

Synonymie

Orelia grandiflora Aublet.

Noms vernaculaires

Créole : orélie, liane fruit dilait.

Wayãpi : ka’i lekwi (plante), tasiasiay (fruit).

Palikur : datka βey.

Portugais : dedal-de-Damas, cipó-de-leite.

Écologie

Liane buissonante très commune en zones ripicole et rudéralisée, par ailleurs cultivée dans tout le monde tropical comme plante ornementale.

Collections de référence

Grenand 520, 736. 1590 ; Prévost 3662.

Emplois

L’écorce est utilisée par les Wayãpi comme fébrifuge. Elle est préparée en décoction, puis longuement exposée au soleil et enfin frottée sur le corps.

  • 33 Un usage antitussif mais aussi anthelmintique a été noté chez les Caboclos du Rio Madeira (di Stasi(...)

Chez les Palikur, les feuilles sont un remède contre les étourdissements : on en prépare une décoction utilisée en lavement de tête ; le traitement est complété par une décoction de fleur bue. Cette dernière préparation est également un antitussif absorbé par voix orale33.

Les feuilles, tiges et fleurs sont aussi préparées en bain destiné à rendre les enfants vifs et actifs comme l’anaconda (association symbolique).

Étymologie

Wayãpi : de ka’i, « singe capucin brun (Cebus apella) », le, « de », kwi, « calebasse », « la calebasse du singe capucin brun », en raison de la forme du fruit ; tasiasiay : de ãsĩ ãsĩ, « épine », soit « l’accrocheur ». Ce mot fait référence aux nombreux piquants mous et crochetés qui retiennent ce qui passe à leur portée. Palikur : de datka, « anaconda » et βey, « remède ». Les affections que la plante soigne sont envoyées par cet animal.

Chimie et pharmacologie

Les propriétés cathartiques sont reconnues. La tisane de feuille est purgative et ne provoque pas de vomissements à la dose de 10/1000e. Le latex est aussi un purgatif drastique à dose élevée. Kupchan et al. (1974), ont isolé un iridoïde lactone présentant des propriétés antinéoplasiques.

Allamanda cathartica. Fleur de la liane orélie

Allamanda cathartica. Fleur de la liane orélie

Ambelania acida Aublet

Synonymies

Willugfibeia acida (Aublet)]. F, Gmel. : Ambelania tenuiflora Müll. Arg.

Noms vernaculaires

Créole : papaye biche [papay-bich], graine biche [grenn-bich].

Wayãpi : akusi walapulu, akusi ãkãnge.

Palikur : inuβa

Kali’na : ambarari.

Portugais : pau-de-leite, pepino-do-mato, pepino-doce.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun de la forêt primaire et des vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 358, 750 ; Grenand et Prévost 2053 ; Lescure 365 ; Moretti 217.

Emplois

  • 34 . Cette espèce est très commune dans toute la Guyane ; la comestibilité du fruit est connue de tous (...)
  • 35 . L’utilisation de ce latex comme antidiarrhéique semble diffuse chez les Amérindiens des Guyanes p (...)

Les Wayãpi lèchent, plus qu’ils ne boivent, le latex blanc et doux s’écoulant du tronc incisé, pour soigner la diarrhée. Le fruit, contenant lui aussi beaucoup de latex, est battu avant consommation ; sa chair est également considérée comme antidiarrhéique34,35.

Étymologie

Créole : papaye biche, « papaye du daguet rouge (Mazama americana) », parce que cet animal en consommerait le fruit. Wayãpi : akusi, « agouti », walapulu, « cacao » ou ãkãnge, « tête », soit « cacao de l’agouti » ou « tête d’agouti ». Les deux appellations se réfèrent à la fois à la forme ovale du fruit et à l’animal qui le consomme le plus lorsqu’il est tombé à terre.

Chimie et pharmacologie

  • 36 . Alcaloïdes révélés en ccm avec le réactif au sulfate sérique.

Les analyses chimiques que nous avons effectuées montrent que les graines renferment des alcaloïdes indoliques36 ; les feuilles et les écorces de tige sont riches en triterpènes (Husson et al. 1986). L’intérêt de ce résultat est d’ordre chimiotaxonomique, confortant le rapprochement de cette espèce avec la tribu des Tabernaémontanoïdées.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Ambelania acida. Gros fruit de papaye biche

Ambelania acida. Gros fruit de papaye biche

Anartia meyeri (G. Mey. ex G. Don) Miers

Synonymies

  • 37 . Anartia meyeri (G. Mey. ex G. Don) Miers est mis en synonymie avec Bonafousia undulata Vahl par L (...)

Tabaernaemontana meyeri G. Don ; Tabernaemontana attenuata (Miers) Urban ; Anartia attenuata (Miers) Markgraf37.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi —

Palikur : pahe aβan puvemna.

Aluku : busuki tiki.

Écologie, morphologie

Arbuste ou petit arbre rare des sous-bois des forêts primaire et secondaire.

Collections de référence

Grenand 1923 ; Jacquemin 2413 ; Moretti 474.

Emplois

Les Palikur considèrent le latex de cette plante comme très brûlant. Pour cette raison, ils utilisent diverses parties de la plante en fonction de leur concentration en latex, selon les usages qu’ils veulent en tirer. C’est ainsi que la macération des feuilles est utilisée en collyre pour soigner les conjonctivites (yeux infectés) : l’écorce grattée est appliquée en emplâtre résolutif sur les petits abcès (kumẽ) ou les petites plaies infectées (busukne) ; enfin, le latex extrait du tronc incisé sert, après imbibition d’un tampon de coton, à obstruer les dents cariées douloureuses.

Étymologie

Palikur : pahe aβan, « arbre Bonafousia », puvemna. « petite feuille », « l’arbre Bonafousia à petites feuilles ».

Chimie et pharmacologie

La présence d’alcaloïdes cytotoxiques dans les Tabernaemontanoïdées a motivé notre étude ; à cette recherche de substances antitumorales s’ajoutait un intérêt chimiotaxonomique en raison de la révision botanique alors en cours. L’analyse détaillée des alcaloïdes de cette espèce a pu être faite. Trois parties de la plante ont été traitées : feuilles, écorces de tige et écorces de racine. De ces extraits, vingt alcaloïdes ont été séparés : treize ont été identifiés comme étant des alcaloïdes déjà décrits : angustine, épi-16, pléiocarpamine, tubotaïwine, isolés des feuilles ; conopharyngine, jollyanine, voacangine, isovoacangine, ibophyllidine, coronaridine, hydroxy-7 indolénine, heynéanine, et épi-19 heynéanine, des écorces de tige ; ces trois derniers ont également été trouvés, à côté de l’églandine, dans les écorces de racine. Trois alcaloïdes nouveaux ont été isolés, tous des feuilles. Plusieurs autres alcaloïdes ont été isolés en trop faibles quantités pour qu’il soit possible de proposer une structure, même partielle (Ladhar et al., 1981).

Pour les propriétés pharmacologiques de quelques uns de ces alcaloïdes, se reporter à la note introductrice sur cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Aspidosperma album (Vahl) Benoist ex Pichon

Noms vernaculaires

Créole : flambeau rouge [flanbo-rouj], bois patagaïe [bwa-patagay], bois macaque [bwa-makak].

Wayãpi : alalakã’ɨ.

Palikur —

Paramaka : kumãti udu.

Aluku : tyõtiutiu.

Portugais : araracanga

Écologie, morphologie

Grand arbre assez commun dans la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1149 ; Haxaire 666 ; Jacquemin 1411, 1713.

Emplois

  • 38 L’écorce d’une espèce voisine, Aspidosperma marcgravianum Woodson, également présente en Guyane fra (...)

Chez les Créoles, la décoction des écorces de tronc, rouge et amère, donne un breuvage fébrifuge38 et antidiarrhéique. Par ailleurs, l’écorce fraîche est simplement appliquée sur les plaies comme antiseptique.

Étymologie

Créole : bois patagaïe, « arbre du poisson Hoplias malabaricus », en raison de la ressemblance entre l’écorce de l’arbre et la robe du poisson ; bois macaque, « arbre du capucin brun », en raison de la consommation des fruits par ce singe. Wayàpi : de alalakã, « ara rouge et vert (Ara chloroptera) » et ɨ, « arbre », parce que ce perroquet joue avec les fruits sans les consommer et que, à l’air, le bois de l’arbre devient rouge.

Chimie et pharmacologie

En Amérique, le genre Aspidosperma comprend de nombreuses espèces parmi les grands arbres de la forêt. D’après Balbach (1973), plusieurs de ces espèces sont utilisées au Brésil à des fins médicinales, la principale d’entre elles étant Aspidosperma quebracho. Au Brésil, Kulkarni et al. (1973) ont réalisé un travail comparatif sur la pharmacognosie des écorces de tronc de Aspidosperma album et de six espèces voisines. L’étude chimique des écorces de cette espèce a été effectuée par Dierassi et al. (1962) et par Ferrari et Marion (1964), qui ont identifié dix alcaloïdes.

Nous avons entrepris un travail identique sur les graines de cette même espèce en collaboration avec l’équipe de P. Potier au CNRS : vingt-cinq alcaloïdes ont été isolés ; ce résultat est exceptionnel car, habituellement, le nombre de ces substances est moins élevé dans les graines que dans les écorces. Parmi ces corps, quatorze sont déjà connus : (-) québrachamine, (+) aspidolimidine, (+) fendlérine (tous trois présents dans les écorces), (+) aspidospermidine, (+) limaspermine, (+) méthoxy-11 limaspermine, (-) déméthoxy-12 aspidospermine, (+) oxo-18 0-méthyl aspidoalbine, (+) vincadifformine, (+) condylocarpine, (+) tubotaïwine, (+) vincamine, (+) andranginine et (-) isositsirikine. Les onze autres sont nouveaux, mais nous n’avons pu établir la structure que de trois d’entre eux (+) sitsirikine, (+) épi-16 sitsirikine et (-) alalakine (Urrea et al., 1978) ; (Urrea, 1980). Verpoorte et al. (1983) ont signalé que l’on a extrait des écorces de divers Aspidosperma des alcaloïdes du type sécamine présentant un fort pouvoir antimicrobien.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Aspidosperma album. Fruits et graines légères de l’arbre bois patagaïe : les graines entourées d’une aile circulaire sont dispersées par le vent

Aspidosperma album. Fruits et graines légères de l’arbre bois patagaïe : les graines entourées d’une aile circulaire sont dispersées par le vent

Bonafousia albiflora (Miq.) Boiteau et L. Allorge

Synonymies

Tabernaemontana albiflora (Miq.) Pulle ; Taberna albiflorsa (Miq.) Markgraf ; Peschiera albiflora Miq.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur pahe aβan

Aluku : busuki tiki.

Écologie, morphologie

Arbuste rare des forêts primaires ou dégradées.

Collections de référence

Grenand 1856 ; Jacquemin 1881, 2112, 2308.

Emplois et étymologie

Cf. l’utilisation et l’étymologie du nom chez les Palikur à Bonafousia undulata.

Chimie et pharmacologie

Tous les organes de cet arbuste renferment des alcaloïdes. Des écorces de la tige, nous avons isolé onze alcaloïdes (Kan et al, 1980a, 1980b, 1981a, 1981b). Les deux premiers étaient déjà connus, les neuf autres sont nouveaux. Ils appartiennent aux structures suivantes :

Type indolique : ibophyllidine, coronaridine, épi–20 ibophyllidine, déséthylibophyllidine. hydroxy–19 ibophyllidine, hydroxy–19R épi–20 ibophyllidine, hydroxy–19s épi–20 ibophyllidine. hydroxy–18 épi–20 ibophyllidine.

Type ibogane : albifloranine.

Type ψ-vincadifformine : (+) hydroxy-19 épi—20 pandoline ; (+)(20 R) dihydroxy-18, 19 ψ-vincadifformine.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia albiflora

Bonafousia albiflora

Bonafousia angulata (Mart. ex Müll. Arg.) Boiteau et L. Allorge

Synonymies

Tabernaemontana angulata Mart. ex Müll. Arg. ; Anacampta angulata (Mart. ex Müll. Arg.) Miers.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : yapukuliwa

  • 39 Les deux séries de termes palikur désignent en fait deux arbres très proches qui sont la plupart du (...)

Palikur : aβuki, impukiu39

Portugais pocoró.

Écologie, morphologie

Petit arbre du sous-bois de la forêt primaire, rare en Guyane.

Collections de référence

  • 40 Les collections Moretti 1159 et de Granville 513 ont été identifiées comme étant Bonafousia macroca (...)

De Granville 513 ; Moretti 163, 115940.

Emplois

Chez les Wayãpi, Bonafousia angulata est associé au rituel de formation des chamanes, et plus particulièrement à la phase dite de révélation de l’esprit. L’arbre est considéré comme abritant un esprit tutélaire du nom de yapukuliwa. C’est le latex qui est utilisé comme hallucinogène, son absorption étant solitaire. Les Wayãpi disent qu’alors le chamane voit (sous-entendu ce qui est ordinairement invisible).

Chez les Palikur, Bonafousia angulata joue le même rôle avec quelques variantes d’utilisation. L’esprit tutélaire de l’arbre porte, ici aussi, le même nom que l’arbre lui-même, aβuki. L’absorption se fait sous le contrôle d’un assistant, ahigidi ; le chamane dit alors que la tête lui tourne et qu’il se met à rêver à un tas de choses.

  • 41 Les Urubu-Ka’apor utilisent cette espèce pour soigner les furoncles et les éruptions cutanées (Balé (...)

Les initiés palikur préparent une macération de l’écorce regorgeant de latex, en boivent une partie et se lavent avec le reste. Le latex peut également être recueilli, mis à sécher puis broyé et fumé. Pour les deux ethnies, Palikur et Wayãpi, l’utilisation permet aux chamanes d’entrer en contact, de domestiquer et enfin d’utiliser à leur gré les esprits tutélaires de B. angulata. Pour un usage curatif de cette espèce, cf. Capirona decorticans (Rubiacées). Signalons que l’usage des Apocynacées comme hallucinogènes n’était jusqu’à maintenant pas connu en Amérique tropicale41.

Enfin chez les Palikur l’écorce de aβuki. associée à Eleusine indica (Poacées), est un remède magique contre l’insomnie. L’insomnie est une affection « soufflée » par un jeteur de sort sur une préparation à base des cheveux de la victime et d’écorce pilée de Bonafousia angulata. Son remède consiste en un petit morceau d’écorce de la même espèce pilée avec des racines de Eleusine indica (Poacées). Une part est incorporée à un shampooing ; l’autre part sert à préparer une décoction bue trois fois par jour pendant deux semaines.

Étymologie

Aucune étymologie n’a pu être obtenue ; il ne nous semble pourtant pas incongru d’avancer une parenté linguistique entre les mots aβuki (palikur) et yapukuliwa (wayãpi).

Chimie et pharmacologie

De cette espèce, nous avons isolé des terpènes et des alcaloïdes indoliques, fréquents dans ce genre (Garnier et al. 1984). Une étude chimique détaillée a, par ailleurs, été menée sur l’espèce voisine Bonafousia macrocalyx, considérée aussi par les Palikur comme hallucinogène (cf. cette espèce).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia disticha (A. DC.) Boiteau et Allorge

Synonymies

Anacampla disticha (A. DC.) Markgr ; Tabernaemontana disticha A. DC.

Noms vernaculaires

Créole : bois lézard.

Wayãpi : —

Palikur : peruβia.

Écologie, morphologie

Petit arbrisseau de la forêt primaire, abondant localement.

Collections de référence

Berton 166 ; Grenand 1910 ; Moretti 309.

Emplois

Chez les Palikur, les racines et l’écorce de tige sont un remède contre les douleurs articulaires. Elles sont préparées en décoction ; celle-ci est frottée sur les endroits douloureux.

  • 42 Il existe un peruβia fort, qui est celui dont nous traitons ici, et un peruβia faible, dont l’usage (...)
  • 43 Les Amérindiens de Guyana préparent une macération courte avec l’écorce pour soigner les piqûres de (...)

On doit faiblement doser ce remède qui s’accompagne d’un interdit de consommation des gibiers à poils : sans cette précaution, on encourt le risque de devenir un voyant (don de divination) ou plus simplement d’être atteint de folie42.Les feuilles servent à soigner les cataractes des chiens (cf. Sipanea pratensis, Rubiacées)43.

Étymologie

Palikur : de peru, « chien » et βia de aβeya. « petite plante », « la petite plante des chiens », en raison de ses utilisations.

Chimie et pharmacologie

Nous avons analysé le contenu alcaloïdique de divers organes de cette plante L’extraction des alcaloïdes, selon un protocole classique (extraction par chromatographie, sur colonne et sur couches minces), fournit :

Pour les écorces de tronc : alcaloïdes totaux, 4,3 g/kg, ibophyllidine, déséthylibophyllidine, hydroxy-19, ibophyllidine.

Pour les feuilles : alcaloïdes totaux, 4,7 g/kg, deux alcaloïdes indoliques doubles qui sont des bases mineures non isolables.

Pour les écorces de racine : alcaloïdes totaux, 6,2 g/kg, différents des précédents (Miet et al., 1980).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia macrocalyx (Müll. Arg.) Boiteau et L. Allorge

Synonymies

Tabernaemontana macrocalyx Müll. Arg. ; Anacampta macrocalyx (Müll. Arg.) Markgr.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : a’ɨ kãlãtã’ã.

Palikur : impukiu, aβuki.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun du sous-bois de la forêt primaire ou de la forêt secondaire haute, sur sols bien drainés ; latex abondant.

Collections de référence

Grenand 3139, Moretti 1143, 1154 ; Prévost et Grenand 939.

Emplois

  • 44 Il convient de remarquer qu’à propos de Bonafousia angulata et de Bonafousia macrocalyx, de nombreu (...)

Les Palikur sont les seuls à utiliser cet arbre aux mêmes fins chamaniques que son proche voisin, Bonafousia angulata (cf. supra). Cependant, le latex de B. macrocalyx étant réputé moins fort, les Palikur préparent la macération avec une plus grande quantité d’écorce44. B. macrocalyx est en outre utilisé à des fins médicinales. L’écorce de tronc et de racine est préparée en décoction utilisée en lavage froid pour soigner les dépôts (wahau).

Tiède, elle est administrée en lavage général pour traiter l’érysipèle (wisnõ) et en applications locales répétées pour résorber les plaies infectées.

L’écorce grattée, macérée dans l’eau, mise à reposer une nuit, puis tamisée sert à préparer un collyre pour éclaircir la vue. Pour un remède contre l’insomnie cf. Bonafousia angulata.

Étymologie

Wayãpi : a’ɨ, « paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus) » et kãlãtãã, « œsophage », « œsophage du paresseux » (la graine du fruit de cet arbre est striée de la même manière que l’oesophage du paresseux).

Palikur : de im, « poisson » et aβuki, « B. angulata », « le Bonafousia des poissons ».

Chimie et pharmacologie

Une étude chimique des graines a montré qu’elles renferment des alcaloïdes : tabersonine et coronaridine (Bruneton et al. 1979).

Dans le cadre de notre contribution à l’étude des Tabernaemontanoïdées américaines, une étude a été entreprise sur les écorces de tige et les feuilles de cette espèce.

L’extraction des alcaloïdes à partir des écorces de tronc a fourni les alcaloïdes suivants : coronaridine, heynéanine, voacangine, voacangarine, voacangarine-hydroxy-7-indolénine, épi-19-voacangarine, coronaridine-hydroxy-indolénine, voacangine-hydroxy-7-indolénine et oxo-3-coronaridine-hydroxy-7-indolénine ; le rendement en alcaloïdes totaux est de 11 g/kg ; quant aux feuilles, elles fournissent les alcaloïdes suivants : voacangine et O-desmethyl-voacangine (= hydroxy-10 coronaridinel avec un rendement en alcaloïdes totaux de 6,69 g/kg.

La fraction non alcaloïdique retirée de la plante renferme un triterpène, l’α-amyrine (Garnier et al, 1984).

L’emploi comme hallucinogène par les chamanes palikur est à rapprocher de l’usage aux mêmes fins en Afrique équatoriale d’une autre espèce d’Apocynacée, Tabernanthe iboga Bail !., employée par les magiciens au cours de cérémonies initiatiques (Schultes et Hofmann, 1973). L’effet psychopharmacologique est attribué, pour cette espèce, à l’ibogaïne, autre alcaloïde indolique majoritaire. Mais d’autres hypothèses peuvent être émises, comme la présence dans le latex d’alcaloïdes indoliques simples, du type harmane ou d’autres constituants instables (Rommelspacher, 1981).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia macrocalyx. Fruits par paires tryptiques de ce genre

Bonafousia macrocalyx. Fruits par paires tryptiques de ce genre

Bonafousia macrocalyx

Bonafousia macrocalyx

Bonafousia morettii L. Allorge

Synonymie

  • 45 . B. morettii décrite par L. Allorge, dont nous suivons dans cet ouvrage la classification, est mis (...)

Tabernaemontana macrocalyx Müll. Arg.45.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : wasaku sili.

Palikur :

Écologie, morphologie

Petit arbuste du sous-bois de la forêt primaire, assez rare.

Collections de référence

De Granville et Tiburce 1119 ; Grenand 1001 ; Moretti 711.

Emplois

Pour les Wayãpi, le mot wasakusili parfois, associé à celui de meluka’awu uniquement pour cette Apocynacée, recouvre deux espèces (cf. Simaba guianensis, Simaroubacées).

La sève de ces plantes est réputée dangereuse pour la peau.

Étymologie

Wayãpi : wasaku, « arbre Hura crepitans (Euphorbiacées) » et sili, « fin », « le petit Hura crepitans ».

C’est sa petite taille et sa sève brûlante qui ont ainsi fait nommer cet arbre, par référence à l’un des arbres les plus toxiques d’Amazonie.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce, comme les autres du même genre que nous avons testées, renferme des alcaloïdes indoliques.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia siphilitica (L. f.) L. Allorge

Synonymies

Echitess siphilitica L.f. ; Bonafousia tetrastachya (Kunth) Markgr. ; Tabernaemontana tetrastachya (Kunth) Miers ; Tabernaemontana siphilitica (L.f) Leuuwenb.

Noms vernaculaires

Créole : radié capiaïe [radjé-kapiay].

Wayãpi : tamukwãlẽ ka’a.

Palikur saig

Portugais pimenta-de-lontra, barba-de-lontra

Écologie, morphologie

Arbuste commun formant des peuplements en végétation ripicole. Latex très abondant.

Collections de référence

Berton 234 ; Jacquemin 1525 ; Lescure 372, 827 ; Moretti 70.

Emplois

Chez les Palikur, cette plante est un antirhumatismal utilisé en association avec Bonafousia undulata. On prélève l’écorce de B. siphilitica que l’on fait bouillir avec une pincée de sel ; en cours d’ébullition, on ajoute les feuilles de B. undulata.

  • 46 . Bonafousia siphilitica, quoique très répandue au bord de toutes les rivières de Guyane, ne semble (...)

On utilise soit le liquide laissé à tiédir et appliqué loco dolenti, soit un emplâtre des feuilles et de l’écorce ayant servi à préparer la décoction46.

Étymologie

Créole : de radié, « petite plante » et capiaïe, « capivara (Hydrochoerus hydrochaeris) ». Ce gros rongeur aquatique aime s’embusquer dans les buissons formés par cette plante.

Wayãpi : tamukwãlẽ « lézard Uranoscodon superciliosa » et ka’a, « plante », « la plante du lézard Uranoscodon ».

La plante et le lézard vivent tous deux dans le même biotope des zones ripicoles ouvertes.

Chimie et pharmacologie

Le B. siphilitica a été étudié par l’équipe de P. Potier, à partir d’échantillons de cette espèce récoltés en Guyane. Plusieurs alcaloïdes indoliques ont été décrits dont 6 sont nouveaux (Damak et al, 1981).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia siphilitica. Fruits de radié capiaïe

Bonafousia siphilitica. Fruits de radié capiaïe

Bonafousia undulata (Vahl) A. DC.

Synonymie

Tabernaemontana undulata Vahl.

Noms vernaculaires

Créole : bois di lait [bwa-dilèt].

Wayãpi : sokosoko’i.

Palikur : pahe aβan.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun en forêt primaire. Latex abondant.

Collections de référence

Berton 198 ; Grenand 1349, 1578, 2140 ; Moretti 216.

Emplois

  • 47 Bonafousia undulata et Bonafousia albiflora sont deux espèces bien distinctes. B. undulata est un p (...)
  • 48 Les Waimiri Atroari utilisent l’écorce pour soigner des mycoses diverses (Milliken et al., 1992). L (...)

Les Palikur utilisent indifféremment sous ce nom deux espèces47 qui sont l’un de leurs principaux remèdes. Les deux plantes sont réputées pour leur force. Outre l’emploi en association, présenté à B. siphilitica, il en existe quatre autres pour ces deux plantes. Les feuilles écrasées et mises à macérer longuement dans le rhum sont un remède contre les enflures des pieds. L’écorce finement grattée et appliquée en emplâtre est un antalgique salutaire contre les maux de tête48. L’écorce associée à celle d’Erythrina fusca (Papilionacées), est un remède contre les rages de dent. Les écorces sont pilées et préparées en décoction ; appliquées en tampon, elles brûlent comme du piment. Utilisé trop fréquemment, ce remède puissant peut faire tomber la dent. Enfin selon Berton (1997), la décoction de l’écorce râpée est appliquée sur les abcès.

Étymologie

Wayãpi : sokosoko, « arbre Peschiera lagenaria (Apocynacées) », i, « petit », « le petit arbre Peschiera ». Palikur : pahe. « brûlure irritante », aβan, « plante », « la plante qui brûle ».

Chimie et pharmacologie

L’étude du contenu alcaloïdique a montré que les écorces de tige renferment les alcaloïdes suivants : coronaridine, voacangine, épi-19 heynéanine, québrachidine, voaphylline (Bruneton et al., 1979). Les graines renferment la coronaridine qui représente 80 % des alcaloïdes totaux à côté de la voaphylline (Cavé et al, 1972).

Les propriétés pharmacologiques des alcaloïdes indoliques sont résumées dans l’introduction de cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bonafousia undulata. Fleurs de bois di lait

Bonafousia undulata. Fleurs de bois di lait

Catharanthus roseus (L.) G. Don

Synonymie

Vinca rosea L.

Noms vernaculaires

Créole : caca poule [kaka-poul].

Wayãpi : —

Palikur : takaak asis.

Portugais : lavandeira.

Français : pervenche de Madagascar.

Écologie, morphologie

Plante ornementale cultivée, introduite de Madagascar.

Collections de référence

Prévost 716, 3605.

Emplois

Au cours des siècles précédents, les navigateurs emportaient souvent cette espèce avec eux, pour les propriétés anorexiantes qu’ils lui attribuaient (Boiteau, 1972) ; elle rendait ainsi de grands services, notamment aux diabétiques. L’usage de cette plante comme antidiabétique se perpétue de nos jours dans la médecine créole des Antilles et de la Guyane.

Étymologie

Créole : caca poule, terme expressif en soi, vient de l’odeur désagréable qui se dégage de la plante coupée ; le mot palikur a la même signification.

Chimie et pharmacologie

C’est en étudiant ses propriétés antidiabétiques que les chercheurs du laboratoire Lilly ont mis en évidence ses propriétés anticancéreuses. Depuis cette découverte dans les années 1960, d’innombrables travaux ont porté sur cette espèce. Plus de 70 alcaloïdes ont été isolés et identifiés. Parmi eux, la vincristine et la Vinblastine sont actuellement employées dans le traitement de la maladie de Hodgkin et de la leucémie aiguë. Les propriétés antidiabétiques de cette espèce n’ont, quant à elles, jusqu’à présent, pas été confirmées, à l’exception de trois des alcaloïdes, leurosine, vindoline et vindolinine, qui sont hypoglycémiants à condition d’être séparés des autres alcaloïdes trop cytotoxiques (Oliver-bever, 1980).

Catharanthus roseus. Fleurs de caca poule

Catharanthus roseus. Fleurs de caca poule

Condylocarpon guyanense Desf.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : ɨpokasili sili.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane de taille moyenne croissant en forêt primaire.

Collections de référence

Jacquemin 1518 ; Lescure 531 ; Sastre 4701.

Emplois

  • 49 Les Wayãpi confondent sous le même nom quatre espèces différentes de la même famille, qu’ils utilis (...)

Les Wayãpi utilisent comme fébrifuge quatre espèces confondues49, et plus particulièrement Condylocarpon guyanense.

Les feuilles, ramollies à la flamme, sont frottées sur le corps du patient quand elles deviennent vert foncé.

Étymologie

Wayãpi : ɨpokasili, « liane Odontadenia macrantha », sili, « fine », « la liane Odontadenia fine », car sa tige est très fine.

Chimie et pharmacologie

Contrairement à ce que peut laisser supposer la position taxonomique de cette espèce au sein de la famille, la recherche d’alcaloïdes selon les protocoles classiques en laboratoire (extraction en milieu acide, extraction après alcalinisation de la drogue) s’est avérée négative pour les feuilles et les tiges.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Condylocarpon guyanense. Fleurs

Condylocarpon guyanense. Fleurs

Couma guianensis Aublet

Noms vernaculaires

Créole : bois vache [bwa-vach]. mapa [mapa].

Wayãpi : yuwa.

Palikur : ukum.

Portugais : sorva.

Écologie, morphologie

Grand arbre des forêts primaire et secondaire ancienne. Il est commun dans toute la Guyane et bien connu pour son latex abondant.

Collections de référence

Grenand 980 ; Lescure 348 ; Moretti 287.

Emplois

  • 50 Diverses espèces du genre Couina sont regroupées commercialement sous le nom de cow tree et sont à (...)

Le latex blanc et abondant de ce grand arbre est considéré par les Créoles de la Guyane comme buvable et nourrissant50. Chez les Wayãpi, l’usage médicinal du latex est totalement identique à celui de Ambelania acida (cf. p. 134). L’espèce est par ailleurs surtout réputée pour ses excellents fruits.

Étymologie

Créole : bois vache, le nom vient de son latex abondant et comestible, faisant penser au lait. Wayãpi : yuwa, « collant », en raison du latex, également utilisé comme gomme et comme calfat.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Couma guianensis. Bois vache en fleur ; cette espèce fleurit quand elle a perdu toutes ses feuilles

Couma guianensis. Bois vache en fleur ; cette espèce fleurit quand elle a perdu toutes ses feuilles

Ervatamia coronaria (Jacq.) Stapf.

Synonymies

Tabemaemonlana coronaria (Jacq.) Willd. ; Tabemaemonlana divaricala (L.) R. Br. ex Roem et Schult.

Noms vernaculaires

Créole : jastrale.

Wayãpi : —

Palikur : kwasi kamwi.

Français : faux tiaré, rose des Indes.

Écologie, morphologie

Cet arbuste ornemental introduit d’Inde est aujourd’hui rudéralisé en basse Guyane.

Collections de référence

Berton 271 ; Luu 18.

Emplois

Luu (1975) indique que les Créoles de Cayenne préparent une infusion des feuilles pour soigner la grippe. Chez les Palikur, les feuilles pilées et mélangées avec de la chandelle chaude sont appliquées avec un morceau de carapace de tortue sur les abcès (Berton, 1997).

Étymologie

Palikur : de kwa∫βan, « arbre Quassia amara (Simaroubacées) » et kamwi, « qui ressemble », en raison de l’aspect du feuillage.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce, proche des Tabernaemontana et Bonafousia, renferme des alcaloïdes indoliques.

Ervatamia coronaria

Ervatamia coronaria

Geissospermum argenteum Woodson

Noms vernaculaires

Créole : maria congo [maya-kongo]

Wayãpi : pelowɨ.

Palikur : kõngo ama, gõgõ.

Aluku : bita udu.

Wayana : wataki.

Portugais : acariquara-branca, acarirana, quinarana, pau-pereira.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire, commun dans l’intérieur de la Guyane. L’aire de répartition de cette espèce est cependant plus limitée que celle de sa congénère G. laeve.

Collections de référence

Grenand 293 ; Jacquemin 1791 ; Moretti 11, 891.

Emplois

Mêmes usages que pour G. laeve.

Étymologie

Créole et Palikur : maria congo et kõngo ama nettement apparentés, sont strictement limités à ces deux ethnies et nous n’avons pu élucider l’origine et la signification de ces mots Wayãpi : pe. « ? », o, « amer » et ɨ, « arbre », « l’arbre amer ».

Cf. commentaire à Geissospermum laeve.

Chimie et pharmacologie

De Geissospermum argenteum, des alcaloïdes indoliques monomères de type aspidospermane ont été isolés à partir d’un échantillon récolté en Guyane (Paccioni et Husson, 1978).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Geissospermum argenteum. Tronc alvéolé d’un maria congo

Geissospermum argenteum. Tronc alvéolé d’un maria congo

Geissospermum laeve (Thunb.) Miers

Noms vernaculaires

Mêmes noms vernaculaires que G. argenteum.

Écologie, morphologie

Grand arbre de la forêt primaire, assez commun.

Collection de référence

Moretti 887.

Emplois

  • 51 Nous avons aussi relevé une pratique assez dangereuse qui consiste à conserver 5, 7, voire 9 jours, (...)

Chez les Créoles, les écorces de tronc en macération dans le rhum ou le cognac sont réputées antipaludiques. Ces mêmes écorces en décoction sont données aux enfants comme vermifuge. Elles sont aussi utilisées comme antidiarrhéique51.

Chez les Wayãpi, la décoction de l’écorce est bue contre les infections de la verge, le traitement est complété par un emplâtre d’écorce râpée appliqué sur le gland. L’utilisation de ce remède est contrôlée par les chamanes. La même décoction est utilisée en shampooing pour détruire les poux de tête.

Chez les Palikur, la même décoction est bue contre la fièvre (paludisme), les mauvaises digestions et les vers intestinaux. Enfin elle est utilisée en lavage contre la gale. Selon Berton (1997), les Palikur préparent avec l’écorce sèche de la présente espèce, celle de Quassia amara (Simaroubacées) et des fragments de tige d’Aristolochia (Aristolochiacées), une macération qui est bue matin et soir pour traiter le diabète.

Bien que très connue de toutes les populations de Guyane, l’utilisation des Geissospermum n’apparaît que récemment dans les relevés botaniques ou ethnobotaniques. Elle est mentionnée pour la première fois, à notre connaissance, dans le rapport du docteur Richard (1937). Les différents flores et relevés botaniques - Flore de Guyane (Lemée, 1954-56), Flore du Surinam (1966) - ne mentionnent qu’une espèce : Geissospermum sericeum Benth. et Hook. f. ex Miers. De multiples observations sur le terrain nous ont montré que la drogue dénommée maria congo par les Créoles ou bita udu par les Bushi Nenge, correspond à G. argenteum et G. laeve, deux espèces fort semblables qui se distinguent notamment par l’aspect des feuilles et surtout par les fruits de taille très différente.

  • 52 Quatre collections de Saül sont cependant considérées par S. Mori (comm. pers.) comme appartenant à(...)
  • 53 Les espèces du genre Geissospermum sont largement employées dans toute l’Amazonie comme antipaludiq (...)

Il est à noter que de nouvelles collections sur des individus identités comme Geissospermum sericeum se sont avérées être Geissospermum laeve. Selon nous, la présence de G. sericeum en Guyane française n’est donc pas nettement établie52, 53

Chimie et pharmacologie

L’étude chimique de Geissospermum laeve a mis en évidence des alcaloïdes indoliques monomères et surtout dimères dont le principal est la geissospermine.

Ces derniers alcaloïdes sont doués de propriétés hypotensives, cardio-dépressives et sympatholytiques. Ce sont également des dépresseurs de l’intestin isolé (Paris et Pointet, 1954). Les alcaloïdes du type aspidospermine possèdent une action antimicrobienne, inférieure cependant aux antibiotiques courants (Verpoorte et al, 1983). Se reporter à l’introduction sur cette famille.

L’intérêt pour ces espèces s’est trouvé renouvelé à la suite d’études pharmacologiques, démontrant une activité sur le virus hiv, résultats forts contestés depuis (Beljanski, 1994).

Plus récemment encore, une équipe italienne a présenté des résultats non encore publiés d’études cliniques sur la non-toxicité d’un extrait alcaloïdique de G. leave, ayant montré une activité sur le virus hiv (Baiocchi et Grandi, 1997).

Les résultats publiés jusqu’ici sur l’activité antipaludique des Geissospermum sont également contradictoires.

  • 54 Les espèces du genre Geissospermum sont largement employées dans toute l’Amazonie comme antipaludiq (...)

Il est possible que la confusion entre les espèces se retrouve aussi dans les échantillons ayant servi aux études chimiques réalisées jusqu’ici54.

Elle pourrait être à l’origine des résultats parfois contradictoires obtenus dans les études chimiques et pharmacologiques jusqu’ici publiées.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Geissospermum laeve. Gros fruits de maria congo

Geissospermum laeve. Gros fruits de maria congo

Himantanthus articulatus (Vahl) Woordson

Synonymies

Himatanthus rigida Willd. ex Roem. et Schult. ; Plumeria articulata Vahl.

Noms vernaculaires

Créole : bois dilait [bwa-dilèt].

Wayãpi : melekene u.

  • 55 Les Palikur confondent sous un même nom et font un même usage de Himatanthus speciosus (Muell. Arg. (...)

Palikur : uwaitya aβain, buwaitya aβain55

Portugais : molongo, sucuúba-rana.

Écologie, morphologie

Arbre de taille moyenne assez fréquent en forêt primaire et en forêt secondaire ancienne.

Collections de référence

Grenand 516, 1340 ; Prévost et Grenand 4272.

Emplois

Les Wayãpi utilisent cette espèce comme Sapium ciliatum (Euphorbiacées). Par ailleurs on dit que le jaguar empoisonne ses griffes avec le latex du tronc.

  • 56 L’écorce de cette espèce est utilisée chez les Aluku comme vermifuge et pour soigner la diarrhée et (...)

Les Palikur préparent avec l’écorce un bain qui éloigne les êtres humains d’une personne recherchant la solitude (cas de l’apprenti chamane par exemple)56.

Étymologie

Palikur : de uwaitya, « une chenille » et aβain, « habitation de » ; cette chenille consomme les feuilles de cet arbre.

Chimie et pharmacologie

De cette espèce ont été isolés des stéroïdes et des triterpènes : stigmastérol, sitostérol, cycloarténol, α-amyrine-3 β-0- cinnamoyle, β-amyrine-3, β-0 -cinnamoyle, des dérivés du lupéol et de l’acide ursolique ainsi que des glucosides d’iridoïdes : acide glucopyranosyl plumérique, pluméricine et isopluméricine (Barreto et al, 1998).

Himantanthus articulatus

Himantanthus articulatus

Lacmellea aculeata (Ducke) Monach

Synonymie

Zschokkea aculeata Ducke.

Noms vernaculaires

Créole : graine biche.

Wayãpi : tapele yuwa, tapele yɨwa.

Palikur ten, ã ten.

Portugais : cumaí, pau-de-chicle.

Écologie, morphologie

Petit arbre commun des vieilles forêts secondaires, au tronc épineux et au latex blanc abondant.

Collections de référence

Grenand 168, 230, 1317 ; Oldeman 3324 ; De Granville 3679.

Emplois

  • 57 Cet arbre est chez les Urubu-Ka’apor un remède contre le mal de gorge et les éruptions cutanées (Ba (...)

Les Wayãpi, qui en consomment surtout les fruits, utilisent son latex brut comme antidiarrhéique et fébrifuge par voie orale57.

Lacmellea aculeata. Fruits de graine de biche : à maturité, les fruits comestibles sont jaune orangé

Lacmellea aculeata. Fruits de graine de biche : à maturité, les fruits comestibles sont jaune orangé

Étymologie

Wayãpi : de tapele, « emplacement d’ancien village » et yuwa, « arbre Couma guianensis, Apocynacées », « l’arbre Couma des anciens villages ». Ce mot fait référence à la fois à l’abondance du latex dans les deux arbres et à l’écologie du second.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Lacmellea aculeata. Tronc épineux de graine biche

Lacmellea aculeata. Tronc épineux de graine biche

Mesechites trifida (Jacq.) Lindl.

Synonymie

Echites trifida Jacq.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : ɨpokasili sili.

Palikur :

Écologie, morphologie

Liane fine de la végétation ripicole et rudérale.

Collections de référence

Grenand 1342 ; Jacquemin 1565, 1725 ; Sastre 4687.

Emplois

Identiques à ceux de Condylocarpon guyanense (cf. p. 148).

Chimie et pharmacologie

  • 58 Le latex est utilisé pour cautériser les blessures chez les Makuna d’Amazonie colombienne (Schultes(...)

Comme toutes les lianes appartenant à la sous-famille des Echitoïdées que nous avons analysées, celle-ci ne contient pas d’alcaloïde mais par contre est riche en flavonoïdes58.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mesechites trifida. Fleurs

Mesechites trifida. Fleurs

Odontadenia macrantha (Roem. Et Schult.) Markgr.

Synonymies

Odontadenia grandiflora (G. Mey.) Kuntze. ; Odontadenia silvestris (A. DC.) Müll. Arg.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ɨpokasili.

Palikur : maoksi aβaβia.

Écologie, morphologie

  • 59 Cette liane très fréquente au bord de toutes les rivières de Guyane est caractérisée par ses grande (...)

Grosse liane commune de la végétation ripicole et de la forêt primaire59.

Collections de référence

Grenand 285, 1844 ; Jacquemin 1559, 1722 ; Moretti 619.

Emplois

  • 60 Les Taiwano d’Amazonie colombienne se servent des feuilles écrasées pour étancher le saignement des (...)

Les Wayãpi considèrent comme fortifiantes les poches sucrées (ou nectaires) que renferment les fleurs à la base de l’ovaire. Le latex de la tige et des rameaux est réputé irritant pour la peau60.

Étymologie

Wayãpi : ɨpo, « liane » et kasili, « bière de manioc, cachiri », « la liane-cachiri », ainsi nommée en raison de l’écoulement abondant du latex de sa tige, cependant que sa toxicité évoque l’ivresse.

Palikur : de maoksi, « singe hurleur » et aβaβia de paβay, « papaye », « papaye du singe hurleur », en raison de la forme du fruit.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Odontadenia macrantha. Grandes fleurs de cette liane ripicole

Odontadenia macrantha. Grandes fleurs de cette liane ripicole

Odontadenia nitida (Vahl) Müll Arg.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : ɨpokasili sili.

Palikur —

Écologie, morphologie

Liane de taille moyenne de la forêt primaire.

Collection de référence

Jacquemin 1767.

Emplois

Identiques à ceux de Condylocarpon guyanense.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Odontadenia puncticulosa (A. Rich.) Pulle

Synonymies

Odontadenia cururu (Mart.) K. Schum. ; Odontadenia kochii Pilg.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : ɨpokasili sili, ɨpokasili lã.

Palikur : itey ariβra.

Écologie, morphologie

Liane de taille moyenne de la végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 512, 549.

Emplois

  • 61 Cette espèce est connue au Brésil pour son usage ichtyotoxique (Ducke, 1946).

Identiques à ceux de Condylocarpon guyanense, de Mesechites trifida et de Odontadenia nitida61.

Étymologie

Palikur : itey ariβra, de itey. « chenille arpenteuse » et ariβra, de ihip, « liane », parce que ces chenilles en mangent les feuilles.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pacouria guianensis Aublet

Synonymies

Landolphia guianensis (Aublet) Pulle, Willughbeja guianensis (Aublet) J.-F. Gmel.

Noms vernaculaires

Créole : liane caoutchouc, liane gomme [yann-gonm].

Wayãpi : uwa kãsĩ.

Palikur : wakukwa arivra, ihip paβay kamwi.

Collections de référence

Grenand 91, 700 ; Jacquemin 1861, 1901.

Écologie, morphologie

  • 62 Cette grosse liane à latex abondant est bien caractérisée par son gros fruit sphérique (jusqu’à 15 (...)

Grosse liane commune de la forêt primaire et de la végétation ripicole62.

Emplois

Chez les Wayãpi, le latex s’écoulant de la tige est un résolutif que l’on applique brut sur les furoncles. Les graines sont un remède contre les maladies envoyées par l’anaconda : pour chasser l’esprit, elles sont brûlées sous le hamac de la victime. Selon les Palikur, les fruits sont toxiques pour l’homme.

Étymologie

Créole : le latex de cette plante est très semblable à celui de l’hévéa.

Wayãpi : uwa. « crabe de rivière », kàsï « musc », « le musc du crabe ».

Ce mot fait référence à l’habitat ripicole de la plante et à la forte odeur qui se dégage de ses fruits.

Palikur : wakukwa, « singe capucin brun, Cebus apella » et arivra ; ihip « liane », paβay, « papaye » et kamwi, « qui ressemble ».

Pacouria guianensis. Fruits et graines de la liane caoutchouc

Pacouria guianensis. Fruits et graines de la liane caoutchouc

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Parahancornia fasciculata (Poir.) Benoist ex. Pichon

Synonymies

Tabernaemontana fasciculata Poir. ; Parahancornia amapa (Huber) Ducke ; Hancornia amapa Huber.

Noms vernaculaires

Créole : mapa [mapa].

Wayãpi : amapa.

  • 63 Les Palikur utilisent aussi sous le même nom deux autres arbres au latex également abondant : Brosi (...)

Palikur : amap63, pakih etni.

Portugais : amapá-amargoso.

Saramaka : dokali.

Écologie

Grand arbre assez rare de la forêt primaire, au latex blanc abondant.

Collections de référence

Grenand 1102, 1225 ; Jacquemin 1774 ; Prévost et Grenand 4339.

Emplois

Chez les Palikur, le latex brut est appliqué sur la peau pour soigner l’affection nommée sikgep (cf. 2e partie) ; mélangé à du lait concentré du commerce, il est bu contre les ulcères internes. Le latex mélangé à du couac est un fortifiant ; il est aussi consommé comme antidiarrhéique.

  • 64 Un usage très proche (cicatrisant des blessures et des ulcères) est déjà signalé par Le Cointe (192 (...)

Le latex frais sert enfin à soigner les blessures occasionnées par les boutoirs des pécaris64.

Étymologie

Wayãpi, créole, Palikur : Le même mot (mapa, amapa, amap), comme on peut le voir ici, est largement répandu dans le bassin amazonien. Aucune étymologie ne nous a été donnée parmi les populations étudiées. Palikur : pakih etni, de pakih, « pécari à lèvre blanche » et etni, « sa possession ».

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques nous ont donné une forte réaction de stérols avec les racines. On trouve un peu de tanin et une bonne teneur en saponines dans ces organes et, à un degré moindre, dans les feuilles.

Par contre, les tests d’alcaloïdes se sont révélés négatifs.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Plumeria rubra L.

Noms vernaculaires

Créole et français : frangipanier.

Portugais : jasmim-de-Caïena.

Collection de référence

Prévost 3653.

Écologie, morphologie

Espèce ornementale cultivée, originaire d’Amérique tropicale.

Emplois

Chez les Créoles, les fleurs de cet arbre ornemental entrent dans la composition de sirops antigrippaux complexes où interviennent de nombreuses autres espèces.

Chimie et pharmacologie

Le latex renferme un iridoïde, le plumieride, à qui l’on attribue des vertus purgatives. L’action purgative est moitié moindre que celle du sennoside, mais elle est plus rapide (Stricher, 1977).

Plumeria rubra. Fleurs du frangipanier

Plumeria rubra. Fleurs du frangipanier

Rhabdenia biflora (Jacq.) Müll. Arg.

Synonymie

Echites biflora (Jacq.).

Noms vernaculaires

Créole : liane mangle (vieilli) (Heckel, 1897).

Wayãpi : —

Palikur : ihip kwatriyene.

Écologie, morphologie

  • 65 Cette espèce est, en Guyane, fréquente dans la mangrove et son association avec le palétuvier blanc (...)

Liane fine au latex blanc abondant, commune en arrière-forêt de mangrove65.

Collections de référence

Grenand 1591 ; Moretti 253 ; Prévost 3288.

Emplois

  • 66 Au XIXe siècle, chez les Créoles, le latex amer était, selon Heckel (1897), utilisé comme vomitif e (...)

Chez les Palikur, la plante entière (tiges et feuilles) est associée au palétuvier blanc et au tabac pour soigner les piqûres de raies venimeuses (cf. Avicennia germinans, Verbenacées)66.

Étymologie

Créole : de mangle, mot désuet pour « palétuvier ». Le nom fait référence à l’habitat de cette plante. Palikur : de ihip, « liane », kwatri, « palétuvier rouge (Rhizophora racemosa, Rhizophoracées) » et yene, « locatif », soit « la liane qui vit avec le palétuvier rouge ». Ici encore, c’est la même référence à l’habitat qui est faite.

Chimie et pharmacologie

Comme toutes les lianes appartenant à la sous-famille des Echitoïdées que nous avons analysées, celle-ci ne contient pas d’alcaloïde mais est riche par contre en flavonoïdes.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rhabdenia biflora. Fleurs et fruits de liane mangle

Rhabdenia biflora. Fleurs et fruits de liane mangle

Thevetia peruviana (Pers.) K. Schum.

Synonymie

Thevetia neriifolia Juss. ex A.DC.

Noms vernaculaires

Créole : laurier jaune.

Wayãpi : away.

Palikur : kiniki βan.

Portugais : jorro-jorro, chapéu-de-Napoleão.

Wayana : kaway.

Écologie, morphologie

Arbuste cultivé, assez commun.

Collections de référence

Prévost 1243, 3613.

Emplois

Cette plante est cultivée comme ornementale en basse Guyane et pour fabriquer, avec ses graines sèches, des sonnailles de danse chez les Amérindiens. Elle est cependant considérée partout comme un toxique violent et donc réputée dangereuse, surtout pour les enfants.

Chimie et pharmacologie

La toxicité des graines de Thevetia est connue dans toutes les régions tropicales. Les principes toxiques sont des cardenolides dont le principal est la thévétine. Cet hétéroside stéroïdique possède une action digitalique qui a été mise à profit en thérapeutique comme cardiotonique, moins toxique que la digitaline (Bruneton, 1996). Le latex, les écorces de tige et de racine sont également toxiques ; les feuilles le sont aussi mais dans une moindre mesure ; elles renferment aussi des hétérosides cardiotoniques.

Thevetia peruviana. Fruits de laurier jaune

Thevetia peruviana. Fruits de laurier jaune

Thevetia peruviana. Fleur de laurier jaune

Thevetia peruviana. Fleur de laurier jaune

Famille Araceae

Cette famille de plantes n’est pas une famille comme les autres : aux caractères magiques que lui attachent la plupart des ethnies d’Amérique tropicale, font pendant les tracas qu’elle occasionne aux systématiciens. Dans les deux cas, tous ont remarqué la grande hétérochromie des feuilles à l’intérieur d’un genre comme à l’intérieur d’une espèce (c’est le cas, en particulier, de Caladium bicolor), et si les Amérindiens en ont tiré le parti qui leur convenait, les botanistes, eux, ne nous aident guère.

Une autre particularité de cette famille est le caractère irritant et toxique de la sève, certes à des degrés très variables. Ces propriétés sont dues à l’abondance de raphides d’oxalates de calcium ainsi que probablement à la présence de toxines protéiques nécrosantes non encore identifiées.

Les plantes rassemblées ici sont donc le plus souvent magiques ou dangereuses ; seules quelques-unes ont un usage médicinal, au sens occidental du terme.

Il nous a cependant semblé intéressant de les présenter toutes, car elles nous font entrer de plain pied dans l’univers philosophique qui préside, chez les Amérindiens, à l’apparition du « mal ». En revanche, pour les raisons déjà indiquées, il ne nous a pas toujours été possible de donner les identifications parfaitement précises et nous nous en excusons auprès de nos lecteurs.

Anaphyllopsis americanun (Engl.) Hay

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : moy kala.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante herbacée rare des sous-bois humides de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 334.

Étymologie et emplois

Cf. noms et usages pour les Wayãpi à Draconlium polyphyllum p 174

Anaphyllopsis americanum. Inflorescence avec spathe turbinée

Anaphyllopsis americanum. Inflorescence avec spathe turbinée

Caladium bicolor (Aiton) Vent

Synonymies

Arum bicolor Aiton (incluant d’autres Aracées terrestres rattachées aux genres Caladium ou Xanthosoma).

Noms vernaculaires

Créole : chou crayove [chou-krayòv], sou crayove [soukrayôv].

Wayãpi : taya.

Palikur : masas.

Français : palette de peintre.

Portugais : tajá.

Kali’na : mo :lan, tula : la.

Écologie, morphologie

  • 67 Les Aracées terrestres sont, selon nos critères, soit des plantes protégées, soit des plantes sauva (...)

Plantes herbacées de petite taille67.

Collections de référence

Jacquemin 2828, Prévost 3425 et cf. ci-dessous.

Emplois

Ce groupe d’Aracées terrestres (dont plusieurs sont rattachées au genre Caladium) constitue, pour ainsi dire à lui seul, le coeur des plantes magiques amérindiennes. Formant un ensemble complexe, bien que clairement délimité à chaque fois par un terme générique, ces plantes sont d’utilisation risquée, quel que soit le but, bénéfique ou maléfique, pour lequel on les emploie. Sur l’utilisation des arums terrestres dans les Guyanes, le lecteur pourra également se reporter à de Goeje (1943) et Chapuis (2001) pour les Wayana, à Ahlbrinck [1931 (1956)] et Kloos (1968, 1971) pour les Kali’na et à van Andel (2000) pour les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana.

Chez les Wayãpi, les taya, ainsi que nous aimerions les nommer, se divisent en poã, « remèdes » et polâ, « plantes propitiatoires ». Ils sont principalement manipulés sur indication des chamanes mais en cas d’urgence, ils peuvent être utilisés par n’importe qui. Par ailleurs, il existe chez les Wayãpi des jeteurs de sorts, malamakua, personnes dont les dons n’ont pas été canalisés au cours d’une initiation chamanique et qui peuvent utiliser maléfiquement ces taya. D’une façon générale, qu’il s’agisse de « remèdes » ou de « plantes propitiatoires », ce sont toutes des substances à effet réversible si elles sont mal dominées ou utilisées abusivement. Par exemple, un très bon pêcheur utilisant yawakaka taya, le taya qui favorise les bonnes pêches, risque de tomber malade car il n’a pas besoin de cela pour prendre du poisson. Les taya utilisés comme « remèdes » sont chez les Wayãpi :

ayã poā. « le remède contre les esprits » ; c’est la forme la plus fréquente du Caladium bicolor à feuilles vert foncé avec une zone lie de vin diffusant à partir des nervures. Il peut être utilisé, sur indication du chamane ou non, contre tout signe brutal d’atteinte par un esprit (ayâ) : douleurs, convulsions, évanouissements...

manômanô poâ, « remède contre la folie » (cf. 2e partie pour la définition de la folie selon les Wayãpi). Il s’agit d’un Caladium (Grenand 1253) aux feuilles hastées d’un vert uniforme atteignant 40 cm de long. Comme pour le taya précédent, le tubercule est frotté sur le corps du malade, provoquant de fortes démangeaisons et une sensation de chaleur.

moy kɨya (cf. infra Caladium schomburgkii).

taya pelele, « arum tremblant » : très petit arum jamais observé, donnant l’impression de se propager magiquement là où on l’a planté. Il serait utilisé comme ayéãpoã.

• ya’ilala poâ, « remède contre tout ce que peut avoir un enfant » soit « remède contre toutes les maladies infantiles ». Sur le terrain, nous avons observé sous ce nom un petit arum à feuilles hastées étroites maculées de rouge. Sur herbier, un informateur désigna de ce nom Curculigo scorzonerifolia (Lam.) Baker (Liliacées). Ce taya n’est pas utilisé par les chamanes mais par les mères. C’est en fait une protection suprême contre toutes les violations d’interdits de chasse par le père pendant les deux premières années de la vie d’un enfant. Les feuilles et les pétioles sont écrasés dans l’eau fraîche et cette macération courte est employée en lavage externe.

Les principaux taya, inclus dans les Aracées terrestres et fréquemment utilisés comme « plantes propitiatoires », sont chez les Wayãpi :

kaliaku polã. « plante propitiatoire pour le daguet gris » (Mazama gouazoubira) est une variété de Caladium cf. picturatum (Ouhoud-Renoux 6), utilisée de la même façon que so’o polâ et qui rend chanceux à la chasse de ce mammifère.

muluwa taya, « arum de la grenouille Leptodactylus stenodema ». C’est un arum (Grenand 593, Xanthosoma conspurcatum Schott) à feuilles hastées piquetées de blanc et maculées de rouge aux cornes de la base. Le tubercule écrasé et mélangé avec la peinture faciale sipɨ (mélange de roucou et d’encens), sert à préparer un philtre d’amour. L’homme qui le prépare doit se garder de toucher directement au tubercule ; de la même façon, il doit appliquer la préparation par ruse avec un petit bâton pointu sur la femme convoitée. Les Wayãpi lient muluwataya à yawakakataya, disant que de l’une, peut sortir l’autre et inversement.

paku polâ, « plante propitiatoire pour le poisson pacou » (Myleus pacou). C’est un arum, selon Ouhoud-Renoux (comm. pers.), dont le jus des feuilles sert, associé à la chair sèche de la queue du poisson et au fard rouge sip i, à préparer une ornementation ointe sur le visage et les poignets et favorisant la pêche de ce poisson.

so’o polâ, « plante propitiatoire pour le daguet rouge » (Mazama americana). C’est un arum (Ouhoud-Renoux 2, variété de Caladium cf. picturatum K. Koch et Bouché) aux feuilles hastées tachées de rose et de blanc. Le tubercule, soit enveloppé dans une feuille et suspendu au cou ou au poignet en amulette, soit frotté sur le front du chasseur, son arc ou son fusil, rend chanceux à la chasse au daguet rouge.

Caladium bicolor. Sou crayove à feuilles tachées de rouge

Caladium bicolor. Sou crayove à feuilles tachées de rouge

taitetu polâ, « plante propitiatoire pour le pécari à collier » (Tayassu tajacu). C’est une variété de Caladium bicolor (OuhoudRenoux 5). Même utilisation que so’opolâ.

• tapi’i polâ, « plante propitiatoire pour le tapir » (Tapirus terrestris). C’est un grand arum importé à l’Oyapock, il y a une trentaine d’années, de chez les Wayãpi de l’Amapari (Brésil). Il atteint 1,50 mètre de hauteur ; les feuilles hastées vert foncé à nervure périphérique très marquée ont la particularité extraordinaire de présenter une excroissance foliaire sous l’apex du limbe. Celle-ci est comparée par les Wayãpi à la hure du tapir.

Ce tapi’i polâ a été identifié comme Xanthosoma atrovirens Kunth et Bouché var. appendiculatum Engler (Grenand 367 ; Prévost et Grenand 1929) ; c’est en quelque sorte le charme suprême. En voici l’utilisation : la feuille est laissée toute une nuit à macérer ; le lendemain, isolé des siens, le chasseur se lave avec la macération, veillant à ne pas se toucher les testicules (association symbolique avec la virilité du tapir). Puis il se repose pendant deux jours avant d’aller à la chasse : il tue alors l’agouti (Dasyprocta agouti), puis le paresseux à deux doigts (Choloepus didactylus), puis le pécari à collier (Tayassu tajacu), enfin le tamanoir (Myrmecophaga tridaclyla). Alors apparaît, endormi, le tapir ; le chasseur le flèche trois fois dans son sommeil ; l’animal se lève, court un peu mais il est fléché une quatrième fois et meurt.

Caladium bicolor. Inflorescence, feuilles à nervures blanches

Caladium bicolor. Inflorescence, feuilles à nervures blanches

yawakaka taya, « arum de la loutre géante » (Pteronura brasiliensis). Il ressemble beaucoup à muluwa taya, s’en différenciant surtout par l’absence de taches rouges. Placé sous la protection de l’esprit tutélaire de la loutre géante, considérée comme bonne pêcheuse, il sert à fabriquer un charme pour être chanceux à la pêche à l’aïmara (Hoplias aimara) ; si on ne prend pas les mêmes précautions d’emploi que pour muluwa taya (cf. supra), on risque de voir disparaître sa propre femme. L’hétérochromie est une fois encore importante, puisqu’un informateur a pris soin de préciser que dans un peuplement de yawakakataya situé sur la crique Pakoti, affluent du haut Oyapock, on peut reconnaître selon les pieds, les dessins des robes des différents poissons de la rivière.

Les Palikur, qui nomment ce groupe d’arums masas, en possèdent un nombre de variétés un peu plus restreint, ce qui étonne de la part de ce peuple à riche pharmacopée. Cela peut être expliqué par la longue influence exercée sur eux par les diverses églises chrétiennes : les masas apparaissent d’ailleurs sous un angle beaucoup plus maléfique que bénéfique ; on parle d’eux beaucoup moins comme des remèdes que comme des poisons au pouvoir spécifique (ipiimpika). Si nous n’avons pu nous faire montrer les variétés incriminées, on nous a en revanche indiqué les techniques utilisées par certains fauteurs de trouble : ils râpent le tubercule très finement, puis en jettent une pincée dans une calebasse pleine de bière de manioc ou de soupe d’amidon. D’autres, reculant l’instant afin d’éviter un mauvais goût dans le liquide, cachent sous leurs ongles des fragments qu’ils laissent tomber pendant qu’ils servent la boisson (se pratique surtout lors des fêtes). Au bout de trois jours, un masas commence à croître dans le ventre de la victime jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Sur sa tombe, surgiront encore d’autres masas, signifiant ainsi le crime aux yeux de tous. Les Palikur utilisent plus innocemment d’autres masas qui, à une exception près, sont des Caladium, à la façon des charmes des Wayãpi. Les rhizomes et parfois les feuilles sont écrasés avec un peu d’eau, le mélange étant frotté sur les bras. On peut aussi faire une boule qui est emportée à la chasse dans la musette (Renoux et Grenand, 2003). Les plus connus sont :

masas uukβey, « l’arum-remède contre les serpents Bothrops », cf. infra Dracontium polyphyllum.

masas yitβey, « l’arum-charme pour le daguet rouge », est utilisé pour donner la chance à la chasse de Mazama americana (cf. Sterculia pruriens, Sterculiacées). masas kayakuβie, « l’arum-herbe pour le daguet gris ». Même utilisation pour la chasse de Mazama gouazoubira.

masas audikaβey, « l’arum-charme pour le tapir ». Même utilisation pour la chasse de Tapirus terrestris.

masas uwanfSey, « l’arum-charme pour le paca ». Même utilisation pour la chasse de Agouti paca.

masas bukutrufiey, « l’arum-charme pour l’agouti ». Même utilisation pour la chasse de Dasyprocta agouti.

masas kiuriβie, « l’arum-charme pour le piraroucou ». Il est utilisé pour la chasse au harpon du poisson piraroucou (Arapaima gigas) qui hante les savanes inondées des Palikur de Urucauá (Brésil).

paasiβie ou paasivie, (Grenand 1611) « le remède des Français ». C’est une variété de Caladium bicolor à petites feuilles et taches blanches. Le tubercule, frotté sur le front, était utilisé pour pacifier les visiteurs étrangers.

  • 68 Une utilisation similaire chez les humains pour tuer les vers, les vers macaques, et les chiques a (...)

masas uwakβey, « l’arum-charme pour la gymnote électrique (Electrophorus electricus) » et masas pakihβey, « l’arum-charme pour le pécari à lèvre blanche » cf. Arrabidaea chica, Bignoniacées. Enfin, les Caladium peuvent être utilisés de façon beaucoup plus « profane ». C’est le cas de la variété muluwataya des Wayãpi et du soucrayove des Créoles : le tubercule écrasé est appliqué sur les plaies des animaux domestiques, surtout des chiens, lorsqu’elles sont infestées par les vers68. Chez les Wayãpi du Sud, le tubercule râpé de muluwataya est appliqué sur les morsures de serpent pour aspirer le venin et restreindre le phénomène de nécrose en favorisant la cicatrisation. Les Palikur utilisent le tubercule sec et réduit en poudre de paasivie pour éliminer les taches du masque de grossesse (maye), d’autres taches du visage sans doute d’origine mycosiques (igka) et celles dues aux coups de soleil (wõhe) : la poudre légèrement humectée est appliquée localement. Le traitement dure huit jours et est accompagné d’un interdit alimentaire sur le piment, le sel et la viande grillée.

Étymologie

Créole : le mot soucrayove est une altération de chou tayove, tayove venant lui-même du tupi taya. Wayãpi : taya, vient de ay, « magie » ; ya, « maître de » soit « les maîtres de la magie ».

Caladium schomburgkii Schott

Nom vernaculaire

Créole —

Wayãpi : moy kɨya.

Palikur :

Écologie, morphologie

Petite plante herbacée aux feuilles cordées se différenciant fortement des autres Caladium ; elle est cultivée et reproduite par bulbe.

Collections de référence

Grenand 474, 778.

Emplois

Il s’agit pour les Wayãpi d’une plante ambivalente : soit le tubercule est frotté sur les jambes et les chevilles et il agit comme répulsif contre les serpents venimeux (son odeur, disent les Wayãpi, fait fuir les Bothrops), soit il est frotté sur la morsure de serpent et il agit comme alexitère. On dit d’ailleurs, dans ce dernier cas, qu’il chasse l’esprit du reptile. Une autre manière de se protéger est de toujours transporter sur soi un fragment de tubercule enveloppé dans une feuille de Marantacée.

Étymologie

Wayãpi : moy, « serpent », kɨ, « avoir peur » et ya, « maître de », soit « la plante capable d’inspirer la peur aux serpents ».

Dieffenbachia elegans Jonker et Jonker

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : pulupululi sili, tayau kɨ’ɨy.

Palikur : wakaakig kamwi.

Écologie, morphologie

Plante herbacée rare des sous-bois humides de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1287 ; Prévost et Grenand 2045.

Emplois

Les divers noms Wayãpi et le nom palikur désignent de manière interchangeable diverses Aracées des sous-bois (cf. Diffenbachia sp nov. et Spathiphyllum humboldtii). Ces plantes à sève irritante sont considérées comme très dangereuses pour la peau ; l’antidote en est de la cendre frottée sur la brûlure ou, à la rigueur, du sable.

Étymologie

Wayāpi I. pulupululisili, de pulupululi. « Dieffenbachia seguine », sili, « fine, petite ». 2 tayaukɨ ɨy, de tayau. « pécari à lèvre blanche », ki’ïy, « piment », « le piment du pécari ». Ce terme fait référence à la fois à la sève irritante de la plante et à la consommation qu’en fait le pécari. Palikur : de wakaakig, « bec d’aigrette » (Heliconia psittacorum, Héliconiacées) et kamwi, « qui ressemble », en raison de la ressemblance des inflorescences.

Dieffenbachia elegans. Infrutescence avec fruits charnus orangés puis rouges

Dieffenbachia elegans. Infrutescence avec fruits charnus orangés puis rouges

Dieffenbachia paludicola N. E. Brown ex Gleason

Synonymie

Maguirea spathicarpoides A. D. Hawkes.

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi : pakalawali.

Palikur :

Écologie, morphologie

Grande plante herbacée rare et grégaire croissant dans les bas-fonds de la forêt primaire.

Collection de référence

Prévost et Grenand 920

Emplois

Chez les Wayãpi, les chamanes utilisent les feuilles à sève urticante pour envoyer des mauvais sorts.

Étymologie

Wayãpi : peut-être du kali’na paga-.lawadi, « la feuille [qui sert à tapisser les] paniers pagaras », mot qui désigne également une grande Aracée terrestre.

Dieffenbachia seguine (Jacq.) Schott

Synonymies

Arum seguine Jacq. ; Caladium maculatum Lodd. ; Dieffenbachia picta Schott.

Noms vernaculaires

Créole : donkin, canne-cochon [kanncochon], canne-séguine (Heckel, 1897), tayove grand bois [tayov-gran-bwa].

Wayãpi : pulupululi.

Palikur : irup

Portugais : aningapara, cana-marona.

Écologie, morphologie

Grande plante herbacée commune en basse Guyane, rare dans l’intérieur. Elle croît dans les zones humides, mais est également cultivée comme plante ornementale.

Collections de référence

Moretti 44, 275, 791 ; Oldeman 2738 ; Prévost 3580.

Emplois

  • 69 Cette plante est un poison de chasse chez plusieurs groupes amérindiens. Elle est aussi utilisée, d (...)

Les propriétés irritantes et inflammatoires de ce genre sont connues dans le monde entier et diversement mises à profit. La mastication de la tige provoque une inflammation considérable de la bouche (Kuballa et Anton, 1977) (cf. étym.). Enfin, les propriétés stérilisantes qu’on lui prête furent étudiées pendant la Seconde Guerre mondiale par les médecins nazis69. En Guyane, seuls les Créoles et les Palikur semblent utiliser Dieffenbachia seguine comme plante médicinale.

Chez les Créoles, c’est, en usage externe, un remède contre le pian bois (ulcère de leishmaniose) ; la tige est râpée et appliquée directement, ou bien est mise préalablement à bouillir dans de l’huile, la solution étant ensuite appliquée sous forme d’emplâtre. Chez les Palikur, elle est utilisée en association avec Bidens cynapiifolia (Asteracées). En application locale, quelques gouttes de sève soulagent les douleurs et les démangeaisons occasionnées par certaines chenilles, les guêpes et les fourmis flamants (Ponéridés) ; l’effet désiré survient au bout de dix minutes. Les Wayãpi associent sa feuille à d’autres espèces en une préparation utilisée pour renvoyer les mauvais sorts (cf. Guadua latifolia, Poacées).

Étymologie

Créole : 1. de canne. « canne à sucre » et cochon, pour « pécari à lèvre blanche » (Tayassu pecari). Ceux-ci mangent les spadices et les rhizomes de la plante., comme d’ailleurs de diverses autres Aracées terrestres 2. donkin. de l’anglais régional (Caraïbes), dumb cane, de dumb, « muet » et cane. « canne à sucre », en raison de son utilisation par les planteurs qui réduisaient au silence les esclaves noirs, rebelles à l’asservissement, en leur faisant mâcher des fragments de la tige.

Chimie et pharmacologie

  • 70 Poisson et Peters, 1979 : travaux non publiés.

La plante renferme des saponines, des oxalates de calcium et des glucosides cyanogénétiques. L’action sur la leishmaniose s’explique probablement par l’effet nécrosant de cette plante très caustique. Cependant elle n’a pu être confirmée sur un extrait lyophilisé par nos soins70. Les propriétés irritantes et inflammatoires sont connues depuis longtemps et l’on relève chaque année un certain nombre de cas d’intoxications sans que l’on connaisse les principes actifs incriminés. Les travaux les plus récents mettent en cause les raphides d’oxalate de calcium particulièrement abondants dans la plante. Les raphides provoquent des lésions tissulaires qui favorisent par la suite la pénétration d’une enzyme protéolytique (Kuralla et Anton. 1977).

Dieffenbachia seguine. Infrutescence exposant ses fruits rouges appréciés des oiseaux

Dieffenbachia seguine. Infrutescence exposant ses fruits rouges appréciés des oiseaux

Dieffenbachia sp. nov.71

  • 71 Cette espèce a été considérée comme nouvelle par SJ. Mayo du Royal Botanic Garden de Kew.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : pulupululi sili, tayau kil y.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante herbacée rare des sous-bois humides de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 1465.

Emplois et étymologie

Cf. Dieffenbachia elegans

Dracontium guianense G. Zhu

Noms vernaculaires

Mêmes noms que Dracontium polyphyllum.

Collections de référence

De Granville et Tiburce 1129 ; Grenand 1277.

Emplois

Il s’agit d’une espèce récemment décrite ; elle est confondue avec l’espèce suivante par toutes les populations qui les utilisent indifféremment.

Dracontium polyphyllum L.

Noms vernaculaires

Créole : serpentère [serpantè]. radié-serpent [radjé-serpan]. halbois, raie-bois [ral-bwa], bâton-parapluie [baton-parapli] (Ouanary).

Wayãpi : moy kala.

Palikur : uukpey, masas uukβey.

Aluku : kinotata taya, sineki taya.

Portugais : jararacatajâ.

Écologie, morphologie

Plante au port élevé, fréquente dans les forêts secondarisées et dans les abattis ; elle est composée d’une seule grande feuille profondément séquée. Le pétiole de teinte foncée et marbré de taches plus claires, rappelle la peau d’un serpent.

Collections de référence

Grenand 1913 ; Jacquemin 2191, 2194 ; Moretti 496.

Emplois

  • 72 Cet usage est également signalé chez les Aluku (Fleury, 1991).

Presque tous les noms locaux renvoient à une conjonction avec le serpent et en particulier Bothrops atrox (cf. étym). Tous désignent des Dracontium cependant que les Palikur nomment également du même mot Urospatha sagittifolia (cf. p. 182), en raison des pétioles marbrés de violet, très similaires chez les deux plantes. D’une façon générale, ces pétioles marbrés sont, selon la « théorie de la signature » (cf. p. 48), symboliquement associés à la robe des Crotalidés, à laquelle ils ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre. Chez les Créoles, le tubercule est pilé et additionné de rhum (tafia). Le tout est appliqué fortement en cataplasme sur les piqûres de raie. On pratique le traitement trois fois par jour pendant trois journées consécutives. Le même traitement, préparé avec les feuilles ou les tubercules, avec ou sans alcool, est employé pour soigner les morsures de serpent. Pour faire sortir les échardes, on applique sur la peau un mélange de tubercule râpé et de suif72.

  • 73 Selon Descourtilz (1827-1833), le suc de cette plante serait toxique.
  • 74 Une autre espèce, absente de la Guyane française, Dracontium loretense Krause, appelée « fer de lan (...)

Les Palikur écrasent les longs pétioles de Dracontium ou d’Urospatha et les mélangent au fiel d’un Bothrops avant de les appliquer en emplâtre sur sa morsure. On peut aussi se contenter dans l’urgence de presser la sève sur la morsure pour empêcher le venin de monter, ou d’amarrer un morceau de tige avec une liane fine. Outre leur usage alexitère, ces plantes peuvent être, l’une comme l’autre, écrasées ou frottées pour tuer les vers macaques (Dermatobia hominis) parasitant les hommes ou les asticots (yuyen) envahissant parfois les coussinets des pattes des chiens de chasse73. Toujours chez les Palikur, la macération du tubercule écrasé est employée pour soigner les clous aux yeux, les dépôts (wahau) ou pour servir de préventif (awetuha kagait) contre les infections des yeux. Enfin, selon Berton (1997), le suc extrait des pétioles est appliqué sur les abcès gonflés de pus. Les Wayãpi se distinguent des autres populations en affirmant pour leur part que le contact avec cette plante, possédée par l’esprit des Bothrops, fait courir le risque d’une morsure. Certains jeunes Wayãpi ayant eu contact avec des Créoles disent maintenant le contraire74.

Étymologie

Créole : serpentère, de « serpent » ; halbois, raie-bois, de raler, « haler, tirer », d’où « extraire » ; ce mot renvoie à l’utilisation médicinale pour extraire les échardes ; bâton-parapluie : le port général de la plante évoque un parapluie déployé. Wayãpi : moy kala : moy, « serpent » (terme générique), kala, « igname, Dioscorea trifida », « l’igname des serpents ». Palikur : uukwey, de uuk, « serpent Bothrops atrox » ; wey, de βey, « remède », « le remède contre le Bothrops » ; masas uukwey, de masas, « terme générique pour toutes les Aracées magiques », uukwey, cf. supra.

Dracontium polyphyllum. Feulle de serpentère (ou halbois)

Dracontium polyphyllum. Feulle de serpentère (ou halbois)

Monstera adansonii Schott

Synonymies

Monstera milleriana Schott, Monstera pertusa (L.) de Vriese.

Noms vernaculaires

Créole : séguine, siguine [ségin, sigin].

Wayãpi : ka’a pupu, a’ɨlo sili.

Palikur : —

Écologie, morphologie

  • 75 Ces espèces semblent beaucoup plus fréquentes en haute qu’en basse Guyane.

Plante épiphyte assez commune dans les sous-bois de la forêt primaire. Typique des strates inférieures75.

Collections de référence

Grenand 1501 ; Jacquemin 1590.

Emplois

  • 76 Monstera adansonii Schott var. klotzchiana (Schott) Madison (Jacquemin 1590) et M. adansonii var. l (...)
  • 77 Au Brésil, le jus obtenu à partir des feuilles d’une espèce voisine est appliqué sur les plaies chr (...)

Les variétés de cette espèce76, ainsi que d’autres (cf. infra Rhodospatha latifolia) caractérisées par leurs feuilles ovales et asymétriques et leur danger pour l’homme, sont en général confondues par les Amérindiens : leurs sèves extrêmement brûlantes peuvent occasionner des lésions nécrosées77.

Étymologie

Wayãpi : ka’a pupu, de ka’a, « plante » (terme générique) et pupu, « faire des cloques », « la plante qui provoque des cloques » ; a’ɨlo sili, de a’ɨlo, « plante Philodendron insigne » et sili, « fine, petite ».

Monstera adansonii. Infrutescence : les chauve-souris en disséminent les graines

Monstera adansonii. Infrutescence : les chauve-souris en disséminent les graines

Montrichardia arborescens Schott

Synonymie

Arum arborescens L.

Noms vernaculaires

Créole : moucou moucou [moukoumoukou].

Wayãpi : mukumuku.

Palikur : ten tinivui.

Portugais : aninga.

Écologie, morphologie

  • 78 Probablement la plante aquatique la plus commune de Guyane et du bassin amazonien. On la rencontre (...)

Grande plante herbacée hydrophyte très commune78.

Collections de référence

Berton 37 ; Moretti 77 ; Prévost 582.

Emplois

  • 79 Un remède identique préparé avec les feuilles associées à celles de manguier a été observé chez les (...)

Les Créoles préparent un breuvage donné comme efficace contre le diabète en faisant macérer dans l’eau pendant toute une nuit un morceau de 50 cm de tige préalablement épluché et coupé en morceaux79.

Chez les Palikur, la sève (connue partout pour être irritante) est, frottée sur les mains et les jambes, une protection contre les décharges des gymnotes électriques (Electrophorus electricus). Pour un remède contre les contusions, cf. Cordia curassavica, Boraginacées, p. 258.

  • 80 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana utilisent une préparation similaire pour traiter les mor (...)

La plante est utilisée par les Palikur et les Créoles pour soigner les piqûres de raie (Hay. 1998) et traiter les morsures de serpent. Chez les Palikur, le pétiole est ramolli au feu, puis son contenu est appliqué, seul ou mélangé au jus de citron, sur la piqûre. Un usage identique est fait des cendres extraites des feuilles brûlées. Enfin, le décocté de feuilles tombées et de trois bourgeons secs est bu ou appliqué en cataplasme après mélange avec de la chandelle molle et la sève de Virola surinamensis (Myristicacées), pour soigner les hernies80.

Étymologie

Créole : moucoumoucou est un emprunt aux langues karib. Palikur : le mot Ven signifie « flotteur », en raison de la légèreté des tiges poreuses ; tinivui, « rassemblé », parce que les tiges droites forment des peuplements denses.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles et les tiges séchées renferment 0,69 % d’une saponine stéroïdique. La poudre de racine posséderait des propriétés diurétiques et purgatives (Hegnauer, 2, 1963).

Montrichardia arborescens. Infrutescence du moucou moucou

Montrichardia arborescens. Infrutescence du moucou moucou

Montrichardia linifera (Arruda) schott

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : ten tinivui nopsisa.

Collection de référence

Grenand et Guillaumet 3212.

Emplois

Pour les Palikur, cette espèce a des usages similaires à la précédente.

Philodendron billietiae Croat

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi :

  • 81 Il est très probable que ce nom s’applique à d’autres espèces de Philodendron et en particulier à P (...)

Palikur : weg, weg aβan81.

Écologie, morphologie

Grande plante épiphyte peu fréquente en forêt ripicole ou secondaire.

Collection de référence

Berton 10.

Emplois

  • 82 Le suc extrait des racines aériennes de Philodendron undulatum Engler est utilisé pour éliminer les (...)

Chez les Palikur, selon Berton (1997), un coton imbibé de la sève extraite des tiges est tamponnée sur les lèvres et l’intérieur de la bouche pour soigner les aphtes et le muguet des enfants82. La sève mélangée à l’huile de carapa (cf. Carapa guianensis, Meliacées) ou l’huile d’awara (cf. Astrocaryum vulgare, Arecacées) est utilisée en massage pour empêcher la descente de la matrice.

Les Palikur signalent aussi un usage magique pour cette espèce : un fragment de feuille frotté de graisse de loutre (cf. étym. infra) est mis dans la bouche afin que la personne à qui vous demandez quelque chose ne vous le refuse pas.

Étymologie

Palikur : weg de iwag, « loutre de Guyane (Luira longicaudis) », parce la plante vit dans le même habitat que l’animal.

Philodendron guianense Croat et Grayum

Noms vernaculaires

Créole séguine, siguine [ségin, sigin].

Wayãpi —

Palikur : yatuwe βey.

Écologie, morphologie

  • 83 Cette espèce semble n’être présente qu’en basse Guyane, particulièrement dans les vieilles forêts s (...)

Plante épiphyte commune83

Collection de référence

Grenand 1626.

Emplois

  • 84 L’usage par les Mosetene de Bolivie de la sève de Philodendron megalophyllum Schott (= P. deflexum (...)

Ce remède palikur de la leishmaniose à action cicatrisante, est préparé en emplâtre fait de jeunes feuilles pilées mélangées ou non à des jeunes feuilles, également pilées, de goyavier (cf. Psidium guajava, Myrtacées). L’emplâtre est humecté avec du rhum avant application sur la plaie qui est préalablement désinfectée. Le traitement dure quatre jours et l’emplâtre est renouvelé quotidiennement84.

Étymologie

Palikur : de yatuwe, désignant, en créole, à la fois la sarigue ou pian (Didelphis marsupialis) et la leishmaniose ou pian bois et Bey ; « remède ». L’odeur nauséabonde de l’animal et l’aspect putride des ulcères sont ainsi associés dans les deux cultures.

Philodendron linnaei Kunth

Synonymie

Philodendron nobile Bull

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : tapi’i kü.

Palikur : duudumna.

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune en forêt primaire. Elle croît en hauteur.

Collection de référence

Grenand 123.

Emplois

Les Wayãpi utilisent les feuilles préparées en décoction pour exorciser les enfants (risque de fièvre) dont le père a violé un interdit de chasse sur le tapir. La préparation est appliquée en lavage externe.

Étymologie

Wayàpi : de tapi’i, « tapir » et ku, « langue », « langue de tapir », en raison de la forme de la feuille

Philodendron rudgeanum Schott

Synonymies

Philodendron cannifolium (Schott) Engl. ; Philodendron guttiferum Kunth var. rudgeanum (Schott) Jonker et lonker.

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi ka’apalala, uwa pokwa

Palikur ; —

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune en forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 90 ; Lescure 557 ; de Granville 2458.

Emplois

  • 85 Chez les Wayana, cette espèce est utilisée comme fertilisant pour les jeunes femmes et favorise la (...)

Les feuilles ramollies au feu pour en exprimer la sève sont un remède utilisé par les Wayãpi pour soigner les enflures85.

Étymologie

Wayàpi : 1. de ka’a, « plante » (terme générique) et palala, onomatopée du bruit que fait le vent lorsqu’il souffle dans ses feuilles ; 2. de uwa, « crabe » et pokwa, « pince », « pince de crabe », en raison de l’aspect de la fleur.

Philodendron rudgeanum. Inflorescence : la spathe est tachée de rouge à l’intérieur

Philodendron rudgeanum. Inflorescence : la spathe est tachée de rouge à l’intérieur

Philogendron surinamense (Miq.) Engler

Synonymies

Philodendron riedelianum Schott ; Anthurium surinamense Miq.

Noms vernaculaires

Mêmes noms que le précédent.

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune dans les strates inférieures de la forêt humide.

Collections de référence

Jacquemin 1536 ; Oldeman 2725.

Emplois

Même emploi que Philodendron rudgeanum.

Rhodospatha latifolia Poepp.

Noms vernaculaires

Créole : —

  • 86 Cette espèce est totalement confondue par les Wayàpi avec Rhodospatha brachypoda Bunting (Lescure 5 (...)

Wayãpi : ka’a pupu, a’ilo sili86.

Palikur :

Écologie, morphologie

Plante épiphyte commune dans le sous-bois de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 127, 245 ; Jacquemin 1745 ; Haxaire 320.

Emplois

Cf. supra, Monstera adansonii.

Spathiphyllum humboldii Schott87

  • 87 Quelques espèces de ce genre sont utilisées à diverses fins médicinales dans plusieurs pays d’Améri (...)

Synonymies

Spathipfiyllum glaziovii Engl. ; Spathiphyllum huberi Engl.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : pulupululi ãtã, pulupululi sili, tayau kɨ’ɨy.

Palikur : wakaakig kamwi.

Écologie, morphologie

Plante herbacée commune des bas-fonds humides de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 742, 810 ; lacquemin 1938 ; Lescure 784.

Emplois

Cf. supra même rubrique que Dieffenbachia elegans.

Urospatha sagittifolia (Rudge) Schott

Synonymies

Pothos sagittifolius Rudge ; Urospatha caudata (Poepp.) Schott ; Urospatha savannarum Steyerm.

Noms vernaculaires

Cf. Dracontium polyphyllum.

Écologie, morphologie

Plante herbacée peu commune des bas-fonds humides de la forêt primaire.

Collections de référence

Grenand 1785 ; Prévost 1917.

Emplois

  • 88 L’infusion de la tige est également utilisée comme alexitère au Venezuela (Delascio Chitty, 1985).

Bien que leur habitat naturel soit un peu différent, cette espèce est souvent confondue avec les Dracontium et utilisée de la même manière par les Palikur88.

Urospatha sagittifolia. Inflorescence et pétiole marbré rappelant les écailles d’un serpent

Urospatha sagittifolia. Inflorescence et pétiole marbré rappelant les écailles d’un serpent

Famille Araliaceae

Schefflera morottoni (Aubl.) Maguire, Steyerm. et Frodin

Synonymies

Didymopanax morototoni (Aubl.) Decne et Planchon ; Panax morototoni Aublet.

Noms vernaculaires

  • 89 Nous n’avons relevé aucun usage de cette plante par les Créoles ; cependant, il nous paraît intéres (...)

Créole : bois la Saint Jean [bwa-la-sen-jan]89.

Wayãpi : molototo.

Palikur : ahamban.

Portugais : morototó.

Écologie, morphologie

Arbre moyen à grand des forêts secondaires.

Collections de référence

Grenand 1144, 3270 ; Moretti 1383.

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques que nous avons effectués montrent la présence de saponines, mais en faible quantité semble-t-il.

Schefflera morottoni. Charles Kwataka au pied d’un jeune bois la Saint-Jean

Schefflera morottoni. Charles Kwataka au pied d’un jeune bois la Saint-Jean

Famille Arecaceae

Les palmiers occupent une place privilégiée dans le paysage guyanais comme ailleurs dans tout le bassin amazonien. Abondants en nombre d’individus aussi bien qu’en nombre d’espèces, ils jouent aussi un rôle important dans l’économie des populations de l’Amazonie et des Cuyanes (Kahn, 1997).

Une espèce comme Mauritia flexuosa - palmier bâche en Guyane -, est une véritable panacée : les fruits sont comestibles et riches en vitamine C ; le cœur est aussi comestible et sert à préparer du sagou ; le mésocarpe fournit une huile riche en vitamine A. On prépare un vin avec les fleurs non encore ouvertes. Les jeunes feuilles servent à la confection de fibres solides (Balick et Cershoff, 1982). En Guyane française, ce palmier, pourtant très abondant, est peu utilisé. L’usage le plus répandu des palmiers consiste, à côté des usages artisanaux, en la préparation, à partir des fruits échaudés de diverses espèces, de breuvages très appréciés, d’un aspect et d’une consistance proche de celle du lait, auxquels on donne le même nom que le palmier qui fournit les fruits : wassaye ou pino pour Euterpe oleracea ; patawa pour Oenocarpus bataua ; comou pour Oenocarpus bacaba.

Les propriétés physico-chimiques des huiles de Euterpe oleracea, Oenocarpus bacaba et Bactris gasipaes présentent une grande similarité avec celles relevées pour l’huile de palme extraite de Elaeis oleifera (H.B.K.) Bailey. Les indices d’acide et de péroxyde sont signes de la bonne stabilité des huiles (Bereau, 2001).

Les huiles d’amandes de Astrocaryum vulgare. Oenocarpus bataua et Oenocarpus bacaba sont composées en majorité d’acides gras à chaîne moyenne, principalement acides lauriques et myristiques. Les huiles de pulpe présentent en revanche une teneur en insaponifiable plus élevée que celle des huiles d’amande (ibid, 2001).

L’huile des graines et de la pulpe renferme 88 % de triglycérides avec comme acides dominants les acides palmitique et oléique.

La composition est la suivante : 5,9 % de protéines, 5,7 % de fibres, 19,5 % de carbohydrates, 22 % d’huile, et 45 % d’humidité (Oboh et Oderinde, 1988). À noter aussi une forte proportion de composés volatiles avec le limonène comme composé majoritaire (Andrade et al. 1998).

L’huile de pulpe de Euterpe oleracea, Oenocarpus bacaba. Elaeis oleifera et Bactris gasipaes renferme aussi des stéroïdes en notables proportions : 36-78 % de δ-5 sterols et α-sitostérol. La même étude montre la présence de tocophérols et tocotriénols avec une nette prédominance de α-tocophérol et l’existence de tocotriénols en proportions variables (Lubrano et Robin, 1997).

Astrocaryum vulgare Mart

Synonymies

Astrocaryum guianense Splitg. ex Mart. ; Astrocaryum segregatum Drude ; Astrocaryum tucumoides Drude.

Noms vernaculaires

Créole : awara [wara].

Wayãpi : awala.

Palikur : wahatwi.

Portugais : tucumâ.

Écologie, morphologie

Palmier épineux très commun, fréquent surtout en zone dégradée. Il est absent de la Guyane méridionale.

Collection de référence

Moretti 1171.

Emplois

Les racines de ce palmier bien connu des Créoles guyanais sont prises en décoction plusieurs fois par jour, à raison de quatre à cinq racines par litre ; elles s’avèrent être un remède très efficace contre les crises de furonculose.

Avec l’amande, on prépare une huile épaisse appelée kio-kio, tyo-tyo ou tcho-tcho. L’huile de tyo-tyo est fabriquée de la façon suivante : après récolte des fruits tombés, on les laisse sécher pendant deux mois ; puis on casse les noyaux et on récupère les amandes que l’on fait tremper pendant deux à trois jours dans l’eau ; elles dégagent alors une mauvaise odeur Les amandes sont ensuite placées à sec dans une marmite chauffée à feu doux.

Une épaisse fumée se dégage et l’on arrose régulièrement pour éviter la calcination.

Peu à peu l’huile se forme. Seules les personnes âgées peuvent préparer cette huile, car les filles et femmes réglées la feraient tourner. Cette préparation est sans doute un héritage africain, avec transposition sur un palmier américain de la préparation de l’huile de palme (Elaeis oleifera (H.B.K.) Bailey.).

  • 90 Les usages médicinaux des fruits de ce palmier très commun dans le nord-est de l’Amazonie et en Guy (...)

Le tyo-tyo est utilisé en application locale pour soigner les furoncles et, imbibé sur un coton, pour calmer les maux de dent. Frictionné sur le corps de personnes fiévreuses, il favorise la transpiration. Enfin, il est utilisé chez les enfants pour soigner les crises de vers : l’huile est frottée sur le ventre et également bue, additionnée de sel et de sucre, comme « purge pour faire descendre les vers ». On l’emploie, entre autres usages, pour des frictions antirhumatismales et relaxantes90.

Les fruits de ce palmier servent enfin à la préparation du plat traditionnel guyanais : le bouillon d’awara.

Des usages très similaires, sans doute d’origine créole, ont été notés par Berton (1997) chez les Palikur Pour des emplois d’accompagnement, chez ces Amérindiens, de l’huile d’awara, cf. aussi, p. 178, Philodendron billietae (Aracées), Cyperus articulatus (Cyperacées), Gossypium barbadense (Malvacées) et Tibouchina multiflora (Melastomacées)

Étymologie

Les mots créole awara et wayãpi awala sont empruntés aux langues karib (respectivement wayana et kali’na).

Chimie et pharmacologie

Les tests chimiques n’ont rien révélé de particulier.

La réputation dont jouit cette drogue nous a incité à réaliser un triage pharmacologique sur différents extraits de racine, selon un procédé mis au point par l’équipe de Recherches en chimie végétale du laboratoire Roger-Bellon et celle de l’université de Chatenay-Malabry : l’éluat éthanolique (Forgacs et al., 1983) de la macération aqueuse a montré une légère action antisécrétoire gastrique (test à la gastrine). Aucune inhibition (100 mg/ml) n’a été observée dans la recherche d’activité antibactérienne sur un large spectre Staphylocoque 209 p, s. 914 ; Bacillus subtilis, Escherichia coli, Streptocoque A et D, etc. Cf. aussi l’introduction sur cette famille.

Astrocaryum vulgare. Fruits mûrs du palmier awara

Astrocaryum vulgare. Fruits mûrs du palmier awara

Bactris gasipaes Kunth

Synonymie

Guilielma speciosa Mart.

Noms vernaculaires

Créole : parépou.

Wayãpi : palepɨ, pɨpɨy.

Palikur : parip

Portugais : pupunha.

Écologie, morphologie

  • 91 Il s’agit surtout d’une espèce réputée pour ses fruits charnus consommés après cuisson. Introduit a (...)

Palmier cultivé en quantités variables dans toute la Guyane91.

Emplois

Les Palikur préparent les racines grattées et pilées avec le rhizome de Myrosma cannifolia (Marantacées) pour redonner la fertilité aux femmes stériles ; la tisane est absorbée pendant huit jours. La sève mucilagineuse extraite des rachis écrasés soulage en application locale les piqûres d’insectes venimeux (guêpes, fourmis) et de scorpion.

Bactris gasipaes. Fruits de parépou

Bactris gasipaes. Fruits de parépou

Bactris gasipaes. Palmier parépou cultivé

Bactris gasipaes. Palmier parépou cultivé

Bactris maraja Mart

Synonymies

Bactris chaetochlamys Burret ; Bactris trichospatha Trail.

Noms vernaculaires

Créole : zagrinette (zagrignèt, zagrinèt] (terme générique).

Wayãpi : alawale.

Palikur : —

Portugais : marajâ.

Écologie, morphologie

Palmier assez commun formant des petits peuplements en forêt primaire sur sol sec.

Collections de référence

De Granville 4815, Haxaire 953.

Emplois

Les Wayãpi de la région de Camopi, considérant que les fruits de ce palmier, pourtant consommés ailleurs, rendent sourds, ne les mangent pas.

Les épines longues et tranchantes causent des blessures dangereuses qui s’infectent facilement.

Bactris simplicifrons Mart92

  • 92 Bactris aubletiana Trait (Grenand 1090) porte le même nom et possède un usage similaire chez les Wa (...)

Synonymies

Bactris carolensis Spruce ; Bactris tenuis Wallace ; Bactris ulei Burret ; Yuyba stafielii L. H. Bailey.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi : moy latɨpɨ pili.

Palikur :

Portugais : marajá

Écologie, morphologie

Palmier nain peu commun du sous-bois de la forêt primaire.

Collection de référence

Grenand 1297.

Emplois

  • 93 Selon Denevan et Treacy (1988), les fruits de cette espèce sont considérés comme soporifiques par l (...)

Les Wayãpi utilisent ce petit palmier aux mêmes fins que Dicfiaea sp. (Orchidacées). Les fruits doivent être consommés crus93.

Étymologie

Wayãpi : de moy, « serpent », atipi, « joue » et pili, « saliver », « la plante qui fait saliver les serpents ».

Noms vernaculaires

Créole : koko [koko].

Wayãpi : koko.

Palikur : koko.

Français : cocotier, noix de coco.

Emplois

Chez les Créoles, l’huile extraite de la pulpe de noix de coco râpée est préparée de la façon suivante : le râpé est pressé à l’eau froide pendant les périodes de pleine lune, puis tamisé. Après un repos d’une nuit dans un pot, surnage sur le liquide une crème épaisse qui est écumée et disposée dans une marmite à feu doux : la crème « sèche » et on en extrait par pression le produit final, l’huile de coco. Cette huile, de longue conservation, est utilisée pour donner de la douceur et de la vitalité à la peau des bébés, pour faire pousser les cheveux et pour soigner les furoncles.

Chimie et pharmacologie

L’albumen liquide ou eau de coco, renferme 93,5 % d’eau, 2,1 % de glucose, 3.9 % de lévulose, 0,15 % d’inuline, 0,18 % de protéines et de faibles quantités de sels minéraux ; il peut être utilisé en cas de besoin pour remplacer le sérum physiologique dans les perfusions intraveineuses car c’est un liquide stérile, il est à peu près isotonique et sa faible teneur en graisses et en protéines n’a aucun effet nuisible sur le sang.

L’amande fraîche (albumen mûr) renferme 40,8 % d’eau, 3.5 % de protides, 39.9 % de lipides, 14,7 % de glucides, 9.9 % de cellulose et 1,1 % de cendres ; on y trouve aussi de la vitamine C, de la riboflavine et de la niacine (Kerharo et Adam, 1974).

Dans l’industrie pharmaceutique, l’huile de coco hydrogénée fournit des glycérides utilisés comme excipients pour les suppositoires. La composition chimique de la coque est proche de celle du tronc avec 26,5 % de composés phénoliques auxquels on attribue une action antifongique (Venkataraman et al, 1980).

Desmoncus macroacanthos Mart

Synonymies

Desmoncus kaieteurensis L. H. Bailey ; Desmoncus parvulus L. H. Bailey.

  • 94 D’autres Desmoncus sont sans doute confondus sous les mêmes noms vernaculaires.

Noms vernaculaires94

Créole : tiwara [ti-wara], liane awara [yann-wara],

Wayãpi : yuasita.

Palikur : ihip wahatwi, ihip puduku.

Portugais : jacitara.

Écologie, morphologie

Palmier lianescent et épineux, commun dans les clairières de la forêt et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 186, 3089.

Emplois

  • 95 Cette affirmation est peut-être à rapprocher du fait qu’une espèce voisine, Desmoncus polyacanthos (...)

Ce palmier, cité par diverses sources pour l’utilisation des tiges dans la confection de diverses vanneries (Silva et al., 1977), nous a été signalé par les Wayãpi comme légèrement toxique, les fruits provoquant dans la bouche une sensation de langue pâteuse95.

Étymologie

Créole : tiwara, c’est-à-dire « petit awara, Astrocaryum vulgare » et yann-wara, « liane awara ». Palikur : de ihip, « liane », wahatwi, « palmier awara » ou puduku, « épine ».

Desmoncus macroacanthos. Palmier liane en fruits

Desmoncus macroacanthos. Palmier liane en fruits

Euterpe oleracea Mart

Synonymie

Euterpe beardii Bailey.

Noms vernaculaires

Créole : pinot [pino] (ouest de Cayenne), wassaye [wasay], ouasseye [waséy] (est de Cayenne).

Wayãpi : wasey.

Palikur : was

Portugais : açaí, açaizero.

Écologie, morphologie

Palmier très commun, souvent en vastes peuplements monospécifiques dans les bas-fonds humides ou inondables, nommés alors pinotières.

Collection de référence

Jacquemin 2466.

Emplois

  • 96 En Guyana, les fruits de ce palmier ne sont consommés ni par les Créoles, ni par les Amérindiens (v (...)

Ce palmier recherché par toutes les populations d’Amazonie et de l’est des Guyanes96 pour ses excellents fruits comestibles dont on prépare une boisson savoureuse de couleur violacée, offre aussi quelques usages médicinaux.

  • 97 Un remède similaire est signalé chez les Noirs Marrons de Surinam (Plotkin et Balick, 1984) et chez (...)

Le « coeur » (bourgeon terminal) est utilisé par les Créoles comme cicatrisant des coupures franches : il est préparé par dessiccation, pulvérisé puis saupoudré localement, après avoir été humecté jusqu’à constituer un emplâtre qui provoque une sensation de brûlure mais est réputé très efficace. La moelle de l’extrémité du stipe, carbonisée et pulvérisée, possède des vertus identiques. Une préparation plus rapide du même remède consiste à ramollir le « cœur » à la flamme et à le tordre pour en extraire un liquide tamponné sur les blessures97. Les mêmes médications sont valables pour les chiens.

Les Wayāpi associent cette espèce à Thurnia sphaerocephala (Thurniacées) pour en faire un remède magique.

  • 98 Un usage identique des racines de Euterpe precatoria Mart. est signalé chez les Tacana (Bourdy et a (...)

Les Palikur font des graines sèches, torréfiées et pilées une tisane prise en décoction contre l’asthme et le diabète (Berton, 1997)98. Le bourgeon apical écrasé est appliqué sur les morsures de serpent : associé à un garrot confectionné des pinnules du même palmier, il constitue un remède alexitère d’urgence pour les chasseurs.

Chimie et pharmacologie

Cf. l’introduction à la famille des Arécacées pour les usages alimentaires et la composition chimique.

Euterpe oleracea. Peuplement de palmiers pinots (ou wassaye)

Euterpe oleracea. Peuplement de palmiers pinots (ou wassaye)

Manicaria saccifera Gaernt

Synonymies

Manicaria atricha Burret ; Manicaria plukenetii Griseb. ex H. Wendl.

Noms vernaculaires

Créole : toulouri [toulouri].

Wayãpi : tululi.

Palikur : tuuβan.

Portugais : buçu

Écologie, morphologie

Espèce des bas-fonds semi-inondés, limitée en Guyane à la région du bas Oyapock et du bas Approuague.

Collection de référence

Oldeman 1914.

Emplois

Ce magnifique palmier est surtout connu en Guyane comme ailleurs pour ses palmes fournissant un excellent matériau de couverture.

  • 99 Ce dernier usage est aussi connu chez les Amérindiens du nord-ouest de ia Guyana (van Andel, 2000). (...)

Dans la région du bas Oyapock, la population créole utilise l’eau contenue dans les fruits verts comme diurétique, tandis que la population brésilienne voisine utilise le même liquide comme antidiarrhéique99.

Manicaria saccifera. Fruits du palmier toulouri

Manicaria saccifera. Fruits du palmier toulouri

Mauritia flexuosa L

Noms vernaculaires

Créole : palmier bâche [bach].

Wayãpi : mɨlɨsi.

Palikur : isao.

Portugais : buriti.

Écologie, morphologie

Grand palmier des savanes et des forêts marécageuses de basse Guyane.

Emplois

Les Palikur considèrent que la pulpe comestible, obtenue par macération des fruits, est salutaire contre la diarrhée. La sève collante extraite des pétioles écrasés, appliquée localement, soulage les douleurs et les démangeaisons occasionnées par les piqûres de guêpes et de scorpion.

Manicaria flexuosa. Fruits du palmier bâche

Manicaria flexuosa. Fruits du palmier bâche

Oenocarpus bacaba Mart

Synonymie

Oenocarpus grandis Burret.

Noms vernaculaires

Créole : comou [konmou].

Wayãpi : pino.

Palikur : woki.

Portugais : bacaba, bacaba-açú.

Écologie, morphologie

Grand palmier grégaire de la forêt primaire, parfois protégé dans la région littorale.

Collection de référence

De Granville 3444.

Emplois

  • 100 En Amazonie, on prépare un jus très similaire avec les fruits d’une espèce affine, Oenocarpus batau (...)

La pulpe triturée des fruits échaudés et étendue d’eau donne, par filtrage, une boisson très appréciée des Amérindiens et des Créoles de Guyane100, mais selon les principes de la médecine créole, la consommation de ce liquide, en raison de sa consistance et de sa couleur chocolat, est contreindiquée en cas d’hypertension car elle donnerait trop de sang.

  • 101 Un usage similaire a été noté pour les jeunes pieds chez les Waimiri Atroari (Milliken et al., 1992 (...)

Les Créoles utilisent le « cœur » de ce palmier comme cicatrisant, de la même façon que celui d’Euterpe oleracea (cf. supra)101.

Étymologie

Créole : comou vient du kali na, kumu. désignant la même espèce

Chimie et pharmacologie

Cf. l’introduction à la famille des Arécacées pour les usages alimentaires et la composition chimique

Oenocarpus bataua Mart

Synonymie

Jessenia balaua (Mart.) Burret ssp. bataua.

Noms vernaculaires

Créole : patawa.

Wayãpi : patawa.

Palikur : patau.

Portugais : patauá.

Écologie, morphologie

Grand palmier des bas-fonds humides, présent à l’est de la Guyane.

Emplois

Les Palikur extraient une huile de la pulpe des fruits. Celle-ci adoucit la peau et empêche la formation des rides.

Chimie et pharmacologie

Cf. l’introduction à la famille des Arécacées pour les usages alimentaires et la composition chimique.

Oenocarpus bataua. Fruits du palmier patawa

Oenocarpus bataua. Fruits du palmier patawa

Socratea exorrhiza (Mart.) H. Wendl

Synonymies

Iriartea exorrhiza Mart. ; Socratea albolineata Steyerm. ; Socratea microchlamys Burret.

Noms vernaculaires

Créole : awara monpé [wara-monpè] (actuel), parépou diable [parépou-djab] (Aublet, 1775) (vieilli).

Wayãpi : pasi’i.

Palikur : pup

Portugais : paxiúba.

Écologie, morphologie

Palmier commun en forêt primaire humide et en végétation ripicole.

Collection de référence

Kahn et de Granville 5412.

Socratea exorrhiza. Racines aériennes épineuses de l’awara monpé

Socratea exorrhiza. Racines aériennes épineuses de l’awara monpé

Emplois

Ce grand palmier de vaste répartition est surtout connu pour la dureté de son stipe et souvent remarqué pour ses racines aériennes épineuses.

  • 102 Curieusement on retrouve chez les Tacana une indication proche, mais pour allonger la taille... du (...)

Les Wayãpi soulignent le caractère corrosif de la sève des racines et précisent que leurs anciens ennemis, les tapɨɨy (ou Namikwan dans les textes anciens) agrandissaient volontairement le lobe perforé de leurs oreilles avec des fragments de racine102 Chez les Palikur, les fruits, en vérité bien trop coriaces pour être mangés, sont considérés comme toxiques.

  • 103 Selon Plotkin et Balick (1984), la sève exsudant des racines entaillées est indiquée comme irritant (...)

Une intéressante technique de chasse consiste à garnir les terriers de pécaris à collier (Tayassu tajacu) avec les fruits de ce palmier ou des fragments de racine aérienne pour les empoisonner103.

Par ailleurs, et a contrario de l’indication donnée par les Wayāpi, ils utilisent des emplâtres du stipe gratté pour cicatriser l’ombilic du nouveau-né.

Étymologie

Créole : awara monpé, de awara, « palmier, Astrocaryum vulgare » et monpé, de « mon père », nom donné aux religieux missionnaires en Guyane. La raison nous en est inconnue.

Wayàpi : pasi’i, « plancher » en raison de l’utilisation du stipe pour faire des lattes de plancher.

Socratea exorrhiza. Awara monpé

Socratea exorrhiza. Awara monpé

Syagrus inajai (Spruce) Beccari

Noms vernaculaires

Créole : feuille chasseur [féy-chasèr] (forme de jeunesse).

Wayãpi : yata’ɨ (forme adulte), malaliapulo (forme de jeunesse).

Palikur : kwip (forme adulte), mahayapna (forme de jeunesse).

Portugais : pupunha-de-porco, jatá.

Écologie, morphologie

  • 104 Ce palmier présente la particularité de garder assez tardivement dans l’âge adulte les palmes entiè (...)

Palmier élancé assez commun de la forêt primaire et des forêts secondaires anciennes104.

Collections de référence

De Granville et Burgot 5242 ; Moretti 1152.

Emplois

Les Palikur utilisent les pneumatophores des pieds adultes comme remède contre la rougeole. Ils les coupent en petits morceaux et en préparent une décoction qui est bue froide, matin, midi et soir pendant la durée de la maladie.

Le remède « rafraîchit » le corps et agit sur les démangeaisons causées par l’éruption.

Avec les graines, on fabrique une huile ointe sur les boutons dus à la rougeole afin qu’ils ne laissent pas de cicatrices.

Étymologie

Créole « feuille du chasseur », car les jeunes palmes servent à protéger le chasseur et surtout son fusil en cas d’averse.

Famille Aristolochiaceae

Les populations de Guyane confondent en général les diverses Aristolochia, à l’exception d’Aristolochia trilobata, ce qui retentit sur les usages médicinaux propres à chaque ethnie, les espèces étant utilisées indifféremment. Tout au plus l’usage de telle ou telle espèce est-il répandu dans une région donnée en raison de son abondance. Cela est dû au fait que les Aristolochia forment un genre très homogène caractérisé par leurs fleurs bizarres, leurs tiges subérisées et une odeur très forte pratiquement identique pour toutes les espèces.

Dans les pays hispanophones d’Amérique du Sud, on donne le nom de guaco à plusieurs espèces de cette famille, à côté d’autres espèces appartement à la famille des Asteracées notamment du genre Mikania ; guaco désigne dans ces pays des plantes réputées alexitères (Planchon, 1891).

Sur le plan chimique, cette famille se caractérise par la présence assez générale d’acide aristolochique (Munavalli et Viel, 1969). Ce phénanthrène nitré a fait l’objet de nombreuses études pour ses propriétés antitumorales (Kupchan et Merianos, 1968 ; Moretti et al., 1979). Les recherches menées dans cette voie ont été abandonnées en raison de sa trop forte toxicité. Le composé agit aussi comme anti-inflammatoire, stimulant l’activité phagocytaire et cette propriété lui vaut d’être inscrit depuis peu dans plusieurs pharmacopées. Pakrasi et Shala (1978) ont montré qu’un dérivé de l’acide aristolochique, isolé de Aristolochia indica, possédait une action anti-œtrogénique et « anti-implantation » sur le rat à la dose de 50 mg/kg.

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a attiré l’attention sur les risques encourus par l’absorption de médicaments contenant de l’acide aristolochique :

le risque de développer un cancer des voies urinaires a été mis en évidence chez les patients ayant développé une insuffisance rénale sévère après avoir été exposés à Aristolochia fangchi.

des cas d’atteinte rénale ont été rapportés en Allemagne et au Royaume-Uni, suite à la substitution accidentelle d’autres plantes par Aristolochia fangchi. Plusieurs cas ont été rapportés de patients ayant consommé dans les années 1989-1992 des préparations contaminées par cette espèce, de nombreux remèdes à base de plantes pouvant être « falsifiés » par introduction, volontaire ou nom, d’acide aristolochique.

Toutes les Aristolochiacées sont plus ou moins aromatiques et toutes les espèces appartenant au genre Aristolochia renferment des huiles essentielles. Ces dernières sont composées de dérivés phénylpropanes (asarone, élémicine, safrol, méthyleugénol, eugénol), de monoterpènes, dont les plus fréquents sont le pinère, le bornéol et des sesquiterpènes.

Aristolochia spp

Noms vernaculaires

  • 105 Aux Antilles, on appelle aussi liane amère une espèce du genre Aristolochia : A. constricta Griseb. (...)

Créole : liane amère [yann-anmè]105.

Wayãpi : ulu’ay. uluwu’ay.

  • 106 Les Palikur désignent aussi sous le même nom de bukuti une espèce cultivée et introduite chez eux d (...)

Palikur : bukuti106.

Portugais : jarrinha, urubu-caà.

Écologie, morphologie

Liane de la forêt primaire et des vieilles forêts secondaires.

Collections de référence

Cf. note3.

Emplois

  • 107 Les espèces les plus utilisées sont, pour les Créoles et les Palikur, Aristolochia leprieurii Duch. (...)
  • 108 Des usages identiques sont signalés au Venezuela pour Aristolochia maxima Jacqu. (Delascio Chitty, (...)

Plusieurs espèces d’Aristolochia forestières sont utilisées par les populations de Guyane107. Ces lianes sont réputées comme fébrifuge et antidiabétique chez les Créoles de la région de Saint-Georges108. Ailleurs, à Cayenne et à Sinnamary, elles sont remplacées, sous le même nom vernaculaire de liane amère, par une espèce d’une autre famille (cf. Tinospora crispa, Ménispermacées).

Chez les Wayãpi, la décoction ou la macération de l’écorce ou de la tige est très fréquemment utilisée comme antidiarrhéique. En une prise par jour, le traitement est poursuivi jusqu’à cessation des symptômes.

  • 109 L’usage contre la diarrhée, les maux d’estomac et les affections du foie est aussi signalé pour Ari (...)

Chez les Palikur, la décoction des tiges est un remède contre le mal de coeur, probablement identique au vent (cf. 2e partie), contre le mal de foie et, selon Hay (1998), pour soulager les effets de la fatigue. Un morceau de liane d’une dizaine de centimètres et une poignée de feuilles de Ayapana triplinervis (Asteracées) sont bouillis dans l’eau jusqu’à l’obtention d’une couleur rougeâtre. Le liquide, laissé à reposer, est bu froid (car chaud, il est émétique) trois fois par jour à raison d’un demi-verre pour un adulte et de deux petites cuillères pour un enfant. Ce remède est aussi utilisé dans le cas de fièvres paludéennes en association ou non avec Ayapana triplinervis. La même préparation, faite avec la seule liane, est aussi prise comme antidiarrhéique et comme antinauséeux. Pour un dernier usage, cf. aussi Geissospermum laeve (Apocynacées)109.

Étymologie

Créole : liane amère, se réfère à l’amertume des remèdes préparés avec les tiges. Wayãpi : uluwu’ay, de uluwu, « vautour pape (Sarcoramphus papa) » et ay, « jabot du vautour », évoquant la forme baroque de la fleur. Palikur : bukuti, signifie également « iule » ; les Palikur comparent l’odeur de la plante à celle de ce myriapode.

Chimie et pharmacologie

Un essai préliminaire sur un échantillon de Aristolochia stahelii (Moretti, 1979, non publié), nous a permis de mettre en évidence la présence d’acide aristolochique dans les écorces de tige, par comparaison avec un échantillon témoin.

Feuilles, tiges et fruit de Aristolochia leprieurii

Feuilles, tiges et fruit de Aristolochia leprieurii

Aristolochia leprieurii. Feuilles et fleur d’une liane amère

Aristolochia leprieurii. Feuilles et fleur d’une liane amère

L’acide aristolochique donne avec la réaction de Liebermann une belle couleur mauve. Pour les propriétés biologiques de l’acide aristolochique, se reporter à l’introduction sur la famille.

Aristolochia stahelii. Fleurs d’une liane amère avec sa grosse tige à crêtes liégeuses enroulée autour d’un tronc. Fleurs de Aristolochia stahelii

Aristolochia stahelii. Fleurs d’une liane amère avec sa grosse tige à crêtes liégeuses enroulée autour d’un tronc. Fleurs de Aristolochia stahelii

Aristolochia trilobata L.

Noms vernaculaires

Créole : trèfle [trèf]. liane trèfle [yann-trèf], feuille trèfle [féy-trèf].

Wayãpi : —

Palikur : —

Créole antillais : trèfle caraïbe

Portugais : jarrinha, urubu-caâ.

Écologie, morphologie

Liane fréquente en milieu ouvert, elle est souvent entretenue dans les jardins de case.

Collections de référence

Berton 190 ; Moretti 104, 993 ; Prévost 3850.

Emplois

  • 110 Berton (1997) a pu constater que ce remède avait été adopté par les Palikur.
  • 111 Pour les propriétés alexitères, se reporter à la note introductive sur cette famille.

En Guyane, cette espèce ne semble connue que de la population créole110 qui lui reconnaît des propriétés alexitères : le broyat de feuille est appliqué sur les piqûres d’insecte et les morsures de serpent111. L’infusion des feuilles se prend pour soigner les troubles hépatiques, le diabète et comme antipaludique.

À noter que les Créoles préparent les mêmes remèdes avec la chenille du genre Parides qui parasite la fleur de cette espèce ; celle-ci est mise à macérer dans du rhum.

Étymologie

Créole : la comparaison avec le trèfle fait référence à la forme lobée de la feuille.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Aristolochia trilobata. Fleurs et feuilles de la liane trèfle

Aristolochia trilobata. Fleurs et feuilles de la liane trèfle

Famille Asclepiadaceae

Asclepias curassavica L.

Noms vernaculaires

Créole : codio [kodjo], crodio [krodjo], cadrio.

  • 112 Les racines étaient autrefois réputées en Amérique centrale comme expectorantes et émétiques. À ce (...)

Créole antillais : bouquet soldat, ipeca nègre (Heckel, 1897)112.

Wayãpi : —

Palikur : iutak βey.

Portugais : oficial-de-sala, suspiro.

Écologie, morphologie

Plante rudérale abondante, reconnaissable à ses fleurs orange vif et au latex qui exsude de toutes ses parties.

Collections de référence

Grenand 1880 ; Moretti 736 ; Prévost 3843.

Emplois

Chez les Créoles, le latex de cette plante considéré comme toxique est employé comme analgésique dentaire.

On l’applique directement sur la dent douloureuse au moyen d’un coton.

  • 113 Cette plante semble également d’un usage médicinal très commun parmi les populations métissées d’Am (...)

Les Palikur préparent, avec les racines en macération, ou encore les parties aériennes en décoction, un collyre contre les infections des yeux113.

Étymologie

Créole : le mot codio semble d’origine africaine. Dans les Caraïbes anglophones, ko-jo bush s’applique à Petiveria alliacea L. (Phytolaccacées) ; Allsopp (1996) indique que ko-jo vient de kodzo, qui dans plusieurs langues du Ghana, est un prénom masculin donné aux enfants nés un lundi.

Palikur : de iutak, « oeil » et βey « remède », « remède pour les yeux ». Le nom renvoie à l’utilisation médicinale.

Chimie et pharmacologie

Les feuilles renferment des polyphénols, dérivés de la quercétine et du kaempférol. Les racines renferment des cardénolides dont les aglycones sont : uzarigénine, corotoxigénine, coroglaucigénine, asclépogénine, curassavogénine, ascurogénine. De l’asclépine a été trouvée dans cette espèce récoltée aux Indes ; les racines ont une action digitalique (Hocking, 1976). Le latex renferme plus de cardénolides que les autres parties de la plante, principalement des dérivés de la calotropogénine (Seiber et al. 1982).

Asclepias curassavica. Inflorescence (boutons et fleurs) de codio

Asclepias curassavica. Inflorescence (boutons et fleurs) de codio

Matelea grenandii Morillo

Nom vernaculaire

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : wayaus uβey.

Écologie, morphologie

Liane fine propre à la végétation ripicole récemment décrite par G. N. Morillo.

Collections de référence

Grenand 2117 ; Lescure 813.

Emplois

Les Palikur utilisent le latex blanc ou la feuille séchée pour éloigner les importuns, circonvenir leurs ennemis ou favoriser le négoce. Un peu de poudre dans une boisson offerte ou du latex frotté sur la paume de la main constituent l’administration la plus commune.

La cervelle ou la graisse de dauphin sont parfois mélangées à la préparation (cf. étym. infra).

Étymologie

Palikur : de wayaus, « dauphin, Sotalia fluviatilis » et βey, « remède », car le dauphin est considéré par les Palikur comme un magicien aux pouvoirs puissants.

Famille Asteraceae

Représentées essentiellement par des lianes fines et des espèces herbacées ou arbustives, les Asteracées, croissant surtout dans les zones ouvertes, occupent une place de premier rang dans la pharmacopée créole.

C’est avec les nombreuses plantes rudérales de cette famille que le Guyanais prépare ses tisanes habituelles, tout comme le paysan antillais ou le Caboclo amazonien (Bougerol, 1976, 1978 ; Furtado et al., 1978).

En revanche, à l’exception des genres Clibadium, Mikania et Wulffia, elles ne semblent guère avoir retenu l’attention des Améridiens et chez les Palikur, où leur présence dans la pharamacopée n’est pas négligeable, il semble s’agir souvent d’emprunts aux Créoles.

Quoi qu’il en soit, les recettes sont nombreuses et variées et il est difficile de dégager pour chaque plante une action thérapeutique spécifique. Les plantes rudérales, les radiés comme on appelle ici les herbes des chemins, ont de vastes aires de répartition géographique et elles ont fait l’objet de nombreuses études, sans qu’il soit possible bien souvent de rattacher leurs propriétés à des groupes chimiques définis. Les plantes de cette famille renferment fréquemment des huiles essentielles, des terpènes et des alcaloïdes. Cependant, les travaux récents mettent en lumière deux types de constituants chimiques qui semblent caractéristiques des Asteracées :

Des dérivés polyacétyléniques qui présentent des propriétés piscicides, bactériostatiques directes et par induction lumineuse (phototoxicité) ; ces produits seraient aussi allergènes et responsables de nombreuses dermatoses de contact ou de photodermatoses (Towers et al., 1977 ; Rodriguez et al., 1975).

L’autre groupe de constituants, assez fréquents dans cette famille, consiste en terpènes et sesquiterpènes lactoniques du groupe des germanocranolides, guaianolides, pseudoguaianolides et élemanolides. Ces produits très étudiés par Bohlmann et al. (1982) ont retenu l’attention des chercheurs pour activité cytotoxique. C’est à ces composés que l’on doit souvent l’amertume des plantes de cette famille ; ces principes amers peuvent aussi provoquer des allergies de contact et sont à l’origine de nombreuses dermatites humaines (Watt et al., 1980).

Ageratum conyzoides L.

Noms vernaculaires

Créole radié François [radjé-franswa]

Wayãpi —

Palikur : kahauyupnã.

Créole antillais herbe à pisser

Portugais catinga-de-bode.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune. C’est une plante envahissante des cultures dans de nombreux pays tropicaux.

Collections de référence

Kodjoed 97 ; Moretti 914 ; Sauvain 780 ; Prévost 3908.

Emplois

Avec les feuilles riches en mucilage, les Créoles confectionnent des petites boulettes à mâcher ; le jus ainsi obtenu calme les maux de gorge.

Une décoction bien concentrée des feuilles tue les chiques. Enfin, la tisane préparée avec les parties aériennes est fortement diurétique et antidiarrhéique.

Étymologie

Palikur : kahauyupnâ, de kahawi, « mousseux » et pna, « feuille », « la feuille qui mousse » ; on peut se servir des feuilles pour nettoyer la vaisselle.

Chimie et pharmacologie

Cette plante a fait l’objet de nombreuses études. L’huile essentielle est riche en esters phénoliques dérivés de la coumarine. Nous n’avons pas confirmé la présence d’acide cyanhydrique. Elle aurait des propriétés anthelmintiques (Bouquet et Debray, 1974). Cette espèce renferme des flavonoïdes méthylés et des dérivés de la friedeline, du sitostérol, du stigmastérol, du dotriacontène et des flavones. Les feuilles seraient cicatrisantes et antibactériennes (Bezanger-Beauquesne, 1981).

Ageratum conyzoides. Radié François en fleur

Ageratum conyzoides. Radié François en fleur

Les propriétés anti-inflammatoires dans le traitement de l’arthrite ont été confirmées par des essais cliniques menés avec la plante fraîche (Gupta, 1995).

Ayapana triplinervis (Vahl) R. King et H. Robinson

Synonymies

Eupatorium ayapana Vent. Eupatorium triplinerve Vahl

Noms vernaculaires

Créole : aiapana, diapana djapana, djapanna], thé de l’Amazone (vieilli).

Wayãpi : —

Palikur : yaβan.

Portugais japana

Écologie, morphologie

Plante semi-domestiquée de taille moyenne assez commune, reconnaissable à ses nervures longuement étirées de la base au sommet et à sa coloration lie de vin.

Collections de référence

Grenand 1618 ; Jacquemin 1482, 1637 ; Prévost 1368.

Emplois

Il s’agit là d’une espèce très réputée en Amérique tropicale pour les vertus médicinales, parfois contradictoires, qui lui sont attribuées.

Elle est employée en médecine créole à des fins très diverses : la tisane des feuilles est fébrifuge, sudorifique et antigrippale. Visant les mêmes buts, elle peut être associée à des feuilles de chardon béni (Eryngium foetidum, Apiacées), un peu de sel et du rhum.

Elle est dite vomitive à forte dose, laxative à dose plus faible.

Cette espèce est aussi un alexitère réputé qui se prend de deux façons : soit les parties aériennes sont mises à macérer dans du rhum, soit on en prépare une décoction concentrée, provoquant une intense transpiration. Des cataplasmes de tyo-tyo (Astrocaryum vulgare, Arecacées) imprégnés de cette décoction peuvent être par ailleurs appliqués sur la morsure.

Hay (1998) précise que cette espèce peut être parfois préparée avec d’autres plantes alexitères telles que Dracontium polyphyllum (Aracées), Mikania guaco (Asteracées) et Psychotria ulviformis (Rubiacées).

Ayapana triplinervis. Feuilles et tiges rouges de diapana

Ayapana triplinervis. Feuilles et tiges rouges de diapana

Ce même remède est aussi utilisé pour soigner les morsures d’araignée.

Chez les Palikur, la plante entière préparée en décoction buvable est un antivomitif, en particulier utilisé dans les cas de nausées liées aux fièvres palustres.

  • 114 Au Brésil, les feuilles sont utilisées soit seules, en décoction bue contre la grippe, soit en asso (...)

Une décoction préparée avec des fragments de tige et les feuilles de Petiveria alliacea (Phytolaccacées) et Aristolochia stahelii (Aristolochiacées) est bue pour ses effets carminatifs114.

Les Créoles comme les Palikur distinguent une variété rouge et une variété blanche.

Étymologie

Créole et portugais : d’une langue de la famille arawak ; cf. arawak proprement dit : bana, « feuille » (De Goeje, 1928) ou Palikur : aβan, « feuille ».

Palikur : de y, « ? » et aβan, « feuille, plante ».

Bien que Ducke (1946) suggère pour cette plante une origine péruvienne, de tels noms apparentés à un terme de base aussi général que « feuille » semblent militer pour l’origine amazonienne de sa semi-domestication.

Chimie et pharmacologie

L’huile essentielle des feuilles est riche en bornéol et recèle Lester méthylique de la thymohydroquinone. Le bornéol est antiseptique et spasmolytique. La plante possède aussi des coumarines (méthylène dioxy 6, 7 coumarine) ayant une action hémostatique prononcée (Bose et Sarkar, 1937 ; Bose et Sen, 1941). Le genre renferme des alcaloïdes pyrrolidiniques, des sesquiterpènes lactoniques dont certains présentent une activité anticancéreuse (Stricher in Wagner et Wolff, 1977 ; Paris et Moyse, III, 1971).

Cette plante médicinale est ou fut inscrite dans plusieurs pharmocopées en France, en Inde et dans les registres des drogues végétales du Japon et de Suisse.

Bidens cynapiifolia Kunth

Synonymie

Bidens bipinnala L. var. cynapiifolia (Kunth) M. Gômez.

Noms vernaculaires

Créole : herbe aiguille, zerb zaiguille [zèb-zégwi], persil diable [persi-djab], radié aiguille [radjé-zégwi],

Wayãpi : tasiasiay.

Palikur : anii akig.

Portugais : carrapicho-de-agulha.

Écologie, morphologie

Plante herbacée rudérale, très commune.

Collections de référence

Berton 184 ; Grenand 33, 1607 ; Jacquemin 1642 ; Moretti 483.

Emplois

Les Créoles utilisent abondamment cette espèce, surtout pour ses propriétés hypotensives. La décoction de la plante entière additionnée de sel est recommandée comme préventif de la congestion chez les personnes au tempérament « sanguin ». Cette tisane est contre-indiquée aux femmes enceintes. Cette thérapeutique doit être interprétée en tenant compte des concepts médicaux propres à la médecine créole centrés sur l’opposition entre le chaud et le froid (cf. page 44). La plante entière pilée avec un peu de sel est un antalgique appliqué sur les fronts douloureux. L’infusion serait antidiarrhéique, tandis que le jus exprimé des feuilles écrasées est un antiseptique et un cicatrisant des plaies.

Chez les Palikur, on retrouve l’usage cicatrisant des feuilles sur les blessures bénignes ; en emplâtre, elles servent à ressouder les fractures des oiseaux nouvellement capturés que l’on veut domestiquer. Une autre préparation plus complexe est utilisée contre la maladie nommée sikgep (ou blesse en créole) : on pile ensemble un pied entier dp Bidens, une jeune pousse du bambou iwiβira (Bambusa vulgaris, Poacées), quelques feuilles d’Apeiba tibourbon (Tiliacées) et des jeunes pousses de Dieffenbachia seguine (Aracées).

  • 115 Wong (1976) signale qu’à Trinidad, la tisane de cette plante est utilisée contre la fièvre et que l (...)

Le tout est mis à tiédir avec un peu d’eau et appliqué brièvement sur l’emplacement du mal. Cette préparation, considérée comme très efficace, ne peut être supportée longuement car elle provoque une démangeaison115.

Bidens cynapiifolia. Fleurs de zerb zaiguille

Bidens cynapiifolia. Fleurs de zerb zaiguille

Étymologie

La plupart des noms vernaculaires font référence aux akènes se terminant par un cil en crochet.

Créole : zerb zaiguille, « herbe à aiguille ». Wayãpi : tasiasiay, « l’accrocheuse ». Palikur : ami akig, de anii, « anophèle » et akig, « dard », « dard d’anophèle ».

Chimie et pharmacologie

Dans le genre Bidens, les pigments jaunes qui colorent la corolle des fleurs appartiennent au groupe des chalcones et des aurones (Heywood et ai, 1977). D’après Nickell (1959), les feuilles et les tiges présentent une activité antimicrobienne sur les bactéries gram+ et les levures.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Bidens pilosa L.

Synonymie

Bidens leucantha (L.) Willd.

Noms vernaculaires

Cf. espèce précédente.

Écologie, morphologie

Cette espèce commune partout ailleurs n’a été rencontrée en Guyane que sur les inselbergs et les « savanes roches ».

Collection de référence

De Granville 2539.

Emplois

Cette espèce, plus rare que la précédente, est strictement confondue avec Bidens cynapiifolia.

Chimie et pharmacologie

L’espèce Bidens pilosa que l’on rencontre dans tout le monde tropical, dont les Antilles françaises, renferme des flavonoïdes, des composés polyacétyléniques (assez fréquents dans cette famille) et manifeste une activité bactériostatique photosensibilisatrice (cf. introduction sur les Astéracées).

Un dérivé polyacétylénique, la phényl-heptatriyne, a été identifié dans cette espèce. Ce composé possède une activité anthelmintique in vitro significative. Son action sur les protozoaires in vitro et in vivo est moins marquée (N’Dounga et al., 1983).

Chromolaena odorata (L.) R. King et H. Robinson

Synonymies

Eupatorium conyzoides Vahl. ; Eupatorium odoratum L.

Noms vernaculaires

  • 116 Ce nom créole est aussi donné à Hyptis verticillata Jacq. une Lamiacée utilisée en infusion pectora (...)

Créole : radié maringouin [radjémarengwen]116.

Wayãpi : panã kawa.

Palikur : katumat.

Créole antillais : fleurit Noël [fléri-nwèl].

Portugais : cravinho-do-mato.

Écologie, morphologie

Grande herbe commune en végétation rudérale et comme adventice dans les nouvelles plantations. Les feuilles froissées dégagent une forte odeur de tomate.

Collections de référence

Grenand 31,2116 ; Jacquemin 2825 ; Lescure 290 ; Prévost 3624.

Emplois

Les Créoles font entrer cette espèce dans un remède pour soigner la blesse.

Ses feuilles ainsi que celles de safra (Cucurma longa, Zingibéracées), de vénéré (Siparuna guianensis. Monimiacées), de cramentin (Justicia pectoralis, Acanthacées) et de diapana (Ayapana triplinervis, Astéracées) sont préparées en une tisane sucrée. Additionnée à chaque prise de trois gouttes d’arnica, elle est consommée en traitement de longue durée. Dans la région de Matoury, la sève extraite de la plante pilée est donnée à boire, additionnée de sel, aux poules malades.

Les Wayãpi affirment que cette espèce aurait des propriétés ichtyotoxiques, cependant plus faibles que celles de Clibadium sylvestre (cf. infra).

Chez les Palikur, cette plante est utilisée en association comme émollient pour extraire les chicots cassés dans les plaies.

Le bas des tiges et les racines d’un pied sont pilés avec la pulpe d’un jeune bois canon (Cecropia obtusa. Cécropiacées) et une graine de cacao (Theobroma cacao, Sterculiacées). Le tout est malaxé avec de l’huile de carapa (Carapa spp., Méliacées) et appliqué localement en emplâtre.

  • 117 À Trinidad, d’après Wong (1976), la tisane de feuilles est bue contre le rhume, la grippe et la fiè (...)

Le traitement est répété quotidiennement jusqu’à ce que le chicot sorte117.

Chimie et pharmacologie

D’après Jones et Earle (1966), les graines de cette espèce sont oléagineuses et renferment des alcaloïdes. Bose et ai (1973) ont trouvé dans les feuilles de l’alcool cérylique, du sitostérol, des acides aromatiques, une flavanone, l’isosakuranetine et une chalcone originale, l’odoratine. Talapatra et al (1974) ont complété cet inventaire en signalant la présence d’huile essentielle contenant un alcool sesquiterpénique, l’eupatol et de l’acide anisique. Ces auteurs ont également trouvé dans la plante entière deux alcools triterpéniques : le lupéol et la β-amyrine ainsi qu’une flavone assez rare, la salvigénine.

Des extraits de feuilles ont montré une activité antimicrobienne contre Escherichia coli, Bacillus subtilis et Staphylococcus aureus (Longuefosse, 1995). Cependant certains travaux tendent aussi à montrer que l’extrait éthanolique de feuilles (80 %) aussi bien que la teinture ne présentent aucune activité in vitro sur différents agents pathogènes (Robineau et ai, 1999).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Chromolaena odorata. Inflorescence de radié maringouin

Chromolaena odorata. Inflorescence de radié maringouin

Clibadium surinamense L.

Synonymie

Baillieria aspera Aublet

Noms vernaculaires

Créole : topa blanc [topa-blan], counami bâtard.

Wayãpi : —

Palikur : tupa kamwi.

Écologie, morphologie

Arbrisseau poussant à l’état sauvage dans les zones profondément secondarisées.

Collections de référence

Grenand 1810 ; Kodjoed 13.

Emplois

Même usage que l’espèce suivante.

En Guyane, elle est jugée peu efficace comme poison de pêche.

Chimie et pharmacologie

Pour la composition chimique, cf. infra, Clibadium sylvestre.

Clibadium sylvestre (Aubl.) Baillon

Synonymie

Baillieria sylvestris Aublet.

Noms vernaculaires

  • 118 Le terme à la fois tupi et karib de kunami (variantes cunambi, konami...) est usité en Guyane franç (...)

Créole : topa (topa], topa noir, [topa-nwé], counami [kounanmi]118.

Wayãpi : kunami,

Palikur : tupa, imayumetni.

Kali’na : kuna : mi.

Écologie, morphologie

Cet arbuste est rencontré uniquement en culture et exige des sols riches en humus.

Collections de référence

Grenand 23 ; Jacquemin 1421.

Lescure 103 ; Moretti 896 ; Prévost et Sabatier 4142.

Emplois

Chez les Wayàpi. les kunami sont associés à des techniques de pêche variées.

La préparation la plus courante est celle du topa qui consiste à pétrir un appât empoisonné, en mélangeant les feuilles et surtout les graines pilées de Clibadium avec des cendres de gourde (Lagenaria siceraria, Cucurbitacées) ou de roseau à flèche (Gynérium sagittatum, Poacées) qui rendent l’appât semi-flottant ; la partie comestible est assurée par de la farine de manioc et (ou) des larves de guêpes. L’appât est jeté dans les remous et vise surtout à la capture des carpes (Leporinus spp.). L’effet est assez lent et très souvent les premiers poissons consommateurs ne flottent que vingt minutes après le jet des boulettes. Après avoir fait des bonds désordonnés, les poissons se laissent couler. Associé à la pêche à l’arc, le topa permet la visite, en une seule journée, de nombreux sites de pêche.

En dehors de ces techniques spéciales, les kunami, aussi bien Clibadium que Phyllanthus (Euphorbiacées), sont utilisés pour empoisonner les petits ruisseaux après avoir été battus ou broyés au pilon, jusqu’à faire une bouillie que l’on mélange à de la glaise. Elles ne permettent en pratique que la capture de quelques kilogrammes de petits poissons.

Clibadium sylvestre. Fruits ichtyotoxiques de topa noir (ou counami)

Clibadium sylvestre. Fruits ichtyotoxiques de topa noir (ou counami)

Étymologie

Palikur : imayumetni, de im, « poisson » et etni, « sa possession », « ce qui appartient au poisson ».

Chimie et pharmacologie

Les principes actifs de ces espèces sont caractéristiques de la famille des Astéracées. Ce sont des dérivés polyacétyléniques du type ichtyotheréol (Czerson et al, 1979). Ces composés auraient une activité neurotoxique très marquée.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Cyanthillium cinereum (L.) H. Robinson

Synonymies

Conyza cinerea L. ; Vernonia cinerea (L.) Lessing.

Noms vernaculaires

Créole : radié albumine [radjé-albimin], vingt quatre heures [vennkatrèr].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante herbacée rudérale commune dans la région côtière.

Collections de référence

Jacquemin 2478 ; Kodjoed 10 ; Prévost 4105.

Emplois

  • 119 Les Créoles de Saül utilisent également les feuilles pilées additionnées de sel et humectées de taf (...)

Les Créoles préparent une infusion avec cette plante en jetant une poignée de feuilles et une égale quantité de bourgeons de gros verveine (Stachytarpheta jamaicensis, Verbénacées) dans un litre d’eau bouillante. On boit la tisane obtenue tous les jours pendant une semaine pour lutter contre l’albuminurie119.

Étymologie

Créole : radié, « herbe, petite plante » et albumine. Le nom de la plante renvoie au traitement de cette affection.

Chimie et pharmacologie

D’après Rao (1962), on note la présence dans la plante entière de quatre triterpènes β-amyrine, acétate de β-amyrine, lupéol, acétate de lupéol, et de trois stérols : α-spinastérol, α-sitostérol et stigmastérol. D’après Heywood et al. (1977), le stigmastérol soulage les contractures.

La plante renferme aussi de la lutéoline 7-glucoside. L’huile contenue dans les graines est à base d’acide vernolique ; les racines renferment un dérivé acétylénique, la pentaynène.

D’après Watt et al. (1980), on trouve de l’acide cyanhydrique dans la plante entière. Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Eclipta prostata (L.) L.

Synonymies

Eclipta alba (L.) Hassk. ; Verbesina prostrata L ; Verbesina alba L.

Noms vernaculaires

Créole : langue poule [lang-poul].

Wayãpi : —

Palikur : —

Créole antillais zerb à l’encre, zerb annuelle.

Écologie, morphologie

Mauvaise herbe annuelle, commune dans la plupart des pays tropicaux, en zone rudérale.

Collections de référence

Jacquemin 2225 ; Prévost 3871,

Emplois

  • 120 Des usages différents sont signalés au Brésil où la plante est utilisée comme antiasthmatique et dé (...)

La décoction des parties aériennes de la plante constitue pour les Créoles un breuvage très efficace contre l’albuminurie. Le broyat des feuilles est frictionné sur la peau des enfants pour faire disparaître les taches de pigmentation120.

Chimie et pharmacologie

D’après Heywood et al. (1977), les parties aériennes renferment 0,05 % de nicotine. Bhargava et al. (1972) ont isolé des feuilles 3 isoflavonoïdes : la wedelolactone, la déméthylwedelolactone et son glucoside. Dans ces organes, on a également trouvé un stérol à la dose de 0,025 %, le stigmastérol qui est actif contre les contractures (Karrer, supplément II, 1981). Les propriétés hépato-protectrices de cette plante ont été vérifiées (Wagner et al. 1986 ; Melo et al.. 1990).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Eclipta prostata. Capitules floraux de langue poule

Eclipta prostata. Capitules floraux de langue poule

Elephantopus mollis Kunth

Synonymies

Elephantopus scaber L. var. tomentosus Sch. Bip. ex Baker ; Elephantopus tomentosus L.

Noms vernaculaires

Créole : langue de boeuf [lang-béf], verveine blanc [vervenn-blan].

Wayãpi : —

Palikur : pak anen.

Aluku : man kuantu.

Portugais : h’ngua-de-vaca.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale et praticole très commune.

Collections de référence

Berton 202 ; Grenand 1592 ; Prévost 3335.

Emplois

  • 121 Chez les Brésiliens du Para, cette plante, en association avec le cumin (Cuminum cyminum L.), est u (...)

Chez les Créoles et les Palikur, la décoction de cette petite herbe est appliquée sur les échauffis (mycoses). Chez les Créoles, la décoction, frottée sur les tétons des seins, sert à sevrer les enfants. Les Palikur l’associent parfois pour le même usage à Caryocar microcarpum (Caryocaracées)121.

Étymologie

En dehors de l’aluku, tous les noms vernaculaires cités ci-dessus signifient « langue de boeuf » et se réfèrent à la forme et à l’aspérité des feuilles.

Chimie et pharmacologie

Cette espèce renferme un sesquiterpène lactone antitumoral, la déoxyéléphantopine (Lee et al, 1975).

Elephantopus mollis. Jeune pied de langue de bœuf en fleur

Elephantopus mollis. Jeune pied de langue de bœuf en fleur

Emilia sonchifolia (L.) DC. ex Wight

Synonymie

Cacalia sonchifolia L.

Noms vernaculaires

Créole : salade madame Hector [salad-madanm-ektò], taba taba [tabataba].

Wayãpi : teyu petɨ.

Palikur : katumat.

Portugais : algodão-do-preá.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale très commune près des habitations et adventice des nouveaux brûlis.

Collections de référence

Grenand 65 ; Oldeman et Burgot 3489.

Emplois

Chez les Créoles, cette herbe comestible se mange en salade. L’infusion soigne le gros rhume. En association avec radié divin (Justicia secunda, Acanthacées), elle serait hypoglycémiante.

  • 122 Le même nom et le même usage sont attribués à Emilia fosbergii Nicholson (Jacquemin 1823).

Chez les Wayãpi, la plante entière préparée en décoction est utilisée comme fébrifuge en lavage externe122.

Étymologie

  • 123 Ce nom semble d’abord avoir été porté par une Astéracée importée d’Europe, Lactuca quercina L., emp (...)

Créole : salade madame Hector, fait référence à la comestibilité des feuilles123, alors que taba taba renvoie au port de la plante très similaire à celui du tabac. Wayãpi : de teyu, « lézard » et petɨ, « cigarette », « cigarette du lézard », ainsi nommée en raison de la forme des inflorescences et de l’abondance des lézards dans les peuplements d’Emilia sonchifolia.

Chimie et pharmacologie

Il a été isolé de cette espèce, de l’acide ursolique, du kaempférol 3β-galactoside, de la quercitrine, du rutoside. Cette plante ne possède pas d’activité antibactérienne marquée (Srinivasan et ai, 1981).

Elle renferme des alcaloïdes pyrolizidiniques du type sénécionine (Smith et Culvenor, 1981). Pour les propriétés de ces alcaloïdes, cf. Heliotropium indicum (Boraginacées).

Hebeclinium macrophyllum (L.) DC.

Synonymie

Eupatorium macrophyllum L

Noms vernaculaires

Créole : zerba chat, herbe à chat [zerb-a-chat].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Arbuste assez fréquent en végétation secondaire.

Collections de référence

De Granville et Burgot 5515 ; Moretti 757, 1087.

Emplois

  • 124 Cette espèce est utilisée en Guyana pour soigner la coqueluche, l’asthme, la pneumonie et la tuberc (...)

Cette plante est employée par les Créoles d’origine Sainte-Lucienne pour soigner les fièvres infantiles124. Les feuilles ramollies à la flamme sont incorporées à de la chandelle molle (suif). Le liniment est appliqué en friction ou sous forme de cataplasme sur tout le corps de l’enfant.

Le même traitement est employé pour soigner les blesses.

Chimie et pharmacologie

Cf. introduction sur cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Lepidaploa remotiflora (L. C. Rich.) H. Robinson

Synonymie

Vernonia remotiflora L. C. Rich

Noms vernaculaires

Créole —

Wayãpi : yakale ka’a, tale’ɨ pɨake.

Palikur :

Écologie, morphologie

Herbe peu commune de la végétation rudérale.

Collections de référence

Grenand 473, 1025.

Emplois

Cette plante est utilisée par les Wayãpi comme Hyptis lanceolala (Lamiacées) et Lantana camara (Verbénacées) en décoction fébrifuge.

Étymologie

Wayãpi : de yakale, « caïman » et ka’a, « plante », « la plante du caïman », en raison de son habitat ripicole qu’affectionne également le reptile ; de tale’ɨ, « poisson aïmara » et piake, « foie », « foie d’aïmara ».

Mikania congesta DC.

Synonymie

Mikania sieberiana DC.

Collections de référence

Grenand 60 ; Sastre 4628.

Étymologie et emplois

Mêmes noms et mêmes usages que Mikania micrantha. (cf. infra).

Mikania cordifolia (L. f.) Wild

Synonymies

Mikania gonoclada DC. ; Cacalia cordifolia L.f.

Collections de référence

Jacquemin 1430, 2823.

Étymologie et emplois

Mêmes noms et mêmes usages que Mikania micrantha.

Chimie et pharmacologie

Des alcaloïdes (Hegnauer, 3, 1964) et divers types de terpènes (Heywood et al, 1977) ont été signalés dans le genre Mikania.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mikania guaco Humb. et Bonpl125

  • 125 Dans les pays hispanophones d’Amérique, on désigne sous le nom de guaco diverses espèces réputées a (...)

Synonymie

Mikania aspera Miq.

Noms vernaculaires

Créole : zerb grage, radié grage [radjé-graj], radié serpent [radjé-serpan],

Wayãpi : yamaka kunami.

Palikur : —

Portugais : cipó-catinga.

Aluku : bilo uma e nyan kien.

  • 126 Signalons que chez les Wayana, la même espèce est semble-t-il un remède contre la folie provoquée p (...)

Wayana : lëwë epit126.

Écologie, morphologie

Liane fine et volubile commune en lisière de forêt et en végétation ripicole.

Collections de référence

Grenand 1402 ; lacquemin 2212, 2404 ; Prévost 1351.

Emplois

Cette plante bien connue en Amérique tropicale est assez clairement séparée des autres Mikania par les Créoles guyanais, les Saramaka, les Aluku et les Caboclos d’Amazonie. En revanche, elle semble confondue avec les autres espèces par les Palikur et les Wayãpi.

  • 127 Les vertus préventives que l’on attribue à cette plante nous ont été expliquées de la façon suivant (...)

Chez les Créoles, cette espèce est avant tout utilisée pour soigner les morsures de serpent venimeux. Nous avons obtenu diverses variantes de préparation et d’application : l’une consiste en cas de morsure à broyer neuf feuilles dans l’alcool (principalement du rhum) ; une partie du liquide est bue, le reste est appliqué sur la plaie après incision ; une autre consiste à faire macérer longuement des feuilles dans du rhum ou dans de l’huile d’olive et à boire une petite quantité de ce breuvage pour éviter une éventuelle morsure127.

Par ailleurs, la décoction des feuilles émincées est utilisée en application locale pour soigner les piqûres de raie.

  • 128 Outre l’usage alexitère, ils s’en servent également pour soigner la conjonctivite, la vaginite et c (...)

Les Aluku (cet usage est connu de quelques Créoles) ramollissent les feuilles à la flamme, les broient et les frottent localement pour soigner la démangeaison occasionnée par les éruptions cutanées128.

Mikania guaco. Radié grage en fleurs

Mikania guaco. Radié grage en fleurs

Étymologie

Créole : zerb grage. radié grage, « la plante du Bothrops atrox » renvoie clairement à l’usage médicinal.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mikania micrantha Kunth

Noms vernaculaires

Créole : baume céleste [bonm-sélès].

Wayãpi : yamaka kunami.

Palikur : umeruβan, bom seles.

Portugais : grinalda-da-noiva, folha-de-sucuriju.

Écologie, morphologie

Liane fine et volubile croissant en lisière de forêt, au bord des rivières ou près des villages.

Collections de référence

Grenand 1597 ; Jacquemin 1609 ; Moretti 922 ; Prévost 1338.

Emplois

  • 129 Chez les Brésiliens, la décoction bue s oigne le foie et la sève brute obtenue par compression des (...)

Les breuvages préparés avec les Mikania sont réputés pour leur amertume dans toute l’Amérique tropicale129.

Chez les Créoles, on utilise abondamment le jus extrait des feuilles après leur ramollissement au feu comme tonique et comme apéritif à raison de trois prises par jour. Une variante consiste à l’additionner d’un égal volume de vin rouge bouillant. Il peut être également utilisé pour soigner la blesse.

Une autre préparation apéritive et dépurative (pour nettoyer le sang) consiste plus simplement à préparer une infusion de feuilles écrasées ; celle-ci est bue chaque matin pendant cinq jours de suite.

Enfin la décoction de toutes les parties aériennes est bue à raison d’une tasse par jour pour soigner le paludisme... bien qu’elle soit aussi considérée comme laxative.

Les Wayãpi se contentent de préparer avec les feuilles une décoction fébrifuge utilisée en bain.

Quant aux Palikur, ils consomment la décoction salée des feuilles comme cholagogue. Elle est aussi utilisée pour préparer un rafraîchissement contre les douleurs abdominales et l’indigestion ou quand on se sent embarrassé après avoir travaillé tout le jour au soleil. On écrase la plante entière dans l’eau fraîche et on boit de suite. Pour un usage vermifuge, cf. Senna alata (Caesalpiniacées).

Étymologie

Wayãpi : yamaka kunami, de yamaka, « iguane » et kunami, « plante Clibadium », « le Clibadium de l’iguane », ainsi nommée parce que les feuilles des deux plantes se ressemblent et que l’iguane consomme la seconde. Palikur : umeruβan, de umeg, « un arbre » (Humiria balsamifera, Humiriacécs) et βan, « plante herbacée », « l’Humiria herbacée », parce que les remèdes préparés avec les deux espèces se ressemblent par leur amertume.

Chimie et pharmacologie

De plusieurs espèces de ce genre, ont été isolés des diterpènes oxygènes amères et des sesquiterpènes lactones (Bohlmann et al, 1982). Pour les propriétés biologiques de ces produits, se reporter à l’introduction sur cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Mikania micrantha. Baume céleste en fleur

Mikania micrantha. Baume céleste en fleur

Pectis elongata Kunth

Noms vernaculaires

Créole : citronnelle Martinique [sitronnèl-Martinik], citronnelle.

Wayãpi : —

Palikur : —

Portugais : cominho-de-planta.

Écologie, morphologie

Plante herbacée rudérale plus ou moins commune de la région côtière.

Collections de référence

Jacquemin 1987, 2068.

Emplois

Cette petite herbe est utilisée par les Créoles en infusion pour remplacer la vraie citronnelle (Cymbopogon citratus, Poacées) et également comme condiment.

Chimie et pharmacologie

D’après Heywood et al. (1977), l’huile essentielle extraite de la plante renferme deux monoterpènes : le citral (60 %) et le limonène.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Pluchea symphytifolia (Miller) Gillis

Noms vernaculaires

Créole : guérit tout [djéri-tou], tabac du diable [taba-djab].

Wayãpi —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Plante rudérale, souvent entretenue, de la région côtière.

Collection de référence

Jacquemin 2252.

Emplois

Les Créoles préparent avec les feuilles une décoction qui est bue pour soigner rhume, grippe, toux et fièvre.

Étymologie

Créole : guérit tout, en référence au large spectre des utilisations. Tabac du diable, de tabac, qui renvoie à la fois à l’odeur des feuilles et à son aspect, et diable, qui parfois dans la pharmacopée créole qualifie une plante médicinale par rapport à la plante « neutre » qui lui ressemble.

Étymologie

D’après Heywood et al. (1977), on trouve des dérivés polyacétyléniques dans le genre. Les parties aériennes de cette espèce renferment deux triterpènes le campestérol et l’acétate de (β-amyrine. Wong (1976) indique la présence d’alcaloïdes dans les feuilles et les graines et d’acide chlorogénique et de nitrate de potassium dans toute la plante.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rolandra fructicosa (L.) Kuntze

Synonymies

Echinops fruticosus L. ; Rolandra argentea Rottb.

Noms vernaculaires

Créole : radié commandeur [radjé koumandèr], tête de nègre [tèt-nèg].

Wayãpi : —

Palikur : atiuwi ateu.

Écologie, morphologie

Herbe rudérale assez commune mais absente dans le haut Oyapock.

Collections de référence

Grenand 1601 ; Jacquemin 1635 ; Moretti 919 ; Prévost 3241, 3537.

Emplois

Il s’agit d’un remède typiquement créole dont l’usage est peut-être passé aux Palikur (cf. étym.).

Les parties aériennes prises trois fois par semaine en tisane seraient hypotensives et diminueraient les palpitations cardiaques. Les feuilles pilées dans du rhum étant réputées alexitères, on applique la solution sur les morsures.

Cette opération est précédée d’un rituel assez pittoresque : le dos tourné à la plante, on arrache les feuilles deux fois avec la même main, une fois avec l’autre. Les feuilles pilées avec du sel sont appliquées en compresse pour calmer les douleurs rhumatismales.

Les Palikur connaissent deux utilisations de cette plante : la décoction de la plante entière en bain fébrifuge et la décoction des racines en bain pour protéger les enfants des maladies avant qu’ils fassent leurs premières sorties en forêt.

Étymologie

Créole : radié commandeur, « plante du contremaître » des anciennes plantations esclavagistes. Tête de nègre, « tête de Noir » se réfère aux petites inflorescences en forme de boules frisées.

Palikur : atiuwi ateu, de atiuwi, « Créole, Noir en général » et ateu, « tête », « tête de Noir ».

Il s’agit probablement d’un calque du créole.

Chimie et pharmacologie

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Rolandra fructicosa. Inflorescence en boule de tête de nègre

Rolandra fructicosa. Inflorescence en boule de tête de nègre

Sphagneticola trilobata (L.) Pruski

Synonymie

Wedelia trilobata (L.) Hitch.

Noms vernaculaires

Créole : —

Wayãpi :

Palikur : migat βey.

Portugais : pingo-de-ouro.

Écologie, morphologie

Plante herbacée entretenue près des habitations.

Collection de référence

Berton 100.

Emplois

Chez les Palikur, les feuilles appliquées en cataplasme sont utilisées comme hémostatique. La décoction des feuilles bue froide à jeun est abortive (Berton, 1997).

  • 130 En Guyana, la plante entière est un remède pour soigner le rhume et la toux (van Andel, 2000).

Pour un autre usage, cf. S coparia dulcis, Scrophulariacées130.

Étymologie

Palikur : migat, « sang » et jley, « remède » le nom renvoie à l’une des utilisations.

Chimie et pharmacologie

Les principaux constituants de l’huile essentielle sont l’α-pinéne (30,3 %), l’a-phellandréne (17,4 %) et le limonéne (16,3 %) (Craveiro al., 1993).

Les propriétés antibactériennes, gram+ et gram-peuvent être corrélées à l’huile essentielle de cette plante (Taddei et Rosas-Romero, 1999).

Sphagneticola trilobata. Fleur

Sphagneticola trilobata. Fleur

Synedrella nodiflora (L.) Gaertner

Synonymies

Verbesina nodiflora L. ;

Ucacau nodiflorum (L.) Hitchc.

Noms vernaculaires

Créole : razié pisser, radié pisser [radjé-pisé].

Wayãpi : —

Palikur : —

Écologie, morphologie

Herbe rudérale commune dans la région côtière.

Collections de référence

Jacquemin 2145 ; Prévost 781, 3517.

Emplois

La décoction des feuilles préparée par les Créoles donne un breuvage très diurétique.

Étymologie

Créole : radié (razié) pisser, « plante diurétique », le nom renvoie clairement à l’emploi.

Chimie et pharmacologie

Les racines de cette espèce renferment un dérivé polyacétylénique. On note aussi la présence d’huiles essentielles : 0,4 % dans les feuilles et les tiges et 4,3 % dans les racines. Les types de composés détectés dans l’huile des feuilles de S. nodiflora sont des alcools aliphatiques, des monoterpènes, des hydrocarbones de sesquiterpènes et des sesquiterpènes oxygénés. Les composants majeurs de cette huile sont : β-caryophyllène, β-farnésène, germacrène-D et β-cubebène (Albersberg et al. 1991).

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Synedrella nodiflora. Fleur de radié pissier

Synedrella nodiflora. Fleur de radié pissier

Unxia camphorata L. f.

Synonymies

Pronacron ramosissimum Cass. ; Melampodium camphoratum (L.f.) Baker

Noms vernaculaires

Créole : radié camphre [radjé-kanf].

Wayãpi : yamakakunami sili.

Palikur : —

Portugais : São-João-caá.

Écologie, morphologie

Petite herbe rudérale annuelle, fréquente en savane et sur les pelouses.

Collections de référence

De Granville 2614 ; Moretti 1139 ; Prévost et Moretti 4200.

Emplois

Cette petite herbe annuelle dégage une forte odeur de camphre dont, selon les Créoles, elle aurait les vertus. C’est ainsi que les macérations des feuilles dans l’alcool sont employées en friction sur la poitrine en cas de bronchite.

Étymologie

Créole. de radié, « petite plante » et camphre. « camphre », en raison de sa forte odeur camphrée.

Chimie et pharmacologie

Des sesquiterpènes du type germacranolides ont été trouvés dans une espèce proche, M elampodium diffusum Cass. (Quijano et Fischer, 1981).

Unxia camphorata. Feuillage et fleurs de radié camphre

Unxia camphorata. Feuillage et fleurs de radié camphre

Wulffia baccata (L.) Kuntze

Synonymies

Coreopsis baccata L. ; Wulffia stenoglossa (Cass.) DC.

Noms vernaculaires

  • 131 Cette espèce est parfois appelée maringouin, mais ce nom est généralement réservé à Chromolaena odo (...)

Créole : zerb carême, bouton d’or [bouton-dò], mangé lapin [manjé-lapen]131, radié jaune [radjé-jonn].

Wayãpi : kunami sili, kunami ɨpo, moyu pili.

Palikur : bareskut.

Portugais : cambará-amarelo.

Écologie, morphologie

Arbuste lianescent très commun dans les haies et le pourtour des villages, reconnaissable à ses feuilles rêches et odoriférantes et à ses fleurs jaunes ressemblant à de petites marguerites.

Collections de référence

Grenand 84, 776 ; Jacquemin 1860 ; Moretti et Damas 140 ; Prévost 3526, 3616.

Emplois

Les fleurs en tisane sont utilisées par les Créoles comme antigrippal. Les feuilles sont employées en décoction comme antidiabétique. Pour être efficace, la décoction doit être très concentrée.

  • 132 Les Conibo du Pérou se servent de cette espèce pour soigner les furoncles du cuir chevelu (Tournon (...)

Les Wayãpi utilisent fréquemment cette plante comme rafraîchissant et fébrifuge. Les parties aériennes sont préparées en décoction et utilisées en bain. La décoction bue des feuilles est par ailleurs indiquée contre les vomissements. Selon Berton (1997), les femmes Palikur absorbent la décoction des feuilles comme hémostatique interne132.

Étymologie

Créole : bouton d’or, renvoie à la couleur de la fleur. Manger lapin, « herbe à lapin », parce qu’on peut la donner aux lapins : ce terme est générique pour plusieurs mauvaises herbes. Wayãpi : kunamisili, kunami ipo de kunami, « Clibadium sylvestre » (cf. supra), sili, « fin » et ipo, « liane », « le Clibadium sylvestre fin » ou « le Clibadium lianescent ». Les feuilles des deux espèces se ressemblent beaucoup.

Wayãpi : moyu pili, de moyu, « anaconda » et pili, « plante parfumée », « la plante parfumée de l’anaconda ». Ce nom est également appliqué à deux Cyperus médicinaux (cf. Cypéracées).

Palikur : bareskut de bares, « cligner des yeux » et kut, « vers » car les pétales s’ouvrent comme des paupières.

Chimie et pharmacologie

Pour les propriétés chimiques, se reporter à l’introduction sur cette famille.

Tests chimiques en fin d’ouvrage.

Wulffia baccata. Capitule de bouton d’or

Wulffia baccata. Capitule de bouton d’or

Notas

1 La racine de cette plante sert à préparer un remède contre la surdité chez les Tikuna du haut Amazone (Schultes et Raffauf, 1990).

2 Cette plante est très réputée comme pectorale aux Antilles (Stehlé, 1962) et au Brésil (Furtado et al., 1978). C’est un cicatrisant des plaies au Venezuela (Delascio Chitty, 1985).

3 D’après R. Oldeman (comm. pers., 1974), une plante herbacée nommée pidi, qui pourrait être Justicia pectoralis, est utilisée, chez les Émerillon, en décoction bue comme abortif.

4 J. pectoralis var. stenophylla, que l’on trouve sur le haut Orénoque notamment est signalée comme hallucinogène (Schultes et Hofmann, 1973). Cette propriété serait en fait attribuable à Virola elongata (Benth.) Warb., Myristicacées, prise en association (Mc Rae et Towers, 1984).

5 Justifia secunda est difficile à distinguer de Justicia calycina (Nees) V.A.W. Graham. Nous suivons ici Wasshausen qui a identifié les herbiers de référence.

6 Pour ce nom, cf. aussi Alternanthera brasiliana, Amarantacées.

7 À Trinidad, même nom et même usage qu’en Guyane (Wong, 1976).
En Guyana, la tisane est bue contre la grippe, l’anémie, la métrorragie et pour purifier le sang (van Andel, 2000).

8 Ce serait, selon Heckel (1897), un « excellent stomachique amer à étudier ».

9 Cordyline fruticosa a probablement été transmis aux Palikur par les Créoles. Il n’a pas été trouvé chez les Amérindiens de l’intérieur de la Guyane.

10 Furcraea foetida est surtout commun dans le nord de la Guyane, dans des zones découvertes et rocheuses du littoral. C’est aussi parfois une plante ornementale.

11 Dans la région d’Urucaua (Amapá, les Palikur utilisent aux mêmes fins l’espèce sauvage mihitui kamwi, Anacardium spruceanum Benth. ex Engl. (Grenand 3114).

12 Au Brésil, un thé préparé avec les écorces est utilisé en lavement pour les sécrétions vaginales et comme astringent après l’extraction d’une dent (Duke et Vasquez, 1994). Chez les Aluku, les feuilles écrasées dans l’eau avec de l’argile blanche constituent un remède contre les règles persistentes (Fleury, 1991). Duke et Vasquez (ibid.) ont aussi observé en Amazonie péruvienne que les fruits verts sont utilisés pour traiter l’hémoptysie (crachement de sang).
Dans la médecine traditionnelle africaine, on absorbe une macération d’écorce fraîche dans l’eau pour soigner les maux de ventre (Pousset, 1989). Enfin des Amérindiens du Surinam utilisent l’huile toxique de la noix pour tuer les larves de mouches qui se sont insérées sous la peau (Plotkin, 1993).

13 Spondias mombin est un arbre possédant une large répartition géographique en Amérique tropicale. Il est surtout connu pour son fruit comestible. L’emploi des écorces de tronc comme antidiarrhéique est aussi largement répandu.

14 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana préparent un bain de siège avec l’écorce ainsi que les feuilles de Cucurbita moschata (Lam.) Poir. (Cucurbitacées) et de Potomorphe peltata (Pipéracées) en cas d’hémorragies vaginales survenant après l’accouchement (van Andel, 2000).
Chez les Tikuna, la décoction de l’écorce est utilisée pour contrôler les régies trop abondantes et comme contraceptif (Schultes et Raffauf, 1990). Au Venezuela, la décoction de l’écorce, prise en bain, soulage les douleurs musculaires (Delascio Chitty, 1985).

15 Chez les Aluku, la poudre d’écorce sèche est un remède contre la leishmaniose (Fleury, 1991).

16 Tapirira guianensis est une espèce à très grande répartition géographique en Amérique tropicale. Elle est connue de toutes les populations de Guyane française.

17 Cet arbre connu surtout par les Wayãpi semble pourtant présent partout en Guyane. Hors des Guyanes, il est fréquent en Amazonie brésilienne.

18 Les Waimiri Atroari utilisent l’écorce pour soigner la « folie » (Milliken et al., 1992) et les Caboclos de la région de Santarem en font une tisane pour soigner les maux d’estomac (Branch et Silva, 1983).

19 . Dr F. Joly, comm. pers.

20 . On désigne, aux Antilles, sous le nom de cœur de bœuf, Annona reticulata L., une espèce introduite dont le fruit est plus gros et bien plus savoureux que celui de A. glabra, au goût et à la consistance médiocres.

21 Cette espèce ne semble connue que des seuls Wayãpi. Bien qu’existant dans tout l’intérieur de la Guyane, elle y est partout rare.

22 Le fruit est surtout connu comme comestible en Guyane ainsi qu’en Amazonie.

23 En Guyane, on désigne également en créole sous le nom de corossol sauvage, divers Annona forestiers.

24 Balbach (1973) signale qu’au Brésil, on tire des fruits verts et des feuilles d’Annona muricata, une huile utilisée en friction contre les névralgies et les rhumatismes et pour combattre les parasites. On considère également que les fruits d’Annona glabra sont vermifuges et émollients et que l’infusion des feuilles est anthelminthique et antirhumatismale.
À Trinidad, d’après Wong (1976), le fruit d’Annona muricata est utilisé en cataplasme pour soigner la teigne tandis que l’infusion des feuilles est employée contre l’hypertension, les palpitations, les rougeurs de la peau, la grippe et les insomnies. Enfin, l’inhalation des feuilles écrasées permettrait de surmonter les évanouissements.

25 D’après l’inventaire effectué par Lebœuf et al. (1981, 1982a, 1982 b), les autres catégories de substances chimiques identifiées se répartissent de la façon suivante :

  • Annona muricata : les feuilles renferment des huiles essentielles et du scyllitol. Les graines contiennent un galactomannane, du sitostérol, du stigmastérol, du campestérol et du cholestérol. Un hétéroside cyanogénétique a aussi été signalé dans cette plante.

  • Annona squamosa : on a trouvé des huiles essentielles dans les graines, la peau des fruits et les feuilles. Du camphre, du bornéol et du sitostérol ont été repérés dans les racines et les écorces, ainsi qu’un triterpène, la friedeline, dans les feuilles. Enfin, cette plante renferme une diazépine originale, la squamolone, six diterpènes de type structural kaurane et un hétéroside cyanogénétique.

  • Annona glabra : un seul diterpène de type kaurane a été trouvé dans cette espèce. Les études pharmacologiques effectuées peuvent être ainsi résumées :

  • Annona muricata : Wong (1976) signale que l’extrait alcaloïdique des écorces provoque chez le lapin une dépression cardiaque et une stimulation respiratoire. De plus, le mucilage de la pulpe du fruit est astringent.

  • Annona squamosa : Les travaux effectués par Lebœuf et al. (1981) ont montré que les extraits aqueux de tige et de feuille sont actifs sur le cœur et sur les bronches. Ces propriétés sont attribuées à un alcaloïde, l’higénamine, qui est un puissant stimulant adrénergique. Son action se manifeste particulièrement sur le cœur par un effet inotrope positif et chronotrope positif et sur les bronches par la bronchodilatation. Les extraits de feuille sont spasmolytiques sur le duodénum du lapin, spasmogènes sur l’intestin du cobaye, utéro-toniques chez la rate, β stimulantes, cardio-vasculaires et respiratoires chez le chat. Les alcaloïdes totaux des feuilles exercent une forte action acétylcholinomimétique. Les extraits de feuille et d’écorce possèdent des propriétés anticancéreuses et une activité antibiotique vis-à-vis de Stapkylococcus aureus et Escherichia coli. Des propriétés antiovulatoires, anticonceptionnelles ou abortives ont été niées par Vohora et al. (1975) et confirmées par Mishra et al. (1979).

  • Annona montana : Lebœuf et al. (1982) ont montré que l’annomontine est faiblement analgésique et anti-inflammatoire et que la méthoxyannomontine est légèrement spasmolytique. Toutes deux présentent une modeste activité antiamibienne.

Ces auteurs rappellent les propriétés déjà décrites pour les autres alcaloïdes de cet arbre :
Anonaïne : activité hypotensive, antibactérienne, cytotoxique, inhibitrice de la dopamine-adénylate-cyclase.
Isoboldine : inhibition de la dopamine-adénylate-cyclase.
Liriodénine : activité sédative, analgésique, antibactérienne, antifongique, cytotoxique. Athérosperminine : activité sédative.
Réticuline : provoque un blocage des récepteurs dopaminergiques ; activités stimulantes du snc entraînant convulsions et hyperthermie ; analgésique, spasmolytique ; propriétés antibactériennes.
Coreximine : action antihypertensive et stimulant respiratoire.
La convergence des usages des feuilles d’annones, et particulièrement de celles de Annona muricata, comme sédatif et dans le traitement des insomnies, a conduit les participants au programme Tramil à rechercher une activité psychotrope ou dépressive ; dans les expériences réalisées, les feuilles séchées ne montrent pas d’activité sédative ni anxyolitique. Le même groupe d’experts émet des doutes sur l’innocuité de tels usages (Tramil 7, 1995). Cependant, selon certains auteurs, les propriétés tranquillisantes des feuilles d’annones (Annona muricata, A. squamosa surtout, mais aussi, quoique moins employée, A. glabra) peuvent être reliées aux alcaloïdes annonaïne, nornuciferine et asimilobine, qui manifestent de grandes affinités avec différents récepteurs du système nerveux central et agissent donc comme des inhibiteurs de ces récepteurs (Hasrat et al., 1997).
Tous les organes des Annona mais particulièrement les graines sont insecticides ; cette propriété est maintenant attribuée aux acétogénines (cf. introduction de la famille).

26 Cet arbre présent partout dans l’intérieur de la Guyane, n’y est nulle part fréquent.

27 Cet arbre, propre à l’Amazonie brésilienne, est rare en Guyane ; il n’a été trouvé que dans la région de l’Oyapock.

28 C’est une espèce commune des bords des rivières de l’intérieur, là où la forêt n’est pas séparée de l’eau par une végétation broussailleuse.

29 L’écorce d’une espèce proche, Unonopsis glaucopetala R.E. Fr., est considérée comme un alexitère majeur chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

30 Les Xylopia sont signalés dans la littérature concernant la Guyane pour leurs graines utilisées comme condiment et comme aphrodisiaque ; elles auraient aussi des propriétés digestives et stomachiques (Devez, 1932). Les fruits de Xylopia aromatica (Lam.) Mart. macérés dans le tafia sont, au Venezuela, un remède contre les maux d’estomac (Delascio Chitty,1985). Les Aluku se servent des feuilles pour soigner la fièvre et du fruit pour soulager les douleurs abdominales (Fleury, 1991).

31 . En Guyane, elle semble uniquement cultivée ou du moins strictement anthropique. L’examen des sources en fait plus une plante des Antilles et d’Amérique centrale, où elle se comporte comme une mauvaise herbe (Hodge et Taylor, 1957 ; Berlin et al., 1974), que d’Amazonie où elle paraît moins commune, sauf dans les villes et villages. Dans l’intérieur forestier des Guyanes, nous ne l’avons pas trouvée chez les Amérindiens - bien qu’elle soit apparue récemment chez les Wayãpi du moyen Oyapock - et il en a été de même chez les Tiriyo pour Cavalcante et Frikel (1973).

32 . Les Kali’na l’utilisent peu ou prou de la même façon (Ahlbrinck, (19311 1956). D’autres usages moins fréquents ont été signalés, soit comme emménagogue, soit comme alexitère (Devez, 1932 ; Lemée, IV, 1956). Signalons enfin, que l’usage des feuilles comme condiment en remplacement de la coriandre, rend quelque peu surprenant le qualificatif de foetidum.

33 Un usage antitussif mais aussi anthelmintique a été noté chez les Caboclos du Rio Madeira (di Stasi et al., 1994). La tisane préparée avec les feuilles est un remède contre la malaria chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

34 . Cette espèce est très commune dans toute la Guyane ; la comestibilité du fruit est connue de tous mais son usage comme plante médicinale semble plus limité.

35 . L’utilisation de ce latex comme antidiarrhéique semble diffuse chez les Amérindiens des Guyanes puisqu’elle est signalée par Schomburgk chez les ethnies de Guyana au XIXe siècle (Roth, 1924) et a été retrouvée par l’un d’entre nous chez les Kali’na de la rivière Iracoubo.

36 . Alcaloïdes révélés en ccm avec le réactif au sulfate sérique.

37 . Anartia meyeri (G. Mey. ex G. Don) Miers est mis en synonymie avec Bonafousia undulata Vahl par Leeuwenberg (1994), mais considéré comme une espèce distincte par Allorge (1985) ; cf. cette espèce.

38 L’écorce d’une espèce voisine, Aspidosperma marcgravianum Woodson, également présente en Guyane française, est utilisée en tisane par les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana pour soigner le paludisme (van Andel, 2000).

39 Les deux séries de termes palikur désignent en fait deux arbres très proches qui sont la plupart du temps confondus par ceux des Palikur qui ne les utilisent pas, c’est-à-dire la plus grande partie de la population. Cependant, aβuki (ou aβukiu) serait plutôt Bonafousia angulata et impukiu, B. macrocalyx.
Le problème ne se pose pas de la même manière pour les Wayãpi. D’une part B. angulata est lié à une zone géographique précise sur le moyen Oyapock, le mont Alikene, considéré en outre comme l’un des rares sommets émergés pendant le Déluge, d’autre part, B. macrocalyx n’a aucun usage hallucinogène pour eux.

40 Les collections Moretti 1159 et de Granville 513 ont été identifiées comme étant Bonafousia macrocalyx par Leeuwenberg (1994). Dans sa monographie, cet auteur ne mentionne pas Tabernaemontana (= Bonafousia) angulata en Guyane française.

41 Les Urubu-Ka’apor utilisent cette espèce pour soigner les furoncles et les éruptions cutanées (Balée, 1994), tandis que les Yanomami emploient l’infusion d’écorce de tronc comme vermifuge (Milliken et Albert, 1996).

42 Il existe un peruβia fort, qui est celui dont nous traitons ici, et un peruβia faible, dont l’usage médicinal est différent (cf. Sipanea pratensis, Rubiacées). Rare dans sa région d’utilisation. B. disticha est fréquent ailleurs dans le nord de la Guyane.

43 Les Amérindiens de Guyana préparent une macération courte avec l’écorce pour soigner les piqûres de scorpion (van Andel, 2000).

44 Il convient de remarquer qu’à propos de Bonafousia angulata et de Bonafousia macrocalyx, de nombreux informateurs intervertissent les termes impukiu et aʃuki.

45 . B. morettii décrite par L. Allorge, dont nous suivons dans cet ouvrage la classification, est mise en synonymie avec Tabernaemontana (= Bonafousia) macrocalyx Müll. Arg. par Leeuwenberg (1994).

46 . Bonafousia siphilitica, quoique très répandue au bord de toutes les rivières de Guyane, ne semble être utilisée que par les Palikur.
Les Kuripako de Colombie préparent avec les feuilles écrasées dans le latex un remède pour soigner les articulations douloureuses (Schultes et Raffauf, 1990).

47 Bonafousia undulata et Bonafousia albiflora sont deux espèces bien distinctes. B. undulata est un petit arbre aux feuilles de laurier ondulées ; B. albiflora est un arbuste de petite taille, beaucoup plus rare que le précédent, aux feuilles elliptiques vert jaune sous le limbe. Les Palikur ne confondent pas ces deux espèces, mais, vu leurs propriétés identiques, les rassemblent sous un seul vocable très évocateur.

48 Les Waimiri Atroari utilisent l’écorce pour soigner des mycoses diverses (Milliken et al., 1992). Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana se servent du latex pour soigner les inflammations oculaires, les maux de tête et les piqûres de fourmis venimeuses (van Andel, 2000).

49 Les Wayãpi confondent sous le même nom quatre espèces différentes de la même famille, qu’ils utilisent comme fébrifuge : Condylocarpon guyanense, Odontadenia nitida, O. puncticulosa, Mesechites trifida.

50 Diverses espèces du genre Couina sont regroupées commercialement sous le nom de cow tree et sont à l’origine d’une industrie du chewing-gum (Mors et Rizzini, 1966).

51 Nous avons aussi relevé une pratique assez dangereuse qui consiste à conserver 5, 7, voire 9 jours, une décoction de l’écorce, malgré le risque élevé de contamination bactérienne qu’elle présente.

52 Quatre collections de Saül sont cependant considérées par S. Mori (comm. pers.) comme appartenant à Geissospermum sericeum. Seule une analyse génétique permettrait de trancher le débat.

53 Les espèces du genre Geissospermum sont largement employées dans toute l’Amazonie comme antipaludique et antidysentérique. Elles sont caractérisées par un même tronc alvéolé remarquable et des écorces amères. Leur amertume est telle que la chair des singes atèles ou des tortues ayant mangé leurs fruits devient inconsommable par l’homme. Le genre comprend, selon la révision botanique la plus récente, cinq espèces, dont trois sont largement réparties. Les habitants de la Guyane et de la basse Amazonie regroupent l’ensemble des espèces sous un même nom, tel que maria congo en créole guyanais et pau-pereira au Brésil. En l’absence d’échantillons botaniques complets, elles sont en effet très difficilement distinguées par un non-spécialiste.

54 Les espèces du genre Geissospermum sont largement employées dans toute l’Amazonie comme antipaludique et antidysentérique. Elles sont caractérisées par un même tronc alvéolé remarquable et des écorces amères. Leur amertume est telle que la chair des singes atèles ou des tortues ayant mangé leurs fruits devient inconsommable par l’homme. Le genre comprend, selon la révision botanique la plus récente, cinq espèces, dont trois sont largement réparties. Les habitants de la Guyane et de la basse Amazonie regroupent l’ensemble des espèces sous un même nom, tel que maria congo en créole guyanais et pau-pereira au Brésil. En l’absence d’échantillons botaniques complets, elles sont en effet très difficilement distinguées par un non-spécialiste.

55 Les Palikur confondent sous un même nom et font un même usage de Himatanthus speciosus (Muell. Arg.) Plumel (Grenand 3107).

56 L’écorce de cette espèce est utilisée chez les Aluku comme vermifuge et pour soigner la diarrhée et les douleurs abdominales (Fleury, 1991). Une espèce voisine, Himatanthus sucuuba (Spruce ex Müll. Arg.) Woodson, est un remède important chez les Caboclos du bas Amazone pour soigner l’appareil digestif, les maladies pulmonaires et les infections génitales (Amorozo et Gély, 1988), la diarrhée et les maux d’estomac chez les Urubu-Ka’apor (Balée, 1994) et les blessures chez les Karijona et les Tikuna d’Amazonie colombienne (Schultes et Raffauf, 1990).

57 Cet arbre est chez les Urubu-Ka’apor un remède contre le mal de gorge et les éruptions cutanées (Balée, 1994).

58 Le latex est utilisé pour cautériser les blessures chez les Makuna d’Amazonie colombienne (Schultes et Raffauf, 1990). Au Venezuela l’infusion du fruit est utilisée par les femmes comme fertilisant (D Elaschio Chitty, 1985)

59 Cette liane très fréquente au bord de toutes les rivières de Guyane est caractérisée par ses grandes fleurs jaunes ou orangées à corolle soudée et ses énormes fruits verts et oblongs.

60 Les Taiwano d’Amazonie colombienne se servent des feuilles écrasées pour étancher le saignement des gencives et soulager les rages de dent (Schultes et Raffauf, 1990).

61 Cette espèce est connue au Brésil pour son usage ichtyotoxique (Ducke, 1946).

62 Cette grosse liane à latex abondant est bien caractérisée par son gros fruit sphérique (jusqu’à 15 cm de diamètre) à odeur désagréable.

63 Les Palikur utilisent aussi sous le même nom deux autres arbres au latex également abondant : Brosimum parinarioides et Batocarpus amazonicus, Moracées.
Le mot amapa recouvre, selon les groupes ethniques, des espèces très variées mais toutes à latex abondant, allant des Parahancornia, Couma et Macoubea (Apocynacées) à certains Brosimum (Moracées), en passant par des Sapium (Euphorbiacées).

64 Un usage très proche (cicatrisant des blessures et des ulcères) est déjà signalé par Le Cointe (1922) pour les Caboclos d’Amazonie.

65 Cette espèce est, en Guyane, fréquente dans la mangrove et son association avec le palétuvier blanc et le tabac en fait un remède facile à préparer sur les lieux mêmes de la piqûre.

66 Au XIXe siècle, chez les Créoles, le latex amer était, selon Heckel (1897), utilisé comme vomitif et les feuilles et les bourgeons comme purgatif. Les Conibo du Pérou utilisent cette espèce comme cicatrisant (Tournon et al., 1986a).

67 Les Aracées terrestres sont, selon nos critères, soit des plantes protégées, soit des plantes sauvages. Elles sont reproduites, y compris les plantes « sauvages » que l’on introduit parfois dans les villages, par voie végétative. Pour les Amérindiens, elles ne sont cependant ni sauvages ni cultivées, puisqu’elles sont soit l’émanation d’un mort, soit la plantation d’un esprit. Ajoutons que de nombreuses variétés de ces plantes depuis longtemps considérées comme ornementales sont aujourd’hui innocemment cultivées dans les jardins urbains de Guyane.

68 Une utilisation similaire chez les humains pour tuer les vers, les vers macaques, et les chiques a été observée chez les Tiriyo (Cavalcante et Frikel, 1973) et chez les Carib de la Barama en Guyana (van Andel, 2000).

69 Cette plante est un poison de chasse chez plusieurs groupes amérindiens. Elle est aussi utilisée, dans plusieurs îles des Antilles et en Amérique tropicale, comme moyen anticonceptionnel. Cet usage a retenu l’attention de nombreux chercheurs dont certains criminels nazis qui, avec cette plante désignée comme Caladium seguinum, procédèrent à des expériences dans les camps de concentration. Cette question est régulièrement débattue dans les revues médicales. Cependant, les dépositions au procès de Nuremberg ne permettent pas de conclure de façon certaine si cette plante a été employée au cours de la guerre. « Le temps a manqué aux Nazis, plus que la volonté, pour mener jusqu’au bout leur tentative criminelle » (Plichet, 66, 1958).

70 Poisson et Peters, 1979 : travaux non publiés.

71 Cette espèce a été considérée comme nouvelle par SJ. Mayo du Royal Botanic Garden de Kew.

72 Cet usage est également signalé chez les Aluku (Fleury, 1991).

73 Selon Descourtilz (1827-1833), le suc de cette plante serait toxique.

74 Une autre espèce, absente de la Guyane française, Dracontium loretense Krause, appelée « fer de lance » est utilisée pour ses propriétés alexitères, antivirales, toniques et anti-inflammatoires, au Brésil, en Équateur et au Pérou. Le pétiole présente des marbrures analogues à celle de D. polyphyllum. En outre, les Péruviens l’utilisent comme antidiarrhéique mais aussi pour soigner le sida, l’herpès et les hernies (Duke et Vasquez, 1994).

75 Ces espèces semblent beaucoup plus fréquentes en haute qu’en basse Guyane.

76 Monstera adansonii Schott var. klotzchiana (Schott) Madison (Jacquemin 1590) et M. adansonii var. laniata (Schott) Madison.

77 Au Brésil, le jus obtenu à partir des feuilles d’une espèce voisine est appliqué sur les plaies chroniques et les eczémas (Hegnauer, 2, 1963). La décoction des feuilles écrasées sert à soigner les furoncles chez les Siona d’Équateur et les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (Schultes et Raffauf, 1990 ; van Andel, 2000).

78 Probablement la plante aquatique la plus commune de Guyane et du bassin amazonien. On la rencontre en peuplements monospécifiques au bord de tous les cours d’eau, en eau douce ou saumâtre.

79 Un remède identique préparé avec les feuilles associées à celles de manguier a été observé chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

80 Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana utilisent une préparation similaire pour traiter les morsures de serpent et les piqûres de raie et de scorpion (van Andel, 2000). Les Caboclos de la région de Santarem utilisent également cette plante pour soigner les piqûres de raie et de scorpion (Branch et Silva, 1983). En Amazonie, la sève caustique est appliquée sur les ulcères. La décoction de feuilles est utilisée en compresse pour soigner la goutte et les feuilles sont utilisées en cataplasme sur les abcès (Plowman, 1969).

81 Il est très probable que ce nom s’applique à d’autres espèces de Philodendron et en particulier à Philodendron ornatum Schott.

82 Le suc extrait des racines aériennes de Philodendron undulatum Engler est utilisé pour éliminer les microfilaires et soigner les dermatoses chez les Tacana de Bolivie (Bourdy et al., 2000).

83 Cette espèce semble n’être présente qu’en basse Guyane, particulièrement dans les vieilles forêts secondaires ou sur les arbres laissés en place dans les zones défrichées.

84 L’usage par les Mosetene de Bolivie de la sève de Philodendron megalophyllum Schott (= P. deflexum Poepp. ex Schott) pour soigner les blessures, les mycoses et la furonculose (Muñoz et al., 2000b) est à rapprocher de celui que font les Palikur de la présente espèce ainsi que de l’espèce précédente. Les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana utilisent quant à eux Philodendron scandens K. Koch et Sello pour soigner les plaies, la leishmaniose, les morsures de serpent et les piqûres de fourmis venimeuses (van Andel, 2000).

85 Chez les Wayana, cette espèce est utilisée comme fertilisant pour les jeunes femmes et favorise la venue des premières règles des filles. Les jeunes pousses rouges écrasées servent à préparer une macération qui est bue.

86 Cette espèce est totalement confondue par les Wayàpi avec Rhodospatha brachypoda Bunting (Lescure 535) et Rhodospatha venosa Gleason (Prévost et Grenand 935) qui sont rencontrées dans le même habitat.

87 Quelques espèces de ce genre sont utilisées à diverses fins médicinales dans plusieurs pays d’Amérique latine (Plowman, 1969).

88 L’infusion de la tige est également utilisée comme alexitère au Venezuela (Delascio Chitty, 1985).

89 Nous n’avons relevé aucun usage de cette plante par les Créoles ; cependant, il nous paraît intéressant de reproduire ici ce qu’en dit Heckel (1897) : « Espèce aromatique à étudier. Certains Créoles prétendent que cette plante aurait les propriétés du ginseng chinois et que son nom de “Saint-Jean” ne serait que la corruption du nom chinois, par la transposition des consonnes de ce nom ».
Néanmoins il pourrait y avoir une simple association avec la célébration des fêtes de printemps (Pentecôte, Saint-Jean) par les anciens colons car Préfontaine (1763) précise que cette espèce au tronc rectiligne, servait comme « bois pour planter le may ». L’écorce et la sève de cet arbre sont utilisées comme fébrifuge et pour soigner les plaies et les piqûres de scorpion chez les Amérindiens du nord-ouest de la Guyana (van Andel, 2000).

90 Les usages médicinaux des fruits de ce palmier très commun dans le nord-est de l’Amazonie et en Guyane sont déjà mentionnés dans les ouvrages anciens. Selon pomet (1735) « l’aroura croît d’une espèce de palmier des Indes occidentales, l’huile fortifiant les nerfs, atténue les humeurs froides. C’est ce qu’on appelle de l’huile de palme... ». Dans un même ordre d’idées, les Aluku oignent le corps des enfants pour soigner la toux (Fleury, 1991). Les Puinave de Colombie utilisent l’huile extraite d’Astrocaryum tucuma Mart. en onction sur la poitrine pour soigner les problèmes pulmonaires (Schultes et Raffauf, 1990)

91 Il s’agit surtout d’une espèce réputée pour ses fruits charnus consommés après cuisson. Introduit anciennement d’Amazonie, ce palmier occupe une place très importante dans la culture créole.

92 Bactris aubletiana Trait (Grenand 1090) porte le même nom et possède un usage similaire chez les Wayãpi.

93 Selon Denevan et Treacy (1988), les fruits de cette espèce sont considérés comme soporifiques par les Bora du Pérou.

94 D’autres Desmoncus sont sans doute confondus sous les mêmes noms vernaculaires.

95 Cette affirmation est peut-être à rapprocher du fait qu’une espèce voisine, Desmoncus polyacanthos Mart. est signalée comme purgative en Amazonie brésilienne (Corréa, |1926| 1984, II).

96 En Guyana, les fruits de ce palmier ne sont consommés ni par les Créoles, ni par les Amérindiens (van Andel, 2000).

97 Un remède similaire est signalé chez les Noirs Marrons de Surinam (Plotkin et Balick, 1984) et chez les Arawak et les Warao du nord-ouest de la Guyana où il est aussi considéré comme hémostatique (van Andel, 2000).

98 Un usage identique des racines de Euterpe precatoria Mart. est signalé chez les Tacana (Bourdy et al., 2000).

99 Ce dernier usage est aussi connu chez les Amérindiens du nord-ouest de ia Guyana (van Andel, 2000). D’autres usages médicinaux sont signalés chez les Warao et autres Amérindiens du nord-ouest de la Guyana et du bas Orénoque entre autres pour soigner le muguet des nourrissons ainsi que la toux (Plotkin et Balick, 1984).

100 En Amazonie, on prépare un jus très similaire avec les fruits d’une espèce affine, Oenocarpus bataua Mart., connue en Guyane sous le nom de patawa. Il a été démontré que l’huile extraite de ses fruits est proche de l’huile d’olive. L’analyse chimique des mésocarpes et péricarpes a aussi montré que l’apport protéique est comparable en qualité aux protéines animales. La composition en lipides, protides et glucides du jus ou lait de patawa est comparable à celui du lait maternel (Balick et Gershoff, 1982).

101 Un usage similaire a été noté pour les jeunes pieds chez les Waimiri Atroari (Milliken et al., 1992).

102 Curieusement on retrouve chez les Tacana une indication proche, mais pour allonger la taille... du pénis (Bourdy et al., 2000).

103 Selon Plotkin et Balick (1984), la sève exsudant des racines entaillées est indiquée comme irritante et utilisée comme adjuvant du curare chez les Yekwana de l’Auaris (Brésil). Muñoz et al. (2000b) indiquent que les racines aériennes écrasées sont utilisées comme poison de pêche par les Mosetene.

104 Ce palmier présente la particularité de garder assez tardivement dans l’âge adulte les palmes entières de sa jeunesse.

105 Aux Antilles, on appelle aussi liane amère une espèce du genre Aristolochia : A. constricta Griseb. (Fournet, 1978).

106 Les Palikur désignent aussi sous le même nom de bukuti une espèce cultivée et introduite chez eux depuis peu et nommée par les Créoles liane amère (cf. Tinospora crispa, Ménispermacées).

107 Les espèces les plus utilisées sont, pour les Créoles et les Palikur, Aristolochia leprieurii Duch. (Grenand 1812 ; Grenand et Prévost 2049 ; Prévost 1353), ainsi que Aristolochia stahelii O. C. Schmidt (Berton 47 ; Moretti 1147 ; Prévost 2154) et pour les Wayãpi, Aristolochia mossii S. Moore (Grenand 260, 565 ; (acquemin 1712 ; Lescure 374 ; Prévost et Grenand 1941).

108 Des usages identiques sont signalés au Venezuela pour Aristolochia maxima Jacqu. (Delascio Chitty, 1985).

109 L’usage contre la diarrhée, les maux d’estomac et les affections du foie est aussi signalé pour Aristolochia disticha Masters chez les Yanomami (Milliken et Albert, 1996) et pour Aristolochia daemonoxia Masters chez les Warao. Cette espèce est également un puissant contraceptif (van Andel, 2000).

110 Berton (1997) a pu constater que ce remède avait été adopté par les Palikur.

111 Pour les propriétés alexitères, se reporter à la note introductive sur cette famille.

112 Les racines étaient autrefois réputées en Amérique centrale comme expectorantes et émétiques. À ce titre, l’espèce fut considérée comme l’un des nombreux ipecas, appelé ipeca bâtard et employée au siècle dernier, en remplacement du véritable ipeca (Cephaelis ipecacuanha (Brot.) Tussac, Rubiacées), comme vomitif et purgatif (Descourtilz, 1827-1833, Heckel, 1897).

113 Cette plante semble également d’un usage médicinal très commun parmi les populations métissées d’Amérique méridionale, en particulier au Brésil où elle est utilisée, en plus des usages déjà cités, pour soigner les leucorrhées, l’asthme, les diarrhées rebelles et la blennorragie (Cid, 1978). Les Quechua et les Siona-Sekoya d’Équateur utilisent le latex extrait des feuilles pour éliminer les parasites intestinaux (Schultes et Raffauf, 1990).

114 Au Brésil, les feuilles sont utilisées soit seules, en décoction bue contre la grippe, soit en association avec Tagetes erecta L. (Astéracées), des feuilles de limon, de Stachytarpheta cayennensis (Verbénacées) et d’un Ocimum (Lamiacées) comme gouttes auriculaires, après macération au soleil (Furtado et al., 1978).

115 Wong (1976) signale qu’à Trinidad, la tisane de cette plante est utilisée contre la fièvre et que les feuilles broyées sont appliquées en cataplasme pour soulager les douleurs d’oreille. En Guyana, cette espèce est aussi considérée comme fébrifuge et pour soigner les mycoses interdigitales, les infections oculaires et le diabète (van Andel, 2000).

116 Ce nom créole est aussi donné à Hyptis verticillata Jacq. une Lamiacée utilisée en infusion pectorale (Devez, 1932) ainsi qu’à Wulffia baccata (cf. infra).

117 À Trinidad, d’après Wong (1976), la tisane de feuilles est bue contre le rhume, la grippe et la fièvre. Les feuilles sont aussi appliquées en cataplasme sur les coups ; la décoction des fleurs serait un remède contre la toux et le diabète. Au Brésil la plante est utilisée pour le traitement des ulcères (Mors et Rizzinî, 2000). Les Aluku s’en servent en association avec d’autres simples pour soigner la fièvre et la blennorragie (Fleury, 1991).

118 Le terme à la fois tupi et karib de kunami (variantes cunambi, konami...) est usité en Guyane française tant chez les Amérindiens que chez les vieux Créoles pour désigner un groupe de plantes arbustives ou herbacées ichtyotoxiques appartenant aux familles des Astéracées et des Euphorbiacées. Au terme de kunami est venu s’ajouter, probablement à la suite de l’occupation de Cayenne par les Portugais au début du XIXe siècle, celui de topa, qui signifie dans la Língua Geral, langue véhiculaire tupi d’Amazonie, « flotteur », terme qui renvoie à la technique de pêche propre à ces plantes (Moretti et Grenand, 1982).

119 Les Créoles de Saül utilisent également les feuilles pilées additionnées de sel et humectées de tafia, en emplâtre pour soigner les foulures (Luu, 1975).

120 Des usages différents sont signalés au Brésil où la plante est utilisée comme antiasthmatique et dépurative (Balbach, 1973), en Martinique où les feuilles constituent une purge et un émétique tandis que les racines pilées sont antihémorragiques et étaient utilisées dans le traitement de la lèpre et comme topique de la peau (Pointet, 1952) et, enfin, chez les Aluku pour soigner les maux de tête et les étourdissements (Fleury, 1991).

121 Chez les Brésiliens du Para, cette plante, en association avec le cumin (Cuminum cyminum L.), est un abortif préparé en décoction buvable (Furtado et al., 1978). Les Aluku préparent un remède alexitère avec les feuilles, en association avec les graines d’Aframomum melegueta K. Schum. (Zingibéracée) et de l’argile blanche (Fleury, 1991).

122 Le même nom et le même usage sont attribués à Emilia fosbergii Nicholson (Jacquemin 1823).

123 Ce nom semble d’abord avoir été porté par une Astéracée importée d’Europe, Lactuca quercina L., employée en décoction contre la toux (Devez, 1932).

124 Cette espèce est utilisée en Guyana pour soigner la coqueluche, l’asthme, la pneumonie et la tuberculose (van Andel, 2000).

125 Dans les pays hispanophones d’Amérique, on désigne sous le nom de guaco diverses espèces réputées alexitères parmi lesquelles des Mikania ainsi que des Aristolochia (Aristolochiacées). Un usage aussi répandu mérite que l’on s’y intéresse de plus près.

126 Signalons que chez les Wayana, la même espèce est semble-t-il un remède contre la folie provoquée par les esprits. La tête du patient est lavée avec la décoction.

127 Les vertus préventives que l’on attribue à cette plante nous ont été expliquées de la façon suivante : lorsque l’on absorbe le breuvage préparé avec les feuilles dont certaines taches colorées ressemblent beaucoup à celles de la robe du Bothrops, on introduit le serpent à l’intérieur du corps qui ainsi se trouve immunisé. La théorie de la signature est ici manifestement présente.

128 Outre l’usage alexitère, ils s’en servent également pour soigner la conjonctivite, la vaginite et combattre la faiblesse due à la malnutrition (Fleury, 1991). D’après Balbach (1973), la plante est utilisée au Brésil contre l’albuminurie, les fièvres palustres, la goutte, les rhumatismes, la syphilis, les piqûres d’insecte. Elle serait également diurétique. La sève exercerait une action bénéfique contre la bronchite, la coqueluche et les toux rebelles.

129 Chez les Brésiliens, la décoction bue s oigne le foie et la sève brute obtenue par compression des feuilles calme les douleurs ovariennes (Furtado et al, 1978). En Guyana, cette plante est utilisée comme cholagogue, comme désinfectant des plaies et de l’utérus et pour soigner le paludisme, la gale et le muguet des nourrissons (van Andel, 2000).

130 En Guyana, la plante entière est un remède pour soigner le rhume et la toux (van Andel, 2000).

131 Cette espèce est parfois appelée maringouin, mais ce nom est généralement réservé à Chromolaena odorata.

132 Les Conibo du Pérou se servent de cette espèce pour soigner les furoncles du cuir chevelu (Tournon et al., 1986a).

Índice de ilustraciones

Título Aphelandra aurantiaca. Inflorescence avec grandes feuilles rouges
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 168k
Título Justicia pectoralis. Feuilles odoriférantes de zerb charpentier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Título Justicia secunda. Fleurs d’un radié di vin (ou Saint-John)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 192k
Título Justicia calycina. Fleurs d’un autre radié di vin (ou Saint-John)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 164k
Título Pachystachys coccinea. Fleurs de carmentine rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
Título Pfaffia glomerata. Fleurs de larme sensible
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 272k
Título Anacardium occidentale. Fruits de cajou (ou noix de cajou) au bout de pédoncules charnus colorés (ou pomme cajou)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Título Anacardium spruceanum. Fleurs et fruits immature d’un cajou sauvage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 244k
Título Mangifera indica. Fruits immatures du manguier (mangues)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
Título Spondias mombin. Fruits du mombin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 332k
Título Tapirira guianensis. Fruits mûrs de mombin fou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 388k
Título Annona ambotay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 96k
Título Annona echinata
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 300k
Título Annona haematantha
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Título Annona muricata. Fruit du corossolier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 416k
Título Annona paludosa. Fruit immature
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 356k
Título Annona squamosa. Fruit immature de la pomme cannelle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 192k
Título Crematosperma brevipes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 136k
Título Guatteria scandens. Fruits : cette espèce est une liane cauliflore
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 232k
Título Unonopsis guatterioides. Jeunes fruits verts de mamayawé rivière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-20.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Título Xylopia cayennensis. Fruits et graines de lamoussé noir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-21.jpg
Archivo image/jpeg, 228k
Título Xylopia frutescens. Fruits d’un autre lamoussé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-22.jpg
Archivo image/jpeg, 232k
Título Xylopia nitida. Fleur de lamoussé blanc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-23.jpg
Archivo image/jpeg, 112k
Título Xylopia nitida. Fruit de lamoussé blanc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-24.jpg
Archivo image/jpeg, 116k
Título Xylopia surinamensis. Coupe dans le tronc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-25.jpg
Archivo image/jpeg, 144k
Título Eryngium foetidum. Pieds de chardon béni (ou radié la fièvre)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-26.jpg
Archivo image/jpeg, 728k
Título Allamanda cathartica. Fleur de la liane orélie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-27.jpg
Archivo image/jpeg, 96k
Título Ambelania acida. Gros fruit de papaye biche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-28.jpg
Archivo image/jpeg, 288k
Título Aspidosperma album. Fruits et graines légères de l’arbre bois patagaïe : les graines entourées d’une aile circulaire sont dispersées par le vent
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-29.jpg
Archivo image/jpeg, 700k
Título Bonafousia albiflora
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-30.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Título Bonafousia macrocalyx. Fruits par paires tryptiques de ce genre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-31.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
Título Bonafousia macrocalyx
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-32.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Título Bonafousia siphilitica. Fruits de radié capiaïe
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-33.jpg
Archivo image/jpeg, 240k
Título Bonafousia undulata. Fleurs de bois di lait
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-34.jpg
Archivo image/jpeg, 92k
Título Catharanthus roseus. Fleurs de caca poule
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-35.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Título Condylocarpon guyanense. Fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-36.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
Título Couma guianensis. Bois vache en fleur ; cette espèce fleurit quand elle a perdu toutes ses feuilles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-37.jpg
Archivo image/jpeg, 436k
Título Ervatamia coronaria
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-38.jpg
Archivo image/jpeg, 400k
Título Geissospermum argenteum. Tronc alvéolé d’un maria congo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-39.jpg
Archivo image/jpeg, 360k
Título Geissospermum laeve. Gros fruits de maria congo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-40.jpg
Archivo image/jpeg, 168k
Título Himantanthus articulatus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-41.jpg
Archivo image/jpeg, 132k
Título Lacmellea aculeata. Fruits de graine de biche : à maturité, les fruits comestibles sont jaune orangé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-42.jpg
Archivo image/jpeg, 84k
Título Lacmellea aculeata. Tronc épineux de graine biche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-43.jpg
Archivo image/jpeg, 272k
Título Mesechites trifida. Fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-44.jpg
Archivo image/jpeg, 184k
Título Odontadenia macrantha. Grandes fleurs de cette liane ripicole
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-45.jpg
Archivo image/jpeg, 204k
Título Pacouria guianensis. Fruits et graines de la liane caoutchouc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-46.jpg
Archivo image/jpeg, 136k
Título Plumeria rubra. Fleurs du frangipanier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-47.jpg
Archivo image/jpeg, 388k
Título Rhabdenia biflora. Fleurs et fruits de liane mangle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-48.jpg
Archivo image/jpeg, 180k
Título Thevetia peruviana. Fruits de laurier jaune
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-49.jpg
Archivo image/jpeg, 268k
Título Thevetia peruviana. Fleur de laurier jaune
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-50.jpg
Archivo image/jpeg, 396k
Título Anaphyllopsis americanum. Inflorescence avec spathe turbinée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-51.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Título Caladium bicolor. Sou crayove à feuilles tachées de rouge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-52.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
Título Caladium bicolor. Inflorescence, feuilles à nervures blanches
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-53.jpg
Archivo image/jpeg, 136k
Título Dieffenbachia elegans. Infrutescence avec fruits charnus orangés puis rouges
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-54.jpg
Archivo image/jpeg, 296k
Título Dieffenbachia seguine. Infrutescence exposant ses fruits rouges appréciés des oiseaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-55.jpg
Archivo image/jpeg, 160k
Título Dracontium polyphyllum. Feulle de serpentère (ou halbois)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-56.jpg
Archivo image/jpeg, 228k
Título Monstera adansonii. Infrutescence : les chauve-souris en disséminent les graines
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-57.jpg
Archivo image/jpeg, 296k
Título Montrichardia arborescens. Infrutescence du moucou moucou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-58.jpg
Archivo image/jpeg, 292k
Título Philodendron rudgeanum. Inflorescence : la spathe est tachée de rouge à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-59.jpg
Archivo image/jpeg, 236k
Título Urospatha sagittifolia. Inflorescence et pétiole marbré rappelant les écailles d’un serpent
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-60.jpg
Archivo image/jpeg, 80k
Título Schefflera morottoni. Charles Kwataka au pied d’un jeune bois la Saint-Jean
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-61.jpg
Archivo image/jpeg, 756k
Título Astrocaryum vulgare. Fruits mûrs du palmier awara
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-62.jpg
Archivo image/jpeg, 736k
Título Bactris gasipaes. Fruits de parépou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-63.jpg
Archivo image/jpeg, 172k
Título Bactris gasipaes. Palmier parépou cultivé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-64.jpg
Archivo image/jpeg, 676k
Título Desmoncus macroacanthos. Palmier liane en fruits
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-65.jpg
Archivo image/jpeg, 232k
Título Euterpe oleracea. Peuplement de palmiers pinots (ou wassaye)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-66.jpg
Archivo image/jpeg, 356k
Título Manicaria saccifera. Fruits du palmier toulouri
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-67.jpg
Archivo image/jpeg, 228k
Título Manicaria flexuosa. Fruits du palmier bâche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-68.jpg
Archivo image/jpeg, 968k
Título Oenocarpus bataua. Fruits du palmier patawa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-69.jpg
Archivo image/jpeg, 244k
Título Socratea exorrhiza. Racines aériennes épineuses de l’awara monpé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-70.jpg
Archivo image/jpeg, 468k
Título Socratea exorrhiza. Awara monpé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-71.jpg
Archivo image/jpeg, 384k
Título Feuilles, tiges et fruit de Aristolochia leprieurii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-72.jpg
Archivo image/jpeg, 412k
Título Aristolochia leprieurii. Feuilles et fleur d’une liane amère
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-73.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
Título Aristolochia stahelii. Fleurs d’une liane amère avec sa grosse tige à crêtes liégeuses enroulée autour d’un tronc. Fleurs de Aristolochia stahelii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-74.jpg
Archivo image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-75.jpg
Archivo image/jpeg, 268k
Título Aristolochia trilobata. Fleurs et feuilles de la liane trèfle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-76.jpg
Archivo image/jpeg, 264k
Título Asclepias curassavica. Inflorescence (boutons et fleurs) de codio
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-77.jpg
Archivo image/jpeg, 216k
Título Ageratum conyzoides. Radié François en fleur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-78.jpg
Archivo image/jpeg, 144k
Título Ayapana triplinervis. Feuilles et tiges rouges de diapana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-79.jpg
Archivo image/jpeg, 184k
Título Bidens cynapiifolia. Fleurs de zerb zaiguille
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-80.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
Título Chromolaena odorata. Inflorescence de radié maringouin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-81.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Título Clibadium sylvestre. Fruits ichtyotoxiques de topa noir (ou counami)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-82.jpg
Archivo image/jpeg, 192k
Título Eclipta prostata. Capitules floraux de langue poule
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-83.jpg
Archivo image/jpeg, 180k
Título Elephantopus mollis. Jeune pied de langue de bœuf en fleur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-84.jpg
Archivo image/jpeg, 264k
Título Mikania guaco. Radié grage en fleurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-85.jpg
Archivo image/jpeg, 336k
Título Mikania micrantha. Baume céleste en fleur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-86.jpg
Archivo image/jpeg, 360k
Título Rolandra fructicosa. Inflorescence en boule de tête de nègre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-87.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
Título Sphagneticola trilobata. Fleur
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-88.jpg
Archivo image/jpeg, 228k
Título Synedrella nodiflora. Fleur de radié pissier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-89.jpg
Archivo image/jpeg, 268k
Título Unxia camphorata. Feuillage et fleurs de radié camphre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-90.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Título Wulffia baccata. Capitule de bouton d’or
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/20331/img-91.jpg
Archivo image/jpeg, 109k

© IRD Éditions, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540