Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Méthodologie

Texte intégral

Des études de terrain

1Elles ont suivi dans leurs grandes lignes les normes principales de l’ethnobotanique moderne (Peeters, 1982 ; Martin, 1997) :

  • Une étude ethnolinguistique préalable a permis de mettre à jour le savoir naturaliste des populations, avec un intérêt particulier pour la nomination et la taxonomie des espèces végétales, ainsi que pour l’identification et la description des maladies.

  • Des spécimens d’herbier ont été systématiquement collectés, voire répétés pour chaque enquête en compagnie des tradipraticiens, les espèces stériles non identifiables ayant été marquées in situ, afin d’être ultérieurement revisitées.

  • Nous avons procédé par enquête libre, parfois participante, mais sans jamais utiliser de grilles d’enquête qui ont le grave défaut d’induire, voire d’imposer les réponses. En revanche, il nous parut important de revenir sans cesse et sous des angles chaque fois différents au cours des entretiens, sur certains points demeurés obscurs.

  • Dans la mesure du possible, nous avons observé la préparation des remèdes par les tradipraticiens et leurs modes d’administration. Si nous n’avons pu tous les observer, loin s’en faut, nous en avons vu assez pour pouvoir énoncer les principales constantes.

  • Enfin, nous avons confronté nos observations de terrain à la littérature, ce qui nous permit d’élucider de nombreux points d’enquête.

Du choix des informateurs

2Il est une difficulté inhérente à ce genre de recherche qui revient comme un leitmotiv dès qu’on en parle : quel est le talent des tradipraticiens qui furent nos informateurs ? Quelle est leur représentativité culturelle ? Quelle est la philosophie de ceux qui, au cours de ces longues années de recueil du matériau, ont livré une part de leur savoir, une part du génie de leur peuple ?

3Avouons que le choix de nos informateurs fut toujours extrêmement subjectif et intuitif, déterminé avant tout par des relations de sympathie ; que certains de nos informateurs soient devenus des amis n’a d’ailleurs pas simplifié la tâche, même si cela l’a rendue autrement plus agréable.

4Les seuls critères culturellement opérants quant à la valeur d’un informateur sont, soit le poids relatif de son savoir face à celui des autres membres de la communauté, soit la réputation dont il jouit.

5Face à cette réalité, nous avons essayé de tempérer le risque d’erreur, voire plus simplement, celui de variante personnelle, en multipliant le nombre des informateurs : chez les Wayãpi, les données représentent le savoir de plus de vingt informateurs privilégiés, même si la majorité de la population adulte a contribué à un moment ou un autre à enrichir notre connaissance, tandis que chez les Palikur, nous avons travaillé principalement avec une douzaine de personnes. Pour ce qui est de la population créole, la médecine populaire est l’affaire de tous et le savoir largement partagé, quoique de façon inégale. Ainsi nos informateurs furent très nombreux ; nous les avons rencontrés aussi bien dans l’île de Cayenne que dans les différentes communes de Guyane où nous avons travaillé.

6Notre objectif était d’atteindre le recensement le plus exhaustif possible des savoirs thérapeutiques traditionnels des trois communautés.

7Une autre approche développée parallèlement en Guyane s’est donnée pour objectif une évaluation des pratiques d’automédication pour les affections les plus courantes. Elle fait appel à d’autres méthodes d’enquête semi-quantitative développées dans le cadre des programmes Tramil pour l’arc caraïbe et Tramaz pour la région guyano-amazonienne.

8Ces méthodes privilégient l’approche par le problème de santé et non par le recensement des plantes médicinales ; elles font appel à des fiches d’enquête destinées à un grand nombre d’enquêteurs et d’enquêtés. Le programme Tramil a permis l’édition d’une Pharmacopée caribéenne (Robineau et al, 1999).

De l’identification botanique

9Nous avons déjà insisté sur la grande rigueur qui, en ethnobotanique, doit être apportée au travail botanique de base, surtout lorsque les études portent sur des flores tropicales riches et encore partiellement méconnues. Qu’ils soient liés à l’IRD, au CNRS ou au MNHN, les collecteurs ont, dans leur totalité, participé à des programmes pluridisciplinaires communs et ont partagé leurs acquis sur le temps long. Soulignons également que plusieurs informateurs, désormais rompus à la démarche botanique, ont largement partagé cette aventure et ont souvent contribué à éclaircir des énigmes botaniques voire permis la découverte (ou la redécouverte) de plantes rares. Hormis les familles qui n’ont pas encore été révisées, les binômes scientifiques sont ceux attribués à nos herbiers par les spécialistes des familles (cf. supra, la liste des spécialistes et de leurs institutions de rattachement).

10Les exceptions, devenues rares, sont représentées par les binômes non encore publiés dont le statut botanique est discuté dans les notes.

11Les échantillons d’herbier sont donc la base de référence de notre travail. Ce sont eux qui ont permis d’établir la chaîne allant du tradipraticien au spécialiste international de la famille botanique. Prenant en compte la révision des collections par les spécialistes, ils ont aussi permis la réactualisation de l’ouvrage. Dans l’avenir, ils permettront la réalisation de flores médicinales électroniques, intégrant de façon dynamique l’évolution des connaissances sur la taxonomie des plantes et le recueil des données.

12Les études taxonomiques sur les flores tropicales connaissent un essor considérable et chaque révision publiée ou en cours de réalisation propose de nouvelles combinaisons qui remettent en cause les priorités admises antérieurement.

13Pour autant, cet ouvrage n’est pas, répétons-le, une flore médicinale, dans la mesure où, pour chaque espèce, la partie réservée à la systématique a été extrêmement réduite ; en effet, bien qu’en progrès rapide, les connaissances sur la flore des Guyanes ne permettent pas une telle ambition. Les propriétés de trop d’espèces citées sont encore fort mal connues. Aussi notre option a-t-elle surtout été dictée par la réserve indispensable que les non-botanistes doivent observer face à des révisions en cours et à l’existence de flores spécialisées auxquelles nous renvoyons le lecteur.

14Les sources botaniques principales sur lesquelles nous nous appuyons sont :

  • Histoire des plantes de la Guyane Françoise, de Christophe Fusée-Aublet (1775) ;

  • Flora Brasiliensis, de K. von Martius et collaborateurs (1840-1906) ;

  • Flora of Suriname, publiée par A. Pulle, puis par J. Laniouw, enfin par A Stoffers (1932-1977) ;

  • Flore de la Guyane Française, d’Albert Lemée (1954-1956) ;

  • Flora Neotropica, éditée famille par famille sous la responsabilité du New York Botanical Garden et commencée depuis 1972 ;

  • Flore illustrée des Phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, de J. Fournet (1978) ;

  • Flora of the Guianas, commencée sous la responsabilité de l’Université d’Utrecht depuis 1983.

De l’importance des noms vernaculaires

15Nous avons accordé dans cet ouvrage une grande importance aux noms vernaculaires, dont la précision d’emploi est, dans l’esprit des populations étudiées, indissolublement liée à l’utilisation de la plante. Les noms cités ici pour les Créoles, les Wayãpi et les Palikur sont ceux qui sont employés actuellement, c’est-à-dire tels qu’ils ont été recueillis par notre équipe puis suffisamment recoupés pour être considérés comme valides.

16Certains noms vernaculaires désignent parfois deux, voire plusieurs espèces différentes : le plus souvent, la raison en est que ces espèces ne sont pas distinguées par la population concernée. A contrario, il arrive que les populations distinguent plusieurs espèces là où la botanique occidentale n’en reconnaît qu’une. En cas de flottement, une note fournit au lecteur les explications indispensables.

17Dans le cas particulier du créole, nous avons fourni la variante sainte-lucienne ou antillaise (Guadeloupe et (ou) Martinique), lorsqu’on en a trouvé l’emploi sur le territoire de la Guyane française ; nous avons parfois indiqué la région ou la commune où le nom est employé, lorsqu’il s’agissait soit d’une variante géographique, soit d’une limite géographique dans l’emploi de ce nom. Enfin, nous avons cité quelques noms créoles aujourd’hui considérés comme désuets, les faisant alors suivre de références bibliographiques.

De l’utilisation des données issues de la littérature antérieure à 1980

18Le lecteur ne trouvera pas ici comme dans nombre d’ouvrages existants une compilation des ouvrages anciens (quoique les notes y renvoient utilement lorsqu’un rappel historique s’avère indispensable).

19Les données de cette littérature ne sont pas dépourvues d’intérêt mais leur utilisation méthodique soulève de sérieuses difficultés. Les plus anciennes sources sont les ouvrages de Pierre Barrère (1741, 1743), de Brûletout de Préfontaine (1763) et de Fusée-Aublet (1775), qui nous font connaître les plantes utiles et plus particulièrement les remèdes, les poisons de guerre et de chasse utilisés en Guyane à leur époque. L’ouvrage d’Aublet, décrivant fréquemment pour la première fois l’espèce citée, fait de son auteur un précurseur en botanique et en ethnobotanique, et mérite donc une mention particulière ; le traitement des espèces constitue bien souvent encore la diagnose de référence, ce qui garantit la validité des noms scientifiques, même s’ils ont été depuis mis en synonymie ; les noms vernaculaires cités, bien que trop peu nombreux, sont attribués à un groupe ethnique précis. Il s’agit là sans nul doute des données anciennes les plus sûres. Hormis quelques observations dispersées dans les récits d’exploration de la période révolutionnaire et du XIXe siècle (Pouliquen, 2001), il faut attendre Heckel en 1897 pour Principes et méthodes 29 avoir des données nouvelles sur les plantes médicinales de Guyane. Ce pharmacien, correspondant de divers médecins du bagne, a pu élaborer le seul ouvrage réellement consacré aux plantes médicinales de cette région. Si les données originales peuvent être clairement séparées des citations, nous ne savons pas, sauf exception, quelles sont les ethnies utilisatrices, cependant que la terminologie médicale de l’époque concernant les affections masque presque totalement les systèmes indigènes.

20Les trois ouvrages publiés au XXe siècle, ceux de Devez (1932) et Lemée (1956, IV) consacrés aux plantes utiles de Guyane et celui de Pointet (1952) aux pharmacopées des Antilles et de la Guyane, sont de loin les moins utilisables, soit qu’ils contiennent des usages extérieurs à la Guyane et mal précisés (Lemée, Pointet) soit qu’ils compilent sans citer (Devez). Si l’ouvrage de Lemée est botaniquement utilisable, ceux de Devez et de Pointet fourmillent d’erreurs d’identification. Quant aux noms vernaculaires, le spécialiste les reconnaît péniblement au milieu de noms anglais, brésiliens et créoles, mêlés sans distinction aucune.

21Il faut citer aussi quelques courts bilans, souvent peu connus et tous consacrés à la pharmacopée créole ; ainsi celui du docteur Richard (1937) pour les chercheurs d’or de la région de Saint-Élie, celui de Claudine Luu (1975) sur l’ensemble des Créoles de Guyane et celui d’Anne Gély au sein de son étude générale sur les agriculteurs de la commune de Saül (1983). Ces travaux ont le mérite de nous exposer, quoique de façon partielle, l’utilisation réelle des plantes médicinales en diverses localités créoles de Guyane.

22Il serait abusif de croire que les défauts évoqués ci-dessus ne se rencontrent que dans les ouvrages consacrés aux plantes utiles de Guyane. Il s’agit en fait d’une tendance historique à relier directement à l’expansionnisme colonial.

23Le savoir indigène n’était alors digne d’intérêt qu’à partir du moment où il présentait une quelconque utilité pour enrichir le potentiel agricole des empires coloniaux. De là vient, en partie, un certain nombre de traits communs à ces ouvrages, quelle que soit la langue dans laquelle ils furent écrits : la plupart couvrent un État ou une province (Brésil, Colombie, etc.) et rarement une ethnie, une aire culturelle ou une région naturelle. Ce type de travaux, qui correspond à l’essentiel des pharmacopées décrites avant 1940, est donc basé sur une fiction, celle qui consiste à appliquer à la totalité d’une entité politique ou géographique, l’usage d’une plante médicinale, restreint en réalité à une ethnie ou une région, et donc trop souvent artificiellement enflé.

24Dans le même ordre d’idée, la simple énumération, jamais ordonnée, des divers usages d’une même plante, ne permet pas d’apprécier leur place et leur rôle à l’intérieur du système de santé auquel ils appartiennent. Ces catalogues ne rendent pas compte des diversités régionales et culturelles et ne permettent ni de reconstituer l’histoire des remèdes ni de suivre l’itinéraire de certaines influences culturelles.

25Enfin la plupart de ces pharmacopées sont des compilations dont le but est clairement d’optimiser, sans analyse critique, la richesse potentielle des tropiques.

26C’est ainsi que l’on trouvera rassemblés dans un ouvrage consacré au Brésil des usages faits dans divers pays et à des époques fort éloignées, sans que cela soit toujours clairement exprimé.

27Quant au choix des noms vernaculaires, il présente les mêmes déficiences : les auteurs, soucieux de compléter les binômes latins, se sont évertués à les doubler de noms vulgaires. Mais leur choix, fait selon des critères non exposés, aboutit, comme dans les ouvrages déjà cités de Devez et Pointet, à des emplois souvent abusifs.

28Ces distorsions font qu’un nom vernaculaire se retrouve avec une étiquette « Brésil » ou « Colombie », alors qu’en réalité il est employé dans une zone relativement restreinte et par une ethnie ou une communauté précises. En sens inverse, la présence dans deux régions ou deux ethnies différentes d’un même nom vernaculaire aboutit, par un zèle comparatif hâtif, à le prendre comme base d’identification identique de deux espèces clairement distinctes.

29Enfin, les connaissances insuffisantes que l’on avait alors des flores tropicales, méconnaissance qui persiste en partie aujourd’hui, amenaient les auteurs à réutiliser les correspondances nom vernaculaire-nom scientifique publiées avant eux, sans en vérifier l’exactitude.

30Ainsi ont été reproduites à l’envi des erreurs que l’on rencontre encore parfois dans la littérature contemporaine, en particulier dans les ouvrages de vulgarisation : erreur d’identification, transfert de l’usage associé au nom vernaculaire d’une espèce à une autre, etc. Nous en donnons plusieurs exemples dans cet ouvrage, en essayant de mettre un terme à plusieurs imbroglios ethnobotaniques.

31Les recherches effectuées depuis la Seconde Guerre mondiale sur les pharmacopées dites « traditionnelles », ont, dans la mesure où les commanditaires leur laissaient une liberté suffisante, corrigé progressivement ces défauts caractéristiques d’une autre époque.

32Ce n’est cependant que depuis la fin des années 1970 que les recherches contemporaines obéissent aux impératifs de l’ethnobotanique moderne :

  • relevé systématique des savoirs traditionnels d’une population donnée en partant de ses catégories, de ses regroupements, de ses valeurs ;

  • confrontation, dans la mesure du possible, de ce relevé avec l’observation in situ des préparations ;

  • collection, avec la population, de plusieurs échantillons d’herbier pour un même nom vernaculaire, afin d’aboutir à l’identification botanique, ou au champ botanique couvert par ce nom ;

  • relevé des noms de plante sous une forme réutilisable. Dans la grande majorité des cas, la notation phonétique s’avère être la plus simple ;

  • enfin, autant que faire se peut, découpage sémantique des noms de plante.

33Voilà en tout cas les impératifs que nous nous sommes attachés à respecter dans nos recherches et dont nous ne nous sommes pas départis dans cette seconde édition.

Description des fiches

34Les fiches observent toutes la même succession de rubriques que nous allons maintenant détailler.

Nom scientifique et famille

35Les espèces sont classées dans l’ordre alphabétique des familles et, à l’intérieur des familles, dans l’ordre alphabétique des genres. Les plantes « inférieures » (fougères et champignons) ont été regroupées à la fin. Il s’agit là d’un choix arbitraire, mais l’expérience montre qu’un public élargi s’y meut plus aisément que dans l’ordonnancement linnéen des familles.

36La mention sp., très rarement employée dans cet ouvrage après un nom de genre, signifie que l’espèce n’a pu être identifiée ; sp. nov. signifie que l’espèce a été reconnue comme nouvelle pour la Science par le spécialiste de la famille, mais n’est pas encore décrite. Enfin spp. après un nom de genre signifie qu’il existe plusieurs espèces très proches qui, soit n’ont pu être départagées avec certitude, soit ont été traitées en bloc car elles relèvent d’un même usage pour les populations étudiées. Dans ce dernier cas, une note indique les espèces que nous avons collectées.

37Pour l’abréviation du nom des botanistes suivant, comme le veut l’usage, le nom latin des plantes, nous nous sommes conformés aux indications du Draft index of Author Abbreviations compiled ai The Herbarium, Royal Botanic Gardens, Kew, le plus souvent reprises par la Checklist of the Plants of the Guianas (Guyana, Surinam, French Guiana) de Boggan et al. (1997).

Synonymies

38En l’absence d’une récente flore générale de Guyane, nous avons veillé à utiliser le binôme scientifique considéré comme valide et vérifié les synonymies en consultant, là encore, la Checklist of the Plants of the Guianas (Guyana, Surinam, French Guiana) de Boggan et al. (1997) suivie de la Preliminary Checklist of the Plants of the Guiana Shield de Hollowell et al. (2001) qui se fondent sur les bases de données spécialisées actuelles : Aublet (Herbier de la Guyane), W3, Tropicos (Missouri Botanical Garden) et IPNI (International Plant Nantes Index).

39Par manque d’espace, nous ne pouvions citer toutes les synonymies, fort nombreuses pour beaucoup d’espèces. Arbitrairement, nous nous sommes limités à citer les noms les plus couramment rencontrés dans la littérature consultée.

Noms vernaculaires

40Les noms vernaculaires sont toujours présentés dans le même ordre, soit créole, wayãpi, palikur puis, selon nécessité, on y a ajouté ceux utilisés par d’autres populations. Dans le cas particulier de la diversité du créole, voir nos remarques infra. La présence du tiret (—) derrière le nom d’une des trois ethnies concernées par notre ouvrage, revêt deux significations.

41Elle peut signifier soit que la plante n’existe pas dans le territoire de la population donnée, soit que la plante n’est pas nommée, ce qui, dans 90 % des cas, induit qu’elle n’est pas connue de cette même population. Cette affirmation ne doit pas occulter que nous sommes face à des savoirs dynamiques et que plusieurs plantes inconnues il y a quinze ans, en particulier des Palikur et des Wayãpi, sont aujourd’hui nommées.

42Lorsque l’une des trois ethnies concernées nomme une plante sans en avoir un usage médicinal, son nom dans la langue a été mentionné afin d’éviter toute déperdition de savoir.

43La même rubrique comporte d’autres noms vernaculaires : il s’agit principalement de noms portugais employés au Brésil, indiqués en raison de la proximité de ce grand pays et de l’importance qu’y occupent les plantes médicinales. Sauf une minorité Collectée dans le bas Oyapock et lors de nos travaux en Amazonie brésilienne entre 1983 et 1989, ils sont issus de la littérature traitant de l’Amazonie (Corréa, 1926 (1984) ; Le Cointe, 1934 ; Silva et al, 1977 ; Furtado et al, 1978 ; Pablo Cid, 1978 ; Van Den Berg, 1982 ; Cavalcante, 1988...) et du Novo Dicionârio Aurélio, (Buarque de Holanda Ferreira, 1975).

44Les autres noms cités appartiennent aux langues aluku (boni), saramaka, wayana, arawak (lokono) et kali’na (galibi), toutes parlées en Guyane et au Surinam. Leur présence dans cette rubrique est liée à la nécessité, soit de montrer la grande diffusion d’un nom, soit parce que, dans la rubrique « Emplois » ou dans les « Notes », est discuté l’emprunt d’un remède à l’une de ces populations ou un usage similaire ou proche.

Écologie, morphologie

45La partie réservée à la bio-écologie de chaque espèce a été volontairement réduite, car les recherches en cours concernant la flore de la région sont loin d’être achevées ; ainsi, plutôt que d’utiliser des informations peu sûres sur l’habitat ou le type biologique, nous avons préféré reproduire les notes issues de nos carnets de terrain, qui permettent de situer sans ambiguïté la plante médicinale dans son milieu, en précisant, chaque fois que nous le pouvions, son abondance relative. Ces précisions figurent rarement dans les flores. Les indications présentées ici ne sont donc valables que pour l’est du Massif des Guyanes.

46La brièveté de ce paragraphe est compensée par une abondante iconographie : grâce aux photographies presque toutes dues à Marie-Françoise Prévost et aux dessins de Mireille Charles-Dominique, ce sont plus de 60 % des espèces citées qui sont illustrées. Les planches d’herbier reproduites au trait sont en général des espèces peu connues pour leurs propriétés médicinales.

Collections de référence

47Les échantillons d’herbier sont, nous l’avons dit, la base de référence de notre travail.

48Ces collections sont déposées et consultables soit à l’herbier de Guyane à Cayenne, soit à l’herbier du Muséum national d’histoire naturelle de Paris et leur référence complète peut être obtenue via internet sur la banque de données Aublet (http://www.cayenne.ird.fr/​aublet).

49La plupart de nos échantillons ont été examinés par les spécialistes taxonomistes internationaux à qui sont confiées les révisions botaniques en cours concernant les flores tropicales.

50Pour des raisons d’espace, nous avons essayé de limiter le nombre de numéros cités à cinq. Enfin, les rares plantes qui ne sont pas accompagnées de référence d’herbier (moins de 1 % du total), sont soit des plantes banales (ornementales ou non), soit des plantes difficiles à mettre en collection, comme certains grands palmiers, identifiées à partir d’autres critères.

Emplois

51Les données ethnobotaniques contenues dans cette rubrique concernent l’énoncé du savoir contemporain que nous avons collecté chez les Créoles, les Wayãpi et les Palikur. D’autres sources plus anciennes concernant surtout les Créoles sont parfois évoquées, principalement si elles traitent d’usages en voie de désuétude ou que nous n’avons pas pu retrouver Nous n’avons pas cherché ici à traduire à toute force certains concepts originaux ; les chapitres introductifs consacrés aux trois ethnomédecines tentent de les éclaircir. Dans le texte, ces concepts sont indiqués en italique dans leur langue d’origine. Partout où, en revanche, l’expression employée par les informateurs était traduisible sans distorsion de sens, nous avons utilisé le terme spécifique le plus proche de la pharmacopée française : ainsi « remède contre la fièvre » a été traduit par « fébrifuge », « remède contre le sang » par « hémostatique »...

52Nous nous sommes également efforcés de livrer toutes les variantes recueillies pour un même remède, dans la mesure où, la plupart du temps, il ne nous était pas possible d’opérer un choix sur la validité de ces variantes.

53D’autres éléments de nos descriptions, telles la quantité de produit utilisé ou la posologie recommandée, pourront paraître insuffisamment précis à certains lecteurs. La multiplicité des enquêtes montre que l’imprécision est de règle chez les Wayãpi – pour qui la quantification est globalement peu importante – et variable d’une drogue à l’autre chez les Palikur et les Créoles.

54Enfin, quelques plantes ont été traitées de façon plus ample que les autres : il s’agit soit de plantes dont l’usage, classique et généralisé en Amérique tropicale, méritait une discussion comparative, soit de plantes sur lesquelles il persistait, là encore à l’échelle continentale, des zones d’ombre.

Étymologie

55Elle fournit un matériau ethnolinguistique de première importance quant à la perception et à l’ordonnancement du milieu par les sociétés étudiées, livrant de surcroît une foule d’indices utilisables à des fins comparatives par les spécialistes des contacts interculturels. Certains de ces indices ont d’ailleurs été exploités dans le présent ouvrage. Pour ces trois populations aux origines pourtant si diverses, le lecteur remarquera l’imbrication symbolique des mondes végétal et animal et la transcendance, parfois non dénuée d’humour, qu’y apporte l’homme.

56La rédaction de ces éléments d’étymologie, optant pour une présentation simple, est largement redevable à la lecture des travaux de Françoise Grenand (comm. pers., 1989) sur la langue wayãpi et à ses recherches en cours sur la sémantique palikur.

57Les étymologies du créole sont principalement extraites de l’excellent travail lexical, jusqu’à ce jour non publié, de Marguerite Fauquenoy (Université Simon Fraser, Vancouver, Canada).

Chimie et pharmacologie

58La confrontation des usages traditionnels avec les analyses chimiques préliminaires permet une première appréciation de la valeur curative des drogues.

59Dans cette seconde édition, nous nous limitons à indiquer en annexe les tests concernant les espèces peu ou non documentées. Présentés sous forme de tableaux, ces tests chimiques fournissent de précieuses indications pour de futures recherches, surtout lorsqu’ils portent sur des espèces très peu connues, tant sur les plans chimique que pharmacologique.

60Les études chimiques et biologiques des plantes se sont intensifiées ces dernières décennies et sont diffusées dans des revues spécialisées. Une revue scientifique comme Phytochemistry publie annuellement plus de 3 000 pages dans lesquelles s’accumulent les descriptions de nouvelles substances isolées des plantes. Notre intention n’est donc pas de fournir une information exhaustive sur la composition chimique des plantes, mais de préciser certaines propriétés chimiques et biologiques susceptibles d’éclairer les usages, en réservant une plus large place aux travaux réalisés sur les plantes de Guyane auxquels nous avons participé. Les informations ainsi recueillies sont autant de pistes possibles pour des recherches ultérieures.

61Pour les plantes les plus connues, le lecteur particulièrement concerné par les propriétés chimiques de la matière végétale pourra se reporter aux ouvrages classiques ou généraux : Paris et Moyse, 1967, 1971 et 1976 ; Hegnauer, 1-1962, 2-1963, 3-1964, 4-1966, 5-1969 et 6-1973, Bruneton, 1999. Enfin un certain nombre de plantes traitées dans le présent ouvrage figurent dans la Pharmacopée caribéenne (Robineau et al, 1999) où elles font l’objet de monographies détaillées. Nous mentionnerons les recommandations qu’elle formule pour les plantes et les usages les plus significatifs.

Notes comparatives

62Dans cette section sont rassemblées des informations complémentaires : autres espèces auxquelles s’applique le même nom vernaculaire, détails sur l’écologie ou la répartition de l’espèce, etc.

63Enfin et surtout, elles se sont avérées indispensables partout où un complément, voire une discussion était nécessaire à des fins comparatives. C’est donc là que le lecteur trouvera des références (sans qu’il s’agisse d’une revue complète) aux usages dans les pays voisins du bassin amazonien ou des remarques historiques.

64Ces références sont devenues d’autant plus essentielles que d’excellents travaux ethnobotaniques concernant les populations amérindiennes et régionales ont vu le jour au cours des quinze dernières années.

65Ils témoignent tout à la fois d’une grande diversité de savoirs et d’une profonde unité culturelle à l’échelle de l’Amazonie et des Guyanes. Le lecteur découvrira ces travaux au fur et à mesure de la lecture de notre ouvrage.

Essais chimiques préliminaires

Préparation des extraits

66Pour chaque espèce récoltée, les divers organes de la plante sont isolés les uns des autres, desséchés séparément à une température ne dépassant pas 45 °C et finement broyés.

67À partir de chacun des échantillons de poudre obtenus, on effectue les quatre extraits suivants :

Pour la recherche des alcaloïdes

681re méthode : on recueille la solution résultant du broyage de 1 g de poudre avec 10 ml d’acide chlorhydrique ou d’acide phosphorique à 5 % en présence d’un peu de sable.

692e méthode : on laisse macérer 1 g de poudre préalablement humectée avec quelques gouttes d’ammoniaque dans 10 ml du mélange éther-chloroforme.

Pour les autres essais chimiques

70extrait b1 : infusion de 2 g de poudre dans 40 ml d’eau.

71extrait b2 : macération de 1 g de poudre dans 10 ml d’éther éthylique.

72extrait b3 : macération identique, mais avec de l’alcool à 50 %.

Réalisation des tests

Alcaloïdes

73 1re méthode : on effectue les réactions de Mayer et de Dragendorff sur le filtrat résultant du broyage de la prise avec l’une des solutions acides.

74Il arrive que certains chlorhydrates d’alcaloïdes soient insolubles dans l’eau et ne soient pas détectés par cette technique. Il vaut mieux dans ce cas utiliser l’acide phosphorique.

75 2e méthode : les réactions de Mayer et de Dragendorff sont effectuées sur l’extrait éthérochloroformique évaporé à sec et repris par l’un des deux acides précédents.

76Contrairement à la seconde, la première méthode détecte bien les ammoniums quaternaires, mais elle risque aussi de donner des réactions positives avec certains protides. Pour éliminer cette cause d’erreur, il convient de vérifier que le précipité est bien soluble dans l’alcool.

77Dans certains tests très positifs, ont été évalués la teneur, le nombre et la nature des alcaloïdes par une extraction préliminaire des « alcaloïdes totaux » sur un échantillon de 20 g de poudre végétale.

78Nous avons suivi un procédé classique en laboratoire : alcalinisation de la poudre végétale par de l’ammoniaque dilué au 1/2 ; extraction par le chlorure de méthylène, passage en phase acide puis basique, alcalinisation de la phase aqueuse par de l’ammoniaque, extraction de la phase aqueuse alcalinisée par du chlorure de méthylène, évaporation de la phase organique après séchage sur sulfate de sodium.

79Le résidu alcaloïdique obtenu (alcaloïdes totaux désignés AT dans l’Annexe) est examiné en chromatographie sur couche mince dans différents systèmes de solvants.

Quinones

80Ces substances donnent une coloration rouge lorsqu’on ajoute de la soude à la macération éthérée (extrait b2).

81Cette réaction n’est pas spécifique ; d’autres substances comme les aurones donnent un résultat semblable. On confirme donc ces indications par la réaction de Brissemoret et Combes qui, selon la coloration obtenue, permet de distinguer les trois groupes de quinones : benzoquinones, naphtoquinones, anthraquinones. Précisons que certains de ces composés réagissent mal ou ne donnent la réaction que s’ils sont hydrolysés.

Saponosides

82La présence de ces composés est évaluée en mesurant la hauteur de mousse qui subsiste 10 min après une vigoureuse agitation.

Stérols et triterpènes

83Ces deux groupes de corps sont décelés par la réaction de Liebermann-Burchard sur la macération éthérée (extrait b2).

Cardénolides

84On recherche ces hétérosides en effectuant la réaction de Kedde sur la macération alcoolique (extrait b3).

Iridoïdes

85La plupart de ces substances donnent une coloration suivie d’un précipité vert foncé ou bleu foncé, quand on chauffe l’infusion (extrait b1) qui les renferme en présence d’acide chlorhydrique. Cependant, les iridoïdes appartenant au groupe des sécoiridoïdes ne sont pas décelés par cette réaction.

Composés phénoliques

86• Tanins : tous les tanins forment un précipité blanc quand on ajoute à leur solution aqueuse (extrait bl) le réactif à la gélatine salée. Si on fait agir le chlorure ferrique sur cette infusion, les tanins hydrolysables (galliques et ellagiques) donnent un précipité bleu. Les tanins condensés (catéchiques ou flavanols-3 condensés et leucoanthocyanes ou flavanediols-3, 4), ainsi que leurs constituants monomères, donnent avec ce réactif un précipité vert.

87La présence des deux catégories de flavanols, qu’ils soient libres ou condensés, est confirmée par la réaction de la vanilline chlorhydrique qui les colore en rouge. Lorsque cette coloration apparaît au cours de l’hydrolyse chlorhydrique de l’infusion, on a la confirmation de la présence des leucoanthocyanes.

88• Pigments flavoniques : la coloration de la fluorescence en lumière ultra-violette permet de déceler ces pigments. Quelques gouttes de la macération alcoolique (extrait b3) sont déposées sur du papier à chromatographie ; après dessiccation, on note la fluorescence primaire puis les fluorescences secondaires, d’abord dans les vapeurs d’ammoniac puis après addition d’une goutte d’une solution alcoolique de chlorure d’aluminium. L’exaltation de ces fluorescences secondaires est une indication positive. Nous pratiquons également la réaction dite de la cyanidine (action du magnésium en milieu chlorhydrique) sur l’hydrolysat de l’infusé Principes et méthodes 35 extrait ensuite par l’éther. La nature de la coloration obtenue donne des renseignements sur les types de pigments flavoniques en présence, mais tous ne réagissent pas.

89Quand les tests précédents sont positifs, on pratique deux séries de chromatographie sur papier : d’une part sur la macération alcoolique pour repérer les hétérosides, avec pour solvants le butanol-acétique et la solution d’acide acétique à 15 % et d’autre part sur l’extrait hydrolysé repris par l’éther pour comparer les génines à des témoins, en prenant pour solvants le Forestal et le butanol-acétique.

Expression des résultats

90Nous avons regroupé en annexe les résultats de nos tests chimiques famille par famille et dans l’ordre alphabétique des noms de plantes. Sont traitées seulement les espèces dont la chimie n’est pas explicitée dans le texte ou dont les tests apportaient une information complémentaire.

91La première colonne des tableaux renferme les numéros de références des herbiers prélevés en même temps que les échantillons destinés aux tests chimiques. La colonne qui suit celle des noms scientifiques désigne les organes des plantes qui ont été testés. Le code des abréviations est le suivant :

92Les indications mentionnées dans les colonnes qui suivent indiquent l’importance des réactions obtenues pour chacun des groupes de substances figurant en tête de tableau. La notation est la suivante :

  • 0,5 réaction très faible ou douteuse, peu perceptible

  • 1 réaction nette mais faible

  • 2 réaction très franche

  • 3 réaction intense

Alcaloïdes (Réactifs de Mayer et Dragendorff)

930,5 : léger trouble

941 à 3 : importance du précipité obtenu.

Saponines (indice mousse)

95L’indice mousse est noté de 1 à 7.

96La présence de saponines correspond à un indice mousse > 4.

Quinones

97Les chiffres indiquant la présence de quinones (de 1 à 3) sont parfois accompagnés des lettres BC. Il s’agit du résultat obtenu avec la réaction de Brissemoret et Combes.

Stéroïdes et triterpènes

98La présence de stéroïdes et (ou) triterpènes est indiquée par des valeurs de 1 à 3. L’indication « violet » dans la colonne correspondante (obtention d’une couleur violette virant au vert avec le réactif de Liebermann-Burchard) suggère l’abondance de triterpènes.

Tanins

99La présence de tanins est indiquée par des valeurs de 1 à 3. La nature des tanins est précisée dans la colonne « observation ».

Flavonoïdes

100La présence de flavonoïdes est indiquée par des valeurs de 1 à 3.

101Dans la colonne « génine » des pigments flavoniques, les lettres inscrites sont les initiales des génines identifiées par chromatographie : kaempférol, myricétol ou quercétol.

Autres substances : cardénolides, iridoïdes...

102Très peu de plantes, parmi celles que nous citons dans cet ouvrage, ont donné des tests positifs concernant les cardénolides et les iridoïdes. En conséquence, leur présence éventuelle est indiquée dans la colonne « observations ».

103De même figureront dans la colonne « observations » les rendements en alcaloïdes totaux (AT) qui ont été extraits.

Écriture des noms vernaculaires, conventions orthographiques

104L’écriture des noms de plantes dans les différentes langues citées ne pouvait pas faire l’objet d’un règlement unique. Voici les différents cas de figure que le lecteur rencontrera.

1051. Les noms français et brésiliens apparaissent dans leur orthographe habituelle, respectivement consignée dans les dictionnaires français et portugais contemporains.

exemple :
français, rose
de Chine
portugais, araça-de-anta.

1062. Les noms de plantes des langues des populations tribales de Guyane, lesquelles sont toutes orales, ont été écrits selon les normes de l’Alphabet phonétique international, adaptées au contexte linguistique environnant. Tel est le cas du palikur, du wayãpi, du kali’na, du wayana, de l’aluku et du saramaka. D’une manière générale, tous les noms ont été recueillis par les auteurs ou leurs collaborateurs au cours de leurs enquêtes, avec une mention particulière pour Marie Fleury concernant les noms aluku, saramaka et wayana.

107Les noms kali’na, relevés par nous dans le travail d’Ahlbrinck 1956 (1931), ont tous été revus et annotés sur le terrain par Jean-Paul Lescure et Odile Renault-Lescure entre 1980 et 1985.

exemple :

palikur,

tahuma

wayãpi,

muleisĩ

kali’na,

taki:ni

wayana,

ekolonohunu

aluku,

baakatiki

saramaka,

dobuldwa

108Les conventions phonétiques sont les suivantes :

Consonnes

b, d, f, k, I, m, n, p, f se prononcent comme en français ;
s se prononce toujours comme dans le français souris ;
g se prononce toujours comme dans le français gardien :
ñ se prononce toujours comme dans le français gnangnan ;
w se prononce comme dans l’anglais warm :
ng se prononce comme dans l’anglais camping :
h se prononce, en wayana, comme dans l’anglais high ;
h se prononce, en palikur, comme dans l’espagnol navaja :
v et β sont, en palikur, deux réalisations d’un même phonème ; β se prononce entre le b et le f du français ;
ʃ se prononce comme dans le français chat.
est une occlusion glottale, marquant une césure entre deux voyelles.

Voyelles

Les voyelles orales a et i se prononcent comme en français ;
e se prononce comme dans le français ou dais ;
o se prononce comme dans le français beau ou botte ;
u se prononce toujours comme dans le français bout ;
ɨ est une voyelle centrale entre le i et le u du français.
: indique en kali’na que la voyelle précédente est longue.
La nasalisation des voyelles est marquée, comme en portugais ou en espagnol, par le tilde (~) placé sur la lettre :
se prononce comme dans le français main :
ã se prononce comme dans le français banc ;
õ se prononce comme dans le français mont ;
ĩ se prononce comme dans le portugais du Brésil mirim :
ũ se prononce comme dans le portugais du Brésil urucum :
ɨ est la voyelle centrale ɨ nasalisée.

1093. Les quelques noms de plantes tirés de la littérature à des fins de comparaison ont été maintenus dans l’orthographe de leurs auteurs avec la référence :

exemple :
créole antillais, titeigne
(Fournet, 1978).

1104. Reste l’épineux problème de l’écriture du créole, et principalement du créole guyanais dénommé patois par ses locuteurs. Autant avouer tout de suite que nous n’en sommes pas satisfaits, car, contrairement à toutes les autres langues citées dans cet ouvrage, son écriture manque de cohésion. Il y a à cet état de fait plusieurs raisons :

  • Le recueil des données est très hétérogène. Les quatre auteurs (mais surtout C. Moretti et H. Jacquemin) ont collecté les plantes médicinales créoles et leurs noms pendant dix ans (1974-1983), enquêtant dans toutes les communautés créoles de Guyane, de Saint-Laurent à Saint-Georges et de Rémire à Saül, interrogeant au total plus de cinquante informateurs.

  • Il existe dans le pays non pas un, mais des créoles guyanais, qui diffèrent parfois fort peu. Or, moins sont apparentes ces différences, plus grande est la difficulté à les noter pour une oreille non exercée.

  • Face à un interlocuteur métropolitain, il est fréquent qu’un locuteur du créole, lettré ou non, « francise » son parler.

111Cela est valable pour les noms de plantes médicinales relevés au cours des enquêtes de terrain :

112Ainsi, [zεbzeguiy] aura pu être énoncé de cette façon, aussi bien que [zεrbeghiy] ou encore [εrb eghiy], que les enquêteurs, peu rompus pour deux d’entre eux à l’usage de l’arsenal phonétique, auront transcrit ainsi : « zerb zaiguille » ou « herbe aiguille ».

113Cette tendance à la francisation dans le contexte particulier de l’échange tant bilingue que biculturel métropolitain/créole laisse percer de la part de l’enquêteur un souci inconscient de filiation linguistique, qu’il traduit par une écriture étymologique, et de la part de l’enquêté, « la situation de diglossie qui prévaut en Guyane et le processus de décréolisation » comme l’analyse, si bien F. Peyraud (1981). À la suite de la réflexion de J. Bernabé (1976) sur l’écriture des créoles à base lexicale française, et de l’élaboration d’un dictionnaire des créoles guyanais par M. Fauquenoy - malheureusement non publié - nous avons décidé, dans cette seconde édition, de faire suivre entre crochets le nom noté par notre équipe de sa ou ses transcriptions dans une forme phonétique adaptée.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540