Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Présentation de la seconde édition

Texte intégral

1La première édition de cet ouvrage rassemblait les informations sur les plantes médicinales recueillies au cours de travaux de terrain menés de façon intensive jusqu’en 1983.

2Cette nouvelle édition a été enrichie de nombreuses espèces médicinales recueillies jusqu’en 2001, dans le cadre de programmes pluridisciplinaires menés sut les mêmes terrains, tels le Programme européen Avenir des Peuples des Forêts Tropicales et le programme de coopération régionale Guyane-Brésil, Tramaz. Plus partie ulièrement, à partir de 1997, un effort accru a été consacré à l’ethnobotanique des Palikur avec les participations de chercheurs seniors (Grenand, Guillaumet. Moretti, Prévost) et d’étudiants en DEA (Berton en 1997 ; Hay en 1998).

3Le statut taxonomique de toutes les plantes citées a été revu et vérifié par les spécialistes des différentes familles Les échantillons d’herbier demeurent la base de référence de notre travail.

4Ce sont eux qui ont permis la réactualisation de l’ouvrage, prenant en compte les révisions des collections par les spécialistes.

5Depuis la première édition, plus de 20 % des taxons cités ont changé, soit en raison des révisions taxonomiques publiées, soit parce que l’identification proposée alors a été corrigée à la suite des révisions de nos herbiers par les spécialistes.

6Enfin le texte a été enrichi par des données issues de la littérature scientifique chimique pharmacologique et ethnobotanique récente. La littérature ethnobotanique concernant le bassin amazonien et les Guyanes est désormais abondante et répond dans son ensemble aux exigences de la recherche contemporaine, telles que nous les définissons plus avant.

7À l’heure des débats sur la valorisation des produits forestiers, les droits de propriété intellectuelle et les modalités d’application de l’article 8 J de la Convention sur la diversité biologique concernant la promotion d’un partage équitable, les interrogations que nous formulions dès 1987 trouvent une acuité tout à fait nouvelle.

8Nous devons d’ailleurs rappeler que nos recherches ont été entreprises à une époque où l’émergence des peuples indigènes sur la scène internationale était toute récente. Les enjeux économiques tournant autour de la biodiversité n’étaient pas encore à l’ordre du jour. Nos résultats avaient alors valeur de témoignage de la richesse des savoirs des peuples amazoniens et constituaient un élément important dans la reconnaissance de leurs droits Aujourd’hui, les associations culturelles fleurissent en Guyane, tant chez les Créoles que chez les Amérindiens et les Noirs Marrons. Dans ce contexte nouveau, nous fondons l’espoir que notre ouvrage contribue à une ré-appropriation des savoirs sur les médecines traditionnelles et les pharmacopées, telle qu elle se fait jour actuellement à travers les initiatives du tissu associatif guyanais.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540