Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pharmacopées traditionnelles en Guyane

 | 
Pierre Grenand
, 
Christian Moretti
, 
Henri Jacquemin
, 
et al.

Remerciements

Texte intégral

1Nous tenons à remercier très vivement tous ceux qui nous ont aidés dans la réalisation de cet ouvrage, et plus particulièrement Françoise Grenand, pour la relecture critique et l aide linguistique, les étymologies étant essentiellement alignées sur son dictionnaire de la langue wayãpi et son travail en cours sur la langue palikur Mireille CharlesDominique pour ses dessins alliant le regard botanique au talent artistique ; sans son travail, de nombreuses espèces peu communes n’auraient pu être illustrées. Nous remercions Odile Renault-Lescure, pour la révision linguistique du vocabulaire kali’n a (galibi) et Marguerite Fauquenoy pour sa révision de la nomenclature botanique créole. Jean-Paul Lescure, pour les nombreux numéros d’herbiers et l’apport conceptuel à l’époque où ce livre était dans les limbes mais aussi pour d autres débats fructueux sur ce qui est commodément appelé ethnosciences. Georges Cremers et Jean-Jacques de Granville, pour le support botanique indispensable : identification et diffusion aux spécialistes, sans compter les compléments d’herbiers.

2Nous assurons de notre gratitude toute spéciale, ceux qui nous ont secondés dans le domaine chimique : Saint-Just Bergrave et Ginette Azor pour la réalisation des tests préliminaires et Alain Fournet pour les extractions et les isolements de substances.

3Nous remercions également l’ensemble du corps médical de Guyane (tant médecins de Cayenne que médecins des secteurs ruraux et médecins-chercheurs de l’Institut Pasteur) pour son soutien diffus mais constant tout au long de nos recherches. Nous ne manquerons pas de mentionner ici l’œuvre du regretté Dr Franck Joly, ami cher qui participa à l’épanouissement des communautés de la forêt guyanaise à un moment où elles semblaient oubliées du monde. Respectueux des savoirs traditionnels, il avait coutume d’appeler Samson Makalapi « Mon cher confrère », conscient qu’il était de s’adresser au plus grand chamane vivant de l’est des Guyanes Au cours de nos tournées à travers la Guyane, nous avons bénéficié de l’appui technique de nos canotiers et de nos prospecteurs, dont Saint-Just Burgot et Étienne Tingo, ainsi que de l’assistance de Tiburce Henry ; ces techniciens — le terme est bien réducteur — nous ont généreusement dispensé leurs connaissances sur la flore guyajnaise.

4Parmi tous ces compagnons, Georges Elfort incarne de façon prémonitoire, ce que pourrait être dans le futur cette fusion subtile entre le savoir dont on hérite et le savoir venu de l’enseignement scientifique.

5Pour les recherches documentaires, nous remercions grandement Mme L. Allorge, J. Mouton, N. Halle et le laboratoire Roger-Bellon. Depuis 1997, d’autres ont pris la relève, tel feu Alwyn Gentry, Scott Mori ou Odile Poney, dont la générosité dans la diffusion du savoir font honneur à la recherche scientifique.

6Ces chercheurs sont si nombreux que nous en fournissons infra un tableau le plus complet possible. Nous ne voulons pas terminer sans remercier tous ceux qui ont bien voulu nous livrer leur savoir, ample ou modeste, en médecine traditionnelle. Médecine créole : nous tenons à rendre hommage tout particulièrement à Mmes Zaza Lamonge, Liliane Louison, Modestine Francis, Thérèse Mathurin ; MM G Chauvier, G. Cippe, Boco Elfort, Horth, T Hugues, Sincère Mandé, Georges Prudent, Turpin et Joseph de Saül.

7Nos informateurs créoles se sont montrés d’une modestie sans faille quant à leur savoir, toujours dispensé avec générosité. Le savoir créole se distille, se lâche à petits mots entre deux plaisanteries ou à voix basse, comme s’il allait être confisqué à des fins malfaisantes.

8Il est aussi avant tout parole de femmes. Médecine wayãpi : nous pourrions rendre hommage à chaque habitant du haut Oyapock. Certaines figures prééminentes s’en détachent, dont certaines nous ont malheureusement quittés : À Trois-Sauts, MM. Raymond Alasuka, Paul Alasuka (Ilipe), Gaétan Alasuka, Charles Miso (Kwataka), Robert Yawalou, Paul Zidock, Jean-Pierre Zidock, Tatou, Gabin Nathalie (Tãmu Kãsi), Raymond Yapock (Yemiwa), les capitaines Antoine Tamali, Adrien Maipouri et Osman Toãtoã, Mmes Toua Miso, Irmise Apele, sans oublier feu Rosalia Saipiye. à Camopi feu le capitaine Norbert Suitman, MM. Sakeu. Giraud et Roger Jean Baptiste. Mmes Salã et Uwapilã. Nous devons particulièrement rendre hommage à la mémoire du regretté Arthur Miso, authentique savant wayâpi qui guida patiemment notre apprentissage de la flore guyanaise ainsi qu’à feu Paul Suitman, Maire de Camopi, dont la tentative de fusion de la tradition et de la modernité fut brisée par la maladie.

9Ce que nous leur devons ne saurait être résumé en quelques mots.

10Médecine palikur : à l’Oyapock, MM. Louis Norino, Victor Michel, Emmanuel Baptiste André Labonte et Mme Cécilia Yoyo. Plus récemment, nos étudiants et nous-mêmes avons pu travailler avec de nouveaux grands connaisseurs de la flore palikur tels que António Narcíssio, Minervina Baptiste, Suzanna Labonté, Georgette Norino, et à Macouria Emmanuel Yoyo et Emmanuel Baptiste.

11Nous insisterons tout particulièrement sur l’aide précieuse apportée par Sylviane Norino dans la révision et l’analyse du vocabulaire floristique et médical palikur. Formée au savoir naturaliste par son père Louis Norino, elle est devenue, au cours de ces dernières années une spécialiste de sa propre langue.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540