Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Madagascar face au défi des Objectifs du millénaire pour le développement

 | 
Bénédicte Gastineau
, 
Flore Gubert
, 
Anne-Sophie Robilliard
, 
et al.

Préface

Jean-Marc Châtaigner

Texte intégral

1En 2000, à l’instar de 189 pays (dont 147 représentés par leur chef d’État), Madagascar a adopté la Déclaration du Millénaire, sous la forme d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, en vue de promouvoir la réalisation de huit objectifs fondamentaux de développement d’ici à 2015 (les Objectifs du millénaire pour le développement - OMD). Ces objectifs concernent principalement la réduction de la pauvreté et la lutte contre la faim, l’universalité de l’éducation primaire, l’égalité des sexes, la promotion de la santé maternelle et infantile, la lutte contre le VIH-sida, l’accès à l’eau potable et la préservation de l’environnement.

2En tant que l’un des principaux bailleurs de fonds de la Grande île, la France contribue évidemment aux efforts mis en œuvre pour atteindre ces objectifs, à travers un appui ciblé vers cinq secteurs prioritaires : l’éducation, la santé, le développement rural, l’environnement et le développement du système financier et des entreprises. Parmi les nombreuses institutions mobilisées par la France pour appuyer cette politique, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) joue un rôle-clef dans le champ de la recherche. Sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères, l’IRD a fait de la lutte contre la pauvreté l’un de ses six axes thématiques prioritaires (avec les migrations, l’accès à l’eau et les maladies émergentes, pour ne citer que ceux abordés dans cet ouvrage). A Madagascar, et de longue date, les liens entre l’IRD et les services de l’Ambassade sont particulièrement forts, à travers le soutien de nombreux programmes de recherches, le financement d’étudiants et chercheurs malgaches et la mise en place d’initiatives communes. La présence des chercheurs de Γ IRD sur le terrain en partenariat étroit avec leurs homologues malgaches permet de renforcer l’ancrage de ces derniers au sein de la communauté internationale de la recherche. Cet ouvrage constitue à cet égard un excellent exemple de cette coopération institutionnelle au service des intérêts de Madagascar.

3L’engagement fort en faveur des OMD appelle aujourd’hui un bilan, à cinq ans de l’échéance de 2015. Dans cette perspective, l’ouvrage Madagascar face au défi des Objectifs du millénaire pour le développement est une contribution vivante, passionnante et scientifiquement rigoureuse à la réflexion sur les questions du développement de la Grande De. Π propose un diagnostic précis de l’état de réalisation des cinq premiers objectifs en faveur du développement humain et permet d’identifier, à travers des analyses solides et toujours bien étayées, quelques-unes des contraintes qui restent à lever pour que les améliorations en cours se poursuivent, voire se renforcent, car le bilan des progrès enregistrés à Madagascar, en matière de développement humain notamment, est mitigé. Ainsi, aucune avancée notable n’a été enregistrée sur le front de la pauvreté. Comme l’attestent les taux de malnutrition élevés, l’insécurité alimentaire demeure un fléau. Si des progrès significatifs ont pu être observés dans les domaines de l’éducation et de la santé, ils sont restés pour la plupart en-deçà des projections affichées par les institutions internationales et les autorités nationales et ne sont pas sans poser d’autres interrogations (l’augmentation des taux de scolarisation ne s’est-elle pas faite par exemple au détriment de la qualité de l’enseignement ?). La pérennité des premiers résultats obtenus risque elle-même d’être remise en cause sous l’effet combiné de la crise économique mondiale, de la crise politique que traverse Madagascar depuis le début de l’année 2009 et de la décision (que l’on peut questionner) prise par la plupart des bailleurs de fonds de geler dans ce contexte particulier leurs programmes d’aide.

  • 1 Châtaigner J.-M., « Repenser la coopération à l’aune d’une gouvernance démocratique en quête de lé (...)

4Ce bilan en demi-teinte ne peut que conduire à se poser un certain nombre de questions sur la stratégie de développement à mettre en place dans un pays tel que Madagascar. La recherche de la croissance économique à tout prix (le pays avait connu un taux de croissance très encourageant de 7 % en 2008, largement tiré par les investissements miniers) et la détermination d’objectifs sociaux quantifiés sont-ils suffisants pour sortir le pays de la trappe de pauvreté ? N’aurait-on pas dû essayer d’infléchir cette croissance dans un sens plus équitable et pro-pauvre ? L’appui des institutions internationales n’aurait-il dû pas être davantage orienté vers la lutte contre l’accroissement des inégalités sociales ? Au-delà de l’indispensable cadrage technocratique pour prévoir et conduire les actions nécessaires à la réalisation des OMD (et tout le monde s’accorde de ce point de vue pour dire que le Madagascar Action Plan élaboré par le gouvernement malgache en 2006 était un document stratégique de référence, même s’il n’avait pas de véritable déclinaison opérationnelle), la dynamique à rechercher ne doit-elle pas être en premier heu celle de l’appropriation par la population à travers un débat politique sur les priorités sectorielles et géographiques à mettre en œuvre ? Autrement dit, la recherche de l’atteinte des OMD doit-elle être uniquement un objet « parachuté » par les bailleurs de fonds, s’imposant sans discussion au nom d’une morale universelle, ou peut-elle localement faire l’objet d’une définition partagée avec les populations concernées ? Comme je l’avais noté dans une réflexion sur le concept de « gouvernance démocratique »1, « l’imposition de nonnes exogènes sur une réalité complexe et spécifique à chaque pays apparaît comme une des causes principales d’échec des politiques de développement ».

5Outre naturellement la reprise du dialogue entre toutes les parties prenantes, l’organisation consensuelle d’élections libres et transparentes, l’établissement d’un ordre constitutionnel démocratique dans lequel tous les Malgaches puissent se reconnaître, la sortie de la délicate crise institutionnelle que connaît en ce moment Madagascar ne pourra pas faire l’économie de ce débat de fond sur les priorités d’une vraie politique de développement et l’établissement d’une stratégie de croissance durable et équitable. J’espère que ce débat programmatique pourra prendre en compte les leçons des succès et échecs passés et les enseignements tirés aussi des expériences des autres pays (il ne faudrait pas que les ressources minières et le pétrole deviennent à Madagascar, comme dans de nombreux autres pays pauvres, une nouvelle « malédiction » pour le développement). Π devrait aussi s’appuyer sur une analyse plurifactorielle, non seulement économique mais aussi politique et sociale, des principaux obstacles au développement du pays (comme la corruption, le népotisme, la violence dans certains rapports sociaux et humains...) comme de ses nombreux avantages (l’existence de valeurs communes, une grande capacité d’apprentissage et d’adaptation à tous les niveaux de la société malgache...). Enfin, la réflexion entreprise devra aussi tenir compte de la nécessité d’une meilleure insertion de la Grande île dans l’économie internationale (en premier lieu dans des espaces régionaux comme la SADC ou la Commission de l’océan Indien), avec notamment une libéralisation effective des investissements étrangers. Ce n’est qu’à cette condition que Madagascar pourra reprendre le chemin des Objectifs du millénaire pour le développement et devenir rapidement, comme nous ne pouvons tous qu’en former le vœu le plus sincère, un des principaux pays émergents d’Afrique et de l’océan Indien.

Les 22 régions (faritra) de Madagascar.

Notes

1 Châtaigner J.-M., « Repenser la coopération à l’aune d’une gouvernance démocratique en quête de légitimité ». In : Chroniques de la gouvernance 2009-2010, Éditions Charles Léopold Mayer/Institut de recherche et débat sur la gouvernance : 73-79.

Table des illustrations

Légende Les 22 régions (faritra) de Madagascar.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

Ambassadeur de France à Madagascar

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540