Version classiqueVersion mobile

Préhistoires au sud du Triangle d’or

 | 
Valéry Zeitoun
, 
Hubert Forestier
, 
Supaporn Nakbunlung

Conclusion

Texte intégral

1Comme l’écrivait T. H. Huxley en 1887, à l’aube de la découverte du Pithécanthrope : « Le connu est fini, l’inconnu infini ; ce que nous comprenons n’est qu’un îlot perdu dans l’océan illimité de l’inexplicable. Et chaque génération se devra d’agrandir ce territoire ». Parce que la recherche préhistorique est moins développée en Asie du Sud-Est que dans d’autres contrées, notre objectif initial, au travers de la prospection conduite par la Mission paléolithique franco-thaïe visait à compléter la cartographie des sites archéologiques du nord de la Thaïlande.

2Nous avons ainsi pris le parti de raconter les tenants et les aboutissants d’une recherche archéologique sur le terrain selon trois chapitres généralistes qui auront permis d’exposer les problématiques archéologiques, anthropologiques et environnementales propres à l’Asie du Sud-Est au plus grand nombre des lecteurs. Ces pages auront également éclairé les spécialistes des autres aires géographiques sur les particularités du sud-est asiatique.

3Les théories et les données les plus récentes concernant l’archéologie préhistorique et la paléoanthropologie ayant été présentées, au-delà de la trame narrative d’un itinéraire archéologique, deux résultats analytiques majeurs ont été apportés. Celui d’une définition rénovée du Hoabinhien ainsi que la reconnaissance d’une variabilité technique identifiée grâce aux nouveaux sites préhistoriques découverts à la bordure occidentale du Lanna, ce territoire historiquement situé au nord de la Thaïlande.

4Le deuxième résultat majeur est issu de la fouille méticuleuse du site de Ban Fa Suai qui a permis de donner une dimension paléoécologique aux données paléontologiques locales.

5Outre la stratégie de recherche et la narration de la découverte d’une douzaine de sites inédits qui contribuent à renforcer nos connaissances, la fouille du site de Ban Fa Suai a mis en évidence une lacune des connaissances de la biostratigraphie en Asie du Sud-Est. En effet, comment pouvoir identifier des variations de niche écologique ou des migrations dans un assemblage faunique quand celui-ci n’a pas donné lieu à une étude taphonomique précise ? L’approche paléontologique classique ne permettait pas de livrer ces éléments de manière fiable parce que les datations faites sur des éléments de roche encaissante n’énonçaient pas de connexions claires entre les éléments géologiques et la faune elle-même. La faune dite à Ailuropoda-Stegodon contenue dans les brèches fossilifères asiatiques suscitait des conclusions sur l’environnement alors que l’épaisseur de temps qu’elles recouvraient était trop importante voire non quantifiée dans les travaux antérieurs.

6Par une approche qui intègre l’archéologie, la géologie et la taphonomie, la fouille de la grotte du Moine a permis de réunir les conditions scientifiques requises pour identifier des variations climatiques au sein d’un environnement tropical inapte à enregistrer ce type d’information. Ainsi, deux associations fauniques successives rendent compte d’une évolution périodique du paysage entre 38 000 ans et 15 000 ans.

7Par l’identification de sites qui ne se sont pas directement intéressants du seul point de vue archéologique, il a été possible de dégager une stratégie pertinente pour identifier le potentiel préhistorique de quelques faciès géologiques particuliers dans les karsts du sud du Triangle d’Or. Des informations essentielles sur les modalités de constitution des sites archéologiques, de leur mise en place et de la conservation différentielle des vestiges et des restes ont ainsi été rapportées.

8Nous avons vu comment la détermination du séquençage des événements naturels qui contribuent à la modification et à l’enregistrement des sédiments permet de donner un cadre plus réaliste, et donc une interprétation archéologique mieux fondée. Les quelques règles élémentaires d’observation ainsi établies constituent désormais une expérience qui permet de trouver de nouveaux sites en grotte.

9Pour les sites de plein air, ce sont des analyses géologique et taphonomique qui ont servi à décrypter les modalités de mise en place des vestiges anthropiques. Ces analyses ont permis de décrire quelles étaient la nature des dépôts initiaux des substrats, leur degré de pédogenèse et les mécanismes tels que celui des glissements en masse des sédiments sur les versants ou du ruissellement sous forêt. L’évolution de l’environnement décrite est fortement lié au degré de protection assuré par le fragile couvert végétal actuel.

10Les nouveaux sites hoabinhiens mis au jour dans les collines calcaires du nord de la Thaïlande viennent enrichir la cartographie des sites préhistoriques dont les plus anciens connus remontent à plus de 30 000 ans dans la région de Tham Lot. Ces découvertes complètent les données connues sur les outils du Paléolithique final de l’Asie du Sud-Est et ont ouvert une discussion sur l’identité du faciès Hoabinhien. Grâce à une analyse technologique du matériel inédit recueilli, a été posée la question de la variabilité des méthodes de taille et de la pluralité des schémas de production hoabinhienne du sud de la Chine jusqu’à Sumatra. Le Hoabinhien est-il un isolat culturel composé uniquement d’unifaces sur galet ?

11À la lumière des sites découverts au nord de la Thaïlande, le Hoabinhien affiche en définitive une pluralité de schémas de production pour transformer un galet de rivière en outil. Selon la technique unique de la percussion directe à la pierre dure et selon trois méthodes, nous avons identifié à ce jour trois chaînes opératoires distinctes.

12Lors de la découverte de nouveaux sites, sous la forme de moines et d’anachorètes, nous avons rencontré quelques humains troglodytes qui n’étaient pas de la même essence que cet homme du Siam préhistorique. Ces méditants bouddhistes, quand ils n’ont pas rendu la fouille impossible en cimentant l’accès à leur sous-sol, nous ont autorisé à explorer leurs habitat. Ainsi, à l’instar des différentes ethnies animistes ou de ces communautés bouddhisées qui se sont succédées dans les cavités, la question de savoir s’il y a eu un remplacement de population ou non reste posée. Quand elle est paléoanthropologique, cette interrogation oppose deux modèles nés de l’observation des hommes fossiles asiatiques : un modèle d’évolution locale de Homo sapiens à partir d’une « souche » Homo erectus ou bien un modèle de sortie d’Afrique de Homo sapiens avec un remplacement des Homo erectus déjà présents. L’identification de nouveaux sites préhistoriques, de nouveaux restes et vestiges continue... la recherche ne fait que commencer.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search