Version classiqueVersion mobile

Préhistoires au sud du Triangle d’or

 | 
Valéry Zeitoun
, 
Hubert Forestier
, 
Supaporn Nakbunlung

Chapitre 4. Les grottes du nord de la Thaïlande

Texte intégral

Une approche géo... logique

1La mission paléolithique franco-thaïe a focalisé sa recherche sur des zones où il existait des cavités parce que ce sont des structures naturelles qui piègent et peuvent le mieux conserver les indices de présence et d’activité humaine (en particulier les éléments osseux et dentaires). Ailleurs, ces restes et ces vestiges sont davantage soumis à l’érosion et à l’action destructrice de la végétation.

2Les cavités sont fréquentes dans les formations géologiques calcaires qui, sous un climat tropical, subissent une karstification relativement importante. Pour la recherche des hommes préhistoriques les plus anciens, l’exploration du réseau karstique prévaut dans la mise au jour de sites charniers issus de l’activité cynégétique et de charognage des grands prédateurs (tigres, panthères, hyènes, etc.) où l’homme est une simple proie. Des fissures comblées, ou bien des grottes, anciennes tanières, peuvent être mises au jour à l’occasion de l’effondrement de leur toît dans des grands systèmes de dolines ou directement par l’exploration de réseaux souterrains anciens ou enfin, dans des carrières en activité.

3Pour une recherche d’habitat, l’étude du réseau hydrographique et de la fracturation structurale des massifs calcaires est déterminante. L’accès à l’eau est décisif puisque c’est l’élément qui est à l’origine de la chaîne alimentaire. Dans les grandes étendues calcaires, en saison sèche, l’eau accessible se limite géographiquement à quelques exutoires. L’eau météorique est piégée par les calcaires qui constituent alors des réserves ; les cavités aboutissent à des sources libératrices que la lecture des cartes topographiques permet de localiser.

4Une attention toute particulière a été portée à des zones où les grottes sont situées dans les massifs en rupture de pente avec des grandes formations alluviales attenantes. En effet, dans le paysage, ces marches structurales particulières où convergent des élévations brusques du relief et des confluences entre fleuves et rivières ou rivières et tributaires, sont des lieux privilégiés d’affluence des troupeaux de grands mammifères. Ce sont des zones remarquables, des nœuds dans un circuit de circulation, mais également des stations privilégiées, des belvédères pour surveiller un territoire ou même des bornes identifiables permettant de s’orienter et de délimiter le territoire.

5L’objection majeure qui pourrait être faite quant à une telle stratégie d’approche réside dans le fait que, même à l’heure actuelle, la canopée rend faible la visibilité des entrées de cavité. Nonobstant, les données paléoenvironnementales les plus récentes décrivent la zone tropicale comme ayant été sensible à l’influence du changement climatique global au cours des dernières centaines de milliers d’années (Morley, 2000 ; Kershaw et al., 2001 ; Gathorne-Hardy et al., 2002 ; Sémah et al, 2002).

Figure 19 (page gauche). Carte des affleurements calcaires de Thaïlande

Figure 19 (page gauche). Carte des affleurements calcaires de Thaïlande

6Les terrains de la zone explorée n’ont pas toujours été ennoyés sous la masse arborée. Le paysage du Pléistocène était davantage en mosaïque. Il n’en reste pas moins que la lecture des cartes topographiques permet le repérage des réseaux actifs actuels qui sont généralement surmontés de plusieurs réseaux fossiles. En pratique, l’étagement des réseaux actifs et fossiles consécutivement à la surrection régionale couplée à l’érosion permet d’identifier les anciennes sources propices à l’établissement de l’homme.

7Il existe plusieurs zones calcaires dans tout le secteur nord-ouest thaïlandais (fig. 19). D’après notre expérience sur le terrain, les zones les plus propices, parce que karstifiées et présentant des ruptures de pente, sont essentiellement associées aux formations calcaires du Permien de type « p2 ». Ainsi, quatre campagnes nous ont conduit au cours de ces années à explorer les régions de Mae Sai, de la Nam Lang et de Chiang Dao présentant des petits massifs permiens en tourelle.

8Des formations calcaires plus anciennes situées dans les régions de Phayao et Mae Sariang ont également été visitées du fait de leur physiographie. C’est de l’exploration de ces secteurs géographiques et de l’analyse du matériel archéologique et préhistorique inédit dont nous rendons compte ici. Certains terrains ont été plus favorables que d’autres. Des explorations se sont avérées être moins productives du point de vue de l’archéologie mais nous ont renseigné sur le contexte géologique. Le lecteur suivra ainsi un itinéraire archéologique où l’exploration n’est pas toujours fructueuse.

Une charnière continentale

9La Thaïlande tient, en Asie du Sud-Est, une place privilégiée, entre le continent et les îles, qui lui confère un fort potentiel pour la recherche des indices du peuplement de cette région, mais également un rôle de charnière, entre l’ouest et l’est. Cette situation géographique remarquable ne tient pas seulement à la localisation du pays, à la fois sur le continent et la péninsule malaise, mais aussi à la physionomie des régions septentrionales où les vallées d’axe méridien pénètrent les régions montagneuses qui ceinturent au nord et à l’ouest la péninsule indochinoise. Ces vallées sont des axes de circulation privilégiés qui confèrent au pays un rôle prééminent dans l’histoire du peuplement des confins de l’Asie orientale et, en particulier, de son prolongement insulaire : Sumatra, Java, Kalimantan, etc (fig. 18). Par ailleurs, dans ces mêmes régions septentrionales se trouvent de nombreux massifs calcaires karstifiés (fig. 19) qui livrent des réseaux de grottes susceptibles de receler les témoignages des différentes étapes du peuplement de cette région du globe. On le voit, la prise en compte du paysage - résultat d’une tectogenèse particulière - permet d’apprécier l’intérêt de ce pays pour la paléoanthropologie, la préhistoire et la territorialisation des communautés humaines du passé, tout autant qu’elle est nécessaire à l’orientation des recherches sur le terrain.

L’héritage structural

10Le paysage thaï est l’héritier d’une longue histoire géologique où la tectonique tient le premier rôle. Très schématiquement et exception faite de la région orientale, la structure géologique de la Thaïlande est formée de compartiments parallèles de roches sédimentaires plissées anciennes - datant des ères primaires et secondaires - étirées selon un axe nord-sud. Les roches sont composées soit de sables et d’argiles (grès, pélites, arkoses) soit de calcaires ; ces deux lithologies représentent initialement les apports continentaux et les dépôts de boues carbonatées dans les bassins sédimentaires marins qui frangeaient l’ouest de la plaque indochinoise. Leur déformation et leur agencement actuel résultent de la poussée de la plaque continentale thaïe-shane - partie orientale de la plaque indienne - sur la plaque continentale indochinoise stable.

11La couverture sédimentaire plissée est localement perforée par des roches profondes intrusives, le plus souvent de type granitique. Ces plissements ont essentiellement eu lieu à la fin de l’ère primaire (Permien) et au début de l’ère secondaire (Trias). Une série de coulissages a ensuite conduit à la mise en place de la péninsule malaise au cours de l’ère secondaire. Des rotations entre compartiments s’ensuivent qui provoquent l’ouverture de la mer de Chine et la naissance du golfe de Siam (Bunopas, 1981). Ces épisodes seront ensuite ponctués par une extension du sud de la mer de Chine à l’Oligocène puis à sa réorientation au début du Miocène et de nouveau une extension au Miocène moyen (Huchon et al., 1994). La région acquiert alors, dans les grands traits, ses contours actuels.

12Au cours de l’ère tertiaire, le paysage évolue en ambiance continentale. Certains auteurs considèrent l’alignement des plus hauts sommets du paysage comme le témoignage d’une vaste pénéplaine qui a tronqué les roches anciennes. Une tectonique de distension conduit à l’affaissement de certains blocs et à l’élévation relative des autres. Cette dynamique est à l’origine du cloisonnement des plaines alluviales dans les compartiments affaissés.

13Les compartiments élevés portent en altitude la couverture sédimentaire plissée qui forme des chaînons globalement orientés nord/sud à nord-ouest/sud-est. L’érosion et la dissection de ces reliefs sont à l’origine des séries de collines alignées qui caractérisent l’ouest et le nord du pays. Cette même phase de distension permettra la formation d’une vaste dépression dans la partie centrale du pays, qui sera alors occupée par le golfe de Siam. Le comblement de cette dépression par des apports alluviaux depuis le nord se poursuit encore et constitue la vaste plaine alluviale qui accueille les cours moyen et inférieur du fleuve Chao Phraya (Dheeradilok & Kaewyana, 1986).

14Bien que peu important en proportion de surface couverte, les dépôts calcaires contenus dans les séries plissées affleurent en de nombreux lieux du pays (fig. 19). Trois formations sont distinguées, de l’ouest vers l’est : la formation ordovicienne de Thung Song, la formation permienne de Ratburi et la formation triasique de Lampang. Précisons que la formation permienne est très étendue ; elle se prolonge au sud en Malaisie sous le nom de formation de Chuping et au Myanmar comme la formation de Moulmein (Dunkley, 1995). Elle présente des faciès à récif ou incluant des bancs de silex gris et, les roches qu’elle livre sont bien cristallisées et plus pures et plus massives que celles de la formation de Thung Song. Sa puissance est de l’ordre de 1 000 m dans le Sud du pays dans la région de Phuket et de 2 000 m dans la région de Chiang Dao (photo 19).

Karstification, grottes et cavités

15Les différents éléments de l’histoire géologique du pays sont représentés dans la région nord du pays : les séries sédimentaires plissées qui forment l’architecture du relief couvrent l’ère primaire et le début de l’ère secondaire tandis que les dépôts continentaux, tertiaires et quaternaires sont contenus dans les bassins délimités par les chaînons de moyenne montagne. Les formations calcaires affleurent en différents endroits ; elles constituent les massifs de dimensions modestes, séparés par des bassins inter-montagneux.

16La karstification de ces massifs mêle une double influence. Celle d’un environnement tropical qui, du fait d’une saison sèche importante atteignant six mois, se classe dans les environnements tropicaux contrastés. Le développement d’un karst tropical y est toutefois rendu possible du fait de précipitations annuelles importantes et d’une température moyenne élevée : 1 098 mm pour 25° C à Chiang Mai. La double condition climatique d’une température moyenne annuelle supérieure à 17-18° C et de précipitations au moins égales à 1 000 mm (Salomon, 2000 : p. 144) est ainsi respectée.

17La seconde influence est celle de la structure géologique qui s’exprime par les plis et la forte fracturation de la roche, mais également par les alternances de bancs plus ou moins massifs, en particulier dans l’ouest du pays où affleurent les faciès marginaux des bassins sédimentaires du Secondaire. Il n’y a pas de données pour la Thaïlande, mais, dans une région voisine, dans le karst du sud-est du Cambodge, Demangeot & Schneider (1971) font remonter le creusement des cavités au Néogène.

Des massifs truffés de cavités

18Le double contrôle, climatique et structural, donne naissance à des formes de paysage particulières qui caractérisent la région. Ainsi, les plateaux qui s’étendent au centre des chaînons sont criblés de dolines. On reconnaît la marque structurale dans l’allongement de ces dépressions selon un axe nord/sud. Elles se rencontrent aussi bien dans les plateaux de l’ouest du pays (Delannoy, 1981) que du nord-ouest (Kiernan, 1990). Les formes sont toutefois variées, depuis les simples dolines allongées jusqu’au karst polygonal lorsque les plateaux sont largement criblés, à l’exemple des plateaux de la région de Mae Hong Son décrits par Kiernan (1991).

19En bordure de plaine, l’incision des massifs calcaires par les vallons conduit à l’individualisation de collines circulaires qui détermine un karst à cône fréquent dans les régions tropicales. Toutefois, l’interférence de la structure géologique produit généralement des formes moins typiques. Ainsi Manfred (1976) propose le terme de « karst à crêtes » pour rendre compte des formes particulières rencontrées dans les environs de Mae Chan, dans le nord du pays. La fracturation préalable des roches déterminerait ce paysage. Les particularités de ces collines qui font transition entre le fond de vallées et les massifs calcaires tiennent à leur forme - allongée en ellipse et à versants fortement inclinés conduisant à des crêtes pyramidales - ainsi qu’à leur distribution en chapelets alignés donnant lieu à un paysage typique « en dents de scies ».

20Un autre paysage original est décrit dans les moyennes montagnes de l’ouest du pays. Là, l’inclinaison des terrains successivement tendres et résistants rend compte de la formation d’un paysage qualifié de « cuesta-tourelle » par Delannoy (1981). Les strates meubles sont incisées par les cours d’eau tandis que les bancs résistants sont portés en relief, formant des alignements de tourelles asymétriques. Le flanc qui surmonte les terrains meubles érodés est extrêmement abrupt et livre à l’affleurement des parois de roches dénudées, tandis que le versant opposé, faiblement incliné, est couvert par la forêt.

21L’influence de la forte fracturation permet également l’altération de roches pourtant peu aptes à la dissolution. Ainsi, les plateaux gréseux présents à l’est du pays peuvent livrer un relief original de karst à crevasses. L’altération se concentre dans les fractures qu’elle élargit et qui entaillent les plateaux en série de crevasses parallèles en privilégiant une, parfois deux directions (crevices-karst de Dunkley, 1995 : p. 15) pouvant par ailleurs conduire à la formation de véritables galeries souterraines.

22Des grottes se développant sur plusieurs centaines de mètres aux dépens des grès du Crétacé inférieur ont ainsi été décrites dans le nord-est du pays (Mouret & Mouret, 1994). De telles cavités sont cependant exceptionnelles et, le plus souvent, l’altération des grès ne conduit qu’à la formation de petites salles, voire d’abris-sous-roche.

23Si toutes ces formes ont été décrites localement, c’est principalement du fait du peu d’études qui leur sont consacrées. Elles sont pourtant fréquentes et il n’est qu’à parcourir les régions calcaires du pays pour se convaincre de leur caractère typique. De ce point de vue, le Doi Chiang Dao, dont la puissance de 2 000 m de calcaire s’élève brusquement à 1 500 m au-dessus de la plaine, se distingue du karst nord-thaïlandais. Dans leur rapport d’expédition, Deharveng & Gouze (1983 : p.3) font de ce karst de montagne la description suivante : « le karst présente un aspect très particulier avec de vastes vallons suspendus au-dessus d’une vallée principale sèche qui descend par crans successifs. On y observe des dolines et dépressions donnant parfois sur des puits. Vallées et vallons suspendus sont en outre bordés d’arêtes calcaires découpées en tourelles ou de tourelles isolées abruptes » (photo 19).

24Les eaux captées par le massif forment une résurgence au niveau de la plaine. Quinze mètres au-dessus de ce niveau de base, la grotte sanctuaire de Chiang Dao montre les signes d’un creusement phréatique - section en tube et coupoles de dissolution - qui indiquent que cette cavité est une résurgence fossile. Cette grotte permet d’accéder à trois réseaux fossiles étagés jusqu’à 75 m au-dessus de l’actuel niveau de base (Delange, 1997). Un tel étagement de grottes tunnel est très fréquemment observé dans le pays (Deharveng & Brouquisse, 1985 ; Kiernan 1991).

Photo 19. Doi Chiang Dao : karst à tourelles

25Le massif de Chiang Dao illustre aussi le fait que la plupart des réseaux fossiles reste inconnue. Les éboulements et les concrétions importantes des conduits les plus élevés ne permettent en effet pas d’accéder aux réseaux plus anciens qui pourraient exister. La fracturation préalable de la roche rend ces éboulements fréquents dans les cavités de Thaïlande. On ne saurait pourtant douter de l’existence de réseaux fossiles dans la partie haute du Chiang Dao comme en témoignent les nombreux accès présents sous la forme de puits (Delange, 1997). Le cavernement du massif est certainement beaucoup plus important que la partie actuellement connue, mais la disparition des entrées, colmatées par les éboulements, les dépôts de pentes ou les concrétions rendent leur reconnaissance extrêmement difficile. Quant aux concrétions, elles sont fréquemment nombreuses et cela est généralement imputé à l’acidité des eaux de percolation issues des sols tropicaux. À titre d’exemple, Kiernan (1991) parle de forêts de spéléothèmes pour traduire l’ampleur de celles qu’il observe dans les cavités de la région de Mae Hong Son.

Remplissage géologique et héritage anthropique

26Les réseaux karstiques portent également l’empreinte du contrôle structural, classiquement par l’alignement des conduits sur les directions dominantes de fracturation, mais également par les très nombreuses exsurgences qui reflètent ici l’isolement des affleurements calcaires au sein de roches imperméables. Dans le cas des massifs de dimensions modestes, c’est un fonctionnement en perte/résurgence qui est observé, à l’image des petits affleurements satellites du Chiang Dao (photo 20). Ce fonctionnement garantit le transport de la charge détritique des rivières dans l’endokarst. Des indices de tels dépôts sont observés sous la forme de conglomérats cimentés adhérant aux parois des cavités (photo 21). Des limons peuvent également être déposés par la rivière en crue dans les étages supérieurs des réseaux.

Photo 20. Massif satellite du Doi Chiang Dao, site de Ban Fa Suai II

27L’étagement des dépôts peut également être lié à l’enfoncement progressif du réseau en relation avec les rivières. C’est l’interprétation que propose Kiernan (1991) dans son étude de la région de Mae Hong Son pour rendre compte des dépôts détritiques contenus dans les cavités. Ces dépôts se distribuent selon trois niveaux, les plus hauts étant perchés 20 à 30 m au-dessus des cours d’eau. Prenant en compte les taux d’abaissement des plaines qui forment le niveau de base auquel se raccordent les galeries souterraines, cet auteur leur attribue un âge pléistocène moyen, soit quelques centaines de milliers d’années...

28Enfin, à côté de ces dépôts proprement endokarstiques, on observe fréquemment, en Thaïlande comme ailleurs en Asie du Sud-Est, des témoins de dépôts contenant du matériel archéologique sous la forme de brèches adhérant aux parois un à deux mètres au-dessus du sol (photo 22). Il s’agit le plus souvent de dépôts mêlant une fraction caillouteuse libérée par l’encaissant à des dépôts de pentes détournés dans les cavités (Glover, 1979). Ces « brèches fossilifères » qui ont depuis longtemps retenu l’intérêt des paléontologues (photo 23) se localisent dans les entrées de grottes ou les abris-sous-roche. Plusieurs explications ont été avancées pour rendre compte de leur formation.

Photo 21. Conglomérat, site de Ban Fa Suai II

Photo 22. Brèche fossilifère, massif karstique de la Nam Lang

Photo 23. Détail, brèche fossilifère, Nam Lang

29Cette genèse est liée à une érosion du dépôt initial n’épargnant que les brèches de parois, qu’elle soit due à des ruissellements ou à des écoulements fluviatiles lorsque les cavités s’ouvrent sur les plaines ou qu’elle procède de l’utilisation des dépôts de grotte et d’abris comme engrais pour l’agriculture locale. La dissolution et la compaction de dépôts non cimentés laissant en relief les dépôts bréchifiés ont pu être mises en évidence par Glover (op. cit.) dans le cas de l’abri de Ulu Leang I, en Indonésie. Le même auteur considère cependant que ce sont les soutirages provoqués par l’abaissement de la nappe phréatique subséquemment à l’enfoncement de la plaine qui rendent compte de la formation de la majorité de ces brèches. Quoi qu’il en soit, aucune de ces interprétations ne rend compte à elle seule de la formation de ces brèches. Si ces formations sédimentaires sont un conservatoire des témoins d’une évolution naturelle ou anthropique, leur mise en place doit être discutée au cas par cas. Leur constitution et leur érosion illustrent la rapidité et l’importance de l’évolution que peuvent subir des sites vieux de quelques milliers ou dizaines de milliers d’années dans le contexte d’un environnement tropical.

30Les paysages livrés par les massifs calcaires du nord de la Thaïlande appartiennent aux paysages des karsts tropicaux. Ils offrent toutefois des particularités héritées de l’histoire géologique du pays qu’il convient de prendre en compte dans la recherche des indices des premiers peuplements. Si les cavités sont nombreuses, il s’agit surtout de conduits souterrains présents quelques dizaines de mètres au-dessus des plaines. L’observation de témoins des premiers épisodes de remplissage, à l’image des conglomérats bréchifiés fréquemment rencontrés, illustre la capacité de préservation de dépôts anciens de ces cavités. L’accès à ces réseaux est plus ou moins aisé. Et l’ancienneté des cavités reste relative : quelques centaines de milliers d’années, tout au plus, en l’état actuel des connaissances. L’existence de cavités plus anciennes ne fait pas de doute, mais leur reconnaissance se heurte à des difficultés d’accès dues à la liaison avec la disparition des entrées du fait de la forte dégradation et du colmatage des réseaux. C’est, selon nous, la principale raison du très faible nombre de sites très anciens connus dans le nord de la Thaïlande, ainsi que, d’une façon plus générale, dans toute l’Asie du Sud-Est continentale.

L’occupation anthropique des grottes

31Au cours de nos prospections, nous avons constaté que, bien souvent, lorsque les conditions théoriques favorables étaient réunies pour qu’il existe un site préhistorique, le lieu était déjà occupé soit pour des pratiques funéraires soit pour des activités religieuses. Dans le premier cas, cela confortait notre démarche, les sites funéraires étant, en quelque sorte, le signe d’une pérennité de l’occupation préhistorique. En revanche, l’activité religieuse actuelle était le plus souvent destructrice des éléments archéologiques. Nous nous sommes ainsi interrogés sur les raisons et les modes par lesquels le bouddhisme a souvent hanté les mêmes lieux que l’homme préhistorique.

Mythe et religion cavernicole en Asie : dans les pas de Bouddha

32À première vue, on pourrait penser que l’archéologie préhistorique de l’Asie ne devrait pas trouver le bouddhisme sur son chemin. Sur le plan chronologique d’abord, ce mouvement religieux est apparu récemment au milieu du millénaire précédant notre ère, à une époque considérée comme « historique » même si les spécialistes n’arrivent pas à s’accorder sur les dates précises de son initiateur (Bechert, 1992 ; Narain, 2003).

33Sur le plan culturel ensuite, le bouddhisme n’est pas le produit d’un être dont la lutte pour la survie était le souci quotidien, mais au contraire celui d’un bourgeois qui avait épuisé les charmes du confort et du luxe. Loin d’être l’invention d’un homme « primitif », le bouddhisme est donc naturellement, pour nombre d’adeptes occidentaux contemporains, ce que l’Asie a formulé de plus « moderne ».

34Sur le plan géographique enfin, il a laissé beaucoup de traces dans les paysages de l’Asie, mais le plus souvent le long des grandes routes commerciales et des vallées qui ont vu naître et s’épanouir les pouvoirs politiques dominants, autrement dit, les États. Bref, récent par son histoire, moderne par son inspiration, urbain par sa réussite, le bouddhisme semble loin de l’homme préhistorique.

Photo 24. Bouddha couché, région de Nan

35Et pourtant, l’archéologue en quête de préhistoire asiatique bute souvent sur un bouddhisme qui, loin de l’éveiller à la connaissance des origines de l’homme, s’interpose au contraire entre lui et son objet comme un écran opaque ou une lourde chape au sens le plus matériel du terme (photo 24). C’est que, pour des motifs différents, le Bouddha et son disciple, l’homme préhistorique et le préhistorien, se retrouvent tous, par delà siècles et cultures, obsédés par le même petit topos : l’abri-sous-roche ou la grotte habitable.

36Le bouddhiste ayant occupé les lieux en dernier y a laissé et y laisse encore des traces (photo 25) qui gênent et, souvent empêchent l’investigation profonde du passé cher à l’archéologue préhistorien.

37Quand on envisage de percer l’or des images hiératiques du Bouddha, le mystère insondable du lotus, ou le romantisme de l’encens, des lampes et des fleurs, quand on veut chercher l’événement, la crise qui a fini par donner naissance à ce que l’on appelle depuis le xixe siècle une religion universelle, on aboutit à une nuit au cours de laquelle un prince, habitué à une vie de pacha, fait ses adieux à son épouse et à son bébé.

38Lui, l’habitué du palais, quitte la vie de sédentaire pour mener celle des mendiants que nous connaissons aujourd’hui en Inde sous le nom de sannyasin. Il quitte pour de bon la vie de « maître de maison » et, en principe, n’aura plus de maison pour abri, mais de simples arbres.

Photo 25. « Empreinte » du Bouddha, grotte de Pha Daeng, Salaween Wildlife Sanctuary

39« En principe » car dans la règle qu’il établira plus tard pour garder dans le droit chemin les disciples qui souhaitent l’imiter, on lui fait dire : « La vie religieuse a pour fondement la résidence au pied d’un arbre. C’est ainsi que vous devez vous efforcer de vivre tout au long de la vie ».

40Les monastères (vihâra) (Bechert, 1992 ; Narain, 2003), les hangars (addayoga) (Upasak, 1975), les demeures (pâsada) (Rhys Davids, 1966 ; Upasak, 1975), les immeubles (hammiya) (Upasak, 1975), les grottes (guhâ) sont des concessions exceptionnelles (Rhys Davids & Oldenberg, 1885). En fait, « guhâ », rendu ici par « grotte » selon l’usage toujours reçu en Thaïlande, désigne tout aussi bien un abri de brique, de pierre, de bois ou un logement troglodyte (Bechert, 1992), bref un « abri » dans sa plus simple expression. Un commentaire laisse penser que c’est la grotte qui avait été le premier type de logement. Il explique le terme « lena » (ermitage) comme un endroit permettant de s’asseoir et de se coucher, obtenu soit en creusant [une grotte ou une galerie] dans une montagne, soit en construisant un mur si la grotte est « insuffisante » (Rhys Davids, 1966).

41Les textes bouddhiques rapportent des scènes où le Bouddha, avant et après son « Éveil », aurait résidé dans des grottes. Les maîtres auprès desquels il chercha d’abord la vérité sur les contreforts de l’Himalaya habitaient parfois dans des cavernes où il s’efforça de les imiter. Le pèlerin chinois Xuangzang ou Hiuan-tsang (596-664) rapporte avoir vu près de Jalalabad dans l’actuel Afghanistan une grotte merveilleuse donc l’accès était risqué. Il parvint à trouver un guide, mais comme ils approchaient de la grotte, ils furent attaqués par cinq bandits armés de sabres. Xuangzang leur explique alors la raison de sa visite : « Puisque je viens vénérer le Bouddha, je ne saurais avoir peur ni des bêtes sauvages et encore moins d’hommes tels que vous ! ». Surpris par tant d’audace, loin de lui faire un sort, les bandits lui demandent de pouvoir l’accompagner. Xuangzang pénètre dans la grotte et, au début, ne distingue rien. Découragé, il se met à pleurer et se prosterne cent fois tout en récitant des textes sacrés. Au bout d’un moment, il aperçoit un endroit éclairé sur une paroi, se prosterne deux cents fois, tant et si bien que la grotte tout entière s’illumine et qu’il peut admirer l’ombre du Bouddha sur le rocher. Xuangzang fera une réplique de l’image qu’il vénérera tout le reste de son voyage (Wriggins, 2004).

42Plusieurs pèlerins chinois rapportent avoir vu celle où le futur Bouddha aurait répondu en écrivant sur la paroi au dieu Indra venu le questionner (Malalasekera, 1960 : p. 313). Plus tard, dans une autre, il aurait offert à son disciple préféré, Ananda, la possibilité de vivre tout un éon, mais Ananda manqua l’occasion faute de concentration suffisante (Karunaratna, 1979 : p. 13).

43Les grottes sont parfois mentionnées comme lieux de résidence des moines venus de loin comme pour leur permettre de goûter un repos bien mérité dans un logement plus confortable que le pied d’un arbre. Le recueil canonique des vies des premiers disciples du Bouddha se fait l’écho du charme que la nature vierge et sauvage offre à l’ascète écœuré du monde : « Quand donc habiterai-je dans une grotte de montagne, seul, sans compagnon, avec l’intuition de l’instabilité de toute existence ? Quand sera-ce là mon lot ? Quand est-ce que, sage, en mes habits faits de haillons, en costume jaune, ne nommant rien ma propriété et sans désirs, anéantissant l’amour et la haine et l’égarement, habiterai-je joyeux sur la montagne ? Quand donc apercevant l’instabilité de mon corps, qui est un nid à meurtre et à maladie, tourmenté par la vieillesse et la mort, quand, libre de crainte, habiterai-je solitaire en la forêt ? Quand sera-ce là mon partage ? Les lieux charmants, les montagnes, les rochers me remplissent d’aise. C’est là qu’il fait bon être pour moi, l’ami de la méditation, qui m’efforce vers la délivrance » (cité par Lamotte, 1958 : p. 68). Cette séduction de la grotte pour l’ascète reste toujours mise en avant aujourd’hui, non seulement dans les hagiographies patentées, mais même dans le discours de bonzes bien vivants.

Le background asiatique

44Au cours de son développement ultérieur en Asie, le bouddhisme a exploité les abris naturels de multiples façons et pour des objectifs variés.

45Tantôt cellule individuelle, tantôt dortoir (photo 26), tantôt salle de réunion liturgique (photo 27) tantôt salle de méditation, réserve de nourriture, bibliothèque, salle conciliaire (photo 28) salle de refuge, naturelle ou artificielle, la grotte a rempli toutes les fonctions et les modes possibles d’un bâtiment.

46Le Sri Lanka possède de nombreux sites rupestres qui ont été habités par des moines depuis l’arrivée du bouddhisme si l’on en croit les chroniques. On y dénombre en tout cas plus de 1 200 inscriptions rupestres gravées entre le IIIe siècle avant notre ère et le premier siècle de notre ère. Elles attestent la résidence de moines bouddhistes et les donations dont ils étaient bénéficiaires (Karunaratna, 1979 : p. 14). Les grottes de Sri Lanka sont le plus souvent des abris naturels qui ont été très légèrement aménagés pour protéger les résidents des inconvénients naturels comme la pluie.

47En revanche, en Inde, du IIIe siècle avant notre ère au viiie siècle de notre ère, les bouddhistes ont créé une véritable architecture rupestre en creusant des grottes d’abord pour les besoins de la vie érémitique, ensuite pour les besoins de la vie collégiale. Aux cellules individuelles avec le « lit » dégagé du roc se sont progressivement ajoutées des salles de culte ou de réunion. À la paroi lisse ou rugueuse des origines a succédé la fresque édifiante attestant de l’évolution des idées et des croyances. Dans la seule Inde de l’Ouest, sur 900 grottes aménagées, 700 appartenaient aux bouddhistes. Les sites les plus importants sont Junnar (150 grottes) et Krishnagiri (87 grottes). Ellora (33 grottes) et Ajanta (27 grottes) sont probablement les plus connues du public en raison de la qualité de leurs fresques.

Photo 26. Cellule du monastère de Tham Wua (Mae Hong Son)

Photo 27. Autel bouddhique (Nan)

Photo 28. Salle conciliaire troglodytique (Nan)

48De l’ouest de l’Inde, le bouddhisme se répandit vers le nord-ouest et ce qui est devenu le Pakistan et l’Afghanistan. Rois et riches commerçants, néophytes bouddhistes, y patronnèrent le creusement de nombreuses grottes sur le modèle de celles de l’Inde de l’Ouest. Récemment, l’un de ces sites, Bamiyan, a surgi dans notre actualité, avec ses immenses falaises non seulement ornées d’images monumentales, mais trouées d’innombrables salles de séjour et de prière reliées par un entrelacement de tunnels.

49Le nord de l’Inde et les pays himalayens ne furent pas en reste dans cette exploitation bouddhique de la grotte. Padmasambhava, à qui la tradition attribue la victoire sur les démons qui permit la conversion du Tibet au bouddhisme à la fin du viiie siècle de notre ère, voit son itinéraire d’Inde au Tibet semé de grottes qui se réclament de son passage. Quant à Milarépa (1040-1123), le grand saint du Tibet, il est réputé pour ses longues méditations en solitaire, emmuré dans les grottes pendant des mois (Bacot, 1971 : p. 126 et passim). Au siècle dernier, des témoignages attestaient que des ascètes pouvaient rester dix, vingt ans ou plus à méditer dans une grotte obscure dans le silence le plus complet, la nourriture leur étant apportée de temps en temps (Karunaratna, 1979 : p. 17). En tous les cas, des monastères construits contre certaines de ces grottes célèbres portent toujours témoignage de la vivacité de ces traditions (Snellgrove, 1980 : pp. 73-81).

50Au-delà de l’Afghanistan et du Tibet, les oasis de l’Asie centrale virent aussi leur floraison de grottes occupées par des ascètes bouddhistes. Le site le plus connu du public occidental est sans doute celui de Dun Huang en raison de sa richesse en fresques et en manuscrits dont certains se trouvent aujourd’hui dans les bibliothèques de Paris ou de Londres et qui sont toujours en cours d’exploitation. La tradition veut qu’à la fin du viiie siècle, ce site aurait contenu plus de mille grottes. La tradition des grottes parfois creusées, souvent sculptées et peintes ne s’arrêta pas en Chine, mais continua en Corée et au Japon où, toutefois, les sites rupestres sont très peu nombreux.

Bouddhisme underground

51En Asie du Sud-Est, le bouddhisme exploita également les grottes, naturelles surtout, peut-être parce que la géologie y offrait suffisamment d’abris. Mais, il développa aussi plusieurs manières de recréer l’ambiance de la grotte naturelle : les sanctuaires rupestres mixtes avec des galeries creusées ou construites et les grottes totalement artificielles. Le complexe de sanctuaires rupestres sur lequel nous bénéficions d’une étude récente est celui de la colline Po Win, au Myanmar central, non loin de Mandalay, dans la division de Sagaing et le district de Yinmabin, le long de la rivière Chinwin célèbre depuis la Deuxième Guerre mondiale (Chew, 2005). L’une des chroniques du site établit le lien entre le culte des esprits habitant les grottes et le bouddhisme : un roi vertueux de Pagan était venu à la recherche de la belle Tusita pour constater qu’elle avait été enlevée par un rival et transformée en déesse par l’esprit protecteur de la colline Po Win ; le voyant malheureux de dépit, la déesse lui apparut, si bien qu’il décida de lui construire et dédier un sanctuaire... bouddhiste. Le site comporte aujourd’hui pas moins de 790 grottes ou galeries, ce qui lui permet de rivaliser avec les grands sites d’Inde ou de Chine et en fait un magnifique livre d’histoire illustrée du bouddhisme birman (Pichard, 1992-2001).

52Le site fameux de Pagan, parmi ses milliers de monuments, offre quant à lui 21 monastères « souterrains ». Donnant sur des salles communes, les tunnels conduisaient aux cellules plus ou moins profondément creusées de façon à recréer l’atmosphère d’une grotte (Pichard, 2003). Recherchées principalement pour leurs fonctions naturelles d’abris à finalités diverses, les grottes naturelles pouvaient également être l’objet d’une exploitation rituelle dont Stein (1998) a dressé un premier catalogue.

53Nous mentionnerons simplement ici le cas devenu rare d’exploitation du symbolisme de la matrice dans un contexte bouddhique. La grotte se trouve dans un massif montagneux karstique au sud de Battambang au Cambodge. Au début des années 1970, elle servait à un rituel de régression utérine que le bonze officiant clôturait ainsi : « Nous venons d’entrer dans cette grotte et avons acquis de grands mérites, car il s’agit de la matrice de l’auguste mère [...]. L’orifice que voici est la Porte d’or. En y pénétrant pour pratiquer l’ascèse, nous avons régressé dans le ventre maternel. Nous sommes ainsi nés une nouvelle fois. Demandons pardon d’avoir souillé l’auguste mère ! » (Bizot, 1980 : p. 239).

54En terminant ce bref survol des grottes bouddhiques situées en dehors de la Thaïlande, il est nécessaire de les mettre en perspective afin de ne pas les isoler. En effet, relativement récent comme on l’a dit plus haut, le bouddhisme n’a pas été le seul courant religieux à saisir l’intérêt de la grotte comme lieu et instrument de recherche spirituelle. On a vu que le Bouddha avait commencé par se mettre lui-même à l’école de maîtres plus anciens. Mais tous les mouvements religieux, pré- ou post-bouddhiques ont non seulement vu l’intérêt pratique de la grotte pour celui qui refusait la maison, mais ont également su en exploiter le mystère et le symbolisme : mystère de la grotte comme art premier de la nature pérenne et souveraine ou comme porte de l’enfer où règnent des créatures redoutables, ou encore comme signe dur et palpable de l’écoulement du temps au rythme de la goutte qui tombe dans le silence de la nuit ; symbolisme de la terre-mère, matrice qu’il faut pénétrer pour renaître et déboucher sur la lumière de la vérité, ou du labyrinthe au fond duquel se cache le talisman de l’immortalité (Stein, 1988 ; Kaltenmark, 1981). Cette importance primale de la grotte a été tellement forte tout au long de l’histoire du bouddhisme que, à défaut de grottes naturelles, on s’est efforcé d’en recréer d’artificielles. Comment ce mystère et ce symbolisme sont-ils déclinés en Thaïlande ?

Visions, représentations et usages modernes des grottes de Thaïlande

55En Thaïlande, le grand nombre de massifs karstiques prédispose le paysage à offrir une quantité importante de grottes et d’abris, ce qui explique peut-être le relatif petit nombre de grottes artificielles dans le pays. Partout dans le monde, le sentiment religieux naturel trouve dans les grottes des éléments de fixation à ses obsessions ou à ses exigences de mystère et de symbolisme mais dans le bouddhisme, ces deux éléments ont été découverts et développés par la solitude et l’ascèse d’une élite avant d’être reconnus et loués, sinon mis en pratique, par l’ensemble des fidèles. Or, l’exploitation naturelle des grottes par une rationalisation « surnaturelle » a en fait précédé celle développée par le bouddhisme.

56Comme le dit Munier (1998), la Préhistoire « rencontre le bouddhisme » dans nombre de sites rupestres thaïs. Dans certains cas, les croyances que l’on peut qualifier de pré-bouddhiques se sont maintenues sans « contamination » ou réinterprétation bouddhique. Dans d’autres, ces croyances ont été réinterprétées et bouddhisées de façon à faire entrer l’esprit ou le génie qui les hantait dans l’orbe englobante du bouddhisme comme nous l’avons vu pour la colline Pro Win au Myanmar. Il en sera fait abstraction ici bien que ces croyances soient toujours très vivantes pour les habitants des régions voisines de telle ou telle grotte. En revanche, seront simplement mentionnées pour mémoire les premières occupations de grottes par les premiers bouddhistes en Thaïlande dont l’archéologie historique explore les vestiges (Munier, 1998).

57Les vestiges archéologiques semblent indiquer que les bouddhistes ont sinon commencé à coloniser les grottes, du moins laissé des traces datables de leur colonisation rupestre, peu après le milieu de notre premier millénaire. Les sites principaux étudiés datant de cette époque sont ceux de Khao Ngu, dans la province de Ratchaburi, Khao Thamorat, dans la province de Phetchabun, Tham Khuha, dans la province de Surat Thani et Tham Phra Phothisat, dans la province de Saraburi. L’étude des vestiges artistiques et autres qui se trouvent dans ces grottes est évidemment d’une extrême importance pour les historiens du bouddhisme puisque toutes les sources écrites autres qu’épigraphiques datant de ces siècles lointains ont disparu probablement à jamais (Bua, 1976).

58Faisons un saut au-dessus de la période de production des chroniques religieuses où les sites bouddhiques principaux ont été souvent reliés à un voyage du Bouddha dans la région. Au xxe siècle, le rapport entre la nature et la culture - nous voulons dire ici entre la grotte inaccessible et l’habitant de la ville - a été paradoxalement modifié, chez les thaïs d’aujourd’hui, par l’impact des maîtres et des monastères de méditation bouddhistes. Il y avait toujours eu, si l’on en croit les textes bouddhiques, deux types de moines et de monastères, ceux qui résidaient dans les « villages » et ceux qui résidaient dans la « forêt ».

59Les premiers se consacraient plutôt à l’étude des textes tandis que les seconds la méprisaient souvent pour se tourner exclusivement vers la méditation à partir de l’observation de phénomènes naturels : respiration, cadavre, eau, bougie, etc.

60Au cours du xxe siècle, suivant l’exemple du Vénérable Man Bhuridatto, le grand maître de méditation du Nord-Est (1870-1949), des centaines et des milliers de moines ont repris goût à l’itinérance accompagnée du séjour dans les forêts et les grottes. Mais dans les années 1920 ou 1930, avec une population 3 ou 4 fois moindre qu’aujourd’hui, il ne fallait pas aller très loin en dehors des villages pour rencontrer éventuellement un tigre. Pour être proche, la forêt était une zone plutôt dangereuse, non seulement à cause des bêtes féroces, mais à cause de maladies davantage provoquées par les redoutables mauvais génies que par les petits moustiques.

61Quant aux grottes, outre les tigres ou les ours, elles pouvaient servir de repaires à des bandits. Mais pour l’ascète, elles étaient le champ de bataille idéal entre lui et ses fantasmes et s’il en ressortait vivant, au sens premier du mot, il était prouvé qu’il appartenait à une espèce particulière, celle des « méritants », des êtres pourvus de mérites, qui, dans les décades suivantes, allaient être reconnus comme « saints » autrement dit, en termes bouddhistes, comme « arahants » : celui qui atteint tous ses désirs et qui donc ne renaîtra plus jamais.

62Aujourd’hui, beaucoup de grottes jadis hantées par les mauvais esprits et les bons ascètes sont devenues des monastères clinquants d’or et bruyants de marchands du temple. La forêt sauvage est devenue apprivoisée - quand elle n’a pas été complètement détruite - la grotte humide est cimentée et le sol pierreux couvert d’un tapis sensuel aux genoux.

63Ainsi, la grotte évoquait d’abord la peur du génie qui l’habitait quand ce n’était plus un tigre, encore que l’un pouvait émaner de l’autre.

64C’est pourquoi nombre d’ascètes ont fait la preuve qu’ils étaient plus forts que les esprits en restant obstinément à méditer dans les grottes. La grotte Sarika, dans la province de Nakhon Nayok, était habitée par un mauvais génie. Tous ceux qui passaient une nuit dans la grotte mouraient. Quand le Vénérable Man y arrive, le génie lui demande de ne pas revenir. Mais Man parvient à le subjuguer grâce à un sermon sur le karma (Bua, 1976). Les hagiographies de saints permettent ainsi de composer une sociologie des êtres qui les hantent. Une grotte peut être le domicile d’un esprit condamné là par punition.

65Un hagiographe rapporte qu’un bonze khmer s’était fait réprimander publiquement par le même Vénérable mais sévère Man. Vexé, le moine khmer quitta le groupe puis mourut d’une crise de paludisme. Une fois mort, il apparut en vision à un disciple de Man et lui révéla qu’il était assigné à résidence dans la grotte « Klaep » parce qu’il s’était fâché lorsque le Vénérable Man lui avait fait des reproches (revue Mahatsajan, vol 15 n°15 pp : 9-10).

66Si la grotte peut tuer par fauve ou maladie interposés, elle peut aussi prolonger la vie. On demande à un vénérable de 102 ans comment il a réussi à prolonger ainsi sa vie jusqu’à un âge si avancé. Il raconte que, âgé de 60 ans, il pratiquait les austérités dans une grotte de la province de Lopburi avec des confrères. Ils entendirent un grand cri comme celui d’un tigre venant des profondeurs de la grotte et allèrent voir. Arrivés à un endroit, ils découvrirent un paquet enveloppé de tissu qui tomba en poussière dès qu’ils le touchèrent. Apparut alors un objet rond plus gros que le poing dont ils savaient intuitivement que c’était un médicament pour prolonger la vie. Ils le coupèrent en quatre et le mangèrent. Au moment de se coucher, le futur narrateur ressentit une chaleur telle qu’il eut besoin d’aller se rouler dans la rosée. Mais cela ne servit rien et il s’évanouit. Au petit matin, il revint à lui et se sentit si léger qu’il pratiqua la lévitation. Le médicament avait « en fait » été composé par de vénérables anciens et des divinités qui l’avaient déposé là pour les ascètes (Gabaude, 2003a).

67La grotte peut donc être le siège d’esprits bienveillants, voire de dieux. Un moine ascète s’installe pour dormir dans une grotte de la province de Chiang Rai. Il aperçoit un gros serpent qui le menace. L’ascète répand sur le reptile sa bienveillance tout en lui disant que s’il est lui, le moine, en « dette de [mauvais] karma », le serpent fasse son œuvre. Le reptile le laisse mais lui apparaît en rêve pour lui demander de développer en cet endroit un monastère. Le bonze refuse pendant deux nuits avant que des villageois ne viennent le consulter à ce sujet. Le serpent lui réapparaît en rêve, lui confirme sa mission, fait trois circumambulations rituelles (pradakshina) autour de l’ascète et disparaît dans la rivière. On ne l’a jamais revu. Dans ce cas, le serpent, potentiellement dangereux, est en fait un bon esprit chargé de contribuer à l’avancement du bouddhisme... et à la légitimation du saint (revue Duang Setthi n° 96 pp. 80-81 et 63-64).

68Parfois, les récits semblent suggérer un habitat mixte de mauvais et de bons esprits. Un hagiographe raconte par exemple que la grotte du Bœuf Roux, près de Nakkhon Ratchasima, attirait le malheur sur celui qui passait à côté sans montrer de respect et que tout pratiquant de magie devait venir s’y exercer, s’y éprouver. Deux moines ascètes décident de s’y arrêter. Ils entendent un grand bruit de chute de pierres et se mettent à méditer. Le bruit disparaît, puis revient sous une autre forme. Ils comprennent qu’il s’agit de divinités qui se réunissent dans la grotte (Kamala, 1997).

69Le lecteur peut comprendre que le premier bruit était potentiellement dangereux mais que, en tout cas, il a été remplacé par un bruit de bon augure, puisqu’il est provoqué par des dieux. Dans les deux cas, le lecteur a appris que les ascètes savent que ce sont des dieux qui provoquent le bruit. Du côté des ascètes eux-mêmes, les anecdotes suprana-turelles ne servent donc qu’à souligner les pouvoirs spéciaux qu’ils ont obtenus et la perfection à laquelle ils sont tout simplement parvenus.

70L’édification de monastères rutilants greffés sur la grotte et parfois complétés par des stupas-musées (Gabaude, 2003b) dédiés au saint attestent le passage irrémédiable de la nature à la culture, et d’un bouddhisme cru à un bouddhisme cuit, dans tous les sens du mot disent certains critiques. Il ne faudrait pas pour autant croire que la résidence dans les grottes est simplement le fait d’ascètes hors du commun ou introuvables aujourd’hui.

71Deux types de moines résident encore dans des abris sous roche ou des grottes, les uns provisoirement - pendant une partie de la saison sèche - les autres pendant des années consécutives. Certains moines bouddhistes thaïs continuent de pratiquer l’itinérance originelle du Bouddha pendant la saison sèche. Ils sont appelés thudong d’après le terme pâli dhutanga qui désigne un « moyen de purification » ou une austérité choisie librement et en sus des observances imposées par la Règle (vinaya) des moines.

72Le manuel de discipline le plus célèbre en milieu theravâda (présent à Sri Lanka et en Asie du Sud-Est continentale exception faite du Viêt-Nam) - La Voie de la Purification ou Visuddhimagga -en codifie treize sortes dont certaines concernent le « logement » : la huitième consiste à vivre dans la forêt ; la neuvième à vivre au pied d’un arbre ; la dixième à vivre en plein air, c’est-à-dire sans abri naturel ; la onzième à vivre dans un cimetière ; la douzième dans n’importe quel type d’abri (Nyanatiloka, 1961).

73On le voit, la grotte ou l’abri-sous-roche ne sont pas mentionnés comme tels mais ils sont compris ou induits par la huitième austérité (la forêt) ou la douzième (n’importe quel type d’abri). C’est la raison pour laquelle on peut encore aujourd’hui rencontrer un certain nombre de sites rupestres habités, pendant la saison sèche, par un ou plusieurs moines itinérants qui choisissent l’inconfort pour tester leur compréhension du bouddhisme.

74À côté des troglodytes de saison, on en trouve de sédentaires. Tandis que les premiers n’aménagent pas ou peu leur abri, les seconds, après avoir commencé par dormir sur un bas-flanc de bambou ou de bois, se construisent un lit en ciment et bétonnent ici ou là. Idéologiquement, ils sont parfois en opposition larvée ou ouverte avec les moines « installés » dans les monastères des environs.

75Le goût pour la grotte, ou plus exactement pour l’isolement et le silence qui y sont liés, a généré en Thaïlande comme ailleurs mais moins qu’ailleurs, la construction de grottes artificielles. Près de Chiang Mai, dans un « monastère de forêt » - le Wat Umong ou le Monastère des tunnels - on trouve un grand stupa, appelé ici jedi (du pâli cetiya) édifié sur une élévation au moins en partie artificielle dans laquelle ont été percées des galeries (umong) agrandies ponctuellement d’alvéoles ou d’oratoires qui servaient de gîte et/ou de lieu de méditation. La tradition veut que, à l’époque du Roi Ku Na qui aurait régné de 1355 à 1385, ce monastère avait pour supérieur un moine sage qui aimait partir méditer en forêt, au grand dam du roi qui ne pouvait plus le trouver pour le consulter. Pour le garder continuellement sous la main, le roi, qui devait savoir que toute réalité est de toute façon illusoire, fit construire des galeries ornées de plantes et de fleurs, de telle façon que le sage pu méditer tout en continuant d’avoir l’impression qu’il était en forêt (Penth, 1987). » Se non è vero è bene trovato », voilà encore une grotte illustrant non seulement le passage de la nature à la culture, mais aussi de la politique à la religion !

76De nos jours, des grottes totalement artificielles posées en plein monastère sont encore construites, quoiqu’en petit nombre, un peu comme le sont ailleurs des grottes de Lourdes. Bien sûr, ces grottes toute neuves, dorées ou argentées en plein monastère, n’intéressent pas le préhistorien. Celles qui l’intéressent, les grottes naturelles aujourd’hui occupées par des sites bouddhiques, pour être généralement en pleine campagne, n’en restent pas moins relativement proches des villages. En effet, le moine itinérant ou sédentaire qui en fait sa retraite a besoin d’une présence humaine pour quêter sa nourriture. De plus, même s’il est arrivé aux moines missionnaires de mendier chez des populations non bouddhistes, en général, les grottes où séjournaient les moines pour de longues périodes devaient faire partie de la zone d’habitation des populations déjà bouddhisées.

77Pratiques aujourd’hui, elles l’étaient également hier, situées le long de vallées ou procurant un abri particulièrement avantageux. On peut donc penser a priori qu’elles ont servi d’habitat depuis longtemps, depuis la préhistoire s’entend. Malheureusement pour le préhistorien, leur occupation par les méditants ou les dévots bouddhistes en rendent la fouille difficile voire impossible puisque des structures en ciment ferment généralement l’accès à leur sous-sol. Il reste au préhistorien à ruser, soit en fouillant dans des sites voisins non souillés par la dévotion bouddhiste, soit en explorant des sites en retrait des vallées bouddhisées en espérant que l’Homo erectus aimait déjà la vie de reclus.

Antre-logis, bouddhisme et tourisme

78On l’a vu, les disciples du Bouddha, au moins ceux qui se piquent de l’imiter au plus près, ont toujours éprouvé une attirance pour la résidence plus ou moins longue dans les grottes ou dans des abris sous roche pour la bonne raison qu’au départ celui qui devait devenir Bouddha avait « quitté la maison » au sens propre du terme. Le refus du « monde » commence par un refus du logement normal des gens du monde, du confort, de la jouissance et de l’attachement qui y sont liés.

79À partir de cette exigence première, deux choix principaux s’offrent au moine mendiant et itinérant, soit dormir à la belle étoile sous les arbres, soit, dans ces pays de mousson ou l’étoile n’est pas souvent visible, mais la pluie fréquente, dormir dans des abris naturels sous des entassements de roches ou dans des grottes. C’est cette impulsion originelle qui a inspiré nombre de choix de vie et de sites tout au long de la longue histoire du bouddhisme et qui les inspire encore aujourd’hui.

80Mais les ascètes bouddhistes n’étaient pas les premiers habitants de ces logements rupestres. Si eux les recherchaient par dégoût du luxe et pour fuir palais ou maisons, bien plus nombreux étaient ceux qui y avaient campé par nécessité depuis les premiers balbutiements de l’humanité et qui y avaient abandonné des traces et des sédiments durables de leur existence passagère.

81De nos jours, du moins dans un pays comme la Thaïlande, où l’urbanisation génère un désir de glèbe et de roc tandis que le vent des modes écologiques occidentales souffle librement, le retour aux sources s’accompagne d’un retour aux grottes éventuellement préhistoriques. L’exploitation et l’aménagement de certaines d’entre elles à des fins touristiques ne fait maintenant qu’ajouter un poids de plus au karma déjà lourd de l’archéologue préhistorien.

Figure 20. Relevé de la grotte de Tham Takatan, région de Chiang Mai

Figure 20. Relevé de la grotte de Tham Takatan, région de Chiang Mai

82Le ministère thaïlandais de l’éducation nationale a publié une description des principales grottes du pays destinée aux élèves du primaire (Wichakan, 1984). Comme si cela ne suffisait pas, les hagiographies des saints contemporains, en les peignant isolés dans des grottes à tigre, y poussent des troupeaux de pèlerins et leur rendent présents les luttes, le mystère et le mérite des ermites qui les avaient habitées. Le plus souvent, cela ne suffit pas. La dévotion inspire bientôt la mise en lumière artificielle de ces sites qu’on aurait cru naturellement prédisposés au mystère. Et là où le saint se contentait du roc pour méditer sur le flux continu des sens et des choses, le dévot met du ciment, du verre et du clinquant pour le plus grand malheur de l’esprit du bouddhisme initial et de... l’archéologue préhistorien.

83Ainsi, à la logique de l’ascète scrutant assis sur le roc l’impermanence de l’esprit et de l’être, succède celle du dévot matérialisant le spirituel et cimentant le devenir. Entre les deux, incongrue, la logique de l’archéologue poursuit toute trace matérielle qui pourrait encore signifier aujourd’hui l’émergence timide de l’esprit d’hier. Mais pour sa désolation, quand il n’a pas affaire à un esprit encore plus dérangeant que le sien, il trouve souvent une chape ou un mur de ciment derrière lesquels son imagination est condamnée à rêver l’Eldorado scientifique de l’Homo erectus !

Aménagement touristique et sauvegarde du patrimoine

84La série des occupations anthropiques des grottes qui voit se succéder des aménagements archéologiques, bouddhiques et touristiques a désormais retenu l’attention de l’État thaï, mais aussi celle des autorités locales qui, sensibilisés par nos collègues du département des Beaux Arts, de l’université et du Musée de Chiang Mai, ont à cœur de préserver et de gérer au mieux leur patrimoine. Ainsi, à titre d’exemple nous citons ici une intervention conjointe avec nos partenaires pour évaluer le potentiel archéologique de la grotte de Takatan (fig. 20) à la demande du syndicat des villageois de Ban Mon. La grotte « du scarabée » située à 13 km au nord-ouest de Chiang Dao (N 18° 46’34” E98°49’08”) (fig. 21) jouissait d’une renommée religieuse pour ses peintures anciennes et ses statues du Bouddha déposées en plusieurs stations à l’entrée et au cœur de la cavité (photo 29).

Figure 21. Carte géologique de l’ouest de Chiang Mai

Figure 21. Carte géologique de l’ouest de Chiang Mai

Photo 29. Fresque bouddhique, grotte de Takatan (Chiang Mai)

85Appelés par ceux qui avaient pour objectif d’aménager le site et de le rendre visible par le plus grand nombre, nous avons effectué une prospection de la grotte. La mise au jour de quelques objets lithiques hoabinhiens : un sumatralithe, un galet façonné, un fragment de sumatralithe et un éclat de galet (fig. 22) à l’entrée de la cavité a ainsi déclenché une opération d’évaluation archéologique et suscité la réalisation d’une fouille qui a montré la présence de plusieurs éclats lithiques dans un niveau d’occupation archéologique. Cet exemple bref et anecdotique vise uniquement à illustrer comment l’archéologie peut contribuer au développement local, dès lors que la population, sensibilisée, a pris conscience de la valeur si ce n’est de ses propres racines, de son patrimoine.

Figure 22. Planche de matériel lithique recueilli dans la grotte de Takatan (Chiang Mai)

Figure 22. Planche de matériel lithique recueilli dans la grotte de Takatan (Chiang Mai)

a) sumatralithe (uniface)
b) c) éclat de galet
d) fragment de sumatralithe
dessin H. Forestier

Anthropologie funéraire in the rock

86Depuis de nombreuses années des sites archéologiques ou historiques ont été rapportés pour leurs sépultures particulières : des cercueils en forme de barque, en Chine (Chang, 1968), au Viêt-Nam (Malleret, 1959-63), en Thaïlande (Colani, 1935), en Malaisie (Evans, 1932 ; Peacock, 1965), à Kalimantan (Harrisson, 1958 ; Solheim et al, 1961) ou aux Philippines (Fox, 1970). En Thaïlande, si dans le site fameux de Spirit cave fouillé par C. Gorman dans les années 1960 (Gorman, 1970), il est fait état de deux cercueils de bois, aucun travail n’a été éffectué. En revanche, dans les années 1980, une exploration spéléologique (Kiernan et al., 1988) a permis d’identifier plus d’une trentaine de grottes dans la région de Mae Hong Son contenant des cercueils et des madriers associés à de la céramique, des objets métalliques et des restes humains. Le nombre de ces grottes explorées atteingnait 70 après une dizaine d’années de prospection (Dunkley, 1995) dans la région de la Nam Khong, dans la province de Mae Hong Son et 80 dans les années plus récentes (Sidisunthorn et al., 2006).

87Les grottes à cercueils sont généralement d’accès difficile, souvent perchées, les entrées fréquemment situées en paroi de falaise. Leur environnement végétal est dominé par les dipterocarpacés, le teck et le bambou, mais il existe des endroits où l’altitude atteint 1 000 m et où poussent des forêts de résineux. Les cercueils ainsi que les madriers qui servent de portiques pour soutenir le fût des cercueils sont grands et lourds. Des cercueils de neuf mètres et demi et d’autres de cinq mètres de long ont été mentionnés (Kiernan et al., 1988). Ces cercueils ont été datés entre 1 200 et 2 200 BP (Grave, 1997 ; Nakbunlung, 1999 ; Shoocongdej, 2003). Dans les collines de Pang Ma Pha, dans ce même secteur géographique, les cercueils en forme de bateau ont été découverts dans plusieurs cavités karstiques connues localement comme les grottes des esprits. Leur taille varie ici de 1 à 9 m. Les cercueils sont faits d’arbres vieux de 150 à 250 ans, mais les madriers qui nécessitent un moindre diamètre sont de 50 à 100 ans plus jeunes (Krajaejan, 2001 ; Poomjamnong, 2001). Les deux extrémités du fût des cercueils peuvent être sculptées de manière identique, mais d’autres présentent une tête d’un côté et une queue d’animal de l’autre (Niyomka, 1999). À Pang Ma Pha, il existe 30 sortes de têtes sculptées différentes allant du dessin géométrique à la tête d’animal sans qu’il y ait de relation apparente entre style et typologie (Sidisunthorn et al, 2006).

88Il existe des sites comparables dans la région de Kanchanaburi ainsi qu’à Ongbah, décrits par Sorensen (1988). Les longueurs des cercueils pourraient correspondre au statut social du décédé (Nakbunlung & Lerdtatsanee, 1998), mais sans aller jusqu’à cette interprétation, il est clair que les changements culturels peuvent se refléter au travers des pratiques funéraires.

89Ces cercueils en bateau (photo 30) en sont un exemple et font figures de pratique exotique dans un contexte culturel et religieux actuel très largement marqué par le bouddhisme qui ne s’encombre généralement pas d’aménager d’espace spécifique pour le corps des morts. L’incinération est ici la pratique la plus répandue. Aussi cette pratique de dépôt des corps dans des cercueils est à l’origine de l’appellation d’une culture dite « wooden coffin » ou « teck wooden coffin ».

Photo 30. Fûts de cercueils monoxyles, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

90De tels cercueils ressemblant à des bateaux faits de troncs évidés sont, en réalité, réalisés en différentes essences de bois, en fonction de l’environnement. La plupart des cercueils trouvés à Kanchanaburi n’étaient pas en teck, mais avaient leurs deux extrémités sculptées en forme animale (photo 31 et photo 32). Ils ont été trouvés gisant au sol ou sur la roche dans des cavités (Choomdi, 1999). Sorensen (1974) a trouvé 90 cercueils avec leurs couvercles intacts. La taille des fûts varie dans ce cas de 3 à 3,5 m ; ils sont décorés par des formes en tête d’oiseaux sculptées directement dans le tronc. De la céramique et des perles de verre, ainsi que des objets métalliques (fer et bronze) ont été trouvés avec ces cercueils (Nakbunlung, 1997). D’autres cercueils identiques ont été découverts en falaise (Weiyi & Natjumnong, 1991), à l’intérieur et/ou à l’extérieur de grottes dans les collines (Kwanyuen, 1987 ; Anantawetayanon, 1987 ; Géographie Design, 1995 ; Porananon, 1995).

Photo 31. Extrémités de cercueils monoxyles, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 32. Extrémités de cercueil monoxyle, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

91Ces cercueils de bois dateraient globalement de l’Âge du Métal. Le type le plus ancien connu, qui n’a pas de décor, a été trouvé en Chine et au Viêt-Nam. Il est associé à des artefacts de bronze et daté de 2 500 BP (Higham, 2002). Ce type de cercueil est identique à ceux datés de 2 000 BP trouvés en Thaïlande (Niyomka, 1999). En Malaisie et aux Philippines, il existe également des cercueils sculptés avec des têtes animales et en particulier de reptiles (Triyapiwat, 1998). La découverte de formes en bateau aux Philippines soutient la croyance que les cercueils de bois sont un moyen de transporter les esprits dans l’au-delà (Tanazas, 1983).

92De manière semblable aux cimetières actuels d’Asie de l’Est, situés au sommet des monts et montagnes faisant face à la mer, les cercueils préhistoriques en bois sont perchés dans des collines où les grottes et les falaises sont proches des rivières. Les individus de l’Âge du Fer retrouvés associés avec de tels cercueils étaient accompagnés de meules de pierre, de poteries, d’objets en fer et en bronze avec des restes de riz et des os d’animaux reflétant la croyance d’une vie après la mort, d’un passage.

93Dans le secteur de la Nam Khong, dans les niveaux archéologiques les plus anciens du site de Ban Rai datés de l’ordre de 9 000 BP (Nakbunlung, 2003), une sépulture en pleine terre couverte d’un empierrement avec un individu en position fléchie a été mise au jour. Cette tombe se trouve dans une doline perchée côtoyant des cercueils en bois en élévation sur des portiques (photo 33). Il semble ici que se dégagent des constantes dans l’occupation de site funéraire en milieu karstique ou en contexte de falaise ; une sépulture protohistorique richement parée a également été fouillée en limite de falaise à Obluang (Santoni et al., 1988).

94À l’instar de la société thaïe bouddhiste qui incinère ses défunts, les membres des différentes ethnies animistes, les hill-tribes, qui habitent le nord de la Thaïlande ne perçoivent pas non plus ces cercueils comme ceux de leurs ancêtres, mais bien comme des tombes exotiques. Ainsi, avons-nous constaté d’une campagne de terrain à l’autre, à l’occasion de l’installation récente d’une communauté à proximité du site, que certains cercueils avaient été sciés et utilisés pour faire du feu ou même pour fabriquer des auges pour battre le riz (photo 34 et 35).

Photo 33. Cercueil enchassé sur un portique, grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 34. Auges de battage du riz réalisées à partir de fût de cercueil (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 35. Sciage récent d’un fût de cercueil, grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)

95Pour autant, on aura constaté une pérennité de l’occupation, et même plus particulièrement de l’occupation funéraire, des cavités et des dolines perchées dans les massifs calcaires karstifiés. Contrairement aux aménagements religieux et touristiques qui tendent souvent à détruire les sites fossilifères potentiels, les sites à cercueils en bateau sont plutôt des indicateurs de présence de sites archéologiques plus anciens (Sidisunthorn et al., 2006) même s’ils sont saccagés par l’arrivée de nouvelles communautés humaines.

Les grottes du Triangle d’Or : la région de Mae Sai

96Reprenant les indications de prospection initiale de la mission archéologique française en Thaïlande de 1986 (Campy et al, 1986), nous avons souhaité expertiser le remplissage de la grotte de Tham Pha Jom située à proximité de Mae Sai, à la frontière birmane, à l’extrémité la plus septentrionale de la Thaïlande (fig. 23). Cette grotte est décrite comme contenant une brèche calcaire volumineuse, riche en éléments ostéologiques. Elle offrait donc l’occasion d’estimer le potentiel de piégeage de matériel fossile des cavités et l’opportunité de faire une analyse paléontologique de ce matériel.

97Plus généralement, l’intérêt de ce secteur géographique réside dans la présence d’une formation calcaire permienne karstifiée (fig. 24) attenante à une vaste plaine orientée selon un axe nord/sud. Par ailleurs la hauteur relative des massifs calcaires par rapport à la plaine, bien que peu élevée, marque une rupture de relief suffisamment nette pour constituer une série de belvédères propices à l’implantation d’habitats ou de haltes de chasse pour l’homme préhistorique.

98Depuis la prospection initiale réalisée dans les années 1980, Tham Pha Jom a été complètement aménagée et électrifiée dans une perspective religieuse puis touristique (photo 36). Le petit temple est devenu un building en marbre avec des bureaux directoriaux. C’est ici une illustration de l’occupation et surtout d’un aménagement perturbateur pour les vestiges archéologiques des cavités du fait des activités religieuses auxquelles succède une vocation touristique. La majeure partie des sédiments a été décaissée. La rare stratigraphie préservée de cette grotte laisse encore partiellement voir des remplissages bréchifiés. Des éléments osseux centimétriques sont visibles dans d’infimes lambeaux de sédiment épargné. Une collecte réalisée (photo 37) dans une petite niche encore intacte située à l’arrière d’une des statues du Bouddha a permis d’extraire une molaire de cervidé prise dans un canalicule calcitique au cœur de la matrice de la brèche.

Figure 23. Carte topographique de la région de Mae Sai

Figure 23. Carte topographique de la région de Mae Sai

Source : Amphoe Mai Sai 4949 I

Figure 24. Carte géologique de la région de Mae Sai

Figure 24. Carte géologique de la région de Mae Sai

Photo 36. Aménagement de la grotte de Jom (Mae Sai)

Photo 37. Grotte de Jom (Mae Sai)

Photo 38. Massif en tourelle, village de Pha Mi (Mae Sai)

99Il s’agit de la deuxième molaire supérieure d’un muntjac probablement pléistocène compte tenu de sa densité, de sa patine et également des sédiments indurés dont la puissance initiale a été estimée à 2 m dans cette partie de la cavité.

100La poursuite de notre prospection nous a conduit sur la route du sud-ouest qui longe la frontière du Myanmar au travers d’un karst à tourelle (photo 38). Le cheminement et la redescente au niveau du village de Pha Mi, situé à 8 km de Mae Sai, nous ont permis de constater l’existence de plusieurs porches. Ainsi, au bas de la route, 800 m après ce village, nous avons atteint une résurgence en remontant le cours d’un ruisseau à travers une plantation de caféiers. L’ascension donne accès à un porche dissimulé derrière un rideau de végétation. Une escalade permet d’atteindre l’entrée d’une cavité dont l’intérieur est encombré de plusieurs blocs effondrés. Le substratum rocheux est incliné en direction de l’extérieur de la cavité. C’est là une configuration peu favorable à la préservation de sédiment. Le maigre remplissage observé est formé d’éboulis secs dépouvus de matrice.

Photo 39. Statuaire bouddhique, grotte de Na (Mae Sai)

101L’exploration de plusieurs cavités similaires n’a pas permis de déceler d’indice d’activité anthropique ancienne, ni la présence de sédiments fossilifères dans ce secteur. Poursuivant vers le sud le long des affleurements calcaires permiens, l’observation d’une ouverture située sur un contact en inter-banc faiblement incliné, nous a conduit à visiter le complexe de Tham Luang.

102Il s’agit d’un ensemble de cavités accessibles dans une structure encaissée en arceau à flanc de montagne. Le réseau de Tham Luang (N 20° 22’ 51” E 99° 52’ 05") a été topographié initialement en 1986 par R. Brouquisse, A. Bedos et D. Dalger. Ce travail, étendu en 1987 par D. Rigal, L. Deharveng, A. Bedos et D. Dalger, a permis d’établir le développement du réseau qui atteint 6 220 m.

103Ce réseau innondé à la saison des pluies, mais pratiquable à la saison sèche, est illustratif du fonctionnement hydrologique des cavités et de son impact sur la karstogenèse locale comme sur l’évolution des remplissages karstiques. Ainsi, les réseaux actifs se perdent ici assez rapidement dans des passages impénétrables ou dans le sable. En saison des pluies, une partie des réseaux est noyée et des dépôts argileux se font en plusieurs endroits.

104Le réseau de Tham Luang est également formé de conduits fossiles qui se superposent au réseau actif saisonnièrement ennoyé. Ainsi, à quelques dizaines de mètres au sud, et en surélévation par rapport à cette première cavité, se trouve Tham Pha, une salle fossile d’une vingtaine de mètres de profondeur, aménagée avec des statues du Bouddha et des génies (photo 39). Sur les pentes, au-dessus de cette dernière, une autre petite grotte fossile, Tham Na, présente une salle principale accueillant d’imposantes coulées stalagmitiques. Le sédiment de remplissage y est argileux.

Photo 40. Amas coquillier, abri-sous-roche de Liang Pha (Mae Sai)

105Tham Liang Pha, qui jouxte la grotte de Tham Na, est une vaste doline d’effondrement présentant un développement vertical d’une vingtaine de mètres. À la base du mur de la doline, une ligne d’abri se développe dans le prolongement de l’entrée attenante, obstruée de coulées calcitiques importantes. L’affleurement de base, accolé à la paroi, est constitué d’amas coquilliers dont la puissance atteint plus d’un mètre (photo 40). Il s’agit ici d’un site de type shell-midden ayant un fort potentiel archéologique pour des périodes relativement récentes, à l’instar du site de Spirit Cave (Gorman, 1970).

106Également situé sur le bord oriental du Doi Nang Non, à 3 km au sud du complexe de Tham Luang, la grotte de Tham Sai Thong (N 20° 22’ 18”’ E 99° 52’ 22”) possède une petite entrée qui permet d’atteindre une galerie de 4 à 10 m de large pour 3 à 15 m de haut. Le sol sableux est encombré d’amas de blocs qui constituent une trémie obstruant le passage après environ 900 m de cheminement. Ici ce sont des aménagements religieux externes qui occupent le site.

Figure 25. Relevé de la grotte de Tham Ku Kaew (Maesai)

Figure 25. Relevé de la grotte de Tham Ku Kaew (Maesai)

107Le centre religieux du Wat Tham Pia occupe une importante tourelle calcaire en position de butte témoin isolée dans la plaine. L’une des grottes visibles est une petite résurgence, la deuxième grotte, Tham Ku Kaew (N 20° 19’45” E 99° 51’51”), possède un accès aménagé par un escalier stylisé en Naja alors que son entrée est occupée par une statue du Bouddha couché. Cette grotte se présente sous la forme d’un boyau assez tortueux, large de moins d’un mètre à quatre mètres, qui se développe sur environ 150 m suivant une direction ouest/nord-ouest (fig. 25). Le plafond est parfois haut de plus de 10 m lorsqu’il exploite des diaclases. Cette grotte-boyau s’ouvre vers le sud sur environ 200 m, décorée de nombreuses concrétions : colonnes, plafonds stalagmitiques et banquettes de calcite. La galerie principale est horizontale, mais plusieurs boyaux latéraux se dirigent vers le haut ou le bas : ils sont rapidement imprati-quables, comblés d’argiles. Le réseau se termine sur un cul-de-sac avec deux chatières après plus de 500 m de développpement. Au niveau des passages étroits, à proximité de gours - témoins d’une activité actuelle - dans le sol argileux, plusieurs restes dentaires d’animaux ont été recueillis. Ce sont des dents et des fragments dentaires de grands bovines, de cervidés, de suidés et de rongeurs. Une canine incomplète de macaque a également été recueillie sous quelques centimètres de sédiments.

108C’est ici un premier exemple illustratif d’un mode de remplissage intéressant pour la compréhension de la mise en place de restes fauniques en grotte. Ces restes sont potentiellement indicateurs de l’évolution des changements de l’environnement dès lors que la faune dont ils sont issus est bien représentée. Ainsi, de nombreux macaques vivent actuellement dans l’enceinte du temple (photo 41) qui se tient en avant de ces cavités. Une troisième grotte surplombe la résurgence. Son accès se fait par un escalier quasiment vertical construit dans la roche. Une salle immense de 20 m de plafond est aménagée avec un très grand autel bouddhiste. Une ouverture en hauteur laisse présager d’un possible fonctionnement comme piège sédimen-taire, ce dont atteste le cône d eboulis présent en contrebas.

Photo 41. Temple de Tham Pia (Mae Sai)

109Quand les grottes sont de formation récente et les réseaux hydrographiques actifs, il n’y a pas de possibilité de trouver de vestiges ni de restes anciens attestant d’une présence humaine préhistorique. Lorsque les cavités sont perchées, au dessus de ce niveau actif, des restes dentaires peuvent être trouvés dans les sédiments, généralement encore en cours de dépôt. Lorsque les remplissages sédimentaires sont plus importants, plus anciens et souvent également plus indurés, une activité religieuse troglody-tique concourt fortement à la dégradation du potentiel archéologique et paléontologique des sites. Ces quelques constats ont ainsi émanés de notre expérience sur différents sites. Ces paramètres tant naturalistes que sociologiques ont été intégrés par la suite dans le développement de notre stratégie d’approche du terrain afin que celle-ci soit la plus efficace possible. Comme cela a été présenté dans les paragraphes précédents, cette activité anthropique, dommageable pour la compréhension des temps passés, voit une explication dans la magie, le mythe et la religion.

Un massif permien à perte de vue : le karst de la Nam Lang

110Le karst de la Nam Lang se développe dans des calcaires permiens qui offrent un relief assez empâté (photo 42). Il se situe en fait au cœur d’un des plus importants massifs calcaires permiens cartographiés « p2 » du nord de la Thaïlande (fig. 26). Cette physionomie détermine une gestion particulière de l’environnement par les hommes, puisque l’eau de surface est collectée par le karst et n’est restituée au niveau de résurgences que beaucoup plus loin, en bordure du massif calcaire. Ainsi, par exemple, à l’ouest de Soppong, la rivière Nam Lang disparaît sur près de 5 km sous le plateau calcaire. Cette région livre un paysage particulier de karst polygonal à nombreuses dépressions : dolines, uvalas, poljes, etc. Le drainage se fait le long de structures généralement orientées nord-sud, séparées par des gorges perpendiculaires courtes et étroites. Les rivières confluent vers l’ouest et aboutissent dans la Salaween à la frontière birmane. Dans un premier temps, nous avons centré notre recherche sur le village de Soppong, situé sur la route conduisant de Paï à Mae Hong Son au cœur de ce massif calcaire réputé pour l’utilisation funéraire de ses nombreuses cavités (fig. 27).

Photo 42. Vue panoramique du karst de la Nam Lang

Une recherche archéologique active : Tham Lot et Ban Rai

111Connue pour ses grottes sépulcrales avec de nombreux cercueils en bateau (Kierman et al., 1988), cette aire a récemment livré deux sites préhistoriques paléolithiques importants, ceux de Tham Lot et de Ban Rai fouillés par R. Shoocondej dans le cadre du Highland Archaeological Project. Tham Lot (N 19° 33’ 54" E 98° 16’ 44") est un système perte-résurgence de la Nam Lang (fig. 28). Le système actif se développe sur environ 580 m et le système fossile sur environ la même longueur. C’est dans ce dernier que des vestiges archéologiques ont été mis au jour. Ce sont des cercueils en bois de 2 à 5 m de long qui ont été entreposés dans les logettes et les diverticules qui surplombent la rivière souterraine. L’âge de ces structures funéraires est de l’ordre de 2 000 BP. Les seuls restes humains recueillis dans ces cercueils monoxyles sont des dents isolées.

112

Figure 26 (page droite) Carte géologique de la vallée de la Nam Lang (Mae Hong Son)

Figure 26 (page droite) Carte géologique de la vallée de la Nam Lang (Mae Hong Son)

Sources : Ban Mae Lana 4648 III, Amphoe Pai 4647 I, Doi Phak Kut 4648 II
Figure 27. Carte topographique de la région de Soppong (Mae Hong Son)

113En revanche, à la base d’une paroi externe sur le flanc oriental du massif qui encaisse le système souterrain de Tham Lot, une fouille réalisée en décembre 2001 a livré un très important assemblage faunique daté de 34 000 BP (Shoocondej, 2006). Le site de Ban Rai se situe quant à lui à 10 km plus au sud-ouest, à proximité de la Nam Rang Luang. C’est un abri-sous-roche constitué par le mur circulaire d’une doline ouverte où existent de petites peintures rupestres (photo 43) et également des cercueils demi-tronc en surélévation sur des portiques. Depuis décembre 2001, une fouille conduite sur ce site a livré une industrie lithique de faciès hoabinhien.

Figure 28. Relevé de la grotte de Tham Lot (Mae Hong Son)

Figure 28. Relevé de la grotte de Tham Lot (Mae Hong Son)

Photo 43. Peinture anthropomorphe, Ban Rai (Mae Hong Son)

114Par ailleurs, une inhumation y a été fouillée et datée à 9 720 ± 50 BP d’après l’analyse 14C du charbon issu de la fosse (Sidisunthorn et al., 2006). L’individu inhumé est un adulte assez gracile dont le squelette a été très fragilisé par la perte de sa trame collagénique et sans doute aussi déminéralisé du fait du lessivage du sol par les eaux météoriques. Nous ne livrerons ici que quelques éléments significatifs et complémentaires aux investigations de nos collègues du Highland archaeological project.

Exploration des cavités de la Nam Lang

115L’exploration de la région de la Nam Lang nous a permis de cartographier plusieurs cavités. Toutes ne sont pas liées à un site ayant un intérêt paléoanthropologique ou préhistorique direct. Ainsi, plusieurs gouffres, pertes et résurgences ont-ils été localisés lors de notre prospection sans qu’un réseau attenant ni supérieur ne soit directement visible. En revanche, l’exploration a confirmé la présence de nombreuses cavités le plus souvent occupées par des cercueils monoxyles, preuves d’une occupation funéraire archéologique ancienne. À titre d’exemple, nous citerons, pour ce secteur, la grotte de Mae Lung Jin (N 19° 31’ 39” E 98° 14’ 22”) dont le porche n’est accessible qu’après une ascension dans la végétation. C’est un complexe de quatre salles reliées par des galeries (fig. 29). Cette cavité montre plusieurs phases de sédimentation et d’érosion significatives. Des plaquages d’oxydation montrent un niveau élevé de remplissage avec au moins une phase humide sans remplissage.

116Des planchers ont scellé un remplissage argileux qui est induré sur plus d’un mètre à certains endroits. Après un abaissement du niveau, le remplissage a ultérieurement été creusé ; en résulte une morphologie phréatique en trou de serrure (photo 44). La salle du nord-ouest est une diaclase remplie de guano qui s’enfonce dans la falaise. La grotte et son entrée ont ici aussi été utilisées comme lieu funéraire (photo 45). Des restes de cercueil similaire à ceux de Tham Lot sont présents. Des cercueils-demi-tronc de 3 m de long occupent l’entrée et l’intérieur des salles, mais ce matériel archéologique a manifestement été déplacé et même détruit à l’intérieur de la cavité (photo 46). Le plancher en partie décaissé fait apparaître que plusieurs niveaux de dépôts indurés se sont constitués, comme en attestent des reliquats d’une brèche à galets anguleux de diamètre infra-décimétrique présents localement sur les parois. Cette cavité illustre ainsi un type de comblement par des dépôts sédimentaires de nature fluviatile et son scellement, suite à 1 édification d’un plancher stalagmitique (photo 46). La paroi externe se poursuit et, quelques mètres plus loin, prend la forme d’un abri-sous-roche. Celui-ci est occupé à sa base par une brèche à matrice argileuse rougeâtre indurée riche en cailloux, petits blocs anguleux et coquilles de gastéropodes (photo 47). Aucun indice de présence d’élément osseux ou dentaire n’est apparu à l’examen de cette brèche.

Figure 29. Relevé de la grotte de Tham Mae Lung Jin (Mae Hong Son)

Figure 29. Relevé de la grotte de Tham Mae Lung Jin (Mae Hong Son)

Photo 44. Creusement phréatique en trou de serrure, grotte de Mae Lung Jin (Mae Hong Son)

Photo 45. Amoncellement de cercueils monoxyles, grotte de Mae Lung jin (Mae Hong Son)

Photo 46. Plancher éventré, grotte de Mae Lungjin (Mae Hong Son)

Photo 47. Brèche rouge à gastropodes, grotte de Mae Lung jin (Mae Hong Son)

La grotte de l’eau sacrée : Tham Nam Bor Suksit

117Accessible après un cheminement en forêt, située à 4 km au sud-ouest de Tham Lot, Tham Nam Bor Suksit (N 19° 33’ 27” E 98° 14’ 47”) est une grotte dont l’entrée fait une cinquantaine de mètres de large et une vingtaine de mètres de haut (photo 48). Profonde d’une centaine de mètres, la grotte présente un sol formé d’éboulis fortement inclinés vers le fond de la salle (fig. 30).

Photo 48. Doline de Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

118À l’intérieur de cette cavité, nous avons trouvé les ossements récents d’un petit cervidé au fond d’un puits couvert de gros blocs calcaires. C’est ici une illustration de la fonction de piège occasionnel que peuvent avoir les entrées de grottes. La grotte de Tham Nam Bor Suksit revêt un autre intérêt puisque des objets lithiques manufacturés ont été recueillis à l’entrée du porche en contrebas du cône d’éboulis (photo 49). L’ensemble des objets est constitué de produits réalisés selon la technique de la percussion directe à la pierre dure sur des matières premières d’origines volcaniques (andésite, basalte).

119Onze objets caractéristiques ont été inventoriés (fig. 31). On note ainsi un nucléus-outil (a) à dos et front épais retouché sur trois de ses côtés. Cette pièce à dos pourrait correspondre au rabot massif que l’on rencontre dans la terminologie typologique australienne sous le nom de horse hoof. Trois unités techno-fonctionnelles (UTF) transformatives à retouches écailleuses, abruptes et saillantes sont présentes sur les deux bords latéraux et une formant le front distal. Un bloc-outil sur galet (b) porte des négatifs d’enlèvements de direction unipolaire. Le débitage a été effectué aux dépens d’une des extrémités naturelles du galet présentant une activité de façonnage. La première étape consiste en un épannelage du galet selon un algorithme (de type A/B) dégageant deux enlèvements pelliculaires allongés et peu épais. La seconde étape correspond à la confection d’un bord tranchant latéral à l’aide d’une retouche écailleuse sur trois niveaux d’affûtage à l’emplacement précis de l’UTF transformative qui est située sur la partie mésiale du bord. Cet objet dénote une prédétermination tant technique que fonctionnelle comportant deux étapes majeures.

120Un bloc-outil sur galet trapu très cortical en andésite (c) a été obtenu par façonnage sur à peine les deux tiers de son volume. L’objet est techniquement et fonctionnellement prédéterminé. Il s’agit d’une pièce unifaciale où le bord tranchant opposé à un dos naturel est confectionné sur le bord gauche de l’objet. La structure volumétrique se résumant ici à une section plan/convexe. Ces deux pièces (b et c), relevé, report A. Seveau, S Paggrasa dessin V. Zeitoun qui pourraient porter le nom de chopper latéral, montrent clairement une variante des modalités de confection d’un outil sur un bloc-galet épais.

121Le façonnage unifacial est partiellement réalisé sur un des bords pour des raisons morpho-techniques évidentes :

122angle d’attaque par rapport à la recherche des convexités,

123épaisseur de réservoir de matière,

124caractère plan de la base corticale inférieure qui joue le rôle de surface de plan de frappe pour toutes les étapes du façonnage, des premiers enlèvements d épannelage jusqu’à la phase de préaffûtage et d’affûtage.

Figure 30. (page gauche) Relevé de la grotte de Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

Figure 30. (page gauche) Relevé de la grotte de Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

125Un galet façonné à section mixte / trapèze sur galet (d) présente une UTF transformative au niveau de la pointe.

126Un galet d’andésite de très mauvaise qualité (e) transformé par un façonnage unifacial ne montre que deux générations de retouches d’affûtage réalisées sur le bord droit qui délimite l’UTF préférentielle de la pièce. Une UTF est dégagée sur le bord droit par façonnage unifacial d’un autre galet (nucléus-outil ?) aménagé en outil (f ).

127Un galet (g) portant des négatifs d’enlèvement de direction unipolaire par débitage effectué aux dépens d’une des extrémités naturelles planes du galet par des enlèvements rentrants est un nucléus.

128Un racloir sur éclat (h) obtenu par retouche envahissante à partir d’un hémi-galet de technotype Al selon une chaîne opératoire double (fig. 32). Le schéma opératoire montre un débitage qui procède par la fracturation initiale d’un galet selon son axe longitudinal puis l’aménagement par la retouche d’un bord tranchant aux dépens d’une surface naturelle piano-convexe.

Photo 49. Affleurement de matériel lithique, grotte de Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

129Un outil sur éclat (i) montre la recherche d’une surface plane pour y confectionner un tranchant par retouche. La pièce présente une retouche bifaciale sur son bord droit et une coche retouchée dans sa partie distale.

130Un éclat retouché (j) obtenu à partir d’un petit galet d’andésite présente une UTF aménagée en partie distale sur la base d’une surface plane crée par une série de courts enlèvements pelliculaires-plans-réfléchis.

131Enfin, l’assemblage contient un denticulé (circulaire) sur galet de basalte (k).

132Bien que numériquement limité, cet assemblage lithique, recueilli en surface, permet de décomposer le mode de réalisation d’outils reconnus jusqu’à présent dans cette zone géographique (Viêt-Nam, Thaïlande) uniquement d’après une définition typologique.

133Pousuivant notre exploration sur la route d’accès menant à Tham Mae Lana, nous avons visité la grotte nommée Tham Phi Man (N 19° 35’ 23’’ E 98° 12’ 20”) par les agriculteurs locaux. L’accès s’effectue, comme la plupart du temps, à travers la forêt et nécessite de se frayer un chemin à travers la végétation. Le site est en falaise et présente plusieurs entrées superposées, signe distinctif de l’étagement fréquent de deux voire trois réseaux fossiles sur les réseaux actifs actuels (photo 50). Le sol de la grotte visitée est argileux. De un à plusieurs mètres au dessus du sol actuel, des brèches indurées à éléments anguleux attestent d’un comblement ancien de la grotte sous un régime fluviatile. Nous n’avons pas décelé d’élément faunique dans la matrice de cette brèche. En revanche, sous les blocs présents au fond de la cavité, nous avons recueilli les éléments d’un vase cylindrique à fond hémisphérique et bord évasé (bord semi-circulaire et plusieurs tessons de grande taille). La pâte est beige orangé, les surfaces interne et externe sont de couleur beige, le décor réalisé au battoir. Des coups de chauffe, témoignent d’une fabrication en meule et ce vase peut être rapporté à l’Âge du Bronze ou à l’Âge du Fer. On peut suspecter ici l’utilisation de la grotte comme un réservoir saisonnier utilisé pour l’approvisionnement en eau.

Figure 31 Planche de matériel lithique recueilli à Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

Figure 31 Planche de matériel lithique recueilli à Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)

a) nucléus outil de type horse hoof
b) c) racloire latéral
d) bloc outil sur galet
e) f) galet outil
g) nucléus
h) racloire latéral sur hémi-galet
i) outil sur éclat
j) éclat retouché
k) denticulét sur galet
dessin H. Forestier

Figure 32 (page droite) Description des chaînes opératoires permettant de définir le techno-complexe hoabinhien

Figure 32 (page droite) Description des chaînes opératoires permettant de définir le techno-complexe hoabinhien

Photo 50. Cavité perchée, Tham Phi Man (Ban Mae Lana)

Tham Wua : une nouvelle brèche monastique dans la brèche fossilifère

134L’analyse de la structure géomorphologique locale nous a conduit plus à l’ouest vers Tham Wua où plusieurs massifs en tourelle se succèdent (photo 51). Le site de Tham Wua (N 19° 31’ 42” E 98° 04’ 55”), à un peu moins de 30 km de Soppong, est entièrement aménagé et en cours de construction sous forme de lotissements monastiques en bois sur pilotis ou enchassés dans la paroi rocheuse. Les cavités au niveau du sol sont toutes occupées par des moines. Une diaclase dans laquelle on ressent très rapidement les effets nocifs dus à des émanations de monoxyde de carbone est aménagée d’un plancher et d’un lit de bois. Toujours dans les salles en cours d’aménagement (creusement, murage et pose de plancher et de carrelage), une brèche fossilifère a été remarquée au-dessus d’un autel (photo 52).

Photo 51. Massif en tourelle, Tham Wua (Ban Mae Lana)

135Des niveaux comparables n’ont pas été identifié plus haut dans le massif ; seuls des lambeaux de parois et des gros blocs effondrés sont présents sur les lieux d’offrandes.

136Après avoir pris la décision d’abandonner la prospection de cette région qui faisait déjà l’objet de recherches archéologiques, nous avons porté notre attention sur une région équivalente située plus à l’est, dans le secteur amont de la rivière Mae Ping, au sud de Fang.

Pérennité des occupations : la région des Doi Pha Daeng

137Qu’il s’agisse des habitations ou des occupations religieuses actuelles qui confèrent à l’eau un rôle important, des occupations funéraires dont les cercueils évoquent la navigation, ou bien encore des objets en céramique pour recueillir l’eau, la présence d’outils lithiques « passés de mode » suggèrent si ce n’est une occupation continue, au moins la pérennité de l’emploi des cavités dans les régions karstifiées. Véritables éponges, les massifs permiens confisquent l’eau de la surface et ne la restituent qu’en certains lieux privilégiés. On peut ici évoquer un déterminisme géographique qui contraint les hommes à se rapprocher des cavités souterraines, derniers réservoirs d’eau de la saison sèche lorsque les plateaux sont secs et les rivières taries.

Photo 52. Brèche fossilifère, temple de Tham Wua

138Ces éléments sont à prendre en considération même s’ils doivent être pondérés par l’étude de l’évolution des paysages, notamment celle liée au changement climatique global au cours des temps. Dans cette région du monde, la grande vitesse de surrection des formations carbonatées et la néotectonique locale sont à l’origine d’une évolution rapide de l’environnement physique à l’échelle des temps préhistoriques. C’est pourquoi, suite à l’analyse de la physiographie du territoire thaï nous n’avons pas hésité à entreprendre l’exploration de l’immense région de moyenne montagne des Doi Pha Daeng qui s’étend sur 300 km2 au nord et au nord-ouest de Chiang Dao à une centaine de kilomètres de Chiang Mai (fig 33).

139Plusieurs séries de failles débitent le puissant massif calcaire et laissent apparaître de nombreux abris ou entrées de grotte. Depuis l’observatoire sanitaire chargé d’effectuer la détermination des moustiques porteurs de la malaria dans le village de Ban Nam Noi, nous avons pu localiser plusieurs porches sous la végétation couvrant le flanc oriental du Doi Pha Daeng. Le calcaire est ici encore principalement d’âge permien.

140En bordure occidentale du Doi Pha Sam Soa, au sud du massif du Doi Pha Daeng, une vaste plaine (photo 53) accueille des petites buttes calcaires, forme de karst en tourelle, percées de plusieurs cavités, les plus basses s’ouvrant au niveau du sol actuel (photo 54).

141A l’arrière d’un champ qui sert tantôt à la culture de l’arachide tantôt à celle du maïs, une petite cavité située en pied d’escarpement montre une entrée encombrée par un talus formé de colluvions. Ce système tend généralement à fournir un apport sédimentaire qui colmate les cavités. Deux salles communiquent par un passage bas, l’une des cavités étant formée par l’élargissement d’une diaclase dont le remplissage constitué d’argiles rouges est en continuité avec le niveau de la plaine actuelle.

Figure 33 (page gauche). Carte géologique de la région des Doi Pha Daeng (Fang)

Figure 33 (page gauche). Carte géologique de la région des Doi Pha Daeng (Fang)

Figure 34. Relevé de la grotte de Wai Nam Lin, région des Doi Pha Daeng (Fang)

Figure 34. Relevé de la grotte de Wai Nam Lin, région des Doi Pha Daeng (Fang)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

142Un peu moins de 2 km plus au sud, nos investigations nous ont conduit à la grotte de Wai Nam Lin. C’est au pied d’une paroi verticale à l’amont d’un thalweg que nous avons repéré un abri-sous-roche qui relie deux porches (photo 55).

143La cavité (N 19° 23’ 07” E99° 01’ 48”) (fig. 34) donnant sur l’abri-sous-roche est vaste, ses sédiments extérieurs tendent à entrer dans la cavité principale où se trouvent d’imposantes colonnes stalagmitiques (photo 56). Cette première salle, de plus d’une dizaine de mètres de hauteur, est l’objet d’une extraction de cristaux de calcite par les villageois. La salle principale livre un accès, par des diverticules, des cheminées et un passage étroit et bas, à une salle ouverte sur l’extérieur. Le réseau est comblé d’un sédiment fin et argileux dont la puissance est supérieure à un mètre. La paroi inclinée formant l’abri-sous-roche relie la cavité principale à une autre de moindre ampleur dont le porche se place également en contrebas d’un talus.

144Cette structure correspondant à l’ouverture d’une doline sur le versant avec recul du porche initial. On y observe la fragmentation de spéléothèmes imposants, signe d’activité tectonique, puis une reprise de l’activité karstique (photo 57). Bien que non datés précisément, ces phénomènes de néotectonique sont mentionnés par Dunkley (1995) comme étant très fréquents dans les karsts locaux. Les récentes secousses sismiques de Noël 2006 et du printemps 2007 dans la région de Chiang Mai illustrent que le nord de la Thaïlande est encore de nos jours sujet a des activités telluriques.

Photo 53. Vue des Doi Pha Daeng (Chiang Dao)

145La grotte de Tham Pha Daeng ou « grotte du mille-pattes » se situe quant à elle à la frange nord du Doi Pha Daeng le plus méridional des points culminants du secteur. En théorie, sa situation en rupture de pente entre le massif rocheux et la vallée la prédisposait au statut d’habitat préhistorique. En fait elle est, une fois encore, l’objet d’une occupation monastique qui ne permet plus d’en faire le constat ou non. A côté du village du même nom, sur la route de Chiang Dao à Fang, Tham Klaeb (N 19° 34’ 37” E 99° 03’ 44”) est une petite grotte fossile s’ouvrant par un porche sur diaclase oblique s’élar-gissant sur une grande salle (15 m de diamètre pour 10 m de haut) d’où part une galerie principale d’une centaine de mètres avec des diverticules. Cette cavité occupe une grande partie de la base d’un piton calcaire isolé. Des racines d’arbres sont visibles en hauteur sur les parois et sur le plafond. Des brèches, des limons et des petits cailloux adhèrent aux parois ; ils indiquent un remplissage complet suivi d’un décolmatage de la cavité.

Photo 54. Base du Doi Pha Sam Soa (Chiang Dao)

Photo 55. Doline de Wai Nam Lin (Chiang Dao)

Photo 56. Grotte de Wai Nam Lin (Chiang Dao)

Photo 57. Cimentation d’un pilier stalagmitique effondré, grotte de Wai Nam Lin (Chiang Dao)

146En longeant la paroi extérieure vers le nord, une ascension sous couvert forestier de près d’un kilomètre permet d’atteindre un porche en falaise possédant un point de vue sur l’ensemble des vallées alentour. Connue sous le nom de Tham Rong (N 19° 34’ 52” E 99° 03’ 19”), cette grotte a été l’objet d’un récent réaménagement par des moines. Ceux-ci ont empilé les cercueils demi-tronc en fagot et ont incinéré les ossements encore présents l’année précédant notre visite. Les cercueils font 3 à 4 m de long et leur extrémité apicale est sculptée en forme de crochet.

147Il s’agit ici de la superposition de deux réseaux dans un karst en tourelle dont la partie la plus inaccessible a anciennement été utilisée pour des pratiques funéraires. La grotte de Tham Rong illustre une fois de plus la perturbation et la destruction des vestiges et des restes archéologiques par un prosélytisme religieux actuel.

Une montagne de calcaire truffée de cavités : Le Doi Chiang Dao

148À 80 km au nord de Chiang Mai, détaché de la plaine environnnante, le massif du Doi Chiang Dao dont le point haut culmine à 2 175 m est l’un des sommets régionaux les plus imposants. Le massif de calcaire permien du Doi chiang Dao forme la terminaison méridionale de l’un de ces chaînons structuraux du nord du pays. Ces chaînons sont hérités du compartimentage des roches anciennes plissées, paléozoïques et mésozoïques, par un jeu de failles coulissantes (fig. 35). Le massif du Doi Chiang Dao offre ainsi un paysage karstique de moyenne montagne tropical isolé. Il est constitué d’une unité centrale majeure qui porte à l’affleurement les calcaires permiens sur une puissance de l’ordre de 1 500 m au-dessus du sol actuel. Cette unité est bordée d’affleurements satellites périphériques qui pointent au sein des séries de schistes et de grès paléozoïques et triasiques (Deharveng & Brouquisse, 1985).

149La partie haute du massif de Chiang Dao offre un paysage de pitons et tourelles bordant des vallées sèches suspendues (Deharveng & Gouze, 1983), tandis que la base du relief est empâtée des produits de remaniements des altérites et porte une végétation de forêt tropicale calcidufoliée.

Figure 35. Carte géologique de la région de Chiang Dao (Chiang Dao)

Figure 35. Carte géologique de la région de Chiang Dao (Chiang Dao)

150Un réseau majeur livre cinq entrées dont une exsurgence au pied des pentes escarpées du Doi Chiang Dao qui est couvert de forêt (photo 58). Les galeries se développent horizontalement sur deux niveaux suivant les directions sud-nord et est-ouest.

151Le réseau principal a servi d’habitat monastique. Il est partiellement aménagé pour les visites touristiques sur une galerie de section de 3 à 6 m avec des tronçons de 3 à 10 m de haut très concré-tionnés. Plusieurs diverticules latéraux donnent sur des siphons étroits. Un réseau secondaire comblé d’argiles est accessible par une étroiture. Plusieurs petites galeries débouchent sur des sorties au plein jour. Ces ouvertures sont un peu plus hautes et au nord-est de l’exurgence. Un autre réseau de grande taille se poursuit sur plus de 500 m. Les concrétions y sont rares et d’énormes bancs d’argiles sont accumulés là par un ruisseau. Plusieurs regards débouchent sur un niveau inférieur noyé. Cet ensemble permet de comprendre l’alternance de dépôts internes et leur érosion.

Photo 58. Vue du Doi Chiang Dao

152Un réseau supérieur fossile se développe en un complexe situé de 10 à 30 m plus haut avec des regards sur le réseau précédent. Des salles de grande taille y sont richement concrétionnées. La partie orientée sud-nord est constituée de galeries de moindre dimension selon deux étages superposés. Désormais aménagé pour les touristes, c’est en réalité ici l’un des plus ancien exemple d’occupation monastique cavernicole de Thaïlande. En effet, la grotte de Chiang Dao, sans doute parce que située dans un massif remarqué et parceque sur la route entre le Sud du Yunnan et les plaines de la Chao Phraya, est occupé depuis près d’un millénaire (photo 59).

Photo 59. Aménagement de la cavité principale du réseau karstique du Doi Chiang Dao

Les sites du « village du joli panorama » : Ban Fa Suai

153Ce sont de petites cavités localisées vers le village de Ban Na Lao Mai qui ont initialement attiré notre attention et permis la découverte de la grotte du Moine située à 900 m d’altitude près du village de Ban Fa Suai (fig. 36). Ce village, qui est en réalité un hameau disposé en deux ensembles qui regroupent moins d’une vingtaine de maisons en bambou, se situe au sein du Chiang Dao Wildlife Sanctuary. Un parc qui entoure le Doi Chiang Dao.

154Les trois cavités superposées du réseau de Ban Fa Suai s’ouvrent au nord-ouest sur un escarpement rocheux à forte déclivité (40° à 45°) situé juste en dessous de la transition entre la roche à nu et les dépôts de pente. La grotte du Moine (Ban Fa Suai I) correspond à l’étage supérieur (fig. 37). L’étage inférieur surplombe un troisième niveau actif qui fonctionne en résurgence avec un débit qui atteint une centaine de litres par seconde, et ce au cours de la saison sèche (fig. 38). L’abri-sous-roche de Ban Fa Suai (Ban Fa Suai II) est quant à lui situé à la base d’un petit escarpement qui domine un vallon creusé aux dépens des grès permo-triasiques. Cet escarpement limite une pointe calcaire appartenant aux massifs satellites du Doi Chang Dao. D’après les directions de ses parois exploitées par le karst et la présence de concrétions fossiles au plafond, l’abri paraît être une forme héritée du réseau karstique ouverte du fait du recul de l’escarpement.

Figure 36. Situation topographique des sites de Ban Fa Suai (Chiang Dao)

L’exploration de la grotte du Moine

155La grotte du Moine (N 19° 24’ 36” E 98° 48, 59”) constitue le réseau supérieur d’un ensemble de cavités que nous avons parcouru de façon à saisir les traits remarquables de son fonctionnement actuel. Le levé du réseau supérieur montre que le dessin de la cavité est contraint par la fractura-tion de l’encaissant selon les directions régionales : nord/sud et sud-sud-ouest/nord nord-est (fig. 37). Il s’agit là d’un trait commun du karst thaïlandais (Kiernan, 1991 ; Dunkley, 1995). Les colluvions qui transitent sur la pente sont piégées à l’entrée de la cavité ; elles y forment un cône détritique qui obture partiellement cette entrée. Ce remplissage a été en grande partie dégagé lors de l’aménagement de l’entrée de la cavité par le moine qui l’occupe.

Figure 37. Relevé du réseau supérieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 37. Relevé du réseau supérieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

Figure 38. Relevé du réseau inférieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 38. Relevé du réseau inférieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

156Un premier corridor d’environ 5 m de large pour une hauteur de 2 à 5 m se suit sur une trentaine de mètres. Deux principaux couloirs le prolongent et composent le réseau supérieur. Le couloir nord, le plus élevé est caractérisé par d’abondants produits d’éboulisation, voire de trémies, qui l’obstruent localement (photo 60). Dans ce réseau, des restes fauniques sont présents à la surface du sédiment dans l’entrée de la première chambre et sous la fine pellicule d’argile qui couvre le substratum rocheux ailleurs dans le réseau. Les premiers restes dentaires animaux recueillis l’ont été principalement sous les gros blocs effondrés, dans une première salle ainsi qu’à l’entrée et au fond du corridor qui la prolonge. Le substratum y est pratiquement à nu et les quelques dents recueillies étaient piègées dans des infractuosités ou bien imbriquées dans des dépôts argileux calés entre des stalagmites. Dans cette portion supérieure du réseau nord, ce sont ainsi 247 restes qui ont été collectés. La plupart sont les restes dentaires d’artiodactyles (N=156) parmi lesquels on peut déterminer principalement des suidés (N=47), des cervidés (N=38), des bovines (N=29) et des némorhèdes (N=22). Les restes dentaires de rongeur sont assez nombreux (N=56) parmi lesquels le porc-épic : Hystrix brachura domine. On note cependant la présence d’un second hystricidé : Atherurus macrorousus et une mandibule du rat géant Sundamys muelleri. Ce matériel semble provenir d’un puits qui communique avec l’extérieur comme en atteste la présence de feuilles de bambou. C’est au plus près de ce puits qu’ont été retrouvés les quelques restes de muridés et les quelques rares restes de rhinocérotidé ainsi qu’un unique fragment de proboscidien et une dent de macaque. Dans un diverticule, ce sont plusieurs éléments anatomiques d’un porc-épic couvert de calcite et d’oxyde de manganèse qui ont été recueillis (photo 61).

Photo 60. Grotte du Moine, Ban Fa Suai (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)

157Depuis le premier corridor, c’est un passage étroit situé dans le prolongement d’une diaclase qui permet de poursuivre une exploration du réseau plus en profondeur vers le sud. Une descente de 3 m en « toboggan » (photo 62) permet d’entamer une progression dans une galerie où sont présents de nombreux gours. Le boyau principal se termine par un passage d’une quarantaine de mètres où il est nécessaire de ramper pour enfin atteindre une chambre basse qui se résout en laminoir. Cette salle basse est en communication, via une étroiture, avec un diverticule parallèle qui se connecte à la galerie plus en amont.

Photo 61. Ossements de porc-épic après dégagement

Photo 62. Accès au réseau sud de la grotte du Moine, Ban Fa Suai (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)

158Dans ce couloir sud, l’absence de bloc au sol et de cicatrice sur les parois témoigne que les éboule-ments n’ont pas affecté cette galerie. En revanche, on y trouve de nombreuses concrétions : stalactites, stalagmites, piliers et gours. Les gours sont en eaux, mais ne fonctionnent qu’à la saison des pluies.

159Le stade d’évolution des spéléothèmes est très varié. Certains sont en cours d’édification tandis que le dépôt d’un film d’argile indique que d’autres sont fossiles. D’autres, enfin, sont en cours de dégradation, à l’exemple d’une cascade stalagmitique présente à la jonction des deux diverticules et largement éventrée par une poche de corrosion qui entame également les parois. Ces dernières présentent par ailleurs un épais cortex d’altération (Courty, 1986) qui peut atteindre 5 cm d’épaisseur (photo 63). Cette corrosion affecte en particulier les diaclases qui, pour cette raison, apparaissent en creux aux plafonds des couloirs et des salles.

160Dans la galerie sud, comme dans l’ensemble du réseau, plusieurs témoins d’un ancien remplissage ont pu être observés, essentiellement sous la forme de conglomérats cimentés par de la calcite. Ceux observés dans la salle laminoir (photo 64) sont modestes. Leur structure (litage) et leur texture (sables et graviers) indiquent qu’il s’agit des témoins d’un dépôt fluviatile édifié lorsque la rivière empruntait le réseau, aujourd’hui devenu fossile. Un second type de témoin peut être distingué. Ainsi, dans le puits qui surmonte l’étroi-ture d’accès à la branche sud du réseau supérieur, on peut observer, surmontant des dépôts de sables et graviers lités, un ensemble de sables fins et limons à lamination plane horizontale. Ce second faciès représente, vraisemblablement, des épisodes de débordement de la rivière s’accompagnant d’un ennoiement des galeries fossiles. La présence de témoins adhérents au plafond indique un colmatage complet de la grotte. La vidange de la galerie s’est probablement produite par sous-tirage puisqu’elle affecte les parties profondes du réseau.

Photo 63. Cortex d’altération de la paroi calcaire, grotte du Moine, Ban Fa Suai

Photo 64. Conglomérat, grotte du Moine, Ban Fa Suai

161La mesure de la température de l’air à différents endroits de la grotte a permis d’évaluer le régime thermique de la cavité. Les mesures ont été réalisées au cours du mois de janvier, c’est-à-dire pendant la saison sèche et fraîche. La température varie entre 14 et 18° C dans la zone d’entrée selon un cycle journalier. Les températures minimales sont mesurées en début de matinée et les maximales en fin d’après-midi, ce qui témoigne d’une mise en équilibre rapide avec les températures extérieures, identiques. Les courants d’air générés par ces variations thermiques parcourent la plus grande partie du réseau. Dans le couloir sud, ces courants diminuent de puissance passée la jonction des diverticules et ne sont plus sensibles au-delà du coude de la branche nord. Cela montre que ces circulations d’air mettent en relation les réseaux inférieur et supérieur, par le biais des petits diverticules qui plongent en bordure des couloirs et des salles, lorsque ceux-ci ne sont pas complètement obturés.

162La température du karst profond hors de toute fluctuation saisonnière a été évaluée en mesurant la température de l’eau à la résurgence qui est de 20,5° C. Cette température est également celle mesurée dans la salle-laminoir, où aucune variation journalière n’a par ailleurs été observée. Ainsi cette salle n’est pas influencée par les circulations d’air, son régime thermique est celui du karst profond, constant tout au long de l’année.

La faune au bout du laminoir

163La petite salle qui termine le laminoir se situe à environ 100 m de l’entrée. Elle est basse de plafond (au maximum 1 m de haut) et se caractérise par le faible développement des concrétions qui sont à mettre en relation avec des égouttements moins importants. Aucune concrétion ne couvre le sol. La surface, formée de sédiments meubles, présente une topographie particulière en auges (photo 65) de dimensions modestes (largeur inférieure au mètre pour une profondeur de 20 cm). Leur périphérie est soulignée par des bourrelets marginaux aplatis qui évoquent des déblais de creusements redistribués et compactés par piétinement. Après implantation d’un carroyage et réalisation de la topographie du sol de la salle, un décapage des niveaux a été entrepris dans deux secteurs de la salle (fig. 39).

Photo 65. Structure en auge, grotte du Moine, Ban Fa Suai

Figure 39. Relevé de la salle laminoir : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 39. Relevé de la salle laminoir : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

Photo 66. Fouille de la salle laminoir de la grotte du Moine, Ban Fa Suai

164La fouille sectorielle pratiquée dans cette petite salle (photo 66) a permis de recueillir un grand nombre de restes dentaires et osseux. Le recueil de la faune a été exhaustif. Non seulement les pièces reconnues à la fouille ont été recueillies et positionnées, mais encore les sédiments extraits ont été transportés en sacs, hors de la grotte au travers du réseau, puis acheminés jusqu’à la rivière, en contrebas. Après décantation pendant 24 heures, au final les sédiments ont été tamisés à l’eau (photo 67) avec une maille de 1,3 mm. Des 2 m3 cube de sédiments concernés par la fouille, 3 709 éléments osseux et dentaires ont été recueillis. Seuls 12,1 % du matériel est représenté par des fragments osseux. La partie restante est constituée de dents isolées ou de fragments.

Photo 67. Décantation et tri des sédiments dans la rivière Huai Mae Pla Ao

Tableau 3. Nombre de restes dentaires identifiés de la grotte du Moine (secteur A)

165Parmi ces restes dentaires, seuls 38 % sont des dents complètes le plus souvent déterminables. Certains fragments dentaires demeurent néanmoins identifiables. Au total, les grands mammifères comprennent au moins 13 familles, 24 genres et 38 espèces auxquels s'adjoignent au moins 3 genres de petits mammifères représentés uniquement par des rongeurs (tableau 3 et 4).

Photo 68. Coupe stratigraphie du secteur A, grotte du Moine, Ban Fa Suai

Tableau 4. Nombre de restes dentaires identifiés de la grotte du Moine (secteur B)

166Parce que les sites de références sont peu nombreux en Asie du Sud-Est et dans le but d’apporter des éléments susceptibles de contribuer à la constitution d’une biostratigraphie plus solide, la liste des restes retrouvés à la fouille est donnée ici en détail et mise en perspective par rapport aux données régionales actuelles. Ainsi, la fouille réalisée a livré respectivement 1743 et 1752 restes dans les secteurs A (photo 68) et B ainsi que 214 restes à l’entrée de la salle en surface dans le réseau sud (comme il a été indiqué plus haut, 247 restes dentaires ont également été collectés en surface dans le réseau supérieur nord de la grotte).

Les Primates

167L’ordre des primates représente aujourd’hui environ 300 espèces et près de 80 genres (Swindler, 2002). La plupart d’entre eux vit dans des régions tropicales ou sub-tropicales. Cinq familles sont présentes en Asie du Sud-Est : les Loridae, les Tarsiidae, les Cercopithecidae, les Hylobatidae et les Hominidae. Quelques dents de primates ont été recueillies à la fouille.

Les Cercopithecidae
La sous-famille Cercopithecinae

168Cette sous-famille est représentée actuellement en Asie par le seul genre : Macaca. Cinq espèces étaient présentes en Asie du Sud-Est continentale : Macaca arctoides, M. assamensis, M.fascicularis, M. mulatta et M. nemestrina (photo 69). Plusieurs de ces espèces ont été retrouvées dans les sites paléontologiques : M.fascicularis et M. nemestrina au Pléistocène supérieur en Indonésie (Hooijer, 1962 ; de Vos, 1983, 1984) et à l’Holocène (Harrison, 1996) ; M. cf. assamensis et M. cf. mulatta dans des sites du Pléistocène moyen et supérieur au Viêt-Nam (Olsen & Ciochon, 1990). En Chine du Sud (Kahlke, 1961) et au Laos (Fromager, 1936) a été découverte une forme éteinte de grand macaque, M. andersoni (M. robustus). Le site thaï de Tham Wiman Nakin a fourni des restes de Macaca cf. nemestrina (Tougard, 1998).

Photo 69. Macaque, temple de Tham Pía, Mae Sai

169Outre une dent incomplète appartenant à un taxon indéterminé de Primate, 14 dents de Macaca ont été récoltées à la fouille. Elles appartiennent à Macaca cf. nemestrina et à Macaca cf. assamensis. Une P4 de grande taille peut être affiliée à Macaca cf. andersoni.

La sous-famille Colobinae

170Les semnopithèques (Presbytis, Trachypithecus) et rhinopithèques (Pygathrix) sont représentés par de nombreux genres et espèces en Asie du Sud-Est. Les nasiques (Nasalis) sont confinés actuellement à Kalimantan et dans l’archipel de Mentawai au large de la côte ouest de Sumatra. Contrairement aux macaques, peu de restes fossiles attribués aux colobinés ont été découverts dans les sites pléistocènes d’Asie du Sud-Est. Néanmoins, des restes de Presbytis sp., de Trachypithecus sp. ont été mis au jour dans la péninsule indochinoise (Kahlke, 1961 ; Olsen & Ciochon, 1990) ainsi qu’à Sumatra, Java (de Vos et al, 1982 ; de Vos, 1983) et à Kalimantan (Medway, 1964 ; Harrisson, 1996). Le site thaï de Tham Wiman Nakin a fourni des restes de Trachypithecus sp. (Tougard, 1998). Dans la grotte du Moine, une dent peut être rapportée au colobiné Pygatrix cf. neameus.

Les Hylobatidae

171Les hylobatidés semblent être la seule famille de primate qui ait émergé en Asie pendant la fin de l’ère tertiaire (Jablonski, 1993). Les gibbons évoluent dans les forêts tropicales humides (photo 70). On connaît des restes fossiles de Hylobates muelleri à Kalimantan (Harrison, 2000), Hylobates cf. concolor au Viêt-Nam (Schwartz et al., 1994) et en Chine (Gu et al, 1996). Une seule dent pouvant être attribuée à un Hylobates sp. (photo 721) a été recueillie dans la grotte du Moine.

Photo 70. Gibbon, zoo de Chiang Mai

Photo 71. Molaire de gibbon, site de Ban Fa Suai I

Les Hominidae
La sous-famille des Ponginae

172Vraisemblablement originaires de Chine (Kahlke, 1972 ; de Vos, 1983), plusieurs formes fossiles de Pongo pygmaeus ont été décrites dans le passé, P. p. weidenreichi, en Chine et P. p. palaeosuma-trensis, à Sumatra. Il y a une dizaine d’années, de nouvelles descriptions ont conduit à la création de nouvelles espèces avec Pongo hooijeri (Tham Khuyen), et quatre nouvelles sous espèces P.p. ciochoni (grotte de Lang Trang), P.p. devosi (grotte de Hang Hum), P.p.fromageti (Tham Om) et P.p.kahlkei (Tham Khuyen). Ces nouveaux taxons originaires de sites vietnamiens ont été proposés par Schwartz et al, (1995) à partir de l’étude de dents isolées. Mais la véracité taxonomique de ces nouvelles espèces est mise en cause par Harrison (2000) qui invoque la variabilité morphologique et le dimorphisme sexuel auxquels on peut ajouter la présence fréquente de quatrièmes molaires surnuméraires inférieures ou supérieures comme l’a rapporté Hooijer (Hooijer, 1948) et le confirme notre étude des collections du Musée de Leiden.

173En Thaïlande des restes fossiles d’orang-outan attribués à Pongo ci. pygmaeus, ont été découverts dans le site de Tham Wiman Nakin (Ginsburg et al, 1982 ; Tougard & Ducrocq, 1999). D’après Kahlke (1972), compte tenu des associations paléontologiques régionales, la distribution pléistocène des populations de Pongo connue d’après les sites fossiles (Sud de la Chine, Laos, Viêt-Nam, Thaïlande) devrait s’étendre plus à l’ouest (Myanmar et Inde ?). La grotte du Moine est à ce jour le site continental le plus occidental.

Photo 72. Incisive d’orang-outan, site de Ban Fa Suai I

174Si la distinction entre dent de Homo erectus et dent d’orang-outan est parfois équivoque pour les auteurs qui ignorent que la dent initialement attribuée au « Pithécanthrope » de Trinil appartient à Pongo cf. pygmaeus (voir Janssen Groesbeek, 1996), à Ban Fa Suai, quatre dents (photo 72) ont été attribuées à Pongo sp. et pas à Homo erectus.

Les Carnivores

175En ce qui concerne les carnivores, généralement moins nombreux dans les sites fossilifères, 59 restes dentaires ont pu leur être attribués, ce qui représente de l’ordre de 2 % du nombre de restes recueillis. La présence de quatre familles a ainsi été établie à Ban Fa Suai avec des canidés, des félidés, des ursidés et des mustélidés avec Arctonyx cf. collaris et une loutre. Une cinquième famille est peut-être présente avec une dent de Hyaenidae.

Les Canidae

176Seules deux espèces de canidés sauvages sont actuellement présentes en Asie du Sud-Est. Ce sont le dhole, Cuon alpinus et le chacal doré ou chacal asiatique, Canis aureus. Bien que menacées d’extinction dans de nombreuses régions, ces deux espèces ont été signalées en Asie, du Myanmar jusqu’au sud Viêt-Nam (Duckworth et al, 1998).

177Des restes de cuon sub-fossiles ont été découverts en Chine (Liucheng, Tashin), au Viêt-Nam (Tham Khuyen, Tham Om, Hang Hum, Lang Trang), à Sumatra (Lida Ajer), à Java (Ngandong). En Chine on connaît les formes fossiles Cuon simplicidens (Koloshan), Cuon alpinus antiquus (Yenchingkuo), et au Myanmar Cuon alpinus infuscus (Moulmein).

Photo 73. Prémolaire de cuon, site de Ban Fa Suai I

178En Thaïlande, une mandibule de Cuon alpinus infuscus holocène (Takai, 1961) a été découverte à 100 km au nord de Bangkok. Les Canidae de la grotte du Moine, ont été identifiés par dix dents, mais possiblement deux espèces de cuon : Cuon cf. alpinus et Cuon sp. (photo 73) ainsi qu’un Canidae sp. indet.

Les Felidae

179Les plus grands représentants des félidés d’Asie du Sud-Est sont le tigre d’Indochine, Pantbera tigris corbetti et le léopard, Panthera pardus. Abondants dans la péninsule indochinoise, ils sont aujourd’hui en voie d’extinction. Des formes sub-fossiles de tigre et de léopard ont été découvertes dans de nombreux sites d’Asie du Sud-Est continentale, à Java et à Sumatra.

180Le tigre est absent des sites paléontologiques de Kalimantan bien qu’un fragment de canine provenant d’une couche néolithique du site de Niah (Sarawak, Malaisie) lui ait été attribué. Il est possible qu’elle ne soit qu’un objet de parure apportée par l’homme (Harrisson, 1996).

181En ce qui concerne les canines de tigre de la collection Dubois conservée à Leiden, il semble bien qu’il s’agisse en réalité pour la plupart d’entre elles de canines d’ursidé (V. Zeitoun observation personnelle). En revanche, deux fragments dentaires issus de la fouille de la grotte du Moine appartiennent à Pantbera cf. tigris (photo 74).

Photo 74. Prémolaire de tigre, site de Ban Fa Suai I

Les Hyaenidae

182Les hyénidés actuels sont représentés par quatre genres : Crocuta, Hyaena, Parahyaena et Proteles, essentiellement distribués sur le continent africain. Seule l’hyène rayée, Hyaena hyaena se rencontre encore en Asie. Cependant, plusieurs espèces d’hyénidé peuplaient l’Asie du Sud-Est et se sont succédées au fil des changements climatiques quaternaires : Hyaena brevirostris licenti, puis, H. brevisrostris sinensis, en Chine du Sud, et enfin Crocuta crocuta ultima, toujours en Chine du Sud et au Laos (Fromaget, 1936 ; Kurten, 1956).

Photo 75. Prémolaire de Hyénidé, site de Ban Fa Suai I

183À Java, il existe des restes de Hyaena brevirostris bathygnatha, dans les sites du Pléistocène moyen et supérieur. En Thaïlande, les sites de Tham Wiman Nakin et Tham Phra Khai Phet ont révélé des restes de l’espèce Crocuta crocuta ultima (Ginsburg et al., 1982 ;Tougard, 1998).

184Des restes dentaires ont également été rapportés des éléments de brèches de la grotte de Ban Hat Pu Dai (Tramankit & Supawan, 2001) dans la région de Lampang. Considéré comme un taxon temarquable du Pléistocène, une dent unique recueillie à la fouille pourrait en être le témoin à Ban Fa Suai (photo 75).

Les ursidae

185Trois espèces d’ursidé peuplent aujourd’hui l’Asie : le panda géant, Ailuropoda malanoleuca, au centre de la Chine (Sichuan), l’ours à collier, Ursus thibetanus, de l’ouest de l’Himalaya à la péninsule indochinoise, et l’ours des cocotiers, Ursus malayanus, au sud de la Chine, en Indochine, à Sumatra et Kalimantan.

La sous-famille Ailurinae

186Des restes fossiles de panda géant Ailuropoda microta, sont connus au Pléistocène inférieur.

Photo 76. Molaire de panda, site de Ban Fa Suai I

187Ceux de Ailuropoda melanoleuca baconi ont été recueillis pour le Pléistocène moyen et le début du Pléistocène supérieur en Chine, au Myanmar et au Viêt-Nam (Colbert, 1943 ; Ciochon & Olsen, 1986). Cette dernière sous-espèce fossile aurait disparu au cours de l’Holocène à la suite de l’évolution climatique régionale (Tougard et al, 1996) et en particulier du recul septentrional de la zone à bambous tempérés. Le site de Tham Wiman Nakin a révélé des fragments dentaires et deux dents attribués à Ailuropoda melanoleuca baconi (Ginsburg et al 1982 ; Tougard, 1998).

188En ce qui concerne la grotte du Moine, trois dents et quatre fragments de molaire appartiennent à Ailuropoda cf. malanoleuca (photo 76). Leurs dimensions les rapprochent de la sous-espèce A m. baconi tandis que leur morphologie est plus proche de celle du panda actuel.

La sous famille Ursinae

189Des formes sub-fossiles des deux espèces Ursus thibetanus et Ursus malayanus sont présentes dans les sites quaternaires du Viêt-Nam (Olsen & Ciochon, 1990), à Java et Sumatra (de Vos, 1983) et à Kalimantan (Harrisson, 1996). En Chine du Sud, on a identifié une sous-espèce fossile, U. thibetanus kokeni et en Chine du Nord l’espèce fossile U. augustidens.

190Dans le site de Tham Wiman Nakin, les restes dentaires d’Ursinae ont été attribués à Ursus cf. thibetanus (Tougard, 1998). Dans la grotte du Moine 19 dents d’ursiné ont été recueillies. Elles appartiennent à l’espèce Ursus cf. thibetanus (photo 77) sauf pour trois d’entre elles qui appartiennent à Ursus cf. malayanus.

Photo 77. Prémolaire d’ours à collier, site de Ban Fa Suai I

Les Proboscidiens

191On reconnaît aujourd’hui l’existence de 165 espèces et sous-espèces de proboscidiens, regroupées en 42 genres et 8 familles dont la quasi-totalité est fossile (Shoshani et al., 2001). De nos jours, seule subsiste la famille des éléphantidés représenté par deux genres, Loxodonta et Élephas.

192Le premier de ces genres est africain avec deux espèces Loxodonta cyclotis et L. africana et le second asiatique, avec une seule espèce, Elephas maximus, et trois sous espèces : Elephas m. maximus au Sri Lanka, Elephas m. sumatranus à Sumatra et Elephas m. indicus en Asie continentale. Dans les sites pléistocènes d’Asie du Sud-Est, les restes de deux familles ont été mis au jour : les stégodon-tidés dont aucune espèce n’a survécu jusqu’à nos jours et les éléphantidés. Les genres Stegodon et Elephas, appartenant à ces deux familles, ont coexisté pendant le Pléistocène Moyen à Java (van den Bergh et al, 1996) et peut-être même (si les données taphonomiques sont vérifiées) jusqu’à l’Holocène en Chine du Sud (Ma & Tang, 1992).

Les Stegodontidae

193La famille des stégodontidés est formée de deux genres Stegolophodon et Stegodon (Saegusa, 1996). L’un des plus anciens Stegolophodon découvert jusqu’à présent vient de la formation Mae Long, dans le bassin de Li, en Thaïlande (Ginsburg & Tassy, 1985) et est daté du Miocène moyen.

194Les stégodons sont probablement apparus au sud de la Chine au début du Pliocène (Saegusa, 1996) et se sont largement répandus pendant le Pléistocène. En Inde, on connaît quatre espèces de Stegodon provenant essentiellement des gisements des Siwaliks : Stegodon bombifrons, Stegodon insignis, Stegodon ganesa et Stegodon sp.

195Au sud de la Chine, on trouve Stegodon orientalis qui coexistait avec un autre Stegodon sp. au début du Pléistocène et avec Stegodon parahypsilophus au Pléistocène moyen (Saegusa, 1996). Le Stegodon orientalis semble avoir survécu en Chine (Zhejiang et Yunnan) jusqu’à l’Holocène, il y a 8 000 ans (Ma & Tang, 1992).

196Au Myanmar, ont été découverts les restes de Stegodon elephantoides et de Stegodon insignis birmanicus. Enfin, on connaît à Java Stegodon trigonocephalus et Stegodon hypsilophus, et dans les îles des formes plus petites : Stegodon timoren-sis à Timor, Stegodon sompoensis à Sulawesi et Stegodon trogonocephalus florensis à Flores.

197Ce ne sont ici, dans la grotte du moine, que quelques fragments occlusaux de lame d’émail de molaire qui ont été recueillis. La détermination réalisée avec le concours de R. Debruyne révèle que 14 éléments dentaires se rapportent à Stegodon sp.

Photo 78. Lamelle de molaire d’éléphant, site de Ban Fa Suai I

Les Elephantidae

198Les éléphantidés représentent la dernière radiation majeure des proboscidiens (Todd & Roth, 1996). Il restait au tournant du millénaire entre 35 000 et 50 000 éléphants sauvages en Asie (Sukumar & Santipillai, 1996) et de 14000 à 17 000 éléphants dAsie en captivité (Shoshani, 2000). On a reconnu au Pléistocène Elephas hysudricus au Myanmar, Elephas namadiscus et Elephas maximus dans la péninsule indochinoise, E. hysudrindicus ainsi que E. planifrons et E. celebensis dans l’arc insulaire indonésien.

199Les quelques fragments dentaires à émail très épais récoltés dans la grotte de Tham Wiman Nakin ont été provisoirement attribués à Elephas ci. maximus par Tougard (1998). En ce qui concerne le site de Ban Fa Suai, 20 restes dentaires très fragmentés appartiennent à Elephas sp. (photo 78) et 21 appartiennent à des proboscidiens sans plus de précision.

Les Périssodactyles

Les Tapiridae

200Sur les quatre espèces actuelles de tapir connues dans le monde, trois vivent en Amérique centrale et en Amérique du Sud, une seule subsiste en Asie du Sud-Est : Tapirus indicus. Devenu rare, il vivrait encore dans les forêts tropicales du Sud du Myanmar et de la Thaïlande ainsi que dans la péninsule malaise.

201Des restes fossiles de T. indicus ont été découverts dans de nombreux sites de Chine du Sud (Kahlke, 1961), à Sumatra, Java (de Vos, 1983) et à Kalimantan (Medway, 1964). Non identifiée à l’origine par Badoux en 1959, une sous-espèce fossile T. i. intermedius, semble avoir existé à Sumatra et au Cambodge (Beden & Guérin, 1973). L’espèce fossile de Chine du Sud Tapirus sinensis et l’espèce Tapirus pandanicus, par la suite attribuée à T. indicus, pourraient être admises au tang de sous-espèces sœurs selon Hooijer (1947).

Photo 79. Fragment de molaire de tapir, site de Ban Fa Suai I

202Un genre fossile du Pléistocène moyen, Megatapirus augustus, de dimension nettement supérieure à T. indicus, a été identifié dans des sites de Chine du Sud (Kalhke, 1961), du Viêt-Nam (Olsen & Ciochon, 1990) et du Laos (Fromaget, 1936). En Thaïlande, des restes attribués à Tapirus indicus cf. intermedius (Tougard, 1998) proviennent du site de Tham Wiman Nakin. Dans la grotte du Moine, quatre restes dentaires appartiennent à Tapirus sp. (photo 79).

Les Rhinocerotidae

203Bien diversifiée dès l’Éocène supérieur en Amérique du Nord, la famille des rhinocérotidés n’apparaît qu’au début de l’Oligocène en Eurasie. Les rhinocérotidés connaissent leur apogée au cours du Miocène avec jusqu’à douze genres en Asie, cinq en Amérique du Nord et en Afrique et neuf en Europe. Leur diversité taxonomique décroît de façon spectaculaire au Plio-Pléistocène : le groupe s’éteint au Pliocène en Amérique du Nord et au Pléistocène final en Europe (Antoine, 2000). Les rhinocéros ne subsistent actuellement qu’à travers quatre genres : deux africains (Cerathotherium et Diceros) et deux asiatiques (Dicerorhinus et Rhinoceros).

204Le genre Rhinoceros est connu dès le Miocène au Pakistan : les espèces R. sondaicus et R. bicornis sont apparues respectivement au Pléistocène inférieur et moyen (Antoine, 2000). L’aire de répartition de Rhinoceros unicornis, s’étendait autrefois à tout le nord de l’Inde. Il vit actuellement au Népal et dans l’état indien de l’Assam où il ne subsiste plus qu’environ 2 000 individus.

205Rhinoceros sondaicus était connu du Bengale jusqu’à Java en passant par le Myanmar, l’Indochine et Sumatra. Il est aujourd’hui présent dans la réserve d’Udjung Kulong à l’extrême ouest de Java où sont recensés à peine 75 spécimens. On ignore s’il en reste encore de nos jours dans la péninsule malaise et à Sumatra.

206L’espèce Dicerorhinus sumatrensis, apparue au début du Pléistocène (Antoine, 2000), a été recensée, en Indochine, en Thaïlande et au Myanmar, dans la péninsule malaise, Sumatra et Kalimantan. Au bord de l’extinction, quelques spécimens ont récemment été « re-découverts » au sud du Viêt-Nam.

207Les restes fossiles de ces trois espèces ont été découverts dans de nombreux sites d’Asie du Sud-Est. Trois sous-espèces éteintes aujourd’hui sont attribuées à R. sondaicus : au Cambodge, R.s.guthi (Beden & Guérin, 1973) d’âge pléistocène moyen, au Viêt-Nam, R. s. annamiti-cus d’âge holocène et à Java R. s. sivasondaicus pour le Pléistocène inférieur. La sous-espèce Rhinoceros unicornis kedengindicus a été décrite d’après des restes découverts dans la faune de Kedung Brubus à Java. Elle est datée de la fin du Pléistocène inférieur (Hooijer, 1946). On compte également deux espèces fossiles qui ont disparu depuis le début du Pléistocène terminal : Rhinoceros sinensis, au sud de la Chine et au Viêt-Nam, et Rhinoceros sivalensis au Myanmar.

Photo 80. Couronne de prémolaire de rhinocéros unicorne, site de Ban Fa Suai I

Photo 81. Molaire de rhinocéros de Chine, site de Ban Fa Suai I

208Dans les sites paléontologiques thaïs de Tham Wiman Nakin et Tham Phra Khai Phet, la majorité des restes dentaires de rhinocéros ont été attribués à R. sondaicus. Seul un petit fragment de molaire supérieure est attribué avec réserve à Rhinoceros cf. unicornis (Tougard, 1998). Le fait remarquable, ici, est que sur le site de Ban Fa Suai, il existe quatre taxons différents parmi les nombreux éléments dentaires attribuables à des rhinocerotidés : Rhinoceros cf. unicornis (photo 80), Rhinoceros cf. sondaicus, Dicerorhinus cf. sumatrensis et Rhinoceros cf. sinensis (photo 81).

Les Artiodactyles

Les Suidae

209Les suidés sont présents en Asie du Sud-Est depuis l’Éocène supérieur (Ducrocq, 1994). Deux genres, Sus et Babiroussa, et six espèces sont actuellement connus : le sanglier d’Eurasie, Sus scrofa, le sanglier à barbe, Sus barbatus (Malaisie, Sumatra, Kalimantan), le sanglier de Java, Sus verrucosus, le sanglier du Viêt-Nam, Sus bucculen-tus (Laos et Viêt-Nam), le sanglier des Célèbes, Sus celebensis et le babiroussa Babirousa babyrussa, endémique à l’archipel de Sulawesi.

210De nombreuses espèces fossiles et subfossiles ont été décrites en Asie du Sud-Est. De la limite plio-pléistocène jusqu’à la fin du Pléistocène inférieur ont connaît ainsi : Sus brachygnathus, Sus macrognathus, Sus sangiranensis et Sus terhaari, à Java, et Sus xiaozhu, Sus peii et Sus liuchengensis pour la Chine du Sud. Puis deux espèces fréquentent le nord de la Chine du Pléistocène moyen à terminal : Sus lydekkeri et Sus officinalis.

Photo 82. Molaire de sanglier commun, site de Ban Fa Suai I

Photo 83. Molaire de sanglier à barbe, site de Ban Fa Suai I

211En Thaïlande, les grottes de Tham Wiman Nakin et de Tham Phra Khai Phet ont révélé des restes de Sus cf. scrofa et Sus cf. barbatus d’après Tougard (1998). Le nombre de restes de suidés atteint 34 % des artiodactyles identifiables au niveau genérique à Ban Fa Suai. Il n’a pas été possible de déterminer précisemment les restes présents dans la grotte du Moine. Cependant trois taxons distincts ont été identifiés compte tenu de leur taille. Ce sont, en nombre de restes : 55 Sus cf. scrofa (photo 82), 6 Sus cf. barbatus (photo 83) et, enfin, 290 Sus sp. indet. de taille inférieure aux deux taxons précédents et qui se répartissent en trois catégories distinctes.

Les Bovidae

212L’un des plus anciens représentants des bovidés est originaire d’Eurasie et a été découvert dans des sites datés du Miocène inférieur (18 millions d’années) au Pakistan (Solounias et al, 1995). En Asie, les Bovidae sont divisés en deux sous-familles : les Bovinae et les Caprinae.

La sous-famille Bovinae

213Les bovinés sauvages d’Asie du Sud-Est comprennent deux genres et quatre espèces (Pfeffer & Seveau, 2001) : le buffle d’eau, Bubalus arnee, le gaur, Bos gaurus, le banteng, Bos javanicus et le kouprey, Bos sauveli. Cette dernière espèce, décrite seulement au milieu du xxe siècle d’après un spécimen capturé au Cambodge, serait désormais éteinte.

214Un troisième genre, Pseudoryx, a été décrit en 1992 au Viêt-Nam (Dung et al., 1993). Le saola possède des caractères morphologiques primitifs qui le rapprocheraient des caprines (Thomas, 1994), mais les analyses ADN les plus récentes placent ce curieux animal dans la tribu des Bovini (Gatesy & Arctander, 2000). Sept pièces recueillies à la fouille sont attribuables au genre Pseudoryx (photo 84).

215Nombre d’espèces et sous-espèces sub-fossiles de Bubalus et de Bos décrites : Bubalus bubalis palaeokerabau, Bos javanicus grangeri, Bos gaurusgrangeri et Epileptobosgroenveldtii sont endémiques à Java ; Bubalus mephistopheles, Bubalus teilhardi, bubalus brevicornis, Bubalus youngi, Bubalus guzbensis, Bubalus triangulus, ont, elles, été découvertes en Chine. L’espèce fossile Duboisia santeng, trouvée en Malaisie et à Java fait probablement partie de la tribu des Boselaphini et ressemble au tétracère indien (Geraads, 1979).

216En Thaïlande, des restes ont été attribués à Bos cf. gaurus (Ginsburg et al., 1982), Bubalus cf. arnee (Tougard, 1998) et Bos cf. javanicus dans le site de Tham Wiman Nakin. Quelques dents fossiles sont également attribuées pour la première fois à Bos cf. sauveli dans les sites de Tham Wiman Nakin et Tham Phra Khai Phet par Tougard (1998) bien qu’un doute subsiste sur la nature exacte des références odontologiques utilisées pour leurs déterminations (Seveau, observation personnelle : la mandibule associée au crâne du spécimen de référence serait celle d’un banteng). Dans la grotte du Moine, outre 77 dents ou fragments dentaires appartenant au genre Bos, 15 restes dentaires de Bos cf. gaurus, 13 de Bos cf. javanicus (photo 85) et 18 de Bos cf. sauveli (photo 86) ont pu être identifiés. Ici les dents inférieures de kouprey ont été déterminées grâce à la mandibule du « paratype » conservé au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Seules trois dents se rapportent à Bubalus cf. arnee (photo 87).

Photo 84. Molaire de saola, site de Ban Fa Suai I

Photo 85. Molaire de banteng, site de Ban Fa Suai I

Photo 86. Prémolaire de kouprey, site de Ban Fa Suai I

Photo 87. Molaire de buffle, site de Ban Fa Suai I

La sous-famille Caprinae

217Les caprinés se composent de trois genres : Capricornis (les sérows), Naemorhedus (les gorals) et Budorcas (les takins). Ces derniers vivent en altitude dans les contreforts de l’Himalaya, le nord du Myanmar et le centre de la Chine. De nombreux restes de sérow et de goral sub-fossiles sont connus dans les sites du Pléistocène d’Asie du Sud-Est. Une sous-espèce de sérow subfossile de grande taille, Capricornis sumatraensis kanjereus, est connue en Chine et en Thaïlande dans le site de Tham Wiman Nakin (Tougard, 1998).

218A Ban Fa Suai, dans la grotte du Moine, les caprinés représentent près du quart des artiodactyles. Ce sont 3 Naemorhedus cf.caudatus,2 Naemorhedus cf.goralet 26 Capricornis cf. sumatraensis, mais également 82 restes de capriné dont un Capricornis indéterminé de grande taille pouvant se rapporter à Capricornis sumatraensis kanjereus et 113 autres restes de Naemorhedus sp.

Les Cervidae

219Les cervidés, sont l’une des familles les plus représentées parmi les grands mammifères du Pliocène et du Pléistocène. En Eurasie, ils sont communément classés en trois sous-familles Hydropotinae, Muntiacinae et Cervinae (Di Stephano & Petronio, 2002). La sous-famille des Cervinae a fait récemment l’objet de nombreuses tentatives d’étude (Groves & Grubb, 1987 ; Emerson & Tate, 1993 ; Cronin et al., 1996 ; Randi et al, 2001 ; Liu et al, 2003 ; Meijaard & Groves, 2004) afin de reconstituer sa phylogénie, son évolution et ses relations systématiques au sein du groupe. Toutefois, les informations permettant de comprendre en détail quand et comment les lignées ont divergé semblent encore manquantes (Meijaard & Groves, 2004).

220À l’instar des chevilles osseuses pour les bovinés fossiles, les bois des cervidés sont largement utilisés comme critère déterminant de l’appartenance taxononique. Or, les sites pléistocènes d’Asie du Sud-Est, pour la plupart, contiennent surtout des restes dentaires. La classification des cervidés fossiles demeure en conséquence problématique.

221Toutefois, largement diffusée en Eurasie, cette famille est présente en grand nombre dans les sites fossiles et semble avoir évolué assez rapidement. Ces propriétés font ainsi des cervidés un sujet d’étude biochronologique particulièrement intéressant et important (Di Stephano & Petronio, 2002). Généralement, les communautés de cerfs se développent et prospèrent dans des écosystèmes jeunes et peu diversifiés (Geist, 1998). De telles conditions ont été réunies lors de la fin du Tertiaire et au Quaternaire, avec les alternances de changements de végétations dues aux périodes glaciaires (Meijaard & Groves, 2004).

La sous-famille Cervinae

222Les cervinés d’Asie comprennent trois genres actuels : Elaphurus, Axis et Cervus. Seuls les deux derniers genres sont présents en Asie du Sud-Est. L’espèce Elaphurus davidianus était cantonnée en Chine nord orientale où elle fût quasiment exterminée à la fin du xixe siècle. Ses formes fossiles sont présentes dès le Pléistocène inférieur, dans le nord de la Chine, au Japon et à Taiwan (Ji, 1985). Les restes fossiles de Cervus unicolor sont abondants dans de nombreux sites du Pléistocène supérieur, en Chine du Sud (Colbert & Hooijer, 1953), au Viêt-Nam (Olsen & Ciochon, 1990) et à Kalimantan (Medway, 1964).

223À Java, la découverte des restes de Cervus timorensis, de Axis lydekkeri et des espèces fossiles du sous-genre Rusa ont été rapportés (Sondaar, 1984). Au Laos on a trouvé des restes de Rusa cf. leptodus (Beden & Guérin, 1973). Ce sont près de quarante espèces et sous-espèces fossiles et sub-fossiles de Cervinae qui ont été répertoriées en Chine depuis l’Oligocène moyen jusqu’au Pléistocène final (Dong, 1993). Comme pour les sites de Tham Wiman Nakin et de Tham Phra Khai Phet, en Thaïlande, la grotte du Moine contient les restes dentaires de Cervus cf. unicolor, Cervus cf. eldii et une espèce indéterminée de Cervus sp. de grande taille ainsi qu’une espèce de cerf-cochon : Axis cf. porcinus. Les cervidés représentent 25,1 % du nombre de restes d’artiodactyles déterminables recueillis dans la grotte du Moine. Il est à noter qu’une dent jugale pourrait se rapporter au cerf du Japon : Cervus cf. nippon (photo 88).

La sous-famille Muntiacinae

224La sous-famille des Muntiacinae comprend deux genres actuels : Muntiacus et Elaphodus. Les muntjacs seraient un taxon persistant et conservateur en comparaison de l’évolution plus rapide des autres cervidés (Dong et al, 2004). Ainsi, un nouveau muntjac fossile, Muntiacus leilaoensis, découvert dans un site du Miocène supérieur (9-7 Millions d’années) aurait une morphologie semblable à celle des formes actuelles.

225Des muntjacs fossiles ont été retrouvés en grand nombre au Viêt-Nam (Olsen & Ciochon, 1990), à Sumatra (de Vos, 1983), à Java (von Koenigswald, 1939 ; de Vos, 1983) et à Kalimantan (Harrison, 1996). Des formes fossiles généralement plus grandes sont connues en Chine comme Muntiacus muntjak margae au sud, Elaphodus cephalophus megalodon et Muntiacus szechanensis au centre. Quant à Muntiacus bohlini à Zhoukoutien, Muntiacus fenghoensis au nord et Muntiacus hengduanshanensis au sud-ouest du pays, ils sont connus au Pléistocène moyen.

Photo 88. Molaire de sika ?, site de Ban Fa Suai I

226En Thaïlande, les restes de muntiaciné des grottes de Tham Wiman Nakin et Tham Phra Khai Phet ont été attribués à une forme proche de Muntiacus muntjak (Tougard, 1998). Il en est de même dans la grotte du Moine qui compte 42 restes de Muntiacus cf. muntjak pour 82 restes de Muntiacus sp., soit 12 % des artiodactyles déterminables présents. Par ailleurs, il est possible que, compte tenu de sa taille, l’un de ces muntjacs corresponde à Muntiacus cf. vuquangensis.

La composition des assemblages fauniques et interprétation anthropique

227Les taxons présents forment un assemblage typique des sites fauniques d’Extrême-Orient. À la lecture des références paléontologiques asiatiques, l’association appartient à la faune sino-malaisienne de von Koenigswald (1938-1939) plus connunément nommée complexe de faune à Ailuropoda-Stegodon et décrit comme un marqueur du Pléistocène moyen ou supérieur en Asie du Sud-Est (Matthew et Granger, 1923 ; Bien et Chia, 1938 ; Granger, 1938 ; Pei, 1938 ; Kahlke, 1961). De fait, la présence de deux taxons : Le panda géant et le stégodon, est caractéristique des faunes pléistocènes locales. Mais l’assemblage décrit présente également des espèces rencontrées dans les autres assemblages de Chine du Sud, du Viêt-Nam, du Laos ou de Thaïlande : les cervidés et les bovinés dominent ; le genre Ursus est systématiquement présent ainsi que des rhinocéros et des proboscidiens avec les genres Stegodon et/ou Elephas, quelques carnivores et, quasi-systématiquement, des restes d’Hystrix.

228Cette association de faune permet d’aborder la question de la valeur de tels assemblages pour témoigner des environnements du passé et de leurs variations dans cette région du monde. Au préalable se pose la question de la nature même du site et, en particulier, de celle du ou des agents d’accumulation. Plusieurs agents peuvent, en effet, participer à l’accumulation ou au remaniement des restes et modifier l’information originelle propre à l’environnement (Monchot, 2006).

229De ce point de vue, il est intéressant de relever les variations de quelques espèces remarquables. Ainsi, des restes d’éléphants ou de stégodons ne sont pas toujours retrouvés (Young & Liu, 1950). Plus intéressant encore est l’absence d’hyénidés dans certains sites, qui semblent alors, du point de vue taphonomique, infirmer l’hypothèse d’une tanière d’hyènes souvent retenue par les auteurs. Les sites des environs de Koloshan, en Chine du Sud, en sont un exemple, alors même que la série est réputée l’une des plus riche (Young & Liu, 1950). De la même façon, la grotte de Tham Khuyen au Viêt-Nam, n’a livré ni hyène, ni tigre (Cuong, 1992 ; Schwartz et al, 1994), tout comme les sites de Lang Son, Tarn Pa Loi et Houec Oi, au Laos (Beden et al, 1972) ou encore la grotte de Wuyun, Guangxi (Chen étal, 2002).

230À côté de l’hyène, le dhole est considéré par White (1975) comme un possible agent accumulateur dans son étude de la grotte du Gigantopithèque. Ce taxon est présent à Ban Fa Suai, mais ce Carnivore n’est pas systématiquement reconnu dans les sites paléontologiques d’Asie du Sud-Est comme par exemple à Tham Wiman Nakin (Tougard, 1998). Parmi les carnivores qui auraient pu accumuler les restes en grotte, les ours sont omniprésents. Cette omniprésence fait d’eux un candidat responsable des assemblages à Ailuropoda-Stegodon. Cependant, comme pour les autres carnassiers, ce taxon n’est, le plus souvent, représenté que par quelques restes, ce qui ne correspond pas à la quantité normalement rencontrée dans une tanière de Carnivore (Cruz-Uribe, 1991).

231Pei (1935) trouve argument dans l’abondance des restes de Sus pour préférer une origine humaine des assemblages. Von Koenigswald (1952 : 299) avait noté cette caractéristique au travers des nombreux restes de dents de cochons fossiles chez les apothicaires de Chine du Sud-Est : « There were no horse, but many of the Porcupine and Sus ». La prédominance du sanglier a également été observée à Lang Trang, mais les auteurs n’en tirent pas de conclusion (Long et al, 1996). Dans le cas des sites thaïlandais étudiés par Tougard (1998) l’abondance de Sus n’atteint que respectivement 13 % et 8 % dans les sites de Tham Phra Kai Phet et Tham Wiman Nakin. Dans les deux cas, les cervidés et les bovinés sont beaucoup plus nombreux. Ce qui diffère de Ban Fa Suai I où les suidés représentent la catégorie la plus importante (un tiers) des artiodactyles identifiables qui sont de loin les restes les plus nombreux. En effet, dans le secteur A de la fouille de la grotte du Moine, la répartition en nombre de restes est la suivante : 0,5 % de primate, 1,4 % de Carnivore, 1,3 % de proboscidien, 6 % de perissodactyle, 56,1 % d’artio-dactyle (dont 34,1 % de Suidae, 21,5 % de Bovinae, 25,1 % de Cervinae et 19,2 % de Caprinae) et 8,8 % de rongeurs. Avant toute interprétation relative à un apport anthropique, il convient de s’interroger sur la qualité des restes, leur mode de mise en place et leur représentativité.

Le rôle implacable des porcs-épics

232La taphonomie est la discipline qui rassemble les études relatives à la fossilisation des restes. Elle suppose l’étude conjointe de la répartition spatiale des restes, de leur appartenance taxinomique, de leur conservation différentielle, de leur fracturation et des traces qui les ont éventuellement marquées pour déterminer quelle est la part relative des actions anthropiques, animales, mécaniques et/ou physico-chimiques qui sont à leur origine.

233C’est un point important à aborder si l’on veut pouvoir espérer rendre compte correctement de l’évolution des environnements en utilisant la faune. Une telle approche est cependant souvent péremptoire voire lapidaire, quand elle n’est pas simplement escamotée dans les publications paléontologiques (voir Olsen & Ciochon, 1990). Dans le cas de la salle du laminoir de la grotte du Moine de Ban Fa Suai, on constate ainsi :

234une forte densité d’éléments fossiles dans les sédiments (de l’ordre de 2000 pièces par mètre cube),

235une prépondérance des restes dentaires (87,8 % du matériel),

236une fragmentation importante du matériel fossile,

237une présence récurrente de traces de grignotages par des rongeurs sur les racines ou la dentine des dents, et surtout, le matériel osseux généralement réduit aux petits os les plus denses.

238Dans le but de préciser ces observations, de les mettre en relation, et d’identifier des processus taphonomiques pour expliquer les caractéristiques de l’assemblage fossile, et d’en discuter les implications, une analyse tracéo-morphologique des différents restes a été conduite. Sont ainsi évalués l’action des rongeurs (quantification des grignotages), l’action éventuelle des prédateurs ou des charognards (digestion, marques de dents) et différents processus post-mortem (corrosions diverses).

239Le matériel osseux ne représente que 12,1 % du total des éléments qui pour l’essentiel ont une patine claire, lisse, mise à part une fraction d’entre eux (moins de 5 %) qui se distinguent par une couleur brune et un polis plus intense. Hormis une dizaine d’éléments osseux appartenant à des rongeurs, l’essentiel des éléments appartient à des mammifères de taille supérieure (voir précédemment), mais la très grande majorité des restes osseux (75 %) correspond à des petites esquilles difficilement identifiables. Presque toutes ces esquilles affichent une taille maximale inférieure à 3 cm et sont affectées de traces de grignotages pour 78 % d’entre elles (photo 89). Beaucoup sont polyédriques (photo 90). Le plus gros élément osseux, un fragment de diaphyse d’os long de boviné ou de rhinocéros, ne dépasse pas 5,5 cm. Les autres éléments ont pu être rattachés plus ou moins précisément à des parties anatomiques. La plupart sont des éléments complets ou subcomplets, lesquels sont également peu diversifiés pour l’essentiel, soit : des os pétreux (12,4 %), des phalanges (2 %), des métapodes (1 %) et calcanéus (1 %).

Photo 89. Fragment de diaphyse rongé, site de Ban Fa Suai I

Photo 90. Fragment de diaphyse rongé de forme polyédrique, site de Ban Fa Suai I

240Les grignotages affectent de manière conséquente la surface des os de plus grande taille : près de 90 % des pétreux sont ainsi affectés et la totalité des phalanges de grands cervidés. Les plus petits éléments ne sont pas marqués. Les grignotages ne sont pas tronqués par les cassures et sont légèrement atténués sur une partie des faces de quelques ossements, notamment les plus gros d’entre eux, tels les os pétreux. En revanche, aucune trace nette correspondant à l’action de carnivores (marques de dent, digestion) ou de l’homme n’a été décelée. Seules quelques esquilles peu ou non grignotées montrent une forte corrosion pouvant être interprétée comme issue d’une exposition aérienne prolongée. Les dents ou fragments dentaires forment le reste du matériel prélevé, soit presque 88 %.

241Sur l’ensemble des restes observés, une grande partie correspond à des fragments dentaires composés d’émail seul (22 %) ou associés à de la dentine (56 %). Leur taille varie en fonction de l’appartenance taxinomique des restes, mais, comme pour les ossements, ce sont pour l’essentiel des fragments dont la taille ne dépasse que rarement 3 cm. L’examen des fragments dentaires avec dentine a permis la mise en évidence des traces de grignotages à la surface de la dentine pour plus de 21 % d’entre eux. Ces traces sont fréquemment situées au niveau des zones de cassures, indiquant par conséquent une exploitation de dents déjà fragmentées. Dans de rares cas, l’émail a également été exploité. Le grignotage des racines et de la dentine (photo 91) apparaît comme un processus fréquent, avec la moitié des dents affectées. Dans les cas les plus extrêmes, la dent est réduite à sa couronne.

242Il est à signaler que la dentine des cavités pulpaires de plusieurs dents de lait de rhinocéros a également été exploitée par les rongeurs (photo 92). Une petite partie des dents, principalement des molaires de suidés et quelques fragments de muraille de dent de muntjac, montre une patine brune légèrement lustrée semblable à celle décrite plus haut pour les éléments osseux. Pour les suidés, une érosion des grignotages est même parfois visible. Aucune trace de prédation ni d’activité humaine n’a été décelée. Parmi les 362 éléments dentaires de rongeurs la présence de plusieurs traces de grignotage a été remarquée sur quatre molaires et quatre incisives de porc-épic. Quelques dents montrent également des patines différentes, mais aucune trace de digestion sur les molaires ni sur les incisives - où elles sont le plus fréquemment observées en cas de prédation -n’a été relevée.

Photo 91. Rongement de la racine dentaire d’un primate, site de Ban Fa Suai I

Photo 92. Rongement de la pulpe dentaire d’une dent de lait de rhinocéros, site de Ban Fa Suai I

Tri, rongeurs et rongements

243Le rongement des restes ostéo-odontologiques par les hystricidés est un phénomène mentionné et illustré depuis longtemps (e.g. Anonyme, 1888-90 ; Patte, 1928 ; Young, 1932 ; Peï, 1935 ; Fromaget & Saurin, 1936 ; Bien & Chia, 1938 ; Von Koenigswald, 1938-1939 ; Breuil, 1939 ; Hooijer, 1946). Ce phénomène est évoqué tant en Chine (Peï, 1938 ; Peï & Li, 1958) qu’au Viêt-Nam (Schwartz et al, 1995) ou au Laos (Arambourg & Fromaget, 1938).

244Sur une trentaine de sites pléistocènes répertoriés dans la bibliographie, des traces de grignotages sont mentionnées par les auteurs dans plus de la moitié des cas ; ce qui augure d’un phénomène somme toute fréquent. C’est surtout en contexte sud-africain, sur des sites à la fois actuels et fossiles, que le rôle du porc-épic a été particulièrement étudié (Alexander, 1956 ; Brain, 1980 ; Maguire, 1976 ; Maguire et al, 1980). On notera le travail expérimental effectué par Rabinovitch et Horowitz (1994), mais aucun modèle actuel, ni aucune étude taphonomique relative à l’action des hystricidés n’ont été publiés en contexte asiatique hormis l’évocation faite dans le travail pionnier de Pei dans sa description des altérations naturelles des ossements fossiles (Pei, 1938). Aussi, se pose la question de savoir si la présence relativement faible du matériel osseux (et inversement la forte présence de matériel dentaire) est entièrement due à l’action des porcs-épics ?

245En Afrique du Sud, Brain (1981) mentionne le transport d’ossements dont la masse pouvait atteindre 750 g. Toutefois, les observations d’Alexander (1956) témoignent de déplacement d’objets pesant jusqu’à 2 kg. D’une manière générale, les gros éléments sont traînés à reculons avec les pattes jusqu’à la tanière, et les plus petits (la majorité des éléments pesant moins de 50 g) transportés à la gueule. Si le transport à reculons de gros éléments sur une centaine de mètres et au sein d’un passage accidenté comme celui de la grotte du Moine paraît une entreprise assez laborieuse pour un porc-épic, elle n’est cependant pas en désaccord avec les observations éthologiques faites sur cet animal.

246La pièce initialement la plus importante y est à ce jour une lamelle de molaire d’Elephas (photo 79), quelques dents de lait plus ou moins complètes de rhinocéros ou de dents jugales de grand cervidé, soit des éléments a priori transportables par un rongeur de la taille à’Hystrix. Le mode de découpe observé dans la nature, perpendiculaire à l’axe de la mandibule et parallèlement à l’axe radiculaire des dents permet au porc-épic de réaliser un « prédécoupage » du matériel. Ce conditionnement préalable au transport n’explique pas à lui seul une si faible présence du matériel osseux sur le site (notamment ceux provenant d’ongulés de taille moyenne à grande), beaucoup plus légers que des molaires de taille similaire, et surtout, plus facilement exploitables par les rongeurs.

247Dès lors, au moins deux hypothèses sont envisageables :

248Les os rapportés par les porcs-épics ont été in fine détruits in situ, par les rongeurs ou suite à d’autres processus (tassement, piétinement, transport).

249Les porcs-épics n’ont pas pu avoir accès à un nombre important d’éléments postcrâniens. Ces deux hypothèses sont au demeurant non exclusives et l’observation de terrain tend a priori à péjorer le second membre de l’aternative.

Destruction in situ des éléments squelettiques ?

250La forte proportion d’os et de dents rongés laisse entrevoir une exploitation intense par les rongeurs jusqu’à une destruction quasi-totale des restes. Les dents sont rongées jusqu’à disparition des racines et même jusqu’à l’entame de la cavité pulpaire. Les modèles africains connus ne mentionnent pas une telle intensité de destruction (Brain, 1981 ; Maguire et al., 1980). Même si les évocations de cette altération intense existent (Arambourg & Fromaget, 1938 ; Peï, 1938 ; Hooijer, 1946), seule des observations éco-éthologiques plus détaillées réalisées sur les espèces asiatiques pourraient corroborer ou rejeter cette hypothèse.

251Une destruction secondaire due aux conditions post-enfouissement pourrait s’envisager par la présence d’éléments fragmentés, matériel dentaire inclus, mais les autres éléments, plus complets, ne témoignent pas de processus destructifs particuliers de cette nature. Une fragmentation - même partielle - des restes déduite de la présence d’une multitude d’éléments centimétriques osseux (éventuellement dentaires), peut s’expliquer par l’utilisation du site par plusieurs générations d’individus, entraînant remaniement et piétinement permanent des restes anciennement rapportés ou déposés par les générations antérieures. Le grignotage de dents d’hystricidés plaide en faveur de cette hypothèse, tout comme les usures post-rongements observées sur quelques pièces ou bien encore la patine brune et luisante parfois observée (pouvant signifier un dépôt antérieur).

Une sélection du matériel dentaire à la source ?

252Un des moyens d’établir quelles sont l’origine et les modalités d’accumulation des restes est de comparer la répartition entre matériel dentaire et osseux, entre les différentes portions du squelette présentes dans les unités stratigraphiques (Bindford, 1981). Cela permet notamment d’identifier la part de l’activité anthropique (voir Stiner, 1994 ou Schepartz et al, 2003) dans l’accumulation des restes.

253À Ban Fa Suai I, la très faible proportion d’ossements peut également s’expliquer par une indisponibilité du matériel osseux sur les carcasses ou assemblages au sein desquels les rongeurs s’alimentaient. Théoriquement, parmi les processus taphonomiques pouvant impliquer une telle destruction des restes osseux, la consommation par les prédateurs (mammifères, crocodiliens ou l’homme) est envisageable (les rongeurs s’alimen-tant à proximité de l’entrée de la grotte par exemple), mais nous n’avons aucun indice taphonomique permettant ici d’identifier la prédation ou l’action initiale de l’homme. Quant aux crocodiliens, ils semblent a priori exclus dans ce contexte karstique.

254Si l’hypothèse de collecte à proximité de la grotte n’est pas à exclure pour expliquer, en amont, le dépôt de grands mammifères (nous mentionnerons ici la forte présence de jeunes individus parmi ces taxons), on peut s’étonner de l’absence de digestion sur l’important matériel dentaire de petits cervidés et suidés, dont le crâne est assez petit pour la gueule d’un tigre ou d’une hyène, et trop gros le bec d’un rapace. En revanche, une activité anthropique générant une accumulation de crânes n’est pas exclue.

255Un prélèvement dans un assemblage aux origines multiples (prédation, mort attritionnelle), comme il peut en être observé autour d’un point d’eau temporaire ou non, est possible. Quoi qu’il en soit, aucun de ces scénarios n’explique seul une telle disparition des ossements de l’assemblage. Rappelons que les rongeurs s’intéressent essentiellement aux éléments secs, soit un état acquis au bout de plusieurs mois ou plusieurs années suivant les conditions environnementales et l’insolation. Aussi, des conditions climatiques (humidité, chaleur) favorisant une destruction (weathering) intense de carcasses déjà plus ou moins modifiées par divers agents taphonomiques, a pu entraîner une destruction rapide et quasitotale des restes osseux, notamment des mâchoires, et favoriser la disponibilité de dents isolées et leur fragmentation dans les cas extrêmes. Cette hypothèse expliquerait l’accumulation d’un matériel dentaire abondant et diversifié par l’action seule des rongeurs - y compris la présence de grands mammifères - excluant toute intervention anthropique directe.

256Quelques fragments osseux dont la surface n’a pas été rongée par les incisives, exhibent d’ailleurs des modifications compatibles avec un degré de weathering assez fort, tout comme la singulière abondance - relative - des os pétreux, plutôt compacts, alors séparés des os fragiles du crâne après leur destruction.

257Enfin, un troisième scénario intermédiaire aux deux premiers, impliquerait une réutilisation d’un assemblage ancien (d’où les grignotages des zones de dentine fracturée), associé à un prélèvement sur des assemblages contemporains de l’occupation de la tanière.

258L’analyse permet ainsi de développer plusieurs hypothèses concernant la mise en place de l’assemblage fossile. Toutes impliquent des scénarios complexes incluant plusieurs phases de dépôt, synchrones ou non. À travers la résolution des problèmes d’ordre taphonomique qui rend plus modeste la portée des résultats paléon-tologiques, des conclusions plus fiables sont données dans l’optique de restituer le contexte environnemental. La fouille effectuée dans la grotte du Moine à Ban Fa Suai laisse ainsi dès à présent entrevoir des perspectives pour définir et identifier l’impact des hystricidés dans les sites pléistocènes d’Asie afin d’en dégager le maximum d’information et, ensuite, mieux comprendre l’évolution des paléoenvironnements de cette région.

L’apport géologique

259Les données sédimentaires livrées par les coupes apportent des informations quant à l’origine de l’accumulation de restes fauniques dans une partie reculée de la grotte du Moine. Elles permettent d’abord de replacer les dépôts fossilifères dans l’histoire de l’évolution de la cavité. Elles offrent ensuite des arguments pour déterminer l’agent accumulateur et les modalités de dépôts.

260Les sections dégagées par la fouille à l’entrée et au fond de la salle du laminoir permettent d’observer la totalité du remplissage, sur une puissance de l’ordre du mètre. Trois unités stratigraphiques sont distinguées.

261À la base apparaît le substratum calcaire. La continuité et la masse de rocher dégagé indiquent qu’il ne s’agit pas de blocs effondrés, mais du substrat lui-même. Cette masse rocheuse présente un cortex d’altération très développé (photo 93), probablement liée à la réaction entre le calcaire et des solutions phosphatées ayant percolées dans les dépôts.

262La première unité est limitée aux dépressions de la surface du rocher. Son épaisseur peut atteindre 20 cm. Elle est constituée de granules et galets triés disposés en passées horizontales et colmatés par des sables argileux brun rouge. La structure et la composition de ce dépôt le rendent semblable aux conglomérats bréchifiés observés ça et là dans la cavité et correspondant au dépôt fluviatile qui s’est initialement formé dans la grotte (fig. 40).

263Ces dépôts de graviers et galets et les parties hautes du rocher sont surmontés par 70 cm d’argile brune-jaune à jaune plus ou moins indurée. L’ensemble est massif, bien que des passées subhorizontales de sédiments agrégés et de graviers calcaires soient localement distinguables. Les graviers présentent eux aussi un cortex d’altération très développé, la partie interne pouvant être totalement digérée par cette corrosion. Exception faite de l’induration, le lithofaciès de cette unité est comparable à celui des dépôts fins surmontant les graviers et galets observés dans le puits surmontant l’accès à la branche sud du réseau. Cette analogie permet également d’y reconnaître des dépôts fluviatiles au cours d’une période ancienne du fonctionnement de la grotte. D’après les analyses microscopiques, l’induration des dépôts peut être mise en relation avec la néogenèse de phosphates plus ou moins bien cristallisés, par exemple à la suite du lessivage de guano accumulé en surface des dépôts dans une période où la cavité a été fréquentée par des chauves-souris (Courty & Fédoroff, 2002).

Photo 93. Substrat calcaire montrant un cortex d’altération, salle laminoir, site de Ban Fa Suai I

Figure 40. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 40. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

264La troisième unité sommitale, épaisse de 20 à 50 cm, contient les restes paléontologiques. Le sédiment est une argile de couleur brun-jaune à brun-rouge contenant quelques graviers. Le dépôt présente un litage lenticulaire qui s’exprime par l’alternance de passées de sédiments agrégés et des lits de sédiments compactés. En outre, cette succession de lentilles forme des séries emboîtées les unes dans les autres. Les contacts entre les séries sont érosifs. L’extension des lits est limitée par les dimensions des dépressions qu’ils comblent, inframétriques. Dans le détail, les deux faciès sédimentaires à l’origine de la stratification peuvent être décrits comme suit :

265faciès d’argile massive et compacte brun-jaune à brun-rouge, parfois brun-grise, pauvres en cailloux, à limite supérieure nette pouvant être soulignée par un réseau de fentes de dessiccation. Les lits présentant ce faciès sont peu épais, pluricentimétriques,

266faciès d’argile brun-rouge à brun-jaune structurée en agrégats arrondis millimétriques à centimétriques. Les lentilles sont épaisses, au plus, d’une dizaine de centimètres. Elles présentent fréquemment un granoclassement où les agrégats diminuent de taille vers le sommet. Des petits galets ou des cailloux calcaires émoussés pouvant atteindre 10 cm sont présents au sein des passées d’agrégats plus grossiers ; tantôt sains, tantôt complètement altérés, ils correspondent au débitage de la roche encaissante par le réseau de diaclases. Les restes dentaires sont préférentielle-ment associés à ces passées de matériel grossier. Ces deux faciès forment des binômes où les lits d’argiles massives surmontent les lentilles d’agrégats, le contact entre les deux étant progressif.

267L’observation des sédiments sous le microscope complète cette description. Les agrégats présentent un étirement et un aplatissement de leur périphérie qui indique une déformation plastique au cours de leur formation. En outre, au microscope, il est possible d’observer une altération du matériel paléontologique (photo 94). Cette dégradation se caractérise par la fissuration des restes depuis leur périphérie, l’apparition de golfes de dissolution, le développement de tâches brunes à développement dendritique le long de cette porosité et le développement de zones brunifiées qui s’accompagnent d’une perte de biréfringence. Les restes osseux, tout comme les restes dentaires, sont affectés par cette altération.

Photo 94. Fissuration de la périphérie d’un fragment osseux avec développement de plages brunifiées, site de Ban Fa Suai I

268Des dépôts aux caractéristiques macroscopiques comparables sont parfois attribués à des dépôts de ruissellement dans la littérature. Cette interprétation ne peut être retenue dans le cas de la grotte de Ban Fa Suai. En effet, les agrégats ont été produits par déformation plastique d’un matériau originel argileux, ce que le seul transport d’agrégats dans un écoulement ne peut expliquer.

269La texture des dépôts (fig. 41) mélange sables et argiles et indique que les sédiments sont en grande partie formés par remaniement des dépôts préexistants dans la cavité. L’interprétation que nous donnons est que les dépôts de cette unité sont essentiellement dus à l’accumulation de déblais de creusements d’animaux fouisseurs (photo 95). En effet, des faciès comparables d’agrégats arrondis de taille millimétrique à centimétrique ont été rencontré en contexte karstique par d’autres auteurs (Goldberg, 2001). Karkanas (2001) témoigne de dépôt de structure similaire en contexte de comblement de terrier. L’interprétation d’un creusement animal est étayée par les granoclassements observés dans les lentilles à agrégats. Les langues d’accumulation de déblais de creusement d’animaux fouisseurs présentent en effet un tri longitudinal où les éléments les plus grossiers sont présents en bordure des nappes de rejet. L’accrétion de ces déblais conduit alors à la superposition d’éléments dont la taille diminue progressivement (Lenoble, 2001).

Figure 41. Profil granulométrique des sédiments fossilifères du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 41. Profil granulométrique des sédiments fossilifères du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

La texture des sédiments est bimodale ; le mode dominant est celui des argiles, le mode secondaire celui des sables.

Photo 95. Coupe naturelle d’un bord de bauge de porc-épic avec agrégats arrondis, site de Ban Fa Suai I

270D’autre part, l’étude microscopique montre le caractère progressif du passage du faciès agrégé au faciès d’argile massive, preuve que ce dernier est issu de la compaction d’un sédiment originellement agrégé. Au sein des lits d’argile massive, la compaction du sédiment et sa porosité fissurale conforme au litage permettent de reconnaître des sédiments piétines (Goldberg Se Whitbtead, 1991). La présence de ces horizons piétines en sommet de lentilles indique un creusement intermittent. La dimension des dépressions comblées par les rejets de creusement est comparable à celle de la topographie du sol actuel. L’emboîtement des séries de lentilles indique de multiples phases de creusement où les déblais comblent la topographie préexistante.

271Ainsi les dépôts de l’unité sommitale sont ceux d’une tanière de porc-épic. Le caractère fonctionnel de cette tanière est montré, d’une part, par la topographie en cuvettes inframétriques qui caractérise la surface de la salle laminoir et, d’autre part, par les épines de porc-épic disposées autour d’une auge qui avaient été relevées à la découverte de la salle.

272Le creusement de nombreuses cuvettes et l’insertion de très nombreuses surfaces de piétinement entre les différents épisodes de creusement indiquent que la mise en place des dépôts de l’unité supérieure se fait sur une période longue (plusieurs milliers à dizaines de milliers d’années ?). Par ailleurs, la relation entre ces dépôts et la topographie actuelle du sol indique que des épisodes récents, voire actuels, ont également pu participer à l’édification de cette unité.

Intégrité des restes, limite et interprétation

273Deux remarques peuvent être faites concernant l’intégrité des séries et des restes paléontologiques recueillis dans la grotte du Moine. Ainsi, certains auteurs ont suggéré que la présence quasi-exclusive de dents dans les sites d’Asie du Sud-Est pouvait être liée à une altération chimique ou biochimique qui expliquerait la disparition des restes osseux (voir Tougard, 1998). Dans le cas de Ban Fa Suai, cette hypothèse ne peut être retenue. D’une part, des restes osseux sont présents, d’autre part, l’observation des dépôts en lames minces montre que si une altération peut être reconnue, celle-ci affecte tout autant les vestiges osseux que dentaires. L’exploitation intense des os rapportés par les hystricidés dans leur tanière peut expliquer la faiblesse des restes osseux résiduels. C’est donc bien dans les modes comportementaux des porcs-épics qui ont apporté le matériel dans la cavité que doit être recherchée l’origine de ce biais.

274Par ailleurs, les dents se trouvent préférentielle-ment associées aux passées d’agrégats grossiers et de cailloux. Cela indique que les restes fauniques recueillis comblent les cuvettes réalisées par les animaux fouisseurs. Aux restes « frais » apportés dans la tanière par les porc-épics sera, de fait, associé un matériel plus ancien, exhumé au cours des creusements. On peut se référer aux travaux de Stockton (1973) pour appréhender les implications de ce type de remaniement. Il consiste en une diffusion du matériel de chaque occupation dans les niveaux stratigraphiquement sus-jacents, et a pour corollaire de masquer les changements abrupts dans la composition des séries.

275Ces remarques étant faites, la valeur de l’assemblage peut être discutée. Les études éthologiques menées sur les accumulations de porc-épics montrent que les amas de vestiges respectent la représentativité des espèces du paysage ambiant (Brain, 1981). Ce principe trouve écho, dans le cas de la grotte du Moine, dans la grande diversitéde l’assemblage faunique qui plaide effectivement pour une bonne représentation qualitative des taxons sans sélection particulière (tableau 5). Cette qualité des accumulations de porc-épic est à mettre en perspective par comparaison avec celle créée par d’autres agents accumulateurs. En effet, la représentation des assemblages diffère selon le mode de formation des sites. Par exemple, la représentativité environnementale des tanières d’hyènes est moindre pour restituer l’évolution du milieu puisque, selon Tong (2001), les plus gros taxons (proboscidiens et rhinocéros) ne sont pas ramené par l’hyène à sa tanière. Il est également connu que les plus petits mammifères ne le sont pas non plus. C’est pourquoi les assemblages issus de tanières de porc-épic offrent de meilleurs enregistrements naturels de la faune que ceux des tanières d’hyène.

276En conséquence le recours à des méthodes quantitatives basées sur les fréquences de classes de taille n’est donc pas toujours pertinent. L’emploi des cénogrammes est fréquemment appliqué aux séries fossiles pour identifier les environnements dans lesquels les sites se sont formés (e. g. Tougard & Montuire, 2006). Cette méthode largement développée par Legendre (1989) se fonde sur la représentation proportionnelle des différentes classes de taille des mammifères pour caractériser les milieux écologiques : plus ou moins ouvert, aride ou humide. Si le cénogramme permet de dégager une fenêtre interprétative, sa limite d’utilisation porte tant sur l’espace et le temps que représente le site fossilifère. Dans une perspective paléoenvironnementale l’emploi des cénogrammes est contestable dans le cas où une tanière d’hyène (hypothèse retenue par Tougard pour Tham Wiman Nakin en 1998), puisque ni les petits, ni les plus gros taxons ne sont censés être représentés dans l’assemblage. En l’occurrence, il y a certainement lieu de reconsidérer le dépôt du matériel de Tham Wiman Nakin comme lié à l’action du porc-épic. Ainsi, à rebours, cela confirme le travail paléoécologique publié ensuite sur ce site par Tougard et Montuire (2006).

277À la lumière de ces considérations, il apparaît que le site de Ban Fa Suai I présente un bon potentiel pour évaluer un changement du climat et de l’environnement. Même si les suidés sont en proportion les plus nombreux, parmi les artiodactyles identifiables, les sérows (ou gorals) et muntjacs apparaissent comme important en nombre dans la faune recueillie. L’image rendue est proche de celle d’une faune récente.

278À une échelle plus grande, comme celle du continent, mais aussi à celle d’un temps plus long, la présence d’autres taxons tels Ailuropoda et Pongo donne l’image de périodes plus anciennes. Des périodes marquées par un changement de niche écologique pour ces taxons ou bien par des glissements latitudinaux (altidinaux) de la zone subtropicale. Des profils qui se sont répétés en fonction des régressions marines qui ont accompagné les phases de refroidissement glaciaire (voir chapitre 3).

279Les données géologiques et taphonomiques présentées indiquent que la formation du site de la grotte du Moine a été progressive et que le principe de superposition des dépôts est respecté, malgré de possibles contaminations induites par les restes exhumés au cours des creusements des auges. La succession stratigraphique a donc une valeur chronologique. Il est possible de rechercher une évolution de l’environnement au sein même des dépôts fossilifères. Cela a été fait en considérant le nombre de restes déterminés par taxon selon les décapages réalisés et l’appartenance des restes à des lentilles successives. Ainsi, on constate que l’évolution relative du nombre des restes de suidés est toujours inverse de celle des bovinés. Celle des proboscidiens suit toujours celle des cervidés. On remarque également un niveau (de l’unité VI au sommet de la séquence) où la quantité de bovinés et de cervidés évolue dans le même sens. Dans le même intervalle, le nombre de périssodactyles se conforme à celui des proboscidiens et l’évolution du nombre de restes de primate est quant à elle inverse à celui des carnivores.

280Ces éléments de réflexion restent de portée limitée pour une interprétation écologique du fait de la faible représentativité statistique des éléments, mais ils sont au demeurant plus précis que ceux issus des études paléontologiques classiques concernant les brèches fossilifères. Ces travaux considèrent habituellement les brèches dans leur globalité et en tirent des interprétations paléoécologiques péremptoires qui concluent à la présence de paysages en mosaïque.

Tableau 5. Liste faunique des sites pléistocènes de Thaïlande

281Dans une vision qui serait globalisante et similaire à celle de l’étude des sites à brèches fossilifères régionales, à Ban Fa Suai I, les genres Pongo et Ailuropoda cotoient le genre Stegodon connu au-delà du million d’années en Chine et en Indonésie. Pour autant, de nos jours l’orang-outan et le panda « coexistent » mais à l’échelle du continent ; leur biotopes sont nettement séparés.

282À l’échelle régionale, les données radiophysiques directes sont rares. Le plus souvent, ce sont les datations de spéléothèmes ou au mieux de planchers voisins des restes fauniques qui sont extrapolées. Généralement la relation strati-graphique avec le matériel étudié n’est pas démontrée (voir Esposito et al, 1998). A l’instar des données biostratigraphiques régionales, il est possible de considérer, dans un premier temps, que le site de Ban Fa Suai I appartienne au Pléistocène moyen ou supérieur, puisqu’il se situe dans le spectre des sites à Ailuropoda-Stegodon.

283Ce type d’assemblage faunique a d’abord été identifié en Chine. Dans leur étude princeps de Yenchingkuo, Matthew et Granger (1923) ont déjà fait le lien entre faune indonésienne et nord chinoise avec, entre autres taxons, des restes de Hylobates et de tapir. Avec de nombreux taxons aux affinités tropicales voire équatoriales, cette faune est appelée sino-malaisienne par von Koenigswald (1938-1939). Sa limite septentrion-nale est maintenant admise jusqu’au Yangtse (site de Huangjiawan) (voir Li et Xue, 2004). Pour le continent, dès 1938, de Terra fait mention de fissures karstiques du plateau shan au Myanmar avec des assemblages comparables à ceux définis en Chine du Nord, repoussant ainsi la limite méridionale de cette biozone. Par rapport aux travaux de Pei (1957) et Kahlke (1961 et 1972) qui contribuèrent à définir des zones chrono-géographiques, on retiendra que l’assemblage à Ailuropoda-Stegodon ne comporte pas systématiquement de panda, de stégodon ou d’orang-outan.

284Il serait nécessaire de reconsidérer la plupart des travaux paléontologiques régionaux qui tendent à regrouper des unités stratigraphiques distincts. De tels regroupements artificiels faussent toute étude de nature paléoécologique. Cette pratique pointée par De Vos (1984), qui remarque que l’on rencontre fréquemment l’association de taxons « archaïques » et « modernes » dans les assemblages à Ailuropoda-Stegodon. Cet auteur prend en exemple la grotte d’Hoschangtung où il remarque que les premières fouilles de la partie supérieure conduite par Young (1932) n’ont pas livré les espèces archaïques recueillies ensuite par Bien et Chia (1938) fouillant la totalité du dépôt. Déduction en est faite que le site était initialement stratifié. En effet, Bien et Chia (1938) recueillent dans le même assemblage des dents de Elephas cf. namadicus, de Stegodon sp. et de Pongo. Ces auteurs ont associé les différentes couches de leur site dans leur étude paléon-tologique, quand bien même un mètre de dépôts stériles pouvait les séparer.

285Un autre exemple vraisemblable de mélange est la grotte de Tham Wiman Nakin où les auteurs notent l’association d’éléments anciens (Pléistocène moyen de Kahlke) et récents (Pléistocène moyen final et récent de Kahlke). Sans doute l’absence d’étude taphonomique initial du site a-t-elle conduit à cet amalgame. D’ailleurs le mélange de locus semble confirmé par les datations directes (Esposito et al., 2002) avec des dates qui s’étendent de 8 000 à 350 000 ans.

286Une association liant Elephas et Stegodon existe dans l’étude de Pei (1935). Dans ce cas, il semble que l’auteur ait associé les restes trouvés in situ dans la grotte d’Hsinganshien aux restes de provenance extérieure (yellow deposit). Le cas est fréquent au Viêt-Nam où Gigantopithecus, Stegodon, Pongo et Elephas namadicus sont associés à Tham Khuyen et à Lang Trang. Pongo et Stegodon sont associés à Tham Hai I et II ou bien encore à Keo Lang (Cuong, 1992 ; Long et al., 1996).

287Il faut préciser que le site de Tham Khuyen livre des sédiments de diverses époques sous la forme de témoins de brèches adhérents à différentes parois, sans que l’on sache dans lesquels sont retrouvés les restes fauniques de la liste publiée par l’auteur (Cuong, 1992). La stratigraphie de ce site publiée par Ciochon et al. (1996) ne fait pas apparaître cette complexité et n’illustre qu’un unique dépôt fossilifère calé sous des planchers.

288Toujours au Viêt-Nam, à Ma U’Oi, Bacon et al. (2004, 2006) n’hésitent pas à mêler des corpus fauniques trouvés dans des locus distincts du site. Il y a fort à parier que ces assemblages relèvent de deux modes distincts d’accumulation (Sus scrofa, Muntiacus muntjiak, Rusa unicolor sont des grands mammifères de milieu semi-ouvert et les rongeurs N. Fulvescens et L. sabanus relèvent de milieu boisé fermé).

289Pour constituer leur série d’étude, Young et Liu (1950) ont groupé des restes provenant de plusieurs grottes, lorsqu’ils avaient en commun de provenir d’un même type de dépôt : « the brecciated yellow clay type » (op. cit. : 46). Ainsi, se retrouvent associés des restes de Stegodon preorientalis et d’Elephas.

290Dans le cas de la grotte de Shuanglong, Ancheng et Huliang (1992) observent une association entre des taxons disparus qui sont typiques de la faune à Ailuropoda-Stegodon : Stegodon, Crocuta ultima, Ailuropoda melanoleuca baconi, Megatapirus augustus et des espèces actuelles dont certaines ne sont connues que dans des sites néolithiques ou des dépôts holocènes : Maccaca mulatta, Cervus nippon, etc. Les formes anciennes sont nettement minoritaires : 10,4 % des taxons. La question se pose donc ici de l’existence d’un mélange ou bien, à l’appui d’une date 14C de 7815 ±385 BP, de considérer que la faune à Ailuropoda-Stegodon perdure jusqu’à l’Holocène.

291En définitive, il convient d’être prudent et plus rigoureux dans l’étude taphonomique des sites afin de confirmer la nature des associations fauniques. Précaution étant prise et fort de datations réalisées directement sur le matériel, alors il est possible de proposer des hypothèses écologiques plus solides. L’incomplétude des données paléontologiques contraint souvent les auteurs à travailler sur des « épaisseurs » de temps trop grandes pour que la signification écologique des assemblages fauniques ait un sens.

292Le travail de Tougard (1998) est très méritoire et pose une des bases les plus complètes d’étude faunique en Thaïlande. Mais, faute de données taphonomiques, les promoteurs de la fouille du site ne lui ont pas permis d’avancer des résultats qui aient une résolution chronologique suffisante pour permettre des conclusions en terme de paléoécologie. L’absence de précaution taphonomique engendre un mélange chronologique qui dilue, à l’échelle de plusieurs dizaines de millénaires, le signal écologique enregistré.

De sérieuses perspectives paléoécologiques

293En général le milieu tropical forestier n’est pas à même d’enregistrer les changements globaux. Il semble bien que la « haute résolution » de l’enregistrement effectué à Ban Fa Suai I, ouvre des perspectives. En effet, on a vu comment les assemblages paléontologiques sont utilisés sur une période trop longue dont il résulte une compilation de plusieurs événements climatiques.

294La collecte non sélective des ossements qui se trouvent dans l’environnement proche des tanières des porcs-épics compose un assemblage qui reflète fidèlement le milieu. Plusieurs filtres relatifs à l’apport, à l’accumulation et au mélange dû au surcreusement de nids au cours du temps vont contribuer à effacer ou à brouiller le signal originel.

295Une étude de la répartition des présences et absences des taxons dans la séquence strati-graphique reflète un signal presque binaire. Éléphants et stégodons ne se côtoient jamais, et le panda ou l’orang-outan ne sont présents qu’avec l’éléphant. Ce signal dément ainsi la triple association et l’intitulé même de la faune à Ailuropoda-Pongo-Stegodon des paléontologues du Sud-Est asiatique.

296Une estimation volumétrique de l’ensemble du matériel de la salle rapportée aux données actualistes plaide pour une période minimale de plusieurs millénaires pour la mise en place des restes. Compte tenu de la position de la salle (100 m de l’entrée, à un point insensible à la variation thermique circadienne), tout concourt à expliquer le choix du site pour une tanière confortable.

Tableau 6. Tableau de présence des taxons remarquables par unité stratigraphique (Ban Fa Suai I)

297En conséquence, toute activité humaine directe semble exclue dans cette accumulation et ce site perd ainsi tout intérêt culturel. Pour autant, il est un jalon extrêmement important, pour restituer des séquences climatiques au sein d’un environnement forestier tropical, et servir de support à la compréhension de changements éventuels de comportements des hommes sur ce territoire.

298Dans la série des dix unités stratigraphiques identifiées, il est possible d’observer la « séquence » de présence/absence des taxons propres à chaque unité. On constate ainsi une certaine redondance de l’information (Tableau 6). Cette information est difficilement interprétable en terme de changement d’environnement précis car l’ensemble des taxons est associé au milieu forestier. Pour autant, et c’est l’apport majeur de l’étude de ce site, on soulignera de nouveau que les genres Elephas et Stegodon ne sont jamais associés, et que par ailleurs les genres Ailuropoda et Pongo ne sont jamais présents avec Stegodon. En revanche le cerf d’Eld, le tapir et les macaques sont préférentiellement associés au stégodon. On peut également percevoir un « glissement altitu-dinal » au sein des bovinés avec, peut-être, la marque d’une faune de plus haute altitude vers la période actuelle que dans le passé. Reste bien entendu la question des intervalles de temps qui séparent ces unités stratigraphiques.

299Des datations ESR réalisées par J. Thompson et W. Rink directement sur le matériel dentaire (photo 96) ont permis de dater trois des unités (fig.42).

300La préparation des échantillons a suivi un protocole classique (Rink et al., 1994). Les concentrations en uranium dans l’émail et la dentine aussi bien que les concentrations en uranium, thorium, et potassium du sédiment prélevé (Tableau 7), ont été déterminées par analyse de l’activité neutronique du réacteur nucléaire de l’université McMaster. L’intérieur et l’extérieur des couches d’émail ont été mis à nu avec une foreuse dentaire afin d’éliminer la dose alpha externe (voir tableau 6).

301Les mesures ESR ont été réalisées avec un spectromètre JEOL JES-FA100 pour une puissance de 2,0 mW, une modulation de 0,5 mT d’amplitude, un champ central de 336,0 mT, une largeur spectrale de 5.0mT, un taux de 0,167 mT/sec, et une constante de temps de 0.1s. Les âges ont été calculés avec le logiciel ROSY v2.0 en incorporant un transport théorique d’un seul groupe de particule béta (Bennan et al., 1997a). Les doses alpha et beta des couches d email ont été déterminées par calcul des concentrations en radio-isotopes dans l’émail, la dentine et le sédiment. Les taux de dose gamma ont été déterminés in situ par spectrométrie gamma à proximité des échantillons prélevés. Le taux de dose cosmique a été déterminé en estimant une surcharge de 20±5 m (2,0 g/cm3) et a été corrigé pour la latitude et l’altitude (Prescott & Hutton, 1994).

Photo 96. Comptage de la radiation naturelle dans les sédiments, grotte de Ban Fa Suai

302Deux modèles d’âge (early-uptake : EU et linear-uptake : LU) ont été calculés comme cela est l’usage pour les datations ESR (Grün & McDermott, 1994). Pour le modèle EU supposition est faite d’une intégration rapide de l’uranium dans les dents après leur enfouissement (voir Tableaux 8 et 9).

Figure 42. Répartition des assemblages fauniques caractéristiques et datation ESR dans le secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 42. Répartition des assemblages fauniques caractéristiques et datation ESR dans le secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

303Les trois échantillons prélevés ont montré de très faibles concentrations en uranium dans leur émail si bien que les âges ESR ne dépendent que très peu du modèle utilisé. Les âges issus des modèles (EU) et (LU) sont compatibles au facteur d’erreur près. La dose externe est dominée par la contribution en rayonnement gamma du sédiment (67-81 % de la dose totale). La dose mesurée par spectrométrie gamma était de 1 % de la dose déterminée par l’analyse par activation neutronique des sédiments prélevés au même endroit (GAM1), signifiant qu’à cette époque le sédiment était à l’équilibre radioactif. Une erreur de ±10 % a été appliquée à la mesure de la dose.

Tableau 7. Concentrations en radio-isotopes pour l’émail, la dentine et le sédiment prélevé. Concentrations en uranium inférieures à la limite de détection (LD) de 0,1 ppm

Tableau 8. Épaisseur de l’émail dentaire, quantité enlevée de l’extérieur (du côté du sédiment) et interne (du côté de la dentine), dose (EU) de l’émail

304Comme le site est peu profond nous avons essayé d’estimer l’effet que l’accumulation lente pouvait avoir sur le calcul des âges. Il est connu que 90 % de la dose matricielle gamma se situe dans une sphère de 30 cm autour du prélèvement (Brennan, et al., 1997b). En ajustant cette donnée avec une saturation exponentielle et en déterminant la dose pour des couches planes linéaires infinies d’une épaisseur donnée, les calculs montrent qu’une extrapolation à 5 cm donne une dose matricielle de 79 %. Le pourcentage de la dose matricielle augmente rapidement avec l’épaisseur. Ainsi, à 10, 15, et 20 cm, la dose est de respectivement 88 %, 93 %, et 96 %. Bien que ces calculs soient bruts, ils servent d’illustration au fait qu’une couche plane peu profonde peut avoir une dose similaire à une couche d’épaisseur infinie. Si les échantillons étaient chacuns recouverts de seulement 5 cm alors les âges seraient plus vieux de 25 % mais c’est une limite extrême. Si l’épaisseur moyenne du sédiment était réduit de moitié au cours du temps, les âges seraient plus vieux de l’ordre de ~8 %. Comme le taux d’erreur retenu est de ±10 %, toute erreur due à l’accumulation des sédiments est prise en compte. Ainsi, aucune correction due à la profondeur du site n’est utile.

Tableau 9. Ages ESR pour le modèle (EU) et le modèle linéaire (LU)

305Ainsi, les âges ESR suivant un modèle (LU) indiquent une série de dates qui cale les niveaux de part et d’autre de 15 100±1 500 ans pour le matériel à la base de l’unité IV, 35 700±3 900 ans pour l’unité V et 38 500±5 100 ans pour l’unité VI. Cette séquence reflète un signal binaire où deux assemblages fauniques distincts renvoient à l’enregistrement d’un signal qui pourrait être de nature écologique (fig. 42).

306La mise en place d’une fouille minutieuse qui intègre une étude pluridisciplinaire (géologie, taphonomie, paléontologie, datations) sur le site de Ban Fa Suai I augure des progrès importants que l’on peut attendre de la fouille et de l’étude précise de nouveaux sites paléontologiques en grotte en Asie du Sud-Est. Peu spectaculaire et lourde dans son entreprise, cette approche visait à utiliser les données du milieu subtropical pour les périodes anciennes dans la perspective de décrire l’évolution des paysages où déjà l’homme est présent. La nature du complexe faunique retrouvé a pu être précisée et la datation mise en œuvre directement sur le matériel dentaire permet de décrire le temps de formation du site. La reconnaissance de la mise en place puis de la nature distincte et exclusive des assemblages fauniques concourrent à une interprétation ayant une valeur véritablement paléoécologique.

Encadré 12
Orang-outan : « homme des bois », singe des îles ?
Les orangs-outans actuels sont l’objet de nombreuses recherches contradictoires (voir Van Bemmel, 1968 ; Jacobshagen, 1979 ; Groves, 1986 ; Röhrer-Ertl, 1988 ; Ushida, 1998). Ainsi, les sous-espèces Pongo p. pygmaeus à Kalimantan et Pongo p. abeli à Sumatra, jusqu’à très récemment considérées comme n’appartenant qu’à une seule et même catégorie, sont apparues génétiquement distinctes et probablement séparées depuis un à deux et demi millions d’années (Zhang et al., 2001 ; Xu & Arnason, 1996). En revanche, les deux sous-espèces sont consi-dérées comme plus proches que ne le sont les deux populations de Kalimantan (Courtenay et al, 1988 ; Graves et a/., 1992). Originairement continentaux (Kahlke, 1972 ; de Vos, 1983) avec plusieurs formes fossiles pléistocènes, les orangs-outans actuels sont insulaires. Au Pléistocène, le Sundaland reliait le continent et l’archipel indonésien, Kalimantan était donc relié à Sumatra.
Alors, pourquoi deux catégories distinctes ?
Y avait-il une barrière écologique suffisante comme le fleuve Molengraaff et/ou d'hypothétiques savanes ont-elles joué un rôle dans la séparation et la divergence anatomique ?
L’inféodation supposée de ces populations aux forêts ombrophiles refuges pourrait tenir lieu d'explication pour dire qu'elles n'ont pas pu passer de Kalimantan à Sumatra (Meijaard, 2003).

Photo 97
Orang-outan, zoo de Chiang Mai

307À Java, en dehors de Trinil, les premiers restes d'orangs-outans fossiles ont été Identifiés dans la faune de Punung (125 000-60 000ans). L'établissement de cette faune serait consécutif à la période de haut niveau des mers, quand le climat devint plus humide, favorisant le développement de forêts à canopée comme peut le laisser entendre par ailleurs la présence de gibbons (Hylobates sp.). Les orangs-outans disparaissent ensuite de Java, comme de nombreuses espèces, pendant, ou après, le dernier maximum glaciaire alors que la saisonnalité et des conditions plus sèches réduisent la forêt pluviale (van den Bergh et al., 2001).

Encadré 13
Les pandas géants indochinois
« Je viens de recevoir avant-hier un jeune ours de cette espèce, et j’ai vu des peaux mutilées de sujets adultes ; les couleurs [blanches et noires] sont les mêmes, toujours également distribuées. Je n’ai point observé dans les cabinets d’Europe cette espèce qui est bien la plus jolie du genre que je connaisse ; puisse-t-elle constituer une nouveauté pour la science ! »
C’est par ces mots qu’Armand David, le 11 mars 1869, annonce au Muséum d’histoire naturelle de Paris, et par la même à la science occidentale, la découverte du panda géant.
Appelé le daxiongmao (le gros ours-chat) par les chinois, à cause de ses pupilles fendues comme celle des félins, le panda est connu de longue date dans son pays d’origine. En effet, dans un fameux texte géographique « Le classique des mers et des montagnes », sont mentionnées les premières descriptions du grand panda, et ce dès 600 ans avant J.C.
Déjà considéré comme rare et précieux, l’impératrice Bo de la quatrième dynastie des Han se fit enterrer en compagnie d’un panda 170 ans avant notre ère. Cet étrange ursidé cumule à lui seul bien des particularités : outre qu’il n’hiberne pas, il se nourrit presque exclusivement de bambou. Ses ancêtres ont peuplé la Chine pendant près de 2 millions d’années. Le plus ancien, Ailuropoda microta, était plus petit et, semble-til, cantonné au sud de la Chine.
Au Pléistocène moyen, une autre espèce, Ailuropoda melanoleuca baconi plus grande que le panda actuel, se répand sur la péninsule indochinoise. Ce panda géant a migré vers le sud pendant les glaciations. Des restes fossiles ont été découverts au Myanmar, au Laos, au Viêt-Nam et en Thaïlande. Les pandas géants auraient finalement disparu d’Asie du Sud-Est il y a quelques milliers d’années, lors du réchauffement du climat mondial. Il n’en subsiste aujourd’hui qu’une population relictuelle dans les montagnes de la province du Sichuan avec moins de 1000 spécimens sauvages recensés.

308C’est ici un progrès, même si les éléments de réflexion pour une interprétation écologique restent de portée limitée du fait de la faible représentativité statistique des restes mis au jour.

309Les données présentées ici sont plus précises que celles des études paléontologiques classiques concernant les brèches fossilifères du Sud-Est asiatique exploitées jusqu’à présent. L’évolution de l’environnement au cours du temps en milieu subtropical est désormais envisageable à des périodes anciennes avec une résolution acceptable.

Photo 98. Collecte d’objets lithiques par Dubel Driwantoro, Ban Fa Suai

Coexistence de deux façonnages

310Le réseau fossile supérieur de la grotte du moine de Ban Fa Suai I ayant livré des restes fauniques n’a permis de révéler qu’un seul éclat de taille réalisé au percuteur dur et un petit bloc outil de forme losangique. Ces artefacts, trouvés dans la fraction nord du réseau supérieur, suggèrent une activité humaine au sein de cet environnement, mais n’est pas directement liée aux restes fauniques plus nombreux situés dans le réseau sud décrit précédemment. La faible quantité du matériel lithique recueilli ici ne permet pas de faire une diagnose précise de l’industrie.

311En revanche, dans le réseau intermédiaire qui sépare le réseau actif du réseau fossile supérieur, outre quelques éléments de céramique recueillis en surface dans le porche d’entrée, d’autres objets lithiques (photo 98) ont été trouvés dans la cavité, en contrebas de la salle d’entrée. Leur analyse permet de décrire des objets de grande dimension à section épaisse présentant une forte activité de façonnage unifacial (fig. 43). Certaines de ces pièces n’auraient pas dépareillé dans un assemblage hoabinhien classique d’Asie du Sud-Est comme en atteste un sumatralithe dont les UTF transformatives sont lisibles au niveau de son bord gauche et de son extrémité distale.

312D’autres pièces massives composent l’assemblage : un premier bloc-outil retouché en racloir massif (bord latéral droit) sur calcaire faiblement silicifié ou un second bloc outil réalisé sur galet allongé avec la confection d’un tranchant en partie distale. Le tranchant est prédéterminé par trois enlèvements plans sur la face opposée corticale (aux deux tiers corticale) et une UTF transforma-tive se situe sur le bord gauche de la pièce. La pluralité technique propre à ce site est rendue par une pièce bifaciale quadrangulaire en chert gris qui apparaît comme une pièce assez inattendue tant par le matériau que par le mode de façonnage bifacial.

313Un dernier bloc outil sur galet épais et court à front retouché est aménagé par une retouche bifaciale (piano-concave). Sur la face la plus corticale, un enlèvement plan allongé prépare l’angle nécessaire pour l’affûtage de la partie active. On y lit très bien une retouche écailleuse à deux générations d’enlèvements positionnés sur la face opposée convexe. Cette industrie inédite est intéressante sur un plan strictement qualitatif car la coexistence de deux façonnages distincts bifaci-aux (même s’il est pour l’instant faiblement représenté) et unifacial permet d’avancer l’hypothèse qu’il ne s’agirait pas de matériel hoabinhien sensu stricto si tant est que l’on puisse nuancer entre Hoabinhien « vrai » et ses « dérivés ». Dans cette série n’apparaissent en effet, ni le calibrage classique de galets à façonner, ni leur module particulier (forme oblongue et section typique quadrangulaire), ni la spécificité de son façonnage et son orientation fonctionnelle (UTF CT = tranchant transversal). Bien que l’activité de façonnage soit très nette et variée on ne peut pas parler réellement d’homogénéité techno-fonctionnelle ou de Hoabinhien. Pour autant, la nature des outils témoigne de deux zones d’occupation se superposant dans deux niveaux de grottes distincts et a priori chronologiquement différents.

L’abri-sous-roche de Ban Fa Suai

314À la base de l’escarpement qui jouxte une anse de la rivière Huai Mae Pla Ao, l’abri-sous-roche de Ban Fa Suai II est associé à l’entrée d’un diverticule qui mène à une salle une dizaine de mètre en recul de la paroi (photo 20). Le sol de l’abri est deux mètres en contrebas du remplissage du diverticule, préservé de l’érosion du fait de la cimentation des dépôts. Deux secteurs de fouille ont été délimités sur ce site (fig. 44). Le premier secteur, externe (photo 99), a eu pour objet de tester la possibilité d’accéder aux termes les plus anciens du comblement initial de la cavité dans un contexte d’abri-sous-roche d’origine karstique, dans la mesure où le remplissage de cet abri pouvait livrer d’anciens dépôts d’entrée de grotte. Le second secteur a été choisi dans la petite salle qui occupe le fond du diverticule (photo 100) pour reconnaître la nature et la puissance des dépôts et caractériser leur contenu archéologique.

Figure 43. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

Figure 43. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)

315

Figure 44. Abri-sous-roche et grotte supérieure du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Figure 44. Abri-sous-roche et grotte supérieure du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Photo 99. Secteur externe de la fouille du site de Ban Fa Suai II

Photo 100. Relevé de matériel dentaire pour la datation ESR, site de Ban Fa Suai II

Un sondage au pas du porche

316Une première fouille limitée à 4 m2 a été réalisée au centre de l’abri, dans le prolongement d’un diverticule secondaire permettant d’observer le remplissage sur une épaisseur de près de deux mètres. Plusieurs décapages en plan horizontal, puis en suivant les différents niveaux identifiés à la fouille ont été réalisés (photo 101). Quatre unités lithostratigraphiques ont pu être distinguées (fig. 45).

Figure 45. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Figure 45. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Profil avec projection des objets recueillis à la fouille

Photo 101. Fouille extérieure de Ban Fa Suai II

317A la base, une première unité contient des cailloux et des gros blocs. Un limon brun à structure polyédrique colmate cet éboulis et forme l’unité sus-jacente. La séquence s’achève par des limons argileux massifs très fortement bioturbés, principalement sous l’action des termites. Des vestiges lithiques ainsi que des restes fauniques ont été recueillis à la fouille. Ceux-ci appartiennent à la deuxième unité où existent des cailloux et petits blocs calcaires. Des restes dentaires et ostéologiques ont également été recueillis au cours de la fouille au sommet de la troisième unité, de même que quatre objets lithiques au sein de la quatrième unité. Les éléments fauniques sont principalement des éléments diaphysaires fracturés et parfois brûlés (notamment dans les unités de surface), des fragments de mandibules et des dents isolées. Pour ce qui est des vestiges lithiques, ils n’ont été recueillis que dans deux niveaux distincts.

Ébauche techno-fonctionnelle

318La fouille a livré des informations primordiales sur la position stratigraphique de pièces façonnées (unifaces, etc.) associées à des produits de débitage. Le matériau principal est constitué d’un basalte et d’une andésite de couleur gris foncé. Les décapages de surface et principalement l’unité 2, ont permis de mettre au jour 11 outils sur galets façonnés. Avec les 12 éclats de taille détachés à la percussion directe dure, ils constituent un ensemble technique relativement homogène (fig. 46a et b). Les outils sur galets sont principalement des outils latéraux pouvant être façonnés sur galets entiers, plus longs que larges, ou à partir d’hémi-galets de techno-type Al, comme c’est le cas pour le denticulé latéral droit. Un hémi-galet est aménagé en racloir latéral et les quelques éclats sont basiques. Les éclats de dimension variable souvent plus larges que longs sont en basalte. Ils présentent rarement un bord retouché. Le décapage concernant la base de la deuxième unité stratigraphique est particulièrement intéressant car il associe 6 éclats à un uniface typique hoabinhien.

319Les étapes de cette chaîne opératoire de façonnage unifacial sont classiques et sont au nombre de trois. On peut ainsi lire sur la pièce une première étape qui correspond au choix du matériau puis une deuxième étape de mise en forme du volume par une série de grands enlèvements sur les bords latéraux. Détachées depuis la face corticale, ces deux séries ont pour but d’amincir la pièce afin de délimiter le tranchant transversal en entamant la quasi-totalité de la face supérieure où il ne reste qu’une petite plage sommitale corticale. La confection constitue l’étape finale avant utilisation. Ce type d’outil présente sur sa face plane corticale en partie distale un enlèvement plan-réfléchi qui a pour fonction d’aménager l’angle d’affûtage du tranchant. Une dernière UTF préhensive (UTF-CP) est aménagée en partie proximale où deux enlèvements rentrants viennent recouper les négatifs de l’étape précédente. Cet ensemble indique une station où des outils ont été réalisés sur place. Situé un mètre en dessous, au sommet de la quatrième unité, un seul objet lithique a été découvert : un hémi-galet relevant d’un technotype A à UTF CT en partie frontale. Ce type de pièce se retrouve fréquemment associé à des unifaces dans les séries hoabinhiennes.

320Les outils issus de ces niveaux restent difficiles à exploiter, mais nous informent tout de même sur deux points majeurs qui marquent un caractère novateur dans la lecture des outils sur galets. Ainsi, ces vestiges lithiques sont les traces irréfutables de l’anthropisation de ces paysages karstiques du nord de la Thaïlande à l’époque préhistorique. Avant d’avancer qu’il s’agit bien ici de deux niveaux d’occupation archéologique, soit deux aires témoins de périodes différentes dans deux niveaux distincts, il est nécessaire de rendre compte de la mise en place des restes et des vestiges mis au jour.

Sous les galets...

321L’absence de tri et l’inclinaison des débris de l’éboulis observées à la base du secteur de fouille permettent de reconnaître une accumulation de produits issus du démantèlement des parois et de la voûte. Compte tenu des volumes importants concernés, cet épisode de dégradation de l’encaissant peut être mis en relation avec l’ouverture de l’abri. L’inclinaison du sommet des sédiments de l’entrée vers le fond de l’abri indique une production de débris plus importante à l’aplomb de la limite actuelle du porche qui détermine une dépression en recul jouant le rôle de piège sédimentaire.

322Le colmatage de cet éboulis, l’unité sus-jacente de limons bruns et l’unité supérieure de limons argileux présentent tous les trois un même faciès de dépôts fins massifs. Ce caractère massif n’est cependant pas diagnostique du mode de sédimentation dans la mesure où une importante bioturbation successive aux dépôts a été constatée. En revanche, la prise en compte du fonctionnement actuel de l’abri en relation avec son unité supérieure permet d’interpréter les modalités de mise en place de ces dépôts.

Figure 46a. (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Figure 46a. (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

a) b) c) galet à façonnage unifacial
d) éclat
e) denticulé sur bord latéral
(retouche alterne)
f) denticulé
g) j) éclat retouchés
h) coche sur éclat cortical
i) galet ovoïde façonné en chopper

Figure 46b. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Figure 46b. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

a) outil sur hémi-galet cassé
b) denticulé
c) outil sur galet et son schéma diacritique
d) éclat simple cortical à son talon lisse
e) bloc-outil façonné
f) g) hémi-galet à tranchant traversal
dessin H Forestier

323En effet, cette unité s’amincit de l’est vers l’ouest, suivant en cela l’inclinaison du sol actuel de l’abri. Cette géométrie est à mettre en relation avec l’extension d’un cône colluvial qui se développe au pied d’une gouttière de l’auvent, à l’est du sondage. Les dépôts de base (unité 4) constituent une accumulation des colluvions remaniant les altérites présentes sur les pentes au-dessus de l’abri.

324Par analogie morphologique, cette interprétation peut s’étendre au colmatage de l’éboulis situé à la base et à l’unité de limons bruns qui le surmonte. Les concrétions calcaires présentes dans ces dépôts indiquent cependant que les percolations du karst étaient encore actives au cours de la mise en place de ce premier dépôt. En outre, la distribution homogène de ces concrétions dans l’ensemble des limons traduit une sédimentation régulière et par là même, corrobore l’interprétation d’une accumulation de colluvions. Les plaquettes et cailloux calcaires de l’unité 2 représentent des fragments détachés des parois et de la voûte, comme en témoignent leurs morphologies anguleuses.

325Les cicatrices de détachements qui peuvent être observées sur les parois de l’abri indiquent par ailleurs que cet éboulisation reste active. La superposition de dépôts de colluvions et d’un éboulis, intercalé, indique que la variabilité des sources sédimentaires est induite par le déplacement des zones d’accumulation selon l’évolution de la morphologie de l’auvent.

326Toutefois, le rôle de la bioturbation dans la genèse de la deuxième unité caillouteuse et de la première unité limoneuse doit également être considéré. On sait en effet que la prospection des horizons superficiels par la faune du sol est susceptible d’engendrer une ségrégation entre la fraction grossière caillouteuse et la fraction fine, par prélèvement de cette dernière, qu’elle soit rejetée en surface sous forme d’excrément - cas des vers de terre - ou de remblais - cas des fouisseurs - ou encore utilisée dans la construction des édifices - cas des termites (Mc Brearty, 1990 ; Johnson, 2002). La fraction caillouteuse non déplacée se concentre alors à la base de l’horizon prospecté pour former une couche caillouteuse (stone-line des auteurs anglo-saxons, voir Johnson 1989). Les nombreuses cavités de bioturbation présentes dans les dépôts indiquent que ce mécanisme a été actif. Il rend compte des poches de granules du sommet de l’unité 2 par concentration de matériel initialement dispersé dans l’unité 1. Il est également très probable que l’unité 2 elle-même représente la concentration de la fraction caillouteuse initialement dispersée dans les apports de colluvions. Ce mode de mise en place rend possible le mélange des restes et vestiges plus récents que ceux de l’unité 3. Ces objets se sont finalement retrouvés en association dans la couche caillouteuse de l’unité 2. Pour autant, la présence d’éclats suggère fortement d’un niveau d’occupation. Par ailleurs, séparés de près d’un mètre, il apparaît clairement qu’au moins deux niveaux de vestiges distincts sont présents, signes d’une récurrence de l’occupation de l’abri-sous-roche.

Les dépôts du diverticule

327Le diverticule qui s’ouvre au fond de l’abri conduit à une petite salle, une dizaine de mèttes en recul de l’entrée. Le sol de ce diverticule et de la petite salle s’élève 2 m au-dessus de celui de l’abri. L’existence de cette marche peut indiquer que cette cavité recèle de vieux dépôts karstiques. Le sondage implanté atteint 1,50 m de profondeur (photo 102) et permet de reconnaître trois unités lithostratigraphiques (fig. 47).

Photo 102. Sondage intérieur, site de Ban Fa Suai II

328Les vingt premiers centimètres des dépôts sont constitués de limons gris pulvérulents localement lités pouvant contenir des charbons. Puis vient une unité d’argile brun-jaune à débris calcaires dispersés qui se caractérise par un litage lenticulaire par superposition de plages agrégées et massives, ainsi que par de nombreuses cavités de bioturbation. La forme, les dimensions et les parois mamelonnées enduites de limons permettent d’y reconnaître des aménagements de termites (Eschenbrenner, 1986). A la base du sondage se rencontre une brèche fortement indurée constituée de dépôts lités de sables granoclassés et de limons et argiles laminés, l’ensemble étant cimenté par de grands monocristaux de calcite.

329Les restes paléontologiques mis au jour sont essentiellement issus de la deuxième unité d’agile brun-jaune dont la présence est comprise entre 10 cm et 1,30 m, en contrebas du bord de coupe. Ce sont des esquilles osseuses et dents isolées et fragments dentaires de grands mammifères (prémolaires et molaires lourdes et patinées de grands bovidés, rhinocérotidés, proboscidiens ainsi que quelques carnivores et primates), mais également des incisives et des molaires d’hystricidés. Le matériel odonto-ostéologique recueilli est de nature similaire à celui de la grotte du Moine (photo 103). Ces 1 620 restes animaux sont des restes dentaires et osseux pour seulement 20 %. En nombre de restes, 86 % sont des artiodactyle, 9,5 % des périssodactyles, 2 % des proboscidiens, 1,5 % de primates et 1 % de Carnivore. Les proboscidiens se retrouvent principalement à la base de l’unité 2 avec également une plus forte quantité relative de rhinocérotidés et de carnivores alors que les primates sont plutôt au sommet de la séquence. Le matériel présente les mêmes stigmates que ceux de la grotte du Moine. Son accumulation semble également être le fruit de l’action du porc-épic.

Figure 47. Profil stratigraphique du secteur de fouille B (diverticule) du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Figure 47. Profil stratigraphique du secteur de fouille B (diverticule) du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)

Photo 103 ; Fragment de molaire de Rhinocéros, Ban Fa Suai II

330Sur la base des caractères macro- et microscopiques, la mise en place des dépôts peut être décrite comme suit : une séquence avec une unité de base constituée de sables, limons et argiles lités témoigne d’un comblement initial de la cavité alors que celle-ci était parcourue, au moins épisodique-ment, par une rivière souterraine. La nature exclusivement non calcaire du matériel sédimen-taire indique un sédiment introduit dans le karst et non pas issu de la dégradation de l’encaissant. Cette lithologie est typique d’un réseau actif fonctionnant en perte/résurgence, fréquent dans le système de drainage karstique des petits massifs périphériques du Doi Chiang Dao.

331La cimentation des dépôts en grands monocristaux de sparite indique un régime phréatique (Verrecchia, 2002), ce qui implique une immersion au moins saisonnière des dépôts. L’environnement dans lequel s’est édifiée l’unité fossilifère d’argile brun rouge est en revanche celui d’un karst fossile, c’est-à-dire abandonné par les cours d’eau souterrain. En effet, les constituants de cette unité indiquent un faible transport. Certains d’entre eux, dérivés des sols extérieurs, à l’image des concrétions d’oxydes remaniés et des argiles, constituent la masse des dépôts, tandis que d’autres sont des fragments de l’encaissant ou issus du remaniement de l’unité sous-jacente. D’autre part, les fragments de désagrégation de spéléothèmes impliquent une cavité à sédimentation chimique.

332D’après l’analyse microscopique, la cimentation des dépôts atteste également de cette ambiance de karst fossile puisqu’elle ne s’exprime plus par de grands monocristaux de calcite, mais par des petits cristaux tapissant les vides et formant des ponts entre les agrégats, caractérisant un régime de percolations. Si l’induration des dépôts rend difficile la reconnaissance des signatures sédimen-taires, c’est d’abord à la forte bioturbation actuelle par les termites que doit être imputé ce déficit d’élément diagnostique. En effet, à côté des chambres creusées par les termites, de nombreuses plages présentent une structure micro-agrégée dont l’observation en lames minces montre qu’elles sont constituées par la coalescence de microagrégats ovoïdes bien calibrés correspondant en tout point aux « boulettes termitiques » décrites par Eschenbrenner (1986). Cette structure indique que les sédiments ont été brassés par les insectes, un tel brassage ne permettant pas la préservation des organisations sédimentaires originelles. La nature de la stratification avec superposition de passées agrégées et massives et les dimensions des lentilles confirment que ces dépôts sont comparables à ceux de la grotte du Moine.

333Cette interprétation s’accorde avec le contexte de karst fossile dans lequel s’est formée cette unité. En outre, sous microscope, les plages d’argile compacte ne montrent pas de trace d’activité des termites mais livrent une pseudo-lamination indiquant le piétinement des sédiments. Les esquilles osseuses observées dans l’unité 2 sont dispersées et triées selon leur taille dans les passées d’agrégats et de granules, indiquant que l’enfouissement du matériel osseux a été provoqué par les actions de creusement. En outre, cette distribution, tout comme la présence de plages épargnées par l’activité des termites, montre que le brassage secondaire des sédiments par la faune du sol n’a pas été complet. Ce point est important car il signifie que la distribution stratigraphique des restes osseux n’a pas été significativement perturbée après leur enfouissement.

334Des deux secteurs de fouille (externe et interne), il résulte que le remplissage mis au jour dans l’abri-sous-roche de Ban Fa Suai II est dû à des dépôts qui correspondent à une sédimentation en abri ouvert. Le substratum n’ayant pas été atteint, on ne peut exclure que d’anciens dépôts d’entrée de karst subsistent sous l’éboulis mis au jour à la base de la fouille. Cet abri est une illustration de l’importante éboulisation qui peut gêner la progression des travaux archéologiques (Anderson, 1998) et de l’accumulation de colluvions détournées dans les grottes. Ces dépôts impliquent des vitesses de sédimentation élevées et donc un enfouissement important des niveaux anciens (voir Morwood et al, 2004).

335Ouverts aux influences extérieures, ces dépôts sont soumis à l’action de la faune du sol qui peut induire des modifications sensibles de l’enregistrement archéologique. D’autre part, si l’âge de l’unité d’argile brun-rouge fossilifère de la salle est difficile à préciser, on peut remarquer qu’aucun dépôt de nature endokarstique n’a été reconnu dans les sections dégagées par le sondage extérieur. Cela implique que les sédiments du remplissage karstique présent dans les couloirs avant l’ouverture de l’abri ont été érodés. La position surélevée de ce premier remplissage dans le diverticule indique que les dépôts observés à l’intérieur de la grotte sont plus anciens que ceux de l’abri. La mise en place des sédiments fossilifères précède donc bien les occupations hoabinhiennes de l’abri-sous-roche. Par leur faciès, ils renvoient aux sédiments anciens de Ban Fa Suai I, leur induration plus prononcée laisserait même envisager qu’ils sont plus anciens.

336En effet, du fait de sa fossilisation, le matériel faunique recueilli a nécessité d’être traité à l’acide acétique dilué à 20 % pendant 30 minutes avant d’être rincé à l’eau clair pour pouvoir enfin être observé. Ce matériel comporte 1620 pièces (dont 1454 restes dentaires). Les fragments osseux font un peu plus de 10 % de l’assemblage avec 166 éléments. La plus grande part des taxons présents sont des Naemorhedus cf goral pour les cervidés, avec des Muntiacus sp. mais également les espèces Cervus cf eldii, Cervus cf unicolor et Cervus cf nippon. Sont également présents des Capricornis cf sumatraensis. Beaucoup de restes sont ceux de suidés et de rhinocérotidés. Le seul proboscidien identifié appartient au genre Stegodon. Parmi les bovidés Bos cf gaurus a pu être identifié. Ursus cf thibetanus est l’espèce la plus représentée parmi les canivores qui comprennent Panthera cf pardus et Panthera cf tigris. Deux genres de primates ont également été reconnus : Pongo et Macaca.

337La taille moyenne des restes est inférieure à 2 cm (1,8 cm pour les os et 1,7 cm pour les dents). La pièce la plus importante fait moins de 7 cm de long. La fragmentation des restes est importante. Seuls 7 % des dents ont encore leurs couronnes préservées et moins de 1 % ont encore leurs racines intactes.

338Comme pour la grotte du Moine, les restes de carnivores sont très peu nombreux et appartiennent à la fois à des individus adultes et immatures. L’absence de trace de digestion ou de trace de dent plaident contre l’hypothèse d’un repaire de prédateur. Il n’y a pas non plus d’indice d’activité humaine (traces de feu ou de combustion, marque de découpe ou de percussion) sur ces restes fauniques. L’indication d’un agent accumulateur est lisible sur 17 % de l’ensemble du matériel. Des traces de rangement par un gros rongeur affectent 21 % des os et 16 % des dents. Sur les restes dentaires le rangement atteint la couronne et la dentine comme pour la grotte du Moine. Les datations ESR réalisées suivant le même protocole que celui mentionné précédemment (Rink et al., 1994) indiquent que le diverticule de l’abri-sous-roche de Ban Fa Suai a fonctionné comme un repaire de porcs-épics il y a environ 50 000 ans (Tableau 9).

Tableau 9. Ages ESR pour le modèle (EU) et le modèle linéaire (LU)

339Cette série de datations prend le relais de celle réalisée pour la grotte du Moine et réaffirme ici le rôle des porcs-épics comme agent de conservation des informations écologiques sur de longues périodes de temps.

À l’ouest du Chiang Dao Wildlife Sanctuary

340L’exploration de la partie occidentale du massif du Doi Chiang Dao a été l’occasion de découvrir et de visiter une grotte située à proximité du village de Ban Luang Muang Khang, à la limite occidentale du parc (fig. 48). Après une traversée des rizières, un chemin forestier conduit à l’entrée de la grotte de Tham Kim Mii qui possède une sortie après un développement de 800 m de galerie. À une autre échelle que dans le karst de la Nam Lang, cela illustre la captation du réseau hydrologique par les formations calcaires.

341Aucun artefact n’a pu être recueilli dans cette cavité, toutefois, depuis la sortie sud de Tham Kim Mii nous avons pu explorer les reliefs jusqu’à la grotte de Tham Hup Pha (N 19° 21’ 45,9” E 98° 43’ 43,9”), une petite cavité de quelques mètres de profondeur utilisée occasionnellement par des moines et située en base de falaise. Au sommet du relief qui inclut cette ouverture, un puits de petite dimension permet l’accès à une petite plateforme après une désescalade (photo 104). C’est un belvédère qui sert de nid à un oiseau de proie. Plusieurs ossements d’animaux de petite taille (sérow, chevreau, oiseaux, rongeurs) illustrent ainsi un autre mode de remplissage et d’apport de restes dans les cavités, celui résultant de la prédation des grands rapaces.

Figure 48. Carte topographique de l’ouest du Chiang Dao Wildlife Sanctuary

Figure 48. Carte topographique de l’ouest du Chiang Dao Wildlife Sanctuary

Photo 104. Puits d’accès, site de Tham Hup Pha (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)

Les abords de la vallée de Mae Hong Son et les bords de la Salaween

342Située à la marge la plus occidentale de la Thaïlande, à la frontière du Myanmar, c’est un autre axe de communication et de passage potentiel nord/sud qui a été exploré ici. Deux secteurs ont été prospectés. D’abord les pourtours directs de la ville de Mae Sariang, puis l’intérieur du Salaween Wildlife Sanctuary qui a donné lieu à une exploration fluviale en pays karen.

Une vallée méridienne : Mae Sariang et Mae La Noi

343Mae Sariang se situe presque à l’extrémité sud de la vallée de la Nam Mae Yuan qui se jette vers l’ouest dans la Salaween. La région de Mae Sariang et Mae La Noi est constituée de structures géologiques d’orientation nord/sud (fig 49). Un système de failles est visible le long de la route et sépare les affleurements triasiques et permiens. La fracturation régionale favorise la circulation des fluides météoriques dans les massifs calcaires et localement, le jeu d’une faille contribue à ré-enfouir des grottes fossiles et à générer la reprise du concrétionnement calcitique jusqu’à obstruer presque entièrement de petites cavités comme la grotte de Ban Phae. La présence des excentriques qui se forment habituellement en milieu clos indique que l’ouverture de cette grotte est récente. Une prospection dans le secteur de la grotte a conduit à l’identification et à la visite de puits naturels (N 18° 10’ 9,9” E 97° 56’ 48,3”) situés à la surface d’un massif calcaire.

344Cette exploration nous a permis de récolter du matériel ostéologique accumulé par piégeage passif. La descente dans le premier puits de 8 m de profondeur permet d’atteindre des ossements remobilisés en surface et fracturés par la chute de gros blocs calcaires (photo 105). Des éléments fauniques situés à plus d’un mètre sous les sédiments et les blocs ont pu être dégagés (photo 106). Ce sont trois crânes complets et quelques os longs de bovinés appartenant à un Bubalus et à deux Bos - un adulte et un individu juvénile.

345La descente dans un deuxième puits profond de 10 m et dont le remplissage est riche en guano, avec la présence de nombreuses chauves-souris, fait apparaître là encore le potentiel de piégeage de ce système de puits. En effet, plusieurs ossements de petits cervidés sont apparents le long des parois sous le guano. Le troisième puits ne fait que quelques mètres de profondeur, mais prèsente un sol instable avec une trémie et des blocs de surface en équilibre précaire si bien que nous en avons abandonné la visite.

Figure 49. Carte géologique du Salaween Wildlife Sanctuary (Mae Sariang)

Figure 49. Carte géologique du Salaween Wildlife Sanctuary (Mae Sariang)

346En remontant vers le nord le long de la faille de Mae Sariang, plusieurs résurgences déversent des flots d’eau boueuse sur la route pendant la saison des pluies. En amont de l’une d’elles, nous avons atteint la grotte de Mae Mua Luang, qui contient les reliques d’un moine important. La grotte a fait l’objet d’un aménagement avec terrassement et creusement d’esplanades internes. Des plaquages de brèches dans les petits diverticules de la grotte indiquent la présence d’un ancien colmatage important de la cavité. La brèche contient des éléments figurés anguleux et quelques coquilles de gastéropodes au sein d’une matrice très indurée.

Photo 105. Puits, grotte de Ban Phae (Mae Sariang)

Photo 106. Dégagement d’ossements, puits de Ban Phae (Mae Sariang)

347Considéré ici pour son contexte géologique, ce secteur permet d’appréhender une fois encore la mise en place et la formation des cavités. La grotte de Tham Kamol (N 18° 23 ’48” E 97° 58’ 12”) en est un exemple particulier avec une salle contenant plusieurs colonnes stalagmitiques.

348À 300 m, en contrebas et en face d’une carrière de calcaire en exploitation, nous avons également exploré une diaclase au dessus de laquelle de nombreux blocs de plusieurs mètres cube reposent en équilibre à plat. Une descente sécurisée nous informe très rapidement qu’il s’agit là aussi d’une trémie dont nous n’avons pas poursuivi l’exploration. Ce secteur présentant une morphologie standard, gouffre, puits, trémies, diaclase nous avons décidé de poursuivre nos investigations plus à l’ouest dans les formations de calcaires permiens moins accidentées, mais tout autant perforées de cavités d’origine karstique.

Sur la piste du Salaween Wildlife Sanctuary

349L’entrée du Salaween Wildlife Sanctuary est située à 30 km à l’ouest de Mae Sariang, à l’extrémité sud de la vallée de la Nam Mae Yuan qui comporte de nombreux affleurements calcaires permiens. C’est ici l’occasion d’explorer un territoire en cul-de-sac encore préservé des activités humaines les plus modernes (photo 107). Nous avons ainsi entrepris une exploration de la berge orientale de la Salaween par voie fluviale et tenté d’atteindre l’intérieur du parc en pénétrant le massif par les vallées transversales.

Photo 107. Vue panoramique du karst de la vallée de la Nam Mae Yuan (Mae Sariang)

Photo 108. Embarcadère de Mae Sam Laep (Mae Sariang)

350A l’occasion de l’expertise d’une grotte inédite à cercueils en bois de tek dans le secteur de Pa Pao que nous avons entrepris une exploration systématique de ce parc de protection de la nature. Le déplacement s’y fait soit en empruntant une piste en latérite impraticable à la saison des pluies et qui recoupe à plusieurs reprise les cours d’eau confluant de la Salaween - soit, par voie fluviale à partir de l’embarcadère de Ban Mae Sam Laep au sud (photo 108).

Les grottes à cercueils de l’aire de Pa Pao

Huai Pu

351Pa Pao est une localité où est établi un poste de contrôle avancé dans la partie nord du Salaween Wildlife Sanctuary. Ayant atteint Pa Pao par l’unique piste latéritique existante, nous avons pu mener des explorations dans le secteur nord du parc. Une première randonnée nous a conduit dans une grotte uniquement accessible par une corniche à flanc de falaise.

352Le porche d’entrée de Huai Pu (N 18° 27’ 47,8” E 97° 41’ 15,1”) fait une trentaine de mètres de large pour 7 m de hauteur (fig. 50). Plusieurs blocs du toit de l’entrée se sont effondrés (photo 109). Sur deux gros blocs joints, effondrés sur le sol, nous avons pu mettre en évidence la présence de plusieurs cupules dont la fonction précise n’est pas encore éclaircie (photo 110). La grande salle d’entrée de 35 m de long, ainsi qu’une plus petite salle attenante de 25 m sur 10 m, sont remplies d’une quinzaine de cercueils en tek disposés au sol et partiellement détruits (photo 111). La mise à bas des madriers qui servent de portiques et qui, habituellement, supportent ce type de cercueil indique que l’ensemble de ce mobilier a été largement déplacé. Le nombre de madriers encore érigés suppose la présence d’au moins trente cercueils.

Photo 109. Entrée de la grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 110. Bloc à cupules, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

Figure 50. Relevé de la grotte de Huai Pu (Mae Sariang)

353Faisant l’hypothèse que les madriers avaient pu être réutilisés, nous avons réalisé une datation radiocarbone sur l’un d’entre eux pour fixer l’âge de cette occupation. L’âge obtenu est 1850 ±50 BP (Pa 2280) soit un âge calibré : 85 (133) 238 AD pour un écart-type. Cette date fait partie de la marge ancienne des cercueils connus en Thaïlande. Les cercueils ont 2,5 m à 4 m de long et leurs fûts présentent des extrémités en volute et d’autres en pointe allongée (photo 112 et 113).

Photo 111. Amoncellement de cercueils, grotte Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 112. Salle principale, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

Ko Koa

354Une deuxième grotte à cercueils a été découverte à trois heures de marche au sud de Huai Pu (photo 114). Cette grotte, située au lieu-dit Ko Koa (N18° 22’ 28,9” E97° 41’36,3”), a été atteinte en remontant le bord escarpé d’une cascade.

Photo 113. Fond de la salle de la grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)

355L’entrée de la cavité n’est pas très imposante, avec une ouverture d’une vingtaine de mètres de large pour seulement quatre de hauteur. Une première salle avec les vestiges de huit cercueils en teck précède une plus petite salle avec quatre cercueils supplémentaires (fig. 51). Compte tenu des madriers dénombrés, une vingtaine de cercueils devaient être présents initialement ; d’autres peuvent déjà être ensevelis. Les cercueils ont de 2,5 m à 5 m de long et sont décorés à leurs deux extrémités par un renflement arrondi (photo 31 et 33) et un appendice rectangulaire.

Photo 114. Grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
Photo 115. Couvert forestier (Salaween Wildlife Sanctuary)

Figure 51. Relevé de la grotte de Ko Koa (Mae Sariang)

356Après l’exploration systématique de ce secteur sous couvert forestier dense (photo 115), nous avons entamé la remontée des thalwegs en ayant pour objectif d’explorer un système de larges dolines.

Cha Row Tae De

357En nous dirigeant vers un secteur qui sur les cartes topographiques signifiait la présence de vastes dolines, nous avons rejoint les abords de la rivière Huai Pu et de l’ancien village de Ban Ko La par la forêt. La remontée des thalwegs vers l’ouest, a permis d’atteindre un abri-sous-roche (photo 116) sur les parois duquel figurent des peintures d’animaux (cervidé, oiseau, éléphant) et d’une forme anthropoïde (photo 117 et 118). Le style et la couleur blanche utilisée suggère un âge moins vieux que les peintures habituellement de couleur rouge qui existent un peu partout en Thaïlande (à Khon Kaen, à Kalasin, Tham Pha Mu Daeng à Mahasarakhram, à Khao Chang Ngam, Phu Phra Bat à Udon Thani et à Ubon Ratchani au nord-est, Ban Rai dans la région de la Nam Lang, dans la région de Lampang, Obluang et Pha Mai dans la vallée de la Mae Cham au nord, mais également dans le sud, à Tham Phi Hua To et Tham Raet). En l’occurrence, il apparaît que ces peintures blanches recouvrent des motifs rouges que l’on ne peut plus distinguer à l’œil nu.

Photo 116. Abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 117. Peinture anthropomorphe et éléphant, abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 118.
Peinture figurant un cervidé et un oiseau, abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)

358Pousuivant notre ascension, nous avons atteint une falaise isolée. Le site de Cha Row Tae De (N 18° 26’ 11” E97° 40’ 11”) est un complexe karstique (photo 119) qui appartient à une formation permienne. Une ouverture principale d’un peu moins de deux mètres de large et de huit mètres de hauteur permet d’accéder à l’intérieur d’un couloir de près d’une vingtaine de mètres de long qui se rétrécit à son terme (fig. 52). L’escalade de blocs donne l’accès à une chambre ajourée dont les ouvertures en hauteur donnent sur l’extérieur. En visitant cette salle, nous avons pu observer de nombreux fragments de céramiques répartis en surface dans plusieurs recoins à l’intérieur d’une première salle.

Photo 119. Falaise de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)

359Ce sont 17 tessons ainsi que la moitié supérieure reconstituée d’un vase qui ont été collectés. Il s’agit d’un vase globulaire à col évasé bien marqué, lèvre aplatie dont la pâte est brune-grise, sa surface interne brune-grise et sa surface externe grise à noire. Le dégraissant sableux micacé est dense et fin. Des traces de tournage sont visibles sur le bord, à l’extérieur comme à l’intérieur.

Figure 52. Relevé de la grotte de Cha Row Tae De (Mae Sariang)

Figure 52. Relevé de la grotte de Cha Row Tae De (Mae Sariang)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

Photo 120. Découverte d’une brèche fossilifère, grotte de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)

360D’autres traces ont été reconnues comme celles d’une pression effectuée sur la paroi depuis l’intérieur pour permettre l’impression, à l’extérieur, d’un décor au battoir cordé. D’autres tessons et fragments de bord peu diagnosiques ont été recueillis montrant des traces ou des stries de tournage ; d’autres sont décorés au battoir ou au peigne.

361Une observation plus poussée de la cavité a permis de localiser une brèche rougeâtre sous des blocs. Leur dégagement a été l’occasion de mettre au jour quelques éléments dentaires de faune (photo 120). Outre 9 éléments osseux fragmentés, ce sont 41 dents ou fragments dentaires appartenant à une faune pour laquelle on note une majorité d’artiodactyles qui ont été recueilli. Parmi ces restes sont identifiables 7 cervidés, 2 bovinés et un naemorhede. Un rhinocéros est présent ainsi qu’un petit carnivore et deux hystricidés. Bien que d’accès difficile, ce site revêt un intérêt paléontologique certain et mériterait d’être exploité.

Figure 53. Relevé en coupe de la grotte de Pha Daeng (Mae Sariang)

Figure 53. Relevé en coupe de la grotte de Pha Daeng (Mae Sariang)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

362Deux autres cavités ont pu être identifiées et explorées entre le camp de Pa Pao et le camp de Pho So. La première de ces cavités se situe à proximité du village de Ban Mae Je. Tham Pha Daeng (N 18° 29’ 18,5” E 97° 23’ 44,6”) (fig. 53) présente une vaste salle de près de 200 m de long et 50 m de large et environ 15 m de plafond qui donne sur une sortie située en hauteur avec un dénivelé de 60 m (photo 121). Cette cavité est exploitée pour son sédiment riche en guano.

Photo 121. Entrée supérieure de Tham Pha Daeng (Salaween Wildlife Sanctuary)

363Cette exploitation du sédiment a mis au jour des portions de cercueil en bois en mauvais état de conservation.

Figure 54. Relevé de la grotte de Mae Un Pi (Mae Sariang)

Figure 54. Relevé de la grotte de Mae Un Pi (Mae Sariang)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

364La seconde cavité est perchée au sommet d’un petit monticule calcaire qui jouxte une rizière au-delà de la rivière Nam Mae Ngae. La grotte se situe à proximité du village de Ban Mae Un Pi. Elle présente deux entrées basses. Une première antichambre de cinq mètres sur trois avec quelques débris de fût de cercueil est suivie d’un petit corridor donnant sur une salle où existe une banquette rocheuse. Un cercueil unique de 3 m de long décoré à ses deux extrémités est posé à même le sol (fig. 54).

L’orée du village de Pho So

365Le camp de Pho So est le premier poste des postes de garde situé en marge de l’unique piste qui relie entre eux les camps du Wildlife Sanctuary à Mae Sariang à l’est, Mae Sam Laep au sud et à la frontière septentrionale avec le Myanmar. Une première prospection de surface a permis de mettre au jour quelques objets lithiques à 500 m au sud-ouest de la sortie du village de Pho So (photo 122).

366Collectés à même le sol sous couvert forestier clair, ces pièces comptent 5 galets aménagés en cboppers ou chopping-tools (fig. 55). Ils ont été fabriqués suivant une chaîne opératoire qui utilise un schéma de façonnage des plus simples. Un tranchant a été obtenu par quelques coups à partir de la surface plane individualisée sur des galets peu épais. Les tranchants présentent une fine retouche et des unités techno-fonctionelles (UTF) transformatives très nettes qui se situent davantage au niveau du bord latéral des pièces que sur l’extrémité frontale des objets comme on pourra le rencontrer dans d’autres séries. Une pièce massive surprenante, longue de 27 cm à section trapézoïdale est façonnée sur toute sa périphérie dans un matériau proche de l’ardoise (photo 123).

Photo 122. Entrée du village de Pho So (Salaween Wildlife Sanctuary)

Figure 55 Planche du matériel lithique recueilli à proximité du village de Pho So (Mae Sariang)

Figure 55 Planche du matériel lithique recueilli à proximité du village de Pho So (Mae Sariang)

Dessin H. Forestier
a) d) chooping tool
b) c) chooper latéraux

367A quelques kilomètres au nord du camp et sur indication de chasseurs locaux, nous avons exploré deux grottes supposées être l’habitat respectivement d’un ours et d’un tigre. L’entrée de la grotte de l’Ours (N 18° 21’ 32,3” E 97° 41’ 27,3”) est localisée en contrebas du bord de la piste (photo 124). Si de nombreuses chauves-souris occupent la portion ouest de la cavité, en descendant davantage, la présence de gaz rend difficile la progression et occasionne des difficultés respiratoires. L’exploration a donc été interrompue. Quant à la grotte du Tigre (N 18° 22’ 28,9” E 97° 40’ 55,7”), elle se trouve à é km au nord en suivant la piste. Il faut ensuite parcourir une zone marécageuse et traverser une rivière à gué pour atteindre un monticule calcaire (photo 125). La grotte du Tigre n’est en fait qu’un petit abri-sous-roche perché en falaise dont l’exploration n’a permis de mettre au jour aucun vestige ancien ni aucune trace d’activité humaine ; seules des empreintes de blaireau ont pu être relevées sur le sol argileux. Le secteur nord du camp a ainsi été abandonné pour se consacrer à la zone sud et faire ensuite la jonction avec le camp de Sop Ngae qui donne sur la rivière Salaween.

Photo 123. Objet lithique en matériel schisteux, proximité du village de Pho So (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 124. Grotte de l’Ours. (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 125. Accès à la grotte du Tigre, (Salaween Wildlife Sanctuary)

La grotte de Pho So

368Située à trois kilomètres du village éponyme, la grotte de Pho So (N18° 19’ 29,0” E 97° 40’ 53,2”) se place au sommet d’une petite colline de calcaire permien (fig. 49). Le réseau s’ouvre à la base de l’escarpement rocheux d’une dizaine de mètres de haut qui coiffe une petite colline calcaire. Il est formé de blocs individualisés par une dissolution des diaclases. Deux entrées ouvertes à l’est permettent d’accéder au réseau (fig. 56). L’ouverture principale (largeur : 3 m et hauteur : 1,50m) présente des signes d’effondrements récents sous la forme de blocs métriques gênant l’accès et de parois formées de plans de diaclases. Cette entrée (photo 126) donne accès à un éboulis formé de blocs de toutes tailles et colmaté de terre végétale et de débris organiques, principalement des feuilles poussées par le vent. Le cône d’éboulis mesure environ 5 m de puissance. Celui-ci débouche sur une salle spacieuse et haute (~10 m) qui appartient à une série de salles alignées selon un axe nord-est/sud-ouest.

Photo 126. Entrée de la grotte de Pho So (Mae Sariang)

369Au plafond, on observe un alignement de coupoles de dissolution qui se situe dans l’axe de l’entrée. La coupole centrale est effondrée. Au droit de celle-ci se trouve un cône d’éboulis colmaté. Les parois sont corrodées et quelques concrétions, sous la forme de draperies, peuvent être observées. Un pilier imposant (4 m de diamètre), fonctionnant encore pour partie, limite la salle au sud-ouest. Sur la paroi sud, des concrétions en cascade nourries par des diaclases subhorizontales ont leur base suspendue une trentaine de centimètres au dessus du sol. Ces édifices inactifs sont en proie à une corrosion sous la forme d’etchpits (photo 127). Des chauves-souris s’abritent dans la cavité. Dans une région où les vitesses moyennes de sédimentation livrées par les sites en entrée de grotte sont très élevées - 3 à 4 cm/an - la possibilité d’accéder à des dépôts pléistocènes se heurte en premier lieu à des enfouissements qui atteignent facilement une dizaine de mètres (cf. Morwood et al., 2004). Dans la mesure où les prospections réalisées ont montré que la mobilisation de ces dépôts meubles qui couvrent les pentes est la source la plus significative de sédimentation en entrées de grotte, l’absence de dépôt de pente au-dessus de la cavité de Pho So permet d’espérer des vitesses de sédimentation assez faible pour atteindre des dépôts anciens.

Figure 56. Relevé de la grotte de Pho So (Mae Sariang)

Figure 56. Relevé de la grotte de Pho So (Mae Sariang)

Relevé, report A. Seveau, C. Winayalal dessin V. Zeitoun

370La découverte d’une dent de boviné fossile incrustée en paroi dans un diverticule (photo 128) a entraîné l’implantation d’un sondage pour identifier les modalités de sédimentation propre à une telle situation topographique, de façon à déterminer le potentiel de la cavité à contenir des restes ou des vestiges préhistoriques. Un sondage a donc été implanté contre la paroi opposée à l’entrée de manière à garantir une contribution minime des apports de sédiments depuis le cône d’entrée et accéder plus rapidement aux dépôts les plus anciens.

Photo 127. Corrosion de la paroi de la grotte de Pho So : etchpits (Mae Sariang)

371Le remplissage de la salle qui peut être observé sur une puissance de près de deux mètres se caractérise par la superposition de deux unités stratigraphiques fortement contrastées où un mètre de limons gris pulvérulents contenant quelques lentilles de charbons et d’argile brûlée dans leur partie sommitale surmontent des argiles massives compactes (fig. 57).

372Ces dépôts documentent partiellement l’histoire du réseau karstique de Pho So, mais il importe tout d’abord de remarquer que ce réseau est une forme phréatique, c’est-à dire que son creusement est lié à une rivière souterraine. Les coupoles de dissolution présentes au plafond, le volume et l’alignement des salles en témoignent. Aucun des dépôts observés dans la cavité ne peut être rattaché à cette première phase de fonctionnement. Les graviers exogènes contenus dans les argiles de l’unité inférieure ont été façonnés par transport fluviatile. Les argiles elles-mêmes proviennent très certainement de la mobilisation, du transport et du dépôt d’altérites dans le karst via un réseau fluviatile souterrain. Aussi, les matériaux de cette unité peuvent être considérés comme un héritage d’un fonctionnement endokarstique.

Photo 128. Placage résiduel de brèche fossilifère au plafond de la grotte de Pho So (Mae Sariang)

Figure 57. Coupe stratigraphique du sondage réalisé dans la grotte de Pho So (Mae Sariang)

Figure 57. Coupe stratigraphique du sondage réalisé dans la grotte de Pho So (Mae Sariang)

373L’affleurement restreint de cette unité et la forte altération des dépôts par la bioturbation actuelle ne permettent pas de préciser les modalités de sédimentation. En revanche, la présence de produits de désagrégation (cristaux de calcite) et de fragments de spéléothèmes indiquent que le dernier épisode de dépôt de ces matériaux s’est fait en contexte de karst fossile, c’est-à-dire alors que le réseau n’était plus parcouru par une rivière.

374On peut ainsi reconnaître dans ces argiles des dépôts endokarstiques remaniés postérieurement. C’est au cours de cette seconde phase que se sont édifiées les concrétions présentes dans la salle : alignement de draperies au plafond, pilier limitant la salle principale, coulée de calcite à l’image de celle au pied duquel est implanté le sondage (photo 129). Par ailleurs, la cimentation de calcite qui affecte l’unité inférieure dessine un cône dont le sommet est à l’aplomb de cette coulée.

Photo 129. Grotte de Pho So (Mae Sariang)

375La formation de cette brèche est à mettre en relation avec la formation de cette coulée et succède à la mise en place des argiles. C’est ici un argument d’ancienneté relative du dépôt de ces argiles, d’autant plus que cette coulée est elle-même fossile, de nombreuses cupules de corrosion {etchpits) en altèrent la surface. C’est certainement à cet épisode que doit être rattaché le placage calcitique contenant la dent fossile identifiée sur la paroi du diverticule voisin.

376La mise en place des limons de l’unité supérieure relève d’une dynamique distincte. La texture des dépôts (limons fins) et la nature organo-minérale du matériel composant les lentilles brunes indiquent que ces sédiments résultent d’une fragmentation et d’une transformation partielle de débris végétaux par la faune du sol. L’origine de ces matériaux et leur accumulation en fond de grotte conduisent à y reconnaître les produits de redistribution de la fraction fine colmatant le talus d’entrée au cours d’épisodes de ruissellement. Ces dépôts ne relèvent plus d’une simple redistribution de produits karstiques, mais témoignent d’une dynamique d’interface exo/endokarst où les débris extérieurs sont détournés dans le réseau jusqu’à en colmater les accès. Ce changement radical de style de sédimentation implique une évolution des accès au karst.

377Les effondrements ayant conduit à la mise en place du talus d’entrée sont ainsi responsables du changement d’environnement sédimentaire, par ouverture de la salle sur le milieu extérieur. Les masses blanc-crème qui encroûtent le sommet de l’unité d’argiles et qui forment les lentilles contenues dans les limons pulvérulents sont les stigmates de dépôts chimiques. Leur texture, leur couleur et leurs modalités de formation par précipitation indiquent des phosphates. Leurs dépôts ont accompagné l’édification de l’unité supérieure de limons, mais se sont également formés au cours du hiatus séparant la mise en place des deux ensembles sédimentaires, comme l’indique l’encroûtement du sommet des argiles associé au contact net entre les deux unités. Classiquement, de tels dépôts sont interprétés comme la redistribution de solutions dérivées des guanos (Marescaux, 1973 ; Shahack-Gross, 2004). Ils impliquent une présence animale dans la cavité, à l’image des chauves-souris qui y nichent aujourd’hui encore. Cette fréquentation concerne typiquement les premières salles du réseau une fois le seuil thermique franchi.

Figure 58. Carte topographique de localisation des sites de Huai Hin (Mae Sariang)

Figure 58. Carte topographique de localisation des sites de Huai Hin (Mae Sariang)

378La localisation de ces phosphates dans la séquence de dépôt n’est pas anodine. Postérieurs à la mise en place des argiles et contemporains de la première partie du dépôt de l’unité supérieure, la formation de ces phosphates indique une période d’évolution de la cavité en communication avec l’extérieur sans pour autant que les éboulements localisés du plafond mettent la salle en relation avec l’extérieur et la rende par trop sensible aux fluctuations hygrothermiques. Ainsi, l’interprétation des conditions de mise en place de ces phosphates corrobore le démantèlement d’une séquence traduisant l’évolution d’un karst fossile vers un karst, soumis aux influences extérieures.

379Ce n’est qu’au cours de ces dernières étapes que la grotte a été occupée par l’homme. Cette occupation est attestée par les tessons de céramique recueillis au sommet du remplissage et par les lentilles contenant des charbons présentes au sommet des dépôts. S’il n’a pas permis la découverte de niveau d’occupation, le remplissage mis au jour par le sondage de la grotte de Pho So permet de préciser l’évolution des pièges sédimentaires karstiques en milieu tropical et de restituer l’évolution du système morphosédimentaire. Il apparaît ainsi que dans un tel système, la sédimentation détritique se caractérise par le triptyque :

380apports endokarstiques,

381remaniements en contexte de karst fossile,

382détournement de dépôts de pente et de débris végétaux dans un karst résiduel.

383Deux de ces ensembles intéressent l’archéologue : les dépôts de karst fossile pour leur aptitude à livrer des assemblages osseux pléistocènes (cas du placage fossile situé à un mètre du sol actuel) d’une part, et les apports de sédiments extérieurs en contexte de karst ouvert susceptibles d’enfouir les occupations archéologiques récentes.

384De ce point de vue, le sondage réalisé confirme la possibilité d’accéder à ces deux termes du remplissage sans recours à des techniques coûteuses ou lourdes et, pour cette raison, désigne cet emplacement de cavité situé en hauteur comme une configuration à privilégier dans la recherche de témoins des occupations anciennes en milieu karstique.

Photo 130. Abords du site de Huai Hin (Mae Sariang)

Un site de plein air : Huai Hin

385Situé à 3 km au sud-ouest du village de Pho So (fig. 58), un premier site de plein air ayant livré du matériel lithique a été mis en évidence en bordure de rivière (photo 130). Le site comprend deux localités séparées d’un peu plus d’une centaine de mètres. La première localité se trouve sur une plateforme frangeant la rivière Huai Hin à l’embouchure d’un ruisseau (locus Huai Hin 1) (N 18° 19’ 28” E 97° 41’ 15,1”) avec une altitude de 200 m. La seconde est perchée 40 m plus haut plus à l’ouest (locus Huai Hin 3) (N 18° 19’ 23” E 97° 41’04,2”).

386Après avoir collecté du matériel au sol en prospection, des sondages ont été implantés pour tenter dévaluer l’aire de répartition spatiale, stratigraphique ainsi que le mode de mise en place de ces vestiges. L’exploration du monticule calcaire situé au nord de cet ensemble a également livré deux objets lithiques isolés. Cette répartition géographique du matériel archéologique signe une occupation privilégiée sur ce type de relief, est en relation avec un type d’activité particulier.

Photo 131. Fouille du locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)

387Au pied d’une butte dont l’amont présente un pendage de 30° puis 20°, un premier site archéologique a donc été identifié sur un replat peu marqué (pente 10°) couvert d’une végétation un peu plus luxuriante qu’au sommet. Ce replat surmonte un ravin dont l’érosion régressive est à l’origine de proto-chenaux. Sur l’emplacement du ramassage des vestiges, un sondage a été réalisé sous la forme d’une tranchée longue de 6 m et orientée selon la pente (photo 131).

Photo 132. Sondage réalisé sur le locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)

388La couverture sédimentaire peut être observée sur 1,50 m à partir des sections dégagées (photo 132). L’essentiel des dépôts est formé d’argiles rouges massives. Les variations de couleur et de texture (proportion limons/argiles) du sommet de cet ensemble sont attribuables à une succession d’horizons pédologiques. Ainsi, sous un premier horizon organo-minéral de limons bruns vient un horizon de limons argileux brun-rouge, surmontant lui-même un ensemble d’argiles rouges se fragmentant en polyèdres. La bioturbation de ces dépôts est importante, qu’elle soit liée aux racines ou à la faune du sol, en particulier aux termites.

389Le niveau archéologique sommital est identifiable par la présence de vestiges lithiques dispersés sur une faible épaisseur (10 cm) auxquels sont associés des micro-charbons de bois (photo 133). L’enfouissement de ce niveau est variable : 20 cm dans la partie amont de la tranchée et nul à l’aval.

Photo 133. Coupe stratigraphique, locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)

390À la base de la séquence, on observe un dépôt de galets subanguleux à arrondis colmatés d’argiles rouges (fig. 59). Leur pétrographie est variée : schiste, calcaire gréseux, pélite, grès, etc. Dans les conditions de l’affleurement, aucun tri ni litage ne peut être observé. L’émoussé variable des galets qui est le signe d’un transport sur de faibles distances, l’absence de tri et de litage à petite échelle, ainsi que la présence d’éléments de tailles variables mais parfois volumineux concordent pour désigner une accumulation de transport torrentiel (Bertran & Meunier, 2004). Ce mode de transport se rencontre dans les petits ravins à l’image de celui actuellement observable en contrebas du site.

391On peut donc interpréter les dépôts initiaux comme ceux d’une terrasse. L’étagement - une quinzaine de mètres - permet d’y reconnaître des dépôts d’âge quaternaire, sans plus de précision. Dans le cas des argiles, la texture (absence de particules grossières), l’absence de stratification, la géométrie et la localisation du dépôt (prisme présent à la base de la pente et recouvrant progressivement le replat) permettent de diagnostiquer des colluvions. Toutefois, les caractères actuels de cette unité - structure (débit en polyèdre), texture (proportion limon/argiles), couleur (rubéfaction par oxydation du fer), dépôt massif (homogénéisation des sédiments par la faune du sol) - sont essentiellement dérivés de la pédogenèse. Si l’horizon Bt observé en profondeur n’est aujourd’hui plus actif, le niveau archéologique se place actuellement au sommet de l’horizon Bt fonctionnel. La présence d’une densité plus forte de sables et de nodules de limons sableux indique un mélange de matériau prélevant en autres les horizons superficiels (A2).

392Différents processus peuvent ainsi être envisagés pour rendre compte de l’apport de sédiments ayant généré ce rajeunissement de profil : des coulées de boues remaniant les horizons superficiels des sols placés en amont peut être envisagée. Cette dynamique rend compte du mélange de matériau observé en lame mince, ainsi que du caractère brutal de l’enfouissement de l’horizon Bt initial.

393La position topographique (en position de replat) et la valeur des pentes à l’amont du site permettent d’envisager ce processus dont Day (1980) a montré le rôle prééminent dans des conditions comparables de milieu tropical. En effet, au Sarawak, Day a observé que les glissements de terrain provoqués par saturation hydrique des dépôts à la suite de fortes pluies sont très fréquents, en particulier dès que les pentes atteignent 15°. Des glissements en masse sont ainsi le principal mode de transport des sédiments sur les versants. Mais, selon les études du fonctionnement actuel des milieux tropicaux, il existe un deuxième mécanisme principal susceptible d’être à l’origine de tels dépôts. Ce second mode de transport a été identifié par Ruxton (1967) : il s’agit du ruissellement sous forêt. L’observation du site montre qu’un tel ruissellement est aujourd’hui actif, comme en témoignent les marques d’impact de gouttes et les micro-cheminés de fées qui affectent les monticules de terre liés à l’activité de la faune du sol. Ces apports semblent toutefois trop faibles pour rendre compte d’un enfouissement brutal de la séquence pédologique.

Figure 59. Coupe stratigraphique du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang) avec projection des artefacts lithiques

Figure 59. Coupe stratigraphique du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang) avec projection des artefacts lithiques

394En revanche, de tels apports peuvent être significatifs s’ils font suite à un incendie (Sa-ard Boonkird, 1968). Hypothèse conforme à l’observation de pratiques ayant cours depuis quelques années dans cette région. Des incendies volontaires sont utilisés pour « nettoyer » la forêt. Ils peuvent expliquer la présence de microcharbons dans le niveau archéologique. Cependant, la prise en compte du fonctionnement du sol permet de dépasser cette alternative. En effet, le profil effectué se classe parmi les sols rouges fersialitiques tropicaux légèrement hydromorphes (Duchauffour, 1995). Ce type de sol se caractérise, entre autre, par une altération des minéraux fragiles, une néoformation de minéraux argileux, une cristallisation d’oxydes de fer teintant les dépôts en rouge, et une translocation des argiles depuis un horizon superficiel appauvri (horizon éluvial) vers un horizon profond enrichi (horizon illuvial). Les lames minces de sédiment induré observées sous le microscope indiquent que ces dépôts, ou tout au moins le sommet de cet ensemble qui enfouit le niveau archéologique, résulte d’une accrétion régulière. L’hypothèse d’un enfouissement brutal à la suite d’un glissement en masse peut alors être rejetée.

395Le niveau archéologique est enfoui au sein de dépôts de ruissellement en accord avec l’observation de pavages résiduels dans les secteurs soumis à l’érosion à proximité (voir encadré 12). Dans la mesure où le ruissellement sous forêt est réputé très peu efficace, on serait tenté de voir dans l’enfouissement des vestiges un argument d’ancienneté. En effet, les taux d’érosion/accumulation sont dix fois moins importants dans ce milieu qu’en prairie et 200 fois plus faibles que sur terres cultivés (Selby, 1994). Cela tient à la protection qu’assure le couvert végétal dense de la forêt. Toutefois, ce raisonnement doit être pondéré par la prise en compte de l’évolution saisonnière récente ou sub-actuelle de la couverture arborée. Les collines calcaires du nord de la Thaïlande supportent une forêt sèche à essences caduci-foliées, dominée par des diptérocarpacées et à la fin de la saison sèche, les arbres perdent leurs feuilles. Les feux rampants fréquents exposent le sol à l’érosion dès le début de saison des pluies. C’est pourquoi, sous ce climat tropical de mousson, l’érosion peut être beaucoup plus importante qu’en milieu équatorial à forêt sempervirente mais également qu’en milieu tempéré où une litière est toujours présente.

Une référence pour le Hoabinhien

396La série découverte initialement en surface de la localité 1 comporte 11 pièces en basalte, andésite et grès (fig. 60), des matériaux disponibles dans la rivière en contrebas du site. Hormis quelques éclats et fragments d’éclat et un demi-disque en grès, ce sont des outils typiquement hoabinhiens façonnés unifacialement à partir d’hémi-galets.

397Ce matériel permet de détailler une chaîne opératoire différente (Forestier et al, 2005c) de celles jusqu’alors décrites en Thaïlande (Forestier, 2000). Ces supports-outils correspondent à un techno-type noté Al qui relève donc d’une chaîne opératoire intégrant deux schémas opératoires, l’un de débitage et l’autre de façonnage (fig. 61). En ce qui concerne le matériel recueilli à la fouille, des 32 pièces relevées, se dégage une information complémentaire importante puisqu’il s’agit de la lisibilité d’éléments nouveaux concernant les modes opératoires hoabinhiens (fig. 16) et leur mise en place. La chaîne opératoire classique de façonnage à sumatralithe et celle sur galet ovoïde (de type chopper) ne sont pas représentées dans cette sétie ; en revanche la chaîne opératoire sur galet plat, génératrice d’hémi-galets est très présente dans le matériel. Ces pièces sur supports hémi-galets de techno-type Al/A sont transformées en outil par le façonnage systématique des bords latéraux et de leur partie active (bord tranchant transversal et/ou latéral). Cette chaîne opératoire est appliquée ici sur des galets relativement plats et courts (fig. 62 et 63). Deux percuteurs en grès et en basalte, ainsi que trois galets portant des négatifs d’enlèvements ont été également découverts à la fouille. Ces derniers sont difficiles à interpréter en tant qu’outils et pourraient bien être des percuteurs accidentés ou des galets testés, abandonnés ( ?).

Encadré 14
Les pavages résiduels
Dans les différentes localités de Huai Hin, les vestiges ont principalement été récoltés en surface. Les sols forment des pavages résiduels, c’est-à-dire que seule la fraction fine de terre a été transportée tandis que le matériel grossier, non déplacé, se concentre en surface. Les modalités d’érosion qui conduisent à la formation de tels pavages relèvent d’une dynamique nommée splash creep par les auteurs anglo-saxons. A l’impact, les gouttes de pluies provoquent le rejaillissement et la fragmentation de particules de terre. Si la pluie s’abat sur un sol incliné, la distance que parcourent ces rejaillissements est plus importante dans le sens de la pente qu’à contrepente. Répétés un nombre considérable de fois, ces déplacements conduisent à une migration préférentielle de la partie superficielle du sol dans la pente, c’est la reptation. Cette érosion est encore accentuée lorsque les particules détachées sont fragmentées assez finement pour être reprises et transportées par les filets d’eau s’écoulant en surface au cours de la pluie. Les observations et expérimentations réalisées convergent pour indiquer qu’au-delà d’un centimètre de diamètre, les particules restent immobiles sous l’impact des gouttes (Lenoble, 2002). Le sol couvert par les gros objets est alors protégé. L’érosion différentielle qui en résulte conduit à la formation de microcheminées de fées : le sol soustrait à l’érosion forme des monticules supportant les cailloux (photo 134).
À Huai Hin, dans la localité 3, l’observation de micro-cheminées de fées indique sans ambiguïté que la reptation sous l’impact des gouttes est l’agent d’érosion dominant.
Photo 134
Outil hoabinhien en « ziggourate », site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Cet agent d’érosion sélective est très efficace lorsque la pente atteint une dizaine de degrés. Dans le cas où les conditions sont favorables (pluies fortes sur sol nu), les taux d’érosion peuvent atteindre 2 cm par an (Scoging, 1982 ; Crouch, 1990 ; Lecompte et ai, 1998). Le volume de terre érodé peut ainsi être très important pour peu que la durée sur laquelle s’exerce ce mécanisme soit suffisante. Pour l’archéologue, la principale implication liée à un tel mécanisme est que les objets recueillis au sol peuvent résulter de l’association de vestiges contenus initialement dans des niveaux archéologiques distincts.
Dans ce contexte, l’intérêt premier des sondages réalisés sur les locus 1, 2 et 3 a été de vérifier si les vestiges récoltés sont issus d’un unique niveau archéologique. Les sondages permettent également de recueillir du matériel pour dater l’occupation archéologique et établir que l’association des objets n’est ni fortuite ni secondaire.

Sur les pavages... les galets hoabihniens

398Situé au sommet d’une butte, le locus HH3 offre un replat d’une superficie de 50 x 30 m. Sous un couvert forestier peu dense d’arbres jeunes, un pavage résiduel apparaît à l’affleurement sur la bordure du replat. Les cailloux de ce pavage forment des micro-cheminées de fées qui indiquent que la résidualisation est encore active aujourd’hui. C’est parmi les cailloux de ce pavage qu’ont été recueillis des vestiges lithiques hoabinhiens.

399Le sol affleure localement au sein de la litière de feuilles ; une croûte de battance développée aux dépens d’un matériau limoneux beige peut y être observée. Dans le détail, cette croûte est formée de deux horizons : sous un couvert de racines superficielles se rencontrent des limons massifs à porosité fissurale sur une épaisseur de 5 mm qui surmontent un horizon de limons à porosité vésiculaire, épais également de 5 mm. L’ensemble recouvre un substrat de schistes altérés en limons.

400De telles croûtes caractérisent les sols minéraux à faible stabilité structurale. L’absence d’un horizon humifère, la très faible épaisseur de limons issus de l’altération du substratum et le développement d’un pavage résiduel concordent pour indiquer une érosion récente de la couverture sédimentaire de ce replat sous l’action de l’impact des gouttes de pluies. Ce type d’érosion implique l’absence d’un couvert forestier persistant qu’il est possible d’attribuer à la déforestation récente de ce secteur et dont témoigne la faible reprise de la couverture arborée mais surtout les feux répétitifs provoqués annuellement.

Figure 60. Planche du matériel lithique recueilli en surface sur le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

Figure 60. Planche du matériel lithique recueilli en surface sur le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

a) b) d) e) outil sur hémi-galet
c) façonnage unifacial sur galet
dessin H. Forestier

401Le ramassage systématique des artefacts affleurant à la surface de la localité HH3 a fourni une série d’artefacts lithiques de 95 pièces (fig. 64a, b, c, d, e, f ). Les matières premières rencontrées sont majoritairement des basaltes, des andésites fines, des quartzites, des schistes et des grès. La présence répétée de l’application de la chaîne opératoire décrite précédemment pour le locus HH1 en bord de rivière, relève ainsi d’une combinaison originale sur galet intégrant un schéma de façonnage et un de débitage préférentiellement sur des supports d’hémi-galets correspondant aux techno-types A et Al.

402Les éléments des techno-types A et Al dominent la série. Ils permettent de préciser les schémas opératoires mis en jeu et l’orientation technofonctionnelle de la transformation de ces supports en outils sur galets (fig. 16 et 61). Les pièces sur hémi-galets, standardisées et de morphologie allongée, traduisent une certaine homogénéité avec un caractère hoabinhien original comme l’application préférentielle de cette chaîne opératoire. La lecture du schéma diacritique des pièces lithiques a permis d’individualiser les parties actives tranchantes d’une part et les UTF transformatives d’autre part. L’UTF est ici très souvent unique, au niveau d’un tranchant transversal perpendiculaire à l’axe morphologique de l’hémi-galet (fig. 65).

Figure 61 (page droite) Planche explicative de l’approche technologique des deux types d’outils principaux caractérisant le Hoabinhien

Figure 61 (page droite) Planche explicative de l’approche technologique des deux types d’outils principaux caractérisant le Hoabinhien

Figure 62 (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli à la fouille dans le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

Figure 62 (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli à la fouille dans le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

dessin H. Forestier
a) b) h) o) p) q) outil à tranchant transversal
c) racloir
d) bec e) i) denticulé circulaire
f) n) bloc testé
g) denticulé sur hémi-galet j) m) hémi-galet façonné k) percuteur fracturé I) outil sur hémi-galet

403Un sondage a été implanté à la base d’un résidu de falaise calcaire au sommet de la colline afin de tenter d’apprécier l’importance et la puissance des niveaux archéologiques (photo 135). Le matériel recueilli en position stratigraphique sur un mètre de profondeur suit une séquence avec, au niveau supérieur une herminette en roche schisteuse de très mauvaise facture, de la céramique associée à du charbon de bois daté de 3700 ±30 BP (Poz 10063) et, dans un niveau inférieur, un uniface unique et deux galets (fig. 66). De l’analyse céramologique il n’est possible de tirer que quelques informations. En effet, l’absence de référentiel pour ce type de mobilier et plus encore de typo-chronologie régionale ne permet pas de reconnaître de spécificité à ce matériel somme toute très commun du Néolithique à nos jours. Le matériel présente un état de fragmentation important et le plus souvent une érosion rend les surfaces rugueuses au toucher. Les états de conservations sont inégaux et on peut reconnaître des tessons ou même un bord évasé à lèvre arrondie, un fragment de pot à panse ovoïde et une encolure à paroi interne lisse. Plusieurs traces de façonnage au battoir sont discernables sur ce matériel. Il apparaît ainsi un montage probable de la poterie grâce à des colombins d’argile et une finition au battoir à corde. Les pâtes contiennent un degraissant sableux tres grossier, abondant (quartz, feldspaths, muscovite, etc.) et hétéromètrique. Si certains indices suggèrent une cuisson réductrice, d’autres à l’inverse marquent une cuisson en milieu oxydant.

Figure 63. Analyse technologique de deux outils provenant de la fouille du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

Figure 63. Analyse technologique de deux outils provenant de la fouille du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)

Photo 135. Fouille du locus 3 de Huai Hin (Mae Sariang)

Figure 64a (page ci-contre) et 64b (page droite) Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 64a (page ci-contre) et 64b (page droite) Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 64c (page gauche). Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 64c (page gauche). Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

a) b) c) d) g) h) i) j) l) m) n) o) hemigalet
f) éclat retouché
k) outil sur éclat d’hémi-gale

Figure 64d Planche du matériel lithique recueilli dans la zone IV du site de Huai Hin (Mae Sariang)

Figure 64d Planche du matériel lithique recueilli dans la zone IV du site de Huai Hin (Mae Sariang)

dessin H. Forestier
a) b) c) d) e) f) g) h) i) j) uniface (A/A1)

Figure 64e. Planche du matériel lithique recueilli dans les zones nord, est et les zones II et III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 64e. Planche du matériel lithique recueilli dans les zones nord, est et les zones II et III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

dessin H. Forestier
a) éclat de galet
b) uniface
c) piéce à retouche bifaciale
d) e) f) g) h) hémi-galet retouché

Figure 64f. Planche du matériel lithique recueilli dans la zone III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 64f. Planche du matériel lithique recueilli dans la zone III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

a) b) c) e) f) h) i) j) k) pièce unifaciales
d) g) l) m) fragement d’unifaciale
n) hémi-galet (cassé)

Figure 65. Planche d’analyse technologique du matériel lithique recueilli dans le site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 65. Planche d’analyse technologique du matériel lithique recueilli dans le site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 66. Planche du matériel lithique recueilli dans le sondage du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 66. Planche du matériel lithique recueilli dans le sondage du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

a) herminette
b) outil à tranchant transversal sur galet

404De la mise en place des sites de Huai Hin, il ressort que la sédimentation est sous le contrôle de l’interaction de la pédogénèse et de la biotur-bation, tant dans le mode et l’efficacité des mécanismes sédimentaires que dans l’altération postérieure au dépôt. A ce titre, ce site est représentatif d’un milieu tropical de mousson ou, tout au moins, du pyroclimax qui caractérise l’anthropisation de ces milieux au cours des derniers millénaires (Maxwell, 2001). La lecture sédimentaire apporte peu d’indication sur la chronologie de l’occupation archéologique (fig. 67). En revanche, le sondage met en évidence la présence d’un unique niveau archéologique et, dans la mesure où le mode de sédimentation par apport peu important et continu aurait conduit à l’individualisation des différentes phases d’occupation, on peut en déduire que les vestiges recueillis en surface appartiennent à un ensemble archéologique unique. Avec 95 pièces patinées ramassées dans la localité HH3 et 43 pièces pour la localité HH1, ces séries sont, à ce jour, les plus complètes parmi celles recueillies dans cette région d’Asie. Elles constituent désormais une référence pour mener une analyse qualitative des outils façonnés sur galet avec un regard technologique qui permet d’apprécier la variabilité des méthodes de taille.

Figure 67. Coupe stratigraphique et datation du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Figure 67. Coupe stratigraphique et datation du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)

Photo 136. Outils hoabinhiens de Ban Mae Un Pi Tham Na (Mae Sariang)

405Il faut ajouter aux localités de Huai Hin (HH1, HH3 et secteur nord) deux pièces (photo 136) trouvées à 4 km au nord-est de Ban Mae Un Pi, sur un relief (575 m) dominant la rivière Huai Mae Un Pa (N 18° 25’ 46” E 97° 43’ 44”) situé dans un secteur de colline. Il semble que les sommets des collines aient été des zones d’occupation préférentielle pour les Hoabinhiens. Cette caractéristique peut être rapprochée d’une territorialité, ou à une gestion de l’espace et de l’environnement.

Encadré 15
Variabilité technologique du Hoabinhien
Suite à nos observations du matériel recueilli sur le terrain, le Hoabinhien apparait comme étant un faciès complexe relevant de trois chaînes opératoires distinctes.
La première chaîne opératoire de façonnage unifacial « classique » sur galets oblongs conduit à l’uniface-sumatralithe (selon une construction volumétrique piano-convexe).
L’uniface est un outil dont la caractéristique est d’être façonné sur une face par une retouche écailleuse partielle, périphérique généralement sur galet ou fragment de galet ou plus rarement sur gros éclats corticaux très épais. On a longtemps dit qu’il y avait un côté sommaire et non abouti dans les étapes de son façonnage, ce qui prouve que le concept de l’uniface hoabinhien devait être repensé dans toute sa diversité. En effet, comme pour le biface, l’uniface ouvre une recherche de caractères morphotechniques particuliers comme :
- une construction volumétrique spécifique à cette conception unifaciale d’un mode de taille sur galet allongé,
- la recherche des plans de symétrie,
- le caractère naturel et/ou prédéterminé du galet ramassé pour être façonné : possédant ou pas une base naturelle favorable à la recherche de bords tranchants.
Il convient de s’interroger sur la variété éventuelle de la qualité de la matière de galets utilisables pour un façonnage unifacial, et sur le rôle de la sélection d’une forme naturelle de galet (plus ou moins oblongue) adaptée à l’objectif à atteindre, l’outil. Mais aussi, sur l’exploitation, l’acquisition et la matière première au sein du territoire.
Le Hoabinhien résulte donc de plusieurs paramètres :
- une méthode de taille : le façonnage,
- une technique : la percussion directe à la pierre dure,
- la matière première : galets d’andésite, de basalte, de grès, etc. Les galets des séries archéologiques récoltés dans le lit des rivières, présentent à leur surface un néo-cortex fluviatile. On note la quasi-absence de roches siliceuses.
- Le choix crucial de la sélection de la morphologie du galet : le caractère prédéterminant et prédéterminé de cette sélection.
De forme oblongue à section rectangulaire ou trapézoïdale, les galets sélectionnés par les préhistoriques sont naturellement proches d’une structure plan-convexe, ce qui va aider à la confection de l’outil. Cette sélection de la forme de la matière première est déterminante car elle est sous-tendue par la recherche d’une asymétrie « virtuelle » propre à la construction volumétrique de l’uniface.
Il s’agit d’une image mentale du produit fini qui est repérée au préalable sur les surfaces naturelles du galet : une étape « pré-adaptatrice » de la transformation du volume du galet en galet-outil voulu et recherché par le tailleur. Ainsi, le façonnage d’un uniface trouverait un fort degré de prédétermination dès le ramassage du galet où serait lue cette « asymétrie virtuelle » qui induirait une hiérarchisation des surfaces (opposition entre une surface de plan de frappe restée naturelle-plane et une surface façonnée, le réservoir de matière/convexe). La convergence des deux surfaces forme un plan dit « plan de coupe » exposant un angle qui, lorsqu’il sera affûté et transformé en plan de bec (la phase de confection), trouvera toute sa dimension fonctionnelle. Cette partie active possédant un angle de coupant est alors appelée unité techno-fonctionnelle transformative (UTF CT) (fig. 10).
Dans le cas de l’uniface, cette étape de sélection semble donc très forte car elle se traduit dans la plupart des cas par un aspect très stéréotypé de la morphologie générale des pièces : une surface plane corticale opposée à une surface convexe. C’est à partir de la surface plane naturelle et prédéterminée que va s’organiser le façonnage. À la différence du biface (le travail étant réduit de moitié), on note que la configuration volumétrique globale des unifaces est des plus simples car inchangée quelque soit le stade des opérations. L’uniface relève donc d’une chaîne plutôt courte de façonnage à trois étapes majeures et à des caractéristiques techniques qui lui sont spécifiques.
La deuxième chaîne opératoire plutôt courte de façonnage sur galet ovoïde, épais aboutit à des outils de types choppers ou chopping-tools par la recherche d’une portion de tranchant (fig. 61). Ce schéma, bien connu ailleurs dans le monde et à des périodes souvent plus anciennes en Afrique, en Europe ou plus récentes au milieu de l’Holocène dans certains faciès de Papouasie Nouvelle-Guinée, met en œuvre l’unicité de l’UTF transformative sur une seule zone du volume du galet qui, en général, se situe à une de ces extrémités distales selon l’axe d’allongement. Ce processus rapide d’aménagement du galet en outil regroupe dans les collections hoabinhiennes toutes les formes de choppers, et parfois des chopping-tools.
Ces pièces plutôt rares dans les assemblages que nous avons recueillis, ne présentent aucune trace d’amincissement latéral comme on peut l’observer dans les chaînes 1 et 3. Elles se résument largement à un aménagement « basique » de galets épais en choppers. On note l’application d’un algorithme « basique » (SPF/SDD) selon l’axe morphologique du galet ce qui permet de rendre tranchant un bord convexe aminci par une série d’enlèvements unifa-ciaux ou bifaciaux peu nombreux. La partie choisie par le tailleur pour dégager une arête a la particularité bien souvent d’être par nature, peu épaisse avec un réservoir de matière (convexité) moindre, ce qui permet de trouver plus facilement une surface de plan de frappe. L’UTF ne couvre donc qu’une partie et ne modifie que très peu la morphologie initiale du galet telle qu’elle était lors de sa sélection dans le milieu naturel : c’est à cette étape précise, que l’opération de sélection-ramassage du galet se double déjà d’une estimation-initialisation (virtuelle) des zones potentielles pour isoler une UTF CT et dégager un fil tranchant. Ces galets : choppers ou chopping-tools, sont des galets à unité techno-fonc-tionelle transformative souvent unique et isolée dans la matrice corticale.
La troisième chaîne opératoire inconnue avant notre travail d’analyse sur le matériel que nous avons mis au jour, relève d’une combinaison originale à deux schémas opératoires imbriqués : un de débitage qui produit des hémi-galets (split de galet voir notre codification A/AU qui seront façonnés par la suite en outils. Il en résulte l’obtention de racloirs à retouche bifaciale ou de pièces à tranchant transversal. C’est ainsi une chaîne longue à deux schémas opératoires inattendue, nouvelle et originale dans ce type d’assemblages hoabinhien. Ces deux schémas opératoires de débitage et de façonnage utilisent la même technique (la percussion directe à la pierre dure) et s’enchaînent selon l’ordre technologique suivant :
Débitage de galet par facturation longitudinale :
- Choix de galets peu épais, et relativement plats.
- Débitage : méthode de taille unipolaire. Le coup est porté selon un axe de percussion rentrante -tangen-tielle qui épouse l’axe d’allongement (vertical) du galet. Après fracturation, le galet est fendu en deux parties sur tout son long soit deux hémi-galets.
Les deux hémi-galets sont distinguâmes :
- un est noté A ou positif (« le percuté ») : il présente les stigmates complètes de percussion, le talon résiduel, le point d’Impact, le bulbe et conchoîde, esquilles, etc. Cette face est opposée à un dos cortical,
- l’autre, noté A1 ou négatif : correspond à ce qu’on appelle un split de galet, une face d’éclatement opposée à un dos cortical.
Ces hémi-galets A et A1 sont parfois difficiles à identifier dans le cas où la retouche unifaciale est totale c’est-à-dire, recoupant la face d’éclatement sur toute sa périphérie. Il est alors impossible de repérer au niveau de l’emplacement de l’UTF-CP (proxi-male sur le dessin) les traces de talon, les stigmates de percussion propres à l’hémi-galet de techno-type A.
Toutefois, au regard de ces séries, nous avons remarqué que le façonnage d’une UTF-CP était préféren-tiellement appliqué au techno-type A1. Le techno-type A présente assez peu d’UTF-CP dégagée par une série d’enlèvements abrupts car, il possède une portion de talon naturel qui a sûrement fait office de contact préhensif. Ces hémi-galets relativement plats relevant des techno-types A/A1 sont ensuite confectionnés en outils à tranchant transversal pour la majeure partie d’entre eux ou parfois en racloirs et denticulés.
Façonnage : aménagement des hémigalets en outils. La stratégie de façonnage des supports corticaux A et A1 est identique à celle mise en œuvre dans le Sumatralithe/uniface : amincissement des bords et dégagement d’UTF-CT et CP à chaque extrémités. On y retrouve donc deux étapes :
- Étape de mise en forme du tranchant transversal : amincissement des bords de l’hémi-galet par façonnage au dépens de la face corticale,
- Étape de confection du tranchant transversal ou biseau (UTF CT) : une phase de pré-affûtage suivie d’une phase d’affûtage composée d’une série de retouches unifaciales (trois générations) depuis la face supérieure corticale. Les négatifs d’enlèvements laissés par cette étape viennent recouper aux extrémités latérales du tranchant, les enlèvements distaux de l’étape précédente d’aménagement des bords.
Lors de la phase de pré-affûtage, lorsque le tranchant transversal se trouve être aménagé par une retouche biface, cela induit que la surface corticale de plan de frappe choisie comme telle n’a pas eu les critères techniques requis : une surface qui n’est pas suffisamment plane. C’est alors qu’un ou plusieurs enlèvements « correctifs » plans/réfléchis sont effectués (notés en bleu sur les schémas diacritiques). Il s’agit ici, d’un stade ultime de la structuration du volume pour que l’angle d’affûtage soit optimal afin que l’UTF obtienne les caractères d’angulation nécessaires pour agir sur le matériau à transformer.
Cette troisième chaîne opératoire permet la compréhension des différents modes opératoires de taille des galets hoabinhiens. Faisant coexister à la fois des outils à tranchant transversal sur split de galet (A/AU, des unifaces (sumatralithes) et des outils de type galets aménagés (choppers), quelque soit la chaîne opératoire choisie, toutes ces pièces sont techniquement parfaitement maîtrisées. Le soin technique apporté à la préparation des bords de ces pièces unifaciales est tel qu’ils ont été qualifiées de bifaces (et même parfois de « bifaces partiels »).

Remontée de la Salaween

406Une exploration fluviale de la berge orientale de la Salaween s’est déroulée en bateau depuis Ban Mae Sam Laep jusqu’au point frontalier le plus septentrional entre la Thaïlande et le Myanmar. L’objectif était une pénétration des vallées perpendiculaires au cours majeur du fleuve pour apprécier l’environnement en termes d’habitat humain potentiel mais également pour vérifier les données géologiques rendues par les cartes disponibles. L’exploration fluviale a permis de déterminer si des cavités étaient visibles et accessibles sur la berge orientale de la Salaween.

Sop Ngae

407En jouxtant ainsi le Salaween Wildlife Sanctuary (fig. 68) par sa marge occidentale frontalière avec le Myanmar, c’est à proximité du camp de garde de Sop Ngae (photo 137), qu’une première prospection depuis la rive orientale de la Salaween (photo 138) a permis la récolte en surface de trois pièces (fig. 69) : un galet de petite dimension façonné en chopper, galet plat cortical aménagé en racloir sur le bord droit et une pièce bifaciale de grande dimension (18 x 14 x 8cm). Bien qu’isolées et de caractère somme toute ubiquiste, ces pièces lithiques peuvent appartenir à une industrie « archaïque » qui peut être ancienne.

Figure 68. Carte topographique de localisation des sites de Sop Ngae, Pho So et Huai Hin (Salaween Wildlife Sanctuary)

Figure 68. Carte topographique de localisation des sites de Sop Ngae, Pho So et Huai Hin (Salaween Wildlife Sanctuary)

Photo 137. Rivière Salaween, camp de Sop Ngae (Mae Sariang)

408Cinq cent mètres à l'intérieur des terres à la jonction de la rivière Nam Mae Kon et de la Salaween, une petite grotte (N 18° 29’ 18,5” E 97° 37’ 23,1”) (photo 139) a été repérée après une heure d'escalade dans la végétation. L'entrée de la cavité fait 25 m de large pour un développement de près de 40 m (fig. 70). Les dépôts sédimentaires de la partie antérieure de la grotte ont été en partie remaniés et plusieurs vestiges et restes apparaissent ainsi à l’air libre : des ossements humains, de la vaisselle subactuelle ainsi que des os animaux et des objets lithiques en basalte noir. Ces derniers sont des outils à tranchant transversal réalisés sur des hémi-galets de techno-type Al correspondant à la chaîne opératoire à deux schémas de taille (débitage + façonnage) précédemment mise en évidence (fig. 71).

Photo 138. Prospection sur la berge orientale de la Salaween (Mae Sariang)

Figure 69 Planche du matériel lithique recueilli sur la berge orientale de la rivière Salaween

Figure 69 Planche du matériel lithique recueilli sur la berge orientale de la rivière Salaween

dessin H. Forestier

409C’est ici un site important dont la fouille ultérieure pourra livrer tout son potentiel en terme de stratigraphie continue de l’occupation anthropique.

410L’exploration a permis d’évaluer le potentiel du massif calcaire permien et a fait apparaître que sur ce versant, la base des collines et des montagnessituées au delà des berges de la Salaween est couverte par une végétation qui s’est clairsemée au cours des années à cause des incendies provoqués saisonnièrement. Seuls un abri-sous-roche et une diaclase accessible sur une soixantaine de mètres ont été repérés (photo 140) sur la berge orientale. Aucun matériel d’intérêt archéologique n’a pu y être mis au jour dans des dépôts constitués presque uniquement de guano.

Photo 139 Grotte de Sop Ngae (Mae Sariang)

Figure 70 Grotte de Tham Sop Ngae Mae Sariang)

Figure 70 Grotte de Tham Sop Ngae Mae Sariang)

Modifié d’après relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

Photo 140 Diaclase en rive orientale de la Salaween (Mae Sariang)

Figure 71. Planche de matériel recueilli dans la grotte de Sop Ngae (Mae Sariang)

Figure 71. Planche de matériel recueilli dans la grotte de Sop Ngae (Mae Sariang)

Pha Daeng

411Prolongeant nos investigations vers le nord, c’est à environ 500 m d’une confluence de la Salaween (fig. 72) et au sommet d’une plateforme élevée d’une soixantaine de mètres au dessus des berges (photo 141) qu’une prospection pédestre a permis la mise au jour d’un assemblage lithique. Les objets ont été recueillis en surface, à proximité de la rivière Huai Pha Daeng (N 18° 29’ 17,6 ” E 97° 23’ 36”), sur un site de plein air qui était anciennement occupé par des réfugiés karens (photo 142). Cette localité est là encore sur un replat dont le bord est un ravin.

412Cette localité avait en fait occasionné un ramassage de surface lors de travaux systématiques de géologie réalisés il y a plusieurs années (Koch & Siebenhüner, 1969). Il est à noter qu’à partir des 62 objets collectés sur le site, ces auteurs montrent une lecture dynamique à la fois originale et innovante des objets qui n’est pas loin d’atteindre le niveau descriptif des travaux technologiques actuels.

413La série recueillie en surface par nos soins réunit quant à elle 75 pièces lithiques qui permettent d’apprécier la variabilité des chaînes opératoires de ce techno-complexe (fig. 73). On y retrouve les trois chaînes opératoires précédemment évoquées : deux basiques de façonnage (uniface et galets aménages/chopper) et une chaîne mixte intégrant consécutivement un schéma de débitage et de façonnage (supports-outils A/AI). La série est, pour l’essentiel, composée d’outils sur galet fracturé en hémi-galets A et Al de modules assez standardisés (10 x 4 x 20 cm).

414Aucune production d’éclats de petite dimension ne se trouve associée à d’éventuels nucléus dans le périmètre prospecté. La méthode de taille utilisée repose globalement sur une activité technique de façonnage de galets en vue de les transformer en outils (fig. 74). On observe également deux galets épais façonnés en chopper (façonnage de galets ovoïdes épais) témoignant de la recherche d’une surface plane naturelle pour affûter un bord et le rendre actif. D’autre part deux unifaces dont un présente des dimensions tout à fait surprenantes (15x4x3 cm) relèvent du schéma strict de façonnage unifacial sur galets oblongs.

Figure 72 (page gauche ) Carte topographique de localisation du site de Pha Daeng (Mai La Noir)

Figure 72 (page gauche ) Carte topographique de localisation du site de Pha Daeng (Mai La Noir)

Figure 73. Planche de matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)

Figure 73. Planche de matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)

dessin H. Forestier
a) c) d) e) f) n) uniface “clasique”
b) i) j) k) m) o) outil sur galet à tranchant traversal
g) coche sur hémi-galet
h) hémi-galetà tranchant latérale (racloir)
l) p) chopper
q) uniface
r) s) denticulé

Figure 74. Planche d’analyse technologique du matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)

Figure 74. Planche d’analyse technologique du matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)

Photo 141. Berge de la rivière Salaween, site de Pha Daeng (Mae Sariang)

Photo 142. Prospection pédestre, site de Pha Daeng (Mae Sariang)

415La similitude de certains objets avec les waisted tool - notée fort à propos par Koch et Siebenhüner dès 1969 - complète ainsi notre perception de la variabilité, mais aussi celle de l’homogénéité technique qui caractérise le matériel hoabinhien inédit mis au jour au cours de nos prospections.

Un chapelet montagneux dans la plaine : la région de Phayao

416Ce dernier volet concerne une zone excentrée vers l’est par rapport aux terrains d’exploration du nord de la Thaïlande cités précédemment. Plus proche morphologiquement du nord (zone de Mae Sai) que de l’ouest, la zone de Phayao a été choisie à partir des cartes géologiques parce qu’elle associe une vaste plaine sédimentaire récente à quelques alignements calcaires en chapelet (fig. 75). Ces derniers ont été considérés comme des bélvédères potentiels et la fractura-tion des massifs calcaires par des failles devait théoriquement favoriser la karstification de ces formations et permettre la constitution de grottes habitables.

Figure 75. Carte géologique de la région de Phayao

Figure 75. Carte géologique de la région de Phayao

Figure 76. Carte topographique de localisation de la grotte de Tham Dok (Phayao)

Figure 76. Carte topographique de localisation de la grotte de Tham Dok (Phayao)

Sources : Ban Tham 5047 III

417Nous avons été alerté par la toponymie de la grotte de Tham Dok (N 19° 08’ 07,4” E 100° 05’ 16,3”) qui signifie « la grotte des os » (fig. 76). Connue pour contenir des ossements par la population locale, cette cavité est située en paroi d’une des buttes témoin de calcaire jurassique qui, ennoyées dans un ensemble néogène. En appui sur une formation triasique tectonisée, ces buttes forment un chaînon dans un paysage plutôt plat. L’accès à la cavité se fait par une plaine cultivée. De nombreux indices d’occupation archéologique récents (cauris, tessons) y sont visibles au sol après labours.

418L’étude céramologique préliminaire réalisée sur ce matériel indique que les tessons récoltés appartiennent à un type de céramique tournée à pâte homogène, cuite au four. Sa confection peu typée suggère qu’il peut appartenir à une période antérieure au xive siècle sans précisions possibles faute de référence archéologique bien établie pour la céramologie régionale.

Photo 143. Porche de Tham Dok (Phayao)

419Une première cavité a été identifiée en pied de falaise (photo 143). Une remontée le long de la paroi nous a permis d’atteindre l’entrée de Tham Dok, à 20 m en surplomb. L’entrée fait 15 m de large pour 6 m de hauteur (photo 144) et la cavité a un développement de 26 m (fig. 77). Son remplissage a été vidé en partie et on constate que ne subsistent que quelques témoins de brèche, preuves d’un remplissage sédimentaire contenant de nombreux restes osseux.

420La brèche a été concassée, de nombreux objets jonchent le sol. Un reliquat de brèche ossifère est en place et tient lieu d’autel religieux (photo 145). Les éléments recueillis montrent un assemblage de fragments de diaphyses fracturées et parfois calcinées, de nombreux os du pied (talus) et quelques fragments d’os crâniens. Il s’agit principalement d’artiodactyles.

Figure 77. Relevés (coupe et plan) de la grotte de Tham Dok (Phayao)

Figure 77. Relevés (coupe et plan) de la grotte de Tham Dok (Phayao)

Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun

421Une arrière-salle montre un matériel abondant mais remanié, avec principalement des restes osseux indurés. Les os longs sont associés à de nombreux os courts recouverts de calcite. Des objets lithiques sont également présents : un éclat dont les stigmates de taille montrent la rencontre d’ondes de direction opposée (bipolaires) sur sa face d’éclatement. Cet objet pourrait avoir été réalisé par débitage sur enclume. Un galet épais très altéré aménagé en chopper est également présent (fig. 78). La datation 14C du matériel ostéologique issu de la brèche a nécessité l’application d’un protocole spécifique de la fraction minérale. Plusieurs prises d’échantillons (os et gangue calcitique) ont permis de déterminer une date de 6 800 ±100 BP (Pa2313’) pour un fragment de diaphyse calcinée d’artiodactyle.

Photo 144. Entrée de Tham Dok(Phayao)

Photo 145. Brèche ossifère relictuelle servant d’autel, Tham Dok (Phayao)

422Une ascension d’une trentaine de mètres au dessus de cette cavité donne accès au sommet de la butte et offre une vision panoramique sur la plaine. De ce belvédère, un gouffre dont se dégage une forte odeur ammoniacale signe l’occupation par des chauves-souris. Une descente dans la cheminée de plus de 20 m n’a pas permis de trouver de connexion avec les grottes fossiles (photo 146). Ce petit relief est intéressant comme station de contrôle du paysage en contrebas. Le chapelet de buttes témoin qui s’étend le long d’un axe nord/sud devrait être l’objet d’une exploration plus poussée afin d’en évaluer le potentiel paléoanthropologique et faunique, de dégager des caractéristiques archéologiques. La récolte d’objets lithiques débités et le mode de découpe et de fracturation des ossements animaux suggèrent clairement une activité humaine domestique.

423Ces indices ainsi que la configuration géographique et sédimentaire de la grotte, ainsi que son environnement archéologique (céramique) augurent de la possibilité d’établir une base chronologique régionale à partir de ce site.

Figure 78. Planche de matériel lithique recueilli dans le site de Tham Dok (Phayao)

Figure 78. Planche de matériel lithique recueilli dans le site de Tham Dok (Phayao)

dessin H. Forestier
a) éclat calcaire dessilicifié
b) galet calcaire aménagé en chopper

Photo 146. Goufre de Tham Dok (Phayao)

Table des illustrations

Titre Figure 19 (page gauche). Carte des affleurements calcaires de Thaïlande
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Photo 19. Doi Chiang Dao : karst à tourelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Photo 20. Massif satellite du Doi Chiang Dao, site de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 21. Conglomérat, site de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Photo 22. Brèche fossilifère, massif karstique de la Nam Lang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Photo 23. Détail, brèche fossilifère, Nam Lang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 24. Bouddha couché, région de Nan
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 25. « Empreinte » du Bouddha, grotte de Pha Daeng, Salaween Wildlife Sanctuary
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Photo 26. Cellule du monastère de Tham Wua (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 27. Autel bouddhique (Nan)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Photo 28. Salle conciliaire troglodytique (Nan)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 20. Relevé de la grotte de Tham Takatan, région de Chiang Mai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 21. Carte géologique de l’ouest de Chiang Mai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Photo 29. Fresque bouddhique, grotte de Takatan (Chiang Mai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 22. Planche de matériel lithique recueilli dans la grotte de Takatan (Chiang Mai)
Légende a) sumatralithe (uniface)b) c) éclat de galetd) fragment de sumatralithedessin H. Forestier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 30. Fûts de cercueils monoxyles, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Photo 31. Extrémités de cercueils monoxyles, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Photo 32. Extrémités de cercueil monoxyle, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Photo 33. Cercueil enchassé sur un portique, grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Photo 34. Auges de battage du riz réalisées à partir de fût de cercueil (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Photo 35. Sciage récent d’un fût de cercueil, grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 23. Carte topographique de la région de Mae Sai
Légende Source : Amphoe Mai Sai 4949 I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 24. Carte géologique de la région de Mae Sai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Photo 36. Aménagement de la grotte de Jom (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 37. Grotte de Jom (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Photo 38. Massif en tourelle, village de Pha Mi (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Photo 39. Statuaire bouddhique, grotte de Na (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Photo 40. Amas coquillier, abri-sous-roche de Liang Pha (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 25. Relevé de la grotte de Tham Ku Kaew (Maesai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photo 41. Temple de Tham Pia (Mae Sai)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 42. Vue panoramique du karst de la Nam Lang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 26 (page droite) Carte géologique de la vallée de la Nam Lang (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Sources : Ban Mae Lana 4648 III, Amphoe Pai 4647 I, Doi Phak Kut 4648 IIFigure 27. Carte topographique de la région de Soppong (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 28. Relevé de la grotte de Tham Lot (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Photo 43. Peinture anthropomorphe, Ban Rai (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 29. Relevé de la grotte de Tham Mae Lung Jin (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photo 44. Creusement phréatique en trou de serrure, grotte de Mae Lung Jin (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Photo 45. Amoncellement de cercueils monoxyles, grotte de Mae Lung jin (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Photo 46. Plancher éventré, grotte de Mae Lungjin (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Photo 47. Brèche rouge à gastropodes, grotte de Mae Lung jin (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Photo 48. Doline de Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 30. (page gauche) Relevé de la grotte de Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 49. Affleurement de matériel lithique, grotte de Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 31 Planche de matériel lithique recueilli à Tham Nam Bor Suksit (Mae Hong Son)
Légende a) nucléus outil de type horse hoofb) c) racloire latérald) bloc outil sur galete) f) galet outilg) nucléush) racloire latéral sur hémi-galeti) outil sur éclatj) éclat retouchék) denticulét sur galetdessin H. Forestier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 32 (page droite) Description des chaînes opératoires permettant de définir le techno-complexe hoabinhien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photo 50. Cavité perchée, Tham Phi Man (Ban Mae Lana)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photo 51. Massif en tourelle, Tham Wua (Ban Mae Lana)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photo 52. Brèche fossilifère, temple de Tham Wua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 33 (page gauche). Carte géologique de la région des Doi Pha Daeng (Fang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 34. Relevé de la grotte de Wai Nam Lin, région des Doi Pha Daeng (Fang)
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 53. Vue des Doi Pha Daeng (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Photo 54. Base du Doi Pha Sam Soa (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Photo 55. Doline de Wai Nam Lin (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Photo 56. Grotte de Wai Nam Lin (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 57. Cimentation d’un pilier stalagmitique effondré, grotte de Wai Nam Lin (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 35. Carte géologique de la région de Chiang Dao (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Photo 58. Vue du Doi Chiang Dao
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Photo 59. Aménagement de la cavité principale du réseau karstique du Doi Chiang Dao
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 36. Situation topographique des sites de Ban Fa Suai (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 37. Relevé du réseau supérieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
Légende relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 38. Relevé du réseau inférieur de la grotte du Moine : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Photo 60. Grotte du Moine, Ban Fa Suai (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Photo 61. Ossements de porc-épic après dégagement
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 62. Accès au réseau sud de la grotte du Moine, Ban Fa Suai (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 63. Cortex d’altération de la paroi calcaire, grotte du Moine, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Photo 64. Conglomérat, grotte du Moine, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 65. Structure en auge, grotte du Moine, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 39. Relevé de la salle laminoir : site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Photo 66. Fouille de la salle laminoir de la grotte du Moine, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 67. Décantation et tri des sédiments dans la rivière Huai Mae Pla Ao
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tableau 3. Nombre de restes dentaires identifiés de la grotte du Moine (secteur A)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Photo 68. Coupe stratigraphie du secteur A, grotte du Moine, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 4. Nombre de restes dentaires identifiés de la grotte du Moine (secteur B)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Photo 69. Macaque, temple de Tham Pía, Mae Sai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 70. Gibbon, zoo de Chiang Mai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Photo 71. Molaire de gibbon, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Photo 72. Incisive d’orang-outan, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 73. Prémolaire de cuon, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Photo 74. Prémolaire de tigre, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Photo 75. Prémolaire de Hyénidé, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Photo 76. Molaire de panda, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Photo 77. Prémolaire d’ours à collier, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Photo 78. Lamelle de molaire d’éléphant, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Photo 79. Fragment de molaire de tapir, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Photo 80. Couronne de prémolaire de rhinocéros unicorne, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Photo 81. Molaire de rhinocéros de Chine, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photo 82. Molaire de sanglier commun, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Photo 83. Molaire de sanglier à barbe, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Photo 84. Molaire de saola, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Photo 85. Molaire de banteng, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Photo 86. Prémolaire de kouprey, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photo 87. Molaire de buffle, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 88. Molaire de sika ?, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 89. Fragment de diaphyse rongé, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Photo 90. Fragment de diaphyse rongé de forme polyédrique, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Photo 91. Rongement de la racine dentaire d’un primate, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Photo 92. Rongement de la pulpe dentaire d’une dent de lait de rhinocéros, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 93. Substrat calcaire montrant un cortex d’altération, salle laminoir, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 40. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Photo 94. Fissuration de la périphérie d’un fragment osseux avec développement de plages brunifiées, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 41. Profil granulométrique des sédiments fossilifères du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
Légende La texture des sédiments est bimodale ; le mode dominant est celui des argiles, le mode secondaire celui des sables.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Photo 95. Coupe naturelle d’un bord de bauge de porc-épic avec agrégats arrondis, site de Ban Fa Suai I
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 5. Liste faunique des sites pléistocènes de Thaïlande
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Tableau 6. Tableau de présence des taxons remarquables par unité stratigraphique (Ban Fa Suai I)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Photo 96. Comptage de la radiation naturelle dans les sédiments, grotte de Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 42. Répartition des assemblages fauniques caractéristiques et datation ESR dans le secteur A du site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Tableau 7. Concentrations en radio-isotopes pour l’émail, la dentine et le sédiment prélevé. Concentrations en uranium inférieures à la limite de détection (LD) de 0,1 ppm
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 8. Épaisseur de l’émail dentaire, quantité enlevée de l’extérieur (du côté du sédiment) et interne (du côté de la dentine), dose (EU) de l’émail
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Tableau 9. Ages ESR pour le modèle (EU) et le modèle linéaire (LU)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Photo 97Orang-outan, zoo de Chiang Mai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 98. Collecte d’objets lithiques par Dubel Driwantoro, Ban Fa Suai
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 43. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai I (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 44. Abri-sous-roche et grotte supérieure du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Photo 99. Secteur externe de la fouille du site de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 100. Relevé de matériel dentaire pour la datation ESR, site de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 45. Relevé stratigraphique du secteur A du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)
Légende Profil avec projection des objets recueillis à la fouille
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Photo 101. Fouille extérieure de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 46a. (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)
Légende a) b) c) galet à façonnage unifaciald) éclate) denticulé sur bord latéral(retouche alterne)f) denticulég) j) éclat retouchésh) coche sur éclat corticali) galet ovoïde façonné en chopper
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 46b. Planche du matériel lithique recueilli dans le site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)
Légende a) outil sur hémi-galet casséb) denticuléc) outil sur galet et son schéma diacritiqued) éclat simple cortical à son talon lissee) bloc-outil façonnéf) g) hémi-galet à tranchant traversaldessin H Forestier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Photo 102. Sondage intérieur, site de Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 47. Profil stratigraphique du secteur de fouille B (diverticule) du site de Ban Fa Suai II (Chiang Dao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Photo 103 ; Fragment de molaire de Rhinocéros, Ban Fa Suai II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Tableau 9. Ages ESR pour le modèle (EU) et le modèle linéaire (LU)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 48. Carte topographique de l’ouest du Chiang Dao Wildlife Sanctuary
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Photo 104. Puits d’accès, site de Tham Hup Pha (Chiang Dao Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 49. Carte géologique du Salaween Wildlife Sanctuary (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Photo 105. Puits, grotte de Ban Phae (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 106. Dégagement d’ossements, puits de Ban Phae (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Photo 107. Vue panoramique du karst de la vallée de la Nam Mae Yuan (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Photo 108. Embarcadère de Mae Sam Laep (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 109. Entrée de la grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Photo 110. Bloc à cupules, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 50. Relevé de la grotte de Huai Pu (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Photo 111. Amoncellement de cercueils, grotte Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Photo 112. Salle principale, grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 113. Fond de la salle de la grotte de Huai Pu (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Photo 114. Grotte de Ko Koa (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. ZeitounPhoto 115. Couvert forestier (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 51. Relevé de la grotte de Ko Koa (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Photo 116. Abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Photo 117. Peinture anthropomorphe et éléphant, abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 118. Peinture figurant un cervidé et un oiseau, abri-sous-roche de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Photo 119. Falaise de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 52. Relevé de la grotte de Cha Row Tae De (Mae Sariang)
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Photo 120. Découverte d’une brèche fossilifère, grotte de Cha Row Tae De (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 53. Relevé en coupe de la grotte de Pha Daeng (Mae Sariang)
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Photo 121. Entrée supérieure de Tham Pha Daeng (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 54. Relevé de la grotte de Mae Un Pi (Mae Sariang)
Légende Relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 122. Entrée du village de Pho So (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 55 Planche du matériel lithique recueilli à proximité du village de Pho So (Mae Sariang)
Légende Dessin H. Forestiera) d) chooping toolb) c) chooper latéraux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 123. Objet lithique en matériel schisteux, proximité du village de Pho So (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Photo 124. Grotte de l’Ours. (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Photo 125. Accès à la grotte du Tigre, (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Photo 126. Entrée de la grotte de Pho So (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 56. Relevé de la grotte de Pho So (Mae Sariang)
Légende Relevé, report A. Seveau, C. Winayalal dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 127. Corrosion de la paroi de la grotte de Pho So : etchpits (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Photo 128. Placage résiduel de brèche fossilifère au plafond de la grotte de Pho So (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 57. Coupe stratigraphique du sondage réalisé dans la grotte de Pho So (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-158.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 129. Grotte de Pho So (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-159.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 58. Carte topographique de localisation des sites de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-160.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Photo 130. Abords du site de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-161.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Photo 131. Fouille du locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-162.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Photo 132. Sondage réalisé sur le locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-163.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Photo 133. Coupe stratigraphique, locus 1 du site de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-164.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 59. Coupe stratigraphique du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang) avec projection des artefacts lithiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-165.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-166.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 60. Planche du matériel lithique recueilli en surface sur le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)
Légende a) b) d) e) outil sur hémi-galetc) façonnage unifacial sur galetdessin H. Forestier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-167.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 61 (page droite) Planche explicative de l’approche technologique des deux types d’outils principaux caractérisant le Hoabinhien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-168.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 62 (page gauche) Planche du matériel lithique recueilli à la fouille dans le site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)
Légende dessin H. Forestiera) b) h) o) p) q) outil à tranchant transversalc) racloird) bec e) i) denticulé circulairef) n) bloc testég) denticulé sur hémi-galet j) m) hémi-galet façonné k) percuteur fracturé I) outil sur hémi-galet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-169.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 63. Analyse technologique de deux outils provenant de la fouille du site de Huai Hin 1 (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-170.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Photo 135. Fouille du locus 3 de Huai Hin (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-171.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 64a (page ci-contre) et 64b (page droite) Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-172.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 64c (page gauche). Planche du matériel lithique recueilli dans le secteur ouest du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
Légende a) b) c) d) g) h) i) j) l) m) n) o) hemigaletf) éclat retouchék) outil sur éclat d’hémi-gale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-173.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 64d Planche du matériel lithique recueilli dans la zone IV du site de Huai Hin (Mae Sariang)
Légende dessin H. Forestiera) b) c) d) e) f) g) h) i) j) uniface (A/A1)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-174.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 64e. Planche du matériel lithique recueilli dans les zones nord, est et les zones II et III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
Légende dessin H. Forestiera) éclat de galetb) unifacec) piéce à retouche bifacialed) e) f) g) h) hémi-galet retouché
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-175.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 64f. Planche du matériel lithique recueilli dans la zone III du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
Légende a) b) c) e) f) h) i) j) k) pièce unifacialesd) g) l) m) fragement d’unifacialen) hémi-galet (cassé)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-176.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 65. Planche d’analyse technologique du matériel lithique recueilli dans le site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-177.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 66. Planche du matériel lithique recueilli dans le sondage du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
Légende a) herminetteb) outil à tranchant transversal sur galet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-178.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 67. Coupe stratigraphique et datation du site de Huai Hin 3 (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-179.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Photo 136. Outils hoabinhiens de Ban Mae Un Pi Tham Na (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-180.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 68. Carte topographique de localisation des sites de Sop Ngae, Pho So et Huai Hin (Salaween Wildlife Sanctuary)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-181.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Photo 137. Rivière Salaween, camp de Sop Ngae (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-182.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 138. Prospection sur la berge orientale de la Salaween (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-183.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 69 Planche du matériel lithique recueilli sur la berge orientale de la rivière Salaween
Légende dessin H. Forestier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-184.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Photo 139 Grotte de Sop Ngae (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-185.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 70 Grotte de Tham Sop Ngae Mae Sariang)
Légende Modifié d’après relevé, report A. Seveau dessin V. Zeitoun
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-186.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Photo 140 Diaclase en rive orientale de la Salaween (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-187.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 71. Planche de matériel recueilli dans la grotte de Sop Ngae (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-188.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 72 (page gauche ) Carte topographique de localisation du site de Pha Daeng (Mai La Noir)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-189.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Figure 73. Planche de matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)
Légende dessin H. Forestiera) c) d) e) f) n) uniface “clasique”b) i) j) k) m) o) outil sur galet à tranchant traversalg) coche sur hémi-galeth) hémi-galetà tranchant latérale (racloir)l) p) chopperq) unifacer) s) denticulé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-190.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 74. Planche d’analyse technologique du matériel recueilli sur le site de Pha Daeng (Mai La Noi)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-191.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Photo 141. Berge de la rivière Salaween, site de Pha Daeng (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-192.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Photo 142. Prospection pédestre, site de Pha Daeng (Mae Sariang)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-193.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 75. Carte géologique de la région de Phayao
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-194.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 76. Carte topographique de localisation de la grotte de Tham Dok (Phayao)
Légende Sources : Ban Tham 5047 III
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-195.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Photo 143. Porche de Tham Dok (Phayao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-196.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 77. Relevés (coupe et plan) de la grotte de Tham Dok (Phayao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-197.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 144. Entrée de Tham Dok(Phayao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-198.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Photo 145. Brèche ossifère relictuelle servant d’autel, Tham Dok (Phayao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-199.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 78. Planche de matériel lithique recueilli dans le site de Tham Dok (Phayao)
Légende dessin H. Forestiera) éclat calcaire dessilicifiéb) galet calcaire aménagé en chopper
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-200.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 146. Goufre de Tham Dok (Phayao)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1837/img-201.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search