Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Préhistoires au sud du Triangle d’or

 | 
Valéry Zeitoun
, 
Hubert Forestier
, 
Supaporn Nakbunlung

Chapitre 2. Technologie de la pierre taillée en Asie du Sud-Est

Texte intégral

Une préhistoire babillante

1La préhistoire de la Thaïlande, comme celle du Sud-Est asiatique dans son ensemble, est mal connue pour les époques les plus reculées. En effet, les recherches archéologiques, de terrain comme de laboratoire, sont relativement récentes dans la région. A la différence de l’Europe ou même dans une moindre mesure de l’Afrique, la recherche archéologique en Asie du Sud-Est ne s’est que peu intéressée à la pierre taillée qu’elle soit ancienne ou récente. Elle s’est davantage focalisée sur la période classique, celle des grands royaumes ou des états indianisés.

2Aujourd’hui, du fait de l’absence de repère typologique et du manque de donnée issue de fouille archéologique récente, il est difficile d’établir avec certitude une chronologie culturelle (stratigraphies claires, radio-chronologie) de la préhistoire sud-est asiatique. Dans cette aire géographique, cette difficulté se trouve accrue par la très faible variabilité des formes des outils lithiques dans le temps long. Du point de vue des industries, il n’est guère aisé de discerner les grands marqueurs culturels qui permettraient de distinguer de grandes périodes du Quaternaire ancien ou récent. À la différence, essentiellement de l’Europe de l’Ouest et du Proche-Orient, l’archéologie préhistorique du Sud-Est asiatique ne présente que peu de sites bien définis, ne serait-ce que par leur richesse en faune et en outils ou par les indices de transitions culturelles, qu’elles soient continues ou discontinues, contemporaines ou en alternance. Tous ces critères, amplement critiqués, discutés et remis en question en Europe ont permis d’y élaborer, depuis la fin du xixe siècle, un discours archéologique solide. Si l’on peut regretter, en Asie du Sud-Est, de ne pas disposer de ces orientations digressives et critiques comme base de travail, reste le sentiment de participer au progrès d’une recherche préhistorique qui demeure débutante et en mouvement : une entreprise exaltante où presque tout reste à faire.

3Dans la préhistoire de la vieille Europe, du continent africain ou du Proche-Orient, les faciès industriels se différencient nettement entre le Paléolithique inférieur, moyen et supérieur. Il n’en va pas de même dans les régions d’Asie du Sud-Est continentales (Thaïlande, Viêt-Nam, Cambodge, Laos) ou insulaires (Philippines, Indonésie), où des industries relevant chronologiquement du « Paléolithique supérieur » ont conservé un héritage du Paléolithique ancien-moyen, aux faciès très lourds et très massifs. La préhistoire locale ne connaît pas non plus le phénomène « laminaire », bien connu en Europe et reconnu en Afrique et en Asie centrale et septentrionale, ni ses productions. Il y a peu encore, celles-ci se restreignaient à la description de simples galets taillés.

4Compte tenu de cette trop grande simplicité, il n’est pratiquement pas possible de pouvoir distinguer entre formes anciennes et formes récentes. Ceci d’autant plus que toute typologie se heurte très vite au problème d’absence de nuance dans les faciès technologiques. Toutes ces difficultés auxquelles se trouve confronté le préhistorien sur place laissent cependant deviner une préhistoire singulière. Celle-ci implique d’autres choix techniques, d’autres inventions, d’autres tentatives d’action sur la matière, qui se trouvent étroitement liés à la nécessité de s’adapter à un environnement difficile, celui de la forêt tropicale humide. Ici, la matière première, de mauvaise qualité, se limite souvent à quelques galets d’andésite, de basalte ou de grès, tandis que les roches siliceuses plus aptes à la taille sont rares voire absentes. Dans ce cadre, l’adaptation de l’homme peut se décrire comme une dialectique entre le contexte géo-écologique d’un milieu extrême (celui de la forêt tropicale humide) et une série de choix culturels, qui ont certainement été cruciaux pour la survie. Cette situation, qui prévaut en Asie du Sud-Est continentale, est aussi celle de l’Asie du Sud-Est insulaire, et notamment dans le grand archipel indonésien où interviennent en outre des facteurs propres à l’insularité.

5Quant à la Chine, qui constitue à elle seule un monde, c’est un réservoir de sites, dont la position est stratégique dans les routes de migrations. Si la Chine, notamment méridionale, est exclue de la vaste entité géographique qu’est l’Asie du Sud-Est continentale, elle en est cependant une des marches principales avec plusieurs milliers de kilomètres frontaliers. Cette vaste zone qui verse vers le sud nous intéresse, car une certaine unité environnementale et technologique la rapproche du nord du Viêt-Nam, du Laos ou de la Thaïlande. Pour les périodes postérieures au Pléistocène, la Chine du Sud montagneuse représente un berceau anthropologique, génétique, culturel et linguistique.

6Longtemps exsangue, par de récents efforts de recherche de terrain, l’archéologie préhistorique du Sud-Est asiatique effectue tout particulièrement en Thaïlande et au Viêt-Nam des progrès considérables. Ce sont l’ébauche d’un cadre chronologique et la mise au point de méthodes de fouilles spécifiques qui, au fil des ans, se sont faites plus rigoureuses, qui ont ainsi permis un progrès dans les connaissances. Même s’il demeure encore imparfait, un cadre chrono-culturel des temps préhistoriques a pu être élaboré grâce au suivi des assemblages industriels dits « hoabinhiens ». Entre la fin du Pléistocène supérieur (il y a environ 30 000 ans pour les niveaux les plus anciens connus à ce jour) et le début de l’Holocène, ces assemblages occupent la place importante de « fossile directeur » dans les industries lithiques. Le continuum avec des industries plus anciennes n’est pas toujours très clair et, bien souvent, les interprétations et les généralisations ont été abusives. D’innombrables données doivent encore être exploitées.

Premiers outils, première culture matérielle pérenne

7L’âge des très vieux outils recueillis en Thaïlande est encore largement controversé car ils sont peu nombreux, et ont été trouvés dans des conditions stratigraphiques discutables. Les toutes premières découvertes remontent aux années 1940. Ce furent les ramassages de surface qu’effectua van Heekeren dans la vallée de la rivière Fing Noi (rivière Kwai) (Heekeren, 1947) pendant sa captivité lors du deuxième conflit mondial. Cette zone géographique située au nord-ouest du pays est réputée très riche en sites préhistoriques de surface, notamment dans les alluvions des cours d’eau comme celui de Lam Phachi. C’est également une région riche en sites en grottes et en abris comme par exemple celui de Ong Bah. Ces sites n’ont cependant livré que du matériel apparemment plus récent. Ce matériel paléolithique ramassé en surface est composé essentiellement de galets taillés sur calcaire ou sur tuf. Ce sont des choppers et des chopping-tools correspondant à ce qu’on appelait le faciès Fingnoien. Ce terme fut longtemps utilisé par les préhistoriens de l’époque, et trouvait son pendant au Myanmar sous le nom d’Anyathien « birman ». Ce terme n’a plus lieu d’être aujourd’hui.

Figure 4. Localités ayant livré de l’industrie lithique ancienne dans la région de Lampang (d’après Pope et al., 1986)

Figure 4. Localités ayant livré de l’industrie lithique ancienne dans la région de Lampang (d’après Pope et al., 1986)

8Cette culture a été réactualisée lors des recherches entreprises dans l’aire sino-birmane d’Arakan Yoma, réputée riche en pierres taillées de surface et très prometteuse en fossiles humains (Shutler, 1995). Dans les années 1960-1970, le terme de Lannatien vit le jour pour définir cette industrie dont l’âge remonterait au Pléistocène ancien-moyen (Sorensen, 1967). Signalées dans le Lan Na, le nord de la Thaïlande, ces industries dites « archaïques », regroupent de nombreux galets et des outils de types racloirs sur bois silicifié et basalte. Estimées entre 900 000 et 600 000 ans, elles ont été attribuées à Homo erectus. Aujourd’hui encore, cette estimation chronologique reste critiquée par la communauté scientifique (Sorensen, 2001). D’autres sites du nord de la Thaïlande, comme ceux de Ban Mae Tha ou Ban Don Mun (fig. 4), ont révélé la présence d’outils taillés sur galets de quartz et de basalte. Ces derniers ont été trouvés dans un niveau situé en dessous d’une couche de basalte dont l’âge a été évalué par paléomagnétisme à 700 000 ans (Pope et al, 1987). Pour ces chercheurs, ces outils sont indiscutablement l’œuvre de Homo erectus et annonceraient les plus anciennes traces de la présence humaine découvertes à ce jour en « stratigraphie » en Thaïlande, et au-delà, en Asie du Sud-Est continentale et insulaire.

9Évoquer les premières traces irréfutables de peuplement humain ou « humanoïde », c’est poser le problème du premier outil. Et ce, quelle que soit la région du monde concernée. Par l’analyse technique et dynamique de l’objet, notre objectif est de montrer que ces objets dits « archaïques » attestent déjà par leur mode de fabrication - sur leurs surfaces - de la mise en œuvre d’un véritable schéma opératoire complexe, où l’enchaînement d’actions aboutit à transformer un galet inorganisé en un galet-outil fonctionnel organisé. À ce titre, en guise d’introduction et afin de présenter les plus vieux objets préhistoriques de Thaïlande, nous présentons une étude technique du matériel de Lampang qui comprend quatre pièces sur galet (encadré 3).

La ligne de Movius et sa limite de péremption

10Ce sont ces découvertes réalisées en Thaïlande, mais aussi au Laos et au Myanmar, d’industries dites « archaïques » sur galets, dépouvues de caractère bifacial, qui ont alimenté la théorie de Movius et de « sa ligne de démarcation » (Movius, 1948) reprise par Bordes (1968). Cette théorie séparait deux grands ensembles culturels de part et d’autre d’une ligne passant à l’ouest de l’Inde (Penjab) (Rendell et al, 1989 ; Misrha, 1992 ; Gaillard, 1993 et 1996) avec un territoire occidental rassemblant des cultures à bifaces issues d’Afrique, et à l’est, une culture dite Soanienne, pour la Chine et les territoires du sud lointain, Thaïlande et Viêt-Nam inclus, et caractérisée par les traditions sans biface, sur galets (choppers et chopping-tools), similaires à celles qui viennent d’être décrites.

11Cette « ligne de Movius » (fig. 7) n’a plus lieu d’être puisque le phénomène bifacial a été identifié à l’est de ladite ligne : un très bel Acheuléen de 800 000 ans, à bifaces massifs et à hachereaux, a été découvert dans le site de Bose dans la province de Guangxi en Chine du Sud ; d’autres vestiges de même type ont été mis au jour dans d’autres sites du centre et de l’ouest, comme l’imposante vallée du Langhian près de Xi-an (Province de Shaanxi), où l’on note une nette dominance de pièces bifaciales (Hou et al, 2000).

12Si d’une part l’Asie du Sud-Est continentale non chinoise est pauvre en découvertes bien datées et que, d’autre part, les industries à bifaces acheuléens sont pour le moment absentes de Thaïlande, ces industries sont tout de même présentes au Viêt-Nam, dans le site de surface du Mont Do (Pham Huy Thong, 1976 ; Ha Van Tan, 1980) ou de celui de Xuan Lôc. Ce dernier site découvert dans les années 1970 (Saurin, 1971) signe la date officielle de péremption de la ligne de Movius quelques années même après sa réactualisation par Bordes (1968).

Figure 7. Carte de répartition du matériel lithique acheuléen

Figure 7. Carte de répartition du matériel lithique acheuléen

Encadré 5 : Étude technique du plus ancien matériel lithique thaï
Le matériel lithique ancien est rare en Thaïlande et n’a pas encore à ce jour fait l’objet d’une description technologique. Nous en proposons ici une description originale.
Le premier objet sur galet (MTS-86-1) (fig.5 et fig. 6) façonné présente trois stades techniques :
- Le premier stade consiste à sélectionner un gros galet ovoïde et à détacher trois enlèvements transversaux. Ces trois enlèvements sont donc perpendiculaires à l’axe morphologique du galet (1, 2, 3) et dénotent un puissant arrachement (les 2/3 de la largeur de la pièce) à partir d’un plan de frappe cortical depuis un flanc du galet.
L’extrémité proximale des négatifs d’enlèvements 3 et 2, au niveau des contre-bulbes des négatifs, ont servi de plan de frappe au stade suivant.
- Le deuxième stade correspond au détachement de deux enlèvements corticaux (4 et 5) de direction diamétralement opposée au premier stade. On note que cet enchaînement 1, 2, 3/4, 5 met en œuvre le système basique de l’algorithme : un système qui repose sur un processus de taille par surfaces alternées (surface de débitage > surface de plan de frappe > surface de débitage).
- Le troisième stade est l’aménagement du tranchant dans la partie distale par un enchaînement unifacial qui débute par le détachement d’un seul grand enlèvement plan (transversal) (6) qui vient recouper les négatifs (1 et 3) du premier stade. Une zone de fracture apparaît sur le bord gauche de cette face.
Ce négatif (6) sert donc de plan de frappe à une série de 3 enlèvements concaves (série notée 7 sur le schéma diacritique) : il s’agit là de l’aménagement de l’angle d’affûtage où le négatif 6 sert de surface plane. La combinaison 6 et 7 crée l’UTF et son angle de coupant, délimitant le fil coupant.
L’outil sur galet obtenu se range dans la famille des outils à « tranchant transversal » et compte des stades techniques selon un ordonnancement rigoureux dans la recherche d’un volume particulier afin d’aménager le bord distal pour le fonctionnaliser. Le schéma diacritique nous permet de conclure sur le nombre et la position des UTF inhérentes à l’outil : l’UTF CT résulte de la combinaison 6/7 et l’UTF CP de la combinaison 1, 2, 3/4, 5.
La chaîne opératoire s’inscrit dans la variabilité des chaînes opératoires de façonnage.
Le deuxième objet (MTS-86-2) présente trois stades techniques :
– Le premier stade correspond à la sélection du bloc, ici un galet de section rectangulaire dont la forme est quadrangulaire, et dont le volume est propice à créer un biseau-tranchant transversal perpendiculaire à l’axe d’allongement du galet.
– Le deuxième stade observé est le façonnage du galet. Le tailleur, par un procédé astucieux, va délimiter la zone d’emplacement de l’UTF transformative. Pour cela, il exécute le détachement d’un seul enlèvement « allongé » (1) qui suit un des flancs du volume du galet, ce qui permet de désépaissir le volume dans la longueur et d’ouvrir la zone transversale à retoucher, pour la rendre fonctionnelle.
– Le troisième stade est la confection du tranchant transversal (l’UTF CT) par des enlèvements bifaciaux correspondant à l’enchaînement de deux séries continues qui sont dans leur ordre technologique : 2, 2’, 3, 3’, 4 /5, 6, 7, 8.
La partie opposée (proximale) comporte le façonnage de l’UTF préhensive par deux séries d’enlèvements allongés sur les deux faces du galet.
Nous venons de voir que par un procédé simple de façonnage reposant sur le détachement précis d’un éclat (1), le tailleur obtient rapidement le volume adéquat pour positionner son UTF.
Le troisième objet (MTS-86-3) peut être qualifié de chopper suivant la définition classique du terme.
Toutefois, l’une des extrémités du galet répondant aux critères spécifiques pour dégager un tranchant a été préférentiellement choisie dans ce cas. Il s’agit d’une des deux extrémités qui est par nature amincie (réservoir de matière moindre) et qui offre un angle d’affûtage (< 90°) facile à exploiter sans préparation aucune depuis la surface naturelle. Le tailleur, suite à quelques enlèvements d’épannelage peut aisément pré-affuter et régulariser le tranchant.
Le pré-affûtage et l’affûtage sont ici poussés et le fil coupant y est régulier associé à un angle de coupant à section piano-concave assez ouvert.
Le quatrième objet (BDM-86-1) relève aussi de la famille des choppers (chopper denticulé).
Ici également, l’UTF transformative est positionnée dans la partie la plus facile à travailler.
Une série d’enlèvements (quatre négatifs de gauche à droite : 1, 1', 2, 3) qui fait office de phase de pré-affûtage dégageant un tranchant depuis une extrémité oblique naturelle du galet qui ne change pas vraiment le volume initial. L’affûtage y est non contigu le long de l’arête car l’objectif fonctionnel est l’obtention de coches à UTF transformative de courbure piano-convexe.
Les unités techno-fonctionnelles : UTF sont observables (fig. 6) par :
– les sections accolées aux outils,
– un surlignage de couleur rouge au niveau du tranchant actif UTF CT,
– un surlignage de couleur verte au niveau de la zone préhensive UTF CP.


Figure 6. Analyse technologique du matériel lithique de Lampang

13Dans l’espace insulaire, seule l’Indonésie a livré des assemblages industriels méritant le qualificatif d’acheuléen, sous la forme de riches séries de bifaces, de pièces bifaciales diverses, de hachereaux ou de racloirs massifs à retouche bifaciale. Leur position stratigraphique et chronologique n’est cependant pas encore très claire. Les sites acheuléens indonésiens se concentrent principalement dans l’est de Java, dans les alluvions de la rivière Baksoko près de la ville de Pacitan dont tire origine le nom du faciès Pacitanien.

14Il existe également du matériel acheuléen dans le sud-ouest de l’île de Sulawesi à Cabenge, et depuis peu, dans la partie sud de Sumatra, dans le lit de la rivière Ogan et de ses affluents, près de Baturaja (Forestier et al, 2005a).

15Si le développement de l’outillage à bifaces est bien connu pour des civilisations acheuléennes d’Afrique et d’Eurasie, l’Asie du Sud-Est est loin d’avoir livré toutes les informations concernant les particularités technologiques qui prévalent d’un gisement à l’autre ou d’une région à l’autre. Les limites chronologiques de l’extension du phénomène à l’échelle de l’espace insulaire indonésien, voire philippin restent une voie d’exploration.

L’invention historique du Hoabinhien sur le continent

16Au cours des recherches préhistoriques de l’entre-deux-guerres dans le Sud-Est asiatique, de grands faciès industriels ont été définis, et avec eux autant de « cultures » préhistoriques, faites d’incertitudes et d’ambiguïtés terminologiques : l’Anyathien, le Lannatien, le Nguomien, le Sonviien, etc. Pour la plupart, ces faciès ne répondaient qu’au seul critère régional et étaient dépourvus de justification et d’argumentation typo-technologique solide, et sont finalement tombés en désuétude.

17Seul le Hoabinhien est encore d’actualité, même s’il relève d’une chrono-stratigraphie relativement peu fiable. Cette dernière s’échelonne sur quelques dizaines de milliers d’années, et se retrouve dans un grand nombre de sites bien répertoriés, en grotte et en plein air. Pendant près d’un siècle de recherches, les niveaux d’occupation hoabinhiens ont retenu l’attention de chercheurs qui ont tenté de démontrer la cohérence typologique des formes d’outils et géographique de cet ensemble industriel original sur galet. Le terme Hoabinhien est apparu pour la première fois dans les années 1920, suite aux travaux pionniers de Madeleine Colani qui a prospecté et fouillé près d’une soixantaine de cavités dans la région calcaire du nord Viêt-Nam, parmi lesquelles le complexe des grottes de Hoa-Binh, devenu le site éponyme (Colani, 1927 et 1929) (fig. 8). Le congrès d’Extrême-Orient de 1932 consacra ces formidables découvertes de terrain en ratifiant le terme. Une première définition typologique fut même avancée, décrivant le faciès Hoabinhien comme incluant des « instruments généralement taillés avec des types assez variés et de façonnement assez primitif. Il se caractérise par des outils souvent taillés sur une face, des percuteurs, des pièces à grande section subtriangulaire, des disques, des haches courtes et des instruments amigdaloïdes avec un nombre plus ou moins considérable d’instruments en os. » (in : Praehistorica Asiae Orientalis, 1932, p. 11). Cette identification claire des traits culturels du Hoabinhien pose le premier jalon de la toute jeune chronologie typologique de la préhistoire régionale. Bien que méritoire, cet étiquetage de l’époque se révèle trop strict, car il est fortement teinté de régionalisme : tout en faisant l’éloge de la toute puissante archéologie nord-vietnamienne, il désigne le gisement de Hoa-Binh comme un foyer d’innovation autonome.

18Le concept Hoabinhien demeure cependant fédérateur et reste en usage aujourd’hui dans la mesure où il s’impose comme le faciès industriel le plus représentatif de l’activité technique de l’homme en Asie du Sud-Est aux temps préhistoriques. L’extension géographique du Hoabinhien s’avère en réalité impressionnante, englobant à la fois le Viêt-Nam, la Thaïlande, le Cambodge, le Laos, la Malaisie et l’extrémité occidentale de l’archipel indonésien. Exception faite de la Thaïlande, la culture hoabinhienne est ainsi largement représentée dans tous ces pays où fut mis au jour un très vieux Paléolithique comprenant des bifaces de type acheuléen, de grande taille.

19Le faciès hoabinhien aurait aussi été identifié dans l’archipel philippin (Moser, 2001), voire en Australie (McCarthy, 1941 ; Matthews, 1966 ; Flood, 1990 et 1995 ; Bowdler, 1993 ; Jones, 1993 ; Mulvaney & Kamminga, 1999) (fig. 9) et en Papouasie Nouvelle Guinée (White & O’Connell, 1982 ; Groube et al., 1986 ; Gorecki & Gillieson, 1989 ; Pavlides & Gosden, 1994 ; Swadling, 1997). Il commence même à en être question en Inde, au Népal et en Chine. Le faciès hoabinhien regroupe une industrie en grande partie réalisée sur de gros galets de forme oblongue de calcaire, de roches volcaniques (basalte, andésite) ou de quartzite, façonnés sur une seule face à l’aide d’une technique : la percussion directe à la pierre dure.

Les bases du Hoabinhien : technologie, géographie, et chronologie

Quelques notions de base sur le Hoabinhien

20Le phénomène hoabinhien remonterait à près de 25 000-30 000 BP (Nguyen van Binh, 1991), et perdurerait jusqu’au milieu de l’Holocène. Un grand nombre des niveaux où on l’identifie pose encore des problèmes quant à leur cadre chronostratigraphique et en regard de l’émergence d’un Néolithique asiatique ou Bacsonien (nord du Viêt-Nam), compris entre 10 000 et 6 000 BP. Le Hoabinhien a été souvent décrit comme une industrie relevant largement d’un « Paléolithique final » en transition vers le Mésolithique, tout en se prolongeant jusqu’au Néolithique (Reynolds, 1989). Venus de Chine aux alentours du Ve et du VIe millénaire AD, des hommes du Néolithique auraient prolongé, par « transfert technologique », l’héritage des derniers chasseurs. Certains auteurs, comme Gorman (1970 et 1971), ont même associé le Hoabinhien à des activités horticoles et ce, dès 10 000 BP. Toutefois, cette information reste à démontrer sous un angle taphonomique, par l’analyse croisée de la détermination carpologique (étude des modalités de fossilisation des graines en contexte pluvial, hyper humide, le degré de carbonisation ou d’imbibition, les empreintes...) des macrorestes et la succession des niveaux d’occupation.

Figure 8 (page droite). Sumatralithes du Viêt Nam, collection Colani 1932.

Figure 8 (page droite). Sumatralithes du Viêt Nam, collection Colani 1932.

Figure 9. Matériel australien décrit comme hoabinhien par McCarthy (1941

Figure 9. Matériel australien décrit comme hoabinhien par McCarthy (1941

21Le Hoabinhien demeure davantage défini comme un faciès propre aux chasseurs-cueilleurs du Paléolithique tardif indochinois. On le rencontre aussi bien dans les grottes et les abris (nord Viêt-Nam, Laos, Thaïlande), qu’associé à de vastes amas coquilliers sur les berges et dans les deltas des grands fleuves d’Extrême-Orient. La faune recueillie en association de cette industrie est tantôt forestière, tantôt de pénéplaine voire marine (cerfs, rhinocéros, éléphants, mollusques d’eau douce ou coquillages de bord de mer, etc.). Qu’ils aient été des habitants des deltas, des riverains des grands fleuves ou des occupants des karsts de la zone montagneuse thaïlandaise, ces hommes possédaient un outillage très standardisé.

22Le schéma opératoire de façonnage est toujours appliqué à des galets allongés plus ou moins épais. Plusieurs catégories sont reconnaissables. Lorsqu’ils sont façonnés par retouches unifaciales selon leur longueur (axe morphologique), ces galets taillés sont appelés « sumatralithes », en référence aux nombreux sites de plein air mis au jour dans la partie nord de l’île de Sumatra (Colani, 1929 ; Gorman, 1971 ; Glover, 1973 ; McKinnon, 1990 et 1991 ; Ha Van Tan, 1997 ; Forestier, 2000 ; Moser, 2001). Lorsqu’ils ne sont travaillés que partiellement, sur une zone préférentiellement choisie pour des raisons techno-fonctionnelles, on peut identifier tous les types de pièces possibles de la vaste famille des choppers et chopping-tools.

23Si les outils hoabinhiens sont globalement tournés vers un aménagement unifacial du galet, il n’est pas rare de relever que, sur un très grand nombre de pièces, les négatifs d’enlèvements sont partiellement bifaciaux. Ce choix technique est une étape obligée dans une recherche fonctionnelle de l’objet-outil, et correspond à l’aménagement de « l’angle de coupant » par une série d’enlèvements plans (création d’une surface plane) dite phase de recherche d’un angle d’affûtage (fig. 10). Nous reviendrons en détail sur les conséquences techniques de cette opération d’aménagement du bord tranchant, crucial pour le processus d’instrumentalisation de l’objet. Dans la littérature, et quelle que soit l’aire géographique où elles aient été trouvées, ces pièces ont souvent été classées (Bordes, 1961, 1968 et 1984), avec humour, dans la longue série des « bifaces de fainéants », des « hemi-bifaces », des « bifaces partiels à pointe ou pas » ou autres « chopper latéral, anguleux », « chopper passant aux bifaces ». Cette énumération à elle seule suffit à désigner tout l’intérêt du champ fonctionnel pour redéfinir ces assemblages.

Figure 10. Anatomie d’un tranchant : détail d’une Unité Techno Fonctionnelle (UTF) Contact Transformatif (CT) (modifié d’aprés Lepot, 1993).

Figure 10. Anatomie d’un tranchant : détail d’une Unité Techno Fonctionnelle (UTF) Contact Transformatif (CT) (modifié d’aprés Lepot, 1993).

Extension géographique et chronologique du Hoabinhien

24Le Hoabinhien est souvent tenu pour le faciès industriel le plus parlant en Asie du Sud-Est, parce que couvrant une période allant du Pléistocène supérieur final jusqu’au Néolithique. Toutefois, il est encore difficile de définir avec certitude sa place chronologique compte tenu d’une aire de dispersion qui s’étire du nord de la Thaïlande et du Viêt-Nam au nord-est et au sud de l’île de Sumatra. C’est le nord de son aire de répartition qui abrite la grande majorité des sites de référence connus et datés dans la zone (fig. 11).

Au Viêt-Nam

25Pour certains, le Hoabinhien - faciès de transition entre Mésolithique et Néolithique - trouverait son origine dans le faciès Sonviien nord-vietnamien, défini à partir des recherches menées dans les nombreux sites, datés entre 25 000 et 10 000 BP environ, de la province de Vinh Phù (Ha Van Tan, 1980 et 1997). À l’heure actuelle, la datation la plus ancienne de 30 000-28 000 BP a été obtenue pour le site de Tham Khuong (Nguyen van Binh, 1991). Les fouilles du site de Con Moong, au cœur de la réserve nationale de Cuc Phuong (province de Thanh Hoa), ont révélé trois niveaux particulièrement intéressants pour le suivi diachronique du Hoabinhien sur une profondeur stratigraphique de près de 3,50 m (Pham Huy Thong, 1980 ; Dinh, 1985 ; Pham Ly Huong, 1994 ; Moser, 2001) :

  • un pré-Hoabinhien ou Sonviien daté entre 15 000 et 12 000 BP environ,

  • un Hoabinhien « classique » remontant au tout début de l’Holocène,

  • un Bacsonien pour les niveaux supérieurs.

26Cette description séquentielle apparaît être la plus complète, attestant d’une occupation humaine sans lacune. Si ce site reste exemplaire pour la succession détaillée des industries en Asie du Sud-Est continentale, aucune chronologie climatique ne lui est pour le moment associée. Le site de Ong Quyen (Province de Hoa-Binh) a été daté de 18 000 BP environ, ce qui correspond grosso modo aux dates obtenues pour les sites du Pléistocène supérieur final nord-vietnamien, comme Xom Trai, Lang Van, Hang Tam ou Dong Can. Les niveaux supérieurs de ce même site, datés d’environ 6 000 BP, ont livré du Bacsonien à galets à tranchant poli et une poterie néolithique finement décorée. Dès sa découverte dans les années 1920 (Mansuy, 1924 et 1925) dans le massif de Bacson au nord du Viêt-Nam, le Bacsonien fut considéré comme une évolution locale, une sorte de Hoabinhien « néolithisé » prenant le relais de celui-ci dès le milieu de l’Holocène.

Figure 11 (page gauche). Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien

Figure 11 (page gauche). Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien

En Thaïlande

27En Thaïlande du Sud, de nombreux sites ont démontré l’existence d’occupation humaine remontant à la fin du Pléistocène supérieur, comme par exemple Lang Rongrien et Moh Kiew, dans la province de Krabi. Lang Rongrien présente un assemblage original sur éclats et nucléus, qui a été daté entre 27 000 et 38 000 BP. Ce niveau serait le plus ancien mis au jour en position stratigraphique en Thaïlande. L’assemblage présent dans cet horizon précéderait un niveau « classique » à sumatralithes, suivi d’un autre remontant à environ 6 000 BP avec de la céramique néolithique (Anderson, 1987 et 1990). La grotte de Moh Khiew a aussi livré un niveau pléistocène (noté 4 en stratigraphie) où coexistent un débitage d’éclats associés à des nucléus (vaguement polyédriques), des unifaces de types sumatralithes hoabinhiens de grande dimension, et une riche industrie osseuse. Vieux d’environ 26 000 BP, ce niveau 4 est particulièrement intéressant car il pose la question de la variabilité des systèmes techniques lithiques et osseux, et permet de reconstituer la relation entre activités de débitage et de façonnage. La coexistence de ces deux méthodes de taille n’a pas toujours été identifiée dans les assemblages hoabinhiens (Pookajorn, 1991 ; Pookajorn et al, 1994).

28La partie nord de la Thaïlande a elle aussi révélé des gisements qui ont été datés de la fin du Pléistocène supérieur pour leurs occupations les plus anciennes. Parmi eux, on compte les nombreuses grottes et abris hoabinhiens de la région de Mae Hong Son, et notamment les gisements de Ban Rai et de Tham Lot qui ont été récemment datés de 9 000 et 34 000 BP respectivement (Shoocondej, 2006). Des datations identiques, comprises entre la fin du Pléistocène supérieur et le début de l’Holocène, ont été obtenues pour les autres sites du nord et du centre de la Thaïlande, où une certaine homogénéité chronologique se discerne d’une région à l’autre : Obluang (Santoni et al., 1986), Spirit Cave (Gorman, 1972), Tham Pha Chan (Bronson & White, 1992), Banyan Caves (Reynolds, 1992), Ong Bah (Soerensen, 1988), Khao Talu et Head Caves (Pookajorn, 1984), Pak Om et Buang Baeb (Srisuchat, 1987), Tham Kao Khi (Reynolds, 1989) (fig. 11). Si à la lecture des données connues, l’éclosion de la nappe hoabin-hienne dans les territoires du nord de la Thaïlande et du Viêt-Nam semble être démontrée, cette culture très marquée par ses industries sur galets commence a être plus largement documentée dans la partie ouest de l’archipel indonésien, sur la grande île de Sumatra, mais peut-être également aux Philippines. Notons que, d’une façon générale, la préhistoire thaïe, et plus généralement continentale, se différencie par ses industries préhistoriques de celles appartenant au semis des îles indonésiennes marquées par une diversité des outillages lithiques et osseux, ainsi que par un art paléolithique très singulier comme à Kalimantan, à Sulawesi et dans les petites îles de la Sonde (Timor, Ceram, Roti, etc.) jusqu’en Irian Jaya.

Le Hoabinhien dans les îles : les preuves sumatranaises

29Les industries du nord-est de Sumatra sont clairement attribuables au Hoabinhien. Les sites les plus connus y sont ceux de plein air, de type shell-midden : des amas de coquilles consommées qui se répartissent le long de la côte près de la ville de Médan. Semblables à ceux qu’on trouve aux abords des berges du Mékong, ces sites de plein air ont été prospectés dès le début du siècle et ont été immédiatement comparés aux sites malais (Gua Cha, Gua Madu, Gua Chawah, etc.) du même type, sans que cela n’aboutisse à beaucoup de résultats.

Figure 12. Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien de Sumatra

Figure 12. Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien de Sumatra

30À Sumatra, c’est précisément entre Aceh (Kali Tamiang) et Percut, le long d’une vaste bande littorale de près de 100 km de long (fig. 12) que se situent ces gisements contigus, formant sur plusieurs kilomètres une succession de buttes de coquilles consommées, d’ossements fracturés et calcinés et de galets taillés (Brandt, 1976 ; Soejono, 1984 ; Simanjuntak, 1995 ; Bellwood, 1997). Jadis situés entre 10 km et 15 km à l’intérieur des terres, ces vastes amas coquilliers, d’une trentaine de mètres de diamètre et d’une épaisseur moyenne d’environ 5 m, sont actuellement situés près du bord de mer. Une des rares fouilles effectuée de ce type d’occupation de plein air ayant permis une datation indique un âge d’environ 7 000 BP à Sukajadi, près de Médan (Glover, 1978) (fig. 13).

31Dans ses recherches sur l’histoire globale du peuplement de Sumatra, McKinnon fixe à environ 11 000 -12 000 BP le début d’édification de ces accumulations de coquilles (Meretrix) auxquelles sont associés des outils taillés et des restes d’éléphant, de rhinocéros, d’ours, de cerf, de tortue, de crabe et de poisson (McKinnon, 1990). Ces sites de plein air, très endommagés par les pluies tropicales et les fortes marées, sont extrêmement difficiles à fouiller, et n’ont par ailleurs donné que peu d’information si ce n’est une datation relative de l’époque d’occupation côtière, comprise entre 10 000 et 3 000 BP. Vers l’intérieur des terres, cette région de Sumatra présente du matétiel hoabinhien sur des terrasses situées à 100 m d’altitude.

32De récents travaux co-dirigés par une équipe franco-indonésienne IRD-Pusat Arkeologi (Jakarta) ont mis au jour des niveaux d’occupation de type hoabinhien dans une grotte sur l’île de Nias, à 150 km des côtes ouest de Sumatra. Nichée dans une formation calcaire, la grotte de Tögi Ndrawa est le premier gisement stratifié en grotte identifié pour cette époque qui présente un bon état de conservation des vestiges. Sa puissance stratigraphique - plus de 3 m - révèle une accumulation de foyers, de niveaux de coquilles et d’os, brûlés et consommés, et de nombreux outils sur galets taillés (sumatralithes notamment) et parfois même sur os (Driwantoro et al, 2004). Avec une puissance de plusieurs mètres, une accumulation de cendres tout à fait exceptionnelle autorise pour la première fois le calage d’un shell-midden en stratigraphie avec une série de datations qui s’échelonnent entre 12 000 et 1 000 BP.

33Dans la Province de Sumatra Sud, non loin de la rivière Ogan dont la prospection a permis la mise au jour d’assemblages acheuléens, la grotte de Gua Pandan (Baturaja) fouillée par l’équipe IRD-Pusat Arkeologi (Jakarta), perchée au sommet d’une colline karstique d’une cinquantaine de mètres, a révélé un surprenant niveau « hoabinhien » très typique, compris entre 6 500 et 9 000 BP. La fouille de cette grotte a permis de mettre au jour une faune de forêt (Simanjuntak et al, 2004). L’outillage, à la fois sur éclats et sur gros galets de type sumatralithe, illustre parfaitement un des pôles de la variabilité du Hoabinhien avec des éclats d’aspect très « moustéroïdes » : racloirs, denticulé, coche, bec, c’est-à-dire des outils soit à tranchant taillé, soit bruts de taille, soit non taillés (Forestier et al., 2005b).

Figure 13. Planche de matériel hoabinhien indonésien

Figure 13. Planche de matériel hoabinhien indonésien

Les bases préhistoriques du Hoabinhien

Le Hoabinhien des confins ?

34Si certains auteurs, comme Reynolds (1993), cantonnaient le Hoabinhien à la seule région du Sud-Est asiatique continental (Viêt-Nam, Thaïlande, Laos, Cambodge, Myanmar, Malaisie), on observe qu’aujourd’hui ce faciès s’est exporté en Indonésie et même aux Philippines (Moser, 2001).

35Quant à une base dans l’imposant domaine continental chinois, plusieurs sites du bassin du Yangtze, datés entre 40 000 et 8 000 BP, font mention d’une pebble tool culture : le site Boazitou attribué au Hoabinhien (10 000 à 6 500 BP) ou d’autres sites comme les grottes de Luoshayan ou Huanyan affichent un matériel lithique semblable (Zhang Zhenhong, 1993 ; Moser, 2001). Plus originale encore est l’industrie sur petits galets plats de la grotte de Chuandong dans la Province Sud de Guizhou, située au cœur d’un imposant massif karstique. Les niveaux archéologiques de la phase finale du Paléolithique s’échelonnent entre 16 000 et 8 000 BP et sont riches en restes fauniques bien conservés et en outils en os d’une étonnante diversité (pointes, spatules, harpons...). Un « environnement culturel » qui n’a rien à envier à la panoplie osseuse du Magdalénien d’Europe occidentale. L’étude typologique préliminaire des outillages sur galet menée par l’équipe de l’Institut des ressources montagneuses de Guizhou (Zhang Senshu, 1995) a été complétée par nos soins sous un angle technologique en 2000 dans le cadre d’une mission franco-chinoise dirigée par E. Boëda (Études des comportements socio-économiques des hommes du Paléolithique et du Mésolithique de la province de Guizhou). Plusieurs chaînes opératoires sur galets ont été identifiées à cette occasion. Le fait marquant est la présence de deux schémas principaux imbriqués, l’un de débitage et l’autre de façonnage : le débitage par percussion bipolaire de galets fins sur enclume ou un débitage par percussion directe et ensuite, le façonnage d’une portion de galet (hémi-galet) pour en faire une pièce bifaciale ou unifaciale. En l’absence de toute production laminaire, c’est entre archaïsme et modernité que la culture de Chuandong tire son originalité, associant dans la même période un outillage osseux des plus divers, et une production de type pebble culture, se résumant à des pièces unifaciales ou bifaciales confectionnées souvent à partir d’hémi-galets (fig. 14).

36Ce qui est fondamental dans le cas du site de Chuandong, c’est qu’il constitue à la fois un isolat « d’archaïsmes » au niveau du travail de la pierre (par rapport au reste des cultures techniques chinoises synchrones) et une similitude très nette de formes et de structures avec l’aire hoabinhienne thaïlandaise et vietnamienne.

37Sans ouvrir la boîte de Pandore sur l’origine et les vagues d’influences, on note très clairement un fond technique commun sino-vietnamien-thaï dans la fabrication des outillages sur galets et dans leur pérennité chronologique, du Pléistocène final à la moitié de l’Holocène. Seule l’analyse techno-fonctionnelle de ces objets permettra d’en apprécier les variantes régionales ou, à une autre échelle, les exceptions locales au niveau des terroirs. Nous verrons, à travers les sites inédits thaïlandais de Huai Hin ou Ban Fa Suai mis au jour par la Mission paléolithique franco-thaïe, d’autres schémas de confection de l’outillage sur blocs-galets, qui se révèlent à la fois complexes dans leurs étapes de réalisation, et efficaces en terme d’instrumentalisation des objets.

38Quant à la préhistoire du monde indo-himalayen, ce second domaine continental majeur en Asie, il semble qu’elle soit par trop éloignée géographiquement, même si elle n’est sans doute pas sans relation avec l’Asie du Sud-Est. Nous connaissons encore fort mal le détail de ses industries à bifaces, choppers et éclats, ou les spécificités de son peuplement ancré, depuis le Paléolithique jusqu’au Mésolithique, en bordure des Siwaliks pour prétendre faire des comparaisons et établir des ponts entre ces deux mondes. Le Népal, avec entre autre l’industrie de Patu, vieille de 7 000 BP (Corvinus, 1987 et 1995), avec ses autres cobble-tool industries est de même nature et n’incline pas non plus à une comparaison facile.

39Plus loin encore, le continent australien, où de nombreuses controverses eurent lieu à propos d’abondantes séries sur galets, eut lui aussi sa « tentation hoabinhienne » dans les années 1940. De nombreux sites pléistocènes et holocènes auraient produit des outils sur galets, identifiés comme du Hoabinhien (McCarthy, 1941 et 1976 ; Bowdler, 1994) (fig. 9). Parmi ces pièces, certaines sont très nettement proches des unifaces asiatiques, et d’autres, semblent être différentes voire plus originales sur plaquettes ou galets, propres à la typologie australienne, les stemmed tools et les waisted tools (White & O’Connel, 1982).

Figure 14. Planche de matériel lithique de Chuang Dong (Chine du Sud)

Figure 14. Planche de matériel lithique de Chuang Dong (Chine du Sud)

Le diffusionnisme utopique

40Il faut reconnaître que jusqu’ici, l’absence de fondement technologique et d’étude poussée sur les caractères intrinsèques d’un sol d’occupation hoabinhien a conduit à décrire de tels objets-unifaces sur galets un peu partout dans le monde : du Viêt-Nam à l’Australie, de la Chine au Népal, sur le continent africain, et même dans les séries de l’Acheuléen ibérique, ou celles des hautes et moyennes terrasses de la Garonne, du Tarn ou du Roussillon. Toutes ces analogies sans limite dans le temps et dans l’espace restent stériles, et en dépit des migrations de l’homme tant en Chine du Sud, qu’en Asie du Sud-Est continentale et insulaire, le phénomène Hoabinhien sensu stricto ne se retrouve guère aux confins du monde himalayo-indien ou australo-tasmanien, même sous la forme d’une activité de façonnage discret, périphérique ou partiel sur galet allongé.

41La notion même de culture hoabinhienne est discutable puisque l’uniface, unique élément commun à sa définition jusqu’alors, se retrouve durant toutes périodes du Quaternaire sur plusieurs aires géographiques successivement peuplées ou non par des hommes différents.

42Comme l’uniface, son « demi-frère », il en va de même pour le biface qui apparaît comme un objet technique largement universel au Paléolithique ancien durant l’Acheuléen, ou parfois sous la forme de « redécouvertes techniques » à des périodes plus récentes.

43Le faciès hoabinhien semble plutôt devoir être interprété comme un faciès régional asiatique en interaction avec des facteurs éco-géographiques, plutôt qu’un modèle morphologique, typologique et chronologique qui a sans doute eu le mérite de poser les bases d’une préhistoire sud-est asiatique originale, mais qui présente bien des imperfections. Par la technologie fonctionnelle, nous tenterons d’éclairer sa variabilité et par là, son identité qui ne se limiterait pas au seul uniface.

Les failles du « modèle » Hoabinhien

44Le premier écueil du modèle hoabinhien a trait à l’hypothétique transition entre Hoabinhien et Bacsonien, présentée comme un continuum idéal au cours duquel la transition technique reflèterait le passage des sociétés de chasseurs-cueilleurs à celles des sociétés horticoles-sédentaires. Cette « néolithisation » est loin d’être vérifiable par une telle équation dans la plupart des sites d’Extrême-Orient. Au contraire, jusqu’à présent, ce phénomène relève d’une exception nord-vietnamienne qui ne trouve pas d’équivalents dans les séquences stratigraphiques des sites de Thaïlande ou de Malaisie. Par exemple, dans l’abri sous roche de Gua Cha (Kelantan, Malaisie du Nord), le niveau de base hoabinhien, daté de 10 000 BP, se différencie très nettement du niveau supérieur néolithique (Bulbeck, 1982). Ce dernier est caractérisé par la présence d’une occupation radicalement différente, de type Bacsonien : le matériel lithique se compose de lames de pierre polie d’allure classique, associées à des sépultures et à une céramique tripode, typique de la période néolithique thaïlandaise dite Ban Kao, datée d’environ 4 000 BP (Shoocondej, 1991 ; Higham, 2002). D’autres sites malais d’époque holocène, comme ceux de Kota Tongkat, Gua Kecil ou Gua Baik (Peacock, 1971), confirment par les mêmes types d’artefacts cette discordance.

45Le deuxième point qui invalide le modèle hoabinhien est la réfutation de l’équivalence Pléistocène supérieur/niveau Hoabinhien = unifaces, établie à partir d’un grand nombre de sites. Les découvertes faites dans le site de Lang Rongrien sont venues ébranler la définition typologique du Hoabinhien en tant qu’industrie uniquement sur galets. Dans ce site, déjà évoqué, une industrie sur éclats a été mise au jour dans un niveau vieux de 37 000 BP (Anderson, 1987 et 1990). En stratigraphie, ce niveau précède le niveau hoabinhien remontant au début de l’Holocène, suivi d’un Néolithique daté de 6 000 BP environ.

46L’information chronostratigraphique que nous livre ce site a une double incidence : elle infirme le modèle continental reposant exclusivement sur des industries à galets, et elle avance qu’un continuum jusqu’au Néolithique est observable en Thaïlande. Non loin de Lang Rongrien, le site de Moh Khiew, fouillé par S. Pookajorn, confirme également dans son niveau 4, daté d’environ 26 000 BP, la coexistence d’industries sur galets et d’outils sur éclats. La présence d’industries sur éclats n’est pas un fait propre à la Thaïlande puisqu’elles existent aussi au Viêt-Nam, où la présence de chaînes opératoires de débitage (« élémentaire de type C » ou clactoni-enne) se retrouverait également dans certains sites septentrionaux, compris entre 25 000 et 18 000 BP environ, comme Mai Dà Nguom (Forestier, 2000).

47Le Hoabinhien apparaît désormais comme un faciès plus complexe et plus complet que celui qu’évoquent de simples galets taillés. Le modèle Hoabinhien en vigueur jusqu’ici n’est pas seulement imparfait sur le plan typo-technologique avec la contemporanéité d’industries sur éclats et sur galets, il l’est aussi sur un plan écologique et, plus largement, de fonctionnalité de l’outil. L’examen du contexte éco-géographique nous amène en effet à entrevoir une signification toute particulière du Hoabinhien, en relation avec le milieu où il s’est développé, celui de la forêt.

Le végétal, fantôme de la pierre

48Même si l’on se concentre sur l’outillage de pierre taillée sud-est asiatique, on ne doit pas occulter les autres matières premières, souvent moins bien conservées que la pierre, et qui ont dû tenir une place au moins aussi importante dans l’économie des hommes préhistoriques en contexte tropical. Les matériaux exploités incluent bien sûr le minéral, mais aussi le végétal et l’os. Compte tenu de l’importance du milieu forestier, omniprésent dans ces régions, il est plausible que les groupes humains de la fin du Pléistocène supérieur, il y a environ 40 000 BP, se soient tournés vers une économie axée majoritairement sur les ressources du milieu végétal. Ce que souligne précisément A. Testard : « L’Asie du Sud-Est pourrait donc être caractérisée dès la Préhistoire comme la région de la civilisation du végétal » (Testard, 1977) et dont parle Solheim (1972) sous le terme d’une « Lignic period » assimilée au Hoabihnien et à sa tradition de chopper/chopping-tools.

49Les études ethnographiques consacrées aux techniques des derniers chasseurs-cueilleurs confirment l’importance qu’ont pu avoir des matériaux végétaux tels que le bambou. À la fois solide et flexible, le bambou est connu pour les multiples utilisations auxquelles il se prête, comme la fabrication du feu, de pointes effilées, de récipients, de liens et lanières, ou simplement comme matériau de construction pour des abris.

50De nos jours des pointes ou d’autres armes en bambou sont encore utilisées pour la chasse chez certains groupes de chasseurs dans les montagnes du Viêt-Nam (Than Khoi, 1987) ou de Nouvelle-Guinée. Les chasseurs-collecteurs : Agta du Nord de Luzon aux Philippines, Semang de Malaisie, Mani du sud de la Thaïlande ou « hommes fleurs » de l’île de Siberut dans l’archipel Mentawai (Sumatra ouest) attestent encore à l’heure actuelle de l’usage répété voire quotidien de matières premières d’origine végétale comme le bambou, le rotin et toute une gamme de bois durs, aujourd’hui utilisés parallèlement à des outils de fer qui remplacent peu à peu ces matériaux périssables (Dunn, 1975 ; Estioko-Griffin et al, 1981 ; Albrecht et al, 1993 ; Schefold, 1991 ; Forestier, 2004 ; Forestier et al, 2006).

51En Asie du Sud-Est, l’omniprésente forêt a probablement influé sur l’économie domestique des hommes préhistoriques et sur leur milieu technique en général. Il est vraisemblable qu’un grand nombre de matériaux organiques ait joué un rôle majeur dans la confection des divers équipements nécessaires à la survie. Du fait de leur mauvaise conservation comparée à la pierre ou même à l’os, il est difficile d’estimer l’importance réelle qu’ont pu occuper ces matériaux organiques, principalement végétaux, dans les techniques ou les modes de subsistance. Rien n’interdit de penser que les objets « naturels et éphémères » qu’ils permettaient de produire aient été très largement utilisés de manière complémentaire et peut-être même quantitativement plus fréquemment que la pierre.

52En l’état actuel des découvertes, aucun site thaïlandais ni vietnamien n’a livré de restes ligneux de cette nature en contexte archéologique. Si, en termes d’efficacité, l’utilisation des armes et objets contemporains en bambou n’est plus à démontrer, en revanche on ne sait encore rien de ceux qui ont pu appartenir à la panoplie des derniers chasseurs-cueilleurs du Pléistocène final dans le Sud-Est asiatique. L’hypothèse de l’utilisation du bambou comme matière première a non seulement été avancée pour l’Homme moderne sur la base des études ethnographiques (Heekeren, 1972), mais a également été envisagée pour Homo erectus (Pope, 1989).

Un raisonnement éco...logique

53L’importance actuelle du végétal et notamment du bambou, quotidiennement employé par les sociétés rurales asiatiques, amène à concevoir que, dès les temps les plus reculés, ce matériau flexible-solide a inspiré une véritable « technologie du végétal ». Si l’on prend l’exemple de la faune chassée retrouvée en fouille pour la période hoabinhienne, celle-ci soulève le vaste problème des armes de chasse, qui restent introuvables (arme de jet, projectiles et autres) : celles-ci, réalisées en matière végétale ont à jamais disparu. Les restes d’animaux chassés et les outils lithiques caractéristiques de tels niveaux, confrontés aux données ethnographiques, nous permettent d’imaginer l’existence d’une panoplie d’outils et d’armes en matière végétale.

54Dans de nombreux sites préhistoriques de Thaïlande, comme par exemple celui de Moh Khiew, on rencontre une faune chassée de forêt associée à de gros outils façonnés sur galets. Ces sites en grotte, comme également Sai Yok, Sakai ou Ongbah, présentent des restes de faune mammalienne largement aérienne (Hylobates sp., Presbytis sp., Macaca sp., Cynocephalus variegatus ou lémur volant, Hylopetes phayrei et Petaurista petaurista ou écureuil volant), où ne figurent que très peu de restes de carnivores. Ces données fauniques informent sur la variété des animaux de forêt recherchés par l’Homme, mais révèlent également des difficultés d’une chasse où seuls des pièges et des armes de jet en matière végétale, telles qu’on les observe dans les collections ethnographiques (flèches, fléchettes, sagaies, sarbacane...), auraient véritablement pu avoir une efficacité (Forestier, 2003).

55Cette réflexion tient compte de données élémentaires (voir Bailey et al., 1989 ; Lynam & Billick, 1999) mais également du simple bon sens. En effet, compte tenu de leur morphologie massive, de leur poids et des critères techniques propres à leur système de façonnage unifacial (fig. 15), les gros outils du type « sumatralithe » (compris entre 300 g et 700 g) n’étaient certainement pas utilisés comme projectiles. Associés archéologique-ment à cette faune, ils évoquent davantage des pièces servant à des activités d’abattage, de concassage, de perçage, de raclage de végétaux, que des pièces destinées à être des armatures suggérant l’emmanchement comme partie apicale, dans le cas de lances ou de flèches, ou encore vouées à être des projectiles. La simple analyse fonctionnelle des pièces hoabinhiennes du niveau 3 (10 000 BP) du site de Moh Khiew a conduit à cette hypothèse de bon sens (Pookajorn, 1996, p. 205) reprise pour le site de Banyan valley cave (Higham & Thosarat 1998, p. 32).

56Tout le Paléolithique supérieur des chasseurs occidentaux est caractérisé par une production de pointes et d’armatures très diversifiées en pierre, qui permet d’établir le rapport direct entre le comportement cynégétique et les proies chassées. Il est également de ce fait un indicateur indirect des conditions environnementales du Quaternaire et des périodes glaciaires en particulier. Contrairement à l’Asie du Sud-Est, l’Europe, à cette période, était pauvre en ressources végétales, ce qui amena l’homme à se rabattre sur une matière première minérale, en l’occurrence plus accessible (roches dures : silex, chaille, jaspe, quartz...), en l’optimisant de tout son savoir-faire (idéatoire et moteur). On doit à cette conjoncture l’éclosion des groupes de chasseurs/tailleurs de silex des civilisations du Paléolithique supérieur, avec entre autres « l’âge d’or » des tailleurs de pierre du Solutréen. Il est plaisant de noter que, issue de cet environnement européen tempéré à glaciaire si pauvre en vestige végétal, la terminologie lithique préhistorique a emprunté pour les plus beaux objets façonnés en pierre des noms s’inspirant largement de la botanique : les feuilles de pierre, les feuilles de laurier, les feuilles de saule, etc.

Le Hoabinhien exsangue

57Au terme de près d’un siècle de recherche sur le sujet, il demeure difficile de définir précisément le Hoabinhien parce qu’un certain nombre d’axes de recherche n’a pas été pris en compte. Le Hoabinhien s’est de fait toujours trouvé restreint à la seule définition typologique de galets taillés découverts en fouilles ou lors de ramassages de surface. Une typologie des outils sur galets selon des caractères morphométriques n’apporterait pas grand chose de plus que les études et les synthèses antérieures tournées vers une classification de formes (Mattews, 1964 et l966 ; Gouedo, 1987 ; Reynolds, 1989 ; Jérémiet al., 1992 ; Moser, 2001).

Figure 15 (page droite). Le bambou, la feuille et la pierre : dénomination, utilisation et représentations

Figure 15 (page droite). Le bambou, la feuille et la pierre : dénomination, utilisation et représentations

Exemples de pièces lithiques dites à dos, à soie ou foliacées des chasseurs du Paléolithique supérieur et de l'Épipaléolithique en Europe de l'Ouest entre 40 000 et 10 000 ans (d'après Demars et Laurent, 1989)

Exemples de pièces lithiques dites à dos, à soie ou foliacées des chasseurs du Paléolithique supérieur et de l'Épipaléolithique en Europe de l'Ouest entre 40 000 et 10 000 ans (d'après Demars et Laurent, 1989)

1. Lamelle de Font-Yves. (pièce à dos, Aurignacien)
2. Lamelle Dufour. (pièce à dos, Dufour, Aurignacien)
3. Pointe de la Gravette. (pièce à dos, La Gravette, Gravettien)
4. Pointe de la Font Robert. (pièce à soie, Roc de Combe, Gravettien)
5. Fléchette. (pièce foliacée, Gravettien)
6. Pointe à face plane. (pièce foliacée, Laugerie haute ouest, C.12, Solutréen)
7. Pointe à cran solutréenne. (pièce à soie, Fourneau du diable, Solutréen)
8. Pointe à aileron pédonculée (pièce à soie, Parpallo, Solutréen)
9. Pointe de Laugerie-Basse. (pièce foliacée, Magdalénien)
10. Pointe de Teyjat. (pièce à soie, Font Brunei, Magdalénien)
11. Pointe de Malaurie. (pièce à dos, Couze CF., Magdalénien)
12. Pointe à dos courbe. (pièce à dos, La madeleine, Azilien)
13. Pointe à dos anguleux. (pièce à dos, Le Grand-Baille, Azilien)

58Si tous ces aspects restent encore à traiter pour une meilleure connaissance du Hoabinhien, il existe une autre lacune importante. En effet, ces objets sur galets façonnés n’ont été étudiés que sous le seul angle typologique. Si bien qu’à leur endroit, l’emploi même du concept de « techno-complexe » ne peut être légitimé tant qu’une réelle lecture technique ne leur est pas appliquée. Une approche technologique et plus précisément techno-fonctionnelle est d’ailleurs le seul moyen de comprendre des schèmes opératoires de fonctionnement, de production et d’utilisation.

59Ce type d’analyse (reconnaissance des techniques et des méthodes de taille) n’a été que peu appliqué au matériel disponible en Asie du Sud-Est, ou du moins n’a pas eu d’écho. Les sites découverts par notre équipe et présentés dans cet ouvrage indiquent une cohérence dans les formes et les structures des objets façonnés. Ceux-ci dénotent une sélection drastique du galet initial lors du ramassage, sélection qui s’appuie sur la recherche systématique d’une asymétrie « virtuelle » de l’objet, inspirée par l’image mentale du produit fini, le galet-outil.

60Après sélection de la matière première, l’objectif du tailleur est d’obtenir un bord tranchant (transversal ou non, pluriel ou pas sur le pourtour de la pièce) qu’il aménage par des phases plus ou moins complexes de retouches prédéterminantes et prédéterminées. Largement unifaciaux, les galets dits hoabinhiens relèveraient pour la plupart d’une conception piano-convexe qui est très éloignée des conceptions bi-convexes ou bi-planes propres aux véritables bifaces (Brenet, 1996 ; Boëda, 1997 et 2001 ; Pinois, 1998).

61Par le passé, nous avons eu l’occasion de mener une première analyse sur quelques pièces hoabinhiennes de la collection Colani de 1932 (Musée de l’Homme et à l’École française d’Extrême Orient, Paris) afin de tester une grille de lecture (Forestier, 2000). C’est dans cette perspective que nous examinons ici les assemblages hoabinhiens du nord de la Thaïlande découvert lors de nos campagnes de terrain qui attestent d’une plus grande complexité et cohérence morpho-techno-fonctionnelle qu’on ne le présumait. Dans son ensemble, l’identification des traits techniques fondamentaux de production est à faire.

Les fondements technologiques du Hoabinhien

Une proposition de relecture techno-fonctionnelle

62C’est de cette « identité technique et fonctionnelle » dont il s’agira à travers l’analyse des séries thaïlandaises avec pour objectif de redéfinir qualitativement le Hoabinhien, en individualisant les variantes fonctionnelles lisibles sur le volume du galet, les parties actives confectionnées lui donnant le statut d’outil et visant à produire un contact transformatif sur la matière à travailler. Par la lecture dynamique, une définition du Hoabinhien lui redonnera le statut fonctionnel d’un outillage lourd façonné sur support de galet, quand cet outil est classiquement appelé chopper, chopping-tool, chopper latéral, anguleux, étendu simple ou débordant sur les bords, passant au biface partiel ou pas... et la liste de qualificatifs serait interminable : seule la combinaison de caractères morphologiques, techniques et fonctionnels primera dans notre regard de l’objet. Depuis une dizaine d’années, un bond en matière de technologie s’est opéré dans l’approche de l’objet technique en tant qu’outil.

63Et la question posée, apparemment simple, « qu’est ce qu’un outil ? », n’est pas aussi simple que l’on croit ou fut trop souvent simplifiée par une relégation au rang de listes typologiques. En effet, les études typologiques ont longtemps abordé l’outil par la classification selon des critères morphologiques et métriques stricts, et ont abouti à des listes de types (Bordes, 1950 et 1965 ; Sonneville-Bordes, 1967 ; Sonneville-Bordes & Perrot, 1954-55-56). L’approche technologique classique, pour sa part, explorant les seuls modes de production, a bien souvent oublié l’outil (Tixier, 1978) au profit de la reconnaissance des méthodes et des techniques de taille, qui n’en demeurent pas moins une étape préliminaire, obligatoire de l’étude techno-fonctionnelle.

Encadré 6 : Des pistes pour le Hoabinhien
La définition encore ambiguë du Hoabinhien appelle en fait plusieurs autres axes de recherche tels que :
– l’étude des données chrono-clima-tiques et écologiques, même si elles sont encore trop peu nombreuses en Asie du Sud-Est (Taylor et al., 1999 ; Lynam et al, 1999). On peut en effet se poser la question d’une appartenance privilégiée du phénomène hoabinhien à tel ou tel épisode climatique en Asie du Sud-est (épisode fortement ou modérément pluvial à saison séche ?). Peut-on mettre le Hoabinhien en regard d’une modification de la végétation, ou globalement de la paléogéographie ?
– Les données territoriales. L’association des outils hoabinhiens à d’autres outils est le résultat des relations entre l’Homme et son environnement, mais est aussi due à la nature de son territoire via le choix d’un mode d’habitat, de l’acquisition des matières premières, de l’obtention de la nourriture, de l’accès à l’eau, etc. Dans une optique micro-locale, il serait utile de réfléchir sur la nature des sites hoabinhiens (camp de base, camp éphémère, station de chasse) et sur leur inscription dans un territoire organisé et régulé pour la survie en forêt ou sur les berges des fleuves.
– Les données liées à l’économie de la matière première, qui évoquent les facteurs d’accessibilité, de qualité et de morphologie des matériaux. Généralement situés dans le lit des cours d’eau ou près de leurs berges, les seuls blocs de roche dure disponibles sont des galets de calcaire, de quartz, de quartzite, de grès, ou de pierres volcaniques (basalte, andésite). Il y a peu d’affleurements siliceux dans le paysage, et la matière première est globalement de mauvaise qualité.

Les données technologiques sont en relation avec l’environnement, les données économiques et les modalités globales d’adaptation de l’homme à la forêt. L’ensemble ouvre à la reconnaissance des données concernant le territoire.

64Aborder l’outil, c’est avant tout le saisir dans son axe premier : comment il a été fabriqué pour fonctionner ? Il s’agira de rechercher les critères techniques spécifiques mis en jeu pour transformer le support afin qu’il devienne outil ou support-outil, pour être ensuite utilisé sur de la matière biologique (animale ou végétale). La compréhension de la fonctionnalité de l’objet-outil revient à observer la localisation et la nature de ses parties tranchantes actives témoignant du passage progressif du support à l’outil-fini, puis à l’outil-actif.

65Cette approche s’inscrit dans un processus global de lecture de l’objet technique, la « techno-genèse » (Boëda, 1997). Des travaux pionniers en la matière ont fait école notamment pour une relecture des outillages du Paléolithique ancien-moyen à pièces bifaciales (Brenet, 1996 ; Boëda, 1997 et 2001 ; Soriano, 2001) ou sur éclats (Lepot, 1993 ; Bourguignon, 1997 ; Soriano, 2000). Par cette facette de la technologie dite technologie-fonctionnelle, nous posons la question suivante : quelles sont les zones/parties/portions de l’objet qui ont été préférentiellement transformées et/ou affûtées ?

66L’analyse techno-fonctionnelle, s’appuyant sur une lecture diacritique poussée et sur la prise de mesure d’angle au niveau de la ou des parties tranchantes du support, nous permet de reconstituer l’orientation fonctionnelle de la pièce. Pour cela, nous avons arbitrairement retenu cinq notions et trois propositions fondamentales qui se dégagent de ces travaux, et qui vont guider notre décryptage de la logique fonctionnelle inhérente aux phases de confection de l’outil. Dans nos collections thaïlandaises, l’outil sera sur support de galet de forme ovoïde ou oblongue.

Cinq notions et trois propositions pour une approche techno-fonctionnelle neuve

67Suite à la reconnaissance des schémas de production (façonnage ou débitage, ou les deux en un pour certaines chaînes longues), on procèdera à la lecture techno-fonctionnelle de l’objet, surface par surface, pour y repérer des unités techno-fonctionnelles (UTF) que l’on pourra lire sur certaines parties de l’objet ou segment(s) de bord dégageant le tranchant, et ses caractères techniques propres à sa fonctionnalité.

Encadré 7 : Schéma opératoire de l’uniface hoabinhien : quelques caractéristiques techniques
- choix d’un galet de morphologie oblongue selon une sélection de galets-matrices de même morphologie : recherche d’une asymétrie virtuelle selon le principe de l’opposition d’une surface plane corticale et de son opposée convexe corticale à exploiter.
- opposition de deux surfaces : une restée naturelle et l’autre façonnée par toute une série d’étapes allant du choix du bloc, jusqu’à la confection la zone tranchant UTF (voir les trois étapes dans Analyse technique de l’uniface ci-dessous).
De cette opposition naît une hiérarchisation de critères techniques spécifiques à la conception du volume spécifiquement unifacial.
- la recherche d’un plan d’équilibre bilatéral et d’un plan d’équilibre uni-facial, spécifique à ce schéma de façonnage donc, asymétrique.
- la construction volumétrique est globalement piano/convexe voire bi-plan/convexe.
deux surfaces (corticale /façonnée avec une plage corticale résiduelle) asymétriques par rapport à un plan sécant délimitant un dièdre.
- la mise en place de cette unique surface façonnée a pour but de créer un bord actif pouvant être retouché en UTF transformative.

Encadré 8 : Analyse technique de l’uniface : détail des étapes du façonnage
Cet objet présente trois étapes techniques dans sa genèse :
– 1. Choix du galet qui dénote une étape anticipatrice de recherche du volume idéal du bloc (recherche de l’asymétrie virtuelle propre à la conception volumétrique unifaciale) qui est très proche du volume recherché final car le plan sécant à la charnière des deux surface s’y dessine déjà. Estimation du réservoir de matière à façonner (convexité naturelle) et choix de la surface de plan de frappe à partie de la surface corticale naturellement plane.
– 2. Étape de mise en forme du tranchant transversal selon un façonnage des bords (amincissement latéral du volume du galet) par une série d’enlèvements prédéterminants et prédéterminés.
– 3. Confection du tranchant : l’angle de coupant est obtenu suite une série de retouches rattachées à un stade de pré-affûtage et d’affûtage (trois générations de retouche écailleuse en moyenne) créant l’UTF à partir de la surface plane naturelle. Si cette surface corticale ne répond pas au critères techniques guidés par la recherche de l’angle d’affûtage, cette dernière peut être rectifiée par des enlèvements plans-réfléchis. L’UTF dans son ensemble donne alors un caractère bifacial au tranchant transversal.
Préférentiellement située sur une des extrémités du galet (opposée à l’UTF CP), l’ UTF CT peut aussi parfois se trouver au niveau des bords latéraux façonnés : l’objet est alors pourvu d’UTF multiples (latérales et distales).

68Cinq notions sont fondamentales pour notre grille de lecture :

1 - unité techno-fonctionnelle (UTF) : peut être une ou multiple sur un objet. Elle a été définie « comme un ensemble d’éléments et/ou caractères techniques qui coexistent dans une synergie d’effets » (Boëda, 1997, p. 34).

69L’UTF peut se subdiviser en au moins deux sous-ensembles qui font l’outil :

  • CT ou « contact transformatif »

  • CP ou « contact préhensif »

70Ces deux unités fonctionnelles se distinguent sur chaque pièce par une variation de l’inclinaison du plan de bec : s’il s’agit d’un CT, l’angle sera plutôt fermé pour avoir un fil tranchant/angle de coupant le plus aigu possible, environ 30-50° pour mener une action sur de la matière à racler, percer, couper... ; et inversement pour une UTF CP, l’angle de la retouche est généralement plus ouvert, parfois proche de 80°. Cette angulation sera très souvent précisée par des traits de couleurs différentes sur nos dessins et dans nos schémas au niveau des unités techno-fonctionnelles. Le repérage de l’UTF sur les bords des pièces est l’atout majeur de notre lecture, et qu’elles soit CT ou CP, les UTF sont chacunes « (...) porteuses de contraintes d’instrumentalisation et d’instrumentation qui ont été structurées de façon à produire un effet, selon un fonctionnement et un mode d’action spécifique. » (Boëda, 2001, p. 53).

Figure 16. Schéma explicatif de la lecture technologique d’une pièce lithique de type uniface

Figure 16. Schéma explicatif de la lecture technologique d’une pièce lithique de type uniface

71Les UTF sont ces entités repérées sur les bords des objets et qui, suivant l’outil, engendrent des structures volumétriques diverses comme par exemple : plan-convexe/plan-convexe, convexe/biplan ou simplement plan-convexe, comme on le retrouve fréquemment dans les outils bifaces. Pour ce qui est de l’analyse des sumatralithes/unifaces hoabinhiens, nous avions diagnostiqué une asymétrie de type piano-convexe (Forestier, 2000).

2 - Affûtage : étape primordiale dans l’aménagement par de la retouche d’un bord de l’objet en vue de produire un fil coupant, une zone de contact transformatif.

3 - Plan de coupe : plan issu du dièdre de deux surfaces avant l’affûtage.

4 - Plan de bec : est obtenu lorsque les plans de coupe sont affûtés selon un angle voulu prêt à l’emploi. Cette étape précise l’angle de coupant.

5 - Angle de coupant : possède l’inclinaison, la délinéation et l’étendue voulues pour obtenir le fil coupant-actif.

72Trois propositions majeures :

L’étude globale de l’outil peut se résumer selon une grille de lecture de trois propositions « grammaticales » (Boëda, 1997, p. 35) qui décrivent les modalités de réalisation des galets hoabinhiens façonnés par percussion directe à la pierre dure (fig. 16) :

  • Comme dans tout système technique de façonnage, il y a la mise en place d’un volume symétrique ou asymétrique : nous verrons que dans le cas du Hoabinhien le volume est très souvent voulu asymétrique, inhérent à la conception unifaciale.

  • Le choix et l’aménagement de certains bords pour être pré-affûtés et affûtés.

  • La transformation du bord par l’affûtage pour le rendre actif (UTF CT).

Table des illustrations

Titre Figure 4. Localités ayant livré de l’industrie lithique ancienne dans la région de Lampang (d’après Pope et al., 1986)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 7. Carte de répartition du matériel lithique acheuléen
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Figure 6. Analyse technologique du matériel lithique de Lampang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 8 (page droite). Sumatralithes du Viêt Nam, collection Colani 1932.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 9. Matériel australien décrit comme hoabinhien par McCarthy (1941
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 10. Anatomie d’un tranchant : détail d’une Unité Techno Fonctionnelle (UTF) Contact Transformatif (CT) (modifié d’aprés Lepot, 1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 11 (page gauche). Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Figure 12. Carte de répartition géographique du matériel hoabinhien de Sumatra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 13. Planche de matériel hoabinhien indonésien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 14. Planche de matériel lithique de Chuang Dong (Chine du Sud)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 15 (page droite). Le bambou, la feuille et la pierre : dénomination, utilisation et représentations
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Exemples de pièces lithiques dites à dos, à soie ou foliacées des chasseurs du Paléolithique supérieur et de l'Épipaléolithique en Europe de l'Ouest entre 40 000 et 10 000 ans (d'après Demars et Laurent, 1989)
Légende 1. Lamelle de Font-Yves. (pièce à dos, Aurignacien)2. Lamelle Dufour. (pièce à dos, Dufour, Aurignacien)3. Pointe de la Gravette. (pièce à dos, La Gravette, Gravettien)4. Pointe de la Font Robert. (pièce à soie, Roc de Combe, Gravettien)5. Fléchette. (pièce foliacée, Gravettien)6. Pointe à face plane. (pièce foliacée, Laugerie haute ouest, C.12, Solutréen)7. Pointe à cran solutréenne. (pièce à soie, Fourneau du diable, Solutréen)8. Pointe à aileron pédonculée (pièce à soie, Parpallo, Solutréen)9. Pointe de Laugerie-Basse. (pièce foliacée, Magdalénien)10. Pointe de Teyjat. (pièce à soie, Font Brunei, Magdalénien)11. Pointe de Malaurie. (pièce à dos, Couze CF., Magdalénien)12. Pointe à dos courbe. (pièce à dos, La madeleine, Azilien)13. Pointe à dos anguleux. (pièce à dos, Le Grand-Baille, Azilien)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 16. Schéma explicatif de la lecture technologique d’une pièce lithique de type uniface
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1835/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540