Version classiqueVersion mobile

Préhistoires au sud du Triangle d’or

 | 
Valéry Zeitoun
, 
Hubert Forestier
, 
Supaporn Nakbunlung

Chapitre 1. Théories, modèles et controverses sur les premiers humains en Asie du Sud-Est

Texte intégral

1L’Asie du Sud-Est est le berceau historique de l’espèce Homo erectus (l’ancien « Pithécanthrope »). Par la découverte fondatrice de Homo erectus réalisée par le médecin hollandais Eugène Dubois en 1891 à Trinil, en Indonésie, c’est bien en Asie que s’écrit le début de la paléoanthropologie en tant que discipline à part entière. La recherche de Dubois demeure singulière par sa volonté affichée de trouver des hommes fossiles sous les tropiques, mais aussi parce qu’il est certainement un des très rares paléoanthropologues qui ait atteint cet objectif. En effet, le plus souvent, les découvertes sont fortuites et plus rarement le fruit du travail de préhistoriens, de géologues ou de paléontologues.

Une incroyable première découverte

2Nourri de l’Evolution des espèces de Charles Darwin, Dubois fut également largement influencé par les travaux du naturaliste Ernst Haeckel qui suggéraient l’existence d’une contrée ennoyée au large de l’Inde qui pourrait être le berceau d’un « chaînon manquant » mi-singe mi-homme. Dans les années 1870, la publication de l’Ascendance de l’Homme par Darwin et la découverte des Néandertaliens de Spy en Belgique voisine, augmentèrent encore sa volonté de partir à la recherche d’un « homme-singe » sous les tropiques. Il s’engage en 1887 comme médecin militaire pour les Indes néerlandaises orientales, l’actuelle Indonésie.

3Après avoir cherché en vain l’homme fossile dans les nombreuses grottes calcaires dans les hautes terres de Padang à Sumatra, atteint de malaria, il se fait rapatrier sur Java en 1890 où lui a été rapportée la récente découverte d’un crâne faite à Wadjak sur la côte méridionale de l’île. Ses travaux le conduisent à mettre au jour de nouvelles pièces fossiles sur ce site, puis il trouve un fragment de mandibule humaine à Kebung Brubus dans le centre de Java. Abandonnant ensuite l’idée de fouiller en grotte, il commence à explorer les rives de la rivière Solo non loin de là. En 1891, il découvre une dent de primate et quelques mois plus tard une calotte crânienne, puis un fémur entier. L’association du crâne « simien » et du fémur « humain » détermine le nom de Pithecanthropus erectus : le « singe-homme qui se tient debout » ; le premier Homo erectus était né !

4En 1895, Dubois rentre aux Pays-Bas et fait le tour de l’Europe pour présenter ses découvertes au public (Dubois, 1893, 1894 et 1896). Il rencontre un si grand scepticisme dans la communauté des anthropologues quant au bien-fondé de sa découverte qu’il se retire définitivement de la scène publique avec ses fossiles. C’est ainsi, à l’eau du scepticisme et de la querelle d’experts, que fut baptisée la paléoanthropologie.

Une recherche orientée vers l’Asie orientale

5Après un départ paléoanthropologique insulaire peu convaincant pour les scientifiques de l’époque, sur le continent, dès 1899 la recherche européenne rapporte des dents de primates fossiles des officines chinoises. Celles-ci sont connues comme « dents de dragon » dans la pharmacopée locale. Le temps des découvertes de terrain reconnues n’a lieu qu’à partir des années 1920 quand des recherches sont menées dans la région de Pékin, dans le massif calcaire proche de Zhoukoudien. Le géologue Andersson commence une fouille en 1921, rejoint en 1923 par le paléontologue Zdansky qui découvre une molaire. Inspiré par cette dent, l’anatomiste Black recherche et obtient des moyens financiers pour soutenir une nouvelle série de campagnes de fouille qui débutera à partir de 1927 sous la direction du géologue Bohlin. Un nouveau genre et une nouvelle espèce, Sinanthropus pekinensis « l’Homme chinois de Pékin », sont créés par l’anatomiste après la mise au jour d’une molaire possédant une grande couronne. Son collaborateur chinois Pei découvre la première d’une longue série de calottes crâniennes d’hommes fossiles en 1929. C’est à la suite du décès de Black, qu’en 1933, l’anatomiste Weidenreich prend la succession de la fouille jusqu’en 1937. Plusieurs crânes, mais également mandibules, dents et parties du squelette post-crânien ont été mis au jour quand se produit l’occupation de la Mandchourie par l’armée impériale japonaise. Face à l’intensification des hostilités, les fossiles sont acheminés vers les États-Unis en 1941 pour éviter leur capture, mais disparaissent avant leur arrivée à bord du navire USS Harrisson.

6En Indonésie, les travaux se poursuivent sur les rives de la rivière Solo à l’initiative du géologue Ter Haar. Ainsi, une douzaine de crânes est mis au jour dans les années 1930. Ayant un plus grand volume et étant associés à une faune plus récente que celle de Trinil, ces crânes sont d’abord nommés Homo soloensis « Hommes de la Solo » par Oppenoorth (1932).

7Ce n’est qu’à partir de 1936 que von Koenigswald met au jour des fossiles comparables au « spécimen type » de Homo erectus découvert par Dubois. Ces découvertes ont lieu à Perning près de Modjokerto, non loin de l’embouchure de la rivière Solo, puis sur le dôme volcanique érodé de Sangiran. Cette recherche valide l’œuvre de Dubois aux yeux de la communauté des anthropologues : Homo erectus existe enfin aux regards du monde.

8Un travail de comparaison entre les restes indonésiens et chinois peut alors commencer (Von Koeniswald, 1936 ; Weidenreich, 1941, 1943 et 1951) mais, si les découvertes se poursuivent ensuite en Asie des années 1950 jusqu’à nos jours, entre 1950 et 1970, les princi­pales ont lieu en Afrique. Les très médiatiques Australopithèques africains qui ressemblent davantage au théorique « chaînon manquant » tant recherché, éclipsent alors les recherches asiatiques.

9S’il apparaît de nos jours que les plus anciens restes de Homo erectus sont originaires d’Afrique orientale (Ethiopie, Kenya), cette espèce humaine représente toujours un des pôles de recherche majeur en Asie et en Asie du Sud-Est en particulier, où par ailleurs, la complexité des populations et des cultures semble s’enraciner très loin dans le temps.

Un casse-tête sud-est asiatique

10Le bilan actuel des recherches paléoanthropologiques fait apparaître que deux, voire trois et même plus récemment quatre espèces humaines sont présentes en Asie du Sud-Est : Homo erectus, Homo sapiens, voire Homo soloensis et Homo floresiensis. Deux théories s’affrontent sur les modalités de peuplement de l’Ancien Monde qui voient leurs origines et leurs dénouements en Asie : le modèle multirégional et le modèle unicentriste.

11Il s’agit alors de reconnaître, premier modèle, s’il y a eu une évolution biologique sur place entre Homo erectus et Homo sapiens dans toutes les régions du monde, et notamment en Asie, ou bien, second modèle, s’il s’est produit un remplacement des Homo erectus locaux par des Homo sapiens à la faveur de vagues migratrices de populations originaires d’Afrique orientale (annexe 1).

12Si l’on écarte la toujours énigmatique présence d’êtres robustes tels que les Gigantopithecus en Inde et en Chine ou au Viêt-Nam, et les Meganthropus, indonésiens, en suivant le fil de la chronologie, l’état actuel de nos connaissances indique que les plus anciens Homo erectus sont originaires de l’Est africain et datés de 1,9 million d’années (Feibel et al., 1989). La frange asiatique de l’Europe constitue un repère important avec le site de Dmanisi en Géorgie (Dzaparidge et al., 1989). Y ont été trouvés, sur quelques mètres carré, des individus dont la morphologie est aussi variable que celle des individus qui existent en Afrique orientale, notamment dans l’est et l’ouest du Lac Turkana.

Annexe 1 Répartition spatiotemporelle des sites à hommes fossiles

Annexe 1 Répartition spatiotemporelle des sites à hommes fossiles

13D’après un niveau basaltique se trouvant à la base des niveaux fossilifères, le site géorgien peut avoir 1,8 million d’années (Dzaparidge et al., 1989 ; Gabunia & Vekua, 1995 ; Gabunia et al, 1999 ; Lumley et al, 2002). Primordial, ce site d’Asie occidentale pose un jalon géographique et chronologique quant à la migration des premiers humains en dehors de l’Afrique (Turner, 1999 ; Bar Yosef & Belfer Cohen, 2001).

14Les plus anciens Homo erectus découverts en Indonésie proviennent des dépôts volcaniques de Sangiran (Jacob & Curtis, 1971), mais le site de Modjokerto (Java oriental) pourrait être encore plus ancien. L’âge géologique de ces Homo erectus reste à l’heure actuelle un sujet de controverses. Davantage que leurs collègues africains, les fossiles asiatiques ont la réputation d’être mal calés stratigraphiquement (voir également la date de 2 millions d’années donnée par Wanpo et al. en 1995 pour des restes dentaires humains). Les données de terrain sont équivalentes, mais cette mauvaise réputation est plus tenace en Asie, et ce, en dépit des progrès qui ont été réalisés par des équipes différentes aux États-Unis (Swisher et al., 1996) ou en France (Falguères et al., 2001).

15Selon ces travaux de datations radiophysiques, les derniers Homo erectus, les Hommes de Solo, auraient un âge « rajeuni » (27 000 à 52 000 ans au lieu des 200 000 ans habituels). Quant aux plus anciens Homo erectus, ceux de Sangiran et Modjokerto, ils auraient 1,65 et 1,8 million d’années respectivement (Swisher et al, 1994) au lieu du million d’années habituel. Une vive discussion anime les spécialistes avec des partisans d’une chronologie courte (1 million d’années à 200 000 ans) pour les Homo erectus indonésiens et ceux favorables à une trame plus élastique (1,8 million d’années à environ 30 000 ans) (voir Leinders et al, 1985 ; Sémah, 1986 ; Barstra et al., 1988 ; Hyodo et al, 1993 ; Ithara et al, 1994 ; Sémah et al, 2000 ; Langbroek & Roebroeks, 2000 ; Huffman, 2001 ; Larick et al, 2001). Sur le continent, notamment en Chine, à Zhoukoudien, la majorité des Homo erectus « avérés », selon Liu (1983), a moins d’un demi million d’années (460 000 ans). Reste donc à combler cet écart temporel et/ou à préciser par de nouveaux jalons géologiques et chronologiques quel a pu être le peuplement de cette aire géographique.

Des noms, des étiquettes et des boîtes crâniennes

16En 1962, le symposium de Wartenstein réunit toute la communauté anthropologique pour harmoniser les noms et les appartenances des différents fossiles. Sous l’influence du biologiste Ernst Mayr, il est décidé de regrouper Pithécanthrope, Sinanthrope et Atlanthrope dans le seul genre Homo qui ne comprenait plus alors que deux espèces : Homo erectus et Homo sapiens (Campbell, 1963). À cette occasion, deux sous-espèces fossiles à valeur géographique furent reconnues : les Néandertaliens en Eurasie occidentale - Homo sapiens neanderthalensis - et les Hommes de Solo en Indonésie - Homo sapiens soloensis - auxquels s’ajoutent les Homo sapiens sapiens originaires d’Afrique. Au fil du temps, il est apparu plus prestigieux de découvrir des Homo erectus plutôt que toute forme d’Homo sapiens. Les bonnes résolutions de Wartenstein s’évanouirent et, sur des bases chronologiques, on continua de parler d’Homo erectus en Asie, en Afrique voire en Europe (Rightmire, 1990).

17La chronologie n’est pas un critère permettant de définir l’appartenance d’une entité biologique à une catégorie ou à une autre (Weidenreich, 1943 p : 276 ; Schaeffer et al, 1972). Différentes espèces appartenant à un même groupe coexistent : des orangs-outans, des chimpanzés, des bonobos, des gorilles et des humains vivent à la même époque. Le cousinage des espèces est la règle et permet la contemporanéité. La datation n’est que le moyen de reconstruire le scénario de l’évolution a posteriori, et encore, à condition que les espèces soient objectivement définies à partir de critères anatomiques : morphologiques et/ou métriques (Bonde, 1981 ; Lovtrup, 1987 ; Nelson, 1989 ; Zeitoun, 1999).

18Sur ce point, le domaine de la paléontologie n’est pas simple puisque plusieurs écoles de pensée se disputent quant au choix des critères à retenir pour définir une espèce fossile. Derrière les libellés utilisés pour nommer les hommes fossiles se cachent des entités paléontologiques donc biologiques. Toutefois, le critère d’interfécondité avec reproduction de la descendance qui distingue biologiquement l’espèce de la sous-espèce ne peut permettre l’expérimentation que dans le champ du vivant et ne s’applique pas au registre fossile (Bonde, 1989). Cette différence dans la nature des critères utilisés dans la classification zoologique et paléontologique est à l’origine de dissonances taxinomiques, qui occasionnent souvent des incompréhensions. Donner une définition claire d’une espèce fossile reste délicat. Les anthropologues ne parviennent pas à s’entendre.

19Deux solutions sont possibles : soit l’espèce peut être définie avec des caractères anatomiques dont certains sont plus ou moins fréquents dans une zone géographique (l’Afrique par rapport à l’Asie, par exemple), soit il s’agit de donner une diagnose (une définition anatomique stricte) au-delà de laquelle on n’appartient plus à l’espèce définie (Brauer & Mbua, 1992). Le choix entre ces deux approches n’est pas neutre.

20Ainsi, une première hypothèse pose que Homo erectus au sens strict est une lignée d’origine uniquement asiatique. Cette lignée étant définie par des caractères anatomiques dérivés qui lui sont propres, et qui n’existent pas en Afrique. Il en résulte que les formes africaines appartiennent à une lignée différente. Ces africains pouvant être le groupe frère (des cousins) voire les ancêtres directs des formes africaines des Homo sapiens « archaïques ».

21Selon une seconde hypothèse, il n’est pas possible de distinguer les formes africaines des formes asiatiques, si ce n’est par la plus grande fréquence de certains caractères. Dans ce cas, Homo erectus est une lignée unique ayant couvert tout l’Ancien Monde, et il possède des caractères qui lui sont propres, ou bien, alternative supplémentaire, c’est un grade évolutif. C’est-à-dire que ses caractères sont tous primitifs par rapport à ceux de Homo sapiens.

22À force de répétitions dans les publications (Wood, 1992a et b, 1994), la majorité des paléoanthropologues finit par considérer les Homo erectus africains comme des Homo ergaster, même si cela n’était pas encore démontré. Les Homo ergaster seraient alors les cousins des Homo erectus qui sont également des ancêtres plus directs pour Homo sapiens.

23Quoi qu’il en soit de ces interprétations, en paléontologie, il existe deux manières opposées de traiter l’information. Un premier point de vue fait appel à la notion de population fossile, et un second est plus « typologique ». Dans la mesure où la paléoanthropologie n’étudie que des fragments d’individus, parfois même d’un seul, et que, en tant que tel, le paléoanthropologue n’a accès qu’à une infime partie de l’information biologique, en toute rigueur, l’approche typologique se justifie davantage (Tattersall, 1986). C’est du moins l’abord le plus rigoureux dans l’étape initiale qui vise à établir la taxinomie (la description et la dénomination) d’un spécimen. Cette approche se départit de certaines réalités biologiques comme l’interfécondité avec reproduction de la descendance, mais cette dernière n’est pas testable dans le registre fossile, et il a été montré par ailleurs qu’une approche « populationnelle » était inadaptée pour les taxons fossiles, qui plus est, quand ils sont faiblement représentés (Miller, 1991).

Un essai de synthèse paléoanthropologique

24À partir de la situation globale, puis de celle plus particulière du Sud-Est asiatique, il est possible de tenter d’établir un bilan des données paléoanthropologiques, tant de celles issues du terrain que de celles résultant de leurs interprétations théoriques. Une analyse cladistique des caractères anatomiques des spécimens fossiles pris un à un (Zeitoun, 1996, 1999, 2000a) rend compte du scénario suivant : entre 2,5 et 1,8 millions d’années en Afrique de l’Est, une radiation (l’apparition d’un nombre important d’espèces dans une période de temps brève) humaine se produit entre deux perturbations climatiques globales ayant un fort impact sur une région où vivaient des Australopithécinés (voir Stringer, 1986 ; Zeitoun, 2000b) (fig. 2).

25Les changements climatiques planétaires, depuis 3 millions d’années, avec l’apparition de deux calottes glaciaires, et les modifications de l’environnement qui en découlèrent, auraient contribué à la diversification, puis à l’extinction finale d’abord des Australopithèques, puis des Paranthropes vers 1,6 million d’années. Parallèlement, au cours de cette période à climat plus contrasté, froid et sec, les indices les plus anciens de présence du genre Homo (Semaw et ai, 2003) avec, très vite, la maîtrise d’une technologie lithique développée (Roche et al., 1999), sont décrits en Afrique de l’Est vers respectivement 2,6 et 2,4 millions d’années. Le retour bref et relatif à l’humidité vers 1,8 million d’années aurait été l’occasion pour certains de ces nouveaux humains de sortir d’Afrique.

26On trouve ainsi les fossiles géorgiens de Dmanisi (Gabunia & Vekua, 1995 ; Gabunia et al., 1999 ; Gabunia et al, 2000a et b, Lumley et al., 2002), voire les premiers fossiles indonésiens vers 1,8 million d’années. Leur expansion géographique aurait ainsi été assez rapide à l’échelle des temps géologiques. Ensuite, vers 1,1 million d’années apparaîtraient les « précurseurs » de la lignée Homo sapiens, toujours en Afrique de l’Est : Bouri en Éthiopie découvert par Asfaw et ai, (2002) ; Bua en Érythrée découvert par Abbate et al., (1998), et peut être également le petit crâne mis au jour par Potts et al. (2004). Ces premiers « Homo sapiens » arrivent en Europe dès 900 000 à 800 000 ans avec Ceprano découvert en Italie par Ascenzi et al. (l996) et décrit par Manzi et al. (2001) et les premiers hommes d’Atapuerca en Espagne mis au jour par Bermudez de Castro et al. (1997). Certains auteurs nomment ces derniers Homo heidelbergensis, Homo antecessor ou encore Homo cepranensis. Ces fossiles européens se situeraient en amont de la lignée des Néandertaliens.

Figure 2 Phylogramme du genre Homo

Figure 2 Phylogramme du genre Homo

27Que se passe-t-il entre 1,8 et 1,1 million d’années en Eurasie entre les premiers humains (Homo ergaster ou Homo erectus) sortis d’Afrique et les premiers Homo sapiens sortis d’Afrique ? Ces premiers humains ont-ils évolué sur place ?

28Pour les cent derniers millénaires, et plus spécifiquement pour l’Asie du Sud-Est se pose également la question de la disparition des Homo erectus, et de l’avènement des hommes modernes : Homo sapiens sapiens.

29Sur les mêmes bases analytiques que précédemment, on s’interroge également sur la possible existence d’un troisième taxon humain : Homo soloensis, présent au moins en Indonésie (Widianto & Zeitoun, 2003). Dans cette région, deux catégories fossiles au sein de l’ensemble humain classiquement appelé Homo erectus sont reconnues par plusieurs spécialistes (Dubois, 1940 ; Santa Luca, 1980 ; Sartono & Grimaud, 1983 ; Widianto, 1993 ; Grimaud, 1997) : des Homo erectus « classiques » (Trinil, le spécimen type, et les fossiles du dôme de Sangiran) et des Homo erectus « évolués » (Hommes de la Solo : Ngandong, Ngawi et Sambungmachan). Leur appellation exacte n’est pas consensuelle (voir Widianto & Grimaud, 1993). Cette zone géographique restreinte, mais importante en nombre de spécimens fossiles mis au jour, pourrait servir de modèle. Reprenant les conclusions du colloque de Warstenstein, on en revient à distinguer des Homo erectus au sens strict des Homo sapiens fussent-ils « archaïques ».

30Ce point est explicitement ou implicitement admis par plusieurs anthropologues (Campbell, 1963 et 1972 ; Jelinek, 1981 ; Tobias, 1985 ; Stringer, 1987 ; Bonde, 1989 ; Brauer & Mbua, 1992). Les données radio-chronologiques (Swisher et al, 1996 ; Swisher et al, 1994 ; Falguères et al, 2001) attribuent respectivement des âges compris entre 1,8 ou 1,65 million d’années pour les Homo erectus « classiques » d’une part et 27 000 à 52 000 ou 35 000 à 50 000 ans pour certains Homo erectus « évolués » d’autre part. La chronologie n’est pas un critère pertinent pour distinguer des espèces, mais dans cette trame chronologique plus élastique, il y a une concordance entre la dichotomie chronologique et la dichotomie morphologique.

31Pour étayer cette séparation tranchée, on observe que plusieurs événements se sont produits dans l’intervalle ; événements qui peuvent nous donner une indication quant aux phénomènes qui pour ne pas être des déclencheurs peuvent être des accélérateurs des processus évolutifs ayant eu cours régionalement.

32Entre 800 000 et 770 000 ans une pluie de tectites dites « australasiatiques » s’abat sur une région qui va du nord de l’Australie au sud de la Chine (Fontaine, 1976 ; Schneider et al, 1992 ; Bunopas et al, 1999 ; Hou et al, 2000). Outre le fait qu’il sert de calage chronologique (Langbroek & Roebroeks, 2000) à l’occupation humaine en Asie du Sud-Est, cet événement astronomique n’est sans doute pas resté sans effet environnemental (Haines et al, 2004). Une des questions spécifiques sera donc d’étudier si des changements majeurs ont eu lieu pour la faune et la flore après cet événement. Il est un fait que des changements fauniques ont été constatés. Ils ont notamment été relatés dans les travaux concernant les îles de Flores et Sulawesi (Sondaar et al, 1994 ; van den Bergh et al., 1996) mais sont attribués à l’ouverture d’une connexion continentale, voire à l’activité cynégétique des hommes. D’autres modifications des associations fauniques existent également sur le continent à cette période (Kalkhe, 1961 ; Tougard et al, 1996 ; Tougard, 2001), mais la cause de l’origine de ces changements n’est pas encore établie avec certitude.

33Un autre stress environnemental majeur s’est produit dans cette zone géographique il y a 73000 ans. Il s’agit de l’explosion géante du volcan Toba au nord de Sumatra (Chesner et al, 1991 ; Zeilinski et al., 1996), la plus grande connue pour le Quaternaire (Rampino & Self, 1992, 1993). Des cendres volcaniques ont pu être rapportées du fond de l’océan Indien au large de la Péninsule Arabique (Acharyya & Basu, 1993 ; Schulz et al., 2002). Des études isotopiques de la couverture glaciaire au Groenland font état d’une chute de température consécutive à cette méga-éruption qui atteindrait 16° C (Lang et al., 1999).

34Le rôle majeur du volcanisme régional dans la dégradation du climat sur la frange latitudinale située entre 10° à 20° de latitude nord (Bryson & Goodman, 1980 ; Robock, 1991, 2000 ; Sigurdsson & Laj, 1992) et son impact sur la différenciation entre espèces humaines est une hypothèse qu’il est important de tester, en particulier en Thaïlande, puisque ce territoire est en très grande partie situé sous ces latitudes, et se situe relativement proche du foyer volcanique. Un atelier lithique a même été mis au jour à Kota Tampan dans la région de Lengong, en Malaisie, associé à des dépôts cinéritiques attribués à cette explosion (Majid, 2003).

35Ce second événement pourrait avoir eu le dernier mot sur les descendants insulaires des survivants du premier cataclysme (Widianto & Zeitoun, 2003) voire des effets sur la population mondiale (Ambrose, 1998 ; Lahr & Foley, 1998).

36Là encore, il convient d’apporter des éléments en faveur ou à l’encontre de cette hypothèse.

37La question d’une colonisation, d’abord continentale, par une nouvelle espèce humaine reste posée. Des études récentes ( Voris, 2000 ; van den Bergh et al, 2001 ; Woodruff, 2003) du changement du niveau marin depuis le Pléistocène indiquent que, même si ce fut pour de petites périodes, il y a toujours eu des ponts péninsulaires entre le continent asiatique et l’Indonésie.

38À Flores, des équipes (Sondaar et al., 1994 ; Morwood et al, 1999) ont mis au jour et daté autour de 800 000 ans une industrie lithique ancienne. Même si les passages entre les îles ont pu exister pour de très courtes durées de temps, l’existence de ces connexions intermittentes, mais possibles à n’importe quelle époque (Voris, 2000), permet d’expliquer une traversée à pied sec des humains. Cette possibilité permet d’écarter l’interprétation des auteurs anglo-saxons, pour qui la présence ancienne de l’Homme à Flores est la preuve d’une aptitude précoce à la navigation, d’autant que les travaux de Woodruff (2003) précisent que le niveau marin a pu atteindre la courbe isobathique actuelle des -200 m.

39Cette région très volcanique est un arc insulaire généré par un mécanisme de subduction-surrection alimenté et ponctué par des remontées magmatiques. La surrection accompagnée de phases érosives potentiellement fortes aura alors naturellement généré des apports de sédiments terrigènes dans les mers et en particulier à proximité des côtes et des hauts-fonds. Cette dynamique a ainsi pu former des rides sédimentaires péninsulaires éphémères ; les accumulations sédimentaires ayant été purgées selon un phénomène de chasse d’eau conformément au régime actuel de forts courants sous-marins. A proximité Jian et al. (2001) précisent comment dans les derniers 220 000 ans les upwellings du sud de la mer de Chine se sont intensifiés cycliquement à l’est du Viêt-Nam pendant les périodes interglaciaires puis au nord des Philippines durant les périodes glaciaires. Les changements d’intensité et de situation des courants sous-marins les plus forts peuvent ainsi tout à fait être évoqués dans ce phénomène de purge. Par ailleurs, le tsunami de l’hiver 2004 a montré comment en un « instant géologique » les contours littoraux pouvaient être modifiés à la suite de mouvements tectoniques importants (Vigny et al., 2005). La synthèse présentée ici s’enrichit maintenant d’un élément inattendu qui occasionne une remise en question en profondeur de toute la paléoanthropologie et, c’est une fois encore, en Asie du Sud-Est qu’elle a lieu.

Coup de bambou sur la paléoanthropologie

40En Indonésie s’ajoute depuis peu, la découverte de Homo floresiensis. S’agit-il d’une nouvelle catégorie humaine conformément à la mode actuelle qui consiste à multiplier les taxons, ou bien s’agit-il d’une véritable espèce nouvelle ? Si l’on en croit ses inventeurs : Morwood, Brown, Sutikna, le professeur Soejono et leurs collaborateurs (Morwood et al., 2004), ce nouveau fossile humain (photo 1) illustrerait deux faits majeurs :

  • plusieurs humanités auraient coexisté, jusque des périodes très récentes : -18 000 ans au lieu de -30 000 ans ; période à la laquelle nos cousins occidentaux néandertaliens, et les hommes de Solo disparaissent, et laissent nos ancêtres directs Homo sapiens sapiens à leur solitude supposée.

  • l’être humain serait resté extrêmement malléable face aux contraintes de l’environnement en dépit de sa maîtrise technologique (le feu, les outils), et de sa culture (les sépultures, l’art). Une stature de à peine plus d’un mètre, un crâne comparable en volume à celui d’un chimpanzé, cela n’est pas sans évoquer le mécanisme de réduction connu en biologie, et en paléontologie, sous l’appellation de « nanisme insulaire ».

41Toutefois, avant toute nouvelle attribution taxinomique, l’une des règles de la paléoanthropologie consiste à vérifier que les spécimens décrits ne présentent pas de pathologie qui leur conférerait une morphologie particulière.

42Le nanisme hypophysaire (Murray et al, 2000) est une maladie rarissime qui confère une réduction harmonieuse de l’ensemble du squelette. Cette pathologie connue en Asie, et suspectée dans le Pacifique (photo 2), s’exprime d’autant plus dans une population endogame (Maheshwari et al., 1988). L’endogamie pourra être favorisée par isolement géographique comme dans une île.

Photo 1 Crâne de l’homme de Flores

Photo 1 Crâne de l’homme de Flores

Photo 2 Fidjiens dont un individu atteint de nanisme hypophysaire

Photo 2 Fidjiens dont un individu atteint de nanisme hypophysaire

43On ne peut pas exclure cette pathologie pour les hommes de Flores, d’autant plus que le matériel de Liang Bua publié initialement par Brown et al. (2004) montre une légère flexion du tibia : un caractère connu en cas de nanisme. Pour autant, comme cela a été démontré (Jacob et al, 2006 ; Rahmawati et al., 2007) il existe encore de nos jours plusieurs individus vivant à Rampasasa à proximité de la grotte de Luang Bua dont la stature moyenne est de 1,49 m pour les hommes et 1,44 m pour les femmes.

44À partir des mesures établies pour des cas pathologiques connus au sein de populations actuelles (Maheshwari et al., 1988) et sur la base d’une population d’hommes préhistoriques dont la taille est généralement estimée à 1,50 m, une simple règle de trois (1,20 m pour les cas pathologiques/1,63 m pour la population actuelle x 1,50 m pour les fossiles) donne 1,10 m pour la stature calculée. Avec une capacité crânienne moyenne de 904 cm3 (Rightmire, 2004) pour les Homo erectus et une valeur moyenne de l’ordre de 1350 cm3 (Beals et al., 1984) pour les hommes modernes actuels, le même type de calcul donne : 1000 cm3/ 1350 cm3 x 904 cm3 = 670 cm3.

Encadré 3 Plusieurs scénarios possibles
- Les Homo erectus (l’Homme de Trinil) disparaissent vers 800 000 ans à l’exception d’une petite population qui, à Flores, évoluera au point de donner une nouvelle espèce : Homo floresiensis (l’Homme de Flores). Dans ce cas Homo soloensis (l’Homme de Solo) serait originaire du continent asiatique, et coloniserait Java après 70 000 ans.
- Les Homo erectus disparaissent vers 800 000 ans. Les Homo soloensis sont leurs descendants javanais. Les Homo floresiensis sont leurs descendants sur Flores.
Une autre hypothèse est également envisageable :
- Des Meganthropus, ou des formes plus archaïques encore sont l’ascendance de l’Homme de Flores. Dans ce cas, il y aurait eu une convergence évolutive aboutissant à des anthropoïdes très ressemblants au genre humain en Indonésie. Cette hypothèse suppose que l’Homme de Flores n’est alors pas un humain. À l’instar du Kenyanthropus, autre nom donné par certains anthropologues à l’Homo rudolfensis du Kenya !
C’est ici la taille du crâne qui semble le caractère « génant ». Nonobstant, le troisième crâne mis au jour à Dmanisi ne présente une capacité qui n’est que de l’ordre de 600 cm3 (Vekua et ai, 2002).
- Les hommes de Flores sont des cas pathologiques d’Homo sapiens sapiens appartenant à une population présentant un fort particularisme local.
- Ce sont des hommes fossiles atteints de nanisme hypohysaire ou du syndrome de Laron.

45En ce qui concerne la stature, ces résultats sont conformes aux estimations ostéologiques alors que la capacité crânienne est très inférieure à l’estimation :

  • 1 m et 380 cm3 (Brown et al., 2004) révisé à 417 cm3 (Falk et al., 2005) ;

  • 1,20 m et un peu plus de 430 cm3 (Jacob et al., 2006). Même si ces derniers auteurs précisent qu’en terme de variabilité de stature (5,5 écart-types), le fossile de Flores suit les données observées dans la population actuelle de Rampasasa, le plus étonnant est la taille très petite du crâne. Toutefois, là également, certains auteurs trouvent une conformité avec des populations atteintes du syndrome de croissance de Laron (Hershkovitz et al., 2007).

46Le débat reste donc ouvert sur le cas de Flores : nouvelle espèce ? Cas pathologique ? Particularisme régional ?

47Contrairement à ce que l’on peut lire à propos des grottes sud-est asiatique : « ...les Hommes n’ont aucune raison de se réfugier dans les grottes, comme c’est le cas dans les régions tempérées (Homme de Pékin) ou froide (Europe). Comme l’indiquent les restes de Java, les Hommes vivaient en bordure de l’eau et ont été ensevelis par les crues ! » (rapport d’expertise Eclipse II, 2005), on constate que l’exploration et la fouille des porches et des cavités des massifs carbonates du Sud-Est asiatique demeurent intéressantes et propices à la découverte de nouveaux hommes anciens.

Un pôle de diversification pour l’homme

48Quand bien même ferait-on abstraction de l’existence de deux humanoïdes robustes, le Gigantopithèque et le Méganthrope en Asie du Sud-Est, deux catégories d’homme fossile au moins sont reconnues par l’ensemble des spécialistes : l’Homme de Trinil = l’Homo erectus classique, et, l’Homme de Solo dénommé tantôt Homo erectus évolué, Homo sapiens archaïque ou Homo soloensis. à Java, vers 11 000 ans, il existe également l’Homme de Wadjak, un homme moderne (Storm, 1995 ; Shutler et al, 2004). Non loin de là, à Tabon, aux Philippines, Homo sapiens sapiens est présent vers 47 000 ans (Détroit, 2002). Si bien qu’entre 40 000 ans et 27 000 ans, et ensuite vers 17 000 ans se seraient côtoyés hommes modernes, hommes de Solo et hommes de Flores.

49Concernant les hommes fossiles continentaux, et notamment pour les plus nombreux d’entre eux connus à ce jour, en Chine, les spécialistes voient une continuité anatomique entre Homo erectus et Homo sapiens « archaïques » locaux. Cette continuité est à l’origine du modèle d’évolution multirégionale de Homo sapiens.

50L’avènement de Homo sapiens se serait ainsi produit partout dans l’Ancien Monde à partir d’une souche unique de Homo erectus ubiquiste. Cette hypothèse reste difficile à défendre du point de vue de la biologie (Vandermeersch, 1989). L’apparition d’une nouvelle espèce (la spéciation) est un événement qui ne se produit qu’une fois à un temps donné en un endroit donné. Si l’on considère en revanche que cette continuité régionale existe au sein d’une seule et même espèce, cela devient plus plausible. Il s’agit tout simplement de considérer les hommes de Pékin comme des Homo sapiens « archaïques » conformément à une analyse réalisée il y a quelque temps (voir Zeitoun, 2004) au même titre que le fossile indien de Narmada, jadis considéré comme un Homo erectus (Sonokia, 1985), est désormais reconnu comme appartenant bel et bien à l’espèce Homo sapiens (Kennedy et al, 1991 ; Cameron et al, 2004).

Encadré 4. Retour à Flores
L’analyse cladistique conduite à partir de l’ensemble des mesures réalisées sur le crâne de l’Homme de Flores a permis de le situer dans l’arbre généalogique de l’Homme. Cette analyse porte sur 123 caractères anatomiques de la calvaria. C’est-à-dire du crâne sans la mandibule ni la face (qui, en l’occurrence ne permet pas de prendre en compte tous les éléments anatomiques, plusieurs étant absents, d’autres étant détériorés) L’Homme de Flores apparaît ici (fig. 3) dans le rameau contenant des spécimens de Sangiran et le spécimen type de Homo erectus-, le crâne de Trinil. En l’état, puisqu’il est associé à ces hommes que l’on appelle des Homo erectus, il conviendrait donc de considérer l’Homme de Flores comme appartenant à cette même espèce, même si une pathologie n’est pas à exclure chez cet homme fossile.

Figure 3. Cladogramme résultant de l’analyse de 123 caractères morphologiques et de 345 indices métriques

51Ainsi retrouve-t-on le recouvrement des données métriques d’une part, et l’interférence de particularités anatomiques d’autre part, dont nos collègues chinois avancent l’existence. Ces ressemblances sont simplement le reflet de l’appartenance à une seule et même espèce fossile. Il n’y a plus de limite floue entre deux entités puisqu’il ne s’agit, en définitive, que d’une seule. Cette hypothèse doit également être testée en Thaïlande à une période où comme alternative à ce bipolarisme « sapiens/erectus » se développe la multiplication ou l’exhumation de noms d’espèces : Homo rudolfensis, Homo ergaster, Homo leakeyi, Homo microcranus, Homo georgicus, Homo antecessor, Homo heidelbergensis, Homo cepranensis, Homo soloensis, Homo floresiensis. Sur ce registre, l’Homme de Pékin, reçoit imperceptiblement un nouveau nom de baptême : Homo pekinensis (Kidder & Durband, 2004 ; voir également Zeitoun, 1996). Il serait morphologiquement plus proche de ses contemporains européens que de ceux vivant en Afrique (Carbonell et al, 2005 ; Vialet, 2005). Quels que soient leurs noms, ces hommes fossiles montrent des particularités anatomiques qui interrogent les spécialistes sur l’histoire du peuplement humain, en particulier en Asie du Sud-Est (fig. 2).

Les données paléoanthropologiques de Thaïlande

52Si l’on établit un état de la recherche archéologique, on constate qu’une présence humaine ancienne a déjà été documentée pour les périodes archéologiques dans le nord de la Thaïlande :

  • Âge du Fer (Pautreau, 1997 ; Pautreau et al., 2001 ; Me Grath & Boyd, 2001) ;

  • Âge du Bronze (Solheim, 1968 ; Pautreau et al, 1997, 1998) ;

  • Néolithique (Sangvichien, 1966 ; Douglas, 1997 ; Pietrusewsky, 1974, 1982, 1997 ; Higham & Kijngan, 1982) ;

  • Mésolithique (Sorensen, 1967 ; Jacob, 1969).

53Pour les périodes plus anciennes comme le Pléistocène final (Pookajorn et al, 1991 ; Détroit, 2002) ou la fin du Pléistocène moyen (Tougard et al., 1998), des restes humains, plus rares encore, ont été mis au jour dans le sud, le centre et le nord-est de la Thaïlande (annexe 2).

54Si plusieurs sites paléolithiques ont pu être découverts dans le nord-ouest de la Thaïlande (Prishanchit et al, 1988 ; Santoni et al, 1988, 1990 ; Pautreau et al, 1990) où ont notamment été mis au jour des outils sur galet de quartzite de façonnage unifacial, c’est à la fin des années 1970 dans la région de Lampang qu’une équipe américaine (Pope et al., 1981 ; Pope et al, 1987) a mis au jour des indices de présence humaine au paléolithique ancien suite aux travaux initiés par P. Sorensen et relayés par MacDonald & MacDonald (1976).

55Si l’on s’intéresse plus précisément aux données anthropologiques, on s’apercevra que ce sont les quatre dernières décades qui ont été les plus fécondes, notamment à l’initiative d’une recherche nationale, et ceci dans plusieurs régions de Thaïlande. On constate tout d’abord la découverte de plusieurs cimetières à l’occasion de fouilles archéologiques mais également quelques indices ostéologiques sur des sites préhistoriques. Ainsi, ont été mis au jour plusieurs squelettes humains de l’Âge des Métaux dans le Nord-Est, sur les sites de Ban Chiang, dans la province de Udon Thani (Gorman & Charoenwongsa, 1976), de Ban Prasat, dans la province de Nakon Ratchasima (Choosiri, 1992 ; Kanchanakom, 1984), de Non Nok Tha, Non Chai, et Non Mueang, dans la province de Khon Kaen (Bayard, 1984 ; Bayard et al, 1986 ; Kaosayanont, 1992). Des ossements humains ont également été recueillis, rapportés à l’Âge du Métal ancien, dans le nord de la Thaïlande dans le site de plein air de Ban Wang Hai, province de Lamphun (Tankitikon, 1987 ; Pautreau et al, 2001) et de Ban Yang Thong Tai dans la province de Chiang Mai (Prishanchit et al, 1988).

56Le site de Ban Wang Hai, qui a livré plus d’une trentaine de sépultures associant inhumations et urnes funéraires, constitue le seul véritable cimetière de l’Âge du Fer fouillé pour la région nord. Occupé de la fin du dernier millénaire avant notre ère jusqu’au début de notre ère (Pautreau et al, 2001), ce site présente des pratiques sépulcrales assez homogènes (tous les défunts étaient allongés sur le dos, les membres en extension ; les corps orientés sud-est/nord-ouest). Avec une pratique de l’inhumation des corps où les sépultures primaires, individuelles, sont majoritaires, ce site a démontré l’utilisation de cercueils en bois à l’Age du Fer.

Annexe 2 (page gauche) Localisation des sites archéologiques thaïs cités dans le texte

Annexe 2 (page gauche) Localisation des sites archéologiques thaïs cités dans le texte

57Un nombre de restes humains important a été mis au jour à proximité d’un abri-sous-roche daté de 5000 BP situé sur les hauteurs de Pra Tu Pha, dans la province de Lampang (Saengjan et al., 1997). Ce sont ici presque quarante inhumations qui ont été fouillées dont la plupart des individus sont en extension dans des sépultures primaires, associés à d’autres individus en hyper-flexion, ainsi qu’à des sépultures secondaires. Pour ces dernières sépultures, certains ossements ont été recouverts de textile et placés sur des planches en bois avant d’être inhumés avec des offrandes funéraires (Kongsuwan, 2001). Sur les sites de Pang Ma Pha, dans la province de Mae Hong Son dans le nord-ouest, c’est une soixantaine de cercueils en bois datés de l’Âge des métaux, ainsi que quatre sépultures en pleine terre (trois individus en extension, un en hyper-flexion) datées de la fin du Pléistocène et du début de l’Holocène qui ont été récemment mises au jour (Nakbunlung, 2003). Ainsi, le plus ancien squelette humain trouvé dans cette région, à Tham Lot est daté de 13 640 BP quand à proximité, à Ban Rai, l’individu inhumé en génuflexion est daté de 9 720 BP (Sidisunthorn et al, 2006).

58Dans ces régions de la moitié nord de la Thaïlande, on observe ainsi des sépultures sur l’ensemble de la période Holocène.

59Plusieurs sites existent également plus au sud comme par exemple à Lopburi. Le cimetière de l’Âge du Fer de Ban Pong Manau ou celui de l’Âge du Bronze de Ban Phu Noi servent de chantier école (photo 3). D’autre part, si plus de quarante squelettes néolithiques proviennent de la fouille du site de plein air de Ban Kao, dans la province de Kanchanaburi, dans l’ouest (Sangvichien, 1966 ; Sorensen, 1967), seul un individu d’âge mésolithique a été mis au jour à Tam Phra dans la province de Sai Yok (Jacob, 1969). Un grand nombre de squelettes humains a également été exhumé sur le site côtier de Kok Pha Nom Di dans la province de Chon Buri, au centre de la Thaïlande (Higham & Thosarat, 1999). Outre ces sépultures, plusieurs indices proviennent de prospections. C’est le cas par exemple dans plusieurs grottes du Nord-Ouest thaïlandais de l’Âge du Fer final (Nakbunlung, 1997 ; Phureepatpong, 1999).

60Pour les périodes les plus anciennes, les données anthropologiques sont très peu nombreuses. Dans le sud de la Thaïlande dans la grotte de Moh Khiew (province de Krabi) ce sont quatre squelettes humains (dont deux en extension et un en flexion) rapportés au Pléistocène final qui ont été exhumés (Pookajorn et al., 1991). Il y a ici en réalité un individu plus ancien que 25 800 BP d’après une datation du niveau sus-jacent et trois individus datés entre 8 420 et 11 020 BP selon des données rapportées par Détroit (2002).

61Pour des périodes plus anciennes encore, seule une seconde prémolaire supérieure a été découverte dans un contexte de faune pléistocène, dans la grotte de Tham Wiman Nakin dans la province de Chaiyaphum. Elle est considérée comme contemporaine des derniers Homo erectus chinois (Panwuttiyanon, 1998 ; Tougard et al, 1998). Toutefois une lecture approfondie des datations initiales (Esposito et al, 1998), mais surtout de celles directement réalisées sur la faune associée (Esposito et al, 2002) « avec une gamme allant de 8 000 à 350 000 ans » montre de nouveau l’absence de tout travail taphonomique sur cette fouille et remet en question cette affirmation.

Photo 3 Chantier école de Lopburi

Photo 3 Chantier école de Lopburi

62Enfin, des pièces osseuses crâniennes issues de la matrice de brèches calcaires récoltées à proximité d’une grotte à Ban Hat Pu Dai, dans la province de Lampang, ont été rapportées comme appartenant à un Homo erectus (Tramankit & Supawan, 2001 ; Pramankit et al, 2001). Le matériel très peu diagnosique, récolté dans les décombres d’un front de carrière qui progresse à la dynamite dans une explotation industrielle rend également difficile la reconnaissance de son contexte.

63Suivant ce bilan régional et chronologique, il n’y a jusqu’ici qu’un faible nombre de restes ostéologiques. La recherche anthropologique thaïe est encore jeune. Plusieurs analyses anthro-pobiologiques (Subhawan, 1984 ; Choosiri, 1992 ; Kae-Inn, 1999 ; Kongsuwan, 2001) et anthropométriques (Brooks & Brooks, 1987 ; Pietrusewsky, 1974), ainsi que des études comparatives générales ont cependant également été entreprises sur le matériel archéologique (Pietrusewsky, 1978 et 1981 ; Nakbunlung, 1994). Différents types d’analyses plus détaillées concernant la pathologie ou les causes du décès (Houghton & Wiriyaromp, 1984 ; Rattarasan, 1989 ; Phureepatpong, 1995 ; Pietrusewsky, 1997 ; Douglas, 1997 ; Tayles, 1999) ont été réalisées, mais de nombreuses données archéo-antropologiques ne sont pas encore publiées. Le sous-sol de la Thaïlande n’a encore livré que peu d’indices anatomiques de présence d’homme préhistorique très ancien. Aussi, dans le cadre de la Mission paléolithique franco-thaïe, il s’est agi d’identifier, puis d’explorer plusieurs contextes susceptibles de mettre au jour des restes humains et des vestiges de l’activité anthropique à cette période charnière qu’est le Pléistocène. Cette zone est aujourd’hui encore en prise avec la diffusion de populations dites « traditionnelles » (Lahu, Lisu, Karen, Hmong, Akha, Yao, Shan, Yuan) principalement originaires du nord et de l’ouest.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Annexe 1 Répartition spatiotemporelle des sites à hommes fossiles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 2 Phylogramme du genre Homo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Photo 1 Crâne de l’homme de Flores
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photo 2 Fidjiens dont un individu atteint de nanisme hypophysaire
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 3. Cladogramme résultant de l’analyse de 123 caractères morphologiques et de 345 indices métriques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Annexe 2 (page gauche) Localisation des sites archéologiques thaïs cités dans le texte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Photo 3 Chantier école de Lopburi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1834/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search