Version classiqueVersion mobile

Préhistoires au sud du Triangle d’or

 | 
Valéry Zeitoun
, 
Hubert Forestier
, 
Supaporn Nakbunlung

Introduction

Texte intégral

1L’étude des peuplements, des techniques et des changements de l’environnement aux temps préhistoriques en Asie du Sud-Est n’implique que relativement peu de chercheurs en comparaison de ceux qui se consacrent à l’Afrique ou à l’Europe pour les mêmes périodes. Pour autant, centre de gravité de la population mondiale actuelle, l’Asie, et plus particulièrement l’Asie du Sud-Est, est une zone témoin de l’avènement d’une multiplicité tant culturelle que biologique pour la période présente. C’est ainsi dans le cadre d’une relecture des événements qui, sur le temps long, ont abouti à la pluralité actuelle de l’homme moderne et de son environnement dans cette partie du monde qu’a été constituée une équipe scientifique pluridisciplinaire.

2La motivation de la recherche que nous avons initiée dans le nord de la Thaïlande s’enracine toutefois dans la tradition puisque, historiquement, l’Extrême-Orient est le territoire qui a vu naître la paléoanthropologie avec les travaux pionniers d’Eugène Dubois à Trinil, en Indonésie. Ensuite, ce sont d’autres importantes découvertes qui s’y sont déroulées tout au long du xxe siècle avec d’une part, une succession de sites à hommes fossiles à Java : Perning, Sangiran, Ngandong et, d’autre part, sur le continent, le fameux site chinois de Zhoukoudien. Ces territoires asiatiques ont ainsi longtemps tenu un rôle phare dans la recherche des premiers humains avant d’être éclipsés un temps par l’Afrique.

3L’Asie sort de l’ombre, à l’ouest d’abord, grâce aux fabuleuses découvertes géorgiennes de Dmanisi, puis récemment, à l’est, avec l’étonnant petit homme de Flores. C’est dans ce contexte que, curieux et enthousiastes, plusieurs chercheurs se sont associés dans une dynamique pionnière visant à compléter la carte des sites préhistoriques du nord de la Thaïlande. La seule prétention des auteurs est ainsi, ici, de rendre compte de résultats inédits et d’intéresser la plus large audience possible au passé de cette partie du globe négligée ou même méconnue du monde de l’archéologie.

4Les connaissances actuelles du Sud-Est asiatique, tant dans les domaines de l’anthropologie, de l’archéologie des techniques et de l’environnement sont mises en perspectives dans trois premiers chapitres de synthèse qui permettent de prendre conscience de l’intérêt des sujets abordés mais également de l’ampleur du travail qui reste à faire dans ces domaines. Sont relatés ensuite les cheminements tant intellectuels que sur le terrain, qui ont conduit à la découverte de plusieurs sites nouveaux. L’analyse de ces sites est exposée sous une forme narrative et descriptive contribuant à porter un regard neuf sur le peuplement de l’Orient extrême.

5Dans un dernier chapitre, l’ambition de l’ouvrage est de rendre compte de données originales. Faute de références régionales bien établies, il n’est pas encore possible d’en exploiter plus avant les retombées. Les données brutes sont exploitées et menées jusqu’à une réflexion plus avancée que pour deux cas, celui de la technologie lithique et celui de la mise en place des restes fauniques en milieu karstique, il ne faut voir ici qu’une restitution de données mises à la disposition de la communauté scientifique.

Figure 1. Carte de migration des premiers humains

À la recherche des premiers hommes en Asie du Sud-Est

6Compte tenu des récentes découvertes de terrain, les informations relatives aux peuplements préhistoriques du continent eurasiatique depuis l’Afrique s’affinent et suscitent de nouveaux modèles quant aux migrations qui ont ponctué l’occupation de l’ensemble des territoires de tout l’Ancien Monde (l’Afrique, l’Asie et l’Europe). Ainsi, si les indices les plus anciens de présence humaine et d’activité élaborée sont décrits en Afrique de l’Est autour de 2,5 millions d’années, hors d’Afrique, la présence ancienne de l’homme serait attestée vers 1,8 million d’années en Asie occidentale, en Géorgie, sur le site de Dmanisi. Bien que contestées, des datations très anciennes ont été réalisées pour des territoires plus orientaux : 2,0 millions d’années à Longgupo en Chine (Wanpo et al, 1995), 1,8 million d’années à Perning et 1,65 million d’années à Sangiran (Swisher et al., 1994) en Indonésie. Ces premiers humains non africains sont des Homo erectus ou des Homo ergaster. Se pose ainsi la question d’un enracinement humain ancien en Asie (fig. 1) voire d’une origine asiatique de certaines lignées humaines.

7Après 1,1 million d’années, toujours depuis l’Afrique orientale, plusieurs découvertes d’ancêtres plus directs des Homo sapiens archaïques sensu lato suggèrent que ces humains se répandent à leur tour sur tout l’Ancien Monde où ils acquièrent régionalement des spécificités morphologiques. C’est là le nouveau paradigme, le nouvel état des connaissances qui se dessine et qu’il convient de mettre à l’épreuve des faits. Comment s’articulent les mouvements de cette nouvelle population avec les descendants asiatiques des premiers Homo erectus ?

8A des périodes plus récentes qui appartiennent encore au domaine du Paléolithique, avec des datations autour de 40 000 ans pour les fossiles indonésiens de Ngandong et Sambungmacan (Swisher et al, 1996 ; Falguères et al, 2001), une des très intéressantes questions qui concerne plus particulièrement le Sud-Est asiatique - confins orientaux d’une Eurasie néandertalienne - a trait à ce qui s’est produit entre deux espèces humaines : Homo erectus et Homo sapiens.

9Y a-t-il eu continuité biologique et donc, une évolution sur place suivie d’une différenciation dans cette aire géographique ou bien, au contraire, un remplacement des Homo erectus par des Homo sapiens venus de l’ouest ou du nord ?

10La spéciation d’une troisième espèce autochtone (Homo soloensis) est-elle envisageable ?

11L’hypothèse d’une quatrième espèce découverte récemment sur l’île de Flores est déjà posée : Homo floresiensis (Brown et al., 2004) quand l’identification rétroactive d’une cinquième espèce continentale, Homo pekinensis, se dessine imperceptiblement dans les publications anthropologiques les plus récentes (Kidder & Durband, 2004 ; Carbonell et al., 2005).

12L’Asie du Sud-Est est-elle un pôle de diversification pour l’homme ? Voici des interrogations qui, prémices de la compréhension des différentes dynamiques ayant articulé les mécanismes de peuplements sud-est asiatiques, se dégagent quand on regarde les nouvelles données scientifiques disponibles.

13Ce territoire extrême oriental est en tout cas à l’origine de la question (mais certainement aussi de sa réponse) d’une évolution ubiquiste de notre espèce (Homo sapiens) partout dans l’Ancien Monde à partir d’une souche Homo erectus ou bien d’une évolution régionale africaine suivie, elle, d’une expansion globale avec un remplacement systématique des anciennes populations endémiques.

14Prélude de la compréhension du monde actuel, ce sont ici des problématiques cruciales en paléoanthropologie qui nécessitent par ailleurs de tester si, comme cela semble être le cas en Afrique ou en Europe, ce sont bien, au départ du moins, les changements climatiques globaux et leurs expressions locales qui commandent les phénomènes biologiques évolutifs humains majeurs avant de déterminer des différences culturelles. L’Asie du Sud-Est est une des zones du globe des plus peuplées et des plus enclines au développement. Nous abordons ici la question de ses racines et de son patrimoine. S’il est vrai que s’y est engagée dernièrement une déplorable course nationaliste qui vise à reconnaître de supposées racines plus que millénaires dans tel ou tel État à des fins politiques (Sautman, 2001 ; Laudet, 2006), c’est dans une perspective de recherche résolument objective que s’inscrit notre démarche.

Un choix raisonné et raisonnable

15Située entre deux pôles préhistoriques (l’Indonésie et la Chine) et à la confluence de deux pôles culturels majeurs (l’Inde et la Chine), mais également carrefour géologique et climatique, la Thaïlande est un laboratoire idéal pour tester si les premières populations humaines du Sud-Est asiatique sont susceptibles d’avoir subi les contrecoups de deux événements majeurs ayant pu avoir des retentissements paléoécologiques et biologiques importants dans cette région :

  • un impact météoritique géant, qui s’est exprimé il y a 800 000 ans par une pluie de tectites affectant une zone qui s’étend du nord de l’Australie au sud de la Chine, avec vraisemblablement des conséquences importantes et instantanées sur l’environnement régional,
  • une explosion volcanique géante (plus de 2 500 fois celle du Mont Saint Helens de 1980), la plus grande connue pour le Quaternaire, ayant eu lieu au nord de Sumatra vers 73 000 ans. Cette méga-éruption est documentée dans les niveaux archéologiques de Lenggong en Malaisie (Majid, 2003) et a laissé des traces jusqu’aux marges du sous-continent indien et de l’Arabie dans les sédiments marins. Un changement climatique important et synchrone de cette méga-éruption est enregistré grâce aux isotopes de l’oxygène contenu dans les glaces polaires ou les sédiments carbonatés des grottes (Lang et al. 1999).

16Les hommes et les environnements préhistoriques de Thaïlande, dès lors qu’ils seront mis au jour, nous éclaireront sur l’évolution de l’interdépendance entre l’homme et son milieu. Un aspect particulier de cette question, qui est propre à l’Asie du Sud-Est, est celle du développement culturel des populations compte tenu du rôle joué par la géographie, par l’environnement et ses ressources spécifiques. En effet, la flore subtropicale, et plus particulièrement la présence du bambou, auraient constitué un environnement ne « nécessitant » pas le développement technologique existant ailleurs (Europe, Afrique, Proche-Orient, Asie centrale ou septentrionale) aux mêmes périodes (Pope, 1989).

17Y a-t-il, pour les périodes ultérieures, un lien entre le développement technologique lithique et le mode d’approvisionnement en matière première (Forestier, 2003) et l’évolution de l’environnement local de manière concomitante aux changements climatiques globaux ?

18En ce qui concerne l’influence des éléments naturels, se pose la question de l’existence d’un « déterminisme géographique » fort lié au réseau hydrographique avec des voies de passages privilégiées d’une part, et des massifs calcaires obturateurs d’un accès direct à l’eau d’autre part. Ces interrogations valent pour toutes les périodes avec, en Asie du Sud-Est, un « Mésolithique » très particulier, une néolithisation originale et un développement technologique et métallurgique diachronique par rapport à l’Afrique, à l’Europe ou à l’Asie centrale et septentrionale.

19Dans un nouveau contexte anthropologique, la pertinence du choix de la Thaïlande, à l’orée des espaces continentaux et insulaires, en marge des contreforts himalayens des mondes indiens et chinois apparaît ainsi évident pour répondre aux problématiques du peuplement de l’Asie du Sud-Est. Un Sud-Est asiatique qui est à la fois l’exutoire de ces blocs continentaux et le réservoir d’un monde pacifique et plus loin, australien et américain.

20La Thaïlande est également située à la marge (fluctuante) de deux domaines biogéographiques : indochinois et sondaïque, dont le battement latitudinal au cours du temps est un des marqueurs de la modification effective du milieu tropical. Le rôle de cette fluctuation peut avoir été nodal pour l’expansion et les migrations des premiers humains sur les confins orientaux de l’Ancien Monde puis la conquête du Nouveau.

21Pour l’heure, parce que ce sont les plus vieux jalons de la compréhension du développement humain avant l’Holocène, les sites à identifier concernent le Pléistocène moyen et final. Ceux-ci correspondent à la période qui couvre les deux grands événements régionaux (astronomique et volcanique) que sont la pluie de tectites aus-tralasiatique et la méga-éruption de Toba. Ce dernier événement, plus proximal, est peut-être le plus important. En effet, le rôle du volcanisme régional dans la dégradation du climat sur la frange latitudinale entre 10° et 20° de latitude nord est un élément reconnu comme majeur par les différents auteurs (Bryson & Goodman, 1980 ; Robock, 1991, 2000 ; Sigurdsson & Laj, 1992). En amont de l’avènement de l’humanité moderne, son impact sur la différenciation entre espèces humaines (Ambrose, 1998 ; Lahr & Foley, 1998) est une hypothèse qu’il est justement possible de tester en Thaïlande, sous ces latitudes.

22Même si des déterminismes géographiques ou des effets sociétaux ou démographiques peuvent exister, dans une approche naturaliste, c’est le constat du synchronisme ou de l’achronie entre ces événements, le changement climatique, l’évolution de la faune (y compris l’homme) et de la flore, qui permettra de restituer ou non une séquence causale. Par la mise au jour de tels indices et par la réalisation de la trame chronologique (biochronologie, géochronologie) dans laquelle s’insèrent ces événements, il est envisageable de pouvoir déterminer dans quel sens se sont faits les différents échanges fauniques successifs entre l’est et l’ouest, le nord et le sud, entre différentes zones biogéographiques asiatiques. Il est même possible de poser la question en terme de pulsations (emphase/réduction) de la biodiversité au cours de cette période.

23Ainsi, l’étude du peuplement humain nécessite d’accéder en premier lieu à son objet d’étude dans une dimension historique, culturelle et biologique. L’homme, objet d’étude, est traité dans un premier chapitre qui présente une synthèse et un bilan des connaissances actuelles en paléoanthropologie et plus particulièrement des travaux spécifiques qui concernent le Sud-Est asiatique. Après avoir exposé comment la paléoanthropologie est née en Asie du Sud-Est, un bref état des données paléoanthropologiques mondiales est dressé où sont décrits les modèles de peuplements retenus de nos jours par les paléoanthropologues. À cette occasion, des informations originales concernant la dernière découverte médiatique d’homme fossile dans cette zone (l’Homme de Flores) sont produites. Ce chapitre se termine par un bilan plus régional permettant de diffuser des données inédites propres à la Thaïlande et issues de la recherche de nos partenaires locaux.

24Mais l’homme se définit aussi par sa culture. Après avoir mis l’accent sur la faiblesse des études préhistoriques en Asie extrême orientale et démontré la non réalité de la ligne de Movius, c’est l’histoire de la découverte du Hoabinhien, faciès culturel typique de cette partie du monde qui est restituée dans un deuxième chapitre. Ayant discuté de son aire de répartition tant géographique que chronologique, et de ses modalités de diffusion, une réflexion plus profonde, nourrie des résultats de terrain obtenus par notre équipe, est développée notamment sur la réalité du Hoabinhien comme entité techno-fonctionnelle en l’état des connaissances. Une proposition de définition, avec l’identification de trois chaînes opératoires est proposée et illustrée notamment sur le matériel original de Lampang, considéré comme le plus ancien connu pour la Thaïlande. Un développement est ensuite proposé autour des problèmes de fonctionnalité et d’adaptation au milieu du matériel hoabinhien.

25L’environnement, source de contraintes, d’adaptation ou même d’évolution pour l’homme biologique et pour l’homme culturel fait l’objet d’un troisième chapitre qui propose un état des composantes actuelles de la biodiversité régionale pour les taxons mammaliens. Ainsi sont décrites les deux entités fauniques - indochinoise au nord et sondaïque au sud - mais également l’histoire de la fluctuation de leurs marges relativement aux changements du niveau marin et du climat.

26A l’occasion de la description des changements environnementaux qui ont modifié l’importance respective de ces réservoirs animaliers sur le territoire thaï au cours du temps, sont donnés les modèles explicatifs actuels proposés par la biogéographie. Au-delà du constat d’une lacune des connaissances pour les données régionales, ce chapitre met en avant les limites interprétatives de l’utilisation des données paléontologiques en terme de « paléoécologie » explicative.

27Même si les études sud-est asiatiques sont relativement peu nombreuses, et très certainement encore incomplètes, la Thaïlande, située sous des latitudes propices pour répondre aux questions de peuplement, n’est pas complètement exempte de travaux dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire du peuplement humain ni même en paléontologie, apte à rendre compte des changements de la biodiversité au cours du temps. C’est la raison pour laquelle, dans chacun des chapitres un bilan régional met en lumière les travaux originaux réalisés, le plus souvent par nos partenaires thaïs, pour les trois domaines traités : anthropologie, culture et environnement.

28Suite à ces « mises en situation », un quatrième chapitre illustre quels ont été les cheminements, tant intellectuels que sur le terrain, pour apporter des réponses aux questions ayant trait au peuplement. Sont ainsi exposées les propriétés géologiques particulières du terrain nord thaïlandais. Ces données naturalistes indiquent sur quelle base et à partir de quel support il a été possible d’élaborer une stratégie d’acquisition des données de terrain, mais plus encore de révéler les clés permettant d’accéder aux indices de présence et d’activité humaine ancienne. Fort du constat, sur le terrain, d’une occupation anthropique millénaire des cavités sous forme de lieu funéraire, nous avons établi un bilan régional des connaissances quant à ces pratiques.

29Au-delà de cette question qui pose le problème de la pérennité d’une occupation troglodytique, nous avons cherché une explication au problème d’accès aux vestiges du passé. Cette fois-ci, il ne s’est pas agi de considérations géologiques, mais paradoxalement, de manière plus terre à terre, de considérations théologiques.

30Pourquoi les cavités sont elles si fréquemment utilisées comme lieu de recueillement ou de retraite par la communauté bouddhiste, entravant parfois l’action de la recherche archéologique, détruisant le plus souvent les archives de la Terre ?

31Après ces éclaircissements, sont traitées, d’une manière circonstanciée et illustrée, nos actions sur le terrain avec le souci constant de montrer par le détail les données les plus élémentaires afin que chacun puisse évaluer la réelle portée des interprétations qui peuvent en être faites. Ainsi, chaque fois que nécessaire sont donnés avec précision les arguments géologiques et taphonomiques utiles à la compréhension de la mise en place des sites archéologiques découverts. Ces éléments explicatifs apparaissent, comme toujours, liés à l’environnement et à ses modifications au cours du temps, illustrant que la mémoire des archives anthropiques est tout autant préservée que détruite par les phénomènes biologiques et géologiques naturels. Mais avant d’aborder ces synthèses et leurs développements en regard de notre contribution originale, nous devons encore donner ici quelques explications quant au choix qui a engagé une équipe pluridisciplinaire pendant quatre années sur le terrain nord-thaïlandais.

Un contexte géographique et archéologique favorable

32Du fait de sa physiographie, le nord de la Thaïlande possède un fort potentiel de conservation des vestiges anthropiques depuis le Paléolithique. Cette aire géographique se situe sur la route migratoire naturelle entre les domaines indiens, à l’ouest, et chinois, au nord, et la péninsule sud-est asiatique vers l’archipel indonésien, au sud ; des domaines ayant, déjà, chacun livré des fossiles humains. D’autre part, les changements climatiques (Voris, 2000) et ceux, concomitants, de la végétation (Heaney, 1991) et de la faune (Tougard et al., 1996 ; Tougard, 2001) ont déterminé un environnement original où, dans chaque cas, la Thaïlande est demeurée un carrefour et un axe de passage potentiel pour la migration des hommes. Le choix de réaliser des recherches dans la partie la plus septentrionale de la Thaïlande repose ainsi sur sa double qualité d’aire de passage et d’aire d’habitat favorable, entre plaines et montagnes, mais aussi sur sa capacité à enregistrer et conserver les témoins des activités humaines.

33Il est un fait que la plupart des terrains sud-est asiatiques restent pauvres en références bien établies. Sur le continent, exception faite peut-être de la Chine, l’incomplétude des travaux reste importante malgré ceux initiés dans les années 1930 (Colani, 1930 ; Sarasin, 1933 ; Fromaget, 1936 ; Arambourg & Fromaget, 1938) et le regain d’intérêt suscité depuis les années 1980, notamment en Thaïlande (Pope et al, 1981 ; Higham & Kijgnam, 1982 ; Ginsburg et al, 1982).

34L’absence de référentiel régional solide rend encore nécessaire un travail d’exploration dans les domaines de la géologie du Quaternaire, la paléontologie, la préhistoire et la paléoanthropologie pour mieux connaître le présent. Les recherches initiales concernant la faune plio-pléis-tocène du Centre et du Nord-Est thaïlandais (Ginsburg et al., 1982) ont été relayées par des travaux qui ont permis d’établir un début d’inventaire de la faune (Chaimanee et al., 1993 ; Chaimanee & Jaeger, 1993 ; Chaimanee, 1997 ; Tougard, 1998) et un début de calage stratigraphique (Pope et al., 1986 ; Sasada et al, 1987 ; Esposito et al., 1998). D’autres sites, au sud de la Thaïlande, quand ils ont été l’objet d’études stratigraphiques (Anderson, 1990 ; Pookajorn et al., 1994), présentent un continuum chronologique important avec des indices culturels et fauniques.

35Notre travail d’exploration et de prospection apporte ici des informations originales sur l’activité culturelle et l’habitat anthropique, mais également sur la faune du Pléistocène supérieur : une période où l’homme est déjà présent en Thaïlande (voir Tougard et al., 1998). Le potentiel archéologique du territoire thaï a été l’occasion de participer au nouveau souffle de la recherche paléoanthropologique et de contribuer à la compréhension de l’état du monde asiatique à l’aube de l’Holocène.

Un modèle à tester, un nouveau paradigme à établir

36Tout écrit concernant l’origine de l’homme, quand il n’est pas du ressort de la métaphysique, mais du domaine scientifique, repose sur des faits. Des faits qui génèrent des modèles, qui toujours seront interprétatifs, et devront donc sans cesse être testés à la lumière de nouvelles données elles-mêmes, le plus souvent, acquises sur le terrain. Le modèle d’adéquation entre changements environnementaux et radiation humaine proposé pour l’Afrique orientale (voir un bilan dans Zeitoun, 2000) a été conforté par les découvertes ultérieures de plusieurs taxons humains.

37Cette radiation humaine et l’expansion géographique qui a suivi présentent une application régionale évidente en Asie du Sud-Est. Dans l’époque formidable que nous vivons où les anciens paradigmes paléoanthropologiques craquent en Afrique (« Tournai » Brunet et al., 2002 ; « Orrorin » Senut et al, 2001 ; Pickford et al, 2002 ; « Abel » Brunet et al, 1995, 1996) et se construisent en Asie, avec de nouvelles données pour les premiers anthropoïdes et l’Homme (Kunimatsu et al, 2003 ; Morwood et al., 2004 ; Brown et al., 2004), notre démarche a visé à recueillir des données inédites et originales sur la présence des premiers représentants du genre Homo en Thaïlande.

38Dans le cadre d’une recherche de terrain, il s’agissait ainsi d’établir le constat d’une synergie entre changement climatique et activité humaine par la mise au jour d’indices anthropiques depuis le Pléistocène, notamment en complétant un inventaire chronologique imparfait, en particulier pour le Paléolithique dans un contexte karstique subtropical potentiellement favorable à l’établissement de stations de chasse ou d’habitats. En aucun cas, il ne s’est agi de fouiller des sites déjà répertoriés de longue date ou bien en cours d’exploitation. L’objectif était, et reste, d’apporter des connaissances nouvelles et inédites. Une telle entreprise, bien que plus risquée tant intellectuellement que physiquement, était plus prometteuse en terme d’apport scientifique novateur. Fondés sur un travail d’analyse documentaire initial, sont ainsi dévoilés dans cet ouvrage les résultats d’un programme de prospection mené pendant quatre années. Sont exposés les caractéristiques des différents sites découverts, principalement dans le sud-ouest du Triangle d’Or, avec pour fil directeur une analyse technologique poussée pour chacun des assemblages lithiques recueillis en surface ou en fouille. Pour ce qui est des restes fauniques, c’est essentiellement l’étude des sites de Ban Fa Suai qui a été développée, avec ses aspects géologiques et taphonomiques. Points de vue qu’il est nécessaire d’exprimer pour rendre compréhensible la mise en place et la conservation des restes, ainsi que pour rendre exploitables (dans la limite du possible) ces données en terme de restitution de l’évolution de l’environnement. Selon cette optique, un apport majeur a été livré en démontrant le possible enregistrement de variations écologiques en milieu forestier subtropical.

39C’est au cours de ce quatrième chapitre narratif du travail exploratoire réalisé sur le terrain qu’une documentation complète est rendue. Chaque fois, les difficultés du terrain ont été relatées pour rendre compte du cheminement et des différentes étapes entre le questionnement théorique et la réalité ; l’accès à l’information et les limites de son interprétation. Le fil rouge de l’exploration a été l’occupation anthropique des grottes, ces réceptacles de sédiments, de restes et de vestiges qui constituent les enregistrements des activités humaines et des changements de l’environnement au cours du temps. Ainsi, le cheminement aux marges méridionales du Triangle d’Or est rapporté avec une illustration des contextes et, dans le cas le plus favorable, des découvertes réalisées.

40Selon leur importance, ce sont des études détaillées des objets et de leur mise en place qui sont présentées avec, en permanence, l’intervention et le commentaire de spécialistes. Plusieurs sites archéologiques nouveaux ont été exhumés qui, par leur étude et l’analyse de leurs objets, apportent des réponses aux questions malgré les limites interprétatives toujours posées avec soin. Au-delà des possibilités de réponse suggérées, le descriptif du matériel recueilli constitue un apport conséquent à un ensemble régional par trop négligé. Ce rendu de résultats auprès de la communauté scientifique contribuera, nous l’espérons, à une recherche future plus étoffée.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de migration des premiers humains
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 461k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search