Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 33. Les appuie-tête de l’Afrique orientale

Un témoin culturel

Christian Bader

Texte intégral

photo > Guerrier hamar avec son borkoto ou appuie-tête (Turmi, Éthiopie, 2002).

1Des tombeaux égyptiens de la IIIe dynastie (2600-2500 av. J. C.) jusqu’aux campements des Turkana du Nord kényan, un modeste objet de bois, dont les origines se perdent dans la nuit des temps, a traversé, presque intact, près de cinquante siècles : l’appuie-tête, également appelé repose-tête.

2Cette exceptionnelle longévité, cette permanence remarquable des structures et des formes, l’appuie-tête les doit à sa fonction première, qu’il remplit à la perfection : offrir un support pour le repos d’un détenteur soucieux de préserver l’ordonnancement de sa coiffure. L’ancienneté des appuie-tête égyptiens, dont on trouve d’ailleurs des exemplaires ornementaux en ivoire, en céramique ou en albâtre, ne leur confère cependant aucun caractère originel. Répandu depuis les falaises de Bandiagara au Mali, où les Tellem le fabriquaient entre le onzième et le quatorzième siècle de notre ère, jusqu’au sud du continent, où certains peuples bantu, comme les Himba du nord de la Namibie, continuent de l’utiliser, l’appuie-tête est en effet un objet authentiquement africain. Les civilisations du bassin du Congo en offrent de somptueux exemples, auxquels certains appuie-tête recueillis chez les Bantu d’Afrique australe, plus portés à la stylisation, n’ont du reste rien à envier.

Un objet hérité de l’Antiquité

  • 1 L’« aire karimojong », où sont établis les « Para-Nilotes du Centre » (Turkana, Karimojong, Toposa (...)
  • 2 Voir des exemples chez William J. Dewey (1993), p. 30, et Christiane Falgayrettes (1989), p. 12, 1 (...)
  • 3 Pour les appuie-tête du Soudan, voir Michael Zapf (1986).

3Les appuie-tête monoxyles de la vallée du Rift ont pour caractéristique, sans doute unique au monde, d’être directement issus de formes en usage dans la plus haute Antiquité – dont attestent les chevets sortis des nécropoles de Thèbes et des tombes de Kafr Ammar – et d’être encore fabriqués de nos jours dans toute la Corne de l’Afrique, notamment par les ethnies du désert danakil, de la basse vallée de l’Omo et de l’« aire karimojong »1. La similarité de formes (un socle quadrangulaire surmonté d’un élément de soutènement sur lequel repose un plateau incurvé) est en effet frappante entre les chevets égyptiens ou ûres2, dont on se servait encore à la fin de l’Antiquité, les appuie-tête jigid que livrèrent les fouilles réalisées en Nubie entre la première et la troisième cataracte du Nil, et qui furent en usage entre 2000 av. J. C. (culture dite « Kerma », puis méroïtique) et la première moitié du dix-neuvième siècle3, et le metar’as dont les Bedja, les Tigré et les Saho des rives de la mer Rouge se servaient encore dans les années 1950.

4Cette forme très classique, que l’on retrouve dans son élégante sobriété en Éthiopie, chez certains clans oromo (tels les Karayyu de la haute vallée de l’Awash et les Arsi de la région de Shashemene) et, dans une certaine mesure, chez les Somali du Sud, se décline abondamment dans toute la région, avec quelques constantes : ainsi l’usage exclusif du bois pour le corps de l’objet, agrémenté parfois d’ornements de cuir, de métal ou de verroterie, l’emploi d’un seul morceau pour sa fabrication (auquel seuls semblent avoir parfois dérogé les Oromo de l’ancien royaume de Jimma) et la tendance à la stylisation, associée à une absence systématique des représentations anthropomorphes ou zoomorphes si fréquentes dans le bassin congolais.

Figure 1. Diffusion des appuie-tête monopodes en Afrique orientale.

L’utile et le beau

5Parfois assez solide pour servir également de siège, l’appuie-tête était encore utilisé, il y a à peine une cinquantaine d’années, par la quasi-totalité des peuples de la Corne de l’Afrique, à l’exception notable des grands peuples de langue sémitique de l’Abyssinie historique (les Amhara et les Tigréens ne le connaissent pas, pas plus que les Argobba et les habitants de la cité de Harar), ainsi que de certains clans somali et de quelques populations sédentaires de langue omotique établies dans les montagnes du sud-ouest de l’Éthiopie. Partout ailleurs, de Port-Soudan jusqu’au lac Baringo et du nord-ouest de l’Ouganda à l’océan Indien, l’appuie-tête constituait un élément de la culture matérielle, indissociable des coiffures traditionnelles très élaborées dont la pratique était répandue dans toute la région, et dont il accompagne du reste le déclin. Cette corrélation, que certains auteurs mettent en doute, apparaît comme une évidence.

  • 4 Voir Guglielmo Massina, I miei trentacinque anni di missione nell’alta Etiopia (Rome-Milan), vol. (...)

6Si les étonnantes formes que les habitants du royaume de Käffa donnaient jadis à leur chevelure4 appartiennent à un passé révolu, et si les Bedja et les Somali ne portent plus que rarement les cheveux longs, taillés en demi-lune, d’autres peuples continuent d’apporter le plus grand soin à leur coiffure : les Afar et les Oromo animistes du sud de l’Éthiopie arborent encore aujourd’hui des tresses enduites de graisse ou de beurre ; dans la vallée de l’Omo et le nord-ouest du Kenya, chez les peuples influencés par la culture karimojong (Pokot, Turkana, Nyangatom, Daasanech, Hamar, Bena, Kaara, Ts’amako), les hommes adultes portent encore le traditionnel chignon recouvert d’argile qui, orné de plumes et de pompons, retombait jadis jusqu’au milieu du dos. Que l’usage quotidien de l’appuie-tête se soit précisément maintenu parmi ces peuples n’est pas le fruit du hasard.

Figure 2. Des chevets égyptiens aux appuie-tête de la vallée du Rift : une parenté manifeste.

Vieux Pokot se reposant sur son ngacherr ou appuie-tête (Kapedo, Kenya, 1998).

7Mais cette fonction essentielle de l’objet, qui est d’assurer le repos de son propriétaire tout en préservant sa coiffure, n’en gouverne pas universellement l’usage. En effet, celui-ci s’est maintenu ou étendu à des peuples qui n’accordent pas un soin particulier à leur chevelure ou, à l’instar des peuples de langue surma, établis aux confins du Soudan et de l’Éthiopie, se rasent tout simplement la tête. Par ailleurs, l’appuie-tête a d’autres fonctions, qui varient de place en place et en font bien autre chose qu’un simple et anodin élément du mobilier.

  • 5 Le trona, carbonate naturel de sodium, est le complément sodique du tabac à chiquer.
  • 6 Voir Jon Abbink, « Représentation de la culture matérielle des Me’en : forme et fonction des artef (...)

8Nous dirions volontiers en Occident de l’objet qu’il est à la fois utile et beau. Il est facile de se procurer la matière première nécessaire à sa fabrication et le tailler ne requiert pas de techniques particulièrement complexes ; il est aisé de le transporter, pourvu que l’on ait pris soin de le munir d’une lanière de cuir tressé ou d’une boucle en laiton ; les occasions de s’en servir ne manquent pas : on peut éventuellement en faire un siège, y appuyer la nuque ou la joue pour dormir ou se reposer, y attacher une petite tabatière en corne ou un étui à trona5, y fixer par en dessous un petit éclat de miroir, entreposer dans le creux de son socle quelques onces de beurre, l’échanger avec celui d’un ami ou le léguer à son fils aîné. Doté de formes équilibrées, qui obéissent aux règles de la symétrie, gravé d’encoches et de motifs géométriques qui, au fil des mois, lui conféreront à la pointe d’un couteau distrait sa personnalité, il prend à l’usage une patine, un poli qui en font un objet de valeur et la fierté de son propriétaire. Notons au passage que, dans la plupart des langues locales, notamment celles des ethnies nomades, les notions d’« utile » et de « beau » se confondent, ou plutôt se transcendent. Ainsi, pour les Me’en du sud-ouest de l’Éthiopie, le robuste chakkam (appuie-tête/siège) taillé dans le bois rougeâtre de l’arbre tamshit est considéré comme un andeshe’i, une « chose bonne », « fonctionnelle »6, qui rend des services, répond le cas échéant à des exigences d’ordre rituel ou symbolique, et procure, lorsque le soin nécessaire a été apporté à sa fabrication, une satisfaction de nature indiscutablement esthétique.

Rites et symboles

9Les appuie-tête de la Corne de l’Afrique ont perdu beaucoup des propriétés rituelles et symboliques que leur prêtaient les anciens Égyptiens, pour lesquels le chevet ûres avait pour objet d’accompagner le défunt dans son voyage vers l’au-delà et de favoriser sa résurrection dans l’autre Monde. Les Somali, les Afar, les Hamar et d’autres peuples nomades continuent cependant d’attribuer à l’appuie-tête la faculté de procurer au dormeur un sommeil à la fois léger, qui lui permet de suivre les mouvements du troupeau et de réagir à temps à un éventuel danger, et propice aux songes interprétatifs et aux rêves prémonitoires. En ce sens, l’appuie-tête devient un organe proprement chthonien, qui relie son possesseur à la fois à la terre, dont il perçoit mieux les vibrations (effet accru par le trou circulaire dont le corps de certains appuie-tête afar est percé), et au monde invisible, dont les messages et les signaux lui parviennent pendant son sommeil.

10Par ailleurs, l’appuie-tête est souvent associé à des rites de passage : chez les Somali, durant la nuit de noces, l’homme place sous l’appuie-tête (barkin, barshin ou barjin) de sa jeune épouse le prix de la défibulation ; chez les Kambata d’Éthiopie, c’est à la veille de son mariage que la jeune fille reçoit des mains de sa mère le borkano, un appuie-tête votif dont elle ne se séparera plus ; chez les Hamar, les Daasanech et les Kaara de la basse vallée de l’Omo, et chez les Murlé du Soudan, les jeunes hommes, qui utilisent en guise d’appuie-tête des tripodes taillés dans des racines d’arbres, ne peuvent se servir du monopode, à la tablette en forme de selle, qu’après avoir subi les rites d’initiation.

11Enfin, la fabrication et l’ornementation des appuie-tête laisse, dans la Corne de l’Afrique, une large place à la symbolique : les Somali et les Afar gravent souvent sur leur appuie-tête des croix ou des étoiles de David, signes aujourd’hui associés à la guérison de certaines maladies des hommes et du bétail. Une croix, tracée à l’encre noire à base de suie, de feuilles brûlées, de gomme d’acacia et de beurre, figure souvent sur les appuie-tête polychromes de Guragé de confession chrétienne. On a souvent vu dans le socle arrondi des appuie-tête somali le symbole d’un pénis circoncis, dans les amples tablettes, fortement incurvées, de certains appuie-tête du Käffa les cornes des bœufs, et dans les structures ajourées des appuie-tête alaba (burqimma), hadiya (berquma) et sidamo (berko) le symbole des colonnes d’un temple.

La multiplicité des formes

12La forme originelle qui relie directement les appuie-tête des Bedja et de certains Oromo orientaux à leurs ancêtres de Nubie et de l’Égypte pharaonique ne donne qu’une idée très vague de la prodigieuse diversité qui, dans toute la Corne de l’Afrique, régit leur production. Car l’objet est aussi, et surtout, un élément essentiel de l’identification, une marque de statut social, qui varie selon l’âge, le sexe ou l’appartenance ethnique de l’individu.

  • 7 Voir Serge Tornay, Les Fusils Jaunes (Nanterre, 2001), p. 67.
  • 8 Chez les Hamar, comme l’a observé Ivo Strecker (Ethiopia Pillows from the Collection of the Ethnog (...)

13Chez certains peuples (Afar d’Éthiopie, d’Érythrée et de Djibouti, Hamar, Konso et Surma d’Éthiopie, Pokot du Kenya), l’appuie-tête est l’apanage exclusif des hommes. Dans les régions où son usage quotidien s’est maintenu, c’est-à-dire essentiellement dans la vallée de l’Omo et dans la zone d’influence de la culture karimojong, l’appuie-tête est même l’un des principaux emblèmes de l’homme, dont il apparaît en quelque sorte comme le « double matériel »7. Son propriétaire ne s’en sépare jamais, sauf pour l’échanger avec celui d’un ami proche ou en acquérir un nouveau lorsque son statut le permet ou l’exige8, en prend grand soin et considère qu’il est de mauvais augure de le briser. Au sein d’autres groupes ethniques, l’appuie-tête est utilisé également par les femmes : l’ekicholong des Turkana et des Nyangatom, le barkin des Somali et des Boni, le kaara des Daasanech, le gima des Guragé, le boraatti des Oromo Arsi comportent ainsi d’intéressantes variétés, toujours particulières, réservées à l’usage des femmes. Quant au borkano des Kambata et au qoyé des Käffa, ils étaient employés exclusivement par les femmes.

  • 9 Cet appuie-tête (que les Kaara, les Hamar et les Bena appellent borkoto, les Aari, les Konso, les (...)
  • 10 Il est intéressant d’observer ici que, si l’appuie-tête est parfois produit – notamment chez les G (...)

14Certaines ethnies font preuve, dans la fabrication de leurs appuie-tête, d’un remarquable conformisme, qui ne permet guère à l’artisan d’exprimer autrement que dans de menus détails un quelconque souci d’originalité. C’est le cas des siège/appuie-tête à tablette en forme de selle, Somali du Sud, de certains clans oromo, qui apparemment mis à l’honneur par le petit peuple reproduisent sans trop varier le repose-tête au des Kaara9. Chez d’autres, les formes individuel-socle conique, et de la plupart des peuples de la les abondent, révélant parfois un réel souci vallée de l’Omo, où s’est largement répandu le esthétique : les gima ou gyima des Guragé, les boraatti des Oromo Karayyu et des clans du Balé et, surtout, les fidheyna des Afar présentent ainsi une infinité de variations, à travers lesquelles s’expriment tour à tour l’imagination, la technique et le sens artistique du sculpteur10.

Figure 3. Boraati des Oromo Arsi (Éthiopie).

Figure 4. Amakuk des Turkana (Kenya).

Un ancien des Pokot portant sa lance et son ngacherr ou appuie-tête (Nginyang, Kenya, 1994).

  • 11 Les deux variétés d’appuie-tête portent parfois des noms différents : les Murlé appellent ainsi le (...)

15Répandus chez les peuples nilotiques du Sud-Soudan (Dinka, Shilluk, Nuer) et du Kenya (Samburu), les tripodes, généralement taillés dans une racine d’arbre, constituent une forme d’appuie-tête archaïque, et sans doute originelle chez certains peuples de pasteurs de la Corne de l’Afrique. Souvent réservé aux jeunes garçons et aux hommes non initiés, le tripode coexiste parfois avec les appuie-tête monopodes, non seulement dans des zones où s’est exercée l’influence de la culture des pasteurs nilotiques (chez les Murlé du Soudan, les Anywak du bassin de l’Akobo, les Kaara, les Hamar et les Daasanech de la Vallée de l’Omo, les Rendille du Kenya11), mais également au nord de la vallée du Rift, chez les Afar et les Oromo Karayyu, décidément très éclectiques.

16Les phénomènes de mode qui font évoluer rapidement le patrimoine culturel des peuples de la vallée du Rift, souvent d’ailleurs au détriment de la variété, n’ont pas encore empêché les appuie-tête de continuer à incarner, à l’instar des parures, des vêtements et des coiffures, l’identité souvent ombrageuse – parce que fondamentalement précaire et perpétuellement menacée – des ethnies de la Corne de l’Afrique. Même si les ekicholong utilisés dans l’aire karimojong accusent une forte tendance à l’uniformisation, même si, dans la région des grands lacs du Rift éthiopien, les cultures matérielles des différentes ethnies locales (Guragé Sebatbét, Silté, Kambata, Hadiya, Alaba, Janjero, Sidamo, Oromo Arsi et Tulama) sont soumises depuis plusieurs siècles à un processus d’interpénétration, nourri par des emprunts fréquents, il est encore relativement facile aujourd’hui de procéder, au besoin en suppléant la vue par le toucher et l’odorat, à l’identification des appuie-tête provenant d’Afrique de l’Est : aux Guragé Sebatbét le lourd chevet en forme de bloc au sommet incurvé, imprégné d’une forte odeur de beurre rance ; aux Afar l’appuie-tête en bois d’euphorbe, au socle cruciforme et à la senteur légèrement poivrée ; aux Oromo Gujji du sud de l’Éthiopie l’élégant petit appuie-tête en bois noir, dont le socle ovale est relié au plateau par de hautes colonnettes ; aux Pokot du Kenya l’appuie-tête au bois poli, couleur de miel, au plateau en forme de tuile ; aux Turkana le désormais rare amakuk en forme de U renversé, taillé dans le bois d’acacia aux sombres veinures.

17Objet de collection depuis longtemps, d’étude depuis peu, l’appuie-tête est resté dans le nord de la grande vallée du Rift un objet vivant et perpétuellement renouvelé, à travers lequel s’exprime, de manière parfois très créative, l’art de peuples pour lesquels la beauté, sans pour autant être une fin en soi, n’en est pas moins une manière de rehausser l’utile et de conférer à l’objet, si modeste soit-il, ses lettres de noblesse.

Bibliographie

Références

« Aethiopia. Objets d’Éthiopie. Catalogue de l’exposition : Aethiopia, Peuples d’Éthiopie ». In : Annales Sciences Humaines du Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, 1996.

Beckwith C., Fisher A., 1990 – African Ark Peoples of the Horn. New York, Abrams.

Best G., 1993 – Marakwet & Turkana, New Perspectives on the Material Culture of East African Societies. Francfort-sur-le-Main, Museum für Völkerkunde.

Dewey W.-J., 1993 – Sleeping Beauties. Los Angeles, University of California Press.

Dewey W.-J., 2000 – Ethiopian Pillows from the Collection of the Ethnographic Museum of the Institute of Ethiopian Studies - Addis Ababa. Addis Abeba.

Falgayrettes C., 1989 – Supports de Rêves. Paris, Fondation Dapper.

Ginzberg M., 2000 – African Forms. The traditional Design and Function of Objects. Milan, Skira.

Menjiye T., 1994 – « Artist and Actor ». In Silvermann R. A. : Ethiopia. Traditions of Creativity, East Lansing, Michigan, Michigan State University Museum.

Trowell M., Wachsmann K. P., 1953 – Tribal Crafts of Uganda. Londres, Oxford University Press.

Zach M., 1986 – Kopfstützen im Sudan. Anthropos, 81 (1-3) : 283-286.

Notes

1 L’« aire karimojong », où sont établis les « Para-Nilotes du Centre » (Turkana, Karimojong, Toposa, Jie, Dodos, Jiye et Nyangatom), comprend le nord-ouest du Kenya, le nord-est de l’Ouganda, le sud-ouest du Soudan (avec le triangle d’Ilemi) et la haute vallée de la Kibish en Éthiopie.

2 Voir des exemples chez William J. Dewey (1993), p. 30, et Christiane Falgayrettes (1989), p. 12, 17, 20, 24, 31, 34, 35 et 36, ouvrages de référence où sont par ailleurs représentés des centaines d’appuie-tête provenant du monde entier.

3 Pour les appuie-tête du Soudan, voir Michael Zapf (1986).

4 Voir Guglielmo Massina, I miei trentacinque anni di missione nell’alta Etiopia (Rome-Milan), vol. 5, 25, reproduit dans Richard Pankhurst & Leila Ingrams, Ethiopia Engraved (Londres, 1988), p. 128.

5 Le trona, carbonate naturel de sodium, est le complément sodique du tabac à chiquer.

6 Voir Jon Abbink, « Représentation de la culture matérielle des Me’en : forme et fonction des artefacts », in : Annales d’Éthiopie, 2000, vol. XVI, p. 93-106.

7 Voir Serge Tornay, Les Fusils Jaunes (Nanterre, 2001), p. 67.

8 Chez les Hamar, comme l’a observé Ivo Strecker (Ethiopia Pillows from the Collection of the Ethnographic Museum of the Institute of Ethiopian Studies, Addis Abeba, 2000, p. 17 et 19), les anciens utilisent des appuie-tête de plus grande taille, en bois plus lourd et plus dur.

9 Cet appuie-tête (que les Kaara, les Hamar et les Bena appellent borkoto, les Aari, les Konso, les Gamo et les Wolayta borkota) se dit du reste kaara chez les Daasanech, les Arbore et les El Molo, kèèré chez les Ts’amako, kjèèré chez les Karqarte, kaaré chez les Dobase et les Gollango, et karats chez les lointains Ik du nord-est de l’Ouganda. Les peuples surma (Chai, Tirma, Baalé et Mursi) l’appellent alli ou allé.

10 Il est intéressant d’observer ici que, si l’appuie-tête est parfois produit – notamment chez les Guragé – par des groupes castés d’artisans, il revient la plupart du temps à son futur propriétaire de le fabriquer : la confection de l’appuie-tête est ainsi, chez les Somali, le seul artisanat parfaitement digne d’un homme de haute naissance.

11 Les deux variétés d’appuie-tête portent parfois des noms différents : les Murlé appellent ainsi le monopode tabaany et le tripode darkama, les Rendille appellent le monopode kombor ou ombor, le tripode looriga.

Table des illustrations

Légende photo > Guerrier hamar avec son borkoto ou appuie-tête (Turmi, Éthiopie, 2002).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Figure 1. Diffusion des appuie-tête monopodes en Afrique orientale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Figure 2. Des chevets égyptiens aux appuie-tête de la vallée du Rift : une parenté manifeste.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Vieux Pokot se reposant sur son ngacherr ou appuie-tête (Kapedo, Kenya, 1998).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Figure 3. Boraati des Oromo Arsi (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Figure 4. Amakuk des Turkana (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Un ancien des Pokot portant sa lance et son ngacherr ou appuie-tête (Nginyang, Kenya, 1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1798/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

Auteur

Ethnographe, diplomate

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540