Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 31. Les sociétés d’éleveurs du Rift

John G. Galaty

Texte intégral

photo > Éleveur borana sur le marché de Yavello (Éthiopie).

1Tel un fleuve de migrations, l’histoire sociale de la vallée du Rift peut être écrite comme la saga tri-millénaire du mouvement suivi par trois courants culturels nés sur les hautes terres éthiopiennes ou dans les basses terres marécageuses du haut Nil, et qui conduisit vers le sud des populations parlant des langues sud-couchitiques, nilotiques (appartenant à la branche est-soudanique) et est-couchitiques. Comment ces grandes migrations ont-elles été influencées par les contraintes physiques et écologiques de la vallée du Rift – conditions climatiques et topographiques de la vallée, escarpements forestiers, hauts plateaux adjacents – et, à l’inverse, comment ces groupes ont-ils façonné l’écologie sociale du Rift ?

Migrations et transformations des sociétés

2Les locuteurs des groupes soudaniques et couchitiques ont tous participé aux premiers développements des traditions pastorales dans le Sud-Soudan et sur les hautes terres éthiopiennes (Ehret, 1983 : 391). Mais des conditions climatiques alors très sèches ont pu décourager un mouvement vers le sud des premiers éleveurs à travers la région aride du lac Turkana – et ce jusqu’à ce que des conditions semi-arides apparaissent il y a quelque trois mille ans (Ambrose, 1984 : 228). Dès lors, les prairies apparues dans le Rift fournirent un couloir migratoire le long duquel, en une succession historique, les éleveurs du nord accompagnés de leurs troupeaux ont pu s’avancer en direction du sud, apportant en Afrique de l’Est de nouvelles stratégies de production alimentaire.

Le Rift : un couloir migratoire

3Cette représentation historique linéaire est bien illustrée par la distribution géographique des groupes linguistiques à travers l’Afrique de l’Est contemporaine. Sur les hautes terres tanzaniennes, à l’ouest du Rift, vivent les Iraqw, les Burungi et les Alagwa, descendants les plus méridionaux des anciens locuteurs sud-couchitiques qui, pendant deux mille ans, ont prospéré dans la majeure partie de l’Afrique de l’Est. Les locuteurs des langues sud-nilotiques, descendants des premiers locuteurs nilotiques à entrer en Afrique de l’Est il y a environ trois mille ans à partir de leur berceau au Sud-Soudan, à savoir les Tatoga (incluant les Barabaig) et les locuteurs du kalenjin (incluant les Nandi, Kipsigis, Marakwet et Elgeyo), habitent les hautes terres occidentales de la vallée du Rift, les premiers en Tanzanie centrale, les seconds au Sud-Kenya. Lorsque les locuteurs sud-couchites désertèrent la région du lac Turkana pour avancer en direction du sud, ils furent remplacés par des locuteurs est-couchitiques ; certains d’entre eux, comme les Oromo (par exemple les Orma et les Boran) ou les locuteurs de la langue somali, occupèrent ensuite la majeure partie du Kenya du Nord et du Nord-Est, où ils exercent aujourd’hui encore une influence considérable. Enfin, il y a environ deux mille ans, des communautés est-nilotiques de langue maa entamèrent une longue migration vers le sud, donnant naissance aux Samburu, Maasaï, Arusha et Parakuiyo actuels, qui en vinrent à occuper une longue bande de territoires le long de la vallée du Rift et des plaines adjacentes, du Nord-Kenya au sud de la Tanzanie. Dans leur sillage, la branche Karamojong des Nilotes orientaux s’est répandue à travers les hautes terres occidentales du Rift et dans la vallée proprement dite, les derniers d’entre eux devenant les Turkana.

Migration versus transformations sociales ?

4Mais il y a une autre dimension à cette image linéaire d’une histoire est-africaine perçue sous le jour de migrations successives dans un couloir d’étendues herbeuses défini par la topographie de la vallée du Rift, où chaque groupe écarte ses prédécesseurs : cette autre dimension est celle des transformations que chaque groupe fit subir à l’environnement, à lui-même et aux autres groupes, lors de son installation et au cours de son histoire. En effet, ces groupes en mouvement continu façonnèrent l’environnement naturel et les sociétés de la vallée du Rift et s’en trouvèrent eux-mêmes transformés. Si, par exemple, la pratique de l’élevage en Afrique de l’Est, en tant qu’économie et mode de vie, fut sans doute un préalable à la migration, elle fut aussi façonnée en cours de route par l’écologie politique du Rift et par les contacts entre différentes cultures. Les communautés qui entreprirent cette migration vers le Sud furent ainsi transformées par leur installation dans de nouveaux habitats et par leurs rencontres avec des ensembles complexes de groupes présents, et elles connurent par là un processus d’« ethnogenèse » qui les fit se développer en sociétés distinctes dotées d’identités propres (Turton, 1994).

Trois zones pastorales articulées autour de lacs

5Grâce à ces interactions sociales entre groupes voisins, la société de la vallée du Rift forma un tissu culturel d’une grande richesse. Dans différentes régions, des modèles structuraux distincts émergèrent, qui nécessitent de diviser l’histoire générale du Rift en une série d’histoires plus spécifiques. Partant des relations entre écologie, climat et migration pastorale, sans doute serait-il éclairant de considérer les secteurs nord, centre et sud de la vallée du Rift est-africain comme des régions socio-écologiques séparées, connectées par des couloirs de transition. Si nous considérons les lacs comme des points de repère et des symboles, nous pouvons parler de trois systèmes régionaux, associés au nord avec le lac Turkana, au centre avec le système Baringo-Naivasha, au sud avec le système Manyara-Eyasi.

  • 1 Les sociétés du Sud-Ouest éthiopien appartiennent, d’une part, à plusieurs branches (sémitique, cou (...)

6Dans la zone des confins du Nord-Kenya, de l’Éthiopie, du Soudan et de l’Ouganda d’aujourd’hui, la vallée s’élargit pour accueillir deux glissières de migrations vers le sud, depuis l’Éthiopie au nord-est et depuis le Soudan au nord-ouest. Au nord du delta que forme la rivière Omo en se jetant dans le lac Turkana, la complexité sociale et culturelle du Rift s’accroît. Aujourd’hui, la vallée de l’Omo ressemble moins à un corridor qu’à un cul-de-sac, où coexistent des sociétés intriquées parlant des langues couchitiques, sémitiques, omotiques et nilotiques, dont les mouvements locaux sont liés à la concurrence qu’elles se livrent pour l’exploitation des pâturages environnants1. Une question importante est ici de savoir dans quelle mesure la topologie du Rift a influencé l’étendue des territoires occupés par les groupes, la taille de ces groupes et les densités de population. Plus escarpée et accidentée est la vallée de l’Omo, plus les groupes y sont de petite taille, à l’instar des agro-pasteurs mursi et des Bodi d’aujourd’hui, qui, au cours du temps, se sont à la fois opposés et inter-mariés, la frontière ethnique entre eux évoluant au gré de leurs interactions territoriales (Turton, 1994). Par contraste, les terrains vallonnés et boisés de la vallée de l’Omo et, au-delà, des hautes terres ont permis la coexistence de nombreuses sociétés dont le passé linguistique et culturel renvoie à des origines très diverses, puisqu’elles appartiennent à deux phylums linguistiques distincts que sont le nilo-saharien et l’afro-asiatique et, à l’intérieur de ce dernier, à différentes familles lointainement apparentées. Mais les populations nilotiques (langues nilo-sahariennes) et est-couchitiques (langues afro-asiatiques) se sont considérablement répandues en même temps qu’elles se différenciaient, et les plus importantes d’entre elles ont largement essaimé dans le terrain plus plat des prairies du Rift et des plaines adjacentes.

Éleveur nyangatom qui surveille l’abreuvement de son troupeau.

  • 2 À propos du statut intermédiaire de cette zone où se rencontrent plusieurs frontières nationales, B (...)

7À l’ouest et à l’est du lac Turkana, les escarpements de la vallée du Rift sont élevés ; entre ces deux murs parallèles s’étendent les vastes plaines inondables du Lotikipi, à la frontière kényo-éthio-soudanaise, qui fournissent de riches pâturages saisonniers aux éleveurs venus du Sud plus aride ou bien des zones plus humides du Sud-Est soudanais. Ces riches plaines ont longtemps servi d’espace de transition et de frontière entre deux régions culturelles et écologiques distinctes : d’une part la vallée du Rift kényan, plus sèche, qui se rétrécit vers le sud, et d’autre part, au nord, les plaines inondées de manière saisonnière, qui drainent la région plus humide du haut Nil. Cette zone intermédiaire a servi de frontière tant historique que géographique ; les interactions entre populations y ont engendré des métissages économiques et sociaux, permis la genèse de nouveaux groupes et favorisé des périodes de développement culturel (Barber, 1968)2. C’est dans cet environnement que les locuteurs sud- et est-nilotiques furent profondément influencés, chacun à leur tour, par la culture est-couchitique, lui empruntant un vocabulaire et des pratiques culturelles qui les distinguent des Nilotes occidentaux comme les Nuer et les Dinka (et d’autres Nilotes orientaux comme les Turkana) : ainsi du tabou alimentaire sur le poisson, la volaille et les œufs ; de la pratique de la circoncision masculine et féminine ; de l’organisation en classes d’âge ; de l’existence des forgerons virtuellement regroupés en caste ; et de la perception des chasseurs comme une minorité dominée (Murdock, 1959 ; Ehret, 1974). À l’est du lac Turkana, dans les prairies du Sud éthiopien et du Nord-Kenya, c’est au xvie siècle que les Borana entamèrent leur extraordinaire expansion, pénétrant vers le nord à travers l’Éthiopie centrale et occidentale, et vers le sud dans le Kenya central, se différenciant socialement à mesure de leur avancée (Legesse, 1973 ; Baxter et al., 1996). Cette expansion put impliquer la quête de pâturages le long des couloirs de la vallée et des plaines de hautes terres ; mais c’est surtout la remarquable combinaison d’un système générationnel et de classes d’âge qui fournit à ces populations les moyens de leur organisation politique en même temps qu’une incitation à la migration, du fait d’un cycle de mariage requérant du bétail en guise de compensation matrimoniale, et du mandat historique conféré à chaque groupe d’âge ou de génération pour l’occupation de nouveaux territoires (Legesse, 1974 ; Baxter et al., 1996).

Écologie, climat et mouvements des sociétés

Un système climatique et environnemental complexe

8Les pluies, les températures et la végétation sont directement influencées par l’altitude. À peine 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, la région de Lodwar, à l’ouest du lac Turkana, reçoit moins de 200 mm de précipitations annuelles et les températures moyennes avoisinent les 30 degrés. Le lac Baringo, à une altitude deux fois plus élevée, bénéficie d’environ 750 mm de précipitations et la température moyenne y est de 22 degrés. Cependant, climat et végétation sont également conditionnés par les systèmes régionaux de pluies, dépendants du cycle de la mousson inter-tropicale et de la localisation des masses d’air d’altitude. Ainsi, la zone aride de la Corne de l’Afrique et de l’Éthiopie orientale pénètre le plateau à l’est du Turkana, là où s’étend le désert de Chalbi, et s’étire même en travers de la vallée du Rift, créant les conditions désertiques qui règnent entre Lodwar et les rives du lac. Plus au sud, inversement, les précipitations plus élevées venues des hautes terres occidentales améliorent les conditions écologiques des segments contigus de la vallée du Rift et accroissent l’effet positif de l’altitude sur le régime des pluies dans le bassin du lac Baringo et en direction du sud.

9De façon générale, le nord de la vallée du Rift profite chaque année d’une seule courte saison des pluies, qui débute en mars, atteint son maximum en avril et diminue en mai. La saison pluvieuse est plus courte et plus incertaine le long des rives ouest du lac Turkana. On rencontre là une savane herbeuse et buissonneuse, avec de nombreuses zones où pousse une herbe éphémère, émaillées d’arbres et de buissons, et d’autres zones totalement dépourvues d’arbres, caractérisées par de simples touffes d’herbes et des épineux. La saison des pluies s’allonge vers le sud, en direction du Baringo, et un système bi-modal de pluies, en avril et en novembre, émerge dans la vallée centrale du Rift, avec des implications pour la spécialisation pastorale, puisqu’un tel système permet une période de lactation presque continue du bétail. En Tanzanie, le niveau des précipitations augmente mais le modèle bi-modal disparaît. Dans ce qui est aujourd’hui le district du Turkana, diverses stratégies mises en œuvre pour ménager un accès à l’eau permettent d’inférer un usage semblable par le passé : deux rivières principales, drainant les hautes terres occidentales, coulent à travers une savane aride vers le nord en direction du lac Turkana, mais leur flux dépend de la saison, de l’importance des précipitations sur les hautes terres et de l’évaporation locale. Ces cours d’eau temporaires créent des micro-environnements sur les pentes des montagnes et dans les plaines. Des puits saisonniers sont creusés dans les lits secs et sableux des quelques rivières importantes et de leurs affluents, puits qui vont chercher l’eau dans une nappe souterraine, toujours plus profonde à mesure que la saison sèche avance. Des puits profonds et permanents sont creusés et entretenus dans un petit nombre de sites favorables, probablement connus depuis l’Antiquité. Des ruisseaux coulant depuis l’escarpement occidental et depuis quelques hauteurs montagneuses (qui caractérisent par exemple aujourd’hui les villes de Lodwar et Lokitaung) sont mis à profit, tandis que sources, puits et marais saisonniers au bas de l’escarpement oriental fournissent de l’eau et des aires de pâturage. Dans certains endroits, tels que Eliye, où des collines sèches tombent vers les rives du lac Turkana, jaillissent des sources qui forment des oasis avec de l’eau et des herbes riches et minérales (WESTERN, 1982).

Ressources et contraintes de la vallée du Rift

  • 3 T. Wakefield (1870 : 323) à propos d’un site entre le Elgeyo et le lac Baringo, appelé Mtanganyiko,(...)

10De nombreuses bonnes raisons pouvaient inciter les éleveurs à s’attarder dans les zones frontalières du Nord-Kenya, près du riche delta de l’Omo au nord du lac Turkana, dans les plaines voisines connues sous le nom du « triangle Ilemi » et dans les vastes marécages saisonniers des plaines de Lotikipi. Pour les éleveurs fréquentant les plaines de la vallée du Rift, des mouvements saisonniers en direction de l’escarpement occidental, du plateau oriental ou du bassin s’étirant au sud, donnaient accès à des ressources fournies par de plus longues saisons des pluies, des températures plus fraîches et des points d’eau pérennes. Le bassin du Baringo, qui s’étend dans le goulot que forme l’entonnoir de la vallée nord du Rift, a servi historiquement, tout comme le plateau adjacent de Laikipia, de zone intermédiaire entre la vallée du Rift septentrional et celle du Rift central ; à cet endroit, divers groupes pastoraux se sont rencontrés, mélangés et affrontés3.

11L’escarpement oriental, qui s’élève par degrés successifs jusqu’à une hauteur de 1 000 m, pouvant être aussi bien un rempart qu’une rampe, put à certaines époques contenir les éleveurs des basses terres, et à d’autres les aider à gravir les pentes, accompagnés de leurs troupeaux, comme ils cherchaient un accès aux hautes prairies des plaines de El Barta au nord, du plateau Leroghi (face au lac Baringo) et du plateau Laikipia plus au sud.

12Il ne faudrait pas cependant s’imaginer que ces éleveurs furent inévitablement conduits à chercher les contrées les plus arrosées et les plus verdoyantes, à n’occuper les pays arides et semi-arides que parce que ceux-ci ne leur étaient pas disputés. Au contraire, le mouvement historique des pasteurs vers le sud le long de la vallée du Rift et de ses environs a procédé d’une quête volontaire de conditions environnementales et de ressources idéales pour l’élevage du bétail. Or ces contrées idéales ne sont pas forcéments les plus vertes. Les plaines brûlantes, déshéritées, jonchées de rocailles et encombrées de buissons, offrent souvent un couvert végétal riche et varié qui fournit aux vaches, chèvres et moutons une pâture hautement nutritive. En outre, la bonne santé des animaux dans ces régions plus sèches peut être due à l’absence de parasites et à la haute qualité des herbages, qui sèchent sans perdre leur qualité nutritive, les plantes annuelles poussant rapidement après une pluie soudaine. Notons que les éleveurs recherchent souvent les zones les plus basses et les plus stériles de la vallée du Rift où les herbes résistant aux environnements salins sont les plus nourrissantes.

Observer le présent pour comprendre le passé : origines de la complexité sociale de la vallée du Rift

13Ainsi que l’histoire de la vallée du Rift au cours de ces trois derniers millénaires l’a montré de façon récurrente, les conditions sociales, politiques ou climatiques peuvent transformer des mouvements périodiques ou saisonniers en migrations à longue distance. Celles-ci ont eu tendance à se produire, dans le nord de la vallée du Rift, selon deux trajectoires. Un premier courant, d’ouest en est, descendant l’escarpement ougandais, a traversé les plaines de la vallée du Rift pour remonter l’escarpement oriental ; ainsi au xxe siècle, les Turkana ont continué a exercer une pression depuis la vallée du Rift à travers les plaines de El Barta, aussi loin vers l’est que Isolio. Le second courant a pénétré du nord vers le sud, depuis la vallée septentrionale jusqu’au couloir intermédiaire du lac Baringo ; au xxe siècle, les Turkana et les Pokot ont de la même façon pénétré le bassin du Baringo depuis le nord, et déjà au xixe siècle les Laikipiak et les Samburu s’étaient amassés dans ce couloir. Ces deux trajectoires impliquent un passage du plus sec au plus humide, du plus chaud au plus frais, du plus bas au plus élevé et d’un système uni-modal de saison des pluies à un système bimodal. Ces mouvements peuvent nous aider à comprendre les anciens schémas de déplacement aussi bien au cours du néolithique pastoral que durant l’expansion maasaï plus tardive.

Jeune femme pokot à Tangulbei (Kenya).

14Il y a quelque 2 500 ans, trois cultures archéologiques, distinctes mais se recouvrant dans le temps et dans l’espace, ont coexisté dans la partie la plus large de la vallée du Rift, au centre-sud du Kenya. La vallée du Rift central en est ainsi venue à présenter une « situation multiethnique et multi-économique complexe », avec des communications et des échanges entre des groupes ethniquement, économiquement et culturellement distincts (Gifford et al., 1980 : 90 ; Ambrose, 1985 : 20). Il est hautement probable que ces trois cultures correspondent à la présence, dans la longue durée, de sociétés de chasseurs-cueilleurs originellement locuteurs de langues à clicks, de pasteurs de la savane parlant des langues couchitiques et des premiers sud-Nilotes des hautes terres (Ehret, 1974).

Jeune homme pokot à Kapedo (Kenya).

15Au lac Baringo, qui reçoit environ 750 mm de pluies annuelles, l’altitude du fond de la vallée du Rift a déjà atteint 1 000 m et sa largeur s’est réduite à 80 km. Cent kilomètres plus au sud, à Nakuru, l’altitude de la vallée s’est élevée à près de 1 850 m et sa largeur s’est rétrécie à seulement 30 km, tandis que les pluies annuelles atteignent environ 850 mm. Vers l’ouest, l’escarpement mau grimpe de quelque 1 500 m à une altitude de plus de 3 000 m, tandis que vers l’est l’escarpement monte d’abord de 1 000 m sur le plateau de Kinangop, puis jusqu’à une altitude de 4 000 m sur les hauteurs de la chaîne de Nyandarua. La vallée du Rift apparaît comme « pincée » tout au long du corridor entre Nakuru et Naivasha, étroitesse en quelque sorte compensée par la remarquable hauteur de ses murs, qui accusent du côté est, en à peine plus de 30 km de fissures et d’aplombs, un dénivelé de plus de 2 000 m !

16Sur cette distance entre Baringo et Nakuru, les pluies annuelles doublent en quantité, tandis que l’écologie passe progressivement d’une prairie légèrement boisée dans le fond de la vallée à une savane arbustive puis à des forêts d’altitude et des bambouseraies jusqu’à des landes herbeuses (Ambrose, 1985 : 4-5). Étant donné les vents d’est dominants, les pluies tombent lourdement sur les versants est des principaux massifs et viennent mourir sur les côtés ouest et nord-ouest. L’effet de ces traînes de pluies jetées par les monts Kenya et Nyandarua se fait sentir à travers le plateau de Laikipia au nord-ouest de ces hautes terres et dans le couloir Nakuru-Naivasha, du côté ouest du Nyandarua. Là, la température tombe avec l’altitude à un rythme plus rapide que l’accroissement des précipitations, ce qui, en dépit de pluies suffisantes, rend difficile la poursuite des cultures tropicales en raison des menaces de gel. Ces conditions ne prévalent pas sur les flancs est du Nyandarua, aujourd’hui habités par des fermiers kikuyu, ni au-dessus du large mur occidental de la vallée du Rift, face à l’est, habité par des éleveurs-cultivateurs de langues sud-nilotiques, dont les Nandi et les Kipsigis.

17Comme à la période historique, la région centrale du Rift offrait ainsi aux pasteurs néolithiques une région bien arrosée de savanes herbeuses, avec des lacs et des sources d’eau douce, des plateaux plus hauts et plus humides couverts de paturâges buissonneux (i.e. le Kinangop), et des pâturages de hautes landes pour un usage d’urgence durant la saison chaude et sèche. Dans le même temps, les forêts d’altitude, trop froides pour pratiquer une agriculture tropicale et présentant des pâturages trop clairsemés pour le bétail, étaient bien adaptées au piégeage du gibier et à la collecte du miel. À l’ouest du Rift et le long de l’escarpement mau, les cultures étaient encore possibles. La vallée centrale du Rift est unique en ce qu’elle offre un environnement riche et varié, qui permet la poursuite non-concurrentielle de différentes formes de production de subsistance dans une très grande proximité géographique. Ainsi des différences de langues, de cultures, de modes d’occupation de l’espace et de productions ont pu se maintenir en dépit d’interactions sociales et d’échanges économiques, alimentant la complexité ethnique et économique du système régional.

18L’introduction du pastoralisme en Afrique de l’Est, via le couloir de prairies de la vallée du Rift, a constitué une révolution économique, dont les manifestations peuvent être repérées dans les systèmes hautement spécialisés d’élevage, de chasse-cueillette et d’agriculture qui se sont développés dans la région. Le pastoralisme néolithique a, en Afrique de l’Est, pris différentes formes, depuis l’élevage très spécialisé jusqu’aux systèmes de production les plus diversifiés. Le système régional fut par la suite refaçonné avec l’émergence et les perfectionnements du pastoralisme de l’âge du fer (Iron-Age) et l’arrivée des Maasaï lui donna son visage régional actuel (Galaty, 1993).

D’hier à aujourd’hui : des Maa aux Maasaï

19Comme les Oromo évoqués plus haut, les Maasaï sont les auteurs d’une remarquable expansion au cours du dernier millénaire. Si, dans le nord du Rift, les anciens locuteurs de langue maa étaient dépositaires de maints aspects sociaux et économiques de traditions culturelles est-couchitiques, ils furent indubitablement, à mesure de leur mouvement vers le sud, les vecteurs de transmission de ces traditions aux peuples qu’ils ont rencontrés, notamment les sociétés bantu-phones. Au cours du temps, leur expansion fut ponctuée d’un processus de différenciation sociale. Pour les derniers siècles, on observe une différenciation entre locuteurs de langue maa septentrionaux, centraux et méridionaux : au nord, les Samburu entrèrent en concurrence avec les Oromo ; au centre, les Laikipiak occupèrent la région située au nord et à l’ouest du mont Kenya ; au sud, enfin, les Maasaï proprement dits s’installèrent dans la vallée centrale du Rift, au sud du lac Baringo, et poursuivirent vers le sud. Les Parakuiyo occupèrent le territoire entourant le Kilimandjaro, mais furent repoussés vers ce qui est aujourd’hui la Tanzanie par l’expansion des Maasaï centraux, qui se subdivisèrent en de nombreuses sections territoriales, relativement autonomes pour ce qui concerne le contrôle du territoire pastoral et l’administration du système de classes d’âge. Le système maasaï d’organisation par âges a fourni un ensemble complexe et emboîté de structures institutionnelles, qui lièrent ensemble des générations alternes en deux courants sociaux historiques, et permirent de créer une armée permanente. Comme chez les Oromo, le système maasaï basé sur l’âge a fourni une architecture pour l’exercice de l’autorité dans un environnement pastoral ; il a également livré un mécanisme favorisant une mobilisation plus grande au sein d’une même classe d’âge, entre plusieurs classes d’âge d’une même unité territoriale, mais également, si nécessaire, entre mêmes classes d’âge de diffférentes sections territoriales. Les Maasaï ont sans doute produit la forme la plus raffinée d’organisaiton politique et économique dans la région de la vallée du Rift. Utilisant le potentiel écologique des ressources de la vallée, notamment l’alternance entre hautes terres et basses terres à l’intérieur d’un système de précipitations bi-modal, les Maasaï ont atteint un très haut degré de productivité pastorale qui, par le moyen du commerce et des échanges, a noué ensemble des communautés d’éleveurs, d’agriculteurs et de chasseurs en un même système régional. Grâce à leur système d’organisation fondé sur l’âge, qui combine un agencement vertical de la société par âges et un agencement horizontal par territoire, les Maasaï ont pu défendre le vaste territoire occupé par leur groupe tout en se mobilisant dans le but de la guerre et de l’expansion territoriale (Galaty, 1991).

Femme maasaï à Narok (Kenya).

Conclusion

20La savane sèche qui s’étend en travers de l’Afrique d’ouest en est oblique vers le sud au niveau de la Corne de l’Afrique, transformant la formidable fracture de la vallée du Rift en un couloir de savanes que des peuples sans nombre ont traversé au cours des millénaires. Ce couloir a conduit vers le sud deux courants de cultures et a façonné de la sorte l’histoire du pastoralisme africain et des sociétés qui ont pratiqué la forme unique de gestion spécialisée du bétail qui est associée à la région. Jusqu’à la période coloniale, les Oromo et les locuteurs Maasaï furent les plus performants dans l’exploitation du potentiel écologique de l’environnement du Rift, et ce grâce à la combinaison d’un art de l’élevage qui leur est propre et d’un système social qui crée des affinités intergénérationnelles à partir des principes universels de l’âge. En retour, ces sociétés et d’autres ont contribué à façonner l’écologie du Rift par un usage judicieux du feu et du pâturage, et à définir ses contours sociaux par la création d’entités politiques étendues dans les territoires de prairies ouvertes ou des sociétés plus petites et plus ramassées sur les hauts plateaux plus découpés. Si le voyage vers le sud a fait les Maasaï et d’autres sociétés, ceux-ci ont donné à la vallée du Rift son originalité, faisant d’elle une des régions les plus remarquables au monde, au plan culturel autant que géographique.

Remerciements : Je remercie avec gratitude le Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC) et le Fonds québécois pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) pour leur soutien ainsi que les Musées nationaux du Kenya et le programme « Arid Lands and Resource Management Network in Eastern Africa » pour leur coopération.

Bibliographie

Références

Ambrose S., 1984 – « The Introduction of Pastoral Adaptations to the Highlands of East Africa ». In Clark J., Brandt S., eds. : From Hunters to Farmers : Considerations of the Causes and Consequences of Food Production in Africa, Berkeley, University of California Press : 212239.

Ambrose S., 1985 – The Relevance of the Dorobo to the Prehistory of East Africa. International Symposium : African Hunter-Gatherers, Institute fur Afrikanistik, University of Cologne, 35 January.

Barber J., 1968 – Imperial Frontier. Nairobi, East African Publishing House.

Baxter P. T. W, Hultin J., Triulzi A., eds, 1996 – Being and Becoming Oromo. Lawrenceville, Red Sea Press.

Ehret C., Posnansky M., eds, 1983 – « Nilotic and the Limits of Eastern Sudanic : Classificatory and Historical Conclusions ». In Vossen R., Bechhaus-Gerst M., eds. : Nilotic Studies, Part Two : 375421.

Ehret C., 1974 – Ethiopians and East Africans : The Problem of Contacts. Nairobi, East African Publishing House.

Galaty J. G., 1991 – « Pastoral Orbits and Deadly Jousts : Factors in the Maasai Expansion ». In Galaty J., Bonte P., eds. : Herders, Warriors and Traders : Pastoralists in Africa, Boulder, San Francisco and Oxford, Westview Press : 171-198.

Galaty J. G., 1993 – « Maasai Expansion and the New East African Pastoralism ». In Spear T., Waller R., eds. : Being Maasai : Ethnicity and Identity in East Africa, London, James Currey, Nairobi, EAEP, Athens, Ohio University Press : 61-86.

Gifford D., Isaac G., Nelson C., 1980 – Evidence for Predation and Pastoralism at Prolonged Drift : a Pastoral Neolithic Site in Kenya. Azania, 15 : 57108.

Legesse A., 1973 – Gada : Three Approaches to the Study of African Society. New York, Free Press.

Murdock G. P., 1959 – Africa : Its People and Their Culture History. New York, McGraw Hill.

Turton D., 1994 – « Mursi Political Identity and Warfare : The Survival of an Idea ». In Fukui K., Markakis J., eds : Ethnicity and Conflict in the Horn of Africa. London, James Currey, Athens, Ohio University Press : 15-31.

Wakefield T., 1870 – Routes of Native Caravans from the Coast to the Interior of Eastern Africa, chiefly from information given by Sadi Bin Ahedi, a native of a district near Gazi, in Udigo, a little north of Zanzibar. Journal of the Royal Geographical Society, vol. 40 : 303339.

Western D., 1982 – The Environment and Ecology of Pastoralists in Arid Savanna. Development and Change, vol. 13.

Notes

1 Les sociétés du Sud-Ouest éthiopien appartiennent, d’une part, à plusieurs branches (sémitique, couchitique, omotique) de la famille afro-asiatique, qui se sont différenciées au cours d’une période de temps beaucoup plus longue que ce ne fut le cas pour les langues de la famille indo-européenne ; d’autre part, à deux branches (nilotique et surma) des langues est-soudaniques, qui appartiennent à la famille nilo-saharienne..

2 À propos du statut intermédiaire de cette zone où se rencontrent plusieurs frontières nationales, Barber relate de façon fort éclairante comment cette région stérile peuplée par différents groupes d’éleveurs fut également perçue par les différents pouvoirs coloniaux comme reculée et inhospitalière. Ainsi devint-elle la région des « quatre coins » (fourcorner), perçue comme politiquement sans importance, périphérique sur le plan du commerce, impossible à administrer. Les subdivisions y furent arbitraires. Ainsi, parmi les locuteurs de langues nilotiques, les Teso-Turkana, pour ne prendre que cet exemple, se retrouvèrent sous quatre drapeaux : les Turkana au Kenya ; les Jie, Karamojong et Teso en Ouganda ; les Nyangatom en Éthiopie ; les Dodos et les Topotha au Soudan.

3 T. Wakefield (1870 : 323) à propos d’un site entre le Elgeyo et le lac Baringo, appelé Mtanganyiko, terme swahili signifiant « le lieu du mélange, de la rencontre » écrit : « Being a damp… region, it affords pasturage for cattle during the hot season, yielding abundance of grass when it is scorched and withered elsewhere. Wakwavi of different tribes meet here to pasture their cattle, periodically, making the place quite a rendezvous. When the herds have cropped the grass the men again separate, returning in various directions to their homes»

Table des illustrations

Légende photo > Éleveur borana sur le marché de Yavello (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Légende Éleveur nyangatom qui surveille l’abreuvement de son troupeau.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Jeune femme pokot à Tangulbei (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Jeune homme pokot à Kapedo (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Femme maasaï à Narok (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M

Auteur

Anthropologue, McGill University, Montréal, Canada

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540