Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 29. Langues et histoire dans le Rift

Gérard Phillippson

Texte intégral

photo > Village karimojong (nord-est de l’Ouganda). Les Karimojong, peuples pasteurs, parlent une langue du phylum nilo-saharien (famille nilotique).

1Au cours de leur longue histoire – pratiquement ininterrompue depuis les origines de l’humanité – d’occupation de la vallée du Rift, les groupes humains qui s’y sont succédé ou côtoyés ont parlé des langues appartenant à des familles linguistiques distinctes. S’il est probablement impossible d’arriver à les identifier toutes, étant donné qu’il ne fait aucun doute que certaines d’entre elles, au cours des âges, se sont tour à tour éteintes sans laisser de descendance, on peut néanmoins reconstituer avec un certain degré de vraisemblance la mise en place des familles linguistiques attestées de nos jours, et ce en remontant jusqu’à une époque somme toute assez lointaine – peut-être une dizaine de milliers d’années avant le présent.

Le Rift : un creuset de langues

  • 1 On se reportera pour une mise à jour très approfondie de cette classification à Heine et Nurse (20 (...)

2Il est nécessaire tout d’abord de rappeler les grandes lignes de la classification des langues africaines actuelles. Depuis le début des années 1960, un consensus assez général (bien qu’avec quelques nuances) s’est établi autour de la classification proposée par le linguiste américain Joseph Greenberg1. Celui-ci regroupe l’ensemble des langues africaines dans quatre grands ensembles (ou « phylums ») qui sont : 1) le phylum Niger-Congo, qui regroupe la grande majorité des langues de l’Afrique occidentale avec la grande famille bantu qui couvre pratiquement toute l’Afrique au sud de l’équateur ; 2) le phylum nilo-saharien, qui regroupe des langues parlées essentiellement en Afrique centrale, orientale et nord-orientale ; 3) le phylum afro-asiatique, auquel appartiennent les langues sémitiques (dont l’arabe), l’ancien égyptien et le berbère, et un grand nombre de langues du Nigeria et du Cameroun (famille tchadique) ainsi que d’Éthiopie et des régions avoisinantes (familles couchitique et omotique) ; 4) le phylum khoisan, en régression, regroupant des langues essentiellement parlées en Afrique australe (Afrique du Sud, Namibie et Botswana) mais dont la zone d’extension allait autrefois beaucoup plus au nord : nous en reparlerons infra.

3Il se trouve que les quatre grands embranchements linguistiques de l’Afrique sont tous représentés dans la vallée du Rift, spécifiquement dans la zone endoréique du centre de la Tanzanie. Nous allons examiner tour à tour chacun des quatre phylums pour en répertorier les langues qui y sont parlées.

Figure 1. Classification et distribution des langues actuelles de l’Afrique. Les langues africaines appartiennent à 4 groupes, comprenant chacun plusieurs centaines de langues.

Le phylum Niger-Congo

  • 2 Si l’on excepte une petite famille (dite kordofanienne) parlée beaucoup plus au nord, dans les mon (...)

4L’unique famille relevant de ce phylum présente dans l’un ou l’autre des deux Rifts est la famille bantu. En effet, comme on l’a signalé plus haut, les autres familles de ce phylum se trouvent beaucoup plus à l’ouest2 – le premier groupe Niger-Congo non-bantu dans cette direction se trouve à la frontière de la République démocratique du Congo et de l’extrême sud-ouest du Soudan.

5Cette situation est extrêmement intéressante sur le plan historique, car elle montre que la famille bantu s’est répandue assez rapidement sur l’ensemble de l ‘Afrique orientale et australe, à partir d’un foyer d’origine situé vers le nord-ouest, et ce à une date qu’il nous appartiendra de préciser.

Des centaines de langues bantu

  • 3 Pour un inventaire récent cf. Maho (2003).

6Il existe plusieurs centaines de langues bantu3, toutes assez proches les unes des autres cependant. Les bantuistes utilisent un système de classification référentielle mis au point par le linguiste britannique M. Guthrie, qui divise l’ensemble du domaine bantu en une vingtaine de zones indiquées par une lettre majuscule de A à S (toutes les lettres ne sont cependant pas utilisées). À l’intérieur de chaque zone, on distingue un ou plusieurs groupes, numérotés de 1 à 9, chacun de ces groupes comportant plusieurs langues, numérotées à leur tour de 1 à 9. Ainsi, pour prendre un exemple dans le Rift oriental, en Tanzanie, les deux langues voisines langi (parlé autour de la ville de Kondoa) et gogo (au sud de la précédente, autour de Dodoma, la capitale administrative de la Tanzanie) sont référencées respectivement F 33 (langi) et G 11 (gogo). Il faut comprendre que le langi est la troisième langue répertoriée au sein du groupe F 30, l’un des trois groupes constituant la zone F, et de même le gogo est répertorié comme première langue du groupe G 10, l’un des six de la zone G – il va sans dire que les numéros d’ordre sont purement arbitraires et qu’aucune prééminence n’est accordée à une langue ou un groupe dont le numéro précède un autre dans la liste.

  • 4 La mention (J) pour les deux premiers groupes relève d’un raffinement de la classification de Guth (...)

7Cela étant établi, voici les groupes bantu représentés dans l’une ou l’autre des deux branches de la vallée du Rift (avec entre parenthèses les noms des pays concernés).4

  • D(J) 60 (Rwanda, Burundi, Tanzanie) ; langues importantes : rwanda, rundi
  • E(J) 10, 20, 30, 40 (Tanzanie, Kenya, Ouganda) ; langues importantes : haya, nyankore, nyoro, ganda, luhya, gusii
  • E 50, 60, 70 (Tanzanie, Kenya) ; langues importantes : chaga, kikuyu, kamba, meru
  • F 10, 20, 30 (Tanzanie) ; langues importantes : sukuma, nyamwezi, langi
  • G 10, 20, 30, 60 (Tanzanie) ; langues importantes : gogo, asu, luguru, hehe, bena
  • M 10, 20, 30 (Tanzanie, Malawi) ; langues importantes : fipa, safwa, nyakyusa
  • N 10, 20, 30 (Tanzanie, Malawi) ; langues importantes : ngoni, matengo, tumbuka, nyanja

8On aura bien garde de noter que la classification présentée ici est purement référentielle et non génétique ; autrement dit, les groupes constituant une zone donnée ne sont pas nécessairement apparentés de plus près entre eux qu’avec un groupe relevant d’une autre zone.

Le phylum nilo-saharien

9Il s’agit d’un ensemble très diversifié et dont la classification interne est encore particulièrement sujette à controverses. Cependant, seules quelques familles appartenant à ce phylum sont voisines des deux Rifts.

La famille nilotique

10La famille de très loin la plus représentée est la famille nilotique. Elle se divise en trois branches : occidentale, orientale et méridionale. La branche occidentale ne nous concerne guère ici, bien qu’une langue en relevant, l’acholi, approche l’extrémité nord du Rift occidental en Ouganda. Les deux autres branches en revanche comptent de nombreux membres aux alentours du Rift oriental et à l’intérieur même de celui-ci : en commençant par la branche orientale, on citera du sud au nord : le maasaï, qui occupe les environs immédiats de la vallée depuis le centre de la Tanzanie jusqu’au nord du Kenya (on y ajoutera l’ongamo, une langue résiduelle proche, mais distincte, du maasaï, encore parlée par quelques personnes sur le Kilimanjaro), le turkana et le nyangatom, qui occupent le nord de la partie kényane du Rift oriental avec les deux rives du lac Turkana et pénètrent dans la vallée de l’Omo en Éthiopie.

11Les langues relevant de la branche nilotique méridionale sont : le datooga, dans la partie tanzanienne du Rift oriental, et les nombreuses langues regroupées sous l’appellation kalenjin qui occupent les hautes terres le surplombant du côté ouest dans sa partie kényane (on citera les langues nandi, kipsigis, tugen, pokot, etc.). On notera aussi que des groupes épars de chasseurs peuplant encore les steppes du Rift et des régions voisines parlent également des langues nilotiques méridionales (okiek, akie, etc., généralement, mais à tort, regroupés sous l’étiquette fourre-tout de Dorobo).

Les langues surmiques

12Outre les langues nilotiques, on trouve dans la partie éthiopienne du Rift une autre famille appartenant à l’ensemble nilo-saharien, à savoir les langues dites surmiques. Ces langues, au demeurant assez proches du nilotique, ont été apportées vers l’est à partir de leur foyer d’origine au Soudan et plusieurs d’entre elles (le mursi, le bodi, le kwegu...) sont parlées de nos jours dans la vallée de l’Omo, d’autres (majang, mekan, etc.) n’en étant pas très éloignées.

Le phylum afro-asiatique

13Les langues relevant de cet ensemble et intéressant la vallée du Rift appartiennent aux trois familles couchitique, sémitique (dans sa branche éthio-sémitique) et omotique. Si ces deux dernières sont confinées à l’Éthiopie, les langues couchitiques sont largement parlées dans les parties kényane et tanzanienne du Rift oriental.

Classification actuelle des langues couchitiques

14Dans la classification de Greenberg, les langues couchitiques étaient réparties en cinq branches : septentrionale, centrale, orientale, occidentale et méridionale. Les spécialistes actuels ont séparé la branche occidentale du reste du couchitique et en ont fait une famille afro-asiatique à part entière qu’ils ont baptisée « omotique ». En outre, plusieurs d’entre eux (que nous suivrons ici) considèrent que la branche méridionale n’est pas suffisamment distincte de l’orientale au point de constituer une entité séparée. La classification révisée se présente donc comme suit :

  1. branche septentrionale ou bedja (Érythrée, Soudan, Égypte) ;
  2. branche centrale ou agaw (Érythrée, Éthiopie) : bilen, khamtanga, awngi ;
  3. branche orientale :
    • hautes terres (Éthiopie) : sidamo, kambata, hadiyya, etc. ;
    • basses terres (Érythrée, Éthiopie, Somalie, Djibouti, Kenya) : oromo, somali, afar, saho ;
    • méridional (Tanzanie) : iraqw, alagwa, burunge ;
    • plus une langue résiduelle isolée, le dahalo, parlée par quelques locuteurs sur la côte nord du Kenya.

15La plupart de ces langues sont parlées dans le Rift oriental ou à proximité : le couchitique méridional au centre de la Tanzanie, plusieurs langues de la branche orientale des basses terres au nord du Kenya et le reste en Éthiopie, où sont aussi exclusivement parlées les langues de la branche orientale des hautes terres, l’afar (de la branche orientale des basses terres) occupant l’aboutissement du parcours africain de la vallée en Éthiopie et à Djibouti.

Les langues omotiques

16Si la famille sémitique dans sa branche éthiosémitique ne concerne directement la vallée du Rift que par le groupe des langues gouragué, très influencées visiblement par les peuples couchitiques des hautes terres, il est nécessaire de s’attarder plus longtemps sur la famille omotique, dont presque tous les représentants sont, à l’heure actuelle du moins, établis sur les hautes terres séparant la vallée de l’Omo de celle du Rift. On peut les regrouper de la manière suivante :

  1. tout d’abord un groupe sud-omotique, comprenant les quatre langues aari, hamar, kara et dime, toutes situées vers l’extrémité méridionale de la vallée de l’Omo ; ce groupe est assez différent des autres parlers omotiques et son appartenance même à la famille afro-asiatique a été mise en question (à tort, semble-t-il) ;
  2. le groupe nord-omotique, plus homogène, peut se diviser en une demi-douzaine d’ensembles dont celui qu’il importe de connaître ici, puisqu’il est à la fois le plus important numériquement et celui qui touche de plus près à la vallée du Rift, est l’ometo.

Le phylum khoisan

17Finalement, il nous reste à mentionner le quatrième phylum de Greenberg, celui des langues khoisan. Il n’est représenté de manière à peu près sûre, d’après le consensus de la plupart des spécialistes, que par le sandawe, parlé dans la zone endoréique du centre de la Tanzanie. Greenberg, suivi par une minorité de chercheurs, y avait adjoint une autre langue parlée dans la même région par un petit groupe de chasseurs-cueilleurs, le hadza, mais il ne semble pas que l’on puisse accepter cet apparentement, et le hadza doit plutôt, jusqu’à nouvel ordre, être considéré comme un isolat (nous reprenons le problème ci-après).

L’archéologie au renfort de la linguistique

18Que pouvons-nous déduire de l’histoire linguistique de la vallée du Rift, en nous appuyant sur un examen conjoint de la linguistique comparée et de l’archéologie ? Comme nous l’avons vu, la partie méridionale de la vallée du Rift oriental est de nos jours occupée par les représentants de quatre groupes : bantu, nilotique, couchitique et khoisan (mettons à part le hadza dont la classification n’est pas assurée). Il est certain que les peuples de langue bantu n’ont occupé la région que vers le début de notre ère, peut-être un ou deux siècles auparavant. De même, l’arrivée des Maasaï, descendus du nord, peut être datée du xviie siècle au plus tôt. Restent donc en présence trois protagonistes (quatre avec les Hadza !) : les Datooga, du groupe nilotique méridional, les Couchites méridionaux et les Sandawe de langue khoisan. Les deux premiers groupes représentent chacun le membre le plus méridional de leur famille (et même de leur phylum !) : la masse des peuples nilotiques et couchitiques se situe bien plus au nord. En revanche, les parents (éloignés) des Sandawe sont tous regroupés dans la partie australe de l’Afrique.

Le paysage linguistique au temps des chasseurs-cueilleurs

19Nous savons par l’archéologie (cf. par exemple Phillipson, 1995) que ni l’élevage ni l’agriculture n’ont été pratiqués en Afrique au sud de l’équateur avant la fin du premier millénaire avant notre ère. Auparavant, seuls des peuples de technologie microlithique et vivant de chasse et de cueillette occupaient cet immense espace. Toutes les langues qui y sont parlées de nos jours relèvent soit de la famille bantu (qui n’y a pénétré qu’à l’âge du fer), soit de la famille khoisan, dont une bonne partie des membres vivaient exclusivement de chasse et de cueillette jusqu’à une date récente. Il y a peu de doute que les locuteurs des langues khoisan aient été les occupants exclusifs de l’Afrique australe avant l’arrivée des Bantu, et la présence des Sandawe, khoisan eux aussi et chasseurs-cueilleurs jusqu’à une date très récente, au centre de la Tanzanie conduit très logiquement à considérer que cette présence khoisan exclusive s’étendait jusqu’à l’Afrique de l’Est. Toute l’Afrique des savanes au sud de l’équateur aurait donc été le domaine des langues khoisan jusqu’au début du néolithique.

20Le seul bémol à apporter tient justement à la présence du hadza. Si, comme le voulait Greenberg, celui-ci est apparenté, même d’extrêmement loin, à la famille khoisan, le schéma envisagé précédemment n’est pas remis en cause. Si, en revanche, comme le pensent d’autres spécialistes, l’appartenance khoisan du hadza n’est pas prouvée, on serait conduit à admettre (et après tout, cette supposition n’a rien d’invraisemblable) que d’autres familles linguistiques ont pu exister en Afrique méridionale, en contact sans doute avec le khoisan, et qu’elles ont finalement disparu, ne laissant derrière elle que le hadza comme témoin. Il n’est pas possible pour l’instant d’apporter une réponse définitive à cette question.

Les langues des premiers éleveurs

21Ayant établi que les premiers occupants de la partie méridionale du Rift oriental étaient, majoritairement ou exclusivement, des chasseurs cueilleurs de langue khoisan jusqu’au premier millénaire avant notre ère, quand sont arrivés les premiers éleveurs et/ou agriculteurs ? Les premières traces attestées d’élevage dans le Rift remontent au troisième millénaire avant notre ère près du lac Turkana, et environ 1 000 ans plus tard des sociétés de pasteurs occupaient les hautes terres du sud du Kenya et du nord de la Tanzanie, de part et d’autre du Rift, ainsi que la vallée elle-même. Il est tentant de voir dans les actuels locuteurs des langues couchitiques méridionales les descendants de ces éleveurs néolithiques. Non seulement leurs parents linguistiques les plus proches se trouvent loin vers le nord et les divergences importantes qui séparent leurs langues sont tout à fait compatibles avec une séparation de plus de 4 000 ans, mais aussi on a pu identifier, dans les langues de la plupart des peuples bantu et nilotiques occupant actuellement le sud du Kenya et le nord de la Tanzanie, bon nombre de mots (souvent relevant du vocabulaire de l’élevage, justement) qui semblent empruntés à des langues sud-couchitiques, montrant ainsi que celles-ci couvraient autrefois un territoire plus important que celui, assez modeste, de la zone endoréique du centre de la Tanzanie où on les rencontre actuellement.

Le foyer afro-asiatique

22Nous pouvons poursuivre sur la partie nord du Rift, puisque nous avons vu que les populations sud-couchitiques en sont originaires. La vallée elle-même est le domaine exclusif de populations dont les langues relèvent du phylum afro-asiatique (couchitique, omotique et éthio-sémitique). Mais quel foyer d’origine peut-on assigner à ce phylum ? Les langues de la famille sémitique sont parlées très majoritairement au Proche-Orient (il est avéré que les langue sémitiques d’Éthiopie résultent d’une immigration de groupes originaires du sud de la péninsule Arabique, quelques siècles avant le début de notre ère ; quant à l’arabe, il doit, bien entendu, son expansion à l’islam). Les autres familles du phylum sont toutes exclusivement parlées en Afrique. Bien que l’hypothèse d’une origine pro-che-orientale ait la faveur de certains sémitisants, il apparaît plus logique de tenir compte du fait que les membres africains sont très divergents entre eux – il faudrait donc admettre, dans le cadre d’une origine au Proche-Orient, plusieurs migrations successives vers l’Afrique, et ce à date très reculée, alors que l’hypothèse inverse (origine africaine du phylum afro-asiatique) ne nécessite qu’une seule migration hors d’Afrique : celle du proto-sémitique. L’hypothèse de l’origine africaine est donc plus économique.

23Se basant sur ces faits et sur l’ensemble des données archéologiques disponibles, l’historien américain Ch. Ehret situe l’origine de l’ensemble des langues afro-asiatiques dans les collines bordant les côtes de la mer Rouge, dans l’actuel Soudan, à une date certainement plus ancienne que 15 000 avant notre ère. Les locuteurs d’une langue fille de l’afro-asiatique, à savoir le proto-couchitique, ayant acquis un mode de production pastoral, se seraient dirigés vers le sud et auraient gagné, vers le Ve millénaire, les hautes terres éthiopiennes où ils auraient élaboré une tradition agricole à base céréalière. Ils n’auraient atteint la partie méridionale du Rift éthiopien qu’un ou deux millénaires plus tard.

24On peut admettre qu’ils y auraient rencontré les peuples de langue omotique qui les auraient précédés (depuis quelle date ?) dans tout le sud de l’Éthiopie, développant pour leur part une agriculture basée sur l’ensète (ou faux-bananier). Bien que la distribution des langues omotiques soit, de nos jours, restreinte pour l’essentiel à un espace s’étendant du Rift à la vallée de l’Omo et dans les hautes terres immédiatement adjacentes, on trouve quelques langues reliques parlées beaucoup plus au nord (boro ou shinasha) et à l’ouest (mao) ; tout l’espace intermédiaire est occupé de nos jours par des locuteurs de langue oromo, mais on sait que la présence, dans cette région, de ce peuple couchitique oriental n’antédate pas le xvie siècle de notre ère. Avant cette date, on peut légitimement penser que les langues omotiques étaient parlées sur une zone continue s’étendant de la vallée du Rift jusqu’aux environs de la frontière actuelle entre le Soudan et l’Éthiopie.

25Il faut savoir que, pour de nombreux chercheurs, la famille omotique apparaît comme la plus divergente du phylum afro-asiatique et que la séparation des langues omotiques d’avec le reste (et donc leur installation dans le sud de l’Éthiopie à partir des collines de la mer Rouge) doit remonter à une date très reculée. Étaient-ils déjà éleveurs à cette époque ? Nous l’ignorons. (Notons toutefois que certains spécialistes n’admettent pas une divergence particulièrement grande de l’omotique par rapport aux autres langues afro-asiatiques.)

  • 5 Il s’agit du système Gm (gamma-globulines).

26Une question que l’on peut alors trouver intéressant de se poser est celle de savoir qui peuplait le Rift éthiopien avant la descente des populations afro-asiatiques. Des industries microlithiques sont attestées dans la région depuis les alentours du XVe millénaire, mais elles ne disent évidemment rien sur les langues de leurs auteurs. Dans la partie sub-équatoriale de l’Afrique, ces industries sont généralement attribuées à des peuples de langue khoisan (cf. supra) et l’on pourrait être tenté de faire de même pour l’Éthiopie, mais aucune preuve linguistique convaincante n’a jamais été avancée en ce sens (ce qui ne veut pas dire qu’il ne sera jamais possible d’en trouver !). On se contentera de constater que certains marqueurs génétiques5 indiqueraient une proximité inattendue entre populations khoisan et éthiopiennes.

Contacts linguistiques

27Si nous en revenons maintenant à la partie méridionale du Rift, on constate la présence, déjà signalée, dans les hautes terres bordant le Rift oriental sur son flanc ouest, ainsi que dans les plaines du nord de la Tanzanie, de populations relevant du groupe nilotique méridional de la famille nilotique, elle-même relevant du phylum nilo-saharien. Le lieu d’origine de la famille nilotique se trouve de toute évidence dans une région aux confins des territoires actuels du Soudan méridional, du Kenya et de l’Ouganda. Il est difficile de dater le moment où les ancêtres des populations parlant les langues nilotiques méridionales se sont séparés des autres, mais les différences entre le nilotique méridional et les autres branches sont suffisamment importantes pour qu’on soit sûr que cela remonte à plus de 3 000 ans, peut-être même 4 000.

Jeune fille de Harar, en Éthiopie, sur le haut plateau oriental bordant le Rift. Les habitants de Harar parlent une langue, le harari, qui est un isolat sud-éthiosémitique. La jeune fille tient à ses côtés une tablette utilisée dans les madrasa (écoles coraniques) pour l’apprentissage de l’écriture. Il existe en Éthiopie plusieurs formes d’écriture, utilisées depuis des siècle pour la transcription d’une grande variété de langues parlées.

  • 6 Mentionnons toutefois le yaaku, langue aujourd’hui éteinte d’un groupe de chasseurs-cueilleurs viv (...)

28Les territoires occupés par les Nilotes méridionaux depuis environ 2 500 ans étaient certainement peuplés au moins en partie par des populations sud-couchitiques (cf. ci-dessus), qui ont laissé de nombreuses traces dans le vocabulaire des langues nilotiques méridionales. Cependant, il est remarquable de constater que la plus forte influence couchitique sur le vocabulaire et même la grammaire de ces dernières provient de langues couchitiques orientales des basses terres, dont le foyer se situe beaucoup plus vers le nord (à l’exception du somali et de l’oromo, dont l’expansion vers le sud est très récente – deux siècles au plus –, aucune n’est parlée beaucoup plus au sud que le lac Turkana6). Il faut donc admettre qu’avant leur établissement au sud-ouest du Kenya (puis en Tanzanie), les peuples de langue proto-nilotique méridionale ont longuement séjourné au nord de ce pays et se sont étroitement mélangés à un peuple couchitique oriental des basses terres, non identifié, mais dont la langue ne devait pas être extrêmement différente de l’ancêtre du somali actuel.

29Bien qu’on ne puisse exclure que les peuples nilotiques méridionaux aient connu l’usage du fer à une époque ancienne, il n’est pas possible de l’affirmer. Pour autant que nous le sachions, les premières populations pratiquant la métallurgie dans la partie méridionale du Rift étaient toutes de langues bantu. C’est vers elles que nous allons à présent nous tourner, après avoir mentionné, toutefois, les peuples de langues nilotiques orientales (maasaï, turkana, etc.), qui sont vraisemblablement demeurés longtemps près de leur région d’origine, aux confins du Soudan, de l’Ouganda et du Kenya actuels d’où ils se sont d’abord étendus vers l’est, entrant ainsi en contact avec un ou plusieurs peuples de langue couchitique orientale des basses terres (peut-être les mêmes que ceux qui ont influencé leurs cousins nilotiques méridionaux) comme l’attestent les vocabulaires de leurs langues. Les Maasaï et les Ongamo ne sont descendus le long de la vallée du Rift que beaucoup plus tard, les Ongamo précédant les Maasaï de quelques siècles et s’établissant sur le Kilimandjaro et aux alentours, où il se sont lentement assimilés aux Bantu parmi lesquels ils vivent (la langue ongamo est encore parlée par quelques personnes à l’extrême nord-est du Kilimandjaro) ; les Maasaï pour leur part ont rapidement établi leur contrôle sur toute la vallée jusqu’au centre de la Tanzanie.

Les langues des premiers métallurgistes

30Venons-en donc aux Bantu. Il ne fait plus de doute que l’origine des populations de langue bantu, répandues aujourd’hui sur presque toute l’Afrique au sud de l’équateur, doive être recherchée aux confins du Cameroun et du Nigeria actuels, comme l’a établi J. Greenberg. On peut dater l’apparition des premiers locuteurs de langues bantu dans le Rift occidental (après un itinéraire qui reste à déterminer – à travers la grande forêt congolaise ou bien au nord ou au sud de celle-ci ?) aux environs de 1 000 avant notre ère. Ils étaient déjà en possession de la technique métallurgique, ou bien ils l’ont acquise immédiatement après leur arrivée, quelque part entre les lacs Tanganyika, Albert et Victoria. Ce qui est à peu près certain, en revanche, c’est qu’ils ont acquis, auprès de peuples nilo-sahariens et/ou couchitiques, l’élevage du gros bétail ainsi que la culture des céréales africaines (petit mil, sorgho, éleusine), toutes activités dont les données linguistiques montrent qu’elles leur étaient auparavant inconnues. Ils ont sans nul doute assimilé un nombre important de locuteurs de ces autres langues, dont il ne subsiste plus aujourd’hui de témoin direct dans ces régions du Rift occidental – toutes exclusivement bantuphones, ou presque.

31Dans un second temps, ces peuples de langue bantu se sont scindés en plusieurs sous-groupes. D’après Ch. Ehret (mais cette classification n’emporte pas nécessairement l’adhésion de tous les bantuistes, y compris l’auteur de ces lignes), on peut distinguer deux sous-groupes : le sous-groupe septentrional, qui regroupe toutes les langues bantu d’Afrique orientale, à l’exception de celles de l’extrême sud de la Tanzanie, et le sous-groupe méridional, duquel relèvent toutes les langues bantu du sud de la Tanzanie, du Mozambique, d’Afrique australe et d’une partie de la Zambie. Seul le premier sous-groupe nous intéressera ici.

  • 7 La généticienne américaine S. Tishkoff a conduit une mission de prélèvements génétiques dans cette (...)

32Il semble que le premier mouvement d’expansion vers l’est ait amené les locuteurs bantu à contourner le Rift oriental par le sud (était-ce pour des raisons écologiques – zone trop aride – ou à cause de la résistance des peuples sud-couchitiques et peut-être sud-nilotiques établis de longue date dans la région ?) et à aller s’établir à peu près au même moment dans les massifs montagneux avoisinant le Rift oriental vers l’est (Uluguru, Nguru, mont Meru, Kilimandjaro, Pare, Taita, Usambara, mont Kenya) et le long de la côte de l’océan Indien. Toutes ces régions étaient atteintes au début de l’ère chrétienne, comme en témoigne l’archéologie. Ce n’est qu’à une date peut-être très ultérieure que la partie méridionale du Rift oriental a été pénétrée par des groupes bantu à forte orientation pastorale (surtout les Gogo et Langi) qui se sont d’ailleurs mélangés avec les Couchites, comme le montrent aussi bien les données linguistiques que génétiques.7

  • 8 Et peut-être même encore plus loin ! Plusieurs témoignages fiables font état de la présence, à dat (...)

33Dans la partie du Rift oriental située plus au nord, en revanche, on ne constate de présence bantu que dans un seul endroit, hautement significatif d’ailleurs : il s’agit des Sonjo, une petite population de quelques milliers d’âmes, qui pratiquent l’agriculture irriguée, non loin du lac Natron, un peu au sud de la frontière entre Kenya et Tanzanie. De nos jours, ils n’ont comme uniques voisins que des groupes maasaï, qui s’étaient assuré le contrôle quasi absolu du Rift oriental depuis cette région et jusqu’au nord du Kenya (cette situation a été quelque peu remise en question à partir de l’époque coloniale et surtout depuis les indépendances). Cependant, le vocabulaire sonjo est truffé d’emprunts à une langue sud-nilotique et, comme l’on sait que les Maasaï n’ont atteint le nord de la Tanzanie que vers le début du xixe siècle, on peut légitimement supposer qu’ils y ont été précédés par des éleveurs de langue sud-nilotique, sans doute apparentés aux Datooga actuels – d’où l’afflux d’éléments sud-nilotiques dans la langue sonjo. Y a-t-il eu, à une période plus ancienne, d’autres petits groupes bantu pratiquant, comme les Sonjo, l’irrigation dans la partie septentrionale du Rift oriental ? Nous l’ignorons, mais cela paraît peu probable. En tous cas, aucune trace n’en est à présent décelable. Les peuples bantu les plus septentrionaux (à l’exception des populations côtières, dites swahili qui se sont sans doute étendues au début du deuxième millénaire de notre ère jusque vers Merca et même peut-être Mogadiscio8) sont les Meru, qui occupent les pentes nord-est du mont Kenya ainsi que les Nyambeni Hills. Leurs langues sont étroitement apparentées à celles des peuples vivant au sud-est et au sud du mont Kenya (Kikuyu, Embu, etc.) et il s’agit d’un groupe qui n’a pu se différencier qu’à une date assez récente et progresser à partir du sud de la montagne. Plus au nord, il n’y a vraisemblablement jamais eu de groupes bantu et la vallée n’était peuplée que de Couchites, depuis plusieurs millénaires et jusqu’à l’arrivée des Maasaï et Turkana nilotiques.

L’histoire des langues en Afrique : un défi

34Une difficulté constante à laquelle se trouve confronté le chercheur s’intéressant à l’histoire pré-coloniale de l’Afrique est le manque de données permettant d’attribuer à telle ou telle population actuelle la paternité de témoignages archéologiques, très précieux quant à l’information qu’ils apportent sur les modes de subsistance et certaines pratiques culturelles ayant laissé leur marque dans les assemblages, mais bien peu loquaces sur les aspects immatériels de la culture, en particulier la langue. On a essayé de montrer dans le texte ci-dessus que, sans jamais pouvoir prétendre à des certitudes, une combinaison judicieuse des méthodes de l’archéologie avec celles de la linguistique comparée et de la génétique peut apporter un éclairage au moins vraisemblable sur ce passé peu accessible. Des projets interdisciplinaires tels que « Langues et gènes bantu », mené au sein du laboratoire Dynamique du langage (CNRS- Université Lyon-II) dans le cadre du programme « Origins of Man, Language and Languages » financé par l’Union européenne, devraient permettre une intégration encore plus étroite de ces résultats. On peut donc s’attendre à moyen terme à de grandes avancées dans la connaissance de l’histoire ancienne des peuples africains.

Bibliographie

Références

Bender M. L., ed., 1981 – Peoples and cultures of the Ethio-Sudan borderlands. East Lansing, Michigan State Univ.

Bender M. L. et al., eds., 1976 – Language in Ethiopia. Londres, Oxford University Press.

Ehret Ch. 1998 – An African Classical Age : Eastern and Southern Africa in World History, 1000 B.C. to AD 400. Charlottesville, University of West Virginia/Oxford, James Currey.

Ehret Ch., 1974 – Ethiopians and East Africans. The problem of contacts. Nairobi, East African Publishing House.

Ehret Ch., 1980 – The historical reconstruction of Southern Cushitic phonology and vocabulary. Berlin, Reimer.

Greenberg J., 1966 – The languages of Africa. La Haye, Mouton & Co.

Guthrie M., 1967-1972 – Comparative Bantu (4 vol.). Farnborough, Gregg International.

Hayward R. J., ed., 1990 – Omotic Language Studies. Londres, SOAS.

Heine B., Nurse D., eds., 2000 – African Languages. Cambridge, Cambridge University Press.

Maho J., 2003 – « A classification of The Bantu languages : an update of Guthrie’s referential system ». In Nurse D., Philippson G., eds : The Bantu Languages. Londres, Routledge : 639-651.

Murdock G. P., 1959 – Africa : its peoples and their culture history. New York, McGraw Hill.

Philippson G., 1984 – Gens des bananeraies : contribution linguistique à l’histoire culturelle des Chaga du Kilimandjaro. Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Phillipson D. W., 1977 – The later prehistory of Eastern and Southern Africa. Londres, Heinemann.

Phillipson D. W., 1993 (2nd ed.) – African archaeology. Cambridge, Cambridge University Press.

Sands B., 1998 – Eastern and Southern African Khoisan. Evaluating claims of distant linguistic relationships. Cologne, Rüdiger Köppe.

Sutton J. E. G., ed., 1996 – The growth of farming communities in Africa from the Equator southwards. Nairobi, British Institute in Eastern Africa (Azania special volume XXIX-XXX).

Vossen R., Bechhaus-Gerst M., eds., 1983 – Nilotic studies. Berlin, Reimer.

Notes

1 On se reportera pour une mise à jour très approfondie de cette classification à Heine et Nurse (2000).

2 Si l’on excepte une petite famille (dite kordofanienne) parlée beaucoup plus au nord, dans les monts Nouba.

3 Pour un inventaire récent cf. Maho (2003).

4 La mention (J) pour les deux premiers groupes relève d’un raffinement de la classification de Guthrie, expliqué dans Maho (2003).

5 Il s’agit du système Gm (gamma-globulines).

6 Mentionnons toutefois le yaaku, langue aujourd’hui éteinte d’un groupe de chasseurs-cueilleurs vivant à l’ouest du mont Kenya

7 La généticienne américaine S. Tishkoff a conduit une mission de prélèvements génétiques dans cette région et les résultats préliminaires qu’elle a eu l’amabilité de nous communiquer (lors d’un atelier de travail à Lyon en mai 2003) nous fournissent la confirmation des faits déjà mis en évidence par la linguistique.

8 Et peut-être même encore plus loin ! Plusieurs témoignages fiables font état de la présence, à date récente, de locuteurs de swahili sur l’île de Socotra.

Table des illustrations

Légende photo > Village karimojong (nord-est de l’Ouganda). Les Karimojong, peuples pasteurs, parlent une langue du phylum nilo-saharien (famille nilotique).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Figure 1. Classification et distribution des langues actuelles de l’Afrique. Les langues africaines appartiennent à 4 groupes, comprenant chacun plusieurs centaines de langues.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Jeune fille de Harar, en Éthiopie, sur le haut plateau oriental bordant le Rift. Les habitants de Harar parlent une langue, le harari, qui est un isolat sud-éthiosémitique. La jeune fille tient à ses côtés une tablette utilisée dans les madrasa (écoles coraniques) pour l’apprentissage de l’écriture. Il existe en Éthiopie plusieurs formes d’écriture, utilisées depuis des siècle pour la transcription d’une grande variété de langues parlées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M

Auteur

Linguiste, Inalco, université Lyon-II (laboratoire Dynamique du langage)

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540