Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 28. Jeux d’échelle dans l’espace et dans le temps

Le rôle du Rift dans l’ensemble est-africain

Jean-Pierre Raison

Texte intégral

photo > Une image emblématique de la vallée du Rift : des plaines arides ponctuées d’édifices volcaniques (Kenya).

1« L’Afrique des fossés et des grands lacs » : cette expression, couramment employée pour désigner l’Afrique orientale, en l’étendant parfois à l’Afrique du Nord-Est, est-elle un simple recours à une image spectaculaire, à des évocations paysagiques et touristiques ? Ou couvre-t-elle une réalité, un trait majeur qui définirait clairement un grand ensemble du continent africain ? La grande cicatrice tectonique, quasi méridienne, couramment désignée sous le terme de Rift, qui court de la mer Rouge au Zambèze, sur plus de 4 000 kilomètres, est-elle une réalité sur laquelle s’appuie la répartition des hommes et l’organisation de l’espace ? La réponse paraît d’abord évidente : se pourrait-il que ce fait physique d’ampleur exceptionnelle soit dénué d’effets à sa dimension ? La question n’est pas si simple, et le point de vue dépend des échelles d’analyse – les échelles spatiales, mais aussi les échelles de temps.

  • 1 Un horst est un bloc soulevé par une tectonique de faille.

2Une première mise au point s’impose : qu’entend-on par Rift ? Ici encore, la question est faussement simple. Cette dorsale médio-océanique exondée, liée au nord à la dorsale médioindienne, ne se résout pas aux fossés qui en jalonnent l’axe, aux Rift Valleys, selon le terme en usage au Kenya : ils sont après tout une simple conséquence d’un bombement tectonique et des failles de tension qui l’accompagnent. Aux fossés, il faut sans nul doute associer les versants du bombement, donc les hautes terres bordières, le pays kikuyu du Kenya comme les « collines » du Rwanda et du Burundi. Mais où s’arrêter ? Faudrait-il y inclure tout l’espace affecté par la tectonique du Rift et donc l’ensemble des hautes terres éthiopiennes (marquées par l’ampleur des épanchements volcaniques) ou les pays riverains du lac Victoria, niché dans une vaste gouttière tectonique enserrée entre Rift oriental et Rift occidental, voire, proches de la côte, le Kilimandjaro et le Meru ? De fil en aiguille, on serait conduit à y inclure l’ensemble de l’Afrique de l’Est et du Nord-Est, ce qui serait manifestement abusif. On se cantonnera ici à une conception plus restrictive, qui reste à vrai dire floue, en ne prenant en compte que l’ensemble des fossés tectoniques et leurs hauteurs bordières. Dans le cadre de cette brève analyse, enfin, on ne s’attachera pas non plus à une analyse comparative entre les deux éléments différenciés qui se distinguent de la latitude du lac Turkana à celle du mont Rungwe (Tanzanie), le Rift oriental et le Rift occidental. Le second est plus étroit, plus simple dans son architecture, marqué par des escarpements plus francs, coupé plus nettement d’obstacles comme le horst1 du Ruwenzori, les volcans des Virunga ; les épanchements volcaniques y sont beaucoup plus limités. Tous ces points, comme la proximité de la cuvette congolaise, sont causes de différences sur lesquelles on n’a pas les moyens de se pencher systématiquement.

La construction d’une Afrique méridienne

3Ces limitations et cette schématisation ont du moins le mérite de marquer le caractère subméridien du Rift. Mais le tracé de celui-ci n’est qu’un des caractères qui conduit à faire de l’Est africain une « Afrique méridienne ». Cela est particulièrement patent dans la pluviométrie, en vigoureux contraste avec l’ensemble si typiquement zonal qu’est l’Afrique occidentale. À l’ouest des rifts, enserrant au nord les hautes terres éthiopiennes, s’étend jusqu’au lac Malawi, selon une direction NNE-SSW, une vaste « diagonale aride » où les pluies sont inférieures à 750 mm, voire à 250 mm dans certaines stations jusque sous l’équateur. Il faut atteindre le sud-ouest de la Tanzanie pour retrouver des précipitations qui semblent « conformes » à la position par rapport à l’équateur. La latitude garde des droits en déterminant le rythme pluviométrique, bimodal au niveau de l’équateur, unimodal aux approches des tropiques, mais le fait majeur n’en est pas moins l’étonnante faiblesse des précipitations dans l’est de la grande région sur plus de 25 degrés de latitude.

4La corrélation avec la direction du Rift n’est pas fortuite : il s’agit d’un véritable rapport de causalité. Les conditions originales de la circulation atmosphérique sur la façade orientale de l’Afrique (disposition des flux parallèlement à la côte, faible humidité des masses d’air, rapidité des mouvements de la Convergence inter-tropicale...) justifient une aridité que le Rift ou plutôt ses hauteurs bordières viennent limiter en provoquant des précipitations orographiques. On ne se hasardera pas à une « climatologie-fiction » en tentant d’imaginer ce que serait la situation climatique sans le Rift, et comment se traduirait le contact avec l’air congolais de l’Ouest, mais il est sûr que les reliefs qu’il a créés ont étendu considérablement l’espace assez arrosé pour permettre l’activité agricole.

  • 2 Le terme d’East Africa regroupe traditionnellement le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie que, à la ve (...)

5Le Rift n’est pas pour autant une unité climatique. Il ne l’est pas génétiquement (les pluies, autour du fossé du Rift occidental, voire sur le versant ouest du Rift oriental, ont pour origine les afflux d’air congolais) ; il ne l’est pas non plus par les montants pluviométriques. On ne s’étendra pas sur les contrastes à échelle locale, tenant à l’exposition des versants et aux contrastes entre bordures d’altitude et fossés en position d’abri. On soulignera par contre la rupture majeure entre hautes terres d’Éthiopie et d’East Africa2 que constitue la « gouttière aride » disposée autour du lac Turkana, qu’explique pour partie un ensellement dans l’axe du Rift (le lac est à 400 m d’altitude seulement). On verra plus loin les conséquences qu’a pu avoir sur la constitution et l’organisation du peuplement l’existence de ce qui constitue une sorte de « verrou climatique ».

6Deux autres traits méritent mention en ce qu’ils confortent l’image d’une Afrique méridienne : la disposition de la façade maritime, grossièrement NNE-SSW face au continent asiatique, et la direction N-S que suit, à peu de choses près, le Nil. Les rapports sont ici plus ténus, plus lointains. Certes, la disposition de la côte, elle-même liée à celle des bombements médio-océaniques, est un facteur d’explication de l’aridité que d’autre part tempère le relief du Rift oriental, mais la chaîne de causalité est ici moins serrée. Quant au Nil, né dans l’Afrique des Grands Lacs, il lui reste périphérique, et son tracé, influencé certes par la tectonique du Rift, y est zigzagant, la direction méridienne ne s’affirmant franchement que plus loin au nord.

  • 3 P. Gourou, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion, 1973, p. 9-10.

7Les grands traits de l’organisation écologique est-africaine, à petite échelle, sont somme toute largement méridiens. Mais, comme les paysages selon P. Gourou3, la carte n’est-elle pas trompeuse ? Et la « méridianité » que paraît avoir construit la nature, qu’accentue la simplification cartographique, s’exprime-t-elle dans le peuplement, l’utilisation, l’organisation de l’espace ? C’est à ces points qu’on s’attachera dans la suite de cet article.

Une voie de migration qui n’est pas sans embûches

  • 4 Voir les analyses de Jared Diamond, De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’envi (...)
  • 5 Gilles Sautter : De l’Atlantique au fleuve Congo : une géographie du sous-peuplement, Paris-La Hay (...)

8Première question qu’il convient de se poser : les caractères écologiques liés à la présence du Rift ont-ils eu des effets sur les modalités de la mise en place des populations ? Un premier élément de réponse est, somme toute, positif. Les auteurs qui se sont penchés sur les conditions anciennes de l’occupation de l’œkoumène ont souligné, au bénéfice de l’Eurasie, l’avantage d’une disposition « zonale » des axes de circulation, permettant aux populations migrantes de se déplacer en restant dans des situations écologiques similaires, de conserver les mêmes activités, les mêmes moyens et les mêmes techniques de production, tout en enrichissant leur bagage au long de leur migration4. L’azonalité de l’Afrique orientale reproduit, perpendiculairement, cette disposition. Mais ses effets ne sont pas évidents. On a voulu expliquer la rapidité de l’expansion bantu vers le Sud par l’utilisation de l’axe des rifts, alors que les populations qui tentèrent de migrer à travers la cuvette congolaise furent en quelque sorte absorbées, « dissoutes » dans un milieu forestier qu’elles n’avaient pas les moyens de maîtriser et d’exploiter5. Mais si avantages il y a, ils n’ont pas été précocement exploités. Sur une très longue période, le Rift oriental est resté le domaine de communautés de pêcheurs établies sur les rives des lacs qui le jalonnent, et plus largement de chasseurs-cueilleurs appartenant à l’ensemble khoisan. Berceau de l’humanité peut-être, mais non foyer précoce d’activité agricole et pastorale. Il n’y a guère plus de 3 000 ans que des populations couchitiques et nilotiques s’y sont rencontrées, y ont pratiqué des jeux complexes de confrontation et d’échanges et mené une progression vers le sud jusqu’en Tanzanie. La vague bantu, dans l’impressionnant mouvement qui l’a conduite aux portes du finistère africain, n’a, semble-t-il, pas emprunté l’axe du Rift oriental ; après une progression probable le long de la crête Zaïre-Nil, elle l’a contourné par le sud, comme s’il s’était agi d’un obstacle, et ne l’a investi véritablement que depuis deux ou trois siècles. Si l’on ajoute que l’expansion dans cette zone des populations maasaï et oromo est sensiblement contemporaine, le Rift oriental paraît le lieu d’expansion de tout nouveaux venus. L’apparente évidence topographique et écologique ne paraît pas se traduire dans les faits.

9L’axe des rifts n’est ni dans l’espace ni dans le temps une longue route tranquille. Topographiquement, il ne rappelle guère l’axe rhénan dans les plaines d’Alsace et de Bade. Il est parfois à peine perceptible, sauf sur les cartes tectoniques, comme dans le centre ouest de la Tanzanie où le fossé est remplacé par un unique escarpement de faille, ou dans la gouttière du lac Turkana. Dans le sud-ouest de l’Éthiopie, il est souvent empâté d’épaisses coulées volcaniques, parsemé de volcans, et se dégage peu de l’ensemble des hautes terres. Plus nettement dessiné, le Rift occidental est coupé d’obstacles qui le font disparaître. Ces accidents du terrain importent peu par eux-mêmes pour les lents déplacements de peuples à pied. Mais ils jouent beaucoup dans l’écologie du Rift, qui varie sensiblement, en fonction de la disposition en escalier du fond du fossé et de l’inégale vigueur de ses escarpements de bordure. Situé en dessous du niveau de la mer au lac Abhé (à la frontière de Djibouti et de l’Éthiopie), le fossé du Rift culmine vers 2 000 m dans le sud-ouest de l’Éthiopie, se situe à 400 m au lac Turkana, remontant jusqu’à 1 800 m à Naivasha (Kenya) pour retomber à 610 m au lac Natron, à la frontière de la Tanzanie.

  • 6 Si l’on en juge par les problèmes actuels des Peuls dans les savanes humides.

10Avantage incontestable pour des éleveurs : l’importance des dénivelés entre le fossé et ses bordures les assure de disposer toujours à faible distance de pâturages complémentaires et, en toutes saisons, de ressources pour le bétail, ce qui les dispense des grands mouvements saisonniers qui caractérisent le Sahel. La médiocre pluviométrie du fossé lui-même (il ne tombe en moyenne que 850 mm au bord du lac Nakuru) est donc de peu d’importance, d’autant que les meilleurs pâturages ne sont pas toujours les plus proliférants : en Afrique de l’Ouest, la capacité de charge des pâturages sahéliens est sensiblement égale à celle des savanes soudaniennes et sub-équatoriales. Reste que la composition floristique du tapis herbacé varie considérablement selon l’altitude et la pluviométrie, ce à quoi le bétail et ses bergers ne se sont sans doute pas adaptés sans problème6. De ce point de vue, cet axe méridien est loin d’avoir l’unité écologique de la voie qu’ont suivie les Peuls dans leur mouvement d’est en ouest, du Nil au fleuve Sénégal.

11Mais les contrastes écologiques de l’axe du Rift oriental jouent aussi dans le temps. De ce point de vue, il faut attribuer une importance particulière à la dépression du lac Turkana. Ce lieu à d’autres égards stratégique, puisqu’il a vu converger les mouvements nilotiques et couchitiques, est un point faible climatique où aujourd’hui la pluviométrie peut descendre à moins de 250 mm. Le début des mouvements vers le sud, il y a trois millénaires, n’est pas un fait de hasard : il correspond à une phase humide, faisant remonter la pluviométrie sensiblement au niveau actuel et sauter le « verrou climatique » que constituait un véritable désert. Obstacle pour les éleveurs sur des pas de temps relativement longs, ce verrou a pu jouer selon des rythmes sensiblement plus saccadés pour des populations d’agriculteurs. Aux temps de bonne pluviométrie, il ne devait pas faire obstacle pour celles qui disposaient de techniques d’irrigation, mais de faibles variations climatiques pouvaient fermer la voie. Ainsi pourraient se comprendre les vicissitudes des populations couchites qui, après s’être étendues jusqu’en Tanzanie, s’y seraient trouvées piégées quand le retour de l’aridité a interrompu les apports humains. Débordées par la vague bantu, elles ne subsisteraient que comme des populations reliques, ayant laissé parfois ailleurs, comme dans la vallée de la Kerio (Kenya), en témoins de leur présence ancienne, des aménagements d’irrigation plus ou moins habilement repris par de nouveaux venus. Entre les techniques agricoles des Konso d’Éthiopie et les pratiques de certaines populations du Rift kényan, il existe des similitudes, mais elles ne sont pas des faits géographiques d’importance. Fondamentalement, il existe deux foyers agricoles, correspondant aux deux bastions pluviométriques actuels, hautes terres d’Éthiopie et d’East Africa, nettement distincts quant à leurs techniques et à leurs productions. Si les Bantu ont sans doute emprunté aux Couchites les céréales soudano-sahéliennes, par contre tef, nug, ensète éthiopiens sont ignorés au sud de l’Éthiopie, de même que l’araire, et, à peu de chose près, l’épieu à labourer. En matière de plantes domestiquées, sur l’ensemble du Rift, les mouvements ouest-est sont clairement prédominants et, avec l’Asie, ils sont fort anciens, si la sélection de certaines variétés de plantes s’est faite par des allers-retours sur plusieurs millénaires entre Afrique et Inde.

12S’il est en tout cas un domaine où les rifts font obstacle, c’est à la circulation des eaux fluviales. Fossés, escarpements, bombements, coulées volcaniques récentes constituent autant d’entraves et expliquent la nette prééminence de l’endoréisme. Le Nil est un fleuve miraculeux qui, né dans la zone des fossés, parvient à lui échapper ; encore tire-t-il fort peu de ressources du Rift occidental, barré au sud par le Ruwenzori : la Semliki, via les lacs Édouard et Albert, n’est qu’un faible apport. Plus au sud, la Rusizi se déverse dans le lac Tanganyika dont ses eaux ne sortent pas. Seul des grands lacs de fossé, le Malawi a un débouché sur la mer par le Zambèze. Les rifts kényan et éthiopien sont totalement endoréiques, soit (au Kenya) en raison d’obstacles, soit, pour l’Awash, par évaporation. L’effacement du Rift sur le territoire de la Tanzanie vaut à ce pays des fleuves mieux pourvus et de vastes vallées aménageables. Ailleurs, ce que le relief a pu capter n’est pas ou bien peu restitué aux basses terres arides. Créant les oppositions écologiques, le Rift les accentue encore.

Écologie et histoire dans le peuplement du Rift

13L’architecture des rifts peut donc, à diverses échelles, être mise en cause pour expliquer les contrastes de mise en valeur et de peuplement entre hautes et basses terres. Ces contrastes sont toutefois à nuancer, et leur origine ne relève pas d’un déterminisme physique simpliste. Même à petite échelle, et dans les cadres de limites administratives souvent peu significatives, les cartes de densité en témoignent. Les tracés des rifts n’y transparaissent pas de manière évidente. Des secteurs de fort peuplement n’en relèvent qu’indirectement, notamment les rives nord et sud du lac Victoria. Par contre, des fractions importantes sont peu ou médiocrement peuplées. Il est des cas où l’explication par l’écologie est pleinement justifiée : ainsi la gouttière déprimée du lac Turkana et, en Éthiopie, la vallée de l’Awash, deux secteurs où le Rift se situe à basse altitude et où la pluviométrie est minime. Mais, même à petite échelle, on relève des cas où ce type d’explication est à l’évidence inopérant, comme dans les parties élevées du Rift oriental kényan, et, dans le Rift occidental, le fossé de l’Imbo au Burundi, ou le nord-ouest de l’Ouganda : la pluviométrie y permettrait des densités beaucoup plus fortes.

  • 7 John Ford, The Role of Trypanosomiases in African Ecology. A Study of the Tse-tse Fly Problem, Oxf (...)
  • 8 Communément appelées « mouches tsé-tsé ».

14Jouent ici pour une large part des successions ou des combinaisons de facteurs historiques ou, plus précisément, la résilience de crises écologiques au sens large. La phase sèche du xviiie siècle a ainsi provoqué chez les populations d’agriculteurs un phénomène de repli vers des zones hautes de pluviométrie plus sûre, laissant, à moindre altitude, la place libre pour l’expansion de populations pastorales (c’est le cas, au Kenya, de la zone de contact entre Kikuyu et Maasaï). La crise sanitaire de l’extrême fin du xixe siècle, bien connue notamment grâce à la somme de John Ford7, a encore accentué les contrastes. La grande épidémie de peste bovine, mettant en cause l’existence même des groupes pastoraux, a éclairci le peuplement humain et animal, permettant l’extension de forêts claires ou de bushs, gîtes de glossines8 et, partant, avec la reprise rapide de la faune sauvage, l’expansion de la trypanosomiase et de la maladie du sommeil. Se vérifie ici de façon flagrante une règle générale du peuplement dans les pays tropicaux, hors de l’intervention de moyens de lutte moderne : des densités appréciables, conduisant, par les pratiques agricoles et/ou pastorales, à un niveau suffisant de maîtrise du milieu naturel, sont facteurs d’amélioration sanitaire, et donc de croissance des densités, tandis qu’à l’inverse l’affaiblissement du peuplement provoque une péjoration écologique et sanitaire et l’entrée dans une spirale de sous-peuplement. Les contrastes de densité actuels sont ainsi étroitement liés à une histoire écologique et, dans la mesure où l’architecture des rifts crée des situations contrastées, elle est, par des séries de médiations, pour une part en cause dans l’organisation du peuplement. Mais cette action n’est pas simple : l’écologie du centre du Rift kényan, où le fossé lui-même est en altitude, n’impose en rien le pastoralisme ; elle ne permet pas la multiplication des glossines, elle autorise des densités appréciables. Or, aujourd’hui encore, ce secteur se marque par un peuplement comparativement modeste.

  • 9 Pierre Gourou, La densité de population au Ruanda-Urundi. Esquisse d’une étude géographique, Bruxe (...)

15Dans ce contexte, les faits d’histoire « classique », conflits politiques et guerres ou, à l’inverse, solidité des « encadrements » sociaux et politiques, paraissent jouer un rôle second, d’autant plus ambigu qu’on y fait appel trop facilement « par défaut ». Le médiocre peuplement du Rift occidental dans le nord-ouest de l’Ouganda s’explique-t-il par la crise du royaume du Bunyoro et par les troubles de la fin du xixe siècle, liés à la progression égyptienne dans la vallée du Nil ? Peut-être, mais la conquête ménélikienne du Sud-Ouest éthiopien, pourtant violente et suivie par un asservissement politique et foncier des populations conquises, n’a pas dépeuplé une région qui est la plus densément occupée de l’Éthiopie. À l’inverse, l’explication du fort peuplement d’altitude au Rwanda et au Burundi ne peut, quoi qu’en ait dit Pierre Gourou, ici par trop influencé par l’idéologie dominante aux temps coloniaux9, s’expliquer simplement par la force des encadrements politiques mis en place par les monarchies. Les écheveaux de causes sont toujours complexes. Les forts peuplements résultent le plus souvent de plusieurs ordres de faits et, pour simplifier, de la combinaison de techniques de production et d’encadrements permettant la capitalisation démographique sur des temps longs et de conditions écologiques qui en autorisent l’application dans les temps de crise, bref, de « marges de sécurité ».

  • 10 Un cas d’école est la limite entre pays kisii et pays maasai à proximité de Narok. Une limite rect (...)

16Restent sans doute les cas de pur confinement, liés aux pressions des voisins ou à l’intervention d’acteurs extérieurs. L’écologie peut y jouer un rôle, lorsque sont utilisés des sites refuges, montagnes ou îles. Mais il s’agit le plus souvent de situations locales, à grande échelle. Seule exception, à vrai dire majeure : l’action de l’administration coloniale pour délimiter les territoires « tribaux ». En ce domaine, le Kenya est un cas d’école, où, pour faire place à la colonisation agricole européenne, on a érigé en absolu ce qui n’était qu’un instantané de la répartition du peuplement en période de crise écologique et sanitaire. On sait comment les White Highlands ouvertes à la colonisation agricole européenne y furent constituées, au début du xxe siècle, aux dépens pour l’essentiel des éleveurs maasaï, mais aussi sur des terres que les populations denses d’agriculteurs montagnards pouvaient considérer comme un horizon d’expansion, voire, au moins localement, comme des espaces à reconquérir. Aujourd’hui entièrement cadastré en principe dans sa partie « agricole » utile, et sous le régime de la propriété « privée », le Kenya est paradoxalement, dans le même temps, encore strictement pris dans le carcan du cantonnement « tribal ». D’où des contrastes de densité où l’écologie a souvent bien peu de place10, qui rendent plus complexe encore une mosaïque de situations tenant à la combinaison de faits écologiques, à toutes échelles, et de faits historiques hérités de phases différentes, des premiers peuplements aux legs de la colonisation.

Contrastes de peuplement : des fourmilières humaines aux grands domaines

  • 11 Le cas du mont Elgon est de ce point de vue emblématique, le Sebei, sur le versant nord, « sous le (...)
  • 12 L’ensete et le bananier sont particulièrement caractéristiques.
  • 13 Il est des exceptions majeures : le pays luhya du Kenya tire de maigres ressources de la vente de (...)

17Si l’on met de côté les secteurs les plus arides, deux traits généraux seulement se dégagent. Le premier est la fréquence (sans caractère absolu) de très forts peuplements sur les reliefs bordiers, nuancés, mais toujours à très haut niveau, par les contrastes écologiques à grande échelle, notamment l’exposition des versants à la circulation des masses d’air11. La traduction dans l’utilisation du sol en est la présence de très petites exploitations, de pratiques intensives pour la culture de plantes à haut rendement12, fréquemment mais non universellement, la présence de cultures commerciales arbustives (café et thé notamment)13, et plus globalement la multiplication des arbres utiles. Encore faut-il ajouter que les hautes terres du Rift n’ont pas le monopole de ces paysages, que l’on retrouve au Buganda comme sur les massifs volcaniques éloignés du Rift tels que le Kilimandjaro et le Meru. Le second trait marquant est le contraste de densité, inégal mais à peu près général entre les hauteurs bordières et les fonds de Rift Valleys, moins peuplés, le degré de contraste étant pour une bonne part, mais pas uniquement, fonction des contrastes pluviométriques.

18Il est donc peu étonnant que les parties basses des Rift Valleys aient été le lieu d’expérimentations agricoles « modernes », génératrices de situations sociales originales. Sous-peuplés par aridité ou par des circonstances historiques, mais d’autre part bien situés, certains secteurs ont paru se prêter particulièrement à l’implantation de grandes exploitations, perçues comme des fers de lance de la modernisation agricole. C’est le cas, au nord, de la vallée de l’Awash, après la Deuxième Guerre mondiale, où les privilégiés et amis étrangers du régime purent établir, au détriment des pasteurs afar, de grandes plantations irriguées de coton et d’arbres fruitiers. Quelques décennies auparavant, la partie de la Rift Valley kényane réservée aux Européens a vu s’établir des formes de mise en valeur variées, du ranching aux plantations de café en passant par les céréales et l’élevage laitier, mais toujours sous la forme de grands domaines. Les changements politiques et idéologiques n’ont pas perturbé cette tendance. L’Éthiopie « marxiste-léniniste » a fait des fermes d’État du Rift les hauts lieux d’une révolution agricole socialiste visant la destruction du « mode de production paysan ». Le mouvement d’implantation de grandes exploitations a repris aujourd’hui en provoquant de nouvelles créations dans les secteurs d’amont du Rift, propres aux cultures « tropicales ». Au Kenya, la reconquête des « terres blanches » par les Africains, très avancée, s’est traduite par des formes plus variées, allant du rachat en bloc de grandes exploitations par des « notables » au lotissement, organisé par l’État (le Million Acre Scheme)ou conduit par des « compagnies » de colonisation formelles ou non. Au Burundi, dont les densités globales interdisaient pratiquement la grande exploitation, le fossé de l’Imbo a été pour une bonne part loti en « paysannats », les rives du lac Tanganyika ont vu des essais (assez infructueux) de plantations coopératives de palmiers à huile.

  • 14 Un autre type de front pionnier se situe en altitude, au-dessus de l’optimum écologique pour la pl (...)

19Il ne serait pas pour autant pertinent de considérer ces secteurs partiellement remodelés, influencés par les techniques et les rapports de production modernes, comme des sortes de « melting pots », des creusets où se forgeraient des entités nouvelles. Ce sont certes des zones de conflits fonciers, d’autant que, dans ce qui paraît, toutes proportions gardées, des « fronts pionniers »14, où il reste de la terre à conquérir, se produisent des glissements spontanés d’habitants des hautes terres en état de surpeuplement relatif. Mais ces tensions prennent bien souvent le tour de conflits ethniques ou néo-ethniques, comme la Rift Valley kényane en a fait la démonstration à deux reprises dans les années 1990. Les luttes pour le pouvoir « au sommet », relayées par des leaders politiques locaux, se traduisirent en revendications sur la « terre ancestrale » et dans des actions de « purification ethnique » conduites par les Kalenjin, politiquement dominants, au détriment des Kikuyu, précédemment au pouvoir, qui durent refluer par centaines de milliers. Un scénario pessimiste de même type n’est pas inconcevable en Éthiopie.

Marché de Laska (pays basketo) sur les hauteurs bordières du Rift au sud de l’Éthiopie.

Le rôle du Rift : un problème d’échelle

  • 15 Et cela tient à ce que, pour une partie de son tracé, il est plus un accident tectonique qu’un fos (...)

20Le Rift est-il une région ? Les nuances que nous avons dû apporter constamment dans cette analyse, pourtant conduite à grands traits, ont dû faire comprendre qu’il n’y avait pas de réponse univoque ou que, s’il en était une, elle serait négative. Ce qui fait aujourd’hui la vie régionale, les flux de circulation et d’échange, ne se déroule pas selon les directions méridiennes qu’il suggère mais, à peu de choses près, perpendiculairement : un coup d’œil à la moindre carte des voies de circulation en témoigne. Les flux s’organisent, en systèmes de transports séparés, parfois concurrents, des ports aux États enclavés et au bassin congolais, recoupant l’organisation écologique méridienne dont le Rift est pour une large part responsable. L’évocation périodique de liaisons nord-sud jusqu’aux ports sud-africains que reprenait récemment encore Yoweri Museveni relève de la géopolitique, voire du chantage politique à l’égard des États qui contrôlent la côte et elle témoigne du poids relatif croissant du « géant » du Sud. C’est en Éthiopie seulement que le Rift serait susceptible de devenir un axe d’organisation régionale. Ici en effet, l’accident tectonique présente un caractère original : il associe une exceptionnelle variété de milieux, du plus aride au plus humide15 ; non content d’être un axe d’évacuation du café, première exportation du pays, il offre des complémentarités qui peuvent être génératrices d’échanges intérieurs multiples. Si son rôle a été, jusqu’à présent, somme toute effacé, c’est un effet des situations politiques, de la longue domination du royaume abyssin, ancré dans les hautes terres du Nord, méprisant à l’égard des populations « sauvages » du Sud-Ouest, inquiet du poids potentiel de cette fourmilière humaine. L’évolution des équilibres politiques et démographiques commence à se manifester dans l’économie par une activation de cet axe et une sensible expansion de ses productions commerciales.

21Mais en vérité, si l’on juge sur l’ensemble, le Rift est à la fois bien plus et bien moins qu’une région ou qu’un axe d’organisation de différents ensembles régionaux coupés selon le même patron. Il est bien davantage en ce que, accident tectonique majeur, organisateur du relief, il est plus globalement un agent d’une architecture écologique d’ensemble en fonction de laquelle se sont bâties les régions. Il est bien plus aussi en ce qu’il a joué un rôle non négligeable dans la mise en place des hommes qui ont fait pays et régions. Il est plus aussi quand, négativement en quelque sorte, par son effacement même, il scinde en deux éléments (Éthiopie et Afrique de l’Est) les hauteurs peuplées qu’il a suscitées. Bref, son importance relève des échelles longues du temps, de l’échelle des très grands espaces (ce que les géographes et les cartographes appellent la petite échelle). À l’autre extrême, au niveau du local, du « pays », des « régions ethniques », le morcellement, la mosaïque de facettes écologiques qu’il a fait apparaître à courte distance multiplient les complémentarités, les échanges ou les conflits. Entre les deux niveaux se situe l’action organisatrice des hommes.

Bibliographie

Références

Bart F., Charlery De La Masselière B., Calas B., dir., 1998 – Caféicultures d’Afrique orientale. Territoires, enjeux et politiques. Paris, Karthala/IFRA.

Chrétien J.-P., dir., 1983 – Histoire rurale de l’Afrique des Grands Lacs. Paris, Karthala.

Cochet H., 2001 – Crises et révolutions agricoles au Burundi. Paris, INAPG-Karthala.

CREDU-DRSRS, 1992 – Kenya from Space. An Aerial Atlas. Nairobi, East African Educational Publishers.

Dubresson A., Marchal J.-Y., Raison J.-P., dir., 1994 – Les Afriques au sud du Sahara. Paris, Belin.

Gascon A., 1995 – La grande Éthiopie, une utopie africaine. Paris, CNRS.

Gulliver P. H., 1955 – The Family Herds. A Study of two Pastoral Tribes in East Africa, the Jie and Turkana. Londres, Routledge and Kegan Paul.

Péron X., 1995 – L’occidentalisation des Maasai du Kenya. Privatisation foncière et déstructuration sociale. Paris, L’Harmattan.

Raison J.-P., 1974 – L’Afrique des Hautes Terres. Paris, A. Colin.

Raison J.-P., dir., 1997 – Essais sur les montagnes de Tanzanie. Paris, Karthala.

Notes

1 Un horst est un bloc soulevé par une tectonique de faille.

2 Le terme d’East Africa regroupe traditionnellement le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie que, à la veille des indépendances, les Britanniques avaient associés dans une « East African Community ». Quoi qu’ils aient relevé de la colonisation belge, on peut y adjoindre le Rwanda et le Burundi, qui ont des caractères similaires.

3 P. Gourou, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion, 1973, p. 9-10.

4 Voir les analyses de Jared Diamond, De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2000.

5 Gilles Sautter : De l’Atlantique au fleuve Congo : une géographie du sous-peuplement, Paris-La Haye, Mouton, 1966.

6 Si l’on en juge par les problèmes actuels des Peuls dans les savanes humides.

7 John Ford, The Role of Trypanosomiases in African Ecology. A Study of the Tse-tse Fly Problem, Oxford, Clarendon Press, 1971.

8 Communément appelées « mouches tsé-tsé ».

9 Pierre Gourou, La densité de population au Ruanda-Urundi. Esquisse d’une étude géographique, Bruxelles, Institut royal colonial belge, 1953.

10 Un cas d’école est la limite entre pays kisii et pays maasai à proximité de Narok. Une limite rectiligne, la Maasai Line, qui était matérialisée par des barbelés, coupant une unité écologique, y sépare les Kisii entassés à plus de 700 par km2, du pays maasai, à densité très faible, où s’étendent aujourd’hui de grandes exploitations céréalières mécanisées.

11 Le cas du mont Elgon est de ce point de vue emblématique, le Sebei, sur le versant nord, « sous le vent », étant très sensiblement moins peuplé que les pays luhya et gisu.

12 L’ensete et le bananier sont particulièrement caractéristiques.

13 Il est des exceptions majeures : le pays luhya du Kenya tire de maigres ressources de la vente de maïs. Les conditions de développement des cultures commerciales ont d’autre part été fort variées, de la culture coloniale et post-coloniale obligatoire au Rwanda et au Burundi à la culture symbolique de la libération, au Kenya, quand prit fin, dans les années cinquante, le monopole « blanc » sur les cultures d’exportation.

14 Un autre type de front pionnier se situe en altitude, au-dessus de l’optimum écologique pour la plupart des cultures tropicales.

15 Et cela tient à ce que, pour une partie de son tracé, il est plus un accident tectonique qu’un fossé tectonique !

Table des illustrations

Légende photo > Une image emblématique de la vallée du Rift : des plaines arides ponctuées d’édifices volcaniques (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Marché de Laska (pays basketo) sur les hauteurs bordières du Rift au sud de l’Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540