Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 26. Le mégalithisme dans le nord du Rift

Roger Joussaume

Texte intégral

photo > Site à stèles phalliques et anthropomorphes de Tuto Fela dans le Sidamo (Éthiopie).

1Depuis Djibouti jusqu’au lac Turkana au Kenya, la vallée du Rift et ses abords immédiats sont couverts de monuments mégalithiques qui se répartissent en trois types différents : dolmens, tumulus et pierres dressées.

Dolmens

2Dans les monts du Harar en Éthiopie, les « dolmens » sont assez peu nombreux, peut-être quelques centaines, groupés en nécropoles. Ils correspondent à la définition populaire d’une table de pierre maintenue à l’horizontale au-dessus du sol par des dalles dressées délimitant un espace qui contenait le corps du défunt en position fléchie sur le côté, bras et jambes repliés et mains ramenées vers le visage. Construits généralement dans la pente du terrain, ces petits monuments possèdent une dalle unique de couverture qui ne dépasse pas 3 m de longueur. Quelques tessons de poteries et des obsidiennes accompagnent parfois le mort dans sa tombe. Deux datations permettent de penser que ces architectures, enfouies dans une masse de pierres au moins jusqu’au niveau de la couverture, furent utilisées au cours du IIe millénaire avant J.-C. Malheureusement, aucun village de cette époque n’a encore été reconnu dans les montagnes du Harar. Il se peut toutefois que de nombreuses peintures rupestres, essentiellement de bovidés, soient liées localement aux auteurs des dolmens.

Tumulus

3Toujours dans les monts du Harar, comme à Djibouti et en Somalie, mais également de l’autre côté de la vallée du Rift, dans le Mänz, de nombreux tumulus de pierres, parfois gigantesques, ont été élevés. Ils sont de formes variables et d’époques différentes.

Figure 1. Les principales implantations mégalithiques entre Djibouti et le lac Turkana.

Un dolmen à Sourré, dans le Harar, en Éthiopie.

Figure 2. Plan d’un « dolmen » de Sourré dans le Harar. (relevé R. Joussaume)

Tumulus dans le Harar en Éthiopie.

4Sur les terres de Djibouti, brûlées par le soleil, les tumulus sont légion, parfois groupés en vastes nécropoles. Certains ne présentent qu’un dôme circulaire de pierres, d’autres sont installés sur une plate-forme. Il en est qui sont réunis par l’intermédiaire de deux lignes de pierres parallèles qui joignent le tumulus central à deux tumulus latéraux diamétralement opposés. De tels amoncellements coniques sont parfois ceints d’un muret à quelque distance de la base dans lequel une interruption forme une entrée. Devant celle-ci, une ligne de pierres dressées serait en rapport avec les victimes de celui qui est inhumé là. Si à Djibouti l’un des simples tumulus coniques a été daté du début du premier millénaire avant J.-C., beaucoup sont bien plus récents et peuvent même être l’œuvre des Afars qui occupent aujourd’hui cette région. Toutefois, quelques tumulus plats, en forme de croissant plus ou moins allongé, trouvés au contact d’occupations préhistoriques dans le Ghoubbet, prolongement du golfe de Tadjoura et de l’océan Indien dans la dépression danakile, pourraient remonter au IIIe, voire au IVe millénaire avant J.-C. en relation avec les premières populations néolithiques de la région.

5En Éthiopie, dans le Harar, de gros tumulus de pierres contiennent une chambre circulaire, limitée par des dalles dressées ou des murs en pierre sèche, sur laquelle se greffe une petite cellule latérale. La chambre funéraire était divisée en plusieurs compartiments qui contenaient de nombreux squelettes accompagnés de poteries aux formes variées, de pointes de flèches et de javelines ainsi que de poignards en fer, de perles en calcaire, en cornaline, en verre, en cuivre ou bronze, en argent et même en or. Les datations connues indiquent une utilisation de ces chambres funéraires collectives, dont certaines possèdent un couloir d’accès, entre le viiie et le xiie siècle de notre ère. La plupart de ces monuments sont associés à des sites fortifiés placés sur les hauteurs et bordés d’épaisses murailles à l’intérieur desquelles les mêmes poteries se retrouvent parfois en compagnie de très nombreux grattoirs en jaspe comme on en connaît dans la civilisation axoumite du nord du pays.

6De gros tumulus, dépassant parfois 5 mètres de hauteur pour une vingtaine de mètres de diamètre, sont également connus dans le Mänz. Ils sont assez comparables à ceux du Harar avec chambre circulaire et couloir d’accès, et contiennent également un nombre impressionnant d’offrandes (céramiques, perles diverses, bracelets en métal, armes…) qui accompagnent les morts dont il reste peu de vestiges osseux.

7Quelques pierres dressées alignées sont parfois associées à des tumulus dans le Mänz comme sur le territoire de Djibouti, où il arrive également qu’une pierre dressée marque l’emplacement d’une tombe quadrangulaire couverte de coquillages près de la côte au sud de la ville de Djibouti. D’autres tombes plates, ou formant de petits tumulus plus ou moins circulaires, sont aussi liées à des pierres dressées dans le nord de la Somalie (Somaliland). On ne sait rien de l’époque d’édification de tous ces monuments funéraires pas plus que des petits tumulus surmontés de quelques pierres dressées dans la région de Sibilou au nord d’Addis-Abeba. Tout cela cependant ne paraît pas remonter à des périodes anciennes.

Stèle anthropomorphe à Gadilloméda dans le Mänz (Éthiopie).

Pierres dressées

8Depuis le Mänz, à environ 150 km au nord d’Addis-Abeba, jusqu’au sud du Sidamo non loin de la frontière entre l’Éthiopie et le Kenya, des milliers de stèles ont été érigées qui forment des ensembles parfois impressionnants. Les plus anciennes, les stèles phalliques du Sidamo, n’ont pas été datées au-delà du xe siècle de notre ère mais pourraient s’avérer antérieures. D’autres stèles sont encore édifiées sur la tombe de personnages méritants en pays konso et gewada.

9Les stèles éthiopiennes sont très diversifiées, tant dans leurs formes que dans leurs décors.

10Dans le Mänz, à Gadilloméda, un groupe se distingue par l’association de stèles anthropomorphes et de stèles à l’aspect phallique. Les stèles anthropomorphes présentent un visage souligné d’une barbe rejoignant les oreilles, avec nez en relief et yeux globulaires. Elles présentent parfois, sur le fût de la colonne, un signe ramifié en relief fait d’une tige verticale qui se dédouble en s’incurvant à droite et à gauche, que l’on retrouvera sur de nombreuses stèles jusqu’au sud des grands lacs éthiopiens, à plus de 500 km de là.

Les stèles à l’ouest des grands lacs éthiopiens

11À environ 200 km au sud du Mänz, nous pénétrons dans le Soddo, où plusieurs types de stèles ont été observés du nord au sud.

  • Les stèles silhouettes sont façonnées suivant une forme générale triangulaire pointe en bas. La tête se dégage dans la partie médiane au-dessus de la surface triangulaire. Deux perforations oblongues parallèles sur le champ de la partie triangulaire dégagent des bras latéraux. Sur la face antérieure, des incisions plus ou moins parallèles entourent ces perforations et peuvent marquer un collier à la base du cou ou des bracelets sur les bras. L’une des plus belles de ces stèles, à Osolé, atteint 2,90 m de longueur totale. D’autres sont souvent plus petites et profondément enfoncées dans le sol.
  • Les stèles à épées sont faites d’une dalle de ryolite allongée peu épaisse, aplanie sur chaque face à l’herminette métallique. La plus haute, à Tiya, mesure 5 m de longueur.

Stèle silhouette d’Osolé dans le Soddo (Éthiopie).

Stèle à épée de Tiya dans le Soddo, site classé au Patrimoine mondial.

Stèle historiée de Tité, région de Silté.

12Une seule des faces supporte la décoration, qui comprend trois niveaux. Au niveau inférieur se trouve une perforation, parfois deux et même trois. Cette perforation est sous le niveau du sol lorsque la dalle est dressée. Le premier niveau aérien comprend tout d’abord un signe ramifié placé au centre ; un W versé à gauche ou à droite, parfois double et prenant alors la forme d’un X ; et deux disques au-dessus. Le tout est le plus souvent en léger relief, mais parfois incisé. L’ensemble de ces trois signes peut symboliser des organes humains, seins masculins pour les disques, côtes pour le W versé et sexe également masculin pour le signe ramifié. Quant au niveau supérieur, il est occupé par les épées qui se dégagent toujours en champ levé. Un personnage aux bras levés en position d’orant et au visage circulaire cloisonné par trois bandes verticales est parfois représenté sous les épées soutenues par les bras redressés. Les deux disques sont à la place des seins, les W versés à la place des côtes et le signe ramifié au niveau du sexe.

13À Tiya, les stèles aux épées sont dressées en bordure d’une surface polygonale limitée par des pierres sur chant qui marquent l’emplacement de la tombe en puits au fond duquel se trouve le squelette replié en position fléchie sur le côté. Aucun objet ne l’accompagne dans la tombe.

  • Les stèles à orant sont constituées de dalles de pierre supportant un personnage aux bras dressés, à tête cloisonnée et seins pendants.
  • Les stèles à bandeau peuvent être morphologiquement très proches des précédentes et souvent confondues. Cependant, l’arceau qui part d’une épaule pour rejoindre l’autre est à courbure unique et porte une incision en son milieu qui le partage en deux parties. Il n’y a pas de mains.

14Toutes les stèles à orant associé à des épées portent le signe ramifié et seraient donc masculines, alors que toutes les stèles à orant simple et celles à bandeau, présentant des seins tombants, seraient des stèles féminines.

  • Les pierres hémisphériques et pierres coniques sont dites stèles tambours. La partie pointue ou hémisphérique était fichée dans le sol, alors que la surface plane ou légèrement bombée était tournée vers le ciel. Ces pierres hémisphériques marquent généralement l’emplacement d’un tumulus qu’elles entourent en partie. Il arrive que des pierres coniques portent le signe ramifié.
  • Les stèles historiées sont de larges dalles plates à bords parallèles. Ces stèles anthropomorphes, parmi les plus belles stèles du mégalithisme éthiopien, possèdent des épaules pointues et une tête dégagée. Généralement, la face antérieure, sur laquelle apparaissent les bras, les seins et les pieds, est couverte de dessins (arcs, lances, flacons, chevaux montés, personnages aux bras levés…) alors qu’une draperie géométrique se développe à l’arrière associée à un épais bourrelet qui évoque un carquois.
    Ces stèles, peu nombreuses sur l’ensemble du territoire, devaient probablement marquer la tombe d’un personnage important.
  • Les stèles à « collier » sont des stèles anthropomorphes qui présentent une sorte de grand peigne sur la poitrine, d’où des courroies de suspension, passant sur les épaules, retiendraient ce qui pourrait être une épée accrochée dans le dos du personnage. Sur la face antérieure se distinguent aussi deux disques à l’emplacement des seins, qu’accompagnent parfois un W versé et un signe ramifié, placé bas sur la stèle.

Les stèles à l’est du lac Abaya en Éthiopie

15Dans le Sidamo ont été signalées un nombre considérable de stèles qui se présentent sous la forme d’un fût cylindrique surmonté d’une partie hémisphérique donnant à l’ensemble un aspect phallique. Elles se trouvent par groupes plus ou moins importants, pouvant rassembler plus de 1 500 pierres à Tutitti-Chelba qui est probablement le plus grand site mégalithique de toute l’Afrique. Beaucoup ont été cassées et réutilisées. Les plus grandes atteignent de 6 à 8 m, mais la moyenne tourne autour de 2 à 4m. Certaines portent des gravures, rayons plus ou moins incurvés disposés autour d’un point qui forment des figures à rapprocher du signe ramifié signalé plus au nord.

Stèles phalliques en pays gédéo.

16Au milieu de ces stèles phalliques, qui présentent quelques différences notables du nord au sud du territoire qu’elles occupent, d’autres pierres ont été aménagées qui marquent un groupe différent ayant occupé les lieux à un autre moment. Ce deuxième groupe de stèles dans le Sidamo est beaucoup moins important par le nombre et la taille des stèles, qui dépassent rarement deux mètres de hauteur et présentent un aspect anthropomorphe bien visible. Le visage sculpté avec barbe, nez, yeux, bouche et oreilles surmonte une série de croisillons superposés accrochés à une cannelure verticale aboutissant à une cupule.

17À Tuto Fela, à 2 000 m d’altitude, un long tumulus d’une cinquantaine de mètres de longueur pour 20 m de large était surmonté de stèles à silhouettes anthropomorphes et phalliques dont le nombre devait dépasser 350 avant que beaucoup ne soient abattues ou cassées, voire, pour quelques-unes, transportées en Allemagne. Les stèles anthropomorphes ont été fabriquées, pour beaucoup d’entre elles, à partir de stèles phalliques réaménagées (cf. photo p. 333). Certaines des stèles phalliques ont été réutilisées sans aucun aménagement nouveau et parfois la tête en bas. Dans la masse du cairn, des squelettes, que l’on peut estimer à un millier, sont associés aux stèles en position fléchie forcée. Quelques poteries ont été déposées non loin des corps.

18La fouille sous le monument a permis de retrouver un autre cimetière fait de fosses cylindriques creusées dans le sol et donnant accès à une cellule latérale où le corps était déposé, également en position fléchie. Le puits était bouché par des pierres qui maintenaient verticale la stèle phallique. Ce cimetière inférieur a été daté des xie-xiie siècles de notre ère, mais on peut s’interroger toutefois sur un passé plus ancien des cultures à stèles phalliques.

Site à stèles phalliques de Tutitti-Chelba, Sidamo, le plus grand site à pierres dressées d’Afrique.

Figure 3. Stèle anthropomorphe du site de Tuto Fela. (dessin R. Joussaume)

Figure 4. Tumulus à stèles anthropomorphes superposé à un cimetière de tombes en puits marquées d’une stèle phallique. Site de Tuto Fela. (dessin R. Joussaume)

19Le tumulus à stèles anthropomorphes est donc postérieur au cimetière à stèles phalliques. Il semble cependant que ce « culte » phallique n’ait pas disparu avec les stèles anthropomorphes qui conservent souvent le caractère phallique des pierres dans lesquelles elles ont été taillées. D’ailleurs ce culte phallique paraît avoir perduré jusqu’à nous et sous d’autres formes chez quelques populations actuelles, dont les Konso, les Borana et les Gédéo (ou Darassa), chez qui se trouvent justement les deux types de stèles.

Pierres dressées au Kenya

20Au nord-ouest du Kenya, la population locale Turkana appelle « Namoratunga » des sites de pierres dressées en relation avec des tombes. Selon la légende, des hommes venus danser en ces lieux furent transformés en pierre par un esprit malveillant. Non loin du lac Turkana, trois sites étudiés par des équipes américaines sont datés du ive siècle avant J.-C. Ils sont caractérisés par des tombes en fosses limitées par des pierres dressées en cercle qui peuvent dépasser 2 m de hauteur au-dessus du sol. Certaines de ces pierres appartenant à des tombes masculines portent des gravures. Chaque tombe contient un seul corps, en position fléchie sur le côté droit, que n’accompagne aucun artefact. Selon les chercheurs, les symboles gravés seraient encore utilisés de nos jours pour marquer le bétail.

21On peut évidemment s’étonner de cette transmission sur près de 2 500 ans qui implique que les populations n’auraient pas subi de déplacement ou connu d’évolution depuis cette époque…

22Le site du nord, près du lac Turkana, présente le même type de tombes et les mêmes gravures, mais il s’y trouve un ensemble de 19 pierres dressées formant plusieurs rangées qui entraînent les auteurs dans des considérations particulièrement intéressantes. En effet, A. Legesse a noté en 1973 que certains peuples couchites, les Borana en particulier, utilisent un système calendaire basé sur 7 étoiles ou constellations en conjonction avec différentes phases de la lune, pour calculer une année de 354 jours partagée en 12 mois. Pouvait-on alors envisager que les sites Namuratunga aient eu une implication astronomique de cet ordre ? Gunther Paul, de l’Institut d’astrophysique de Bonn, a calculé en 1979 l’azimut de ces 7 étoiles et constellations et a conclu que Namuratunga 3 avait dû servir d’observatoire entre 450 et 130 avant J.-C. Robert Soper a mis ces résultats en doute en 1982. En 1983, L. Doyle de la Nasa et E. Frank firent une nouvelle série de mesures sur les sites qu’ils étudièrent avec T. Wilcox. Ils considèrent que, jusqu’à preuve du contraire, les pierres dressées du site Namoratunga 3 servaient à marquer les alignements des étoiles du calendrier borana 300 ans avant J.-C.

Table des illustrations

Légende photo > Site à stèles phalliques et anthropomorphes de Tuto Fela dans le Sidamo (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Figure 1. Les principales implantations mégalithiques entre Djibouti et le lac Turkana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Un dolmen à Sourré, dans le Harar, en Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Figure 2. Plan d’un « dolmen » de Sourré dans le Harar. (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Tumulus dans le Harar en Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Stèle anthropomorphe à Gadilloméda dans le Mänz (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Stèle silhouette d’Osolé dans le Soddo (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Stèle à épée de Tiya dans le Soddo, site classé au Patrimoine mondial.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Stèle historiée de Tité, région de Silté.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Stèles phalliques en pays gédéo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Site à stèles phalliques de Tutitti-Chelba, Sidamo, le plus grand site à pierres dressées d’Afrique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Légende Figure 3. Stèle anthropomorphe du site de Tuto Fela. (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Figure 4. Tumulus à stèles anthropomorphes superposé à un cimetière de tombes en puits marquées d’une stèle phallique. Site de Tuto Fela. (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1784/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540